Les paradis fiscaux /03/09. 1 OCDE Rapport 1998 : Concurrence fiscale dommageable, un problème mondial.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les paradis fiscaux - 1-23/03/09. 1 OCDE Rapport 1998 : Concurrence fiscale dommageable, un problème mondial."

Transcription

1 Les paradis fiscaux 1. Introduction La crise financière qui sévit actuellement dans le monde entier vient opportunément de rappeler aux dirigeants de tous les pays et aux citoyens qui subissent cette crise l existence des paradis fiscaux qui avait sans doute été oubliée. Leur existence avait été occultée par le monde entier depuis de nombreuses années puisque même l OCDE déclarait en juin 2000 qu il ne restait plus que 3 pays dits non coopératifs sur sa liste noire : 1. Andorre 2. Principauté du Liechtenstein 3. Principauté de Monaco. Les 60 autres pays répertoriés «paradis fiscaux» par ce même organisme étant désormais considérés comme coopératifs c est-à-dire s engageant à appliquer les 40 recommandations de l OCDE et du GAFI. Cette bonne volonté de façade les conduirait sur le chemin de la rédemption. Il a été recensé entre 60 et 90 paradis fiscaux, financiers, bancaires et maritimes dans le monde. 16 en Europe ou dans son voisinage. Sur ces 16 pays, 9 appartiennent directement à un pays de l UE. La plupart des autres appartiennent à l Espace Économique Européen comme le Liechtenstein, la Suisse ou l Autriche. La France compte directement ou indirectement au moins 5 paradis fiscaux (Polynésie, Monaco, Andorre, St Barthélemy, St Martin). Il est clair que, sans l apparition de cette crise financière dont l ampleur n a pas de précédent dans l histoire, rien n aurait été engagé pour diminuer ni le nombre ni la place des paradis fiscaux dans la finance mondiale. Certains pays d Afrique (le Ghana par ex.) disposant de peu de ressources réfléchissent à se doter d une législation de type paradis fiscal. 2. Définition Il s agit de pays qui ne prélèvent pas ou peu d impôts et servent aux non-résidents pour échapper à l impôt dans leur pays de résidence. 1 Un paradis fiscal est doté de dispositions législatives ou de pratiques administratives empêchant un échange de renseignements avec d autres pays sur les contribuables. Les paradis fiscaux ou les centres offshore jouent un rôle accru dans les opérations de blanchiment de capitaux, facilitées par des réglementations laxistes et le secret bancaire. Après la grave crise de 1997, il est apparu que ces centres offshore constituaient un des maillons faibles du système financier international. Les états s émeuvent à présent de la concurrence dommageable et des pertes fiscales qu entraîne pour eux, la prolifération de ces paradis fiscaux dont le nombre a augmenté de % au cours des quinze dernières années. 2 Une de leurs caractéristiques communes est de pratiquer l accueil illimité et anonyme de capitaux. On peut parler de pays qui commercialisent leur souveraineté en offrant un régime législatif et fiscal favorable aux détenteurs de capitaux, quelle que soit leur origine. Principales caractéristiques : o secret bancaire strict (opposable notamment au juge étranger) ; o pas ou peu de taxes, que ce soient sur les revenus, les bénéfices ou les patrimoines, particulièrement pour les non-résidents ; o grande facilité d'installation et de création de sociétés avec peu de o formalisme, avec souvent des lois sur les trusts ou donnant effet aux trusts étrangers très libéraux ; o coopération judiciaire internationale limitée. Dans le contexte d une concurrence mondialisée, l abaissement de la fiscalité est devenu, pour les États, un argument pour attirer l investissement ou l épargne. En pouvant pratiquer une fiscalité nulle ou presque, les paradis fiscaux exacerbent cette course mondiale au moins-disant fiscal. Comment la République sud-africaine, qui a déjà diminué les impôts sur les sociétés de 48 % à 30 % depuis 1994, peut-elle résister face au développement dans la région de centres offshore comme l île Maurice, qui offre un niveau d imposition de 1,5 %? La course vers le zéro impôt est lancée Jersey en offre déjà la possibilité. En Europe, l Irlande a en grande partie basée son développement sur cette concurrence fiscale en baissant son taux d imposition sur les sociétés à 12,5% pour attirer les grandes entreprises. Certains pays pratiquent même ce que l on peut considérer comme un impôt négatif pour attirer les investisseurs étrangers : non seulement une exonération fiscale est garantie mais des dépenses publiques sont engagées pour les convaincre d investir (développement d infrastructures ad hoc, primes accordées pour la création d emplois, etc.). En privant les États de recettes fiscales précieuses, ce phénomène affaiblit la capacité d intervention étatique dans les pays 1 OCDE Rapport 1998 : Concurrence fiscale dommageable, un problème mondial. 2 Transparency International (TI) Rapport sur la corruption dans le monde /03/09

2 du Sud. Les gouvernements des pays les plus pauvres voient même leur dépendance s accroître envers des flux financiers d origine étrangère (aide, investissement, endettement), ce qui limite sérieusement leur autonomie politique. Les pays du Nord ne sont pas en reste : aux États-Unis, les autorités fiscales estiment le manque à gagner à plus de 300 milliards de dollars. 3. Pourquoi les paradis fiscaux Les paradis fiscaux sont utilisés pour dissimuler des capitaux d origines très différentes que nous rangerons en trois grandes catégories dans un souci de simplification et de clarté : o Les montants liés à des activités criminelles o Les montants liés à la corruption au sens traditionnel du terme o Les montants liés à une activité économique classique Les différents atouts de ces pays permettront ensuite de réinjecter ces capitaux dans le système financier classique après avoir été «blanchis». Le blanchiment des capitaux est défini comme le procédé criminel par lequel des produits du crime sont occultés et transformés au moyen de tentatives visant à les injecter dans le système financier afin de leur donner l apparence de capitaux légitimes. 3 Les cas d étude en matière de blanchiment de capitaux les plus connus montrent qu ils utilisent des transactions complexes dans de nombreux pays, en particulier dans ceux dotés d importantes places financières et dans ceux qui peuvent être définis comme des paradis fiscaux ou des centres financiers en extraterritorialité offshore financial centers (OFC), visant à modifier l identité des fonds illicites. 4. Géographie Les paradis fiscaux sont au nombre d une centaine. Parmi lesquels on peut citer les plus connus : Autriche, Suisse, Luxembourg, Andorre, Bahamas, Liechtenstein, Monaco, Jersey et Guernesey, Panama, Gibraltar, Seychelles et d autres, aux noms plus exotiques mais tout aussi paradisiaques Vanuatu, Îles Cook, Îles Caïman, Antigua et Barbuda, Dominique, Saint Vincent et les Grenadines, Tonga, Nauru, Saints Kitts et Nevis, Îles Turks et Caiques, Myanmar. Dans cette liste, il est possible de ranger les paradis fiscaux en deux catégories selon le GAFI ou le FSF : Les pays dits non coopératifs en matière d investigations liées à la lutte contre le blanchiment des capitaux, ainsi que l a suggéré le GAFI : Égypte, Indonésie, Ukraine, Guatemala, Nigeria, Hongrie, Bahamas, Îles Caïman, Îles Cook, Saint Domingue, Israël, Liban, Liechtenstein ; Îles Marshall, Nauru, 3 Conseil de l Europe Rapport de la Commission des questions Economiques du 22décembre /03/09

3 Niue, Panama, Philippines, Russie, Saint Kitts et Nevis, Saint Vincent et les Grenadines, Anguilla, Barbades, Royaume de Bahrein, Belize, Samoa, Montserrat, Seychelles, Vanuatu. Les centres offshore du Forum de Stabilité Financière (FSF) : Irlande, Luxembourg, Suisse, Andorre, Saint Marin, Barbades, Bermudes, Gibraltar, Aruba, Hong Kong, Île de Man, Bahamas, Anguilla, Nauru, Antilles Néerlandaises, Îles Turks et Caiques. Le FSF existe depuis 1999 et gère des réserves de devises pour le compte de pays en développement (liste non exhaustive). Il faut remarquer que, étrangement, plusieurs pays membres et futurs membres de l UE figurent dans cette liste : Autriche, Luxembourg, Irlande, Grande Bretagne et ses dépendances telles les Îles Anglo-Normandes, Gibraltar et l Île de Man, la France et sa dépendance Monaco, les Pays-Bas et ses dépendances, Aruba et les Antilles Néerlandaises, Malte. Il ne faudrait pas oublier les Offshore Financial Centers qui sont des places financières pratiquant une activité offshore, c est dire empruntant à des non-résidents pour prêter à des non-résidents en profitant par exemple de conditions fiscales ou autres favorables. On trouve des OFC à Londres, New York (U.S.International Banking Facilities, IBFs), Tokyo (Japanese Offshore Market, JOM), Hong Kong et Singapour. La différence entre territoires offshore et centre financier offshore est minimale et entretient une confusion qui n est sans doute pas innocente. 5. Les montants en jeu Leur activité est devenue une énorme industrie qui gère autour de 20 % de la richesse mondiale privée 4 et 22 % des actifs externes des banques y sont gérés. 5 Une autre source estime que l ensemble des paradis fiscaux draine plus de la moitié (54,2 %) des avoirs détenus hors frontières pour un total de plus de milliards US$. Environ quatre mille banques offshore y sont installées et on y dénombre également plus de 2,4 millions de sociétés écrans. La part des biens d origine illicite est estimée à 20 % de la totalité des capitaux soit mille milliards US$. Le reste sont en effet des capitaux d origine licite détenu par des fonds de retraite ou d investissement et des sociétés commerciales qui vont chercher offshore une «optimisation fiscale» qui reste dans la limite de la légalité de leur pays d origine et que nous étudierons plus loin Les activités criminelles 1. Trafic de drogue : 500 à 750 milliards US$ 7 2. Trafic des êtres humains, 20 milliards US$ et proxénétisme, 8 milliards US$ 8 : 4 Marcel Cassard, The Role of Offshore Centers in International Financial Intermediation, Rapport du Conseil de l Europe du 6 avril 2001 ; Commission des questions économiques et du développement 6 Rapport Moral sur l Argent dans le Monde 2001, la Problématique offshore, contribution de M J.F.Thony, page Rapport du Conseil de l Europe du 6 avril 2001 ; Commission des questions économiques et du développement /03/09

4 Le trafic de clandestins est estimé à quatre millions de personnes par an dans le monde dont environ un million d entre elles à des fins d exploitation dans l industrie du sexe que l on peut qualifier de forme moderne de la traite d esclaves. Certains groupes se tournent actuellement vers le trafic d êtres humains de préférence à celui des stupéfiants car il semblerait qu il y ait davantage de profits à faire et surtout moins de risques. 3. Trafic de produits interdits par des Conventions Internationales : ivoire, espèces protégées :? Objets d art et Antiquités : 6 milliards US$ 9 4. Contrebande : tabac, alcool : représenterait jusqu à 15 % de la consommation dans l Union Européenne Contrefaçon : 450 milliards US$ 11 : Achevée en juillet 2000, une enquête menée pendant deux ans par l unité anti-fraude de l Union européenne a révélé que, chaque année, un à deux milliards d euros de recettes en droits de douanes sont perdus du fait de la contrebande de cigarettes quelque fois organisée par les fabricants eux-mêmes. Récemment la société Reynolds Tabacco a négocié le paiement d une amende de 1 milliard euros à la communauté européenne pour éviter d être traînée devant la Cours de Justice Européenne sous l accusation de contrebande. D autres négociations sont toujours en cours avec des fabricants de cigarettes. Selon certains experts, un tiers des exportations mondiales annuelles de cigarette finit sur le marché noir. 6. Trafic d armes : violation d embargo, vente aux guérillas et réseaux terroristes 7. Le secteur des ventes d armes est l un des premiers secteurs mondiaux par son volume d activité, avec un chiffre d affaires annuel d environ 800 milliards US$. Les pays industrialisés du Groupe des Huit (G8) qui représentent à eux seuls près de 90 % des ventes d armes, sont, cependant, le point de départ d une grande partie du trafic d armes, qui selon certaines estimations, pèse la moitié de tous les transferts d armes effectués dans le monde. 12 Selon les estimations d un magistrat instructeur du dossier ELF, en considérant le montant annuel des exportations d armes de la France au cours de la seule décennie passée et en appliquant à celui-ci un taux moyen de 20 % de commissions, ce serait près de 10 milliards de pots-de-vin qui auraient été versés par des entreprises françaises pour l obtention de marchés d armement à l étranger au cours de la période L organisation Global Witness a mis en évidence les liens qui unissaient l industrie du bois au Liberia à la mafia ukrainienne durant la guerre civile en Sierra Leone. Le président Charles Taylor finançait le Front Révolutionnaire Uni (RFU) en association avec l industrie du bois en contravention avec l embargo sur les armes décrété par l ONU Les montants liés à la corruption 1. Détournement de ressources publiques : énergie, minerai, subventions : Il est malheureusement impossible de chiffrer exactement le montant de ces détournements. Par contre, un bon exemple peut-être fourni par le rapport établi par le FMI sur la gestion des revenus de l industrie pétrolière en Angola. L Angola est le deuxième exportateur de pétrole de l Afrique subsaharienne derrière le Nigeria. Les revenus du pétrole ont considérablement augmenté depuis que les grandes compagnies pétrolières comme BP, ExxonMobile et Total ont développé la production vers la fin des années quatre-vingt-dix. Ces revenus se sont élevés à 18 milliards US$ pour la période soit environ 85 % du budget de l État Angolais. Le rapport du FMI montre que 4,22 milliards US$ soit 10 % du PIB pour chaque année de cette période ont disparu, n ayant été comptabilisés nulle part. Pendant cette même période, les budgets sociaux du gouvernement et des agences internationales se sont montés à 4,27 milliards US$. Le gouvernement angolais a refusé de fournir les informations relatives à l utilisation de ces fonds mais d un autre côté réclame l augmentation constante de l aide internationale pour lui permettre de construire des 8 Organisation International des Migrations 9 Rapport du Conseil de l Europe du 6 avril 2001 ; Commission des questions économiques et du développement 10 Rapport du Conseil de l Europe du 6 avril 2001 ; Commission des questions économiques et du développement 11 L organisation Mondiale des Douanes s adresse au Forum Economique Mondial au sujet de l ampleur de la contefaçon à l échelle mondiale, Communiqué de presse de l OMD, 27 janvier Rapport du Conseil de l Europe du 6 avril 2001 ; Commission des questions économiques et du développement 13 Eva Joly, Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre?, Paris Les Arénes, 2003, page Global Witness, Ressources, Conflict and Corruption /03/09

5 hôpitaux, des écoles et des tribunaux. En octobre 2003, le financier George Soros par l intermédiaire de son Open Society Institute a essayé de négocier avec le gouvernement angolais un accord pour mettre en place un ensemble de mesures destinées à améliorer la transparence de la gestion des revenus du pétrole. Le gouvernement a sans cesse repoussé la signature de cet accord qui est pour le moment au point mort. Il est clair que le refus du gouvernement de faire des efforts en faveur de la transparence peut laisser penser que ces fonds sont détournés soit au profit de ses dirigeants soit pour acheter des armes dont l exportation vers l Angola était interdite en raison de l embargo décrété par l ONU Un autre exemple peut-être fourni par le Nigeria qui a obtenu récemment de la Grande-Bretagne et la Suisse le rapatriement de millions d Euros détournés par la famille de l ancien dictateur du pays feu Sani Abacha. Plus récemment les magistrats suisses ont mené un premier procès contre le blanchiment de 400 millions d Euros dans 140 comptes différents au nom du général Sani Abacha. Il est évident que ces fonds ont été détournés par l ancien dictateur au détriment du peuple nigérian. D autres sources citent le chiffre de 1,4 milliard US$. On peut aussi rappeler les détournements effectués par le Président Marcos aux Philippines estimés à 5 MUS$. Au Congo l ex Président Mobutu aurait détourné 4 milliards US$. L ex Président Suharto en Indonésie aurait détourné 40 milliards US$. 15 La privatisation des anciennes sociétés appartenant à l État Russie est sans doute le plus grand hold-up que l on ait vu sur cette planète. Le programme prêts contre actions était audacieux et simple : les banques prêtaient des fonds au gouvernement pour de nombreuses années avec remboursement garanti par les actions que possédait l État Russe dans ces sociétés. Il était acquis dès le début que l État ne rembourserait jamais les banques qui deviendraient propriétaires de ces sociétés. Il apparaissait plus facile politiquement d appliquer ce plan que de vendre officiellement ces sociétés. Ce plan a été proposé à Boris Yeltsin en 1995 par Vladimir Potanin propriétaire de la banque Uneximbank et Anatoly Chubais. Le gouvernement russe a donc vendu aux enchères ses actions dans un certain nombre de sociétés pétrolières, minières ou de téléphonie à qui lui faisait l offre la plus élevée. Les enchères ont été très particulières Les actions ont été partagées en lots distribués aux banques principales qui se sont ensuite révélées à la fois vendeuses et acheteuses, certaines étant dans certains cas le seul acheteur et emportant les enchères à un niveau ridiculement bas, juste au-dessus du prix de réserve fixé par l État Russe. Les étrangers étaient bien évidemment exclus de ces enchères. L ancien ministre des finances Boris Fyedorov commentera ces privatisations : «Hier les kleptocrates se partageaient les stations de télévisions aujourd hui ils dépècent les sociétés industrielles entre vieux amis» 16 Quelques exemples chiffrés : Norilsk Nickel : cette société assure plus de 25 % de la production mondiale de nickel et 33 % de la production mondiale de cobalt. Elle fait un chiffre d affaires de 2 milliards US$ à l export et affiche un résultat net d environ 400 millions US$ chaque année. La vente aux enchères fut confiée à la banque Uneximbank avec un prix de réserve de 170 millions US$. Toutes les autres offres ayant été écartées sous différents motifs plus ou moins valables, Uneximbank emportera les enchères avec une offre de 170,1 millions US$. Sidanko Oil Company : prix de réserve 125 millions US$ pour 51 % des actions. Uneximbank organise les enchères et une société filiale de Uneximbank l emporte avec une enchère de 130 millions d US$. Un analyste occidental a calculé que Uneximbank avait payé les réserves pétrolières de Sidanko sur la base de 2 cent le baril alors que le prix généralement admis sur le marché international était de 4 à 5 US$ le baril. Yokos : 2e plus grande société pétrolière de Russie, prix de réserve pour 78 % des actions 300 millions US$. La Bank Menatep, désignée par le gouvernement pour organiser les enchères, l emportera avec une enchère finale de 309,1 millions US$. Après son élection en juin 1996 Boris Yelstin nommera Anatoly Chubais premier ministre et Vladimir Potanin ministre en charge de la politique économique Montants liés à l activité économique: 15 The Economist, 26 octobre Matt Bivens & Jonas Bernstein, The Russia You Never Met, 17 Stanford Law Review juillet Russian Privatization and Corporate Governance :What went wrong? : /03/09

6 1. Fraude fiscale La fraude fiscale représenterait de 5 à 25 % des recettes fiscales potentielles dans les pays développés et de 30 à 40 % dans les pays moins développés. 18 Ces chiffres se passent de commentaires. Plusieurs États dont l Italie et la Belgique ont récemment décidé d amnistier leurs fraudeurs en les autorisant à rapatrier leurs capitaux placés à l étranger moyennant le paiement d une taxe d un taux très modique. Il faut noter qu un projet de loi d amnistie fiscale a été proposé à l Assemblée Nationale en 2003 en France. Ce genre de mesure qui légalise la fraude n a pas été suivi d effet très important, les rapatriements n ayant été que très partiels. Mais les chiffres publiés à ces occasions offrent une autre méthode pour estimer l importance des sommes concernées. Pour la Belgique, le montant des sommes placées dans les banques du paradis fiscal voisin le Luxembourg - et qui échappent ainsi à l impôt est estimé à 160 milliards d euros. Pour l Italie, les capitaux exportés illégalement sont estimés à 500 milliards d euros, sur lesquels 60 milliards d euros ont été rapatriés en 2001 et 20 milliards en 2003 lors de la deuxième amnistie, moyennant le paiement d une amende au taux dérisoire de 2,5 % 19. Or le produit Intérieur brut de la Belgique est de l ordre de 280 milliards d euros et celui de l Italie de milliards d euros. Un rapport récent du SNUI, le Syndicat National Unifié des Impôts, met en lumière le montant de la fraude fiscale en France : 40 à 45 milliards d euros par an. Dans bon nombre de pays, la dénonciation des cas de fraude fiscale n est pas obligatoire. La concurrence fiscale, importante au niveau mondial, et les asymétries du droit fiscal font que les paradis fiscaux ont encore de beaux jours devant eux. Le montant de la fraude fiscale est, aux États-Unis, très supérieur (779 milliards US$) au montant des activités criminelles (224 milliards US$). 2. Caisses noires Il suffit de se remémorer les chiffres fournis à l audience du procès Elf pour se rendre compte de l importance du phénomène. L instruction de l affaire ELF a mis au jour, dans les marchés liés au pétrole, le système dit des abonnements consistant en une sorte de dîme occulte de 40 cent d euro par baril. Selon certaines estimations, ces abonnements représenteraient plus de 150 milliards annuels versés à des décideurs publics étrangers Fausses factures Le mécanisme de ces fraudes est bien connu et largement utilisé par les entreprises soucieuses de verser des commissions qu elles pourront ensuite passer en charges dans leur compte d exploitation. Les montants en jeu sont absolument impossibles à évaluer. 4. Travail clandestin Le travail clandestin est à mettre en relation avec l économie souterraine parallèle ou grise selon les auteurs. La littérature sur l économie parallèle est importante, mais une étude globale manque toujours. Malgré tout elle tend à se développer dans le monde. 21 L économie parallèle représente en % du PIB pour la période Afrique : de 20 % à lile Maurice à 76 % au Nigéria Amérique du Sud et Centrale : de 29 % au Brésil à 61 % au Guatemala Asie : de 13 % à Hong Kong à 71 % en Thaïlande. Ancienne Union Soviétique : de 29,5 % en Ouzbékistan à 62,1 % en Géorgie Europe Centrale : de 6,9 % en Slovaquie à 24 % en Bulgarie Pour les pays de l OECD : de 9,3 % en Norvège à 27,2 % en Grèce Fraude aux assurances La fraude aux assurances est évaluée aux États-Unis à 100 milliards US$ par an à comparer aux 815 millions US$ de perte selon l American Bankers Association dus aux fraudes portant sur les chèques et aux 65 millions US$ dérobés par braquages de banques. 6. Manipulations informatiques 18 Rapport du Conseil de l Europe du 6 avril 2001 ; Commission des questions économiques et du développement 19 Le Monde des 28 et 29 mars 2004, Les aides au retour des capitaux ont fait la fortune des banques italiennes. 20 Eva Joly, Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre?, Paris Les Arénes, 2003, page IFM Working Papers WP/00/26 22 IFM Working Papers WP/00/ /03/09

7 Les États-Unis estiment les pertes annuelles dues à des manipulations informatiques illégales à plus de 10 milliards US$ alors qu au Royaume Uni elles sont évaluées à 5 milliards. Cette fraude aurait atteint 43 % des principales entreprises européennes au cours des années pour un coût de 3,6 milliards US$. 23 On peut citer l affaire Nick Leeson à Singapour qui a entraîné d énormes pertes sur le marché de produits dérivés et la faillite de la plus ancienne banque anglaise la Banque Barings. 7. Les sommes liées à la délinquance financière Il serait illusoire de croire que nous avons fait le tour de toutes les formes de malversations financières. Si les chiffres présentés dans les paragraphes précédents peuvent paraître spectaculaires, le plus impressionnant reste à venir. Il ne s agit plus à proprement parler de délinquance au sens pénal du terme mais bien d une délinquance financière au sens du bien publique. En effet, les montants les plus importants résultent de la dissimulation et de la soustraction à l impôt des bénéfices des entreprises multinationales. 8. Fraude à la TVA Entre 13 et 19 milliards d'euros de TVA ont été détournés par des entreprises éphémères qui profitent de la législation européenne, selon une enquête de Bercy citée dans "Les Échos". Selon le quotidien économique, les services du ministère de l'économie en coordination avec les Douanes, la direction du Trésor et l'insee, ont mené une enquête sur cette "fraude massive à la TVA", consistant en une non-déclaration de flux commerciaux et qui aurait un impact sur les chiffres français de l'exportation. Bercy a en effet constaté un écart de deux milliards d'euros entre ses prévisions et les résultats des exportations au troisième trimestre, précise "Les Échos". "Environ 300 millions d'euros de fausses déclarations avérées à ce jour, mais, selon nos informations, le manque à gagner pourrait se situer entre 13 et 19 milliards d'euros, soit 0,1 point de PIB", estime "Les Échos". D'autres pays européens comme l'allemagne et la Grande-Bretagne ont été victimes de ce système, ce "qui a mis la puce à l'oreille du gouvernement". Berlin et Londres "ont déjà admis être victimes de ce phénomène pour environ 17 milliards d'euros par an chacun". Cette fraude, qui repose sur le procédé baptisé "carrousel TVA", profite de "l'ouverture des frontières européennes pour écouler des marchandises à forte valeur ajoutée, comme les téléphones portables, la microinformatique ou les composants électroniques". "Concrètement, des sociétés éphémères sévissant dans plusieurs pays européens établissent des factures qui permettent à une entreprise cliente de récupérer la TVA, alors qu'elle n'a pas été payée à l'état, le fournisseur ayant, entre-temps, disparu", explique "Les Échos" qui ajoute que ce "système est apparu avec l'ouverture des frontières communautaires en 1993". 9. Trucage des bilans Le plus bel exemple de trucage de bilans est fourni par l affaire Enron, spécialisée dans le courtage d électricité, puis dans le courtage d aluminium, de charbon puis tous les courtages possibles : télécoms, assurance, marchés dérivés et autres activités difficiles à évaluer. Il faut rappeler le mécanisme de cette faillite. En Fortune place Enron à la septième place des entreprises américaines et lui décerne le titre d entreprise la plus innovante des États-Unis. Enron annonce un chiffre d affaires de 100 milliards US$ et des profits colossaux. Le prix de l action est multiplié par cinq en cinq ans. Malgré ces profits colossaux, Enron ne paye aucun impôt sur les bénéfices car ceux-ci sont essentiellement logés dans des paradis fiscaux. La comptabilité de Enron établie avec l aide du Cabinet Arthur Andersen aujourd hui disparu reposait d une part sur un gonflement du chiffre d affaires par la prise en compte des recettes de contrats non encore signés, le déport de charges et de dettes dans des structures hors bilan, ces montages sont des Special Purpose Entities, parfaitement légales et situées dans des paradis fiscaux. Il en a été dénombré environ 711 localisés dans des paradis fiscaux et 180 dans des pays divers. 10. Les escroqueries pures L affaire Madoff représente le meilleur exemple de l application à très grande échelle (50 milliards $) d un type de fraude classique, la pyramide de Ponzzi dans laquelle les intérêts, toujours très supérieurs au possibilité du marché, sont payés aux premiers déposants avec le capital des dépôts des clients les plus récents. Il apparaît que cette fraude n a été possible qu avec la complicité 23 European Economic Crime Survey 2001 de Price WaterhouseCoopers /03/09

8 implicite des autorités compétentes (SEC) qui n ont pas effectué pendant plus de 20 ans les contrôles qu elle aurait du faire légalement et l aveuglement des clients qui veulent toujours gagner plus sans savoir comment. 11. Transferts de prix Le commerce mondial intra-groupe représente plus de 60 % du commerce international. Les prix de transfert sont un moyen qui permet d optimiser au sein d un même groupe la pondération de la masse fiscale mondiale via le transfert territorial de revenus d un pays à un autre en considérant le taux effectif de chacun d eux. J.-S. Zdanowicz et S. J. Pak ont étudié les anomalies de prix sous-estimés à l importation et surestimés à l exportation et les pertes de revenus que cela a entraîné pour le gouvernement américain. La perte de revenu simplement pour l état américain est estimée par les auteurs à 50 milliards US dollars pour la seule année 2001, l étude n a malheureusement pas été actualisée depuis. Il serait intéressant d avoir une estimation des montants au niveau mondial. En terme d entreprise, on appelle cela de l optimisation fiscale. Les multinationales profitent largement de cette situation. Les pays industriels occidentaux qui animent le GAFI font preuve d une hypocrisie coupable en tolérant voir en encourageant, au-delà des condamnations vertueuses des centres offshore et des territoires non coopératifs, des implantations massives de leurs agents économiques dans ce type d États. Certains d entre eux, comme les États-Unis, les y encouragent même en autorisant explicitement les montages d évasion fiscale destinés à garantir leur compétivité commerciale internationale. La loi américaine sur les sociétés de vente à l étranger officialise ainsi l exonération fiscale des sociétés qui domicilient, de façon tout à fait artificielle mais licite, les profits générés par des contrats internationaux, dans des filiales implantées dans les centres offshore. Il faut noter que grâce à ce mécanisme 9 des 10 plus grandes entreprises américaines n ont pas payé d impôts ces dernières années. 12. Les banques françaises aux Îles Caïman Les Îles Caïmans présentent toutes les caractéristiques du centre Offshore : Secret bancaire à toute épreuve, facilité de création de sociétés, fiscalité légère, supervision minimale des autorités financières. En 2000, la Banque des règlements internationaux avait évalué les actifs gérés à 900 milliards de US$. Les banques immatriculées aux Îles Caïman gèrent des dépôts évalués à 500 milliards de US$ environ, ce qui en fait la cinquième place financière mondiale. De plus, la législation locale permet l établissement de banques coquilles puisqu il n existe aucune obligation de présence physique sur le territoire au-delà de la désignation d un représentant local incarné par des cabinets juridiques. Il ne faut pas s étonner qu il existe près de 600 banques dont seulement une trentaine sont des banques locales, le reste étant des succursales ou des filiales de banques occidentales dont onze établissements appartenant à des groupes français. Raison Sociale N Licence Type de licence BNP Banque et trust Sudameris Banque et Trust BNP Parisbas Private Bank Banque et Trust CA Indosuez Banque CIC Banque Crédit Lyonnais Banque Inchauspe Bank corporation Banque Indosuez Trust company Trust Natexis Banque Populaire Banque Paribas Banque Société Générale Banque Source : Autorité Monétaires des Îles Caïman 13. News Corporation (optimisation fiscale) La société créée et gérée par Monsieur R.Murdoch officie principalement dans 3 pays : Australie, États-Unis et Grande Bretagne où les taux d imposition sont respectivement de 35 %, 24 % et 30 %. Il est très difficile de connaître la structure juridique exacte de cette société qui est composée d environ 800 filiales dont environ 60 sont enregistrées aux Bermudes, aux Îles Caïman, aux /03/09

9 Antilles Néerlandaises et aux Îles Vierges Britanniques où le secret bancaire est aussi attractif que le climat. En Angleterre, la principale entité NewsCorp Investments et ses 101 filiales ont réalisé depuis juin 1987 un bénéfice total de 1,4 milliard (Livre Sterling). Grâce à l utilisation de toutes les ficelles fiscales, NewsCorp Investments a réussi à ne pas payer d impôts sur les sociétés depuis cette date. En cherchant un peu, on découvre que la société la plus rentable de cette organisation complexe est une entité appelée News Publishers enregistrée aux Bermudes. Elle a réalisé un bénéfice de 1,6 milliard US$ au 30 juin 1996, ce qui est tout à fait remarquable pour une société qui paraît n avoir aucun employé ni d autres sources de revenus que les sociétés de Monsieur Murdoch Les entreprises du CAC 40 Sociétés Nombre de filiales dans les Paradis fiscaux En % du nombre total de sociétés dans le groupe BNP Paribas LVMH Schneider Crédit Agricole PPR Banque Populaire 90 9 France Telecom Société Générale Lagardère Danone EADS Peugeot Carrefour 32 6 Pernod Capgemini Unibail Axa Michelin Air Liquide 22 8 Essilor Bouygues Sanofi Aventis Renault Dexia Accor Lafarge Saint Gobain GDF Suez 9 13 EDF 8 12 Veolia 8 7 Alstom 6 15 Alcatel Lucent 5 14 Vallourec 5 8 Suez Environnement 4 10 Arcelor Mittal 1 13 Vivendi 4 11 Auchan 3 5 Banque Postal 1 6 Total Source : Alternatives Economiques, 24 Economist 20 mars /03/09

10 documents de référence des entreprises concernées 2007 ou 2008 On peut se demander pourquoi ces grandes entreprises françaises industrielles ou bancaires (liste non exhaustive) ont besoin d avoir des filiales dans les paradis fiscaux. La question mérite d être posée publiquement et les réponses publiées afin que les français soient informés. Les entreprises étrangères aussi importantes que Boeing, Halliburton, Morgan Stanley, Pepsi, Citigroup et Xerox sont incorporées dans des paradis fiscaux ou disposent d un grand nombre de filiales à ces endroits. Cela leur permet de sous-déclarer leurs bénéfices pour le paiement des impôts alors que, dans le même temps, elles bénéficient de l argent du contribuable par l intermédiaire des contrats du gouvernement. 6. La lutte contre les paradis fiscaux 1. Les organisations en charge de la lutte Conseil de l Europe Banque Mondiale BERD FMI OMC Organisation Mondiale des Douanes CE (Secrétariat Général du Conseil des Ministres) INTERPOL ONU UNICRI (Institut Interrégional de Recherche des Nations Unies Criminel et Judiciaire) HEUNI (Institut Européen pour la prévention et le contrôle des crimes) OCDE FATF/GAFI TI (Transparency International) G8 OLAF (Office européen de Lutte Anti-Fraude) 2. Les moyens mis en œuvre Selon le Rapport Landau, «il existe un consensus international pour lutter contre l évasion fiscale». En réalité, les stratégies mises en œuvre jusqu à présent, notamment par le Groupe d action financière internationale (GAFI), créé par le G7 en 1989, ou à travers l OCDE, apparaissent surtout comme une couverture permettant le maintien du système. Les organismes qui s occupent de lutter contre la corruption sont en grand nombre et leurs résultats extrêmement décevants. Ces organismes produisent d innombrables rapports qui ne sont jamais suivis d effets. Tous ces détournements ont un point commun qui n apparaît pas toujours : les bénéfices sont systématiquement engrangés dans les «Paradis Fiscaux» car les activité financières illégales nécessitent un lieu de stockage à partir duquel il sera possible d en réintégrer les bénéfices dans l économie traditionnelle au bénéfice de quelques uns et au détriment du plus grand nombre des citoyens de cette planéte. 3. La tendance récente Le 15 octobre, François Fillon parlait de supprimer les paradis fiscaux. "Des trous noirs comme les centres offshore ne doivent plus exister, et leur disparition doit préluder à une refondation du système financier international", affirmait, d'un ton martial, le Premier ministre à l'assemblée nationale. A peine un mois et demi après cette déclaration, ce combat semble d'ores et déjà terminé, Fillon déclarant, ni plus ni moins, que la Suisse n'est pas un paradis fiscal. "La Suisse n est pas un paradis fiscal, elle n est pas considérée comme telle par l OCDE, elle n est pas considérée comme telle par la France", a déclaré le Premier ministre, il y a quelques heures, lors d'un déplacement en Suisse. Les membres du G20 ont enfin fait une timide allusion aux paradis fiscaux contre lesquels luttent particulièrement la France et l'allemagne, en se disant d'accord pour que ces "juridictions non coopératives" soient identifiés par les organismes internationaux concernés, et qu'une "boîte à outils" de "contre-mesures" contre eux soit développée. Pour le moment, rien de concret n est prévu. On en reste encore au stade déclaratif. La chancelière allemande Angela Merkel a plaidé /03/09

11 dimanche pour un "résultat ambitieux" au G-20 de Londres le 2 avril prochain, en prônant notamment des "sanctions" contre les paradis fiscaux.mais la réunion du G20 a le mérite de remettre le problème sur la table. Les différentes recommandations, comme celle de promouvoir l intégrité des marchés, d'introduire plus de transparence et de renforcer la régulation, peuvent s avérer efficaces pour réduire la nocivité des paradis fiscaux si on dépasse le stade de la bonne volonté. Cependant, au delà du G20, c est le travail des citoyens, des associations, des médias de nous mettre en alerte : c est aussi à eux de relayer les recommandations du G20 et de faire en sorte qu'elles aboutissent à des mesures concrètes. 7. Conclusion Le manque de ressources financières est un des leitmotivs du discours politique, dans tous les pays et dans tous les partis. Il n est pas possible de trouver plus d argent pour la recherche, pour l enseignement, pour les chômeurs, pour la santé, pour l aménagement des banlieues, pour l aide aux pays pauvres, pour rémunérer correctement les fonctionnaires, pour aider les agriculteurs ou les marins-pêcheurs, pour répondre de façon plus générale à tous les besoins auxquels l État est supposé pouvoir apporter une réponse. La raison évidente de cette situation est que les ressources publiques proviennent des impôts et que chacun sait que les impôts sont déjà trop lourds. Aucune fiscalité n est populaire, ni les impôts directs qui réduisent les revenus des particuliers, ni les taxes indirectes qui augmentent les prix des marchandises, ni les prélèvements sur les salaires qui accroissent le coût de la main-d œuvre. Les hommes politiques qui veulent être soutenus par l opinion publique et réélus doivent toujours promettre de baisser les impôts. En fait l importance des phénomènes qui sont classés sous le terme imprécis de «corruption» est aujourd hui largement sous estimée. Et cette sous-estimation, entretenue par les médias, est officiellement encouragée. La complicité de la classe politique et des dirigeants économiques pour certaines formes de corruption, en particulier pour la fraude fiscale, comme le prouve l acceptation de l usage des «paradis fiscaux», semble normale à beaucoup d esprits. L opinion publique n est correctement informée ni sur les diverses formes de criminalité financière, ni sur l étendue de ce genre de pratiques, ni sur leurs conséquences pour les finances publiques et pour la bonne marche de l économie, ni bien entendu sur les montants financiers en jeu. Aucune relation n est établie entre cette criminalité et les inégalités en matière de fortunes et de revenus, alors qu elle est fondamentale. Et la législation pénale en ce domaine reste insuffisante pour sanctionner toutes les irrégularités, et reste surtout très diverse suivant les pays, permettant ainsi aux fraudeurs et aux délinquants de trouver facilement asile contre les poursuites /03/09

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1033682L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord sous forme d échange de lettres entre le Gouvernement

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010

Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Rapport pour le conseil régional JUIN 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france DISPOSITIONS RELATIVES AUX REGLES DE TRANSPARENCE DEMANDEES PAR LA REGION ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2

Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE. 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Bilatérales II : lutte contre la fraude Amélioration significative de la collaboration avec l UE 18 octobre 2004 Numéro 39/2 Amélioration significative de la collaboration avec l UE L accord entre la

Plus en détail

Le plan d action BEPS de l OCDE. RWLP - Namur 16 octobre 2015 F.Gobbe Kairos Europe WB www.kairoswb.com

Le plan d action BEPS de l OCDE. RWLP - Namur 16 octobre 2015 F.Gobbe Kairos Europe WB www.kairoswb.com Le plan d action BEPS de l OCDE RWLP - Namur 16 octobre 2015 F.Gobbe Kairos Europe WB www.kairoswb.com Le plan d action BEPS Les principales propositions Les limites des propositions actuelles : un verre

Plus en détail

Nos banques et l Afrique. Les banques occidentales et l'évasion fiscale en Afrique subsaharienne

Nos banques et l Afrique. Les banques occidentales et l'évasion fiscale en Afrique subsaharienne Nos banques et l Afrique Les banques occidentales et l'évasion fiscale en Afrique subsaharienne Pertes de capitaux Afrique sub-saharienne (33 pays) Total 1970-2010: $814 mld ( 637,5 mld) Ndikumana & Boyce,

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler Aperçu bref sur la dette du Maroc Aperçu bref sur la dette du Maroc Avant l indépendance Opérations effectuées au profit

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

Les paradis fiscaux et les sociétés «off shore» Introduction : l admirable déclaration du G 20 I) Que sont les paradis fiscaux?

Les paradis fiscaux et les sociétés «off shore» Introduction : l admirable déclaration du G 20 I) Que sont les paradis fiscaux? Les paradis fiscaux et les sociétés «off shore» Introduction : l admirable déclaration du G 20 I) Que sont les paradis fiscaux? 1 La difficile définition 2 Où se situent les paradis fiscaux? 3 Qui opère

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE La croissance économique mauricienne prendra réellement son essor au cours des années soixante-dix

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale : un «vieux» débat

I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale : un «vieux» débat 1 11 avril 2013 LES REVELATIONS D «OFFSHORE LEAKS» : UNE OPPORTUNITE DE FAIRE AVANCER LA LUTTE CONTRE LES PARADIS FISCAUX? I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale:

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

Blanchiment d argent: mode d emploi

Blanchiment d argent: mode d emploi Blanchiment d argent: mode d emploi La définition du blanchiment d argent, selon la loi 05.01.2005 relative a la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. C

Plus en détail

Les profits des entreprises du

Les profits des entreprises du Les profits des entreprises du CAC 40 Des hausses de profits déconnectées de la réalité économique David Meyer collaborateur de la Direction Fédérale sur les questions économiques 1 Méthodologie Les données

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2013 Pierre BUI QUANG Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2013, les non résidents détenaient

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse Fiche d information 1 : intérêts négatifs et contrôle des flux de capitaux L essentiel en bref : Plus de trois quarts du volume de francs

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes Expert Comptable Commissaire Aux Comptes 07/12/2015 Opérations sur les biens Généralités Acquisitions intracommunautaires : L acquisition par un assujetti d un Etat membre, d un bien meuble corporel qui

Plus en détail

Féminisation et performances des entreprises

Féminisation et performances des entreprises Observatoire Skema de la féminisation des entreprises Féminisation et performances des entreprises 2011 Pr Michel Ferrary Michel.Ferrary@skema.edu Pourquoi se poser la question du lien entre féminisation

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1401144L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de la convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Le Centre contre le trafic d œuvres d art (ci-après : CPKU), fondé en 2014, a organisé la première

Le Centre contre le trafic d œuvres d art (ci-après : CPKU), fondé en 2014, a organisé la première CENTAR PROTIV KRIJUMČARENJA UMJETNINAMA CENTER AGAINST TRAFFICKING IN WORKS OF ART KLOSTERSKA 19 75 000 TUZLA BOSNA I HERCEGOVINA CPKUBIH@GMAIL.COM WWW.CPKU.ORG +387 61 185 733 RAPPORT DE LA CONFERENCE

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Jersey Financial Services Commission John Harris

Jersey Financial Services Commission John Harris Jersey Financial Services Commission John Harris Introduction Ordre du jour John Harris Le Director Général Europe depuis la crise financière Jersey depuis la crise financière Transparence et co-opération

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La dette publique belge et les alternatives à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la dette publique? 2. D où ne vient pas la dette publique belge?

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

La face cachée du transport maritime par conteneurs

La face cachée du transport maritime par conteneurs Actualité maritime La face cachée du transport maritime par conteneurs Hervé Boullanger Conseiller à la représentation permanente française auprès de l Union européenne Utilisé massivement par les Américains

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

PRESENTATION BIENVENUE DANS NOTRE. Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers. Options et avantages

PRESENTATION BIENVENUE DANS NOTRE. Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers. Options et avantages BIENVENUE DANS NOTRE PRESENTATION Créer une société Offshore pour les acheteurs et investisseurs étrangers Options et avantages Présenté par Paul Debastos Chasseur-Immo-Floride 8551 W Sunrise Blvd, Suite

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h

Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h 15/05/09 Collège du Bastberg 8h-10h Épreuve commune 3è d Histoire-Géographie / Éducation civique Durée : 2h Barème : I. Sujet de Géographie 18 points II. Sujet d Éducation civique 12 points III. Repères

Plus en détail

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Chiffres & textes clés Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 EMLYON I.F.G.E. - CHIFFRES & TEXTES CLÉS Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Quelle est l ampleur

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003

Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES. 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 Lettre mensuelle Novembre 2004 SOCIETES 1. FRANCE - TVA Taxe sur les salaires Calcul définitif du prorata 2003 2. MEXIQUE - Impôt sur les actifs Déductibilité des dettes 3. FRANCE - Dividendes Avoir Fiscal

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

ACCOPLUS. Preséntation de la Société

ACCOPLUS. Preséntation de la Société ACCOPLUS Preséntation de la Société 2 0 1 4 ACCOPLUS LIMITED Notre cabinet est spécialisé dans les services aux petites et moyennes entreprises, aux propriétaires d entreprises et familles possédantes

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION

DÉCISION DE LA COMMISSION L 15/12 Journal officiel de l Union européenne 20.1.2011 DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 19 janvier 2011 relative à l équivalence des d enquête et de sanctions auxquels sont soumis les contrôleurs

Plus en détail

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Irlande Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 I-1-06 N 4 du 12 JANVIER 2006 MESURES DE TRANSPOSITION DE LA DIRECTIVE 2003/48/CE DU CONSEIL DU 3 JUIN 2003 EN MATIERE DE FISCALITE DES REVENUS

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1105349L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord sous forme d échange de lettres entre le Gouvernement

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Préparé par l Association des banquiers canadiens Août 2014 EXPERTISE CANADA BANKS ON LA

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Les paradis fiscaux Conseil confédéral 1 er et 2 juin 2016

Les paradis fiscaux Conseil confédéral 1 er et 2 juin 2016 Les paradis fiscaux Conseil confédéral 1 er et 2 juin 2016 1 Plan de présentation Le paradis fiscal : définition L importance financière Les stratégies d évasion fiscale La naissance et le développement

Plus en détail

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US)

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US) COMMERCE EXTÉRIEUR Le commerce extérieur de l espace Caraïbe 1 représente en 2001 plus de 297 milliards de dollars 2 en importations et plus de 290 milliards en exportations ce qui équivaut à un solde

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Le commerce illicite en Afrique du Sud : la lutte antitabac est-elle sapée?

Le commerce illicite en Afrique du Sud : la lutte antitabac est-elle sapée? Le commerce illicite en Afrique du Sud : la lutte antitabac est-elle sapée? De nouvelles études démontrent l ampleur du commerce illicite de cigarettes en Afrique du Sud. «Petit ou gros fléau : le commerce

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE?

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? Prof. Dr. Isabelle Richelle Co-Présidente Tax Institute de l Université de Liège Isabelle.Richelle@Ulg.ac.be Collège Belgique Bruxelles, 5 décembre 2013 SOUVERAINETE

Plus en détail

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE RECOMMANDATION n 4, deuxième édition, adoptée par le Centre des Nations Unies pour la facilitation du

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Promouvoir une politique appropriée en matière de paradis fiscaux

Promouvoir une politique appropriée en matière de paradis fiscaux VERSION PROVISOIRE AS/Soc (2012) 07 15 mars 2012 Asocdoc07_2012 Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable Promouvoir une politique appropriée en matière de paradis fiscaux

Plus en détail

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e Nos Services Trident Fund Services la division du groupe Trident Trust dédiée à l administration des fonds propose aux gestionnaires

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001 Banque de la République d Haïti Janvier - Mars 2001 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10 Tableau 1.2 Situation

Plus en détail

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à :

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à : [ 257] [258] L Investissement Le Soudan a beaucoup d avantages qui attirent l investissement étranger. Le Soudan est classifié comme numéro deux des pays les plus attrayants pour l investissement en Afrique

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail