π 0 = réduction modulo t X s (k) = origine des arcs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "π 0 = réduction modulo t X s (k) = origine des arcs"

Transcription

1 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE Dans ce qui suit on fixera : 1. Cadre et Notations k = corps, car(k) = 0, k = k R := k[[t]], K = k((t)) K(d) := k(( d t)) R(d) = k[[ d t]] X=k-variété = k-schéma séparé réduit de type fini sur k X lisse, irréductible, dim X = m f : X A 1 = Spec k[t] un morphisme dominant et f lisse sur X \ f 1 (0). X s = f 1 (0) la fibre spéciale ˆX la complétion t-adique de f ˆX = lim ( X k[t] k[[t]] ) k[[t]] k[t]/t n+1, ˆX Spf R ˆX η = la fibre générique = variété rigide lisse de dimension m 1 ˆX s = la fibre spéciale, canoniquement isomorphe à f 1 (0) L(X) l espace des arcs tracés sur X X (d) = {ψ L(X) f(ψ) = t d } X (d, 1) = {ψ L d (X) f(ψ) = t d mod t d+1 } M Xs = K 0 (V ar Xs )[L 1 ] où L = [A 1 X s X s ] µ la mesure motivique Pour x un point fermé de X s on note i 1 C est le morphisme de restriction à {x}. x : M Xs M k A p : [p 1 (x)] X s 2.1. Rappels. 2. Introduction et résultats Rappelons que pour tout d 1, il existe une bijection points / arcs ˆX(R(d)) thm de Grothendieck ( X k[t] R ) (R(d)) sp ϕ d bijection bijection reparamétrage ˆX η (K(d)) X (d)(k) sp = réduction modulo d t π 0 = réduction modulo t X s (k) = origine des arcs La fibre de Milnor analytique de f en x notée F x est le tube ]x[ égal à sp 1 ({x}). Pour tout d, les K(d) points de F x, correspondent aux arcs tracés sur X, d origine x et dont l évaluation sur f vaut t d. 1

2 2 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE 2.2. Série de Poincaré des volumes volume motivique (Nicaise-Sebag [4]). avec ω une forme volume sur X, F ( ˆX, ω/df, d) = ˆX(K(d)) ω/df (d) M Xs. Fait : Cette série est rationnelle. Conséquences : S( ˆX, ω/df, T ) := d 1 F ( ˆX, ω/df, d)t d M Xs [[T ]] S( ˆX, ˆK s ) := lim T S( ˆX, ω/df, T ) M Xs C est par définition le volume motivique de la fibre proche rigide ˆX η. S x ( ˆX, ˆK s ) := i 1 x S( ˆX, ˆK s ) M Xs C est par définition le volume motivique de la fibre de Milnor analytique F x. Attention : Ces quantités ne dépendent pas de ω Fonction zêta motivique Fibre de Milnor motivique (Denef-Loeser [1], [2]). Cette série formelle est rationnnelle. Z(T ) := d 1[X d,1 ]L md T d M Xs [[T ]] Définition : fibre de Milnor motivique de f ou cycles proches motiviques de f : S f := lim T Z(T ) M X s Définition : fibre de Milnor motivique de f en x En particulier S f,x = lim S f,x := i 1 x S f M k T d 1 µ(x (d) ϕ(0)=x )T d. S f,x est obtenu en ne considérant que les arcs d origine x Lien entre ces notions. Le point clé : S f est le volume motivique de ˆX η et S f,x est le volume motivique de F x. Pour tout d 1 : F ( ˆX, ω/df, d) = L (d+1)(m 1) [X d,1 ]. On en déduit les égalités suivantes sur les fonctions zêta et leur limite : S( ˆX, ω/df, T ) = L (m 1) Z(LT ), S( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) S f M Xs,

3 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE 3 Quelques remarques : S x ( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) S f,x M {x}. m 1 est ici la dimension de la fibre générique. Le groupe de Galois G(K(d)/k) = µ d (k) agit sur la variété rigide ˆX η (K(d)) et sur l espace d arcs X (d) par λ.ϕ(t) = ϕ(λt). La bijection ϕ d est compatible avec ces actions. On a les égalités S( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) S f Mˆµ X s, 2.5. Réalisation de Hodge. On a le morphisme de réalisation de Hodge C est un morphisme d anneaux. S x ( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) S f,x Mˆµ {x}. χ H : Mˆµ { } K 0 (SH mon ) [X σ ] k ( 1)k [H k c (X, Q)] σ Théorème 2.1 (Denef-Loeser [1]). Dans l anneau K 0 (SH mon ) on a l égalité : où par définition χ H (S f,x ) = [SHM(F x )] [SHM(F x )] = k ( 1) k [H k c (F x, Q)] Tx où F x est la fibre de Milnor de f en x, T x la monodromie de f en x et pour tout k, H k c (F x, Q) est la structure de Hodge mixte limite de Steenbrink. Principe clé : Les deux théorèmes de rationnalités et les égalités F ( ˆX, ω/df, d) = L (d+1)(m 1) [X d,1 ], χ H (S f,x ) = [SHM(F x )] peuvent se prouver en exprimant F ( ˆX, ω/df, d), [X d,1 ] et [SHM(F x )] en termes d une log-résolution du couple (X, X s ). Pour une formule donnant [SHM(F x )] en termes d une log-résolution (semi-stable) voir [5], Cor Bon cadre Pour toute la suite soit (X, X s, h) une log-résolution du couple (X, X s ) : (1) X lisse (2) h propre (3) h : X \ X s X \ X s est un isomorphisme (4) X s = i I N ie i est un diviseur à croisements normaux. On notera div Jac h = i I (ν i 1)E i, le diviseur jacobien. Stratification naturelle de X s : X s = J I,J E 0 J avec E0 J = i J E i \ i / J E i Le revêtement E 0 J E J pour J I, J :

4 4 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE C est un revêtement Galoisien non ramifié de groupe de Galois µ mj localement comme suit : avec m J = pgcd i J (N i ). On le construit il existe un ouvert de Zariski U de X tel que f h = uv m J où u est une fonction inversible et v : U A 1 (en coordoonnées locales, au voisinage de x EJ 0 on a f h = u i J xni i = u( i J xni/m J i ) m J ) On pose E J 0 p 1 (U) := {(z, y) A 1 EJ 0 U z m J = u 1 } µm J. L action est donnée par λ.(z, y) = (λz, y) et la flèche du revêtement est donnée par la deuxième projection. On peut recouvrir EJ 0 par de tels ouverts affines puis recoller le tour en un revêtement. Le point crucial à montrer : 4. Fonction zêta motivique Pour tout d 1, on a µ(z d,1 ) = [X d,1 ]L md = =J I avec Z d,1 = π 1 d (X d,1) = {ϕ L(X) f(ϕ(t)) = 1.t d +..}. (L 1) J 1 [ E J 0] i I kini=d k i 1 L k iν i. Par conséquent par sommation des séries géométriques, la fonction zêta sera rationnelle et l on a S f = ( 1) J (L 1) J 1 [ E J 0]. =J I Idée clée : h est propre donc h induit une bijection (critère de propreté) Pour un arc ϕ L(X), on notera ϕ son relevé. Fixons : h : L(X ) \ L(X s) L(X) \ L(X s ) On classe les arcs ϕ de X non tracés dans X s suivant l origine et la tangence à X s de l arc remontés ϕ : {! J I, ϕ(0) EJ, 0 ki 1, i J ord t E i ϕ = 0, i / J. (1) J I, J (2) U = ouvert affine de Zariski de X où f h = u i J x Ni i (3) (k i ) N J tel que i J k in i = d posons alors { U (ki) := ψ L(U) ψ(0) E0 J, ord te i ϕ = k i, i J (f h)(ψ) = 1.t d +... Remarquons que (1) U (ki) L(X s) = donc h : U (ki) h(u (ki)) est une bijection. (2) ord t Jac h est constant sur (U (ki)) i I et égal à L i J (νi 1)ki. Par la formule de changement de variables de Denef-Loeser on a µ X (h(u (ki))) = L k i(ν i 1) µ X (U (ki)). On montre alors (1) µ X (U (ki)) = (L 1) J 1 [ E 0 J U]Ldm i J kj. (2) µ X (Z d,1 ) est obtenue par additivité de µ X et d un recollement de X par de tels ouverts affines U. }.

5 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE 5 Preuve de (1) : On complète les J fonctions x i en une application étale U Am C. Par le lemme de Hensel ceci induit un isomorphisme L(U) U A m C L d (A m C ) ϕ (ϕ(0), (x i (ϕ(t))) i J, (y i (ϕ(t))) i / J ) On obtient alors un isomorphisme { π d (U (ki)) U EJ 0 (zi t ki t d ) i J ( t d ) i / J }. Ainsi π d (U (ki)) est un fibré affine de fibre A nd i J ki et de base W J := {(z i, y) C J (E 0 J U) i I z Ni i u = 1} notons qu avec ces notations i I zni i u est le coefficient angulaire de f(ϕ(t)). En particulier on a [π d (U (ki))] = [W J ]L md i J ki. Considérons un automorphisme de (C ) J de la forme (z i ) i J ( j J z ai,j j ) i J = (z j) j J, où a i,j est une base de Z J et a 1 = (N i /m J ). On obtient un isomorphisme W J C ( J 1) ( E 0 J U) car Soit : i J z Ni i u = 1 z m J.u = Série de Poincaré des volumes et fibre de Minor analytique. X un schéma formel stft sur R générériquement lisse (X η est lisse sur K) ω une forme volume sur X η. On définit ω comme suit : X Si X est lisse sur R voir la construction dans l exposé de Johannes, (Loeser-Sebag [3]). Si X est non lisse sur R alors il faut prendre une lissification de Néron g : X X telle que : (1) g est un morphisme de schémas formels stft, (2) X est lisse sur R, (3) g η : X η X η est une immersion ouverte, (4) g η induit une bijection X η (K) X η (K). Définition : X ω = g η! h X η ω MX0 = L dim Xη U π 0(X s )[U]L ord U h η ω. Attention : Par une formule de changement de variables ceci ne dépend pas du choix de la lissification.

6 6 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE Lemme 5.1. Si alors (1) X et X sont deux schémas formels génériquement lisses stft de dimension m (2) g : X X est un morphisme (3) g : X η X η est un isomorphisme (4) ω une m-forme sur X η ω = X Cela suit de la formule de changement de variables. Dans notre situation (1) ˆX(K(d)) et ˆX (K(d)) vérifient les conditions X (2) h induit un morphisme ĥ : ˆX (K(d)) ˆX(K(d)) tel que ĥ : ˆX η (K(d)) ˆX η (K(d)) est isomorphisme. Par conséquent : g ω Pour tout d 1, F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) avec ω = h ω/df. Le théorème suivant est le lien entre la fibre de Milnor motivique et la fibre Milnor analytique : Théorème 5.2. F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) = L (m 1) =J I Ceci fournit la rationnalité de S( ˆX, ω/df, T ), la formule S( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) et le lien avec S f. Démonstration. (L 1) J 1 [Ẽ0 J] =J I k i 1,i J i J k i N i =d ( 1) J (L 1) J 1 [ E 0 J ] L i J ki(ni νi) =: ( ) Définition 5.3. Un entier d 1 n est pas X s -linéaire si et seulement si J I, J > 1 et EJ 0, d ne sécrit jamais d = j J α jn j. Supposons d non X s -linéaire : (1) Nicaise et Sebag constuisent (voir plus loin) une lissification de Néron i : U ˆX (K(d)) tel que l ensemble des composantes soit décrit par et pour tout i avec N i d, π 0 (U s ) = (U i ) i,ni d bijection {Ẽ0 i i I, N i d}, Ẽ 0 i U i (isomorphisme de variétés). (2) Notons qu un calcul en coordonnées locales fournit : ord Ui i ω = d N i ord Ei ω = d N i (N i ν i ) Par conséquent, l ordre de i ω est constant sur chaque composante connexe de U.

7 où FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE 7 (3) Ainsi, en appliquant le lemme 5.1 et la relation de Chasles on a F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) = L (m 1) [Ẽ0 i ]L ord U i i ω. (4) Conclusion : comme d n est pas X s -linéaire on a F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) = L (m 1) i,n i d [Ẽ0 i ]L d(νi Ni)/Ni = ( ). Supposons que d est X s -linéaire : On se ramène au cas non linéaire via une suite finie d éclatements formels (1) ˆX (0) = ˆX (2) ˆX (j) s = k j i=1 N (j) i i,n i d π (j) : ˆX (j+1) ˆX (j), avec j {0,.., r 1} E (j) i, diviseur à croisements normaux (3) π j est un éclatement de centre E (j) J (avec J (j) {1,.., k j }, J ) (4) d n est pas X s (r) -linéaire Pour tout j {0,.., r 1}, π (j) : ˆX (j+1) η avec ω j+1 = π ω j donc ˆX (j) η est un isomorphisme donc par le lemme 5.1 F ( ˆX (j+1), ω j+1, d) = F ( ˆX (j), ω j, d) F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) = L (m 1) i,n i d [Ẽ0 i ]Ld/Niord E i r ωi (d non X s linéaire) = ( ) r (d non X s linéaire) = ( ). car (*) est stable sous éclatement formels des strates E J Construction de la lissification de Néron dans le cas d non X s -linéaire Notons ˆX (d) = ˆX R R(d). Notons ˆX (d) ˆX (d) la normalisation de ˆX(d), ceci existe pour les schémas formels. On a le carré cartésien : Ẽ(d) 0 i := ˆX (d) Xs E 0 i X(d) s E 0 i X s Théorème 5.4. Notons S m ( ˆX (d)) la partie lisse du morphisme ˆX(d) Spf(R). En ce cas S m ( ˆX (d)) ˆX (d) est une lissification de Néron pour d non X s linéaire. De plus et S m ( ˆX(d)s ) = Ni dẽ(d)0 i

8 8 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE (1) par le morphisme ˆX(d) ˆX (N i ) on a l isomorphisme Ẽ(d)0 i E(N i ) 0 i. (2) E(Ni ) 0 i est canoniquement isomorphe à E 0 i. Références [1] Jan Denef and François Loeser. Motivic Igusa zeta functions. J. Algebraic Geom., 7(3) : , [2] Jan Denef and François Loeser. Geometry on arc spaces of algebraic varieties. In European Congress of Mathematics, Vol. I (Barcelona, 2000), volume 201 of Progr. Math., pages Birkhäuser, Basel, [3] François Loeser and Julien Sebag. Motivic integration on smooth rigid varieties and invariants of degenerations. Duke Math. J., 119(2) : , [4] Johannes. Nicaise and Julien Sebag. Motivic Serre invariants, ramification, and the analytic Milnor fiber. Invent. Math., 168(1) : , [5] Chris A. M. Peters and Joseph H. M. Steenbrink. Mixed Hodge structures, volume 52 of Ergebnisse der Mathematik und ihrer Grenzgebiete. 3. Folge. A Series of Modern Surveys in Mathematics [Results in Mathematics and Related Areas. 3rd Series. A Series of Modern Surveys in Mathematics]. Springer-Verlag, Berlin, 2008.

1. La notion d espace fibré au sens de Steenrod

1. La notion d espace fibré au sens de Steenrod FIBRES, CONNEXIONS ET HOMOLOGIE CYCLIQUE par Max KAROUBI. La notion d espace fibré au sens de Steenrod.. Dans l acceptation la plus simple, un espace fibré ξ de base B et de fibre F est la donnée d une

Plus en détail

Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur.

Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur. Séminaire Chevalley 21 avril 1958 1958, exposé n o 1 ESPACES FIBRÉS ALGÉBRIQUES Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur. Sommaire

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables

Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables Marian Aprodu, Matei Toma Un théorème de structure pour les fibrés vectoriels stables de rang deux sur les surfaces elliptiques algébriques a été démontré

Plus en détail

Classes Caratéristiques.

Classes Caratéristiques. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Variétés dont le fibré cotangent est ample

Variétés dont le fibré cotangent est ample Variétés dont le fibré cotangent est ample Olivier Benoist Mémoire de magistère sous la direction d Olivier Debarre Table des matières Introduction 2 1 Variétés projectives lisses 3 1.1 Généralités..............................

Plus en détail

Sous la direction de Nikita Karpenko. Gilles Tauzin

Sous la direction de Nikita Karpenko. Gilles Tauzin Sous la direction de Nikita Karpenko Gilles Tauzin Années universitaires 20042007 Théorème de Bézout et applications Ici, k est un corps algébriquement clos. Lorsque l'on étudie des courbes dans le plan

Plus en détail

Projet de Semestre. été 2005. Fibrés Vectoriels. Oliver Prosperi. Professeur Responsable: prof. K. Hess Bellwald

Projet de Semestre. été 2005. Fibrés Vectoriels. Oliver Prosperi. Professeur Responsable: prof. K. Hess Bellwald Projet de Semestre été 2005 Fibrés Vectoriels Oliver Prosperi Professeur Responsable: prof. K. Hess Bellwald Table des matières Résumé 2 Table des notations 2 Introduction 3 Chapitre 1. K-familles 5 1.

Plus en détail

Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique»

Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique» Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique» Cécile Armana, Institut de Mathématiques de Jussieu Séminaire lambda, Institut de Mathématiques de Bordeaux, 16 mai 2007 Selon une citation

Plus en détail

Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach

Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach E extracta mathematicae Vol. 19, Núm. 2, 233 241 (2004) Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach R. El Harti Département de Mathématiques, Faculté des Sciences et Techniques Université

Plus en détail

La preuve se fait en deux étapes dont les buts sont les suivants :

La preuve se fait en deux étapes dont les buts sont les suivants : Ce texte présente quelques notes concernant les résultats de l article de J.Kollár [Ko04] sur la R-équivalence en famille. Le théorème principal est le suivant : Théorème 1. Soit K un corps local et soit

Plus en détail

Resumé des travaux. 3. si κ(x) = 1, alors il existe un morphisme f : Y Z, avec Y birationnelle

Resumé des travaux. 3. si κ(x) = 1, alors il existe un morphisme f : Y Z, avec Y birationnelle Resumé des travaux Je m intéresse à des problèmes concernant la classification des variétés projectives complexes. Le développement des techniques a amené à considérer comme objets de la classification,

Plus en détail

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme...

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme... Maths PCSI Cours Espaces affines Table des matières 1 Espaces et sous-espaces affines 2 1.1 Espaces affines et translations.................................... 2 1.2 Exemples d espaces affines......................................

Plus en détail

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11.1. Espaces vectoriels, algèbres 11.1.1. Structure d espace vectoriel et d algèbre 11.1.2. Combinaisons linéaires 11.1.3. Espaces vectoriels et algèbres

Plus en détail

QUOTIENT D UNE VARIÉTÉ AFFINE PAR UN GROUPE LINÉAIREMENT RÉDUCTIF. par. David

QUOTIENT D UNE VARIÉTÉ AFFINE PAR UN GROUPE LINÉAIREMENT RÉDUCTIF. par. David QUOTIENT D UNE VARIÉTÉ AFFINE PAR UN GROUPE LINÉAIREMENT RÉDUCTIF par David Le but de l exposé est de montrer que le quotient catégorique d une variété affine par un groupe algébrique linéairement réductif

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

Charles Cochet GÉNÉRALITÉS SUR LES FIBRÉS

Charles Cochet GÉNÉRALITÉS SUR LES FIBRÉS GÉNÉRALITÉS SUR LES FIBRÉS Charles Cochet C. Cochet Université Paris 7 Denis Diderot, UFR de mathématiques, UMR7586, 2, place Jussieu, 75251 Paris cedex 05, France. E-mail : cochet@math.jussieu.fr Url

Plus en détail

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières.

TD7. ENS Cachan M1 Hadamard 2015-2016. Exercice 1 Sous-espaces fermés de C ([0,1]) formé de fonctions régulières. Analyse fonctionnelle A. Leclaire ENS Cachan M Hadamard 25-26 TD7 Exercice Sous-espaces fermés de C ([,] formé de fonctions régulières. Soit F un sous-espace vectoriel fermé de C ([,] muni de la convergence

Plus en détail

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier François Brunault Exposé au séminaire de mathématiques pures, Université de Clermont-Ferrand, mardi 15 novembre 25 Les courbes elliptiques sont

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure.

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure. Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Analyse Fonctionnelle (Licence 3 Mathématiques-Informatique Daniel Li Construction de la mesure de Lebesgue 28 janvier 2008 Dans ce chapitre, nous allons

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

Yves Laszlo COURS DE M2 INTRODUCTION À LA

Yves Laszlo COURS DE M2 INTRODUCTION À LA Yves Laszlo COURS DE M2 INTRODUCTION À LA GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE 2004-2005 Yves Laszlo École Polytechnique, CMLS, 91128 Palaiseau, France. E-mail : laszlo@math.polytechnique.fr COURS

Plus en détail

Algèbres de cohomologie et cycles des variétés algébriques et kähleriennes

Algèbres de cohomologie et cycles des variétés algébriques et kähleriennes Algèbres de cohomologie et cycles des variétés algébriques et kähleriennes François Charles, sous la direction de Claire Voisin 27 novembre 2007 1 Introduction Ce texte se veut une courte introduction

Plus en détail

Éclatements. X = Proj ( I d)

Éclatements. X = Proj ( I d) Éclatements 1 Définition Soit X un schéma et I un faisceau cohérent d idéaux définissant un sous-schéma fermé Y X. Définition 1.1 L éclatement de I (ou de Y) dans X est le X-schéma X défini par X = Proj

Plus en détail

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard Localisation des valeurs propres : Quelques propriétés sur les disques de Gerschgorin. Jean-Baptiste Campesato 22 septembre 29 Gerschgorin est parfois retranscrit en Gershgorin, Geršgorin, Hershhornou

Plus en détail

Premier cours : jeudi 20 septembre.

Premier cours : jeudi 20 septembre. Premier cours : jeudi 20 septembre. 1 Préliminaires Espace projectif L espace projectif P n est le quotient de C n+1 \ {0} par les homothéties : P n = C n+1 \ {0}/ où (x 0,, x n ) (c.x 0,, c.x n ) avec

Plus en détail

Autour de la conjecture ε de Serre

Autour de la conjecture ε de Serre Autour de la conjecture ε de Serre M. Tibouchi 29 novembre 2006 Résumé On se propose de présenter, à un niveau aussi élémentaire que possible, un certain nombre des idées intervenant dans la preuve par

Plus en détail

COURS M2 GÉOMÉTRIE ET TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLES 2013-2014 FEUILLE D EXERCICES NO. 2 : CHAMPS DE VECTEURS, COMPLÉMENT DE COURS : FIBRÉS VECTORIELS

COURS M2 GÉOMÉTRIE ET TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLES 2013-2014 FEUILLE D EXERCICES NO. 2 : CHAMPS DE VECTEURS, COMPLÉMENT DE COURS : FIBRÉS VECTORIELS COURS M2 GÉOMÉTRIE ET TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLES 203-204 FEUILLE D EXERCICES NO. 2 : CHAMPS DE VECTEURS, DÉRIVÉE DE LIE COMPLÉMENT DE COURS : FIBRÉS VECTORIELS ALEXANDRU OANCEA Exercice. (crochet, flots,

Plus en détail

TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLE TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLE François LAUDENBACH INTRODUCTION 1 Pour la rédaction d un premier cours de Topologie Différentielle, l écueil est de gaspiller son énergie à mettre en place beaucoup d objets nouveaux,

Plus en détail

Corrigé Problème. Partie I. I-A : Le sens direct et le cas n = 2

Corrigé Problème. Partie I. I-A : Le sens direct et le cas n = 2 33 Corrigé Corrigé Problème Théorème de Motzkin-Taussky Partie I I-A : Le sens direct et le cas n = 2 1-a Stabilité des sous-espaces propres Soit λ une valeur propre de v et E λ (v) le sous-espace propre

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Algèbre approfondie - Automne 2007

Algèbre approfondie - Automne 2007 Algèbre approfondie - Automne 2007 ENS-Lyon ALGÈBRE COMMUTATIVE II : CORRIGÉ Exercice 1 (Localisation des modules) 1) Si (M,λ ) et (M,λ ) sont deux couples satisfaisant à la propriété universelle considérée,

Plus en détail

New York Journal of Mathematics. Fonctions L d Artin et nombre de Tamagawa motiviques

New York Journal of Mathematics. Fonctions L d Artin et nombre de Tamagawa motiviques New York Journal of Mathematics New York J. Math. 16 (2010) 179 233. Fonctions L d Artin et nombre de Tamagawa motiviques David Bourqui Résumé. Dans la première partie de ce texte, nous définissons des

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Mars 2015 67ème année, 2014-2015, n o 1097 CATÉGORIES SUPÉRIEURES ET THÉORIE DES TOPOS

Séminaire BOURBAKI Mars 2015 67ème année, 2014-2015, n o 1097 CATÉGORIES SUPÉRIEURES ET THÉORIE DES TOPOS Séminaire BOURBAKI Mars 2015 67ème année, 2014-2015, n o 1097 CATÉGORIES SUPÉRIEURES ET THÉORIE DES TOPOS par Denis-Charles CISINSKI INTRODUCTION La théorie des catégories est profondément liée à la topologie

Plus en détail

1 Séancs du 14/21.11.08

1 Séancs du 14/21.11.08 1 1 Séancs du 14/21.11.08 1.1 Le rayon spectral Le spectre d un opérateur (ici, élément d une algèbre stellaire) est un compact non vide. La compacité est immédiate, car, pour z > u, u zi peut être inversé

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

Table des matières. 1. Espaces propres et espaces caractéristiques

Table des matières. 1. Espaces propres et espaces caractéristiques RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES OLIVIER DEBARRE Table des matières 1. Espaces propres et espaces caractéristiques 1 2. Décomposition de Dunford 4 3. Structure des endomorphismes nilpotents et réduite de Jordan

Plus en détail

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015 Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016 Matthieu Romagny Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas Cours du 7 septembre 2015 Références [Pour la géométrie] [EH] D.

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N

EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N PORTUGALIAE MATHEMATICA Vol. 53 Fasc. 4 1996 EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N B. Khodja Résumé: Soit f une fonction numérique continue, localement lipschitzienne

Plus en détail

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }.

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }. Dans tout ce qui suit on désigne par k un corps commutatif de caractéristique différente de 2 (par exemple R ou C) etpare un k-espace vectoriel de dimension finie n>0. On appelle L(E) l anneau des endomorphismes

Plus en détail

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale Devoir maison n 5 MP Lycée Clemenceau A rendre le 7 janvier 214 Centrale - Dans le problème, λ désigne toujours une application continue de IR + dans IR +, croissante et non majorée. - Dans le problème,

Plus en détail

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2 Guillaume CARLIER L1, année 2006-2007 2 Ce support de cours est basé sur le poly de Tristan Tomala des années précédentes.

Plus en détail

Université de Montréal. Évaluation du régulateur sur une courbe modulaire et valeurs particulières. Nicolas Bouchard

Université de Montréal. Évaluation du régulateur sur une courbe modulaire et valeurs particulières. Nicolas Bouchard Université de Montréal Évaluation du régulateur sur une courbe modulaire et valeurs particulières par Nicolas Bouchard Département de mathématiques et de statistique Faculté des arts et des sciences Mémoire

Plus en détail

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel.

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Devoir à la maison et sujet de partiel Exercice 1 Soit d non rationel. Dans l anneau on definit la conjugaison" z : Z[ d] = {n + m d n,m Z} si z

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Université Lille I 2010-2011. Feuille 1

Université Lille I 2010-2011. Feuille 1 Université Lille I 00-0 Feuille Dans la suite D est un domaine de C, muni d une pseudo-métrique infinitésimale définie par un poids ρ. On note d la pseudo-distance induite. Exercice. On suppose ici que

Plus en détail

DESCENTES DES DÉRANGEMENTS ET MOTS CIRCULAIRES(*)

DESCENTES DES DÉRANGEMENTS ET MOTS CIRCULAIRES(*) DESCENTES DES DÉRANGEMENTS ET MOTS CIRCULAIRES(*) Jacques DÉSARMÉNIEN (**) ET Michelle WACHS (***) RÉSUMÉ. Au moyen de deux bijections, dues à Macdonald et à Gessel, nous établissons que l ensemble des

Plus en détail

Espaces euclidiens. 1 Définitions et exemples. 2 Orthogonalité, norme euclidienne 2. 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 2

Espaces euclidiens. 1 Définitions et exemples. 2 Orthogonalité, norme euclidienne 2. 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 2 Espaces euclidiens Table des matières 1 Définitions et exemples 1 Orthogonalité, norme euclidienne 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 4 Orthogonalisation de Schmidt 3 5 Sous-espaces orthogonaux 3

Plus en détail

MASTER 1 DE MATHÉMATIQUES Topologie, 1er semestre. Luisa Paoluzzi

MASTER 1 DE MATHÉMATIQUES Topologie, 1er semestre. Luisa Paoluzzi MASTER 1 DE MATHÉMATIQUES Topologie, 1er semestre Luisa Paoluzzi Le programme du cours sera divisé en deux parties principales : dans un premier temps on reprendra le programme de topologie générale de

Plus en détail

Chapitre 6 : Fibrés vectoriels

Chapitre 6 : Fibrés vectoriels Chapitre 6 : Fibrés vectoriels Pierre Pansu July 12, 2005 La formule de Gauss-Bonnet relie la courbure d une métrique riemannienne sur une surface à un invariant topologique de la surface, la caractéristique

Plus en détail

Exercice 1. [Échauffement sur quelques inclusions] 2. Soient p, q [1, ]. Quelle inclusion y a-t-il entre L p et L q? Cette inclusion est-elle

Exercice 1. [Échauffement sur quelques inclusions] 2. Soient p, q [1, ]. Quelle inclusion y a-t-il entre L p et L q? Cette inclusion est-elle ENS de Lyon TD 1 21/09/2015 M1 - Analyse Avancée Exercice 1. [Échauffement sur quelques inclusions] 1. Soient p, q [1, ]. Quelle inclusion y a-t-il entre l p et l q? Cette inclusion est-elle continue?

Plus en détail

Jacobiennes modulaires non hyperelliptiques de dimension 3

Jacobiennes modulaires non hyperelliptiques de dimension 3 Jacobiennes modulaires non hyperelliptiques de dimension 3 Roger Oyono University of Waterloo Séminaire de Théorie des nombres, Limoges 2007 Jacobiennes modulaires de dimension 3 1 Courbes non hyperelliptiques

Plus en détail

Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques.

Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques. Université Paris-Dauphine DU MI2E, 2ème année Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques. Cours 2010/2011 Olivier Glass Le polycopié qui suit peut avoir des différences

Plus en détail

Sujets HEC B/L 2013-36-

Sujets HEC B/L 2013-36- -36- -37- Sujet HEC 2012 B/L Exercice principal B/L1 1. Question de cours : Définition et propriétés de la fonction de répartition d une variable aléatoire à densité. Soit f la fonction définie par : f(x)

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Sur l image du groupe de tresses dans l algèbre de Hecke

Sur l image du groupe de tresses dans l algèbre de Hecke Sur l image du groupe de tresses dans l algèbre de Hecke conférence en l honneur de F. Digne, 1er avril 2015 Le groupe de tresses et l algèbre de Hecke B n = σ 1,..., σ n 1 σ i σ i+1 σ i = σ i+1 σ i σ

Plus en détail

Autour de la diagonalisation

Autour de la diagonalisation Autour de la diagonalisation Cédric Gérot, Pierre Granjon, Nicolas Le Bihan Laboratoire des Images et des Signaux Grenoble January 22, 2003 Contents 1 Eléments d algèbre 2 11 Espace vectoriel 2 111 Définition

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

arxiv:1204.2368v2 [math.rt] 18 Apr 2012

arxiv:1204.2368v2 [math.rt] 18 Apr 2012 STRUCTURE INTERNE DES REPRÉSENTATIONS MODULO p DE SL 2 (Q p ) RAMLA ABDELLATIF AND STEFANO MORRA arxiv:1204.2368v2 [math.rt] 18 Apr 2012 Résumé. Soit p 5 un nombre premier. À l aide de travaux antérieurs

Plus en détail

EMLYON 2015 S. Éléments de correction

EMLYON 2015 S. Éléments de correction EMLYON 15 S Éléments de correction ECS Lycée La ruyère, Versailles Année 1/15 Premier problème Première partie 1. On peut vérifier le critère de sous-espace vectoriel E et, pour P 1, P E et λ R, λp 1 +

Plus en détail

Bases du Modèle Linéaire

Bases du Modèle Linéaire AgroParisTech Bases du Modèle Linéaire J.J. Daudin, E. Lebarbier, C. Vuillet Table des matières 1 Introduction 3 2 Estimation des paramètres 5 2.1 Estimation des paramètres de l espérance......................

Plus en détail

Réduction. Sous-espaces stables. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1

Réduction. Sous-espaces stables. [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1 Réduction Sous-espaces stables Exercice 1 [ 00755 ] [Correction] Soient u et v deux endomorphismes d un K-espace vectoriel E. On suppose

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Autour de a n ± b n. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Igor KORTCHEMSKI NIVEAU : Avancé STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices Autour de a n ± b n Ce cours présente des résultats concernant l étude des facteurs

Plus en détail

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés L3 Maths, 1 er semestre 20112012 Espaces métriques Plan du cours On suppose connues les propriétés élémentaires des nombres réels et des espaces vectoriels et, uniquement pour les exemples, quelques propriétés

Plus en détail

Maximisation de la fonction d utilité exponentielleprix d indifférence dans un modèle avec défauts

Maximisation de la fonction d utilité exponentielleprix d indifférence dans un modèle avec défauts Maximisation de la fonction d utilité exponentielleprix d indifférence dans un modèle avec défauts Thomas Lim Université Paris 7-LPMA Travail en collaboration avec Marie-Claire Quenez Séminaire des jeunes

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Sur les extensions de groupe de Galois Ã4

Sur les extensions de groupe de Galois Ã4 ACTA ARITHMETICA LXII.1 (1992) Sur les extensions de groupe de Galois Ã4 par C. Bachoc et S.-H. Kwon (Talence) 0. Introduction. Soit K/k 0 une extension séparable de degré n, et soit N/k 0 sa clôture galoisienne

Plus en détail

ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1

ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1 Université Blaise Pascal U.F.R. Sciences et Technologies Département de Mathématiques et Informatique Licence de Mathématiques Troisième année, U.E. 35MATF2 ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1 Polycopié du cours

Plus en détail

UNE INTRODUCTION AUX INVARIANTS DE CHERN SIMONS

UNE INTRODUCTION AUX INVARIANTS DE CHERN SIMONS UNE INTRODUCTION AUX INVARIANTS DE CHERN SIMONS GWÉNAËL Résumé. Cette note, informelle et imprécise, accompagne un exposé donné le 30 janvier 2008 au «Séminaire G3» à Strasbourg. Nous présentons l article

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

COHOMOLOGIE LOCALE DES FAISCEAUX COHÉRENTS ET LOCAUX ET GLOBAUX

COHOMOLOGIE LOCALE DES FAISCEAUX COHÉRENTS ET LOCAUX ET GLOBAUX SÉMINAIRE DE GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE DU BOIS MARIE 1962 COHOMOLOGIE LOCALE DES FAISCEAUX COHÉRENTS ET THÉORÈMES DE LEFSCHETZ LOCAUX ET GLOBAUX (SGA 2) Alexander Grothendieck (rédigé par un groupe d auditeurs)

Plus en détail

ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES

ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Chapitre 5 ÉTUDE MATHÉMATIQUE DES PROBLÈMES ELLIPTIQUES Exercice 5.2.1 A l aide de l approche variationnelle démontrer l existence et l unicité de la solution de { u + u = f dans (5.1) u = 0 sur où est

Plus en détail

SURCONVERGENCE, RAMIFICATION ET MODULARITÉ. par. Vincent Pilloni et Benoît Stroh

SURCONVERGENCE, RAMIFICATION ET MODULARITÉ. par. Vincent Pilloni et Benoît Stroh SURCONVERGENCE, RAMIFICATION ET MODULARITÉ par Vincent Pilloni et Benoît Stroh Résumé. Nous démontrons un théorème de relèvement modulaire pour les représentations galoisiennes de dimension deux, totalement

Plus en détail

COHOMOLOGIE ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE

COHOMOLOGIE ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE COHOMOLOGIE ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE JEAN-PIERRE SERRE De nombreux problèmes de géométrie algébrique classique peuvent être formulés et étudiés de la façon la plus commode au moyen de la théorie des faisceaux:

Plus en détail

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique c M Dunseath-Terao - Master 1 de Physique UR1 2006 2007 1 Complément 1 Le moment cinétique 1.1. Le moment cinétique en mécanique classique L équation du mouvement d un corps en rotation en mécanique classique

Plus en détail

Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24)

Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24) Espaces de Sobolev Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002 medp-sobolevtex (2001nov24) Sauf mention explicite du contraire, toutes les fonctions considérées seront à valeurs réelles

Plus en détail

PROBLÈME : Endomorphismes semi-linéaires et valeurs co-propres. Partie I

PROBLÈME : Endomorphismes semi-linéaires et valeurs co-propres. Partie I PROBLÈME : Endomorphismes semi-linéaires et valeurs co-propres Sujet complet Mines Pont 2001 - PSI Partie I 1. Premières propriétés Remarquons d abord que la définition de la semi-linéarité de u est équivalente

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES Calcul Différentiel et Équations Différentielles D. Azé Université Paul Sabatier Toulouse 2008 Table des matières 1 Généralités sur les espaces normés 3 1.1 Espaces

Plus en détail

Information Quantique DM- à rendre avant le 7 Avril 2015, à midi

Information Quantique DM- à rendre avant le 7 Avril 2015, à midi ENSEIRB-MATMECA- Section Informatique, 2ième année Option second semestre, 2014/2015 Information Quantique DM- à rendre avant le 7 Avril 2015, à midi Indications : Chaque partie dépend des parties précédentes.

Plus en détail

GROUPES LIBRES ET PRÉSENTATIONS DE GROUPES

GROUPES LIBRES ET PRÉSENTATIONS DE GROUPES GROUPES LIBRES ET PRÉSENTATIONS DE GROUPES Nous verrons ici comment présenter un groupe en termes de générateurs relations. Le but est de préciser le groupe de manière en même temps minimaliste parlante.

Plus en détail

Correction du devoir maison n o 7 PARTIE I

Correction du devoir maison n o 7 PARTIE I Lycée Kléber Pour le 5 décembre 2014 PSI* 2014-2015 Correction du devoir maison n o 7 (Mines I PSI 2001) MATHEMATIQUES PARTIE I Remarquons d abord que la définition de la semi-linéarité de u est équivalente

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie

Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M. Topologie Université de Cergy-Pontoise 2008-2009 Calcul Diff S6 M Topologie 1 Espaces métriques 1.1 Distance Dans toute cette partie E représente un ensemble qui n est pas forcément un espace vectoriel. Définition

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Espaces vectoriels de dimension finie 1 Questions de cours 3 Exercices 1. Énoncer et montrer le théorème de la base incomplète. 2. Soit E de dimension finie n et F un sousespace de E. Montrer que F est

Plus en détail

Rappels (1) Objectif et plan. Rappels (2) On considère le problème modèle, supposé bien posé, Chercher uh V h tel que (1) a(u, v) = b(v)

Rappels (1) Objectif et plan. Rappels (2) On considère le problème modèle, supposé bien posé, Chercher uh V h tel que (1) a(u, v) = b(v) Rappels (1) On considère le problème modèle, supposé bien posé, { Chercher u V tel que a(u, v) = b(v) v V (1) Éléments finis en 2D Alexandre Ern ern@cermics.enpc.fr http://cermics.enpc.fr/cours/cs (V Hilbert,

Plus en détail

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense.

Feuille d exercices n o 1. N(x i ). 4. On rappelle qu un espace normé est séparable s il contient une partie dénombrable dense. 1 Feuille d exercices n o 1 1. Deuxième forme géométrique du théorème de Hahn-Banach Soient A E et B E deux convexes, non vides, disjoints (E est une espace vectoriel normé). On suppose que A est fermé

Plus en détail

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Exercice 1 On considère sur R la loi de composition définie par x y = x + y xy. Cette loi est-elle associative, commutative?

Plus en détail

FONCTIONS THÊTA, II PAR

FONCTIONS THÊTA, II PAR Bull. Soc. math. France, 119, 1991, p. 259 291. FIBRÉS DE RANG DEUX SUR UNE COURBE, FIBRÉ DÉTERMINANT ET FONCTIONS THÊTA, II PAR Arnaud BEAUVILLE (*) RÉSUMÉ. SoitM d l espace des modules des fibrés semi-stables

Plus en détail

NOMBRES ALGÉBRIQUES ET NOMBRES p-adiques. cours préparatoire aux études doctorales 2003-04. par Loïc Merel

NOMBRES ALGÉBRIQUES ET NOMBRES p-adiques. cours préparatoire aux études doctorales 2003-04. par Loïc Merel NOMBRES ALGÉBRIQUES ET NOMBRES p-adiques cours préparatoire aux études doctorales 2003-04 par Loïc Merel Université Pierre et Marie Curie Université Denis Diderot I Les valeurs absolues des nombres rationnels

Plus en détail

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal Cours d Analyse Semestre 1 Stéphane Attal 2 Contents 1 Les nombres réels 5 1.1 Les ensembles usuels de nombres................ 5 1.2 Ensembles ordonnés........................ 6 1.3 Le corps des nombres

Plus en détail

Chapitre : Fonctions convexes

Chapitre : Fonctions convexes Chapitre : Fonctions convexes I Définition Définition 1 Soit f : I R une fonction continue où I un intervalle de R On dit que f est une fonction convexe si (x, y I 2, λ [0, 1], f(λx + (1 λy λf(x + (1 λf(y

Plus en détail

Intégrales curvilignes et de surfaces

Intégrales curvilignes et de surfaces Intégrales curvilignes et de surfaces Fabrice Dodu FORMATION CONTINUE : DUT+3 DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES : INSA TOULOUSE 2-21 Version 1. Sommaire I Le cours 6 1 Intégrales curvilignes 8 1.1 Notions sur

Plus en détail