Foie et pathologie broncho-pulmonaire. Nathalie GANNE-CARRIÉ. Service d'hépato-gastroentérologie, Hôpital Jean Verdier, Bondy.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Foie et pathologie broncho-pulmonaire. Nathalie GANNE-CARRIÉ. Service d'hépato-gastroentérologie, Hôpital Jean Verdier, Bondy."

Transcription

1 Foie et pathologie broncho-pulmonaire Foie et pathologie broncho-pulmonaire Nathalie GANNE-CARRIÉ Service d'hépato-gastroentérologie, Hôpital Jean Verdier, Bondy. Points clés Les pathologies de l appareil respiratoire peuvent s accompagner occasionnellement de manifestations cliniques et/ou biologiques hépatiques en cas d hypoxémie sévère, de retentissement cardiaque droit et/ou d infections bactériennes. L atteinte conjointe du foie et des poumons résulte le plus souvent d une maladie «générale» soit de nature granulomateuse infectieuse (tuberculose, fièvre Q) ou non (sarcoïdose, bérylliose, histiocytose X) soit d origine génétique (mucovicidose, déficit en α1-antitrypsine). La fréquence et la caractérisation de l atteinte hépatique au cours des pathologies broncho-pulmonaires dépendent essentiellement des critères diagnostiques utilisés (cliniques, biologiques, radiologiques, histologiques. Le pronostic est le plus souvent lié à l atteinte broncho-pulmonaire.

2 Des signes cliniques et/ou biologiques d atteinte hépatobiliaire peuvent être observés au cours des maladies broncho-pulmonaires dans 2 circonstances distinctes : 1) au cours des maladies strictement broncho-pulmonaires ; 2) dans le cadre de maladies générales atteignent simultanément le foie et les poumons. La toxicité hépatique des médicaments utilisés au cours des maladies broncho-pulmonaires ne sera pas abordée dans cette revue. 1. Atteintes hépatiques au cours des maladies broncho-pulmonaires 1.a - Retentissement hépatique de l hypoxémie artérielle Des études anciennes suggéraient qu une augmentation modérée des ALAT et plus rarement de la bilirubine totale, était significativement plus fréquente chez les malades atteints d insuffisance respiratoire chronique par rapport aux sujets contrôles et corrélées à l hypoxémie artérielle. Seules des hypoxémies très profondes peuvent induire une authentique hépatite hypoxique définie comme une nécrose des hépatocytes centrolobulaires associée à une élévation importante des transaminases (> 20 N) en l absence d autre agent étiologique. De telles observations ont été rapportées après des apnées du sommeil (1) ou lors de poussées aiguës d insuffisance respiratoire chronique qui représentent 13% des causes d hépatite aiguë hypoxique dans une série de 142 cas colligés consécutivement dans les unités de soins intensifs d un même hôpital (2). 1.b - Foie cardiaque Un cœur pulmonaire chronique ou une hypertension artérielle pulmonaire peuvent être à l origine d une congestion passive du foie. L augmentation de la pression veineuse centrale transmise par les veines hépatiques aux sinusoïdes est à son tour responsable d une distension des sinusoïdes, d une élévation de la pression portale et d une augmentation de la filtration liquidienne trans-sinusoïdale (3). Les 3 manifestations cliniques les plus fréquentes du retentissement hépatique sont une hépatomégalie sensible, ferme et pulsatile (95%), des oedèmes périphériques (75%), et une ascite (30%) habituellement riche en protides (> 30 g/l). Les anomalies des tests hépatiques sont habituellement modérées (augmentation des ALAT < 2N, de la bilirubine < 50 μmol/l et des phosphatases alcalines < 1,2N respectivement dans 25%, 20% et 10% des cas). La mise en évidence par l échographie abdominale d une augmentation de calibre des veines hépatiques et de la veine cave inférieure est un élément de grandes sensibilité et spécificité. Le pronostic est celui de la maladie broncho-pulmonaire

3 sous-jacente. Dans la majorité des cas, il n y a pas de retentissement significatif sur la fonction hépatique et, l ascite mise à part, il n y a pas de complication de l hypertension portale. 1.c - Foie et pneumopathies infectieuses Au cours des pneumopathies bactériennes, comme au cours de toutes infections bactériennes sévères, une cholestase associée à des transaminases normales ou modérément augmentées, sans aucun signe ni anomalie biologique indiquant une insuffisance hépatique peut être observée. L examen histologique du foie montre des lésions minimes et non spécifiques, et l absence de bactérie en immunofluorescence directe (4), suggérant que la cholestase résulte non pas de l infection bactérienne du foie mais de la conjonction de l hypoxie, des désordres circulatoires et de l endotoxinémie. Au cours de la pneumonie à pneumocoque, un ictère est décrit dans 3 à 26% des cas même depuis l avènement des antibiotiques. Il apparaît entre le 3 ème et le 6 ème jour, peut être marqué et n aurait pas de valeur pronostique péjorative. Il apparaît plus fréquent en cas d atteinte du lobe droit et chez les sujets de sexe masculin (5). Cliniquement, le foie, de volume variable, est fréquemment sensible et une splénomégalie peut être palpée. Au cours de la légionellose, une cytolyse modérée et une élévation discrètes des phosphatases alcalines sont fréquentes, décrites dans la moitié des cas. En revanche, l ictère est rare (20% des cas environ) et s associe aux formes sévères (4). Des anomalies comparables ont été décrites au cours des psittacoses et des pneumopathies à mycoplasma pneumoniae. 2. Maladies affectant simultanément le foie et les poumons 2.a - Maladies génétiques La mucovicidose et le déficit en α1-anti-trypsine sont des maladies génétiques fréquentes (prévalences respectives de 1/2500 et 1/500 naissances en Europe) affectant le poumon et le foie. Au cours des 2 maladies, l atteinte histologique du foie est fréquente mais les «manifestations» plus rares. 2.a -1. Mucovicidose

4 Lors de la mucovicidose, des atteintes hépatobiliaires variées sont décrites. En dehors de l ictère néonatal prolongé, l atteinte hépatobiliaire n est que très exceptionnellement révélatrice de la maladie. La stéatose est l atteinte hépatique la plus fréquente. Sa prévalence a été estimée à 65% dans une série autopsique et 30% dans une étude de biopsies hépatiques. Elle est généralement: i) asymptomatique ; ii) liée à une malabsorption des graisses et à un déficit en acides gras essentiels ; iii) réversible après supplémentation adéquate en enzymes pancréatiques. La lésion hépatique la plus caractéristique est la cirrhose biliaire secondaire, initialement focale avec co-existence de territoires hépatiques sévèrement atteints et de zones indemnes. Sa pathogénie résulterait de l obstruction des canaux biliaires interductulaires par des bouchons biliaires dont la formation est secondaire aux modifications fonctionnelles de la protéine transmembranaire CFTR. Sa prévalence est estimée entre 20 à 40% dans les séries autopsiques et entre 18 (6) et 20,8% (7) dans 2 études prospectives évaluant «l atteinte hépatique» au cours de la mucovicidose, définie par selon des critères cliniques (hépatomégalie depuis plus de 6 mois, et/ou splénomégalie) et/ou biologiques. L étude prospective la plus récente (8) montre que sa survenue est précoce avec une incidence maximale au cours des 10 premières années de vie. Les facteurs de risque seraient le sexe masculin et un antécédent d iléus méconial. L hypertension portale et ses conséquences sont fréquentes alors que l insuffisance hépatique est rare. Moins de 10% de la mortalité des malades atteints de mucovicidose est directement liée à la maladie hépatique, et l atteinte hépatique n aurait pas d influence pronostique péjorative par rapport à des malades sans manifestation hépatique (8). L acide ursodesoxycholique (à la posologie quotidienne de 20 mg/kg) améliore significativement les tests hépatiques et le flux biliaire scintigraphique mais son bénéfice en termes d évolution de la fibrose et/ou de prévention des complications de la cirrhose n est pas démontré. La prise en charge des complications de l hypertension portale n est pas spécifique, en dehors de l utilisation prophylactique des β-bloquants qui doit rester prudente en raison d un potentiel bronchospasme. La transplantation est une solution prometteuse avec, en cas de transplantation hépatique isolée chez des malades ayant une atteinte pulmonaire légère ou modérée, des survies similaires à celles rapportées pour les autres indications de transplantation hépatique et, en cas de transplantation combinée poumons-foie ou cœur-poumons-foie, un espoir de survie prolongée pour les malades atteints de mucovicidose à un stade terminal.

5 Des anomalies anatomiques de la vésicule biliaire, le plus souvent asymptomatiques, sont fréquentes : une microvésicule est retrouvée dans 30% des cas à l autopsie et l incidence de la lithiase est plus élevée que dans la population générale. Une obstruction distale du cholédoque secondaire à la fibrose pancréatique peut être observée. En revanche, l existence d une authentique atteinte biliaire extra-hépatique de type cholangite sclérosante est controversée. 2.a-2. Déficit en α1-anti-trypsine Chez les malades ayant un déficit homozygote en α1-anti-trypsine (Pi ZZ), l expression clinique est extrêmement hétérogène et varie en fonction de l âge. Chez le nouveau-né généralement indemne de manifestations pulmonaires, des signes cliniques et biologiques de maladie chronique du foie, principalement un ictère néonatal prolongé, sont observés dans 17% des cas (9). Le suivi prospectif de ces malades jusqu à l âge de 18 ans montre une évolution clinique et biologique paradoxalement favorable avec un survie de 82% (3 des 4 malades décédés avaient une cirrhose) et une élévation résiduelle des transaminases chez seulement 11% d entre eux (10). Chez l adulte, la manifestation clinique prédominante est l emphysème panlobulaire souvent modéré et pouvant passer inaperçu, associée dans 30 à 50% des cas à une atteinte hépatique. Celle-ci est initialement asymptomatique, attestée par une élévation discrète et non spécifique des tests hépatiques notamment des phosphatases alcalines et par la mise en évidence de globules PAS positifs contenant de l α1-anti-trypsine dans le cytoplasme des hépatocytes associé à une inflammation mononuclée péri portale discrète, une fibrose à point de départ portal plus ou moins étendue et une prolifération cholangiolaire. Dans les séries autopsiques, la prévalence de cirrhose est estimée entre 37 et 47% (11, 12) avec un risque relatif de 7,8 par rapport à des malades indemnes de déficit homozygote en α1-anti-trypsine appariés sur le sexe et l âge (12). Le pronostic est alors sévère avec une moyenne de 2 ans de survie après le diagnostic. Le diagnostic est acquis par le dosage sérique d α1-anti-trypsine qui est généralement effondré (< 0,4 g/l) et la détermination du phénotype Pi ZZ. La transplantation hépatique a été effectuée avec succès dans un certain nombre de cas, notamment chez l enfant. Celle-ci, toutefois, ne corrige pas totalement les anomalies métaboliques, le gène de l α1-anti-trypsine étant exprimé dans de nombreux tissus extra-hépatiques notamment dans les monocytes et les macrophages. Le rôle du déficit hétérozygote en α1-anti-trypsine dans l étiologie de certaines hépatopathies chroniques est controversé. De plus, la présence de globules PAS positifs dans

6 le cytoplasme des hépatocytes n est pas spécifique de déficit en α1-anti-trypsine, cette constatation pouvant être faite chez des sujets de génotype Pi MM atteints de cirrhose, notamment alcoolique. 2.b - Granulomatoses hépatiques et broncho-pulmonaires non infectieuses 2.b-1. Sarcoïdose (13) Le diagnostic de sarcoïdose hépatique peut être établi dans deux circonstances distinctes : a) Chez un malade ayant une sarcoïdose connue notamment pulmonaire, la biopsie hépatique révèle dans deux tiers des cas une atteinte granulomateuse du foie (14, 15). b) Chez un malade sans sarcoïdose connue, l exploration d anomalies biologiques hépatiques peut conduire à la mise en évidence de granulomes hépatiques, puis au diagnostic de sarcoïdose. La sarcoïdose représente au minimum 14% des cas d'hépatite granulomateuse, sa prévalence étant probablement sous-estimée en l absence de critères diagnostiques histologiques et sérologiques spécifiques. L atteinte du foie au cours de la sarcoïdose est généralement asymptomatique. Le signe physique le plus fréquent est la splénomégalie, présent chez 5 à 10% des malades (16). Néanmoins, la splénomégalie ne traduit que rarement une hypertension portale et serait plus souvent le témoin d'une localisation splénique de la maladie. La perception clinique d une hépatomégalie est rare, bien que le foie soit souvent augmenté de volume. La prévalence des anomalies biologiques hépatiques au cours de la sarcoïdose est estimée à 20% et consiste le plus souvent en une augmentation modérée et non spécifique des phosphatases alcalines et des gammaglobulines. L activité de l enzyme de conversion de l angiotensine est augmentée dans le sérum dans 60 % des cas. Une anergie tuberculinique est observée dans 45 à 90 % des cas. Les examens d'imagerie hépatique sont habituellement normaux. L examen histologique du foie est essentiel : Les granulomes épithélioïdes et gigaanto-cellulaires : i) occupent moins de 10 % de la surface du prélèvement et leur mise en évidence nécessite souvent des recoupes ; ii) siègent généralement dans les espaces portes; iii) sont, contrairement à ceux observés en cas de tuberculose, peu ou pas nécrosants et bien limités par une fibrose réticulinique. Une modification de l'architecture hépatique est observée chez 15% des malades, liée soit à une cirrhose micronodulaire, soit à une hyperplasie nodulaire régénérative.

7 Les deux principales complications hépatiques sont la cholestase et l hypertension portale. Elles sont rares, survenant chez moins de 5% des patients, et plus fréquentes chez les hommes de race noire âgés de 20 à 50 ans qui ont habituellement une sarcoïdose évolutive pulmonaire et oculaire. La forme cholestatique se manifeste par un ictère, un prurit et une hépatosplénomégalie, persiste plusieurs années, et peut aboutir à une fibrose hépatique extensive voire à une cirrhose. Le diagnostic différentiel avec la cirrhose biliaire primitive peut être très difficile. L hypertension portale, dont le mécanisme est mal élucidé en l absence de modification majeure de l architecture hépatique, est de type pré-sinusoïdal. Des hémorragies digestives par rupture de varices œsophagiennes peuvent survenir tôt dans l évolution de la maladie, même en l absence de cirrhose. L insuffisance hépatocellulaire est exceptionnelle. La sarcoïdose est une cause très rare de syndrome de Budd-Chiari. Le traitement est fondé essentiellement sur les corticostéroïdes, qui réduisent l hépatomégalie et les taux sériques des phosphatases alcalines et transaminases, et sur la prise en charge spécifique de l'hypertension portale le cas échéant. 2.b-2. Bérylliose Pulmonaire Chronique (17-19) Cette granulomatose multiviscérale résulte d une réaction d hypersensibilité secondaire à l inhalation de particules insolubles de béryllium, métal léger conducteur électrique et thermique rentrant dans la composition d alliages à usage industriel. Il existe une susceptibilité individuelle à la maladie : seulement 5% des sujets exposés développent une bérylliose chronique et la prévalence de l haplotype HLA DPB1 associé à une mutation glutamate en position 69 est significativement plus élevée chez les malades que dans la population indemne (97 versus 30%). L expression clinique, radiologique et histopathologique est proche de la sarcoïdose, en dehors de la présence de granulome bronchique jamais décrite à ce jour en cas de bérylliose pulmonaire chronique. Comme au cours de la sarcoïdose, une atteinte asymptomatique du foie est fréquente. Le diagnostic repose actuellement d une part sur la mise en évidence de granulomes épithélioïdes et giganto cellulaires et d autre part sur la démonstration que la formation de ces granulomes résulte d une hypersensibilité au béryllium grâce au test de prolifération lymphocytaire en présence de béryllium. A ce titre, la biopsie hépatique, moins invasive que la biopsie pulmonaire, peut participer au diagnostic en mettant en évidence des granulomes hépatiques. Le pronostic pulmonaire est plus sévère que celui de la sarcoïdose et le traitement repose le plus souvent sur la corticothérapie au long cours.

8 2.b-3. Histiocytose X Cette maladie rare, de cause et de physiopathologie inconnues, est caractérisée par une prolifération histiocytaire comportant des macrophages et des cellules dendritiques atteignant un ou plusieurs organes (peau, os, poumon, thymus, rate, moelle ). L atteinte hépatique est observée chez 40 à 60% des malades présentant une atteinte pluriviscérale. L hépatomégalie est fréquente; l ictère est plus rare et considéré comme de mauvais pronostic. Le tableau clinique, biologique et morphologique de cholangite sclérosante primitive peut être observé. Une fibrose hépatique, une cirrhose et une hypertension portale symptomatique peuvent survenir. La biopsie hépatique est un examen utile pour le diagnostic de la maladie même en l absence de signes cliniques ou biologiques évocateurs d une atteinte hépatique : la microscopie optique peut montrer des granulomes contenant des cellules histiocytaires ; s ils sont absents, la microscopie électronique peut montrer des cellules de Langherans contenant des granules cytoplasmiques très caractéristiques (granules de Birbeck); les histiocytes des sinusoïdes et des espaces portes peuvent être hypertrophiés. Une prolifération canaliculaire périportale, une cholestase et même des lacs biliaires peuvent être observés. 2.b - Granulomatoses hépatiques et broncho-pulmonaires infectieuses Une granulomatose hépatique peut être observée en cas de pneumopathie infectieuse bactérienne (tuberculose, Fièvre Q), virale (Cytomégalovirus, Epstein Barr Virus), parasitaire (larva migrans, ascaridiose) ou fungique (histoplasmose, aspegillose, actinomycose ). Une granulomatose hépatique est observée dans seulement 6% des tuberculoses pulmonaires, alors qu elle existe constamment au cours de la forme miliaire et dans 50 à 80% des formes abdominales. L atteinte hépatique est souvent asymptomatique et les tests hépatiques normaux. Les granulomes tuberculeux n ont en général aucun caractère spécifique. Une nécrose caséeuse est rarement présente (0 à 15% des cas), la mise en évidence de bacilles acido-alcoolo-résistants au niveau du foie par la coloration de Ziehl est très peu sensible, de même que les cultures et la mise en évidence de mycobacterium tuberculosis par PCR. L existence d une localisation hépatique n a pas de valeur pronostique péjorative. Au cours de la fièvre Q, une hépatomégalie est notée dans 65% des cas, en règle général indolore, ainsi que des anomalies biologiques hépatiques discrètes dont la plus constante est

9 l'élévation de l'asat dans 85% des cas. Les granulomes hépatiques ne sont pas nécrosant et ont la particularité morphologique d être centrés par un anneau de fibrine entourant une vacuole de stéatose ("fibrin-ring granuloma). La sérologie de Weil-Félix permet de détecter les anticorps spécifiques dont l'apparition est précoce. Le traitement repose sur les antibiotiques à diffusion intracellulaire, tels que les tétracyclines de deuxième génération ou les quinolones, pendant une durée de quinze jours pour les formes aiguës et de 12 mois pour les formes chroniques. Références 1. Mathurin P, Durand F, Ganne N, Mollo JL, Lebrec D, Degott C, Erlinger S, et al. Ischemic hepatitis due to obstructive sleep apnea. Gastroenterology 1995;109: Henrion J, Schapira M, Luwaert R, Colin L, Delannoy A, Heller FR. Hypoxic hepatitis: clinical and hemodynamic study in 142 consecutive cases. Medicine (Baltimore) 2003;82: Valla DC. [Acute hypoxic hepatitis, congestive cardiac liver]. Gastroenterol Clin Biol 2003;27:B Verneau A, Beaugrand M, Dournon E, Callard P, Ferrier JP. [Severe jaundice in Legionnaires disease: a case with early hepatic biopsy]. Gastroenterol Clin Biol 1987;11: Tugwell P, Williams AO. Jaundice associated with lobar pneumonia. A clinical, laboratory and histological study. Q J Med 1977;46: Colombo C, Battezzati PM, Podda M. Hepatobiliary disease in cystic fibrosis. Semin Liver Dis 1994;14: Mastella G, Cipolli M: Le foie au cours de la mucovicidose. In: Flammarion, ed. Hépatologie clinique. Paris, 2002; Colombo C, Battezzati PM, Crosignani A, Morabito A, Costantini D, Padoan R, Giunta A. Liver disease in cystic fibrosis: A prospective study on incidence, risk factors, and outcome. Hepatology 2002;36: Sveger T. Liver disease in alpha1-antitrypsin deficiency detected by screening of 200,000 infants. N Engl J Med 1976;294: Sveger T, Eriksson S. The liver in adolescents with alpha 1-antitrypsin deficiency. Hepatology 1995;22: Eriksson S. Alpha 1-antitrypsin deficiency and liver cirrhosis in adults. An analysis of 35 Swedish autopsied cases. Acta Med Scand 1987;221:

10 12. Eriksson S, Carlson J, Velez R. Risk of cirrhosis and primary liver cancer in alpha 1- antitrypsin deficiency. N Engl J Med 1986;314: Ganne-Carrie N, Guettier C, Ziol M, Beaugrand M, Trinchet JC. [Sarcoidosis and the liver]. Ann Med Interne (Paris) 2001;152: Branson J, Park J. Sarcoidosis-liver involvement: presentation of a case with fatal liver involvement, including autopsy findings and review of the evidence for sarcoidosis involvement of the liver as found in the litterature. Ann Int Med 1954;40: Chapelon C, Piette L, Uzzan B, Coche E, Herson S, Ziza J, Godeau P. Rentabilité des prélèvements histologiques au cours de la sarcoïdose: analyse rétrospective multicentrique de 618 biopsies pratiquées chez 416 malades. Rev Méd Interne 1987;8: Devaney K, Goodman ZD, Epstein MS, Zimmerman HJ, Ishak KG. Hepatic sarcoidosis. Clinicopathologic features in 100 patients. Am J Surg Pathol 1993;17: Marchand-Adam S, Guillon F, Brauner M, Valeyre D. Bérylliose Pulmonaire chronique. Un modèle d'interaction entre environnement et prédisposition génétique (2ème partie) : Pathogénie, expression clinique, prévention et législation. Rev Mal Respir 2004;Sous Presse. 18. Marchand-Adam S, Valeyre D. Bérylliose Pulmonaire chronique. Un modèle d'interaction entre environnement et prédisposition génétique (1ère partie) : minéralogie, toxicologie, épidémiologie et facteurs de risque. Rev Mal Respir 2004;Sous Presse. 19. Rossman MD. Chronic Beryllium Disease: Diagnosis and Management. Environ Health Perspect 1996;104S:

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE

APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE Page 1 de 4 APPROCHE BIOLOGIQUE DES PATHOLOGIES HEPATO- BILIAIRES EN MEDECINE GENERALE Une anamnèse personnelle et familiale détaillée ainsi qu un examen clinique approfondi sont indispensables avant toute

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire

Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire Emmanuel Gonzalès Abdel Slama Hépatologie et Transplantation Hépatique Pédiatriques Biochimie Centre de Référence associé pour les Maladies Mitochondriales

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Cholestase. hépatocytaires ou canalaires.

Cholestase. hépatocytaires ou canalaires. Cholestase n Définition : diminution ou arrêt de la sécrétion biliaire (défaut de transport des acides biliaires du foie vers l intestin). n Conséquences : augmentation des concentrations sériques et tissulaires

Plus en détail

CIRRHOSE. + Questions et réponses LA CIRRHOSE DU FOIE. À quoi sert le foie? Quelles sont les principales causes de la cirrhose?

CIRRHOSE. + Questions et réponses LA CIRRHOSE DU FOIE. À quoi sert le foie? Quelles sont les principales causes de la cirrhose? CIRRHOSE LA CIRRHOSE DU FOIE À quoi sert le foie? Situé sous le diaphragme, dans le quadrant supérieur droit de l abdomen, le foie est le plus gros organe de l organisme (pesant de 1 à 1,5 kg chez l adulte).

Plus en détail

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des ictères - douleurs biliaires (colique hépatique) PCEM2 Biologique : exploration

Plus en détail

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012 Diagnostic des hépatites autoimmunes Constance BERTHAULT 10/02/2012 Les Hépatites auto immunes 0,1 à 0,2 pour 100 000 personnes (pays occidentaux) Cause indéterminée Manifestations complexes è Le diagnostic

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

Dilatations des bronches de l adulte

Dilatations des bronches de l adulte Dilatations des bronches de l adulte Pierre-Régis Burgel Centre de Ressource et de Compétence Mucoviscidose (CRCM) Adulte Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Dilatation des bronches augmentation

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A 40 ans Découverte d une cirrhose en 03/2004 devant une 1 ère DOA Clinique : CVC, ascite, ictère, angiomes stellaires, érythrose palmaire Biologie : Hb :10,2 g/dl TP

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur

C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur POUMON ET TABAC Le tabac est responsable sur le plan pulmonaire de: Pathologies obstructives chroniques

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints

La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints La voie de l autophagie est altérée in vivo, dans le foie de malades atteints d hépatite C Pierre-Emmanuel RAUTOU, Dominique CAZALS-HATEM, Gérard FELDMANN, Tarik ASSELAH, Alain GRODET, Abdel MANSOURI,

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

HEPATOPATHIES GRAVIDIQUES. Dr Yannick BACQ Service d'hépatogastroentérologie Hôpital Trousseau Tours

HEPATOPATHIES GRAVIDIQUES. Dr Yannick BACQ Service d'hépatogastroentérologie Hôpital Trousseau Tours HEPATOPATHIES GRAVIDIQUES Dr Yannick BACQ Service d'hépatogastroentérologie Hôpital Trousseau Tours Déclaration d'intérêts Orateur et invitation à une réunion scientifique pour le laboratoire Aptalis Pharma

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

maladie des griffes du chat (cat scratch disease)

maladie des griffes du chat (cat scratch disease) hépatomégalie avec multiples nodules infra centimétriques dispersés dans les 2 lobes,perturbations microcirculatoires, splénomégalie avec les mêmes nodules, adénopathies cœliaques et du hile hépatique

Plus en détail

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Fédération Digestive Hôpital Purpan et INSERM U531 Toulouse 38 Japon 30 Incidence

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla)

LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla) LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla) 18 ième journée de biologie de Marseille, 27 ième colloque IBS-Corata Septembre 2010 Catherine JOHANET Unité d Immunologie, CHU Saint-Antoine, Paris

Plus en détail

La femme enceinte drépanocytaire

La femme enceinte drépanocytaire La femme enceinte drépanocytaire Guide Pratique La drépanocytose : qu est que c est? La drépanocytose est une maladie génétique de l hémoglobine, caractérisée par la présence d une hémoglobine anormale,

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Sémiologie du Foie hors cirrhose et hépatite virale. Pr Eric NGUYEN-KHAC UFR médecine Amiens 2011

Sémiologie du Foie hors cirrhose et hépatite virale. Pr Eric NGUYEN-KHAC UFR médecine Amiens 2011 Sémiologie du Foie hors cirrhose et hépatite virale Pr Eric NGUYEN-KHAC UFR médecine Amiens 2011 Sommaire Examen du foie Les douleurs hépatiques La biologie du foie Les examens morphologiques L histologie

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Avis 20 février 2013

Avis 20 février 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 février 2013 PEGASYS 135 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 (CIP 34009 359 958 1 0) Boîte de 4 (CIP 34009 359 959 8 8) PEGASYS 135

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014 Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014! Identifier les causes de lymphoedème!! Savoir investiguer un lymphoedème!! Comment traiter un lymphoedème Le lymphœdème - définition Un œdème

Plus en détail

Lava avant injection. Lava C2 Lava tardives

Lava avant injection. Lava C2 Lava tardives Homme de 48 ans. Cirrhose secondaire à une hépatite B. Augmentation de l αfp et nodule à l échographie. Que pensez vous des images nodulaires spléniques observées chez ce patient T2 Lava avant injection

Plus en détail

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES VASCULAIRES DU FOIE (C.R.M.V.F.) Hôpital Beaujon 100 bd du Général Leclerc 92110 Clichy Service d Hépatologie Pavillon Abrami (consultation) Pavillon Sergent (hospitalisation)

Plus en détail

Item 269 : Pancréatite chronique

Item 269 : Pancréatite chronique Item 269 : Pancréatite chronique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition et incidence...1 2 Facteurs de risque et étiologie...2 3 Diagnostic...3 3. 1 Clinique... 1 3. 2 Biologie...

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses 3 à 5/100 000 habitants Augmente avec l age 175 /100 000 >70 ans Notre file active toutes les maladies interstitielles confondues plus de 120 patients

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

HEMANGIOMES DU NOURRISSON

HEMANGIOMES DU NOURRISSON HEMANGIOMES DU NOURRISSON DEFINITION On désigne sous le nom d'angiomes, des dysplasies intéressants les vaisseaux sanguins. Il s'agit de malformations très hétérogènes et très polymorphes de cause inconnue

Plus en détail

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique

Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique Compte-rendu d examen anatomo-pathologique - hépatite chronique À partir de la Vème année Médecine Générale et notamment pour les médecins anatomopathologues ANATOMIE PATHOLOGIQUE Hôpital du Bon Secours

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D.

: (1) ; PE. (1) ; G. (2) ; S. (3) ; H. (4) ; D. (5) ; P. (6) ; MH. (7) ; H. (8) ; D. (2) ; D. (2) ; D. Evolution maternelle et fœtale des grossesses survenant chez des malades atteintes de thrombose chronique de la veine porte (TVP) : résultats d une étude européenne multicentrique A. Plessier (1) ; PE.

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie Ariane MALLAT Tabac, cannabis et foie Connaître le rôle du tabac et du cannabis dans le développement de la fibrose Savoir l évaluer Connaître les conséquences pratiques chez un malade porteur d une hépatopathie

Plus en détail

Vaccin contre l Hépatite A. Points clés

Vaccin contre l Hépatite A. Points clés Vaccin contre l Hépatite A Vaccin contre l Hépatite A Jean-Pierre Bronowicki Hépato-gastroentérologie, CHU de Nancy 54500 Vandoeuvre les Nancy Points clés Du fait de l augmentation de la morbidité et peut

Plus en détail

Ch5 : Variation génétique et médecine

Ch5 : Variation génétique et médecine T3 : Corps humain et santé T3/U1 : Variation génétique et santé Ch5 : Variation génétique et médecine I. Les maladies génétiques germinales A. Rappel et définitions Une maladie est dite génétique germinale

Plus en détail

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet.

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Epidémiologie Etiologies Diagnostic Causes d IRA selon le délai dans les hémopathies

Plus en détail

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires

Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires Les déficits immunitaires primitifs / congénitaux / héréditaires http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pediatrie/deficits.htm 1. Déficits de l immunité innée (10 % des déficits immunitaires héréditaires)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 PULMOZYME 2500 U/2,5 ml, solution pour inhalation par nébuliseur B/6 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009 364 674 8 4) B/30 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O

LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O La douleur est imprévisible La douleur est un signal d alarme. Son seul rôle est de vous indiquer que quelque chose d anormal est en train de se passer dans votre corps.

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

L obésité de l adulte et ses risques

L obésité de l adulte et ses risques L obésité de l adulte et ses risques Willendorff Lespugue DR Patrick GELAS Nutrition Clinique Intensive - H.C.L. Définition Se définit comme un excès de masse grasse ayant des conséquences somatiques,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DOCTEUR EN MEDECINE

UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DOCTEUR EN MEDECINE UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** ANNEE 2010 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Anatomie et cytologie pathologiques Présentée

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses

item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses représentation schématique du lobule pulmonaire septa inter-lobulaires (SIL) vus en thoracoscopie chez un fumeur Cause connue 1/ Proliférations malignes lymphangite

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

15 - Toxoplasmose congénitale

15 - Toxoplasmose congénitale 15 - Toxoplasmose congénitale 1 Généralités L'infection maternelle est généralement très discrète chez le sujet immunocompétent. Dans 90% des cas, elle est asymptomatique et passe inaperçue. 1.1 Actualités

Plus en détail

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES 10/02/12 Aymeric BECQ SOMMAIRE 1. Pourquoi traiter 2. Traitement inieal 3. Traitement au long cours 4. Cas de la grossesse 5. HAI et TH 6. Conclusion 1. POURQUOI

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

Complications rares des anti TNF alpha

Complications rares des anti TNF alpha Complications rares des anti TNF alpha Dr S. MARTINON 1 A. BASCH 1, M. BERTHIER 1, J. CHARRIN 1, D. LIENS 1 P. BACHET²,, S. ASSAAD²,, C. PARISET² 1 : Service de rhumatologie. Hôpital St Joseph St Luc LYON

Plus en détail