RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi"

Transcription

1 RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la

2 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 MÉTHODOLOGIE... 4 LOCALISATION DES COURS D EAU... 5 RÉSULTATS... 6 Portrait global de la MRC... 6 Respect de la conformité... 7 Composition des bandes riveraines Suivis : Infractions possibles et obstructions CONCLUSION... 15

3 3 INTRODUCTION Le milieu riverain assure la transition entre les écosystèmes aquatiques et terrestres. Par conséquent, les rives jouent un rôle primordial quant à la qualité de l eau qu elles côtoient. En effet, l absence d une bande riveraine convenable apporte une pollution diffuse, par le fait même la disparition d habitats aquatiques, ce qui détériore la qualité des écosystèmes. À l inverse, la végétation riveraine procure au cours d eau un écran contre la lumière et le réchauffement excessif de l eau qui cause la prolifération d algues. Les racines des herbacées et des arbustes assurent aussi une stabilisation des berges en retenant les sédiments et en les empêchant de se retrouver dans l eau. De cette façon, un filtre naturel est créé et les éléments pollueurs, qui se lient aux sédiments, sont retenus. Dans le cadre du plan d action sur la gestion intégrée et durable de l eau, la MRC a mis en œuvre une campagne de sensibilisation sur l importance des bandes riveraines qui s est échelonnée de mai à août L embauche de trois agents de bandes riveraines poursuivait deux objectifs : d une part, conscientiser les riverains à l impact écologique et les informer de la règlementation en place, d autre part, tirer un portrait de l état des rives de la. L OBV de la baie-missisquoi a contribué financièrement au projet en soutenant l embauche d un des trois agents. Leur travail a permis de monter une base de données impressionnante en relevant plus de propriétés sur tout le territoire de la région. Il a aussi permis d obtenir une large banque de photos, de géolocaliser ces informations et d aller à la rencontre des riverains. Le présent rapport expose les résultats des inspections pour l ensemble des 21 municipalités de Brome- Missisquoi, dans différents milieux : agricole, urbain et villégiature. Dans un premier temps, la méthodologie est expliquée. Dans un second temps, on retrouve la localisation des cours d eau inspectés, des explications sur les enjeux spécifiques à ces derniers et l analyse des résultats. Finalement, le rapport se conclut par une discussion qui exprime les différentes réactions recueillies sur le terrain, en plus de présenter les éléments marquants.

4 4 MÉTHODOLOGIE Les inspections se déroulaient en deux volets ; la sensibilisation et le relevé du terrain. La première étape était de vérifier la présence des propriétaires pour les aviser de la visite. Dans le cas d une absence, un ensemble de documents explicatifs était laissé à la porte. À l opposé, en plus d engager une discussion sur l importance de la bande riveraine, son utilité ainsi que la règlementation en place, les agents faisaient un court sondage auprès de riverains présents 1. Par le fait même, ils réalisaient la promotion des arbustes du projet Virage Rivages. Dans certains cas, les propriétaires venaient près du cours d eau pour visualiser ce que tous ces renseignements signifiaient sur le terrain. Sinon, avec leur autorisation, des drapeaux étaient piquetés. La seconde étape était de faire un état des lieux et un relevé du terrain à l aide d un GPS. Les agents étaient munis d un appareil photo permettant de géolocaliser les photographies. En milieu agricole, les points étaient pris à chaque 100 mètres, en milieu villégiature à chaque 50 mètres et en milieu urbain à chaque 10 mètres. Les fiches d inspection remplies indiquent la largeur moyenne de la bande riveraine, la composition de cette dernière, s il y avait présence d obstruction, d un ouvrage de stabilisation, d une traverse de cours d eau et dans le cas des terres agricoles la longueur de la bande riveraine après le talus. À ces informations s ajoutent des commentaires, lorsque pertinents. Par ailleurs, il est évident que la marge d erreur de ce projet n est pas nulle. Les principales sources d inexactitudes proviennent d une part du GPS qui possède une précision d environ trois mètres, mais principalement des agents. Par exemple, la ligne naturelle des hautes eaux (LNHE) n était jamais explicite et peut varier selon les dires des propriétaires ou l approximation de l agent. Aussi, il était possible que la LNHE fût inaccessible, notamment lorsque le talus était trop escarpé, lorsqu il y avait une clôture électrique ou lorsque la végétation était trop dense. Ainsi, les données recueillies sont des moyennes et représentent l état général des bandes riveraines. 1 Actuellement, la tonte de gazon est tolérée dans la bande riveraine, sans pour autant être recommandée. Êtes-vous pour ou contre le fait d interdire la pelouse sur les trois premiers mètres à partir de la ligne naturelle des hautes eaux? Dans le cadre du projet Virage Rivages, la MRC propose des arbustes indigènes à prix modique pour végétaliser les rives. Êtesvous intéressé à en commander?

5 5 LOCALISATION DES COURS D EAU Les secteurs de cours d eau ciblés pour les visites des agents de bandes riveraines ont été sélectionnés en fonction de différents critères : Des secteurs devaient être ciblés dans les 21 municipalités qui composent Brome-Missisquoi; Des secteurs ont été choisis en milieu agricole, urbain et de villégiature; Selon les données de l Indice de qualité des bandes riveraines (IQBR), établi en collaboration avec l OBV-Yamaska et Géomont; Selon l analyse des photographies aériennes de 2009; Les plus petits cours d eau ont été priorisés, car ils sont souvent négligés malgré le fait qu ils transportent l essentiel de la charge sédimentaire; En excluant les lacs et cours d eau sur lesquels des données existent déjà, où il y a déjà eu des efforts de caractérisation, de revégétalisation ou autres études réalisés dans le passé; En milieu agricole, les cours d eau verbalisés ayant fait l objet de travaux d entretien dans les 5 dernières années ont été visités de façon prioritaire, car le respect des bandes riveraines est un des éléments qui peut augmenter la durée de vie des travaux. Inversement, le non-respect de la bande riveraine peut faire en sorte que des travaux seront requis à une fréquence anormale. Les secteurs ciblés pour la visite des agents de bandes riveraines peuvent être visualisés à partir du site internet suivant : Il est important de noter que le choix des sites ne visait pas à dresser un portrait représentatif de l état des bandes riveraines dans les municipalités, car les secteurs forestiers, dont le pourcentage est très élevé dans certaines municipalités et où le respect des bandes riveraines n est pas un enjeu, n ont pas été visités.

6 6 RÉSULTATS Les municipalités ont reçu un rapport synthèse propre à chacune, soit les données brutes des inspections effectuées, l ensemble des photographies en format JPEG de même que les données cartographiques organisées selon un code de couleur représentant la largeur moyenne des bandes riveraines des propriétés visitées. Les résultats détaillés aident les municipalités dans l application de leur réglementation relative aux rives, mais ils ne peuvent pas être diffusés publiquement, afin de respecter la vie privée des propriétaires visités. Il sera question, dans le présent rapport, du portrait général dressé dans Brome-Missisquoi à la suite du travail réalisé par les agents de bandes riveraines au cours de l été Portrait global de la MRC Au total, propriétés ont été visitées. Il s agit de unités d évaluation pouvant comporter plusieurs lots, mais une personne peut cependant être propriétaire ou copropriétaire de plusieurs propriétés distinctes, surtout en milieu agricole. La majorité des propriétaires étaient absents lors du passage de l agent, mais une proportion appréciable (43 %) a été rencontrée et directement sensibilisée. Tableau 1 - Répartition du statut des propriétaires Répartition du statut des propriétaires des terrains inspectés,, 2014 Effectifs Pourcentage Présent % Absent % Total % Ensuite, chaque propriété était caractérisée selon son usage puisque les enjeux et le rapport à l espace ne sont pas les mêmes entre les milieux agricoles, urbains ou villégiatures. En milieu agricole, la culture des terres est permise à 3 mètres de la ligne des hautes eaux et les enjeux liés aux rives et au contrôle de la végétation riveraine sont particuliers : contrôle des espèces nuisibles, obstructions au libre écoulement de l eau et colmatage des drains par les racines. La pollution diffuse agricole reste cependant la première cause de la dégradation des cours d eau selon les plans directeurs de l eau des organismes de bassin versant du territoire. En milieux urbains et de villégiature, l usage des terrains est

7 7 résidentiel et il y a toujours entretien d une certaine superficie du terrain en pelouse. En milieu urbain, les terrains sont généralement plus petits, car ils sont souvent desservis par le système d assainissement municipal, à l inverse des terrains de villégiatures où la gestion des installations sanitaires et de l approvisionnement en eau potable est indépendante. Figure 1 - Répartition des usages La proportion de terrain «sacrifiée» à la bande riveraine varie donc selon le type de milieu. Le secteur urbain prédomine, car il comporte de nombreuses propriétés de petite superficie, mais bien que moins nombreuses, les propriétés agricoles et de villégiature représentent quand même une longueur importante de cours d eau visités. Respect de la conformité Tout d abord, une rive se définit comme une bande de terre qui borde les cours d eau et qui s étend vers l intérieur des terres à partir de la ligne des hautes eaux. Variable selon la topographie, cette ligne se situe à la hauteur maximale que l eau atteint à la crue printanière. Bien que le règlement applicable aux bandes riveraines puisse varier selon les municipalités, il doit minimalement respecter les normes de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables du MDDELCC. Cette dernière stipule que la bande riveraine mesure de 10 mètres à 15 mètres, sauf en milieu agricole où elle mesure 3 mètres, et qu elle doit être entièrement végétalisée. Elle peut être laissée à l état naturel ou être aménagée avec une plantation d arbres, d arbustes ou d herbacés. Cependant, la pelouse n est pas

8 8 recommandée, bien qu elle soit une matière végétale, car elle ne remplit pas adéquatement le rôle d une bande riveraine. C est pour cette raison que dans le cadre de ce projet, les largeurs des bandes riveraines sont calculées à partir de la ligne des hautes eaux jusqu à la coupe du gazon. Ces données sont analysées de deux manières, soit selon la moyenne et selon un regroupement par classes. Dans un premier temps, le tableau 2 illustre la largeur moyenne des bandes riveraines. Il est à noter que certaines propriétés avaient des bandes riveraines naturelles de plus de 10 mètres de largeur, ce qui hausse considérablement les moyennes. Cela doit être pris en compte dans l interprétation des résultats. De plus, les données utilisées pour le calcul proviennent de la moyenne calculée par propriété 2. La moyenne générale peut donc être bonne, même s il y a des sections où la rive est déficiente. La largeur est calculée à partir de la limite naturelle des hautes eaux (LNHE), ce qui signifie que parfois les propriétaires laissent une mince bande de végétation entre le gazon et le plan d eau, mais comme l eau monte plus haut que cette dernière au printemps, alors la bande riveraine est considérée comme inexistante. En ce qui concerne l analyse des moyennes, celle des terres agricoles est supérieure à la largeur règlementaire. Pour les milieux urbains et de villégiature, bien que la largeur règlementaire soit de 10 mètres de végétation, la réglementation minimale alors en vigueur n interdit pas la tonte de gazon en rive. La MRC recommande cependant de respecter un minimum de 3 mètres à partir du haut de talus avant de couper le gazon (il s agit d une des mesures du cadre réglementaire sur la gestion des eaux de surface et de l érosion (REGES) qui entrera en vigueur au cours des prochains mois). En bref, la moyenne générale des bandes riveraines visitées respecte la réglementation et les suggestions de la MRC. Tableau 2 - Largeur moyenne des bandes riveraines Largeur moyenne (m) Largeur règlementaire minimale (m) Agricole 4,08 3 Urbain 4,21 10 Villégiature 5,96 10 Tous les usages 4,50 NA 2 Pour plus de précision, l utilisation du fichier cartographique avec les points GPS permet de cibler les sections plus déficientes. Aussi, les commentaires du tableau des données en annexe bonifient les données numériques.

9 9 La largeur moyenne par municipalité est présentée sur le tableau 2 en annexe. Comme les extrêmes peuvent fausser les moyennes, dans un deuxième temps, il est pertinent de classer les résultats selon une échelle qui permet d établir les usages les plus problématiques. La figure 2 montre que la largeur moyenne des bandes riveraines se répartit entre deux extrêmes, ceux qui n ont aucune bande riveraine et ceux qui ont des bandes riveraines allant au-delà de la réglementation, surtout situés en milieu de villégiature. Une proportion non négligeable de propriétés, principalement en milieu urbain, n a aucune bande riveraine. Cependant, dans tous les milieux, la majorité des propriétés visitées avait des bandes riveraines d une largeur, jugée satisfaisante, de 3 mètres et plus. Largeur des bandes riveraines par classes selon l'usage des terrains inspectés Agricole Urbain Villégiature Tous les usages 0% 50% 100% Tous les usages Villégiature Urbain Agricole Aucune bande riveraine Bande riveraine de moins de 3m Bande riveraine entre 3m et 10m Bande riveraine de 10m et plus NA Figure 2 - Largeur des bandes riveraines par classes Les agriculteurs, qui ont souvent mauvaise presse au niveau du respect des bandes riveraines, respectent en grande majorité la réglementation sur les propriétés visitées. Il faut rappeler que la culture du sol est présentement permise à 3 mètres de la ligne des hautes eaux. Le milieu agricole de Brome-Missisquoi est cependant très diversifié, les grandes cultures étant surtout situées dans la plaine agricole à l Ouest

10 10 du territoire, alors que l enjeu lié aux bandes riveraines est moins important dans les prairies et pâturages, que l on retrouve en plus grande proportion dans l Est du territoire. La figure 3 illustre plus spécifiquement la répartition de la largeur des rives en milieu agricole et le tableau en annexe donne les moyennes par municipalité Aucune bande riveraine Bande riveraine de moins de 1m 23 Bande riveraine entre 1m et 2m Bande riveraine entre 2m et 3m Bande riveraine entre 3m et 4m 33 Bande riveraine entre 4m et 5m Bande riveraine de 5 m et plus 5 NA Figure 3 - Largeur des bandes riveraines en milieu agricole par classe Plusieurs propriétaires ont donc des rives non conformes, mais une plus forte proportion encore a des bandes riveraines agricoles plus larges que le minimum requis. Nous rappelons que ces chiffres représentent la largeur moyenne par propriété, donc, il se peut qu il y ait des secteurs où la largeur est déficiente malgré une bonne moyenne générale. Fait étonnant, 55 des 306 propriétés agricoles visitées avaient des rives de 5 mètres et plus, et ce même sur des terres de grande culture. Les propriétaires ont parfois aménagé un chemin de ferme engazonné le long du cours d eau, parfois il s agit de terres d un potentiel agricole moindre en cultures pérennes, dans un cas il y avait présence d une digue, mais il faut souligner le fait que plusieurs agriculteurs ont volontairement aménagé des bandes riveraines exemplaires, comme on peut le voir sur les photos ci-dessous. Il est à noter que les agents ont calculé lors des visites quelle est la largeur moyenne en haut de talus requise pour respecter la norme minimale de 3 mètres de la ligne des hautes eaux. La largeur minimale

11 11 requise sur le replat du talus pour satisfaire la norme était en moyenne de 1,58 mètres sur les propriétés agricoles visitées. Figure 4 : Bande de foin longeant le cours d eau, avec culture de soja à 10 mètres du talus.

12 12 Figure 5 : Bande de foin longeant le cours d eau, avec culture de maïs à environ 8 mètres du talus. Figure 6 : bande riveraine agricole avec deux rangées d arbres plantés sur le replat du talus, agissant comme haie brise-vent. Composition des bandes riveraines Les milieux riverains sont particulièrement dynamiques et diversifiés. En effet, ils sont la juxtaposition de trois écosystèmes, aquatique, riverain et terrestre, sur une superficie relativement restreinte. Toutefois, pour jouer pleinement ses rôles, la rive doit être suffisamment large et comporter trois strates : herbacée, arbustive et arborescente. Sur les propriétés visitées, les rives étaient en prédominance d herbacées, comme on le constate sur les figures 7 et 8. C est en milieu agricole que l on retrouve le moins d arbres et d arbustes le long des cours d eau.

13 13 Composition des rives sur l'ensemble des propriétés visitées dans Brome-Missisquoi 11% 11% 78% Herbacées (%) Arbustives (%) Arborescentes (%) Figure 7 - Composition moyenne des bandes riveraines Villégiature Urbain Herbacées (%) Arbustives (%) Arborescentes (%) Agricole 0% 20% 40% 60% 80% 100% Figure 8 - Composition moyenne des bandes riveraines selon les usages

14 14 Suivis : Infractions possibles et obstructions Le travail des agents de bandes riveraines a permis de noter beaucoup d éléments de suivi allant au-delà de l application réglementaire des largeurs minimales requises. Certaines situations urgentes, comme des travaux sans autorisation en rive et littoral, des installations sanitaires problématiques, ont été relayées immédiatement aux autorités concernées. Étonnamment, plusieurs cas d accès des animaux de ferme au cours d eau ont été répertoriés et un suivi sera effectué avec les propriétaires visés afin de régler ces situations le plus rapidement possible, à défaut de quoi les dossiers seront transférés aux autorités provinciales concernées. Les agents devaient aussi noter les obstructions au libre écoulement de l eau, où des interventions sont parfois requises afin de prévenir d éventuels dommages aux propriétés et assurer les devoirs en matière de sécurité publique. Il arrive fréquemment que des résidus végétales, comme le gazon coupé, les feuilles mortes et autres déchets, soient jetés dans le cours d eau ou déposés en rive, au fond de la cour ou que des matières de toutes sortes soient entreposées dans cet espace. Ces matières altèrent l intégrité de la bande riveraine, peuvent obstruer les cours d eau, causer des dommages et peuvent parfois être une source de pollution non négligeable. Au-delà des obstructions et infractions possibles, le travail des agents a aussi permis de documenter des problématiques d érosion des rives, les endroits où les rives ont été stabilisées, de localiser les traverses de cours d eau et ainsi contribuer à construire une base de données hydrologiques régionale.

15 15 CONCLUSION Le présent travail ne doit pas être considéré comme un portrait de l état des bandes riveraines dans Brome-Missisquoi. Les cours d eau visités sont des secteurs identifiés comme possiblement problématiques ou des cours d eau agricoles où des travaux d entretien ont été exécutés dans les dernières années. En guise de conclusion, les résultats sont contrastés, dans tous les milieux. En effet, on observe les deux extrêmes par rapport aux bandes riveraines. Certains propriétaires respectent une distance supérieure à la réglementation minimale et à ce que la MRC recommande, alors que d autres tondent leur gazon ou cultivent jusqu à l eau. Dans tous les milieux, la majorité des propriétés visitées respectent cependant la réglementation et les recommandations. Le présent travail aidera cependant les municipalités à cibler plus efficacement les propriétés où des efforts supplémentaires sont requis afin de mieux protéger les rives. Les résidents rencontrés étaient souvent au courant de la règlementation et s intéressaient à la protection des cours d eau. La majorité des citoyens sont déjà conscientisés à l importance de la bande riveraine ou étaient très réceptifs. En milieu agricole, plusieurs agriculteurs ont des pratiques exemplaires qui doivent être citées en exemple, mais plusieurs se désolent de perdre du terrain et des revenus, puisqu ils paient des taxes sur la rive et le cours d eau. Il fut observé que les signes d érosion étaient plus fréquents lorsque la bande riveraine agricole était inférieure à la largeur réglementaire requise. Dans les projets de développement récents, il y a le plus souvent conservation d une bande riveraine de 10 mètres laissée à l état naturel. La conservation de la bande riveraine est prévue dans la planification du projet, inscrite sur les certificats de localisation et le respect de cette bande riveraine par les propriétaires est rarement problématique. L enjeu concerne clairement les milieux déjà bâtis, où les terrains sont parfois petits et où des bâtiments existants ont parfois été aménagés en rive. Toutefois, à la question «Seriez-vous d accord avec un règlement qui obligerait à renaturaliser une bande riveraine de

16 16 3 mètres (pelouse interdite)?», 83 % des propriétaires interrogés en milieu urbain et 85 % de tous les répondants se sont dit d accord. Ceux qui ne sont pas d accord réagissaient parfois avec beaucoup d émotivité. L obstacle principal aux efforts de renaturalisation des rives en milieu urbain et de villégiature semble essentiellement d ordre esthétique. Les gens désirent tondre la pelouse pour «entretenir le terrain» et garder ça «propre». Les étangs artificiels en lien avec des cours d eau ont, à tout coup, ce problème d absence de végétation sur les berges. Les efforts de sensibilisation dans l avenir devront démontrer qu il est possible d aménager une rive réglementaire et fonctionnelle qui soit aussi esthétique. Aussi, lorsqu il y a des dynamiques d inondation et d érosion sur les rivières et cours d eau, ils sont plusieurs à être perplexe à investir dans la plantation d une bande riveraine. Le respect de la bande riveraine peut être problématique sur les cours d eau très dynamiques où les méandres évoluent constamment. Les propriétaires riverains peuvent effectuer des travaux de stabilisation de berge avec les plans et les permis appropriés, mais actuellement, il n existe aucun programme d aide financière à cet effet. Un élément notable concerne la présence de renouée japonaise en bordure des cours d eau inspectés dans le Sud-Est de la MRC. Cette plante, ressemblant à un bambou rosé, est envahissante et crée de nombreux problèmes à l écosystème. La majorité des propriétés visitées montraient des rives presque exclusivement herbacées. Il a cependant été impressionnant de remarquer lors des visites à quel point, sur un même cours d eau, une berge et une bande riveraine naturelle, avec les trois strates de végétation, soit des herbacées, des arbustes et des arbres, peuvent protéger contre l érosion et contre l envahissement de plante exotique comparativement aux propriétés voisines avec des rives herbacées. Les agents de bandes riveraines patrouilleront de nouveau les secteurs à l été 2015 et permettront de bonifier ce premier portrait.

17 17 ANNEXE 1 Tableau 2 : Largeur moyenne des bandes riveraines sur les propriétés visitées dans les différentes municipalités de Brome-Missisquoi Municipalité Usage Nombre de propriétés Largeur moyenne bande riveraine (m) Municipalité Usage Nombre de propriétés Largeur moyenne bande riveraine (m) Abercorn agricole 4 1,50 Frelighsburg agricole 15 2,58 urbain 9 5,67 urbain 0 NA villégiature 7 3,57 villégiature 11 6,61 Total 20 4,70 Total 26 4,23 Bedford agricole 3 4,73 Lac-Brome agricole 9 3,56 urbain 33 3,18 urbain 6 1,42 villégiature 0 NA villégiature 31 3,98 Total 36 3,31 Total 46 3,57 villégiature 27 6,07 villégiature 4 7,38 Total 5,30 Total 38 4,26 Brigham agricole 14 3,87 Pike River agricole 15 4,45 urbain 116 3,03 urbain 3 2,33 villégiature 4 11,00 villégiature 2 2,65 Total 134 3,36 Total 20 3,96 Brome (village) agricole 2 2,50 Sainte-Sabine agricole 27 6,41 urbain 3 4,67 urbain 0 NA villégiature 27 3,48 villégiature 0 NA Total 32 3,53 Total 27 6,41 Bromont agricole 13 4,69 Stanbridge East agricole 22 3,31 urbain 101 4,94 urbain 35 2,99 villégiature 16 7,31 villégiature 12 9,15 Canton de Bedford Total 130 5,22 Total 69 4,45 agricole 3 4,12 Stanbridge Station agricole 18 3,60 urbain 0 NA urbain 5 3,56 villégiature 0 NA villégiature 5 2,94 Total 3 4,12 Total 28 3,48 Cowansville agricole 0 NA Saint-Armand agricole 13 2,73 urbain 57 7,39 urbain 2 4,00 villégiature 7 8,64 villégiature 4 6,88 Total 64 7,53 Total 19 3,74 Bolton-Ouest agricole 8 5,31 Notre-Damede-Stanbridge agricole 30 4,22 urbain 4 0,00 urbain 4 1,50 Dunham agricole 32 3,17 Saint-Ignacede-Stanbridge agricole 15 3,45 urbain 0 NA urbain 2 4,00 villégiature 11 7,73 villégiature 6 7,47 Total 43 4,33 Total 23 4,55 East Farnham agricole 0 NA Sutton agricole 8 3,15 urbain 3 4,33 urbain 89 3,93 villégiature 8 7,81 villégiature 21 5,94 Total 11 6,86 Total 118 4,3 Farnham agricole 49 4,29 urbain 83 4,49 villégiature 1 11,00 Total 133 4,47

Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles

Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITE DE LAC-BEAUPORT REGLEMENT NUMERO 7-172 Objet : Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles Session ordinaire du Conseil de la municipalité

Plus en détail

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17.1 Généralité 16.17.2 Objectifs Toutes les rives, le littoral et les plaines inondables des lacs et cours

Plus en détail

INSPECTIONS DES BERGES DU LAC MEECH (PARTIE SUD) ÉTÉ 2013 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA RAPPORT FINAL

INSPECTIONS DES BERGES DU LAC MEECH (PARTIE SUD) ÉTÉ 2013 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA RAPPORT FINAL INSPECTIONS DES BERGES DU LAC MEECH (PARTIE SUD) ÉTÉ 2013 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA RAPPORT FINAL Préparé par : Martine Gauthier, M.Sc.Env., biologiste Conseillère en environnement et en développement durable

Plus en détail

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035»

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035» VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT 1 «LAC-SIMON 2035» Contexte de la démarche Révision du plan et des règlements d urbanisme de Lac-Simon Révision en cours du Schéma d aménagement et

Plus en détail

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent Conférencier : Paul Logo Gingras, MRC de urbaniste Matane MRC de La Mitis Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent La mise en place des cadres légaux et réglementaires

Plus en détail

Présenté par Patrice Leroux, ing.

Présenté par Patrice Leroux, ing. & Élaboration d un plan des eaux pluviales: Une approche alternative de l entreprise Présenté par Patrice Leroux, ing. Le 30 avril 2014 Sommaire de la présentation Enjeux et problématiques Approche de

Plus en détail

Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53

Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53 Province de Québec Municipalité de Boileau Boileau, Québec Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53 que le conseil vise, par

Plus en détail

Les lois et règlements

Les lois et règlements 10 Les lois et règlements Le présent chapitre traite des lois et règlements qui s appliquent à la réalisation de projets de gestion intégrée de l eau en milieu agricole. Il présente les principales autorités

Plus en détail

Rencontre avec le conseil municipal

Rencontre avec le conseil municipal F-7 Fiche Action Mobilisation et implication page 1/4 Rencontre avec le conseil municipal Objectifs éducatifs 1. 2. Sensibiliser les élus municipaux aux préoccupations écologiques des élèves. Initier l

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

Aménagements favorisant la biodiversité

Aménagements favorisant la biodiversité Aménagements favorisant la biodiversité 2013-2018 Programme d appui en agroenvironnement Volet 1 Interventions en agroenvironnement par une exploitation agricole Objet de l aide financière Appuyer les

Plus en détail

Rapport de projet. Inspection visuelle des installations septiques à Saint-André-Avellin. Secteurs Sainte-Julie Est, Saint-Louis et Saint-Joseph

Rapport de projet. Inspection visuelle des installations septiques à Saint-André-Avellin. Secteurs Sainte-Julie Est, Saint-Louis et Saint-Joseph Rapport de projet Inspection visuelle des installations septiques à Saint-André-Avellin Secteurs Sainte-Julie Est, Saint-Louis et Saint-Joseph Été 2015 i Équipe de réalisation Coordonnateur Recherche et

Plus en détail

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE ARTICLE 1 : DÉFINITIONS Allée véhiculaire : Voie de circulation privée pour véhicules automobiles reliant le stationnement

Plus en détail

Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume

Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume PRINCIPAUX ENJEUX A. Qualité de l eau - Suivi de la qualité de l eau B. Qualité de l eau - Épuration des eaux usées C. Contrôle de l

Plus en détail

PLAN D ACTION Gestion des cours d eau sous la compétence de la MRC du Val-Saint-François

PLAN D ACTION Gestion des cours d eau sous la compétence de la MRC du Val-Saint-François MISE EN CONTEXTE : PLAN D ACTION de la MRC du Val-Saint-François Le 1 er janvier 2006 marque l entrée en vigueur de la Loi sur les compétences municipales (LCM) (L.R.Q., chapitre C-47.1), laquelle confère

Plus en détail

COURS D EAU D UN FOSSÉ

COURS D EAU D UN FOSSÉ COMMENT DIFFÉRENCIER UN COURS D EAU D UN FOSSÉ Les COURS D EAU et les MILIEUX RIVERAINS abritent une multitude d espèces animales et végé tales. Ces écosystèmes fragiles sont protégés par des lois et des

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUCTION Généralités MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 1. La demande doit être conforme aux règlements de construction,

Plus en détail

Plan directeur de l eau des lacs Vaudray et Joannès

Plan directeur de l eau des lacs Vaudray et Joannès Plan directeur de l eau des lacs Vaudray et Joannès Février 2011 Par le Comité de bassin versant des lacs Vaudray et Joannès Plan directeur de l eau des lacs Vaudray et Joannès Table des matières Introduction

Plus en détail

PROJET RÈGLEMENT NO. 01-0115 RÉPARTISSANT LES QUOTES-PARTS 2015 ENTRE LES MUNICIPALITÉS

PROJET RÈGLEMENT NO. 01-0115 RÉPARTISSANT LES QUOTES-PARTS 2015 ENTRE LES MUNICIPALITÉS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ BROME-MISSISQUOI RÉSOLUTION NUMÉRO: 30-0115 PROJET RÈGLEMENT NO. 01-0115 RÉPARTISSANT LES QUOTES-PARTS 2015 ENTRE LES MUNICIPALITÉS CONSIDÉRANT QUE CONSIDÉRANT

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

COMMUNE DE TREYTORRENS REGLEMENT COMMUNAL SUR L ENTRETIEN DES CHEMINS COMMUNAUX ET AUTRES OUVRAGES D AMELIORATIONS FONCIERES

COMMUNE DE TREYTORRENS REGLEMENT COMMUNAL SUR L ENTRETIEN DES CHEMINS COMMUNAUX ET AUTRES OUVRAGES D AMELIORATIONS FONCIERES COMMUNE DE TREYTORRENS REGLEMENT COMMUNAL SUR L ENTRETIEN DES CHEMINS COMMUNAUX ET AUTRES OUVRAGES D AMELIORATIONS FONCIERES COMMUNE DE TREYTORRENS Règlement communal sur l entretien des chemins communaux

Plus en détail

Municipalité de Saint-Faustin-Lac-Carré

Municipalité de Saint-Faustin-Lac-Carré Municipalité de Saint-Faustin-Lac-Carré Inventaire des rives et des installations sanitaires des lacs Larin, du Raquetteur, Sauvage et des Trois-Îles. Dans le cadre du programme quinquennal de protection

Plus en détail

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Moyens de sensibilisation, de prévention et d information à l intention de la population du Québec Moyens de

Plus en détail

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution PRATIQUES relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution CADRE NORMATIF DESTINÉ AUX CLIENTS ET PROMOTEURS QUI RÉALISERONT LES TRAVAUX TABLE DES MATIÈRES 5

Plus en détail

ÉTAT DE LA SITUATION DU BASSIN VERSANT DE LA PRISE D EAU DE LA RIVIÈRE SAINT-CHARLES

ÉTAT DE LA SITUATION DU BASSIN VERSANT DE LA PRISE D EAU DE LA RIVIÈRE SAINT-CHARLES ÉTAT DE LA SITUATION DU BASSIN VERSANT DE LA PRISE D EAU DE LA RIVIÈRE SAINT-CHARLES MESURES MISES EN PLACE ET BONNES PRATIQUES LES FOSSES SEPTIQUES La Loi sur les compétences municipales (L.R.Q. Chapitre

Plus en détail

Plan d action pour rendre opérationnelle la politique de l arbre de Mont-Saint-Hilaire (mars 2014)

Plan d action pour rendre opérationnelle la politique de l arbre de Mont-Saint-Hilaire (mars 2014) Orientation no. 1 Développer et maintenir une efficace et des mécanismes de suivi comme cadre légal de gestion de la forêt urbaine - Développer des mécanismes pour appliquer la à l échelle d une propriété

Plus en détail

Titre, TEXTE MODIFIÉ LE 17 novembre 2008 RÈGLEMENT NO 255

Titre, TEXTE MODIFIÉ LE 17 novembre 2008 RÈGLEMENT NO 255 Province de Québec Ville de Lac-Sergent RÈGLEMENT NUMÉRO 225 VISANT À PROTÉGER LES RIVES, LE LITTORAL ET LES ZONES INONDABLES, À PROCÉDER À LA RENATURALISATION DES RIVES DÉGRADÉES, DÉCAPÉES OU ARTIFICIELLES,

Plus en détail

Spécificités des eaux de ruissellement

Spécificités des eaux de ruissellement Spécificités des eaux de ruissellement Mardi 9 Avril 2013 CCI du Doubs àbesançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Comment définir les eaux de ruissellement?

Plus en détail

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux.

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux. R È G L E M E N T S U R L E S P L A NS D I M P L A N T A T I O N E T D I N T É G R A T I O N N O 1 0 0 7-10 Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs Réalisé

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE»

Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE» Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE» Janvier 2015 Table des matières Introduction 2 Objectifs et principes directeurs du Fonds 3 Qui est admissible au Fonds? 3 Quels types de projets sont financés?

Plus en détail

Guide de planification et de présentation des projets de végétalisation de bandes riveraines

Guide de planification et de présentation des projets de végétalisation de bandes riveraines Guide de planification et de présentation des projets de végétalisation de bandes riveraines dans le cadre des programmes d action communautaire pour l environnement Environnement Canada, Région du Québec

Plus en détail

Les bandes riveraines : des écosystèmes au service des usagers et de la faune

Les bandes riveraines : des écosystèmes au service des usagers et de la faune Volet 1. Sensibilisation et formation Les bandes riveraines : des écosystèmes au service des usagers et de la faune Pour préserver la santé des lacs et des cours d eau et conserver les multiples usages

Plus en détail

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral SECTION 21 LA PROTECTION DU MILIEU RIVERAIN 21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral Toutes les constructions, tous les ouvrages et tous les travaux qui sont

Plus en détail

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent Ateliers Sur la conservation des milieux naturels / 16 et 17 mars 2007, Montréal Par Catherine

Plus en détail

Programme de mise en valeur des habitats du saumon atlantique de la Côte-Nord. Guide de présentation des projets

Programme de mise en valeur des habitats du saumon atlantique de la Côte-Nord. Guide de présentation des projets Programme de mise en valeur des habitats du saumon atlantique de la Côte-Nord Guide de présentation des projets Novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES INFORMATIONS GÉNÉRALES... 1 1. Votre organisme est-il admissible?...

Plus en détail

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous?

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Philippe Bourke, Directeur général du RNCREQ Antoine Verville, Directeur général adjoint du ROBVQ 3e Forum national sur les lacs Mont-Tremblant,

Plus en détail

CADRE DE FINANCEMENT. Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière

CADRE DE FINANCEMENT. Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière Comité de bassin de la rivière Chaudière Mai 2015 1. Mise en contexte Le COBARIC met à la disposition des associations

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats

Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats Le rôle des municipalités en matière de protection de l environnement Guide de référence pour les élections municipales à l intention des candidates et candidats Guide de référence Élections municipales

Plus en détail

Table des matières. 23.1 champ d application. 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon

Table des matières. 23.1 champ d application. 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon Dispositions particulières aux usages industriels Table des matières 23.1 champ d application 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon 23.3 sites d extraction 23.3.1 nouveaux

Plus en détail

4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE

4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE 4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE 4.1 Les rives et le littoral: Les lacs et cours d'eau assujettis Tous les lacs et cours d'eau à débit régulier ou intermittent

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES PROJETS PARTICULIERS DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D OCCUPATION D UN IMMEUBLE NUMÉRO 220

RÈGLEMENT SUR LES PROJETS PARTICULIERS DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D OCCUPATION D UN IMMEUBLE NUMÉRO 220 Province de Québec MRC Brome-Missisquoi VILLE DE SUTTON RÈGLEMENT SUR LES PROJETS PARTICULIERS DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D OCCUPATION D UN IMMEUBLE NUMÉRO 220 CONSIDÉRANT QU en vertu de la Loi

Plus en détail

droit de l'environnement l'environnement avait ses droits

droit de l'environnement l'environnement avait ses droits Centre québécois du droit de l'environnement Si l'environnement avait ses droits 1 Dans le cadre du forum sur l environnement l de la MRC de Papineau Le Centre québécois du droit de l'environnement et

Plus en détail

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Andréanne Blais biologiste, chargée de projet 4 décembre 2012 Ordre de la présentation

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

Pascale Biron, Thomas Buffin-Bélanger, Marie Larocque, Joanna Eyquem, Claude Desjarlais

Pascale Biron, Thomas Buffin-Bélanger, Marie Larocque, Joanna Eyquem, Claude Desjarlais Pascale Biron, Thomas Buffin-Bélanger, Marie Larocque, Joanna Eyquem, Claude Desjarlais Bandes riveraines restreintes, beaucoup de stabilisation Rivière Yamachiche: champ de maïs sans bande riveraine Rivière

Plus en détail

Municipalité de Val-des-Monts Service de l Environnement et de l Urbanisme

Municipalité de Val-des-Monts Service de l Environnement et de l Urbanisme Municipalité de Val-des-Monts Service de l Environnement et de l Urbanisme Programme d inspection des rives Lac Girard 2011 1 juin 2012 1 1. L ORIGINE ET LES RAISONS MOTIVANT L IMPLANTATION DU PROGRAMME

Plus en détail

ENTENTE POUR UN ÉVÈNEMENT CARBONE ZÉRO

ENTENTE POUR UN ÉVÈNEMENT CARBONE ZÉRO ENTENTE POUR UN ÉVÈNEMENT CARBONE ZÉRO www.asf-estrie.org Dans ce document, vous retrouverez les détails concernant les démarches pour effectuer un évènement à zéro carbone par la plantation compensatoire.

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DU BASSIN VERSANT DU LAC ETCHEMIN

PLAN DIRECTEUR DU BASSIN VERSANT DU LAC ETCHEMIN PLAN DIRECTEUR DU BASSIN VERSANT DU LAC ETCHEMIN ADOPTION : NOVEMBRE 2008 1 Adopté lors de la séance régulière du 4 novembre 2008 (résolution numéro 234-11-2008) Table des matières Introduction...3 1-

Plus en détail

RÈGLEMENT NO 156-06. Règlement modifiant les règlements no 101-00, 116-01 et 125-02, relatifs au schéma d aménagement révisé.

RÈGLEMENT NO 156-06. Règlement modifiant les règlements no 101-00, 116-01 et 125-02, relatifs au schéma d aménagement révisé. RÈGLEMENT NO 156-06 Règlement modifiant les règlements no 101-00, 116-01 et 125-02, relatifs au schéma d aménagement révisé. Article 1 : Le point 4 intitulé «normes relatives à la protection des rives

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT

FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT Coordonnées du propriétaire Nom et prénom du propriétaire (incluant les copropriétaires) : Adresse civique : Numéro

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 DÉCRÉTANT UN CONTRÔLE INTÉRIMAIRE PROHIBANT UNE CONSTRUCTION, UN OUVRAGE OU DES TRAVAUX SUR DES TERRAINS COMPORTANT UN MILIEU HUMIDE SANS UNE CARACTÉRISATION

Plus en détail

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

Parcelles agricoles le long des cours d eau: concilier protection de la nature et production

Parcelles agricoles le long des cours d eau: concilier protection de la nature et production Parcelles agricoles le long des cours d eau: concilier protection de la nature et production Philippe Nihoul, Attaché, Direction Développement et Vulgarisation Strée, 19 janvier 2011 1 Dois-je clôturer

Plus en détail

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Définition En géomorphologie, l érosion est le processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé

Plus en détail

L objectif est de préserver et valoriser l agriculture tout en luttant contre les phénomènes des friches périurbaines.

L objectif est de préserver et valoriser l agriculture tout en luttant contre les phénomènes des friches périurbaines. Zone A CARACTERE DE LA ZONE Cette zone est à protéger en raison de la valeur agricole des terrains ou de la richesse du sol ou du soussol. Elle comprend les secteurs : Ac correspondant à une zone où les

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2015

APPEL A PROJETS 2015 APPEL A PROJETS 2015 Conjuguer renaturation des rivières et lutte contre les inondations à l heure de la GEMAPI Elaboré en coordination et avec l'appui de la DREAL de bassin Rhône-Méditerranée et de la

Plus en détail

L IMPERMÉABILISATION

L IMPERMÉABILISATION Comment réduire notre impact à l échelle d un lot? En débranchant vos gouttières du drains de fondations ou du drains menant directement au fossé, et en dirigeant l eau vers un milieu perméable, une plus

Plus en détail

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS MRC de Sept-Rivières 106, rue Napoléon, bureau 400, Sept-Îles (Qc) G4R 3L7 T 418 962-1900 F 418 962-3365 info@mrc.septrivieres.qc.ca www.mrc.septrivieres.qc.ca TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS Résumé

Plus en détail

Un bassin versant et la GIEBV Les OBV au Québec Le COBAVER VS et la SCABRIC Le plan directeur de l eau (PDE) en théorie Le PDE en pratique

Un bassin versant et la GIEBV Les OBV au Québec Le COBAVER VS et la SCABRIC Le plan directeur de l eau (PDE) en théorie Le PDE en pratique La gestion intégrée de l eau par bassin versant dans la Vallée du Haut Saint Laurent Isabelle Rodrigue, COBAVER VS Geneviève Audet, SCABRIC 17 janvier 2013 Saint Timothée Photo: SCABRIC Plan de présentation

Plus en détail

Présentation du rapport d éd. programme IS-Eau. 3 juillet 2010. 7 août t 2010

Présentation du rapport d éd. programme IS-Eau. 3 juillet 2010. 7 août t 2010 Présentation du rapport d éd étude Roche et séance s d information d sur le programme IS-Eau 3 juillet 2010 7 août t 2010 Présence d algues d bleues Présence accrue de plantes aquatiques Disparition des

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

La gouvernance de l eau au Québec : rétrospective, enjeux actuels et stratégies

La gouvernance de l eau au Québec : rétrospective, enjeux actuels et stratégies 1 La gouvernance de l eau au Québec : rétrospective, enjeux actuels et stratégies Congrès de l AARQ 22 avril 2015 Par : Carole Jutras, directrice Direction des eaux municipales Direction générale des politiques

Plus en détail

Révision quinquennale du plan et des règlements r. d urbanismed Consultation publique. Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d

Révision quinquennale du plan et des règlements r. d urbanismed Consultation publique. Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d Révision quinquennale du plan et des règlements r d urbanismed Consultation publique Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d et d intd intégration architecturale Règlement de construction

Plus en détail

3.8 L AGRICULTURE 3.1 LES CADRES LÉGAL ET

3.8 L AGRICULTURE 3.1 LES CADRES LÉGAL ET 3.8 L AGRICULTURE Occupant à peine 1 % du territoire, l activité agricole est peu développée à l échelle du bassin versant de la rivière du Diable. Les exploitations agricoles y sont peu nombreuses, de

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGIONAL SUR L ABATTAGE D ARBRES

RÈGLEMENT RÉGIONAL SUR L ABATTAGE D ARBRES RÈGLEMENT RÉGIONAL SUR L ABATTAGE D ARBRES I. DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES 3 Article 1 Préambule... 3 Article 2 Titre de règlement... 3 Article 3 Territoire d application... 3 Article 4 Personnes touchées...

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

Table des matières. 13.1 champ d application. 13.2 aménagement des espaces libres

Table des matières. 13.1 champ d application. 13.2 aménagement des espaces libres Aménagement de terrain Table des matières 13.1 champ d application 13.2 aménagement des espaces libres 13.3 clôtures, haies et murets 13.3.1 matériaux permis 13.3.2 matériaux prohibés 13.3.3 implantation

Plus en détail

La gestion des propriétés protégées

La gestion des propriétés protégées La gestion des propriétés protégées Ateliers sur la conservation des milieux naturels 16 octobre 2015 Caroline Gagné Chargée de projets - Outaouais Contenu de la formation! Le cas des propriétés en plein

Plus en détail

3.1 Le réseau hydrographique

3.1 Le réseau hydrographique Chapitre 3 : Hydrologie Selon le Grand dictionnaire terminologique (2006), l hydrologie est une «science appliquée au cycle de l eau, des précipitations, de l écoulement ou de l infiltration et des réserves

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Comme exposé auparavant, nous proposons en priorité le maîtrise foncière en rive gauche amont du site pour laisser évoluer la rivière.

Comme exposé auparavant, nous proposons en priorité le maîtrise foncière en rive gauche amont du site pour laisser évoluer la rivière. - 56 photographie 7. Laisses de crue photographie 9. ffleurement en l érosion (dalle et conglomérat) 4.3.1 photographie 8. aval de Vue de l érosion depuis l aval photographie 10. Dalles dans le fond du

Plus en détail

PLAN TRIENNAL D ACTION D PROTECTION DES LACS ET DES COURS D EAU D DE LA MRC D ANTOINED ANTOINE-LABELLE

PLAN TRIENNAL D ACTION D PROTECTION DES LACS ET DES COURS D EAU D DE LA MRC D ANTOINED ANTOINE-LABELLE J e s u i s d e l a c s e t d e r i v i è r e s...* PLAN TRIENNAL D ACTION D POUR LA PROTECTION DES LACS ET DES COURS D EAU D DE LA MRC D ANTOINED ANTOINE-LABELLE 2007 À 2009 BILAN DE L AN L 1 FORUM RÉGIONAL

Plus en détail

visées par la circulaire du 23 avril 2009 relative aux espèces exotiques envahissantes (berce du Caucase, balsamine de l Himalaya, ).

visées par la circulaire du 23 avril 2009 relative aux espèces exotiques envahissantes (berce du Caucase, balsamine de l Himalaya, ). Quelques précisions sur les règles relatives aux zones tampons lors de l application de produits phytopharmaceutiques à usage professionnel en agriculture et en horticulture en Wallonie : Introduction

Plus en détail

GISER Législation. inondation boueuses

GISER Législation. inondation boueuses GISER Législation inondation boueuses En 2014, il n existe pas de législation spécifique aux inondations boueuses en Wallonie. Cependant, un ensemble de lois et règlements encadrent les éléments qui influencent

Plus en détail

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles 23 mai 2015 Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles L installation septique et vous 1. Pourquoi? 2. Pour qui? 3. Comment? 4. Quel est le problème? 5. Des solutions? 6. Le

Plus en détail

Qu est-ce qu un milieu humide?

Qu est-ce qu un milieu humide? Qu est-ce qu un milieu humide? Sur notre planète, il existe deux grands milieux : le milieu terrestre et le milieu aquatique. Les milieux humides s avèrent être un compromis entre les deux. C est ce qui

Plus en détail

Bordures de champs. Définition

Bordures de champs. Définition Territ'Eau - Agro-Transfert Bretagne - version du 09/11/2009 Bordures de champs CréditsphotosCA56 Définition C. Grimaldi, J. Baudry et C. Gascuel 1- Définitiond'une"borduredechamp" Touteslesparcellessontentouréesdeborduresdechampquitraduisentleslimitesdemiseencultureetde

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS 10 ème programme pluriannuel d intervention MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS Pour la période 2013 à 2018 Le conseil d administration de

Plus en détail

REFONTE DES RÈGLEMENTS D URBANISME DE LA MUNICIPALITÉ DE SAINT-ADOLPHE-D HOWARD. Règlement de zonage numéro 634

REFONTE DES RÈGLEMENTS D URBANISME DE LA MUNICIPALITÉ DE SAINT-ADOLPHE-D HOWARD. Règlement de zonage numéro 634 REFONTE DES RÈGLEMENTS D URBANISME DE LA MUNICIPALITÉ DE SAINT-ADOLPHE-D HOWARD Règlement de zonage numéro 634 Chapitre 9 protection de l environnement Avis de motion : 20 avril 2007 Date d adoption :

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DE L EAU

PLAN DIRECTEUR DE L EAU PLAN DIRECTEUR DE L EAU OBJECTIFS ET INDICATEURS DU BASSIN VERSANT DE LA YAMASKA 2008 Mise à jour, juin 2010 160, R U E C O W I E, S U I T E 201, G R A N B Y, J2G 3 V 3 i Photos de la couverture : C A

Plus en détail

IMPORTANCE DES COURS D EAU

IMPORTANCE DES COURS D EAU FORÊT PRIVÉE Les traverses de cours d eau Pour réaliser des travaux d aménagement forestier, le propriétaire d un boisé privé est souvent confronté à la nécessité de construire un chemin et de traverser

Plus en détail

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques

Les Crastes. et Fossés. Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques Les Crastes et Fossés Guide d entretien 2013/2014 Les crastes, à quoi ça sert? L entretien : qui? comment? Usagers : les bonnes pratiques L entretien par les services municipaux LA TESTE CENTRE CAZAUX

Plus en détail

Mars 2011 DOCUMENT 2. PLAN DIRECTEUR DE L EAU Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi

Mars 2011 DOCUMENT 2. PLAN DIRECTEUR DE L EAU Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi Mars 2011 DOCUMENT 2 LES ENJEUX DU BASSIN VERSANT DE LA BAIE MISSISQUOI PLAN DIRECTEUR DE L EAU Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi Rédaction LES ENJEUX DU BASSIN VERSANT DE LA BAIE MISSISQUOI

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY.

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. Par Stéphanie Allard, Aménagiste et biologiste associée, ÉCOgestion-solutions

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 21 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE

Plus en détail

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les... 1 sur 2 2008-09-18 13:54 Sujet : Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives De : Guy Guilbert

Plus en détail

droit de l'environnement l'environnement avait ses droits

droit de l'environnement l'environnement avait ses droits Centre québécois du droit de l'environnement Si l'environnement avait ses droits 1 Dans le cadre de la Journée e d information d technique GROBEC Le Centre québécois du droit de l'environnement et Dufresne

Plus en détail

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones;

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; CHAPITRE XI : STATIONNEMENT HORS-RUE 101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; 2 o s appliquent à toute nouvelle construction

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

Guide technique pour l entretien des cours d eau

Guide technique pour l entretien des cours d eau Guide technique pour l entretien des cours d eau La directive européenne cadre sur l eau (DCE) fixe un objectif d atteinte du bon état des eaux pour 2015. Pour atteindre cet objectif, bonnes qualités de

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Mise en œuvre 2016-2017 VOLET 1 VOLET 2 1 Mise aux normes : Assurer le bon fonctionnement Prise

Plus en détail

Colloque J ai le goût de l eau, 16 e édition

Colloque J ai le goût de l eau, 16 e édition Colloque J ai le goût de l eau, 16 e édition Plan d adaptation aux changements climatiques Ville de Trois-Rivières Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion

Plus en détail