les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques"

Transcription

1 les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

2 L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction agréés entre 2006 et 2010 Décembre 2012

3 Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service Pilotage & Statistiques d Audiens. Audiens Service Pilotage & Statistiques 74 rue Jean Bleuzen Vanves Cedex Tél. : Carole Perraut Centre national du cinéma et de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck Paris cedex 16 Tél : Fax : Fanny Beuré, Benoît Danard, Caroline Jeanneau ISSN : L emploi dans les films cinématographiques

4 Sommaire Introduction et méthodologie... 4 Synthèse... 6 I. Périmètre d analyse... 8 II. L emploi dans les films cinématographiques...11 III. L emploi dans les films selon l année d agrément...15 IV. L emploi dans les films selon le bénéfice du crédit d impôt...21 V. L emploi dans les films selon le devis de production...27 VI. Annexe : liste des films du périmètre de l étude...37 L emploi dans les films cinématographiques 3

5 Introduction et méthodologie Pour la troisième année consécutive, le Centre national du cinéma et de l image animée, en collaboration avec Audiens, a réalisé une étude sur l emploi dans les films cinématographiques de fiction. Les données analysées dans cette étude sont issues des déclarations nominatives annuelles des salaires faites à Audiens par les entreprises concernées. Audiens est le groupe de protection sociale dédié aux secteurs de la culture, de la communication et des médias. A ce titre, les entreprises de ces secteurs d activité sont tenues d adhérer aux institutions de retraite complémentaire d Audiens. Chaque année, elles doivent fournir une déclaration nominative annuelle des salaires qui permet à Audiens d'attribuer les points de retraite à chaque salarié. Ces déclarations contiennent notamment, pour chaque période d'activité déclarée, l'identité du salarié, les dates de début et de fin d'activité, la catégorie professionnelle ainsi que le salaire brut après abattement pour frais professionnels pour les professions qui peuvent bénéficier de cette déduction. Pour l activité de production de films cinématographiques, les entreprises déclarant des salaires à Audiens effectuent ces déclarations film par film. Cette pratique permet d isoler l emploi intermittent spécifiquement dédié à chaque œuvre et simplifie l analyse de l emploi consacré à la production cinématographique. Le périmètre d analyse de cette étude comprend 664 films d initiative française de fiction cinématographique ayant reçu l agrément des investissements (ou, à défaut, directement l agrément de production) en 2006, 2007, 2008, 2009 ou 2010 et qui ont pu être identifiés dans les déclarations recueillies par Audiens. Du fait de la nature différente de l emploi nécessaire à leur fabrication, les longs métrages documentaires et d animation ont été exclus de l analyse. L étude concerne l emploi intermittent déclaré pour la production de ces films, quelle que soit l année d emploi à laquelle il est fait référence. Elle exclut l emploi que les entreprises de production pourraient déclarer à d autres titres que les films à proprement parler. Elle exclut donc notamment l emploi permanent des entreprises concernées. Les différentes catégories professionnelles mentionnées sont : - les artistes interprètes ; - le personnel technique bénéficiant du statut de cadre ; - le personnel technique ne bénéficiant pas du statut de cadre. 4 L emploi dans les films cinématographiques

6 Le classement en tant que cadre ou non cadre s'appuie sur la convention collective appliquée par chaque entreprise, les fonctions de cadres étant homologuées par l'agirc. Les notions d'artiste et de technicien font référence à la nature même de l'emploi : un artiste interprète ou crée une œuvre de l'esprit ; un technicien occupe une fonction technique. Sont définis comme intermittents du spectacle les salariés cadres et non cadres techniques et artistiques employés en contrat à durée déterminée d'usage. Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu pourra être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il sera compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. La masse salariale telle qu elle est appréhendée dans cette étude correspond aux salaires bruts après abattement pour frais professionnels. L emploi déclaré pour la production des 664 films d initiative française de fiction cinématographique du périmètre de l étude sera analysé selon plusieurs critères : - l année d agrément du film (2006, 2007, 2008, 2009 ou 2010) - le bénéfice ou non du crédit d impôt pour le film (oui / non) - le montant du devis de production du film (5 tranches : moins de 1 M / 1 M à 4 M / 4 M à 7 M / 7 M à 15 M / 15 M et plus). Le crédit d impôt en matière cinématographique permet à une société de production, sous certaines conditions, de déduire de son imposition 20 % de certaines dépenses de production (dépenses dites éligibles), sous un plafond de 1 M par film. Il est subordonné à la délivrance d un agrément à titre provisoire puis d un agrément à titre définitif. Ce dernier ne peut cependant être délivré que si l œuvre a préalablement donné lieu à la délivrance d un agrément de production au titre du soutien financier du CNC, constatant l octroi définitif de celui-ci. Il convient de signaler que, pour certains des 664 films étudiés dans cette étude, la mesure de l emploi telle qu elle ressort des déclarations recueillies par Audiens peut s avérer partielle. En effet, pour certains films (notamment de coproduction) dont le tournage s est partiellement déroulé hors de France, il est possible qu une partie de l emploi n ait pas été déclarée à Audiens car relevant d une entreprise de production sans établissement en France. Il est important de préciser que cette étude prend uniquement en compte l emploi déclaré par le producteur délégué, ce que ne correspond pas à une mesure exhaustive de l emploi mobilisés pour la production d un film. Sont, par exemple, exclus les sous-traitants employés par les producteurs exécutifs, ainsi que les industries techniques. L emploi dans les films cinématographiques 5

7 Synthèse Le Centre national du cinéma et de l image animée, en collaboration avec Audiens, a réalisé pour la troisième année consécutive une étude sur l emploi dans les films cinématographiques. Les données analysées dans cette étude sont issues des déclarations nominatives annuelles des salaires faites à Audiens par les entreprises concernées. Le périmètre d analyse pour cette étude inclut 664 films d initiative française de fiction cinématographique ayant reçu l agrément des investissements (ou, à défaut, directement l agrément de production) entre 2006 et 2010 et qui ont pu être identifiés dans les déclarations recueillies par Audiens. L étude concerne l emploi déclaré pour la production de ces films, quelle que soit l année d emploi à laquelle il est fait référence. Elle exclut l emploi que les entreprises de production pourraient déclarer à d autres titres que les films à proprement parler. Elle exclut donc notamment l emploi permanent des entreprises concernées. Près de intermittents et une masse salariale de 725 M pour 664 films La production des 664 films de fiction de la période a mobilisé intermittents et a généré plus de 725 M de masse salariale. Plus de 80 % des effectifs intermittents sont salariés en tant qu artistes interprètes (81,9 %). Ces derniers reçoivent moins d un tiers de la masse salariale totale (32,1 %). Les personnels techniques bénéficiant du statut de cadre représentent 5,3 % des effectifs totaux et mobilisent 36,6 % de la masse salariale globale. Les emplois techniques non cadres concernent 12,9 % des intermittents employés pour la production de l ensemble des films et 31,3 % de la masse salariale. La majorité (57,4 %) des intermittents salariés pour la production de films cinématographiques de fiction sont des hommes. Ils captent plus des deux tiers (68,8 %) de la masse salariale. En termes d effectifs comme en termes de masse salariale, la répartition de l emploi selon la catégorie professionnelle est globalement similaire pour les cinq années d agrément. Les artistes interprètes composent 73,0 % des effectifs et captent 32,0 % de la masse salariale pour les films agréés en 2006, contre respectivement 75,2 % et 33,5 % pour ceux agréés en Parallèlement, les cadres représentent 8,5 % des effectifs et mobilisent 36,5 % de la masse salariale pour les films agréés en 2006, contre 7,8 % et 37,8 % pour ceux agréés en Une rotation importante des effectifs Les trois quarts (75,0 %) des individus ayant participé à la production des films au cours des cinq années sont intervenus sur un seul film. Une très grande majorité des artistes interprètes n a participé qu à un seul film de l échantillon (81,0 %). Néanmoins, 12,3 % d entre eux ont été employés sur deux ou trois films et 6,7 % sur quatre films ou davantage. La part des individus ayant participé à plusieurs films est plus importante parmi les emplois techniques. 52,0 % des cadres et 48,0 % des non cadres ont ainsi été salariés sur au moins deux films de l échantillon. Au global, moins de 11 % des intermittents ont travaillé sur au moins quatre films en cinq ans. Parmi les intermittents ayant travaillé sur au moins 6 L emploi dans les films cinématographiques

8 un film de l ensemble de l échantillon, individus, soit 3,0 % des effectifs totaux, ont travaillé sur au moins un film de chaque année d agrément considérée. 387 intermittents en moyenne par film Sur l ensemble de la période, la production d un film de fiction emploie en moyenne 387 intermittents dont 289 artistes interprètes (72,5 %), 78 techniciens non cadres (19,6 %) et 32 cadres techniques (7,9 %). Ces intermittents sont majoritairement de sexe masculin : 236 hommes (61,0 %) et 151 femmes (39,0 %) en moyenne par film. En moyenne, 1,09 M est consacré à la masse salariale des intermittents sur un film. L effectif intermittent moyen s établit à 376 individus pour les films agréés en 2006, à 430 pour ceux agréés en 2007, à 411 pour ceux agréés en 2008, à 354 pour ceux agréés en 2009 et à 364 pour ceux agréés en Les films bénéficiaires du crédit d impôt emploient davantage d intermittents Les films de fiction ayant bénéficié du crédit d impôt cinéma sur la période ont mobilisé intermittents et ont généré 619,75 M de masse salariale, soit 85,5 % du total. Pour les films avec crédit d impôt, les emplois artistiques mobilisent 82,3 % des intermittents, contre 60,3 % pour les films sans crédit d impôt. Parallèlement, 35,3 % de la masse salariale est dévolue aux cadres pour les films avec crédit d impôt, contre 44,6 % pour les films sans crédit d impôt. Les films ne bénéficiant pas du crédit d impôt emploient pour leur production moins d intermittents déclarés en France. Le niveau moyen de devis et la non comptabilisation d une partie de l emploi expliquent ce phénomène. L effectif intermittent moyen s établit à 451 individus pour les films bénéficiaires du crédit d impôt et à 148 pour les films sans crédit d impôt. Les masses salariales moyennes respectives s établissent à 1,18 M et à 0,75 M. Plus le devis d un film est élevé, plus le nombre d intermittents est important En moyenne, plus le devis d un film est élevé, plus le nombre d intermittents employés pour sa production est important. L effectif intermittent moyen s établit à 78 individus pour les films à devis inférieur à 1 M, à 196 individus pour les films dont le devis est compris entre 1 M et 4 M, à 427 pour les films dont le devis est compris entre 4 M et 7 M, à 588 pour les films dont le devis est compris entre 7 M et 15 M et à 738 pour les films dont le devis est supérieur à 15 M. Les masses salariales moyennes par film augmentent également avec le devis du film, passant de 114 k pour les films à devis inférieur à 1 M à 3,27 M pour les films à plus de 15 M. La part des emplois artistiques dans l ensemble des intermittents embauchés pour la fabrication d une fiction d initiative française augmente avec le devis de production. Ainsi, 62,5 % des emplois sont-ils occupés par des artistes interprètes pour les films dont le devis est inférieur à 1 M, contre 78,3 % pour les films dont le devis est supérieur ou égal à 7 M. Parallèlement, la part de masse salariale réservée aux emplois cadres diminue quand le devis de production augmente, passant de 49,3 % pour les films à moins de 1 M à 34,8 % pour les films à plus de 7 M. Cette diminution s opère majoritairement au bénéfice de la part de masse salariale dévolue aux artistes interprètes. L emploi dans les films cinématographiques 7

9 I.Périmètre d analyse L objectif initial de cette étude était d analyser l emploi lié à la production des 771 œuvres cinématographiques de fiction d initiative française ayant reçu l agrément des investissements (ou, à défaut, directement l agrément de production) en 2006, 2007, 2008, 2009 ou L examen des déclarations nominatives de salaires recueillies par Audiens a permis d identifier 664 films de cette liste initiale, soit 86,1 % d entre eux. L étude porte finalement sur ces 664 œuvres (cf. liste des films du périmètre de l étude en annexe). Identification des films du périmètre initial visé nombre % Films agréés par le CNC ,0 Films identifiés par Audiens ,1 Films non identifiés par Audiens ,9 1 Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et films de fiction d initiative française agréés entre 2006 et 2010 n ont ainsi pas pu être identifiés par Audiens ou n ont pas déclarés d activité à ce jour (cf. liste des films d initiative française de fiction agréés en 2006, 2007, 2008, 2009 ou 2010 exclus de l étude, page 49). Deux raisons peuvent expliquer ce défaut : - Les sociétés de production ayant enregistré l emploi lié aux films en question sont des entreprises étrangères sans établissement en France. Dans ce cas, les salariés travaillant en France doivent, le cas échéant, être déclarés au titre de leur retraite complémentaire au groupe Taibout et non à Audiens, ce qui exclut la possibilité de trouver ces films dans les - A titre exceptionnel, une entreprise peut déclarer l activité relative à une production de film cinématographique sur sa société mère et non sur un établissement spécifique dédié au film en question. C est notamment le cas pour les œuvres à faible budget, qui ont peu de charges à déclarer en propre. La limitation du périmètre d analyse aux 664 titres identifiés dans les bases de données d Audiens a peu d incidence sur la représentativité de l échantillon final en fonction de l année d agrément. En effet, sur l ensemble de la période, 86,1 % des films de fictions agréés par le CNC sont identifiés. Ce taux s établit à 83,7 % pour les films agréés en 2006 et à 86,4 % pour ceux agréés en Films du périmètre d analyse selon l année d agrément total Films agréés par le CNC Films identifiés par Audiens taux d'identification (%) 83,7 86,5 85,1 88,7 86,4 86,1 Films non identifiés par Audiens Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et L emploi dans les films cinématographiques

10 Ainsi, 17,8 % des films qui seront analysés sont-ils agréés en 2006, contre 18,3 % des films visés au départ. 20,3 % des films du périmètre sont agréés en 2007 (20,2 % de l ensemble des films agréés), 19,7 % sont agréés en 2008 (20,0 % de l ensemble), 20,2 % sont agréés en 2009 (19,6 % de l ensemble) et 22,0 % en 2010 (21,9 % de l ensemble). Répartition des films du périmètre d analyse selon l année d agrément Films agréés par le CNC1 Films identifiés par Audiens ,9% ,6% ,3% ,0% ,2% ,0% ,2% ,8% ,7% ,3% 1 Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et En revanche, pour les raisons explicitées ci-dessus, la restriction du périmètre déforme la représentativité de l échantillon en termes de répartition des devis de production. En effet, si 91,4 % des films de fiction présentant un devis supérieur à 1 M sont identifiés dans les bases de données d Audiens, c est le cas de seulement 36,5 % des films de fiction dont le devis est inférieur à 1 M. Films du périmètre d analyse selon le montant du devis de production <1M 1M -4M 4M -7M 7M -15M >15M total Films agréés par le CNC Films identifiés par Audiens taux d'identification (%) 36,5 84,4 95,0 98,3 100,0 86,1 Films non identifiés par Audiens Fictions cinématographiques d initiative française agréés entre 2006 et Le périmètre d analyse réduit élimine donc majoritairement des films de fiction à faible devis pour lesquels l analyse de l emploi apparaitra moins significative. Parmi les films qui seront analysés, 4,1 % présentent un devis inférieur à 1 M, contre 9,6 % de l ensemble de l échantillon visé initialement. Répartition des films du périmètre d analyse selon le montant du devis de production Films agréés par le CNC1 7M - 15M 23,3% >15M 7,1% 4M -7M 18,3% <1M 9,6% 1M -4M 41,6% Films identifiés par Audiens 7M - 15M 26,7% >15M 8,3% 4M - 7M 20,2% <1M 4,1% 1M - 4M 40,8% 1 Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et L emploi dans les films cinématographiques 9

11 Parallèlement, dans la mesure où certains films non identifiés sont partiellement ou intégralement tournés à l étranger, la limitation du périmètre d analyse accentue le poids des films qui bénéficient du crédit d impôt. Ainsi, 95,3 % des films avec crédit d impôt font partie de l analyse, contre seulement 63,5 % des films sans crédit d impôt. Les films avec crédit d impôt représentent 78,8 % du périmètre d analyse, contre 71,2 % des films de fictions agréés par le CNC. Films du périmètre d analyse selon le bénéfice du crédit d impôt avec crédit sans crédit d impôt d impôt total Films agréés par le CNC Films identifiés par Audiens taux d'identification (%) 95,3 63,5 86,1 Films non identifiés par Audiens Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et Films agréés par le CNC 1 Films identifiés par Audiens sans CI 28,8% sans CI 21,2% avec CI 71,2% avec CI 78,8% 1 Fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et Malgré ces écarts, les 664 films identifiés dans les bases de données d Audiens permettent une analyse détaillée de l emploi et de la masse salariale consacrés à la production des fictions cinématographiques d initiative française agréées entre 2006 et L emploi dans les films cinématographiques

12 II. L emploi dans les films cinématographiques Pour mémoire, ne sont considérés dans cette étude que les emplois intermittents déclarés pour la production des 664 films identifiés. Les effectifs sont déterminés par le comptage des individus ayant été déclarés sur au moins un film (un individu déclaré sur plusieurs films n est compté qu une seule fois). La notion de masse salariale retenue dans cette étude correspond aux salaires bruts après abattements pour frais professionnels, tels qu ils sont déclarés auprès d Audiens. La production des 664 films de l échantillon a mobilisé intermittents et a généré plus de 725 M de masse salariale. Emploi dans les films cinématographiques 1 non hommes femmes cadres artistes total cadres effectifs totaux masse salariale totale (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. Plus des quatre cinquièmes des effectifs intermittents sont salariés en tant qu artistes interprètes (81,9 %). Ces derniers reçoivent pourtant moins d un tiers de la masse salariale totale (32,1 %). Les personnels techniques bénéficiant du statut de cadre représentent 5,3 % des effectifs totaux et mobilisent 36,6 % de la masse salariale globale. Les emplois techniques non cadres concernent 12,9 % des intermittents employés pour la production de l ensemble des films et captent 31,3 % de la masse salariale globale. Répartition de l emploi dans les films cinématographiques selon la catégorie professionnelle Effectifs cadres; 5,3% Masse salariale non cadres; 12,9% artistes; 32,1% cadres; 36,6% artistes; 81,9% non cadres; 31,3% L emploi dans les films cinématographiques 11

13 La majorité des intermittents salariés pour la production de films de fiction cinématographique sont des hommes. Ces derniers représentent 57,4 % des effectifs et captent plus des deux tiers (68,8 %) de la masse salariale, ce qui traduit une inégale répartition de la masse salariale selon le sexe. Cet écart peut, en partie, s expliquer par le fait que 6,2 % des hommes ont participé à la production d au moins un film de l échantillon en y occupant un poste de cadre, contre seulement 4,6 % des femmes. Répartition de l emploi dans les films cinématographiques selon le sexe Effectifs Masse salariale femmes 42,6% hommes 57,4% femmes 31,2% hommes 68,8% L emploi est essentiellement déclaré sur les années correspondant aux années d agrément retenues dans l analyse (97,7 % de la masse salariale est déclarée entre 2006 et 2010). L agrément des investissements précède généralement le début du tournage des films de quelques jours, ce qui explique la concordance entre année d agrément et année d emploi de la majorité des effectifs mobilisés pour la production. Néanmoins, la fabrication des 664 films concernés avait mobilisé 0,7 % de la masse salariale totale dès 2005 et en mobilise encore 1,6 % en Répartition de la masse salariale dans les films cinématographiques selon l année de déclaration total masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,7 17,3 22,6 21,2 18,1 18,6 1,6 100,0 Les trois quarts des individus ayant participé à la production des films du périmètre sont intervenus sur un seul film en cinq ans. C est un peu plus le cas des femmes (77,1 % d entre elles) que des hommes (73,4 %). A l inverse, moins de 11 % des intermittents ont travaillé sur au moins quatre films en cinq ans. C est le cas de 12,0 % des hommes et de 9,5 % des femmes. 12 L emploi dans les films cinématographiques

14 Effectifs selon le nombre de films auxquels ils ont participé 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total un film deux films trois films quatre films cinq films six films et plus total Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. Une très grande majorité des artistes interprètes n a participé qu à un seul film de l échantillon (81,0 %). Néanmoins, 12,3 % d entre eux ont été employés sur deux ou trois films et 6,7 % sur quatre films ou davantage. La part des individus ayant participé à plusieurs films est plus importante parmi les emplois techniques. 52,0 % des cadres et 48,0 % des non cadres ont ainsi été salariés sur au moins deux films de l échantillon. Au sein de chaque catégorie, près d un quart des effectifs a travaillé sur quatre films ou plus (26,9 % des cadres et 26,6 % des non cadres). Répartition des effectifs selon le nombre de films auxquels ils ont participé (%) total 75,0 14,1 4,3 6,7 artistes 81,0 12,3 2,8 3,9 non cadres 52,0 21,4 10,2 16,5 cadres 48,0 25,1 11,1 15,8 femmes 77,1 13,4 3,9 5,6 hommes 73,4 14,6 4,5 7,5 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% un film 2 ou 3 films 4 ou 5 films 6 films ou plus Le nombre d intermittents par film est très variable. Ainsi, 22,0 % des films ont-ils employé moins de 100 intermittents et, à l opposé, 30,1 % en ont employés plus de 500, toutes catégories professionnelles confondues. Le nombre d intermittents engagés pour un film peut dépendre de nombreux facteurs : le sujet, le nombre de scènes nécessitant de nombreux figurants, les effets spéciaux et la technicité requise en postproduction. Une constante apparait néanmoins : plus le nombre d intermittents requis est élevé, plus le devis de production du film est important. C est pourquoi ces données sont à interpréter avec prudence, compte tenu du fait qu une forte part de films à petits budgets, et donc sans doute L emploi dans les films cinématographiques 13

15 à plus faible nombre d intermittents employés, ont été exclus de l analyse (cf. partie I, page 10). Films selon les effectifs déclarés nombre de films % moins de 50 intermittents 78 11,7 50 à 99 intermittents 68 10,2 100 à 199 intermittents ,4 200 à 299 intermittents 93 14,0 300 à 499 intermittents ,5 500 à 999 intermittents , intermittents et plus 39 5,9 total ,0 Sur l ensemble de la période, la production d un film de fiction emploie en moyenne 387 intermittents dont 289 artistes interprètes (72,5 %), 78 techniciens non cadres (19,6 %) et 32 cadres techniques (7,9 %). Ces intermittents sont majoritairement de sexe masculin : 236 hommes (61,0 %) et 151 femmes (39,0 %) en moyenne par film. Effectif moyen par film selon la catégorie professionelle Effectif moyen par film selon le sexe artistes 72,5% cadres 7,9% non cadres 19,6% femmes 39,0% hommes 61,0% Toutes catégories confondues, 1,09 M est consacré en moyenne à la masse salariale des intermittents d un film. Ce montant est à comparer au devis moyen de production des films de l échantillon qui s établit à 6,72 M. Emploi moyen par film selon l année d agrément 1 non hommes femmes cadres artistes total cadres effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. 14 L emploi dans les films cinématographiques

16 III. L emploi dans les films selon l année d agrément Les 664 films analysés ont été agréés entre 2006 et L objet de cette partie est de déterminer et d analyser l emploi mobilisé pour une année d agrément, compte tenu du fait que certains films ont été exclus de l analyse. Pour mémoire, ne sont considérés que les emplois intermittents déclarés pour la production de ces 664 films. Les effectifs sont déterminés par le comptage des individus ayant été déclarés sur au moins un film. Dans cette partie, un individu déclaré sur plusieurs films agréés la même année n est compté qu une seule fois. En revanche, un individu déclaré sur au moins un film agréé en 2006 et un film agréé en 2010 est compté pour un au titre de chaque année et pour un dans le total. La notion de masse salariale correspond aux salaires bruts après abattements pour frais professionnels, tels qu ils sont déclarés auprès d Audiens. La production des 118 films d initiative française de fiction agréés en 2006 et identifiés dans les bases de données d Audiens a mobilisé intermittents et a généré 132,87 M de masse salariale. Les 135 films agréés en 2007 ont mobilisé intermittents et ont généré 156,73 M de masse salariale. La production des 131 films agréés en 2008 a mobilisé intermittents et généré 153,92 M de masse salariale intermittents et une masse salariale de 135,23 M ont été nécessaires pour la production de 134 films agréés en 2009, contre intermittents et une masse salariale de 146,33 M pour les 146 films agréés en Evolution de l emploi selon l année d agrément Effectifs Masse salariale (M ) ,00 155,00 150,00 145,00 140,00 135,00 130,00 125,00 120,00 156,73 153,92 146,33 132,87 135, L emploi dans les films cinématographiques 15

17 Emploi dans les films cinématographiques selon l année d agrément 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total films agréés en 2006 effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2007 effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2008 effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2009 effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2010 effectifs totaux masse salariale totale (k ) total effectifs totaux masse salariale totale (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. Parmi les intermittents ayant travaillé sur au moins un film en cinq ans, individus, soit 78,8 % du total, ont travaillé pendant une seule année d agrément (que ce soit sur un ou plusieurs films). Parmi les artistes interprètes, cette proportion atteint 84,6 %. A l opposé, 3,0 % des effectifs totaux (3 622 individus) ont travaillé sur au moins un film de chaque année d agrément considérée. Cette proportion de travailleurs réguliers est particulièrement forte parmi les emplois techniques (9,2 % des cadres et 7,8 % des non cadres ont travaillé chaque année d agrément). Effectifs selon le nombre d années de présence 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total 1 an ans ans ans ans total L année de référence est l année d agrément. Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. 16 L emploi dans les films cinématographiques

18 3,5 2,7 9,7 8,1 1,7 1,4 3,2 Répartition des effectifs selon le nombre d années de présence 1 (%) 78,8 10,4 4,6 3,0 total artistes 84,6 9,0 3,2 non cadres cadres 51,3 57,1 18,3 16,5 11,6 10,5 9,2 7,8 femmes hommes 80,8 77,3 10,8 9,9 4,9 4,3 3,4 2,4 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 1 an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans 1 L année de référence est l année d agrément En termes d effectifs comme en termes de masse salariale, la répartition de l emploi selon la catégorie professionnelle est globalement similaire pour les cinq années d agrément. Les artistes interprètes composent 73,0 % des effectifs et captent 32,0 % de la masse salariale pour les films agréés en 2006, contre respectivement 75,2 % et 33,5 % pour ceux agréés en Parallèlement, les cadres représentent 8,5 % des effectifs et mobilisent 36,5 % de la masse salariale pour les films agréés en 2006, contre 7,8 % et 37,8 % pour ceux agréés en Répartition de l emploi dans les films selon l année d agrément et selon la catégorie professionnelle (%) 100,0% 80,0% 32,0 32,8 30,6 31,4 33,5 60,0% 40,0% 73,0 31,6 75,1 32,2 73,7 32,3 74,4 31,6 75,2 28,8 20,0% 0,0% 18,6 8,5 effectif 36,5 masse salariale 17,5 7,4 effectif 35,0 masse salariale 18,4 8,0 effectif 37,0 masse salariale 18,0 7,7 effectif 37,0 masse salariale 17,0 7,8 effectif ,8 masse salariale artistes non cadres cadres L emploi dans les films cinématographiques 17

19 L inégalité de répartition de la masse salariale selon le sexe se réduit très légèrement sur la période étudiée. Si les hommes représentent 59,3 % des effectifs en 2006, ils captent 70,5 % de la masse salariale, soit une différence de 11,2 points. Cet écart diminue les années suivantes (10,5 points pour les films agrées en 2007 et 2008 et 7,5 points pour ceux agréés en 2009), avant d augmenter de nouveau pour les films agréés en 2010 (9,5 points). Les femmes composent 40,7 % des effectifs et se partagent 31,2 % de la masse salariale relative aux films ayant reçu l agrément en En 2006, alors que leur poids dans les effectifs était également de 40,7 %, moins de 30 % de la masse salariale leur était alors alloués. Répartition de l emploi dans les films selon l année d agrément et selon le sexe (%) 100,0% 80,0% 40,7 29,5 42,4 32,0 40,3 29,8 40,9 33,4 40,7 31,2 60,0% 40,0% 20,0% 59,3 70,5 57,6 68,0 59,7 70,2 59,1 66,6 59,3 68,8 0,0% effectif masse salariale effectif masse salariale effectif masse salariale effectif masse salariale effectif masse salariale hommes femmes Comme constaté précédemment, l emploi est essentiellement déclaré à Audiens au titre de l année de l agrément des investissements : c est le cas de 87,2 % de la masse salariale relative aux films agréés en 2006 et de 87,5 % de celle relative aux films agréés en La production des films mobilise encore de l emploi pendant les années suivantes, notamment pour les films dont le tournage ou la postproduction sont inachevés à la fin de l année d agrément. En effet, 8,9 % de la masse salariale relative aux films agréés en 2006 est déclarée après Respectivement 7,2 %, 5,2 %, 4,9 % et 7,6 % de la masse salariale relative aux films agréés en 2007, 2008, 2009 et 2010 sont déclarés après l année d agrément. 18 L emploi dans les films cinématographiques

20 Répartition de la masse salariale selon l année de déclaration et l année d agrément des films total 118 films agréés en 2006 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 3,9 87,2 8,8 0,1 100,0 135 films agréés en 2007 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,0 6,0 86,7 7,0 0,2 0,0 100,0 131 films agréés en 2008 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,0 0,1 10,3 84,4 5,1 0,0 100,0 134 films agréés en 2009 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,4 9,0 85,6 4,8 0,1 100,0 146 films agréés en 2010 masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,0 0,1 4,7 87,5 7,6 100,0 total : 664 films masse salariale totale (k ) masse salariale totale (%) 0,7 17,3 22,6 21,2 18,1 18,6 1,6 100,0 Vraisemblablement en raison de la nature différente des films agréés chaque année, l effectif intermittent moyen varie fortement selon les années. Il s établit ainsi à 376 individus pour les films agréés en 2006, à 430 pour ceux agréés en 2007, à 411 pour ceux agréés en 2008, à 354 pour ceux agréés en 2009 et à 364 pour ceux agréés en Il convient de souligner que les années 2006, 2009 et 2010 ne comptent, respectivement, que 7,6 %, 7,5 % et 6,8 % de films au budget supérieur à 15 M (alors que ces derniers pèsent pour 8,3 % des 664 films étudiés). Cette sous-représentation des films à gros budget sur les trois dernières années peut expliquer l effectif moyen par film plus réduit, les films aux budgets les plus élevés étant ceux qui mobilisent généralement le plus d intermittents. Effectif moyen par film selon l année d agrément total L emploi dans les films cinématographiques 19

21 Les emplois techniques représentent un effectif moyen par film relativement stable, quelle que soit l année d agrément. Les postes de cadres occupent une trentaine de personnes en moyenne (33 individus en 2006, 32 en 2007 et 2008, 30 en 2009 et 2010) tandis que les emplois techniques non cadres mobilisent entre 71 (en 2010) et 85 personnes (en 2007). En revanche, l emploi artistique est plus fluctuant et représente entre 261 (en 2009) et 325 personnes en moyenne (en 2007). L effectif moyen de personnes de chaque sexe varie peu. Selon l année d agrément, les emplois occupés par des femmes représentent entre 138 et 172 postes en moyenne par film et ceux occupés par des hommes entre 216 et 258 postes. Dans cette étude, il n est pas fait référence à la durée d activité, cette information n étant pas disponible. Les différences en termes d effectifs moyens n impliquent pas nécessairement d écarts en termes de mesure d emploi. L emploi des intermittents pour la production d un film agréé en 2006 a mobilisé, en moyenne, 1,13 M de masse salariale, contre 1,16 M pour un film agréé en 2007, 1,17 M pour un film agréé en 2008, 1,01 M pour un film agréé en 2009 et 1,00 M pour un film agréé en Emploi moyen par film selon l année d agrément 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total 118 films agréés en 2006 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) films agréés en 2007 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) films agréés en 2008 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) films agréés en 2009 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) films agréés en 2010 effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) total : 664 films effectifs moyens masse salariale moyenne (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. 20 L emploi dans les films cinématographiques

22 IV. L emploi dans les films selon le bénéfice du crédit d impôt Parmi les 664 films analysés, 523 ont bénéficié du crédit d impôt cinéma, soit 78,8 % du total. L objet de cette partie est de comparer l emploi mobilisé pour un film bénéficiaire du crédit d impôt à celui mobilisé pour un film qui n en a pas bénéficié. Il convient de rappeler que parmi les 107 films qui ont été exclus de l analyse faute de données disponibles, figuraient 81 films non bénéficiaires du crédit d impôt. Le nombre de films «sans crédit d impôt» analysés ci-dessous se limite ainsi à 141 longs métrages. Pour mémoire, ne sont considérés que les emplois intermittents déclarés pour la production des 664 films retenus. Les effectifs sont déterminés par le comptage des individus ayant été déclarés sur au moins un film. Dans cette partie, un individu déclaré sur plusieurs films ayant bénéficié du crédit d impôt n est compté qu une seule fois. En revanche, un individu déclaré sur au moins un film avec crédit d impôt et un film sans crédit d impôt est compté pour un dans chaque catégorie et pour un dans le total. La notion de masse salariale correspond aux salaires bruts après abattements pour frais professionnels, tels qu ils sont déclarés auprès d Audiens. La production des 523 films d initiative française de fiction agréés entre 2006 et 2010 identifiés dans les bases de données d Audiens et ayant bénéficié du crédit d impôt cinéma a mobilisé intermittents et généré 619,75 M de masse salariale. La fabrication des 141 films sans crédit d impôt a mobilisé intermittents et généré une masse salariale de 105,33 M. Les emplois relatifs aux films bénéficiaires du crédit d impôt mobilisent 95,1 % du total des effectifs et ont généré 85,5 % de la masse salariale globale, pour 78,8 % des films. Parallèlement, les films sans crédit d impôt (21,2 % des films de l échantillon) ont mobilisé 13,0 % des effectifs totaux et 14,5 % de la masse salariale totale. Répartition comparée des films et de la masse salariale selon le bénéfice du crédit d impôt (CI) Films Masse salariale sans CI 21,2% sans CI 14,5% avec CI 78,8% avec CI 85,5% L emploi dans les films cinématographiques 21

23 Emploi dans les films cinématographiques selon le bénéfice du crédit d impôt 1 hommes femmes cadres non artistes total 523 films avec crédit d impôt effectifs totaux cadres masse salariale totale (k ) films sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) total : 664 films effectifs totaux masse salariale totale (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. Pour les films avec crédit d impôt, les emplois artistiques mobilisent 82,3 % des intermittents, contre 60,3 % pour les films sans crédit d impôt. Cet écart peut s expliquer par le montant des devis des films concernés. En effet, les films à devis de production inférieur à 1 M représentent 3,3 % des films bénéficiaires du crédit d impôt, contre 7,1 % des films sans crédit d impôt. Or, le poids des dépenses consacrées à l emploi des artistes baisse avec le devis des films (cf. études sur les coûts de production des films cinématographiques publiées par le CNC). Par ailleurs, pour certains films sans crédit d impôt, la mesure de l emploi telle qu elle ressort des déclarations recueillies par Audiens peut s avérer incomplète. En effet, pour les films dont le tournage s est partiellement déroulé hors de France, il est possible qu une partie de l emploi (artistique en l occurrence) n ait pas été déclarée à Audiens car relevant d une entreprise de production sans établissement en France. Parallèlement, 35,3 % de la masse salariale est dévolue aux cadres pour les films avec crédit d impôt, contre 44,6 % pour les films sans crédit d impôt. Cette différence trouve sans doute également sa justification parmi les hypothèses formulées ci-dessus. 22 L emploi dans les films cinématographiques

24 Répartition de l emploi dans les films selon le bénéficie du crédit d impôt et selon la catégorie professionnelle (%) 100,0% 80,0% 60,0% 40,0% 82,3 32,6 32,2 60,3 28,9 26,5 artistes non cadres 20,0% 0,0% 12,7 5,0 effectif - films avec CI 35,3 masse salariale - films avec CI 26,2 13,4 effectif - films sans CI 44,6 masse salariale - films sans CI cadres La distribution asymétrique de la masse salariale entre les hommes et les femmes est plus marquée pour les films avec crédit d impôt que pour les films sans crédit d impôt. Pour les 523 films avec crédit d impôt, les hommes représentent 57,3 % des effectifs et captent 68,6 % de la masse salariale, tandis que pour les 141 films sans crédit d impôt, ils composent 62,7 % des effectifs et mobilisent 70,4 % de la masse salariale. Répartition de l emploi dans les films selon le bénéficie du crédit d impôt et selon le sexe (%) 100,0% 80,0% 60,0% 42,7% 31,4% 37,3% 29,6% femmes 40,0% 20,0% 57,3% 68,6% 62,7% 70,4% hommes 0,0% effectif - films avec CI masse salariale - films avec CI effectif - films sans CI masse salariale - films sans CI Les 104 films de 2006 et les 114 films de 2010 bénéficiant du crédit d impôts mobilisent respectivement 82,4 % et 83,8 % de la masse salariale de l ensemble des films agréés chaque année. Ces parts sont inférieures à celle constatée sur la totalité de la période étudiée. Au contraire, les 106 films de 2007 et les 100 films de 2009 bénéficiant du crédit d impôt mobilisent respectivement 88,3 % et 86,7 % de la masse salariale totale des films de chaque année. Pour mémoire, ces pourcentages sont à interpréter avec prudence compte tenu de la nature des films qui ont été exclus de l échantillon. L emploi dans les films cinématographiques 23

25 Emploi selon le bénéfice du crédit d impôt et l année d agrément 1 hommes femmes cadres non cadres artistes total 104 films agréés en 2006 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2006 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2007 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2007 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2008 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2008 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2009 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2009 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2010 avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films agréés en 2010 sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films avec crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) films sans crédit d impôt effectifs totaux masse salariale totale (k ) total : 664 films effectifs totaux masse salariale totale (k ) Il convient de préciser que le classement d un individu dans l une ou l autre des catégories professionnelles est effectué pour chaque film. Ainsi, un même individu peut être compté plusieurs fois, dès lors qu il occupe des emplois de catégories différentes sur plusieurs films. En revanche, il est compté une seule fois dans le total des emplois. Il résulte de ce mode de calcul que la somme des effectifs par catégorie d emploi n est pas nécessairement égale aux effectifs totaux. 24 L emploi dans les films cinématographiques

26 Les films ne bénéficiant pas du crédit d impôt emploient pour leur production moins d intermittents déclarés en France. Le niveau moyen de devis et la non comptabilisation d une partie de l emploi expliquent ce phénomène. L effectif intermittent moyen s établit à 451 individus pour les films bénéficiaires du crédit d impôt et à 148 pour les films sans crédit d impôt. Les masses salariales moyennes respectives s établissent à 1,18 M et à 0,75 M. Effectif moyen par film selon le bénéfice du crédit d impôt (CI) et l année d agrément total films avec crédit d'impot films sans crédit d'impot Parmi les films bénéficiaires du crédit d impôt, le profil des films agréés en 2006 fait apparaitre un niveau d emploi (398 intermittents et une masse salariale de 1,05 M en moyenne par film) nettement inférieur à celui des films agréés en 2007 (509 intermittents et une masse salariale de 1,30 M par film). Les emplois moyens relatifs aux films des années 2008, 2009 et 2010 se situent entre ces deux niveaux. Pour les films ne bénéficiant pas du crédit d impôt, le niveau d emploi moyen le plus important est observé pour les films agréés en 2006 (206 intermittents et une masse salariale de 1,67 M ), tandis que l effectif moyen le plus faible est observé pour les films agréés en 2010 (122 intermittents) et la masse salariale moyenne la plus faible pour ceux agréés en 2009 (0,53 M ). L emploi dans les films cinématographiques 25

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique. (Analyse qualitative)

Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique. (Analyse qualitative) Rémunérations des ouvriers et des techniciens dans la production cinématographique (Analyse qualitative) Octobre 2007 Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Données quantitatives sur les métiers de la presse. Source AUDIENS 2009

Données quantitatives sur les métiers de la presse. Source AUDIENS 2009 Données quantitatives sur les métiers de la presse Source AUDIENS 2009 Octobre 2011 Sommaire 1. METHODOLOGIE ET DEFINITIONS 3 1.1. METHODOLOGIE 3 1.2. LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE LA PRESSE 3 2. DONNEES

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion IRCANTEC Octobre 2014 Résumé L Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l Etat et des collectivités publiques

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

uestions Les études Le sujet des écarts de pension entre les hommes Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL

uestions Les études Le sujet des écarts de pension entre les hommes Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL uestions Retraite & Solidarité Les études Direction des retraites et de la solidarité janvier 2014-06 Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL I. Bridenne et Y. Mariama

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2014

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2014 Septembre 2015 - N 15.032 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2014 En résumé : En 2014, l emploi intermittents du spectacle concerne 256 000 salariés et génère 2 milliards d euros

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 statnews informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 La reproduction totale ou partielle du présent bulletin d'information est autorisée à condition d'en citer la source Les femmes dans la société

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture

Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture Marie Gouyon * En France, 2,2 % des actifs exercent une profession culturelle. Au sein des professions culturelles, ils exercent des

Plus en détail

SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN

SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN DOCUMENT FINAL SITUATION COMPAREE DES FEMMES ET DES HOMMES DANS LE TRANSPORT AERIEN 2011 Ja nv ier 20 09 Avec la collaboration de SOMMAIRE 1. Répartition des effectifs femmes hommes dans la branche 3 1.1

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d avocats. Ce secteur n est pas identifié

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Octobre 2015 n 57 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing Présentation de l étude : L université

Plus en détail

Points forts L EMPLOI SE STABILISE EN 2014 BILAN EMPLOI 2014. De la Polynésie française

Points forts L EMPLOI SE STABILISE EN 2014 BILAN EMPLOI 2014. De la Polynésie française Points forts 09 BILAN L SE STABILISE EN INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Les effectifs salariés déclarés à la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) ont progressé de 430 emplois en, soit

Plus en détail

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires Distr. GENERALE CES/SEM.41/12 1er mars 2000 ORIGINAL: FRANCAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

Un risque de perte d emploi plus élevé

Un risque de perte d emploi plus élevé N 25 Septembre 1999 Un risque de perte d emploi plus élevé en Languedoc-Roussillon En Languedoc-Roussillon, le risque de perdre son emploi dans l année est de 7 %. Il est supérieur de deux points à celui

Plus en détail

Le dossier. Les salaires en France

Le dossier. Les salaires en France Le dossier Les salaires en France Sommaire : I- Salaires un regard sur 2009 II- Les salaires du secteur privé et semi-public III- Les salaires des agents de l Etat en 2009 IV- Salaires dans l économie

Plus en détail

Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013

Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013 Portrait statistique des immigrants permanents et temporaires dont le pays de dernière résidence est la France 2009-2013 Juillet 2014 Rédaction Chakib Benzakour Traitement statistique Raluca Paula Filip

Plus en détail

La réalisation de ce panorama de l emploi territorial est le fruit d un travail collectif, impulsé au cours. Avant-propos

La réalisation de ce panorama de l emploi territorial est le fruit d un travail collectif, impulsé au cours. Avant-propos Avant-propos en vigueur de la loi du 19 février 2007 a confirmé et conforté les centres de gestion comme les partenaires privilégiés de l ensemble des collectivités en matière d emploi public local. Au

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2012 Table des matières Le rapport 2012... 6 1. Différences salariales générales... 7 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au régime général :

Actif au RSI et retraité au régime général : version corrigée le 01/03/20 11 Actif au RSI et retraité au régime général : une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) La plupart des travailleurs indépendants ont eu

Plus en détail

Pour les salariés nés en 1934 ayant fait

Pour les salariés nés en 1934 ayant fait Pour les salariés nés en 1934 ayant fait valider, avant leur retraite, une carrière complète dans le secteur privé, le rapport de l avantage principal de droit direct au dernier salaire à temps complet

Plus en détail

Simulation des règles CNAV-AGIRC-ARRCO sur les carrières des fonctionnaires. Note DREES

Simulation des règles CNAV-AGIRC-ARRCO sur les carrières des fonctionnaires. Note DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail rapport d analyse FORMASTAT 2007 Analyse quantitative de l activité de formation des entreprises bénéficiaires de l aide financière de l État en matière de formation professionnelle continue en 2007 I

Plus en détail

Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011

Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011 DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011 Mars 2012 Avertissement : Pour cette première publication, le champ d

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurance Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne

addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne addrn La demande d emploi localisée au 31 mars 2008 Zone d emploi de Saint-Nazaire agence pour le développement durable de la région nazairienne Sommaire Introduction 5 1.1 Une baisse de la demande d

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche PRÉSENTATION Cette recherche 1 avait pour but de mieux connaître la situation de la population avec incapacité sur le marché

Plus en détail

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion?

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? EMPLOI - FORMATION EN PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR MÉMO N 46 - DÉCEMBRE 2009 Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? SÉVERINE LANDRIER CÉCILE REVEILLE-DONGRADI CHARGÉES D ÉTUDES L enquête

Plus en détail

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 8 décembre 2015 - N 15.043 L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 Fin octobre 2015, le nombre d intérimaires s établit à 640 600 en valeur corrigée des variations saisonnières (donnée provisoire). Il connaît

Plus en détail

profession d'avenir LE FRANCILIEN

profession d'avenir LE FRANCILIEN profession d'avenir L EMPLOI DANS LES CABINETS FRANCILIENS Des chiffres pleins de promesses Comment va l emploi dans les cabinets franciliens? Qui sont les collaborateurs qui y travaillent? Comment ont-ils

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Formé de sept familles professionnelles, le domaine de la mécanique, du travail des métaux et de

Formé de sept familles professionnelles, le domaine de la mécanique, du travail des métaux et de MÉCANIQUE, TRAVAIL DES MÉTAUX Formé de sept familles professionnelles, le domaine de la mécanique, du travail des métaux et de la réparation automobile représente 9 emplois et rassemble 8,1 % de actifs

Plus en détail

SOMMAIRE. Qui cotise? Pourquoi cotiser? Quelles cotisations? Combien de points? Comment obtenir des points? Mes droits sont-ils préservés?

SOMMAIRE. Qui cotise? Pourquoi cotiser? Quelles cotisations? Combien de points? Comment obtenir des points? Mes droits sont-ils préservés? SOMMAIRE Qui cotise? Pourquoi cotiser? Quelles cotisations? Combien de points? Comment obtenir des points? Mes droits sont-ils préservés? QUI COTISE? Au régime Arrco Tous les salariés du secteur privé

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

La formation professionnelle et statutaire des agents des ministères de 2008 à 2012

La formation professionnelle et statutaire des agents des ministères de 2008 à 2012 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE POINT STAT Février 2015 La formation professionnelle et statutaire s agents s ministères 2008 à 2012 Salah Idmachiche Entre 2008 et 2012, le

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

Guide opérationnel. Thème : Contrat à Durée Indéterminée Intermittent (CDII) Assia GUERRIB

Guide opérationnel. Thème : Contrat à Durée Indéterminée Intermittent (CDII) Assia GUERRIB Guide opérationnel Thème : Contrat à Durée Indéterminée Intermittent (CDII) Assia GUERRIB Carinne DEUX RGRH42 1 SOMMAIRE INTRODUCTION I Qu est-ce que le CDII? II Quels sont les secteurs concernés et les

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs de la transition bachelor-master (en %) Art et design Total HES Passage à la filière de master 17 18

Tableau 2: Indicateurs de la transition bachelor-master (en %) Art et design Total HES Passage à la filière de master 17 18 Art et design HES Le passage des études à la vie se révèle compliqué pour les diplômées et diplômés en art et design: 60 % d entre eux peinent à trouver un emploi correspondant à leurs aspirations. Après

Plus en détail

Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants

Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants N 43 Avril 1 Bilan et perspectives des régimes invalidité-décès des artisans et commerçants Le RSI gère les régimes invalidité-décès des artisans et commerçants. L assurance invalidité permet de couvrir

Plus en détail

L EMPLOI DES JEUNES DIPLÔMÉS DE NIVEAU BAC +5 ET PLUS RÉSIDANT DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

L EMPLOI DES JEUNES DIPLÔMÉS DE NIVEAU BAC +5 ET PLUS RÉSIDANT DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES L EMPLOI DES JEUNES DIPLÔMÉS DE NIVEAU BAC +5 ET PLUS RÉSIDANT DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 015-81 DÉCEMBRE 015 Profi l des diplômés L accès à l emploi Les conditions

Plus en détail

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente La population des sortants des formations des spécialités du commerce et de la vente (cf. méthode) est à dominante féminine que la formation

Plus en détail

N 38 - MARS 2007. IMPLANTATION DES CHRS au 01/01/2005. IGN - GEoFLA Æ2000. Source : DRASS-Finess

N 38 - MARS 2007. IMPLANTATION DES CHRS au 01/01/2005. IGN - GEoFLA Æ2000. Source : DRASS-Finess N 38 - MARS 2007 LES CENTRES D HÉBERGEMENT ET DE RÉINSERTION SOCIALE : la situation en Midi-Pyrénées au 1 er janvier 2005 Anne ARDITI * - Valérie GIBEL* - Bernard MAGNIER** - Anne PHILIPPE ** A u jour

Plus en détail

Programmes d occupation et d insertion proposés dans le cadre de l aide sociale (POIAS) Reporting 2014 : résultats et évaluation

Programmes d occupation et d insertion proposés dans le cadre de l aide sociale (POIAS) Reporting 2014 : résultats et évaluation Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Sozialamt Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des affaires sociales Rathausgasse 1 3011 Berne Tél. +41

Plus en détail

LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE

LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE LES DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE N 12 - AVRIL 2011 Le devenir des diplômés 2007 de licence professionnelle des Universités d Alsace Cheikh Tidiane Diallo, Annie Cheminat Les étudiants ayant obtenu une licence

Plus en détail

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE DIRECCTE Service ESE Février 2015 METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE Situation socio-économique Direccte Service étude, statistique, évaluation Février 2015 DIRRECTE Service ESE Février 2015 Sommaire Bref

Plus en détail

FEMMES CADRES ET HOMMES CADRES : DES INÉGALITÉS PROFESSIONNELLES QUI PERSISTENT

FEMMES CADRES ET HOMMES CADRES : DES INÉGALITÉS PROFESSIONNELLES QUI PERSISTENT EMMES CADRES ET OMMES CADRES : DES INÉGALITÉS PROESSIONNELLES QUI PERSISTENT ATTENTION Document sous embargo. Publiable le 08 mars à 0h01. Mars 2011 La progression de la part des femmes parmi les cadres

Plus en détail

Emplois salariés dans le tourisme : un poids localement important

Emplois salariés dans le tourisme : un poids localement important Numéro 145 : décembre 2012 Emplois salariés dans le tourisme : un poids localement important En 2009, le tourisme en Midi-Pyrénées génère 44 000 emplois salariés, soit 4,5 % de l emploi salarié total.

Plus en détail

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Copyright Photo Alto L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Le phénomène de concentration continue d impacter le nombre des entreprises de la branche mais n a pas d incidence négative sur l emploi puisque

Plus en détail

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 n o 21 2015 situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 TAUX DE POURSUITE D ÉTUDES 75,2% TAUX D EMPLOI 17% TAUX DE RECHERCHE D EMPLOI 5,2% TAUX D INACTIVITE 2,6% O B S E R VATO I R E Etude réalisée

Plus en détail

PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE 2013

PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE 2013 PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROESSIONNELLE 2013 PREAMBULE Depuis 2005, nous avons, dans l entreprise, un accord sur «le développement de la mixité dans le Groupe». Celuici définit, dans de nombreux domaines,

Plus en détail

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante

L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Observatoire de la Vie Etudiante L insertion professionnelle des Masters de l Université Toulouse 1 Capitole par composante Résultats de l enquête sur le devenir des diplômés 2009 de master au 1 er décembre

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Les possesseurs de cartes à entrées illimitées au cinéma

Les possesseurs de cartes à entrées illimitées au cinéma Les possesseurs de cartes à entrées illimitées au cinéma Avril 2008 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Rapport : ville de Trois- Rivières

Rapport : ville de Trois- Rivières Assistance méthodologique pour le traitement et l analyse des données des enquêtes Origine- Destination québécoises pour dresser le portrait du vélo au Québec Projet réalisé pour le compte de Vélo Québec

Plus en détail

Zone de montagne touristique pyrénéenne : 1 emploi salarié sur 6 est touristique

Zone de montagne touristique pyrénéenne : 1 emploi salarié sur 6 est touristique N 3 - Avril 2013 Numéro 150 : Avril 2013 Zone de montagne touristique pyrénéenne : 1 emploi salarié sur 6 est touristique En 2009, dans la zone de montagne touristique pyrénéenne, les emplois salariés

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

ACCORD DU 14 JANVIER 2011 RELATIF À L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DU 14 JANVIER 2011 RELATIF À L ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3020 Convention collective nationale IDCC : 787. PERSONNEL DES CABINETS D EXPERTS-COMPTABLES ET DE COMMISSAIRES AUX COMPTES

Plus en détail

Dares Analyses. Six mois après un contrat de professionnalisation arrivé à échéance en 2011 Les trois quarts des anciens bénéficiaires sont en emploi

Dares Analyses. Six mois après un contrat de professionnalisation arrivé à échéance en 2011 Les trois quarts des anciens bénéficiaires sont en emploi Dares Analyses avril 2014 N 033 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Six mois après un contrat de professionnalisation arrivé à échéance en 2011 Les

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

BRANCHE PROFESSIONNELLE DES GARDIENS, CONCIERGES ET EMPLOYES D'IMMEUBLE

BRANCHE PROFESSIONNELLE DES GARDIENS, CONCIERGES ET EMPLOYES D'IMMEUBLE Portrait statistique des entreprises et des salariés BRANCHE PROFESSIONNELLE DES GARDIENS, CONCIERGES ET EMPLOYES D'IMMEUBLE Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe. http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm

Plus en détail

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11

#295. production audiovisuelle aidée. sommaire. &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5. &02 la fiction...11 #295 production audiovisuelle aidée sommaire &01 les tendances de la production audiovisuelle aidée...5 &02 la fiction...11 &03 le documentaire...21 &04 l animation...31 &05 le...37 &06 le magazine...47

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF DU 20 DÉCEMBRE 2006

ACCORD COLLECTIF DU 20 DÉCEMBRE 2006 MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel GARANTIES COLLECTIVES ET OBLIGATOIRES POUR L ENSEMBLE DES INTERMITTENTS DU SPECTACLE (20 décembre

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE PANORAMA DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE À L ÎLE DE LA RÉUNION Document actualisé en 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE () À L ÎLE DE LA RÉUNION, C EST : 1 emploi sur 10 à la Réunion, soit près de

Plus en détail

L encadrement supérieur et dirigeant dans les trois versants de la fonction publique

L encadrement supérieur et dirigeant dans les trois versants de la fonction publique MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE POINT STAT Février 2015 L encadrement supérieur et dirigeant dans les trois versants de la fonction publique L encadrement supérieur et dirigeant

Plus en détail

Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole

Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole Observatoire des Formations et de l Insertion Professionnelle Insertion professionnelle et poursuite d études 6 à 9 mois après l obtention en 2014 d un Master 2 de TSE de l Université Toulouse 1 Capitole

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2011. 1 - Les effectifs

BILAN SOCIAL 2011. 1 - Les effectifs BILAN SOCIAL 2011 PRESENTATION DES PRINCIPAUX ELEMENTS DU RAPPORT SUR L ETAT DES COLLECTIVITES ET ETABLISSEMENTS PUBLICS EN INDRE-ET-LOIRE (affiliés et non affiliés au centre de gestion) L article 33 de

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE

RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE RÉGLEMENT DU FONDS DE SOUTIEN DE RHÔNE-ALPES CINÉMA À LA COPRODUCTION D ŒUVRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE LONGUE DURÉE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES (1 er janvier 2015) Depuis 1991 et la création du Centre Européen

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009)

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) Copie certifiée conforme du règlement du Régime de retraite des employés de la Société des casinos

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Comité Paritaire de Pilotage de l Observatoire 20 février 2013 Service Observatoires AGEFOS

Plus en détail

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON N 86 - FISCAL n 16 - SOCIAL n 31 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON L essentiel Le crédit d'impôt

Plus en détail

Etude sur l emploi touristique en région Centre Source : DADS 2009, INSEE- en partenariat avec le CRT Centre-Val de Loire

Etude sur l emploi touristique en région Centre Source : DADS 2009, INSEE- en partenariat avec le CRT Centre-Val de Loire Etude sur l emploi touristique en région Centre Source : DADS 2009, INSEE- en partenariat avec le CRT Centre-Val de Loire Avertissement : l essentiel des données présentées ci-après sont issues de l exploitation

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses JANVIER 2014 N 002 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LA VAE EN 2012 DANS LES MINISTÈRES CERTIFICATEURS Plus de 250 000 personnes

Plus en détail