Les écrevisses. indigènes et exotiques en Région wallonne. Association Theutoise pour l Environnement asbl. Photos : D. Herman

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les écrevisses. indigènes et exotiques en Région wallonne. Association Theutoise pour l Environnement asbl. Photos : D. Herman"

Transcription

1 Les écrevisses indigènes et exotiques en Région wallonne Association Theutoise pour l Environnement asbl Photos : D. Herman

2 Table des matières n Introduction: morphologie externe p. n Structure interne des écrevisses p. 3 n Biologie et écologie des écrevisses p. 5 n Reproduction p. 5 n Eclosion et développement p. 7 n Comportement - écologie p. n Alimentation p. n Autre particularité des écrevisses p. 3 n Adversité et adversaires p. 4 lprédateurs p. 4 lmaladies p. 5 lpollutions p. 8 n Identification des différents espèces d écrevisses n indigènes ou importées p. 9 n Ecrevisses indigènes européennes p. 0 lecrevisse à pieds rouges ou écrevisse noble p. 0 lecrevisse à pieds blancs p. lecrevisse des torrents ou écrevisse de pierre p. n Ecrevisses exotiques p. 3 lecrevisse turque ou écrevisse à pattes grêles p. 3 lla «petite américaine» p. 4 lecrevisse de Californie ou écrevisse «signal» p. 5 lecrevisse des marais de Louisiane p. 7 n Conseils pour les repeuplements en écrevisses p. 9 n Le projet de sauvegarde des l écrevisse à pieds rouges de l ATE.... p. 30 PREFACE Le projet NATURA 000, mis sur rail depuis quelque temps, dynamise au sein des pays européens la problématique de conservation d espèces ou d habitats menacés. Il promeut aussi la politique de développement soutenable, indispensable à la survie humaine. En Région wallonne, ce réseau concerne 3% de notre territoire. De plus, l écrevisse à pieds rouges, Astacus astacus, notre seule espèce d écrevisses indigène, est une espèce concernée par NATURA 000 (espèce reprise à l annexe 4 du décret). Elle devrait ainsi bénéficier des retombées favorables de cette politique. A l heure présente, l écrevisse à pieds rouges est menacée et, sans intervention de l homme, elle risque de disparaître à plus ou moins court terme. Faisant partie intégrante de notre patrimoine naturel, comme le saumon atlantique, elle symbolise aussi la grande qualité des eaux. La conservation des habitats qu elle occupe bénéficie également au maintien de multiples autres espèces vivantes. L écrevisse est de plus un outil pédagogique particulièrement intéressant, permettant de sensibiliser le grand public (et en particulier les jeunes générations) à plusieurs problèmes majeurs liés à la conservation de la nature, tels que le maintien et la restauration des milieux aquatiques, indispensables à toute vie sur Terre, ou encore la diminution de la biodiversité. Cette espèce mérite donc aussi un effort particulier de protection, et c est donc dans ce sens que s est développé depuis 4 ans le projet de sauvegarde de cette espèce, projet mené par l Association Theutoise pour l Environnement, avec le soutien de la Région wallonne. Le Ministre de l Agriculture et de la Ruralité

3 Introduction : morphologie externe Dans le règne animal, l écrevisse fait partie des arthropodes, c est-à-dire des animaux segmentés pourvus de membres articulés, mais sans squelette interne. C est aussi un crustacé, caractérisé par une carapace externe recouvrant latéralement ses branchies. Les écrevisses sont apparues, au cours de l évolution, il y a quelque 50 millions d années. Elles se sont diversifiées (plus de 470 espèces à l heure actuelle) et ont colonisé progressivement les eaux douces des différents continents. A l aube de l histoire humaine, l écrevisse, dont la capture est plus aisée que celle du poisson, a certainement fait partie de l alimentation de l homme préhistorique. Cette pratique s est perpétuée au fil des siècles: les écrevisses revêtaient un intérêt économique certain au Moyen-Age: des pêches de nuit à la torche étaient régulièrement organisées, comme le démontre ce dessin naïf tiré du Fischbuch de l empereur Maximilien er d Autriche (en 499). En Europe occidentale, il existe seulement 3 espèces indigènes: l écrevisse des torrents (Austropotamobius torrentium), l écrevisse à pieds rouges (Astacus astacus) et l écrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes). La première ne se rencontre guère plus que dans les montagnes de l Europe centrale. L aire de répartition de la seconde est l Europe centrale et septentrionale, mais elle est en forte régression. La troisième, plus méridionale, également en forte régression, se rencontre dans toute l Europe occidentale: France, Allemagne, Grande Bretagne, Irlande, Espagne, Italie, Suisse, Autriche, Croatie, Bosnie (mais pas en Belgique)... Le squelette externe de l écrevisse est fait essentiellement de chitine, substance membraneuse et cornée; excepté aux articulations des membres, la chitine est imprégnée de carbonate de calcium, lui assurant une dureté protectrice Le corps est divisé en deux parties: le céphalothorax (tête et thorax soudés) l abdomen. 3 et lle céphalothorax se termine en avant par un éperon, appelé rostre 4. La tête porte deux yeux pédonculés composés 5, formés d un nombre d ommatidies (petits yeux simples), croissant avec l âge: leur nombre s élève à environ 600 chez les juvéniles et 000 chez les adultes. La tête porte aussi 5 autres paires d appendices articulés, notamment deux antennules (à deux flagelles), deux longues antennes 6, les mandibules (calcifiées pour pouvoir broyer les aliments) et d autres appendices buccaux. Le sens du toucher a son siège dans les soies situées notamment sur les antennes et antennules. 3

4 Quant au thorax, il porte 5 paires de pattes ou péréiopodes 7 (d où le nom de crustacé décapode ), dont la première paire est transformée chez les écrevisses en deux pinces puissantes. A la base de ces péréiopodes, sur une membrane d articulation les reliant au corps, sont fixées les 8 branchies, permettant la respiration de l écrevisse. Elles sont dissimulées de chaque côté par la carapace. L odorat de l écrevisse a son siège dans les multiples soies situées sur la plupart des antennes, antennules et pattes. l L abdomen des écrevisses est formé de 6 segments articulés, prolongés par un battant natatoire, le telson 8, qui porte l anus 9 en face ventrale. Les 6 paires de pattes abdominales, appelées pléiopodes 0, sont toutes semblables chez les femelles et ont comme principale fonction de retenir les oeufs pendant l incubation. Chez les mâles par contre, les deux premières paires sont transformées en organe copulateur dirigé vers l avant et situé entre les péréiopodes. Il a pour fonction l écoulement du liquide spermatique au moment de l accouplement

5 Structure interne des écrevisses 3 Le système digestif est composé de trois parties: Un court oesophage et un estomac volumineux et très musculeux (pour le broyage des aliments); Un intestin moyen et glandulaire, avec un hépatopancréas (sécrétant la cellulase, enzyme permettant de digérer la cellulose végétale) et un caecum; Un intestin postérieur, long tube droit se prolongeant jusqu au telson. Le système circulatoire est ouvert : Il est constitué d un coeur, perforé de 3 paires de trous ou ostioles, permettant au liquide sanguin de la cavité générale du corps d y pénétrer lorsqu il se dilate. A 0 C, le coeur de l écrevisse bat à raison de fois par minute. Un réseau d artères alimente les différents organes du corps, mais comme la circulation n est pas fermée, le sang se déverse à l extrémité de ces vaisseaux dans les cavités situées entre les organes. Pour cette raison, en cas de blessure importante, les écrevisses peuvent mourir en perdant leur sang... Le sang de l écrevisse est incolore. Il ne contient pas de l hémoglobine mais de l hémocyanine (contenant du cuivre et non du fer), dont le rôle est le transport de l oxygène provenant des branchies. Le sang de l écrevisse se coagule dans l eau douce, à l endroit d une plaie, grâce au travail des thrombocytes (cellules sanguines). Le système nerveux est essentiellement ganglionnaire, à raison d une paire de ganglions par segment. Le ganglion se trouvant au-dessus du pharynx est appelé cerveau de l écrevisse. Il est relié à une chaîne ventrale composée de ganglions. Des ganglions partent des connexions nerveuses vers les muscles du corps, vers la tête et les différents organes du corps. Le système excréteur: Même si les branchies jouent un rôle dans l excrétion, le système principal est constitué par les glandes vertes, dont l orifice est situé à la base des antennes. Le liquide excrété est en majorité composé d ammoniaque et d urée. La musculature: Les muscles les plus développés sont bien entendu ceux de l abdomen ( paires: les dorsaux ou extenseurs et les ventraux ou fléchisseurs) et ceux des pinces. Ce sont ces muscles-là qui sont consommés par l homme. L écrevisse possède bien entendu toute une série d autres muscles, moins puissants cependant: ceux des mandibules, ceux des autres pattes, de l estomac, etc... L appareil génital lchez le mâle, l appareil génital est composé de deux testicules (situés dorsalement dans le thorax, sous le coeur et au-dessus de l intestin), de deux canaux déférents et de deux glandes androgènes situées juste avant l orifice extérieur. C est à la base de la 5 ème paire de périopodes que se localisent les orifices extérieurs (les gonopores mâles). lchez la femelle, l appareil génital se compose de deux ovaires et de deux oviductes, qui aboutissent aux gonopores femelles à la base de la 3 ème paire de péréiopodes. Le développement des ovaires dépend de la phase de croissance et de

6 4 maturation des œufs. Il est maximal avant l accouplement, qui se produit fin octobre-début novembre pour l écrevisse à pieds rouges. La pigmentation 4 Le tégument des écrevisses contient des chromatophores, qui sont des cellules contenant des granules pigmentés. Les pigments rouges, jaunes et bleus sont des dérivés du carotène; ils sont fournis par le régime alimentaire. Le pigment bleu (astaxanthine) est détruit par la cuisson; c est pour cette raison que les écrevisses prennent alors une coloration rouge orange très prononcée 3. Dans la nature, on peut trouver de temps en temps des individus bleus 4. 3

7 Biologie et écologie des écrevisses 5 n Reproduction (écrevisse à pieds rouges) Comme indiqué précédemment, c est en octobrenovembre que les ovules de l écrevisse à pieds rouges sont mâtures; ils ont à ce moment un diamètre de,5 mm. Les femelles prêtes à l accouplement se reconnaissent facilement aux taches blanchâtres qui apparaissent sur les bords de chaque segment abdominal. A cette période, le mâle recherche activement une femelle, l immobilise et la retourne sur le dos avec ses fortes pinces. La période d accouplement dure en général à 3 semaines. Signalons qu un mâle trop puissant peut mutiler, voir tuer les femelles en période d accouplement, car il arrive que celles-ci refusent le contact et tentent de résister. Si la femelle meurt, le mâle n hésite pas à la dévorer. Cela arrive assez fréquemment. Lors des accouplements, le taux de réussite le plus élevé est obtenu lorsque le mâle est légèrement plus grand ( cm-,5 cm) que la femelle. Quand le mâle est plus petit, les femelles arrivent souvent à se dégager et quand il est trop grand, les mortalités des femelles sont plus élevées. Il est en général reconnu qu un mâle peut féconder 3 femelles: cette proportion ( mâle pour 3 femelles) est d ailleurs conseillée lors de réensemencements de pièces d eau. Le mâle ayant réussi à immobiliser une femelle dépose alors, grâce à son organe copulateur son sperme sur l abdomen de celle-ci. Ce sperme se fige rapidement en petits filaments blancs, les spermatophores 3, qui contiennent les spermatozoïdes. La femelle nettoie la face ventrale de son abdomen généralement une quinzaine de jours après l accouplement. Après quoi elle recourbe son abdomen pour former une cavité protectrice, et sécrète un mucus abondant 4. Ensuite, la ponte des oeufs a lieu en général la nuit. Les oeufs fraîchement pondus sont brunviolet 5, de -3 mm de diamètre; en même temps, une substance sécrétée par la glande sexuelle femelle dissout la paroi des spermatophores et libère les spermatozoïdes permettant ainsi la fécondation

8 6 Les oeufs se collent alors aux pattes abdominales grâce à un liquide sécrété par des cellules cémentaires 6. Les oeufs fécondés vont se développer en embryons: les ébauches des pattes thoraciques apparaissent à la seizième semaine, les premières pulsations cardiaques peuvent être observées entre la dix-huitième et la vingtquatrième semaine; l apparition des yeux à la vingt et unième semaine. Aux environs de la mi-juin, l éclosion survient; les larves du premier stade vont rester accrochées sur l abdomen durant encore une dizaine de jours 7. La durée du développement est fonction de la température de l eau; plus élevée, elle permettra une évolution plus rapide. 6 Dans la nature, les femelles portent donc leurs oeufs et larves pendant environ 7 mois (parfois 8)! Pendant tout ce temps, les femelles ne s alimentent que très peu et restent quasiment en permanence dans leurs terriers ou leurs cachettes en assurant l oxygénation des oeufs, leur nettoyage, leur protection et l enlèvement des morts. Mais une grande partie de ces oeufs périssent pourtant au cours de ces 7-8 mois. Les femelles ne deviennent sexuellement matures qu au cours de la quatrième année de leur vie, les mâles à leur troisième année. Il est aussi probable, d après certains auteurs, que les femelles ne pondent pas chaque année. L adversité du milieu environnant influence la stérilité des individus (par exemple en cas de manque de nourriture). Les femelles sont d autant plus fertiles qu elles sont plus âgées; le nombre d ovules produits dépend donc de la taille de l animal: l une femelle de 9 à cm produit environ 90 ovules et porte oeufs. l une femelle de cm produit environ 350 ovules et porte oeufs. l maximum d oeufs portés par les grosses femelles : 350 oeufs. Remarquons aussi que les périodes d accouplement, les pontes et les durées d incubation sont différentes en fonction des espèces d écrevisses. 7

9 n Eclosion et développement La paroi de l oeuf se déchire et libère la larve de premier stade (L) ressemblant assez bien à l adulte; cependant, les extrémités de ses pinces sont recourbées en crochets, ce qui lui permet de rester fortement accrochée aux pattes abdominales de la femelle pendant encore plusieurs jours. La larve a aussi un céphalothorax disproportionné, qui contient des réserves nutritives. La carapace est molle à ce stade et la larve peut donc grandir pendant ce laps de temps. La larve L pèse de à mg et mesure de 8 à 9 mm. Après 5-0 jours, une première mue survient et donne naissance à une larve de second stade, encore plus ressemblante à l écrevisse adulte. Cette larve L s alimente activement car la réserve de vitellus est épuisée. La carapace se calcifie également. Le telson de cette deuxième larve porte des poils en forme d éventail, lui permettant de se déplacer rapidement. Mais, en cas de danger, la larve se réfugie sous la femelle. La larve L atteint en moyenne 0- mm de long pour un poids de mg. La deuxième mue survient entre le 8 ème et le 0 ème jour après l éclosion de l oeuf. La jeune écrevisse doit donc quitter son ancienne carapace; elle est à ce moment toute molle et sa carapace doit se durcir progressivement. La larve de stade 3 est alors tout à fait identique aux adultes. A la fin de ce 3 ème stade, la larve L3 atteint de à 3 mm pour un poids de 50 mg environ. Le nombre de mues au cours du premier été de vie et leur durée sont influencés par la température extérieure: le développement est davantage rapide si la température augmente (en restant tout de même idéalement en dessous de 5 C, le maximum tolérable pour les écrevisses à pieds rouges étant de 33 C). Les mues s effectuent en général quand la température atteint C. La richesse des eaux en calcaire peut influer sur la vitesse de croissance. Cependant, en règle générale, dans la nature et sous notre latitude, les jeunes écrevisses à pieds rouges muent 5 fois durant les premiers mois de leur vie: en juinjuillet, de mi-juillet à fin juillet, de début août à mi-août, de fin août à début septembre, et de mi-

10 8 septembre à fin septembre, l intervalle entre les mues étant d une vingtaine de jours. Les mues reprendront après l hiver, en mai, puis en juin et juillet, ensuite en août et en septembre. Durant les premiers mois de sa vie, la jeune écrevisse aura donc mué 8 fois. En juillet, elle aura atteint la taille d environ 3-4 cm, pour un poids de 0,7 à,5 g. Durant la deuxième année de sa vie, elle ne muera plus que 4 fois, pour atteindre au bout de 4 mois, la taille de 5-6 cm et un poids de 5,5 à 6,8 grammes. Pendant la troisième année de sa vie, l écrevisse ne mue plus que fois (fin août et en juin-juillet). Ensuite, les mâles continueront à muer fois par an (en août-septembre et en juin-juillet), tandis que les femelles ne le feront qu une fois, en aoûtseptembre (car elles doivent porter les oeufs et larves jusque juillet de l année suivante); elles ne peuvent donc pas muer en juin. C est pour cette raison que les mâles sont en général plus grands que les femelles. Mais, à partir de 6-7 ans, ils ne mueront plus qu une seule fois également, en août-septembre, comme les femelles. Les plus gros individus peuvent atteindre la taille de 5-6 cm, avec un poids avoisinant les 50 grammes. Le développement de l écrevisse est donc fonction du sexe, mais aussi de l espèce et des conditions de vie. Tailles et poids d Astacus astacus en fonction de l âge et du sexe (Cukerzis, 984) Age Mâle Femelle (an) Longueur (mm) Poids (g) Longueur (mm) Poids (g) ,7-,5 5,8-6,8,3-4,5 3,3-6,0 45,0-6, ,5-,4 5,5-6,3,9-3,5 7,0-,0 3,-36,5 43,7-49,5

11 9 La mue est un processus très complexe. Quelques heures avant de sortir de sa carapace, l écrevisse frotte ses membres les uns contre les autres, les agite séparément, se met sur le dos et replie et détend sa queue brusquement. Ses antennes vibrent. Ces mouvements permettent de décoller progressivement la carapace. A l intérieur, les membres vont se rétracter. La carapace va ensuite se fendre, sur le dos entre céphalothorax et abdomen, et la nouvelle carapace fait saillie (elle apparaît plus sombre). Après un temps de repos, l animal tout entier s extrait de son ancienne carapace. La durée de la mue peut aller d une dizaine de minutes à plusieurs heures. Fatiguée, l écrevisse est toute molle à ce moment. Elle demeure apathique pendant 48 heures et ne peut se déplacer que faiblement. L écrevisse est donc très vulnérable pendant ce temps. Ses nombreux prédateurs, y compris ses propres congénères, ne manquent pas de se régaler de cette proie toute molle. Epoque et nombre de mues sur 6 ans chez Astacus astacus (Cukerzis, 984) Etés er été e été 3 e été 4 e été 5 e été 6 e été Nombre de mues par été Mâle Femelle Mâle Femelle Epoques des mues Age Nombre de mues par an juin - juillet mi-juillet - fin juillet début août - mi-août fin août - mi-septembre mi-septembre - fin septembre mai juin juillet août septembre juin juillet fin août juin - juillet août - septembre juin - juillet août - septembre juin - juillet août - septembre an ans 3 ans 4 ans 5 ans 6 ans 8 4 mâle = femelle = mâle = femelle = mâle = femelle =

12 0 Ensuite, le processus de calcification de la carapace se réalise: ce sont tout d abord les pinces et les pattes qui se durcissent, ensuite le céphalothorax, et enfin l abdomen. Cette calcification peut se réaliser grâce aux réserves de calcaire que l écrevisse a accumulées dans son estomac, sous forme de petits cailloux arrondis, appelés les gastrolithes. Ce calcaire, l écrevisse l a trouvé dans les eaux, mais aussi dans sa nourriture. La grosseur des gastrolithes est proportionnelle à la taille de l écrevisse ; ils renferment 60% des réserves de calcaire (ils constituent 5% du poids total de l écrevisse à la mue). L animal doit donc trouver un complément en calcium, pour calcifier sa carapace; il le fait grâce à ses branchies. C est pourquoi, si l eau ne possède pas de calcaire (ou trop peu), la calcification ne peut se réaliser. Donc, plus les eaux seront riches en calcaire, plus facilement et plus rapidement s effectuera la calcification (en une douzaine de jours au lieu de à 7 jours). C est pour cette raison que nous ne trouvons pas d écrevisse dans les eaux acides de nos Fagnes. Au fil de la calcification, les gastrolithes diminuent en poids et en volume, et finissent par disparaître au bout de 4 jours environ.

13 n Comportement - écologie Les écrevisses, comme les crustacés en général, sont lucifuges (fuient la lumière) et ont donc un comportement nocturne. On les trouve en général dans des sites ombragés où la végétation est dense, dans les réseaux racinaires d arbres des berges, sous les cailloux et rochers, ou en d autres endroits où l obscurité est quasi constante. En rivière, elles se rencontrent principalement dans les zones où le courant est lent. Quand le milieu ne leur offre pas de caches, elles creusent des terriers, d une longueur équivalant en général au double de la longueur de leur corps, et dans lesquels elles s abritent durant la journée. Elles quittent leurs abris la nuit pour rechercher leur nourriture. Les écrevisses ont un comportement grégaire: dans un site déterminé, certaines zones sont fortement peuplées, tandis que d autres ne le sont que faiblement. De plus, et d après nos observations, nous avons l impression que certaines zones sont plus occupées par des femelles, d autres par des mâles ou par des juvéniles. Les écrevisses à pieds rouges sont, comme le saumon atlantique, symbole d une eau d excellente qualité car elles ne se rencontrent que dans des milieux propres et bien oxygénés. Elles préfèrent des eaux plutôt froides; le seuil létal de température est de 33 C.

14 n Alimentation Les écrevisses à pieds rouges sont omnivores : elles consomment aussi bien des végétaux aquatiques que des animaux. Leurs préférences sont cependant: lpour les matières végétales: les élodées, les cératophylles, les myriophylles, les potamots, le cresson, les algues filamenteuses (characées); en élevage, on leur donne aussi des carottes, des pommes de terre, des grains de maïs, des betteraves, des courges, des orties,... lpour les matières animales: les mollusques, les vers, les larves d insectes (phryganes, éphémères, diptères et autres), les poissons, les têtards ou jeunes grenouilles,... Cependant, contrairement à l opinion généralement répandue, l écrevisse n aime pas trop la viande faisandée ou des poissons pourrissants : elles préfère la viande fraîche. En élevage, on peut aussi leur donner des morceaux de foie ou de rate, des poissons frais Il existe aussi des aliments fabriqués sous forme de granulés composés qui doivent se dissoudre lentement dans l eau. Contrairement aux adultes, les jeunes écrevisses sont en général plus carnivores que végétariennes : les écrevisses de moins d un an consomment environ 65% de matières animales; par contre, les individus de plus de 8 cm sont végétariens à 90 %. Ces préférences alimentaires sont à mettre en parallèle avec les mues, beaucoup plus fréquentes chez les juvéniles: ceux-ci ont besoin de beaucoup d énergie et de protéines animales pour passer ces moments difficiles. Les écrevisses sont aussi cannibales et ne dédaignent pas la chair de leurs congénères, affaiblis ou malades.

15 n Autre particularité n des écrevisses; régénération des appendices Il arrive très souvent que les écrevisses se mutilent au cours de leur vie (elles ont la faculté de s auto-mutiler, par exemple lorsqu elles sont prises au piège par un prédateur). C est pour cette raison que l on peut observer assez couramment des individus avec une seule pince, voire sans pince. L écrevisse a la particularité de pouvoir faire repousser ses membres à la mue suivante. Cependant, ce membre ou plus souvent cette pince n atteint jamais la taille de la pince originale. C est pourquoi on peut souvent observer des individus avec des pinces de deux tailles différentes.

16 4 n Adversité et adversaires l Prédateurs 4 Les ennemis de l écrevisse sont malheureusement très nombreux: virus, champignons, vers parasites, batraciens, reptiles, oiseaux, mammifères (y compris le pire: l homme); ils s attaquent à un stade particulier du développement ou à tous les stades. De plus, les pollutions, les aménagements intempestifs des cours d eau et la surpêche ont aussi joué un rôle important dans la disparition progressive des populations d Astacus astacus. Les prédateurs des écrevisses sont très nombreux : l Les larves et imagos d insectes peuvent s attaquer aux jeunes écrevisses: les dytiques, les larves de libellules sont en effet de redoutables chasseurs. l Ensuite viennent tous les poissons prédateurs: truites, perches 3, brochets 4, sandres, anguilles, carpes, chabots, vairons,... bref, tous ceux qui consomment des invertébrés aquatiques. lles hérons ne dédaignent pas non plus cette nourriture, de même que le cincle plongeur (juvéniles); les canards, en broutant la végétation aquatique, peuvent également avaler de jeunes écrevisses. lles rats musqués et les loutres sont d autres prédateurs bien connus. 3 lmais le prédateur le plus dangereux et le plus efficace est bien entendu l homme...

17 Ecrevisse turque mourante l Maladies Aphanomycose La première cause de disparition des écrevisses à pieds rouges en Europe est sans conteste la peste de l écrevisse: c est en fait un champignon (Aphanomyces astaci), qui en est l agent responsable. Il est couramment admis que ce champignon a été importé des Etats-Unis en 860 par des bateaux revenant au port de Venise. Il s est ensuite progressivement répandu au travers de toute l Europe, éliminant de manière foudroyante les populations d écrevisses indigènes: aucun individu d un site contaminé ne survit et les mortalités sont totales en 5 à jours. En Belgique, les premiers cas de mortalité massive ont été signalés en 885 (P. Gérard, 986). Dès 89, des repeuplements ont été effectués et une interdiction de pêche appliquée. En 903, l épidémie semblait disparue et la pêche fut à nouveau autorisée dans les cours d eau en 906. Malheureusement, de cette époque à nos jours, il y eut des réapparitions épisodiques de peste, détruisant la plupart des populations. Aucun moyen de lutte n a été trouvé à ce jour; le seul moyen pour ralentir ou endiguer ce problème réside dans la prévention et une prudence extrême afin d éviter la propagation du champignon. Les symptômes, quand ils peuvent être observés, sont les suivants: l écrevisse infectée montre un comportement bizarre: elle se promène en pleine journée; elle semble dressée sur ses pattes; quand on la soulève, ses pattes pendent, l abdomen se décolle du céphalothorax. Ensuite, l écrevisse tombe sur le dos et présente des mouvements de pédalage caractéristique. Enfin, le mycélium apparaît, sur les yeux et les articulations du sujet mourant. Aphanomyces astaci est un pathogène exclusif et obligatoire des écrevisses; il se transmet d un individu à l autre par zoospores (produites par le champignon), qui rentrent dans le corps des individus par les parties les plus molles (yeux, articulations, lésions,...). Il peut se propager à des températures allant de à 5 C et peut donc apparaître toute l année. Après disparition de la dernière écrevisse d un site, le champignon ne résiste pas plus de mois, s il ne retrouve pas un hôte écrevisse. Il peut être transporté par des poissons (via leur tube digestif), ou par l eau du transport de ces poissons (à l occasion d opération de rempoissonnements), par des oiseaux d eau, par des instruments de pêche (cannes à pêche, bourriches, bottes,...), par des combinaisons de plongée, etc... et, bien évidemment par d autres écrevisses porteuses, malades ou résistantes. Les espèces non-indigènes (américaines) doivent être considérées toutes comme potentiellement porteuses saines de la peste. C est aussi pour cette raison que la problématique de propagation du champignon est aussi ardue: en effet, les espèces nonindigènes introduites par l homme, depuis 890, pour remplacer les écrevisses indigènes

18 6 disparues, ont encore radicalement accru les risques de propagation de la maladie. La mise en contact avec des populations d écrevisses à pieds rouges est systématiquement défavorable à notre espèce. S il arrive parfois que les écrevisses nonindigènes ne soient pas porteuses de la peste, ces espèces sont plus prolifiques et plus agressives. Une fois installées dans un milieu (cours d eau ou étang), il est presqu impossible de les éradiquer. Autres mycoses D autres mycoses peuvent être observées chez les écrevisses : l Les mycoses des oeufs provoquent un changement de coloration de ceux-ci (deviennent orangés) et leur mort ; lla rouille se caractérisent par l apparition de taches brun rouge ou noires entourées de rouge sur la carapace ; ce sont aussi des champignons parasites qui les provoquent en infectant les blessures ou les mutilations. Un tiers des individus infectés peut en mourir. l Il existe encore bien d autres mycoses, d autres infections causées par des bactéries, des parasites internes ou externes.

19 7 Une autre maladie fréquente des écrevisses est la thélohaniose (ou maladie de la porcelaine ): elle est provoquée par un protozoaire qui envahit littéralement toute la musculature, les ovaires et les ganglions nerveux des individus infectés, en leur conférant un aspect blanc, comme de la porcelaine 3. Cela se termine également par la mort de l écrevisse. La transmission d un individu à l autre est principalement due au cannibalisme. Citons enfin un parasite externe: les Branchiobdelles, de petites sangsues, souvent aperçues sur les pinces 4, mais qui, en se fixant sur les branchies, les articulations et les pièces buccales, peuvent faciliter l apparition de mycoses ou de bactérioses. Le seul moyen actuel pour réduire les risques d infestation est la mise en quarantaine stricte des individus et leur destruction, si des maladies apparaissent. Malheureusement, dans notre pays, aucune stratégie n a été prévue ni mise en route jusqu à présent pour lutter contre ces différents problèmes. 4 3 Branchiobdelles sur une pince d écrevisse de Californie. En résumé, les précautions à prendre sont les suivantes : ltoujours s assurer de la provenance des écrevisses à pieds rouges et vérifier leur état sanitaire (mise en quarantaine); lidentifier avec certitude les différentes espèces d écrevisses et ne jamais introduire des nonindigènes dans une population de pieds rouges; l ne pas favoriser l extension des espèces nonindigènes invasives; l lors de transports de poissons vers un étang ou cours d eau, vérifier si l étang d origine ne contient pas des espèces américaines; dans ce cas, éviter de rempoissonner; ou, au minimun, changer 3 fois l eau de transport des poissons avant de les remettre à l eau; llors du passage d un site potentiellement infecté à un autre sain contenant des pieds rouges: désinfecter tout le matériel ayant été en contact avec l eau: nasses, bourriches, filets, fils de cannes à pêche, barque, cuissardes, bottes,... Tremper dans un bain d eau à plus de 60 C, laisser sécher pendant plusieurs jours, désinfecter à l eau de javel ou avec un autre produit désinfectant efficace. l en cas de nourrissage avec du poisson: le congeler au moins une semaine à -8 C.

20 8 l Pollutions Depuis quelques décennies, des pollutions de différentes natures se sont généralisées dans tous les pays. Les polluants peuvent agir de diverses manières sur les écrevisses: mortalité massive, diminution de la résistance aux maladies, baisse du taux de reproduction, diminution de la vitesse de croissance, modifications génétiques... lpollutions mécaniques: il s agit de la mise en suspension dans l eau de sédiments, à la suite de crues, de travaux, de vidanges d étangs... Les sédiments colmatent les niches et les substrats des fonds, allant parfois jusqu à la destruction complète du milieu. Ils peuvent provoquer la mort par asphyxie des oeufs ou des juvéniles. lpollutions thermiques: il s agit de l augmentation de la température des eaux (par exemple près des centrales nucléaires ou d autres industries), qui perturbe et élimine les écrevisses, animaux ayant besoin d eau fraîche. ont été déversées dans les cours d eau à partir des milieux industriels. Des métaux lourds, des pesticides, des insecticides, des phosphates, des nitrates ont également contaminé de nombreuses rivières, entraînant la mort ou l affaiblissement des écrevisses (mais aussi de nombreux autres organismes aquatiques). lpollutions organiques: l égouttage généralisé de nos agglomérations, sans épuration, a aussi provoqué l asphyxie de nombreux milieux, entraînant la mort ou l élimination progressive des populations d écrevisses indigènes. Remarquons cependant que les écrevisses peuvent fuir l adversité dans certains cas en sortant de l eau et en marchant sur le sol à la recherche de sites plus accueillants : à la condition cependant que leurs branchies puissent rester humides pendant ce laps de temps; dans le cas contraire, elles mourront. C est grâce à cette faculté que des écrevisses peuvent être transportées ou maintenues en cageots pendant plusieurs jours, pour autant que l air ambiant soit suffisamment humide pour éviter l assèchement des branchies. lpollutions chimiques: de multiples substances, parfois très toxiques,

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés Les vers marins A partir des vers marins, les animaux se complexifient dans l organisation de leur tissus. Nous avons vu qu avec les coraux, les organismes possédaient deux feuillets séparés d une gelée.

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique des

Plus en détail

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative).

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative). TP 2 ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Antony Subaquatique Commission Bio Vidéo. Les Vers

Antony Subaquatique Commission Bio Vidéo. Les Vers Antony Subaquatique Commission Bio Vidéo Les Vers C est quoi un vers? La notion de vers est dénuée de sens pour les puristes de la classification des espèces. Mais pour nous, plongeurs, on range dans ce

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Bienvenue sur la planète des insectes!

Bienvenue sur la planète des insectes! Bienvenue sur la planète des insectes! Les Entomonautes c/o Youssef Guennoun 49 bis rue du Borrégo 75020 Paris entomonautes(at)gmail.com Des milliards de petites bêtes Les insectes constituent 75 % de

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques

Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques I N F O R M A T I O N A L A P R E S S E Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques La Ville de Niort lance sa campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques, espèce invasive qui s attaque

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Céphalothorax. Doigt mobile Pinces = 1 ière paire thoracique Pinces (1 ière paire thoracique) Abdomen replié. Abdomen replié

Céphalothorax. Doigt mobile Pinces = 1 ière paire thoracique Pinces (1 ière paire thoracique) Abdomen replié. Abdomen replié ÉCLAIRAGE 6 : QUELQUES ASPECTS DE LA BIOLOGIE DES CRUSTACÉS Les crustacés constituent avec les Insectes ou Hexapodes, le groupe des Pancrustacés qui est défini sur la base de caractères génétiques donc

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation Punaise des lits À quoi ressemblent-elles? Lorsqu elle est à jeun, la punaise des lits présente une coloration allant du brun au brun jaunâtre. Une fois gorgée de sang, elle devient brune rougeâtre et

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! Zone libérée des poux français Guide anti-poux Double efficacité: Elimine les poux Endommage la membrane chitineuse des lentes empêchant ainsi l éclosion de

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

LE FRELON ASIATIQUE. Vespa velutina nigrithorax

LE FRELON ASIATIQUE. Vespa velutina nigrithorax LE FRELON ASIATIQUE Vespa velutina nigrithorax Origine V. velutina nigrithorax vit au nord de l Inde, en Chine et dans les montagnes d Indonésie (Sumatra, Sulawesi). En Asie continentale, elle se développe

Plus en détail

Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. L'agent pathogène... 3 2.1. Morphologie et biologie... 4 2.1.1. Les

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE Les poux existent depuis toujours et ne sont pas près de disparaître. Heureusement, ils ne sont pas dangereux, mais ils sont dérangeants. Le saviez-vous? Les poux de tête

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

La microfaune aquatique de la vallée de l'orge

La microfaune aquatique de la vallée de l'orge La microfaune aquatique de la vallée de l'orge Sources : "la hulotte" - Guide des insectes, les Compagnons du Naturaliste Les Batraciens Grenouilles et têtards La grenouille passe beaucoup de temps dans

Plus en détail

Surligne les phrases si elles sont justes :

Surligne les phrases si elles sont justes : 1) L escargot a besoin de chaleur. Entoure : L escargot est un : 2) Il sort de sa coquille quand l atmosphère est sèche. VERTEBRE - INVERTEBRE 3) Sans coquille, l escargot meurt. OISEAU REPTILE - MOLLUSQUE

Plus en détail

L emploi et l installation de. punaises de lit. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd

L emploi et l installation de. punaises de lit. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd L emploi et l installation de BB ALERT PASSIVE, Détecteur des punaises de lit PUNAISES DE LIT 1 Les punaises de lit sont de petits insectes nocturnes qui se nourrissent du sang humain. Elles passent la

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

L ombre commun dans le canton de Vaud

L ombre commun dans le canton de Vaud Centre de conservation de la faune et de la nature Inspection de la pêche Chemin du Marquisat 1 1025 St-Sulpice Service des forêts, de la faune et de la nature www.dse.vd. vd.ch T 021 557 86 30 F 021 557

Plus en détail

55 Combien d œufs peut pondre une femelle. Punaise se nourrissant d'œufs de doryphore. Combien d œufs peut pondre une femelle d insecte?

55 Combien d œufs peut pondre une femelle. Punaise se nourrissant d'œufs de doryphore. Combien d œufs peut pondre une femelle d insecte? Combien d œufs peut pondre une femelle d insecte? LA REPRODUCTION ET LA CROISSANCE DES INSECTES Punaise se nourrissant d'œufs de doryphore Le chorion des œufs d insectes apparaît la plupart du temps lisse,

Plus en détail

LA MARE : APPORTS THEORIQUES

LA MARE : APPORTS THEORIQUES LA MARE : APPORTS THEORIQUES LES ETRES VIVANTS DE LA MARE 1 - LES ANIMAUX Vertébrés et des invertébrés peuplent les mares de la Guadeloupe. Les plus faciles à rencontrer et à reconnaître sont les suivants.

Plus en détail

Programme de la soirée

Programme de la soirée Programme de la soirée Exposé : les chauves-souris et le patrimoine bâti (+/- 45 ) Vidéo : les chauves-souris et les moines de l Abbaye d Orval (+/- 15 ) Questions réponses (+/- 15 ) Sortie nocturne à

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

Protocole de dissection de la SOURIS

Protocole de dissection de la SOURIS Protocole de dissection de la SOURIS Matériel nécessairen - Une paire de petit ciseaux - Une sonde cannelée - 2 paires de pinces fines - épingles Epingler la souris Fixer la souris en extension sur le

Plus en détail

La solution contre les punaises de lit Entotherm

La solution contre les punaises de lit Entotherm The Experts in Pest Control La solution contre les punaises de lit Entotherm Entotherm 2 Les punaises de lit, un problème en recrudescence. De plus en plus d hôtels belges sont confrontés aux punaises

Plus en détail

PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS

PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS Justification : Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne qui effectue l euthanasie de poissons dans le cadre d études sur le terrain

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

Le frelon asiatique Vespa velutina

Le frelon asiatique Vespa velutina Le frelon asiatique Vespa velutina Saint-Benoit le 23 mars 2012 Le frelon de l'espèce Vespa velutina à pattes jaunes Il vit dans le Sud-est asiatique et sa variété Vespa velutina nigrithorax semble être

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Mode d emploi. des lits. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd

Mode d emploi. des lits. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd Mode d emploi BB ALERT ACTIVE Détecteur Punaises des lits PUNAISES DE LIT 1 Les punaises des lits sont de petits insectes normalement nocturnes quise nourrissent du sang. Elles passent la plus part de

Plus en détail

>> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS HAMBRES D HÔTES LE DIAGNOSTIC

>> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS HAMBRES D HÔTES LE DIAGNOSTIC >> DIAGNOSTIC & PHASES DE TRAITEMENTS DES PUNAISES DE LITS LE DIAGNOSTIC HAMBRES D HÔTES L infestation, un point sur la répartition géographique : Contamination explosive depuis 15 ANS : Etats Unis, Canada,

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

La blatte (coquerelle)

La blatte (coquerelle) Le bourdon Les bourdons sont d importants pollinisateurs : ils sont très utiles à l agriculture et à l horticulture. Leur nid est souvent situé dans un vieux nid de souris sur le sol ou dans la terre,

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

Le traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées GALDIN 4 B Anaïs SNE Le traitement des eaux usées La station d épuration de Lacer Mr Lamarque, technicien du service des eaux et responsable de la station d épuration du Mézinais, est venu nous expliquer

Plus en détail

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés Pour étudier méthodiquement les animaux, on étudie leur construction dans l espace : leur plan

Plus en détail

Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D.

Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D. Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D.VSS Tél. 078 638 44 75 FAITES APPEL A DES PROFESSIONNELS : Optez pour

Plus en détail

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : C est qui, ce frelon asiatique? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE 1 - Voici les mots

Plus en détail

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!!

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!! Mythe : Le chien est un omnivore C'est faux!! Les chiens sont des carnivores et non des omnivores. La théorie selon laquelle les chiens sont omnivores reste à être prouvée, alors que le fait que les chiens

Plus en détail

Infestation par les puces

Infestation par les puces Fiche technique n 16 2 ème édition Infestation par les puces Les puces sont les parasites externes les plus fréquents en médecine féline. Les mâles et les femelles adultes sont des parasites hématophages*,

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Qu est-ce qu un insecte

Qu est-ce qu un insecte Les INSECTES Qu est-ce qu un insecte Ailes (4) Tête Thorax Abdomen Antennes Pattes (6) Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte ou pas? Insecte

Plus en détail

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES I. La reproduction des animaux Observer le comportement des parents, suivre la croissance des jeunes est si intéressant que, dès le CP, les enfants

Plus en détail

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge!

Prévention bucco-dentaire. Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Prévention bucco-dentaire Avoir de belles dents ce n est pas qu une question de chance ou d âge! Mise à jour mai 2010 CCAS - Prévention bucco-dentaire - Par le Docteur Dominique Mané-Valette, chirurgien-dentiste

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Chapitre 11. L hygiène

Chapitre 11. L hygiène 191 1. Un environnement et un corps propre 193 A. La toilette collective 193 B. Le linge 193 C. L endroit de camp 194 2. Les coups d œil (et non les inspections) 194 3. Les maladies de la nature 194 A.

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS

LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS Connaissance et protection La majorité des espèces de chauves-souris est susceptible de s installer au sein des ponts, quels qu en soient l âge ou les matériaux : pierre,

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Identification des principaux ordres d'insectes

Identification des principaux ordres d'insectes Identification des principaux ordres d'insectes Ailes bien apparentes quand l'insecte est au repos------------------------------------ A Ailes peu évidentes quand l'insecte est au repos. Ailes antérieures

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES

PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES PROTECTION TOTALE CONTRE LES INSECTES SOMMEIL SANS INSECTES, SOMMEIL PROFOND Personne n aime l idée de partager son lit avec des invités indésirables, encore moins avec un parasite hautement prolifique

Plus en détail

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Rencontre du groupe RAP Maïs sucré, 3 avril 2013 Jean-Philippe Légaré, M. Sc., biologiste-entomologiste, Laboratoire de diagnostic en

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

L extermination des coquerelles

L extermination des coquerelles L extermination des coquerelles De la façon la moins toxique Guide pratique pour se débarrasser des coquerelles dans les maisons et appartements AU CŒUR DE L HABITATION La SCHL : Au cœur de l habitation

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19 Lors de chaque visite, notre attention se porte sur l âme de la ruche, le couvain. Avec l expérience, on peut y trouver une série d informations qui nous aident dans la conduite des ruches. Pour un nouvel

Plus en détail

Les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques Connaissances pratiques et expériences de gestion

Les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques Connaissances pratiques et expériences de gestion Sommaire Les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques Connaissances pratiques et expériences de gestion Volume 2 Expériences de gestion Espèces animales Invertébrés Oiseaux 128 138 Écrevisse

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec

Le Crabe commun des eaux côtières du Québec Pêches et Océans Canada Sciences Fisheries and Oceans Canada Science MPO Sciences Région Laurentienne Rapport sur l état des stocks C-2 (21) 5 16B 16A 17A-C D 16C 16D 16E YZ E-X A-C Le Crabe commun des

Plus en détail

Gros plan incroyable d'une tête de fourmi. Les scientifiques estiment à 10 millions de milliards le nombre de fourmis vivant sur terre.

Gros plan incroyable d'une tête de fourmi. Les scientifiques estiment à 10 millions de milliards le nombre de fourmis vivant sur terre. Gros plan incroyable d'une tête de fourmi. Les scientifiques estiment à 10 millions de milliards le nombre de fourmis vivant sur terre. On a recensé seulement 12 000 espèces, il en existerait 10 000 autres.

Plus en détail

MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit.

MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit. MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit. Introduction Au cours de la dernière décennie, il y a eu une augmentation exponentielle du nombre d infestation

Plus en détail

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 Zoom 4,50 juin 2011 - n 1326 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 GR : 3,80 - ITA : 4,60 - LUX : 2,60 - MAROC : 25 dh - NL : 5 En rouge et noir M 01054-1326 BEL : 4,50

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte GESTION D UNE EPIDEMIE DE DERMATITES LIEES A CIMEX LECTULARIUS DANS UNE UNITE DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER SPECIALISE DE LA SAVOIE : RETOUR D EXPERIENCE Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne

Plus en détail

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer NIVEAU DISCIPLINE CAPACITÉ COMPÉTENCE MOTS CLÉS ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer 1. TITRE : TRIER

Plus en détail

AUTOUR DE LA MISE BAS

AUTOUR DE LA MISE BAS AUTOUR DE LA MISE BAS Un vêlage ou un agnelage est une des périodes les plus importantes dans la conduite d un élevage. De sa réussite dépendra l entrée d argent quelques mois plus tard. Il est donc impératif

Plus en détail

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées?

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? La carie commune du blé Biologie du parasite et cycle de la maladie Étude bibliographique Et Observations D. CARON

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Après la stérilisation, les femelles n'ont plus de cycle sexuel et par conséquence n ont plus de chaleurs.

Après la stérilisation, les femelles n'ont plus de cycle sexuel et par conséquence n ont plus de chaleurs. Castration 1- Généralités 2- Stérilisation des chiennes 3- Castration des chiens 4- Castration des chats 5- Castration des lapins et des cobayes 1- Généralité s La castration consiste à enlever les glandes

Plus en détail

Auxiliaires. du jardin. la petite faune utile au jardin. Les. Quelques conseils pour accueillir

Auxiliaires. du jardin. la petite faune utile au jardin. Les. Quelques conseils pour accueillir Auxiliaires Les du jardin Quelques conseils pour accueillir la petite faune utile au jardin Dour ha Stêroù Breizh Centre Régional d Initiation à la Rivière - 22810 Belle-Isle-en-Terre - Tél : 02 96 43

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

L ABEILLE DOMESTIQUE

L ABEILLE DOMESTIQUE L ABEILLE DOMESTIQUE Que savez-vous de moi? On m appelle l abeille européenne (Apis mellifera), ou l abeille domestique. J appartiens à l ordre des insectes hyménoptères, c est-à-dire ceux pourvus d ailes

Plus en détail

Le printemps au bord de l eau

Le printemps au bord de l eau De mars à juin, des événements nouveaux vont se produire régulièrement dans nos campagnes. Le vert tendre des jeunes feuilles, le bourdonnement des insectes, le chant des oiseaux, les floraisons multicolores

Plus en détail