les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques"

Transcription

1 les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

2 L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction agréés entre 2006 et 2010 Décembre 2012

3 Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service Pilotage & Statistiques d Audiens. Audiens Service Pilotage & Statistiques 74 rue Jean Bleuzen Vanves Cedex Tél. : Carole Perraut Centre national du cinéma et de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck Paris cedex 16 Tél : Fax : Fanny Beuré, Benoît Danard, Caroline Jeanneau ISSN : L emploi dans les films cinématographiques

4 Sommaire Introduction et méthodologie... 4 Synthèse... 6 I. Périmètre d analyse... 8 II. L emploi dans les films cinématographiques...11 III. L emploi dans les films selon l année d agrément...15 IV. L emploi dans les films selon le bénéfice du crédit d impôt...21 V. L emploi dans les films selon le devis de production...27 VI. Annexe : liste des films du périmètre de l étude...37 L emploi dans les films cinématographiques 3

5 Introduction et méthodologie Pour la troisième année consécutive, le Centre national du cinéma et de l image animée, en collaboration avec Audiens, a réalisé une étude sur l emploi dans les films cinématographiques de fiction. Les données analysées dans cette étude sont issues des déclarations nominatives annuelles des salaires faites à Audiens par les entreprises concernées. Audiens est le groupe de protection sociale dédié aux secteurs de la culture, de la communication et des médias. A ce titre, les entreprises de ces secteurs d activité sont tenues d adhérer aux institutions de retraite complémentaire d Audiens. Chaque année, elles doivent fournir une déclaration nominative annuelle des salaires qui permet à Audiens d'attribuer les points de retraite à chaque salarié. Ces déclarations contiennent notamment, pour chaque période d'activité déclarée, l'identité du salarié, les dates de début et de fin d'activité, la catégorie professionnelle ainsi que le salaire brut après abattement pour frais professionnels pour les professions qui peuvent bénéficier de cette déduction. Pour l activité de production de films cinématographiques, les entreprises déclarant des salaires à Audiens effectuent ces déclarations film par film. Cette pratique permet d isoler l emploi intermittent spécifiquement dédié à chaque œuvre et simplifie l analyse de l emploi consacré à la production cinématographique. Le périmètre d analyse de cette étude comprend 664 films d initiative française de fiction cinématographique ayant reçu l agrément des investissements (ou, à défaut, directement l agrément de production) en 2006, 2007, 2008, 2009 ou 2010 et qui ont pu être identifiés dans les déclarations recueillies par Audiens. Du fait de la nature différente de l emploi nécessaire à leur fabrication, les longs métrages documentaires et d animation ont été exclus de l analyse. L étude concerne l emploi intermittent déclaré pour la production de ces films, quelle que soit l année d emploi à laquelle il est fait référence. Elle exclut l emploi que les entreprises de production pourraient déclarer à d autres titres que les films à proprement parler. Elle exclut donc notamment l emploi permanent des entreprises concernées. Les différentes catégories professionnelles mentionnées sont : - les artistes interprètes ; - le personnel technique bénéficiant du statut de cadre ; - le personnel technique ne bénéficiant pas du statut de cadre. 4 L emploi dans les films cinématographiques

6 Le classement en tant que cadre ou non cadre s'appuie sur la convention collective appliquée par chaque entreprise, les fonctions de cadres étant homologuées par l'agirc. Les notions d'artiste et de technicien font référence à la nature même de l'emploi : un artiste interprète ou crée une œuvre de l'esprit ; un technicien occupe une fonction technique. Sont définis comme intermittents du spectacle les salariés cadres et non cadres techniques et artistiques employés en contrat à durée déterminée d'usage. Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu pourra être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il sera compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. La masse salariale telle qu elle est appréhendée dans cette étude correspond aux salaires bruts après abattement pour frais professionnels. L emploi déclaré pour la production des 664 films d initiative française de fiction cinématographique du périmètre de l étude sera analysé selon plusieurs critères : - l année d agrément du film (2006, 2007, 2008, 2009 ou 2010) - le bénéfice ou non du crédit d impôt pour le film (oui / non) - le montant du devis de production du film (5 tranches : moins de 1 M / 1 M à 4 M / 4 M à 7 M / 7 M à 15 M / 15 M et plus). Le crédit d impôt en matière cinématographique permet à une société de production, sous certaines conditions, de déduire de son imposition 20 % de certaines dépenses de production (dépenses dites éligibles), sous un plafond de 1 M par film. Il est subordonné à la délivrance d un agrément à titre provisoire puis d un agrément à titre définitif. Ce dernier ne peut cependant être délivré que si l œuvre a préalablement donné lieu à la délivrance d un agrément de production au titre du soutien financier du CNC, constatant l octroi définitif de celui-ci. Il convient de signaler que, pour certains des 664 films étudiés dans cette étude, la mesure de l emploi telle qu elle ressort des déclarations recueillies par Audiens peut s avérer partielle. En effet, pour certains films (notamment de coproduction) dont le tournage s est partiellement déroulé hors de France, il est possible qu une partie de l emploi n ait pas été déclarée à Audiens car relevant d une entreprise de production sans établissement en France. Il est important de préciser que cette étude prend uniquement en compte l emploi déclaré par le producteur délégué, ce que ne correspond pas à une mesure exhaustive de l emploi mobilisés pour la production d un film. Sont, par exemple, exclus les sous-traitants employés par les producteurs exécutifs, ainsi que les industries techniques. L emploi dans les films cinématographiques 5

7 Synthèse Le Centre national du cinéma et de l image animée, en collaboration avec Audiens, a réalisé pour la troisième année consécutive une étude sur l emploi dans les films cinématographiques. Les données analysées dans cette étude sont issues des déclarations nominatives annuelles des salaires faites à Audiens par les entreprises concernées. Le périmètre d analyse pour cette étude inclut 664 films d initiative française de fiction cinématographique ayant reçu l agrément des investissements (ou, à défaut, directement l agrément de production) entre 2006 et 2010 et qui ont pu être identifiés dans les déclarations recueillies par Audiens. L étude concerne l emploi déclaré pour la production de ces films, quelle que soit l année d emploi à laquelle il est fait référence. Elle exclut l emploi que les entreprises de production pourraient déclarer à d autres titres que les films à proprement parler. Elle exclut donc notamment l emploi permanent des entreprises concernées. Près de intermittents et une masse salariale de 725 M pour 664 films La production des 664 films de fiction de la période a mobilisé intermittents et a généré plus de 725 M de masse salariale. Plus de 80 % des effectifs intermittents sont salariés en tant qu artistes interprètes (81,9 %). Ces derniers reçoivent moins d un tiers de la masse salariale totale (32,1 %). Les personnels techniques bénéficiant du statut de cadre représentent 5,3 % des effectifs totaux et mobilisent 36,6 % de la masse salariale globale. Les emplois techniques non cadres concernent 12,9 % des intermittents employés pour la production de l ensemble des films et 31,3 % de la masse salariale. La majorité (57,4 %) des intermittents salariés pour la production de films cinématographiques de fiction sont des hommes. Ils captent plus des deux tiers (68,8 %) de la masse salariale. En termes d effectifs comme en termes de masse salariale, la répartition de l emploi selon la catégorie professionnelle est globalement similaire pour les cinq années d agrément. Les artistes interprètes composent 73,0 % des effectifs et captent 32,0 % de la masse salariale pour les films agréés en 2006, contre respectivement 75,2 % et 33,5 % pour ceux agréés en Parallèlement, les cadres représentent 8,5 % des effectifs et mobilisent 36,5 % de la masse salariale pour les films agréés en 2006, contre 7,8 % et 37,8 % pour ceux agréés en Une rotation importante des effectifs Les trois quarts (75,0 %) des individus ayant participé à la production des films au cours des cinq années sont intervenus sur un seul film. Une très grande majorité des artistes interprètes n a participé qu à un seul film de l échantillon (81,0 %). Néanmoins, 12,3 % d entre eux ont été employés sur deux ou trois films et 6,7 % sur quatre films ou davantage. La part des individus ayant participé à plusieurs films est plus importante parmi les emplois techniques. 52,0 % des cadres et 48,0 % des non cadres ont ainsi été salariés sur au moins deux films de l échantillon. Au global, moins de 11 % des intermittents ont travaillé sur au moins quatre films en cinq ans. Parmi les intermittents ayant travaillé sur au moins 6 L emploi dans les films cinématographiques

8 un film de l ensemble de l échantillon, individus, soit 3,0 % des effectifs totaux, ont travaillé sur au moins un film de chaque année d agrément considérée. 387 intermittents en moyenne par film Sur l ensemble de la période, la production d un film de fiction emploie en moyenne 387 intermittents dont 289 artistes interprètes (72,5 %), 78 techniciens non cadres (19,6 %) et 32 cadres techniques (7,9 %). Ces intermittents sont majoritairement de sexe masculin : 236 hommes (61,0 %) et 151 femmes (39,0 %) en moyenne par film. En moyenne, 1,09 M est consacré à la masse salariale des intermittents sur un film. L effectif intermittent moyen s établit à 376 individus pour les films agréés en 2006, à 430 pour ceux agréés en 2007, à 411 pour ceux agréés en 2008, à 354 pour ceux agréés en 2009 et à 364 pour ceux agréés en Les films bénéficiaires du crédit d impôt emploient davantage d intermittents Les films de fiction ayant bénéficié du crédit d impôt cinéma sur la période ont mobilisé intermittents et ont généré 619,75 M de masse salariale, soit 85,5 % du total. Pour les films avec crédit d impôt, les emplois artistiques mobilisent 82,3 % des intermittents, contre 60,3 % pour les films sans crédit d impôt. Parallèlement, 35,3 % de la masse salariale est dévolue aux cadres pour les films avec crédit d impôt, contre 44,6 % pour les films sans crédit d impôt. Les films ne bénéficiant pas du crédit d impôt emploient pour leur production moins d intermittents déclarés en France. Le niveau moyen de devis et la non comptabilisation d une partie de l emploi expliquent ce phénomène. L effectif intermittent moyen s établit à 451 individus pour les films bénéficiaires du crédit d impôt et à 148 pour les films sans crédit d impôt. Les masses salariales moyennes respectives s établissent à 1,18 M et à 0,75 M. Plus le devis d un film est élevé, plus le nombre d intermittents est important En moyenne, plus le devis d un film est élevé, plus le nombre d intermittents employés pour sa production est important. L effectif intermittent moyen s établit à 78 individus pour les films à devis inférieur à 1 M, à 196 individus pour les films dont le devis est compris entre 1 M et 4 M, à 427 pour les films dont le devis est compris entre 4 M et 7 M, à 588 pour les films dont le devis est compris entre 7 M et 15 M et à 738 pour les films dont le devis est supérieur à 15 M. Les masses salariales moyennes par film augmentent également avec le devis du film, passant de 114 k pour les films à devis inférieur à 1 M à 3,27 M pour les films à plus de 15 M. La part des emplois artistiques dans l ensemble des intermittents embauchés pour la fabrication d une fiction d initiative française augmente avec le devis de production. Ainsi, 62,5 % des emplois sont-ils occupés par des artistes interprètes pour les films dont le devis est inférieur à 1 M, contre 78,3 % pour les films dont le devis est supérieur ou égal à 7 M. Parallèlement, la part de masse salariale réservée aux emplois cadres diminue quand le devis de production augmente, passant de 49,3 % pour les films à moins de 1 M à 34,8 % pour les films à plus de 7 M. Cette diminution s opère majoritairement au bénéfice de la part de masse salariale dévolue aux artistes interprètes. L emploi dans les films cinématographiques 7

9 I.Périmètre d analyse L objectif initial de cette étude était d analyser l emploi lié à la production des 771 œuvres cinématographiques de fiction d initiative française ayant reçu l agrément des investissements (ou, à défaut, directement l agrément de production) en 2006, 2007, 2008, 2009 ou L examen des déclarations nominatives de salaires recueillies par Audiens a permis d identifier 664 films de cette liste initiale, soit 86,1 % d entre eux. L étude porte finalement sur ces 664 œuvres (cf. liste des films du périmètre de l étude en annexe). Identification des films du périmètre initial visé nombre % Films agréés par le CNC ,0 Films identifiés par Audiens ,1 Films non identifiés par Audiens ,9 1 Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et films de fiction d initiative française agréés entre 2006 et 2010 n ont ainsi pas pu être identifiés par Audiens ou n ont pas déclarés d activité à ce jour (cf. liste des films d initiative française de fiction agréés en 2006, 2007, 2008, 2009 ou 2010 exclus de l étude, page 49). Deux raisons peuvent expliquer ce défaut : - Les sociétés de production ayant enregistré l emploi lié aux films en question sont des entreprises étrangères sans établissement en France. Dans ce cas, les salariés travaillant en France doivent, le cas échéant, être déclarés au titre de leur retraite complémentaire au groupe Taibout et non à Audiens, ce qui exclut la possibilité de trouver ces films dans les - A titre exceptionnel, une entreprise peut déclarer l activité relative à une production de film cinématographique sur sa société mère et non sur un établissement spécifique dédié au film en question. C est notamment le cas pour les œuvres à faible budget, qui ont peu de charges à déclarer en propre. La limitation du périmètre d analyse aux 664 titres identifiés dans les bases de données d Audiens a peu d incidence sur la représentativité de l échantillon final en fonction de l année d agrément. En effet, sur l ensemble de la période, 86,1 % des films de fictions agréés par le CNC sont identifiés. Ce taux s établit à 83,7 % pour les films agréés en 2006 et à 86,4 % pour ceux agréés en Films du périmètre d analyse selon l année d agrément total Films agréés par le CNC Films identifiés par Audiens taux d'identification (%) 83,7 86,5 85,1 88,7 86,4 86,1 Films non identifiés par Audiens Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et L emploi dans les films cinématographiques

10 Ainsi, 17,8 % des films qui seront analysés sont-ils agréés en 2006, contre 18,3 % des films visés au départ. 20,3 % des films du périmètre sont agréés en 2007 (20,2 % de l ensemble des films agréés), 19,7 % sont agréés en 2008 (20,0 % de l ensemble), 20,2 % sont agréés en 2009 (19,6 % de l ensemble) et 22,0 % en 2010 (21,9 % de l ensemble). Répartition des films du périmètre d analyse selon l année d agrément Films agréés par le CNC1 Films identifiés par Audiens ,9% ,6% ,3% ,0% ,2% ,0% ,2% ,8% ,7% ,3% 1 Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et En revanche, pour les raisons explicitées ci-dessus, la restriction du périmètre déforme la représentativité de l échantillon en termes de répartition des devis de production. En effet, si 91,4 % des films de fiction présentant un devis supérieur à 1 M sont identifiés dans les bases de données d Audiens, c est le cas de seulement 36,5 % des films de fiction dont le devis est inférieur à 1 M. Films du périmètre d analyse selon le montant du devis de production <1M 1M -4M 4M -7M 7M -15M >15M total Films agréés par le CNC Films identifiés par Audiens taux d'identification (%) 36,5 84,4 95,0 98,3 100,0 86,1 Films non identifiés par Audiens Fictions cinématographiques d initiative française agréés entre 2006 et Le périmètre d analyse réduit élimine donc majoritairement des films de fiction à faible devis pour lesquels l analyse de l emploi apparaitra moins significative. Parmi les films qui seront analysés, 4,1 % présentent un devis inférieur à 1 M, contre 9,6 % de l ensemble de l échantillon visé initialement. Répartition des films du périmètre d analyse selon le montant du devis de production Films agréés par le CNC1 7M - 15M 23,3% >15M 7,1% 4M -7M 18,3% <1M 9,6% 1M -4M 41,6% Films identifiés par Audiens 7M - 15M 26,7% >15M 8,3% 4M - 7M 20,2% <1M 4,1% 1M - 4M 40,8% 1 Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et L emploi dans les films cinématographiques 9

11 Parallèlement, dans la mesure où certains films non identifiés sont partiellement ou intégralement tournés à l étranger, la limitation du périmètre d analyse accentue le poids des films qui bénéficient du crédit d impôt. Ainsi, 95,3 % des films avec crédit d impôt font partie de l analyse, contre seulement 63,5 % des films sans crédit d impôt. Les films avec crédit d impôt représentent 78,8 % du périmètre d analyse, contre 71,2 % des films de fictions agréés par le CNC. Films du périmètre d analyse selon le bénéfice du crédit d impôt avec crédit sans crédit d impôt d impôt total Films agréés par le CNC Films identifiés par Audiens taux d'identification (%) 95,3 63,5 86,1 Films non identifiés par Audiens Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et Films agréés par le CNC 1 Films identifiés par Audiens sans CI 28,8% sans CI 21,2% avec CI 71,2% avec CI 78,8% 1 Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et Malgré ces écarts, les 664 films identifiés dans les bases de données d Audiens permettent une analyse détaillée de l emploi et de la masse salariale consacrés à la production des fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et L emploi dans les films cinématographiques

12 II. L emploi dans les films cinématographiques Pour mémoire, ne sont considérés dans cette étude que les emplois intermittents déclarés pour la production des 664 films identifiés. Les effectifs sont déterminés par le comptage des individus ayant été déclarés sur au moins un film (un individu déclaré sur plusieurs films n est compté qu une seule fois). La notion de masse salariale retenue dans cette étude correspond aux salaires bruts après abattements pour frais professionnels, tels qu ils sont déclarés auprès d Audiens. La production des 664 films de l échantillon a mobilisé intermittents et a généré plus de 725 M de masse salariale. Emploi dans les films cinématographiques 1 non hommes femmes cadres artistes total cadres effectifs totaux masse salariale totale (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. Plus des quatre cinquièmes des effectifs intermittents sont salariés en tant qu artistes interprètes (81,9 %). Ces derniers reçoivent pourtant moins d un tiers de la masse salariale totale (32,1 %). Les personnels techniques bénéficiant du statut de cadre représentent 5,3 % des effectifs totaux et mobilisent 36,6 % de la masse salariale globale. Les emplois techniques non cadres concernent 12,9 % des intermittents employés pour la production de l ensemble des films et captent 31,3 % de la masse salariale globale. Répartition de l emploi dans les films cinématographiques selon la catégorie professionnelle Effectifs cadres; 5,3% Masse salariale non cadres; 12,9% artistes; 32,1% cadres; 36,6% artistes; 81,9% non cadres; 31,3% L emploi dans les films cinématographiques 11

13 La majorité des intermittents salariés pour la production de films de fiction cinématographique sont des hommes. Ces derniers représentent 57,4 % des effectifs et captent plus des deux tiers (68,8 %) de la masse salariale, ce qui traduit une inégale répartition de la masse salariale selon le sexe. Cet écart peut, en partie, s expliquer par le fait que 6,2 % des hommes ont participé à la production d au moins un film de l échantillon en y occupant un poste de cadre, contre seulement 4,6 % des femmes. Répartition de l emploi dans les films cinématographiques selon le sexe Effectifs Masse salariale femmes 42,6% hommes 57,4% femmes 31,2% hommes 68,8% L emploi est essentiellement déclaré sur les années correspondant aux années d agrément retenues dans l analyse (97,7 % de la masse salariale est déclarée entre 2006 et 2010). L agrément des investissements précède généralement le début du tournage des films de quelques jours, ce qui explique la concordance entre année d agrément et année d emploi de la majorité des effectifs mobilisés pour la production. Néanmoins, la fabrication des 664 films concernés avait mobilisé 0,7 % de la masse salariale totale dès 2005 et en mobilise encore 1,6 % en Répartition de la masse salariale dans les films cinématographiques selon l année de déclaration total masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,7 17,3 22,6 21,2 18,1 18,6 1,6 100,0 Les trois quarts des individus ayant participé à la production des films du périmètre sont intervenus sur un seul film en cinq ans. C est un peu plus le cas des femmes (77,1 % d entre elles) que des hommes (73,4 %). A l inverse, moins de 11 % des intermittents ont travaillé sur au moins quatre films en cinq ans. C est le cas de 12,0 % des hommes et de 9,5 % des femmes. 12 L emploi dans les films cinématographiques

14 Effectifs selon le nombre de films auxquels ils ont participé 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total un film deux films trois films quatre films cinq films six films et plus total Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. Une très grande majorité des artistes interprètes n a participé qu à un seul film de l échantillon (81,0 %). Néanmoins, 12,3 % d entre eux ont été employés sur deux ou trois films et 6,7 % sur quatre films ou davantage. La part des individus ayant participé à plusieurs films est plus importante parmi les emplois techniques. 52,0 % des cadres et 48,0 % des non cadres ont ainsi été salariés sur au moins deux films de l échantillon. Au sein de chaque catégorie, près d un quart des effectifs a travaillé sur quatre films ou plus (26,9 % des cadres et 26,6 % des non cadres). Répartition des effectifs selon le nombre de films auxquels ils ont participé (%) total 75,0 14,1 4,3 6,7 artistes 81,0 12,3 2,8 3,9 non cadres 52,0 21,4 10,2 16,5 cadres 48,0 25,1 11,1 15,8 femmes 77,1 13,4 3,9 5,6 hommes 73,4 14,6 4,5 7,5 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% un film 2 ou 3 films 4 ou 5 films 6 films ou plus Le nombre d intermittents par film est très variable. Ainsi, 22,0 % des films ont-ils employé moins de 100 intermittents et, à l opposé, 30,1 % en ont employés plus de 500, toutes catégories professionnelles confondues. Le nombre d intermittents engagés pour un film peut dépendre de nombreux facteurs : le sujet, le nombre de scènes nécessitant de nombreux figurants, les effets spéciaux et la technicité requise en postproduction. Une constante apparait néanmoins : plus le nombre d intermittents requis est élevé, plus le devis de production du film est important. C est pourquoi ces données sont à interpréter avec prudence, compte tenu du fait qu une forte part de films à petits budgets, et donc sans doute L emploi dans les films cinématographiques 13

15 à plus faible nombre d intermittents employés, ont été exclus de l analyse (cf. partie I, page 10). Films selon les effectifs déclarés nombre de films % moins de 50 intermittents 78 11,7 50 à 99 intermittents 68 10,2 100 à 199 intermittents ,4 200 à 299 intermittents 93 14,0 300 à 499 intermittents ,5 500 à 999 intermittents , intermittents et plus 39 5,9 total ,0 Sur l ensemble de la période, la production d un film de fiction emploie en moyenne 387 intermittents dont 289 artistes interprètes (72,5 %), 78 techniciens non cadres (19,6 %) et 32 cadres techniques (7,9 %). Ces intermittents sont majoritairement de sexe masculin : 236 hommes (61,0 %) et 151 femmes (39,0 %) en moyenne par film. Effectif moyen par film selon la catégorie professionelle Effectif moyen par film selon le sexe artistes 72,5% cadres 7,9% non cadres 19,6% femmes 39,0% hommes 61,0% Toutes catégories confondues, 1,09 M est consacré en moyenne à la masse salariale des intermittents d un film. Ce montant est à comparer au devis moyen de production des films de l échantillon qui s établit à 6,72 M. Emploi moyen par film selon l année d agrément 1 non hommes femmes cadres artistes total cadres effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. 14 L emploi dans les films cinématographiques

16 III. L emploi dans les films selon l année d agrément Les 664 films analysés ont été agréés entre 2006 et L objet de cette partie est de déterminer et d analyser l emploi mobilisé pour une année d agrément, compte tenu du fait que certains films ont été exclus de l analyse. Pour mémoire, ne sont considérés que les emplois intermittents déclarés pour la production de ces 664 films. Les effectifs sont déterminés par le comptage des individus ayant été déclarés sur au moins un film. Dans cette partie, un individu déclaré sur plusieurs films agréés la même année n est compté qu une seule fois. En revanche, un individu déclaré sur au moins un film agréé en 2006 et un film agréé en 2010 est compté pour un au titre de chaque année et pour un dans le total. La notion de masse salariale correspond aux salaires bruts après abattements pour frais professionnels, tels qu ils sont déclarés auprès d Audiens. La production des 118 films d initiative française de fiction agréés en 2006 et identifiés dans les bases de données d Audiens a mobilisé intermittents et a généré 132,87 M de masse salariale. Les 135 films agréés en 2007 ont mobilisé intermittents et ont généré 156,73 M de masse salariale. La production des 131 films agréés en 2008 a mobilisé intermittents et généré 153,92 M de masse salariale intermittents et une masse salariale de 135,23 M ont été nécessaires pour la production de 134 films agréés en 2009, contre intermittents et une masse salariale de 146,33 M pour les 146 films agréés en Evolution de l emploi selon l année d agrément Effectifs Masse salariale (M ) ,00 155,00 150,00 145,00 140,00 135,00 130,00 125,00 120,00 156,73 153,92 146,33 132,87 135, L emploi dans les films cinématographiques 15

17 Emploi dans les films cinématographiques selon l année d agrément 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total films agréés en 2006 effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2007 effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2008 effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2009 effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2010 effectifs totaux masse salariale totale (k ) total effectifs totaux masse salariale totale (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. Parmi les intermittents ayant travaillé sur au moins un film en cinq ans, individus, soit 78,8 % du total, ont travaillé pendant une seule année d agrément (que ce soit sur un ou plusieurs films). Parmi les artistes interprètes, cette proportion atteint 84,6 %. A l opposé, 3,0 % des effectifs totaux (3 622 individus) ont travaillé sur au moins un film de chaque année d agrément considérée. Cette proportion de travailleurs réguliers est particulièrement forte parmi les emplois techniques (9,2 % des cadres et 7,8 % des non cadres ont travaillé chaque année d agrément). Effectifs selon le nombre d années de présence 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total 1 an ans ans ans ans total L année de référence est l année d agrément. Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. 16 L emploi dans les films cinématographiques

18 3,5 2,7 9,7 8,1 1,7 1,4 3,2 Répartition des effectifs selon le nombre d années de présence 1 (%) 78,8 10,4 4,6 3,0 total artistes 84,6 9,0 3,2 non cadres cadres 51,3 57,1 18,3 16,5 11,6 10,5 9,2 7,8 femmes hommes 80,8 77,3 10,8 9,9 4,9 4,3 3,4 2,4 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 1 an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans 1 L année de référence est l année d agrément En termes d effectifs comme en termes de masse salariale, la répartition de l emploi selon la catégorie professionnelle est globalement similaire pour les cinq années d agrément. Les artistes interprètes composent 73,0 % des effectifs et captent 32,0 % de la masse salariale pour les films agréés en 2006, contre respectivement 75,2 % et 33,5 % pour ceux agréés en Parallèlement, les cadres représentent 8,5 % des effectifs et mobilisent 36,5 % de la masse salariale pour les films agréés en 2006, contre 7,8 % et 37,8 % pour ceux agréés en Répartition de l emploi dans les films selon l année d agrément et selon la catégorie professionnelle (%) 100,0% 80,0% 32,0 32,8 30,6 31,4 33,5 60,0% 40,0% 73,0 31,6 75,1 32,2 73,7 32,3 74,4 31,6 75,2 28,8 20,0% 0,0% 18,6 8,5 effectif 36,5 masse salariale 17,5 7,4 effectif 35,0 masse salariale 18,4 8,0 effectif 37,0 masse salariale 18,0 7,7 effectif 37,0 masse salariale 17,0 7,8 effectif ,8 masse salariale artistes non cadres cadres L emploi dans les films cinématographiques 17

19 L inégalité de répartition de la masse salariale selon le sexe se réduit très légèrement sur la période étudiée. Si les hommes représentent 59,3 % des effectifs en 2006, ils captent 70,5 % de la masse salariale, soit une différence de 11,2 points. Cet écart diminue les années suivantes (10,5 points pour les films agrées en 2007 et 2008 et 7,5 points pour ceux agréés en 2009), avant d augmenter de nouveau pour les films agréés en 2010 (9,5 points). Les femmes composent 40,7 % des effectifs et se partagent 31,2 % de la masse salariale relative aux films ayant reçu l agrément en En 2006, alors que leur poids dans les effectifs était également de 40,7 %, moins de 30 % de la masse salariale leur était alors alloués. Répartition de l emploi dans les films selon l année d agrément et selon le sexe (%) 100,0% 80,0% 40,7 29,5 42,4 32,0 40,3 29,8 40,9 33,4 40,7 31,2 60,0% 40,0% 20,0% 59,3 70,5 57,6 68,0 59,7 70,2 59,1 66,6 59,3 68,8 0,0% effectif masse salariale effectif masse salariale effectif masse salariale effectif masse salariale effectif masse salariale hommes femmes Comme constaté précédemment, l emploi est essentiellement déclaré à Audiens au titre de l année de l agrément des investissements : c est le cas de 87,2 % de la masse salariale relative aux films agréés en 2006 et de 87,5 % de celle relative aux films agréés en La production des films mobilise encore de l emploi pendant les années suivantes, notamment pour les films dont le tournage ou la postproduction sont inachevés à la fin de l année d agrément. En effet, 8,9 % de la masse salariale relative aux films agréés en 2006 est déclarée après Respectivement 7,2 %, 5,2 %, 4,9 % et 7,6 % de la masse salariale relative aux films agréés en 2007, 2008, 2009 et 2010 sont déclarés après l année d agrément. 18 L emploi dans les films cinématographiques

20 Répartition de la masse salariale selon l année de déclaration et l année d agrément des films total 118 films agréés en 2006 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 3,9 87,2 8,8 0,1 100,0 135 films agréés en 2007 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,0 6,0 86,7 7,0 0,2 0,0 100,0 131 films agréés en 2008 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,0 0,1 10,3 84,4 5,1 0,0 100,0 134 films agréés en 2009 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,4 9,0 85,6 4,8 0,1 100,0 146 films agréés en 2010 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,0 0,1 4,7 87,5 7,6 100,0 total : 664 films masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,7 17,3 22,6 21,2 18,1 18,6 1,6 100,0 Vraisemblablement en raison de la nature différente des films agréés chaque année, l effectif intermittent moyen varie fortement selon les années. Il s établit ainsi à 376 individus pour les films agréés en 2006, à 430 pour ceux agréés en 2007, à 411 pour ceux agréés en 2008, à 354 pour ceux agréés en 2009 et à 364 pour ceux agréés en Il convient de souligner que les années 2006, 2009 et 2010 ne comptent, respectivement, que 7,6 %, 7,5 % et 6,8 % de films au budget supérieur à 15 M (alors que ces derniers pèsent pour 8,3 % des 664 films étudiés). Cette sous-représentation des films à gros budget sur les trois dernières années peut expliquer l effectif moyen par film plus réduit, les films aux budgets les plus élevés étant ceux qui mobilisent généralement le plus d intermittents. Effectif moyen par film selon l année d agrément total L emploi dans les films cinématographiques 19

21 Les emplois techniques représentent un effectif moyen par film relativement stable, quelle que soit l année d agrément. Les postes de cadres occupent une trentaine de personnes en moyenne (33 individus en 2006, 32 en 2007 et 2008, 30 en 2009 et 2010) tandis que les emplois techniques non cadres mobilisent entre 71 (en 2010) et 85 personnes (en 2007). En revanche, l emploi artistique est plus fluctuant et représente entre 261 (en 2009) et 325 personnes en moyenne (en 2007). L effectif moyen de personnes de chaque sexe varie peu. Selon l année d agrément, les emplois occupés par des femmes représentent entre 138 et 172 postes en moyenne par film et ceux occupés par des hommes entre 216 et 258 postes. Dans cette étude, il n est pas fait référence à la durée d activité, cette information n étant pas disponible. Les différences en termes d effectifs moyens n impliquent pas nécessairement d écarts en termes de mesure d emploi. L emploi des intermittents pour la production d un film agréé en 2006 a mobilisé, en moyenne, 1,13 M de masse salariale, contre 1,16 M pour un film agréé en 2007, 1,17 M pour un film agréé en 2008, 1,01 M pour un film agréé en 2009 et 1,00 M pour un film agréé en Emploi moyen par film selon l année d agrément 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total 118 films agréés en 2006 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) films agréés en 2007 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) films agréés en 2008 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) films agréés en 2009 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) films agréés en 2010 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) total : 664 films effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. 20 L emploi dans les films cinématographiques

22 IV. L emploi dans les films selon le bénéfice du crédit d impôt Parmi les 664 films analysés, 523 ont bénéficié du crédit d impôt cinéma, soit 78,8 % du total. L objet de cette partie est de comparer l emploi mobilisé pour un film bénéficiaire du crédit d impôt à celui mobilisé pour un film qui n en a pas bénéficié. Il convient de rappeler que parmi les 107 films qui ont été exclus de l analyse faute de données disponibles, figuraient 81 films non bénéficiaires du crédit d impôt. Le nombre de films «sans crédit d impôt» analysés ci-dessous se limite ainsi à 141 longs métrages. Pour mémoire, ne sont considérés que les emplois intermittents déclarés pour la production des 664 films retenus. Les effectifs sont déterminés par le comptage des individus ayant été déclarés sur au moins un film. Dans cette partie, un individu déclaré sur plusieurs films ayant bénéficié du crédit d impôt n est compté qu une seule fois. En revanche, un individu déclaré sur au moins un film avec crédit d impôt et un film sans crédit d impôt est compté pour un dans chaque catégorie et pour un dans le total. La notion de masse salariale correspond aux salaires bruts après abattements pour frais professionnels, tels qu ils sont déclarés auprès d Audiens. La production des 523 films d initiative française de fiction agréés entre 2006 et 2010 identifiés dans les bases de données d Audiens et ayant bénéficié du crédit d impôt cinéma a mobilisé intermittents et généré 619,75 M de masse salariale. La fabrication des 141 films sans crédit d impôt a mobilisé intermittents et généré une masse salariale de 105,33 M. Les emplois relatifs aux films bénéficiaires du crédit d impôt mobilisent 95,1 % du total des effectifs et ont généré 85,5 % de la masse salariale globale, pour 78,8 % des films. Parallèlement, les films sans crédit d impôt (21,2 % des films de l échantillon) ont mobilisé 13,0 % des effectifs totaux et 14,5 % de la masse salariale totale. Répartition comparée des films et de la masse salariale selon le bénéfice du crédit d impôt (CI) Films Masse salariale sans CI 21,2% sans CI 14,5% avec CI 78,8% avec CI 85,5% L emploi dans les films cinématographiques 21

23 Emploi dans les films cinématographiques selon le bénéfice du crédit d impôt 1 hommes femmes cadres non artistes total 523 films avec crédit d impôt effectifs totaux cadres masse salariale totale (k ) films sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) total : 664 films effectifs totaux masse salariale totale (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. Pour les films avec crédit d impôt, les emplois artistiques mobilisent 82,3 % des intermittents, contre 60,3 % pour les films sans crédit d impôt. Cet écart peut s expliquer par le montant des devis des films concernés. En effet, les films à devis de production inférieur à 1 M représentent 3,3 % des films bénéficiaires du crédit d impôt, contre 7,1 % des films sans crédit d impôt. Or, le poids des dépenses consacrées à l emploi des artistes baisse avec le devis des films (cf. études sur les coûts de production des films cinématographiques publiées par le CNC). Par ailleurs, pour certains films sans crédit d impôt, la mesure de l emploi telle qu elle ressort des déclarations recueillies par Audiens peut s avérer incomplète. En effet, pour les films dont le tournage s est partiellement déroulé hors de France, il est possible qu une partie de l emploi (artistique en l occurrence) n ait pas été déclarée à Audiens car relevant d une entreprise de production sans établissement en France. Parallèlement, 35,3 % de la masse salariale est dévolue aux cadres pour les films avec crédit d impôt, contre 44,6 % pour les films sans crédit d impôt. Cette différence trouve sans doute également sa justification parmi les hypothèses formulées ci-dessus. 22 L emploi dans les films cinématographiques

24 Répartition de l emploi dans les films selon le bénéficie du crédit d impôt et selon la catégorie professionnelle (%) 100,0% 80,0% 60,0% 40,0% 82,3 32,6 32,2 60,3 28,9 26,5 artistes non cadres 20,0% 0,0% 12,7 5,0 effectif - films avec CI 35,3 masse salariale - films avec CI 26,2 13,4 effectif - films sans CI 44,6 masse salariale - films sans CI cadres La distribution asymétrique de la masse salariale entre les hommes et les femmes est plus marquée pour les films avec crédit d impôt que pour les films sans crédit d impôt. Pour les 523 films avec crédit d impôt, les hommes représentent 57,3 % des effectifs et captent 68,6 % de la masse salariale, tandis que pour les 141 films sans crédit d impôt, ils composent 62,7 % des effectifs et mobilisent 70,4 % de la masse salariale. Répartition de l emploi dans les films selon le bénéficie du crédit d impôt et selon le sexe (%) 100,0% 80,0% 60,0% 42,7% 31,4% 37,3% 29,6% femmes 40,0% 20,0% 57,3% 68,6% 62,7% 70,4% hommes 0,0% effectif - films avec CI masse salariale - films avec CI effectif - films sans CI masse salariale - films sans CI Les 104 films de 2006 et les 114 films de 2010 bénéficiant du crédit d impôts mobilisent respectivement 82,4 % et 83,8 % de la masse salariale de l ensemble des films agréés chaque année. Ces parts sont inférieures à celle constatée sur la totalité de la période étudiée. Au contraire, les 106 films de 2007 et les 100 films de 2009 bénéficiant du crédit d impôt mobilisent respectivement 88,3 % et 86,7 % de la masse salariale totale des films de chaque année. Pour mémoire, ces pourcentages sont à interpréter avec prudence compte tenu de la nature des films qui ont été exclus de l échantillon. L emploi dans les films cinématographiques 23

25 Emploi selon le bénéfice du crédit d impôt et l année d agrément 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total 104 films agréés en 2006 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2006 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2007 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2007 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2008 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2008 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2009 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2009 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2010 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2010 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) total : 664 films effectifs totaux masse salariale totale (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. 24 L emploi dans les films cinématographiques

26 Les films ne bénéficiant pas du crédit d impôt emploient pour leur production moins d intermittents déclarés en France. Le niveau moyen de devis et la non comptabilisation d une partie de l emploi expliquent ce phénomène. L effectif intermittent moyen s établit à 451 individus pour les films bénéficiaires du crédit d impôt et à 148 pour les films sans crédit d impôt. Les masses salariales moyennes respectives s établissent à 1,18 M et à 0,75 M. Effectif moyen par film selon le bénéfice du crédit d impôt (CI) et l année d agrément total films avec crédit d'impot films sans crédit d'impot Parmi les films bénéficiaires du crédit d impôt, le profil des films agréés en 2006 fait apparaitre un niveau d emploi (398 intermittents et une masse salariale de 1,05 M en moyenne par film) nettement inférieur à celui des films agréés en 2007 (509 intermittents et une masse salariale de 1,30 M par film). Les emplois moyens relatifs aux films des années 2008, 2009 et 2010 se situent entre ces deux niveaux. Pour les films ne bénéficiant pas du crédit d impôt, le niveau d emploi moyen le plus important est observé pour les films agréés en 2006 (206 intermittents et une masse salariale de 1,67 M ), tandis que l effectif moyen le plus faible est observé pour les films agréés en 2010 (122 intermittents) et la masse salariale moyenne la plus faible pour ceux agréés en 2009 (0,53 M ). L emploi dans les films cinématographiques 25

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012

Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012 Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012 octobre 2013 Créé en 1958, le BIPE est une société d études économiques et de conseil en stratégie auprès des grandes entreprises

Plus en détail

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes Paramètres 2015 Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés Audiens Retraite Arrco Audiens Retraite Agirc Audiens prévoyance Congés Spectacles Sommaire... Les plafonds des

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Les objectifs Ce fonds a pour objectifs de soutenir l écriture, le développement et la production d œuvres produites

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

BULLETIN D ADHÉSION JE, SOUSSIGNÉ... demande l admission de la Société... ...

BULLETIN D ADHÉSION JE, SOUSSIGNÉ... demande l admission de la Société... ... BULLETIN D ADHÉSION JE, SOUSSIGNÉ...... Président, Directeur Général, Gérant ou Responsable de la production i demande l admission de la Société............ à l en qualité de [ ] PRODUCTEUR ADHÉRENT [

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE 2015 (Données 2013) Entreprises Techniques au Service de la Création et de l Evènement

RAPPORT DE BRANCHE 2015 (Données 2013) Entreprises Techniques au Service de la Création et de l Evènement RAPPORT DE BRANCHE 2015 (Données 2013) Entreprises Techniques au Service de la Création et de l Evènement Secteur du Spectacle Vivant et de l Evènement SOMMAIRE TABLE DES TABLEAUX... 4 TABLE DES GRAPHIQUES...

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 A-1-06 N 15 du 27 JANVIER 2006 CREDIT D IMPOT POUR DEPENSES DE PRODUCTION D ŒUVRES CINEMATOGRAPHIQUES- CREDIT D IMPOT POUR DEPENSES DE PRODUCTION

Plus en détail

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007)

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Avril 2009 Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012

Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012 AFPF APC APFP SPI UPF Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012 Notre étude d impact a été réalisée à partir de données objectives

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des «cabinets dentaires» (NAF 851E). Elles sont

Plus en détail

Observatoire Landais de l aide à domicile

Observatoire Landais de l aide à domicile Observatoire Landais de l aide à domicile Bulletin n 5 Avril 2014 Analyse de L aide à domicile sur le territoire Landais entre 2010 et 2012 La DREES 1 estime que les dépenses liées à la dépendance en 2011,

Plus en détail

Rapport de branche 2014 des entreprises artistiques et culturelles

Rapport de branche 2014 des entreprises artistiques et culturelles Rapport de branche 2014 des entreprises artistiques et culturelles Eléments pour la négociation annuelle des salaires Exercice 2013 Janvier 2015 CPDO (Chambre Professionnelle des Directions d Opéra) PROFEDIM

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L'EMPLOI CULTUREL

OBSERVATOIRE DE L'EMPLOI CULTUREL Ministère de la Culture Direction de l'administration générale Département des études et de la prospective Note n 3 L'emploi dans le spectacle vivant et l'audiovisuel d'après les données du GRISS octobre

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

Rapport de branche 2013 des entreprises artistiques et culturelles

Rapport de branche 2013 des entreprises artistiques et culturelles Rapport de branche 2013 des entreprises artistiques et culturelles Eléments pour la négociation annuelle des salaires Exercice 2012 18 novembre 2013 CPDO (Chambre Professionnelle des Directions d Opéra)

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

résultats Âge de cessation d emploi et de liquidation d un droit à la retraite Le cas de la génération 1938 N 688 mai 2009

résultats Âge de cessation d emploi et de liquidation d un droit à la retraite Le cas de la génération 1938 N 688 mai 2009 études résultats et N 688 mai 2009 Âge de cessation d emploi et de liquidation d un droit à la retraite Le cas de la génération 1938 L âge auquel les personnes cessent définitivement d être en emploi et

Plus en détail

LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES

LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES NOVEMBRE 2005 SOMMAIRE 3 EN RÉSUMÉ 5 LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS

Plus en détail

Première partie. Les employeurs et l emploi. dans le spectacle vivant. Données 2013

Première partie. Les employeurs et l emploi. dans le spectacle vivant. Données 2013 Tableau de bord statistique Première partie Les employeurs et l emploi dans le spectacle vivant Données 2013 Publication Juin 2015 L'Observatoire prospectif des métiers, des qualifications et des compétences

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

LA PLACE DES ASSOCIATIONS DANS L ENSEMBLE

LA PLACE DES ASSOCIATIONS DANS L ENSEMBLE LA PLACE DES ASSOCIATIONS DANS L ENSEMBLE DU SECTEUR PRIVE SANITAIRE ET SOCIAL : EMPLOIS, MASSE SALARIALE ET EMPLOYEURS NOVEMBRE 2012 1 Ce travail est réalisé pour la deuxième année consécutive, avec la

Plus en détail

Prévoyance AUDIENS du spectacle

Prévoyance AUDIENS du spectacle Pégase 3 Prévoyance AUDIENS du spectacle Dernière révision le 26/02/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe... 4 Pour les cadres... 5 Pour les non-cadres intermittents...

Plus en détail

développement culturel

développement culturel développement culturel Ministère Direction de l administration générale Département des études et de la prospective Développement culturel est téléchargeable sur le serveur du Ministère de la culture et

Plus en détail

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 L OVE Enquête Observatoire de la Vie Étudiante Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 Avril 2015 En 2010-2011, l offre de formation de l Université d Artois s enrichit de 3 nouvelles Licences

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurance Commission paritaire nationale pour l'emploi 26 septembre 2013

Plus en détail

Foire aux questions. Qu est-ce que l équité salariale?

Foire aux questions. Qu est-ce que l équité salariale? Foire aux questions Qu est-ce que l équité salariale? Selon la Commission de l équité salariale, le principe de l'équité salariale réfère au droit des personnes occupant un emploi à prédominance féminine,

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Indicateurs de l'emploi dans le spectacle vivant. en région Provence- Alpes- Côte d'azur

Indicateurs de l'emploi dans le spectacle vivant. en région Provence- Alpes- Côte d'azur Indicateurs de l'emploi dans le spectacle vivant en région Provence- Alpes- Côte d'azur Sources 2010, 2011, 2012 Approche territoriale des données de l'emploi culturel : employeurs & salariés en région

Plus en détail

D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DU CREATEUR. La protection sociale professionnelle est une création continue

D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DU CREATEUR. La protection sociale professionnelle est une création continue GUIDE PRATIQUE DU CREATEUR D ENTREPRISE ASSURANCE DE PERSONNES RETRAITE COMPLÉMENTAIRE ACCOMPAGNEMENT SOLIDAIRE ET PRÉVENTION SOCIALE CONGÉS SPECTACLES MÉDICAL ET PRÉVENTION SANTÉ SERVICES AUX PROFESSIONS

Plus en détail

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Muriel Nicolas Florence Thibault CNAF Direction des Statistiques, des Études et de la Recherche. Département des Statistiques, des Prévisions

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses decembre 2014 N 099 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L emploi dans les très fin 2013 Un tiers des TPE ont un seul salarié Les entreprises

Plus en détail

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 rue Capella Rond point Vega 44483 Carquefou Cedex 02.28.01.08.01 observatoire@anfa-auto.fr

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

REGARD SUR LE NIVEAU DES SALAIRES EN FRANCE

REGARD SUR LE NIVEAU DES SALAIRES EN FRANCE REGARD SUR LE NIVEAU DES SALAIRES EN FRANCE Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique & Opinion Gaspard Lancrey-Javal, Chef de groupe au Département Politique & Opinion

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire Synthèse Observatoire National de l ESS CNCRES Elisa Braley, responsable de l Observatoire Arnaud Matarin, chargé d études observatoire@cncres.org

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

Profession. administrateur. de production de films. Christophe MAHÉ-MENANT. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0

Profession. administrateur. de production de films. Christophe MAHÉ-MENANT. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0 Profession administrateur de production de films Christophe MAHÉ-MENANT Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0 Profession administrateur de production de films À cela peuvent venir s ajouter d

Plus en détail

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL

Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Les trimestres acquis pour la retraite au titre des périodes assimilées et de l assurance

Plus en détail

Profils types. à fin décembre 2011

Profils types. à fin décembre 2011 Qui sont les allocataires indemnisés par l Assurance chômage? Profils types à fin décembre 2011 Le profil de l Assurance chômage à fin 2011 est très lié au parcours professionnel suivi en amont de l inscription

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3076 Convention collective nationale IDCC : 1686. COMMERCES ET SERVICES

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Le cumul d activités. 13 décembre 2012. Présentation de David Berthelot Pôle Accompagnement ressources de la NACRe

Le cumul d activités. 13 décembre 2012. Présentation de David Berthelot Pôle Accompagnement ressources de la NACRe Le cumul d activités 13 décembre 2012 Présentation de David Berthelot Pôle Accompagnement ressources de la NACRe Le cumul d activités/ de revenus 1 situation de plus en plus fréquente Des cadres incitatifs

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013 BILAN SOCIAL 2013 COLLECTIVITÉS LOCALES DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES Collection "Diagnostics et prospectives RH" N 10 Janvier 2015 SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE DES RAPPORTS SUR L ÉTAT DE LA COLLECTIVITÉ 2013 COLLECTIVITÉS

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013

Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013 Evaluation du système des titres-services pour les emplois et services de proximité 2013 Rapport final 28 november 2014 A la demande du : Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale,

Plus en détail

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Nombre d'actifs occupés 14 198 386 387 1 297 398 Part dans l emploi 1,1 1,5 Répartition par âge

Plus en détail

DECLARATION SOCIALE NOMINATIVE Déclaration des revenus particuliers Phase 2

DECLARATION SOCIALE NOMINATIVE Déclaration des revenus particuliers Phase 2 DECLARATION SOCIALE NOMINATIVE Déclaration des revenus particuliers Phase 2 29 avril 2015 Page 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Règle générale... 3 3. Exemples... 3 3.1. Jetons de présence... 3 3.2.

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

Les paramètres appliqués pour le calcul de la retraite sont ceux en vigueur au 60 ème anniversaire de l assuré.

Les paramètres appliqués pour le calcul de la retraite sont ceux en vigueur au 60 ème anniversaire de l assuré. CIRCULAIRE COMMUNE 2008-7 -DRE Paris, le 20/10/2008 Objet : Évolution de la durée d'assurance à compter du 1 er janvier 2009 Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2003-775 du 21 août 2003 a prévu, en

Plus en détail

Vers des Médias accessibles. Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques

Vers des Médias accessibles. Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques Vers des Médias accessibles Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques Le Crédit impôt cinema Le Crédit impôt audiovisuel Le Crédit d impôt cinéma Quel Objectif? Soutenir

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DES BILANS SOCIAUX DES COLLECTIVITÉS LOCALES DE MOINS DE 50 AGENTS

BILAN SOCIAL 2013 SYNTHÈSE DES BILANS SOCIAUX DES COLLECTIVITÉS LOCALES DE MOINS DE 50 AGENTS BILAN SOCIAL 2013 COLLECTIVITÉS LOCALES DE MOINS DE 50 AGENTS Collection "Diagnostics et prospectives RH" N 9 Septembre 2014 SYNTHÈSE DES BILANS SOCIAUX DES COLLECTIVITÉS LOCALES DE MOINS DE 50 AGENTS

Plus en détail

Panorama de la fiscalité des retraites

Panorama de la fiscalité des retraites DIRECTION DE LA PRÉVISION SOUS-DIRECTION D Paris, le 28 novembre 2002 BUREAU DES ÉTUDES FISCALES 139, RUE DE BERCY - TÉLÉDOC 75572 PARIS CEDEX 12 Référence : D2-02-044 Damien ECHEVIN Dominique BRIAIRE

Plus en détail

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Grand angle Juillet Bulletin statistique de l Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales Directeur de la publication : André-Michel ventre Rédacteur en chef : Christophe soullez n

Plus en détail

CABINET HERMESIANE Xavier CHRIST

CABINET HERMESIANE Xavier CHRIST Cabinet d audit spécialisé dans l activité cinématographique et audiovisuelle CABINET HERMESIANE Xavier CHRIST Président Un service qui compte pour vous NOTRE EQUIPE Xavier CHRIST, hermesiane@wanadoo.fr

Plus en détail

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation

Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Les ressorts de l économie des services : dynamique propre et externalisation Xavier Niel et Mustapha Okham* Alors qu en 1978, le quart de l emploi était industriel, seulement 14 % des emplois sont désormais

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS

sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS sourstrsoavaillependants NON EMPLOYEURS Source d infos : ANSP ( Agence National de Services à la Personne )du 16 décembre 2008 TRAVAILLEURS INDEPENDANTS NON EMPLOYEURS En tant que travailleur indépendant

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des entreprises culturelles (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, In Extenso Rhône- Alpes) La plupart des associations redoutent de passer sous un régime

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant RSI Ile-de-France Centre 1.12.08 Alhambra L activité et la structure juridique Conditionnent la protection sociale L activité et la structure juridique

Plus en détail

La formation professionnelle évolue...

La formation professionnelle évolue... décembre 2014 spécial réforme La formation professionnelle évolue... Voici ce qui change pour vous CPF financement tutorat plan de formation Entretien professionnel Période de professionnalisation Ce qui

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

AIDES A LA CREATION Règles d'attribution ( 1 )

AIDES A LA CREATION Règles d'attribution ( 1 ) AIDES A LA CREATION Règles d'attribution ( 1 ) I REGLES GENERALES Les subventions d'aide à la création à la diffusion du spectacle vivant et à la formation d'artistes sont attribuées par la SCPP dans le

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR * * * 3 IMMATRICULATION DES ARTISTES ET TECHNICIENS 5 DECLARATION ET VERSEMENT DES COTISATIONS

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR * * * 3 IMMATRICULATION DES ARTISTES ET TECHNICIENS 5 DECLARATION ET VERSEMENT DES COTISATIONS GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR *** PREAMBULE et CONTACTS 1 CHAMP D APPLICATION 2 AFFILIATION 3 IMMATRICULATION DES ARTISTES ET TECHNICIENS 4 CERTIFICAT D EMPLOI 5 DECLARATION ET VERSEMENT DES COTISATIONS

Plus en détail

QU EST-CE QU UN BILAN SOCIAL?

QU EST-CE QU UN BILAN SOCIAL? BILAN SOCIAL 2014 QU EST-CE QU UN BILAN SOCIAL? SOURCES RÉGLEMENTAIRES ET HISTORIQUES A. LE CADRE LÉGAL La Loi LRU du 10 août 2007 prévoit la création d un Comité technique paritaire auquel doit être

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

ACCUEIL DE TOURNAGES 28 - ALSACE

ACCUEIL DE TOURNAGES 28 - ALSACE CINEMA AUDIOVISUEL LM CM DOC F-TV ANIM MMEDIA AGENCE CULTURELLE D ALSACE VOTRE INTERLOCUTEUR Glenn HANDLEY Responsable du département cinéma et audiovisuel glenn.handley@culture-alsace.org 1, espace Gilbert-Estève

Plus en détail

les études du CNC décembre 2013 l économie des films français

les études du CNC décembre 2013 l économie des films français les études du CNC décembre 2013 l économie des films français Cette étude a été réalisée par la Direction des études, des statistiques et de la prospective Centre national du cinéma et de l image animée

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 Les règlements seront sujets à modifications courant 2015, pour plus d'information, veuillez vous adresser au 03-80-44-37-09 et le site internet de la Région www.regionbourgogne.fr

Plus en détail

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003)

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Frédéric Brouillet Les dirigeants salariés ne constituent pas un ensemble homogène en termes de revenus : le domaine d

Plus en détail

CM DOC F-TV ANIM MMEDIA

CM DOC F-TV ANIM MMEDIA CINEMA AUDIOVISUEL LM CM DOC F-TV ANIM MMEDIA RÉGION FRANCHE-COMTÉ VOTRE INTERLOCUTEUR Conseil régional de Franche-Comté Amandine THÉVENIN Chargée de mission cinéma et audiovisuel cinema-et-audiovisuel@franche-comte.fr

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Arts du spectacle - Cinéma de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail