RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi"

Transcription

1 RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la

2 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 MÉTHODOLOGIE... 4 LOCALISATION DES COURS D EAU... 5 RÉSULTATS... 6 Portrait global de la MRC... 6 Respect de la conformité... 7 Composition des bandes riveraines Suivis : Infractions possibles et obstructions CONCLUSION... 15

3 3 INTRODUCTION Le milieu riverain assure la transition entre les écosystèmes aquatiques et terrestres. Par conséquent, les rives jouent un rôle primordial quant à la qualité de l eau qu elles côtoient. En effet, l absence d une bande riveraine convenable apporte une pollution diffuse, par le fait même la disparition d habitats aquatiques, ce qui détériore la qualité des écosystèmes. À l inverse, la végétation riveraine procure au cours d eau un écran contre la lumière et le réchauffement excessif de l eau qui cause la prolifération d algues. Les racines des herbacées et des arbustes assurent aussi une stabilisation des berges en retenant les sédiments et en les empêchant de se retrouver dans l eau. De cette façon, un filtre naturel est créé et les éléments pollueurs, qui se lient aux sédiments, sont retenus. Dans le cadre du plan d action sur la gestion intégrée et durable de l eau, la MRC a mis en œuvre une campagne de sensibilisation sur l importance des bandes riveraines qui s est échelonnée de mai à août L embauche de trois agents de bandes riveraines poursuivait deux objectifs : d une part, conscientiser les riverains à l impact écologique et les informer de la règlementation en place, d autre part, tirer un portrait de l état des rives de la. L OBV de la baie-missisquoi a contribué financièrement au projet en soutenant l embauche d un des trois agents. Leur travail a permis de monter une base de données impressionnante en relevant plus de propriétés sur tout le territoire de la région. Il a aussi permis d obtenir une large banque de photos, de géolocaliser ces informations et d aller à la rencontre des riverains. Le présent rapport expose les résultats des inspections pour l ensemble des 21 municipalités de Brome- Missisquoi, dans différents milieux : agricole, urbain et villégiature. Dans un premier temps, la méthodologie est expliquée. Dans un second temps, on retrouve la localisation des cours d eau inspectés, des explications sur les enjeux spécifiques à ces derniers et l analyse des résultats. Finalement, le rapport se conclut par une discussion qui exprime les différentes réactions recueillies sur le terrain, en plus de présenter les éléments marquants.

4 4 MÉTHODOLOGIE Les inspections se déroulaient en deux volets ; la sensibilisation et le relevé du terrain. La première étape était de vérifier la présence des propriétaires pour les aviser de la visite. Dans le cas d une absence, un ensemble de documents explicatifs était laissé à la porte. À l opposé, en plus d engager une discussion sur l importance de la bande riveraine, son utilité ainsi que la règlementation en place, les agents faisaient un court sondage auprès de riverains présents 1. Par le fait même, ils réalisaient la promotion des arbustes du projet Virage Rivages. Dans certains cas, les propriétaires venaient près du cours d eau pour visualiser ce que tous ces renseignements signifiaient sur le terrain. Sinon, avec leur autorisation, des drapeaux étaient piquetés. La seconde étape était de faire un état des lieux et un relevé du terrain à l aide d un GPS. Les agents étaient munis d un appareil photo permettant de géolocaliser les photographies. En milieu agricole, les points étaient pris à chaque 100 mètres, en milieu villégiature à chaque 50 mètres et en milieu urbain à chaque 10 mètres. Les fiches d inspection remplies indiquent la largeur moyenne de la bande riveraine, la composition de cette dernière, s il y avait présence d obstruction, d un ouvrage de stabilisation, d une traverse de cours d eau et dans le cas des terres agricoles la longueur de la bande riveraine après le talus. À ces informations s ajoutent des commentaires, lorsque pertinents. Par ailleurs, il est évident que la marge d erreur de ce projet n est pas nulle. Les principales sources d inexactitudes proviennent d une part du GPS qui possède une précision d environ trois mètres, mais principalement des agents. Par exemple, la ligne naturelle des hautes eaux (LNHE) n était jamais explicite et peut varier selon les dires des propriétaires ou l approximation de l agent. Aussi, il était possible que la LNHE fût inaccessible, notamment lorsque le talus était trop escarpé, lorsqu il y avait une clôture électrique ou lorsque la végétation était trop dense. Ainsi, les données recueillies sont des moyennes et représentent l état général des bandes riveraines. 1 Actuellement, la tonte de gazon est tolérée dans la bande riveraine, sans pour autant être recommandée. Êtes-vous pour ou contre le fait d interdire la pelouse sur les trois premiers mètres à partir de la ligne naturelle des hautes eaux? Dans le cadre du projet Virage Rivages, la MRC propose des arbustes indigènes à prix modique pour végétaliser les rives. Êtesvous intéressé à en commander?

5 5 LOCALISATION DES COURS D EAU Les secteurs de cours d eau ciblés pour les visites des agents de bandes riveraines ont été sélectionnés en fonction de différents critères : Des secteurs devaient être ciblés dans les 21 municipalités qui composent Brome-Missisquoi; Des secteurs ont été choisis en milieu agricole, urbain et de villégiature; Selon les données de l Indice de qualité des bandes riveraines (IQBR), établi en collaboration avec l OBV-Yamaska et Géomont; Selon l analyse des photographies aériennes de 2009; Les plus petits cours d eau ont été priorisés, car ils sont souvent négligés malgré le fait qu ils transportent l essentiel de la charge sédimentaire; En excluant les lacs et cours d eau sur lesquels des données existent déjà, où il y a déjà eu des efforts de caractérisation, de revégétalisation ou autres études réalisés dans le passé; En milieu agricole, les cours d eau verbalisés ayant fait l objet de travaux d entretien dans les 5 dernières années ont été visités de façon prioritaire, car le respect des bandes riveraines est un des éléments qui peut augmenter la durée de vie des travaux. Inversement, le non-respect de la bande riveraine peut faire en sorte que des travaux seront requis à une fréquence anormale. Les secteurs ciblés pour la visite des agents de bandes riveraines peuvent être visualisés à partir du site internet suivant : Il est important de noter que le choix des sites ne visait pas à dresser un portrait représentatif de l état des bandes riveraines dans les municipalités, car les secteurs forestiers, dont le pourcentage est très élevé dans certaines municipalités et où le respect des bandes riveraines n est pas un enjeu, n ont pas été visités.

6 6 RÉSULTATS Les municipalités ont reçu un rapport synthèse propre à chacune, soit les données brutes des inspections effectuées, l ensemble des photographies en format JPEG de même que les données cartographiques organisées selon un code de couleur représentant la largeur moyenne des bandes riveraines des propriétés visitées. Les résultats détaillés aident les municipalités dans l application de leur réglementation relative aux rives, mais ils ne peuvent pas être diffusés publiquement, afin de respecter la vie privée des propriétaires visités. Il sera question, dans le présent rapport, du portrait général dressé dans Brome-Missisquoi à la suite du travail réalisé par les agents de bandes riveraines au cours de l été Portrait global de la MRC Au total, propriétés ont été visitées. Il s agit de unités d évaluation pouvant comporter plusieurs lots, mais une personne peut cependant être propriétaire ou copropriétaire de plusieurs propriétés distinctes, surtout en milieu agricole. La majorité des propriétaires étaient absents lors du passage de l agent, mais une proportion appréciable (43 %) a été rencontrée et directement sensibilisée. Tableau 1 - Répartition du statut des propriétaires Répartition du statut des propriétaires des terrains inspectés,, 2014 Effectifs Pourcentage Présent % Absent % Total % Ensuite, chaque propriété était caractérisée selon son usage puisque les enjeux et le rapport à l espace ne sont pas les mêmes entre les milieux agricoles, urbains ou villégiatures. En milieu agricole, la culture des terres est permise à 3 mètres de la ligne des hautes eaux et les enjeux liés aux rives et au contrôle de la végétation riveraine sont particuliers : contrôle des espèces nuisibles, obstructions au libre écoulement de l eau et colmatage des drains par les racines. La pollution diffuse agricole reste cependant la première cause de la dégradation des cours d eau selon les plans directeurs de l eau des organismes de bassin versant du territoire. En milieux urbains et de villégiature, l usage des terrains est

7 7 résidentiel et il y a toujours entretien d une certaine superficie du terrain en pelouse. En milieu urbain, les terrains sont généralement plus petits, car ils sont souvent desservis par le système d assainissement municipal, à l inverse des terrains de villégiatures où la gestion des installations sanitaires et de l approvisionnement en eau potable est indépendante. Figure 1 - Répartition des usages La proportion de terrain «sacrifiée» à la bande riveraine varie donc selon le type de milieu. Le secteur urbain prédomine, car il comporte de nombreuses propriétés de petite superficie, mais bien que moins nombreuses, les propriétés agricoles et de villégiature représentent quand même une longueur importante de cours d eau visités. Respect de la conformité Tout d abord, une rive se définit comme une bande de terre qui borde les cours d eau et qui s étend vers l intérieur des terres à partir de la ligne des hautes eaux. Variable selon la topographie, cette ligne se situe à la hauteur maximale que l eau atteint à la crue printanière. Bien que le règlement applicable aux bandes riveraines puisse varier selon les municipalités, il doit minimalement respecter les normes de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables du MDDELCC. Cette dernière stipule que la bande riveraine mesure de 10 mètres à 15 mètres, sauf en milieu agricole où elle mesure 3 mètres, et qu elle doit être entièrement végétalisée. Elle peut être laissée à l état naturel ou être aménagée avec une plantation d arbres, d arbustes ou d herbacés. Cependant, la pelouse n est pas

8 8 recommandée, bien qu elle soit une matière végétale, car elle ne remplit pas adéquatement le rôle d une bande riveraine. C est pour cette raison que dans le cadre de ce projet, les largeurs des bandes riveraines sont calculées à partir de la ligne des hautes eaux jusqu à la coupe du gazon. Ces données sont analysées de deux manières, soit selon la moyenne et selon un regroupement par classes. Dans un premier temps, le tableau 2 illustre la largeur moyenne des bandes riveraines. Il est à noter que certaines propriétés avaient des bandes riveraines naturelles de plus de 10 mètres de largeur, ce qui hausse considérablement les moyennes. Cela doit être pris en compte dans l interprétation des résultats. De plus, les données utilisées pour le calcul proviennent de la moyenne calculée par propriété 2. La moyenne générale peut donc être bonne, même s il y a des sections où la rive est déficiente. La largeur est calculée à partir de la limite naturelle des hautes eaux (LNHE), ce qui signifie que parfois les propriétaires laissent une mince bande de végétation entre le gazon et le plan d eau, mais comme l eau monte plus haut que cette dernière au printemps, alors la bande riveraine est considérée comme inexistante. En ce qui concerne l analyse des moyennes, celle des terres agricoles est supérieure à la largeur règlementaire. Pour les milieux urbains et de villégiature, bien que la largeur règlementaire soit de 10 mètres de végétation, la réglementation minimale alors en vigueur n interdit pas la tonte de gazon en rive. La MRC recommande cependant de respecter un minimum de 3 mètres à partir du haut de talus avant de couper le gazon (il s agit d une des mesures du cadre réglementaire sur la gestion des eaux de surface et de l érosion (REGES) qui entrera en vigueur au cours des prochains mois). En bref, la moyenne générale des bandes riveraines visitées respecte la réglementation et les suggestions de la MRC. Tableau 2 - Largeur moyenne des bandes riveraines Largeur moyenne (m) Largeur règlementaire minimale (m) Agricole 4,08 3 Urbain 4,21 10 Villégiature 5,96 10 Tous les usages 4,50 NA 2 Pour plus de précision, l utilisation du fichier cartographique avec les points GPS permet de cibler les sections plus déficientes. Aussi, les commentaires du tableau des données en annexe bonifient les données numériques.

9 9 La largeur moyenne par municipalité est présentée sur le tableau 2 en annexe. Comme les extrêmes peuvent fausser les moyennes, dans un deuxième temps, il est pertinent de classer les résultats selon une échelle qui permet d établir les usages les plus problématiques. La figure 2 montre que la largeur moyenne des bandes riveraines se répartit entre deux extrêmes, ceux qui n ont aucune bande riveraine et ceux qui ont des bandes riveraines allant au-delà de la réglementation, surtout situés en milieu de villégiature. Une proportion non négligeable de propriétés, principalement en milieu urbain, n a aucune bande riveraine. Cependant, dans tous les milieux, la majorité des propriétés visitées avait des bandes riveraines d une largeur, jugée satisfaisante, de 3 mètres et plus. Largeur des bandes riveraines par classes selon l'usage des terrains inspectés Agricole Urbain Villégiature Tous les usages 0% 50% 100% Tous les usages Villégiature Urbain Agricole Aucune bande riveraine Bande riveraine de moins de 3m Bande riveraine entre 3m et 10m Bande riveraine de 10m et plus NA Figure 2 - Largeur des bandes riveraines par classes Les agriculteurs, qui ont souvent mauvaise presse au niveau du respect des bandes riveraines, respectent en grande majorité la réglementation sur les propriétés visitées. Il faut rappeler que la culture du sol est présentement permise à 3 mètres de la ligne des hautes eaux. Le milieu agricole de Brome-Missisquoi est cependant très diversifié, les grandes cultures étant surtout situées dans la plaine agricole à l Ouest

10 10 du territoire, alors que l enjeu lié aux bandes riveraines est moins important dans les prairies et pâturages, que l on retrouve en plus grande proportion dans l Est du territoire. La figure 3 illustre plus spécifiquement la répartition de la largeur des rives en milieu agricole et le tableau en annexe donne les moyennes par municipalité Aucune bande riveraine Bande riveraine de moins de 1m 23 Bande riveraine entre 1m et 2m Bande riveraine entre 2m et 3m Bande riveraine entre 3m et 4m 33 Bande riveraine entre 4m et 5m Bande riveraine de 5 m et plus 5 NA Figure 3 - Largeur des bandes riveraines en milieu agricole par classe Plusieurs propriétaires ont donc des rives non conformes, mais une plus forte proportion encore a des bandes riveraines agricoles plus larges que le minimum requis. Nous rappelons que ces chiffres représentent la largeur moyenne par propriété, donc, il se peut qu il y ait des secteurs où la largeur est déficiente malgré une bonne moyenne générale. Fait étonnant, 55 des 306 propriétés agricoles visitées avaient des rives de 5 mètres et plus, et ce même sur des terres de grande culture. Les propriétaires ont parfois aménagé un chemin de ferme engazonné le long du cours d eau, parfois il s agit de terres d un potentiel agricole moindre en cultures pérennes, dans un cas il y avait présence d une digue, mais il faut souligner le fait que plusieurs agriculteurs ont volontairement aménagé des bandes riveraines exemplaires, comme on peut le voir sur les photos ci-dessous. Il est à noter que les agents ont calculé lors des visites quelle est la largeur moyenne en haut de talus requise pour respecter la norme minimale de 3 mètres de la ligne des hautes eaux. La largeur minimale

11 11 requise sur le replat du talus pour satisfaire la norme était en moyenne de 1,58 mètres sur les propriétés agricoles visitées. Figure 4 : Bande de foin longeant le cours d eau, avec culture de soja à 10 mètres du talus.

12 12 Figure 5 : Bande de foin longeant le cours d eau, avec culture de maïs à environ 8 mètres du talus. Figure 6 : bande riveraine agricole avec deux rangées d arbres plantés sur le replat du talus, agissant comme haie brise-vent. Composition des bandes riveraines Les milieux riverains sont particulièrement dynamiques et diversifiés. En effet, ils sont la juxtaposition de trois écosystèmes, aquatique, riverain et terrestre, sur une superficie relativement restreinte. Toutefois, pour jouer pleinement ses rôles, la rive doit être suffisamment large et comporter trois strates : herbacée, arbustive et arborescente. Sur les propriétés visitées, les rives étaient en prédominance d herbacées, comme on le constate sur les figures 7 et 8. C est en milieu agricole que l on retrouve le moins d arbres et d arbustes le long des cours d eau.

13 13 Composition des rives sur l'ensemble des propriétés visitées dans Brome-Missisquoi 11% 11% 78% Herbacées (%) Arbustives (%) Arborescentes (%) Figure 7 - Composition moyenne des bandes riveraines Villégiature Urbain Herbacées (%) Arbustives (%) Arborescentes (%) Agricole 0% 20% 40% 60% 80% 100% Figure 8 - Composition moyenne des bandes riveraines selon les usages

14 14 Suivis : Infractions possibles et obstructions Le travail des agents de bandes riveraines a permis de noter beaucoup d éléments de suivi allant au-delà de l application réglementaire des largeurs minimales requises. Certaines situations urgentes, comme des travaux sans autorisation en rive et littoral, des installations sanitaires problématiques, ont été relayées immédiatement aux autorités concernées. Étonnamment, plusieurs cas d accès des animaux de ferme au cours d eau ont été répertoriés et un suivi sera effectué avec les propriétaires visés afin de régler ces situations le plus rapidement possible, à défaut de quoi les dossiers seront transférés aux autorités provinciales concernées. Les agents devaient aussi noter les obstructions au libre écoulement de l eau, où des interventions sont parfois requises afin de prévenir d éventuels dommages aux propriétés et assurer les devoirs en matière de sécurité publique. Il arrive fréquemment que des résidus végétales, comme le gazon coupé, les feuilles mortes et autres déchets, soient jetés dans le cours d eau ou déposés en rive, au fond de la cour ou que des matières de toutes sortes soient entreposées dans cet espace. Ces matières altèrent l intégrité de la bande riveraine, peuvent obstruer les cours d eau, causer des dommages et peuvent parfois être une source de pollution non négligeable. Au-delà des obstructions et infractions possibles, le travail des agents a aussi permis de documenter des problématiques d érosion des rives, les endroits où les rives ont été stabilisées, de localiser les traverses de cours d eau et ainsi contribuer à construire une base de données hydrologiques régionale.

15 15 CONCLUSION Le présent travail ne doit pas être considéré comme un portrait de l état des bandes riveraines dans Brome-Missisquoi. Les cours d eau visités sont des secteurs identifiés comme possiblement problématiques ou des cours d eau agricoles où des travaux d entretien ont été exécutés dans les dernières années. En guise de conclusion, les résultats sont contrastés, dans tous les milieux. En effet, on observe les deux extrêmes par rapport aux bandes riveraines. Certains propriétaires respectent une distance supérieure à la réglementation minimale et à ce que la MRC recommande, alors que d autres tondent leur gazon ou cultivent jusqu à l eau. Dans tous les milieux, la majorité des propriétés visitées respectent cependant la réglementation et les recommandations. Le présent travail aidera cependant les municipalités à cibler plus efficacement les propriétés où des efforts supplémentaires sont requis afin de mieux protéger les rives. Les résidents rencontrés étaient souvent au courant de la règlementation et s intéressaient à la protection des cours d eau. La majorité des citoyens sont déjà conscientisés à l importance de la bande riveraine ou étaient très réceptifs. En milieu agricole, plusieurs agriculteurs ont des pratiques exemplaires qui doivent être citées en exemple, mais plusieurs se désolent de perdre du terrain et des revenus, puisqu ils paient des taxes sur la rive et le cours d eau. Il fut observé que les signes d érosion étaient plus fréquents lorsque la bande riveraine agricole était inférieure à la largeur réglementaire requise. Dans les projets de développement récents, il y a le plus souvent conservation d une bande riveraine de 10 mètres laissée à l état naturel. La conservation de la bande riveraine est prévue dans la planification du projet, inscrite sur les certificats de localisation et le respect de cette bande riveraine par les propriétaires est rarement problématique. L enjeu concerne clairement les milieux déjà bâtis, où les terrains sont parfois petits et où des bâtiments existants ont parfois été aménagés en rive. Toutefois, à la question «Seriez-vous d accord avec un règlement qui obligerait à renaturaliser une bande riveraine de

16 16 3 mètres (pelouse interdite)?», 83 % des propriétaires interrogés en milieu urbain et 85 % de tous les répondants se sont dit d accord. Ceux qui ne sont pas d accord réagissaient parfois avec beaucoup d émotivité. L obstacle principal aux efforts de renaturalisation des rives en milieu urbain et de villégiature semble essentiellement d ordre esthétique. Les gens désirent tondre la pelouse pour «entretenir le terrain» et garder ça «propre». Les étangs artificiels en lien avec des cours d eau ont, à tout coup, ce problème d absence de végétation sur les berges. Les efforts de sensibilisation dans l avenir devront démontrer qu il est possible d aménager une rive réglementaire et fonctionnelle qui soit aussi esthétique. Aussi, lorsqu il y a des dynamiques d inondation et d érosion sur les rivières et cours d eau, ils sont plusieurs à être perplexe à investir dans la plantation d une bande riveraine. Le respect de la bande riveraine peut être problématique sur les cours d eau très dynamiques où les méandres évoluent constamment. Les propriétaires riverains peuvent effectuer des travaux de stabilisation de berge avec les plans et les permis appropriés, mais actuellement, il n existe aucun programme d aide financière à cet effet. Un élément notable concerne la présence de renouée japonaise en bordure des cours d eau inspectés dans le Sud-Est de la MRC. Cette plante, ressemblant à un bambou rosé, est envahissante et crée de nombreux problèmes à l écosystème. La majorité des propriétés visitées montraient des rives presque exclusivement herbacées. Il a cependant été impressionnant de remarquer lors des visites à quel point, sur un même cours d eau, une berge et une bande riveraine naturelle, avec les trois strates de végétation, soit des herbacées, des arbustes et des arbres, peuvent protéger contre l érosion et contre l envahissement de plante exotique comparativement aux propriétés voisines avec des rives herbacées. Les agents de bandes riveraines patrouilleront de nouveau les secteurs à l été 2015 et permettront de bonifier ce premier portrait.

17 17 ANNEXE 1 Tableau 2 : Largeur moyenne des bandes riveraines sur les propriétés visitées dans les différentes municipalités de Brome-Missisquoi Municipalité Usage Nombre de propriétés Largeur moyenne bande riveraine (m) Municipalité Usage Nombre de propriétés Largeur moyenne bande riveraine (m) Abercorn agricole 4 1,50 Frelighsburg agricole 15 2,58 urbain 9 5,67 urbain 0 NA villégiature 7 3,57 villégiature 11 6,61 Total 20 4,70 Total 26 4,23 Bedford agricole 3 4,73 Lac-Brome agricole 9 3,56 urbain 33 3,18 urbain 6 1,42 villégiature 0 NA villégiature 31 3,98 Total 36 3,31 Total 46 3,57 villégiature 27 6,07 villégiature 4 7,38 Total 5,30 Total 38 4,26 Brigham agricole 14 3,87 Pike River agricole 15 4,45 urbain 116 3,03 urbain 3 2,33 villégiature 4 11,00 villégiature 2 2,65 Total 134 3,36 Total 20 3,96 Brome (village) agricole 2 2,50 Sainte-Sabine agricole 27 6,41 urbain 3 4,67 urbain 0 NA villégiature 27 3,48 villégiature 0 NA Total 32 3,53 Total 27 6,41 Bromont agricole 13 4,69 Stanbridge East agricole 22 3,31 urbain 101 4,94 urbain 35 2,99 villégiature 16 7,31 villégiature 12 9,15 Canton de Bedford Total 130 5,22 Total 69 4,45 agricole 3 4,12 Stanbridge Station agricole 18 3,60 urbain 0 NA urbain 5 3,56 villégiature 0 NA villégiature 5 2,94 Total 3 4,12 Total 28 3,48 Cowansville agricole 0 NA Saint-Armand agricole 13 2,73 urbain 57 7,39 urbain 2 4,00 villégiature 7 8,64 villégiature 4 6,88 Total 64 7,53 Total 19 3,74 Bolton-Ouest agricole 8 5,31 Notre-Damede-Stanbridge agricole 30 4,22 urbain 4 0,00 urbain 4 1,50 Dunham agricole 32 3,17 Saint-Ignacede-Stanbridge agricole 15 3,45 urbain 0 NA urbain 2 4,00 villégiature 11 7,73 villégiature 6 7,47 Total 43 4,33 Total 23 4,55 East Farnham agricole 0 NA Sutton agricole 8 3,15 urbain 3 4,33 urbain 89 3,93 villégiature 8 7,81 villégiature 21 5,94 Total 11 6,86 Total 118 4,3 Farnham agricole 49 4,29 urbain 83 4,49 villégiature 1 11,00 Total 133 4,47

Les lois et règlements

Les lois et règlements 10 Les lois et règlements Le présent chapitre traite des lois et règlements qui s appliquent à la réalisation de projets de gestion intégrée de l eau en milieu agricole. Il présente les principales autorités

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

Pascale Biron, Thomas Buffin-Bélanger, Marie Larocque, Joanna Eyquem, Claude Desjarlais

Pascale Biron, Thomas Buffin-Bélanger, Marie Larocque, Joanna Eyquem, Claude Desjarlais Pascale Biron, Thomas Buffin-Bélanger, Marie Larocque, Joanna Eyquem, Claude Desjarlais Bandes riveraines restreintes, beaucoup de stabilisation Rivière Yamachiche: champ de maïs sans bande riveraine Rivière

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT

FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT Coordonnées du propriétaire Nom et prénom du propriétaire (incluant les copropriétaires) : Adresse civique : Numéro

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

droit de l'environnement l'environnement avait ses droits

droit de l'environnement l'environnement avait ses droits Centre québécois du droit de l'environnement Si l'environnement avait ses droits 1 Dans le cadre de la Journée e d information d technique GROBEC Le Centre québécois du droit de l'environnement et Dufresne

Plus en détail

Mars 2011 DOCUMENT 2. PLAN DIRECTEUR DE L EAU Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi

Mars 2011 DOCUMENT 2. PLAN DIRECTEUR DE L EAU Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi Mars 2011 DOCUMENT 2 LES ENJEUX DU BASSIN VERSANT DE LA BAIE MISSISQUOI PLAN DIRECTEUR DE L EAU Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi Rédaction LES ENJEUX DU BASSIN VERSANT DE LA BAIE MISSISQUOI

Plus en détail

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les... 1 sur 2 2008-09-18 13:54 Sujet : Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives De : Guy Guilbert

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY.

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. Par Stéphanie Allard, Aménagiste et biologiste associée, ÉCOgestion-solutions

Plus en détail

LA PROBLÉMATIQUE DES CYANOBACTÉRIES. Formation aux officiers municipaux (inspecteurs) Les éléments techniques

LA PROBLÉMATIQUE DES CYANOBACTÉRIES. Formation aux officiers municipaux (inspecteurs) Les éléments techniques LA PROBLÉMATIQUE DES CYANOBACTÉRIES Formation aux officiers municipaux (inspecteurs) Les éléments techniques 1 En quoi consiste les cyanobactéries? Ce sont des microorganismes de la même catégorie que

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DE CONSULTATION VISANT À ENCADRER LA GESTION DES EAUX DE RUISSELLEMENT, DU CONTRÔLE DE L ÉROSION ET LA CONSERVATION DES SOLS

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DE CONSULTATION VISANT À ENCADRER LA GESTION DES EAUX DE RUISSELLEMENT, DU CONTRÔLE DE L ÉROSION ET LA CONSERVATION DES SOLS DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DE CONSULTATION VISANT À ENCADRER LA GESTION DES EAUX DE RUISSELLEMENT, DU CONTRÔLE DE L ÉROSION ET LA CONSERVATION DES SOLS Déposé au conseil de la MRC 18 juin 2013 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Présentation Programme éducatif au niveau primaire : Les mousquetaires de l eau claire

Présentation Programme éducatif au niveau primaire : Les mousquetaires de l eau claire Présentation Programme éducatif au niveau primaire : Les mousquetaires de l eau claire 1- Bonjour à tous, Je suis la capitaine des mousquetaires de l eau claire de la Compagnie de Champlain, Chantal d

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes

Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Conseils et pratiques de gestion des haies existantes Un outil pratique de gestion des haies destinée aux agriculteurs ayant des travaux d entretien du bocage et souhaitant valoriser leur bois Favoriser

Plus en détail

CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION

CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION SECTION I LE CERTIFICAT D AUTORISATION DE CHANGEMENT D USAGE [Loi sur l aménagement et l urbanisme, article 119, 1 er alinéa, paragraphe 2 ] 5.1 Nécessité du certificat

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS

NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLE AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS RENCONTRE D INFORMATION AUX CITOYENS RENCONTRE VILLE

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne

Diagnostic de la Tranche 1 du programme. de restauration de la Sienne Diagnostic de la Tranche 1 du programme de restauration de la Sienne Méthodologie : - Choix du secteur géographique Le chiffrage a été fait à partir d un diagnostic global de la Tranche 1 du programme

Plus en détail

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes?

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? 11 décembre Arles Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? Claire LAFON Benoit DUPUY Introduction

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

CONVENTION DE RÉSIDENTS

CONVENTION DE RÉSIDENTS Version 2015.04 CONVENTION DE RÉSIDENTS L ASSOCIATION DES PROPRIÉTAIRES DU PARC DES ÎLES 602-2141, Rang de la Rivière, St-Isidore (Qc), G0S 2S0 adp.parcdesiles@gmail.com Adoptons des attitudes de bons

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Inventaire des foyers d érosion

Inventaire des foyers d érosion Inventaire des foyers d érosion Lacs Supérieur et Équerre Municipalité de Lac-Supérieur Automne 2010 Une collaboration entre : Mise en contexte Dans le cadre de l Opération Bleu-Vertpour poser des actions

Plus en détail

Canada Province de Québec Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

Canada Province de Québec Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson Canada Province de Québec Ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson RÈGLEMENT # 72-2013 Règlement concernant l utilisation des pesticides et des engrais sur le territoire de la Ville de Sainte- Marguerite-du-Lac-Masson.

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE

POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE POLITIQUE VISANT À ENCADRER L IMPLANTATION DE NOUVELLES TOURS, ANTENNES DE TÉLÉCOMMUNICATIONS AINSI QUE TOUTES STRUCTURES AFFÉRENTES SUR LE TERRITOIRE DE BROME-MISSISQUOI Réalisée par Le service de la

Plus en détail

RÈGLEMENT 2504-2014. Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville

RÈGLEMENT 2504-2014. Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MAGOG RÈGLEMENT 2504-2014 Relatif à l établissement des terrasses extérieures sur le domaine public au centre-ville À une séance ordinaire du conseil municipal de la

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! Portrait économique Une économie diversifiée et positionnée!

Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! Portrait économique Une économie diversifiée et positionnée! 1 Portrait de la Montérégie Est Une région concertée et engagée! La région de la Montérégie Est est bordée au nord par le fleuve St-Laurent, au sud par les États de New York et du Vermont, à l est par

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

APPEL DE PROPOSITIONS

APPEL DE PROPOSITIONS APPEL DE PROPOSITIONS pour la desserte d un SERVICE D INTERNET HAUTE VITESSE pour la MRC BROME-MISSISQUOI Juillet 2010 Avis public Projet La MRC Brome-Missisquoi lance un appel de propositions aux entreprises

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-22 Règlement relatif à la vidange périodique des boues des fosses septiques, des fosses de rétention et des puisards et abrogeant

Plus en détail

Fiche technique sur la stabilisation des rives

Fiche technique sur la stabilisation des rives Fiche technique sur la stabilisation des rives L érosion est un phénomène naturel, qui participe à l équilibre dynamique des cours d eau. Il est par ailleurs souvent amplifié par les interventions humaines.

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE

CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE Projet N 105576.001 104858.002 Municipalité de Saint-Alphonse-Rodriguez CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE ET RÉFECTION DES RUES DU VILLAGE (2014-2015)

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

Étude sur la caractérisation des marchés publics du Québec. Sommaire exécutif

Étude sur la caractérisation des marchés publics du Québec. Sommaire exécutif Sommaire exécutif 1. Introduction Fondée en 2005, l Association des marchés publics du Québec a pour objectif de faire la promotion des marchés publics du Québec comme moyen alternatif de mise en marché

Plus en détail

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron

Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron PREFET DE l AVEYRON Amélioration de la continuité écologique sur la rivière Aveyron Réunion d information des propriétaires et des exploitants Mercredi 10 décembre 2014 Pourquoi restaurer la continuité

Plus en détail

SÉANCE ORDINAIRE D A T E : Mardi, le 15 mai 2012 H E U R E : 19 h 30 L I E U : Centre administratif de la MRC

SÉANCE ORDINAIRE D A T E : Mardi, le 15 mai 2012 H E U R E : 19 h 30 L I E U : Centre administratif de la MRC SÉANCE ORDINAIRE D A T E : Mardi, le 15 mai 2012 H E U R E : 19 h 30 L I E U : Centre administratif de la MRC Sont présents : MM. Donald Badger, maire de Bolton-Ouest Martin Bellefroid, maire de Pike-River

Plus en détail

Exemples d estimations

Exemples d estimations les Rencontres de l Urbanisme 2008 Conseil d architecture d urbanisme et de l environnement Exemples d estimations Hypothèses Tous les coûts de cette étude sont donnés en H.T. Le coût d exploitation est

Plus en détail

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CARACTERISTIQUES GENERALES La zone N est une zone de protection stricte, motivée par la qualité des sites, espaces ou milieux naturels et les paysages. Toute

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC LE 26 AVRIL 2011 1- L objectif de couverture cellulaire Rogers

Plus en détail

Comité technique sur l'étude d'impact du PSBLSJ de Rio Tinto Alcan COMPTE RENDU RENCONTRE #4 4 MAI 2015. L'art de bâtir des ponts

Comité technique sur l'étude d'impact du PSBLSJ de Rio Tinto Alcan COMPTE RENDU RENCONTRE #4 4 MAI 2015. L'art de bâtir des ponts Comité technique sur l'étude d'impact du PSBLSJ de Rio Tinto Alcan COMPTE RENDU RENCONTRE #4 4 MAI 2015 L'art de bâtir des ponts transfertconsult.ca MONTRÉAL - QUÉBEC - SAGUENAY - SHERBROOKE ii Table des

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS La Directive Cadre sur l Eau (DCE, n 2000/60/CE) fixe comme objectif pour 2015 l atteinte du bon état ou du bon potentiel écologique des eaux de surface. Ces états écologiques sont appréciés par la qualité

Plus en détail

6.0 S élection des sites

6.0 S élection des sites S élection des sites Les sites recherchés dans le cadre du «projet de validation de l influence des haies brise-vent naturelles sur les odeurs» devaient se situer dans un rayon qui permettait d effectuer

Plus en détail

RÈGLEMENTS DOMAINE DYNASTIE APDD= Association des Propriétaires du Domaine Dynastie. MISE À JOUR 24 JUILLET 2010.

RÈGLEMENTS DOMAINE DYNASTIE APDD= Association des Propriétaires du Domaine Dynastie. MISE À JOUR 24 JUILLET 2010. RÈGLEMENTS DOMAINE DYNASTIE APDD= Association des Propriétaires du Domaine Dynastie. MISE À JOUR 24 JUILLET 2010. Arbres -Il est défendu de planter des clous ou d abîmer les arbres de quelques façons que

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

l utilisation opérationnelle des drones en Europe

l utilisation opérationnelle des drones en Europe Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle des drones en Europe easa.europa.eu/drones septembre 2015 Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle

Plus en détail

CARACTÉRISATION DES RIVES DE HUIT COURS D EAU DU BASSIN VERSANT DE LA BAIE MISSISQUOI

CARACTÉRISATION DES RIVES DE HUIT COURS D EAU DU BASSIN VERSANT DE LA BAIE MISSISQUOI CARACTÉRISATION DES RIVES DE HUIT COURS D EAU DU BASSIN VERSANT DE LA BAIE MISSISQUOI AOÛT 2003 RÉSUMÉ Lussier, C., d Auteuil, C., Prichonnet, G., Namour, R. et A. White, 2003. Caractérisation des rives

Plus en détail

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables Ir. Yanni XANTHOULIS 1 Organisation du STP Administration des Services Techniques et de l Environnement Ir. P. SQUERENS / Inspecteur Général Service

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard

Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard PRÉSENTÉ AU CONGRÈS DE L ASSOCIATION DES ÉVALUATEURS MUNICIPAUX DU QUÉBEC, LE 28 MAI 2011 Évaluation des terrains contaminés et des milieux humides par Me Luc Villiard Terrains contaminés 2 Terrains contaminés

Plus en détail

URBASOFT-AUTORISATION Gestion des processus des permis et autorisations

URBASOFT-AUTORISATION Gestion des processus des permis et autorisations URBASOFT-AUTORISATION Gestion des processus des permis et autorisations Pour qui? URBASOFT-AUTORISATION assiste le gestionnaire municipal dans le cadre des démarches administratives des activités d urbanisme

Plus en détail

Madame Chantal St-Germain, directrice générale, secrétaire-trésorière, est aussi présente. Monsieur Jean-Guy Côté est absent.

Madame Chantal St-Germain, directrice générale, secrétaire-trésorière, est aussi présente. Monsieur Jean-Guy Côté est absent. PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL MRC BROME-MISSISQUOI 2 FÉVRIER MUNICIPALITÉ DE SAINTE-SABINE 2015 Lundi le deuxième jour de février deux mille quinze, séance ordinaire du Conseil de la municipalité de Sainte-Sabine

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées :

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées : D A MIXTE D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE BRAY Contribution à l élaboration de la stratégie régionale du futur programme opérationnel et du futur programme de développement rural de la Haute-Normandie.

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES

CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES 11.1 CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES AUTORISÉES Sont considérés comme des constructions temporaires, les constructions pouvant être démantelées à la cessation

Plus en détail

1 - Ne pas interdire le stationnement sur la chaussée. C'est la meilleure solution.

1 - Ne pas interdire le stationnement sur la chaussée. C'est la meilleure solution. Protection des trottoirs contre le stationnement Jacques ROBIN Deux solutions qui peuvent être complémentaires : 1 - Ne pas interdire le stationnement sur la chaussée. C'est la meilleure solution. 2 -

Plus en détail

Nicole Blinn, directrice générale est aussi présente. 14-06-02 PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE RÉGULIÈRE

Nicole Blinn, directrice générale est aussi présente. 14-06-02 PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE RÉGULIÈRE Le 2 juin 2014 ASSEMBLÉE RÉGULIÈRE L assemblée régulière du conseil municipal de la Municipalité de Stanbridge East s est tenue à l Hôtel de Ville, 12, rue Maple, Stanbridge East, Québec, le lundi 2 juin

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle

L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle S appuyant sur une étude récente 1 réalisée par l économiste Pierre Bélanger, expert-conseil en habitation et développement socio-urbain,

Plus en détail

LA NÉCESSITÉ D UNE VILLE PLUS VERTE LA DÉMARCHE COMMENT ÇA MARCHE?

LA NÉCESSITÉ D UNE VILLE PLUS VERTE LA DÉMARCHE COMMENT ÇA MARCHE? GUIDE PÉDAGOGIQUE LA DÉMARCHE La Ville de Paris invite les Parisiens à recenser les lieux qui pourraient accueillir de la végétalisation au plus près de chez eux (délaissés, mobiliers urbains, murs ).

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de :

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : GUIDE EXPLICATIF POUR LES CITOYENS RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES ENGRAIS ET DES PESTICIDES Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : Réduire l apport par ruissellement

Plus en détail

Chapitre 15 Usages, constructions et équipements temporaires

Chapitre 15 Usages, constructions et équipements temporaires Chapitre 15 Usages, constructions et équipements temporaires Table des matières 15 USAGES, CONSTRUCTIONS ET ÉQUIPEMENTS TEMPORAIRES... 15-3 15.1 GÉNÉRALITÉ... 15-3 15.2 ABRI D'AUTO TEMPORAIRE (ABRI D'HIVER)...

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

L'eau : Un élément fédérateur de la politique transfrontalière. Charles Stalder. Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement

L'eau : Un élément fédérateur de la politique transfrontalière. Charles Stalder. Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement L'eau : Un élément fédérateur de la politique transfrontalière Charles Stalder Direction générale de l'eau Eaux sans frontières Pratiques et potentialités en Suisse Colloque Agenda 21 pour l'eau Berne,

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail