Le réseau des CDC une histoire à vivre, une histoire à raconter, une histoire à écrire, une histoire à lire...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le réseau des CDC une histoire à vivre, une histoire à raconter, une histoire à écrire, une histoire à lire..."

Transcription

1 Rapport annuel

2 Le réseau des CDC une histoire à vivre, une histoire à raconter, une histoire à écrire, une histoire à lire... Table des matières Préface Mot du conseil d administration et du directeur général, missions et orientations. 3 Chapitre 1: Ressources humaines et conditions de travail L équipe, groupe d assurance collective de la TNCDC¹. 7 Chapitre 2: Vie associative Contextualisation de la planification de , RN de juin 2011, RN de novembre 2011, RN de mars Chapitre 3: Comités TNCDC et CDC Comité de soutien, comité d accréditation, comité de communication. 13 Chapitre 4: Comités mixtes Comité TNCDC et SACAIS, comité d encadrement pour une assurance collective nationale, comité TNCDC et CSMO-ÉSAC, comité TNCDC et Dynamo. 17 Chapitre 5: Représentations Chantier de l économie sociale, CSMO-ÉSAC, Amis de la RDS, Collectif en développement social. 22 Chapitre 6: Rayonnement de la TNCDC GPS, rencontre avec le comité interministériel de l action communautaire, revue de presse. 27 Fin Conclusion, liste des abréviations, liste de nos membres par région Afin d alléger le document, des abréviations sont utilisées dans le texte. La liste se retrouve à la fin du rapport. 2

3 Préface «L écriture est un geste d audace et de courage.» - Michelle Mailhot 3

4 Mot du conseil d administration et du directeur général La TNCDC a souligné en 2011 ses 15 ans. 15 ans c est peu et c est beaucoup en même temps. Encore toute jeune avec la promesse de toutes les années à venir et déjà mature dans son développement et son rayonnement! Au début, elles étaient 13. Les CDC sont maintenant 55, réparties dans 14 régions, et regroupent plus de 2300 organismes communautaires qui contribuent à la force du réseau. L équipe de la TN a également atteint un seuil de maturité avec les quatre postes enfin comblés : le directeur général en poste depuis six ans après avoir dirigé une CDC durant cinq années, l agente de développement qui cumule 10 ans d ancienneté dans le réseau dont deux à la TN, l agente de communication qui achève sa première année et l adjointe administrative qui s est jointe à l équipe en janvier À nos 22 années d ancienneté cumulées se conjuguent nos compétences et nos forces, permettant à la TNCDC de réaliser sa mission d une façon beaucoup plus pertinente et efficace. De plus, avec l arrivée d une agente de communication, ce sont toutes les communications internes et externes qui prennent une dimension structurante et tonifiante pour l ensemble de notre grand réseau. Au plan administratif, la 15 e année a vu la mise à jour de la politique d accréditation et celle du soutien à la vie associative, le développement d une Procédure de soutien pour assurer l actualisation et la réalisation des obligations des membres et l adoption d une politique de communication. La TN a développé et maintenu des partenariats avec le Chantier de l économie sociale, le CSMO-ÉSAC, les Amis de la RDS, SRQ, Dynamo et plusieurs comités ou tables ponctuelles de réflexion. De plus, nous avons accepté de participer au GPS, ce qui nous a permis d être très actifs afin de s assurer de la participation des organismes communautaires des CDC dans l élaboration des alliances régionales. Qui plus est, notre réseau est en pleine expansion, et sa crédibilité lui confère une place de choix comme partenaire des acteurs nationaux en développement de nos communautés. Nous y apportons nos valeurs et notre vision. Nous sommes écoutés, respectés... et incontournables. Le C. A. et son directeur général sont très fiers des progrès accomplis et du dynamisme engendré par la participation des CDC : votre implication dans les RN et dans les démarches de la TNCDC est essentielle à notre cohésion et à la définition de nos priorités. 4

5 Le C. A. Denis McKinnon (TNCDC) Directeur général Jean-François Daigle (CDC Pierre-De Saurel) Président Sylvain Dupont (CDC Haute-Yamaska) Vice-président Sophie Champagne (CDC Vallée de la Matapédia) Trésorière Sylvie Filiou (CDC Rond-Point) Secrétaire Alain Roy (CDC des Sources) Administrateur Claudia Croteau (CDC Lotbinière) Administratrice depuis décembre 2011 Remplacement D Ève-Isabelle Chevrier (CDC Lévis) Jean Brouillette (CDC des Chenaux) Administrateur 5

6 Missions et orientations Mission d une CDC Une CDC est un regroupement d'organisations communautaires qui œuvrent dans divers champs d'activité sur un territoire donné, dont la mission est d'assurer la participation active du mouvement populaire et communautaire au développement socioéconomique de son milieu. Mission de la TNCDC La TNCDC a pour mission de regrouper les CDC du Québec et de les soutenir dans leurs objectifs. De plus, elle promeut la place incontournable qu occupe le mouvement communautaire autonome dans le développement local, et ce, dans une perspective de justice sociale et de développement global et durable de notre société. Objets de la Charte 1. Promouvoir et préserver la spécificité du modèle des corporations de développement communautaire selon leur Cadre de référence. 2. Défendre, dans une perspective multisectorielle, les intérêts des corporations de développement communautaire et de leurs membres en fonction des enjeux prioritaires actuels et exercer les représentations appropriées. 3. Soutenir les membres et développer la vie associative et le sentiment d appartenance en favorisant les activités d échange, d entraide et de ressourcement. 4. Structurer, consolider et développer la Table nationale des Corporations de développement communautaire. Les valeurs Les valeurs mises de l'avant, autant du côté de la TNCDC que d une CDC, sont celles regroupées communément dans l'expression «justice sociale», soit l'autonomie, la démocratie, la dignité de la personne humaine, l'équité, la prise en charge et la solidarité. Les organismes qui s affichent sous cette bannière sont habités d'un projet d'une société nouvelle, libérée de la pauvreté, du sexisme, du racisme, des logiques technocratiques et des abus de pouvoir, de même que du refus d'accepter l'accroissement de la consommation comme moteur de l'économie et critère de la qualité de vie. Dans cette perspective d une économie inclusive, une consommation éthique et responsable par son milieu et ses entreprises devient un élément important qu il faut tendre à promouvoir. Les actions des CDC s articulent autour de 10 VOLETS D INTERVENTION : Travail de développement Travail de soutien Concertation Partenariat Représentation Information Consolidation et développement communautaire Formation Promotion Recherche Soutien à l économie sociale Soutien aux membres 6

7 Chapitre 1 Ressources humaines et conditions de travail 7

8 L équipe Dans le dossier des ressources humaines, les dernières années sont sous le signe du changement. Depuis plusieurs années, l équipe de la TNCDC était stable : Denis à la direction et Jacinthe au poste d adjointe à la direction. Chantal s est jointe à eux à l automne 2008 au nouveau poste d agente de développement et le trio voguait en eau calme. Arrivent alors des changements, et quand on dit qu un changement n arrive jamais seul D abord, Claude arrive en décembre 2009 après le départ de Chantal, puis Jacinthe quitte en septembre 2010 pour un congé d un an. Susan occupe le poste d adjointe pour quelques mois, puis nous quitte. On profite du souffle printanier de 2011 pour accueillir Marie-Josée au nouveau poste d agente de communication. Souffle nouveau, énergie renouvelée, brassage d idées, nous amènent à l AGA et aux vacances! En septembre 2011, Jacinthe nous informe qu elle ne revient pas à la TN et c est à la RN de novembre que nous présentons Patrick, le nouvel adjoint. Il est à la TN depuis quelques jours seulement. Après la RN, il annonce qu il ne restera pas avec nous: son passage à la TN aura duré neuf jours Cela nous donne beaucoup à réfléchir Le prochain exercice de dotation se fera un peu différemment. L affichage et les tests écrits sont révisés et renouvelés. Pour la personne retenue suite aux entrevues, un dîner informel avec l équipe est prévu, histoire de se connaître un tout petit peu avant que la personne n entre en poste. Parcours réussi, Louise débute le 16 janvier 2012, et le quatuor de la TN est formé. Enfin! Au récit du dossier des ressources humaines à la TN, nous profitons de la RN de l automne 2011 pour souligner le travail de Jacinthe réalisé durant les douze années qu elle a passées à la TN. Douze ans au cours desquels elle a même parfois été seule à tenir la barre de ce grand bateau! Nous lui témoignons alors, au nom de toutes les personnes qui l ont rencontrée et côtoyée à la TN, notre reconnaissance pour son écoute, sa disponibilité, son professionnalisme, son efficacité, sa discrétion, sa bonne humeur et sa gentillesse. 8

9 Pour que l arrivée de deux nouvelles personnes dans notre réseau soit un succès, nous avons pris le temps de les accueillir, de bien les accueillir. Beaucoup de temps à raconter la TN, son histoire, ses valeurs, la vision donnée lors de la planification stratégique, le plan d action, etc. Heureusement, Claude et Denis cumulent plus de 20 ans d ancienneté dans le réseau; les anecdotes sont nombreuses et les mises en contexte parfois très colorées. Les activités de recrutement, d accueil et d intégration ont exigé de nombreuses heures de travail, et plusieurs personnes ont contribué à leur réalisation. En plus du travail réalisé par Claude et Denis, soulignons l implication de Jean-François Daigle (CDC Pierre-De Saurel), d Ève-Isabelle Chevrier (CDC Lévis) et de Sylvain St-Onge (CDC Drummond) aux différents comités de sélection. En conclusion, la TN compte dorénavant sur la richesse de quatre personnalités très différentes, des idées, des expériences de vie et des potentiels tellement stimulants. La magie opère pour transformer le travail à la TNCDC en moments de vie intéressants, ingénieux, exaltants! Groupe d assurance collective de la TNCDC C est suite au rapport de recherche intitulé Pour que travailler dans le communautaire ne rime plus avec misère² qui fait ressortir, entre autres, que peu d organismes communautaires offrent la protection d assurance que la TNCDC travaille à mettre en place un groupe d assurance collective pour les CDC et leurs membres. Notre motivation est de donner aux travailleuses et aux travailleurs du communautaire une assurance en cas de maladie. Sans assurance, c est l aide sociale qui attend les personnes malades sans conjoint (après 15 semaines d assurance-emploi maladie). Notre régime doit donc assurer les imprévus non budgétables comme la maladie! De plus, les coûts de l assurance ne doivent pas «appauvrir» les travailleuses et les travailleurs, et les protections doivent répondre à leurs besoins. Nous signons un premier contrat en 2007 avec notre conseillère Joanne Brisson Dumouchel. En mai 2012, nous renouvelons avec la compagnie SSQ Groupe financier. Il est intéressant de noter que le groupe compte 787 adhérentes, 198 organismes, qu il verse $ en primes, et que la SSQ remet $ en prestation (médicaments et autres frais). Il n y a pas de comité pour ce dossier. L agente de développement est très intéressée par toute la question des conditions de travail et a développé des compétences avec le groupe d assurance. Elle est donc la personne-ressource à la permanence pour l assurance collective de la TN. C est le C. A. qui accepte les contrats. 2. En octobre 2005, le Centre de formation populaire et Relais-femmes ont publié une enquête concernant les avantages sociaux du secteur communautaire, souvent liés à des conditions de travail précaires. Le rapport de l enquête démontre de façon concrète l importance pour les travailleuses et les travailleurs de se doter d un plan de retraite et d assurance collective, notamment, en faisant état de la situation des gens à l emploi dans le milieu communautaire. 9

10 Chapitre 2 Vie associative «Seul, on va plus vite Ensemble, on va plus loin!» - auteur inconnu 10

11 Contextualisation de la planification de En 1996, 11 CDC forment la TNCDC. Il s agit d un bien petit bateau, un radeau en fait avec un équipage très réduit! Mais le capitaine peut toujours compter sur les officiers et les officières, capitaines de CDC. Au fil des années, le radeau se transforme en vaisseau, puis en navire et en , 43 CDC soulignent le 10 e anniversaire de la TNCDC, vivent le transfert vers le MESS et débutent la planification stratégique de la TNCDC. Durant cette période, notre navire a été mis en cale sèche le temps de faire les travaux d entretien. En plus des réparations, contrôles et vérifications, des travaux majeurs de transformation sont réalisés pour lui permettre d accueillir de nombreuses autres passagères et de naviguer sur toutes les mers. Cette démarche de 18 mois d intense travail, tant pour l équipe de la TN que pour les membres du C. A., pour toutes les CDC et leurs propres équipes, atteint son point culminant en octobre 2007 avec l adoption d un plan d action triennal. L heure est donc venue de prendre le large, ayant quatre destinations principales et 22 escales à effectuer. Selon ce plan, l équipage composé de deux personnes, le capitaine et son adjointe, sera agrandi durant le voyage et il pourra toujours compter sur les officières et les officiers. RN de juin 2011 Comme la RN de juin inclut l AGA, nous en profitons pour visiter les CDC un peu plus éloignées, et cette fois-ci ce sont les CDC Haut-Saint-Laurent et Beauharnois-Salaberry qui nous accueillent sur le territoire de cette dernière à Salaberry-de-Valleyfield. 37 CDC sont représentées ainsi que deux groupes en accompagnement. En juin 2011, le temps est arrivé pour la TNCDC de réaliser le bilan du plan triennal qui découle de la planification stratégique. Nous comptons donc sur la participation active des 53 CDC accréditées pour contribuer au processus d évaluation dont les résultats nous guideront, entre autres, vers une nouvelle planification triennale. Nous avons préparé une série d outils d animation et invité les CDC à travailler en atelier durant toute une journée. Chacune des orientations (22 escales) est reprise et évaluée. Il ne s agit pas ici de faire une nomenclature des résultats pour chaque orientation, mais plutôt de souligner que nous travaillerons à partir de ces résultats à l élaboration d un canevas de plan d action triennal. Ce plan sera présenté aux CDC à la RN de juin 2012 afin d être adopté à l assemblée annuelle. 11

12 RN de novembre 2011 Plus de 80% des CDC participent à la RN de novembre. Parmi les invités externes au regroupement de la TNCDC, mentionnons Commerce solidaire Québec et Dynamo qui exposent leur projet respectif. En bref, les autres sujets abordés concernent la tournée sur les besoins de formation en partenariat avec le CSMO- ÉSAC, le projet national d assurance collective, le contexte politique et la présentation de la toute nouvelle politique de communication de la TNCDC. De plus, devant le besoin évident des CDC de discuter des alliances régionales, la TNCDC ajuste l ordre du jour afin de permettre au regroupement d échanger sur le sujet. Cette flexibilité est d ailleurs très appréciée par les membres. En outre, le travail remarquable de Jacinthe Boislard, qui a travaillé à la TNCDC pendant 12 ans, est souligné par un hommage coloré et touchant. En somme, les préparatifs de la RN, la rencontre ainsi que les tâches qui succèdent à la réunion sont marqués par des imprévus et l adaptation de l équipe de la TNCDC vis-à-vis différents défis! RN de mars CDC sont au rendez-vous de cette rencontre nationale, en plus d un groupe en accompagnement. C est sans contredit la présentation de M. Michel Venne, directeur général de l INM, qui retient l attention. Son portrait de la situation politique québécoise actuelle suscite de nombreux commentaires. La tenue d ateliers permet à l équipe de la TNCDC d innover avec la proposition d un atelier «Suggestion des CDC». Parmi les quelques sujets d intérêt proposés, l atelier «Vieilles croûtes» remporte la palme. Ainsi, cet atelier permet aux personnes travaillant depuis longtemps dans le réseau d échanger sur leurs rôles et leurs besoins d un point de vue de «vétéran» avec leurs confrères et consœurs. La mise en œuvre du PAGSIS et des alliances fait aussi l objet d un tour de table afin de faire le point sur l état de la situation dans les différentes régions du Québec. Finalement, on ne pourrait passer sous silence la présentation du plan de communication dont la mise en œuvre contribuera à véhiculer une image positive de la TNCDC et à la faire connaître. L atelier au choix une première! 12

13 Chapitre 3 Comités TNCDC et CDC 13

14 Comité de soutien Avant 2006, la TNCDC et les CDC étaient des organismes «orphelins» sans port d attache. C est en mai 2006, réunis en AGE, que nous adoptons une résolution identifiant le MESS comme étant le ministère qui pourrait accueillir notre réseau. Dans les mois suivants, un programme de financement est développé et adopté par les CDC. Ainsi, à l AGA de juin 2006, les CDC mettent en place le comité de soutien. Son mandat est d alimenter le comité de négociation du programme de financement. Le comité a donc une vocation stratégique. Comité de soutien Alain Roy (CDC des Sources) Chantal Goulet (CDC des Maskoutains), depuis novembre 2011 Diego Scalzo (CDC Val-Saint-François), depuis novembre 2011 Jan Heinrich (CDC MRC de Bécancour), depuis novembre 2011 Jean-François Daigle (CDC Pierre-De Saurel) Suzanne Bernard (CDC de la Pointe Région Est De Montréal) Sylvain St-Onge (CDC Drummond) Denis McKinnon (directeur général, TNCDC) Claude Filion (agente de développement, TNCDC) Après l adoption du programme, le mandat du comité est de soutenir les représentants au comité TNCDC-SACAIS et d assurer les réflexions concernant les travaux sur les grilles d analyse pour établir le soutien financier en appui à la mission globale des CDC et à la gestion du programme de financement. Au cours de la dernière année, le comité s est réuni une fois afin de faire le point sur la démarche de la collecte de données relative à l argumentaire devant accompagner l élaboration d un cadre de financement. Le comité prend la décision d informer le SACAIS que la TNCDC travaillera la suite sur sa propre base et qu un suivi sera effectué lors des rencontres TNCDC/SACAIS. Comité d accréditation Le comité d accréditation a un rôle plus large que l accréditation des CDC en accompagnement. Il est devenu, suite à la planification stratégique ( ) et selon la volonté des membres, «le lieu de discussion de l intégrité du réseau» des CDC. Or, pour assumer cette responsabilité, il importe de se donner des outils pour préserver et maintenir actives les caractéristiques et les valeurs des CDC, sans pour autant mettre en place une structure d évaluation rigide et contraignante. C est en se basant sur deux considérations principales que les réflexions et les discussions s orientent au comité. Première considération, le nombre de CDC accréditées ne cesse de croître, passant de 41 en 2004 à 55 en 2011, sans compter les trois groupes en accompagnement et les demandes d information sur le processus d accréditation. Deuxième considération, les nombreux changements dans les CDC, tant au poste de coordination/direction qu à l intérieur des conseils d administration. En plus de ces considérations, il y a des principes de base : chaque CDC demeure Comité d accréditation Amélie Dubuc (CDC Trois-Rivières) Réjean Veillette (CDC Centre-de-la-Mauricie) Suzanne Bernard (CDC de la Pointe Région Est De Montréal) Sylvain Dupont (CDC Haute-Yamaska) Sylvain St-Onge (CDC Drummond) Yohan Perron (CDC Rivière-des-Prairies) Claude Filion (agente de développement, TNCDC) unique dans ses actions; une CDC est autonome et choisit la manière de réaliser ses mandats. Certes, le Cadre de référence des CDC constitue l ancrage et un phare pour les CDC. La TNCDC a aussi la responsabilité d assurer la cohésion du mouvement des CDC, et les CDC travaillent en cohésion lorsqu elles respectent les règlements généraux de la TNCDC et actualisent leur Cadre de référence. 14

15 Au chapitre de l accompagnement des nouveaux groupes, le C. A. a adopté les propositions de changements à la politique d accréditation, notamment avec les responsabilités qui incombent aux personnes concernées par l accompagnement. Un modèle de plan d accompagnement est développé pour mieux identifier le travail à faire, que ce soit pour la CDC mentore, l agente de développement de la TNCDC ou le groupe en accompagnement. Le plan permet d identifier les responsabilités individuelles, le calendrier de réalisation des différentes étapes et les tâches à faire. Rappelons que la responsabilité du comité d accréditation est de s assurer que le groupe en accompagnement acquiert et développe toutes les caractéristiques d une CDC et de faire le suivi de l accompagnement. Dans le respect de ces considérations et principes, le comité relève le défi de l harmonisation du réseau en travaillant d abord sur un document d autoévaluation d une CDC et sur celui de l évaluation du membership d une CDC. Ces deux documents sont remis aux CDC à la RN de juin 2010, et elles les utilisent selon leurs besoins. Suite à cela, et afin de donner un outil à la TN pour soutenir les CDC dans la réalisation de leurs obligations en tant que membres de la TN, les CDC participent à des ateliers portant sur les obligations des membres à la RN de mars Au terme de ces discussions, les membres recommandent que le comité d accréditation s approprie les résultats des ateliers et fasse une proposition au C. A. pour les suites à adopter dans ce dossier. C est ainsi que naît le document Procédure de soutien pour assurer l actualisation et la réalisation des obligations des membres. Il sera présenté au C. A. et aux CDC pour adoption au début de la prochaine année financière. Pour ce qui est du dossier d accréditation, selon les recommandations du comité, la TNCDC a accueilli deux nouvelles CDC en 2011: Les Jardins-de-Napierville en juin et Beauport en décembre, portant le nombre de CDC accréditées à 55. De plus, trois groupes sont en accompagnement: Coaticook, Maria-Chapdelaine et depuis peu, Montmagny-L Islet. Comme dernière information dans le dossier d accréditation, notons que trois groupes ont sollicité des rencontres pour mieux comprendre ce qu est une CDC, les étapes et les exigences de la période d accompagnement : Villeray à Montréal, Matane et le Regroupement des organismes communautaires de la Gaspésie-les-Îles (ROCGIM). Ce dernier rendez-vous est remis à plus tard. Pour Villeray, un dossier préliminaire est déposé au comité. Quant à Matane, nous devrions recevoir des nouvelles sous peu. L agente de développement souligne le rôle névralgique tenu par le comité dans le développement et la consolidation de notre réseau. Elle remercie les personnes impliquées pour le travail colossal réalisé depuis les quatre dernières années et pour leur collaboration et leur soutien constant. Le comité s est rencontré à trois reprises cette année. 15

16 Comité de communication Le comité de communication est créé à l AGA de juin 2011, suite à l embauche de l agente de communication en mai À travers ses communications, la permanence tient à accomplir pleinement son rôle de soutien envers ses membres et sait que la qualité de ses réflexions et de ses actions est riche lorsque les CDC sont consultées. C est d ailleurs le rôle du comité d inspirer la TNCDC, de proposer des idées et de commenter ses actions de façon constructive pour lui permettre, en tant que regroupement, d aller plus loin. Comité de communication Isabelle Corbeil (CDC Haut-Saint-Laurent) Marie-Claude Durette (CDC Vallée-du-Richelieu) Marie-Ève Hébert (CDC Centre-Sud) Mathieu Leclerc (CDC Laval) Nathalie Grenier (CDC Haut-Richelieu-Rouville) Marie-Josée Filion (agente de communication, TNCDC) Durant l année financière , le comité s est rencontré cinq fois. Ces réunions permettent de discuter en profondeur des attentes des CDC, notamment à l égard de la politique de communication, du plan de communication, du site Web, d une structure informatique pour le partage de documents, des visuels de la TNCDC, des façons d aborder l actualité avec les CDC ou avec des publics divers et des améliorations pouvant être apportées aux RN en ce qui a trait aux communications. Une nouvelle politique de communication est adoptée en décembre Quelques semaines plus tard, la rédaction du plan de communication est presque terminée, et la pertinence du logo est questionnée. Le comité de communication et l équipe de la TNCDC réfléchissent donc à un nouveau concept de logo. Également, le site Web est en construction, et il ne manque que le nouveau logo pour terminer le visuel du site... C est avec hâte et engouement que le regroupement souhaite voir la mise en place de cette vitrine qui sera aussi un lieu de partage fort profitable pour les CDC. En somme, la naissance du comité de communication est marquée par l implication inestimable de tous ses membres et de leur enthousiasme à travailler ensemble de façon constructive. Les rencontres s avèrent nourrissantes pour chacune et chacun parce qu elles permettent de partager des expériences et des «bonnes pratiques». Pour certaines personnes, le comité représente aussi un rapprochement significatif avec la TNCDC et un regain du sentiment d appartenance au réseau. Cette première année de vie du comité est également caractérisée par la structuration du travail, la définition des normes du groupe et l appropriation du rôle de l agente de communication dans ce poste nouvellement créé. En continuité du travail effectué, le comité de communication participera à une suite de belles réalisations, fruits de réflexions et de discussions passionnées! 16

17 Chapitre 4 Comités mixtes 17

18 Comité TNCDC et SACAIS Formé en 2006, suite à l adoption du programme de financement de la TNCDC et des CDC, le comité TNCDC-SACAIS a comme principale fonction d entretenir des relations de confiance et de partenariat entre le SACAIS et la TNCDC. Sept rencontres ont eu lieu lors de la dernière année financière. Lors des réunions, les sujets abordés concernent principalement la gestion du programme et les grilles de collecte d information. En ce qui concerne la gestion du programme, il s agit de favoriser des relations harmonieuses entre les CDC et le SACAIS et de mettre en place des conditions propices pour prévenir et résoudre d éventuels problèmes. Ce travail permet de s assurer que les redditions de comptes des CDC répondent sans préjudices aux exigences du bailleur de fonds. Les grilles de collecte d information ont été développées dans le but de démontrer le lien entre l action des CDC et leur financement. Au cours des trois dernières années, les grilles ont été analysées par le CREXE de l ÉNAP, et certaines variables sont révisées pour mieux faire connaître les caractéristiques propres à chaque CDC. Les résultats du travail avec les grilles démontrent plusieurs caractéristiques des CDC mais ne satisfont pas les besoins de la TNCDC et des CDC relativement à l argumentaire pour un meilleur financement. Formé en 2006 à la demande de Michelle Courchesne, alors ministre du MESS, le comité TNCDC-SACAIS se penche sur l implantation du programme de soutien financier en appui à la mission globale des corporations de développement communautaire, intervenant dans la lutte contre la pauvreté. L objectif de ce comité mixte est de faciliter l implantation et la mise en œuvre du programme, en impliquant les CDC dans cette approche. La TNCDC a donc informé le SACAIS qu elle entreprendrait une démarche parallèle aux grilles afin de se donner un cadre de financement représentant l action des CDC et l impact du financement sur leur capacité d agir. En , le SACAIS est généralement représenté par : Daniel Jean (directeur général) Sylvain Bédard (conseiller au soutien financier) Steve Chauvette (conseiller au soutien financier) En , la TNCDC est représentée par : Sylvain St-Onge (président) fin de mandat juin 2011 Jean-François Daigle (président) depuis juin 2011 Denis McKinnon (directeur général) Claude Filion (agente de développement) 18

19 Comité d encadrement pour une assurance collective nationale La TNCDC a accepté un mandat du comité interministériel de l action communautaire qui consiste à vérifier la pertinence et le besoin de mettre sur pied un groupe d assurance collective «communautaire-national» auquel pourraient adhérer tous les organismes communautaires, peu importe leur secteur d activité et leur lieu d action. Le comité d encadrement soutiendra la démarche du projet et en fera la promotion. Dans le cadre de ce dossier, la TNCDC travaille en partenariat, notamment avec des organismes nationaux qui peuvent partager leur propre expérience à ce sujet. Certains d entre eux ont déjà réalisé la mise en place du Régime de retraite des groupes communautaires et des groupes de femmes, alors que d autres partenaires gèrent déjà un groupe d assurance collective pour les membres de leur regroupement. Une première rencontre exploratoire a lieu le 29 novembre Lors de cette réunion, les personnes présentes affirment clairement leur intérêt à poursuivre la démarche à l intérieur de ce comité d encadrement. Également, il est convenu que d autres groupes se joindront à ce comité pour atteindre un total d environ 15 regroupements. Une deuxième rencontre a lieu le 19 janvier Il est entendu que la réussite du processus nécessitera la mise en place de quatre éléments fondamentaux, dont la formation d un comité de suivi. D ailleurs, la prochaine étape consiste à rassembler le plus grand nombre de regroupements intéressés à faire partie de ce comité de suivi. Une troisième rencontre se tiendra dans les premiers mois de la nouvelle année financière. Il est entendu que la réussite du processus nécessitera la mise en place de quatre éléments fondamentaux : 1. une enquête (mécanisme de consultation) 2. un comité de suivi 3. une expertise externe 4. la sensibilisation (défi de communication par rapport à la façon d entrer en contact avec les organismes et l établissement de liens entre l enquête et la sensibilisation des organismes vis-à-vis une éventuelle tournée). Le 29 novembre, le comité était composé de: Lise Gervais (Relais-Femmes) Pierre Riley (FCABQ) Viviane Bergeron (RMJQ) Jules R. Lizotte (Regroupement Loisir Québec) Denis McKinnon (TNCDC) Claude Filion (TNCDC) Comité TNCDC et CSMO-ÉSAC En mai 2010, la TNCDC dépose au SACAIS un projet dans le cadre du Programme de soutien aux initiatives sociales et communautaires³, volet action communautaire et action bénévole. Avec ce projet, on vise à ce que soient développés et consolidés le soutien aux organismes communautaires et les formations, notamment les formations pour les conseils d administration. Nous savons que plusieurs formations sur la gouvernance dans les organismes 3. TNCDC (mai 2012). La gouvernance dans les organismes communautaires : soutien et formation. Projet déposé au SACAIS. 19

20 communautaires sont offertes, et l offre provient d organisations privées, publiques et communautaires. En outre, plusieurs CDC proposent des programmes de formation. D ailleurs, la formation est un volet d intervention des CDC. La TNCDC souhaite alors développer un centre de référence par le biais de son site Web, créer des liens et des partenariats, notamment avec le CSMO-ÉSAC et les organismes de formation. Elle désire ainsi devenir un carrefour, une interface permettant l orientation, la transmission et la réalisation d activités de formation pour les organismes communautaires. Nos membres sont les organismes communautaires, et notre réseau se déploie largement au Québec. Nous souhaitons profiter de la large pénétration de nos informations pour favoriser la connaissance des offres de formation, et conséquemment, renforcer les organismes communautaires. D autre part, nous voulons consolider les partenariats en faisant la promotion des programmes provenant d organismes et de regroupements qui offrent des formations, que ces groupes soient locaux, régionaux ou nationaux. Le mandat confié par le comité interministériel de l action communautaire est de : [ ] dresser un portrait de l offre de service en regard des besoins de formation prioritaires pour les organismes communautaires (gouvernance, gestion de projet, planification, résolution de problème, leadership, enjeux locaux, etc.) et de proposer des pistes de solution pour sa consolidation s il y a En mai 2011, le CSMO-ÉSAC invite des partenaires nationaux à une rencontre exploratoire pour discuter d un projet de soutien à la formation en économie sociale et action communautaire. La TNCDC et une quinzaine d organismes nationaux de formation y participent. À ce moment, la TNCDC informe les personnes présentes du projet déposé et de la réponse positive reçue du SACAIS quelques semaines auparavant. La TNCDC a donc un mandat par rapport à l offre et au soutien à la formation pour les organismes communautaires. Lors de cette rencontre, nous spécifions qu un comité aviseur sera mis en place. Par la suite, le CSMO-ÉSAC et la TNCDC se réunissent en juin, afin d identifier les arrimages possibles entre les deux projets. C est également lors de cette rencontre que sont nommés quelques organismes qui pourraient faire partie du comité aviseur pour le projet de la TNCDC. En septembre, une première rencontre du comité aviseur réunit la TNCDC, le CSMO-ÉSAC, deux représentants de la COCAF, une représentante du CQL et une autre de la CDC Longueuil. La TN rappelle le mandat et présente la manière retenue pour faire le portrait. Il y aura une tournée dans toutes les régions du Québec, et pour certaines régions, il y aura plus d une rencontre. En tout, une trentaine de rencontres sont prévues. On souhaite rencontrer en deux groupes distincts les gestionnaires des organismes et les porteurs de formation. On présente les guides d animation qui serviront, l un pour les rencontres avec les organismes communautaires et d économie sociale, l autre pour les rencontres avec les organismes de formation. Il est convenu de faire deux rencontres-tests, l une en milieu rural et l autre en milieu urbain. Le comité se réunira suite aux rencontres-tests. 20

21 Décembre 2011, première des deux rencontres-tests, en Montérégie- Est. Une dizaine de personnes participent à la rencontre. Les commentaires d évaluation sont positifs, les personnes ont apprécié la formule et se sont senties concernées. Les questions faisaient le tour de leurs préoccupations et intérêts. Malgré le succès de cette première rencontre, il semble que la formule de groupe de discussion ne soit pas la plus appréciée, et les CDC ont suggéré à la TNCDC d autres manières de procéder. Le dossier est actuellement dans la boîte «travail de réflexion» afin d identifier les suites à donner et comment le faire! Comité TNCDC et Dynamo La TNCDC collabore avec Dynamo pour réaliser la tournée nationale des «Rendez-vous des Grands rassembleurs». La TNCDC est impliquée dans les choix qui concernent le déroulement des rendez-vous, dans le suivi des inscriptions des CDC à l activité, dans la vision globale du projet et dans sa structure. Aussi, l agente de communication de la TNCDC réalisera la tournée avec Geneviève Locas, coordonnatrice du projet. Les périodes ciblées par Dynamo pour le déroulement des rendez-vous se situent principalement au printemps et à l automne Toutefois, il est plus approprié pour la majorité des CDC intéressées au projet d y participer plutôt à l automne, ce qui restreint le temps prévu pour réaliser la tournée. Les échéanciers seront alors révisés à l automne selon l avancement du projet. En bref, les objectifs des rencontres sont de tracer un portrait des forces humaines en présence et des compétences déjà en place en matière de mobilisation des collectivités; valoriser les forces et les compétences; identifier les compétences à développer en fonction des rêves et projets collectifs à venir; aborder l idée de la collectivité apprenante et des différentes formules de développement des compétences; inspirer le groupe et susciter un partage de nouvelles idées; s amuser et prendre le temps de parler des talents des acteurs-clés des milieux. Trois réunions du comité de pilotage ont eu lieu, mais Dynamo et la TNCDC se sont rencontrés cinq fois au cours des derniers mois. Somme toute, un suivi assez serré est assuré entre les deux organismes, par téléphone ou autres. Comité de pilotage avec Dynamo France Brochu, directrice générale (Dynamo) Denis McKinnon, directeur général (TNCDC) Geneviève Locas, coordonnatrice Rendez-vous des Grands rassembleurs et dynamicienne de solidarités (Dynamo) Claude Filion, agente de développement (TNCDC) Marie-Josée Filion, agente de communication (TNCDC) 21

22 Chapitre 5 Représentations 22

23 Chantier de l économie sociale Dès la création du Chantier en 1999, la TNCDC est interpellée pour se joindre au collège électoral communautaire. La TN accepte, étant donné que le soutien à l économie sociale fait partie de son Cadre de référence. Également, le caractère multisectoriel de notre réseau et notre mission d assurer la participation active du communautaire au développement des communautés rendent incontournables notre adhésion et notre participation. Le développement de l économie sociale en tant qu alternative à l économie traditionnelle s inscrit pertinemment dans nos orientations et nos valeurs entourant la justice sociale. Au fil des années, la TN a assumé un rôle de leadership important au sein du C. A. et du comité exécutif du Chantier. Notre apport s articule principalement autour des réalités locales du développement de l économie sociale. Le Chantier réunit plus de 30 regroupements ou organismes au sein de son C. A. C est un formidable lieu de réseautage sur la base de valeurs partagées qui rejoignent pleinement celles portées par les CDC et la TNCDC. Après 15 ans d existence, on peut aisément affirmer que le Chantier de l économie sociale est maintenant une organisation reconnue et bien établie au Québec. Le Chantier a adopté ses orientations stratégiques , et l ensemble des travaux des instances décisionnelles sont conséquents avec ses orientations. Dans les mois qui viennent, l organisme vise à développer une démarche préélectorale de rencontres stratégiques. Le C. A. s est réuni quatre fois et le comité exécutif, 10 fois. CSMO-ÉSAC Le CSMO-ÉSAC est un lieu de représentation pour la TNCDC. Nous siégeons au C. A., dans le collège électoral de l action communautaire. En tant que regroupement national de plus de organismes communautaires, nous avons assurément de l intérêt et des préoccupations concernant les conditions de travail et de maintien en emploi des travailleurs et des travailleuses de notre secteur. Le CSMO-ÉSAC est un lieu privilégié d échanges pour ces questions. Outre la participation aux travaux du C. A. qui sont de nature confidentielle, la TNCDC contribue à faire mieux connaître le milieu communautaire et sa diversité, ainsi que le nombre des emplois dans les organismes. D ailleurs, plusieurs travaux sont réalisés avec des CDC. Par exemple, la CDC des Chenaux a lancé le projet «Marketing social et RH dans la MRC des Chenaux» qui impliquait une tournée des communautés de la MRC et la réalisation de fiches métiers. 23

24 Par ailleurs, ce partenariat facilite le partage d information entre nos réseaux respectifs, de sorte que la TN et ses membres sont rapidement informés des travaux du CSMO-ÉSAC en lien avec le développement de la main-d œuvre, que ce soit dans le dossier des travailleurs et des travailleuses expérimentés, celui des Boîtes à outils ou encore celui de la campagne de promotion des emplois de notre secteur : «Fais le saut dans le communautaire!». Finalement, par ce partenariat, la TNCDC témoigne son appartenance au milieu communautaire et en favorise la consolidation. Les membres du C. A. du CSMO-ÉSAC sont : Collège électoral économie sociale (6 postes comblés) Chantier de l économie sociale Regroupement des CEDEC du Québec Coalition des entreprises d économie sociale en aide domestique Collectif des entreprises d insertion du Québec (CEIQ) Réseau de la coopération du travail du Québec Regroupement des centres d amitié autochtones du Québec (RCAAQ) Syndicats Confédération des syndicats nationaux (CSN) Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) Centrale des syndicats du Québec (CSQ) La représentante de la Commission des partenaires du marché du travail Collège électoral communautaire (6 postes comblés) Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ) Carrefour de développement social par l éducation populaire (CDSEP) Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d œuvre (COCDMO) Fédération des centres d action bénévole du Québec (FCABQ) Regroupement québécois des organismes pour le développement de l employabilité (RQuODE) Table nationale des Corporations de développement communautaire (TNCDC) Amis de la revue Développement social En 1996, la revue est composée de deux instances, soit le comité de direction et le comité de rédaction. La TNCDC est alors approchée afin de faire partie du comité de direction. L intention derrière cette invitation est de diversifier la représentation au sein du comité. 24

25 En plus, la revue entreprend une réflexion à long terme sur son avenir et sur sa structure décisionnelle. Étant donné la mission de la revue de refléter l action locale et régionale dans le champ du développement social, le C. A. de la TN juge pertinent d accepter l invitation à siéger sur le comité de direction. Dans les derniers mois, la revue a produit trois numéros : Le temps retrouvé ou le temps de la solidarité (juin 2011) Le dialogue entre économie sociale et solidaire et politiques publiques (octobre 2011) Démocratie 1, cynisme 0 (février 2012) L organisme Les Amis de la RDS a pour mission d appuyer le développement et la diffusion des connaissances en développement social. Plus spécifiquement, l organisation vise à soutenir la production et la diffusion de la revue en favorisant un large partenariat et en la soutenant financièrement. Le C. A. Denis McKinnon, président (TNCDC) Ariane Émond, vice-présidente (membre individuel) Geneviève Giasson, secrétaire-trésorière (membre individuel) Angèle-Anne Brouillette, rédactrice en chef par intérim (RDS) Élie Belley-Pelletier (TCFJRQ) Louis Poirier (INSPQ) Nicole René (RABQ) Marie-Josée Ouellet (SACAIS) Sylvie Bellerose (SRQ) La campagne d adhésion lancée en a porté fruit. En effet, au 31 mars 2012, l organisme compte 131 membres, soit 46 institutionnels, 19 associés et 66 individuels. Cette croissance exceptionnelle confirme l intérêt des partenaires pour la RDS. D ailleurs, 60% des membres ont répondu à un sondage des Amis de la RDS. Ce questionnaire visait d une part, à identifier les besoins des membres, et d autre part, à traduire en actions concrètes le sens que ces derniers souhaitent donner à l organisation. En outre, le C. A. travaille actuellement à l élaboration d un plan d affaires et à la transformation de l image corporative de la RDS. L ensemble du travail sera présenté à l AGA des Amis de la RDS à l automne Collectif en développement social La TNCDC est impliquée au Collectif depuis 2009, et sa participation vise à représenter l action communautaire. Au Collectif, comme dans plusieurs partenariats locaux, régionaux ou nationaux, la représentation des organismes communautaires est minoritaire. Le plus souvent, les partenaires sont des organisations publiques et parapubliques. Nous assumons donc la responsabilité de rappeler et de souligner la participation du mouvement communautaire dans le développement social au Québec. 25

26 Le Collectif travaille sur deux dossiers : Le premier consiste au développement d outils pour la réalisation de bilans régionaux. Dans le cadre de ce dossier, les bilans régionaux sont effectués, le document de synthèse regroupant les bilans régionaux est en cours de réalisation et sera présenté par le biais d une tournée des régions du Québec. Le Collectif est en attente de financement pour réaliser la synthèse et la tournée. Le deuxième dossier vise à encadrer la réalisation d une recherche portant sur le recensement des programmes politiques et pratiques de développement social depuis La recherche est terminée, elle fait partie des Cahiers de l ARUC-ISDC et s intitule Le développement social au Québec depuis 1998 Survol des politiques, programmes, pratiques et dispositifs de recherche. Né en 2008, le projet origine d une volonté d offrir au Québec et à ses régions le recul nécessaire pour analyser et partager le parcours du développement social depuis le Forum de développement social de Le but de la démarche est de : 1. Documenter le cheminement du développement social au Québec à partir de constats locaux, régionaux, nationaux et sectoriels. 2. Consolider le développement social et le développement des communautés. 3. Réfléchir ensemble sur ce qui devrait être encore fait pour susciter et soutenir le développement social et le développement des communautés dans les régions du Québec. Quatre thématiques transversales sont retenues : l intersectorialité, l action communautaire, la recherche et le développement social et la ruralité/urbanité. Sous la direction du RQDS, certains partenaires du Collectif sont impliqués depuis le début; d autres l ont été durant quelques mois ou sont arrivés pendant les travaux. Les voici : Réseau québécois des intervenants et intervenantes en action communautaire (RQIIAC) Ville de Montréal, direction de la diversité sociale Comité régional de développement social du Centre-du-Québec (CRDSCQ) Revue Développement social (RDS) Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales (SACAIS) Réseau québécois de développement social (RQDS) Institut national de santé publique (INSPQ) Réseau québécois Villes et Villages en Santé (RQVVS) Ministère Santé et Services sociaux (MSSS) Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux (AQÉSSS) Alliance recherche université communauté-innovation sociale et développement des communautés (ARUC-ISDC) Table nationale des corporations de développement communautaire (TNCDC) 26

27 Chapitre 6 Rayonnement de la TNCDC 27

28 Groupe des partenaires pour la solidarité Le deuxième plan d action de la lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale prévoit la mise sur pied d un groupe de partenaires. Le GPS est né de cette volonté. Il doit représenter les différentes composantes de la société civile, dont le milieu communautaire, et politique. C est dans cet optique que le bureau de la ministre a contacté la TNCDC pour sonder son intérêt à représenter le milieu communautaire au GPS afin de s inspirer de sa lecture des enjeux en tant qu acteur dans le développement communautaire local. La présence de la TNCDC favorise le respect du cadre d élaboration des alliances par les milieux. En effet, la TNCDC rappelle et soutient que le mouvement communautaire doit être partie prenante et partenaire du travail d élaboration. Il est important de souligner que le cadre d élaboration des alliances est respecté par la très grande majorité des régions, et nous en sommes fiers. De par sa composition, sa représentativité et l engagement de ses membres, le GPS vise à soutenir les efforts de la ministre et du gouvernement et à valider l adéquation des mesures pour : Appuyer le développement de plans d action régionaux et autochtones dans le respect des spécificités régionales et autochtones. Favoriser une plus grande cohérence des actions en incitant un ensemble de partenaires à unir leurs efforts autour de la lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale. Mobiliser et susciter l engagement de la société autour de la lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, dans une perspective de développement durable, et ce, à l échelle nationale, régionale et locale. Le GPS s est réuni quatre fois au cours de la dernière année. Dans les mois qui viennent, le GPS aura à réfléchir sur l autre partie de son mandat, soit de conseiller la ministre sur des sujets nationaux de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale. Nous devrons définir notre position concernant l investissement du gouvernement dans des dossiers plus globaux. Une attention spéciale est accordée à l élaboration des alliances grâce à un suivi régulier dans les régions. D ailleurs, les alliances ont permis à beaucoup de régions de bâtir des partenariats avec les acteurs régionaux et locaux impliqués dans la lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale. Le GPS a aussi fait des recommandations à la ministre sur les projets nationaux pour l année L année qui vient verra le GPS réfléchir sur les grandes orientations nationales de lutte à la pauvreté et à l exclusion sociale, tout en gardant un œil sur l évolution des plans d action émanant des alliances. 28

29 Le GPS est composé de : Deux représentants des personnes en situation de pauvreté et des citoyens : Pierre Métivier (Centraide de Québec et Chaudière- Appalaches) et Denis Nantel (RABQ) Trois organismes de développement social et communautaire : Denis McKinnon (TNCDC), Mylène Leduc (COCDMO), Matthew Pearce (Grands refuges pour personnes itinérantes) Trois organismes du secteur territorial : Gilles Rioux (Ville de Montréal), Gilbert Scantland (CRÉ Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine) et Josée Tremblay (CRÉ Capitale nationale) Deux représentants des groupes autochtones : Marjolaine Siouï (CSSSPNQL), Solange Loiselle (ARK) Deux organisations de réflexion sur la lutte à la pauvreté et à l exclusion : Alain Noël (CEPE) et Jeanne Lavoie (CCLP) S ajoutent à ces personnes, des représentants de trois ministères (MAMROT, MSSS, MESS) et du SACAIS. Rencontre avec le comité interministériel de l action communautaire Jean-François Daigle (président) et Denis McKinnon (directeur général) ont fièrement représenté la TNCDC lors d une rencontre avec le comité interministériel de l action communautaire. Étaient présents l ensemble des ministères et secrétariats qui gèrent des programmes d action communautaire L objectif de la rencontre était de présenter les CDC et la TNCDC. Cette rencontre a été constructive car, à l exception du MESS, tous les autres ministères ne connaissaient pas les CDC. Très peu de regroupements nationaux reçoivent une telle invitation. Nous avons donc eu une opportunité spéciale de favoriser notre reconnaissance en tant qu acteurs incontournables dans l action locale, dans la lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale et dans le développement des collectivités auprès des instances gouvernementales. 29

30 Revue de presse À partir de mai 2011, le poste d agente de communication est comblé à la TNCDC. Dès lors, une démarche est entreprise afin de cibler les orientations, les publics, les stratégies et les moyens les plus pertinents pour répondre aux besoins du réseau des CDC. Dans ses communications, la TNCDC préconise la démocratie pour effectuer des choix importants, ainsi que la constance et la cohérence de ses stratégies et de ses actions. La politique de communication adoptée en novembre 2011 et le plan de communication bientôt présenté au C. A. assurent que tous les moyens entrepris et les informations divulguées par la TNCDC soient cohérents, justes et représentatifs des réalités du réseau. C est pourquoi la réalisation et l approbation de ces documents sont préalables à la mise en place des différents moyens de communication, dont les relations de presse. Une première étape est complétée : le poste d agente de communication s est considérablement consolidé au cours de l année, et les orientations des communications se dessinent de plus en plus clairement. La prochaine année sera donc teintée des premières apparitions médiatiques de la TNCDC depuis l arrivée d une agente de communication. 30

31 Fin 31

32 Conclusion Voilà qui résume une autre année d activité pour la TNCDC. Que de chemin parcouru en 15 ans! Toutefois, ce n est pas la fin de l histoire, seulement celle d un chapitre. Maintenant que son équipe de travail est entièrement constituée, la TNCDC pourra relever plus aisément les défis qui l attendent et débattre des enjeux qui se profilent déjà à l horizon, en plus de se consacrer pleinement à sa mission. Devant l ampleur du travail à accomplir, force est de constater que l agenda promet d être bien rempli. L ère de la consolidation du réseau lui a apporté maturité et stabilité. Il est maintenant temps de laisser les communications exercer le rôle qui leur est dédié : celui de propulser la TNCDC vers une plus grande notoriété. Les orientations prévues au plan d action et les moyens que la TNCDC entend mettre en œuvre pour atteindre les objectifs ciblés ne manqueront pas de déclencher des effets bénéfiques qui se répercuteront sur tout le réseau. Le lecteur est donc invité à demeurer des nôtres, alors que la TNCDC s apprête à vivre un autre épisode exaltant de sa jeune existence. 32

33 Liste des abréviations ARUC - ISDC ARK AGA AGE Alliance recherche université - communauté/innovation sociale et développement des communautés Administration régionale Kativik Assemblée générale annuelle Assemblée générale extraordinaire C. A. Conseil d administration CCLP CDC CEPE COCAF COCDMO CQL CRÉ CREXE CSMO - ÉSAC CSSSPNLQ FCABQ Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Corporation de développement communautaire Centre d étude sur la pauvreté et l exclusion Coalition des organismes communautaires autonomes de formation Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d œuvre Conseil québécois de loisir Conférence régionale des élus Centre de recherche et d expertise en évaluation Comité sectoriel de main-d œuvre économie sociale et action communautaire Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador Fédération des centres d action bénévole du Québec 33

34 Suite des abréviations GPS INM INSPQ PAGSIS MESS MSSS RABQ RDS RMJQ RN RQDS RQVVS SACAIS SRQ TCFJRQ TNCDC Groupe des partenaires pour la solidarité Institut du Nouveau Monde Institut national de santé publique du Québec Plan d action gouvernemental pour la solidarité et l inclusion sociale Ministère Emploi et Solidarité sociale Ministère Santé et Services sociaux Réseau de l action bénévole du Québec Revue Développement social Regroupement des maisons de jeunes du Québec Rencontre nationale Réseau québécois de développement social Réseau québécois de Villes et Villages en santé Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales Solidarité rurale du Québec Table de concertation des forums jeunesse régionaux du Québec Table nationale des Corporations de développement communautaire 34

Plan d action triennal 2012-2015

Plan d action triennal 2012-2015 Plan d action triennal 0-0 Adopté à l assemblée générale annuelle, le 08 juin 0 MISSION Regrouper les corporations de développement communautaire (CDC) du Québec et les soutenir dans leur mission tout

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS

Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Modèle de profil de compétences en organisation communautaire en CSSS Novembre 2010 La création d un profil de compétences en organisation communautaire en CSSS 1 s est imposée comme un des moyens pour

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Carnet de voyage. Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale

Carnet de voyage. Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale Les Rendez-vous des Grands rassembleurs Carnet de voyage Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale Dynamo Ressource en mobilisation

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Cégep de Sept-Îles POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service émetteur : Direction des communications Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 7 mars 2006 Dernière révision :

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Alliance de l industrie touristique du Québec

Alliance de l industrie touristique du Québec Alliance de l industrie touristique du Québec Un marketing agile et coordonné, des ressources financières regroupées Une industrie rassemblée, concertée et représentée Assises du Tourisme 2015 Le projet

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec Plan d action DE développement durable 2014-2015 de l Administration portuaire de Québec 1 Plan d action DE développement durable 2014-2015 L Administration portuaire de Québec (APQ) publie son premier

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Une approche de gestion des ressources humaines axée sur les personnes. présentée au conseil d administration de l AQESSS.

Une approche de gestion des ressources humaines axée sur les personnes. présentée au conseil d administration de l AQESSS. Une approche de gestion des ressources humaines axée sur les personnes présentée au conseil d administration de l AQESSS le 5 février 2009 par le Comité des ressources humaines du conseil d administration

Plus en détail

Cadre des bénévoles. Centre-Femmes du Grand-Portage

Cadre des bénévoles. Centre-Femmes du Grand-Portage Cadre des bénévoles Centre-Femmes du Grand-Portage Printemps 2012 Préambule Le bénévolat est un geste libre (volontaire), une contribution qui vise le développement de la personne et de la collectivité.

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT. de l engagement bénévole. en loisir et en sport

PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT. de l engagement bénévole. en loisir et en sport PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT de l engagement bénévole en loisir et en sport Plan de présentation 1. La description du programme o Les acteurs et partenaires ciblés et les objectifs o La logistique

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2015-2018. Version finale

PLAN STRATÉGIQUE 2015-2018. Version finale Version finale 6. PISTES D ACON À METTRE EN ŒUVRE POUR CHAQUE ORIENTAON STRATÉGIQUE (SUITE) PLAN D ACON TRIENNAL L ébauche de plan d action présentée aux pages suivantes expose, pour chacune des priorités

Plus en détail

Une mutuelle de formation est un regroupement

Une mutuelle de formation est un regroupement MISSION DU COMITÉ SECTORIEL DE MAIN- D OEUVRE DE L ÉCO NOMIE SOCIALE ET DE L ACTION COMMUNAU- TAIRE Créé en 1997, le comité sectoriel de maind oeuvre de l sociale et de l action communautaire (CSMO-ÉSAC)

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Ont répondu (8à 9 membres/14) : Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF), Centre de formation régionale de Lanaudière (CFRL)

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré

Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré RAPPORT D ACTIVITÉS 2013 Par Gitane St-Georges, Conseillère en développement durable MRC de La Côte-de-Beaupré 22 janvier 2014 1 2

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT

GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT DÉCEMBRE 2009 1 Table des matières 1. Mise en contexte... 3 2. Qu est-ce qu une entreprise d économie sociale?...

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

FICHE. Le rapport d activités

FICHE. Le rapport d activités FICHE # 6 Le rapport d activités Le rapport d activités Pourquoi est-il important de rédiger un rapport d activités? Parce qu il permet de mettre en relief ce qui rend l organisme unique et lui donne son

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE

HÉLÈNE JOLIN. 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE HÉLÈNE JOLIN 405, rue de Dieppe Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) J3B 1S9 Tél. : (450) 359-0141 Courriel : jolin.h@sympatico.ca SOMMAIRE D EXPÉRIENCE Expérience acquise dans l intervention et le développement

Plus en détail

Table des matières. 5.1.1 Mobilisation des gestionnaires...3 5.1.2 Sensibilisation des pairs...3 5.1.3 L information...4

Table des matières. 5.1.1 Mobilisation des gestionnaires...3 5.1.2 Sensibilisation des pairs...3 5.1.3 L information...4 Politique institutionnelle Conciliation emploi-famille Adoptée par le Conseil d administration le 25 juin 2008 Table des matières Origine de la politique...1 1. Finalités...1 2. Objectifs de la présente

Plus en détail

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LE PLAN DE RÉUSSITE DU CENTRE 2013-2018 Adoptés par les membres du conseil d établissement à leur réunion du 3 avril 2013 Table des matières Contexte et enjeux... 3 Des

Plus en détail

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur AFFICHAGE DE POSTE 2 e affichage Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Catégorie : Salaire : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Directeur des Services de soutien Services

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Recherche et rédaction : Monica Jekovska, agente de recherche au CRDS 22 e Colloque du RQVVS,

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Communauté de pratique sur l intervention de quartier du CSSS-IUGS et les interventions de proximité en CSSS Auteurs : Jean-François

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Rapport d activité 2011-2012

Rapport d activité 2011-2012 Rapport d activité 2011-2012 Association des étudiantes et étudiants de l Université du 3 e âge de Québec (AÉUTAQ) Avant-propos 3 e âg Q b ( E T Q), j le rapport des 2011-2012, une année marquée par le

Plus en détail

«ON NE PEUT RIEN APPRENDRE AUX GENS. ON PEUT SEULEMENT LES AIDER À DÉCOUVRIR QU ILS POSSÈDENT DÉJÀ EN EUX TOUT CE QUI EST À APPRENDRE.

«ON NE PEUT RIEN APPRENDRE AUX GENS. ON PEUT SEULEMENT LES AIDER À DÉCOUVRIR QU ILS POSSÈDENT DÉJÀ EN EUX TOUT CE QUI EST À APPRENDRE. 2012 2013 RAPPORT ANNUEL FONDATION DE LA FORMATION ÉCONOMIQUE «ON NE PEUT RIEN APPRENDRE AUX GENS. ON PEUT SEULEMENT LES AIDER À DÉCOUVRIR QU ILS POSSÈDENT DÉJÀ EN EUX TOUT CE QUI EST À APPRENDRE.» - GALILÉE

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales.

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales. TABLE DE CONCERTATION SUR LES PROBLÉMATIQUES DE CRISES SOCIALES DANS LES COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC TERMES DE RÉFÉRENCE INTRODUCTION La Table de concertation est le résultat d un partenariat

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux

Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux Construire une équipe éditoriale pour les médias sociaux Partie 1: Trouver les bonnes personnes Julie Geller, Vice-président, Marketing @juliegeller, La curation de contenu qui consiste en la recherche,

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances 1 2 Constats en bénévolat Le milieu appelle des solutions Les organisations de la Montérégie placent le recrutement de la relève en priorité des défis à relever Le recrutement et le soutien des bénévoles

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

REPOSITIONNEMENT DE LA TROCAO

REPOSITIONNEMENT DE LA TROCAO Vous devez répondre au sondage sur le support «Survey Monkey». Vous ne pourrez ni le sauvegarder ni retourner à vos réponses. Vous devez répondre aux questions dans un seul trait. Vous avez reçu le questionnaire

Plus en détail

POLITIQUE DES ADMINISTRATEURS MAI 2014

POLITIQUE DES ADMINISTRATEURS MAI 2014 MISE EN CONTEXTE Le conseil d administration de l association des joueuses et joueurs d'ultimate de Québec (AJJUQ) comporte neuf postes d administrateur. Selon l article 21 des règlements généraux de l

Plus en détail

Vers un Québec apprenant PLAN D ACTION 2012-2013. Adopté à l assemblée générale annuelle

Vers un Québec apprenant PLAN D ACTION 2012-2013. Adopté à l assemblée générale annuelle PLAN D ACTION 2012-2013 Adopté à l assemblée générale annuelle Octobre 2012 Plan d action 2012-2013 : vers un Québec apprenant L ICÉA entreprend avec l année 2012-2013 la deuxième moitié de sa planification

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE Mars 2016 PLN D CTION DE DÉVELOPPEMENT DURBLE 2015-2020 vant-propos Mot du président-directeur général Institution publique à vocation commerciale, la Société du Palais

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Mai 2014 Introduction Contexte L auto-évaluation d Unicom entre en résonance avec deux autres projets: Le concept de communication qui fixe la stratégie

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail