Guide pour les personnes qui aident un proche en perte d autonomie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pour les personnes qui aident un proche en perte d autonomie"

Transcription

1 Photo : Courtoisie de Mme Murielle Parkes Guide pour les personnes qui aident un proche en perte d autonomie Faire le point M entourer M informer Obtenir de l aide

2 La réalisation de la première édition de ce guide par la Table de concertation aux aînés de la MRC Memphrémagog a été rendue possible grâce au soutien financier du Secrétariat aux aînés du gouvernement du Québec. Pour réaliser ce guide, le comité responsable a rassemblé divers outils développés dans d autres régions. Nous tenons à remercier tout particulièrement la Table de concertation pour les aînés du Val-Saint-François et Mme Pauline Gervais, consultante, qui nous ont autorisé à reproduire des extraits du guide «Aider sans s épuiser». Magog, Hiver 2004, Deuxième édition, 2006 Mise à jour : Janvier 2012

3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 FAIRE LE POINT SUR MA SITUATION... 4 Aider un proche... 4 Les exigences... 6 Comment ça va?... 8 Charte des droits et libertés d un proche aidant RECOURIR À MON ENTOURAGE Demander de l aide Accepter de l aide Contrat d entente familiale et communautaire M INFORMER Les ressources de soutien à domicile L hébergement Les programmes gouvernementaux Questions juridiques OBTENIR DE L AIDE : BOTTIN DES RESSOURCES BIBLIOGRAPHIE... 32

4 Notes

5 INTRODUCTION Ce guide a été conçu pour soutenir les personnes qui aident un proche en perte d autonomie. L idée de produire ce guide est issue d une démarche de réflexion par des intervenant-e-s qui travaillent auprès des personnes aînées et de leurs familles. Pour appuyer cette réflexion, une consultante a procédé à une étude de la situation des proches aidants de la MRC Memphrémagog. Cette étude fait état des constats suivants : Les proches aidants ont tendance à repousser les limites de leurs capacités et à retarder le recours aux ressources d aide, risquant ainsi l épuisement; Les proches aidants connaissent peu les ressources qui peuvent leur venir en aide et manquent d information. Le contenu de ce guide a donc été élaboré dans le but de permettre aux personnes aidantes : D amorcer une réflexion sur leur engagement dans la relation d aide; D évaluer leur fardeau de tâche; De décider de recourir à l aide de l entourage lorsque le besoin s en fait sentir; De se préparer à différentes éventualités qui peuvent survenir; De s informer sur les ressources qui peuvent les soutenir. La démarche proposée met l accent sur les droits de la personne aidante et sur les choix qu elle seule peut exercer. Ce guide n est qu un outil parmi d autres. Nous vous invitons à contacter les ressources appropriées (voir bottin à la page 29) afin de compléter les informations dont vous pourriez avoir besoin. Nous vous invitons également à nous faire part de vos commentaires sur ce guide en contactant Annick Métivier, organisatrice communautaire au (819) (poste 2318). 3

6 1. FAIRE LE POINT SUR MA SITUATION AIDER UN PROCHE Accepter de partager mon temps et mon énergie pour apporter régulièrement de l aide à une personne qui est malade ou en perte d autonomie traduit une grande générosité. Cela implique l ajout de tâches à mon horaire et une diminution de mes temps libres. Je m engage d abord dans la relation d aide en raison des liens affectifs qui m unissent à la personne en besoin, parce que je vis avec elle ou tout près de chez elle ou parce que je suis «la mieux placée» pour le faire. J ai probablement oublié d évaluer l impact que cela aura sur ma vie de tous les jours, de définir la durée de mon engagement, le temps dont je dispose et le type de tâches que je peux accomplir. Progressivement, le support apporté à la personne que j aide prend beaucoup de place, parfois toute la place. Je me retrouve alors devant une impasse : je n ai plus de temps pour moi et pour les autres membres de ma famille ou de mon entourage. Je suis continuellement occupée et préoccupée. La fatigue et ses nombreuses manifestations s installent en permanence : malaises physiques, troubles du sommeil et de l alimentation,irritabilité,humeur dépressive. Aider sans s épuiser est possible. Je peux en tout temps réajuster mon niveau d engagement en m assurant que la personne que j aide soit bien entourée. Des moyens sont à ma portée. Il m appartient de les utiliser. 4

7 Qui est la personne aidée? C est une personne : De ma famille ou de mon entourage; Nécessitant de l aide, de l accompagnement, du support ou de la surveillance sur une base régulière; Qui, sans aide, ne pourrait peut-être pas demeurer dans son domicile. Qui est la personne aidante? Comme bien d autres, j ai assumé ce rôle sans l avoir vraiment choisi. Je suis une personne sur qui l on peut compter : fiable, débrouillarde et disponible. Je suis : Généralement une femme (80 % des cas); Quelqu un qui habite avec la personne en besoin ou qui demeure près de chez elle; Quelqu un de «proche» affectivement; Probablement un membre de la famille : conjointe ou enfant (souvent l aînée). 5

8 LES EXIGENCES Celles que l on m impose De façon générale, on reconnaît que le soutien à une personne en besoin est «une affaire de famille».souvent,une «pression» s exerce sur certains membres de la famille, lesquels en viennent à assumer un rôle de personne aidante qu on ne remet plus en question. «On compte sur toi.on te fait confiance. Tu es tellement plus habile que nous pour en prendre soin.» «Vous vivez ensemble. On ne se mêlera pas de vos affaires.» «C est toi qui a commencé à t en occuper. Moi je travaille, j ai des enfants. Toi aussi, mais tu es plus proche.» «Ça se passe bien.tu ne nous demandes jamais d aide.» Suis-je vraiment la seule personne habile et disponible? L aide de mes proches serait-elle la bienvenue, même s ils font les choses différemment de moi? Est-ce que je sens la confiance des autres comme un poids? 6

9 Celles que je m impose Parmi les exigences qui pèsent sur moi, celles que je m oblige à satisfaire sont les plus difficiles à repérer et à remettre en question. La majorité d entre elles s appuient sur des valeurs morales justes et valables qui guident l ensemble de ma vie. D autres relèvent plutôt de croyances, de besoins non comblés dans le passé, ou de conflits non réglés. «J ai le devoir de m en occuper : c est grâce à elle que je suis en vie.» «Il n y a que moi qui peut le faire : je connais tous ses besoins, ses goûts et ses habitudes.» «Je ne veux pas paraître sans-cœur.» «Quand on aime, on n est pas regardant.» «J ai fait la promesse de m en occuper jusqu à la fin.» À donner sans refaire le plein, est-ce que je ne risque pas d être bientôt «vidée»? Puis-je être aidante quand je suis fatiguée, impatiente, irritable, quand j ai moi-même besoin d aide? Est-ce que je dois tenir ma promesse à tout prix? Au prix de ma propre santé et de mon équilibre? Est-ce un contrat à vie? 7

10 COMMENT ÇA VA? Nous vous proposons un questionnaire pour évaluer votre fardeau de tâches. Il n y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Consigne : Encerclez le numéro correspondant à votre état émotionnel : 0 = jamais 3 = assez souvent 1 = rarement 4 = presque toujours 2 = quelques fois À quelle fréquence vous arrive-t-il de 1. Sentir que votre parent demande plus d aide qu il n en a besoin Sentir qu à cause du temps consacré à votre parent, vous n avez plus assez de temps pour vous 3. Vous sentir tiraillé entre les soins à votre parent et les autres responsabilités familiales ou de travail 4. Vous sentir embarrassé par les comportements de votre parent Vous sentir en colère lorsque vous êtes en présence de votre parent Sentir que votre parent nuit à vos relations avec d autres membres de la famille ou des amis 7. Avoir peur de ce que l avenir réserve à votre parent Sentir que votre parent est dépendant de vous Vous sentir tendu quand vous êtes avec votre parent Sentir que votre santé s est détériorée à cause de votre implication auprès de votre parent 11. Sentir que vous n avez pas autant d intimité que vous aimeriez à cause de votre parent 8

11 12. Sentir que votre vie sociale s est détériorée du fait que vous prenez soin de votre parent 13. Vous sentir mal à l aise de recevoir des amis à cause de votre parent Sentir que votre parent semble s attendre à ce que vous preniez soin de lui comme si vous étiez la seule personne sur qui il pouvait compter 15. Sentir que vous n avez pas assez d argent pour prendre soin de votre parent compte tenu de vos autres dépenses 16. Sentir que vous ne serez plus capable de prendre soin de votre parent encore bien longtemps 17. Sentir que vous avez perdu le contrôle de votre vie depuis la maladie de votre parent 18. Souhaiter pouvoir laisser le soin de votre parent à quelqu un d autre Sentir que vous ne savez pas trop quoi faire pour votre parent Sentir que vous devriez en faire plus pour votre parent Sentir que vous pourriez donner de meilleurs soins à votre parent Enfin de compte, à quelle fréquence vous arrive-t-il de sentir que les soins à votre parent sont un fardeau, une charge Interprétation des résultats : Ce questionnaire ne doit pas être pris comme le seul indicateur de votre état émotionnel. Il est recommandé de consulter un professionnel de la santé. 0 à 20 = peu ou pas de fardeau 41 à 60 = fardeau modéré à sévère 21 à 40 = fardeau léger à modéré 61 à 81 = fardeau sévère Traduction de Burden, interview de Zarit par le Centre de recherche en gériatrie, Hôpital d Youville de Sherbrooke, 1036, rue Belvédère Sud, Sherbrooke (Québec) J1H 4C4. 9

12 CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS D UN PROCHE (ENFANT OU CONJOINT) PRENANT SOIN D UNE PERSONNE EN PERTE D AUTONOMIE J AI LE DROIT DE Prendre soin de moi, ce n est pas de l égoïsme. Ça me donne la capacité de mieux prendre soin de mon proche; Aller chercher de l aide auprès des autres même si mon proche s y objecte. Je sais reconnaître mes limites et mes capacités; Maintenir des activités qui me sont propres et qui n impliquent pas la personne dont je prends soin comme avant qu elle ne soit malade. Je sais que je fais tout ce qui est raisonnable pour cette personne et j ai le droit de faire quelque chose juste pour moi; Être fâché, déprimé et exprimer d autres difficultés occasionnellement; Rejeter toute tentative de la part de la personne que j aide (que ce soit consciemment ou inconsciemment) de me manipuler par la culpabilité ou la dépression; Recevoir considération, affection, indulgence et acceptation pour ce que j apporte à mon proche en autant que je partage les mêmes sentiments en retour; Être fier de ce que je suis en train d accomplir et d applaudir le courage que ça m a pris parfois pour satisfaire les besoins de mon proche; Protéger mon individualité et mon droit de cultiver une vie personnelle qui me donnera un sens lorsque mon proche n aura plus besoin de moi; M attendre et réclamer que des améliorations soient apportées au réseau des services pour supporter physiquement et mentalement les personnes en perte d autonomie ainsi que les proches qui en prennent soin. Source : Auteur inconnu, Today s Caregiver, Miami, Floride. 10

13 2. RECOURIR À MON ENTOURAGE DEMANDER DE L AIDE La prévention de l épuisement passe par la capacité de définir mes besoins, de respecter mes limites et d avoir recours aux ressources du milieu. Définir mes besoins Comme tout individu, je dois d abord m assurer de répondre à mes besoins de base : me nourrir, dormir, bouger, prendre soin de moi. C est essentiel pour maintenir ma qualité de vie. Si je les néglige, j en ressentirai tôt ou tard les effets sur ma santé. Pour conserver mon équilibre mental, j ai aussi besoin de sécurité,d amour et d estime. J ai besoin de me réaliser dans des activités qui me font plaisir. À titre de personne aidante, j ai aussi besoin d information : Sur la perte d autonomie de la personne dont je prends soin et sur l évolution probable de son état; Sur les façons de faire et de m adapter au fur et à mesure de l évolution de la situation; Sur les ressources d aide disponibles et la façon d y avoir recours. Accepter de demander de l aide, c est d abord accepter que j en ai besoin. 11

14 Respecter mes limites Je n ai probablement pas pris le temps, au début, de définir jusqu où ira mon engagement envers la personne que j aide. Cependant, il n est jamais trop tard pour le faire. Combien de temps et combien de fois par semaine puisje être présent ou apporter de l aide? Pour combien de mois, d années? Quel niveau et quel type d aide et de soins suis-je en mesure d assumer : bain, coupe des ongles, pansements, écoute, surveillance de jour ou de nuit, aide aux déplacements? Quand et à quelle fréquence ai-je besoin de congés et de vacances? Qui me remplacera? Suis-je capable de dire «non» quand quelqu un me manifeste une attente? Quelles autres responsabilités dois-je continuer à assumer : relation avec mon conjoint et mes enfants, travail extérieur, vie sociale? En ne décidant pas moi-même de me fixer mes limites, je décide de laisser les autres le faire à ma place. Il m appartient toujours de décider. 12

15 Mes réticences comme personne aidante Pour de multiples raisons liées à des croyances, à des promesses, à la crainte d être jugée, la personne aidante a tendance à demander ou à accepter de l aide quand elle ne peut plus faire autrement. «Ça va passer, c est juste un mauvais moment.» «Je vais m organiser autrement. Je vais dormir un peu et je serai en forme.» «Je ne pourrais pas accepter que les choses soient faites autrement.» «Les services sont débordés depuis les coupures budgétaires. L État n a plus les moyens de payer. Il y en a sûrement d autres qui ont plus besoin.» «Ce sont des affaires de famille. On va me questionner.je vais devoir raconter encore une fois mon histoire. Je n aime pas qu on fouille dans mes affaires.» «Il va falloir que je change ma routine, mes habitudes pour tenir compte de la disponibilité et de l horaire de ceux qui viennent m aider.» «De toute façon, c est si peu que ça ne vaut pas la peine de tout chambarder.» Pourquoi attendre d être «à bout de souffle»? 13

16 Les réticences de la personne aidée Il est déjà difficile d accepter d être moins autonome et d avoir besoin de l aide d une autre personne pour plusieurs activités. Passe encore quand c est une personne qui est proche, en qui on a confiance et avec qui on est habitué. On craint souvent que la personne aidée n accepte pas un partage des tâches entre plusieurs personnes, même s il s agit de membres de sa famille. Son désaccord peut être encore plus important lorsqu il est question d avoir recours à des ressources extérieures. «C est ça,tu n es plus capable de t occuper de moi. Aussi bien me placer.» «Je vais m arranger toute seule.» «Je suis aussi bien de mourir.» «Je ne veux pas avoir affaire à n importe qui, je ne veux pas d étrangers.» La réticence de la personne aidée n est pas toujours exprimée verbalement. Elle peut se traduire par le comportement, des gestes, des attitudes et des pleurs. Difficile alors pour la personne aidante d échapper au sentiment de culpabilité. Pour la personne aidée, toutes les raisons peuvent être bonnes, mais aucune ne tient devant le besoin de support de la personne aidante. 14

17 ACCEPTER DE L AIDE Accepter l aide proposée par mes proches ou par des ressources extérieures me demande à la fois de l humilité et du courage. Humilité quant à ma capacité d être une «super femme», courage pour consentir à mettre de côté mes réticences et celles des autres. L entourage immédiat La première démarche en vue du partage et de l organisation des tâches se fait la plupart du temps au sein de la famille et des proches. Si cela est possible, je discute d abord avec la personne aidée et je l encourage à participer aux décisions. J écoute attentivement ce qu elle a à dire et je lui fais part franchement de mon point de vue. Je demande l assistance de mon entourage en lui communiquant mes besoins comme personne aidante mais aussi en ce qui concerne ma vie familiale, professionnelle et sociale. Je demande la tenue d un conseil de famille pour établir un contrat d entente familiale (voir à la page 17). Je décris clairement la situation à mes proches et je fais part de mes limites. Je sollicite leur aide pour des tâches précises selon une «routine» en déterminant le calendrier et l horaire à l avance. C est toujours le premier pas qui est le plus difficile à faire. 15

18 Les ressources extérieures Le recours aux ressources extérieures est un moyen à la portée de tous. Comme citoyen, j ai le droit de faire appel aux différents services disponibles dans mon milieu. Bien sûr, j aurai à expliquer ma demande, à faire part de la situation que je vis.il est possible que,suite à une évaluation, on me réfère vers un autre service que celui auquel j ai fait appel. Il est possible aussi que ce qui me sera offert me paraisse insuffisant ou ne corresponde pas à ma demande. Pourquoi ne pas essayer? Plusieurs ressources sont disponibles dans la MRC Memphrémagog. La liste des ressources se trouve à la page 30 de ce guide. Je peux communiquer avec l une ou l autre facilement. Au besoin, ma demande sera acheminée vers la ressource la plus appropriée. Je devrai donner mon consentement pour qu on puisse me référer. 16

19 CONTRAT D ENTENTE FAMILIALE ET COMMUNAUTAIRE Conseil : Remplir au crayon de plomb afin de pouvoir y apporter des modifications en cours de route. Les services suivants seront assumés par : Personne Autre membre Ressources de aidée Aidante de la communauté elle-même principale l entourage ou privées SANTÉ : Soins particuliers Prise de médicaments Visites médicales SUPPORT À L AUTONOMIE : Habillement Alimentation Déplacement, surveillance Transferts (lever/coucher) Utilisation des toilettes Autres SOINS D HYGIÈNE : Bain/douche Shampooing/coiffure Rasage Soins des ongles Soins des pieds Soins des dents/prothèses Autres SORTIES ET ACTIVITÉS : Achats, emplettes Loisirs Visites Activités de réadaptation Autres 17

20 CONTRAT D ENTENTE FAMILIALE ET COMMUNAUTAIRE Personne Autre membre Ressources de aidée Aidante de la communauté elle-même principale l entourage ou privées ENTRETIEN : Entretien ménager Grand ménage Lavage et entretien des vêtements Entretien extérieur ADMINISTRATION : Compte bancaire Paiement des factures Correspondance Administration des biens INFORMATION, FORMATION : RÉPIT : AUTRES : 3. M INFORMER Dans cette section, vous retrouverez des informations concernant les services pour vous et pour la personne aidée. Les thèmes suivants seront abordés : les services de soutien à domicile, l hébergement, les programmes gouvernementaux et les questions juridiques. 18

21 LES SERVICES DE SOUTIEN À DOMICILE Dans la MRC Memphrémagog, trois missions du réseau de la santé et des services sociaux sont regroupées au sein d un seul établissement, le Centre de santé et de services sociaux de Memphrémagog (CSSS) : Centre local de services communautaires (CLSC) Centre hospitalier ou hôpital (CH) Centre d hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Il y un siège social et deux points de services : Magog (CLSC, CH, CHSLD) Stanstead (CLSC) 50 rue St-Patrice Est 435, rue Dufferin Magog (Québec) J1X 3X3 Stanstead (Québec) J0B 3E2 (819) (819) Mansonville (CLSC) 314, rue Principale, C.P. 399 Mansonville (Québec) J0E 1X0 (450) Les services aux personnes en perte d autonomie (personne ayant une incapacité en raison de son âge ou de son état de santé) et à leurs proches sont regroupés au sein d un même programme. Le CSSS travaille en collaboration avec des organismes communautaires qui offrent différents services de soutien à domicile, comme nous le verrons plus loin.vous trouverez une liste des ressources où vous adresser à la fin du présent guide. Il faut savoir que le domicile désigne tout lieu où loge une personne, de façon temporaire ou permanente. Cette définition désigne une maison individuelle, un logement, une résidence collective et même une résidence privée. 19

22 Vous trouverez dans cette section du guide une brève description des services de soutien à domicile reliés à la mission CLSC. Accueil, information, référence L accueil est la principale porte d entrée du système de santé. Un intervenant social est disponible aux heures régulières pour répondre à vos questions peu importe la nature de vos besoins.vous pouvez y accéder en composant le numéro du CSSS.Après 16h30 et la fin de semaine votre appel sera transféré à Info-Santé. Vous pouvez également rejoindre une infirmière 24 heures par jour, 7 jours sur 7 via la ligne Info-santé. Ligne Info-Santé : Magog 811 Stanstead 811 Mansonville 811 Cheminement de la demande Voici une description du cheminement des demandes de soutien à domicile à partir de l accueil du CSSS (voir à la page suivante). Évaluation des besoins et détermination des services : Suite à une demande, un intervenant social prend rendezvous avec vous afin de procéder à l évaluation de la perte d autonomie de la personne concernée. L évaluation est effectuée à l aide de l Outil multiclientèle. Cet outil est un formulaire à l aide duquel l intervenant obtient un profil de perte d autonomie. C est à partir de ce profil, sur une échelle de 1 à 14, que l on détermine le niveau de services requis (Profil ISO-SMAF). D autres facteurs sont également pris en compte, dont l état du réseau de soutien naturel. Par la suite, les services sont alloués dans le cadre d un plan d intervention. 20

23 Soins médicaux et soins infirmiers Pour pouvoir recevoir les services d un médecin ou d une infirmière à domicile, la personne doit être incapable de se déplacer en raison de son état de santé. Cheminement de la demande de soutien à domicile Provenance de la demande : - Une personne ayant une incapacité - Un proche aidant Accueil Non admissible Orientation vers une autre ressource si nécessaire Évaluation sommaire pour déterminer l admissibilité Admissible Réponse aux besoins immédiats Évaluation détaillée des besoins (Outil multiclientèle) - Profil de perte d autonomie - Organisation de la réponse aux besoins Comité d allocation de services - Prestation de services Suivi / Réévaluation des besoins 21

24 Services psychosociaux (travailleur social) Les intervenants sociaux sont généralement responsables de l évaluation des besoins et de l organisation des services. Ils peuvent également vous soutenir dans votre rôle d aidante, en vous accompagnant dans l organisation des services, en mobilisant le réseau familial et social,en vous aidant à faire le point sur votre implication, en vous informant et en vous conseillant selon vos besoins. Présence-surveillance - Répit-dépannage Différents programmes fournissent une aide financière pour faciliter l accès aux proches de la personne en perte d autonomie à des moyens concrets pour éviter l épuisement physique ou émotif. Cette aide est allouée dans le cadre d un plan d intervention. Le bénéficiaire (la personne en perte d autonomie) peut ainsi engager une personne de son choix pour assurer une présence sécuritaire à domicile en l absence de ses proches. Les centres d action bénévole peuvent fournir une liste de travailleuses à domicile. La coopérative de service à domicile, la Société Alzheimer et la Fondation Personnaide offrent également des services de répit. Vous pouvez également obtenir un répit de plus de 24 heures à l extérieur du domicile. Dans le cadre d un plan d intervention, la personne en perte d autonomie bénéficie d un séjour temporaire dans une ressource d hébergement publique ou privée. L accès à ce service dépend cependant des places disponibles. Adressez-vous au CSSS. Services d aide à domicile Les services d aide à domicile sont une responsabilité partagée. Ils sont offerts par le CSSS (auxiliaires familiales et sociales) et par des organismes communautaires et des entreprises. 22

25 Ces services sont les suivants : Assistance personnelle : Soins d hygiène, aide à l alimentation, à la mobilisation et aux transferts, etc. Offerts par le CSSS et au privé par PersonnAide. Aide domestique : Préparation de repas, entretien ménager, approvisionnement et courses, entretien des vêtements, etc. Offerts par la Coopérative de solidarité et de services à domicile Memphrémagog. Aide financière variable octroyée par le gouvernement du Québec. Soutien civique : Aide pour remplir des formulaires, administrer son budget, faire des démarches auprès d instances gouvernementales, etc. Offerts par les centres d action bénévole et l AQDR. Autres services : Popote roulante, accompagnement - transport, visites et téléphones d amitié, télésurveillance Offerts par les centres d action bénévole. Ergothérapie et physiothérapie Pour la personne ne pouvant se déplacer, ces services sont alloués dans le cadre d un plan d intervention. Physiothérapie : Évaluation, réadaptation et maintien des capacités liées aux activités motrices, soulagement de la douleur, confort de la personne, etc. Ergothérapie : Évaluation et intervention visant le maintien de l autonomie des personnes, adaptation de l aménagement domiciliaire, recommandation d équipements et d appareils spécialisés, enseignement divers aux proches. Vous pourriez également avoir accès au prêt d équipements spécialisés par le CSSS : canne, marchette, banc de bain, barres d appui, siège surélevé de toilette, lit, lève-patient, etc. Dans les régions de Mansonville et de Stanstead, les centres d action bénévole prêtent également des équipements médicaux et orthopédiques. 23

26 Soins palliatifs, assistance et accompagnement Le CSSS offre un soutien psychosocial, des soins infirmiers à domicile et des services d adaptation (ergothérapie) dans le cadre d un plan d intervention. Des bénévoles offrent également des services d accompagnement et de soutien aux personnes atteintes d une maladie incurable et à leur famille. Services offerts à l hôpital, au Centre d hébergement et à domicile. Magog : L Envolée (819) Stanstead : CAB R.H. Rediker (819) Mansonville : CAB Missisquoi-Nord (819) Programme de prévention des chutes PPC Le PPC peut aider les personnes aînées à demeurer autonomes le plus longtemps possible dans leur domicile. Sur demande, des intervenants vont à domicile évaluer les capacités de la personne âgée et lui faire des suggestions concernant les cinq aspects suivants: - Nutrition - Médication - Hypotension - Environnement - Marche et équilibre Vous pouvez accéder directement à ce service en appelant au CSSS. Centre de jour Le Centre de jour se veut un service de maintien des capacités des personnes en perte d autonomie. Il vous donne également un répit pendant que la personne dont vous prenez soin participe aux activités. Les activités sont majoritairement tenues en groupe et visent les volets suivants : 24

27 - Maintien des capacités des activités de la vie quotidienne et domestique; - Activités physiques adaptées pour conserver l autonomie; - Communication, socialisation et fonctions mentales; Le Centre de jour est offert à Magog, Mansonville et Stanstead. Les demandes d admission pour le Centre de jour doivent passer par le CSSS. HÉBERGEMENT L Entrée en résidence, ça se planifie! La décision d entrer en résidence ou en centre d hébergement n est pas facile à prendre. Afin de vous aider à bien vous préparer à cette éventualité, le CSSS offre une rencontre d information. Cette rencontre est offerte deux fois par année aux personnes âgées et à leurs proches. Une travailleuse sociale donne des conseils pour vous aider à prendre une décision éclairée et à mieux vivre cette étape de la vie. Centre d hébergement public Quand faire une demande d admission en centre d hébergement public? - Quand la personne est en perte d autonomie sévère; - Quand toutes les possibilités de maintien à domicile sont épuisées; - Quand la ressource d hébergement privée ne peut plus répondre adéquatement aux besoins; - Quand les proches aidants ne peuvent plus répondre adéquatement aux besoins. 25

28 Comment faire une demande d admission en centre d hébergement public? Pour obtenir une place en centre d hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), il faut être recommandé par le CSSS qui aura jugé de la gravité de la perte d autonomie.si le cas ne permet pas une admission au CHSLD, le CSSS peut vous orienter vers des ressources privées. Ressources d hébergement privé Nous vous référons au Bottin-calendrier des ressources pour les aînés pour prendre connaissance de la liste des résidences privées de la MRC Memphrémagog ou adressezvous au CSSS. PROGRAMMES GOUVERNEMENTAUX Plusieurs programmes gouvernementaux complètent les services de soutien à domicile.nous vous en donnons ici un aperçu. Pour plus d information, consultez le guide Programmes et services pour les aînés disponible à l adresse ou au Crédit d impôt pour aidant naturel : Support financier par un crédit d impôt pour l hébergement d un proche de 70 ans et plus, ou d un proche qui a une déficience mentale ou physique grave et prolongée Revenu Québec ; Crédit d impôt pour le maintien à domicile d une personne âgée : Support financier pour payer des services de maintien à domicile pour les personnes de 70 ans et plus. Crédit d impôt correspondant à 30% des dépenses admissibles. Revenu Québec ; 26

29 Régie de l assurance maladie du Québec : Assurancemédicaments, services optométriques, aides auditives, appareils suppléant à une déficience physique ; Allocation logement : Programme d allocation au logement pour personnes de 55 ans et plus dont le revenu est modeste et n habitant pas dans un établissement déjà subventionné ; Programme de logements adaptés pour aînés autonomes : Programme d aide financière pour adaptations mineures au domicile des personnes âgées de 65 ans et plus. MRC Memphrémagog (819) LES QUESTIONS JURIDIQUES Il est possible que vous soyez confrontée à des questions d ordre juridique dans l exercice de votre rôle de personne aidante. Par exemple, quoi faire dans l éventualité où la personne aidée devienne inapte à administrer seule ses affaires? Que faire dans l éventualité d un décès? Comment faire un testament? Comment faire valoir vos droits dans le système de santé? Il existe des ressources qui peuvent vous aider à obtenir l information et le soutien recherchés : Juriguide pour les aînés : La Fondation du Barreau du Québec en collaboration avec Éducaloi a produit un excellent guide d information qui fournit aux aînés et à leur famille des réponses à certaines questions d ordre juridique qu ils peuvent se poser.vous pouvez vous procurer le guide à ou en composant le poste AQDR Memphrémagog : L AQDR offre un service d accueil, de référence, d information et de soutien pour toute question concernant les droits des personnes aînées, retraitées et pré-retraitées. (819) ou

Les paroles s envolent les écrits restent

Les paroles s envolent les écrits restent Les paroles s envolent les écrits restent COMMENT S Y RETROUVER CONCERNANT LA PROCURATION LE MANDAT EN CAS D INAPTITUDE LE TESTAMENT Avril 2008 INTRODUCTION TABLE DES MATIÈRES NTRODUCTION...... 1 DÉFINITION

Plus en détail

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire

«Prenez vos finances. «Comment vais-je arriver. en main.» à payer mes comptes?» Prendre soin de soi. À quoi s attendre. Que faire Prendre soin de soi À quoi s attendre Que vous travailliez à l extérieur de la maison ou que vous soyez parent au foyer, le cancer du sein pourrait nuire à votre capacité de travailler, ce qui aura inévitablement

Plus en détail

Bottin des ressources pour les personnes aînées de la MRC de L Érable

Bottin des ressources pour les personnes aînées de la MRC de L Érable Bottin des ressources pour les personnes aînées de la MRC de L Érable Mise à jour 2015 Action bénévole Centre d action bénévole de L Érable inc. (CABÉ) Megantic English-speaking Community Development Corporation

Plus en détail

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau ORDRE DU JOUR Statistiques Difficultés Évaluation Rôles des intervenants Finances Mesures fiscales Exécution : planification

Plus en détail

CRÉDITS D IMPÔT, SUBVENTIONS, ALLOCATIONS, PRESTATIONS. COMMENT S Y RETROUVER? NOUS L AVONS FAIT POUR VOUS.

CRÉDITS D IMPÔT, SUBVENTIONS, ALLOCATIONS, PRESTATIONS. COMMENT S Y RETROUVER? NOUS L AVONS FAIT POUR VOUS. EN COUVERTURE De l aide financière à connaître CRÉDITS D IMPÔT, SUBVENTIONS, ALLOCATIONS, PRESTATIONS. COMMENT S Y RETROUVER? NOUS L AVONS FAIT POUR VOUS. par Danny Raymond Photo: Getty Images/Purestock

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle

Assurance soins de longue durée. Protection Temporelle Assurance soins de longue durée Protection Temporelle Protection Temporelle Pour rester maître de la situation si vous devenez en état de dépendance La Protection Temporelle est une assurance soins de

Plus en détail

Bottin. des ressources. pour les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l autisme et leur famille

Bottin. des ressources. pour les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l autisme et leur famille Bottin des ressources pour les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l autisme et leur famille Région de l Estrie Table des matières Préambule 3 Le CIUSSS de l Estrie

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Un de vos proches devient inapte

Un de vos proches devient inapte Un de vos proches devient inapte Comment le protéger? Le Curateur public du Québec À la rencontre de la personne Table des matières Qu est-ce que l inaptitude?... 4 Qu est-ce que le besoin de protection?....

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012

Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012 Mars 2013 Par le Regroupement des aidantes et aidants naturels de Montréal Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012 préparé par Ruth Rose Professeure associée

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

Nos avoirs il faut y voir!

Nos avoirs il faut y voir! Nos avoirs il faut y voir! Des conseils pour prévenir les abus financiers TABLE DES MATIÈRES CONSEILS GÉNÉRAUX... POUR PRÉVENIR LES ABUS DE LA VENTE ITINÉRANTE.. POUR PRÉVENIR LA FRAUDE TÉLÉPHONIQUE...

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE: DES SYSTÈMES EN ÉVOLUTION

PREMIÈRE PARTIE: DES SYSTÈMES EN ÉVOLUTION 1 INTRODUCTION L impact du vieillissement de la population sur l avenir des services sociaux et de santé est une question d intérêt public dont les répercussions sociales sont considérables. C est pourquoi

Plus en détail

Présentation HTAP. CSSS, Coop de services, organismes communautaires, etc. CSSS (CLSC) o Offrir du soutien à domicile à la personne et aux proches

Présentation HTAP. CSSS, Coop de services, organismes communautaires, etc. CSSS (CLSC) o Offrir du soutien à domicile à la personne et aux proches Présentation HTAP Rôle du service social Centre hospitalier o Offrir du soutien à la personne et aux proches lors des hospitalisations ou de visites à la clinique externe. o Faire une évaluation systémique

Plus en détail

Conférence du RQCAA. Agression et violence contre les aînés. Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société

Conférence du RQCAA. Agression et violence contre les aînés. Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société Conférence du RQCAA Agression et violence contre les aînés Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société Plan de présentation Histoire du RQCAA Quelques réalités sur

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

C o d e d é t h i q u e

C o d e d é t h i q u e Code d éthique Notre mission Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Bordeaux- Cartierville Saint-Laurent a pour mission de promouvoir et d améliorer la santé et le bien-être de la population

Plus en détail

Vous fournissez un service d aide à domicile

Vous fournissez un service d aide à domicile Vous fournissez un service d aide à domicile à une personne handicapée ou en perte d autonomie Les services d aide à domicile et le chèque emploi-service Vous commencez à offrir de l aide à une personne

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Assurance soins de longue durée

Assurance soins de longue durée Assurance soins de longue durée Protection Temporelle Guide de l assuré GUIDE DE L ASSURÉ 1 Et si vous ne pouviez plus prendre soin de vous-même? Les progrès de la médecine et les meilleures conditions

Plus en détail

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches Programme Traumatologie feuillet informatif destiné aux usagers et à leurs proches Centre de réadaptation Estrie, 2014 Présentation du programme Le programme Traumatologie est l un des cinq programmes

Plus en détail

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 1 MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 préparé par Ruth Rose professeure associée de sciences économiques Université du Québec à Montréal mars 2012 AVANT PROPOS Ce

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

au quotidien Trucs et astuces pour les aidants

au quotidien Trucs et astuces pour les aidants Aider un proche au quotidien Trucs et astuces pour les aidants AuteurE : Francine Ducharme, Ph. D., Centre de recherche, IUGM Titulaire de la Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Planification des soins de longue durée Lorsqu il n est plus possible de recevoir des soins à domicile

Planification des soins de longue durée Lorsqu il n est plus possible de recevoir des soins à domicile Planification des soins de longue durée Lorsqu il n est plus possible de recevoir des soins à domicile COMMENT NOUS POUVONS AIDER Le Centre d accès aux soins communautaires (CASC) de Champlain vous procure

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017

Niveau d'avancement et d'atteinte des cibles d'impact des projets, par objectif stratégique Planification stratégique 2012-2017 et d'atteinte des cibles d'impact des 1. Formaliser l'offre de services pour l'ensemble des programmes-services et des programmes de soutien. Définir et promouvoir l'offre de services en Dépendances (2013-12-

Plus en détail

L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS

L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS GUIDE D EXPLORATION POUR LE PARENT BIOLOGIQUE Adoption Vivere inc. 15, rue Principale Nord, Montcerf-Lytton (Qc) J0W 1N0 Sans frais :

Plus en détail

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP Notre mission : «Être un chef de file dans la recherche sur le remède de la sclérose

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

MAISONS DE SOINS INFIRMIERS SUBVENTIONNÉES PAR LE GOUVERNEMENT

MAISONS DE SOINS INFIRMIERS SUBVENTIONNÉES PAR LE GOUVERNEMENT Les soins de longue durée au Québec 2013 Maisons et résidences avec services MAISONS DE SOINS INFIRMIERS SUBVENTIONNÉES PAR LE GOUVERNEMENT Organisation et administration des maisons de soins infirmiers

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick)

Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick) Centre Hospitalier Restigouche 63, promenade Gallant Campbellton (Nouveau-Brunswick) Nathalie Langlois, infirmière clinicienne spécialisée en psychiatrie Pauline Perron, ergothérapeute Michelle DesRoches,

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

L Assurance autonomie : vision de l AQDR Par l Assemblée des présidents du 28 octobre 2013

L Assurance autonomie : vision de l AQDR Par l Assemblée des présidents du 28 octobre 2013 CSSS 036M C.P. Livre blanc L'autonomie pour tous Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées COMMISSION PARLEMENTAIRE DE LA SANTÉ ET SERVICES SOCIAUX 6 NOVEMBRE

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Pas de retraite pour vos finances Guide d animation

Pas de retraite pour vos finances Guide d animation Pas de retraite pour vos finances Guide d animation Réalisé par Option consommateurs Automne 2013 Pas de retraite pour vos finances Guide d animation Cet outil d animation est un complément du guide Pas

Plus en détail

professionnels Devant la mort, laissez-vous accompagner par des professionnels membres de la Corporation des thanatologues du Québec

professionnels Devant la mort, laissez-vous accompagner par des professionnels membres de la Corporation des thanatologues du Québec ÉDITION 2013-2014 Laissez-vous accompagner par des professionnels Devant la mort, laissez-vous accompagner par des professionnels membres de la Corporation des thanatologues du Québec domainefuneraire.com

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Le gouvernement du Canada offre un

Le gouvernement du Canada offre un Guide de la sécurité sociale et des régimes de retraite au Canada Le gouvernement du Canada offre un système de revenu de retraite qui permet le versement de prestations mensuelles aux personnes suivantes

Plus en détail

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5 «STAJ PRATIC BAFA» KIT PEDAGOGIQUE «STAJ PRATIC BAFA» MEMENTO ANIMATEUR Sommaire : Mon mémento Page 3 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : Centre de santé et de services sociaux du Sud

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP)

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP) Quebec Provincial Association of Teachers l Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale (RQAP) Renseignements généraux

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Guide d évaluation de la charge d aidant familial. Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez.

Guide d évaluation de la charge d aidant familial. Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez. Guide d évaluation de la charge d aidant familial Veuillez remplir un questionnaire pour chaque personne que vous aidez. 1. SITUATION GÉNÉRALE 1-1 Etes-vous un homme ou une femme? H F 1-2 Vivez-vous en

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Résidence Saint Jean

Résidence Saint Jean Résidence Saint Jean 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : stjean.residence@wanadoo.fr Site web : www.residence-saint-jean.fr Madame, Monsieur, Le Conseil

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Quand vous ne. Pourrez. plus gérer vos affaires, qui le fera?

Quand vous ne. Pourrez. plus gérer vos affaires, qui le fera? Pourrez Quand vous ne plus gérer vos affaires, qui le fera? Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme à but non lucratif. Il a pour but

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

Assurance de soins de longue durée

Assurance de soins de longue durée Assurance de soins de longue durée Feuille de renseignements à l intention du conseiller ne pas remettre au demandeur Ce que vous devez faire avant de remettre un formulaire de demande de règlement au

Plus en détail

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL)

INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) INTERODAS 2014 HORS-SERIE BULLETIN D INFORMATION ET DE LIAISON ORGANISATION D AIDE AUX SANS-EMPLOI (ODAS-MONTRÉAL) TESTEZ VOS CONNAISSANCES SUR L AIDE SOCIALE VRAI ou FAUX? 1. Le ministère de l Emploi

Plus en détail

MÉMOIRE. Livre blanc sur la création de la Caisse d assurance autonomie

MÉMOIRE. Livre blanc sur la création de la Caisse d assurance autonomie MÉMOIRE Livre blanc sur la création de la Caisse d assurance autonomie Novembre 2013 1 2 La FOHM (Fédération des OSBL d habitation de Montréal) a comme mission de regrouper, informer, former et mobiliser

Plus en détail

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes :

Foire aux questions. 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Foire aux questions Mise à jour le 5 janvier 2011 Liste des questions 1. Comment savoir quels ajustements s appliquent aux trois fonctions suivantes : Technicien / Technicienne en coordination du travail

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

Assurance de soins de longue durée Sun Life

Assurance de soins de longue durée Sun Life Assurance de soins de longue durée Sun Life CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT L ASSURANCE DE SOINS DE LONGUE DURÉE Sun Life fournit une prestation de type revenu si vous ne pouvez plus prendre soin de vous-même

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015

PLAN D AFFAIRES. Personnes en perte d autonomie 2010-2015 C1_PAuton-CSSS2M_Layout 1 11-04-19 11:35 Page 1 PLAN D AFFAIRES Personnes en perte d autonomie 2010-2015 Ce document a été produit à la suite des rencontres du comité de pilotage du Plan d affaires de

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Services d auxiliaires autogérés Mai 2000 4 e édition FINANCEMENT DIRECT RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX Services d auxiliaires autogérés Mai 2000 4 e édition Programme

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

La paralysie cérébrale. 14 - Les ressources. programme Enfants et adolescents. livret informatif destiné aux familles du

La paralysie cérébrale. 14 - Les ressources. programme Enfants et adolescents. livret informatif destiné aux familles du La paralysie cérébrale 14 - Les ressources livret informatif destiné aux familles du programme Enfants et adolescents Centre de réadaptation Estrie, 2008 Carnet d adresses et de ressources pour la famille

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Après un séjour à l hôpital, vous pouvez continuer de vous rétablir dans le confort et la sécurité de votre propre domicile si vous recevez des services améliorés

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la. planification financière. planification financière ISSD-043(1)-05-10

Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la. planification financière. planification financière ISSD-043(1)-05-10 Ce que tous les Canadiens âgés devraient savoir au sujet de la planification financière 1 planification financière ISSD-043(1)-05-10 Préparer un plan financier est une façon de prendre en main votre avenir

Plus en détail

Séminaire d information pour les particuliers. Renseignements relatifs aux personnes handicapées

Séminaire d information pour les particuliers. Renseignements relatifs aux personnes handicapées Séminaire d information pour les particuliers Renseignements relatifs aux personnes handicapées Objectifs Cette présentation vise à: Présenter les déductions et les crédits applicables aux personnes handicapées

Plus en détail

Pour un soutien médical sur mesure

Pour un soutien médical sur mesure Pour un soutien médical sur mesure Assistance soins médicaux Comment accéder aux services d Assistance soins médicaux 1. Téléphonez au 514 871-9884 ou sans frais au 1 877 778-9808. 2. Assurez-vous d avoir

Plus en détail

VOUS avez DES DROITS, PRENEZ votre PLACE!

VOUS avez DES DROITS, PRENEZ votre PLACE! Juriguide pour les aînés VOUS avez DES DROITS, PRENEZ votre PLACE! Mise en garde : Ce document se veut une source d information générale et ne constitue pas une opinion ou un avis juridique. L exactitude,

Plus en détail

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE

Vivre seul SUJETS DÉLICATS CONTEXTE Vivre seul CONTEXTE Un nombre croissant de personnes âgées vivent seules. Si elles sont atteintes de la maladie d Alzheimer ou de maladies apparentées, elles sont plus susceptibles d être diagnostiquées

Plus en détail

Maladie d Alzheimer Que faire?

Maladie d Alzheimer Que faire? Maladie d Alzheimer Que faire? Que faire? Les changements que vous constatez vous rendent probablement inquiet ou anxieux. Maintenant que vous savez que vous avez la maladie d Alzheimer, vous vous préoccupez

Plus en détail

Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle

Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle Optimisez votre pratique: outils pour concilier travail et vie personnelle M e Annick Gariépy, Barreau du Québec M e Marie Christine Kirouack, Ad. E., PAMBA Congrès AJBQ 22 mai 2015 L archétype du bon

Plus en détail