CHAMBRE DES COMMUNES CANADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAMBRE DES COMMUNES CANADA"

Transcription

1 4755_fre_design_v1 10/27/03 14:34 Page 1 CHAMBRE DES COMMUNES CANADA L ACCÈS AUX SOINS DE SANTÉ POUR LES COMMUNAUTÉS MINORITAIRES DE LANGUE OFFICIELLE : fondements juridiques, initiatives actuelles et perspectives d avenir Rapport du Comité permanent des langues officielles Mauril Bélanger, député Président Octobre 2003

2 Le Président de la Chambre des communes accorde, par la présente, l autorisation de reproduire la totalité ou une partie de ce document à des fins éducatives et à des fins d étude privée, de recherche, de critique, de compte rendu ou en vue d en préparer un résumé de journal. Toute reproduction de ce document à des fins commerciales ou autres nécessite l obtention au préalable d une autorisation écrite du Président. Si ce document renferme des extraits ou le texte intégral de mémoires présentés au Comité, on doit également obtenir de leurs auteurs l autorisation de reproduire la totalité ou une partie de ces mémoires. Les transcriptions des réunions publiques du Comité sont disponibles par Internet : En vente : Communication Canada Édition, Ottawa, Canada K1A 0S9

3 L ACCÈS AUX SOINS DE SANTÉ POUR LES COMMUNAUTÉS MINORITAIRES DE LANGUE OFFICIELLE : Fondements juridiques, initiatives actuelles et perspectives d avenir Rapport du Comité permanent des langues officielles Mauril Bélanger, député Président Octobre 2003

4

5 COMITÉ PERMANENT DES LANGUES OFFICIELLES PRÉSIDENT Mauril Bélanger, député Ottawa Vanier (ON) VICE-PRÉSIDENTS Yvon Godin, député Yolande Thibeault, députée Acadie Bathurst (NB) Saint-Lambert (QC) MEMBRES Carole-Marie Allard, députée Mark Assad, député Eugène Bellemare, député John Bryden, député Jeannot Castonguay, député Christiane Gagnon, députée John Herron, député Rahim Jaffer, député Jason Kenney, député Dan McTeague, député Scott Reid, député Benoît Sauvageau, député Raymond Simard, député Laval-Est (QC) Gatineau (QC) Ottawa Orléans (ON) Ancaster Dundas Flamborough Aldershot (ON) Madawaska Restigouche (NB) Québec (QC) Fundy Royal (NB) Edmonton Strathcona (AB) Calgary-Sud-Est (AB) Pickering Ajax Uxbridge (ON) Lanark Carleton (ON) Repentigny (QC) Saint-Boniface (MB) GREFFIER DU COMITÉ Marc-Olivier Girard DIRECTION DE LA RECHERCHE PARLEMENTAIRE DE LA BIBLIOTHÈQUE DU PARLEMENT Marion Ménard, analyste iii

6

7 LE COMITÉ PERMANENT DES LANGUES OFFICIELLES a l'honneur de présenter son NEUVIÈME RAPPORT Conformément à l ordre de renvoi de la Chambre des communes du 20 mars 2003, le Comité permanent des langues officielles s est penché sur l objet du projet de loi C-202, Loi modifiant la Loi canadienne sur la santé (dualité linguistique), et a convenu de présenter les observations et recommandations suivantes : v

8

9 TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ABRÉVIATIONS...ix INTRODUCTION... 1 CHAPITRE 1 LES FONDEMENTS CONSTITUTIONNELS ET JURIDIQUES À DES SOINS DE SANTÉ DANS LES DEUX LANGUES OFFICIELLES... 3 La Loi constitutionnelle de La Charte canadienne des droits et libertés... 5 La Loi canadienne sur la santé... 8 La Loi sur les langues officielles... 9 CHAPITRE 2 L ACCÈS AUX SOINS DE SANTÉ DANS LES DEUX LANGUES OFFICIELLES : INITIATIVES ACTUELLES ET PERSPECTIVES D AVENIR Le réseautage Les soins primaires La formation La recherche Les nouvelles technologies (Infosanté) CHAPITRE 3 LES MÉCANISMES DE COOPÉRATION INTERGOUVERNEMENTALE DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ Finances Canada, le TCSPS et la Loi sur les langues officielles Conclusion LISTE DES RECOMMANDATIONS ANNEXE A LISTE DES TÉMOINS ANNEXE B LISTE DES MÉMOIRES ANNEXE C LETTRE AU PRÉSIDENT DE LA PART DES MINISTRES DE LA SANTÉ ET DES AFFAIRES INTERGOUVERNEMENTALES vii

10 DEMANDE DE RÉPONSE DU GOUVERNEMENT OPINION COMPLÉMENTAIRE DU BLOC QUÉBÉCOIS PROCÈS-VERBAL viii

11 LISTE DES ABRÉVIATIONS ARUC CCCFSM CCCASM CNFS Alliances de recherche universités-communautés Comité consultatif des communautés francophones en situation minoritaire (Comité bipartite communautés francophones Santé Canada) Comité consultatif des communautés anglophones en situation minoritaire (Comité bipartite communautés anglophones Santé Canada) Consortium national de formation en santé CRSH FCFAC FAJEFCL FASSP Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada Fédération des associations de juristes d expression française de common law Fonds pour l adaptation des soins de santé primaires IRSC Instituts de recherche en santé du Canada PLOE Programme des langues officielles dans l enseignement TCS TCSPS Transfert canadien en matière de santé Transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux ix

12

13 INTRODUCTION La présente étude fait suite à une motion adoptée le 19 mars 2003 par un vote majoritaire de 153 contre 35 voix de la Chambre des communes où il a été demandé au Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes de faire rapport au plus tard le 31 octobre 2003 sur la question suivante : Que le projet de loi C-202, Loi modifiant la Loi canadienne sur la santé (dualité linguistique), ne soit pas lu maintenant pour la deuxième fois, mais que l ordre soit annulé, le projet de loi retiré et son objet renvoyé au Comité permanent des langues officielles, qui devra faire rapport à la Chambre au plus tard le 31 octobre La ministre de la Santé, l honorable Anne McLellan, et le ministre des Affaires intergouvernementales, l honorable Stéphane Dion, ont également écrit au président du Comité permanent des langues officielles pour lui demander d explorer d autres mécanismes pouvant favoriser un meilleur accès à des soins de santé pour les communautés minoritaires de langue officielle. À la suite du mandat qui lui a été donné, le Comité a décidé d orienter son travail sur un premier axe, soit celui de la détermination des fondements juridiques pour l offre de soins de santé aux minorités linguistiques. Si la Cour d appel de l Ontario a mis fin à une longue saga judiciaire le 7 décembre 2001 en tranchant pour le maintien intégral de l hôpital Montfort d Ottawa, le débat à savoir si les minorités linguistiques possèdent ou devraient posséder un droit individuel ou collectif à des soins de santé et de services sociaux 2 dans leur langue demeure actuel. Dans le premier chapitre, nous présenterons une synthèse des différents avis juridiques que nous avons demandés sur cette question. Dans le deuxième chapitre, le Comité présente un bref aperçu de la situation en matière d accès aux soins de santé dans la langue de la minorité, incluant les initiatives en cours pour améliorer la situation. L investissement de 119 millions de dollars annoncé en mars dernier dans le volet santé du Plan d action du gouvernement du Canada sur les langues officielles 3 aura un «effet de levier» certain sur le réseautage, les soins primaires et la formation. Dans la troisième section, nous verrons qu il est nécessaire d inscrire toute la question de l accès aux soins de santé pour les minorités linguistiques à l intérieur du débat plus large sur l avenir du système de santé du Canada. Les mécanismes actuels de coopération entre les gouvernements doivent être mis à profit pour améliorer les Débats, Chambre des communes, 19 mars 2003, p Dans le présent rapport, le concept de soins de santé inclut les services sociaux. Gouvernement du Canada, Le prochain acte : un nouvel élan pour la dualité linguistique canadienne. Le plan d action pour les langues officielles. 2003, p

14 services de santé offerts aux minorités linguistiques et surtout, pour en assurer la pérennité à long terme. Le Comité considère que cet enjeu est trop important et fondamental pour être remis en question à tous les cinq ans, au gré du financement disponible et selon le bon vouloir des autorités politiques du moment. Nous savons tous que la santé fait l objet d intenses discussions entre les gouvernements provinciaux et le gouvernement du Canada depuis quelques années. Il est grandement temps que les questions relatives aux soins de santé offerts aux minorités linguistiques soient traitées avec l attention qu elles méritent par les décideurs en place. Ces discussions devront déboucher par la mise en œuvre de mesures structurantes et à long terme. 2

15 CHAPITRE 1 : LES FONDEMENTS CONSTITUTIONNELS ET JURIDIQUES À DES SOINS DE SANTÉ DANS LES DEUX LANGUES OFFICIELLES La décision de la Commission de restructuration des services de santé de l Ontario de fermer l hôpital Montfort en février 1997, et toute la bataille juridique qui s en est suivie, a fait naître un débat qui est toujours d actualité aujourd hui, soit les droits individuels et collectifs à des soins de santé et de services sociaux dans la langue de la minorité. Cette question a été portée à l attention des commissions qui se sont penchées sur l avenir des soins de santé au Canada (Kirby et Romanow) 4. Le Comité des langues officielles a demandé à quatre experts juridiques de se prononcer sur les fondements constitutionnels et juridiques à des soins de santé dans la langue de la minorité. Plus précisément, nous leur avons demandé de baser leur interprétation sur quatre législations qui nous semblent pertinentes : La Loi constitutionnelle de 1867, incluant le pouvoir fédéral de dépenser; La Charte canadienne des droits et libertés; La Loi canadienne sur la santé; La Loi sur les langues officielles. La Loi constitutionnelle de 1867 D entrée de jeu, il est important de faire un rappel sur la répartition des pouvoirs entre les deux ordres de gouvernement. Comme l a rappelé André Braën, professeur de droit à l Université d Ottawa, les gouvernements provinciaux ont reçu de vastes pouvoirs dans le domaine de la santé en vertu de la Loi constitutionnelle de Outre leur compétence à l égard des hôpitaux et des asiles (art. 92 (7)), ils ont reçu des pouvoirs constitutionnels en santé publique en vertu de leur compétence sur les questions locales ou privées que la Constitution confie aux provinces (art. 92 (16)). Ils administrent également les régimes provinciaux d assurance maladie, conséquence de leur pouvoir de réglementation en matière de propriété et de droits civils (art. 92 (13)) 5. Bien que les provinces aient une responsabilité prépondérante dans la prestation des soins de santé, il 4 5 Nous faisons référence ici à l étude menée par le Comité permanent du Sénat des affaires sociales, des sciences et de la technologie (Comité Kirby) ainsi que celles de la Commission sur l avenir des soins de santé au Canada (Commission Romanow) qui ont déposé leurs rapports finaux à l automne Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 31, 37 e législature, 2 e 17 septembre 2003, (1615). session, 3

16 ne faut pas oublier celles qui relèvent du gouvernement du Canada. Celui-ci intervient dans le secteur de la santé par ses compétences en droit criminel, à la quarantaine, aux hôpitaux de la marine, au commerce interprovincial et international, aux brevets et marques de commerce ou encore, au moyen de son pouvoir relatif à la paix, l ordre et au bon gouvernement. Le gouvernement fédéral possède également des responsabilités directes quand vient le temps d assurer l accès aux soins de santé à certains groupes, notamment les soins primaires aux Premières nations et aux collectivités inuites, ainsi que d autres services aux vétérans et au personnel de la GRC, du Service correctionnel Canada et des Forces armées. De plus, nous verrons plus loin dans cette section que c est par son pouvoir de dépenser que le gouvernement du Canada a appuyé l implantation de régimes provinciaux de santé publique. Le gouvernement du Canada a joué un rôle important dans l évolution du système de santé canadien et l on ne peut omettre ce fait dans le sujet que nous traitons. Le pouvoir de faire des lois concernant l emploi des langues officielles n a pas été formellement inscrit dans les articles 91 et 92 de la Loi constitutionnelle de Par conséquent, ce pouvoir appartient aux deux niveaux de gouvernement, à l intérieur de leurs compétences législatives. La compétence de légiférer sur les questions linguistiques est un pouvoir «accessoire» qui est lié à l exercice de la compétence législative du Parlement ou des législatures provinciales dans les domaines qui leur sont assignés 6. Comme l a affirmé le professeur Pierre Foucher de l Université de Moncton, «le droit à des soins de santé dans la langue de la minorité relève des provinces 7.» Toutefois, depuis 1867, le pouvoir de dépenser est le principal moyen qui a permis au gouvernement central d exercer son autorité dans le domaine de la santé. La Loi constitutionnelle de 1867 accorde au Parlement fédéral un pouvoir à peu près illimité d imposer et de dépenser. Ce pouvoir lui a permis d intervenir dans des domaines de compétence des provinces comme les soins de santé et d essayer de les amener à se conformer à des normes nationales uniformes, voire même d orienter l esprit de politiques qui relèvent de la compétence des provinces. Tous les experts que nous avons consultés ont exprimé d une même voix que le Parlement peut utiliser son pouvoir de dépenser pour appuyer les gouvernements provinciaux dans l offre de soins de santé dans les deux langues officielles. Cette option serait la voie la plus sûre sur le plan juridique bien que plus controversée sur le plan politique. Il pourrait utiliser son pouvoir de dépenser pour faire des paiements directs aux particuliers, à des tiers ou aux provinces, comme il le fait actuellement pour l éducation en milieux minoritaires, pour améliorer les services sociaux ou les soins de santé. Bien qu il 6 7 C est ce que la Cour suprême a statué dans l arrêt Devine en 1988 en affirmant que le Québec avait la compétence législative voulue pour légiférer sur l aspect de la langue dans les domaines de sa compétence législative. Le juge Michel Bastarache est venu confirmer l arrêt Devine sur ce point au paragraphe 14 de l arrêt Beaulac de Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 30, 37 e législature, 2 e 16 septembre 2003, (0915). session, 4

17 ne puisse réglementer directement les activités qui sont de compétence provinciale 8, le gouvernement du Canada peut les assortir de «conditions» sur la façon dont l argent doit être dépensé 9. Cette façon de faire n a jamais fait l objet de contestation judiciaire. Par son pouvoir de dépenser, le Parlement canadien pourrait, dans la Loi canadienne sur la santé ou dans la Loi sur les langues officielles, reconnaître un droit à des soins de santé dans sa langue aux minorités linguistiques et son obligation à lui, comme en éducation, serait d aider les provinces à remplir cette mission. Dans la décision qu elle a rendue dans le Renvoi relatif à la sécession du Québec 10, la Cour suprême du Canada déclare que la Constitution canadienne est fondée sur quatre principes : le fédéralisme, la démocratie, le constitutionnalisme (la primauté du droit) et la protection des droits des minorités 11. Pour la professeure Martha Jackman de l Université d Ottawa, ce dernier principe non écrit de la Constitution canadienne pourrait être invoqué pour démontrer l obligation de fournir les services dans les deux langues officielles. Elle reconnaît toutefois que jusqu à maintenant, les tribunaux ont interprété les principes non écrits du Renvoi relatif à la sécession comme étant des obligations surtout négatives; c est-à-dire qui empêche l État d agir plutôt que de l obliger à agir. Or, les droits linguistiques de la Charte canadienne des droits et libertés ont ceci de particulier : ils imposent aux gouvernements l obligation d agir. Ces principes non écrits qui ressortent du Renvoi relatif à la sécession constituent donc un bon point de départ pour insister sur l obligation de fournir les services dans les deux langues : Je pense qu on a la possibilité d interpréter ces dispositions ou ces principes comme imposant un devoir d agir, parce que les droits constitutionnels des minorités linguistiques n ont pas beaucoup d effet s ils n imposent pas d obligations positives 12. La Charte canadienne des droits et libertés Si la Charte canadienne des droits et libertés consacre très clairement les droits à l instruction dans la langue de la minorité de langue officielle, il est généralement reconnu que ce droit n est pas présent textuellement dans le domaine de la santé. Toutefois, dans le cadre de différentes commissions sur les soins de santé au Canada (Kirby et Romanow), des témoins ont soulevé l hypothèse qu il existerait des droits individuels et Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 30, 37 e législature, 2 e 16 septembre 2003, (0940). session, Une décision de la Cour d appel de l Alberta vient confirmer cette thèse : Winterhaven Stables Ltd. c. Canada (1988), 53 D.L.R., (4th), p. 434 (traduction). Renvoi relatif à la sécession du Québec [1998], 2 R.C.S. 217 p Bien qu ils ne soient pas expressément écrits, ces principes sous-jacents de la Constitution peuvent néanmoins donner lieu à des droits juridiques substantiels. Le principe de la protection des droits des minorités a d ailleurs été invoqué avec succès dans l affaire Montfort. Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 30, 37 e législature, 2 e 16 septembre 2003, (0915). session, 5

18 collectifs à des soins de santé dans la langue du patient 13. Nous présentons ici les points de vue des experts sur la question. L article 7 garantit à chacun et chacune le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne. On ne peut porter atteinte à ces droits sauf en conformité avec les principes de justice fondamentale. Selon la professeure Martha Jackman, il y a là un argument intéressant qui pourrait être soulevé, soit que les soins de santé doivent être accessibles dans le sens de la Loi canadienne sur la santé dans la langue de la minorité linguistique pour répondre aux exigences de l article D autre part, le Comité a demandé si le fait de ne pas recevoir des soins de santé dans sa langue pouvait être invoqué comme un motif de discrimination en vertu de l article de la Charte. Dans l arrêt Eldridge c. Colombie-Britannique 16, la Cour suprême du Canada a jugé qu une personne sourde a le droit de recevoir des services de santé dans une langue qu elle est en mesure de comprendre. Ne pas offrir ces services de traduction constituait une discrimination incompatible avec l article 15 de la Charte. Est-ce que ce droit s étend aux locuteurs d une langue minoritaire? Les avis entendus sur la question varient. Pour la professeure Martha Jackman, l article 15 offre des possibilités extrêmement intéressantes pour les arguments que le Comité veut faire valoir 17. À l inverse, il est loin d être certain que la langue maternelle est visée par l article 15 selon le professeur Pierre Foucher. Le cas échéant, seule la langue maternelle serait touchée. Deuxièmement, une personne bilingue ne pourrait pas profiter de ce droit. Troisièmement, cela s appliquerait à toutes les langues et pas seulement aux langues officielles. Enfin, cela donnerait droit à des services de traduction et non à des services directs 18. Les experts juridiques ont également exploré les paragraphes 16(1) et 16(3) de la Charte. Le paragraphe 16(1) garantit l égalité des langues officielles et le paragraphe 16(3) représente ce qu on appelle le principe de progression : il engage le Parlement et les gouvernements à favoriser la progression vers l égalité. Jusqu à présent, ce principe a été interprété de façon à ne pas empêcher les gouvernements d adopter des mesures qui Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 23, 37 e législature, 2 e 27 mai 2003, (0905). session, Mme Jackman a fait référence ici à la décision de la Cour suprême du Canada datant du 8 mai 2003 qui a accepté d entendre l appel du médecin québécois Jacques Chaoulli, qui veut faire déclarer comme étant inconstitutionnels les articles de loi qui interdisent au secteur privé de concurrencer le secteur public en matière de santé. Le demandeur avait été préalablement débouté en Cour supérieure du Québec et en Cour d appel. «La Loi ne fait acception de personne et s applique également à tous, et tous ont droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendamment de toute discrimination, notamment des discriminations fondées sur la race, l origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l âge ou les déficiences mentales ou physiques». Arrêt Eldridge c. Colombie-Britannique (A.G.), [1997], 3 R.C.S. para Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 30, 37 e législature, 2 e 16 septembre 2003, (0920). session, Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 30, 37 e législature, 2 e session, 16 septembre 2003, (0910). 6

19 favorisent la progression vers l égalité. Toutefois, cela ne les oblige pas à agir. Dans l arrêt Beaulac 19, la Cour suprême a convenu que le paragraphe 16(1), qui consacre l égalité linguistique, signifie que les droits qui existent à un moment donné doivent être appliqués également. Toutefois, il est important de préciser que cela n oblige pas les gouvernements à rajouter des droits. Concrètement, si le droit à des soins de santé dans sa langue était rajouté dans une loi, soit la Loi sur les langues officielles ou la Loi canadienne sur la santé, les paragraphes 16(1) et 16(3) auraient alors un impact. Le paragraphe 16(3) ferait en sorte que cette loi ne pourrait être contestée sur la base de d autres articles de la Charte et le paragraphe 16(1) ferait en sorte que l égalité linguistique imposerait des obligations positives aux gouvernements pour s assurer que ce droit soit mis en œuvre également. Les experts ont examiné l article 20(1) de la Charte, soit celui qui impose au gouvernement fédéral l obligation d offrir des services dans les deux langues dans les bureaux centraux et là où il y a une demande importante. Dans le cas où il offre des services directement à certains groupes (Premières nations, collectivités inuites, vétérans, personnel de la GRC, Service correctionnel, Forces armées canadiennes) les soins de santé que le gouvernement fédéral fournit directement font partie des services visés par l article 20. Pour les trois territoires, Tory Colvin, président de la Fédération des associations de juristes d'expression française de common law (FAJEFCL), soutient fermement que les articles 16 et 20 de la Charte obligent les gouvernements territoriaux et canadien à offrir des services de santé à tout parlant français des trois territoires, dans la mesure où ils font l objet d une «demande importante» ou de par la «vocation du bureau». Toutefois, dans le cas des trois territoires, bien que le gouvernement du Canada soit responsable des soins de santé, il transfère de plus en plus cette responsabilité aux gouvernements territoriaux. Cette dévolution de responsabilités n est pas sans créer des difficultés quant à l'application de la Loi sur les langues officielles en santé mais aussi dans différents domaines. Il y a ici une zone grise qu il est nécessaire de clarifier. RECOMMANDATION 1 Le Comité demande à la commissaire aux langues officielles de faire enquête pour vérifier si le gouvernement du Canada respecte la Loi sur les langues officielles lorsqu il doit assurer directement des soins à certains groupes ou collectivités ou encore, qu il s assure que ses obligations soient rencontrées lorsqu il transfère ses responsabilités à des tierces parties. Nous demandons à la commissaire de faire rapport au Comité à la suite de ses travaux. Serait-il possible de modifier la Charte de façon à y enchâsser un nouveau droit à des soins de santé dans sa langue? Les experts s entendent pour dire qu il serait très difficile d aller de l avant avec une telle modification constitutionnelle. Pour reconnaître un 19 R. c. Beaulac, [1999] 1 R.C.S., para

20 droit à des soins de santé dans la langue de la minorité dans la Constitution canadienne, il faudrait le consentement unanime de l ensemble des partenaires de la fédération en vertu de la Partie V de la Loi constitutionnelle de Toutefois, rien n empêche le Parlement du Canada et une province consentante d avoir recours à la procédure bilatérale de la formule d amendement pour inclure un tel droit. Le Comité ne peut qu espérer que des provinces suivront l exemple du Nouveau-Brunswick sur la voie de l égalité linguistique. La Proclamation de 1993 modifiant la Constitution (Loi sur le Nouveau-Brunswick) a reconnu constitutionnellement l'égalité des deux communautés linguistiques du Nouveau-Brunswick en modifiant l'article 16 de la Charte canadienne des droits et libertés. Le Nouveau-Brunswick est désormais tenu de protéger et de promouvoir le statut, les droits et les privilèges des deux communautés linguistiques. La Loi canadienne sur la santé En troisième lieu, le Comité a demandé aux experts d examiner la Loi canadienne sur la santé. Dans sa forme actuelle, la Loi canadienne sur la santé énumère cinq conditions que les gouvernements des provinces et des territoires sont tenus de respecter dans le cadre de leur régime public d assurance maladie pour avoir droit à la totalité des contributions fédérales versées sous le régime du Transfert canadien en matière de santé et de programmes sociaux (TCSPS). Ces cinq conditions sont l universalité, l intégralité, la transférabilité, la gestion publique et l accessibilité. La FCFAC, ses membres et plusieurs associations communautaires francophones, ont demandé à maintes reprises l ajout d une sixième condition qui porterait sur la dualité linguistique. Le Comité a reçu plusieurs mémoires 20 à ce sujet où il est demandé au Parlement d inclure l accès aux soins de santé dans les deux langues officielles dans la Loi canadienne sur la santé et d en faire une condition nécessaire au financement fédéral. Le président de la Fédération des associations de juristes d expression française de common law est même allé plus loin dans cette argumentation : «l ajout du sixième principe d égalité linguistique est essentiel et même constitutionnellement obligatoire. Comme Parlement, vous avez le pouvoir d attacher des conditions linguistiques au financement. Je dirais même que vous en avez l obligation 21.» Santé Canada exprime des réserves quant à cette proposition. Le Ministère estime que l approche adoptée jusqu à présent par le gouvernement du Canada, à savoir Douze organismes ont présenté un mémoire au Comité et plusieurs d entre eux recommandaient l ajout d un principe portant sur la dualité linguistique dans la Loi canadienne sur la santé. Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 30, 37 e législature, 2 e 16 septembre 2003, (0935). session, 8

21 le soutien des gouvernements provinciaux et des collectivités dans leurs efforts pour fournir un meilleur accès à des services dans la langue des minorités linguistiques, convient davantage que l ajout d un sixième principe à la Loi 22. Par ailleurs, les experts juridiques consultés ont mentionné aux membres du Comité qu il serait très difficile, pour des raisons politiques, d amender l actuelle Loi canadienne sur la santé 23. Le Comité a demandé à ces mêmes experts de se pencher sur un des principes énoncés dans la Loi, soit celui sur l accessibilité. Ce principe exige des provinces qu elles «offrent les services de santé assurés selon des modalités uniformes et qu elles ne fassent pas obstacle, directement ou indirectement, et notamment par facturation aux assurés, à un accès satisfaisant par eux à ces services 24.» Selon Pierre Foucher, il n est pas exclu à prime abord que le principe d accessibilité comprenne un accès à des soins de santé dans la langue du patient, s il est interprété conformément au principe non écrit de protection des minorités. Toutefois, cette interprétation n a jamais été validée par les tribunaux. La Loi sur les langues officielles En quatrième lieu, les experts ont analysé la Loi sur les langues officielles. La partie VII exprime l engagement du gouvernement canadien à favoriser l épanouissement des communautés et la progression vers l égalité de statut et d usage des deux langues. Un certain courant de pensée soutient qu il est inutile d invoquer la partie VII parce qu elle serait non exécutoire, c est-à-dire qu elle ne créerait pas d obligation. C est l avis qu a exprimé le ministre des Affaires intergouvernementales, l honorable Stéphane Dion, lors de son passage à notre comité le 17 mars 2003 pour présenter le Plan d action du gouvernement du Canada sur les langues officielles. Il est d avis que la partie VII est un engagement politique et que le Plan d'action en est l expression concrète. Selon le Ministre, le libellé de la partie VII, en plus d être vague, implique directement les provinces dans la mise en œuvre de plusieurs initiatives. Par conséquent, il est difficile de concevoir comment le gouvernement du Canada pourrait être tenu responsable d initiatives qui relèvent des provinces Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 24, 37 e législature, 2 e 28 mai 2003, (1535). session, Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 30, 37 e législature, 2 e session, 16 septembre 2003, (0925). Loi canadienne sur la santé, Témoignages, Comité permanent des langues officielles, réunion n o 14, 37 e législature, 2 e 17 mars 2003, (1610). session, 9

22 Or, un jugement récent de la Cour fédérale est venu relancer ce débat. Dans son témoignage du 16 septembre 2003, le professeur Pierre Foucher a fait référence à un jugement de la Cour fédérale rendu le 8 septembre dernier 26 dans lequel elle octroie une ordonnance qui force l Agence canadienne de l inspection des aliments à respecter la partie VII. La Cour a estimé que cette section de la Loi a une force obligatoire et peut conduire à des ordonnances. Si c est le cas, le pont est assez facile à faire avec le dossier de la santé. Il serait vraisemblable de croire que le gouvernement du Canada a l obligation, en vertu de l article 41 de la Loi, de faire tout en son pouvoir pour favoriser le développement des soins de santé dans les deux langues. Le 14 octobre 2003, le ministère fédéral de la Justice a interjeté appel dans cette cause. De plus, en vertu de l alinéa 43(1)d), la ministre du Patrimoine canadien, au nom du gouvernement du Canada, a l obligation de prendre des mesures pour aider les provinces à fournir des soins de santé dans la langue de la minorité. Il est maintenant reconnu que le gouvernement du Canada dépense pour renforcer l accès des minorités linguistiques à l éducation et aux services dans leur langue. La partie VII et l alinéa 43(1)d) se trouvent à être l expression du pouvoir de dépenser du gouvernement fédéral que nous avons expliqué précédemment dans cette section. Par conséquent, certains experts pensent qu il serait beaucoup plus efficace et plus facile, tant en termes politiques que dans son application, d ajouter un droit à l accès aux soins de santé à la Loi sur les langues officielles plutôt que d amender la Loi canadienne sur la santé. La ratification d un protocole d entente entre Santé Canada et le ministère du Patrimoine canadien (PCH), sur le modèle de ce qui a été signé en 1997 entre le Conseil du Trésor et PCH, relativement à la mise en œuvre de l article 41 de la Loi sur les langues officielles est une avenue possible ici. Nous y reviendrons plus loin dans la troisième section. Le débat amorcé depuis quelques années sur les fondements constitutionnels et juridiques à des soins de santé pour les minorités linguistiques n est sûrement pas terminé; le Comité n a pas non plus la prétention de l avoir épuisé. Nous espérons avoir apporté un éclairage nouveau à cette question. Nous verrons dans la prochaine section que plusieurs initiatives sont déjà mises en œuvre et que tout le dossier progresse. Toutefois, ces initiatives pour améliorer l accès ne doivent pas éluder la nécessité de reconnaître le droit fondamental des minorités linguistiques à recevoir des soins dans leur langue. Le Comité estime qu une garantie juridique devra être inscrite quelque part par souci d équité et d égalité, mais aussi pour renforcer les initiatives qui sont actuellement en œuvre sur le terrain. C est le constat posé par les associations communautaires que nous avons entendues, mais aussi par des administrateurs d institutions hospitalières qui travaillent sur le terrain. Il faut continuer la discussion et c est pourquoi le Comité demande à la Commissaire aux langues officielles d en faire un dossier prioritaire dans les prochaines années. 26 Maires de la péninsule acadienne c. Agence canadienne de l inspection des aliments (2003 CF 1048). 10

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Article. «Le centre national de formation en santé» Pierre Gaudet

Article. «Le centre national de formation en santé» Pierre Gaudet Article «Le centre national de formation en santé» Pierre Gaudet Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 8, n 1, 2002, p. 106-113. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit,

présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit, présentation de Michel Doucet, c.r., professeur titulaire et directeur de l Observatoire international des droits linguistiques, Faculté de droit, Université de Moncton dans le cadre de la «Rencontre annuelle

Plus en détail

mémoire présenté par L Association des juristes d expression française de la Nouvelle-Écosse au Comité sénatorial sur les langues officielles

mémoire présenté par L Association des juristes d expression française de la Nouvelle-Écosse au Comité sénatorial sur les langues officielles RÈGLEMENT EN MATIÈRE DE SERVICE AU PUBLIC DANS LES DEUX LANGUES OFFICIELLES mémoire présenté par L Association des juristes d expression française de la Nouvelle-Écosse au Comité sénatorial sur les langues

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Louise Bouchard, PhD. Institut de recherche sur la santé des populations

Louise Bouchard, PhD. Institut de recherche sur la santé des populations Louise Bouchard, PhD Institut de recherche sur la santé des populations Conférence du centenaire de l'acsp, 2010 «Un nouvel élan à la dualité linguistique canadienne» Le plan d action pour les langues

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des Session L élaboration de la vision, de la mission et du plan d action Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Association des comptables généraux accrédités du Canada

Association des comptables généraux accrédités du Canada Association des comptables généraux accrédités du Canada Exposé présenté devant le Comité permanent de l industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie de la Chambre des communes

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Lalonde c. Commission de restructuration des services de santé (Ontario) SOS Montfort. Résumé de la cause

Lalonde c. Commission de restructuration des services de santé (Ontario) SOS Montfort. Résumé de la cause Arrêts clés du ROEJ : Lalonde c. Commission de restructuration des services de santé (Ontario) Lalonde c. Commission de restructuration des services de santé (Ontario) SOS Montfort Résumé de la cause En

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT

SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT SOMMAIRE RÉTROACTIONS AU RAPPORT EXAMEN DE LA GESTION DES LANGUES OFFICIELLES R.A. MALATEST VERSION DU 18 AOÛT 2011 LE 15 OCTOBRE 2011 SOMMAIRE 1. Conclusion générale Le Conseil de recherches en sciences

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 Réponse au rapport Accès à la justice en français Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 1 Rapport Accès à la justice en français Les coprésidents du Comité consultatif de la magistrature et du barreau

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Code : 2310-02-11-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique linguistique Date d approbation : 22 mars 2011 Service dispensateur : Direction générale Date d entrée en vigueur : 22 mars 2011

Plus en détail

Règlement sur l immigration à Montréal

Règlement sur l immigration à Montréal Projet de règlement Règlement sur l immigration à Montréal Présenté par Luis Nobre Jeune Conseil de Montréal 2013 Projet de règlement numéro 2 Règlement sur l immigration à Montréal PRÉSENTATION Présenté

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada > > ARUCC 2014 16 juin 2014, Québec (Québec) PRÉSENTATION VUE D ENSEMBLE À propos du

Plus en détail

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Mémoire prébudgétaire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Association des infirmières et infirmiers du Canada www.cna-aiic.ca

Plus en détail

Politique/Programmes Note n o 148

Politique/Programmes Note n o 148 Ministère de l Éducation Politique/Programmes Date d émission : Le 22 avril 2009 En vigueur : Jusqu à abrogation ou modification Objet : POLITIQUE RÉGISSANT L ADMISSION À L ÉCOLE DE LANGUE FRANÇAISE EN

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS Quel était l objet du sondage? Le gouvernement de l Île-du-Prince-Édouard entend modifier sa loi actuelle sur les services en français de façon qu elle réponde aux

Plus en détail

Le droit des Autochtones au Canada Introduction

Le droit des Autochtones au Canada Introduction Le droit des Autochtones au Canada Introduction Les questions relatives au droit des Autochtones peuvent avoir des incidences sur tous les aspects des affaires traitées aux quatre coins du Canada. Avant

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

RAPPORT NARRATIF- final

RAPPORT NARRATIF- final RAPPORT NARRATIF- final Pour la période du 29 octobre 2012 au 31 mars 2012 Remis par le Collège Éducacentre Au Réseau des Cégeps et des Collèges Francophones du Canada Titre du projet : Assurer l offre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales.

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales. TABLE DE CONCERTATION SUR LES PROBLÉMATIQUES DE CRISES SOCIALES DANS LES COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC TERMES DE RÉFÉRENCE INTRODUCTION La Table de concertation est le résultat d un partenariat

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS RAPPORT ANNUEL AU PARLEMENT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS 1 ER AVRIL 2009 AU 31 MARS 2010 Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux 2010 n o

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais

Recherche effectuée pour la. Mars 2009. Chantal Bourbonnais RESSOURCES HUMAIINES: RÉPERTOIIRE DES PRATIIQUES EN RÉSEAUTAGE Recherche effectuée pour la Mars 2009 Chantal Bourbonnais Introduction Le réseautage est la rencontre officielle et informelle de deux personnes

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Le Comité permanent des langues officielles de la Chambre a l honneur de présenter son PREMIER RAPPORT

Le Comité permanent des langues officielles de la Chambre a l honneur de présenter son PREMIER RAPPORT HOUSE OF COMMONS CHAMBRE DES COMMUNES OTTAWA, CANADA K1A 0A6 Le Comité permanent des langues officielles de la Chambre a l honneur de présenter son PREMIER RAPPORT Conformément à l article 108(3)(f) du

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés septembre 2013 Liste des éléments de données de la infirmières et Les documents énumérés dans la présente liste ont été adaptés à partir du Dictionnaire des données et manuel de traitement de la 2013.

Plus en détail

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN

RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN RÈGLEMENT N 3 DÉTERMINANT LES CONDITIONS D ADMISSION DANS LES PROGRAMMES D ÉTUDES AU CÉGEP GÉRALD-GODIN Adopté par le Conseil d administration le 10 février 2015 (résolution n CA-015-0915) Déposé au ministère

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

DÉSIGNATION DE KINGSTON EN VERTU DE LA LOI SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS (LSF) : Les Services en français et vous

DÉSIGNATION DE KINGSTON EN VERTU DE LA LOI SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS (LSF) : Les Services en français et vous DÉSIGNATION DE KINGSTON EN VERTU DE LA LOI SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS (LSF) : Les Services en français et vous Le 1 er mai 2009, Kingston deviendra une région désignée en vertu de la Loi sur les services

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE

ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE Conseil des ministres de l Éducation (Canada) Council of Ministers of Education, Canada ATTIRER, DÉVELOPPER ET MAINTENIR UN EFFECTIF ENSEIGNANT EFFICACE 1. L objectif global de l activité de l Organisation

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland

Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland Plan de services en français 2014-2015 de la Régie régionale de la santé Cumberland Plan de services en français 2014-2015 1 Table des matières Table des matières... page 2 Message du directeur général...

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

L Association des collèges communautaires du Canada

L Association des collèges communautaires du Canada Les collèges et les instituts du Canada favorisent la dualité linguistique Avril 2009 Mémoire présenté au Comité permanent des langues officielles de la Chambre des Communes Association des collèges communautaires

Plus en détail

La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services

La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services SOMMAIRE Consortium national de formation en santé Société Santé en français

Plus en détail

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR JEAN-GUY VIENNEAU JGV CONSULTANTS INC. DIEPPE, N.-B. AVRIL 2013 TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ

12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ 12e congrès national de Métropolis IMMIGRATION ET DIVERSITÉ Au carrefour des cultures et au cœur du développement économique ATELIER D6, samedi 20 mars 2010 1 RACIALISATION DE LA PAUVRETÉ À MONTRÉAL :

Plus en détail

Conférence d ouverture de I Association internationale des commissaires linguistiques

Conférence d ouverture de I Association internationale des commissaires linguistiques Conférence d ouverture de I Association internationale des commissaires linguistiques Barcelone (Espagne) 21 mars 2014 François Boileau Commissaire Survol Bref historique de l Ontario français Réglementation

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2016

Consultations prébudgétaires 2016 Consultations prébudgétaires 2016 La Société canadienne de psychologie (SCP) est heureuse de présenter les recommandations suivantes au Comité permanent des finances de la Chambre des communes dans le

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail