Les. Arbustes d ornement. Guide de gestion culturale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les. Arbustes d ornement. Guide de gestion culturale"

Transcription

1 Les Arbustes d ornement Guide de gestion culturale

2 Édito Ce guide recense les principaux facteurs clés de la réussite de la culture de vos arbustes d ornement. Il est non exhaustif tant sur les arbustes que sur les ravageurs et maladies. En effet, nous ne traitons pas les arbres d ornement et d alignement, ainsi que ceux issus des pépinières fruitières et forestières, les palmiers, les sapins de noël, les roses (guide spécifique disponible). Ce guide constitue la liste des principaux outils phytosanitaires qui contribuent à la production de beaux arbustes sains, résistants et ayant une bonne tenue dans toute la chaine de distribution et chez l utilisateur. Avant toute utilisation des produits cités dans ce guide, consultez la notice technique et l étiquette du produit. Sommaire p.3 - Notre expertise p.4 - Une très grande diversité de risque p.6 - Principaux ravageurs p.12 - Gestion des ravageurs p.13 - Principales maladies p.17 - Gestion des maladies p.18 - Gestion des virus, bactéries et champignons p.19 - Gestion de la croissance p.20 - Principales adventices p.25 - Gestion des adventices p.26 - Approche globale P.28 Les bonnes pratiques d applications

3 Notre expertise 3 Syngenta a élaboré ce guide technique «Arbustes d ornement» incluant des conseils sur les facteurs clés de succès concernant : la production et les attentes de la filière, les problématiques phytosanitaires et leurs solutions. Pour bien commencer, il faut rappeler les bases essentielles : Il existe à ce jour plus de 500 espèces cultivées dans les pépinières françaises ; les arbres et arbustes d ornement représentent plus de la moitié des types de plantes cultivées. Conscient de l importance de cette production dans les pépinières, Syngenta se doit de vous accompagner dans la voie de la réussite, afin d obtenir des arbustes sains, de qualité et ayant une bonne tenue chez le client. Utiliser des plants sains ou certifiés, Surveiller l apparition des maladies et des ravageurs, Eviter l affaiblissement des tissus par des carences, Maintenir une bonne aération dans les tunnels, en favorisant les mouvements d air et en évitant une humidité atmosphérique trop importante et stagnante, Eviter les excès de salinité au rempotage liés à des fertilisations trop importantes ou des conduites culturales inadaptées, Utiliser un substrat bien aéré, drainant et sain, Désinfecter les outils de taille, Eviter l eau stagnante au pied des conteneurs. Pour vous aider : Notes issues de notre expertise : Conditions à éviter Niveau de gravité / fréquence : Fort Moyen Faible Astuces et points clés

4 4 Une très grande diversité de Ravageurs Acariens Aleurodes (mouches blanches) Altises* Bombyx* Cécidomyies Cicadelles Cochenilles Noctuelles (chenilles défoliatrices) Otiorhynques Pucerons Tenthrèdes Thrips Tordeuses Zeuzères Espèces Amelanchier Aucuba Azalea Buddleia Buxus Maladies Choisya Cornus Deutzia Elaeagnus Erica Euonymus Forsythia Hamamelis Hedera Anthracnose Botrytis Chancre Entomosporiose Moniliose Oïdium Phytophthora Pythium Rouilles Septoriose* Verticilliose * non traité dans ce guide

5 risque 5 Hortimec Flagship Pro Scimitar Scimitar Flagship Pro Scimitar Flagship Pro Scimitar Flagship Pro Chess Pro Flagship Pro Flagship Pro Scimitar Hortimec Scimitar Scimitar Karaté K Hibiscus Hydrangea Kolkwitzia Ligustrum Mimosa Photinia Prunus Rhododendron Rosmarinus Spiraea Syringa Viburnum Weigela Solutions Syngenta Botryl Scorenet Scorenet Elweiss Pro Elweiss Pro Ortiva Gold Subdue Gold

6 6 Principaux ravageurs D après une enquête réalisée en octobre 2010 par Syngenta sur un panel de 254 pépiniéristes français, les ravageurs représentent la principale préoccupation des pépiniéristes interrogés (64 % des citations). L insecte le plus fréquent est le puceron (27 % des citations), vient ensuite un groupe de trois insectes avec les acariens (8%), les cochenilles (8%) et l otiorhynque (5,5%), puis dans une moindre mesure, l aleurode (2%), le thrips (1,5%), la cicadelle (2%) et les chenilles (3%). Tous ces insectes sont traités ci-dessous. OTIORHYNQUES (Otiorhynchus sulcatus) - Les terreaux trop humides, - la présence de restes de substrats en décomposition et d algues sur les aires de culture. Arbustes d ornements hôtes : Amelanchier, Aucuba, Azalea, Buddleja, Buxus, Choisya, Cornus, Deutzia, Elaeagnus, Euonymus, Forsythias, Hamamelis, Hedera, Hibiscus, Hydrangea, Kolkwitzia, Ligustrum, Magnolia, Photinia, Prunus, Rhododendron, Rosmarinus, Spiraea, Syringa, Viburnum, Weigela,... Ravageurs : Très polyphage. Coléoptère noir brillant, de 7 à 10 mm de long et de forme ovoïde. Insecte qui ne vole pas (élytres soudées). La larve est blanche à tête brune, pouvant atteindre 10 mm, massive et fortement incurvée. L adulte est actif la nuit. Dégâts : Encoches plus ou moins circulaires, en bordure de limbe faites par l adulte. Les larves dévorent les racines et creusent la base des tubercules. Les plantes jaunissent et flétrissent partiellement ou totalement par dépérissement du tubercule. Otiorhynque adulte Larve d otiorhynque Bien inspecter les terreaux. Prévention : Bien inspecter le terreau, les pots et plantes achetés. ACARIENS (Tetranychus urticae, Panonychus ulmi, ) Arbustes d ornements hôtes : Buddleja, Choisya, Hedera, Hydrangea, Prunus, Rhododendron, Syringa, Viburnum, Weigela,... Ravageurs : Ce sont de minuscules acariens (araignées mesurant de 0,2 à 0,7 mm), observables à la loupe, très polyphages. Leur cycle de développement peut être très court en été. Ils se trouvent notamment sur les faces inférieures des feuilles et dans les endroits humides des plantes. Ils hivernent dans des débris végétaux ou dans les fissures des tiges. Les conditions chaudes et sèches. Bien surveiller la face inférieure des feuilles. Dégâts : Les attaques ont lieu par foyer. Elles entraînent des déformations des feuilles (enroulements,...) mais aussi le jaunissement, le dessèchement et la chute de ces dernières. Lors de fortes infestations, la croissance de la plante est stoppée. Une fine toile apparaît parfois sur les feuilles et les tiges. Prévention : Soigner les manipulations et inspecter fréquemment et avec soin, en vérifiant le dessous des feuilles. Larves et adultes

7 Principaux ravageurs 7 Pucerons (Myzus, Aphis, Macrosiphum, ) Arbustes d ornements hôtes : Azalea, Euonymus, Hedera, Ligustrum, Photinia, Prunus, Rhododendron, Spiraea, Syringa, Viburnum,... Ravageurs : Les pucerons sont des insectes piqueurs suceurs qui se nourrissent de la sève en piquant les végétaux. Ils s observent principalement sur la face inférieure des jeunes feuilles et à la base des boutons floraux mais peuvent être présent sur tous les organes végétaux. Dégâts : Ils provoquent des déformations, décolorations de feuilles, un ralentissement voire arrêt de la croissance, dessèchement et mort des pousses. Mais aussi la malformation de boutons floraux ou encore Pucerons sur feuille la formation de galles. Par leur rejet de miellat, ils favorisent le développement de fumagine (champignon noir qui altère l aspect des arbustes). Ils sont à l origine de la transmission de nombreux virus. Prévention : Éviter le développement d adventices à proximité des cultures. - Les températures élevées et peu d humidité, - laisser les colonies se développer. - Lutter dès les premiers piégeages d ailés, - l arrosage par aspersion limite le développement des populations. COCHENILLES (Diaspis pentogona, Epidiaspis leperii, Chionaspis, Lepidosaphes, Pseudaulacaspis, Pulvinaria, ) Arbustes d ornements hôtes : Buxus, Choisya, Cornus, Euonymus, Hedera, Hydrangea, Ligustrum, Mimosa, Syringa,... Cochenilles sur branche Cochenilles sur feuille Encroutements de cochenilles Ravageurs : Très polyphages. Ce sont des petits insectes piqueurs suceurs se nourrissant de la sève des plantes, de formes différentes (plat, bombé, rond, allongé,...) et de couleurs variées (blanc, gris, noir, brun,...). Leur corps peut être mou (recouvert ou non d un bouclier) ou dur (recouvert de laque ou cire). Ce dernier est souvent peu visible car recouvert de sécrétions cotonneuses, filamenteuses ou cireuses. Elles sont observables sur l écorce, les tiges, l insertion des feuilles ou encore sur la face inférieure des feuilles et sont, la plupart du temps, en colonies sous forme d amas. Dégâts : Les piqures provoquent un affaiblissement de la plante pouvant entrainer un ralentissement de croissance, la décoloration des feuilles, le blanchissement des branches ou encore la déformation des jeunes pousses,... En cas de forte infestation, les encroutements de cochenilles peuvent provoquer le desséchement des arbustes et des rameaux. De plus, ces insectes excrètent du miellat favorisant le développement de fumagine (champignon noir qui altère l aspect des arbustes). Prévention : Inspectez les plantes avant la mise en culture. Les conditions sèches et chaudes. - Bien inspecter les arbustes, - en cas de forte attaque, élaguer les branches très infestées pour limiter les dégâts.

8 8 Principaux ravageurs ALEURODES ou MOUCHES BLANCHES (Trialeurodes vaporarium, Bemisia tabaci,...) Arbustes d ornements hôtes : Buddleja, Hibiscus, Viburnum, Weigela,... La présence d adventices aux abords des cultures. Bien surveiller l apparition des premiers adultes et des œufs sur les 2 faces des feuilles. Ravageurs : Très polyphage. Insecte piqueur suceur qui ressemble à des petits moucherons, de taille inférieure à 5 mm et dont les ailes quasiment horizontales au repos sont couvertes d une pruine cireuse d un blanc pur. Plusieurs générations se chevauchent (en conditions optimales, à C, le cycle est achevé en un peu moins de 3 semaines). Lorsque les conditions sont favorables, la reproduction a lieu toute l année. La femelle peut pondre plus de 500 œufs au cours de sa longue vie de 3 à 6 semaines (la fertilité dépend beaucoup de la plante hôte et de la température). Dégâts : Les larves comme les adultes sucent la sève de la plante pour se nourrir ce qui peut conduire à un arrêt de croissance de la plante mais aussi à la déformation, au jaunissement et desséchement des feuilles. Les larves et adultes excrètent beaucoup de miellat sur lequel la fumagine se développe. Prévention : Désherber au maximum les abris et leurs alentours et renforcer la prévention en multipliant la pose de panneaux jaunes sur les zones sensibles. Aleurodes adultes THRIPS (Frankliniella,...) Arbustes d ornements hôtes : Ligustrum, Photinia, Rhododendron, Syringa, Viburnum,... Ravageurs : Très polyphages, ils vivent de préférence dans les fleurs mais aussi sur les pousses, les bourgeons (entre les écailles) et les fruits, tant en serre qu en plein champ. Ils s établissent sur les deux faces des feuilles mais plus fréquemment à la face inférieure. - Les températures et l humidité élevées, - la présence d adventices aux abords des cultures. Bien surveiller l apparition des premiers adultes. Dégâts : Les dégâts les plus graves sont dus aux blessures de ponte. Les tissus sur lesquels le thrips s est alimenté prennent un aspect plombé et sont marqués de mouchetures blancargenté ; ils sont aussi fortement décolorés, en particulier les Adulte et larve de Thrips pétales. Les infestations peuvent aussi entraîner une importante déformation des plantes-hôtes. Un petit nombre d individus suffit pour provoquer des dégâts notables. De plus, cet insecte transmet certains virus comme le TSWV. Prévention : Désherber au maximum les abris et leurs alentours.

9 Principaux ravageurs 9 NOCTUELLES ou CHENILLES DEFOLIATRICES (Mamestra, Noctua,...) Arbustes d ornements hôtes : Elaeagnus, Ligustrum, Prunus, Viburnum,... Larve de noctuelle gamma Ravageurs : Très polyphages. Les papillons de noctuelles sont nocturnes, au corps velu et au vol rapide. Les chenilles brun clair à blanc jaunâtre ou vertes sont généralement nues et voraces et se trouvent sur la face inférieure des feuilles ou enterrées au pied des plantes. Deux catégories existent : les défoliatrices, hébergées par les organes aériens, et les terricoles, qui s enfoncent légèrement dans le sol. Adulte de noctuelle gamma Dégâts : Morsures, perforations ou découpures des feuilles qui peuvent être plus ou moins rongées. Les chenilles les plus âgées sont les plus nuisibles. Présence de déjections de grosse taille dans le creux des feuilles. Prévention : Observer les plantes tôt le matin, car l activité des chenilles est nocturne, afin de repérer les premières attaques. Positionner les applications pendant les pontes et jusqu à l éclosion des œufs. Apparition dès la mi-août. Les températures élevées. Eliminer les organes atteints. TORDEUSES (Cacoecimorpha,...) Arbustes d ornements hôtes : Buxus, Cornus, Elaeagnus, Forsythias, Hedera, Hibiscus, Ligustrum, Prunus, Rhododendron, Viburnum,... Ravageurs : Ce sont des chenilles de petite taille et de couleurs diverses. Les adultes sont des papillons de petite taille aussi, avec en général, des ailes assez larges. Les larves enroulent les feuilles autour d elles pour former un tuyau dans lequel elles se protègent et se nourrissent, d où le nom de «tordeuses». Dégâts : Ce sont les larves qui provoquent des dégâts. Selon les espèces, elles dévorent et rongent les boutons floraux, les bourgeons et les jeunes pousses des arbustes. En cas de forte attaque, la croissance de la plante peut être fortement perturbée. Présence de fils de soie sur les feuilles et les fleurs, sécrétés par les chenilles. Prévention : Surveiller les populations par piégeage sexuel spécifique, chaque fois que possible, pour repérer les pics de vol (donc de ponte). Les températures élevées. Eliminer les organes atteints.

10 10 Principaux ravageurs CECIDOMYIES (Contarinia, Dasineura, Monarthropalpus, ) Arbustes d ornements hôtes : Buxus,... Ravageurs : Ce sont de petits moucherons de 2 à 4 mm de long, de jaunâtre à brunâtre. Les larves sont des asticots de 2 à 4 mm, blanchâtre. Au terme de leur développement qui dure 2 à 4 semaines, elles se laissent tomber sur le sol où elles tissent un cocon : une partie reste en diapause jusqu au printemps suivant, l autre se nymphose. Eliminer les feuilles atteintes. Dégâts : Apparition de boursoufflures/ galles sous les feuilles qui abritent les asticots. Décoloration et déformation du limbe. Ils peuvent entrainer un ralentissement de la croissance de l arbuste. Prévention : Détruire les organes atteints. Cécidomyie adulte Larves de cécidomyie ZEUZERE (Zeuzera pyrina) Arbustes d ornements hôtes : Ligustrum, Prunus, Rhododendron, Syringa... Ravageurs : La zeuzère est un insecte xylophage présent dans toute l Europe. L adulte est un papillon de 35 à 40 mm d envergure pour le mâle et de 50 à 60 mm pour la femelle. Thorax blanc et velu avec 6 taches bleues. Ailes blanches ponctuées de petites taches bleu-noir. Abdomen long. La larve est une chenille de couleur jaune clair, tachetée de noir et peut mesurer jusqu à 60 mm de longueur, tête et plaque Dégâts de zeuzère thoracique noires. La larve jeune est rose, sans tache. L oeuf est de taille ovoïde, de 1 mm environ, de couleur jaune clair à saumon vif. Ne pas laisser les populations se développer. - Intervenir sur les jeunes chenilles, avec un insecticide de contact, - bien surveiller l apparition des premières larves. Dégâts : Ce ravageur est particulièrement présent dans les régions méridionales telles que la Provence, le Languedoc- Roussillon ou la vallée du Rhône où il est l un des ravageurs les plus importants. Les indices de la présence de chenilles sont l accumulation de petits tas de sciure et d excréments qui sont rejetés par les trous d entrée. Ces symptômes indiquent que les dégâts sont déjà fort avancés. Les chenilles gagnent l extrémité des rameaux et des pousses, où elles pénètrent. Larve de zeuzère Elles s attaquent d abord aux extrémités des jeunes pousses dont elles provoquent le dessèchement. Au cours de leur développement, elles creusent des galeries dans les branches ou les troncs. Cette phase est dite «phase mineuse». Les chenilles peuvent être transportées par le vent, accrochées à un fil de soie qu elles sécrètent. Ce mode de contamination est souvent prédominant. Les arbres attaqués par la zeuzère sont affaiblis et plus fréquemment atteints par d autres ravageurs. Prévention : Bien surveiller l apparition des premières larves et débarrasser tous les organes atteints.

11 Principaux ravageurs 11 TENTHREDES (Arge, Nematus, Pontania,...) Arbustes d ornements hôtes : Prunus,... Arge pagana Arge sp. Ravageurs : Nombreuses espèces d hyménoptères vivant sur les arbustes d ornement. Les larves (fausses chenilles) Larve de tenthrède mesurent 10 à 30 mm de long, ont des couleurs variées (bleuvert, verdâtre, jaunâtre, noir,...) avec ou sans poils. Les larves de deuxième génération, généralement, se laissent tomber au sol et y pénètrent pour se nymphoser. Dégâts : Feuilles enroulées, trouées ou entièrement dévorées. Fleurs et boutons floraux parfois endommagés. Les larves provoquent des défoliations parfois importantes pouvant limiter la croissance et perturber la floraison. Les femelles entraînent aussi des dégâts par les pontes ; déformation des pousses choisies. Prévention : Bien surveiller l apparition des premières larves et débarrasser tous les organes morts tombés à terre. Ne pas laisser les populations se développer. - Intervenir sur les chenilles ou les femelles en train de pondre, avec un insecticide de contact, - suivre les populations par piégeage sexuel spécifique pour repérer les pics de vol (donc de ponte). CICADELLES (Edwardsiana rosae,...) Arbustes d ornements hôtes : Prunus, Rhododendron,... Ravageurs : Ce sont de petits insectes (3 à 5 mm) suceurs de sève, de forme allongée jaune à vert. Les larves ont la même apparence que l adulte mais de plus petite taille. Les cicadelles se trouvent le plus souvent sur les feuilles, elles sont très mobiles et sautent au moindre mouvement de la plante. Dégâts : Les piqûres occasionnent des décolorations, des petites taches sur les feuilles et des lésions sur les tiges et rameaux. En cas de forte infestation, les feuilles brunissent et peuvent chuter précocement. Certaines cicadelles sont vectrices de mycoplasmes ou de virus. Prévention : Bien surveiller le nombre d individu par feuille et intervenir lorsque le seuil de tolérance est atteint. Les conditions chaudes et sèches. Bien inspecter les arbustes.

12 12 Gestion des ravageurs FLAGSHIP PRO agit en quelques minutes après ingestion, en bloquant la nutrition et la locomotion des insectes piqueurs suceurs. FLAGSHIP PRO est uniquement autorisé sur plantes en pots ou en conteneurs. Son utilisation sur pépinières en pleine terre est interdite. Pucerons : appliquer dès l apparition des premiers foyers à la dose de 0,5 l/hl en application foliaire et à la dose de 5 ml/l en arrosage de substrat. Otiorhynques : appliquer dès l apparition des premiers symptômes à la dose de 1 l/hl en application foliaire et à la dose de 10 ml/l en arrosage de substrat. Cochenilles : appliquer dès la sortie des jeunes larves (stade le plus sensible) à la dose de 1 l/hl en application foliaire. Bien soigner la pulvérisation pour atteindre les feuilles et les rameaux. En arrosage de substrat, FLAGSHIP PRO est compatible avec les programmes PBI. Contient de l abamectine, produit d origine naturelle issu de fermentation. Acariens et acariens galligènes : appliquer dès l apparition très nette de population d acariens ou de symptômes à la dose de 0,025 l/hl pour les acariens et 0,075 l/hl pour les acariens galligènes. Thrips : appliquer dès l apparition des premiers foyers à la dose de 0,5 l/hl. Psylles : appliquer dès l apparition des premiers symptômes à la dose de 0,075 l/hl. Traiter le soir (produit photosensible). En présence de colonies importantes d insectes ravageurs (chenilles et coléoptères phytophages, insectes xylophages, pucerons galligènes et laineux,...), en dehors des programmes PBI, utiliser SCIMITAR à la dose de 8 à 15 ml/hl selon la cible, en pulvérisation homogène pour réduire les niveaux de population. Agit par ingestion sur les insectes piqueurs suceurs. Dès la première ingestion, les pucerons ne peuvent plus s alimenter et meurent de faim et de déshydratation au bout de quelques jours. S utilise uniquement dès l apparition des premiers foyers de pucerons à la dose de 20 g/hl avant que les populations ne soient importantes. Anti-pucerons alliant effet choc et persistance d action. KARATE K s utilise dès l observation des premières colonies de pucerons à la dose de 0,1 l/hl, avec une pulvérisation homogène sur la végétation, en dehors de tout programme PBI. Pour plus de renseignements :

13 Principales maladies 13 D après une enquête réalisée en octobre 2010 par Syngenta sur un panel de 254 pépiniéristes français, les maladies sont une préoccupation nettement moins importante que les ravageurs. Elles représentent 18% des citations. Les trois maladies les plus préoccupantes sont l oïdium (5,5% des citations), la pourriture des racines (3,5%) et les rouilles (3,5%). Toutes ces maladies sont traitées ci-dessous, ainsi que d autres maladies dites «secondaires». Maladies des parties racinaires Fonte des semis, pourriture de racines et du collet (Pythium sp.) Arbustes d ornements hôtes : Azalea, Buxus, Elaeagnus, Erica, Hydrangea,... Maladie : Se développe principalement sur les semis, boutures, plantules et les plantes affaiblies. Symptômes : à la base des boutures et jeunes plantules, développement d une pourriture molle et brune au niveau du collet. Sur les plantes en conteneurs ou de pleine terre, le cœur du bois central reste intact alors que l écorce se décape facilement, les organes charnus présentent des pourritures molles et blanches, en cas de forte attaque le collet devient noir. Conséquences sur les plantes : Non développement des boutures, pourriture du collet et défaut d alimentation pouvant conduire à la mort de la plante. POURRITURE DES RACINES (Phytophtora sp.) - Températures et humidité élevées, - les excès de fertilisation et d arrosage, - la stagnation et la circulation de l eau sur les tablettes et entre les pots. Symptômes sur feuille Symptômes sur feuille Arbustes d ornements hôtes : Aucuba, Azalea, Choisya, Deutzia, Elaeagnus, Forsythias, Hedera, Hydrangea, Rhododendron, Rosmarinus, Syringa, Viburnum,... Maladie : Elle touche aussi bien les plantes jeunes que les plantes développées. Les Phytophthora sp. envahissent le système vasculaire. Symptômes sur feuille Symptômes : Pourritures brunes sur les racines et le collet qui s étendent dans tout le système racinaire de la plante. Comme pour les Pythium, dessèchement général dû à la perturbation de l alimentation en eau consécutive à la destruction du système racinaire. Conséquences sur les plantes : La croissance peut être stoppée et conduire au dépérissement des plantes. - Utiliser des substrats de culture bien drainant, - détruire les parties atteintes, - désinfecter le matériel et les outils de culture.

14 14 Maladies des parties aériennes - Températures entre 21 et 27 C avec HR50%, - les courants d air, - les excès azotés. - Utiliser des variétés peu sensibles, - intervenir tôt, dès les premiers symptômes, - éliminer les organes contaminés. Oïdium (Erysiphe sp., Microsphaera sp.,...) Arbustes d ornements hôtes : Amelanchier, Cornus, Euonymus, Hydrangea, Prunus, Rhododendron, Rosmarinus, Spiraea, Syringa, Viburnum,... Maladie : Les spores se propagent par les courants d air. Symptômes : Petites taches blanchâtres et poudreuses, parfois garnies de petits points noirs, qui apparaissent sur les feuilles, rameaux, bourgeons, fleurs et fruits des arbustes. Conséquences sur les plantes : Diminution de la qualité du feuillage et des fleurs, perturbation de la photosynthèse. Symptômes sur feuille - Forte humidité, - la condensation. - Eliminer les feuilles atteintes ou mortes, - désinfecter le sol. - T C entre 18 et 24 C, - humidité élevée. - Bien ramasser et éliminer les organes malades tombés au sol, - chauffer et aérer suffisamment les abris, - éviter les densités de culture trop élevés. ROUILLES (Melampsora, Phragmidium, Puccinia,) Arbustes d ornements hôtes : Amelanchier, Buxus, Erica, Euonymus, Ligustrum, Prunus, Rhododendron, Spiraea,... Maladie : Champignons qui affectent les feuilles des arbustes d ornements. Symptômes : Du printemps à l été, formation de nombreuses taches jaunes sur les dessus des feuilles correspondant à des pustules jaune-orangé et poudreuses à la face inférieure des feuilles. A l automne, ces pustules sont noires. Lors de forte infestation, les jeunes pousses se déforment et les feuilles peuvent chuter. Conséquences sur les plantes : Chute de feuilles et dépréciation commerciale des plantes. POURRITURE GRISE (Botrytis sp.) Arbustes d ornements hôtes : Aucuba, Azalea, Buddleja, Euonymus, Hydrangea, Prunus, Rhododendron, Rosmarinus, Syringa,... Maladie : Champignon qui se développe sur les organes sénescents, blessés et se propage ensuite aux parties saines de la plante. Symptômes : Souvent sur les fruits sous forme de feutrage gris ou brunâtre (pourriture). Apparition de taches brunes, nécroses, chancres sur les feuilles, jeunes pousses et ou rameaux. Les fleurs atteintes flétrissent. Ces lésions peuvent se recouvrir d un feutrage gris (mycélium) en conditions humides et fraîches. Symptômes sur feuille Conséquences sur les plantes : Dépréciations commerciales. Symptômes sur feuille Symptômes sur feuille Symptômes de Botrytis

15 Maladies des parties aériennes 15 VERTICILLIOSE (Verticillium sp.) Arbustes d ornements hôtes : Buxus, Cornus, Elaeagnus, Forsythias, Hibiscus, Ligustrum, Magnolia, Rhododendron, Rosmarinus, Spiraea, Syringa, Viburnum,... Maladie : Se développe suite à un stress de la plante. Champignon très polyphage. Il se conserve dans le sol et pénètre par les racines et les blessures. Symptômes : Flétrissement et jaunissement des jeunes tiges et feuilles, puis généralisation à toute la plante. Dessèchement et noircissement des tiges. Conséquences sur les plantes : Chute de feuilles. Perte de vigueur et dépréciation commerciale des plantes. - Les températures fraîches, - les stress thermiques. - Désinfecter le sol et les outils de taille, - éliminer les plantes malades et débris. CHANCRE (Coryneum, Nectria sp.,...) Arbustes d ornements hôtes : Azalea, Elaeagnus,... Symptômes sur branche Maladie : Les points d entrée de la maladie sont les plaies de toute sorte : naturelle (fissure de l écorce, éclatement de l écorce,...) et artificielle (taille, greffe,...). Les spores sont disséminées par le vent et sur de courte distance par l eau. Symptômes : Sur l écorce du tronc et des branches apparaissent des taches brunes et creuses auxquelles s ajoutent souvent la formation de boursoufflures, bourrelets et autres déformations de l écorce. Conséquences sur les plantes : Dépréciation commerciale et mort de l arbuste si l infestation est trop importante. - Hygrométrie élevée et températures douces, - blessures et stress hydrique. - Couper et bruler les parties atteintes, - désinfecter les outils de taille. ENTOMOSPORIOSE (Entomosporium maculatum) Arbustes d ornements hôtes : Amelanchier, Photinia,... Maladie : Champignon très actif quand le temps est chaud et sec. Les spores se propagent facilement via le vent, les éclaboussures d eau et une mauvaise irrigation. - Chaleur et humidité, - les densités de culture, - arrosage par aspersion. Symptômes sur feuille Symptômes : Apparition de taches nécrotiques rondes, de couleur brun-violet sur les feuilles, ces taches peuvent fusionner pour former de larges marbrures. Les feuilles jaunissent et tombent ce qui affaiblit la plante. Conséquences sur les plantes : Dépréciation commerciale. Retirer et détruire les feuilles affectées et tombées au sol.

16 16 Maladies des parties aériennes MONILIOSE (Monilinia laxa, fructigena et fructicola) Arbustes d ornements hôtes : Prunus,... - La chaleur (22 à 25 C) et la présence d eau (bas fond, brouillard, pluie, orage, grêle), - déséquilibre nutritionnel, - la présence de momies, - la sensibilité variétale. - Supprimer les sources de contamination (rameaux avec des chancres, fruits momifiés), - après une pluie violente ou une chute de grêle, appliquer un fongicide préventif. Maladie : Le champignon se conserve en hiver sous forme de sclérotes dans les fruits momifiés, et de mycélium dans les chancres et pédoncules. A la fin de l hiver, des coussinets porteurs de conidies se forment ; elles sont déposées sur les fleurs et les fruits (attaque primaire). Les nouvelles conidies sont dispersées par le vent et la pluie (attaque secondaire) ; elles pénètrent dans les fruits par une blessure (micro fissures, piqûres d insecte ) ou au contact de fruits déjà attaqués. Symptômes : M. laxa entraîne un brunissement et Symptômes sur fruits un dessèchement total des fleurs. Les inflorescences desséchées restent sur les rameaux ; le mycélium peut, à partir des fleurs, progresser dans les rameaux. De petits coussinets gris se forment sur les pédoncules floraux. Des chancres, accompagnés d écoulements gommeux, apparaissent sur les rameaux ; ces derniers se dessèchent. Le fruit est sensible à tous les stades, mais particulièrement à l approche de la maturation : des taches brunes arrondies et centrées apparaissent au point d infection. Des coussinets pulvérulents gris (M. laxa et fructicola) ou fauve à blanc crème et souvent concentriques (M. fructigena) entrainent le pourrissement et le dessèchement du fruit sur l arbre (momies). La proximité des fruits au sein des grappes favorise l extension de la contamination. Par temps sec, les fruits dessèchent sur l arbre et prennent un aspect ridé de «momies». Conséquences sur les plantes : Dépréciations commerciales. ANTHRACNOSE (Apiognomonia, Colletotrichum, Discula, Gloeosporium, Glomerella, Gnomonia, Pseudopeziza,etc...) Arbustes d ornements hôtes : Rhododendron,... Les excès d arrosage par pulvérisation. - Détruire les organes touchés, - favoriser l aération des plantes pour un meilleur séchage. Maladie : L anthracnose est une maladie due à plusieurs champignons. Les spores passent l hiver sur les brindilles et les feuilles tombées, dans l écorce ou encore sous les écailles des bourgeons. Elles germent lorsque la température et l humidité augmentent et sont propagés par le vent et les éclaboussures d eau. Symptômes : Apparition de taches rondes ou irrégulières, brune à rouge/noire, pouvant atteindre un diamètre de 6 mm. Ces taches peuvent fusionner et former de larges marbrures qui finissent par trouer la feuille. Les feuilles se dessèchent et peuvent chuter précocement. Conséquences sur les plantes : Dépréciations commerciales et affaiblissement général de la plante. Symptômes sur feuille

17 Gestion des maladies 17 Appliquer dès l observation des premiers symptômes, ou en préventif pendant les périodes propices au développement de la pourriture grise et quand les conditions de culture prédisposent aux épidémies (arrosage par aspersion, stockage des plants à une densité trop élevée, faible intensité lumineuse...). BOTRYL peut être utilisé sur toute la période de végétation, dès le développement des feuilles et jusqu au stade floraison. Les traitements pourront être répétés tous les 8 à 14 jours en cas de persistance de ces conditions favorables ou de pression de maladie importante, avec un maximum de 3 par cycle de culture. En cas de pulvérisation sur plantes fleuries, pour limiter les risques de brûlures ou de marquage par fortes températures, appliquer le produit en dehors des heures chaudes de la journée. Appliquer le produit en début de cycle de végétation, en préventif, dès l apparition des premières taches de mildiou à la dose de 0,2 l/hl. Renouveler l application après 7 jours si le risque persiste (humidité élevée et températures comprises entre 10 et 20 C), ou dès observation des premières taches. Sur plantes développées, le produit pouvant tacher les feuilles et les fleurs, ne pas appliquer FOLIO PRO en fin de cycle de culture. ORTIVA GOLD, produit de la famille des strobilurines, permet de gérer les rouilles qui touchent les arbres et arbustes d ornement. Limiter le nombre d application à 3 maximum par an. ORTIVA GOLD s utilise à la dose de 0,1 l/hl, dès l apparition des premiers symptômes. ORTIVA GOLD possède une excellente résistance au lessivage (après séchage de la bouillie, soit 1 à 2 heures) et une efficacité indépendante des températures. Sa persistance d action est de 2 à 4 semaines selon la pression de la maladie. En traitement du sol, utiliser SUBDUE GOLD pour lutter aussi bien contre les Phytophthora que les Pythium, et ELWEISS PRO pour lutter contre les Pythium. Ces deux produits s appliquent en préventif, quand les conditions sont favorables aux maladies, en programme, par arrosage. Eviter le contact entre le produit et les plantes. Appliquer SUBDUE GOLD au pot par pot, en solution, à la dose de 40 ml/ha ou 0,4 ml/l puis/ou ELWEISS PRO à la dose de 0,3 l/m 3. Sur semis et jeunes plants de pépinières, appliquer SUBDUE GOLD en arrosage (1 à 2 litres de bouillie par m²), à la dose de 0,25 ml/m² (soit 6,25 ml/hl) juste après le semis, le repiquage ou le rempotage puis/ou ELWEISS PRO à la dose de 0,3 l/m 3. SCOREnet s utilise dès l apparition des premiers symptômes ou en préventif sur les espèces très sensibles. SCOREnet s utilise à la dose de 0,05 l/hl. Renouveler si nécessaire les traitements à 14 jours d intervalle. Afin d éviter l apparition de résistance, utiliser SCOREnet en alternance avec des produits de famille chimique différente, ORTIVA GOLD par exemple, et limiter le nombre d applications à 3 par saison. Pour plus de renseignements :

18 18 Gestion des virus, bactéries et champignons La gestion des virus, des bactéries et des champignons est cruciale pour assurer des productions saines. La meilleure des préventions consiste à utiliser des semences ou des plants sains, désinfecter le materiel de culture et contrôler les insectes vecteurs de maladies. MENNO FLORADES est l outil idéal dans la désinfection des serres, abris et matériel de culture, et permet d obtenir un site de production sain et ainsi de réduire fortement les contaminations par des champignons, virus et bactéries. Contrairement aux maladies fongiques, cette stratégie de désinfection est d autant plus importante, qu il n existe aucune autre solution pour endiguer une contamination virale ou bactérienne. Désinfection bactéries, virus et champignons des serres, abris et matériels de culture Ce qu il faut retenir de MENNO FLORADES : - Seul désinfectant ayant une autorisation de mise sur le marché. - Efficace contre un très large spectre de pathogènes : champignons (spores), bactéries et virus (même encapsulés). - Pas de phase gazeuse et faible rémanence après séchage (une remise en culture rapide après les applications). - Utilisable selon plusieurs modalités : Trempage : pots, containers, plaques, outils,..., Arrosage ou pulvérisation : structures de serre (vitres, allées de béton, structures métalliques,...), engins et gros matériels (outils de tailles, tondeuses,...), aires de cultures (béton, hydronappes, aluminium,...),... - Pas d effet sur les auxiliaires introduits après séchage du produit. - Testé et reconnu efficace sur de nombreux organismes : Virus : ArMV, CyMV, ORSV, PFBV, PLCV, TMV, ToMV,... Bactéries : Agrobacterium tumefaciens, Clavibacter michiganensis ssp. Michiganensis, Erwinia amylovora,... Champignons : Alternaria sp., Botrytis cinerea, Pythium sp., Phytophtora,... Applicateur MENNO FLORADES : un générateur de mousse pour bien contrôler la désinfection Uniquement garanti pour l utilisation de MENNO FLORADES : Ne jamais mélanger ou utiliser un produit en particulier tout produit contenant de l acide paracétique. L applicateur MENNO FLORADES est fourni séparement du produit. - Une connexion simple et directe sur le tuyau d arrivée d eau, - Un réservoir de 3 litres qui permet de désinfecter une surface de 188 à 750 m 2 ( en fonction de la concentration utlisée), - Une garantie d appliquer la bonne concentration de MENNO FLORADES, - Un générateur de mousse qui rend l application très visible, - Une technique qui permet une bonne couverture et une plus longue exposition sur des surfaces lisses et verticales, - Une méthode qui évite la production d aérosols et d embruns néfastes à la sécurité de l application. 1. Poignée avec contrôle de valve et filtre à eau. 2. Générateur de mousse. 3. Buse colorée pour contrôle de la concentration (12 possibilités de concentration). 4. Tube d aspiration. 5. Filtre. 6. Réservoir ( 3 litres ). 7. Connecteur tuyau d eau. Pour plus de renseignements :

19 Gestion de la croissance 19 Ce qui nuit à la croissance : Chlorose ferrique Maladie : Carence en fer due soit à un manque de fer dans le substrat, soit à un excès de calcaire, qui bloque le fer dans le substrat. Symptômes : Jaunissement du limbe des jeunes feuilles, les nervures restant vertes. Conséquences : Diminution de la croissance, aspect chlorotique des plantes et dépréciation commerciale. Symptômes de carence SEQUESTRENE 138 FE 100 SG est un chélate de fer de l acide EDDHA. Composé organique complexe, il possède la propriété de maintenir (de séquestrer ) le fer sous forme soluble. Il le libère lentement sous une forme utilisable par les plantes, au fur et à mesure de leurs besoins. SEQUESTRENE 138 FE 100 SG est particulièrement bien adapté aux arbres et arbustes d ornement, il permet à la plante de mieux redémarrer après le rempotage ou la plantation. Rapidité d action reconnue : 1 à 2 semaines. Persistance d action : son effet dans la durée est également important car il va garantir la qualité des plantes au cours de l année, en les conservant bien vertes. Très bon équilibre entre les isomères Orto/Orto et Orto/ Para résultant d un procédé unique de fabrication afin de garantir un maximum d efficacité et de régularité. SEQUESTRENE 138 FE 100 SG s apporte par arrosage au pied des plantes, à la dose de 50 à 100 g/plante selon la taille (au-delà de 10 cm de diamètre : 150 à 200 g/plante), en évitant de mouiller les plantes avec les produits. Un léger arrosage après l application permet de rincer les feuilles. Adapter la quantité de bouillie à apporter à la taille des pots. SEQUESTRENE 138 FE 100 SG est autorisé en agriculture biologique. Grande stabilité dans sa teneur en fer EDDHA (forme assimilable par les plantes) indépendante des conditions de ph de l eau et de luminosité. Eviter : - Les substrats calcaires, - le dessèchement du substat qui accentue les symptômes de chlorose. - Apporter du SEQUESTRENE 138 FE 100 SG en arrosage dès l apparition de la chlorose, ou à l approche des ventes pour avoir des plantes attractives, - les symptômes sont réversibles, les feuilles redeviennent vertes dès l apport de fer. Pour plus de renseignements :

20 20 Principales adventices D après une enquête réalisée en octobre 2010 par Syngenta sur un panel de 254 pépiniéristes français, les adventices les plus fréquentes et préoccupantes sont regroupées dans le tableau ci-dessous par type de production et par classe de fréquence : Fréquence des pépinières Production de pleine terre (base : 167 pépiniéristes) Production hors sol (base : 198 pépiniéristes) 25 à 15 % Chiendents*, Liseron* Epilobe*, Cardamine* 14 à 10 % 9 à 5 % * jugées comme très difficile à contrôler. Chardon*, Pourpier*, Chénopodes, Epilobes*, Amarante* Rumex, Séneçon, Pâturin, Mouron, Prêle*, Erigéron, Cardamine Séneçon* Chiendents*, Pourpier, Erigéron, Pâturin, Trèfle, Oxalis, Saule, Mouron La totalité des adventices citées (hormis la prêle et le Saule) est décrite ci-après. AMARANTE REFLECHIE (Amaranthus retroflexus) Plantule : Cotylédons elliptiques, à sommet arrondi en massue, plus ou moins pétiolés, face inférieure souvent rouge violacé. Feuilles simples, elliptiques à ovales, à bord entier. Stade adulte : Peut dépasser 1m. Tige dressée avec de nombreuses ramifications basales, nettement velue de couleur blanc argenté. Feuilles ovales avec un pétiole poilu distinct, couleur vert foncé, d abord opposées puis alternes. Petite échancrure munie d un mucron au sommet du limbe. Bordure du limbe légèrement ondulée. Fleurs regroupées en un long épi terminal vert jaunâtre, muni à sa base de quelques épis axillaires coalescents, périanthe à 5 pièces linéaires, spatulées, pointes à bords émarginés. Fruit déhiscent par une fente. Plantule d Amarante Amarante adulte CARDAMINE HIRSUTE (Cardamine hirsuta) Plantule : Cotylédons allongés en forme de cuillère, premières feuilles réniformes, simples, puis feuilles divisées pennées. Stade adulte : 10 à 30 cm de hauteur, ressemble à du cresson. Plante hérissée à la base, à racine pivotante, tige flexueuse, branchue, anguleuse, glabre ou glabrescente, peu feuillée. Feuilles inférieures disposées en rosette ; feuilles alternes pennatiséquées (5 à 9 lobes), vert foncé. Feuilles caulinaires plus petites, pennatiséquées (1 à 3 lobes) à pilosité faible, pétiolées et peu nombreuses. Fleurs blanches et petites, disposées en grappes, longuement dépassées par les siliques inférieures. Fruits : siliques linéaires, légèrement plus étroites vers le sommet, 18 à 25 mm de long et 0,8 à 1 mm de large. Semences rectangulaires brunes, petites, non ailées. Plantule de Cardamine Cardamine adulte

Les principales maladies des cultures maraîchères protégées

Les principales maladies des cultures maraîchères protégées Les principales maladies des cultures maraîchères protégées Amira Mougou Hamdane M ed BéchirAllagui Journée de formation AVFA- 07 Avril 2015 Champignons foliaires -Oïdium -Mildiou - Alternariose - Pourriture

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Retrouvez le bulletin de santé du végétal sur le web...

Retrouvez le bulletin de santé du végétal sur le web... rédigé par Stéphane LAMARCHE - FREDON Pays de la Loire A C T U A L I T E S Tavelure Quelques taches, à surveiller. Carpocapse Fin du vol, la période à risque vis-à-vis des éclosions s achève. Tordeuses

Plus en détail

«Les macérations des plantes pour le jardin et le verger»

«Les macérations des plantes pour le jardin et le verger» Conférence sur le jardin naturel «Les macérations des plantes pour le jardin et le verger» AMIS DU COMPOST ET DU JARDIN DE CENTRE ALSACE Ces plantes qui nous veulent du bien Elles peuvent être : Stimulantes

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Cultures fruitières août 2013

Cultures fruitières août 2013 Cultures fruitières août 2013 Directeur de publication : Jean-Bernard GONTHIER, Président de la Chambre d'agriculture de La Réunion - 24, rue de la source BP 134-97463 St-Denis Cedex - Tél : 0262 94 25

Plus en détail

Fraise. Drosophila suzukii. N 15 10 août 2012

Fraise. Drosophila suzukii. N 15 10 août 2012 S O M M A I R E Fraise Drosophila suzukii Pucerons Duponchelia fovealis Acariens Thrips Punaises Aleurodes Tarsonèmes Noctuelles terricoles Oïdium Rhizopus Framboise Stades Culture hors-sol Culture sol

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté Bulletin N 11-24 juillet 2015 INSCRIPTIONS Si vous ne recevez pas le BSV Légumes chaque semaine, vous pouvez vous inscrire aux listes diffusion de votre choix

Plus en détail

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises Avant d utiliser des produits chimiques, vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web www.biobest.be Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

Plus en détail

Guide pratique pour les agriculteurs. Désherbage du maïs

Guide pratique pour les agriculteurs. Désherbage du maïs P A Y S D E L A L O I R E ( Guide pratique pour les agriculteurs Désherbage du maïs La nouvelle donne du désherbage L attente des agriculteurs est forte vis-à-vis du désherbage du maïs (notamment un certain

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Daniel Cormier, Ph. D. Institut de recherche et de développement d en agroenvironnement inc.. (IRDA), Québec, Canada Pourquoi

Plus en détail

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Auxiliaires Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Mouches Blanches L un des ravageurs les plus communs dans de nombreuses cultures. Lors d une forte attaque, la mouche blanche peut s avérer

Plus en détail

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive.

PLANTE : semi-dressée, de type feuillu (feuillage dense cachant entièrement ou presque entièrement les tiges); maturation tardive. (Solanum tuberosum) Dénomination proposée: AAC Alta Cloud Numéro de la demande: 12-7520 Date de la demande: 2012/02/22 Requérant: Colorado State University Research Foundation, Fort Collins, Colorado (États-Unis)

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal

Bulletin de santé du végétal Tous fr uitiers Le réseau d épidémio-surveillance en arboriculture (pomme, poire, cerise, prune) pour la région Centre comprend actuellement 44 parcelles tous piégeages confondus. Le réseau «carpocapse

Plus en détail

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Brigitte Duval, agronome (MAPAQ Nicolet) et Geneviève Labrie, Ph.D. (CÉROM) en collaboration avec Joëlle Cantin, stagiaire, Mathieu

Plus en détail

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Rencontre du groupe RAP Maïs sucré, 3 avril 2013 Jean-Philippe Légaré, M. Sc., biologiste-entomologiste, Laboratoire de diagnostic en

Plus en détail

Ver de la grappe: cochylis

Ver de la grappe: cochylis Fiche: 050 Ver de la grappe: cochylis (Eupoecilia ambiguella Hb.) Auteurs: P.-J. Charmillot, D. Pasquier, U. Remund et E. Boller Aire de répartition La cochylis de la vigne est une tordeuse dont l'aire

Plus en détail

Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor

Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor MISE EN GARDE : Les recettes de pesticides «maison» présentées ci-dessous (destinées à un usage domestique) sont données à

Plus en détail

CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS!

CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS! CARENCES ET DE MALADIES DANS LES PRODUCTIONS DE LÉGUMES DE SERRE : QUAND LA FERTILISATION ET LES PESTICIDES NE SUFFISENT PLUS! JACQUES THÉRIAULT AGR. M. SC. CLIMAX CONSEILS Principales carences en légumes

Plus en détail

Principaux bio-agresseurs émergents en cultures légumières sous abri. Yannie Trottin-Caudal / Ctifl Catherine Chabrière / APREL

Principaux bio-agresseurs émergents en cultures légumières sous abri. Yannie Trottin-Caudal / Ctifl Catherine Chabrière / APREL Ctifl Principaux bio-agresseurs émergents en cultures légumières sous abri Yannie Trottin-Caudal / Ctifl Catherine Chabrière / APREL Rencontres du végétal, 10 et 11 janvier 2011 Plan Caractérisation des

Plus en détail

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Par Jean-Paul Soucy, agr. Les acariens nuisibles en serre Tétranyque à deux points Tétranyque de Lewis Acariens des bulbes Mite du cyclamen/tarsonème du

Plus en détail

On la trouve partout!

On la trouve partout! On la trouve partout! Elle colonise les lieux où la terre nue permet sa germination : terrains défrichés, chantiers de construction, parcelles agricoles, etc. RHÔNE AIN HAUTE-SAVOIE LOIRE SAVOIE ISÈRE

Plus en détail

Pièges à insectes. Légumes Petits fruits Plantes ornementales

Pièges à insectes. Légumes Petits fruits Plantes ornementales Pièges à insectes Légumes Petits fruits Plantes ornementales Légumes plein champ Culture Ravageurs Type de piège Nombre de piège Remarques Carotte Mouche de la carotte Psila rosae Rebell orange Min. 2

Plus en détail

ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ

ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ ANNUELLES GERMINATION D ÉTÉ ITAB ANNUELLES GERMINATIONS D ÉTÉ AMARANTES AMARANTHUS RETROFLEXUS AMARANTHUS HYBRIDUS Famille des Amarantacées RÉPARTITION, FRÉQUENCE ET DENSITÉ EN FRANCE Originaires d Amérique

Plus en détail

Fleurs. bio-contrôle moyenne, variable faible Maladies Culture Ravageurs observés. Chrysanthème. Cyclamen. Fuchsia. Gerbera. Hortensia.

Fleurs. bio-contrôle moyenne, variable faible Maladies Culture Ravageurs observés. Chrysanthème. Cyclamen. Fuchsia. Gerbera. Hortensia. N 78-28 août 2014 Fleurs Plantes Fleurs coupées en pot comestibles importance En Bref : élevée bio-contrôle moyenne, variable faible Maladies Culture Ravageurs observés observées Auxiliaires observés Page

Plus en détail

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées?

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? La carie commune du blé Biologie du parasite et cycle de la maladie Étude bibliographique Et Observations D. CARON

Plus en détail

experts En cas de semence contaminée, les dégâts peuvent s exprimer dès la levée 1 ou à l épiaison 2 et 3.

experts En cas de semence contaminée, les dégâts peuvent s exprimer dès la levée 1 ou à l épiaison 2 et 3. les dossiers experts Juillet 2013 spécial MALADIES DE LA SEMENCE 1 «Pourriture des neiges» due à Microdochium nivale 2 Carie du blé 3 Charbon nu de l orge En cas de semence contaminée, les dégâts peuvent

Plus en détail

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte?

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? En culture de maïs, le pourcentage de surfaces traitées avec un insecticide avoisinne actuellement les 3

Plus en détail

Bulletin de Santé du Végétal

Bulletin de Santé du Végétal Bulletin de Santé du Végétal Zones Non Agricoles - LORRAINE Événements climatiques marquants : Variation importante des températures d un jour à l autre, propices au développement des oïdiums. La hausse

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Vigne. Porte-greffe : Richter 110

Vigne. Porte-greffe : Richter 110 Porte-greffe : Richter 110 1 Variétés Code GEVES Numéro de page Chasselas Doré de Fontainebleau Absente 2 Chasselas Panse Absente 3 Marseille Danlas A 4 Dattier de Beyrouth Absente 5 Gros vert Absente

Plus en détail

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Lesauxiliaires auxiliaires Les enarboriculture arboriculture en Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Insectes pollinisateurs : respecter les

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 10 5 juin 2015 Ce qu'il faut retenir Balanin : des balanins sont présents en verger et d'après les dissections de femelles et de mâles, les accouplements devraient commencer dans les prochains jours.

Plus en détail

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! Zone libérée des poux français Guide anti-poux Double efficacité: Elimine les poux Endommage la membrane chitineuse des lentes empêchant ainsi l éclosion de

Plus en détail

Guide d identification des principales maladies de la vigne

Guide d identification des principales maladies de la vigne Guide d identification des principales maladies de la vigne Guide d identification des principales maladies de la vigne Auteurs : Odile Carisse Réjean Bacon Jacques Lasnier Wendy McFadden-Smith Agriculture

Plus en détail

Vers de la grappe Eudémis (Lobesia botrana) Vers de la grappe Cochylis (Eupoecilia ambiguella)

Vers de la grappe Eudémis (Lobesia botrana) Vers de la grappe Cochylis (Eupoecilia ambiguella) LE GUIDE VITI D Principaux ravageurs: INSECTES Vers de la grappe Eudémis (Lobesia botrana) Symptômes Les chenilles pénètrent dans les boutons floraux, puis confectionnent un glomérule ou nid (plusieurs

Plus en détail

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Par : JONATHAN ROY, agronome Conseiller en agriculture biologique MAPAQ - Chaudière re-appalaches Journée e d information d «Serres modiques

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

RADICAL. Guide. pratique

RADICAL. Guide. pratique RADICAL Guide pratique Protéger son jardin avec des solutions naturelles : La lutte biologique permet de combattre les ravageurs du jardin sans utiliser des traitements nocifs. Elle apporte des solutions

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

LA LÉCANIE DE FLETCHER (Parthenolecanium fletcheri)

LA LÉCANIE DE FLETCHER (Parthenolecanium fletcheri) Pépinières ornementales Avertissement No 06 8 juillet 2014 La lécanie de Fletcher. Le charançon noir de la vigne et le charançon de la racine du fraisier. Les mineuses du thuya. Les tétranyques. LA LÉCANIE

Plus en détail

AGRICULTURE BIOLOGIQUE. Conception/Réalisation : Service Communication CDA31-Février 2010

AGRICULTURE BIOLOGIQUE. Conception/Réalisation : Service Communication CDA31-Février 2010 L AUBERGINE Plante des régions chaudes, de la famille des solanacées, originaire de l Inde, l aubergine s est implantée en France au XVIIIe siècle dans le Sud-Est à Barbentane. L aubergine est une plante

Plus en détail

LCBC CABC O. HERMANN. Institut Royal Belge pour l'amérlioration de la Betterave (IRBAB/KBIVB) Tienen (Tirlemont), Belgique

LCBC CABC O. HERMANN. Institut Royal Belge pour l'amérlioration de la Betterave (IRBAB/KBIVB) Tienen (Tirlemont), Belgique LCBC CABC Reconnaître les maladies foliaires de la betterave au champ O. HERMANN Institut Royal Belge pour l'amérlioration de la Betterave (IRBAB/KBIVB) Tienen (Tirlemont), Belgique Publication réalisée

Plus en détail

HORTICULTURE RAVAGEURS

HORTICULTURE RAVAGEURS BULLETIN N 3 DU 29 MARS 2013 A noter : Horticulture :Avec la saison qui avance et les développements foliaires qui apparaissent, on voit émerger quelques nouveaux ravageurs. Mais au vu des conditions climatiques

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

metaconazole Version septembre 2012

metaconazole Version septembre 2012 Fongicide metaconazole Version septembre 01 Cinch Pro Fongicide céréales, colza, pois, et lupin Régulateur de croissance du colza d hiver Perte des usages : Féveroles : pourriture grise et sclérotiniose,

Plus en détail

CONCOURS EXTERNES IT 2014 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION. Durée : 1 heure 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 89. Corps : Technicien

CONCOURS EXTERNES IT 2014 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION. Durée : 1 heure 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 89. Corps : Technicien CONCOURS EXTERNES IT 2014 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 1 heure 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 89 Corps : Technicien BAP : A : Science du vivant Production et expérimentation végétales Emploi-type

Plus en détail

La maintenance des terrains de sport communaux engazonnés

La maintenance des terrains de sport communaux engazonnés La maintenance des terrains de sport communaux engazonnés Pourquoi? Comment? Quand? A savoir Tonte - Supprimer la dominance apicale en coupant l extrémité de la feuille densification du gazon par formation

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Fraise. Drosophila suzukii. N 12 13 juillet 2012

Fraise. Drosophila suzukii. N 12 13 juillet 2012 S O M M A I R E Fraise Drosophila suzukii Duponchelia fovealis Pucerons Acariens Thrips Aleurodes Tarsonèmes Punaises Noctuelles terricoles Oïdium Framboise Stade Culture hors-sol Culture sol N 12 13 juillet

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f)

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f) LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME Folle avoine La lutte chimique est la méthode qui donne le plus de résultat. Les faux semis ont peu d intérêt avant culture d automne. Le labour

Plus en détail

Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND

Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ADMINISTRATION DES EAUX ET FORETS COMMISSION D'ÉTUDES DES ENNEMIS DES ARBRES, DES BOIS ABATTUS ET DES BOIS MIS EN ŒUVRE Bulletin n 6 LA MALADIE DU ROND On appelle «maladie du

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

du 4/09/2014 Tavelure : risque de contaminations secondaires en parcelles tavelées

du 4/09/2014 Tavelure : risque de contaminations secondaires en parcelles tavelées fruitière Ce qu il faut retenir Tavelure : risque de contaminations secondaires en parcelles tavelées Carpocapse des pommes et des poires : Le 2 ème vol s achève. Punaises phytophages : dégâts en recrudescence.

Plus en détail

Lutte contre Tuta absoluta, un nouveau ravageur qui envahit l Europe

Lutte contre Tuta absoluta, un nouveau ravageur qui envahit l Europe Lutte contre Tuta absoluta, un nouveau ravageur qui envahit l Europe Judit Arnó and Rosa Gabarra, IRTA, Cabrils, Espagne De gauche à droite à partir du haut : tomates saines, Tuta absoluta adulte, feuille

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

L arbre près de chez moi

L arbre près de chez moi L arbre près de chez moi Module 3 Les arbres et le stress Résumé du module 3 Les élèves découvrent l influence de l environnement sur le développement de l arbre et les maladies qui peuvent l affecter.

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes Fixer un lieu précis de la cour avec les élèves pour observer les manifestations

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Conditions climatiques

Conditions climatiques Bulletin N 6 du 12 juin 2015 INFORMATIONS Evolution moyenne des ravageurs et de leurs auxiliaires qui n ont jamais été aussi présents et limitent efficacement les populations comme en ce qui concerne les

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

Punaises de lit. Les habitations peuvent être infestées par les punaises de différentes manières.

Punaises de lit. Les habitations peuvent être infestées par les punaises de différentes manières. Punaises de lit De récents rapports indiquent que la fréquence des punaises a été multipliée par 500 % ces dernières années il ne fait, du moins, aucun doute que leurs populations augmentent. Un certain

Plus en détail

écologique Guide des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN

écologique Guide des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN Guide écologique des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique Préface de Denis Cheissoux Sang de la Terre et Groupe

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

Bulletin disponible sur http://www.limousin.synagri.com/, http://draaf.limousin.agriculture.gouv.fr/ et sur http://www.fredon-limousin.

Bulletin disponible sur http://www.limousin.synagri.com/, http://draaf.limousin.agriculture.gouv.fr/ et sur http://www.fredon-limousin. POMME - POIRE Campagne 2013 Bulletin n 3-8/03/2013 Bulletin élaboré sur la base des observations réalisées dans le cadre du réseau Limousin par la FREDON, la Chambre d agriculture de Corrèze, la Chambre

Plus en détail

Faits marquants : Climatologie : un mois de Mai historiquement sec et un début Juin très chaud Pommier & Poirier

Faits marquants : Climatologie : un mois de Mai historiquement sec et un début Juin très chaud Pommier & Poirier Bulletin n 15 / 2015 Faits marquants : Climatologie : un mois de Mai historiquement sec et un début Juin très chaud Pommier & Poirier - Développement végétatif : grossissement du fruit en cours - Tavelure

Plus en détail

Contre les Insectes en Général

Contre les Insectes en Général les Insectes en Général Nettoyant, désodorisant Le Bicarbonate De Soude a bien des vertus! Derrière sa poudre blanche, fine et sans odeur se cache un puissant insecticide biodégradable et non toxique pour

Plus en détail

Le printemps et l été du compost

Le printemps et l été du compost Le printemps et l été du compost Le printemps du compost 1 A la sortie de l hiver, le compost est souvent trop tassé et/ou trop humide. Il faut, avant les nouveaux apports, penser à bien l aérer en faisant

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Méligèthe du colza. Comment le reconnaître? Numéro de commande 1484, Édition pour la Suisse, 2014. Dernière actualisation 02.06.

FICHE TECHNIQUE. Méligèthe du colza. Comment le reconnaître? Numéro de commande 1484, Édition pour la Suisse, 2014. Dernière actualisation 02.06. FICHE TECHNIQUE Méligèthe du colza Introduction L huile de colza bio est recherchée, mais la culture de colza bio est très exigeante. En particulier, le méligèthe du colza peut provoquer de fortes pertes

Plus en détail

FICHES DESCRIPTIVES DES PRINCIPAUX CEPAGES DE LA REGION BORDELAISE

FICHES DESCRIPTIVES DES PRINCIPAUX CEPAGES DE LA REGION BORDELAISE FICHES DESCRIPTIVES DES PRINCIPAUX CEPAGES DE LA REGION BORDELAISE Introduction avertissement Ces fiches descriptives représentent l ensemble des caractéristiques et des informations destinées à définir

Plus en détail

Notice Kocide Opti. DuPont. Opti. Kocide. Kocide Opti. La protection cuivre à petite dose

Notice Kocide Opti. DuPont. Opti. Kocide. Kocide Opti. La protection cuivre à petite dose Notice Kocide DuPont Kocide Kocide La protection cuivre à petite dose Les enjeux du cuivre en viticulture Le cuivre est un fongicide de contact à action strictement préventive, doté d un mode d action

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal

Bulletin de santé du végétal Bulletin de santé du végétal N 08 Zones non agricoles du 13/09/2013 EN BREF Comité technique ZNA : plus d info à la fin du bulletin Etats sanitaires des fruits : tavelure et carpocapse. Tomate : risque

Plus en détail

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires CHOU BIOLOGIQUE Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires Essai de plein champ conditions expérimentales 1 Auteurs : Christian ICARD (Ctifl-SERAIL), Nadine

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

Alcool à friction 70% : insecticide Ex60 ml d alcool dans 1 l d'eau Attention faire des essais, peut brûler les plantes.

Alcool à friction 70% : insecticide Ex60 ml d alcool dans 1 l d'eau Attention faire des essais, peut brûler les plantes. Recettes maison contre les ravageurs et les maladies Mises en garde : Les recettes de pesticides maison présentées ci-dessous (destinées à un usage domestique) sont données à titre informatif seulement.

Plus en détail

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE Identification Nom français : Punaise terne Nom latin : Lygus lineolaris Nom anglais : Tarnished plant bug Ordre : Hemiptera Famille

Plus en détail

Guide pratique. Composter dans son jardin

Guide pratique. Composter dans son jardin Guide pratique Composter dans son jardin Faire son compost soi-même constitue la meilleure façon de recycler ses déchets de cuisine et de jardin, tout en produisant un excellent fertilisant. Ce guide vous

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Bulletin d information CULTURES EN SERRES No 17 1 er mars 2004 RÉGULATEURS DE CROISSANCE EN ORNEMENTAL : GUIDE DES BONNES PRATIQUES La majorité des régulateurs de croissance employés en floriculture sont

Plus en détail

Qui bourdonne au jardin? Complément

Qui bourdonne au jardin? Complément Qui bourdonne au jardin? Complément 1. Bourdon terrestre Description : noir, jaune et blanc. Bande jaune à l avant du thorax. Très velu. Langue relativement courte. Ouvrière 11 à 17 mm, 4 ailes, dard à

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013 Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013 A retenir Maïs Fin du vol de pyrale, mais les premières larves sont visibles dans les tiges, peu d Héliothis cette semaine. Betteraves sucrières

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 2 29 avril 2015 Ce qu'il faut retenir Stade : 4 feuilles à 8 feuilles. Les faucillages sont en cours sur les stades plus avancés. Limaces : Présentes sur 16% des surfaces sans dégât important. Pourriture

Plus en détail

DÉSHERBAGE GÉNÉRALITÉS

DÉSHERBAGE GÉNÉRALITÉS LÉGENDE ITINÉRAIRE OIGNON VERT ph idéal : 5,3-5,8 acides Cultivar résistant : - pour récolte en saison : variété au feuillage court - pour récolte à l automne : variété au feuillage long - maladies Prioriser

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 31 du 27/08/2013

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 31 du 27/08/2013 Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 31 du 27/08/2013 A retenir Maïs Fin du vol de pyrale, les premières larves sont visibles dans les tiges, l Héliothis est toujours présent. Betteraves sucrières

Plus en détail

La pourriture grise est un complexe de champignon appartenant à l espèce Botrytis cinerea. Il provoque des dégâts sur les grappes à maturité.

La pourriture grise est un complexe de champignon appartenant à l espèce Botrytis cinerea. Il provoque des dégâts sur les grappes à maturité. Juin 2015 POURRITURE GRISE La pourriture grise est un complexe de champignon appartenant à l espèce Botrytis cinerea. Il provoque des dégâts sur les grappes à maturité. Cycle et biologie des contaminations

Plus en détail

>Si j ai réussi, je suis capable de

>Si j ai réussi, je suis capable de Fiche 10 Rechercher des informations sur Internet La plupart des informations disponibles sur Internet sont gratuites à la consultation. Elles sont présentées par des personnes ou des organisations qui

Plus en détail

HORTICULTURE. Momies de Praon BULLETIN N 04 DU 29 AVRIL 2011. Page 1 / 8 A RETENIR : RAVAGEURS. Thrips

HORTICULTURE. Momies de Praon BULLETIN N 04 DU 29 AVRIL 2011. Page 1 / 8 A RETENIR : RAVAGEURS. Thrips BULLETIN A RETENIR : Horticulture : - Attention aux populations de pucerons et thrips qui peuvent encore exploser. - Attention à l'arrivée des pluies et donc de l'humidité favorisant le développement de

Plus en détail

Estimer le poids spécifique du maïs bien mûri après le séchage... 17-4. Classement... 17-15

Estimer le poids spécifique du maïs bien mûri après le séchage... 17-4. Classement... 17-15 17. Maïs Détermination du taux d impuretés... 17-2 Définitions... 17-2 Impuretés non déclarées... 17-2 Procédure normale de nettoyage... 17-2 Composition des impuretés... 17-3 Estimer le poids spécifique

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail