La place financière suisse et l Union européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La place financière suisse et l Union européenne"

Transcription

1 Event Paris 16 / 17 Juin 2003 Hôtel de Bony, 32, rue de Trévise, Paris Conférence de presse Urs Roth, Association suisse des banquiers La place financière suisse et l Union européenne Mesdames, Messieurs, Dans le cadre de ma présentation intitulée «La Place financière suisse et l Union européenne», j aimerais mettre l accent sur 3 axes principaux : Je vous présenterai d'abord quelques aspects statistiques ayant trait à la place financière suisse. Cela permettra de situer le cadre général. Je me livrerai ensuite à quelques réflexions sur le statut et le rôle d'une place financière située dans un Etat qui n'est pas membre de l'union européenne mais qui entretient avec elle d'étroites relations commerciales. Enfin, je terminerai mon exposé par quelques remarques sur l'avenir de la place financière suisse, tout en étant conscient des limites de cet exercice. Quelques chiffres sur la place financière suisse La place financière suisse a une taille qui est sans commune mesure avec la dimension de l'etat qui l'abrite: territoire exigu, faible population, puissance politique à l'écart des Grands, la Suisse est devenu le berceau d'une place financière parmi les plus importantes du globe. Les quelques chiffres qui suivent l'attestent: Somme des bilans A fin 2002, le total des bilans des banques suisses était de plus de 1'500 milliards d'euros. A titre de comparaison et en valeur absolue, la Suisse se classe au septième

2 2 rang des places financières, après le Royaume-Uni, le Japon, l'allemagne, les Etats- Unis, la France et les Iles Caymans. Forte création de valeur ajoutée des banques suisses Avec une création de valeur ajoutée de près de 30 milliards d'euros, les banques comptent parmi les secteurs-clés de l'économie suisse puisqu'elles contribuent à hauteur de 11% aux prestations économiques totales du pays. En comparaison internationale - et si l'on fait abstraction des valeurs absolues que je viens de citer - le secteur bancaire suisse se place devant le Royaume-Uni (un peu plus de 7%), les USA, l'allemagne, la France et l'italie dont la part de création de valeur ajoutée est inférieure de moitié par rapport à la Suisse. Contribution des banques suisses à l'économie d'exportation La Suisse est une économie fortement développée et très intégrée dans l'économie mondiale et surtout, européenne. Sa balance des transactions courantes affichait à fin 2001 un excédent de l'ordre de 8% du produit intérieur brut (PIB). Le taux d'épargne avoisine 28% du PIB et la position extérieure nette dépasse 400 milliards d'euros. La Suisse compte ainsi, outre l'union européenne son principal partenaire commercial, avec le Japon et la Norvège parmi les principaux exportateurs nets de capitaux du monde. A l'échelon mondial, la Suisse est le 13 ème exportateur de services. Près d'un cinquième des investissements directs étrangers dans l'ue proviennent de Suisse. Celle-ci vient en deuxième position, après les Etats-Unis, parmi les principaux partenaires de l'ue en matière d'investissements. Le secteur bancaire contribue largement à assurer la santé économique extérieure de la Suisse. La balance des transactions courantes fait nettement ressortir cet élément pour les échanges extérieurs. Dans la balance des services, près de la moitié de la somme enregistrée provenait de commissions bancaires de l'étranger. Cette contribution à l'exportation comprend les courtages, les commissions sur opérations fiduciaires et les revenus d'opérations d'émission avec des émetteurs étrangers. N'y est pas inclus en revanche l'excédent résultant d'opérations sur différences d'intérêt qui présentent un caractère transfrontalier.

3 3 Spécialisation des banques suisses dans la gestion de patrimoines Comme toute place financière de rayonnement international, la place financière suisse s'est spécialisée dans un secteur d'activité qui est celui de la gestion de fortune, au même titre que le Luxembourg a développé l'activité des fonds d'investissement et la City de Londres l «investment banking», pour ne citer que quelques exemples. Le volume des placements des particuliers fortunés est estimé dans le monde entier à près de milliards d'euros (fortune nette de plus d'un mio de USD). 70% à 80% de ces fonds sont administrés par des gérants de fortune "onshore"; les 20% à 30% restants sont administrés et investis "offshore". Les établissements bancaires suisses jouent un rôle essentiel dans le domaine de la gestion de fortune privée et institutionnelle: Selon les estimations, 30% de la fortune privée offshore est gérée en Suisse; A fin décembre 2002, le total des avoirs sous gestion a atteint un peu plus de 2'000 de milliards d'euros, dont 56% étaient attribués à la clientèle étrangère et 44% à la clientèle suisse. Au plan mondial, les deux grandes banques suisses UBS et Credit Suisse figurent parmi les cinq plus grandes banques de gestion de fortune de la planète. Durant les dernières années, on a observé une tendance à la concentration dans le Private Banking. Néanmoins, cette activité pratiquée au plan global, voire national, reste une branche très largement diversifiée et très prometteuse pour les années à venir. De la gestion de fortunes en Suisse découlent d'importantes affaires d'émissions et sur papiers-valeurs. Etant donné l'importance de la fortune qu'elles gèrent, les banques ont une forte capacité de placement. Ceci constitue un avantage concurrentiel de taille dans les opérations d'émissions.

4 4 Présence des banques suisses en Europe A fin 2001, les banques suisses entretenaient plus de 226 établissements (sièges, succursales, agences, bureaux de recettes et représentations) à l étranger, dont 22 à Londres. Par le biais de sociétés-filles, les banques suisses ont un accès direct à l ensemble du Marché communautaire puisque celles-ci jouissent de la licence unique. En revanche, les succursales ne permettent l établissement et le développement de relations d affaires que dans le pays d accueil puisque la réglementation communautaire n octroie pas la licence unique aux succursales de pays tiers. Une part importante du bilan des banques est en relation directe avec des opérations de l Union européenne. En effet, les avoirs à l'étranger en francs suisses dans des pays de l'ue représentent plus de 50% de la totalité des créances des banques suisses à l'étranger. La proportion est plus considérable encore si l'on examine les fonds fiduciaires puisque 95% d'entre eux sont investis en Europe, essentiellement au Luxembourg, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Belgique et en France. On précisera pour terminer ce petit aperçu que sur l'ensemble des fonds fiduciaires, seuls 41% sont de provenance européenne. On le constate, même si elle n est pas membre de l Union européenne, la Suisse, de par la présence de ses banques, est très fortement imbriquée dans les marchés financiers européens. Raisons qui font de la place financière suisse un lieu privilégié pour les investisseurs La place financière suisse demeure un lieu privilégié pour les investisseurs qui désirent y faire gérer leurs avoirs. Régulièrement, les raisons de ce choix peuvent être résumées de la manière suivante : La Suisse a une longue expérience démocratique qui se caractérise par une stabilité politique et par une conception libérale de l Etat; cela se traduit par un secteur financier très dynamique et ouvert sur l extérieur ; La Suisse bénéficie d une excellente infrastructure, nécessaire au bon fonctionnement d une place financière ;

5 5 La fiscalité y est modérée, ce qui, par comparaison avec certains Etats du Vieux Continent, constitue un atout décisif pour l'attrait de nouveaux investisseurs ; En matière de législation, la Suisse jouit d une réglementation moderne qui a été adaptée aux besoins et aux exigences d une place financière de réputation internationale ; en effet, le législateur suisse a été capable d anticiper les tendances de l avenir tout en respectant la tradition, fondée sur une culture forgée au cours des décennies et dont l un des éléments fondamentaux est sans nul doute le devoir de discrétion du banquier. Devoir de discrétion du banquier Depuis quelques années, le nombre des organismes internationaux ayant mis le devoir de discrétion du banquier à l'ordre du jour augmente sans cesse. A croire que chacun d entre eux se croit obligé de donner un avis autorisé sur le sujet! De l ONU en passant par le G7, l OCDE, le Groupe d Action financière sur le blanchiment de capitaux, et plus récemment le Comité de Bâle, chacune de ces organisations veut jouer les premiers violons. Il est vrai qu à l heure de la globalisation et de la mondialisation, synonymes de transparence des structures, des procédures de décision, des marchés et de la surveillance, le secret professionnel du banquier semble constituer un obstacle au bon fonctionnement des institutions publiques. C est la raison pour laquelle toutes ces organisations se sont fixé pour but de réduire autant que possible, voire de supprimer, la protection de la sphère privée des clients, du moins dans le domaine de la fiscalité. On sait que les autorités fiscales, en général, désirent ardemment que des mesures soient prises pour que le secret professionnel du banquier ne leur soit pas opposable du tout et, ainsi, être placées sur un pied d'égalité avec les autorités de poursuite pénale, dans le but de se procurer les informations qu elles estiment indispensables dans l'exercice de leur tâche. Cette transparence est exigée indépendamment de toute infraction qui aurait pu être commise par le contribuable.

6 6 Equilibre entre les intérêts des autorités fiscales et la protection de la sphère privée des clients Notre profession n'a jamais contesté le fait que les autorités fiscales doivent avoir, le cas échéant, accès aux informations financières. Elle estime néanmoins essentiel qu'un équilibre raisonnable doit être maintenu entre la protection de la sphère privée du citoyen et le besoin des autorités fiscales d'obtenir des informations sur les contribuables. Il s agit moins de mettre l accent sur un devoir de discrétion absolu que de s attacher à en définir clairement les limites en cas d abus. En effet, si la criminalité fiscale ne doit jouir d aucune protection et que face à elle, le secret bancaire doit être levé sans discussion, ce n est pas une raison de considérer que chaque contribuable est un fraudeur potentiel. Dans un système démocratique reposant sur une équitable répartition des tâches entre l Etat et les citoyennes et citoyens, il importe de croire au fonctionnement des institutions basé sur la responsabilité de chacun. Dans ce contexte, il sied de rappeler le rôle dissuasif joué par l'impôt anticipé suisse prélevé sur les intérêts et les dividendes versés aux débiteurs suisses : son taux de 35% contribue à l'honnêteté fiscale puisqu'il n'est remboursé au contribuable que sur la base de l'établissement d'une déclaration fiscale en bonne et due forme. Nous avons réglé cette question nous-mêmes, sans demander l'aide d'etats tiers ou d'organisations internationales. Paquet fiscal de l UE, en particulier Directive sur la fiscalité de l épargne Cette remarque m'amène tout naturellement à la directive communautaire sur la fiscalité de l'épargne. Depuis plus de dix ans, nous observons les tentatives répétées de l Union européenne dans ses efforts de réglementer de manière satisfaisante la fiscalité de l épargne. Position de la Suisse Pour la première fois, à ma connaissance, dans l histoire des relations entre la Suisse et l Union européenne, l Union fait dépendre l adoption d un texte législatif

7 7 communautaire de la décision d Etats tiers, en particulier de celle des Etats-Unis et de la Suisse. L accord trouvé le 3 juin dernier, après des négociations plus tumultueuses au sein de l Union européenne qu entre la Suisse et l UE - si l on songe au problème italien du contingentement laitier - concrétise ce que nous avons toujours dit : «La Suisse est prête à trouver une solution constructive avec l Union européenne». C est ce que nous avons fait. Quelle première appréciation peut-on porter sur cet accord politique? L Association suisse des banquiers (ASB) est en principe satisfaite de l achèvement des négociations entre la Suisse et l UE dans le dossier de l imposition des revenus de l épargne. En reconnaissant que l impôt prélevé auprès de l agent payeur est une mesure équivalente à l échange d informations, le secret professionnel du banquier demeure entièrement préservé et la principale exigence des banques suisses est satisfaite. Une appréciation définitive ne pourra toutefois avoir lieu qu après l examen approfondi de l accord conclu avec l UE. Avec la préservation du secret professionnel du banquier, la principale exigence des banques suisses est cependant remplie, ce dont l ASB est satisfaite. Les négociations entre la Suisse et l UE continuent dans d autres dossiers ayant une incidence sur la place financière. La Suisse souhaite apparemment disposer d accords prêts à être signés avant de parafer celui concernant l imposition des revenus de l épargne. L ASB souhaiterait cependant souligner que, pour les accords de Schengen/Dublin ainsi qu en matière de fraude douanière, le secret professionnel du banquier ainsi que le principe de la double incrimination doivent être préservés. Enfin, l ASB attend des Etats membres de l UE qu ils observent les principes de l accord négocié avec l UE dans d autres organisations et que le secret professionnel du banquier que connaît la Suisse ne fasse pas l objet de nouvelles attaques.

8 8 Quel avenir pour la place financière suisse? Ce constat m'amène finalement à la conclusion de mon exposé, à savoir quel avenir pour la Place financière suisse? A mon avis, l'avenir de la Place financière suisse dépendra essentiellement des facteurs suivants: Renforcement de la compétence professionnelle et de la capacité à l'innovation; Consolidation de la position de leader comme place spécialisée dans l'activité de gestion de fortunes pour les clients individuels; Ouverture à de nouveaux marchés dans le contexte politique par rapport à la question de l'intégration européenne. Compétence professionnelle et capacité à l'innovation Le succès de notre place financière repose sur le savoir-faire de spécialistes acquis et développé depuis plusieurs siècles - les débuts de la banque en Suisse remontent en effet au temps de la Révolution française - dans la pratique des affaires et transmis le plus souvent aux générations suivantes de bouche à oreille, sans structure organisée. La haute qualité des prestations d'une place financière nécessite le maintien d'un niveau très élevé du savoir-faire. Celui-ci doit par ailleurs pouvoir se fonder sur une formation adéquate. Contexte politique Comme vous le savez sans doute, la Suisse ne discute pas seulement de la fiscalité de l'épargne avec l'union européenne. 9 autres dossiers sont en négociations entre la Commission européenne et notre Administration fédérale. Après la ratification et l'approbation par le peuple suisse des accords bilatéraux sectoriels I, une seconde ronde de négociations a été décidée entre la Suisse et l'ue. Ces discussions s'inscrivent dans le contexte d'une approche bilatérale, seule voie possible pour la Suisse à la suite du vote populaire de mars 2001 par lequel le peuple suisse a décidé d'attendre "encore un peu" avant d'ouvrir des négociations formelles d'adhésion.

9 9 Consolidation de la position de leader en matière de gestion de fortunes Chaque place financière de réputation internationale s'est en général fortement spécialisée dans un segment d'activité. Dans la perspective d'une stratégie à moyen et à long terme, la place financière suisse doit consolider sa position de leader dans le domaine de la gestion de fortunes. Le "Private Banking" ne dépend pas uniquement du devoir de discrétion du banquier. Le succès de la place financière suisse est davantage en étroite relation avec d'autres facteurs que j'ai mentionnés dans mon introduction. Par conséquent, l'avenir d'une place financière résulte du maintien et de la consolidation de tous ces facteurs. Ceci exige une approche coordonnée car une modification soudaine des conditions-cadre, un brusque changement dans l'infrastructure ou un revirement inattendu de la politique financière peuvent provoquer des conséquences désastreuses. L'enjeu est de taille. Il nécessite l'engagement de tous les acteurs concernés, que ce soit des agents économiques comme des représentants de l'autorité publique qui doivent agir de manière concertée. C'est la raison pour laquelle depuis un certain nombre de mois, le Ministère des finances, notre Association ainsi que les autres branches professionnelles concernées, réfléchissent sur l'avenir du secteur bancaire suisse. Le but de l'exercice consiste, sur la base d'une vision future de la place financière suisse, à déterminer quelles sont les actions à entreprendre pour parvenir au but fixé et quel est le partage des tâches entre responsables politiques, associations professionnelles et acteurs sur les marchés financiers. Conclusion J'en arrive au terme de mon intervention et vous remercie de m'avoir accompagné pour ce voyage qui, je l'espère, vous aura permis de découvrir quelques facettes de la place financière suisse dans le contexte de ses relations avec les marchés financiers européens. Je vous remercie de votre attention.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Place financière genevoise : défis et opportunités

Place financière genevoise : défis et opportunités Place financière genevoise : défis et opportunités Edouard Cuendet, Directeur de la Fondation Genève Place Financière Top 20 des places financières globales 1. New-York 2. Londres 3. Hong Kong 4. Singapour

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Mieux qu avant la crise: d excellentes perspectives pour le marché financier suisse

Mieux qu avant la crise: d excellentes perspectives pour le marché financier suisse Mieux qu avant la crise: d excellentes perspectives pour le marché financier suisse par Hans-Ulrich Doerig, Président du Conseil d'administration du Credit Suisse Group (Neue Zürcher Zeitung, 11 septembre

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Rapport concernant l'exercice 2014 de la Banque Cantonale du Valais

Rapport concernant l'exercice 2014 de la Banque Cantonale du Valais Rapport concernant l'exercice 2014 de la Banque Cantonale du Valais Le Conseil d'etat du canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, Conformément à l'article

Plus en détail

Le secrett Ibaimcalire-

Le secrett Ibaimcalire- UNIVERSITE DE LAUSANNE FACULTÉ DE DROIT Le secrett Ibaimcalire- Sa portée dans le temps, dans l'espace et dans les groupes de sociétés. THESE de licence et de doctorat présentée à la Faculté de droit de

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Présentation d'optima Fondée en 1991 Indépendante 13.160 clients au 01/09/2010 316 collaborateurs Leader sur le marché belge Bureaux à Gand et à Braine-l

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche TAX ALERT 4 octobre 2012 Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche La Commission européenne a donné son feu vert, en date du 17 avril 2012, aux accords signés par la Suisse avec l'allemagne

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève? Secrétariat du Grand Conseil QUE 72-A Date de dépôt : 15 mai 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

Aperçu des prix pour les activités de placement et les opérations sur titres. Nos meilleures conditions en faveur de votre patrimoine

Aperçu des prix pour les activités de placement et les opérations sur titres. Nos meilleures conditions en faveur de votre patrimoine Aperçu des prix pour les activités de placement et les opérations sur titres Nos meilleures conditions en faveur de votre patrimoine 2-3 Contenu 01 Notre système de prix 4 02 Notre gestion de fortune

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 01 janvier 2015 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC (1)... 4 Produits d investissement KBC émis par KBC AM...

Plus en détail

Fonds Private Label. L essence de notre metier

Fonds Private Label. L essence de notre metier Fonds Private Label L essence de notre metier CONTENU 5 VOTRE PARTENAIRE POUR VOS SOLUTIONS PRIVATE LABELLING DEPUIS 20 ANS 7 CREEZ VOTRE PROPRE FONDS 9 LE SUCCES GRGRACE AU MELANGE ADEQUAT 11 CONSEIL

Plus en détail

Distribution limitée Comité des restrictions à l'importation Original: anglais (balance des paiements)

Distribution limitée Comité des restrictions à l'importation Original: anglais (balance des paiements) ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED BOP/293 9 novembre 1989 Distribution limitée Comité des restrictions à l'importation Original: anglais (balance des paiements) CONSULTATION

Plus en détail

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong :

Hong Kong: Sociétés offshore à Hong Kong : Hong Kong: Le territoire de Hong Kong est situé sur les côtes Sud Est de la Chine et regroupe un grand nombre d îles. Ce territoire compte, à ce jour, près de sept millions d habitants. Hong Kong est revenu

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026)

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 0(02 Bruxelles, le 18 juillet 2001 3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 3RXUTXRL OD &RPPLVVLRQ DWHOOH SUpVHQWp FHWWH SURSRVLWLRQ PRGLILpH GH GLUHFWLYH

Plus en détail

Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011

Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011 Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011 Mesdames, Messieurs, Nous vous remettons, en annexe, la déclaration d impôt pour la période fiscale 2011.

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

République et Canton de Genève Département des finances

République et Canton de Genève Département des finances République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Direction Générale Le directeur général Hôtel des Finances Rue du Stand 26 Case postale 3937 1211 Genève 3 AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

S T A T U T S. de l'association Suisse pour la Recherche Horlogère BUT, SIÈGE, DURÉE. Article premier - Dénomination

S T A T U T S. de l'association Suisse pour la Recherche Horlogère BUT, SIÈGE, DURÉE. Article premier - Dénomination S T A T U T S de l'association Suisse pour la Recherche Horlogère (successeur dès le 1 er juillet 1985 du Laboratoire Suisse de Recherches Horlogères, fondé le 14 novembre 1924) C H A P I T R E P R E M

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale

Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Memo BATL : la nouvelle loi sur la régularisation fiscale Dans le cadre de ses objectifs, la BATL souhaite collaborer à une législation efficace et de qualité qui soit applicable dans la pratique du droit

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Repo - un instrument financier pour les banques

Repo - un instrument financier pour les banques Repo - un instrument financier pour les banques Victor Füglister, Directeur adjoint de l'association suisse des banquiers Mesdames, Messieurs, Le marché des pensions (REPO) n'est ni une nouveauté ni une

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission. Hermes Investment Funds Public Limited Company

Addendum belge au prospectus d émission. Hermes Investment Funds Public Limited Company Addendum belge au prospectus d émission Avril 2011 Hermes Investment Funds Public Limited Company (Société d investissement à compartiments multiples, à capital variable et à responsabilité séparée entre

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret

Conventions fiscales préventives de double imposition. Méthode d application d une convention préventive de double imposition (cpdi) à un cas concret PLAN GÉNÉRAL Liste des abréviations Introduction Première partie Contexte (droit fiscal européen et international) Conventions fiscales préventives de double imposition Quelques règles juridiques fondamentales

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

S T A T U T S. de la. Fédération Suisse des Centres Fitness et de Santé FSCF

S T A T U T S. de la. Fédération Suisse des Centres Fitness et de Santé FSCF S T A T U T S de la Fédération Suisse des Centres Fitness et de Santé FSCF 1. DISPOSITIONS GENERALES Article 1, Raison sociale, but La FÉDÉRATION SUISSE DES CENTRES FITNESS ET DE SANTÉ FSCFS a pour but

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières Circ.-CFB 98/2 Négociant Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1 er juillet 1998 Sommaire 1 But 2 Situation de

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014

CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014 CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014 1 Impacts des suppression de personnel sur les contrôles fiscaux - La suppression de postes a des conséquences sur les contrôles fiscaux effectués.

Plus en détail

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR

COFFRES-FORTS 158,15 240 EUR 237,23 320 EUR. Coût additionnel pour coffre à code 15 EUR Tenue de compte, coffres, attestations et recherches FORFAIT ANNUEL TENUE DE COMPTE 1 COFFRES-FORTS Avec accès e-banking sécurisé 2 25 EUR Volume (dm 3 ) loyer annuel HT + TVA 17% Avec envoi hebdomadaire

Plus en détail

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente

LA FEUILLE DE CHÊNE. Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente LA FEUILLE DE CHÊNE Depuis 150 ans, la Banque Piguet est toujours jeune, comme la feuille de chêne qui la symbolise. Le chêne représente la force et la solidité. Sa feuille matérialise la vitalité qu elle

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11533 Projet présenté par les députés : M mes et MM. Ronald Zacharias, Pascal Spuhler, André Python, Jean-Marie Voumard, Jean-François Girardet, Thierry Cerutti, Henry Rappaz,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

811-BAN. A.1.2.2 - Décrire les tâches de l Ombudsman des banques -Je décris les tâches de l Ombudsman des banques.

811-BAN. A.1.2.2 - Décrire les tâches de l Ombudsman des banques -Je décris les tâches de l Ombudsman des banques. 811-BAN A.1.1.2 - Connaître les réglementations relatives à la législation sur les banques. - J énumère et j explique les objectifs liés à la loi sur les banques ainsi que les tâches de l Autorité fédérale

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Informations à valeur ajoutée sur les warrants pour les investisseurs online européens.

Informations à valeur ajoutée sur les warrants pour les investisseurs online européens. Bruxelles, le 23 novembre 2000 Informations à valeur ajoutée sur les warrants pour les investisseurs online européens. Citibank Warrants Belgium et VMS-Keytrade.com annoncent la signature d'un accord de

Plus en détail

Etat au 16 septembre 2010 Statuts. Association suisse des banquiers (SwissBanking)

Etat au 16 septembre 2010 Statuts. Association suisse des banquiers (SwissBanking) Etat au 16 septembre 2010 Statuts Association suisse des banquiers (SwissBanking) Association suisse des banquiers Principes directeurs 2010 La place financière suisse se classe parmi les premières places

Plus en détail

L importance du secteur bancaire suisse

L importance du secteur bancaire suisse Août 2012 L importance du secteur bancaire suisse Une étude économique L importance du secteur bancaire suisse ASB Août 2012 1 L importance du secteur bancaire suisse Executive summary 5 1 Le secteur bancaire

Plus en détail

Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés

Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés BlueBay : À la pointe des titres à revenu fixe spécialisés BlueBay a été fondée

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Company

Wealth & Tax Planning Private Company Wealth & Tax Planning Private Company Parties dans une Private Company Structure simplifiée Mandant = Actionnaire Procure des recommandations Conseil d administration Les actions peuvent être détenues

Plus en détail

Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale?

Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale? Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale? La commission européenne a publié le 25 novembre 2013 une proposition de modification de la directive n 2011/96/UE, autrement

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

1. En ces premiers jours de printemps, je suis très heureux de vous accueillir, avec ce "clin d'œil" au futur.

1. En ces premiers jours de printemps, je suis très heureux de vous accueillir, avec ce clin d'œil au futur. PRESENTATION DES PERFORMANCES ANNUELLES DU GROUPE BMCE BANK RENCONTRE AVEC LES ANALYSTES ET LA PRESSE AUDITORIUM, LUNDI 23 MARS 2015 Allocution du Président Othman BENJELLOUN Merci "NAO de la BMCE Bank".

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique?

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Fiscalité de l'épargne (1/2) Le Belge est, d'après les statistiques disponibles, un des meilleurs épargnants d'europe. Pourtant, plus d'un quart

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT CIR. # 99 CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT En conformité aux articles 2.2.2 à 2.2.6 de la loi du 21 février 2001, relative au blanchiment des avoirs provenant

Plus en détail

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner 224 file:///fichiers/enseignement/site%20web/impression/rmi/fiches/rmi224... 2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner Introduction Paragraphe au format pdf L'exemple de l'italie comme les

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

Table des matières Schéma E - Emprunts

Table des matières Schéma E - Emprunts Table des matières Schéma E - Emprunts Table des matières Schéma E - Emprunts 1 INDICATIONS RELATIVES À L'ÉMETTEUR... 1 1.1 Indications générales... 1 1.1.1 Raison sociale, siège social et siège administratif...

Plus en détail

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Commission juridique et fiscale Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Réunion du 3 février 2010 au Cabinet CMS Bureau Francis Lefebvre CEMAC = 40,11 millions habitants UEMOA = 92,087 millions

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123309L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123309L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail