π 0 = réduction modulo t X s (k) = origine des arcs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "π 0 = réduction modulo t X s (k) = origine des arcs"

Transcription

1 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE Dans ce qui suit on fixera : 1. Cadre et Notations k = corps, car(k) = 0, k = k R := k[[t]], K = k((t)) K(d) := k(( d t)) R(d) = k[[ d t]] X=k-variété = k-schéma séparé réduit de type fini sur k X lisse, irréductible, dim X = m f : X A 1 = Spec k[t] un morphisme dominant et f lisse sur X \ f 1 (0). X s = f 1 (0) la fibre spéciale ˆX la complétion t-adique de f ˆX = lim ( X k[t] k[[t]] ) k[[t]] k[t]/t n+1, ˆX Spf R ˆX η = la fibre générique = variété rigide lisse de dimension m 1 ˆX s = la fibre spéciale, canoniquement isomorphe à f 1 (0) L(X) l espace des arcs tracés sur X X (d) = {ψ L(X) f(ψ) = t d } X (d, 1) = {ψ L d (X) f(ψ) = t d mod t d+1 } M Xs = K 0 (V ar Xs )[L 1 ] où L = [A 1 X s X s ] µ la mesure motivique Pour x un point fermé de X s on note i 1 C est le morphisme de restriction à {x}. x : M Xs M k A p : [p 1 (x)] X s 2.1. Rappels. 2. Introduction et résultats Rappelons que pour tout d 1, il existe une bijection points / arcs ˆX(R(d)) thm de Grothendieck ( X k[t] R ) (R(d)) sp ϕ d bijection bijection reparamétrage ˆX η (K(d)) X (d)(k) sp = réduction modulo d t π 0 = réduction modulo t X s (k) = origine des arcs La fibre de Milnor analytique de f en x notée F x est le tube ]x[ égal à sp 1 ({x}). Pour tout d, les K(d) points de F x, correspondent aux arcs tracés sur X, d origine x et dont l évaluation sur f vaut t d. 1

2 2 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE 2.2. Série de Poincaré des volumes volume motivique (Nicaise-Sebag [4]). avec ω une forme volume sur X, F ( ˆX, ω/df, d) = ˆX(K(d)) ω/df (d) M Xs. Fait : Cette série est rationnelle. Conséquences : S( ˆX, ω/df, T ) := d 1 F ( ˆX, ω/df, d)t d M Xs [[T ]] S( ˆX, ˆK s ) := lim T S( ˆX, ω/df, T ) M Xs C est par définition le volume motivique de la fibre proche rigide ˆX η. S x ( ˆX, ˆK s ) := i 1 x S( ˆX, ˆK s ) M Xs C est par définition le volume motivique de la fibre de Milnor analytique F x. Attention : Ces quantités ne dépendent pas de ω Fonction zêta motivique Fibre de Milnor motivique (Denef-Loeser [1], [2]). Cette série formelle est rationnnelle. Z(T ) := d 1[X d,1 ]L md T d M Xs [[T ]] Définition : fibre de Milnor motivique de f ou cycles proches motiviques de f : S f := lim T Z(T ) M X s Définition : fibre de Milnor motivique de f en x En particulier S f,x = lim S f,x := i 1 x S f M k T d 1 µ(x (d) ϕ(0)=x )T d. S f,x est obtenu en ne considérant que les arcs d origine x Lien entre ces notions. Le point clé : S f est le volume motivique de ˆX η et S f,x est le volume motivique de F x. Pour tout d 1 : F ( ˆX, ω/df, d) = L (d+1)(m 1) [X d,1 ]. On en déduit les égalités suivantes sur les fonctions zêta et leur limite : S( ˆX, ω/df, T ) = L (m 1) Z(LT ), S( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) S f M Xs,

3 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE 3 Quelques remarques : S x ( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) S f,x M {x}. m 1 est ici la dimension de la fibre générique. Le groupe de Galois G(K(d)/k) = µ d (k) agit sur la variété rigide ˆX η (K(d)) et sur l espace d arcs X (d) par λ.ϕ(t) = ϕ(λt). La bijection ϕ d est compatible avec ces actions. On a les égalités S( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) S f Mˆµ X s, 2.5. Réalisation de Hodge. On a le morphisme de réalisation de Hodge C est un morphisme d anneaux. S x ( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) S f,x Mˆµ {x}. χ H : Mˆµ { } K 0 (SH mon ) [X σ ] k ( 1)k [H k c (X, Q)] σ Théorème 2.1 (Denef-Loeser [1]). Dans l anneau K 0 (SH mon ) on a l égalité : où par définition χ H (S f,x ) = [SHM(F x )] [SHM(F x )] = k ( 1) k [H k c (F x, Q)] Tx où F x est la fibre de Milnor de f en x, T x la monodromie de f en x et pour tout k, H k c (F x, Q) est la structure de Hodge mixte limite de Steenbrink. Principe clé : Les deux théorèmes de rationnalités et les égalités F ( ˆX, ω/df, d) = L (d+1)(m 1) [X d,1 ], χ H (S f,x ) = [SHM(F x )] peuvent se prouver en exprimant F ( ˆX, ω/df, d), [X d,1 ] et [SHM(F x )] en termes d une log-résolution du couple (X, X s ). Pour une formule donnant [SHM(F x )] en termes d une log-résolution (semi-stable) voir [5], Cor Bon cadre Pour toute la suite soit (X, X s, h) une log-résolution du couple (X, X s ) : (1) X lisse (2) h propre (3) h : X \ X s X \ X s est un isomorphisme (4) X s = i I N ie i est un diviseur à croisements normaux. On notera div Jac h = i I (ν i 1)E i, le diviseur jacobien. Stratification naturelle de X s : X s = J I,J E 0 J avec E0 J = i J E i \ i / J E i Le revêtement E 0 J E J pour J I, J :

4 4 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE C est un revêtement Galoisien non ramifié de groupe de Galois µ mj localement comme suit : avec m J = pgcd i J (N i ). On le construit il existe un ouvert de Zariski U de X tel que f h = uv m J où u est une fonction inversible et v : U A 1 (en coordoonnées locales, au voisinage de x EJ 0 on a f h = u i J xni i = u( i J xni/m J i ) m J ) On pose E J 0 p 1 (U) := {(z, y) A 1 EJ 0 U z m J = u 1 } µm J. L action est donnée par λ.(z, y) = (λz, y) et la flèche du revêtement est donnée par la deuxième projection. On peut recouvrir EJ 0 par de tels ouverts affines puis recoller le tour en un revêtement. Le point crucial à montrer : 4. Fonction zêta motivique Pour tout d 1, on a µ(z d,1 ) = [X d,1 ]L md = =J I avec Z d,1 = π 1 d (X d,1) = {ϕ L(X) f(ϕ(t)) = 1.t d +..}. (L 1) J 1 [ E J 0] i I kini=d k i 1 L k iν i. Par conséquent par sommation des séries géométriques, la fonction zêta sera rationnelle et l on a S f = ( 1) J (L 1) J 1 [ E J 0]. =J I Idée clée : h est propre donc h induit une bijection (critère de propreté) Pour un arc ϕ L(X), on notera ϕ son relevé. Fixons : h : L(X ) \ L(X s) L(X) \ L(X s ) On classe les arcs ϕ de X non tracés dans X s suivant l origine et la tangence à X s de l arc remontés ϕ : {! J I, ϕ(0) EJ, 0 ki 1, i J ord t E i ϕ = 0, i / J. (1) J I, J (2) U = ouvert affine de Zariski de X où f h = u i J x Ni i (3) (k i ) N J tel que i J k in i = d posons alors { U (ki) := ψ L(U) ψ(0) E0 J, ord te i ϕ = k i, i J (f h)(ψ) = 1.t d +... Remarquons que (1) U (ki) L(X s) = donc h : U (ki) h(u (ki)) est une bijection. (2) ord t Jac h est constant sur (U (ki)) i I et égal à L i J (νi 1)ki. Par la formule de changement de variables de Denef-Loeser on a µ X (h(u (ki))) = L k i(ν i 1) µ X (U (ki)). On montre alors (1) µ X (U (ki)) = (L 1) J 1 [ E 0 J U]Ldm i J kj. (2) µ X (Z d,1 ) est obtenue par additivité de µ X et d un recollement de X par de tels ouverts affines U. }.

5 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE 5 Preuve de (1) : On complète les J fonctions x i en une application étale U Am C. Par le lemme de Hensel ceci induit un isomorphisme L(U) U A m C L d (A m C ) ϕ (ϕ(0), (x i (ϕ(t))) i J, (y i (ϕ(t))) i / J ) On obtient alors un isomorphisme { π d (U (ki)) U EJ 0 (zi t ki t d ) i J ( t d ) i / J }. Ainsi π d (U (ki)) est un fibré affine de fibre A nd i J ki et de base W J := {(z i, y) C J (E 0 J U) i I z Ni i u = 1} notons qu avec ces notations i I zni i u est le coefficient angulaire de f(ϕ(t)). En particulier on a [π d (U (ki))] = [W J ]L md i J ki. Considérons un automorphisme de (C ) J de la forme (z i ) i J ( j J z ai,j j ) i J = (z j) j J, où a i,j est une base de Z J et a 1 = (N i /m J ). On obtient un isomorphisme W J C ( J 1) ( E 0 J U) car Soit : i J z Ni i u = 1 z m J.u = Série de Poincaré des volumes et fibre de Minor analytique. X un schéma formel stft sur R générériquement lisse (X η est lisse sur K) ω une forme volume sur X η. On définit ω comme suit : X Si X est lisse sur R voir la construction dans l exposé de Johannes, (Loeser-Sebag [3]). Si X est non lisse sur R alors il faut prendre une lissification de Néron g : X X telle que : (1) g est un morphisme de schémas formels stft, (2) X est lisse sur R, (3) g η : X η X η est une immersion ouverte, (4) g η induit une bijection X η (K) X η (K). Définition : X ω = g η! h X η ω MX0 = L dim Xη U π 0(X s )[U]L ord U h η ω. Attention : Par une formule de changement de variables ceci ne dépend pas du choix de la lissification.

6 6 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE Lemme 5.1. Si alors (1) X et X sont deux schémas formels génériquement lisses stft de dimension m (2) g : X X est un morphisme (3) g : X η X η est un isomorphisme (4) ω une m-forme sur X η ω = X Cela suit de la formule de changement de variables. Dans notre situation (1) ˆX(K(d)) et ˆX (K(d)) vérifient les conditions X (2) h induit un morphisme ĥ : ˆX (K(d)) ˆX(K(d)) tel que ĥ : ˆX η (K(d)) ˆX η (K(d)) est isomorphisme. Par conséquent : g ω Pour tout d 1, F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) avec ω = h ω/df. Le théorème suivant est le lien entre la fibre de Milnor motivique et la fibre Milnor analytique : Théorème 5.2. F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) = L (m 1) =J I Ceci fournit la rationnalité de S( ˆX, ω/df, T ), la formule S( ˆX, ˆK s ) = L (m 1) et le lien avec S f. Démonstration. (L 1) J 1 [Ẽ0 J] =J I k i 1,i J i J k i N i =d ( 1) J (L 1) J 1 [ E 0 J ] L i J ki(ni νi) =: ( ) Définition 5.3. Un entier d 1 n est pas X s -linéaire si et seulement si J I, J > 1 et EJ 0, d ne sécrit jamais d = j J α jn j. Supposons d non X s -linéaire : (1) Nicaise et Sebag constuisent (voir plus loin) une lissification de Néron i : U ˆX (K(d)) tel que l ensemble des composantes soit décrit par et pour tout i avec N i d, π 0 (U s ) = (U i ) i,ni d bijection {Ẽ0 i i I, N i d}, Ẽ 0 i U i (isomorphisme de variétés). (2) Notons qu un calcul en coordonnées locales fournit : ord Ui i ω = d N i ord Ei ω = d N i (N i ν i ) Par conséquent, l ordre de i ω est constant sur chaque composante connexe de U.

7 où FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE 7 (3) Ainsi, en appliquant le lemme 5.1 et la relation de Chasles on a F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) = L (m 1) [Ẽ0 i ]L ord U i i ω. (4) Conclusion : comme d n est pas X s -linéaire on a F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) = L (m 1) i,n i d [Ẽ0 i ]L d(νi Ni)/Ni = ( ). Supposons que d est X s -linéaire : On se ramène au cas non linéaire via une suite finie d éclatements formels (1) ˆX (0) = ˆX (2) ˆX (j) s = k j i=1 N (j) i i,n i d π (j) : ˆX (j+1) ˆX (j), avec j {0,.., r 1} E (j) i, diviseur à croisements normaux (3) π j est un éclatement de centre E (j) J (avec J (j) {1,.., k j }, J ) (4) d n est pas X s (r) -linéaire Pour tout j {0,.., r 1}, π (j) : ˆX (j+1) η avec ω j+1 = π ω j donc ˆX (j) η est un isomorphisme donc par le lemme 5.1 F ( ˆX (j+1), ω j+1, d) = F ( ˆX (j), ω j, d) F ( ˆX, ω/df, d) = F ( ˆX, ω, d) = L (m 1) i,n i d [Ẽ0 i ]Ld/Niord E i r ωi (d non X s linéaire) = ( ) r (d non X s linéaire) = ( ). car (*) est stable sous éclatement formels des strates E J Construction de la lissification de Néron dans le cas d non X s -linéaire Notons ˆX (d) = ˆX R R(d). Notons ˆX (d) ˆX (d) la normalisation de ˆX(d), ceci existe pour les schémas formels. On a le carré cartésien : Ẽ(d) 0 i := ˆX (d) Xs E 0 i X(d) s E 0 i X s Théorème 5.4. Notons S m ( ˆX (d)) la partie lisse du morphisme ˆX(d) Spf(R). En ce cas S m ( ˆX (d)) ˆX (d) est une lissification de Néron pour d non X s linéaire. De plus et S m ( ˆX(d)s ) = Ni dẽ(d)0 i

8 8 FONCTION ZÊTA ET FIBRE DE MILNOR MOTIVIQUES DU POINT DE VUE DE LA GÉOMÉTRIE RIGIDE (1) par le morphisme ˆX(d) ˆX (N i ) on a l isomorphisme Ẽ(d)0 i E(N i ) 0 i. (2) E(Ni ) 0 i est canoniquement isomorphe à E 0 i. Références [1] Jan Denef and François Loeser. Motivic Igusa zeta functions. J. Algebraic Geom., 7(3) : , [2] Jan Denef and François Loeser. Geometry on arc spaces of algebraic varieties. In European Congress of Mathematics, Vol. I (Barcelona, 2000), volume 201 of Progr. Math., pages Birkhäuser, Basel, [3] François Loeser and Julien Sebag. Motivic integration on smooth rigid varieties and invariants of degenerations. Duke Math. J., 119(2) : , [4] Johannes. Nicaise and Julien Sebag. Motivic Serre invariants, ramification, and the analytic Milnor fiber. Invent. Math., 168(1) : , [5] Chris A. M. Peters and Joseph H. M. Steenbrink. Mixed Hodge structures, volume 52 of Ergebnisse der Mathematik und ihrer Grenzgebiete. 3. Folge. A Series of Modern Surveys in Mathematics [Results in Mathematics and Related Areas. 3rd Series. A Series of Modern Surveys in Mathematics]. Springer-Verlag, Berlin, 2008.

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015 Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016 Matthieu Romagny Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas Cours du 7 septembre 2015 Références [Pour la géométrie] [EH] D.

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958. ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH. par Antoine DUCROS

Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958. ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH. par Antoine DUCROS Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958 ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH par Antoine DUCROS INTRODUCTION Le but de ce texte est de présenter les fondements, ainsi

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057. PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze]

Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057. PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze] Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057 PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze] par Jean Marc FONTAINE INTRODUCTION Quiconque s est intéressé aux

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Quelques idées maîtresses de l œuvre de A. Grothendieck

Quelques idées maîtresses de l œuvre de A. Grothendieck Quelques idées maîtresses de l œuvre de A. Grothendieck Pierre Deligne Résumé Cet article tente d expliquer quatre concepts mathématiques fondamentaux créés par Grothendieck : les schémas, les topos, les

Plus en détail

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Adrien REISNER 1 Abstract. We here study a couple of algebraic and analytic properties of certain binary matrices in the spaces M n(r). In particular,

Plus en détail

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Préambule.................................... xv Bibliographie... xxi I L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Introduction...................................

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Théorème de Cayley Le (ou plutôt un des nombreux) théorème(s) de Cayley assure que tout groupe G s identifie de façon naturelle à un sous-groupe du groupe

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Introduction à la Cryptologie

Introduction à la Cryptologie Introduction à la Cryptologie Chapitre 11 : Classification et construction des corps finis Michael Eisermann (Institut Fourier, UJF Grenoble) Année 2008-2009 IF / IMAG, Master 1, S1-S2 document mis à jour

Plus en détail

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle Annals of Mathematics, 161 (2005), 1637 1644 Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle By Tien-Cuong Dinh and Nessim Sibony Abstract Let be a complex projective manifold

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé

Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé Boletín de la Asociación Matemática Venezolana, Vol. X, No. 1 (2003) 21 Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé par D. Cerveau Ivan Pan Résumé On introduit une notion

Plus en détail

Cher Jean-Pierre Serre, voici avec un peu de retard quelques explications sur les déterminants

Cher Jean-Pierre Serre, voici avec un peu de retard quelques explications sur les déterminants Cher Jean-Pierre Serre, voici avec un peu de retard quelques explications sur les déterminants de dimension 2. Soient k un anneau commutatif unitaire et R une k-algèbre associative unitaire. Un déterminant

Plus en détail

Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 )

Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 ) Séminaire de Géométrie Algébrique du Bois-Marie Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 ) par P. Deligne avec la collaboration de J.F. Boutot, A. Grothendieck, L. Illusie et J.L. Verdier 1977 i Typesetters note This

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Novembre 2008 61ème année, 2008-2009, n o 1000 LE GROUPE DE CREMONA ET SES SOUS-GROUPES FINIS. par Jean Pierre SERRE

Séminaire BOURBAKI Novembre 2008 61ème année, 2008-2009, n o 1000 LE GROUPE DE CREMONA ET SES SOUS-GROUPES FINIS. par Jean Pierre SERRE Séminaire BOURBAKI Novembre 2008 61ème année, 2008-2009, n o 1000 LE GROUPE DE CREMONA ET SES SOUS-GROUPES FINIS par Jean Pierre SERRE Qu est-ce que le groupe de Cremona? Pour un géomètre, c est le groupe

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6 Table des matières -1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes.......................................... 5 2 Anneaux.......................................... 5 3 Corps...........................................

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction CATÉGORIES DÉRIVÉES ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE Trois exposés à la semaine «Géométrie algébrique complexe» au CIRM, Luminy, décembre 2003 1. Introduction On étudie dans un premier temps les propriétés internes

Plus en détail

Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster.

Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster. Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster. Henri Lombardi et Claude Quitté. Notes de cours. Juillet 2008, avec quelques changements de détails en 2012,

Plus en détail

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars 2014 Plan 1 Rappels 2 Agrawal,

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Une forme générale de la conjecture abc

Une forme générale de la conjecture abc Une forme générale de la conjecture abc Nicolas Billerey avec l aide de Manuel Pégourié-Gonnard 6 août 2009 Dans [Lan99a], M Langevin montre que la conjecture abc est équivalente à la conjecture suivante

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

1.3 Produit matriciel

1.3 Produit matriciel MATRICES Dans tout ce chapitre, K désigne les corps R ou C, p et n des entiers naturels non nuls 1 Matrices à coefficients dans K 11 Définition Définition 11 Matrice On appelle matrice à coefficients dans

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN. À la mémoire de Marco Brunella

VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN. À la mémoire de Marco Brunella VARIÉTÉS CR POLARISÉES ET G-POLARISÉES, PARTIE I LAURENT MEERSSEMAN À la mémoire de Marco Brunella Abstract. Polarized and G-polarized CR manifolds are smooth manifolds endowed with a double structure:

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre TABLE DES MATIÈRES I. Extensions de corps......................................................................

Plus en détail

Invariants de classes : propriétés fonctorielles et applications à l étude du noyau

Invariants de classes : propriétés fonctorielles et applications à l étude du noyau Journal de Théorie des Nombres de Bordeaux 19 (2007), 415 432 Invariants de classes : propriétés onctorielles et applications à l étude du noyau par Jean GILLIBERT Résumé. L homomorphisme de classes mesure

Plus en détail

λ i f( x i ) (doncf(cl( x i ))=cl(f( x i )))

λ i f( x i ) (doncf(cl( x i ))=cl(f( x i ))) A) APPLICATIONS LINÉAIRES REM : dans ce cours,e,f etgdésignent desk-espaces vectoriels. I) GÉNÉRALITÉS. 1) Définition. DEF : Soit f une application de E dans F ; on dit que f est K-linéaire (ou que c est

Plus en détail

ENONCE : Le chiffrement de Hill ( Niveau Terminale S spécialité)

ENONCE : Le chiffrement de Hill ( Niveau Terminale S spécialité) ENONCE : Le chiffrement de Hill ( Niveau Terminale S spécialité) Le mathématicien américain Lester Hill (1891-1961) a inventé une méthode de chiffrement à clé symétrique (secrète) par substitution polygraphique

Plus en détail

SEMINAIRE DE GEOMETRIE ALGEBRIQUE DU BOIS MARIE REVETEMENTS ETALES ET GROUPE FONDAMENTAL (SGA 1) Un séminaire dirigé par A.

SEMINAIRE DE GEOMETRIE ALGEBRIQUE DU BOIS MARIE REVETEMENTS ETALES ET GROUPE FONDAMENTAL (SGA 1) Un séminaire dirigé par A. Ceci est une version saisie en L A TEX2e du livre Revêtements Étales et Groupe Fondamental, Lecture Notes in Mathematics, 224, Springer-Verlag, Berlin-Heidelberg- New York, 1971, par Alexander Grothendieck

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924 LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE 1. Énoncé de la conjecture La conjecture de Green est une vaste

Plus en détail

des invariants [Pro76], cette action s interprète comme une action polynomiale sur

des invariants [Pro76], cette action s interprète comme une action polynomiale sur 1. Programme de Recherche 1.1. Orbites finies sous l action des groupes de tresses. Le prolongement naturel de ce qui est présenté comme travail en cours consiste à déterminer les orbites finies de représentations

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes (merci à T. Ezome et R. Lercier) Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars

Plus en détail

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions

Systèmes différentiels. 1 Généralités, existence et unicité des solutions Systèmes différentiels Cours de YV, L3 Maths, Dauphine, 2012-2013 Plan du cours. Le cours a pour but de répondre aux questions suivantes : - quand une équation différentielle a-t-elle une unique solution

Plus en détail

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens Chapitre 7 Statistique des échantillons gaussiens Le théorème central limite met en évidence le rôle majeur tenu par la loi gaussienne en modélisation stochastique. De ce fait, les modèles statistiques

Plus en détail

FORMES LOGARITHMIQUES ET FEUILLETAGES NON DICRITIQUES

FORMES LOGARITHMIQUES ET FEUILLETAGES NON DICRITIQUES FORMES LOGARITHMIQUES ET FEUILLETAGES NON DICRITIQUES DOMINIQUE CERVEAU 13 juin 2012 À Xavier Gomez Mont jeune mathématicien à l humour inclassable RÉSUMÉ. Pour un euilletage algébrique F de codimension

Plus en détail

Prescription du Spectre du Laplacien de Hodge - de Rham.

Prescription du Spectre du Laplacien de Hodge - de Rham. Prescription du Spectre du Laplacien de Hodge - de Rham. Pierre Guerini Résumé On prescrit, pour un domaine euclidien de topologie donnée, toute partie finie du spectre du Laplacien de Hodge - de Rham,

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DES GROUPES MAT 2600

INTRODUCTION À LA THÉORIE DES GROUPES MAT 2600 INTRODUCTION À LA THÉORIE DES GROUPES MAT 26 ABRAHAM BROER Références [1] M.A. Armstrong, Groups and symmetry, U.T.M., Springer-Verlag, New York, 1988. [2] J.D. Dixon, Problems in group theory, Dover reprint,

Plus en détail

Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov

Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov Recent Progress in Dynamics MSRI Publications Volume 54, 2007 Le lemme d Ornstein Weiss d après Gromov FABRICE KRIEGER Dédié à Anatole Katok pour son 60 ème anniversaire RÉSUMÉ. Dans cette note on démontre

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SUD FACULTÉ DES SCIENCES D ORSAY

UNIVERSITÉ PARIS-SUD FACULTÉ DES SCIENCES D ORSAY N d ordre : 8159 UNIVERSITÉ PARIS-SUD FACULTÉ DES SCIENCES D ORSAY THÈSE Présentée pour obtenir Le GRADE de DOCTEUR EN SCIENCES DE L UNIVERSITÉ PARIS XI ORSAY Spécialité : Mathématiques par Olivier WITTENBERG

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN Abstract. Ce texte est une introduction aux feuilletages par variétés complexes et aux problèmes d uniformisation de

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Équations d amorçage d intégrales premières formelles

Équations d amorçage d intégrales premières formelles Équations d amorçage d intégrales premières formelles D Boularas, A Chouikrat 30 novembre 2005 Résumé Grâce à une analyse matricielle et combinatoire des conditions d intégrabilité, on établit des équations

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Mars 1997 49ème année, 1996-97, n o 827. par Olivier DEBARRE

Séminaire BOURBAKI Mars 1997 49ème année, 1996-97, n o 827. par Olivier DEBARRE Séminaire BOURBAKI Mars 1997 49ème année, 1996-97, n o 827 VARIÉTÉS DE FANO par Olivier DEBARRE 1. INTRODUCTION Une variété de Fano est une variété algébrique projective lisse, définie sur un corps algébriquement

Plus en détail

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS Dans les exercices suivants (G,.) est un groupe dont l élément neutre est noté e. 1. Soient x, y, z trois éléments de G tels que x 3 = y 2, y 3 = z 2, z 3 = x 2. (a)

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Espaces vectoriels Bernard Ycart Vous devez vous habituer à penser en termes de «vecteurs» dans un sens très général : polynômes, matrices, suites, fonctions,

Plus en détail

SÉMINAIRE N. BOURBAKI

SÉMINAIRE N. BOURBAKI SÉMINAIRE N. BOURBAKI JEAN-PIERRE SERRE Congruences et formes modulaires Séminaire N. Bourbaki, 1971-1972, exp. n o 416, p. 319-338. Association des

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

À PROPOS DES VARIÉTÉS DE PONCELET

À PROPOS DES VARIÉTÉS DE PONCELET À PROPOS DES VARIÉTÉS DE PONCELET JEAN VALLÈS Résumé. On définit les variétés de Poncelet. Celles-ci généralisent très naturellement les célèbres courbes de Poncelet, qui, conformément à l axiome d Arnold,

Plus en détail

Algèbre linéaire et géométrie pour le CAPES 1. Olivier DEBARRE. 1 Version très préliminaire

Algèbre linéaire et géométrie pour le CAPES 1. Olivier DEBARRE. 1 Version très préliminaire Algèbre linéaire et géométrie pour le CAPES 1 Olivier DEBARRE 1 Version très préliminaire Table des matières Chapitre 1. Espaces vectoriels et applications linéaires 5 1. Définitions 5 2. Applications

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Florence Levé Florence.Leve@u-picardie.fr Année 2015-2016 1/29 Introduction Les algorithmes vus précédemment peuvent mener à des automates relativement

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Chapitre 14 Espaces vectoriels de dimension finie Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 14.1 Espaces vectoriels de dimension finie 14.1.1 Bases et dimension Ò Ø ÓÒ ½ º½ Espace vectoriel de dimension

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. := {x} := {A X x A} est un

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. := {x} := {A X x A} est un TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Exercice

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

THÉORIE DE HODGE ET THÉORÈME DE LEFSCHETZ «DIFFICILE»

THÉORIE DE HODGE ET THÉORÈME DE LEFSCHETZ «DIFFICILE» Claude Sabbah THÉORIE DE HODGE ET THÉORÈME DE LEFSCHETZ «DIFFICILE» NOTES DE COURS (STRASBOURG 2000, BORDEAUX 2001) Claude Sabbah UMR 7640 du CNRS, Centre de Mathématiques, École polytechnique, F 91128

Plus en détail

Eléments de théorie des corps finis.

Eléments de théorie des corps finis. Université de Rouen Agrégation de mathématiques 2005-2006 Eléments de théorie des corps finis. Application : les codes correcteurs. Nicolas Bruyère Table des matières I Les corps finis 1 1 Corps finis

Plus en détail

Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach

Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach Denise Vella-Chemla 5/2/2013 La conjecture de Goldbach stipule que tout nombre pair supérieur à 2 est la somme de deux nombres premiers. 1 Modéliser

Plus en détail

La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37

La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37 La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37 26. Groupes de Teichmüller profinis (Discrétification et prédiscrétification) Soit π un groupe profini à lacets de type g, ν, T le Ẑ-module

Plus en détail

Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Chapitre 17 Matrices et applications linéaires Sommaire 171 Matrices et applications

Plus en détail

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne Exo7 Arithmétique Vidéo partie 1. Division euclidienne et pgcd Vidéo partie 2. Théorème de Bézout Vidéo partie 3. Nombres premiers Vidéo partie 4. Congruences Exercices Arithmétique dans Z Préambule Une

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

DUALES DE TYPE II. par. Alberto Mínguez

DUALES DE TYPE II. par. Alberto Mínguez CORRESPONDANCE DE HOWE l-modulaire : PAIRES DUALES DE TYPE II par Alberto Mínguez Résumé. Soient F un corps commutatif localement compact non archimédien, de caractéristique résiduelle notée p, et G, G

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon Premiers exercices d Algèbre Anne-Marie Simon première version: 17 août 2005 version corrigée et complétée le 12 octobre 2010 ii Table des matières 1 Quelques structures ensemblistes 1 1.0 Ensembles, relations,

Plus en détail

D34: Méthodes de calcul efficaces et sécurisées

D34: Méthodes de calcul efficaces et sécurisées D34: Méthodes de calcul efficaces et sécurisées Arithmétique des courbes elliptiques Nicolas Méloni Master 2: 1er semestre (2014/2015) Nicolas Méloni D34: Méthodes de calcul efficaces et sécurisées 1/20

Plus en détail

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bulletin de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bernard Host & Alejandro Maass Tome 135 Fascicule 3 2007 SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE Publié avec le concours du

Plus en détail

Cours de maîtrise de mathématiques : Théorie algébrique des nombres

Cours de maîtrise de mathématiques : Théorie algébrique des nombres Cours de maîtrise de mathématiques : Théorie algébrique des nombres Bas Edixhoven, Université de Rennes 1 Laurent Moret-Bailly, Université de Rennes 1 Dernière révision : septembre 2004 Ce texte est une

Plus en détail

CONSTRUCTION DE SHIMURA DES COURBES ELLIPTIQUES MODULAIRES SUR Q

CONSTRUCTION DE SHIMURA DES COURBES ELLIPTIQUES MODULAIRES SUR Q CONSTRUCTION DE SHIMURA DES COURBES ELLIPTIQUES MODULAIRES SUR Q JEAN-PIERRE WINTENBERGER 1. Introduction Soit N un entier 1. Soient Γ 0 (N) : ( ) a b SL c d 2 (Z), c 0 mod. N, et Γ 1 (N) : ( a b c d )

Plus en détail