Les ententes de jumelage agricole

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les ententes de jumelage agricole"

Transcription

1 Automne 2012 Les ententes de jumelage agricole Guide à l intention des propriétaires et des agriculteurs MRC Brome-Missisquoi

2 Table des matières Remerciements... 2 Présentation... 3 Un outil d accompagnement... 3 Parcours suggéré Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie Les besoins des agriculteurs Les besoins des propriétaires Valider sur le terrain la faisabilité du projet L initiative de la validation repose d abord sur l agriculteur Au tour du propriétaire de valider son intérêt S entendre sur les conditions importantes Durée, renouvellement et conditions de résiliation Le prix Les investissements immobiliers Choisir le type d entente appropriée au projet Privilégier le bail ou le prêt, dans toute la mesure du possible Bail ou prêt? Doit-on envisager une autre forme de contrat que le bail et le prêt? Survol d autres formes de contrats : bail emphytéotique et propriété superficiaire Le bail emphytéotique La propriété superficiaire Rédiger l entente Un outil d accompagnement 1

3 Remerciements Ce document n aurait pu être disponible sans le travail de rédaction de Pierre Vinet. Nous tenons également à remercier Pascale Bertrand de la MRC Brome-Missisquoi, Patricia Lefebvre du GRAPP ainsi que la Clinique Juripop pour son ouvrage en matière de contrat agricole. Et finalement Leslie Carbonneau pour la mise en page du document. Un outil d accompagnement 2

4 Présentation Les ententes de jumelage agricole MRC Brome-Missisquoi Un outil d accompagnement Le présent document d information a pour objectif d aider les propriétaires et les agriculteurs à cheminer vers la conclusion d une entente appropriée à leurs besoins. Le GRAPP tiendra à l occasion du démarrage du projet une ou plusieurs séances d information afin d aider les agriculteurs et les propriétaires à comprendre la démarche qui leur sera nécessaire d accomplir pour en arriver à une telle entente. Les chances de succès seront d autant plus grandes que chaque partie comprendra bien la nature des besoins de l autre partie ainsi que le genre d entente qu elle aura éventuellement à conclure. En plus du présent document et des séances d information, la MRC met gratuitement à la disposition des parties, pendant la phase de démarrage du projet, les services d une personne qui a l expérience de ce type de contrats agricoles et qui pourra aider agriculteurs et propriétaires à bien orienter leurs démarches et à rédiger un projet d entente. Les services de cette personne peuvent être obtenus en s adressant au GRAPP. Finalement, lorsque les parties auront élaboré une entente qui leur convient, elles pourront passer à l étape finale de la faire valider par un notaire afin d assurer à tous la meilleure protection possible puis de la signer. Les coûts de ces actes notariés seront d autant plus faibles que les parties auront élaboré avec soin le projet d entente. Suite à l élaboration de son Plan de développement de la zone agricole (PDZA), la MRC de Brome-Missisquoi a décidé de prendre un ensemble de mesures pour dynamiser sa zone agricole. L une de ces mesures, le projet «Banque de terres», vise à la fois à augmenter l accessibilité des terres au profit de la relève agricole et à accroître l utilisation de terres agricoles qui sont souvent laissées en friche. Ce projet est confié par la MRC à un organisme à but non lucratif, le Groupe de réflexion sur les paysages et le patrimoine (GRAPP). Les propriétaires de terres agricoles intéressés par le projet sont ainsi recensés par le GRAPP qui décrit leur offre dans une banque d informations qui est accessible aux agriculteurs. Les agriculteurs y décrivent également leur projet, ce qui permet aux propriétaires d identifier les personnes et les projets qu ils souhaitent encourager. Un outil d accompagnement 3

5 Le présent document d information vise à aider les participants à franchir les 5 étapes du point D du parcours ci-dessous. Il est structuré en fonction de ces cinq étapes. Parcours suggéré A. S inscrire à la Banque de terres B. Participer à une séance d information sur la démarche que propose le GRAPP C. À partir de la Banque de terres et avec l aide du personnel du GRAPP, repérer une possibilité de jumelage entre l offre d un propriétaire et le projet d un agriculteur D. À l aide du présent guide et d un conseiller du GRAPP : 1. Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 2. Valider sur le terrain si le jumelage envisagé est une possibilité réelle 3. Convenir des aspects-clés de l entente 4. Choisir le type d entente approprié au projet des parties (location, prêt, etc.) 5. Rédiger un projet d entente E. Faire valider le projet par un notaire et le signer. Avant d aborder ces étapes, une section introductive traite des besoins des agriculteurs et des propriétaires. Il est en effet important que chaque partie se familiarise avec les besoins de l autre partie afin de ne pas être surprise lorsque le temps viendra de négocier les termes de l entente. 1. Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie Les fiches de la Banque de terres, tant celle du propriétaire que celle de l agriculteur, auront permis à chacun d avoir un aperçu des besoins et projets de l autre partie. Mais il restera beaucoup à valider par des rencontres sur le terrain et par des discussions avant d en arriver à une entente. Une telle entente sera souvent très engageante pour chaque partie et s étendra sur plusieurs années. En conséquence, il convient d être bien préparé. La première chose à faire est de bien documenter par écrit ses besoins et ses préoccupations. Ces besoins et préoccupations seront différents en phase de démarrage, à moyen et à long terme. Il convient donc de les distinguer afin de pouvoir les présenter clairement à l autre partie. Il arrive, et c est normal, que certaines personnes ne soient pas très familières avec les besoins et préoccupations légitimes de l autre partie, que ce soit le propriétaire ou l agriculteur. Ils sont alors surpris et parfois décontenancés lorsque certaines demandes sont formulées. Pour faciliter les échanges, il est donc important qu elles prennent un peu de temps pour se familiariser avec les besoins généraux des agriculteurs ou des propriétaires selon le cas. Le présent chapitre de ce guide vise à la fois à permettre à chacun de mieux documenter ses besoins et de se familiariser avec ceux de l autre. Cette compréhension permettra à chacun d avoir plus d empathie pour les besoins de l autre et de créer un contexte de discussion à la fois plus chaleureux et plus efficace. Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 4

6 1.1 Les besoins des agriculteurs Si vous êtes un agriculteur, veuillez établir vos besoins à l aide du questionnaire suivant et ajouter vos observations après une première ou seconde rencontre chez le propriétaire. S il manque de place, complétez vos réponses en constituant une annexe. Si vous êtes un propriétaire foncier, faites lecture du questionnaire afin de vous familiariser avec les besoins des agriculteurs. 1) Ai-je un plan d affaires sérieux et validé par un professionnel ou une institution de mon domaine? Puis-je décrire succinctement mon projet au propriétaire de façon à ce qu il puisse visualiser les impacts de la réalisation de ce plan? Est-ce que les conditions précises qui me seraient offertes exigent une mise à jour de mon plan d affaires? 2) De quelle superficie ai-je besoin? La superficie disponible sur la fiche du propriétaire convient-elle à mes besoins prévisibles, du moins pour la durée sur laquelle j aimerais bénéficier de cette terre? Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 5

7 3) Quels sont mes besoins en matière de drainage? 4) Quels sont mes besoins en matière d eau (irrigation ou eau pour le troupeau)? 5) Aurai-je besoin de bâtiments ou d autres formes d ouvrages? Ceux disponibles peuvent-ils suffire pour la durée envisagée de l exploitation? Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 6

8 6) S il s agit d un élevage, quels sont mes besoins en matière d absorption de charge de phosphore et d épandage? Le propriétaire a-t-il un Plan agro-environnemental de fertilisation? Quelle est la situation de la terre en matière de charge de phosphore et de possibilité d épandage? 7) Si mon plan d affaires exige des investissements significatifs destinés à rester sur la terre du propriétaire (constructions, ouvrages, plantations pérennes, préparation des sols, etc.), quel serait le montant approximatif de chaque investissement, le calendrier de réalisation et la durée souhaitée de l entente pour les amortir? Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 7

9 8)Toujours dans le cas où mon plan d affaires exige des investissements significatifs devant rester sur la terre, comment est-ce que je souhaiterais régler avec le propriétaire la question de leur valeur résiduelle en cas de départ prématuré : a) suite à ma décision ou b) suite à la sienne? (voir plus loin les besoins du propriétaire avant de répondre à cette question) 9) Ai-je droit aux subventions et autres formes d aide à la relève agricole? Si oui, quelle durée le bail ou le prêt de la terre doit avoir pour me qualifier (normalement 5 ans)? 10) Comment pourrai-je me loger? Si c est impossible sur la terre offerte, y a-t-il des possibilités intéressantes à proximité? Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 8

10 11) Si les lieux conviennent et l entente est bonne, est-ce que je pourrai étendre la durée initiale de l entente de façon à réduire ma précarité et à envisager un établissement de plus longue durée? 12) Le projet exigera-t-il la collaboration des propriétaires? (Obtention de permis de construction, certificats d autorisation environnementale, besoin d emprunter des équipements pour divers travaux, etc.) 13) Le projet suppose-t-il que le propriétaire tolère certains inconvénients (bruit à des heures insolites, achalandage particulier en raison d un kiosque ou d un système d auto cueillette, odeurs, etc.)? Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 9

11 14) Est-ce que j entends faire des épandages (fertilisation, herbicides, pesticides, etc.) au cours de mon exploitation? Si oui, le propriétaire est en droit de les connaître afin de déterminer si ceux-ci pourraient constituer une nuisance pour ses sols ou pour son environnement. En faire la liste et se préparer à en vulgariser l impact. 15) Si, pendant le cours du bail, le propriétaire souhaite vendre sa terre à un tiers non apparenté, estce que je souhaite avoir l occasion de l acheter en premier? 16) Quel est le scénario que je privilégie lorsque l entente arrivera à son terme? Mes simulations budgétaires ou mon évaluation me permettent-elles d entrevoir que j aurai les ressources suffisantes pour relocaliser mon exploitation? Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 10

12 1.2 Les besoins des propriétaires Les ententes de jumelage agricole Si vous êtes un propriétaire, veuillez établir vos besoins à l aide du questionnaire suivant et ajouter vos observations après une première ou seconde rencontre avec les agriculteurs. S il manque de place, complétez vos réponses en constituant une annexe. Si vous êtes un agriculteur, faites lecture du questionnaire afin de vous familiariser avec les besoins des propriétaires fonciers. L expérience montre que les besoins des propriétaires qui habitent la terre et sont à proximité des espaces offerts sont plus importants que les besoins de ceux qui n habitent pas la terre. Ils s interrogeront sur la qualité de la cohabitation à venir et pourront avoir des inquiétudes sur la façon dont pourra se régler la situation si cette cohabitation devait s avérer trop pénible pour eux. Les situations diffèrent également selon qu il y a ou non des bâtiments de ferme à louer ou à partager ou encore qu une maison de ferme est ou non disponible pour les agriculteurs. Voici un certain éventail de besoins que les propriétaires fonciers sont susceptibles d exprimer. 1) Je souhaite que la terre, les ouvrages et les bâtiments (s il y en a) que j offre à l agriculteur soient bien entretenus. Je ne souhaite pas être exposé à une dégradation de la valeur de ma propriété. (À titre d exemple : préoccupation à l égard de l épandage de produits indésirables pouvant polluer les sols ou la nappe phréatique; coupe d arbres non autorisée; création de zones d érosion; dégradation des pâturages par une mauvaise gestion des troupeaux ou une densité trop élevée; mauvais entretien des prairies; besoin à l effet que l exploitation de l agriculteur soit certifiée biologique). Notez ici les consignes que vous souhaiteriez voir respecter. Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 11

13 2) Est-ce que j ai bien identifié les parcelles de terre, ouvrages ou bâtiments (en tout ou en partie) que je suis prêt à offrir? Revoir la fiche remplie lors de l inscription à la Banque de terres. Est-ce que je serais prêt à considérer une extension des superficies à offrir sous certaines conditions? Si oui, lesquelles? Faites ici une description et annexer votre plan afin de pouvoir le présenter aux agriculteurs. 3) Quels sont les usages et pratiques agricoles que je suis prêt à permettre sur ma terre et quels sont ceux que je ne suis pas prêt à autoriser? Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 12

14 4) Quelles sont les règles de cohabitation que je souhaite voir respecter par les agriculteurs? Notez vos besoins en matière: i. de bruit (utilisation de la machinerie, d appareils bruyants, etc.); ii. iii. iv. d odeur (localisation des amas de fumier, épandages, entretien des bâtiments abritant des animaux); de stationnement, d aires de circulation autorisées et de sécurité (feux, etc.); de maintien de la possibilité de circuler sur les terres louées, dans le respect des activités des agriculteurs; v. d achalandage (voitures, fêtes, auto-cueillette, etc.); vi. de maintien par les agriculteurs d une bonne réputation. Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 13

15 5) Comme je souhaite accueillir des agriculteurs qui sont sérieux, avec lesquels je crois pouvoir m entendre et qui ont des bonnes chances de mener leur projet à terme sur la terre, j ai besoin de pouvoir vérifier certaines informations. Quelles sont leurs références? Ont-ils un plan d affaires sérieux? (si je n ai pas la compétence pour en juger, est-ce qu une source compétente a validé ce plan d affaires?) Ont-ils les ressources physiques et financières pour mener à bien leur projet? 6) Si je suis d accord avec l idée que l agriculteur fasse des constructions, ouvrages ou plantations qui s attacheront à ma propriété, il faudra établir des règles du jeu afin qu ils s harmonisent avec ma propriété, soient de qualité, bien entretenus et ne me causent pas de soucis financiers. Il faut en particulier être clair sur ce qui arrivera au terme de l entente et même dans le cas d une résiliation avant terme. Ces questions devront être bien détaillées dans l entente. Pour l instant, voici mes réflexions à ce sujet : Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 14

16 7) Je veux être bien protégé contre toute poursuite pouvant résulter du fait de l activité de l agriculteur. Il devra en conséquence me faire la preuve sur une base annuelle qu il détient une police d assurance adéquate. 8) Si je devais décéder pendant la durée de l entente, est-ce que je souhaiterais que l entente soit maintenue intégralement, ce qui est la règle, ou serait-il souhaitable de prévoir certains changements, auquel cas il faudrait le prévoir dans l entente? 9) Si je devais vendre ma propriété pendant la durée de l entente, est-ce que je souhaite que mon acheteur soit lié par l entente avec l agriculteur ou est-ce qu il faudra envisager de mettre fin à l entente ou d en modifier la durée et dédommager l agriculteur pour les inconvénients causés par cette fin prématurée? Établir ses besoins et se familiariser avec les besoins généraux de l autre partie 15

17 2. Valider sur le terrain la faisabilité du projet La fiche du propriétaire et celle de l agriculteur, les échanges faits avec les responsables du GRAPP et une première conversation téléphonique auront permis aux parties de déterminer l opportunité d une première rencontre. Avec cette première rencontre doit s amorcer un travail de validation de part et d autre. 2.1 L initiative de la validation repose d abord sur l agriculteur La balle sera d abord dans le camp de l agriculteur. Il doit d abord déterminer en premier si le lieu lui convient. S il ne convient pas, il ne sert à rien de mobiliser inutilement le temps du propriétaire à lui exposer son projet ou ses inquiétudes. Afin d être précis et exhaustif dans son appréciation, l agriculteur doit élaborer soigneusement sa grille de validation. Une grille bien préparée permettra d éviter des inconvénients aux deux parties. En effet, on peut s imaginer le temps perdu si au bout de deux mois de discussions, l agriculteur se rend compte qu il avait oublié un facteur important et qu il doit en conséquence abandonner le projet. Cette grille doit porter sur les caractéristiques physiques de la terre et des bâtiments ainsi que sur le milieu de vie comme la possibilité de se loger, l accès aux écoles. Cette grille de validation sera établie en fonction du plan d affaires de l agriculteur mais aussi en fonction de ses aspirations personnelles et familiales quant à son lieu de vie. Elle devrait s inspirer de la liste des besoins préparée à la section 1.1 mais pourrait comporter des questions plus pointues comme les suivantes : Les sols sont-ils propices aux cultures et élevages envisagés? Est-il nécessaire de procéder à des analyses plus détaillées? Y a-t-il un plan agro-environnemental de fertilisation disponible? Y a-t-il un historique des intrants qui ont affectés les sols (notamment en culture biologique)? Cet historique convient-il? Le drainage du sol est-il adéquat? Les bâtiments sont-ils adéquats ou susceptibles de le devenir à prix raisonnable? Quelles sont les possibilités de logement sur la terre ou autour? Quelle est la situation des terres avoisinantes? Doit-on craindre des usages nuisibles aux cultures ou élevages envisagés? La terre sera-t-elle partagée avec d autres exploitants agricoles? Ces projets sontils compatibles? Y aura-t-il un accès à des équipements existants qui pourraient diminuer le coût d implantation? Quelle est la liste des investissements supplémentaires qui devront être faits par comparaison avec ceux prévus au plan d affaire de l agriculteur en raison des caractéristiques observables des lieux? Dans un premier temps, l agriculteur se fera une opinion en se basant sur son expérience et sur sa première visite. Bien sûr, des analyses plus poussées pourront devoir être faites mais l objectif 2. Valider sur le terrain la faisabilité du projet 16

18 premier doit être de pouvoir conclure : «oui, je crois que le lieu possède un potentiel intéressant, éventuellement à confirmer avec certaines analyses» ou encore «non, il est clair que cela ne convient pas». S il y a un potentiel, il conviendra alors d en informer le propriétaire qui pourra alors compléter sa propre validation. 2.2 Au tour du propriétaire de valider son intérêt L objectif du propriétaire sera de cerner les impacts du projet de l agriculteur sur sa terre et sur son milieu de vie. Bien sûr, en pratique, la validation de l agriculteur et celle du propriétaire se dérouleront un peu en parallèle. Mais il est judicieux pour le propriétaire de ne pas trop s investir avant que l agriculteur ne lui confirme un intérêt réel. Le propriétaire doit aussi avoir sa propre grille de validation. Ici aussi, on s intéresse au milieu physique et humain et non aux aspects contractuels. Il sert peu de savoir si l agriculteur acceptera le prix du loyer qu on a en tête si son projet agricole ne nous convient pas. Le propriétaire pourra directement utiliser la liste des besoins de la section 1.2 comme grille de validation, en la complétant au besoin par les questions suivantes : Est-ce que je suis intéressé par le projet de l agriculteur? Ai-je le goût de le soutenir? Ai-je une première impression favorable (aspect humain, agriculteur, associés, famille)? (prudence tout de même avec les premières impressions) Est-ce que je comprends bien les impacts de ce projet sur ma propre qualité de vie (bruit, odeurs, achalandage, etc.)? Aura-t-il des investissements immobiliers significatifs à faire sur ma propriété? Suis-je ouvert à cela? Si j ai indiqué sur la fiche que j ai remplie pour la Banque de terres que je suis prêt à permettre que certains de mes équipements agricoles soient utilisés par l agriculteur, est-ce que je peux être rassuré sur le fait qu il a l expérience et la connaissance du matériel agricole? Pourrai-je avoir des références à l effet qu il prend soin des équipements? 2. Valider sur le terrain la faisabilité du projet 17

19 3. S entendre sur les conditions importantes C est à cette étape que s entame le processus de confection d une entente. Avant de se précipiter dans une rédaction détaillée, il convient de s entendre sur les conditions jugées les plus importantes. Une fois cela fait, il sera non seulement plus facile de passer à la rédaction juridique mais il sera plus facile aussi de déterminer le genre de contrat qu on doit signer. Il existe en règle générale un nombre limité de conditions importantes qui font qu une entente se fera ou non. Il y a une hiérarchie de préoccupations dans une entente. À quoi bon s entendre sur le fait que le loyer sera mensuel ou annuel si les parties ne s entendent même pas sur le montant de ce loyer? Il est suggéré que les conditions importantes abordées dans cette section soient d abord résolues avant de s engager dans des discussions plus détaillées. Les conditions les plus importantes de l entente seront les suivantes en générale : la durée (y compris la possibilité de renouvellement et de résiliation); le prix; le traitement des investissements immobiliers s il y en a. Dans certains cas, d autres conditions apparaîtront également essentielles. Il pourra s agir d un droit de premier refus permettant au locataire d être préféré en cas de vente à un tiers. On ajoutera ces conditions majeures à celles qui précèdent. 3. S entendre sur les conditions importantes 18

20 3.1 Durée, renouvellement et conditions de résiliation La durée sera pour l agriculteur une condition critique dans la majorité des cas. Bien sûr, si l entente ne vise qu à faire les foins sur la terre d un autre, la durée a beaucoup moins d importance. Mais dans la plupart des cas, les agriculteurs voudront une durée longue qui leur permet de récolter les fruits de leur travail sur la terre. Cela prend souvent au moins 5 ans avant d arriver au seuil de rentabilité d un projet agricole. En France, la loi fixe la durée minimale d un bail agricole à 9 ans et le bail est renouvelable pour 9 autres années. Dans certains cas, l investissement immobilier (constructions, ouvrages, cultures pérennes) sera tel qu une durée de 9 ans sera largement insuffisante. Dans tous les cas, s il s agit de jeunes agriculteurs éligibles aux subventions à la relève, ils devront envisager un bail d au moins 5 ans pour qualifier leur entreprise. Face à la perspective de consentir une longue durée, certains propriétaires sont inquiets. Deux formes d inquiétude sont souvent mentionnées : si la cohabitation avec l agriculteur devait tourner au cauchemar, cela pourrait être un très long cauchemar si le bail est de très longue durée. L autre inquiétude est liée à la revente de leur propriété. Est-ce que l existence d un bail de longue durée ne sera pas de nature à nuire à la vente éventuelle de leur propriété? Entre ces besoins légitimes des uns et des autres, quelle attitude faut-il prendre en matière de durée? La position la plus sensée est de fixer la durée en fonction de la nature du projet agricole. Toute autre solution aurait pour effet de rendre non viable le projet et d éloigner les agriculteurs sérieux. La protection du propriétaire contre une situation cauchemardesque doit être prise en considération dans les conditions de réalisation. Ce n est pas la durée réduite d un bail qui peut vraiment soulager le propriétaire malheureux. S il signe un bail de 5 ans au lieu de 10 ans et qu au bout d un an la situation devienne invivable, les 4 années restantes lui apparaîtront une éternité. Mieux vaut avoir un contrat qui protège bien le propriétaire contre les abus éventuels d un agriculteur que d imposer des durées incompatibles avec la nature des activités agricoles. Une clause énumérant les défauts graves de l agriculteur donnant droit à la résiliation sera le moyen de protéger le propriétaire. L agriculteur sait ainsi que son droit n est pas menacé s il respecte son entente et il cela le protégera contre des résiliations arbitraires. Ce droit de résiliation devrait également profiter à l agriculteur en cas de défaut grave du propriétaire et même en cas d échec de son projet agricole ou d autres motifs sérieux. La discussion de ce type de clause est bien sûr désagréable mais nécessaire. Il faudra en outre prévoir si les indemnités sont convenues à l avance ou sont laissées à la discrétion d un arbitre ou d un tribunal en cas de mésentente. 3. S entendre sur les conditions importantes 19

21 Examinons maintenant si un bail plus court améliorerait la situation du propriétaire en cas de revente. Sur le plan de la plus-value, il n est pas assuré qu un bail plus long soit nécessairement une cause de moins-value pour la propriété. Un projet agricole bien mené peut au contraire être une source de plus-value de la propriété et permettre d obtenir un meilleur prix de vente que pour une terre en friche par exemple. Le propriétaire suivant pourrait aussi apprécier, tout comme le propriétaire actuel, d avoir un projet agricole sur sa terre s il n a pas lui-même l intention d exploiter la superficie sous bail. Bien sûr, il pourrait y avoir le cas de l acheteur qui aurait besoin de toute la terre immédiatement et qui n achètera que si le bail peut être résilié. Cette situation n est pas si fréquente mais doit être envisagée. Mais un bail plus court ne résout pas la question entièrement. S il reste 3 ans à courir sur un bail de 5 ans, le problème se posera également si l acheteur veut recouvrir l usage des lieux loués dans les meilleurs délais. L inconvénient sera non seulement fonction de la durée du bail mais aussi de l importance relative de la superficie louée par rapport à celle de la propriété toute entière. Si seulement 5% de la propriété est louée, l inconvénient pour le futur acheteur n est pas le même que si c est 80%. Il est donc préférable d analyser la question au cas par cas. Si le propriétaire estime qu il pourrait perdre des acheteurs ou devoir diminuer son prix du fait du bail consenti, alors une clause de résiliation à cet effet doit être prévue et un mode de calcul de l indemnité de l agriculteur ainsi que les conditions et délais de départ doivent être établis. De plus, l agriculteur devrait se voir offrir un droit de préférence pour l achat de la propriété. Finalement, un propriétaire doit avoir le droit de résilier l entente si l agriculteur ne réalise pas le projet prévu. Certains propriétaires offrent une partie de leur terre à des conditions très avantageuses pour aider la relève agricole. Ce n est pas pour la voir inexploitée pendant toute la durée du bail. Quant au renouvellement, il est d ordinaire consensuel. Si les deux parties le souhaitent, elles peuvent bien évidemment renouveler l entente. Par ailleurs, on pourrait donner une option de renouvellement à l agriculteur pour une durée donnée. Ceci aurait l avantage de lui donner une porte de sortie au bout d un premier terme si son projet ne réussit pas comme prévu. C est ce que permet le droit français. 3. S entendre sur les conditions importantes 20

22 3.2 Le prix Le problème du prix se pose principalement dans le cas du bail. Si la terre est mise gratuitement à la disposition de l agriculteur, il s agira d un prêt. Il est bon par ailleurs d indiquer aux parties que le loyer peut être payé de différentes façons. Par exemple, l agriculteur pourra offrir des services d entretien du reste de la terre du propriétaire (faire les foins) afin de réduire la portion payable en argent. Il pourra aussi offrir une part de sa récolte ou de sa production. Propriétaires et agriculteurs doivent être raisonnablement au courant des prix pratiqués dans les environs. L agriculteur doit en outre être en mesure de simuler l impact du prix proposé sur son plan d affaires. Autre moyen de payer ou réduire un loyer, c est d apporter des améliorations locatives à la terre qui intéressent le propriétaire et de les lui laisser à la fin du bail. La prochaine sous-section traite des améliorations locatives. 3.3 Les investissements immobiliers Il pourra arriver que l exploitation agricole de l agriculteur exige de sa part des investissements immobiliers : construction, drainage souterrain, bassin d irrigation, cultures pérennes. Ces constructions, ouvrages ou plantations seront la propriété du propriétaire, tant pendant le bail qu à la fin. Si ces investissements sont significatifs, cela posera le problème de la durée nécessaire à leur amortissement et d un éventuel partage des coûts s ils ne peuvent être amortis pendant la durée du bail. Dans le cas où ces investissements peuvent être pleinement amortis par l agriculteur pendant la durée de son bail, on pourra ajuster le loyer de telle sorte que l agriculteur ne soit pas perdant. Le loyer réduit est ainsi la contribution du propriétaire à la plus-value des améliorations locatives payées par son locataire si ces améliorations ont une valeur résiduelle significative pour le propriétaire. Mais dans d autres cas, l investissement peut être plus important et la baisse du loyer apparaître insuffisante. 3. S entendre sur les conditions importantes 21

Vers une bonne entente de jumelage. Guide à l intention des aspirants-agriculteurs et des propriétaires

Vers une bonne entente de jumelage. Guide à l intention des aspirants-agriculteurs et des propriétaires Vers une bonne entente de jumelage Guide à l intention des aspirants-agriculteurs et des propriétaires Table des matières Remerciements... 3 1. Un outil d accompagnement... 4 2. Conditions d une entente

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 9 Le louage Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le louage Le contrat de location de meuble Le bail de logement Le bail commercial 2 Objectifs Après la lecture du chapitre,

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 21 du Conseil supérieur du logement du 30 juin 2010 sur la valorisation du droit de superficie. Le Ministre du logement, suite à une interpellation parlementaire (1),

Plus en détail

12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial

12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial 12 Pièges à Éviter Avant de Signer Un Bail Commercial Par Luc Audet, avocat Audet & Associés Avocats, Inc. 164, rue Notre-Dame est, Montréal (Québec) H2Y 1C2 Tél : 514-954-9600 Fax : 514-954-9547 Courriel

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

Nous établirons une stratégie de recherche et d achat

Nous établirons une stratégie de recherche et d achat Acheter une propriété est sûrement l une des transactions les plus importantes de votre vie. C est un projet excitant qui demande néanmoins, beaucoup de temps et d énergie. En tant que professionnel de

Plus en détail

Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable

Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable L acquéreur dispose de ressources ne dépassant pas les plafonds de ressources retenus pour bénéficier

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 37 et 38)

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES

LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES PAR ME FRANÇOIS ALEPIN ALEPIN GAUTHIER AVOCATS INC. Étape 1 : Fixer les objectifs visés par la réalisation

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain :

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Cela pourra avoir l effet inverse que celui escompté car

Plus en détail

PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE

PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE PLAN D URGENCE POUR VOTRE ENTREPRISE Grâce à un plan d urgence, ou plan de continuité, tout le monde saura ce qu il doit faire si jamais il vous arrive malheur. Ce plan indique à votre liquidateur et(ou)

Plus en détail

Comment un locataire peut résilier une location

Comment un locataire peut résilier une location Comment un locataire peut résilier une location Renseignements fournis dans cette brochure L entente de location conclue entre un locateur et un locataire s appelle une convention de location. La Loi sur

Plus en détail

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012 Présentation du maire 13 novembre 2012 Mot du maire Le 23 octobre, nous adoptions les résolutions relatives à l entente de principe survenue entre les villes de Boisbriand et de Blainville, concernant

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

DOSSIER PERSONNEL DE PLANIFICATION SUCCESSORALE

DOSSIER PERSONNEL DE PLANIFICATION SUCCESSORALE Université d Ottawa University of Ottawa DOSSIER PERSONNEL DE PLANIFICATION SUCCESSORALE UN HÉRITAGE POUR L AVENIR Donner à une université, c est laisser un héritage aux générations futures. C est permettre

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Mon état civil. Ma situation

Mon état civil. Ma situation Nom : Prénom : Tél :. Activité : Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur des Services à la personne. Votre Chambre de Commerce et d Industrie a élaboré ce guide pour vous aider à : - vous poser

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN

DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN DIFFERENTES ETAPES POUR ACQUERIR UN TERRAIN Vous souhaitez acquérir un terrain pour y construire votre villa, voici comment cela se déroule. I. CHOISIR VOTRE PARCELLE : Tout d abord, il s agit de faire

Plus en détail

foire aux questions conseils à l intention des propriétaires et des locataires «Réponses aux questions les plus fréquentes...»

foire aux questions conseils à l intention des propriétaires et des locataires «Réponses aux questions les plus fréquentes...» conseils à l intention des propriétaires et des locataires foire aux questions «des consommateurs en confiance des collectivités en sécurité» «Réponses aux questions les plus fréquentes...» Mon propriétaire

Plus en détail

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau).

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). PROMESSE D ACHAT La présente promesse d achat est conclue entre : l' «acheteur» (nom), (domicile actuel) (téléphone, domicile) (avec coacquéreur) (nom) domicile actuel) (téléphone, domicile) et le «vendeur»

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Je cesse mon activité

Je cesse mon activité Rubriques Je cesse mon activité Transmettre mon entreprise Transmettre quoi à qui? Comment céder? Quand transmettre? Trouver un repreneur Des aides pour qui? Calendrier Je cesse mon activité Quand pourrai-je

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu Fiche technique 1.1 Étude de faisabilité page 1 Nous savons qu il y a une abondance de connaissances et de savoir-faire à la portée de chaque communauté agricole, agroalimentaire et rurale franco-ontarienne.

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION 1. Acheter Vendre 2. Payer 3. Assurance Vie 4. Habiter 1. Acheter Vendre A. Acheter avec applications des droits d enregistrement B. Acheter avec TVA C. Vendre avec TVA

Plus en détail

Réintégrer son logement

Réintégrer son logement Accès au logement interdit illégalement Mon locateur peut-il m empêcher d entrer dans Aux termes de la loi, qui peut m obliger à quitter mon logement? Il est illégal pour votre locateur de vous empêcher

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

LA GESTION DU PATRIMOINE DU MINEUR

LA GESTION DU PATRIMOINE DU MINEUR LA GESTION DU PATRIMOINE DU MINEUR FASCICULE C LA GESTION DU PATRIMOINE DU MINEUR TABLE DES MATIÈRES 1. LA GESTION DU PATRIMOINE 4 1.1. Avez-vous l obligation de conserver le patrimoine de votre enfant?...4

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

Le logement social que j occupe ne correspond plus à ma situation...

Le logement social que j occupe ne correspond plus à ma situation... Le logement social que j occupe ne correspond plus à ma situation... 27 28 Changer de logement? Combien de chambres pour votre logement? Un logement est dit «proportionné» lorsqu il correspond à votre

Plus en détail

Orientations prises par la MRC. 1. Contexte agricole et PDZA. Plan de la présentation. Projet Banque de terres. Stratégie d accès aux terres agricoles

Orientations prises par la MRC. 1. Contexte agricole et PDZA. Plan de la présentation. Projet Banque de terres. Stratégie d accès aux terres agricoles Projet Banque de terres Stratégie d accès aux terres agricoles de Brome Missisquoi Projet Banque de terres Plan de la présentation 1. Contexte agricole et PDZA de la MRC de Brome Missisquoi Leslie Carbonneau

Plus en détail

DROITS DES LOCATAIRES

DROITS DES LOCATAIRES 6-1 LA LOI DE LA RUE No.6 DROITS DES LOCATAIRES La plupart des logements locatifs sont régis par la Loi de 2006 sur la location à usage d habitation (la «LLUH»), et la Commission de la location immobilière

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

Introduction. Chapitre. Préambule

Introduction. Chapitre. Préambule Chapitre 1 Introduction Préambule Les solutions d'investissement à base de location meublée font partie de l'éventail des propositions disponibles pour ceux qui souhaitent aujourd'hui se constituer un

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs

Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs Guide de financement participatif des entreprises en démarrage pour les investisseurs Le financement participatif est un processus permettant à une personne ou à une entreprise de recueillir de petites

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

CONTRAT DE PRÊT À USAGE POUR UNE EXPOSITION À LA PLACE DES CITOYENS., domicilié(e) au, à., province de Québec,,, (Ville) (Code postal) (Téléphone),

CONTRAT DE PRÊT À USAGE POUR UNE EXPOSITION À LA PLACE DES CITOYENS., domicilié(e) au, à., province de Québec,,, (Ville) (Code postal) (Téléphone), CONTRAT DE PRÊT À USAGE POUR UNE EXPOSITION À LA PLACE DES CITOYENS Entre:, domicilié(e) au, à (Nom) (Adresse), province de Québec,,, (Ville) (Code postal) (Téléphone), ci-après appelé(e) «le prêteur»

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le choix d un local commercial est une étape cruciale dans le développement d une entreprise. L endroit choisi peut sembler prometteur mais il faut

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Forum jeunesse de l île de Montréal. Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal

Forum jeunesse de l île de Montréal. Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal Forum jeunesse de l île de Montréal Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal Adopté le 17 janvier 2005 Avant-propos Le Forum jeunesse de l île de Montréal

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

Régime d accession à la propriété (RAP)

Régime d accession à la propriété (RAP) Régime d accession à la propriété (RAP) Introduction Les fonds retirés d un REER sont habituellement imposables l année du retrait. Toutefois, dans le cadre de certains programmes, le retrait n entraîne

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

CréAtiOn DES DPB : transferts Et SUBrOGAtiOnS

CréAtiOn DES DPB : transferts Et SUBrOGAtiOnS cap sur La pac 2015 2020 CréAtiOn DES DPB : transferts Et SUBrOGAtiOnS les droits à paiement de base (dpb) sont en règle générale créés selon une référence historique de l agriculteur (qui correspond aux

Plus en détail

FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE

FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE LOCATION COMMERCIALE 1. IDENTIFICATION DES PARTIES NOM, ADRESSE, NUMÉRO DE TÉLÉPHONE ET COURRIEL DU LOCATAIRE 1 ET, LE CAS ÉCHÉANT, DE SON REPRÉSENTANT, LIEN AVEC LE LOCATAIRE

Plus en détail

Admissibilité. Renseignements sur le notaire/l avocat. Renseignements de base. Renseignements sur la propriété

Admissibilité. Renseignements sur le notaire/l avocat. Renseignements de base. Renseignements sur la propriété Police d assurance-achat TitrePLUS MD Formulaire de demande pour le Québec Veuillez remplir le formulaire et l envoyer par télécopie à notre représentant d assurances : HUB International Québec Limitée

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Le processus d achat résidentiel

Le processus d achat résidentiel Ce guide a été produit grâce à la généreuse contribution de l Alberta Real Estate Foundation Le processus d achat résidentiel Cette brochure vous aidera à comprendre le processus d achat immobilier résidentiel.

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

CLUB DE GOLF DE JOLIETTE INC. Réunion des actionnaires du 3 mai 2015

CLUB DE GOLF DE JOLIETTE INC. Réunion des actionnaires du 3 mai 2015 CLUB DE GOLF DE JOLIETTE INC. Réunion des actionnaires du 3 mai 2015 Document d information INTRODUCTION Au cours de la dernière année, une grande réflexion a été amorcée au Club de Golf de Joliette Inc.

Plus en détail

Comment faire fortune grâce à l immobilier?

Comment faire fortune grâce à l immobilier? Comment faire fortune grâce à l immobilier? Un E-book qui vous explique les différents types d investissements. Saviez-vous qu il existe des techniques qui ne requièrent aucun temps et qui sont très rentables?

Plus en détail

Questionnaire Profil d investisseur

Questionnaire Profil d investisseur SECTEUR : ASSET MANAGEMENT T +41 (0)21 634 30 88 F +41 (0)21 560 41 11 info@skm-sa.com Questionnaire Profil d investisseur Nom, Prénom du client Nom, Prénom du conseiller Lieu et date Question 1 Quand

Plus en détail

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration

Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Information concernant les comités consultatifs et les conseils d administration Document produit par le Foire aux questions Comité consultatif ou conseil d administration? L'expérience montre que les

Plus en détail

L achat d une première résidence

L achat d une première résidence L achat d une première résidence Pascal Poirier B.A.A Spécialiste en planification hypothécaire POUR DIFFUSION INTERNE SEULEMENT Ordre du jour Hypothèque, buts Principes de base Mise de fonds et frais

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

La procédure concernant une demande d aide

La procédure concernant une demande d aide Version n : 1 Dernière actualisation : 11-12-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Quand est-ce que je peux demander de l aide au CPAS? 3) Comment obtenir une aide du CPAS? Étape n 1 : l introduction de

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Formule de legs et clauses proposées aux fins d utilisation par les avocats et les notaires

Formule de legs et clauses proposées aux fins d utilisation par les avocats et les notaires 1 Description La préparation d un testament est un geste important et l inclusion d une clause de don rédigée en bonne et due forme l est tout autant. À la fois pour que les volontés du testateur s y trouvent

Plus en détail

Présenté par le Réseau FADOQ devant la Commission de l aménagement du territoire

Présenté par le Réseau FADOQ devant la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi 22 concernant la pénalité en cas de résiliation de bail: Une avancée législative, mais un timide impact dans le quotidien des aînés et de leur famille Présenté par le Réseau FADOQ devant

Plus en détail

L AFFAIRE DÉOM C. LORANGER : DROIT DE PASSAGE LÉGAL, CHEMIN ET APPLICATION DES RÈGLEMENTS MUNICIPAUX

L AFFAIRE DÉOM C. LORANGER : DROIT DE PASSAGE LÉGAL, CHEMIN ET APPLICATION DES RÈGLEMENTS MUNICIPAUX L AFFAIRE DÉOM C. LORANGER : DROIT DE PASSAGE LÉGAL, CHEMIN ET APPLICATION DES RÈGLEMENTS MUNICIPAUX Par Mario Paul-Hus, avocat Dans cette affaire, et pour laquelle un jugement a été rendu le 17 janvier

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente Offre d achat, promesse de vente, compromis de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente La vente d un bien immobilier est presque toujours précédée d un «avantcontrat»

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail