RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi"

Transcription

1 RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la

2 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 MÉTHODOLOGIE... 4 LOCALISATION DES COURS D EAU... 5 RÉSULTATS... 6 Portrait global de la MRC... 6 Respect de la conformité... 7 Composition des bandes riveraines Suivis : Infractions possibles et obstructions CONCLUSION... 15

3 3 INTRODUCTION Le milieu riverain assure la transition entre les écosystèmes aquatiques et terrestres. Par conséquent, les rives jouent un rôle primordial quant à la qualité de l eau qu elles côtoient. En effet, l absence d une bande riveraine convenable apporte une pollution diffuse, par le fait même la disparition d habitats aquatiques, ce qui détériore la qualité des écosystèmes. À l inverse, la végétation riveraine procure au cours d eau un écran contre la lumière et le réchauffement excessif de l eau qui cause la prolifération d algues. Les racines des herbacées et des arbustes assurent aussi une stabilisation des berges en retenant les sédiments et en les empêchant de se retrouver dans l eau. De cette façon, un filtre naturel est créé et les éléments pollueurs, qui se lient aux sédiments, sont retenus. Dans le cadre du plan d action sur la gestion intégrée et durable de l eau, la MRC a mis en œuvre une campagne de sensibilisation sur l importance des bandes riveraines qui s est échelonnée de mai à août L embauche de trois agents de bandes riveraines poursuivait deux objectifs : d une part, conscientiser les riverains à l impact écologique et les informer de la règlementation en place, d autre part, tirer un portrait de l état des rives de la. L OBV de la baie-missisquoi a contribué financièrement au projet en soutenant l embauche d un des trois agents. Leur travail a permis de monter une base de données impressionnante en relevant plus de propriétés sur tout le territoire de la région. Il a aussi permis d obtenir une large banque de photos, de géolocaliser ces informations et d aller à la rencontre des riverains. Le présent rapport expose les résultats des inspections pour l ensemble des 21 municipalités de Brome- Missisquoi, dans différents milieux : agricole, urbain et villégiature. Dans un premier temps, la méthodologie est expliquée. Dans un second temps, on retrouve la localisation des cours d eau inspectés, des explications sur les enjeux spécifiques à ces derniers et l analyse des résultats. Finalement, le rapport se conclut par une discussion qui exprime les différentes réactions recueillies sur le terrain, en plus de présenter les éléments marquants.

4 4 MÉTHODOLOGIE Les inspections se déroulaient en deux volets ; la sensibilisation et le relevé du terrain. La première étape était de vérifier la présence des propriétaires pour les aviser de la visite. Dans le cas d une absence, un ensemble de documents explicatifs était laissé à la porte. À l opposé, en plus d engager une discussion sur l importance de la bande riveraine, son utilité ainsi que la règlementation en place, les agents faisaient un court sondage auprès de riverains présents 1. Par le fait même, ils réalisaient la promotion des arbustes du projet Virage Rivages. Dans certains cas, les propriétaires venaient près du cours d eau pour visualiser ce que tous ces renseignements signifiaient sur le terrain. Sinon, avec leur autorisation, des drapeaux étaient piquetés. La seconde étape était de faire un état des lieux et un relevé du terrain à l aide d un GPS. Les agents étaient munis d un appareil photo permettant de géolocaliser les photographies. En milieu agricole, les points étaient pris à chaque 100 mètres, en milieu villégiature à chaque 50 mètres et en milieu urbain à chaque 10 mètres. Les fiches d inspection remplies indiquent la largeur moyenne de la bande riveraine, la composition de cette dernière, s il y avait présence d obstruction, d un ouvrage de stabilisation, d une traverse de cours d eau et dans le cas des terres agricoles la longueur de la bande riveraine après le talus. À ces informations s ajoutent des commentaires, lorsque pertinents. Par ailleurs, il est évident que la marge d erreur de ce projet n est pas nulle. Les principales sources d inexactitudes proviennent d une part du GPS qui possède une précision d environ trois mètres, mais principalement des agents. Par exemple, la ligne naturelle des hautes eaux (LNHE) n était jamais explicite et peut varier selon les dires des propriétaires ou l approximation de l agent. Aussi, il était possible que la LNHE fût inaccessible, notamment lorsque le talus était trop escarpé, lorsqu il y avait une clôture électrique ou lorsque la végétation était trop dense. Ainsi, les données recueillies sont des moyennes et représentent l état général des bandes riveraines. 1 Actuellement, la tonte de gazon est tolérée dans la bande riveraine, sans pour autant être recommandée. Êtes-vous pour ou contre le fait d interdire la pelouse sur les trois premiers mètres à partir de la ligne naturelle des hautes eaux? Dans le cadre du projet Virage Rivages, la MRC propose des arbustes indigènes à prix modique pour végétaliser les rives. Êtesvous intéressé à en commander?

5 5 LOCALISATION DES COURS D EAU Les secteurs de cours d eau ciblés pour les visites des agents de bandes riveraines ont été sélectionnés en fonction de différents critères : Des secteurs devaient être ciblés dans les 21 municipalités qui composent Brome-Missisquoi; Des secteurs ont été choisis en milieu agricole, urbain et de villégiature; Selon les données de l Indice de qualité des bandes riveraines (IQBR), établi en collaboration avec l OBV-Yamaska et Géomont; Selon l analyse des photographies aériennes de 2009; Les plus petits cours d eau ont été priorisés, car ils sont souvent négligés malgré le fait qu ils transportent l essentiel de la charge sédimentaire; En excluant les lacs et cours d eau sur lesquels des données existent déjà, où il y a déjà eu des efforts de caractérisation, de revégétalisation ou autres études réalisés dans le passé; En milieu agricole, les cours d eau verbalisés ayant fait l objet de travaux d entretien dans les 5 dernières années ont été visités de façon prioritaire, car le respect des bandes riveraines est un des éléments qui peut augmenter la durée de vie des travaux. Inversement, le non-respect de la bande riveraine peut faire en sorte que des travaux seront requis à une fréquence anormale. Les secteurs ciblés pour la visite des agents de bandes riveraines peuvent être visualisés à partir du site internet suivant : Il est important de noter que le choix des sites ne visait pas à dresser un portrait représentatif de l état des bandes riveraines dans les municipalités, car les secteurs forestiers, dont le pourcentage est très élevé dans certaines municipalités et où le respect des bandes riveraines n est pas un enjeu, n ont pas été visités.

6 6 RÉSULTATS Les municipalités ont reçu un rapport synthèse propre à chacune, soit les données brutes des inspections effectuées, l ensemble des photographies en format JPEG de même que les données cartographiques organisées selon un code de couleur représentant la largeur moyenne des bandes riveraines des propriétés visitées. Les résultats détaillés aident les municipalités dans l application de leur réglementation relative aux rives, mais ils ne peuvent pas être diffusés publiquement, afin de respecter la vie privée des propriétaires visités. Il sera question, dans le présent rapport, du portrait général dressé dans Brome-Missisquoi à la suite du travail réalisé par les agents de bandes riveraines au cours de l été Portrait global de la MRC Au total, propriétés ont été visitées. Il s agit de unités d évaluation pouvant comporter plusieurs lots, mais une personne peut cependant être propriétaire ou copropriétaire de plusieurs propriétés distinctes, surtout en milieu agricole. La majorité des propriétaires étaient absents lors du passage de l agent, mais une proportion appréciable (43 %) a été rencontrée et directement sensibilisée. Tableau 1 - Répartition du statut des propriétaires Répartition du statut des propriétaires des terrains inspectés,, 2014 Effectifs Pourcentage Présent % Absent % Total % Ensuite, chaque propriété était caractérisée selon son usage puisque les enjeux et le rapport à l espace ne sont pas les mêmes entre les milieux agricoles, urbains ou villégiatures. En milieu agricole, la culture des terres est permise à 3 mètres de la ligne des hautes eaux et les enjeux liés aux rives et au contrôle de la végétation riveraine sont particuliers : contrôle des espèces nuisibles, obstructions au libre écoulement de l eau et colmatage des drains par les racines. La pollution diffuse agricole reste cependant la première cause de la dégradation des cours d eau selon les plans directeurs de l eau des organismes de bassin versant du territoire. En milieux urbains et de villégiature, l usage des terrains est

7 7 résidentiel et il y a toujours entretien d une certaine superficie du terrain en pelouse. En milieu urbain, les terrains sont généralement plus petits, car ils sont souvent desservis par le système d assainissement municipal, à l inverse des terrains de villégiatures où la gestion des installations sanitaires et de l approvisionnement en eau potable est indépendante. Figure 1 - Répartition des usages La proportion de terrain «sacrifiée» à la bande riveraine varie donc selon le type de milieu. Le secteur urbain prédomine, car il comporte de nombreuses propriétés de petite superficie, mais bien que moins nombreuses, les propriétés agricoles et de villégiature représentent quand même une longueur importante de cours d eau visités. Respect de la conformité Tout d abord, une rive se définit comme une bande de terre qui borde les cours d eau et qui s étend vers l intérieur des terres à partir de la ligne des hautes eaux. Variable selon la topographie, cette ligne se situe à la hauteur maximale que l eau atteint à la crue printanière. Bien que le règlement applicable aux bandes riveraines puisse varier selon les municipalités, il doit minimalement respecter les normes de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables du MDDELCC. Cette dernière stipule que la bande riveraine mesure de 10 mètres à 15 mètres, sauf en milieu agricole où elle mesure 3 mètres, et qu elle doit être entièrement végétalisée. Elle peut être laissée à l état naturel ou être aménagée avec une plantation d arbres, d arbustes ou d herbacés. Cependant, la pelouse n est pas

8 8 recommandée, bien qu elle soit une matière végétale, car elle ne remplit pas adéquatement le rôle d une bande riveraine. C est pour cette raison que dans le cadre de ce projet, les largeurs des bandes riveraines sont calculées à partir de la ligne des hautes eaux jusqu à la coupe du gazon. Ces données sont analysées de deux manières, soit selon la moyenne et selon un regroupement par classes. Dans un premier temps, le tableau 2 illustre la largeur moyenne des bandes riveraines. Il est à noter que certaines propriétés avaient des bandes riveraines naturelles de plus de 10 mètres de largeur, ce qui hausse considérablement les moyennes. Cela doit être pris en compte dans l interprétation des résultats. De plus, les données utilisées pour le calcul proviennent de la moyenne calculée par propriété 2. La moyenne générale peut donc être bonne, même s il y a des sections où la rive est déficiente. La largeur est calculée à partir de la limite naturelle des hautes eaux (LNHE), ce qui signifie que parfois les propriétaires laissent une mince bande de végétation entre le gazon et le plan d eau, mais comme l eau monte plus haut que cette dernière au printemps, alors la bande riveraine est considérée comme inexistante. En ce qui concerne l analyse des moyennes, celle des terres agricoles est supérieure à la largeur règlementaire. Pour les milieux urbains et de villégiature, bien que la largeur règlementaire soit de 10 mètres de végétation, la réglementation minimale alors en vigueur n interdit pas la tonte de gazon en rive. La MRC recommande cependant de respecter un minimum de 3 mètres à partir du haut de talus avant de couper le gazon (il s agit d une des mesures du cadre réglementaire sur la gestion des eaux de surface et de l érosion (REGES) qui entrera en vigueur au cours des prochains mois). En bref, la moyenne générale des bandes riveraines visitées respecte la réglementation et les suggestions de la MRC. Tableau 2 - Largeur moyenne des bandes riveraines Largeur moyenne (m) Largeur règlementaire minimale (m) Agricole 4,08 3 Urbain 4,21 10 Villégiature 5,96 10 Tous les usages 4,50 NA 2 Pour plus de précision, l utilisation du fichier cartographique avec les points GPS permet de cibler les sections plus déficientes. Aussi, les commentaires du tableau des données en annexe bonifient les données numériques.

9 9 La largeur moyenne par municipalité est présentée sur le tableau 2 en annexe. Comme les extrêmes peuvent fausser les moyennes, dans un deuxième temps, il est pertinent de classer les résultats selon une échelle qui permet d établir les usages les plus problématiques. La figure 2 montre que la largeur moyenne des bandes riveraines se répartit entre deux extrêmes, ceux qui n ont aucune bande riveraine et ceux qui ont des bandes riveraines allant au-delà de la réglementation, surtout situés en milieu de villégiature. Une proportion non négligeable de propriétés, principalement en milieu urbain, n a aucune bande riveraine. Cependant, dans tous les milieux, la majorité des propriétés visitées avait des bandes riveraines d une largeur, jugée satisfaisante, de 3 mètres et plus. Largeur des bandes riveraines par classes selon l'usage des terrains inspectés Agricole Urbain Villégiature Tous les usages 0% 50% 100% Tous les usages Villégiature Urbain Agricole Aucune bande riveraine Bande riveraine de moins de 3m Bande riveraine entre 3m et 10m Bande riveraine de 10m et plus NA Figure 2 - Largeur des bandes riveraines par classes Les agriculteurs, qui ont souvent mauvaise presse au niveau du respect des bandes riveraines, respectent en grande majorité la réglementation sur les propriétés visitées. Il faut rappeler que la culture du sol est présentement permise à 3 mètres de la ligne des hautes eaux. Le milieu agricole de Brome-Missisquoi est cependant très diversifié, les grandes cultures étant surtout situées dans la plaine agricole à l Ouest

10 10 du territoire, alors que l enjeu lié aux bandes riveraines est moins important dans les prairies et pâturages, que l on retrouve en plus grande proportion dans l Est du territoire. La figure 3 illustre plus spécifiquement la répartition de la largeur des rives en milieu agricole et le tableau en annexe donne les moyennes par municipalité Aucune bande riveraine Bande riveraine de moins de 1m 23 Bande riveraine entre 1m et 2m Bande riveraine entre 2m et 3m Bande riveraine entre 3m et 4m 33 Bande riveraine entre 4m et 5m Bande riveraine de 5 m et plus 5 NA Figure 3 - Largeur des bandes riveraines en milieu agricole par classe Plusieurs propriétaires ont donc des rives non conformes, mais une plus forte proportion encore a des bandes riveraines agricoles plus larges que le minimum requis. Nous rappelons que ces chiffres représentent la largeur moyenne par propriété, donc, il se peut qu il y ait des secteurs où la largeur est déficiente malgré une bonne moyenne générale. Fait étonnant, 55 des 306 propriétés agricoles visitées avaient des rives de 5 mètres et plus, et ce même sur des terres de grande culture. Les propriétaires ont parfois aménagé un chemin de ferme engazonné le long du cours d eau, parfois il s agit de terres d un potentiel agricole moindre en cultures pérennes, dans un cas il y avait présence d une digue, mais il faut souligner le fait que plusieurs agriculteurs ont volontairement aménagé des bandes riveraines exemplaires, comme on peut le voir sur les photos ci-dessous. Il est à noter que les agents ont calculé lors des visites quelle est la largeur moyenne en haut de talus requise pour respecter la norme minimale de 3 mètres de la ligne des hautes eaux. La largeur minimale

11 11 requise sur le replat du talus pour satisfaire la norme était en moyenne de 1,58 mètres sur les propriétés agricoles visitées. Figure 4 : Bande de foin longeant le cours d eau, avec culture de soja à 10 mètres du talus.

12 12 Figure 5 : Bande de foin longeant le cours d eau, avec culture de maïs à environ 8 mètres du talus. Figure 6 : bande riveraine agricole avec deux rangées d arbres plantés sur le replat du talus, agissant comme haie brise-vent. Composition des bandes riveraines Les milieux riverains sont particulièrement dynamiques et diversifiés. En effet, ils sont la juxtaposition de trois écosystèmes, aquatique, riverain et terrestre, sur une superficie relativement restreinte. Toutefois, pour jouer pleinement ses rôles, la rive doit être suffisamment large et comporter trois strates : herbacée, arbustive et arborescente. Sur les propriétés visitées, les rives étaient en prédominance d herbacées, comme on le constate sur les figures 7 et 8. C est en milieu agricole que l on retrouve le moins d arbres et d arbustes le long des cours d eau.

13 13 Composition des rives sur l'ensemble des propriétés visitées dans Brome-Missisquoi 11% 11% 78% Herbacées (%) Arbustives (%) Arborescentes (%) Figure 7 - Composition moyenne des bandes riveraines Villégiature Urbain Herbacées (%) Arbustives (%) Arborescentes (%) Agricole 0% 20% 40% 60% 80% 100% Figure 8 - Composition moyenne des bandes riveraines selon les usages

14 14 Suivis : Infractions possibles et obstructions Le travail des agents de bandes riveraines a permis de noter beaucoup d éléments de suivi allant au-delà de l application réglementaire des largeurs minimales requises. Certaines situations urgentes, comme des travaux sans autorisation en rive et littoral, des installations sanitaires problématiques, ont été relayées immédiatement aux autorités concernées. Étonnamment, plusieurs cas d accès des animaux de ferme au cours d eau ont été répertoriés et un suivi sera effectué avec les propriétaires visés afin de régler ces situations le plus rapidement possible, à défaut de quoi les dossiers seront transférés aux autorités provinciales concernées. Les agents devaient aussi noter les obstructions au libre écoulement de l eau, où des interventions sont parfois requises afin de prévenir d éventuels dommages aux propriétés et assurer les devoirs en matière de sécurité publique. Il arrive fréquemment que des résidus végétales, comme le gazon coupé, les feuilles mortes et autres déchets, soient jetés dans le cours d eau ou déposés en rive, au fond de la cour ou que des matières de toutes sortes soient entreposées dans cet espace. Ces matières altèrent l intégrité de la bande riveraine, peuvent obstruer les cours d eau, causer des dommages et peuvent parfois être une source de pollution non négligeable. Au-delà des obstructions et infractions possibles, le travail des agents a aussi permis de documenter des problématiques d érosion des rives, les endroits où les rives ont été stabilisées, de localiser les traverses de cours d eau et ainsi contribuer à construire une base de données hydrologiques régionale.

15 15 CONCLUSION Le présent travail ne doit pas être considéré comme un portrait de l état des bandes riveraines dans Brome-Missisquoi. Les cours d eau visités sont des secteurs identifiés comme possiblement problématiques ou des cours d eau agricoles où des travaux d entretien ont été exécutés dans les dernières années. En guise de conclusion, les résultats sont contrastés, dans tous les milieux. En effet, on observe les deux extrêmes par rapport aux bandes riveraines. Certains propriétaires respectent une distance supérieure à la réglementation minimale et à ce que la MRC recommande, alors que d autres tondent leur gazon ou cultivent jusqu à l eau. Dans tous les milieux, la majorité des propriétés visitées respectent cependant la réglementation et les recommandations. Le présent travail aidera cependant les municipalités à cibler plus efficacement les propriétés où des efforts supplémentaires sont requis afin de mieux protéger les rives. Les résidents rencontrés étaient souvent au courant de la règlementation et s intéressaient à la protection des cours d eau. La majorité des citoyens sont déjà conscientisés à l importance de la bande riveraine ou étaient très réceptifs. En milieu agricole, plusieurs agriculteurs ont des pratiques exemplaires qui doivent être citées en exemple, mais plusieurs se désolent de perdre du terrain et des revenus, puisqu ils paient des taxes sur la rive et le cours d eau. Il fut observé que les signes d érosion étaient plus fréquents lorsque la bande riveraine agricole était inférieure à la largeur réglementaire requise. Dans les projets de développement récents, il y a le plus souvent conservation d une bande riveraine de 10 mètres laissée à l état naturel. La conservation de la bande riveraine est prévue dans la planification du projet, inscrite sur les certificats de localisation et le respect de cette bande riveraine par les propriétaires est rarement problématique. L enjeu concerne clairement les milieux déjà bâtis, où les terrains sont parfois petits et où des bâtiments existants ont parfois été aménagés en rive. Toutefois, à la question «Seriez-vous d accord avec un règlement qui obligerait à renaturaliser une bande riveraine de

16 16 3 mètres (pelouse interdite)?», 83 % des propriétaires interrogés en milieu urbain et 85 % de tous les répondants se sont dit d accord. Ceux qui ne sont pas d accord réagissaient parfois avec beaucoup d émotivité. L obstacle principal aux efforts de renaturalisation des rives en milieu urbain et de villégiature semble essentiellement d ordre esthétique. Les gens désirent tondre la pelouse pour «entretenir le terrain» et garder ça «propre». Les étangs artificiels en lien avec des cours d eau ont, à tout coup, ce problème d absence de végétation sur les berges. Les efforts de sensibilisation dans l avenir devront démontrer qu il est possible d aménager une rive réglementaire et fonctionnelle qui soit aussi esthétique. Aussi, lorsqu il y a des dynamiques d inondation et d érosion sur les rivières et cours d eau, ils sont plusieurs à être perplexe à investir dans la plantation d une bande riveraine. Le respect de la bande riveraine peut être problématique sur les cours d eau très dynamiques où les méandres évoluent constamment. Les propriétaires riverains peuvent effectuer des travaux de stabilisation de berge avec les plans et les permis appropriés, mais actuellement, il n existe aucun programme d aide financière à cet effet. Un élément notable concerne la présence de renouée japonaise en bordure des cours d eau inspectés dans le Sud-Est de la MRC. Cette plante, ressemblant à un bambou rosé, est envahissante et crée de nombreux problèmes à l écosystème. La majorité des propriétés visitées montraient des rives presque exclusivement herbacées. Il a cependant été impressionnant de remarquer lors des visites à quel point, sur un même cours d eau, une berge et une bande riveraine naturelle, avec les trois strates de végétation, soit des herbacées, des arbustes et des arbres, peuvent protéger contre l érosion et contre l envahissement de plante exotique comparativement aux propriétés voisines avec des rives herbacées. Les agents de bandes riveraines patrouilleront de nouveau les secteurs à l été 2015 et permettront de bonifier ce premier portrait.

17 17 ANNEXE 1 Tableau 2 : Largeur moyenne des bandes riveraines sur les propriétés visitées dans les différentes municipalités de Brome-Missisquoi Municipalité Usage Nombre de propriétés Largeur moyenne bande riveraine (m) Municipalité Usage Nombre de propriétés Largeur moyenne bande riveraine (m) Abercorn agricole 4 1,50 Frelighsburg agricole 15 2,58 urbain 9 5,67 urbain 0 NA villégiature 7 3,57 villégiature 11 6,61 Total 20 4,70 Total 26 4,23 Bedford agricole 3 4,73 Lac-Brome agricole 9 3,56 urbain 33 3,18 urbain 6 1,42 villégiature 0 NA villégiature 31 3,98 Total 36 3,31 Total 46 3,57 villégiature 27 6,07 villégiature 4 7,38 Total 5,30 Total 38 4,26 Brigham agricole 14 3,87 Pike River agricole 15 4,45 urbain 116 3,03 urbain 3 2,33 villégiature 4 11,00 villégiature 2 2,65 Total 134 3,36 Total 20 3,96 Brome (village) agricole 2 2,50 Sainte-Sabine agricole 27 6,41 urbain 3 4,67 urbain 0 NA villégiature 27 3,48 villégiature 0 NA Total 32 3,53 Total 27 6,41 Bromont agricole 13 4,69 Stanbridge East agricole 22 3,31 urbain 101 4,94 urbain 35 2,99 villégiature 16 7,31 villégiature 12 9,15 Canton de Bedford Total 130 5,22 Total 69 4,45 agricole 3 4,12 Stanbridge Station agricole 18 3,60 urbain 0 NA urbain 5 3,56 villégiature 0 NA villégiature 5 2,94 Total 3 4,12 Total 28 3,48 Cowansville agricole 0 NA Saint-Armand agricole 13 2,73 urbain 57 7,39 urbain 2 4,00 villégiature 7 8,64 villégiature 4 6,88 Total 64 7,53 Total 19 3,74 Bolton-Ouest agricole 8 5,31 Notre-Damede-Stanbridge agricole 30 4,22 urbain 4 0,00 urbain 4 1,50 Dunham agricole 32 3,17 Saint-Ignacede-Stanbridge agricole 15 3,45 urbain 0 NA urbain 2 4,00 villégiature 11 7,73 villégiature 6 7,47 Total 43 4,33 Total 23 4,55 East Farnham agricole 0 NA Sutton agricole 8 3,15 urbain 3 4,33 urbain 89 3,93 villégiature 8 7,81 villégiature 21 5,94 Total 11 6,86 Total 118 4,3 Farnham agricole 49 4,29 urbain 83 4,49 villégiature 1 11,00 Total 133 4,47

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17.1 Généralité 16.17.2 Objectifs Toutes les rives, le littoral et les plaines inondables des lacs et cours

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles

Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITE DE LAC-BEAUPORT REGLEMENT NUMERO 7-172 Objet : Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles Session ordinaire du Conseil de la municipalité

Plus en détail

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous?

Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Outils et démarches structurantes au Québec: où en sommes-nous? Philippe Bourke, Directeur général du RNCREQ Antoine Verville, Directeur général adjoint du ROBVQ 3e Forum national sur les lacs Mont-Tremblant,

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral SECTION 21 LA PROTECTION DU MILIEU RIVERAIN 21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral Toutes les constructions, tous les ouvrages et tous les travaux qui sont

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent Conférencier : Paul Logo Gingras, MRC de urbaniste Matane MRC de La Mitis Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent La mise en place des cadres légaux et réglementaires

Plus en détail

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035»

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035» VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT 1 «LAC-SIMON 2035» Contexte de la démarche Révision du plan et des règlements d urbanisme de Lac-Simon Révision en cours du Schéma d aménagement et

Plus en détail

INSPECTIONS DES BERGES DU LAC MEECH (PARTIE SUD) ÉTÉ 2013 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA RAPPORT FINAL

INSPECTIONS DES BERGES DU LAC MEECH (PARTIE SUD) ÉTÉ 2013 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA RAPPORT FINAL INSPECTIONS DES BERGES DU LAC MEECH (PARTIE SUD) ÉTÉ 2013 MUNICIPALITÉ DE CHELSEA RAPPORT FINAL Préparé par : Martine Gauthier, M.Sc.Env., biologiste Conseillère en environnement et en développement durable

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUCTION Généralités MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 1. La demande doit être conforme aux règlements de construction,

Plus en détail

DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES

DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES DISPOSITIONS LÉGALES : MURS, CLÔTURES ET HAIES Fréquemment, les citoyens nous demandent quelles sont les distances à respecter pour planter une haie ou une barrière. Vous trouverez ci-dessous quelques

Plus en détail

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Moyens de sensibilisation, de prévention et d information à l intention de la population du Québec Moyens de

Plus en détail

CADRE DE FINANCEMENT. Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière

CADRE DE FINANCEMENT. Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière Mise en œuvre du PDE 2015-2016 (3 e édition) Bassin versant de la rivière Chaudière Comité de bassin de la rivière Chaudière Mai 2015 1. Mise en contexte Le COBARIC met à la disposition des associations

Plus en détail

Aménagements favorisant la biodiversité

Aménagements favorisant la biodiversité Aménagements favorisant la biodiversité 2013-2018 Programme d appui en agroenvironnement Volet 1 Interventions en agroenvironnement par une exploitation agricole Objet de l aide financière Appuyer les

Plus en détail

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Mise à jour le 9 mai 2011 (règl. (2008)-106-3) Mise à jour le 6 août 2012 (page de présentation) PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Votre projet se situe dans une partie de notre

Plus en détail

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES

TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES TITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES CHAPITRE 1 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE Nh CARACTERISTIQUES GENERALES La zone Nh est une zone rurale comportant des constructions. Toute nouvelle

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N

CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CHAPITRE 3 REGLEMENT APPLICABLE A LA ZONE N CARACTERISTIQUES GENERALES La zone N est une zone de protection stricte, motivée par la qualité des sites, espaces ou milieux naturels et les paysages. Toute

Plus en détail

Stratégies d observation et d application du Code

Stratégies d observation et d application du Code Stratégies d observation et d application du Code L éducation est un élément crucial de tout programme relatif aux avertisseurs de fumée. Les propriétaires doivent être informés non seulement sur les types,

Plus en détail

VOLET 1 ARTICLE 59 DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU TERRITOIRE ET DES ACTIVITÉS AGRICOLES

VOLET 1 ARTICLE 59 DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU TERRITOIRE ET DES ACTIVITÉS AGRICOLES VOLET 1 ARTICLE 59 DE LA LOI SUR LA PROTECTION DU TERRITOIRE ET DES ACTIVITÉS AGRICOLES DISPOSITIONS PARTICULIÈRES D AMÉNAGEMENT, APPLICABLES AUX ÎLOTS DÉSTRUCTURÉS, ÉTABLIES PAR LA MRC BROME-MISSISQUOI,

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 21 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE

Plus en détail

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE ARTICLE 1 : DÉFINITIONS Allée véhiculaire : Voie de circulation privée pour véhicules automobiles reliant le stationnement

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

COURS D EAU D UN FOSSÉ

COURS D EAU D UN FOSSÉ COMMENT DIFFÉRENCIER UN COURS D EAU D UN FOSSÉ Les COURS D EAU et les MILIEUX RIVERAINS abritent une multitude d espèces animales et végé tales. Ces écosystèmes fragiles sont protégés par des lois et des

Plus en détail

Rencontre avec le conseil municipal

Rencontre avec le conseil municipal F-7 Fiche Action Mobilisation et implication page 1/4 Rencontre avec le conseil municipal Objectifs éducatifs 1. 2. Sensibiliser les élus municipaux aux préoccupations écologiques des élèves. Initier l

Plus en détail

PLAN D ACTION Gestion des cours d eau sous la compétence de la MRC du Val-Saint-François

PLAN D ACTION Gestion des cours d eau sous la compétence de la MRC du Val-Saint-François MISE EN CONTEXTE : PLAN D ACTION de la MRC du Val-Saint-François Le 1 er janvier 2006 marque l entrée en vigueur de la Loi sur les compétences municipales (LCM) (L.R.Q., chapitre C-47.1), laquelle confère

Plus en détail

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux.

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux. R È G L E M E N T S U R L E S P L A NS D I M P L A N T A T I O N E T D I N T É G R A T I O N N O 1 0 0 7-10 Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs Réalisé

Plus en détail

Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53

Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53 Province de Québec Municipalité de Boileau Boileau, Québec Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53 que le conseil vise, par

Plus en détail

Rapport de projet. Inspection visuelle des installations septiques à Saint-André-Avellin. Secteurs Sainte-Julie Est, Saint-Louis et Saint-Joseph

Rapport de projet. Inspection visuelle des installations septiques à Saint-André-Avellin. Secteurs Sainte-Julie Est, Saint-Louis et Saint-Joseph Rapport de projet Inspection visuelle des installations septiques à Saint-André-Avellin Secteurs Sainte-Julie Est, Saint-Louis et Saint-Joseph Été 2015 i Équipe de réalisation Coordonnateur Recherche et

Plus en détail

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau

Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau 1971 ST-LOUIS, GATINEAU (QUÉBEC) J8T 4H6 R.B.Q 2592 3533-93 Mémoire déposé dans le cadre de la révision du schéma d aménagement et de développement de la Ville de Gatineau Lots 3 966 254 et 2 957 115 MISE

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES ORIENTATIONS GOUVERNEMENTALES ET LES ENJEUX EN MATIÈRE DE CHANGEMENTS CLIMATIQUES Avis Présenté au ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs du Québec

Plus en détail

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Le ministère du Développement durable, a pour mission d assurer la protection de l environnement, des écosystèmes naturels et de la biodiversité. Le Ministère doit contribuer au bien-être des générations

Plus en détail

Plan de gestion des milieux humides et hydriques:

Plan de gestion des milieux humides et hydriques: Plan de gestion des milieux humides et hydriques: intégration de paramètres «urbains» dans l évaluation de la valeur écologique Juin 2013 Par Virginie Dumont, biol. 1 Plan de présentation 1. Règlementation

Plus en détail

BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES

BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES BILAN 2009-2010 : RÉSULTATS DU RELEVÉ SANITAIRE DES INSTALLATIONS SEPTIQUESINDIVIDUELLES ET CARACTÉRISATION DES BANDES RIVERAINES DANS LE CADRE DU PROGRAMME DE PROTECTION DES LACS NOVEMBRE 2011 RÉSUMÉ

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC

DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC DOSSIER D INFORMATION NOTIFICATION DU PUBLIC PROJET D IMPLANTATION D UNE TOUR DE TÉLÉCOMMUNICATION 105, RANG ST-MARC LES ÉBOULEMENTS, QUÉBEC LE 26 AVRIL 2011 1- L objectif de couverture cellulaire Rogers

Plus en détail

PROJET RÈGLEMENT NO. 01-0115 RÉPARTISSANT LES QUOTES-PARTS 2015 ENTRE LES MUNICIPALITÉS

PROJET RÈGLEMENT NO. 01-0115 RÉPARTISSANT LES QUOTES-PARTS 2015 ENTRE LES MUNICIPALITÉS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DE COMTÉ BROME-MISSISQUOI RÉSOLUTION NUMÉRO: 30-0115 PROJET RÈGLEMENT NO. 01-0115 RÉPARTISSANT LES QUOTES-PARTS 2015 ENTRE LES MUNICIPALITÉS CONSIDÉRANT QUE CONSIDÉRANT

Plus en détail

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS MRC de Sept-Rivières 106, rue Napoléon, bureau 400, Sept-Îles (Qc) G4R 3L7 T 418 962-1900 F 418 962-3365 info@mrc.septrivieres.qc.ca www.mrc.septrivieres.qc.ca TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS Résumé

Plus en détail

Présenté par Patrice Leroux, ing.

Présenté par Patrice Leroux, ing. & Élaboration d un plan des eaux pluviales: Une approche alternative de l entreprise Présenté par Patrice Leroux, ing. Le 30 avril 2014 Sommaire de la présentation Enjeux et problématiques Approche de

Plus en détail

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Andréanne Blais biologiste, chargée de projet 4 décembre 2012 Ordre de la présentation

Plus en détail

Table des matières. 13.1 champ d application. 13.2 aménagement des espaces libres

Table des matières. 13.1 champ d application. 13.2 aménagement des espaces libres Aménagement de terrain Table des matières 13.1 champ d application 13.2 aménagement des espaces libres 13.3 clôtures, haies et murets 13.3.1 matériaux permis 13.3.2 matériaux prohibés 13.3.3 implantation

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Table des matières. 23.1 champ d application. 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon

Table des matières. 23.1 champ d application. 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon Dispositions particulières aux usages industriels Table des matières 23.1 champ d application 23.2 bande tampon 23.2.1 obligation 23.2.2 aménagement de la bande tampon 23.3 sites d extraction 23.3.1 nouveaux

Plus en détail

Mémoire. Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay

Mémoire. Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay Mémoire Plan de conservation du site patrimonial du Bois-de- Saraguay Novembre 2015 Maison du développement durable 50, rue Sainte-Catherine Ouest, bureau 300 Montréal (Qc) H2X 3V4 Tél. : 514-842-2890

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

ATTENDU QU un comité d urbanisme a été constitué, conformément aux articles 146 et 147 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (LRQ, ch. A-19.

ATTENDU QU un comité d urbanisme a été constitué, conformément aux articles 146 et 147 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (LRQ, ch. A-19. PROVINCE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE BOILEAU MRC PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 01-065 RÈGLEMENT SUR LES DÉROGATIONS MINEURES AUX RÈGLEMENTS D URBANISME ATTENDU QUE la Municipalité de Boileau a adopté un règlement

Plus en détail

VILLE DE VARENNES RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT NUMÉRO 708

VILLE DE VARENNES RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT NUMÉRO 708 VILLE DE VARENNES RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT NUMÉRO 708 PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 708 VILLE DE VARENNES RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT AVIS DE MOTION : ADOPTION : ENTRÉE EN VIGUEUR : Numéro du règlement

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles

Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles 23 mai 2015 Relevé sanitaire des installations septiques autonomes au lac Sept-Îles L installation septique et vous 1. Pourquoi? 2. Pour qui? 3. Comment? 4. Quel est le problème? 5. Des solutions? 6. Le

Plus en détail

Les lois et règlements

Les lois et règlements 10 Les lois et règlements Le présent chapitre traite des lois et règlements qui s appliquent à la réalisation de projets de gestion intégrée de l eau en milieu agricole. Il présente les principales autorités

Plus en détail

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées

Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Guide de réalisation de relevé sanitaire des dispositifs d évacuation et de traitement des eaux usées Michel Morissette, ingénieur Ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Avril

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORET DES PYRENEES ORIENTALES NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DECEMBRE 2006 Préambule Le risque feux de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 4

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 4 Règlement TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 4 CHAPITRE 4 DISPOSITIONS APPLICABLES À TOUTES LES ZONES... 121 SECTION 1 CONTRIBUTION POUR FINS DE PARCS, DE TERRAINS DE JEUX ET D ESPACES NATURELS... 121 79. Exigence

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 PERMIS ET INSPECTION

RAPPORT ANNUEL 2014 PERMIS ET INSPECTION 1. PERMIS DE CONSTRUCTION ET CERTIFICATS D AUTORISATION - 2014 La Section des permis et de l inspection a émis un total de 4594 permis de construction et certificats d autorisation en 2014. Ces permis

Plus en détail

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent Ateliers Sur la conservation des milieux naturels / 16 et 17 mars 2007, Montréal Par Catherine

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE

4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE 4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE 4.1 Les rives et le littoral: Les lacs et cours d'eau assujettis Tous les lacs et cours d'eau à débit régulier ou intermittent

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

BILAN. Réalisé par BVSM. Juin 2014. Une initiative instaurée et financée par :

BILAN. Réalisé par BVSM. Juin 2014. Une initiative instaurée et financée par : BILAN CAMPAGNE D ANIMATIONS DANS LES ÉCOLES Réalisé par BVSM Juin 2014 Une initiative instaurée et financée par : Table des matières INTRODUCTION... - 3 - OBJECTIFS... - 3 - MATÉRIEL... - 4 - STATISTIQUES

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

TYPE DE CONSTRUCTION PISCINE HORS-TERRE PISCINE CREUSÉE OU SEMI-CREUSÉE SPA

TYPE DE CONSTRUCTION PISCINE HORS-TERRE PISCINE CREUSÉE OU SEMI-CREUSÉE SPA FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUCTION / RÉNOVATION D UNE PISCINE OU D UN SPA IMMEUBLE VISÉ PAR LA DEMANDE ADRESSE : LOT : MATRICULE : PROPRIÉTAIRE REQUÉRANT* (SI AUTRE QUE PROPRIÉTAIRE) NOM :

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

Fonds de développement des territoires 2015-2016. Politique de soutien aux projets structurants pour améliorer les milieux de vie

Fonds de développement des territoires 2015-2016. Politique de soutien aux projets structurants pour améliorer les milieux de vie Fonds de développement des territoires 2015-2016 Politique de soutien aux projets structurants pour améliorer les milieux de vie Fonds de développement des territoires - Soutien aux projets structurants

Plus en détail

NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS

NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLE AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS NOUVELLE RÉGLEMENTATION APPLICABLES AUX VÉHICULES ET ÉQUIPEMENTS RÉCRÉATIFS RENCONTRE D INFORMATION AUX CITOYENS RENCONTRE VILLE

Plus en détail

CONDITIONS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE CONSTRUCTION

CONDITIONS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE CONSTRUCTION CHAPITRE 5 CONDITIONS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE CONSTRUCTION 5.1 Administration du règlement.... 77 5.2 Conditions de délivrance des permis de construction..77 5.3 Exemptions à l'application de certaines

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 318. Résolution :

RÈGLEMENT NUMÉRO 318. Résolution : RÈGLEMENT NUMÉRO 318 Résolution : Règlement d'application de la MRC de Montcalm numéro 318 concernant les constructions, ouvrages et travaux admissibles à une dérogation dans les plaines inondables ainsi

Plus en détail

, l ARLN recommande à tous les riverains de consulter l étude originale, disponible sur son site arln.org

, l ARLN recommande à tous les riverains de consulter l étude originale, disponible sur son site arln.org L Association des résidants du Lac Nicolet (ARLN) a récemment mandaté un organisme dédié à la protection de l environnement des lacs, nommé RAPPEL, pour établir un diagnostic du bassin versant du lac.

Plus en détail

Portrait du Bassin Versant du Lac William 4

Portrait du Bassin Versant du Lac William 4 Portrait du Bassin Versant du Lac William 4 1. PORTRAIT DU BASSIN VERSANT DU LAC WILLIAM 1.1 Localisation et superficie Le lac William est situé dans le bassin versant de la rivière Bécancour. Il est d

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15 RÈGLEMENT NO 275-15 MODIFIANT LE RÉGLEMENT DE ZONAGE NUMERO 275, AFIN D AJOUTER DES NORMES

Plus en détail

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution PRATIQUES relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution CADRE NORMATIF DESTINÉ AUX CLIENTS ET PROMOTEURS QUI RÉALISERONT LES TRAVAUX TABLE DES MATIÈRES 5

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Règlement de lotissement n o 03-42 Adopté le 25 juillet 2005. Règlement # 03-42 lotissement MUNICIPALITÉ DE SAINT-FRANÇOIS

Règlement de lotissement n o 03-42 Adopté le 25 juillet 2005. Règlement # 03-42 lotissement MUNICIPALITÉ DE SAINT-FRANÇOIS `âç v ÑtÄ à wx ft Çà@YÜtÇ É á@wx@äë Äx@wËbÜÄ tçá 337, chemin Royal Saint-François-de-l Île-d Orléans (Québec) G0A 3S0 Téléphone : (418) 829-3100 Télécopieur : (418) 829-1004 Règlement de lotissement n

Plus en détail

1. Description du programme... 2. 2. Volets du programme... 3. 2.1 Volet municipal... 3. 2.2 Volet communautaire... 3. 2.3 Volet citoyen...

1. Description du programme... 2. 2. Volets du programme... 3. 2.1 Volet municipal... 3. 2.2 Volet communautaire... 3. 2.3 Volet citoyen... Table des matières 1. Description du programme... 2 2. Volets du programme... 3 2.1 Volet municipal... 3 2.2 Volet communautaire... 3 2.3 Volet citoyen... 4 2.4 Volet institutionnel... 4 3. Contribution

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG

CODIFICATION ADMINISTRATIVE MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG CODIFICATION ADMINISTRATIVE MUNICIPALITÉ RÉGIONALE DU COMTÉ DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ LOCALE DU CANTON D ORFORD RÈGLEMENT NUMÉRO 814 CONCERNANT LA GESTION DES SOLS ET DES EAUX DE RUISSELLEMENT Considérant

Plus en détail

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES La réglementation organisant la location des logements gérés par la Société wallonne du Logement ou par les sociétés de logement de service public prévoit

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Définition En géomorphologie, l érosion est le processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé

Plus en détail

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones;

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; CHAPITRE XI : STATIONNEMENT HORS-RUE 101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; 2 o s appliquent à toute nouvelle construction

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND

DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND DISPOSITIONS APPLICABLES À LA ZONE ND CARACTÈRE ET VOCATION DE LA ZONE La zone ND : Il s agit d une zone équipée, constituant un espace naturel qu il convient de protéger en raison du caractère des éléments

Plus en détail

RÈGLEMENT NO_2005-48 CONTRÔLE DE L USAGE DE PESTICIDES D HERBICIDES ET D ENGRAIS

RÈGLEMENT NO_2005-48 CONTRÔLE DE L USAGE DE PESTICIDES D HERBICIDES ET D ENGRAIS RÈGLEMENT NO_2005-48 CONTRÔLE DE L USAGE DE PESTICIDES D HERBICIDES ET D ENGRAIS ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QUE ATTENDU QU le Conseil municipal peut faire un règlement visant la paix, l ordre, le bon

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail

Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie

Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie Période couverte : Du 1 er juin 2013 au 31 décembre 2014 Juin 2015 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Installation septique

Installation septique Installation septique Guide de référence Le gouvernement du Québec a adopté en 1981 une réglementation s appliquant à l ensemble du territoire québécois concernant la construction des installations septiques

Plus en détail

Protocole d inventaire de la ressource

Protocole d inventaire de la ressource Protocole d inventaire de la ressource L inventaire L inventaire se réalise en trois étapes qui consistent en : 1. L analyse cartographique du territoire à inventorier et la première visite sur le terrain

Plus en détail

destination des constructions, la surface hors oeuvre nette...

destination des constructions, la surface hors oeuvre nette... Les pièces à joindre à un dossier de permis de construire NOTICE EXPLICATIVE Vous trouverez ci-dessous la nature et le détail d établissement des 8 pièces du formulaire nécessaire à l établissement du

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE SAINT-JEAN-PORT-JOLI

MUNICIPALITÉ DE SAINT-JEAN-PORT-JOLI MUNICIPALITÉ DE SAINT-JEAN-PORT-JOLI RÈGLEMENT 706-13 RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT Règlement de lotissement 1 RÈGLEMENT DE LOTISSEMENT RÈGLEMENT 706-13 Adopté le 4 mars 2013 Jean-Pierre Dubé, maire Stéphen

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Mise en œuvre 2016-2017 VOLET 1 VOLET 2 1 Mise aux normes : Assurer le bon fonctionnement Prise

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail