Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes"

Transcription

1 Formation Continue Hépatites 29 novembre 2007 Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes

2 «La Cirrhose Biliaire Primitive»

3 Caractéristiques Épidémiologie Histologie Pathophysiologie Traitement Situation clinique Conclusions Références Plan

4 Caractéristiques Maladie auto-immune «Organe-spécifique» Touche préférentiellement les femmes (9:1), 5 e décade Clinique : souvent asymptomatique lors du diagnostic (50-60%) Fatigue, prurit (resp. 21% et 19% au diagnostic), ictère, hyperlipidémie Fatigue 78% Prurit 20-70% Association: Sjögren et Sclérodermie Auto-anticorps : AMA dans 90-95% des cas! Histologie : Inflammation portale Destruction auto-immune des canaux biliaires Marshall M. Kaplan, M.D., and M. Eric Gershwin, M.D. Primary Biliary Cirrhosis. New England Journal of Medicine 2005; 353:

5 3 critères Diagnostic de CBP Présence d AMA (M2) Élévation des tests hépatiques : PAL > 6 mois Histologie compatible 2 critères : probable 3 critères : certain Marshall M. Kaplan, M.D., and M. Eric Gershwin, M.D. Primary Biliary Cirrhosis. New England Journal of Medicine 2005; 353:

6 Épidémiologie

7 Épidémiologie Etudes améliorées depuis 1986: Incidence : cas / millions habitants Prévalence : cas / millions habitants Gradient «nord-sud» Transmission familiale Prévalence chez les parents de 1 er degré : 5 6% Facteurs de risque : Sjögren ou Raynaud Risque 4x Konstantinos N. Lazaridis and Jayant A. Talwalkar. Clinical Epidemiology of Primary Biliary Cirrhosis: Incidence, Prevalence, and Impact of Therapy. J Clin Gastroenterol Medicine 2007; 41:

8 Survie Historiquement : 10 ans Depuis, car diagnostic plus précoce Si patient symptomatique : Ictère, oedèmes, ascite, coagulopathie : < 5 ans Le meilleur facteur clinique prédictif de la survie : Bilirubine totale Cause de décès : Insuffisance hépatique Konstantinos N. Lazaridis and Jayant A. Talwalkar. Clinical Epidemiology of Primary Biliary Cirrhosis: Incidence, Prevalence, and Impact of Therapy. J Clin Gastroenterol Medicine 2007; 41:

9 Évolution clinique La probabilité de rester libre de symptômes à 10 ans est de 20% (n=469) NB: 31% seulement avient reçu un traitement Konstantinos N. Lazaridis and Jayant A. Talwalkar. Clinical Epidemiology of Primary Biliary Cirrhosis: Incidence, Prevalence, and Impact of Therapy. J Clin Gastroenterol Medicine 2007; 41:

10 Classification histologique

11 Histologie 4 stades : (Ludwig s classification) Stade 1 Inflammation limitée à la «triade portale» Stade 2 Diminution du nombre des canaux biliaires Inflammation s étendant au-delà de cette triade (parenchyme) Stade 3 Ponts fibreux entre les triades portales adjacentes Stade 4 Cirrhose franche avec nodules de régénération

12 Histologie 4 stades : (Ludwig s classification) Stade 1 Inflammation limitée à la «triade portale» Stade 2 Diminution du nombre des canaux biliaires Inflammation s étendant au-dela de cette triade (parenchyme) Stade 3 Ponts fibreux entre les triades portales adjacentes Stade 4 Cirrhose franche avec nodules de régénération

13 Histologie

14 Physiopathologie

15 Lactobacillus, Chlamydia, E. Coli, Novosphingobium Aromaticivorans MMTV

16 PDC-E2 AMA B cells + CBP + T cells

17 Et pourquoi pas toutes les mitochondries?... BEC Marshall M. Kaplan, M.D., and M. Eric Gershwin, M.D. Primary Biliary Cirrhosis. New England Journal of Medicine 2005; 353:

18 Et pourquoi pas toutes les mitochondries?... Marshall M. Kaplan, M.D., and M. Eric Gershwin, M.D. Primary Biliary Cirrhosis. New England Journal of Medicine 2005; 353:

19 Traitement

20 Prurit (./.) Ostéoporose Alendronate Oestrogènes si ménopause Hyperlipidémie (LDL) Statines, Ezetimibe Cholestyramine Hypertension portale et varices Shunt porto-rénal TIPS Traitement (symptômes et complications) Transplantation

21 Prurit Marshall M. Kaplan, M.D., and M. Eric Gershwin, M.D. Primary Biliary Cirrhosis. New England Journal of Medicine 2005; 353:

22 Traitement (maladie sous-jacente)

23 Acide urso-deoxy-cholique Acide biliaire moins toxique que les endogènes (Compétition au niveau de l iléon) Stimule la sécrétion biliaire Diminue la toxicité Meilleur si introduit aux stades I et II Introduction progressive : 250mg/j puis tous les 3-4 jours jusqu à mg/kg/j AE : prise de poids, selles liquides, cheveux Lindor K, M.D. Ursodeoxycholic Acid for the Treatment of Primary Biliary Cirrhosis. New England Journal of Medicine 2007; 357:

24

25 Cas clinique Mme G, 49 ans

26 Mme G : Phénomène de Raynaud et acrocyanose bilatérale, arthralgies, ankylose des doigts Télangiectasies du visage

27 Mme G. (2) Examens immunologiques ANA : Positif, moucheté, 1/2560 (<1/80), de type centromère Anti-cytoplasme : Positif

28 Mme G. (3) 1988 : Phénomène de Raynaud et acrocyanose bilatérale, arthralgies, ankylose des doigts Télangiectasies du visage Calcifications sous-cutanées, sclérodactylie CREST + MCTD 1990 : Pleurésie aiguë base D 1991 : Choléstase

29 Mme G. (4) Examens immunologiques ANA : Positif, moucheté, 1/2560 (<1/80), de type centromère Anti-cytoplasme : Positif Anti-dsDNA : 194 UI/ml (<200) Anti-M2 6.0 (<1.0) Anti-nucléoprotéines : Anti-RNP : 165 U (<20)

30 Mme G. (5) 1988 : Phénomène de Raynaud et acrocyanose bilatérale, arthralgies, ankylose des doigts Télangiectasies du visage Calcifications sous-cutanées, sclérodactylie CREST + MCTD 1990 : Pleurésie aiguë base D 1991 : apparition éruption annulaire à évolution bulleuse Choléstase PBF : CBP (AMA positifs)

31 Mme G. (6) Examens immunologiques Immunodot pour hépatopathies: Anti-M2 positif Anti-LKM1 négatif Anti-LC1 négatif Anti-SLA négatif Anti-F-Actine négatif

32 Mme G. (7) 1988 : Phénomène de Raynaud et acrocyanose bilatérale, arthralgies, ankylose des doigts Télangiectasies du visage Calcifications sous-cutanées, sclérodactylie CREST + MCTD 1990 : Pleurésie aiguë base D 1991 : apparition éruption annulaire à évolution bulleuse Choléstase PBF : CBP (AMA positifs) 1992 : Syndrome sec Sjögren (biopsie positive)

33 Mme G. : Évolution (8) Sclérodactylie plus prononcée, morsure de rats, dysphagie sclérodermie (sans HTAP, ni pneumopathie interstitielle) CBP stable sous De-ursil (300mg 2x/j) Sjögren de pire en pire (sy. sec) Visites régulières au CHUV (1x/an) Plaintes : syndrome sec (stable) sous ttt symptomatique Octobre 2005 Transaminite Perte de poids

34 Mme G. : 2006 (9) Mai 2006 : Août 2006 : Septembre 2006 : Octobre 2006 :

35 Mme G. CT-scan thoracique (10)

36 En conclusion

37 Références pratiques Marshall M. Kaplan, M.D., and M. Eric Gershwin, M.D. Primary Biliary Cirrhosis. New England Journal of Medicine 2005; 353: Jayant A Talwalkar, Keith D Lindor. Primary Biliary Cirrhosis. The Lancet 2003; 362: Lindor Keith, M.D. Ursodeoxycholic Acid for the Treatment of Primary Biliary Cirrhosis New England Journal of Medicine 2007; 357: J. Hess, J. Thorens, I. Pache, F.-X. Troillet, D. Moradpour, J.-J. Gonvers. Les hépatopathies auto-immunes et leurs traitements. Rev Med Suisse 2005; 242:

38 Références scientifiques Yoshiyuki Ueno, Yuki Moritoki, Tooru Shimosegawa, and M. Eric Gershwin. Primary biliary cirrhosis: what we know and what we want to know about human PBC and spontaneous PBC mouse models. J Gastroenterol 2007; 42: Phunchai Charatcharoenwitthaya and Keith D. Lindor. Current concepts in the pathogenesis of primary biliary cirrhosis. Annals of Hepatology 2005; 4:

39 Contact

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

Prof. Olivier CHAZOUILLERES

Prof. Olivier CHAZOUILLERES Prof. Olivier CHAZOUILLERES Cholangite sclérosante Savoir évoquer une cholangite sclérosante Savoir évoquer le diagnostic Connaître les différents traitements et les modalités de surveillance Conflits

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 15 février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 15 février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 février 2012 DELURSAN 500 mg, comprimé pelliculé sécable Boîte de 60, code CIP : 219 312-1 Laboratoires APTALIS PHARMA Acide ursodésoxycholique Code ATC : A05AA02

Plus en détail

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013

Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Carcinome hépatocellulaire prise en charge en 2013 Isabelle Morard Service d hépato-gastroentérologie Service de transplantation Juin 2013 J hepatol 2012 Hepatology 2011 CHC: épidémiologie Cibler les populations

Plus en détail

Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008. Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic

Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008. Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic Workshop Ruwag AG 1 octobre 2008 Lausanne Utilisation des immunodots dans le laboratoire de diagnostic Dr V. Aubert Service d immunologie et d allergie, CHUV, Lausanne Nombre d aspects identifiés sur Hep-2

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie Formation Continue IAL 16.04.2015 Présentation de cas Dr. Borbala Pazar Maldonado Service d Immunologie et Allergie Mme C. L, patiente de 76 ans Antécédents: Dépression chronique récurrente Fracture déplacé

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat)

Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat) Hépatopathies et triple substrat (IFI sur estomac, foie et rein de rat) Hépatites auto-immunes = 5% des hépatites Hépatite chronique active auto-immune de type I Femme (80%) Pic de fréquence = "10-20"

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde Chapitre 2 Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde G. Falgarone, P. Nahon, M.-C. Boissier Résumé Le foie n'est pas habituellement le siège d'atteintes spécifiques lors de la polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

Dr Jean Frédéric BLANC

Dr Jean Frédéric BLANC Dr Jean Frédéric BLANC Traitement palliatif du carcinome hépato-cellulaire Connaître les indications, les moyens thérapeutiques, leurs résultats et leurs complications Conflits d intérêts Le Dr Jean Frédéric

Plus en détail

Observation. Pr Badre. Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca

Observation. Pr Badre. Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca Observation Pr Badre Service d Hépato-Gastro-Entérologie CHU Ibn Rochd - Casablanca Observation Mr T.A. 64 ans (DDN : 01/01/1949) Opéré pour fistule anale en 1994 Diabète type 2 sous ADO En 2009 lors d

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

Sémiologie du Foie hors cirrhose et hépatite virale. Pr Eric NGUYEN-KHAC UFR médecine Amiens 2011

Sémiologie du Foie hors cirrhose et hépatite virale. Pr Eric NGUYEN-KHAC UFR médecine Amiens 2011 Sémiologie du Foie hors cirrhose et hépatite virale Pr Eric NGUYEN-KHAC UFR médecine Amiens 2011 Sommaire Examen du foie Les douleurs hépatiques La biologie du foie Les examens morphologiques L histologie

Plus en détail

Hépatite B et Grossesse

Hépatite B et Grossesse Hépatite B et Grossesse Najet Bel Hadj CHU Mongi Slim La Marsa Tunis Chez la femme enceinte, l infection virale B est dominée par le risque de transmission mère enfant qui reste une cause majeure du maintien

Plus en détail

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE

ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A ARLIX Audrey CHU TOULOUSE Mme A 40 ans Découverte d une cirrhose en 03/2004 devant une 1 ère DOA Clinique : CVC, ascite, ictère, angiomes stellaires, érythrose palmaire Biologie : Hb :10,2 g/dl TP

Plus en détail

Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Introduction Maladie alcoolique du foie Alcool = molécule soluble, absorbée au niveau du tractus gastrointestinal Passe dans sang et rapidement cerveau, foie, poumons (organes très vascularisés) Passe

Plus en détail

Item 269 : Pancréatite chronique

Item 269 : Pancréatite chronique Item 269 : Pancréatite chronique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition et incidence...1 2 Facteurs de risque et étiologie...2 3 Diagnostic...3 3. 1 Clinique... 1 3. 2 Biologie...

Plus en détail

Maladies systémiques et autoimmunes

Maladies systémiques et autoimmunes Maladies systémiques et autoimmunes Olivier Fain Médecine interne Hôpital Saint Antoine Université Paris 6 75012 Paris olivier.fain@aphp.fr 01 71 97 05 84 Maladies systémiques Atteinte de plusieurs systèmes

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES

NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES CHAPITRE 11 NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES OBJECTIFS Connaître l épidémiologie de la néphropathie diabétique. Connaître et savoir diagnostiquer les différents stades de la néphropathie diabétique. Argumenter

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Les régimes des pathologies hépatiques

Les régimes des pathologies hépatiques Les régimes des pathologies hépatiques Attention, seule un professionnel de la diététique a le droit d élaborer un régime pour des patients. Est considéré comme exerçant la profession de diététicien toute

Plus en détail

Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques

Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques Allergie aux produits de contraste iodés radiologiques 28 février 2013 Denis Comte Chef de clinique Service d immunologie et allergie CHUV Introduction 75 millions d examens radiologiques avec injections

Plus en détail

ELEVATION DES TESTS HEPATIQUES

ELEVATION DES TESTS HEPATIQUES Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours ELEVATION DES TESTS HEPATIQUES C. Werner ¹, E. Giostra ² ¹Service de médecine de premier

Plus en détail

Syndrome de Stevens-Johnson. Pr A Galetto

Syndrome de Stevens-Johnson. Pr A Galetto Syndrome de Stevens-Johnson Pr A Galetto 1 CAS Une garçon de 7 ans a de la fièvre et des douleurs en avalant depuis 5 jours. Il y a deux jours, une éruption a débuté sur son thorax avec des macules qui

Plus en détail

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry

Pathologies cutanées liées au froid. Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Pathologies cutanées liées au froid Dr Claire Lecomte Médecine Interne et Maladies Infectieuses CH Chambéry Chamonix 5 septembre 2009 Multiples pathologies de gravité et d étiologie variables Pathologies

Plus en détail

L HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE : ETIOLOGIES ET TRAITEMENT

L HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE : ETIOLOGIES ET TRAITEMENT L HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE : ETIOLOGIES ET TRAITEMENT Professeur Catherine GUETTIER Service d Anatomie Pathologique Professeur Didier SAMUEL Centre Hépato Biliaire Hôpital PAUL BROUSSE-APHP

Plus en détail

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques)

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques) UE 3 Appareil Digestif Professeur Ruszniewski Le 14/11/13 de 11h30 à 12h30 Ronéotypeuse : Clara Sekely Ronéolectrice : Pauline Sevrain Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des

Plus en détail

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie

j ournée à l hypothyroïdie subclinique Depuis la venue sur le marché de techniques traiter ou ne pas traiter? d endocrinologie j ournée d endocrinologie L hypothyroïdie subclinique : traiter ou ne pas traiter? Andrée Boucher, MD, FRCPC Présenté par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, dans le cadre de la conférence

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

Cirrhose biliaire primitive: étude multicentrique* de 79 cas

Cirrhose biliaire primitive: étude multicentrique* de 79 cas Cirrhose biliaire primitive: étude multicentrique* de 79 cas EL Ouni A 1, Larbi T 1, Abdallah M 1, Harmel A 1, Bahri F 2, Ben Jazia I 2, Bouslama K 1, Hamzaoui S 1, M rad S 1. 1-Service de médecine interne,

Plus en détail

Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes.

Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes. Unité d enseignement 8 Circulation - Métabolismes. MODULE 1: ECG (3 heures) N 235. Palpitations (CARDIO : Dr LEGALLOIS) - Chez un sujet se plaignant de palpitations, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson Chapitre 27 : Item 269 - Pancréatite chronique I. Définition et incidence II. Facteurs de risque et étiologie III. Diagnostic IV. Évolution et pronostic V. Principes thérapeutiques OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Plus en détail

DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON

DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON ATP7B S. BARGE 11/12/2009 INTRODUCTION Syndrome «hépato-lenticulaire» Maladie génétique RARE Accumulation toxique tissulaire de cuivre libre Transmission autosomique

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des ictères - douleurs biliaires (colique hépatique) PCEM2 Biologique : exploration

Plus en détail

Le syndrome d activation macrophagique

Le syndrome d activation macrophagique DMCP Le syndrome d activation macrophagique J. Wassenberg Formation continue IAL CHUV - 9 octobre 2008 Fille de 11 ans Douleurs et tuméfactions articulaires intermittente (genoux, poignets, doigts) Methotrexate,

Plus en détail

Avis 20 mars URSOLVAN 200 mg, gélule B/30 (CIP : ) Laboratoire SANOFI AVENTIS FRANCE. Acide ursodésoxycholique DCI

Avis 20 mars URSOLVAN 200 mg, gélule B/30 (CIP : ) Laboratoire SANOFI AVENTIS FRANCE. Acide ursodésoxycholique DCI COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 mars 2013 URSOLVAN 200 mg, gélule B/30 (CIP : 34009 323 407 5-0) Laboratoire SANOFI AVENTIS FRANCE DCI Code ATC (2010) Motif de l examen Liste concernée Indication(s)

Plus en détail

La Cirrhose Biliaire Primitive: Actualités C. Corpechot

La Cirrhose Biliaire Primitive: Actualités C. Corpechot La Cirrhose Biliaire Primitive: Actualités C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint-Antoine Paris Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt à déclarer

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Biliopathie ou cholangiopathie portale

Biliopathie ou cholangiopathie portale Biliopathie ou cholangiopathie portale Dr Aurélie Plessier Centre de référence des maladies vasculaires du foie Service d hépatologie Hopital Beaujon - Clichy M M 41 ans Thrombose aigue porto mésentérique

Plus en détail

Cirrhose et complications de la cirrhose

Cirrhose et complications de la cirrhose -----Vous êtes ici : Accueil > Espace Médecins > Hépatobase > Cirrhose > Complications de la cirrhose Cirrhose et complications de la cirrhose Diagnostic La cirrhose asymptomatique compensée ou cirrhose

Plus en détail

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 Objectifs Au terme de cet exposé, les participants pourront 1- identifier les états cliniques correspondants

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Guide de la maladie de Wilson

Guide de la maladie de Wilson Guide de la maladie de Wilson 1 / 13 Qu'est-ce que la maladie de Wilson? C'est une malade héréditaire dans laquelle le cuivre de l'organisme n'est pas éliminé correctement. L'excès de cuivre s'accumule

Plus en détail

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique

Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique XXVIe journées nationales d'hépato Gastroentérologie Anticorps anti F-actine d isotype IgG dans l hépatite auto-immune type 1 : Fréquence et intérêt diagnostique Benrokia K 1, Djidjik R 1, Tahiat A 1,

Plus en détail

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 TRAITEMENT de L ANGINE Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 Definitions Angine = inflammation des amygdales, plus ou moins étendue au pharynx L angine à streptocoque ß hémolytique

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS

COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS COMMENT PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS ATTEINTS D HÉPATITE DHÉPATITE C Mr Figo a 45 ans ;il est marié et a deux enfants de 18 et 14ans. Il travaille comme cadre dans une entreprise pétrolière et effectue

Plus en détail

SEPTEMBRE 2015. Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON

SEPTEMBRE 2015. Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON SEPTEMBRE 2015 Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON Foie Vésicule biliaire Estomac Voies biliaires Duodénum Pancréas Canal de Wirsung Cholédoque Sphincter d Oddi eau 95%,

Plus en détail

Diagnostic biologique des Hépatopathies auto-immunes

Diagnostic biologique des Hépatopathies auto-immunes Diagnostic biologique des Hépatopathies auto-immunes B. Admou 1, K. Krati 2 1. Laboratoire d immunologie, CHU de Marrakech 2. Service de gastroentérologie, CHU De Marrakech Sommaire Cadre nosologique des

Plus en détail

Maladies Autoimmunes du foie

Maladies Autoimmunes du foie Maladies Autoimmunes du foie Pr Jean- Dominique de Korwin Département de Médecine interne CHU Nancy- Hôpitaux de Brabois- BPC Université de Lorraine AMMPU Faulquemont, Saint- Avold 17-09- 2014 Maladies

Plus en détail

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Taux pour 100 000 personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible 450 400 350 300 250 200

Plus en détail

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Fédération Digestive Hôpital Purpan et INSERM U531 Toulouse 38 Japon 30 Incidence

Plus en détail

Maladie cœliaque de l adulte et sensibilité au gluten non cœliaque

Maladie cœliaque de l adulte et sensibilité au gluten non cœliaque Maladie cœliaque de l adulte et sensibilité au gluten non cœliaque Pr Bruno BONAZ Clinique Universitaire d Hépato-Gastroentérologie CHU de Grenoble Colloque Médical du Jeudi, CHU Grenoble, 8 avril 2015

Plus en détail

Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas

Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas Particularités du syndrome de chevauchement CBP/HAI: étude multicentrique de 13 cas EL Ouni A 1, Larbi T 1, Abdallah M 1, Harmel A 1, Bahri F 2, Ben Jazia I 2, Bouslama K 1, Hamzaoui S 1, M rad S 1. 1-Service

Plus en détail

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive 5éme Journées Aurassiennes de Pneumo-phtisiologie Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009 Définition de la BPCO Maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente

Plus en détail

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE Kévin, né en 1991 Pas d antécédents familiaux ni personnels Vaccins à jour Début du suivi pour maladie inflammatoire

Plus en détail

Elaboré Par: DR BELGHAZI

Elaboré Par: DR BELGHAZI Elaboré Par: DR BELGHAZI I-INTRODUCTION II-ANA-PATH III-PHYSIO PATHOLOGIE IV-ETUDE CLINIQUE : A- Circonstances de découverte B- Signes cliniques C- Signes para cliniques D- Evolution V-FORMES CLINIQUES

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

Maladie cœliaque de l adulte et sensibilité au gluten non cœliaque

Maladie cœliaque de l adulte et sensibilité au gluten non cœliaque Maladie cœliaque de l adulte et sensibilité au gluten non cœliaque Pr Bruno BONAZ Clinique Universitaire d Hépato-Gastroentérologie CHU de Grenoble BBonaz@chu-grenoble.fr FMC allergologie, Lyon 20 septembre

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies

Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies Place des tests non-invasifs de fibrose dans la prise en charge des hépatopathies Victor de Lédinghen CHU Bordeaux Paris 15 Octobre 2010 Intérêt des marqueurs de fibrose Bilan de gravité d une maladie

Plus en détail

Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS

Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS 5 e FORUM Régional Est de l omnipraticien Oum El Bouaghi, le 04 Novembre 2010 Prevention des lesions gastro- duodenales induites par les AINS Dr Y.CHIKHI Service de médecine interne et gastro-entérologie

Plus en détail

Cas clinique. Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug.

Cas clinique. Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug. Cas clinique Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug.com Patiente de 18 ans Pas de mauvaise habitude Pas de traitement habituel

Plus en détail

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble LES VIROSES GRAVES JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble Une histoire clinique Jeune homme de 16 ans Angine érythémateuse, survenue brutale Adénopathies cervicales et sousmentonnières, non douloureuses,

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur

Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur Dossier N 9 Mme L, âgée de 58 ans, consulte en raison de douleurs inflammatoires touchant principalement les mains, les poignets et les chevilles, évoluant depuis 8 mois et résistant aux traitements antalgiques

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités.

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 2 novembre 2011. Motif de la demande : Inscription Sécurité Sociale et Collectivités. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 2 novembre 2011 GINKGO BIOGARAN 40 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP: 498 213-5) Boîte de 90 (CIP: 498 214-1) Laboratoire BIOGARAN Ginkgo biloba Code ATC : N06DX01

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DOCTEUR EN MEDECINE

UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DOCTEUR EN MEDECINE UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ***************** ANNEE 2010 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Anatomie et cytologie pathologiques Présentée

Plus en détail

scabiei Généralités sur la gale Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux,

scabiei Généralités sur la gale Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux, Généralités sur la gale Gale acarienne humaine (gale sarcoptique): recrudescence? Parasitose cutanée bénigne de transmission interhumaine (tous âges, tous milieux sociaux, tous continents) 300 millions

Plus en détail

CIRRHOSE. La cirrhose traduit l'évolution prolongée d'un processus de destruction et de reconstruction hépatocytaire.

CIRRHOSE. La cirrhose traduit l'évolution prolongée d'un processus de destruction et de reconstruction hépatocytaire. CIRRHOSE Définition La fibrose est une prolifération de la matrice extra-cellulaire dont le principal constituant est le collagène. La fibrose est un processus cicatriciel où la formation de matrice est

Plus en détail

I. Polyarthrite rhumatoïde

I. Polyarthrite rhumatoïde I. Polyarthrite rhumatoïde Définition : - maladie systémique courante - maladie inflammatoire chronique - polyarthrite bilatérale Épidémiologie : - 1 % de la population - ratio femme/homme de 3 / 1 Etiologie

Plus en détail

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 LUPUS et GROSSESSE Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 Lupus et grossesse : pathogénie Facteurs immunogénétiques Facteurs environnementaux Facteurs immunohormonaux Ovulations fluctuent avec les poussées

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

NASH. Quels sont les critères anatomopathologiques du diagnostic? Pierre BEDOSSA

NASH. Quels sont les critères anatomopathologiques du diagnostic? Pierre BEDOSSA NASH. Quels sont les critères anatomopathologiques du diagnostic? Pierre BEDOSSA Service d Anatomie Pathologique Hôpital Beaujon 100, Bld du Général Leclerc 92118 CLICHY CEDEX pierre.bedossa@bjn.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien

Reflux gastro-oesophagien Reflux gastro-oesophagien Définition: reflux de sécrétions acides de l estomac vers l œsophage Epidémiologie: > 10% de la population Etiologie: - incontinence de la barrière œsogastrique - facteurs favorisants:

Plus en détail

Une grossesse dyspnéique

Une grossesse dyspnéique Une grossesse dyspnéique Dr Emmanuelle Berthelot Pour le groupe insuffisance cardiaque de la SFC Dr Raed Rifai, Dr Hatem Rezgui, Dr Amir Bouchachi Service de cardiologie, Pole thorax, Pr Assayag En collaboration

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1165635/surveillance-serologique-et-p Marqueurs cardiaques dans

Plus en détail

Denis Chauret MD FRCPC FACP Interniste, Hôpital Montfort Professeur agrégé de médecine Université d Ottawa LES HAUTS ET LES BAS DE LA THYROÏDE

Denis Chauret MD FRCPC FACP Interniste, Hôpital Montfort Professeur agrégé de médecine Université d Ottawa LES HAUTS ET LES BAS DE LA THYROÏDE Denis Chauret MD FRCPC FACP Interniste, Hôpital Montfort Professeur agrégé de médecine Université d Ottawa LES HAUTS ET LES BAS DE LA THYROÏDE L HISTOIRE DE MILLIE BUSH ÉTRANGE ÉTRANGE OBJECTIFS A

Plus en détail

LA GALE. Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014

LA GALE. Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014 LA GALE Dr KOTTLER Diane Assistante spécialiste Service de Dermatologie CH Valence Juin 2014 Parasitologie (1) Sarcoptes scabiei var hominis Parasitisme humain obligatoire Durée de vie : 2-3 mois Couche

Plus en détail

Conseil de pratique. Prise en charge du reflux gastro-oesophagien

Conseil de pratique. Prise en charge du reflux gastro-oesophagien Conseil de pratique Prise en charge du reflux gastro-oesophagien Rédacteur : Frank Zerbib Relecteurs : Stanislas Bruley des Varannes, Guillaume Cadiot, Philippe Ducrotté, François Mion, Michel Dapoigny,

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail