Guide de voyage IN D. Le Chemin des Cantons. 1ère édition 5 $

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide de voyage IN D. Le Chemin des Cantons. 1ère édition 5 $"

Transcription

1 Guide de voyage Le Chemin des Cantons C NS CHE ES IN D A TO 1ère édition 5 $

2 Le Chemin des Cantons Bienvenue Le Guide de voyage du Chemin des Cantons vous propose de découvrir, à votre rythme, le patrimoine culturel et architectural américain et britannique des Cantons-de-l Est. Vous y découvrirez les traces des Américains, des Anglais, des Écossais et des Irlandais en parcourant les villes, villages et hameaux du Chemin des Cantons. Avant de commencer votre voyage, familiarisez-vous avec l architecture des Cantons-de-l Est. Placé au début du Guide de voyage, le Petit guide architectural présente l architecture domestique, le patrimoine industriel ainsi que les caractéristiques architecturales des églises de confessions autres que catholiques. Ensuite, le Guide de voyage est divisé selon huit MRC (Municipalité régionale de comté). Au début de chacune d elle, une carte de la MRC vous indique certains attraits (bâtiments patrimoniaux, granges rondes, ponts couverts, points de vue, aires de pique-nique), les étapes et les étapes hors route du Chemin des Cantons, et finalement, les villages et hameaux mentionnés dans le texte. Rédigé simplement avec quelques anecdotes, ce guide vous permettra de percer le mystère des gens qui ont fait l histoire des Cantons-de-l Est. Tout en sillonnant nos paysages envoûtants, n hésitez pas à vous arrêter, à vous laisser charmer en pique-niquant près d un pont couvert ou encore, visitez un musée ou une de nos nombreuses églises. Le Chemin des Cantons : un rendez-vous avec l histoire unique des Cantons-de-l Est. Bonne route!

3 Photo : Stéphane Lemire

4 Légende Chemin des Cantons Route des vins Y Route des Sommets Route verte Étape Arrêt proposé sur le Chemin des Cantons, en lien avec la thématique, offrant des panneaux d interprétation et/ou de l animation et un minimum de services (stationnement, toilettes, etc.) Étape hors route Même définition que l étape sauf qu elle est située en périphérie du Chemin des Cantons ( Information touristique permanent à Information touristique saisonnier Bâtiment ou ensemble patrimonial Pont couvert G Grange ronde Signalisation d une étape hors route, Cowansville / Stéphan Flibotte Point de vue Aire de pique-nique Belvédère Poste d accueil Pour vous aider à retrouver votre page, une couleur a été attribuée à chaque section du guide Petit guide architectural...6 MRC de la Haute-Yamaska...14 MRC de Brome-Missisquoi...20 MRC de Memphrémagog...28 MRC de Coaticook...36 MRC du Val-Saint-François...46 MRC des Sources...52 MRC du Haut-Saint-François...58 MRC de Sherbrooke...66 En route vers une étape ou une étape hors route du Chemin des Cantons e

5 Sur la route du Chemin des Cantons / Stéphane Lemire Le charme des Cantons-de-l Est réside en grande partie en sa spécificité géographique. Ses forêts, ses montagnes et ses lacs alimentés par des rivières parfois tumultueuses attirent les villégiateurs depuis plus de cent cinquante ans. Encore aujourd hui, ses paysages bucoliques ne cessent de nous charmer. Sébastien Larose Ici peut-être plus qu ailleurs, cette géographie a eu un impact profond sur l histoire de la région. Difficile d accès par le nord, ce territoire est boudé par le régime français qui n y dépêche que quelques rares expéditions pour en inventorier les richesses forestières. Il demeure l apanage de quelques groupes abénaquis qui utilisent ses rivières comme voies de communication et ses grandes forêts comme territoires de chasse. Même le gouvernement britannique d après la Conquête préfère le garder inoccupé, n y voyant qu une zone tampon entre les États-Unis et ses nouvelles colonies. Ce n est finalement qu à la toute fin du 18 e siècle, pour répondre à la pression d expatriés américains, Loyalistes puis simples colons, que la Grande-Bretagne autorise son peuplement. Celui-ci est donc le fait d abord d Américains venus du Sud puis d habitants des îles Britanniques, Anglais, Écossais et Irlandais, qui arrivent du Nord. La personnalité des Cantons-de-l Est sera donc dans un premier temps le fait de l amalgame de ces deux cultures qu unit une même langue, l anglais. Kilborn s Mill, 1836, Bouchette 1 Les Cantons-de-l Est représentent ainsi une expérience de peuplement unique au Québec et son patrimoine culturel reflète cette unicité. L architecture, l appartenance religieuse, les modes d exploitation, de vie et de pensée, y sont différents de ceux du reste de la province et cela transpire de partout. Même si la population est maintenant en grande majorité d origine canadienne-française, le caractère propre des Cantons-de-l Est demeure rattaché à ce passé et en constitue un de ses principaux attraits.

6 Chemin des Cantons La géographie des Cantons-de-l Est a en grande partie déterminé des axes de pénétrations de ses pionniers. Au sud, le vaste plateau appalachien s abaisse graduellement et rejoint les vallées du nord des États-Unis, permettant un passage relativement facile entre les deux pays. Au nord, il faut plutôt utiliser les rares brèches ouvertes par les rivières dans les contreforts de cette région montagneuse pour atteindre le cœur des townships. 2 Le guide Le thème du présent guide est celui des influences américaine et britannique sur le développement des Cantons-de-l Est. L histoire des Premières Nations et des Canadiens français est donc mise en veilleuse. Cela impose aussi une limite dans le temps puisque l ascendance anglophone sur ce vaste territoire ne s exerce réellement que durant le 19 e siècle. Pour respecter les mouvements migratoires, il a aussi été décidé de scinder le guide en deux parties : la première se concentre sur le sudouest, là où l empreinte américaine est la plus évidente, la seconde sur le nord-est marquée par une importante percée de populations d origine britannique. Bien sûr, aucune de ces zones n est imperméable à l autre. Il s agit simplement de schématiser afin de faciliter l approche de cette vibrante saga que constitue l occupation des Cantons-de-l Est dans sa phase première. Stéphane Lemire

7 Le guide La géographie politique des Cantons-de-l Est fut longtemps axée sur les cantons. Toutefois, nous nous devions de respecter les limites de ces nouvelles entités que sont les Municipalités régionales de comté (MRC). Celles-ci déterminent donc le plan pratique du guide. De plus, il a été décidé que chaque MRC serait marquée par un sous-thème se rattachant à son développement en propre mais débordant à plusieurs égards de son cadre. L Université Bishop s / Stéphane Lemire 3 Une emphase spéciale a été mise sur l histoire, mais aussi sur le patrimoine bâti. Il est l élément par lequel le passé prend vie et se communique. Le charme des vieilles demeures, des écoles de rang, des églises de toutes confessions, des vieilles granges et des ponts couverts, tout cela souligne et caractérise une présence donnée. Le mandat du guide n est pas de marquer chacun des éléments importants de ce riche patrimoine, mais de permettre de se déplacer avec intelligence sur ce vaste territoire. En ce sens, le travail s est fait en association avec les différentes MRC et les institutions historiques et touristiques des villes et des villages. Leur travail dans l élaboration de circuits patrimoniaux, dans la mise sur pied de panneaux d interprétation et dans la rédaction de dépliants, complète ce guide. Comme pour tout voyage, le plaisir tient souvent en la route elle-même. Les arrêts, les endroits d intérêts, sont prétextes autant qu objectifs. Cela est d autant plus vrai dans une région aussi variée et pittoresque que celle des Cantons-de-l Est. Particularité de la région : les granges rondes / Sébastien Larose

8 Chemin des Cantons Un petit mot sur la géographie politique des Cantons-de-l Est Les Cantons-de-l Est tiennent leur nom du système de répartition des terres utilisé par le gouvernement britannique pour permettre son peuplement. Celui-ci souligne, avec l appartenance linguistique et culturelle, le caractère propre de cette région et la distingue des zones peuplées sous le régime seigneurial. Le découpage du paysage géographique en cantons est originaire d Angleterre et cette façon de faire est déjà largement répan due en Nouvelle-Angleterre à l époque de la guerre d Indépendance américaine. Contrairement au système seigneurial du régime français, il permet aux colons de recevoir des terres en tenure libre et en pleine propriété, sans redevances ni corvées. Cela donne, entre autres choses, le droit de vendre ou d acheter des propriétés en toute légalité. En route! / Sébastien Larose 4 Le village de Robinson (Bury), 1871, G. Bompas Les townships, ou cantons, ont en général une superficie de 10 miles (17 kilomètres) carrés, contrastant avec la forme rectangulaire des seigneuries des basses terres du Saint-Laurent. À l origine, on en fait la répartition sur le modèle américain des leaders et associés. Selon celuici, un chef fait la demande d octroi en son nom et en celui d un nombre

9 Géographie politique donné d associés qui reçoivent chacun 200 acres de terre. Les leaders qui doivent défrayer les coûts d arpentage, de construction de routes, d émission des titres, etc. sont généralement dédommagés par une portion des lots consentis aux associés. Il est à noter que le gouvernement prélève sur chaque canton un septième de sa superficie pour le clergé anglican, et un septième pour la Couronne. Le système des leaders et associés a malheureusement ses failles et l on doit bientôt faire appel aux concessions individuelles, aux ventes aux enchères et aux compagnies privées de colonisation pour répartir les lots restants, mais le système de cantons demeure longtemps la véritable assise politique des Cantons-de-l Est. 5 Adaptée de : Jean-Pierre Kesteman, Peter Southam et Diane Saint-Pierre, Histoire des Cantons de l Est, Québec, PUL, 1998, p. 94.

10 Petit guide architectural Chemin des Cantons L architecture domestique des Cantons-de-l Est Dès le début du 19 e siècle et tout au long de la période victorienne, l architecture des maisons dans les Cantons-de-l Est imite surtout des styles qui s étaient développés aux États- Unis et en Grande-Bretagne. Les adaptations locales donnent naissance à un style architectural que l on peut qualifier de vernaculaire, c est-à-dire qui est propre au pays. Ce style s en tient aux silhouettes familières du pays d origine, mais utilise des formes et des matériaux locaux, tout en répondant aux conditions climatiques d un nouvel environnement. Dans les Cantons-de-l Est, les premiers bâtiments érigés dès le début du 19 e siècle, s inspirent de ceux de la Nouvelle-Angleterre, lieu d origine de la plupart des premiers occupants du territoire. Ce siècle voit évoluer l architecture à travers de nombreux styles qui se succèdent ou se chevauchent, cependant on ne retrouve que peu d exemples d un style pur. Dès les premières décennies, apparaît d abord le style néoclassique, suivi du néogrec. Avec l arrivée des ressortissants des îles Britanniques, on voit ensuite s ériger des maisons d inspiration géorgienne et d autres qui adoptent le style néogothique influencé par le mouvement pittoresque anglais. Ensuite, on trouve le style Second Empire, très populaire dès Puis, quelques nouvelles maisons sont construites selon l adaptation canadienne des villas à l italienne. Enfin, avec la prospérité apportée par les chemins de fer et l industrie manufacturière en pleine expansion, c est la montée du style anglais néo-queen Anne, dont l influence est manifeste dans les magnifiques demeures bourgeoises qui parsèment les villes et les villages dans les Cantons après les années Le néoclassicisme Ce style s inscrit dans la foulée des mouvements prônant le retour à l Antiquité pour élaborer une architecture qui réponde aux besoins d une époque. Au début du 19 e siècle, ce style se répand dans les Cantons-de-l Est avec l arrivée des premiers colons américains. On introduit dans l architecture vernaculaire des éléments et des principes appartenant au classicisme, lesquels se résument pour l essentiel à une symétrie d ensemble et aux éléments décoratifs appliqués à des modèles traditionnels. La porte d entrée est parfois ornée de fenêtres latérales et on trouve souvent des planches cornières suggérant un pilastre. Les constructions adoptent des plans rectangulaires, s élevant à un étage et demi ou deux étages, avec des toits à versants droits et des façades symétriquement agencées. Le néogrec Après la révolution américaine, l architecture de la Grèce antique, berceau de la démocratie, est perçue comme le modèle approprié pour la jeune république. Grâce à la publication de modèles de plans proposant plusieurs variations du néogrec, ce style connaîtra une grande popularité en Nouvelle-Angleterre dans les années 1830 et Il n est donc pas étonnant que ce soit dans les Cantons-de-l Est qu apparaissent au Québec les premières manifestations de ce style. Parmi ses caractéristiques les plus importantes, la façade est souvent située sur le mur pignon où un petit retour de corniches accentue la filiation avec le temple grec. Les angles du bâtiment ainsi que les encadrements de portes et fenêtres sont marqués par la présence de pilastres carrés, avec ou sans entablements. On trouve parfois un porche orné de colonnes doriques ou ioniques. Retour de corniche

11 Petit guide architectural La maison à loggia Certaines maisons présentent à l étage une sorte de loggia, ou balcon encastré, dans le mur pignon. À l étage, le corps de bâtiment est en encorbellement au-dessus d un porche à pilastres de type ouvert. Ce modèle rural qui s est développé tout au long du 19 e siècle est une variante rare de la maison vernaculaire américaine. On la trouve surtout dans les Cantons-de-l Est, généralement dans des villes et villages frontaliers avec les états du Vermont ou du New Hampshire. La tradition géorgienne C est après la fondation, en 1834, de la British American Land Company, grande société foncière créée pour favoriser l implantation de ressortissants des îles Britanniques dans les Cantons, que l on voit apparaître ces maisons qui se conforment à une tradition anglaise. Apanage d une bourgeoisie assez cossue, on les retrouve surtout dans les villes. Ces maisons bien proportionnées comprennent deux étages et demi, la plupart revêtues de briques et coiffées de toits en croupe avec cheminées intégrées. La porte d entrée, au centre de la façade aux ouvertures symétriques, est parfois surmontée d une fenêtre palladienne, motif décoratif original. La maison patrimoniale Uplands, dans l arrondissement Lennoxville de la ville de Sherbrooke, constitue un bel exemple de ce type de construction. Ill. Robert Lemire Fenêtre palladienne 7 Le néogothique S inspirant de l architecture du Moyen Âge, le style néogothique se distingue de la tradition du classicisme par ses formes irrégulières, ses pentes de toits parfois exagérées et une foison de détails décoratifs. Les pignons aigus, souvent surmontés d épis, sont ornés de lambrequins finement découpés en pain d épice. Notamment, on trouve dans la ville de Coaticook, au 40, rue Gérin-Lajoie, une maison qui présente un exceptionnel exemple d ornementation de bois ouvragé, tant pour la finesse de son exécution que pour son excellent état de conservation. Parmi les exemples institutionnels, il faut souligner l Université Bishop s, érigée dans les années 1840 pour, entre autres, la Épis formation du clergé anglican. Sa chapelle collégiale et son pavillon principal, bien que très modifiés au cours des ans, conservent encore certaines des caractéristiques architecturales inspirées du mouvement néogothique. Ce mouvement, popularisé par l Église anglicane, visait un retour au style gothique qui présida à l érection des églises dans la campagne anglaise au 13 e siècle.

12 Chemin des Cantons Le style néo-italien C est surtout dans la forme de la villa, résidence secondaire à la campagne, que se manifeste l influence de ce style dans les Cantons-de-l Est. Tirant ses formes décoratives de l architecture Renaissance italienne, ce style est transmis dans les Cantons par des influences américaines, entre autres celle des livres de plans inspirés par les villas qui bordent la rivière Hudson. Le vocabulaire architectural comprend des corniches larges et débordantes, supportées par des consoles jumelées, des vérandas, des fenêtres cintrées, ainsi que des tours carrées, des belvédères ou coupoles qui surmontent la toiture. Parmi les plus belles villas à l italienne des Cantons, on note la maison Butters, construite en 1863 sur la rue Dufferin à Stanstead par une famille qui n y séjournait que durant la belle saison. Le style Second Empire Élaboré d abord en France sous Napoléon III dans la seconde moitié du 19 e siècle, ce style est le fruit d un mélange de Renaissance française et d architecture classique. Suscitant rapidement un vif intérêt, il traverse bientôt les frontières et gagne les États-Unis et le Canada. Dans les Cantons, l influence du style Second Empire se fait sentir dans l architecture de la maison bourgeoise des villes et villages. Elle se distingue d abord par un toit en mansarde, orné généralement de fenêtres en encorbellement décorées par des consoles ouvragées. On note parfois la présence d une tour centrale et d une galerie. Surtout urbain, ce style se retrouve dans le Vieux-Nord de Sherbrooke, à Magog, Richmond, Danville, etc. Crête de fer 8 Le style néo-queen Anne La caractéristique architecturale la plus courante de ce style est le plan asymétrique, coiffé par un toit de forme irrégulière. Les pignons se terminent souvent par un grand fronton triangulaire. Parmi les divers éléments architecturaux qui composent la maison néo-queen Anne, on note des tours flanquant le corps du logis, de grandes galeries et des porches. La façade est souvent pourvue d une fenêtre d inspiration palladienne, et les murs recouverts de bardeau décoratif sont parfois ornés de motifs géométriques. Inspiré de l architecture vernaculaire anglaise, on trouve surtout le style néo- Queen Anne dans les résidences des quartiers chics de petites villes des Cantons-de-l Est, où une bourgeoisie anglo-saxonne s est maintenue jusqu à la fin du 19 e siècle.

13 Petit guide architectural Patrimoine industriel Le patrimoine industriel des Cantons-de-l Est, surtout en ce qui concerne les manufactures de textiles très nombreuses dans la région au 19 e siècle, se ressent de l influence architecturale de la Nouvelle-Angleterre. Parmi les complexes les plus importants de cette industrie, il faut souligner l usine de lainages Paton de Sherbrooke, établie sur la rivière Magog en 1866, dont les premiers bâtiments en brique, aux fenêtres en arcs segmentés et dominés par une tour à l italienne, Paton, Sherbrooke Illustrated, 1898 rappellent ceux des manufactures de textiles de Biddeford, Saco, et Lewiston, dans le Maine. Toutefois, le riche patrimoine industriel des Cantons comprend des installations plus anciennes, dont le Moulin à laine d Ulverton, construit en Bel exemple d architecture vernaculaire, le bâtiment de trois étages est érigé sur une fondation de pierres. Recouverts de bardeaux de bois, ses murs sont percés de nombreuses fenêtres à guillotine avec petits carreaux, réparties de façon symétrique sur la façade et les côtés. Magnifiquement restauré, le Moulin à laine d Ulverton est aujourd hui devenu un Centre d interprétation du textile. 9 Moulin à laine d Ulverton L utilisation de la brique comme matériau principal pour le revêtement de bâtiments industriels ne se limite pas uniquement à l industrie textile. L usine de fabrication d explosifs construite à Windsor en 1864, bien que plus modeste, témoigne du même souci d esthétique dans l utilisation de la brique et dans certains détails architecturaux. Pour la période contemporaine, les bâtiments industriels n offrent plus aucune ressemblance avec les édifices érigés au 19 e siècle. Ils ont modifié leur allure en raison de l introduction de nouveaux matériaux et méthodes de construction. Toutefois, on a parfois conservé avec soin les témoins des premières installations, comme c est le cas à Valcourt. En effet, le Musée J. Armand Bombardier intègre le petit garage où l inventeur réalisa les prototypes qui sont à l origine de Bombardier inc., une compagnie estrienne reconnue aujourd hui à l échelle mondiale. Musée J. Armand Bombardier,

14 Chemin des Cantons L architecture des églises de confessions autres que catholiques dans les Cantons-de-l Est. Pour les objectifs du guide, nous avons choisi nos exemples parmi les églises rurales érigées pour la plupart vers la moitié du 19 e siècle, car elles présentent des caractéristiques uniques aux Cantons-de-l Est. Les églises plus tardives, tout comme celles des milieux urbains, sont moins typiques de la région car on trouve des bâtiments semblables presque partout ailleurs au Québec. 10 L Église anglicane L Acte constitutionnel de 1791, séparant la nouvelle province du Bas-Canada et celle du Haut-Canada, établit le régime parlementaire, installe l Église anglicane comme Église d état et instaure un nouveau système d attribution des titres fonciers. L année suivante, une proclamation du gouverneur Alured Clarke annonce l ouverture des terres de la Couronne à la population. C est aussi dans cette proclamation de document fondateur des Eastern Townships - que le septième de la superficie totale de chaque township est réservé à la Couronne et un autre septième au clergé anglican : Church reserves. L Église anglicane se rapproche beaucoup de l Église catholique, bien qu on y trouve d importantes divergences. Toutefois, elles partagent une même croyance en ce qui concerne le lieu du culte : l Église est la maison de Dieu. En général, les églises anglicanes des milieux ruraux sont de style néogothique dans des versions vernaculaires, la plupart avec revêtement de bois. Parmi les principales caractéristiques architecturales du néogothique : fenêtres en ogive, clocher surmonté d une flèche, souvent une tour en façade ou sur le côté, parfois l utilisation d un lambris vertical à couvre-joints ou de contreforts qui accentuent la verticalité du temple, le rapprochant ainsi de Dieu. À l intérieur, la voûte est généralement en forme d ogive et s appuie sur une charpente en bois sombre. L utilisation des vitraux dans les fenêtres est assez généralisée. Parmi les exemples les plus intéressants d églises anglicanes dans les Cantons : St. James, 1829, Hatley (p. 11). La plus ancienne église anglicane dans les Cantons, elle se distingue par un heureux mélange de néoclassicisme et de néogothique. L église, qui voisine une ancienne académie, est située au cœur de Hatley. Il s agit de l un des rares villages de la région à avoir conservé une place gazonnée, Commons, ce pré communal jadis si fréquent dans les villages de la Nouvelle-Angleterre. St. Paul, , Marbleton, aujourd hui Dudswell. Cette église est l œuvre d un personnage marquant, le révérend Thomas Shaw Chapman, reconnu pour ses talents d architecte et de constructeur. L église St. Paul est une version vernaculaire fort originale du néogothique. L extérieur, d une grande simplicité, est revêtu d un lambris vertical à couvre-joints qui constitue un régionalisme développé par Chapman. Church of the Epiphany, 1889, Way s Mills (p. 39). Avec sa tour centrée en façade dont l élan vertical est accentué par des contreforts triangulaires, cette église illustre le symbolisme du vocabulaire architectural qui caractérise le néogothique. Christ Church, 1896, Bury-Canterbury. De construction vernaculaire très originale, cette église se distingue par son clocher massif en façade et ses contreforts stylisés. Elle illustre parfaitement l aboutissement du gothique symbolique en cette fin de siècle : recherche de la pure forme triangulaire. Depuis son emplacement le long de la route 214, à l angle des chemins Victoria et Canterbury, elle offre un point de vue exceptionnel sur le mont Mégantic.

15 Les églises dites «évangélistes» Petit guide architectural Ces églises, parmi les premières à s établir dans les Cantons, adoptent le néoclassicisme dans sa forme vernaculaire. Elles sont généralement construites avec un minimum de vocabulaire classique : plan rectangulaire peu allongé, pilastres d angle, fenestrage simple. Le clocher, lorsqu il y en a un, est simple et délicat. L intérieur est sobre, en général le plafond est plat. Dans un certain nombre de ces églises, la parenté avec une architecture religieuse est souvent difficile à établir. Dans l esprit de ces confessions évangélistes, Dieu est dans le cœur des fidèles et, quand ceux-ci quittent le temple, ils emportent sa présence dans leur cœur. Il n y a donc rien de sacrilège à utiliser ces bâtiments, qui ont plus l allure d une grande maison que d une église, pour les besoins de la collectivité. Quand elles ne servent pas de lieu de prêche et de prière, ces églises deviennent des Meeting Houses, d où le nom de «mitaines» donné par les catholiques canadiens-français. Église baptiste, 1837, Barnston. Il s agit de la quintessence du Meeting House. Architecture néoclassique, fenestration simple, intérieur dépouillé, bref, une grande habitation qui ne se distingue des premières maisons des colons américains que par une échelle plus imposante. Église universaliste, 1845, Huntingville, aujourd hui Waterville (p. 37). Cette église est la plus ancienne église universaliste construite au Canada. Fermée au culte depuis 1945, elle revit aujourd hui grâce aux efforts d un groupe de résidents de la région immédiate qui cherchent à lui redonner sa vocation originelle de lieu de culte. Église unie, 1860, Cookshire, à l origine de confession mé - tho diste. En dépit de sa monumentalité, ce bâtiment présente l essentiel des éléments les plus importants du vocabulaire classique vernaculaire qui a présidé à l érection des Meeting Houses. 11 Église union, 1861, Massawippi. Construite à l époque de l expansion des chemins de fer dans les Cantons, cette église était fréquentée par des ouvriers de confessions différentes qui œuvraient dans la région durant cette période. Église anglicane St. James, Hatley / Stéphane Lemire

16

17 L a région des Cantons-de-l Est qui comprend les MRC du Val-Saint-François, Des Sources, du Haut-Saint-François et de Sherbrooke a été grandement façonnée par la présence d immigrants des îles Britanniques. Sur une période d une cinquantaine d années, Irlandais, Écossais et Anglais se sont frayé un chemin à travers cette brèche que constitue la rivière Saint-François pour s installer à demeure dans les townships. Cette présence commence à se faire sentir dès la fin des guerres napoléoniennes, alors que le gouvernement britannique encourage soldats et officiers à s établir dans ses colonies d outre-mer. Plusieurs choisissent de s installer le long du chemin Craig, dans les cantons de Leeds, Irlande, Inverness et Drummond, mais d autres se dirigent vers les régions de Sherbrooke et de Richmond. Ils s implantent alors en marge de petites colonies d Américains qu ils mésestiment. Jusque dans les années 1830, ils seront peu à occuper ces terres. Avec l arrivée de la British American Land Company, le mouvement s intensifie toutefois rapidement. La compagnie de colonisation ouvre des routes et facilite la venue d immigrants écossais et irlandais, la plupart fuyant les famines qui ravagent leurs contrées. C est ainsi que de 1835 à 1838, plusieurs centaines de sujets britanniques se prévalent de l offre de 50 acres de terres et tentent leur chance au cœur des Cantons-de-l Est. Les troubles politiques de freinent un moment cette immigration qui reprend en force durant la période d industrialisation qui s amorce au début des années Prenant ici une ampleur inégalée dans le reste des Cantons grâce à l énergie hydraulique des affluents de la rivière Saint-François et à l arrivée du chemin de fer, cette activité industrielle fait appel à des ouvriers spécialisés qui viennent en grande majorité du Royaume-Uni; les Anglais pour l exploitation de l ardoise, les Écossais pour celle du papier et du textile. Quant aux Irlandais, ils forment une classe d ouvriers et constituent le gros de l immigration des îles Britanniques. Le grand capital britannique qui sous-tend ce développement prend racine à Sherbrooke en ces années charnières et il encourage l établissement d une élite ayant les yeux résolument tournés vers la Grande-Bretagne. Pôle de la bonne société, l Université Bishop s vient confirmer cette hégémonie. La présence britannique a laissé sur cette portion des Cantons-del Est des marques tangibles. Malgré l arrivée massive des Canadiens français à partir de la seconde moitié du 19 e siècle, celle-ci reste bien vivante dans certains aspects de son patrimoine bâti qu il est toujours intéressant de découvrir ou de redécouvrir. 45 Photo : Stéphane Lemire

18 Pour obtenir les coordonnées exactes des bureaux d information touristique, voir page 75.

19 MRC de Sherbrooke MRC de Sherbrooke La MRC de Sherbrooke occupe aujourd hui une grande partie des cantons d Orford et d Ascot. Sa principale municipalité, la ville de Sherbrooke, guide depuis près de 150 ans la des tinée des Cantons-de-l Est. Véritable centre névralgique, elle regrou pe institutions financières, commercia les, industrielles, politiques et éducatives en un cadre qui préserve ses traits distinctifs. L arrivée massive de francophones à partir du milieu du 19 e siècle n a en rien altéré son caractère britannique qui se reconnaît encore largement. Sleepy Hollow, Sherbrooke, Qc, Cornelius Krieghoff, vers 1855, Musée McCord À l origine peuplée de colons venus des états du nord-est des États-Unis, la grande région de Sherbrooke reçoit très tôt dans son histoire un afflux d immigrants des îles Britanniques. En effet, dès le lendemain des guerres napoléoniennes, la région des Grandes-Fourches accueille des officiers de l armée anglaise que la mère patrie convainc de venir s établir sur ses terres. Contrairement à la majorité des Américains établis dans la région, beaucoup de Britanniques agissent en véritables aristocrates et n entretiennent que mépris pour leurs prédécesseurs. Des gens comme William B. Felton William B. Felton William B. Felton est né en 1782 à Gloucester, en Angleterre. Officier de la marine britannique, il devient rapidement l homme le plus riche et le plus influent des cantons d Ascot et d Orford sur lesquels il prélève plus de hectares de bonnes terres. Installé en 1816 sur un immense domaine qu il baptise Belvidere, il se lance dans l élevage de chevaux et de bovins, activité propre à son rang. 67 Membre du Conseil législatif, il parraine la création du district de Saint-François et fait de Sherbrooke un centre administratif important, ce qui a pour effet d augmenter la valeur de ses terrains, soit la presque totalité du Vieux-Nord. Dès lors, presque toutes les fonctions liées à l administration de la justice se retrouvent entre les mains des membres de sa famille immédiate ou d une élite britannique qui se partage le monopole des charges accordées par l état colonial. Felton meurt pourtant déshonoré en 1837 à la suite d une enquête parlementaire qui souligne plusieurs cas de malversation. Siège social de la Eastern Townships Bank, vers 1900 (aujourd hui Musée des beauxarts de Sherbrooke)

Le charme des Cantons-de-l Est réside en grande

Le charme des Cantons-de-l Est réside en grande Sur la route du Chemin des Cantons / Stéphane Lemire Le charme des Cantons-de-l Est réside en grande partie en sa spécificité géographique. Ses forêts, ses montagnes et ses lacs alimentés par des rivières

Plus en détail

LE TEMPS DE MARCHE EST D ENVIRON 45 MINUTES.

LE TEMPS DE MARCHE EST D ENVIRON 45 MINUTES. 35 visite guidée de la rue king un circuit qui vous fait parcourir cinq pâtés de maisons le long de la rue king est. d'abord nommée rue Church, la rue king, compte un si grand nombre de bâtiments historiques

Plus en détail

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 L objectif est de préserver l intégrité des caractéristiques architecturales de la typologie maison cité-jardin qui se trouve dans les secteurs de la phase 1. La

Plus en détail

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments 23B Grange étable située au 18 21, rang des Lacs, Notre Dame des Monts. Patri Arch, 2011 INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST Le positionnement des bâtiments Décembre 2011 Le

Plus en détail

Quar tier de Kerdrain

Quar tier de Kerdrain Quar tier de Kerdrain Maison, 6 rue Sombreuil 9, rue Cadoudal Maison des années 30. Cette maison a sans doute vue l intervention d un architecte. L aspect «Unicum» vient avant tout de la symétrie axiale

Plus en détail

MRC de La Côte-de-Beaupré. Saint-Achillée Est

MRC de La Côte-de-Beaupré. Saint-Achillée Est Catégorie de bâtiment IDENTIFICATION bâtiment principal d'intérêt patrimonial NOM ou RAISON SOCIALE: Chapelle rang Saint-Achillée Est No de fiche: Château-Richer 1028 NO DE CADASTRE ACTUEL NO DE CADASTRE

Plus en détail

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle Sentiers pédestres Nous avons la chance d avoir sur notre territoire, la présence du sentier national. Ce sentier qui traverse tout le Canada a été initié par Douglas Campbell de Calgary en 1971. Au Québec,

Plus en détail

A- L architecture a Bordeaux a travers trois siècles.

A- L architecture a Bordeaux a travers trois siècles. L architecture à Bordeaux,le style classique et les échoppes. Les maison landaises et les arcachonnaises. A- L architecture a Bordeaux a travers trois siècles. Aux environs de 1600 jusqu à la 1ére guerre

Plus en détail

Chemin des Cantons 12

Chemin des Cantons 12 12 Chemin des Cantons O ccupant les MRC de Brome-Missisquoi, de Haute- Yamaska, de Memphrémagog et de Coaticook, la partie sud-ouest des Cantons-de-l Est fut peuplée principalement d Américains. Originaires

Plus en détail

RALLYE-PATRIMONIAL PARTICIPANTS: PARENT-ACCOMPAGNATEUR

RALLYE-PATRIMONIAL PARTICIPANTS: PARENT-ACCOMPAGNATEUR RALLYE-PATRIMONIAL PARTICIPANTS: PARENT-ACCOMPAGNATEUR A. Derrière le buffet 1. Quel a été le Marchand premier nom du village qui est devenu Le Gardeur par la suite? R. 1: CORRECTION 2. Par quel moyen

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE

POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE POLITIQUE D UTILISATION ET DE PROMOTION DU CHRYSOTILE Politique d utilisation et de promotion du chrysotile L histoire de la ville de Thetford Mines tient ses origines de l exploitation minière, et continue

Plus en détail

04. RÉPERTOIRE DES COURANTS ET STYLES ARCHITECTURAUX

04. RÉPERTOIRE DES COURANTS ET STYLES ARCHITECTURAUX 0. RÉPERTOIRE DES COURANTS ET STYLES ARCHITECTURAUX Ce répertoire permet d identifier les principaux courants et styles architecturaux propres aux maisons anciennes de la MRC de L Assomption. Les caractéristiques

Plus en détail

ANNEXE D-3. Complément d information sur le patrimoine bâti

ANNEXE D-3. Complément d information sur le patrimoine bâti ANNEXE D-3 Complément d information sur le patrimoine bâti Projet Rabaska Étude d impact sur l environnement PATRIMOINE BÂTI À la demande de SNC-Lavalin Environnement inc. nous avons procédé à l inventaire

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

Maison dite château des Prés-Mignons ou villa Bellejouanne

Maison dite château des Prés-Mignons ou villa Bellejouanne Maison dite château des Prés-Mignons ou villa Bellejouanne 123 rue Blaise Pascal Poitiers Dossier IA86007075 réalisé en 2009 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine

Plus en détail

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS L «Unicum» se justifie globalement par : - son intérêt architectural (volumes, matériaux, accessoires ) - son état de conservation (il va de soit qu un édifice

Plus en détail

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA

HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA HISTOIRE DU QUÉBEC ET DU CANADA DES PREMIÈRES NATIONS À L UNION DU HAUT ET DU BAS CANADA HIS-4016-2 PRÉTEST FORME A QUESTIONNAIRE ET CAHIER DE RÉPONSES NOM: CENTRE: COMMISSION SCOLAIRE: DATE DE PASSATION:

Plus en détail

Lotissements agricoles de la rivière Rouge

Lotissements agricoles de la rivière Rouge Lotissements agricoles de la rivière Rouge Aperçu de la leçon Les élèves étudient le rôle que la rivière Rouge a joué dans le type d établissement et le système de propriété foncière adoptés par les Métis

Plus en détail

Soyez parmi les Privilégiés

Soyez parmi les Privilégiés Soyez parmi les Privilégiés Le Parc du Mont Hatley est fier de vous présenter son tout nouveau projet immobilier, plus beau, plus intime, plus nature, plus vrai que jamais. Être propriétaire d un terrain

Plus en détail

Catégorie Identification et nom. Localisation Anse-à-la-Cabane (Île du Havre-Aubert) (le phare, la maison du gardien et ses

Catégorie Identification et nom. Localisation Anse-à-la-Cabane (Île du Havre-Aubert) (le phare, la maison du gardien et ses Patrimoine architectural Fiche technique des bâtiments Catégorie Identification et nom Bâtiment exceptionnel Cinq des six phares des Îles de la Madeleine (voir ci-après) Localisation Anse-à-la-Cabane (Île

Plus en détail

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Plania Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Chapitre 11 Dispositions particulières applicables à certaines zones P031607 303-P031607-0932-000-UM-0023-0A Municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu 102

Plus en détail

Maison Marcou-Millette

Maison Marcou-Millette 41 Située au 170, rue Saint-Laurent Ouest Maison Marcou-Millette En 1872, John L. Marcou fit construire cette vaste maison de deux étages, originellement recouverte de planches à clin. C était quelques

Plus en détail

Fiche de lecture du milieu Fonctions institutionnelle et communautaire

Fiche de lecture du milieu Fonctions institutionnelle et communautaire Fiche de lecture du milieu 20 mars 2015 Fonctions institutionnelle et communautaire La famille a une valeur importante au sein de la municipalité. La Ville de Boucherville s assure d offrir les équipements

Plus en détail

2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST Arrondissement d Ahuntsic-Cartierville

2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST Arrondissement d Ahuntsic-Cartierville 2118-2124, BOULEVARD GOUIN EST L intérêt patrimonial de la propriété située aux 2118 à 2124, boulevard Gouin Est repose d abord sur sa valeur historique par son témoignage à la fois d un moment charnière

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

7 place de la Cathédrale Colmar 68000

7 place de la Cathédrale Colmar 68000 7 place de la Cathédrale Colmar 68000 Investir dans le centre historique de COLMAR L investissement immobilier ici proposé associe la qualité de l emplacement et la performance fiscale à un bien d exception.

Plus en détail

MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE BÂTI DE LA MRC DE LA MATANIE

MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE BÂTI DE LA MRC DE LA MATANIE MISE EN VALEUR DU PATRIMOINE BÂTI DE LA MRC DE LA MATANIE Par Dominique Lalande, directrice générale Anik Bouchard-Vézina, chargée de projet Le 22 octobre 2014 Qui sommes-nous? Un centre d expertise et

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs Regards sur l habitat 5 Regards sur l habitat LA MAISON RURALE, Situées dans les villages, les hameaux, et à la périphérie des bourgs, les maisons rurales de la Haute Vallée de Chevreuse s affilient par

Plus en détail

Bombay, allégorie de la puissance coloniale britannique

Bombay, allégorie de la puissance coloniale britannique Bombay, allégorie de la puissance coloniale britannique (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT) Bombay, une ville née de la colonisation Carte de l Inde au XVIIIe siècle, dans William R. Shepherd,

Plus en détail

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS

RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Titre de la communication : RENOVATION URBAINE ET CONSERVATION DES SITES HISTORIQUES AU TOGO: OUTILS LEGISLATIFS ET PRATIQUES DE TERRAINS Par TUBLU Komi N kégbé Fogâ Gestionnaire de Patrimoine Culturel

Plus en détail

Saint-Pierre-de-Véronne-à-Pike-River

Saint-Pierre-de-Véronne-à-Pike-River Saint-Pierre-de-Véronne-à-Pike-River Géographie et histoire La localité de Pike River est scindée par la rivière aux Brochets ainsi que par un réseau très complet de routes régionales. En effet, la route

Plus en détail

Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges

Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges BOURGES ENTRE XIXE ET XXE LA RUE MOYENNE. Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges SIECLE Bourges au fil des siècles Du 1 e au 3 e siècle Du 4 e au

Plus en détail

Louis-S.-St-Laurent JUIN 2015 DOCUMENT DE CONSULTATION PUBLIQUE

Louis-S.-St-Laurent JUIN 2015 DOCUMENT DE CONSULTATION PUBLIQUE Louis-S.-St-Laurent JUIN 2015 DOCUMENT DE CONSULTATION PUBLIQUE Une invitation à participer Le lieu historique national Louis-S.-St-Laurent a débuté le processus de révision de son plan directeur. À cette

Plus en détail

1- Hôpital des Sœurs grises. 2- Église Notre-Dame

1- Hôpital des Sœurs grises. 2- Église Notre-Dame 1- Hôpital des Sœurs grises Plusieurs classes de personnes viennent en mes murs. Qu elles soient riches ou pauvres elles ont, pour la majorité, un point en commun. Elles viennent se faire soigner par des

Plus en détail

A VENDRE - espace contemporain d exception

A VENDRE - espace contemporain d exception A VENDRE - espace contemporain d exception Maison d Habitation - 2013 COLOMBIER / NE "L architecture est le jeu, savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière." LE CORBUSIER, Vers une architecture,

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Saint-Pierre-Apôtre Autre(s) appellation(s) Saint-Thomas-Apôtre 2. No. dossier 63 3. No. réf. Archives CSDM 240 / 240 4. ANNÉE de construction 1952 5. ARCHITECTE

Plus en détail

LES PORTES ET LES FENÊTRES

LES PORTES ET LES FENÊTRES FICHE PATRIMOINE LES PORTES ET LES FENÊTRES Ce que tout propriétaire doit savoir en LES PORTES ET LES FENÊTRES PRÉSERVER LE CACHET DU PLATEAU Chaque immeuble, même le plus modeste, fait partie du patrimoine

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sans-Frontières Autre(s) appellation(s) St. Brendan s School. 2. No. dossier 66

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sans-Frontières Autre(s) appellation(s) St. Brendan s School. 2. No. dossier 66 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sans-Frontières Autre(s) appellation(s) St. Brendan s School 2. No. dossier 66 3. No. réf. Archives CSDM 410 / 410 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School. 2. No. dossier 64. 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sainte-Bibiane Autre(s) appellation(s) Drummond School 2. No. dossier 64 3. No. réf. Archives CSDM 026 / 542 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

VILLE DE MOUDON. Règlement du Plan d Extension du Centre RPEC. Mars 1973

VILLE DE MOUDON. Règlement du Plan d Extension du Centre RPEC. Mars 1973 VILLE DE MOUDON Règlement du Plan d Extension du Centre RPEC Mars 1973 1 Règlement du plan d extension du centre CHAPITRE PREMIER Dispositions générales et police des constructions Article premier Le plan

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Jeanne-LeBer Autre(s) appellation(s) Saint-Jean 2. No. dossier 56 3. No. réf. Archives CSDM 300 / 300 4. ANNÉE de construction 1957 5. ARCHITECTE concepteur Louis

Plus en détail

Les églises Renaissance de Roissy Porte de France

Les églises Renaissance de Roissy Porte de France Les églises Renaissance de Roissy Porte de France Livret parcours À l occasion des journées européennes du patrimoine, ARCHÉA et le musée national de la Renaissance vous proposent de découvrir un aspect

Plus en détail

4 ème prix / projet n 31 / Tournerêve. Critique du jury

4 ème prix / projet n 31 / Tournerêve. Critique du jury Construction d un Planétarium et d un Centre des Sciences et de la Nature Page 21 Concours d'architecture, concours de projets en procédure ouverte Rapport final du jury 4 ème prix / projet n 31 / Tournerêve

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE BEAUPRÉ RÈGLEMENT NUMÉRO 1010 Règlement modifiant le règlement relatif aux plans d'implantation et d'intégration architecturale (P.I.A.) et portant le numéro 972 pour: - assujettir

Plus en détail

TRADITIONS, MÉTIERS ET ETHNOGRAPHIE

TRADITIONS, MÉTIERS ET ETHNOGRAPHIE TRADITIONS, MÉTIERS ET ETHNOGRAPHIE multimédia www.bulgariatravel.org L ART ET LE MÉTIER DU TAPISSIER Programme opérationnel «Développement régional» 2007-2013 www.bgregio.eu Nous investissons dans votre

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE La MRC des Laurentides est située au cœur de la région du même nom. Elle s étale sur 2 500 km 2 et compte 20 villes et municipalités locales. Sa population de

Plus en détail

Section 5 - PIIA relatif à un territoire d intérêt patrimonial

Section 5 - PIIA relatif à un territoire d intérêt patrimonial Section 5 - PIIA relatif à un territoire d intérêt patrimonial Domaine d application Les objectifs et les critères de la présente section s appliquent dans le territoire* délimité sur le plan de l annexe

Plus en détail

La gestion des unités de paysage et immeubles d intérêt

La gestion des unités de paysage et immeubles d intérêt Projet de règlement modifiant le Règlement d urbanisme de l arrondissement de Ville-Marie 30 janvier 2013 Note explicative La gestion des unités de paysage et immeubles d intérêt Gestion des unités de

Plus en détail

Compilation des missions et. dessertes protestantes. dans les. Cantons de l Est

Compilation des missions et. dessertes protestantes. dans les. Cantons de l Est Compilation des missions et dessertes protestantes dans les Cantons de l Est Église St-Peters de Sherbrooke, par Tom Smalley Ce document a été compilé et édité par : La Société de généalogie des Cantons

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

Chapitre premier. 1. Le territoire de la MRC de L Islet. 1.1 La description du territoire

Chapitre premier. 1. Le territoire de la MRC de L Islet. 1.1 La description du territoire Chapitre premier 1. Le territoire de la MRC de L Islet 1.1 La description du territoire 1.1.1 Localisation La MRC de L Islet est située sur la rive sud du fleuve Saint Laurent à l extrémité est de la région

Plus en détail

PLAN D ACTION CULTUREL

PLAN D ACTION CULTUREL 2016 Loisirs PLAN D ACTION CULTUREL Volets, objectifs et actions en lien avec la politique INTRODUCTION Le 23 février 2009, après avoir consulté le milieu culturel de Verchères, il était apparu que de

Plus en détail

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015)

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Ce rapport explique comment la politique immobilière de l EPG est concrètement mise en œuvre dans

Plus en détail

Maladrerie. Saint - Lazare

Maladrerie. Saint - Lazare Maladrerie Saint - Lazare La Maladrerie Saint-Lazare Exemple remarquable en France de l architecture hospitalière des XII e et XIII e siècles, la Maladrerie Saint-Lazare se réveille et dévoile au public

Plus en détail

DEAUVILLE - Avenue Strassburger Entre golf et hippodrome, un site d exception

DEAUVILLE - Avenue Strassburger Entre golf et hippodrome, un site d exception DEAUVILLE - Avenue Strassburger Entre golf et hippodrome, un site d exception D E A U V I L L E > DEAUVILLE, SES PLANCHES, SES FESTIVALS, SES COURSES Et son art de vivre. La Villa Strassburger Station

Plus en détail

Circulation à vélo sur les campus universitaires. Quelques expériences canadiennes et américaines

Circulation à vélo sur les campus universitaires. Quelques expériences canadiennes et américaines Circulation à vélo sur les campus universitaires Quelques expériences canadiennes et américaines Octobre 2004 Introduction Au printemps 2004, en réponse au sommet de Montréal de 2002, la ville de Montréal

Plus en détail

Communiqué Pour diffusion immédiate

Communiqué Pour diffusion immédiate La maison Merry deviendra un lieu de mémoire citoyen pour Magog Magog, le 18 septembre 2014 La Ville de Magog a présenté aujourd hui, en conférence de presse, le projet de mise en valeur de la maison Merry,

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca

BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca Réaménagement de l autoroute Bonaventure à l entrée du centre-ville Sommaire des études de faisabilité Avril 2007 BANQUE D IMAGES www.havremontreal.qc.ca Autoroute_Bonaventure_vue_aérienne_2004.jpg Vue

Plus en détail

VILLE DE SAINT-PASCAL FICHE DESCRIPTIVE DE PROPRIÉTÉ FICHE NO - 46

VILLE DE SAINT-PASCAL FICHE DESCRIPTIVE DE PROPRIÉTÉ FICHE NO - 46 VILLE DE SAINT-PASCAL FICHE DESCRIPTIVE DE PROPRIÉTÉ FICHE NO - 46 ADRESSE: 608-612 RUE TACHÉ STYLE DE BÂTIMENT: NÉO-COLONIAL NO DE NÉGATIF: 2000-02-16 COMPOSANTES ARCHITECTURALES Élévation 2 étages Forme

Plus en détail

Circuit au QUEBEC. Circuit du QUEBEC

Circuit au QUEBEC. Circuit du QUEBEC Circuit au QUEBEC Circuit du QUEBEC THE POWER OF YES THE POWER OF YES DETAILS Date City / # of nights Distance Québec / 2 nuits 250 Km 3h10 StRose du Nord / 2 nuits 100 Km 1h30 Tadoussac/ 1 nuit 80 Km

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

1. Le Règlement 01-4501 sur le zonage est modifié par : «7.2 SITES PATRIMONIAUX CITÉS

1. Le Règlement 01-4501 sur le zonage est modifié par : «7.2 SITES PATRIMONIAUX CITÉS RÈGLEMENT VL-2014-576 MODIFIANT LE RÈGLEMENT 01-4501 SUR LE ZONAGE, AFIN DE MODIFIER LES NORMES RELATIVES AUX SITES PATRIMONIAUX CITÉS (DISTRICTS DE SAINT-CHARLES ET DE FATIMA- DU PARCOURS-DU-CERF) LE

Plus en détail

Vu le paragraphe 3 de l article 89 de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C- 11.4);

Vu le paragraphe 3 de l article 89 de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C- 11.4); VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT XX-XXX RÈGLEMENT AUTORISANT LA TRANSFORMATION ET L OCCUPATION À DES FINS RÉSIDENTIELLES ET COMMERCIALES DES BÂTIMENTS PORTANT LES NUMÉROS 6650 ET 6666, RUE SAINT-URBAIN (LOTS

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL DE DUDSWELL 2012-2013

PLAN DE TRAVAIL DE DUDSWELL 2012-2013 PLAN DE TRAVAIL DE DUDSWELL 2012-2013 Mise en contexte Dans le cadre de la politique nationale de la ruralité 2 (2007-2014), l entente signée entre la MRC et le MAMR prévoit l élaboration d une démarche

Plus en détail

Fiche - Patrimoine Les portes et les fenêtres

Fiche - Patrimoine Les portes et les fenêtres Fiche - Patrimoine Les portes et les fenêtres Réalisé par Stéphanie Lavigne, agente technique en architecture Collaboration de Vladimir Ulman, architecte ** Le contenu de cette fiche ne peut en aucun cas

Plus en détail

ruines du château, parc, douves et abords

ruines du château, parc, douves et abords FICHE 14 Sagonne : ruines du château, parc, douves et abords Commune : Sagonne Statut : site inscrit le 10 janvier 1947 Superficie : 6 hectares Monuments Historiques à l intérieur du site : - Ruines du

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville

Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville Autour du château Frontenac, le Vieux-Québec de la haute-ville Si le quartier de la Place Royale était le lieu privilégié des commerçants, la haute-ville était quant à elle le refuge des religieux. Ursulines,

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

Mémoire soumis à l Office de Consultation Publique de Montréal

Mémoire soumis à l Office de Consultation Publique de Montréal Mémoire soumis à l Office de Consultation Publique de Montréal Dans le cadre des consultations publiques concernant le Projet immobilier de la rue St-Antoine Ouest Mémoire présenté par Destination Centre-Ville

Plus en détail

Plan d'aménagement général Partie écrite Règlement sur les bâtisses

Plan d'aménagement général Partie écrite Règlement sur les bâtisses Commune de Käerjeng Localités de Clemency Fingig Plan d'aménagement général Partie écrite Règlement sur les bâtisses Texte coordonné, approuvé en septembre 2013 Extraits 1/5 Art. 7 Secteurs de faible densité

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI

LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI Les constructions des maisons repérées comme éléments de patrimoine de ces quartiers s étalent, on l a vu, de la fin du XIXème siècle à la période d entre-deuxguerres.

Plus en détail

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements

LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION. Une période de grands bouleversements LE CANADA: UN PAYS EN CONSTRUCTION Une période de grands bouleversements Les rébellions de 1837-1838 L acte constitutionnel de 1791 a modifié l organisation de la société. S il a permis de régler certains

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS

PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS Note : La consultation publique a lieu le lundi, 27 mars, 18

Plus en détail

John A. Macdonald. En 1867, il devient le premier chef du gouvernement du Canada.

John A. Macdonald. En 1867, il devient le premier chef du gouvernement du Canada. John A. Macdonald En 1867, il devient le premier chef du gouvernement du Canada. Selon lui, la nouvelle fédération canadienne contribuera au développement économique et social de toutes les provinces.

Plus en détail

La Perle des Cantons de l Est

La Perle des Cantons de l Est La Perle des Cantons de l Est S 1/P,003,000,000,023,0854 [1884] Monastère de Stanstead tanstead ou Perle des Cantons de l Est accueillera un troisième monastère d Ursulines au Canada. Après Trois-Rivières

Plus en détail

2009-89 ADOPTION DE L OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE. Diane Beaulieu Désy, conseillère Paul Yvon Dumais, conseiller Rémi Bélanger, conseiller

2009-89 ADOPTION DE L OUVERTURE DE L ASSEMBLÉE. Diane Beaulieu Désy, conseillère Paul Yvon Dumais, conseiller Rémi Bélanger, conseiller Procès-verbal de l assemblée ajournée du conseil de la Municipalité de Saint-Antoine-de-Tilly, tenue le 11 mai 2009, à 20 h, au centre communautaire, 945, rue de l Église, Saint-Antoine-de-Tilly. 1. OUVERTURE

Plus en détail

Inventaire du patrimoine bâti de la MRC de La Côte-de-Beaupré Typologie architecturale Boischatel

Inventaire du patrimoine bâti de la MRC de La Côte-de-Beaupré Typologie architecturale Boischatel Inventaire du patrimoine bâti de la MRC de La Côte-de-Beaupré Typologie architecturale Boischatel TOTAL Toit à deux versants à pente forte (maison dʼinspiration française) Toit à deux versants à pente

Plus en détail

LIGNE DE TEMPS. Indices A B C D E F G H I J. Répulsion. Attraction. Expérience

LIGNE DE TEMPS. Indices A B C D E F G H I J. Répulsion. Attraction. Expérience EuGENEus Bienvenue au jeu Plier bagage! Associe chaque facteur répulsif (raison pour quitter un endroit) et chaque facteur attractif (raison pour choisir un endroit) à la période qui lui convient. Tu pourras

Plus en détail

BOIS MASSIF ET TRADITION TEXTE : PATRICIA PARQUET. PHOTOS : ATELIER DU CYCLOPE.

BOIS MASSIF ET TRADITION TEXTE : PATRICIA PARQUET. PHOTOS : ATELIER DU CYCLOPE. CONSTRUIRE BOIS MASSIF ET TRADITION COSSU, FLAMBANT NEUF, LUMINEUX, CE CHALET EN BOIS MASSIF EST IMPLANTÉ SUR LES HAUTEURS DE SAINT-GERVAIS EN HAUTE-SAVOIE. LE MONT-BLANC D UN CÔTÉ ET LA CHAÎNE DES FIZ

Plus en détail

Villes et Pays d art et d histoire. raconte-moi. Angerset les grandes. transformations urbaines de 1800 à 1945

Villes et Pays d art et d histoire. raconte-moi. Angerset les grandes. transformations urbaines de 1800 à 1945 Villes et Pays d art et d histoire raconte-moi Angerset les grandes transformations urbaines de 1800 à 1945 C omme beaucoup de villes de taille moyenne en France, au début du XIX e siècle Angers est encore

Plus en détail

VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS BANDEAU ALLÈGE ENCADREMENT DE BAIE SOUBASSEMENT CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU

VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS BANDEAU ALLÈGE ENCADREMENT DE BAIE SOUBASSEMENT CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU 2 VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS ENCADREMENT DE BAIE ALLÈGE SOUBASSEMENT BANDEAU MODÉNATURE ENSEMBLE DE DÉCORS ET MOULURES CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU QUEUE DE VACHE

Plus en détail

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035»

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035» VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT 1 «LAC-SIMON 2035» Contexte de la démarche Révision du plan et des règlements d urbanisme de Lac-Simon Révision en cours du Schéma d aménagement et

Plus en détail

CHATEAUX PATRONAUX DU PAYS DE MONTBELIARD

CHATEAUX PATRONAUX DU PAYS DE MONTBELIARD CHATEAUX PATRONAUX DU PAYS DE MONTBELIARD Des constructions chargées de relayer la puissance de l entreprise industrielle, témoins d une époque et de compétences techniques et artistiques. Objectif général

Plus en détail

Présentation des résultats

Présentation des résultats Enquête sur le transport et la communauté collégiale Présentation des résultats Par Les étudiants du groupe 3115 Dans le cadre du cours Méthodes quantitatives en sciences humaines sous la supervision de

Plus en détail

EPREUVE «Histoire des Arts»

EPREUVE «Histoire des Arts» EPREUVE «Histoire des Arts» La gare de Saint Dalmas de Tende : entre frontières et pouvoir Travail interdisciplinaire : Histoire / Technologie Collège Jean-Baptiste Rusca Saint Dalmas de Tende Antiquité

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE PIEDMONT. RÈGLEMENT N o 761-07-15

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE PIEDMONT. RÈGLEMENT N o 761-07-15 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE PIEDMONT RÈGLEMENT N o 761-07-15 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT #761-07 PORTANT SUR LE PLAN D IMPLANTATION ET D INTÉGRATION ARCHITECTURALE SUR LE TERRITOIRE DE LA MUNICIPALITÉ

Plus en détail