SOMMAIRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2011"

Transcription

1

2

3 SOMMAIRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2011 Rapport de Gestion du Conseil d Administration relatif aux comptes consolidés et aux comptes annuels 2 Comptes consolidés VISION IT GROUP 24 Attestation du responsable du document 78 Rapport du Commissaire sur les comptes consolidés 79 VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

4 RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION RELATIF AUX COMPTES ANNUELS ET AUX COMPTES CONSOLIDES AFFERENTS A L EXERCICE CLOTURE AU 31 DECEMBRE 2011 Le Conseil d Administration a l honneur de présenter à l Assemblée Générale Ordinaire des actionnaires de la société VISION IT GROUP SA (ci-après «la Société») devant avoir lieu le 25 mai 2012, à 11 heures, le présent rapport de gestion du Conseil d Administration, établi conformément à la législation applicable, afférent aux comptes annuels consolidés et aux comptes annuels de la Société relatifs à l exercice social clôturé le 31 décembre 2011, tels qu ils ont été arrêtés par le Conseil d Administration. Le Conseil d Administration soumet à l approbation de l assemblée générale ordinaire du 25 mai 2012 les comptes annuels de la Société ainsi que les comptes annuels consolidés clôturés au 31 décembre 2011, tels qu ils ont été arrêtés par le Conseil d Administration. Conformément à l article 119, al. 3 du Code des sociétés, le présent rapport formant un rapport unique combinant le rapport de gestion sur les comptes consolidés et le rapport de gestion sur les comptes sociaux, il sera divisé en deux parties distinctes (chapitres B et C), de sorte que les indications prescrites sont données de manière distincte pour l ensemble consolidé et pour la Société. A. Présentation de VISION IT GROUP et de ses activités Par «VISION IT GROUP», on entend l ensemble consolidé au sens de l article 109 du Code des sociétés composé de la Société en tant que société consolidante, et des filiales directes ou indirectes de cette dernière comprises dans le périmètre de consolidation. Les sociétés membres de VISION IT GROUP, en ce compris la Société, seront ci-après dénommées les «sociétés comprises dans la consolidation». Pour une présentation détaillée des sociétés comprises dans la consolidation, veuillez-vous référer à la Note 5-5 de l annexe aux états financiers consolidés. Les principaux actionnaires minoritaires de la Société et, le cas échéant de ses filiales, sont des managers ou des salariés de VISION IT GROUP. En outre, la Société détient une option d achat ou d échange sur la totalité des actions de certaines filiales (voir Note 14 de l annexe aux états financiers consolidés). VISION IT GROUP est un groupe européen de conseil et d expertise dans les technologies de l information. Au 31 décembre 2011, VISION IT GROUP était présente dans 9 pays européens (Belgique, France, Luxembourg, Italie, Espagne, Portugal, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas) et comptait experts. L ensemble des sociétés composant le Groupe sont des sociétés opérationnelles, à l exception des sociétés VISION IT VITE SA (Espagne) et CAFRA GmbH (Allemagne) qui n ont pas de collaborateur. L expérience, la proximité et la valeur ajoutée de son savoir-faire confère à VISION IT GROUP une capacité à proposer à ses clients les meilleures solutions aux meilleures conditions économiques. Pour ce faire VISION IT GROUP s est ainsi positionné en multi-spécialiste dédié aux compétences critiques. Cette stratégie consiste en la mise en avant de niches de compétences et d expertises au niveau européen. Une telle stratégie favorise les contacts directs avec les directions informatiques et/ou fonctionnelles. Grâce à ses relations privilégiées, VISION IT GROUP a été choisi et retenu par plus de 90 grands groupes internationaux comme fournisseur privilégié, ce qui génère un volume d affaires important et récurrent pour VISION IT GROUP. 2 VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

5 Cette démarche de qualité permet à VISION IT GROUP de réaliser des prestations d expertises et de proximité difficilement concurrençables par des équipes «off shore». Elle lui permet par ailleurs d être plus sélectif dans le choix des projets et d orienter la formation de ses collaborateurs vers les solutions et les secteurs qui présentent les plus fortes perspectives. De cette manière, les experts de VISION IT GROUP sont en permanence en adéquation avec le marché de l emploi et les besoins des clients. Le développement rapide de VISION IT GROUP s appuie principalement sur la qualité de ses consultants (90% d experts) et sur son modèle de fonctionnement en «Grid Company» (fonctionnement en réseau). Ce modèle particulièrement efficace consiste en une mise en commun des expertises des filiales du Groupe. Chaque filiale est spécialisée dans une ou deux technologies et vouée à intervenir pour l ensemble des structures commerciales du Groupe, quelles que soient leur localisation géographiques Cette approche est un facteur de différentiation fort sur le plan européen, une des clefs du succès de VISION IT GROUP. Ce concept vient de l analogie aux réseaux électriques (Grid = Grille), qui permet à tous les clients d avoir accès à l électricité en chaque point du réseau en quantité et qualité égale, sans avoir à se soucier de la source de production. De même, l organisation de VISION IT GROUP consiste en une mise en commun des compétences de chaque entité le composant afin de proposer à tous les clients du Groupe une offre globale enrichie du savoir-faire disponible dans tous les pays où le Groupe est présent. Ce concept de Grid évite à VISION IT GROUP de dupliquer la recherche et développement dans chaque pays où il est présent. Chaque filiale est ainsi spécialisée dans une ou deux technologies «phares» et met cette recherche et développement à la disposition de tous les autres membres du Groupe. Les expertises des sociétés membres du Groupe ont une existence naturelle validée par un marché local ou un savoir-faire particulier des équipes locales. Les expertises de VISION IT GROUP sont organisées autour de trois offres (description des offres en Note 3.6 de l annexe sur les états financiers consolidés) : Les prestations de conseil métier, conseil en qualification logicielle et formation ; Le développement d applications métier à base de technologies innovantes ; La gestion des centres informatiques. Bien que créé durant l explosion de la bulle Internet, VISION IT GROUP a toujours été bénéficiaire, avec une croissance très soutenue. En moyenne, cette croissance est de 29% par an depuis VISION IT GROUP réalise l essentiel de son activité avec des grands groupes européens et a réalisé en 2011 plus de 89% de son chiffre d affaires consolidé à l international. Les titres représentatifs du capital de la Société sont admis simultanément aux négociations sur les marchés Alternext de NYSE-Euronext Paris et de NYSE-Euronext Brussels. VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

6 B. Rapport de gestion sur les comptes consolidés B.1 Commentaires sur les comptes consolidés de VISION IT GROUP (art. 119, al. 2, 1 C.soc.) Les comptes consolidés relatifs à l exercice clôturé au 31 décembre 2011 ont été établis conformément au référentiel IFRS et donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et des résultats de l ensemble constitué par les personnes et entités comprises dans la consolidation de VISION IT GROUP compte tenu du référentiel comptable utilisé et des exigences légales applicables. Les principes comptables retenus pour la préparation de ces états financiers sont identiques à ceux appliqués pour la préparation des comptes consolidés de l exercice clos le 31 décembre Les normes suivantes, les interprétations et les amendements de normes existantes qui ont été publiées, sont obligatoires aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011 : IAS 24 (révisée) Informations relatives aux parties liées ; Amendement à IFRS 1 Exemptions relatives aux informations à fournir au titre d IFRS 7 ; Amendement à IAS 32 Classification de droits de souscription ; Amendements portant sur plusieurs normes IFRS, issus du programme d amélioration annuelle des IFRS de mai 2010 ; IFRIC 19 Extinction de passifs financiers au moyen d instruments de capitaux propres ; Amendement à IFRIC 14 Paiements anticipés des exigences de financement minimal. L impact de l adoption de ces normes ainsi que des autres nouvelles normes, interprétations et amendements aux normes existantes sur les états financiers du Groupe reste très limité. Les états financiers consolidés de l exercice clos le 31 décembre 2011 ne tiennent pas compte des nouvelles normes, interprétations et amendements de normes existantes non encore approuvées par l Union Européenne, notamment : IFRS 9 Instruments financiers (remplacement d IAS 39) ; Amendement à IFRS 7 Informations à fournir : Transferts d actifs financiers ; Amendement à IAS 32 et IFRS 7 Compensation des actifs et des passifs financiers ; Amendement à IAS 12 Impôts différés : Recouvrement des actifs sous-jacent ; Amendements IAS 19 Avantage du personnel ; IFRS 10 Etats financiers consolidés ; IFRS 11 Accords conjoints ; IFRS 12 Informations à fournir sur les participations dans les autres entités ; IFRS 13 Evaluation de la juste valeur ; IAS 27 (révisée) Etats financiers consolidés et individuels ; IAS 28 (révisée) Participations dans des entreprises associées. La société VERTICAL VISION AG a été liquidée fin novembre Le résultat de son activité a été retraité dans les comptes consolidés conformément à la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées et présenté sur une ligne distincte «Résultat net des activités abandonnées». Par ailleurs, les flux de trésorerie liés à VERTICAL VISION ont été éliminés de l état des flux de trésorerie consolidés en 2010 et Les activités non poursuivies sont détaillés en note 32 de l annexe aux états financiers consolidés. 4 VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

7 Les principaux postes des comptes consolidés sur lesquels nous attirons votre attention sont les suivants : B.1.1 Compte de résultats consolidé (ou état du résultat global consolidé) 1 Le chiffre d affaires consolidé s élève, au 31 décembre 2011, à milliers d euros contre milliers d euros en 2010, soit une hausse de 13%. L évolution du chiffre d affaires s explique principalement par l acquisition des sociétés MvB CONSULTING GmbH (Allemagne) et SPS CONSULTING & SERVICES GmbH (Allemagne) détaillée en Note 2 de l annexe aux états financiers consolidés. Sans la déconsolidation de la société VERTICAL VISION AG, le chiffre d affaires consolidé de 2011 aurait dépassé l objectif annoncé de 120 M. Les charges opérationnelles consolidées s élèvent, au 31 décembre 2011, à milliers d euros contre milliers d euros en 2010, soit une hausse de 17%. Les charges de personnel passent de milliers d euros en 2010 à milliers d euros en 2011, soit une augmentation de 10%. Dans le même temps, les charges administratives, de commercialisation et de sous-traitance passent de milliers d euros en 2010 à milliers d euros en 2011 soit une hausse de 22%. Ces deux variations s expliquent en grande partie par l impact des acquisitions de l année La marge opérationnelle consolidée, au 31 décembre 2011, affiche un bénéfice de milliers d euros, contre un bénéfice de milliers d euros en 2010, soir une baisse de 37%. La rentabilité opérationnelle en 2011 a été de 4,3 %, contre 7,8 % en La baisse de la rentabilité en 2011 résulte de la perte opérationnelle générée par la filiale hollandaise au cours du premier semestre, de la diminution des crédits impôts recherches et d une légère contraction de la marge directe du fait des pressions tarifaires. Les autres charges et produits opérationnels ressortent à milliers d euros en 2011, contre milliers d euros en 2010 et intègrent notamment : des frais de restructuration, des frais de conseil et d audit des acquisitions de 2011, le coût des fusions des filiales françaises, hollandaises et belges, et enfin une transaction exceptionnelle de 200 milliers d euros sur le litige MARINE CONSULTING (voir Note B du présent rapport de gestion). Le résultat financier consolidé, au 31 décembre 2011, affiche un déficit de milliers d euros contre un déficit de 449 milliers d euros en La détérioration du résultat financier consolidé s explique principalement par les emprunts souscrits en 2010 (12 mois d intérêts en 2011 contre 6 mois en 2010) et l impact de la correction de valeur des instruments de couverture de taux. Le résultat net des activités poursuivies s élève, pour l exercice 2011, à milliers d euros contre milliers d euros pour l exercice précédent, les impôts sur le résultat 2011 s élevant à milliers d euros. Le taux facial d impôt sur le résultat hors impact CVAE pour l exercice 2011 est de 31% contre 20% en 2010 (voir Note 25 de l annexe sur les états financiers consolidés). Le résultat des activités abandonnées au 31 décembre 2011 affiche une perte de milliers d euros contre une perte de 202 milliers d euros en 2010 qui s explique par la liquidation de la société Suisse VERTICAL VISION AG. Les comptes consolidés clôturés au 31 décembre 2011 présentent un résultat de l exercice déficitaire de milliers d euros contre un bénéfice de milliers d euros au 31 décembre Le résultat net revenant aux actionnaires de la Société après déduction des intérêts minoritaires s élève à milliers d euros contre milliers d euros en Données au 31/12/2010 retraitées (IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées») VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

8 B.1.2 Bilan consolidé Les capitaux propres consolidés, au 31 décembre 2011, s élèvent à milliers d euros, en baisse de milliers d euros par rapport à Les actifs non courants représentent milliers d euros au 31 décembre 2011, en baisse de milliers d euros par rapport à Cette variation s explique principalement par la comptabilisation des nouveaux écarts d acquisition liés aux acquisitions de l exercice (voir Notes 5-1 de l annexe aux états financiers consolidés), la liquidation de la société VERTICAL VISION AG. (voir Notes 5-3 de l annexe aux états financiers consolidés), la variation nette des immobilisations corporelles (voir Notes 8 de l annexe aux états financiers consolidés), l exercice du plan de warrants 2006 (voir Notes 29-4 de l annexe aux états financiers consolidés). En application des normes IFRS, les écarts d acquisition ne sont pas amortis de manière linéaire mais font l objet de tests de dépréciation chaque année, et une comparaison est faite entre la valeur comptable et la valeur d utilité de la filiale concernée. La valeur d utilité correspond à la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs attendus par la filiale concernée (voir Notes 3-9 de l annexe aux états financiers consolidés). Les comptes clients et autres débiteurs représentent milliers d euros au 31 décembre 2011, en hausse de 479 milliers d euros par rapport à l année 2010 (voir Note 9 de l annexe aux états financiers consolidés). La variation des comptes clients résulte de la hausse du chiffre d affaires et de la baisse du délai de règlement des clients. La trésorerie consolidée de VISION IT GROUP au 31 décembre 2011 s élève à milliers d euros et la dette nette consolidée à milliers d euros, soit un ratio de gearing (dette nette auprès des établissements de crédit / capitaux propres) de 45% contre 46% au 31 décembre 2010 (voir Note 4-2 de l annexe aux états financiers consolidés). L endettement de VISION IT GROUP est soumis à certains covenants. VISION IT GROUP a obtenu une dérogation sur le respect d un des covenants au 31 décembre 2011 par les organismes prêteurs (voir Note 13 de l annexe aux états financiers consolidés). VISION IT GROUP ne détient aucune action propre directement ou indirectement au 31 décembre B.1.3 Faits marquants de l année 2011 Les faits marquants de l année 2011 sont détaillés dans la note 2 de l annexe aux états financiers consolidés. B.1.4 Informations relatives aux questions environnementales VISION IT GROUP œuvre pour créer une culture d entreprise autour du développement durable. Pour ce faire, VISION IT GROUP favorise un développement économique efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable en encourageant la participation de tous les acteurs de la société, et ce à plusieurs niveaux : Dématérialisation Cette stratégie économique vise à réduire la quantité de matières premières utilisées dans le fonctionnement de VISION IT GROUP sans pour autant interrompre ses activités. 6 VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

9 Réduction des achats de services et de frais généraux Le service achat de VISION IT GROUP axe sa politique sur la réduction des consommations au sein de l entreprise : lutte contre le gaspillage, travail sur l efficacité, etc. Les mesures prises en matière d économie d énergie sur les postes de travail sont nombreuses et les mesures prises en vue de la gestion d énergie sont maximales (extinction des écrans, arrêt des disques durs, arrêt automatique des postes, etc.). VISION IT GROUP préconise la virtualisation des serveurs afin de contrôler et maîtriser la problématique de surconsommation liée aux serveurs informatiques inactifs. Grâce à la virtualisation, plusieurs applications opèrent sur le même serveur physique, ce qui réduit considérablement le nombre de machines physiques au sein du centre de données, et par conséquent la puissance totale consommée. La consolidation du nombre de serveurs installés réduit par la même occasion les besoins énergétiques utilisés par les systèmes de refroidissement. Recyclage et évitement du gaspillage VISION IT GROUP favorise le recyclage du papier (achat de papier recyclé à l échelle du Groupe), des cartouches d encres et des piles électriques ainsi que le non gaspillage d ordre général (réédition de document réduite, impression recto verso, couleur noir et blanc par défaut, etc.). Communication et Implication des acteurs VISION IT GROUP communique en interne sa prise en compte du développement durable afin de sensibiliser ses collaborateurs. Ce fut le cas par une campagne de communication à ce sujet pour «démystifier» le développement durable, mettant en avant les bénéfices concrets de la démarche. Chaque collaborateur de VISION IT GROUP implique tous ses destinataires de courriers électroniques à participer à la réduction de l impact environnemental par l ajout dans sa signature de la mention : «Please consider the environment before printing this » 1 B.1.5 Informations relatives aux questions de personnel Les collaborateurs de VISION IT GROUP constituent une population fortement diplômée. Les profils de type «études supérieures» sont issus, selon les pays, d universités prestigieuses ou de grandes écoles d ingénieurs pour la France. Les recrutements sont effectués autour de deux axes prépondérants : (i) l expérience dans les expertises et les savoir-faire du Groupe, mais également (ii) les qualités relationnelles nécessaires à la réalisation de projets ou de missions en clientèle. Les sociétés comprises dans la consolidation investissent en outre continuellement dans la formation de leur personnel. La croissance des effectifs de VISION IT GROUP a été très significative par le passé. La croissance des effectifs a été moins importante au cours des 3 dernières années car nos filiales Allemandes recourent à des sous traitants indépendants pour près de 50% de leurs effectifs Traduction : Merci de penser à l environnement avant d imprimer cet VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

10 B.1.6 Description des principaux risques et incertitudes auxquels les sociétés comprises dans la consolidation sont confrontées Les principaux facteurs de risques auxquels sont confrontées les sociétés comprises dans la consolidation sont : B Risques opérationnels Risques clients Les sociétés comprises dans la consolidation interviennent sur des projets informatiques complexes. De ce fait, ces sociétés ne sont pas à l abri de réclamations de la part de leurs clients concernant la réalisation de projets par leurs experts. Des clients peuvent par exemple considérer que les experts de VISION IT GROUP n ont pas atteint les objectifs attendus, ou lui ont causé un préjudice. De ce fait, les sociétés comprises dans la consolidation peuvent être attaquées devant des juridictions civiles et être amenées à payer des dommages et intérêts ou à transiger pour résoudre des litiges éventuels. VISION IT GROUP compte plusieurs centaines de clients en Europe. Les trois plus importants clients de VISION IT GROUP représentent respectivement 7%, 6% et 5% de son chiffre d affaires consolidé. Seuls les cinq premiers clients représentent individuellement plus de 5% du chiffre d affaires consolidé, mais au niveau local, le poids d un client peut représenter un risque significatif pour une société considérée individuellement (voir Note 28-4 de l annexe aux états financiers consolidés). VISION IT GROUP travaille essentiellement avec des «grands comptes» et des administrations publiques, ce qui limite les risques d insolvabilité des clients. Cependant, la perte d un référencement peut avoir un impact significatif sur la rentabilité et les performances de VISION IT GROUP. La répartition géographique du chiffre d affaires 2011 de VISION IT GROUP (voir Note 28-3 de l annexe aux états financiers consolidés) permet de réduire le risque macro-économique. Risques fournisseurs VISION IT GROUP est partenaire de grands groupes informatiques internationaux, à savoir essentiellement de grands éditeurs de logiciels techniques ou de logiciels de gestion intégrés. Les sociétés comprises dans la consolidation ont signé des partenariats annuels ou pluriannuels avec ces principaux fournisseurs. Ces partenariats ont été reconduits depuis plusieurs années. La perte d un partenariat important pourrait toutefois avoir une incidence sur la rentabilité de certaines sociétés comprises dans la consolidation. Risques liés à la sous-traitance ou co-traitance Les sociétés comprises dans la consolidation peuvent être amenées à être occasionnellement soustraitant ou co-traitant avec d autres sociétés de conseil ou de services informatiques. Dans ce cas, VISION IT GROUP s efforce de limiter la responsabilité des sociétés comprises dans la consolidation. Par ailleurs, les sociétés comprises dans la consolidation utilisent régulièrement d autres sociétés de conseil ou de services informatiques comme sous-traitant lorsqu elles ont besoin de compétences spécifiques ou de prestations à faible valeur ajoutée. Même si ces sociétés s assurent d avoir la supervision des collaborateurs de leurs sous-traitants pour limiter les risques, un risque de défaillance de ceux-ci subsiste. Taux de facturation des équipes et prix de vente La rentabilité des sociétés comprises dans la consolidation dépend du taux de facturation des équipes (nombre de jours de facturation rapporté au nombre de jours travaillés, congés exclus) et du prix de 8 VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

11 vente moyen (Taux Journalier Moyen). La rentabilité des sociétés comprises dans la consolidation dépend largement de leur capacité à maintenir ses taux d activité et ses prix de vente journaliers. Risques liés au départ de personnes clés Les succès futurs de VISION IT GROUP dépendent de la capacité du management de la Société et de ses filiales à fidéliser et à motiver les collaborateurs clés de chaque société comprise dans la consolidation. En particulier, le départ ou l indisponibilité prolongée d un ou plusieurs collaborateurs clés d une société comprise dans la consolidation pourrait avoir un effet négatif non négligeable sur la stratégie, les résultats, la situation financière de la société considérée et donc de VISION IT GROUP, ainsi que sur la mise en œuvre de nouveaux projets nécessaires à leur développement et à leur pérennité. Aucune des sociétés comprises dans la consolidation n a souscrit, à ce jour, une assurance «homme clé», et n a pas l intention d en souscrire une à court ou à moyen terme. Risques liés à l évolution du marché et de la concurrence Le marché des services informatiques et du conseil connait depuis plusieurs années une forte concurrence sur les prix, entraînant une concentration des acteurs et le développement de l offre de solutions offshore pour résister à la pression sur les prix. VISION IT GROUP considère être bien placée pour résister à la pression des solutions offshore, compte tenu de son positionnement dans des niches d expertises qui nécessitent des prestations de proximité à forte valeur ajoutée telles que le développement des infrastructures systèmes et réseaux, la qualification logicielle et le testing, car ces activités sont moins facilement délocalisables que les développements d applications. L offshore maintient toutefois une pression sur les prix de vente, bien que celle-ci se soit atténuée par la progression de la demande et la raréfaction des ingénieurs disponibles. Le Conseil d Administration considère que la concentration du secteur n est pas un risque majeur pour l activité de VISION IT GROUP, compte tenu de son positionnement de spécialiste multi pays. Risques liés à la nature des contrats Certaines sociétés comprises dans la consolidation (essentiellement celles situées en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg) réalisent une part significative de leur chiffre d affaires avec des contrats au forfait (prix fixe et/ou délais fixés). Leur rentabilité dépend de la capacité de leurs équipes à tenir les délais et les coûts : en cas de dépassement des coûts, la rentabilité du projet au forfait sera directement impactée et en cas de dépassement des délais, la société peut se voir imposer des pénalités de retard. Afin de limiter ces risques, les sociétés comprises dans la consolidation essaient toujours d obtenir un plafonnement des pénalités au niveau du plafond de leurs assurances et de réaliser des livrables avec des plans d étapes agréés et convenus avec les clients. Toutefois, au niveau de VISION IT GROUP dans son ensemble, les projets au forfait ne représentent qu une part minoritaire du chiffre d affaires (moins de 15%). Comme dans la plupart des sociétés de services informatiques, une part importante du chiffre d affaires des sociétés comprises dans la consolidation est réalisée avec des contrats cadre. Ces contrats matérialisent les référencements privilégiés de VISION IT GROUP et définissent les conditions de prestations (grille tarifaire, conditions de paiement, juridiction compétente, ). Ces contrats cadre ont une durée longue pouvant dépasser une année mais n engage pas le client sur un montant de commande. Après signature du contrat cadre, le client envoie des bons de commande par mission, souvent renouvelable avec des durées allant de 3 mois à 1 an. Ces bons de commande peuvent être facilement résiliés ou non renouvelés entraînant un risque pour VISION IT GROUP quant à la prévision d activité et de résultat. VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

12 B Risques technologiques Les progrès et les évolutions technologiques sont les fondements mêmes des métiers des sociétés comprises dans la consolidation. VISION IT GROUP, qui est depuis sa création un précurseur dans l adoption des nouvelles technologies, maintient une veille technologique permanente pour maintenir son avantage compétitif et assure une formation permanente de ses collaborateurs. Bien que VISION IT GROUP ne puisse garantir l intégration et l appréhension de toutes les nouvelles solutions, l esprit et la culture de l entreprise représentent un point fort pour faire des choix pertinents. En matière de propriété intellectuelle, il convient de relever que les activités des sociétés comprises dans la consolidation ne sont pas des activités d éditeur de logiciel, mais des activités de conseil, de formation, d assistance technique et d intégration de systèmes (fourniture d un ensemble logiciel et/ou matériel). Ces sociétés se contentent donc d utiliser des logiciels propriétés de leurs partenaires ou de réaliser des développements spécifiques à la demande d un client, qui par définition restent la propriété du client au terme de la mission de la société considérée. Il n y a pas à proprement parler de risque lié à la propriété intellectuelle. De façon marginale, VISION IT GROUP développe des solutions logicielles dans le domaine des laboratoires d analyse médicale en Italie, mais cela ne représente qu une part relative du chiffre d affaires de VISION IT GROUP. B Risques financiers La gestion des risques financiers est détaillée dans la note 4-1 de l annexe aux états financiers consolidés. B Faits exceptionnels et risques juridiques (a) VISION OPTIUM SA (France) / MARINE CONSULTING La société de droit français VISION OPTIUM SA a été assignée en février 2011 pour une demande d extension de la procédure de liquidation judiciaire de la société de droit français MARINE CONSULTING à la société VISION OPTIUM. Ce litige s est réglé par un règlement transactionnel pour un montant de 200 milliers d euros avec le liquidateur judiciaire de la société MARINE CONSULTING qui a été homologué par le Tribunal de commerce de Créteil en septembre (b) VISION IT GROUP BELGIUM NORTH NV (Belgique) / PITON NV La société de droit belge VISION IT GROUP BELGIUM NORTH NV détenait une créance de 83 milliers d euros à l encontre de la société belge PITON NV. En date du 24 mai 2011, une procédure de réorganisation judiciaire a été ouverte par PITON NV. Le plan de réorganisation déposé par PITON NV a été homologué par le Tribunal de commerce de Gand en date du 13 octobre Conformément à ce plan, la créance de VISION IT GROUP BELGIUM NORTH a été diminuée à 10% de son montant total (soit 8 milliers d euros) qui sera payable en 57 mensualités à partir du 25 janvier (c) VISION IT GROUP PSF SA (Luxembourg), VISION IT GROUP SA (France) / époux Walterthum En date du 26 juillet 2005, les époux Walterthum avaient assigné la société VISION IT GROUP PSF SA (Luxembourg) devant le Tribunal de Grande Instance de Metz en vue d obtenir le paiement d un montant principal de 93 milliers d euros relatif à la cession des 200 actions qu ils détenaient dans le capital de la société VISION IT GROUP SA (France). Par jugement du 15 mai 2007, la société VISION IT GROUP PSF SA a été condamnée au paiement d un montant de principal de 75 milliers d euros. VISION IT GROUP PSF SA a interjeté appel de ce jugement et la société VISION IT GROUP SA (France) est intervenue volontairement à la cause. En date du 10 mars 2011, la Cour d appel de Metz a confirmé le jugement rendu par le Tribunal de Grande Instance de Metz. Le montant total des sommes auxquelles VISION IT GROUP PSF SA (Luxembourg) et VISION IT GROUP SA (France) 10 VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

13 ont été condamnées s est élevé à 90 milliers d euros. La somme en principal avait été provisionnée au cours des exercices antérieurs. (d) VISION IT GROUP SA (Belgique) / Guy Thierry Boccara et MANAGEMENT FIFTYFIVE La Société a été assignée en février 2012 par Monsieur Guy Thierry Boccara et la société de droit néerlandais MANAGEMENT FIFTYFIVE. Ces derniers réclament à la Société un montant principal de 380 milliers d euros plus 100 milliers d euros de dommage et intérêts et 30 milliers d euros de frais de procédure sur base du Protocole d acquisition de la société VISION OPTIUM SA signé en janvier La Société a décidé de ne pas provisionner cette somme car elle possède de nombreux arguments solides pour s opposer à cette demande fantaisiste. La procédure est actuellement pendante devant le Tribunal de commerce de Paris. (e) VISION IT GROUP SA (Belgique) / Leopoldo Vizoso En date du 30 décembre 2010, une procédure d arbitrage avait été initiée en Espagne à l encontre de Monsieur Leopoldo Vizoso suite au non-respect par ce dernier de la clause de non concurrence contenue dans l accord du 6 août 2008, suivant lequel Monsieur Vizoso avait cédé la totalité de sa participation dans le capital de la société Vision Selgan Tower SA. En date du 1er décembre 2011, la Cour d Arbitrage a reconnu que Monsieur Leopoldo Vizoso avait bien violé la clause de non concurrence en question et, en conséquence, a condamné ce dernier à payer à VISION IT GROUP SA le montant total de 426 milliers d euros et à payer à la société Vision Selgan Tower SA la somme de 12 milliers d euros. En date du 29 février 2012, une requête a été déposée devant le Tribunal de première instance de Madrid en vue d obtenir l exécution forcée de l arrêt rendu par la Cour d Arbitrage. L autorisation du Tribunal devrait être prononcée prochainement. Hormis ce qui est mentionné ci-avant, à la connaissance du Conseil d Administration, il n existe pas à ce jour de fait exceptionnel ou de litige pouvant avoir, ou ayant eu dans le passé, une incidence significative sur l activité, les résultats, la situation financière ou le patrimoine des sociétés comprises dans la consolidation. B Contrôles fiscaux et sociaux En 2010, VISION OPTIUM SA (France) avait fait l objet d un contrôle fiscal ayant abouti à un redressement total de 114 milliers d euros qui a été contesté. Ce risque avait été totalement provisionné au 31 décembre Le redressement définitif a été établi à 14 milliers d euros. Au cours de l exercice 2011, la société VISION EZOS SA (Belgique) a fait l objet d un contrôle fiscal sur les années 2008 et 2009 ayant abouti à un redressement de 21 milliers d euros et une régularisation au niveau de la TVA d un montant total de 8 milliers d euros. Au cours de l exercice 2011, la société SCS CONSULTING GmbH (Allemagne) a fait l objet d un contrôle fiscal sur les années 2007 à 2009, antérieures à son acquisition, ayant abouti à un redressement de 24 milliers d euros. La Société fait actuellement l objet d un contrôle fiscal sur les années 2009 et B Assurances Police Responsabilité Civile Pour ce type de risque, la Société a négocié une police globale qui couvre la plupart des sociétés comprises dans la consolidation. VISION SISGE SRL (Italie) est encore couverte par sa propre police VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

14 de par son activité atypique au sein de VISION IT GROUP (Software dédié au milieu médical du Diagnostic In Vitro). Police responsabilité des dirigeants VISION IT GROUP a souscrit une assurance couvrant les dirigeants de VISION IT GROUP contre toutes réclamations à leur encontre. Autres polices Bien que n étant jamais propriétaire des bâtiments qu elles occupent, les sociétés comprises dans la consolidation, en fonction des contrats de bail, souscrivent des assurances incendies en accord avec les législations locales. En outre, des polices spécifiques aux accords sociaux, réglementations locales, activités ou autres sont souscrites individuellement par les sociétés comprises dans la consolidation. B Risques liés aux acquisitions et à l expansion internationale Depuis sa création, VISION IT GROUP conjugue une croissance interne significative, des acquisitions et la création de nouvelles entités. Ces acquisitions entraînent des risques opérationnels et managériaux liés à l intégration de ces nouvelles sociétés, ainsi que des obligations financières liées aux paiements des earn-outs. Lorsque l une des sociétés comprises dans la consolidation réalise des acquisitions, elle fait réaliser des audits financiers (Due Diligence) par des experts rompus aux opérations internationales, et elle réalise elle-même des audits techniques avec ses experts. Malgré toutes les précautions prises, VISION IT GROUP ne peut assurer que des risques non révélés ne le pénaliseront pas après l acquisition. En application des normes IFRS, les écarts d acquisition ne sont pas amortis de manière linéaire mais font l objet d un test d évaluation, conformément à la norme IAS 36, dont le détail est repris en Note 3-9 de l annexe aux états financiers consolidés. L évaluation de ces actifs est effectuée chaque année, ou plus fréquemment si des événements ou circonstances internes ou externes, ou des résultats insuffisants indiquent qu'une réduction de valeur est susceptible d'être intervenue. En cas de perte de valeur, une dépréciation est comptabilisée dans les comptes consolidés de VISION IT GROUP. Malgré toutes les mesures mises en place et l expérience des équipes de VISION IT GROUP et dans un contexte de forte volatilité des marchés et d une difficulté certaine à apprécier aujourd hui les perspectives économiques, VISION IT GROUP ne peut garantir que des événements capables d affecter la valeur des écarts d acquisition n interviendront pas à l avenir. Une dépréciation de ces actifs pourrait impacter significativement le résultat net consolidé du Groupe. L acquisition d autres sociétés pourrait, le cas échéant, être rémunérée en titres de la Société ou en titres donnant accès au capital de la Société, ce qui pourrait entraîner une dilution immédiate ou différée de la participation des actionnaires existants. Ces acquisitions pourraient également avoir pour effet d affecter défavorablement le résultat net de la Société et en conséquence le bénéfice par action, d accroître le niveau d endettement et la charge d intérêts de la Société ou de l exposer à des risques comptables et fiscaux. B.1.7 Indicateurs-clés de performance de nature financière et non financière Le Conseil d Administration signale qu à sa meilleure connaissance, il n y a aucun indicateur clé de performance de nature financière ou non-financière qui donnerait un éclairage sur la situation VISION IT GROUP différent de celui reflété dans les comptes annuels consolidés et les commentaires qui s y rattachent, notamment stipulés dans le présent rapport. 12 VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

15 B.2 Evénements importants survenus après la clôture de l exercice (art. 119, al. 2, 2 C.soc.) Les évènements importants survenus après la clôture de l exercice sont détaillés dans la Note 30 de l annexe aux états financiers consolidés. B.3 Circonstances susceptibles d avoir une incidence notable sur le développement de l ensemble consolidé (art. 119, al. 2, 3 C.soc.) A la connaissance du Conseil d Administration, il n y a pas de circonstance susceptible d avoir une influence notable sur le développement de VISION IT GROUP envisagé globalement ou des sociétés comprises dans la consolidation. B.4 Indications relatives aux activités en matière de recherche et de développement (art. 119, al. 2, 4 C.soc.) L innovation est partie intégrante de la stratégie de croissance de VISION IT GROUP, ce qui lui permet de maintenir son avantage concurrentiel et de gagner des parts de marché. Les projets de recherche et développement sont nombreux, soit pour le compte des sociétés comprises dans la consolidation directement ou bien pour le compte de leurs clients. De plus, les sociétés comprises dans la consolidation investissent continuellement dans le développement des outils et services proposés à leurs clients. B.5 Utilisation des instruments financiers (art. 119, al. 2, 5 C.soc.) Concernant les objectifs et la politique de VISION IT GROUP en matière de gestion des risques financiers, y compris son exposition au risque de taux d intérêt, au risque de crédit, au risque de liquidité et au risque de trésorerie, il est renvoyé à la Note 4 de l annexe aux états financiers consolidés. Le Conseil d Administration confirme que les sociétés comprises dans la consolidation n ont pas utilisé d autres instruments financiers qui sont pertinents pour l évaluation de leur actif, de leur passif, de leur situation financière et de leurs pertes ou profit. B.6 Evolution prévisible de la situation des sociétés comprises dans la consolidation et de VISION IT GROUP et perspectives d avenir VISION IT GROUP réalise un début d année 2012 satisfaisant en termes de volume d activités. Les perspectives à ce jour sont tout à fait correctes. Le positionnement de conseil et d expert de VISION IT GROUP constitue un avantage concurrentiel mais la contrepartie est liée à la difficulté de trouver les compétences en adéquation avec sa stratégie qui permettraient notamment un développement plus rapide. VISION IT GROUP met tout en œuvre pour trouver les ressources qui lui sont nécessaires. B.7 Emoluments perçus par le commissaire en dehors de son mandat de contrôle des comptes consolidés Les émoluments perçus par le commissaire de la Société liés à des prestations exceptionnelles ou à des missions particulières accomplies au sein des sociétés comprises dans la consolidation en dehors VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

16 de son mandat de contrôle des comptes consolidés sont détaillés dans la Note 31 de l annexe aux états financiers consolidés. C. Rapport de gestion sur les comptes annuels de la Société C.1 Commentaires sur les comptes annuels de la Société (art. 96, 1 er, 1 C.soc.) Les comptes annuels de la Société relatifs à l exercice clôturé le 31 décembre 2011 ont été établis dans le respect des règles générales d établissement et de présentation des comptes annuels telles qu applicables en Belgique et donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et des résultats de la Société compte tenu du référentiel comptable utilisé et des exigences légales applicables. Pour l'établissement des comptes annuels de la Société relatifs à l exercice clôturé au 31 décembre 2011, le Conseil d'administration a appliqué les mêmes règles d'évaluation que celles retenues pour l'établissement des comptes annuels des exercices antérieurs. Les principaux postes des comptes annuels sur lesquels nous attirons votre attention sont les suivants : C.1.1 Compte de résultats de la Société La Société a réalisé un chiffre d'affaires (hors taxes) d'un montant de milliers d euros au cours de l exercice écoulé, contre milliers d euros en Par rapport à l exercice précédent, le chiffre d affaires a donc diminué de 7%. Cette diminution s explique par le transfert de branche d activité de la Société vers VISION CONSULTING GROUP S.A. (voir paragraphe B.1.3 du présent rapport sur les faits marquants de l année 2011). Les charges opérationnelles s élèvent, au 31 décembre 2011, à milliers d euros contre milliers d euros en 2010, soit une baisse de 15 % qui s explique par également par le transfert de branche d activité de la Société. Les charges de personnel sont en baisse à milliers d euros contre milliers d euros pour l exercice précédent. Le résultat d exploitation fait apparaître, au 31 décembre 2011, un bénéfice de milliers d euros contre un bénéfice 847 milliers d euros en 2010, soit une progression de 71%. La rentabilité opérationnelle de la Société en 2011 a été de 17,5% contre 9,5% en Les produits financiers s élèvent, au 31 décembre 2011, à milliers d euros contre milliers d euros en 2010 soit une hausse de milliers d euros. Au 31 décembre 2011, le montant des dividendes versés à la Société au titre de l exercice 2010 par VISION CONSULTING GROUP (France ; anciennement dénommée VISION OPTIUM) s est élevé à 227 milliers d euros, par VISION CONSULTING GROUP (Belgique ; anciennement dénommée VISION FINANCE) à 610 milliers d euros, par VISION SISGE (Italie) à 250 milliers d euros et par VISION IT GROUP (France) à milliers d euros soit un total de dividendes perçus en 2011 de milliers d euros contre milliers d euros en Les charges financières sont passées de 860 milliers d euros en 2010 à milliers d euros en 2011 soit une hausse de 476 milliers d euros qui s explique principalement par la souscription de nouveaux emprunts courant Le résultat financier affiche, au 31 décembre 2011, un bénéfice de milliers d euros contre 494 milliers d euros en VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

17 Le résultat exceptionnel affiche, pour l exercice 2011, un déficit de milliers d euros contre un déficit de 1 millier d euros pour l exercice précédent. Ce poste inclut notamment la réduction de valeur des titres de la société VERTICAL VISION pour un montant de milliers d euros suite à sa liquidation. Le résultat courant avant impôts fait apparaitre, pour l exercice 2011, une perte de milliers d euros contre un bénéfice de milliers d euros pour l exercice précédent, les impôts sur le résultat s élèvent à 43 milliers d euros pour l exercice Les comptes annuels de la Société clôturés au 31 décembre 2011 présentent un résultat de l exercice déficitaire de milliers d euros contre un résultat bénéficiaire de milliers d euros au 31 décembre C.1.2 Bilan de la Société Les capitaux propres au 31 décembre 2011 s élèvent à milliers d euros, en baisse de milliers d euros par rapport à Cette baisse résulte de la perte de l exercice pour milliers d euros et l exercice de warrants pour 882 milliers d euros (voir note 12 et 29-4 des états financiers consolidés). Les frais d établissement au 31 décembre 2011 s élèvent à 266 milliers d euros, en diminution de 306 milliers d euros par rapport au 31 décembre Cette diminution correspond à l amortissement de la période. Les immobilisations financières au 31 décembre 2011 se montent à milliers d euros, en diminution de 143 milliers d euros par rapport au 31 décembre Cette variation s explique principalement par : l acquisition complémentaire de 7,5% dans VISION VDS COMPUTING SA (Belgique) pour 15 milliers d euros, l augmentation de capital de VISION IT GROUP VITE (Espagne) pour milliers d euros, l augmentation de capital de VERTICAL VISION (Suisse) pour milliers d euros, l augmentation de capital de VISION CONSULTING GROUP (Belgique) pour 246 milliers d euros, la réduction de valeur des titres de VERTICAL VISION (Suisse) pour milliers d euros, la cession de 16% de VISION CONSULTING GROUP (Allemagne) pour -847 milliers d euros. La Société ne possède pas d action propre au 31 décembre Les comptes clients et autres débiteurs représentent milliers d euros au 31 décembre 2011, en hausse de milliers d euros par rapport à l année C.1.3 Information sur la représentation du capital de la Société Le capital de la Société est représenté par actions ordinaires sans désignation de valeur nominale. Au cours de l exercice 2011, il y a eu une augmentation de capital de 252 milliers d euros suite à l exercice des warrants Cette augmentation de capital a porté le capital de la Société de ,33 euros à ,33 euros par la création de actions nouvelles. VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

18 C.1.4 Evolution de l actionnariat de la Société Au 31 décembre 2011, l actionnariat de la Société est : Nombre d actions et Actionnaires de droits de vote % CIM VISION (Société des Managers) ,28% MARC URBANY ,69% PHILIPPE MUFFAT-ES-JACQUES ,84% F-ANGEL SA ,44% EXTERNALIS SA ,24% ALAIN MALLART ,68% SOCADIF ,12% FINANZIARIA DI TRASTEVERE ,37% SALARIES ,40% AUTRES ACTIONNAIRES (FLOTTANT) ,94% Total ,00% C.1.5 Faits marquants de l année 2011 Les faits marquants de la Société sont repris dans la Note 2 des états financiers consolidés. C.1.6 Informations relatives aux questions environnementales A cet égard, il est renvoyé au point 1.4 du chapitre B du présent rapport relatif aux comptes consolidés de VISION IT GROUP. C.1.7 Informations relatives aux questions de personnel Les effectifs de la Société sont passés de 31 salariés au 31 décembre 2010 à 4 salariés au 31 décembre 2011 soit une baisse de 87%, et les charges de personnel sont passées de milliers d euros en 2010 à milliers d euros en 2011, soit une baisse de 35%. La baisse conséquente du nombre de salariés de la Société résulte de l apport de la branche d activité opérationnelle de la Société (société apporteuse) à la société VISION CONSULTING GROUP SA (société bénéficiaire ; anciennement dénommée VISION FINANCE SPRL). Les seuls salariés restant au sein de la Société étant exclusivement les personnes en charge de la comptabilité et du juridique au niveau Groupe. Les autres salariés (essentiellement les consultants, formateurs et commerciaux) ayant été transférés à la société VISION CONSULTING GROUP SA. C.1.8 Description des principaux risques et incertitudes auxquels les sociétés comprises dans la consolidation sont confrontées Les principaux facteurs de risques auxquels est confrontée la Société sont décrits au point 1.6 du chapitre B du présent rapport relatif aux comptes consolidés de VISION IT GROUP. 16 VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

19 C.1.9 Indicateurs-clés de performance de nature financière et non financière Le Conseil d Administration signale qu à sa meilleure connaissance, il n y a aucun indicateur clé de performance de nature financière ou non-financière qui donnerait un éclairage sur la situation de la Société différent de celui reflété dans les comptes annuels et les commentaires qui s y rattachent, notamment stipulés dans le présent rapport. C.2 Evénements importants survenus après la clôture de l exercice (art. 96, 1 er, 2 C.soc.) A cet égard, il est renvoyé à la note 30 sur les états financiers consolidés. C.3 Circonstances susceptibles d avoir une incidence notable sur le développement de la Société (art. 96, 1 er, 3 C.soc.) A la connaissance du Conseil d Administration, il n y a pas de circonstance susceptible d avoir une influence notable sur le développement de la Société. C.4 Indications relatives aux activités en matière de recherche et de développement (art. 96, 1 er, 4 C.soc.) A cet égard, il est renvoyé au point 4 du chapitre B du présent rapport relatif aux comptes consolidés de VISION IT GROUP. C.5 Indications relatives à l existence de succursales de la Société (art. 96, 1 er, 5 C.soc.) La Société n a pas établi de succursale. C.6 Informations à insérer en vertu du Code des sociétés (art. 96, 1 er, 7 C.soc.) C.6.1 Justification de l application des règles comptables de continuité (art. 96, 1er, 6 C.soc.) Le bilan fait apparaître une perte reportée. Conformément à l article 96, 1 er, 6 du Code des Sociétés, le conseil d administration juge que l application des règles comptables de continuité est justifiée sur base de la position financière de la Société, de ses prévisions et de celles du groupe, de ses possibilités de financement et du montant de ses fonds propres (supérieur à 26 millions d euros) qui lui assurent de pouvoir honorer ses obligations envers les tiers. C.6.2 Opposition d intérêts de nature patrimoniale (art. 523 C. Soc.) : Le Conseil d Administration signale que, au cours de l exercice écoulé, il a été fait application des règles relatives aux conflits d intérêts visées par l article 523 du Code des sociétés lors de deux réunions du Conseil d Administration de la Société tenues le 13 janvier 2011 et le 15 décembre L extrait des procès-verbaux relatif au conflit d intérêts est reproduit ci-après : VISION IT GROUP Rapport Financier annuel

20 Extrait du procès-verbal du Conseil d Administration du 13 janvier 2011 : «( ) RESOLUTIONS Après délibération, le Conseil d Administration adopte à l unanimité les décisions suivantes : ( ) Résolution 6 - Approbation des rémunérations de la SàRL PICOTE MANAGEMENT, de la SA F- ANGEL, de la SPRL VIT MANAGEMENT et de la SPRL IMAGE-IN, pour l exercice social 2011 (a) Description de la décision proposée : Le Conseil d Administration est appelé à statuer sur l approbation du montant des rémunérations des prestataires de services SàRL PICOTE MANAGEMENT (Suisse), SA F-ANGEL (Belgique), SPRL VIT MANAGEMENT (Belgique) et la SàRL IMAGE-IN (Grand-duché de Luxembourg), pour l accomplissement de prestations de services pour le Groupe au cours de l exercice social 2011 se clôturant le 31 décembre (b) Application de l article 523 du Code des sociétés - Déclaration d administrateurs ayant un intérêt opposé: Préalablement à la présente réunion du Conseil d Administration, les administrateurs Philippe MUFFAT-Es-JACQUES et VIT MANAGEMENT SPRL ont déclaré aux autres administrateurs de la Société avoir directement un intérêt opposé de nature patrimoniale en ce qui concerne la décision faisant l objet de la présente résolution : o o Monsieur Philippe MUFFAT-Es-JACQUES a déclaré que l intérêt opposé «résulte du fait que le Conseil d Administration est appelé à approuver le montant de la rémunération de la SàRL PICOTE MANAGEMENT, dont je suis associé indirect, et de la SA F-ANGEL, dont je suis actionnaire et administrateur délégué, pour l accomplissement de prestations de services pour le Groupe au cours de l exercice social 2011 se clôturant au 31 décembre 2011», VIT MANAGEMENT SPRL a déclaré que l intérêt opposé «résulte du fait que le Conseil d Administration est appelé à approuver le montant de la rémunération de la SPRL VIT MANAGEMENT et de la SàRL IMAGE-IN, dont Monsieur Marc URBANY est associé et gérant, pour l accomplissement de prestations de services pour le Groupe au cours de l exercice social 2011 se clôturant au 31 décembre 2011». La copie de ces déclarations figure en Annexes 2 et 3 du présent procès-verbal. En outre, les administrateurs concernés par l opposition d intérêts décrite ci-avant ont informé le commissaire de la Société (la société coopérative à responsabilité limitée «BDO ATRIO Reviseurs d Entreprises», dont le siège social est établi à B-1935 Zaventem, Da Vincilaan 9 Box E.6, Elsinore Building-Corporate Village) de l opposition d intérêt existant dans leur chef. En application de l article 523, 1 er, al. 4 C.soc., les administrateurs concernés par l opposition d intérêts sont sorti de séance, n ont pas assisté aux délibérations du Conseil d Administration relatives à la présente résolution, et n ont pas pris part au vote. (c) Décision du Conseil d Administration : A l unanimité des voix, le Conseil d Administration décide d approuver le montant des rémunérations des prestataires de services SàRL PICOTE MANAGEMENT (Suisse), SA F-ANGEL (Belgique), SPRL VIT MANAGEMENT (Belgique) et la SàRL IMAGE-IN (Grand-duché de Luxembourg), pour l accomplissement de prestations de services (essentiellement du management) pour la Société ou ses filiales directes et indirectes au cours de l exercice social 2011 se clôturant le 31 décembre 2011, soit : - pour la SàRL PICOTE MANAGEMENT et la SA F-ANGEL, un montant de euros fixe, auquel s ajoute un variable de euros si l EBITA consolidé du Groupe atteint 6,5%, de euros s il atteint 7%, de euros s il atteint 7,5% et de euros s il dépasse 8%, ces rémunérations étant facturées à la ou aux sociétés du Groupe ayant effectivement bénéficié des prestations de ces prestataires de services, et - pour la SPRL VIT MANAGEMENT et la SàRL IMAGE-IN, un montant de euros fixe, auquel s ajoute un variable de euros si l EBITA consolidé du Groupe atteint 18 VISION IT GROUP Rapport Financier Annuel 2011

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

CESAR Société Anonyme au capital social de 8 626 559,40 Siège social : 59, rue de l Université 93160 NOISY LE GRAND

CESAR Société Anonyme au capital social de 8 626 559,40 Siège social : 59, rue de l Université 93160 NOISY LE GRAND CESAR Société Anonyme au capital social de 8 626 559,40 Siège social : 59, rue de l Université 93160 NOISY LE GRAND RCS Bobigny B 381 178 797 Siret : 381 178 797 00076 RAPPORT DE GESTION DU GROUPE «CESAR»

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Assemblée générale mixte

Assemblée générale mixte Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 24 Juin 2015 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2014 RESULTATS ANNUELS 2014 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248. AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.501 FUSION PAR ABSORPTION DE LA SOCIETE ANONYME IMMO RESIDENCE

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Rapport financier semestriel 2014

Rapport financier semestriel 2014 Rapport financier semestriel 2014 Société Anonyme au capital de 2 662 782 euros Tour Gallieni II 36 Avenue du Général-de-Gaulle 93170 BAGNOLET SOMMAIRE 1. Rapport semestriel d activité... 3 1.1. Résultats

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2 Rapport financier du premier semestre 2007 Sommaire 1. Commentaires sur l activité de la période... p. 3 2. Rapport des Commissaires aux comptes... p. 5 3. Comptes consolidés au 30 juin 2007... p. 9 Weborama

Plus en détail

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations

5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels. 5.5.5. Autres rémunérations 5.5.4. Evaluation du Conseil d administration, de ses Comités et de ses administrateurs individuels Sous la direction de son Président, le Conseil d administration évalue régulièrement sa taille, sa composition

Plus en détail

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1 Principaux éléments des comptes 2004 IFRS 1 Avertissement Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document contient des «déclarations prospectives» (forward-looking

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Paris, le 9 mai 2014 Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas 1. Estimations des résultats

Plus en détail

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur COMPTES CONSOLIDÉS 2013 Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur 1 Informations financières historiques 3 Comptes de résultat consolidés

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS 2014

COMPTES CONSOLIDÉS 2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 2 1 Compte de résultat consolidé 2 2 État du résultat global consolidé 3 3 État de la situation financière consolidée 4 4 Tableau des flux de trésorerie

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS 3 États financiers Comptes consolidés au 31 décembre 2005 5 Rapport des Commissaires aux comptes 111 Comptes individuels d Électricité de France résumés

Plus en détail

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité Communiqué de presse La Fouillouse, le lundi 9 décembre 2013 Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 25 février 215 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS EN LIGNE AVEC LES ATTENTES BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 888 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2011 Projet En cours d audit. Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2011

Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2011 Projet En cours d audit. Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2011 Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 2011 Projet En cours d audit Etats financiers consolidés 2011 Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 2011 Projet En cours d audit Sommaire

Plus en détail

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 SCHNEIDER ELECTRIC - 2014 1 SOMMAIRE Comptes consolidés au 31 décembre 2014... 3 Compte de résultat consolidé... 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés... 5

Plus en détail

Le résultat opérationnel consolidé est bénéficiaire pour s élever à 1.765 K, contre un bénéfice de 488 K au 30 septembre 2010.

Le résultat opérationnel consolidé est bénéficiaire pour s élever à 1.765 K, contre un bénéfice de 488 K au 30 septembre 2010. LDLC.COM Société anonyme à directoire et conseil de surveillance Au capital de 1.034.527,32 Euros Siège social : 112 Chemin du Moulin Carron, 69130 Ecully 403 554 181 RCS LYON RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL

Plus en détail

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge)

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge) Ce document est la traduction du Supplément N 1 au Prospectus de Base rédigé en anglais qui a été approuvé par la FSMA. En cas de contradictions entre la version anglaise et la version française du Supplément

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS 2012

COMPTES CONSOLIDÉS 2012 ÉNERGIE ENVIRONNEMENT EAU ÉOLIEN RÉSEAUX HOLDING WALLON 2 Commentaires des comptes consolidés 1. ACQUISITION ET PÉRIMÈTRE Le périmètre de consolidation et les pourcentages détenus sont présentés dans le

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Sopra Group communique sur l'incidence comptable de la distribution exceptionnelle en numéraire et de la distribution des actions Axway Software

Sopra Group communique sur l'incidence comptable de la distribution exceptionnelle en numéraire et de la distribution des actions Axway Software Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS2014

COMPTES CONSOLIDÉS2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur 1 Informations financières historiques 3 Comptes de résultat consolidés

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Société Générale Exercice clos le 31 décembre 2014 Aux Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale,

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Rapport financier semestriel au 30 juin 2013 de BSB Rapport financier. Ajustement de l offre commerciale. Extension de l empreinte métier

Rapport financier semestriel au 30 juin 2013 de BSB Rapport financier. Ajustement de l offre commerciale. Extension de l empreinte métier Rapport financier semestriel 2013 Solife EBIT et EBITDA en hausse Nouveaux contrats majeurs Nouveau centre de développement Ajustement de l offre commerciale Extension de l empreinte métier Lancement d

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 --------------------------------------

---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/06/2013 -------------------------------------- RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 er janvier 30 juin 2013 ---------------------------------------------------- Rapport Financier Semestriel 30/ -------------------------------------- Société anonyme au capital

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Comptes Consolidés 31/12/2013

Comptes Consolidés 31/12/2013 Comptes Consolidés 31/12/2013 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

Comptes Consolidés 2014

Comptes Consolidés 2014 Comptes Consolidés 2014 Page 1 4.2 Comptes consolidés 4.2.1 Compte de résultat consolidé... 3 4.2.2 Résultat global consolidé... 4 4.2.3 Situation financière consolidée... 5 4.2.4 Variation des capitaux

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

PROSPECTUS EN VUE DE L ADMISSION DES ACTIONS ARKEMA AUX N EGOCIATIONS SUR LE MARCH E EUROLIST D EURONEXT DANS

PROSPECTUS EN VUE DE L ADMISSION DES ACTIONS ARKEMA AUX N EGOCIATIONS SUR LE MARCH E EUROLIST D EURONEXT DANS PROSPECTUS EN VUE DE L ADMISSION DES ACTIONS ARKEMA AUX NÉGOCIATIONS SUR LE MARCHÉ EUROLIST D EURONEXT DANS LE CADRE DE L ATTRIBUTION DES ACTIONS ARKEMA AUX ACTIONNAIRES DE TOTAL S.A. En application des

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

MANDAT DE SYNDIC (no.. )

MANDAT DE SYNDIC (no.. ) MANDAT DE SYNDIC (no.. ) Syndicat des Copropriétaires - RESIDENCE - Contrat type prévu à l article 18-1 A de la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 modifiée fixant le statut de la copropriété des immeubles

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. RÉGLEMENTAIRES FORME JURIDIQUE TreeTop Asset Management S.A. (ci-après «TREETOP» ou la «Société») est une société anonyme

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V.

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V. PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BINCKBANK N.V. Société anonyme de droit néerlandais. Siège social : Barbara Strozzilaan, 1083 HN Amsterdam, Pays-Bas. Comptes

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

QUESTIONS ECRITES PRESENTEES PAR UN OU PLUSIEURS ACTIONNAIRES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 SEPTEMBRE 2009

QUESTIONS ECRITES PRESENTEES PAR UN OU PLUSIEURS ACTIONNAIRES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 17 SEPTEMBRE 2009 GENERIX Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au capital social de 7.162.690 euros 6 rue du Moulin de Lezennes 59650 Villeneuve d Ascq 377 619 150 RCS Lille QUESTIONS ECRITES PRESENTEES

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés 31 décembre 2013 Sommaire ETATS FINANCIERS CONSOLIDES... 1 COMPTES CONSOLIDES... 4 1.1 État de la situation financière consolidée... 4 1.2 Compte de résultat consolidé... 6

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété.

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété. CONVENTION D ASSISTANCE ADMINISTRATIVE, INFORMATIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIERE SOUMISE A L ASSEMBLEE GENERALE DES COPROPRIETAIRES, EN CAS DE CHARGES IMPAYEES, APRES MISE EN DEMEURE PAR LE SYNDIC ARTICLE

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 225 17 décembre 2010. S o m m a i r e NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES POUR LES ENTREPRISES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 225 17 décembre 2010. S o m m a i r e NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES POUR LES ENTREPRISES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3633 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 225 17 décembre 2010 S o m m a i r e NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée»)

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») 31 décembre 2014 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 2 États consolidés de la situation financière...

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE A LA SCISSION SUR LA VALEUR DES APPORTS

RAPPORT DU COMMISSAIRE A LA SCISSION SUR LA VALEUR DES APPORTS APPORT DE LA BRANCHE D ACTIVITE «GESTIONS DES FLUIDES» RELATIVE A LA CONCEPTION ET A LA FABRICATION DE POCHES A USAGE UNIQUE ET CONTAINERS, EXPLOITEE PAR SARTORIUS STEDIM BIOTECH AU PROFIT DE SARTORIUS

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail