Physiopathologie Symptômes / Manifestations Diagnostic Biologie. Douleurs matinales = dérouillage matinal ( en cours de journée)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physiopathologie Symptômes / Manifestations Diagnostic Biologie. Douleurs matinales = dérouillage matinal ( en cours de journée)"

Transcription

1 Version du dimanche 18 novembre 2007 Maladie de risques Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires [ personnes touchées] 3 F / 1 H Début = 30aine HLA DR1 et DR4 (DRB1*0401)? Agression du tissu articulaire (composante T et B) Atteinte destructrice des articulations Pannus synovial destruction cartilagineuse et osseuse Douleurs matinales = dérouillage matinal ( en cours de journée) Début progressif = oligoarthrite distale (mains, poignets) Fébricule Lésions déformantes +++ Possible atteinte viscérale = sérite (pleurite, péricardite) Au moins 4/7 critères de l'ara 1. Raideur matinale 2. Arthrite de 3 articulations 3. Arthrite symétrique 4. Nodules rhumatoïdes 5. FR 6. Lésions radiologiques FR (plus de WR!) Ac anticytokératine (filaggrine) Ac anti CCP (ACPA) (critères de gravité Intérêt du diagnostic précoce pour une prise en charge thérapeutique optimale. 1

2 Lupus Erythémateux disséminé (LED) / F / 1 H race noire ans HLA B8 / DR3 Déficit en C2 / C4 du complément (40% des malades / 15% de la population saine)? Anomalie de l'élimination des immuns complexes circulants Anomalie de l'apoptose? Rôle de l'ifn alpha Manifestations très polymorphes (cutanées et viscérales) Evolution par poussées Altération de l'état général (Fièvre, amaigrissement, asthénie) Signes cutanés = érythème malaire (en aile de papillon) Alopécie Photosensibilité Ulcérations buccopharyngées Syndrome de Raynaud Arthrites non érosives Diffusion multiviscérale Rein (pronostic) Séreuses Système nerveux central (psychose, convulsions) Organe hématopoïétique (cytopénies) Thromboses au moins 4 critères de l'ara 1) Masque de loup 2) Eruption discoïde 3) Photosensibilité 4) Ulcérations buccales 5) Arthrites 6) Protéinurie > 0,5g/l 7) Convulsions / psychose 8) AHAI / leucopénie (<4000/ mm 3 ) / thrombopénie (< / mm 3 ) 9) Ac anti ADN natif 10) Ac anti Sm Syndrome inflammatoire Ac anti nucléaire Ac anti ADN double brin* (Ac anti PCNA)* 3% Ac anti Sm * 10 30% Consommation complément (atteinte rénale) Manifestations biologiques associées aux atteintes viscérales Ac anti SS A : risque de lupus néonatal * Marqueurs spécifiques de la maladie 2

3 Maladie de Sjögren Fréquente (isolée ou associée = 30% des maladies auto immunes non spécifiques d'organe) 9 F / 1 H Age moyen (souvent > 50 ans)? Primitive = maladie de Sjögren Secondaire = syndrome de Gougerot Sjögren (LED, PR, Sclérodermie,...) Exocrinopathie auto immune Sécheresse oculaire et buccale (xérostomie / xérophtalmie) Hypertrophie des glandes salivaires Atteinte de toutes les glandes exocrines AEG Arthrite non érosive Test de Schirmer Biopsie des glandes salivaires accessoires Ac anti SSA (60%) Ac anti SSb (50%) FR (80%) Infiltration lymphocytaire des glandes exocrines et hyper réactivité B (rôle d'ebv =?) Syndrome de Raynaud Atteinte viscérale (fibrose pulmonaire, néphrite interstitielle, SNC) ATTENTION! lymphomes malins Hypergammaglobulinémie béta2 microglobuline Cryoglobuline 3

4 Sclérodermie 14 / 10 6 habitants 3 F / 1 H Age moyen (incidence avec âge)? Affection multisystémique Fibrose de la peau, des viscères (tube digestif, rein, cœur et vaisseaux,...) Accumulation de collagène et des protéines de la matrice extracellulaire dans la peau, les viscères et des vaisseaux (ischémie chronique) Syndrome de Raynaud (95%) Doigts boudinés Epaississement cutané (limitations à l'ouverture de la bouche et des paupières) Acrosclérose Résorption osseuse des extrémités Arthrites Myalgies Télangiectasies Dysphagie Raynaud Manifestations cutanées typiques Atteinte viscérale Ac anti Centromères (CREST) meilleur pronostic évolution plus lente Ac anti Topoisomérase I (Scl 70) (évolution rapide) Ac anti RNA Pol III Pronostic défavorable ++ Fibrose pulmonaire (HTAP) CREST syndrome (Calcinose, Raynaud, Oesophagite, Sclérodactylie, Télangiectasies) Atteinte rénale (HTA) Ac anti PmSCl (Ac anti nucléole) formes plutôt limitées. Parfois en association avec SCL 70 4

5 Polymyosites 2 3 / 10 5 hab. Atteinte musculaire inflammatoire non suppurative Infiltration lymphocytaire Association de manifestations de la PR, du LED,... Erythème localisé ou diffus, éruption maculo papuleuse Faiblesse des muscles proximaux Atrophie musculaire Atteinte viscérale (pulmonaire, cardiaque) EMG Biopsie musculaire Enzymes musculaires (CPK, Aldolases, AS(L)AT, LDH) Myoglobinurie Ac anti SS A/Ro52 kda souvent associés Ac anti Jo1 Prédisposition génétique (DR3) + infection virale Anti synthétases (PL7, PL12) Ac anti Mi2 : (dermatomyosite) Anti SRP (myopathie autoimmune) PmScl (scléromyosites) 5

6 Connectivite mixte (Syndrome de Sharp) Overlap syndrome 8 F / 2 H Combinaison de signes cliniques du LED, de la PR, de la Dermatopolymyosite Raynaud ( 100%) Polyarthrite Sclérodactylie Myopathie inflammatoire Eruption malaire Atteintes rénale et cardiaque plus rares Evolution possible vers un lupus avéré Association des signes cliniques Raynaud Doigts boudinés (Ac anti RNP) Ac anti U1 RNP (RNP 22, 33 ET 68 kda) Les autres marqueurs biologiques des maladies autoimmunes associées Ac anti KU 6

7 Syndrome des antiphospholipides?? Troubles de la coagulation Agressions (apoptose) des cellules endothéliales SAPL primaire Sans autre signe de maladie auto immune associée (peut parfois précéder une connectivite) SAPL secondaire Des signes de connectivite précédent ou suivent la découverte des Ac anti phospholipides (LED, PR, Sjögren, Sclérodermie). Thromboses veineuses et/ou artérielles Localisation non conventionnelle (membres supérieurs, Budd Chiari, coronaires, artères cérébrales, rénales (sujets jeunes),...) A répétition. Pertes foetales (>10 SA) ou 3 avortements spontanés à répétition Manifestations cutanées : livedo reticularis Thrombopénie Anémie hémolytique autoimmune Ac anti phospholipides à un titre significatif, observée de façon répétée à 12 semaines d'intervalle. ACL / anti 2GP1 Antiphosphatidyléthanolamin e Allongement des temps de coagulation (ACC) Thrombopénie (Ac anti plaquettes) Anémie hémolytique auto immune (Coombs) Sérologie syphilitique dissociée (VDRL) (±) Ac anti mitochondrie de type V 7

8 Vascularites et néphropathies Peu fréquentes 1,6 H / 1 F 40 aine Inflammation et altération de la paroi des vaisseaux Ischémie Physiopathologie =? Dépôts d'immuns complexes circulants agression directe de l'endothélium Inflammation granulomes Différentes classifications : en fonction du calibre des vaisseaux atteints, de l'atteinte systémique ou focalisée PAN = périartérite noueuse vascularite inflammatoire nécrosante des vaisseaux de petit et moyen calibre lésions anévrismales de la paroi vasculaire. AEG (fièvre, anorexie, amaigrissement) Myalgies Atteinte rénale HTA +++ PAN microscopique = Glomérulonéphrite microangiopathique Churg et Strauss = angéite granulomateuse allergique. Vascularite granulomateuse systémique focalisée aux poumons (#PAN, mais atteinte des vaisseau de différents calibres, avec atteinte veineuse) Asthme sévère Infiltrat pulmonaire +++ (éosinophiles) Biopsie AEG Asthme Syndrome inflammatoire Polynucléose (hyperéosinophilie = + rare) panca = MPO Hyperéosinophilie panca = MPO 8

9 Granulomatose de Wegener Rare H / F = 1 Vascularite granulomateuse des voies aériennes supérieures Atteinte rénale +++ glomérulonéphrite en croissants Sinusite douloureuse Rhinorrhée purulente et sanglante ulcération de la muqueuse nasale Déformation "en selle" de la racine du nez Toux, hémoptysie Hématurie, insuffisance rénale, HTA Biopsie Syndrome inflammatoire canca = PR3 Syndrome de Goodpasture Ac anti membrane basale glomérulaire et alvéolaire Dépôts d'igg sur la paroi capillaire glomérulaire Ac anti chaîne a3 du collagène IV Hémoptysies Glomérulonéphrite +++ Ac anti MBG 9

10 Hépatopathies HCAI de type I < 5% des hépatites chroniques actives Femme (80%) Pic de fréquence = "10 20" et "45 70" ans Ag principal = actine Auto Ac anti muscle lisse Début insidieux Insuffisance hépatocellulaire Biopsie hépatique de la cytolyse et de l'insuffisance hépatocellulaire Ac anti muscle lisse de spécificité antiactine Ac anti SLA HCAI de type II 6 x plus rare que la précédente Femme (90%) A tout âge mais pic de fréquence = "2 14" ans Ag principal = cytochrome P 450 II D6 Début brutal (insuffisance hépatique aiguë) Ac anti LKM 1 Ac anti LC1 Cirrhose biliaire primitive (CBP) : 10 Maladie chronique cholestatique Femme âge mur Ag principal = Composant de la membrane interne des mitochondries = complexe enzymatique de la pyruvate déshydrogénase Ictère Prurit Insuffisance hépatocellulaire Auto Ac anti Anti Mitochondries (M2) Ac anti GP210

11 Cholangite sclérosante 2 H / 1 F Association avec RCH +++ ou la maladie de Crohn ±. Epaississement fibroinflammatoire des voies biliaires intra et extra hépatiques Douleurs hypochondriales Prurit Ictère Cirrhose Hypertension portale Radiologie ANCA (xanca) aspect périnucléaire Egalement : Ac anti muscle lisse et ANA MICI Rectocolite hémorragique (RCH) Maladies autoimmunes =? 5 / 10 5 Sex ratio # 1 Inflammation chronique de la muqueuse intestinale colique (RCH) AEG Douleurs abdominales Diarrhées +++ hémorragies digestives Radio / Endoscopie Histologie (Biologie) Syndrome inflammatoire RCH : xanca Crohn (MC) tout le tube digestif (MC) Aphtose Lésions périnéales Ac anti pancréas exocrine (ASCA) 11

12 Gastrites Gastrite de type A : n'atteint que l'antre Gastrite de type B: Atteint surtout le fundus Souvent inaperçues Parfois association aux différentes polyendocrinopathies Présence d'ac anticellules pariétales : = Auto Ac anti ATPase Ac anti facteur intrinsèque anémie de Biermer ( complication de la gastrite de type A) Infection par H. pylori Dyspepsie, brûlures carence en B12 (Anémie, manifestations nerveuses,...) ATTENTION! Cancer Histologie Anémie de Biermer Ac anti cellules pariétales = Ac anti ATPase H + K + Ac anti facteur intrinsèque 2 types I = empêche la fixation de la Vit B12 au FI II = empêche la fixation du complexe FI Vit B12 au récepteur iléal Maladie coeliaque HLA DQ2 DQ8 Maladie autoimmune? Intolérance au gluten Agression des entérocytes duodénaux par liaison de la gliadine aux structures de l'intestin grêle Diarrhée Carences multiples +++ Histologie Les signes de carence +++ (hémato, bioch,...) Ac anti gliadine ( AAc) IgG, IgA IgA anti endomysium Ac anti transglutaminase (IgA) (Ac anti réticuline) Attention! Déficit en IgA associé : doser les IgG antiendomysium 12

13 Thyroïdopathies Fréquence à 7% de la population Action stimulante ou freinatrice de la glande par action sur les récepteurs hormonaux > Ac anti hormones Goitre ou atrophie de la thyroïde Manifestations liées à l'hyper (Graves Basedow) ou l'hypothyroïdie (Hashimoto, thyroïdites) (Basedow Exophtalmie) Associations à d'autres endocrinopathies autoimmunes +++ Ac anti thyroïdiens (anti TPO, Tg) Ac anti récepteur de la TSH TSI (Thyroid Stimulating Ig) TBII (Thyroid Binding inhibitory Ig) Dosages hormonaux (TSH, T3, T4) Endocrinopathies Addison Stérilité (insuffisance ovarienne, insuffisance hypophysaire)... " Liée à la carence hormonale ATTENTION! Addison Poly endocrinopathie de type I Candidose muco cutanée (90%), Hypoparathyroïdie (85%), Insuffisance corticosurrénale (60%) (déficit en gène AIRE) Poly endocrinopathie de type II Insuffisance surrénalienne (100%), Thyréopathie auto immune (60%), Diabète insulinodépendant (40%) Dosages hormonaux Auto Ac spécifique de l'organe cible (surrénale, ovaire, hypophyse) 13

14 Maladies de la peau Pemphigus Pemphigoïde Dermatite herpétiforme Pemphigoïde et pemphigus : à tout âge, mais surtout chez personnes âgées Touche surtout l'adulte jeune Maladies bulleuses (défaut de cohésion intercellulaire) Dépôts d'ig dans la peau Atteinte muqueuse Pemphigus = bulles intradermique Pemphigoïde = bulles sous épidermique Association à la maladie coeliaque (parfois asymptomatique) AEG prurit Douleurs à type de brûlure Bulles Prurit, plaques urticariennes Bulles en bouquets, Histologie Pemphigus Ac antisubstance intercellulaire (desmogléine 3) Pemphigoïde Ac antimembrane basale (BP 180) Ac anti gliadine Ac anti endomysium Vitiligo Plage dépigmentées Ac anti tyrosinase (intérêt =?) 14

15 Myasthénie Femme [20 30 ans] Homme [50 60 ans] Ac anti récepteur de l'acétyl choline Faiblesse Fatigabilité à l'effort Atteinte fréquente des muscles de la face Diffusion des symptômes : ptôsis d'effort EMG ARAC (85%) Ac anti muscle strié (forme avec thymome).../... 15

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Origine des cellules auto-réactives

Origine des cellules auto-réactives Origine des cellules auto-réactives Site de production = moelle osseuse Précurseurs des lymphocytes T ou des lymphocytes B Récepteur pour l'ag Production des récepteurs pour l'ag Phénomène aléatoire Récepteur

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne

LES AUTO-ANTICORPS. Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne LES AUTO-ANTICORPS Dr Modeste KOUMOUVI (Rhumatologie) Dr Catherine PAULIN (Labo Biologie) CHG Gayraud Carcassonne Maladie auto-immune : définition Auto-agressivité du système immunitaire vis à vis de ses

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Maladies auto-immunes (MAI) définition

Maladies auto-immunes (MAI) définition Maladies auto-immunes (MAI) définition C'est la rupture des mécanismes de tolérance du système immunitaire visà-vis de constituants de l'organisme (auto-antigènes) Plusieurs caractéristiques communes aux

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

MEDECINE INTERNE : AUTO AC et HLA

MEDECINE INTERNE : AUTO AC et HLA MEDECINE INTERNE : AUTO AC et HLA Note : ces maladies sont liées à un processus auto-immun, mais ne sont parfois pas liés à la production d autoanticorps (exemple de la Sclérose en plaque). Parfois une

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI

MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI MANIFESTATIONS SYSTEMIQUES DES INFECTIONS PAR LE VIRUS DE L HEPATITE C Dr. Fatma BOUSSEMA, Dr Lilia ROKBANI Le virus C est associé à des manifestations extra-hépatiques d origine immunologique. Certaines

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard

Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Quelle stratégie diagnostique adopter face à des anticorps anti-nucléaires positifs en 2012? L.Bouillet C.Dumestre-Pérard Plan Qu est ce qu un anticorps anti-nucléaires (ACAN)? Comment rechercher les ACAN?

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Faculté de Médecine de Marseille

Faculté de Médecine de Marseille Pathologies auto-immunes : aspects épidémiologiques, diagnostiques et principes du traitement (116) Sophie Desplat-Jégo, Brigitte Granel, Jacques Serratrice Décembre 2007(mise à jour 2008-2009) 1. Introduction

Plus en détail

Les auto anticorps en pratique de ville. Dr Claire Lecomte Dr Emmanuel Forestier Médecine Interne CH Chambéry 23 mars 2010

Les auto anticorps en pratique de ville. Dr Claire Lecomte Dr Emmanuel Forestier Médecine Interne CH Chambéry 23 mars 2010 Les auto anticorps en pratique de ville Dr Claire Lecomte Dr Emmanuel Forestier Médecine Interne CH Chambéry 23 mars 2010 AAC : quand les demander? Signes cutanéo-muqueux Éruption malaire, photosensibilité,

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS

MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS M-38 Journées Nationales d Infectiologie 2013 MALADIES AUTOIMMUNES AU COURS DE L INFECTION PAR LE VIH: 62 OBSERVATIONS L IORDACHE, P CACOUB, O LAUNAY, L GUILLEVIN, O BOUCHAUD, L WEISS, V JEANTILS, C GOUJARD,

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 Table des matières Table des matières... i Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 1. INTRODUCTION... 2 2. MOLÉCULES PRINCIPALES... 3 2.1 Antigènes... 3 2.2 Anticorps... 4 2.3 Récepteurs

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

I. Dermatite (ou eczéma)

I. Dermatite (ou eczéma) I. Dermatite (ou eczéma) 1. Dermatite atopique Définition : lésion chronique prurigineuse. Epidémiologie : forte prédisposition génétique souvent associée à l asthme ou la rhinite petite enfance dans 60

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 10 Scénario : Monsieur J., âgé de quarante-neuf ans, se présente aux urgences pour une

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

chevauchement Myosite de FICHE TECHNIQUE SAVOIR ET COMPRENDRE

chevauchement Myosite de FICHE TECHNIQUE SAVOIR ET COMPRENDRE Myosite de chevauchement La myosite de chevauchement, encore souvent appelée polymyosite, est la plus fréquente des myopathies inflammatoires de l adulte (68% des cas). Au tableau d une myosite s ajoutent

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis ! " #$%&

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis !  #$%& Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! " #$%& "' Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Sinergic-massage. Médecine Académique - Programme 2014-2015. Anatomie Physiologie Pathologie. Système tégumentaire 16 heures

Sinergic-massage. Médecine Académique - Programme 2014-2015. Anatomie Physiologie Pathologie. Système tégumentaire 16 heures Médecine Académique - Programme 2014-2015 L objectif de notre module de médecine académique est de transmettre les bases indispensables à la compréhension du corps humain, ainsi qu une approche des différentes

Plus en détail

Présentation de la MC selon la nouvelle classification

Présentation de la MC selon la nouvelle classification Pathologies intestinales: mise à jour et nouvelle réalité diagnostique Présenté par NUTRISIMPLE, équipe de diététistes- nutritionnistes nutrisimple.com 1-877- 427-6664 info@nutrisimple.com Présentation

Plus en détail

Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 :

Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 : Correction conférence PAR /Lupus du 23/11/10 : 1) ABE C fx ils vont dans la médullaire D primaire 2) ADE B et C faux c est le contraire paracorticale Ly T et corticale Ly B 3) ADE 4) ACDE 5) Cf correction

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition du concept d'auto-immunité...3

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

Maladies Autoimmunes du foie

Maladies Autoimmunes du foie Maladies Autoimmunes du foie Pr Jean- Dominique de Korwin Département de Médecine interne CHU Nancy- Hôpitaux de Brabois- BPC Université de Lorraine AMMPU Faulquemont, Saint- Avold 17-09- 2014 Maladies

Plus en détail

LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla)

LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla) LES ANTICORPS ANTI-ANTIGENES SOLUBLES DU FOIE (anti-sla) 18 ième journée de biologie de Marseille, 27 ième colloque IBS-Corata Septembre 2010 Catherine JOHANET Unité d Immunologie, CHU Saint-Antoine, Paris

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE I. INTRODUCTION II. DIAGNOSTIC POSITIF 1. SIGNES GENERAUX 2. SIGNES ARTICULAIRES 3. SIGNES OPHTALMOLOGIQUES SI MALADIE DE HORTON ASSOCIEE 4. SIGNES BIOLOGIQUES 5. RADIOGRAPHIES

Plus en détail

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 LUPUS et GROSSESSE Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 Lupus et grossesse : pathogénie Facteurs immunogénétiques Facteurs environnementaux Facteurs immunohormonaux Ovulations fluctuent avec les poussées

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012 Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Rappels sur le complément n Ensemble de protéines plasmatiques et membranaires

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Apports et pièges de la sérologie autoimmune rhumatismale. Congrès UCL de médecine générale

Apports et pièges de la sérologie autoimmune rhumatismale. Congrès UCL de médecine générale Apports et pièges de la sérologie autoimmune rhumatismale Congrès UCL de médecine générale Bruxelles, 22-24 mai 2014 Frédéric A. Houssiau Rheumatology Department Cliniques Universitaires Saint-Luc Université

Plus en détail

SOMMAIRE (ouvrage physiologie)

SOMMAIRE (ouvrage physiologie) SOMMAIRE (ouvrage physiologie) Partie 1 : Organisation cellulaire et tissulaire des êtres vivants Chapitre 1 : Ultrastructure des cellules humaines A définition et généralités sur la cellule B membrane

Plus en détail

Ce que nous raconte la bouche. - Questions pratiques - Bouche et maladies de système

Ce que nous raconte la bouche. - Questions pratiques - Bouche et maladies de système Ce que nous raconte la bouche. - Questions pratiques - Bouche et maladies de système Dr Vincent Poindron Immunologie clinique Centre de référence maladies autoimmunes et systémiques Dr François Schaudel

Plus en détail

Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED)

Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED) Une maladie auto immune non spécifique d organe: Le lupus érythémateux disséminé (LED) Emmanuel Hermann 4ème année-ec Pharma Lille 2 Définition Syndrome clinico-biologique: Atteinte systémique polymorphe

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Introduction L hyperéosinophilie est définie par la présence de polynucléaires éosinophiles circulants à plus de 0,5 G/l (500/µl) (quel que soit leur

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêt

Déclaration de conflits d intérêt Déclaration de conflits d intérêt Introduction Cas Clinique 1 Mr X 62 ans ethylotabagique HTA Hypercholestérolémie Découverte d une tuberculose pulmonaire en 2009 Traitement de 6 mois avec observance difficile

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

Maladies inflammatoires de l intestin

Maladies inflammatoires de l intestin JEANNEY Marie et MAGNENET Pauline. Cours de lundi 30 de 10h30 à 12h Maladies inflammatoires de l intestin Maladie de Crohn (MC) et rectocolite hémorragique (RCH) Incidence 10/100.000 (MC 6/RCH 4) ~ 3000

Plus en détail

Programme de 1ère année de NATUROPATHIE

Programme de 1ère année de NATUROPATHIE Programme de 1ère année de NATUROPATHIE Objectif de la formation : devenir NATUROPATHE Moyens pédagogiques : cours magistraux, polycopiés SÉMINAIRE N 1 : LA NATUROPATHIE FONDAMENTALE CENA SÉMINAIRE N 2

Plus en détail

COURS N 3: Anatomo-pathologie de l'œsophage et de l'estomac.

COURS N 3: Anatomo-pathologie de l'œsophage et de l'estomac. Appareil digestif 26/09/2012 Mme Lavergne-Slove Ronéotypeuse: Laura Bernard Ronéolectrice: Ariane Blanco COURS N 3: Anatomo-pathologie de l'œsophage et de l'estomac. Généralités II. L'œsophage 1) Caractéristiques

Plus en détail

Le syndrome de Churg et Strauss

Le syndrome de Churg et Strauss Le syndrome de Churg et Strauss Angéite de Churg et Strauss La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur,

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Une consultation sur l hyperthyroïdie

Une consultation sur l hyperthyroïdie Enoncé Une consultation sur l hyperthyroïdie Vous recevez en consultation Mme X, 26 ans, jeune cadre dynamique qui vient d être embauchée dans une grande banque d affaires internationale. En effet, on

Plus en détail

AAC= aide au diagnostic. 1- Connectivites. Diagnostic immunologique des. Maladies auto-immunes. Lupus. A.ESCANDE LIPCOM (m.e.l.

AAC= aide au diagnostic. 1- Connectivites. Diagnostic immunologique des. Maladies auto-immunes. Lupus. A.ESCANDE LIPCOM (m.e.l. Diagnostic immunologique des maladies auto-immunes maladies avec auto-anticorps anticorps rôle Pathogène : Complément => lyse GR IC => dépôt vaisseaux, glomérule, récepteur, facteur soluble.. le plus souvent

Plus en détail

Dilatations des bronches de l adulte

Dilatations des bronches de l adulte Dilatations des bronches de l adulte Pierre-Régis Burgel Centre de Ressource et de Compétence Mucoviscidose (CRCM) Adulte Hôpital Cochin, Paris Groupe Hospitalier COCHIN Dilatation des bronches augmentation

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

Diagnostic biologique des Hépatopathies auto-immunes

Diagnostic biologique des Hépatopathies auto-immunes Diagnostic biologique des Hépatopathies auto-immunes B. Admou 1, K. Krati 2 1. Laboratoire d immunologie, CHU de Marrakech 2. Service de gastroentérologie, CHU De Marrakech Sommaire Cadre nosologique des

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - FISCALITE -

NOTE JURIDIQUE - FISCALITE - Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - FISCALITE - OBJET : Impôt sur le revenu : l imposition des prestations pour personnes handicapées 1 Allocation

Plus en détail

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pré-Requis : Enseignement de séméiologie Index : Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), Polymialgia rheumatica,

Plus en détail

Principales lésions élémentaires en pathologie rénale

Principales lésions élémentaires en pathologie rénale Principales lésions élémentaires en pathologie rénale Isabelle Brochériou Hôpital Tenon Lésions élémentaires évaluées sur une biopsie rénale Lésions glomérulaires Lésions tubulaires Lésions Interstitielles

Plus en détail

Maladies dentaires et de la cavité buccale chez le chien

Maladies dentaires et de la cavité buccale chez le chien Maladies dentaires et de la cavité buccale chez le chien Hyperparathyroïdisme secondaire Hyperparathyroïdisme secondaire à une insuffisance rénale chronique. étail de l animal apathique, avec suspicion

Plus en détail

Périartérite Noueuse

Périartérite Noueuse PériartériteNoueuse Xavier Puéchal, MD, PhD Centre National de Référence des Maladies Systémiques Auto-immunes rares Vascularites Nécrosantes et Sclérodermies systémiques Hôpital Cochin Paris QCM -Périartérite

Plus en détail

Conférence De néphrologie. Lille Internat DCEM3 E. Faure

Conférence De néphrologie. Lille Internat DCEM3 E. Faure Conférence De néphrologie Lille Internat DCEM3 E. Faure 219 : Anomalies du bilan de l eau et du sodium (DCEM3 conf 2) 219 : Anomalies du bilan du potassium (DCEM3 conf 1) 219 : Désordres de l équilibre

Plus en détail

Sémiologie générale. Altération de l état général

Sémiologie générale. Altération de l état général Sémiologie générale Altération de l état général Généralités (1) Terminologie purement française (pas d équivalent anglo-saxon) Les 3 A de l interrogatoire : Asthénie Anorexie Amaigrissement Ces 3 signes

Plus en détail

La plupart des images : Pr R. Humbel, CH Luxembourg

La plupart des images : Pr R. Humbel, CH Luxembourg Ac anti-tissus tissus et Ac divers Immuno - DES de Biologie Médicale 2012-2013 2013 Vincent Elsermans Plan Hépatopathies auto-immunes +++ Sd neurologiques paranéoplasiques et Ac onconeuronaux Myasthénie

Plus en détail

PROGRAMME. Qu est ce que la sélection? Médicale Non médicale. Tarification et compensation Mortalité, surmortalité Loi des grands nombres

PROGRAMME. Qu est ce que la sélection? Médicale Non médicale. Tarification et compensation Mortalité, surmortalité Loi des grands nombres COMPRENDRE LA SELECTION ET LA TARIFICATION DES RISQUES B1 Durée : 1 journée Niveau Retenir les principes et définitions de base Comprendre les raisons de la sélection et les principes de tarification Faciliter

Plus en détail

Allergies Intolérance et Sensibilités au Gluten

Allergies Intolérance et Sensibilités au Gluten Allergies Intolérance et Sensibilités au Gluten UTL Essone Novembre 2014 Docteur Martine Hervé Allergologue CHI Créteil Problèmes de terminologie Allergies au gluten (principale protéine du blé): En «langage

Plus en détail

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U DÉFINITIONS Allergie aux protéines du lait de vache = Réaction immunologique vis à vis d une ou plusieurs protéines du lait de

Plus en détail

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic?

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic? Monsieur L., 25 ans Cas cliniques Camille Francès Service de Dermatologie Allergologie Hôpital Tenon camille.frances@tnn.aphp.fr Cuisinier, célibataire, sans enfant; Pas d antécédent personnel ou familial;

Plus en détail

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé

Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Conduite à tenir devant un amaigrissement involontaire isolé Pr P Cathébras Médecine interne Principe général L'amaigrissement est un signe aspécifique. Il est rarement réellement isolé et la démarche

Plus en détail

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier

NODULES THYROIDIENS EN 2013. Dr Valérie Brulport Cerisier NODULES THYROIDIENS EN 2013 Dr Valérie Brulport Cerisier Définition : hypertrophie localisée de la thyroide palpable et/ ou identifié Première manifestation d une dystrophie plurinodulaire avec le temps

Plus en détail

PLAN 1. Les So ins inf irmiers che irmiers che un patient att ent eint d hyperthyroïdie. 2. Les So ins inf irmiers che irmiers

PLAN 1. Les So ins inf irmiers che irmiers che un patient att ent eint d hyperthyroïdie. 2. Les So ins inf irmiers che irmiers Soins Infirmiers aux personnes atteintes d hyper et d hypothyroïdie PLAN 1. Les Soins infirmiers chez un patient atteint d hyperthyroïdie. 2. Les Soins infirmiers chez un patient atteint de la maladie

Plus en détail

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012

Diagnostic des hépatites autoimmunes. Constance BERTHAULT 10/02/2012 Diagnostic des hépatites autoimmunes Constance BERTHAULT 10/02/2012 Les Hépatites auto immunes 0,1 à 0,2 pour 100 000 personnes (pays occidentaux) Cause indéterminée Manifestations complexes è Le diagnostic

Plus en détail

Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge

Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge Hypothyroïdie de l enfant Diagnostic et prise en charge Dinane Samara-Boustani Service d Endocrinologie, Diabétologie et Gynécologie Pédiatriques Pr Polak Centre des Maladies Endocriniennes Rares de la

Plus en détail

Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement

Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement Items 295, 42 : Conduite à tenir devant un amaigrissement Collège des Enseignants du Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Recherche de signes

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Purpuras chez l adulte*

Purpuras chez l adulte* Examen National Classant Orientation diagnostique devant : Purpuras chez l enfant et chez l adulte Purpuras chez l adulte* B. CRICKX (Paris, Bichat), F. PIETTE (Lille), J.-C. ROUJEAU (Créteil), J.-M. BONNETBLANC

Plus en détail

GLOMERULONEPHRITE AIGUE. Professeur Boucar DIOUF

GLOMERULONEPHRITE AIGUE. Professeur Boucar DIOUF GLOMERULONEPHRITE AIGUE Professeur Boucar DIOUF Introduction DEFINITION Le syndrome néphritique aigu: qualificatif clinique associant: œdèmes, HTA, protéinurie, hématurie et insuffisance rénale. Apparition

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition. Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007

Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition. Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007 Immunologie et Fausses Couches spontanées précoces à Répétition Dr Martine Uzan Néphrologue Hôpital de Poissy-St-Germain Journée GEMA 31mars 2007 1 Introduction Pathologie mal connue et prise en charge

Plus en détail

Lésions inflammatoires du muscle à l IRM. F. KOSKAS, E. DION, D. ZEITOUN, P. GRENIER Salpêtrièrere Service de Radiologie Paris - France

Lésions inflammatoires du muscle à l IRM. F. KOSKAS, E. DION, D. ZEITOUN, P. GRENIER Salpêtrièrere Service de Radiologie Paris - France Lésions inflammatoires du muscle à l IRM F. KOSKAS, E. DION, D. ZEITOUN, P. GRENIER Pitié-Salpêtri Salpêtrièrere Service de Radiologie Paris - France Plan de l él étude Introduction Technique de l examenl

Plus en détail

1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE

1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE GENERALITES 1 - SEMIOLOGIE OSSEUSE FORMATION OSSEUSE Elle est le fait des ostéoblastes et de la minéralisation de l ostéoide. Ce processus s accompagne d une augmentation des phosphatases alcalines plasmatiques.

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN

Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN Reformations MIP Temps artériel Temps portal Anatomie pathologique-macroscopie

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique XXVIe journées nationales d'hépato Gastroentérologie Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique Benrokia K 1, Djidjik R 1, Tahiat A 1,

Plus en détail