LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré"

Transcription

1 A. LEGUERRIER Certificat de cardiologie M LA CHIRURGIE CARDIO-VASCULAIRE Les enjeux, les possibilités chirurgicales, le suivi de l'opéré La chirurgie cardio-vasculaire s'est considérablement développée au cours des dernières décennies, jusqu'à devenir une des chirurgies les plus répandues (pontages coronaires, remplacements valvulaires) Les techniques moins invasives et la cardiologie interventionnelle autorisent la prise en charge d une population de plus en plus âgée et porteuse de comorbidités. I - RAPPEL HISTORIQUE Les premières chirurgies ont d'abord été effectuées "à cœur fermé" avec l'essor de la dilatation d'une valve cardiaque (dilatation mitrale) en 1948 (Ch. Bailey, Philadelphie ; D. Harken, Boston). Ce sont les techniques de circulation extra-corporelle (C.E.C.) qui ont autorisé l'approche chirurgicale à "cœur ouvert" vers les années 1955 (W. Lillehei, Mineapolis). La chirurgie s'est d abord appliquée à la réparation de cardiopathies congénitales (communications anormales, maladie bleue ou tétralogie de Fallot). Puis la chirurgie valvulaire s'est développée avec l'apparition de prothèses : premières prothèses valvulaires en 1960 (Dwight Harken et Albert Starr). Les progrès de la chirurgie fine (micro-chirurgie des artères) ont ensuite autorisé des interventions sur les artères coronaires du cœur : pontages veineux (Favaloro), ou pontages artériels utilisant l'artère mammaire interne (Green), les deux techniques étant mises au point en En 1977 Gruntzig réalise la première angioplastie coronarienne, dont le développement va devenir considérable avec l apparition des "stents" coronaires. Dès les années 1960, les travaux expérimentaux (R. Lower) avaient permis de mettre au point la technique de transplantation cardiaque (N. Shumway), la première transplantation étant effectuée au Cap en 1967 (Christian Barnard). Les progrès réalisés en matière de thérapeutique immuno-suppressive (apparition de la Ciclosporine, 1980) ont permis dans un second temps l'essor de cette thérapeutique, avec développement parallèle de procédés d assistance mécanique du cœur.

2 II - ASPECT ACTUEL DE CETTE ACTIVITE EN FRANCE - Depuis 2000, il existe en France environ 70 unités de chirurgie cardiaque. Le nombre d'interventions sous circulation extra-corporelle est stabilisé autour de de /an. Plus de 80% de ces interventions sont réalisées sous circulation extra-corporelle. - La répartition retrouve une prédominance de la pathologie coronaire (environ 45% des opérés), et valvulaire (45%), une part plus réduite pour la pathologie des cardiopathies congénitales (7%), et pour les autres interventions (3%), parmi lesquelles la transplantation cardiaque. - Au cours des années, des modifications de répartition ont été notées entre ces différents groupes (développement de la chirurgie coronaire entre 1970 et 1980) et à l'intérieur des groupes : pathologie valvulaire modifiée du fait de la raréfaction des pathologies rhumatismales et de l'augmentation des pathologies dégénératives (augmentation globale de l'âge des opérés et de la sévérité des pathologies présentées). Les techniques chirurgicales moins invasive et la cardiologie interventionnelle (type angioplastie coronaire) se sont largement développées. III - PRINCIPALES INTERVENTIONS PRATIQUEES Nous envisagerons les principes de la circulation extra-corporelle, et les aspects classiques de la chirurgie coronarienne et valvulaire (les autres types de chirurgie notamment chirurgie de l'aorte et transplantation ne seront pas abordés). A. LA CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE : PRINCIPE GENERAL (Figure n 1)

3 La circulation extra-corporelle a pour principe de dériver l'ensemble cœurcirculation pulmonaire pendant le temps nécessaire à la réalisation des gestes de chirurgie cardiaque ou coronarienne. Le montage suppose la mise en place de canules au niveau des veines caves ou de l'oreillette droite (canule atrio-cave), de dériver ce sang sur un circuit hépariné muni d'un oxygénateur (rôle du poumon), puis d'une pompe artérielle (rôle du cœur), débouchant sur un circuit de réinjection mis en place dans l'aorte ascendante. Ces circuits sont mis en place en début d'intervention après héparinisation par voie générale (canulation de l'aorte pour injection artérielle, canulation cave pour prélèvement du sang veineux, le tout après héparinisation). Les canules sont reliées au circuit de circulation extra-corporelle, la conduite étant assurée par un technicien de circulation extra-corporelle. Le cœur peut ainsi être exclu de la circulation (clampage aortique). Il peut être ainsi l'objet d'une chirurgie élective après ouverture des cavités cardiaques et assèchement de celles-ci. Tout le problème est celui de la préservation de la fonction cardiaque pendant le temps d'exclusion du cœur, et donc par la même de la circulation coronaire : la protection myocardique est ainsi assurée - soit de façon chimique (arrêt potassique et entretien de cet arrêt cardiaque), soit par arrêt hypothermique : un liquide de cardioplégie froide est injecté par l'aorte et diffuse dans le réseau coronarien. Ainsi est obtenu un arrêt cardiaque (avec abaissement à environ 10% de ses valeurs d'activité du métabolisme cardiaque), ce qui autorise sur un cœur arrêté et exsangue des gestes particulièrement précis (réparation ou remplacement de valves, pontages sur les artères coronaires, transplantations...) B. LA CHIRURGIE VALVULAIRE 1. La chirurgie des valves comporte deux volets : chirurgie conservatrice ou chirurgie de remplacement valvulaire. a) La chirurgie conservatrice s'est beaucoup développée à la suite des travaux d'alain Carpentier. : elle s'applique surtout aux atteintes mitrales : - la commissurotomie mitrale consiste à ouvrir la zone de fusion des commissures. Cette intervention a été la première réalisée en chirurgie cardiaque et peut toujours être réalisée en théorie sans circulation extra-corporelle. Les techniques de cardiologie interventionnelle ont cependant supplanté cette intervention. - les valvuloplasties mitrales : elles se conçoivent dans les insuffisances mitrales et comportent des réparations diverses en fonction de l'aspect lésionnel : remodelage d'un anneau, réparation du tissu valvulaire, résection partielle de valve. Plus de la moitié des pathologies mitrales chirurgicales peuvent faire l'objet d'une réparation.

4 b) La chirurgie de remplacement valvulaire (Figure n 2) : Elle est nécessaire dès que les lésions ne peuvent être réparées (la règle sur l'orifice aortique) et suppose l'utilisation de substituts valvulaires : mises à part les homogreffes valvulaires (peu de disponibilité pour des problèmes pratiques de banque de conservation et de prélèvement sur les cadavres), ce sont des prothèses avec deux grands types : prothèse mécanique ou bioprothèse. α) Prothèses mécaniques (Figure 3) : Les premiers modèles étaient des prothèses à bille (de type Starr), puis des prothèses à disque oscillant (type Björk-Shiley). Il s'agit maintenant presque exclusivement de valves à ailettes (type Saint-Jude Médical). β) Bioprothèses (Figure 4) : Ce sont soit des hétérogreffes porcines (valves de porc montées sur support), soit des xénogreffes péricardiques (péricarde de veau). Actuellement sont à l'étude des prothèses dites "Stentless" (prothèses sans support mécanique).

5 χ) Les homogreffes : Elles restent utilisées uniquement dans les endocardites évolutives et destructrices. Signalons l opération d autogreffe pulmonaire (Ross chez l enfant). 2. Le choix du type de prothèse s'articule autour des qualités et défauts de chacune. Qualités requises Prothèse mécanique Bioprothèse Bonne hémodynamique Faible thrombogénicité Bonne durabilité Faible risque infectieux oui (valves à ailettes) non anticoagulation indispensable (+++) oui oui (sauf petits anneaux) oui (anticoagulation non utilisée) non (aléatoire après 12 ans) Surveillance et prophylaxie nécessaires a) La thrombogénicité est l'inconvénient majeur des prothèses mécaniques qui nécessitent une anticoagulation à vie. La thrombogénicité est de niveau variable : - selon la prothèse : les prothèses mécaniques de dernière génération sont moins thrombogènes, - l'orifice intéressé : la position mitrale est plus à risque que la position aortique, - la condition cardiaque : sont facteurs favorisants les arythmies (accès par fibrillation auriculaire), les dilatations cavitaires (OG), les altérations de la fonction cardiaque Ainsi le niveau d'inr requis est de 2 à 3 pour un risque modéré (RVA sur bon VG et rythme sinusal), 3 à 4,5 pour un risque élevé (RVM, accès par fibrillation auriculaire, avec dilatation de l'og). Actuellement le développement de l'autocontrôle d'inr se met en place (il autorisera une meilleure stabilité des taux). b) L'altération est le risque majeur des bioprothèses avec : α) 2 mécanismes de survenue : - la calcification valvulaire, - la déchirure.

6 β) L'altération est variable selon : - l'âge d'implantation, d'autant plus rapide que le sujet est plus jeune, - la position : plus fréquente et plus rapide en position mitrale. Ainsi, thrombogénicité et durabilité sont deux problèmes non résolus dictant pour une large part le choix entre prothèse mécanique thrombogène (nécessitant une anticoagulation à vie, mais dont la durabilité est excellente) et les bioprothèses très peu thrombogènes (ne nécessitant pas pour elles-mêmes de traitement anticoagulant) mais dont la durabilité devient aléatoire après 10 à 12 ans. Les choix sont largement sous-tendus par l'âge d'implantation (plutôt prothèse mécanique avant 65 ans, biologique après 65 ans), le tout modulé par l'espérance de vie (tares associées), la nécessité d'un traitement anticoagulant au long cours (fibrillation auriculaire notamment). Les recommandations actuelles insistent sur l'information du patient pour une adhésion parfaite aux protocoles de suivi et de surveillance à long terme. C. LA CHIRURGIE DE PONTAGE CORONARIEN La chirurgie visant à traiter directement les zones d'obstruction au niveau des coronaires n'est pas performante, les lésions étant souvent assez diffuses (quand il s'agit de lésions localisées, elles sont traitées par cardiologie interventionnelle type angioplastie transluminale avec ou sans mise en place de stents). 1. Le principe du pontage coronaire est de dériver les zones sténosées sur les artères coronaires en réalisant un "by-pass" (Figure n 5).

7 Deux grandes alternatives : - le pontage veineux aorto-coronarien avec utilisation de la veine saphène interne (prélevée à la cuisse). Ce pontage est établi entre l'aorte (anastomose proximale), et l'artère coronaire (anastomose distale) en aval des zones sténosées ; - le pontage mammaire a vu ses principes établis aux mêmes époques mais ses indications ne s'élargir que plus tardivement compte tenu de contraintes techniques : l'artère mammaire interne est prélevée à la face postérieure du sternum en gardant intacte sa zone d'origine. Elle est ensuite implantée sur l'artère coronaire du cœur (greffon pédiculé). L'artère mammaire interne gauche proche du sternum est la plus facilement utilisée (notamment pour l'artère principale du cœur ou artère interventriculaire antérieure). L'artère mammaire interne droite et d'autres greffons artériels peuvent faire l'objet de prélèvements : artère radiale ou artère gastroépiploïque. 2. En pratique, chacune de ces variantes techniques a ses indications particulières, en sachant qu'il existe des écoles (l'évaluation des résultats à long terme étant capitale). Avantages Inconvénients (limites d'utilisation) Pontage saphène simple utilisable pour toutes les artères coronaires bon débit d'emblée antécédents de stripping et varices dégradation après 10 ans Pontage mammaire bonne durabilité (meilleure perméabilité à long terme, 90% à 10 ans sur l'iva) deux artères, longueur limitée athérome sous-clavier - L'artère mammaire interne gauche est utilisée pour le réseau antérieur : l'artère interventriculaire antérieure (IVA). - L'artère mammaire interne droite est souvent utilisée (notamment chez le sujet jeune) pour le réseau circonflexe. - La veine saphène interne est utilisée pour les autres vaisseaux (branches secondaires, coronaire droite), en sachant que d'autres greffons artériels peuvent être utilisés en cas de pénurie de veines.

8 3. Les variantes techniques : actuellement la technique dite à cœur battant, sans circulation extra-corporelle (utilisant des stabilisateurs cardiaques) : elle autorise (études en cours) une moindre mortalité ou morbidité, et une extension des indications dans le cas de mauvais terrains chirurgicaux (ventricule gauche altéré, tares associées). D. LES AUTRES INTERVENTIONS CHIRURGICALES SUR LE CŒUR ET LES GROS VAISSEAUX Elles ne seront que citées ici : La chirurgie des complications mécaniques de l'infarctus du myocarde (anévrysmes et ruptures du cœur). La chirurgie de l'aorte thoracique (notamment dans les anévrysmes avec la chirurgie combinée de l'aorte ascendante, de la valve aortique et des artères coronaires). La réparation des cardiopathies congénitales (avec parfois des montages très complexes). Enfin, la chirurgie de transplantation cardiaque ou cardiopulmonaire, avec un ensemble de contraintes majeures (organisation des prélèvements, traitement immunosuppresseur, détection du rejet). IV - INDICATIONS ET RESULTATS A ATTENDRE DE CETTE CHIRURGIE A. LES INDICATIONS SONT ACTUELLEMENT BIEN CODIFIEES 1. En matière de valvulopathie Les atteintes mineures peuvent être bien tolérées pendant de nombreuses années (surveillance, traitement médical, hygiène, et prévention de l'endocardite). Lorsqu'il existe un retentissement fonctionnel (gêne fonctionnelle, accident type œdème du poumon), et/ou des critères objectifs de mauvaise tolérance (retentissement sur le ventricule gauche et le rythme cardiaque...), l'intervention sera indiquée après un bilan comportant toujours une échocardiographie (évaluation précise du degré des fuites, du degré des sténoses, des surfaces valvulaires, et de la fonction cardiaque) et souvent un bilan hémodynamique et coronarographique.

9 Pour les valvulopathies sténosantes, notamment le rétrécissement aortique, la codification est simple : tout rétrécissement aortique sympathique et serré (surface < 0,6 cm²/m²) doit être opéré (sauf comorbidités majeures). En matière de valvulopathies fuyantes, l'indication est plus nuancée, la chirurgie précoce (avant l'altération de la fonction ventriculaire) étant -en position mitrale- d'autant plus intéressante que la valve peut être conservée (plastie). 2. En matière de chirurgie coronarienne, il faut tenir compte : de l'aspect anatomique des lésions coronaires pour chacun des troncs (sténose serrée avec aval de calibre suffisant, débouchant sur un myocarde non détruit), du type de l'artère atteinte (gravité des atteintes du tronc gauche et de l'iva), du nombre de vaisseaux intéressés (tri, bi ou monotronculaires) : les atteintes du tronc gauche, les lésions tritronculaires, et les mono ou bi-tronculaires avec atteinte de l'iva sont les plus chirurgicales ; de l'atteinte du muscle cardiaque qui peut être le fait soit d'une destruction segmentaire (myocarde infarci), soit une souffrance réversible, en sachant que la chirurgie est d'autant plus indiquée qu'il existe une altération de la fonction cardiaque (myocarde ischémique), jusqu'à un certain seuil, audelà duquel le risque opératoire augmente de façon majeure ; enfin du terrain lui-même en tenant compte des tares associées. La chirurgie n'est raisonnable que si elle peut apporter au patient un bénéfice appréciable et durable. (Elle devient discutable et plus aléatoire chez le sujet très âgé et en cas de lésions majeures associées.) B. LES RESULTATS SONT TRES LARGEMENT LIES AU TERRAIN SUR LEQUEL L'INTERVENTION EST REALISEE 1. Le risque opératoire (mortalité 0-30 jours) est devenu faible : globalement et dans les grandes séries, 5 % pour un geste de remplacement valvulaire et 2 % dans un geste de revascularisation coronarienne. La mortalité est cependant très largement liée au terrain sur lequel cette chirurgie est proposée. 2. Ainsi, des facteurs péjoratifs ont bien été établis en matière de chirurgie : l'âge, le sexe féminin (en chirurgie coronarienne), les tares viscérales (insuffisance respiratoire, rénale), les altérations de la fonction ventriculaire gauche, les conditions d'urgence, les éventuelles réinterventions... Une chirurgie "idéale" sur un sujet (moins de 50 ans), à bonne fonction cardiaque, et chez qui une réparation complète est possible comporte un risque opératoire de moins de 1%... A l'opposé une chirurgie complexe chez un sujet âgé (parfois octogénaire) porteur de tares viscérales associées parfois déjà opéré (réintervention), notamment dans des circonstances d'urgence peut comporter un risque très élevé... Des scores pré-opératoires peuvent chiffrer le risque prédictif (score de Parsonnet, Euroscore ), donnée capitale pour l'information du patient (EUROSCORE).

10 3. En fait, le critère mortalité est insuffisant pour juger de la qualité des résultats. Il faut bien mettre en balance le risque spontané et le risque après traitement, en tenant compte bien sûr de la mortalité opératoire, mais aussi du bénéfice fonctionnel (en chirurgie coronarienne l'effet est spectaculaire sur le syndrome angor, en chirurgie valvulaire la gêne fonctionnelle souvent majeure à type de dyspnée disparaît), et aussi le bénéfice à attendre sur la durée de vie escomptée (en chirurgie coronarienne, il est d'autant plus important que la chirurgie s'adresse à des groupes présentant des risques spontanés les plus élevés). V - LA SURVEILLANCE DES OPERES Tous les opérés doivent faire l'objet d'une surveillance cardiologique annuelle avec prise en charge des facteurs de risque (maladie athéromateuse). La chirurgie ne s'intègre que dans une stratégie de prise en charge globale, où la prévention apparaît fondamentale pour le maintien d'un bon résultat à long terme. Ces notions sont largement prises en compte en post-opératoire dans les centres de réadaptation cardiovasculaire qui doivent sensibiliser la population à la prise en charge des facteurs de risque (coronariens). A. LE VALVULAIRE OPERE 1. Le traitement et la surveillance des porteurs de prothèses valvulaires visent à prévenir les principales complications : - les complications thrombo-emboliques : thromboses de prothèses ou embolies périphériques à prévenir par une anticoagulation adéquate et adaptée des prothèses mécaniques ; - les complications hémorragiques (du traitement anticoagulant) ; - les endocardites (à la source de désinsertions septiques, ou d'emboles septiques) ; - les dysfonctions structurelles : notamment l'altération (essentiellement le fait des bioprothèses) ; - les dysfonctions non structurelles : désinsertions, ou limitation de la mobilité en cas de pannus (prothèses mécaniques mal anticoagulées). 2. Outre le bilan cardiologique annuel avec échographie (1 ou 2 ans), il faut insister sur : - le traitement anticoagulant chez les porteurs de prothèses mécaniques ; - la prophylaxie de l'endocardite.

11 3. La transmission d'une fiche d'information est nécessaire (carte de porteur de prothèse, recommandations). A titre d'exemple, notre fiche transmise aux opérés valvulaires (Figure 6). Inclus dans le dossier Rempli en per-opératoire par le chirurgien Remis au patient à sa sortie Le.. Objet : Prothèses valvulaires mécaniques. Précautions générales. Madame, Monsieur, Lors de votre intervention du. une prothèse valvulaire mécanique a été implanée : - Position : aortique mitrale - Type :.. Conformément aux informations déjà transmises, nous soulignons la nécessité d'un suivi cardiologique avec une échographie annuelle, et insistons sur deux impératifs à respecter scrupuleusement : 1. le traitement anticoagulant : Le traitement anticoagulant par antivitamines K (en principe le Préviscan) doit être poursuivi à vie. L'efficacité de ce traitement nécessite un contrôle sanguin (contrôle mensuel en phase d'équilibre) dont le résultat est exprimé en I.N.R. Cet indice doit être compris entre :. 2 et 3 (prothèse aortique). 3 et 4 (prothèse mitrale) (ou double prothèse aortique et mitrale) Si pour une raison médicale importante (opération chirurgicale par exemple) le Préviscan devait être interrompu, il serait formel de prendre le relais par la Calciparine, en accord avec votre médecin et votre cardiologue. Les Héparines de Bas Poids Moléculaires (HBPM) n'offrent pas la sécurité nécessaire et n'ont pas l'amm dans cette indication. 2. la prévention des infections : Notamment avant tout soin dentaire, même un simple détartrage, une antibiothérapie est nécessaire (prescription médicale, conforme aux recommandations publiées). Professeur A. Leguerrier 10/2002

12 B. LE CORONARIEN OPERE 1. La prise en charge des facteurs de risque de la maladie athéromateuse est fondamentale. Cette prévention secondaire doit être engagée en pré-opératoire, et en postopératoire, notamment dans les centres de réadaptation cardio-vasculaire avec : - arrêt total et définitif du tabac ; - prise en charge par le régime et le traitement médical (statines) des dyslipidémies et hypercholestérolémies ; - contrôle des chiffres de tension artérielle ; - prise en charge de la surcharge pondérale, d'un diabète 2. La surveillance annuelle comportera un bilan cardiologique avec épreuve d'effort (tous les 1 à 2 ans). VI - PERSPECTIVES D'AVENIR La chirurgie cardiaque a été l'objet de progrès considérables au cours des dernières années, ce qui a justifié l'extension très large des indications. Elle se heurte maintenant moins à des problèmes de technique pure qu'à des problèmes de stratégie médicale générale. 1. En matière de prothèses valvulaires : la prothèse idéale (non thrombogène et de durabilité non limitée) reste à trouver : de nombreux protocoles sont actuellement à l'étude et une évaluation in vivo des résultats à long terme reste fondamentale. La durabilité des bioprothèses de dernière génération (préparation à basse pression, traitement anti-calcique) semble s'améliorer. La thrombogénicité des dernières variantes de prothèse mécanique (préparation du carbone) permettra peut-être d'autoriser des niveaux d'anticoagulation moins importants. Les progrès viendront aussi de la généralisation des techniques d'autocontrôle. 2. En matière de chirurgie coronarienne : recherche dans le domaine de biomatériaux (conduits de petits diamètres non thrombogènes), utilisation des techniques "à cœur battant", dans ce domaine extension des programmes de prévention (limitant la formation de la plaque athéromateuse...)

13 3. En matière de transplantation cardiaque : évolution vers une meilleure maîtrise du rejet qui elle-même pourra permettre l'utilisation de xénogreffes (facilitation immunitaire, thérapie génique). Dans le même axe : "assistance mécanique du cœur" : évolution des systèmes permettant d'obtenir des résultats durables (biocompatibilité et hémo-compatibilité, tolérance à l'infection, miniaturisation des sources d'énergie...) ; intérêt actuel des systèmes d'assistance plus légers : circuits "ECMO", et pompes à turbines pour le cœur gauche. Ce domaine est cependant largement limité par des coûts qui deviennent très vite prohibitifs. 4. A part, très médiatisée, la chirurgie dite "mini-invasive" qui se fixe pour objectif une moindre agression, avec par la même une diminution des durées d'hospitalisation des coûts. Tous les programmes actuels méritent une large évaluation, la qualité des résultats devant être comparable à ceux -bien établis actuellement- de la chirurgie dite conventionnelle, dont les indications sont bien codifiées. Dans le même axe, l'utilisation de la robotique : la grande presse a largement développé les essais réalisés en la matière (le principe initial était une intervention à distance, en matière de médecine militaire) qui n'en est qu'à ses débuts La cardiologie interventionnelle : - en matière coronaire, elle est largement codifiée : angioplastie, stents. L'évaluation à long terme des "stents actifs" (nécessitant une antiaggrégation prolongée) est en cours ; - en matière valvulaire, les techniques de mise en place des valves "percutanées", par voie fémorale rétrograde, ou par voie trans apicale, font l'objet d'une grande médiatisation : les techniques actuellement réservées aux patients "inopérables" sont en cours d'évaluation. D'une façon générale, il est nécessaire que toutes les nouvelles techniques soient évaluées dans des conditions d'éthique respectable, en tenant compte comme base de référence des résultats des techniques actuelles.

14 BIBLIOGRAPHIE (Valves cardiaques) Cardiopathies valvulaires acquises (sous la direction de J et C. Acar). Flammarion Edition, Paris (Chapitre bioprothèses). Prothèses valvulaires cardiaques. A. Leguerrier, D. Tixier, H. Corbineau, T. Langanay. Encyclopédie Médico-Chirurgicale (Elesevier Edit. Paris), A30, Les remplacements valvulaires. A. Leguerrier, J-P. Verhoye, T. Langanay, H. Corbineau,. Cardiologie et Maladies Vasculaires (Société Française de Cardiologie) Masson Editeur, Paris Recommandations Société Française de Cardiologie concernant la prise en charge des valvulopathies acquises et des dysfonctions de prothèse valvulaire. Archives des maladies du cœur et des vaisseaux, 2005, 98(supplément au n 2).

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Maladie des valves Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Quelques repères épidémiologie éditorial Pr Bernard Iung Quelques repères Les maladies des valves

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

Indications opératoires et interventionnelles RECOMMANDATIONS

Indications opératoires et interventionnelles RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS Recommandations de la Société française de cardiologie concernant la prise en charge des valvulopathies acquises et des dysfonctions de prothèse valvulaire Indications opératoires et interventionnelles

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 coordination officieuse

CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 coordination officieuse CHIRURGIE THORACIQUE Art. 14e pag. 1 e) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie (D) : prestations de chirurgie thoracique. "A.R. 18.9.2008" (en vigueur 1.12.2008) " 227592 227603 Résection

Plus en détail

Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie

Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie David Messika-Zeitoun Service de Cardiologie Hôpital Bichat Rationnel Examen de routine Vieillissement

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

LE FUTUR DE LA CHIRURGIE CARDIAQUE

LE FUTUR DE LA CHIRURGIE CARDIAQUE LE FUTUR DE LA CHIRURGIE CARDIAQUE A. LEGUERRIER Service de Chirurgie Thoracique, Cardiaque et Vasculaire CHU Pontchaillou - Hôpital Universitaire Centre Cardio-Pneumologique 2, rue Henri Le Guillou 35033

Plus en détail

A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011

A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011 A.R. 26.10.2011 En vigueur 1.1.2012 M.B. 25.11.2011 Modifier Insérer Enlever Article 14 CHIRURGIE e) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie (D) : prestations de chirurgie thoracique. 2556

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Juin 2008 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée.

Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée. Le remplacement valvulaire aortique par voie percutanée. GARAPON C, IADE & DEPOIX JP, MAR. C.H.U - Bichat. Département d anesthésie-réanimation, 75018, Paris. France. Plan :1) Qu est ce que le rétrécissement

Plus en détail

ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015

ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015 ANATOMIE DU COEUR ET DES VAISSEAUX Dr DASSIER HEGP Paris 75015 1.1) Généralités I) LE COEUR Le cœur est un muscle creux (poids 270 g chez l'adulte), à contraction rythmique dont la fonction est d'assurer

Plus en détail

Section 5. - Chirurgie.

Section 5. - Chirurgie. - 1 - Section 5. - Chirurgie. Art. 14. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste dans une des disciplines relevant de la pathologie externe : e) les prestations

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

CHIRURGIE VALVULAIRE ET SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVES

CHIRURGIE VALVULAIRE ET SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVES 1 CHIRURGIE VALVULAIRE ET SURVEILLANCE DES PORTEURS DE VALVES I) INTRODUCTION La chirurgie valvulaire consiste à remplacer (prothèse) ou à réparer (plastie) une valve cardiaque endommagée par un processus

Plus en détail

Pontage artériel fémoro-poplité

Pontage artériel fémoro-poplité Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Pontage artériel fémoro-poplité Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire. Afin

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 INSUFFISANCE CARDIAQUE École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. DÉFINITION L'insuffisance cardiaque (IC) est l incapacité du coeur à assurer, dans les conditions normales,

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire?

La maladie. Artères coronaires. Maladie, diagnostic et traitements. La maladie : l athérome coronaire. Qu est-ce que l athérome coronaire? CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient La maladie des artères coronaires Maladie, diagnostic et traitements 1 La maladie : l athérome coronaire Artères coronaires Le cœur est un muscle

Plus en détail

Le parcours chirurgical des cardiopathies congénitales Ce que le tarificateur d assurance vie doit savoir. Industrielle Alliance 16 Mars 2012

Le parcours chirurgical des cardiopathies congénitales Ce que le tarificateur d assurance vie doit savoir. Industrielle Alliance 16 Mars 2012 Le parcours chirurgical des cardiopathies congénitales Ce que le tarificateur d assurance vie doit savoir Industrielle Alliance 16 Mars 2012 Dr Philippe Chetaille Cardiologie Pédiatrique et Congénitale

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

Coarctation de l aorte

Coarctation de l aorte Coarctation de l aorte Livret d accueil et d information Unité Médicochirurgicale de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale Centre de Référence des Malformations Cardiaques Congénitales Complexes Hôpital

Plus en détail

Cas n 1. Types de Stents

Cas n 1. Types de Stents Cas n 1 Colloque MPR 23 septembre 2009 Dr Burgan, cardiologue Dr de Sousa, interniste méconnue, obésité DRS inaugurale à 4h00 du matin ECG: onde de Pardee de V1-V5 Troponine négative (1h post-douleur)

Plus en détail

L'ACCIDENT CORONAIRE

L'ACCIDENT CORONAIRE L'ACCIDENT CORONAIRE POURQUOI ET QUE FAIRE? La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la générosité de ses donateurs Un acte Ur

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496

Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Le texte d origine : Guidelines on the management of valvular heart disease (version 2012) European Heart Journal (2012) 33, 2451 2496 Introduction par François Boustani : les recommandations de l ESC

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur»

Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Manuel cardiologique Réseau «Clinique du Coeur» Ce manuel reprend une synthèse des recommandations actualisées en Cardiologie et Chirurgie Cardiaque à la date d'édition du présent manuel (juin 2013) et

Plus en détail

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES

INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES Page 1 de 5 INTERVENTION CHIRURGICALE CHEZ PATIENTS SOUS TRAITEMENTS ANTIPLAQUETTAIRES La réalisation d une intervention chirurgicale non cardiaque requiert souvent, chez les patients sous antiagrégant

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES

ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la

Plus en détail

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir

Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir Stimulateurs et autres gadgets Ce que l anesthésiste doit savoir C Decoene Pôle d anesthésie-réanimation CardioThoracique CHRU Lille Pôle de Cardiologie Pr Lablanche, Pr Kacet, Pr Rey Stimulateurs et autres

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

I. OBSTACLES SUR LA VOIE D'EJECTION DU VENTRICULE GAUCHE (JP BOURDARIAS)

I. OBSTACLES SUR LA VOIE D'EJECTION DU VENTRICULE GAUCHE (JP BOURDARIAS) I. OBSTACLES SUR LA VOIE D'EJECTION DU VENTRICULE GAUCHE (JP BOURDARIAS) A. ANATOMIE L'obstacle peut siéger en un point quelconque de la voie d'éjection (Figure 1): a - Valvulaire : fixe, acquis (RAA,

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

CARNET de FORMATION CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE

CARNET de FORMATION CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE CARNET de FORMATION EN CIRCULATION EXTRA-CORPORELLE Recommandations de la Société Française de Perfusion NOM : Prénom : 1 Comité rédactionnel 3 Comité de Lecture et de validation 3 Préambule 4 Préambule

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

AMO : Convention nationale Organismes gestionnaires Etablissements publics de soins et d hospitalisation. Grille n 8

AMO : Convention nationale Organismes gestionnaires Etablissements publics de soins et d hospitalisation. Grille n 8 Grille n 8 Tarifs forfaitaires des actes de cardiologie Grille n 8.1 orfait des actes d exploration cardiaque Ce forfait comprend : Le séjour comprenant deux jours d hospitalisation en secteur clinique

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE ANGIOPLASTIE CORONAIRE TRANSLUMINALE PERCUTANEE Depuis la première angioplastie coronaire, réalisée par Gruntzig le 16.07.1977, cette technique connaît un essor spectaculaire.

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-2 : Anévrismes de l aorte et des artères des membres inférieurs A) Définition. Un anévrisme artériel est une dilatation focale et permanente de l artère avec une

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Dissection du cœur de bœuf. Démarche et principes

Dissection du cœur de bœuf. Démarche et principes Dissection du cœur de bœuf Démarche et principes Introduction (1) : Matériel requis Un grand couteau de cuisine bien aiguisé (un scalpel peut également être utile) Un bac à dissection, à défaut, une planche

Plus en détail

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes Nous avons vu que le sang est impliqué dans tous les échanges de l'organisme avec le milieu extérieur SL: Echanges

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

Bon usage des agents antiplaquettaires

Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Bon usage des agents antiplaquettaires RECOMMANDATIONS Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 PLAN PRINCIPAUX MESSAGES...4 INTRODUCTION...5

Plus en détail

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années)

Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Conflits Intérêt, Jacques Machecourt (3 dernières années) Rémunération directe PEC frais déplacement Abbott Vascular X X Biotronik Boston Scientific Cordis X X Hexacath X X Medtronic Versements Association

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

La Cardiomyopathie Dilatée

La Cardiomyopathie Dilatée 1 La Cardiomyopathie Dilatée Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients atteints de la

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Dilatation Coronaire

Dilatation Coronaire Guide du Patient La Dilatation Coronaire Unité d Angiographie et de Cardiologie Interventionnelle Docteurs X. de Boisgelin - G. Lévy - P. Gallay - M. Pons - D. Carabasse - F. Rivalland Clinique du Millénaire

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DE L ADULTE

RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DE L ADULTE RÉFÉRENTIEL MÉTIER / COMPÉTENCES DU CARDIOLOGUE INTERVENTIONNEL DE L ADULTE Version 2011 GROUPE DE TRAVAIL COORDONATEUR : Professeur Martine Gilard, PU-PH, CHU de Brest Présidente sortante du GACI groupe

Plus en détail

Cardiologie et Sport. A. Pasquet

Cardiologie et Sport. A. Pasquet XXIII e Journée de cardiologie Cardiologie et Sport QUELS SPORTS POUR LE PATIENT CARDIAQUE? Which sports activity should be recommended to the cardiac patient? Benefit of regular physical activity in patient

Plus en détail

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un 1 2 Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un circuit sanguin extra-corporel, le plus souvent

Plus en détail

LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de la séquence, vous serez capable : de décrire le système circulatoire d'expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE Le 01-03-05 Soins Infirmiers aux personnes atteintes d affections cardio-vasculaires Mr L HERONDEL LES EXAMENS RADIOLOGIQUES EN CARDIOLOGIE I Exploration radiologique vasculaire par cathétérisme A Aortographie

Plus en détail

L Infarctus du Myocarde

L Infarctus du Myocarde ~ Échocardiographie - Doppler ~ 1 Échocardiographie - Doppler S. Lafitte, M. Lafitte, P. Réant, R. Roudaut C.H.U. de Bordeaux ~ Hôpital Cardiologique du Haut Lévêque Pessac ~ France L Infarctus du Myocarde

Plus en détail