de la thrombose veineuse et de l embolie pulmonaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "de la thrombose veineuse et de l embolie pulmonaire"

Transcription

1 & Prévention TRAITEMENT de la thrombose veineuse et de l embolie pulmonaire Brochure d information pour le patient Service offert par TAIN 2006 CARDIO 17

2 CONTENU 1 Introduction 3 La maladie thromboembolique veineuse 4 Aspects pratiques de la prévention et du traitement 14 Carnet personnel d anticoagulation 25

3 INTRODUCTION 3 La maladie thromboembolique veineuse recouvre la thrombose veineuse (thrombophlébite) et l embolie pulmonaire. Ces deux manifestations sont souvent associées chez le même malade. Au cours des dernières années, des progrès substantiels ont été accomplis dans la connaissance des mécanismes responsables de la maladie thromboembolique (thrombophilie), mais aussi dans les méthodes de prévention, de diagnostic et de traitement. Concernant ce dernier aspect, la principale évolution concerne la diminution et le raccourcissement des hospitalisations, privilégiant le traitement à domicile. Notre objectif est de fournir une information à l usage du patient offrant une meilleure compréhension du traitement et améliorant la coordination entre les médecins chargés de sa surveillance. Nous donnons bien évidemment une information générale qui doit être adaptée à la situation individuelle de chaque patient. En ce qui concerne l utilisation de médicaments, nous vous conseillons en plus de l information générale que vous trouverez dans ce livret de consulter la notice du produit qui vous a été prescrit et de vous en tenir strictement à ce que votre médecin vous a conseillé. Nous espérons que cette contribution vous sera utile.vos réactions et commentaires sont les bienvenus afin d améliorer une version ultérieure de ce document. Professeur Philippe Hainaut Médecine Interne Maladie thromboembolique Cliniques Universitaires St Luc 1200 Bruxelles

4 La maladie THROMBOEMBOLIQUE veineuse La pression sanguine existante au niveau des veines est faible. La fonction aspirante de la pompe cardiaque ne suffit donc pas pour aspirer le sang du bas des jambes vers le haut. Le coeur est donc aidé en cela par : 5 La circulation sanguine Le sang circule en permanence dans les vaisseaux sanguins. Du coeur, il est amené par les artères aux différents tissus de tout l organisme, auxquels il apporte les éléments nutritifs et l oxygène. Dans les tissus, il se charge en déchets puis retourne au coeur par les veines. Du coeur, le sang repart alors vers les poumons, où il se débarrasse de certains déchets (CO2) et se recharge en oxygène. Le circuit peut alors recommencer. Les valves à différents niveaux des veines empêchent, lorsqu elles sont en bon état, le sang de refluer vers le bas. Les muscles du mollet : leur contraction lors des mouvements (la marche entre autres) comprime les veines situées sous le genou et contribue également à la propulsion du sang vers le haut. La pompe plantaire : la plante du pied comporte un réseau spongieux de vaisseaux sanguins. Lors de la marche, la compression de cette éponge sanguine aide à la propulsion du sang vers le haut.

5 La coagulation sanguine Lorsque la paroi d un vaisseau sanguin est lésée par un traumatisme, un caillot sanguin (appelé thrombus) se forme à l endroit de la lésion pour colmater la brèche et arrêter le saignement. Dans un premier temps, ce sont les plaquettes sanguines (petites cellules sans noyau) qui participent à la formation de ce caillot : elles adhèrent à la paroi vasculaire lésée puis s activent et s agrègent entre elles. Par la suite, les mécanismes de la coagulation entrent en action, comportant une série de réactions menant à la formation d un réseau résistant et élastique de fibrine. Ce réseau de fibrine emprisonne des globules rouges, qui donnent au caillot sa couleur rouge foncé caractéristique. Dans la circulation artérielle, l agrégation de plaquettes est prédominante, avec peu de fibrine (on parle alors de caillot blanc). Dans la circulation veineuse, la coagulation prédomine, avec formation d un réseau de fibrine emprisonnant les globules rouges (on parle alors de caillot rouge). Par la suite, le caillot se dissout, en même temps que se répare la paroi vasculaire. Ce processus de dissolution du caillot fait appel à d autres réactions et porte le nom de fibrinolyse (spontanée ou activée par certains médicaments fibrinolytiques). Une coagulation harmonieuse résulte d un équilibre entre des phénomènes activateurs et inhibiteurs. Trois éléments (appelés triade de Virchow ) favorisent l apparition d un thrombus veineux : Une stase veineuse (ralentissement de la circulation du sang dans les veines) Une lésion de la paroi vasculaire Un trouble de l hémostase (un déséquilibre entre les facteurs stimulants et les facteurs inhibiteurs de la coagulation, ou une insuffisance de la fibrinolyse). Les caillots veineux indésirables Les caillots sanguins se forment lorsqu il y a lésion de la paroi vasculaire et qu il faut arrêter un saignement. Ils sont ensuite résorbés. Inversement, un caillot ne devrait pas se former en présence d une paroi vasculaire saine. Dans certaines circonstances toutefois, un caillot peut apparaître là où il n est pas nécessaire. En général, ceci est la conséquence d un ou de plusieurs facteurs favorisant l apparition d un caillot (voir plus haut les trois facteurs de la triade de Virchow ). Le développement d un caillot indésirable se produit le plus souvent au niveau des veines profondes des membres inférieurs (on parle alors de thrombose veineuse profonde), notamment dans les circonstances suivantes : Immobilisation : Intervention chirurgicale : Thrombophilie : produit un ralentissement de la circulation veineuse dans les membres inférieurs. Sont à prendre en considération: une longue période d alitement, la pose d un plâtre, un long voyage en position assise (avion, voiture) ou d autres circonstances particulières, telles que l insuffisance cardiaque ou respiratoire ou une infection grave implique par définition immobilisation, déséquilibre des facteurs de coagulation et atteinte de la paroi vasculaire (la réunion des 3 facteurs de la triade de Virchow). déséquilibre acquis ou héréditaire, des facteurs régulant la coagulation, responsable d un risque accru de thromboses. 7

6 Quelles sont les conséquences du développement de caillots veineux? Si aucun traitement n est prescrit, les caillots sanguins d origine veineuse peuvent évoluer de différentes manières: Facteurs de risque thromboembolique Certains facteurs propres au patient augmentent le risque de thrombose veineuse profonde : 9 Le caillot régresse et se dissout spontanément, ce qui n entraîne donc aucune complication. Le caillot obstrue partiellement ou complètement la veine: constitution d une thrombose veineuse (ou thrombophlébite). Le caillot peut se détacher en totalité ou en partie, de la paroi veineuse et être entraîné dans la circulation. Il peut alors migrer jusqu au coeur et la circulation pulmonaire (= embolie pulmonaire). Une ou plusieurs branches de l artère pulmonaire peuvent êtres ainsi obstruées, ce qui entraîne des troubles respiratoires plus ou moins sévères et dans certaines situations, un retentissement sur la fonction cardiaque. Des complications précoces ou tardives peuvent apparaître sous la forme d un syndrome post-thrombotique : il se manifeste le plus souvent par une lourdeur et un gonflement des jambes. Ceci est dû à l altération des valves veineuses à la suite d une thrombose veineuse profonde. Le sang est donc insuffisamment pompé vers le haut, il stagne dans le bas des jambes et un stase veineuse chronique se développe ainsi. Un tel syndrome postthrombotique peut à son tour favoriser le développement d une nouvelle thrombose profonde. Plus tardivement l insuffisance veineuse peut engendrer des ulcères variqueux. Le risque d embolie pulmonaire étant étroitement liée à l apparition d une thrombose veineuse profonde, on parle de maladie thromboembolique veineuse. Notons cependant que les caillots d origine veineuse n atteignent pas les artères. Ils ne provoquent donc ni infarctus du myocarde, ni accident vasculaire cérébral. Age (supérieur à 40 ans) Antécédents de thrombose veineuse profonde ou d embolie pulmonaire Décompensation cardiaque Cancer et certains traitements de la maladie cancéreuse Maladies inflammatoires intestinales (Crohn, rectocolite ulcéro-hémorragique) Contraceptifs oestro-progestatifs Substitution hormonale après la ménopause Altérations acquises ou héréditaires de la composition du sang ou des facteurs de coagulation (=thrombophile) Varices, insuffisance veineuse Traumatisme et immobilisation plâtrée d un membre inférieur Grossesse et post-partum (période après l accouchement) Certaines interventions chirurgicales comportent un risque plus ou moins élevé de complications thromboemboliques. On peut citer de manière non exhaustive, la chirurgie orthopédique (prothèse totale de hanche et du genou), la chirurgie néoplasique (pour un cancer), les interventions générales lourdes, En cas d intervention, le risque de thrombose veineuse profonde peut persister après la sortie de l hôpital et dépend du type d intervention. C est pourquoi les méthodes préventives (voir plus loin) prescrites à l hôpital sont poursuivies à domicile dans certaines circonstances. Certaines situations médicales: immobilisation de plusieurs jours dans un contexte d insuffisance cardiaque ou respiratoire, d infection sévère, d accident vasculaire cérébral ou de problème rhumatismal aigu.

7 Signes cliniques d un événement thromboembolique Comment prévenir la maladie thromboembolique veineuse 11 Thrombose veineuse profonde : une majorité de thromboses veineuses profondes (> 50%) sont asymptomatiques. Les symptômes suivants peuvent révéler la présence d une thrombose veineuse profonde : Douleur inhabituelle au niveau d un membre inférieur, augmentée à la marche Gonflement unilatéral d un membre inférieur. L Embolie pulmonaire est aussi fréquemment asymptomatique. Les symptômes d appel les plus fréquents sont : Un essoufflement inhabituel Une douleur thoracique majorée à l inspiration profonde Des crachats de sang Une toux inexpliquée. I Méthodes physiques de prévention: 1/ Mobilisation - exercices physiques L immobilisation (et donc l alitement) est une des causes principales de la formation de caillots sanguins. C est pourquoi il est très important de bouger le plus possible et de favoriser la marche et les exercices de kinésithérapie. Toutefois, ceci n est pas toujours possible. Certains mouvements, même effectués au lit, contribuent à réduire le risque thromboembolique. a) Étirement, le plus souvent possible, des muscles de la jambe par flexion et extension du pied: ceci stimule la circulation veineuse. Ces symptômes peuvent bien entendu avoir une origine autre que l embolie pulmonaire. Néanmoins, si vous constatez la présence d un ou plusieurs de ces symptômes, avertissez-en immédiatement votre médecin qui jugera de l opportunité d examens complémentaires et d un traitement éventuel. b) Position des jambes: de préférence surélevée.

8 c) Exercice de pédalage, ou étirement des jambes vers le pied du lit puis retour vers la poitrine II Méthodes médicamenteuses de prévention: Lorsqu un médicament s avère nécessaire pour la prévention, c est une héparine qui est généralement prescrite. Ces médicaments ayant pour but de ralentir la coagulation sanguine, ils peuvent accroître le risque de saignement (notamment au niveau d une plaie opératoire). 13 Les héparines Les héparines inhibent (=freinent) les dernières réactions de la cascade de coagulation, empêchant ainsi la formation du réseau de fibrine. Il existe deux sortes d héparines: l héparine dite standard et l héparine de bas poids moléculaire. 2/ Port de bas de contention Les bas de contention exercent un gradient de pression (= une pression plus importante dans le bas de la jambe que dans le haut) et favorisent le retour du sang veineux vers le coeur. Dès la veille d une intervention ou lors d une immobilisation de plusieurs jours, ces bas sont utilisés, soit seuls, soit en complément de médicaments administrés pour la prévention de la thrombose veineuse. 3/ Compression des muscles du pied et du mollet Une manchette de compression est placée autour du pied et du mollet. Elle est alternativement gonflée puis dégonflée, imitant ainsi ce qui se passe lors de la marche, ce qui améliore le retour veineux. L HÉPARINE STANDARD L utilisation de l héparine standard requiert une surveillance biologique étroite et plusieurs administrations quotidiennes. Pour ces raisons, elle n est pratiquement plus utilisée dans cette indication. LES HÉPARINES DE BAS POIDS MOLÉCULAIRE (HBPM) Les héparines de bas poids moléculaire ont la même origine que l héparine standard citée ci-dessus, mais elles ont été fragmentées en molécules de plus petite taille, d où leur nom d héparines de bas poids moléculaire. Ces héparines ont plusieurs avantages sur l héparine standard: Une bonne absorption par voie sous-cutanée Une efficacité supérieure dans certaines situations Une longue durée d action permettant une seule administration par jour Les contrôles biologiques sont simplifiés : ils se limitent à une numération des plaquettes sanguines lors d un traitement de plus de 5 jours Les héparines de bas poids moléculaire sont disponibles en seringues pré-remplies prêtes pour l injection sous-cutanée. Leur utilisation est donc très simple non seulement à l hôpital, mais également à domicile.

9 Aspects pratiques DE LA PRÉVENTION et du traitement Votre médecin vous a prescrit une Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) (FRAXIPARINE, FRAXODI, CLEXANE, FRAGMIN OU INNOHEP ) L administration du médicament Les héparines de bas poids moléculaire sont disponibles sous forme de seringues préremplies pour injections sous-cutanées. Il existe différents dosages, adaptés au poids et à la situation du patient (soit prévention, soit traitement). L injection sous-cutanée est simple à réaliser. A l hôpital, une infirmière se chargera de vos injections quotidiennes. À domicile, vous pouvez facilement les faire vous-même. Toutefois, si vous le souhaitez, un membre de votre famille ou une infirmière peut se charger d effectuer les injections. Il est très important que vous respectiez scrupuleusement la prescription de votre médecin, même si vous ne ressentez aucun symptôme, puisque la plupart des thromboses veineuses profondes sont asymptomatiques. Référez-vous aux figures ci-après pour la technique d injection souscutanée. Enlevez le film protecteur de l emballage et retirez le capuchon de l aiguille. ATTENTION: IL NE FAUT PAS PURGER LA BULLE PRÉSENTE AU-DESSUS DU LIQUIDE. L injection doit se faire dans le tissu sous-cutané (sous la peau) de la ceinture abdominale, à distance du nombril et d une plaie éventuelle (environ à mi-distance du nombril et de la hanche) (fig a ). Après avoir désinfecté la peau, formez un pli cutané (fig b ). Introduisez verticalement* l aiguille sur toute sa longueur dans le pli cutané (fig c ). Le pli doit être maintenu durant toute la durée de l injection * Remarque: Certains praticiens recommandent une injection semi tangentielle. Injectez lentement la solution (fig d ). Après l injection, retirez l aiguille et lâchez le pli. Si un peu de sang apparaît au point d injection, pressez l endroit durant quelques minutes à l aide d une compresse. Il peut arriver que de petits hématomes se développent au site d injection. Vous éviterez ces problèmes en respectant scrupuleusement la technique d injection illustrée. Après injection l'aiguille doit être rangée pour éviter tout risque de piqûre accidentelle. Certaines marques prévoient à cet effet des systémes de sécurité spécifiques. klik! a b c d 15

10 Le contrôle du traitement Le traitement par héparine de bas poids moléculaire (HBPM) ne doit pas faire l objet d un monitoring. Toutefois, un contrôle régulier du nombre de plaquettes sanguines doit être réalisé en cours de traitement, si celui-ci est de plus de 5 jours. Dans ce cas, la fréquence des contrôles est hebdomadaire. Ils doivent être réalisés au cours des 3 premières semaines de traitement. La fonction rénale est contrôlée avant l instauration d un traitement par HBPM. La prise d autres médicaments La prise d autres médicaments peut accroître le risque de saignement. La prudence est donc recommandée en cas de prescription simultanée de médicaments anti-inflammatoires, de médicaments contenant de l acide acétylsalicylique, et d autres agents anti-plaquettaire. En cas de douleurs banales (céphalées, douleurs dentaires, arthrose ), on préfère utiliser un dérivé du paracétamol (comme par exemple : Dafalgan, Efferalgan, Perdolan, Panadol, Curpol ) ou si nécessaire un anti-inflammatoire non-stéroidien léger (comme par exemple : Naprosyne ou Brufen ). La nourriture Il n y a pas de recommandation particulière en termes d alimentation si vous avez un traitement par HBPM. Une alimentation saine et équilibrée est bien sûr toujours conseillée, mais vous ne devez pas éviter d aliment particulier en raison de votre traitement. Le sport Vous pouvez continuer à pratiquer sans restriction la plupart des sports sauf ceux qui exposent à des traumatismes violents. Les sports habituels (vélo, jogging, natation, tennis ) peuvent être réalisés sans difficulté particulière. Ne faites toutefois pas des efforts excessifs et veillez à une bonne hydratation. En cas de doute sur la pratique d un sport, interrogez votre médecin. Les hémorragies Le traitement par héparine de bas poids moléculaire ayant pour but de diminuer la tendance de votre sang à coaguler, un saignement peut survenir. En cas de saignement anormal, consultez immédiatement votre médecin. Les interventions chirurgicales Le traitement par héparines de bas poids moléculaire doit être adapté en cas de chirurgie. Chez les patients sous anti-vitamine K (AVK) en traitement chronique et devant subir une intervention chirurgicale, les HBPM, du fait de leur bonne tolérance, sont utilisées en remplacement des AVK durant quelques jours. Ainsi, si tel est votre cas, votre traitement aux AVK sera interrompu avant certaines interventions et remplacé par une héparine de bas poids moléculaire. Le traitement par HBPM sera poursuivi au cours des premiers jours de réintroduction des AVK. Les soins dentaires Signalez à votre dentiste la prise d HBPM 17

11 La grossesse Les héparines de bas poids moléculaire présentent l avantage de ne pas passer la barrière placentaire, et ne présentent donc pas de danger pour le foetus (contrairement aux AVK). Des grossesses dites à haut risque sont d ailleurs menées à bien, grâce à l administration d HBPM durant plusieurs mois. Si une grossesse devait survenir sous traitement, avertissez-en votre médecin, afin qu il puisse prendre les mesures appropriées en termes de traitement et de suivi. La lactation Les HBPM ne passent pas dans le lait maternel. L allaitement est donc possible si la maman est en traitement avec des HBPM. Avertissez-en votre médecin, afin qu il puisse prendre les mesures appropriées en termes de traitement et de suivi. La contraception Dans la plupart des situations, rappelons que les contraceptifs oestro-progestatifs sont contre-indiqués dans les suites d un accident thromboembolique (thrombose veineuse, embolie pulmonaire). Votre médecin vous a prescrit des AntiVitamine K (AVK) (SINTROM, MARCOUMAR OU MAREVAN ) La prise du médicament Respectez scrupuleusement la dose d anticoagulants prescrite par votre médecin. Une dose insuffisante nuit à l efficacité de votre traitement et une dose excessive entraîne un risque d hémorragie. Tenez à jour ce carnet de suivi dans lequel vous consignez les doses prescrites et les résultats des contrôles sanguins. Prenez le médicament chaque jour au même moment de la journée, de préférence le soir. Ceci vous aidera à ne pas l oublier et équilibrera plus facilement votre traitement. Si le retard n excède pas 4 à 6 heures, vous pouvez prendre la dose oubliée. Si le délai est supérieur à 6 heures, vous omettez cette dose et prendrez régulièrement les doses suivantes.vous en informerez votre médecin lors de la prochaine consultation. La durée de votre traitement anticoagulant a été fixée en fonction de votre situation médicale et de l évolution de votre état de santé. La durée préconisée a été communiquée à votre médecin traitant. Il est important de la respecter et de ne pas interrompre prématurément votre traitement sans un avis médical autorisé. Elle est au minimum de 6 mois dans la plupart des situations, mais dans certains cas, des traitements plus longs, voire permanents sont préconisés. 19 Le contrôle du traitement Le traitement anticoagulant doit être adapté individuellement. La dose du médicament varie en fonction du résultat d une analyse sanguine que l on appelle INR (International Normalized Ratio). Généralement, ce résultat est compris entre 2 et 3 lorsque le traitement est bien équilibré.

12 Parfois, ce résultat est encore exprimé sous la forme d un pourcentage (% de Quick) mais l utilisation de l INR tend à se généraliser. Il offre l avantage d être mieux standardisé entre les différents laboratoires, y compris à l étranger. En début de traitement, des contrôles fréquents (bihebdomadaires) sont réalisés. Une fois l équilibre atteint, les contrôles sont progressivement espacés, jusqu à une prise de sang toutes les 3 à 4 semaines en période de stabilité. Toutefois, à chaque modification de la dose d anticoagulant, un contrôle doit être réalisé au cours de la semaine qui suit cette modification. Vous discuterez avec le médecin en charge de votre traitement, de la fréquence des analyses sanguines, des modalités de la prise de sang et des adaptations de traitements qui en découlent. La prise d autres médicaments Sollicitez toujours l avis de votre médecin avant de prendre un nouveau médicament car les interactions avec les antivitamine K sont multiples et peuvent être dangereuses. Elles concernent même des médicaments de réputation anodine comme des complexes vitaminiques, certaines préparations homéopathiques et l acide acétylsalicylique (attention: l acice acétylsalicylique, le principe actif de l Aspirine est également présent dans de nombreux autres médicaments, notamment contre la douleur). Sachez que la prise d autres médicaments peut déséquilibrer votre traitement anticoagulant, en le rendant soit inefficace, soit au contraire excessif (risque d hémorragie). En cas de douleurs banales (céphalées, douleurs dentaires, arthrose ), on préfère utiliser un dérivé du paracétamol (comme par exemple : Dafalgan, Efferalgan, Perdolan, Panadol, Curpol ) ou si nécessaire un anti-inflammatoire non-stéroidien léger (comme par exemple: Naprosyne ou Brufen ). Attention, à doses élevées (> 2 g/jour), même le paracétamol peut modifier l équilibre de votre traitement. Indiquez dès lors à tout médecin que vous consultez, que vous êtes traité par anticoagulants. La nourriture Vous ne devez pas changer votre alimentation habituelle. Sachez cependant que certains aliments riches en vitamines K peuvent modifier l équilibre de votre traitement s ils sont consommés en grande quantité. Il s agit essentiellement de : choux, salades, pois, concombres, cresson, haricots, épinards, navets. Vous pouvez consommer des boissons alcoolisées (bière, vin) modérément ; ne pas dépasser deux verres par jour. Des quantités plus importantes d alcools peuvent déséquilibrer votre traitement et vous faire courir des risques inutiles. Le sport Vous pouvez continuer à pratiquer sans restriction la plupart des sports sauf ceux qui exposent à des traumatismes violents. Les sports d endurance (vélo, jogging, natation, tennis ) peuvent être réalisés sans difficulté particulière. Ne faites toutefois pas des efforts excessifs et veillez à une bonne hydratation. En cas de doute sur la pratique d un sport, interrogez votre médecin. Les hémorragies Ce traitement vous rend plus sensible aux hémorragies puisque votre sang est rendu moins coagulable. Ce risque reste acceptable si votre traitement est bien équilibré. En cas de saignement anormal, consultez immédiatement votre médecin. 21

13 Les interventions chirurgicales Le syndrome de la classe économique 23 Il peut arriver qu une intervention chirurgicale soit nécessaire pendant la durée de votre traitement anticoagulant. Informez immédiatement votre chirurgien du traitement anticoagulant en cours. Dans la plupart des cas, l intervention pourra être réalisée, mais imposera une adaptation de votre traitement. Dans cette éventualité, vous devez consulter le médecin spécialiste qui a prescrit votre traitement pour discuter avec lui de l adaptation de votre traitement anticoagulant dans la perspective de cette intervention. Les soins dentaires Signalez à votre dentiste la prise d anticoagulants. Certains soins peuvent êtres réalisés sans modifier ce traitement ; d autres imposent une réduction ou un arrêt des anticoagulants. Si le traitement anticoagulant doit être modifié pour réaliser des soins dentaires, consultez votre médecin ou le centre spécialisé. La grossesse et la contraception Les antivitamine K sont formellement contre-indiqués pendant toute la durée de la grossesse car ils peuvent induire des malformations foetales. Si une grossesse devait survenir sous traitement, consulter immédiatement votre médecin car un autre traitement anticoagulant sera prescrit en remplacement, au cours de la grossesse. Rappelons que dans la plupart des situations, les contraceptifs oestro-progestatifs (la pilule classique) sont contre-indiqués après un accident thromboembolique (thrombose veineuse, embolie pulmonaire). Il faudra donc discuter avec votre médecin traitant et avec votre gynécologue d autres méthodes contraceptives (mini-pilule progestative, stérilet, ). De longs déplacements en avion peuvent induire des accidents thromboemboliques, chez des personnes prédisposées. Les mesures de bon sens préconisées pour éviter ces incidents comportent une bonne hydratation, des mouvements réguliers des pieds et chez certaines personnes souffrant d insuffisance veineuse, l utilisation de bas de contention. Si vous prenez actuellement des anticoagulants, rien ne doit être modifié à votre traitement en cours. Il participera à cette prévention. Si vous avez présenté dans le passé une thrombose veineuse et que votre traitement anticoagulant est terminé, les mesures de prévention décrites plus haut vous concernent tout particulièrement. Dans certains cas, votre médecin vous recommandera de réaliser une injection d héparine de bas poids moléculaire 1 à 2 heures avant le vol (attention: ceci ne sera jamais réalisé en plus d un traitement anticoagulant en cours). Situations inhabituelles Une douleur inhabituelle doit toujours requérir un avis médical. Lorsque vous prenez des anticoagulants oraux, une chute importante ou un traumatisme peut avoir des conséquences inhabituelles ; en présence de tout symptôme anormal (douleurs abdominales, maux de tête ), parlez-en à votre médecin. L équilibre du traitement par anti-vitamine K peut être perturbé par une maladie intercurrente (fièvre, diarrhées, vomissements, ).

14

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions.

Questions/Réponses. Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 18 questions. 1. Qu est-ce qu un contraceptif oral combiné? 2. De quelle génération est ma pilule? 1 ère, 2 ème, 3 ème ou 4 ème génération?

Plus en détail

VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto

VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto Carnet-conseils appartenant à :.... Adresse :......................... Tel :............................ Médecin Généraliste : Adresse

Plus en détail

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions.

Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. Mis à jour le 23/01/2013 Questions/Réponses Questions Réponses pilule contraceptive. Le point en 22 questions. 1. Quelles sont les récentes recommandations émises par le Ministère de la Santé concernant

Plus en détail

Livret d anticoagulation

Livret d anticoagulation Livret d anticoagulation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT ANTICOAGULANT MOTIF DE L ANTICOAGULATION DURÉE PRÉVUE DU TRAITEMENT Du

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. *

55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. * 55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. * *Swiss Medical Weekly 2001:131:659-662. Des bas de compression peuvent venir en aide COUREZ-VOUS UN RISQUE?

Plus en détail

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon

D INFORMATIONS RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE. 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon LIVRET D INFORMATIONS CAPIO CLINIQUE DE LA SAUVEGARDE 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon 04.72.17.26.26 Accès bus : C6, 89, C14, 66, 19 RECONSTRUCTION DU LIGAMENT CROISÉ ANTÉRIEUR EN AMBULATOIRE Accès

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Le syndrome de la classe économique

Le syndrome de la classe économique Le syndrome de la classe économique Définition et prévention Par, psychologue, psychothérapeute (hypnose, EMDR, EFT, TAT), superviseur de psychothérapeutes, consultante en psychologie humanitaire,, 2009

Plus en détail

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées Brochure à l attention du patient Après l intervention des varices Informations et conseils sur les suites du traitement Réponses aux questions fréquemment posées Les suites de l intervention En résumé

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES A L UTILISATEUR. Firazyr 30 mg solution injectable en seringue pré-remplie Icatibant

NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES A L UTILISATEUR. Firazyr 30 mg solution injectable en seringue pré-remplie Icatibant B. NOTICE 1 NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES A L UTILISATEUR Firazyr 30 mg solution injectable en seringue pré-remplie Icatibant Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU LA PROTHESE TOTALE DE GENOU Introduction : La destruction du cartilage est fréquente au niveau du genou qui est une articulation très sollicitée et soumise à tout le poids du corps. La conséquence de cette

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest Informations sur östradiolvalerat och dienogest Cette brochure concerne votre nouvelle pilule contraceptive Qlaira. Lisez attentivement son contenu avant de commencer votre première plaquette de pilules.

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES VASCULAIRES DU FOIE (C.R.M.V.F.) Hôpital Beaujon 100 bd du Général Leclerc 92110 Clichy Service d Hépatologie Pavillon Abrami (consultation) Pavillon Sergent (hospitalisation)

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs

B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs B08-1 B08 - CAT devant une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs 1. I n t r o d u c t i o n La thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs est indissociable de sa complication

Plus en détail

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive?

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Pourquoi une analyse du sang avant la prise de la pilule? En France 10% de la population est porteuse de mutations génétiques d hypercoagulabilité,

Plus en détail

Livret d information destiné au patient MIEUX COMPRENDRE LA FIBRILLATION ATRIALE ET SON TRAITEMENT

Livret d information destiné au patient MIEUX COMPRENDRE LA FIBRILLATION ATRIALE ET SON TRAITEMENT Livret d information destiné au patient MIEUX COMPRENDRE LA FIBRILLATION ATRIALE ET SON TRAITEMENT Introduction Votre médecin vous a diagnostiqué un trouble du rythme cardiaque nommé fi brillation atriale.

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine

KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325 Dr K Farahat Gastroentérologie Bruxelles, le Concerne Nom : Prénom : Date de naissance : Adresse : Chère Madame, Cher Monsieur, Votre médecin

Plus en détail

Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Vous venez de présenter une thrombose cérébrale et vous êtes hospitalisé. Il y a beaucoup de questions que vous vous posez sur ce qui s est passé et sur ce qui va arriver

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

CARDIOLOGIE LA MÉDICATION POUR L'INSUFFISANCE CARDIAQUE

CARDIOLOGIE LA MÉDICATION POUR L'INSUFFISANCE CARDIAQUE CARDIOLOGIE LA MÉDICATION POUR L'INSUFFISANCE CARDIAQUE La médication est importante, elle aidera à améliorer le travail du cœur et à éliminer le surplus d'eau. Il est important de prendre la médication

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

Gyselle 20/30 SPIRIG HEALTHCARE

Gyselle 20/30 SPIRIG HEALTHCARE Gyselle 20/30 SPIRIG HEALTHCARE OEMéd Qu est-ce que Gyselle 20/Gyselle 30 et quand doit-il être utilisé? Gyselle 20/Gyselle 30 est un médicament anticonceptionnel hormonal, appelé contraceptif oral ou

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain)

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain) NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain) Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE Assurer le suivi des personnes recevant un Page 1 de 12 O.C. 6.5 Professionnels visés : Les infirmières qui possèdent la formation, les connaissances et les compétences nécessaires,

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux.

Programme pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. Programme P H A R M A C O pour les patients traités par les nouveaux anti-coagulants oraux. AG Caffin 1, Y Chabi 1, C Sévin 2, B Leclere 3, C Debelmas 4, G Camus 1, X Bohand 1 1 Hôpital d Instruction des

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre

Plus en détail

Prenez-la en l'associant à un geste quotidien, tous les matins ou tous les soirs par exemple :

Prenez-la en l'associant à un geste quotidien, tous les matins ou tous les soirs par exemple : J'ai oublié de prendre ma pilule, qu'est-ce que je dois faire? Le délai au-delà duquel il existe un risque de grossesse dépend du type de pilule que vous prenez. Afin de le connaître, reportez-vous à la

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération Voici un petit guide qui vous renseignera sur tous les éléments à connaître concernant votre chirurgie. AVANT L OPÉRATION Les

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Notice publique PERDOLAN - PÉDIATRIE

Notice publique PERDOLAN - PÉDIATRIE Notice publique PERDOLAN - PÉDIATRIE Lisez attentivement cette notice jusqu'à la fin car elle contient des informations importantes pour vous. Ce médicament est délivré sans ordonnance. Néanmoins, vous

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des

Plus en détail

La contraception. Les moyens de contraception pour les femmes 6. Et les hommes? 14

La contraception. Les moyens de contraception pour les femmes 6. Et les hommes? 14 La contraception La contraception SE PROTEGER D UNE GROSSESSE 5 Les moyens de contraception pour les femmes 6 La pilule 6 Le stérilet 8 L implant 9 L anneau vaginal 10 Le patch 11 L injection 12 Le préservatif

Plus en détail

Contraception. Ma pilule en 1O. questions VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN

Contraception. Ma pilule en 1O. questions VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN Contraception Ma pilule en 1O questions VOTRE AVENIR, NOTRE QUOTIDIEN Question 1 J ai oublié de prendre ma pilule*. Que dois-je faire? Si l oubli est de moins de 12 heures (sauf Qlaira et Microval ) Si

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail