Quelle contribution les chrétiens peuvent-ils apporter à la construction d une société qui soit digne de l Homme?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelle contribution les chrétiens peuvent-ils apporter à la construction d une société qui soit digne de l Homme?"

Transcription

1 Conférence donnée à Ajaccio au cours d une journée de formation sur le bien commun «Le bien de tous» Jérôme Vignon Introduction Quelle contribution les chrétiens peuvent-ils apporter à la construction d une société qui soit digne de l Homme? Dans cette phrase, mise en exergue de l ensemble des trois journées de formation organisée par le diocèse d Ajaccio se trouve contenu le cadre de mon propos. C est une sorte de feuille de route, à laquelle je tenterai de répondre au final de mon exposé. Notons les trois dimensions de cette feuille de route : 1. Contribution ou proposition des chrétiens. Il ne s agit pas d imposer un point de vue. Cependant, il y a l ambition de dire quelque chose qui puisse être entendu et apprécié de personnes de bonne volonté. Le propos est d une certaine façon missionnaire. 2. Pour construire une société. On sent que cette ambition se situe au niveau de la collectivité. Elle est donc d ordre politique au sens le plus général du terme. Des responsables politiques, syndicaux, associatifs doivent recevoir que quelque chose d inspirant de ces propositions. 3. Digne de l homme. C est l idée que l on se fait de la dignité humaine, de ce qui est vraiment humain qui donne la mesure qui justifie les propositions. Cette troisième dimension contient un parti e de la réponse. La métrique des propositions chrétienne en matière politique, c est une certaine idée de l homme. Mais justement, laquelle? C est là que l on repèrera l originalité des propositions Un mot sur les trois thèmes abordés par les conférences : bien de tous ; économie ; violence. Si les deux derniers thèmes sont assez évocateurs des questions actuelles, le premier l est moins. Il semble abstrait et vague. C est parce qu il englobe les deux autres. Si nous avons une meilleure idée de ce qui correspond au Bien de tous, cela peut bien sûr orienter l organisation des relations économiques. De même, si le Bien de tous est négligé, si certains en sont privés, on voit poindre une source d injustice qui peut conduire à la violence. La violence pourrait n être qu un symptôme de ce que l organisation de la société est éloignée de ce qui assure le bien de tous.

2 Le plan que je suivrai consistera à : 1. Par des exemples, montrer les questions que pose aujourd hui concrètement la notion de «biens pour tous» même lorsque cette notion semble assez intuitive, correspondre à une réalité sociale. Je parlerai alors plutôt des «biens pour tous» que d un Bien pour tous. 2. Aborder au fond la proposition chrétienne qui consiste à fonder et définir les biens pour tous en référence au Bien pour tous. Comme ce sera une partie centrale de mon exposé, je la décomposerai en plusieurs étapes : je donnerai d abord le fondement théologique de la notion de bien de tous au sens chrétien. Je développerai ensuite la manière dont ce fondement a été rendu opérationnel dans le cadre de la doctrine sociale de l Eglise Catholique. 3. En troisième lieu, je chercherai par des exemples à montrer ce qu apporte la vision chrétienne d un Bien pour tous, d un Bien commun, pour répondre à quelques grandes questions contemporaines Puis je donnerai aussi des exemples tirés de notre actualité où la conception chrétienne du Bien de tous peut s illustrer. 1 Questions posées par les «biens pour tous». Les biens pour tous, ce sont à priori des biens qui peuvent être partagés entre tous les membres d une même communauté, celle-ci pouvant être très large y compris mondiale. Mais ce sont aussi fondamentalement des biens dont l utilisation ou le bénéfice procure un mieux-être à chacun, voire sont essentiels à chacun pour vivre. Je suis sûr que vous viennent déjà à l esprit de tels biens. Je vous propose de réfléchir un instant et de tenter d en identifier deux. Pour ce qui me concerne, j ai choisi deux biens pour tous : la langue que nous utilisons pour entrer en communication avec nos voisins ; l air que nous respirons. On voit par ces exemples que les biens en question peuvent être naturels ou culturels. Aujourd hui, avec les problèmes d environnement, on prend conscience de l importance des biens pour tous de caractère naturel. Mais ils ne sont pas les seuls. La langue, la culture, la musique et l ensemble des biens culturels propres à une communauté constituent effectivement un bien pour tous les membres de cette communauté. Ils peuvent sous certaines conditions d apprentissage, être partagés avec des nouveaux membres qui grâce à ces biens culturels peuvent non seulement communiquer, mais aussi se sentir un peu membres de la communauté. A travers cet exemple, on voit que les biens pour tous produisent deux effets : un effet de développement personnel, de qualité de vie ; mais aussi un effet pour l ensemble des communautés : ils l aident à se constituer, à se reconnaître, à s identifier comme originale. Ainsi de la langue Corse qui est un des biens communs partagés par les Corses. Quant à l air que nous respirons, sa qualité de bien pour tous est aussi indéniable. Il est vraiment indispensable, où que nous soyons et qui que nous soyons, à une vie de bien-être. On voit moins bien cependant comment l air contribue à souder une communauté. On voit très bien qu il peut contribuer à la déconstruire lorsqu il devient pollué. C est l expérience que font les Pékinois. Pour rester soudés, pouvoir travailler et vivre ensemble sur ce lieu, ils sont obligés de veiller ensemble à la qualité de l air y compris au prix de très grandes contraintes qu ils acceptent de s imposer. Ainsi les deux biens de tous que sont la langue et l air produisent-ils bien une relation entre nous. Si elle n est pas directe, elle est indirecte. La préservation ou la promotion de ce bien pour tous est indispensable à la vie de chacun. Mais elle requiert l effort, la solidarité de tous. Les deux biens pour tous sont facteurs d unification de la communauté. A tout le moins, ils obligent à penser et à vouloir l unité de la communauté. Promouvoir ou préserver les biens communs, c est donc à la fois travailler au bien et au développement de

3 chacun et travailler au développement et à l unité de la communauté. On voit qu il y a là des enjeux collectifs très forts qui ont à voir avec les sujets des conférences à venir : économie et violence. Cependant, il y a 100 ans, qui aurait posé la question de l air comme bien commun puisque ce bien ne semblait en aucune façon menacée? D une façon générale, les biens naturels n étaient pas l enjeu économique et politique qu ils sont devenus aujourd hui. Les biens pour tous ne sont donc pas faciles à définir de façon absolue. Quant à la langue, il n est pas sûr qu elle serve seulement à assurer l unification de la communauté. Sans remonter à la Tour de Babel, on sait que les frontières linguistiques servent aussi à alimenter des rivalités symboliques entre des communautés. En Belgique, les langues servent souvent à confirmer la division de la nation Belge. De la même façon les rivalités autour des biens environnementaux peuvent devenir le prétexte de guerres et de violence. L existence de biens pour tous ne garantit aucunement l harmonie entre et dans les communautés. La notion de biens pour tous s'avère à la fois essentielle et fragile. On pressent que leur identification est un enjeu pour constituer une communauté sociale apaisée. Mais alors quels sont les critères qui peuvent guider la ou les communautés en question? C est la question proprement politique liée aux biens communs. Mais cette question a-t-elle encore une réponse lorsque l on considère des communautés très hétérogènes sous l angle de leurs cultures et de leurs intérêts? Autrement dit, en dehors des biens naturels, existe-t-il des biens pour tous véritablement universels? Cette question philosophique nous renvoie à cet aspect du cadrage quand nous parlions de ce qui «est digne de l homme», nous pensions de façon universelle. Quelles est la contribution chrétienne à ces questions philosophiques et politiques? 2. Le «Bien commune» réponse chrétienne aux questions sur «les biens pour tous» ou les «biens communs» Peut-il y avoir un Bien de tous, à partir duquel répondre aux interrogations sur les biens pour tous? Dans ce qui suit désormais, plutôt que de parler de Bien de tous, je parlerai de Bien commun, car c est le langage habituellement utilisé par la tradition chrétienne. Ce sera une commodité pour ne pas m embrouiller en permanence. Mais nous admettrons que cela vise la même chose. 2.1 Fondement théologique du «Bien commun». La tradition chrétienne s est construite dans une expérience historique de très longue haleine. Elle traverse les époques dès avant la naissance du Christ et en ce sens elle n est pas attachée à des biens communs précis. Mais elle va peu à peu mettre en lumière au fondement des biens communs l existence d un Bien commun qui permet de les relier les uns aux autres et d aider à les identifier. Pour exprimer ce fondement, je fais appel à vos convictions élémentaires de croyants nourris de la prière et de la connaissance des écritures. Je propose ce résumé en quatre points 1. L humanité chemine dans une histoire dont nous ne connaissons ni les commencements ni le terme. mais nous sommes assurés que la vocation, la finalité ultime de cette histoire est l unification, l unité du genre humain qui sera récapitulé en quelque sorte dans la personne du Christ. Nous sommes animés, face à toutes les divisions et les fragmentations, de l espérance d une Unité finale accomplie dans un état de fraternité. Cette unité fraternelle est en quelque sorte le Bien commun promis et recherché par l humanité. Cette perspective correspond à l état originel de l humanité avant que le péché ne la fissure. Elle est donc à reconstruire et cette reconstruction s accomplira. 2. Nous percevons aussi dans les Ecritures et particulièrement dans la vie du Christ le moteur de cette unité, ce qui en assure le progrès, ce dont le défaut est aussi l indice d un manque de Bien commun. Ce moteur, c est la justice conçue non de manière relative (la suppression des inégalités), mais de

4 manière absolue. La justice progresse et avec elle la marche vers l unité si les maillons faibles de la communauté reçoivent ce qui leur est dû pour vivre dignement. Dans la Bible, les figures emblématiques de la justice sont l orphelin, l étranger, la veuve. Nous avons aussi que c est à Dieu lui-même que justice est rendue lorsque ces figures sont respectées. 3. Il y ainsi un lien étroit entre Bien commun au sens chrétien et dignité fondamentale de chaque personne. Dire que même les plus faibles portent une étincelle divine, c est dire aussi que chaque être humain la porte. La notion chrétienne de Bien commun établit un lien étroit entre ce qui est d ordre collectif: l unité, la justice et ce qui est d ordre individuel ; l épanouissement et la dignité de chaque personne. On dira que c est une conception personnaliste. Elle est sociale car elle donne de la dignité une définition sociale, liée à l existence de liens de fraternité entre les hommes. Le Père de Lubac disait déjà que la notion de catholicisme social est redondante : nous sommes sociaux parce que nous sommes catholiques, disait-il. 4. Cette harmonie qui fait du Bien commun une conséquence de l harmonie entre amour de Dieu pour l humanité et devenir unifié de cette humanité, ne s accomplit pas de soi. L espérance chrétienne ne s apparente pas à une sorte de fatalité historique. Elle est au contraire incarnation volontaire, fruit d une volonté de coopération humaine avec le projet divin d unification. On peut dire aussi que la recherche du Bien commun est un acte politique qui n a rien de naturel, mais résulte d un choix libre, volontaire, fruit d une conscience sociale. Cette conscience collective, politique éclairée, s appuie sur ces notions de justice et de dignité personnelle. Retenons de la contribution chrétienne, dans son fondement théologique qu elle affirme l existence et la possibilité d un Bien commun. Déjà ce point est loin d être partagé, notamment par les philosophies exclusivement individualistes ou rigoureusement rationaliste positiviste. Retenons quelle donne aussi un guide pour l identification des biens communs au travers de ce qu est juste pour les pauvres et les faibles, au travers du concept fondamental d égale dignité. Ce guide n est arrêté par aucune frontière linguistique ou géographique. C est là un point déjà commun avec les philosophies des Lumières comme celle de Montesquieu. Retenons enfin l aspect personnaliste de ce bien commun. Son critère c est l accomplissement de la dignité de tous. En même temps la recherche de cet accomplissement incombe à tous puisque tous sont tenus au devoir de justice, tous sont invités comme disciple du Christ à faire œuvre de fraternité. Dans la recherche chrétienne du Bien commun, dans la mise en œuvre DS Biens communs, on va trouver un équilibre entre des droits et des devoirs. 2.2 Avec Saint Thomas d Aquin le Bien Commun devient une boussole pour la vie publique Comment s assurer, au-delà de préceptes moraux d usage individuel, qu une société va vers son bien commun? Quelles structures sociales sont favorables à cette recherche? Mais, question encore plus ardue, la Bible et les Ecritures suffisent-elles à donner les recettes sociales du Bien commun? Faut-il mieux vivre en Royauté ou en Démocratie? Peut-on faire confiance à la monnaie pour permettre un développement des échanges conformes à la justice? Longtemps ces questions ne se sont pas posées, tant que l ordre économique et social restait immuable. Dans cette immobilité on pouvait lire une nature sociale aussi imposée que l était la nature physique. Le Bien commun était celui qui résultait d une chaine d autorité entre Dieu, le roi et le père de famille. C est à la fin du Moyen âge, alors que l esprit humain, le commerce, la médecine ; les sciences naturelles ou physiques donnaient à voir des signes multiples d inventivité et d émancipation qu est née la vision thomiste. Elle a permis de réconcilier le dynamisme de l intelligence et de la liberté avec la source divine du Bien commun: d une part en posant l existence d une loi naturelle fondatrice, antérieure au péché ; d autre part en manifestant une confiance dans la capacité de l intelligence, fruit de la création divine, d explorer les voies

5 concrètes pour se rapprocher de cette loi naturelle. Ainsi St Thomas a-t-il posé les fondements de ce qui deviendra beaucoup plus tard la doctrine sociale de l Eglise. C est lui qui instaure véritablement le Bien commun au centre des principes d éthique sociale. Ce faisant, il prend largement appui sur les apports de la philosophie grecque aristotélicienne qui avait déjà commencé d explorer les conditions d une société juste. Jusqu au XIXe siècle, la pensée thomiste est reléguée à l arrière-plan. La crainte en effet était d ouvrir trop grand la porte à des avancées non maîtrisées des sciences sociales en lieu et place de la théologie directement inspirée des Ecritures. La capacité de l Eglise catholique à se saisir des questions politiques et sociales en a été très amoindrie et on peut dire que la révolution industrielle, culturelle et sociale du XIX Emme siècle a d abord pris l Eglise au dépourvu. Imprégnée de principes thomistes la première encyclique sociale Rerum Novarum constitue de ce point de vue une innovation doctrinale dans le monde catholique. L ordre de la morale et de la justice ne s y limite plus aux attitudes individuelles ni à la question de la préséance entre ordre politique et religieux. Le Pape montre en réalité que sans la lumière religieuse qui doit ordonner et réguler l ordre social, l ordre politique, en particulier les démocraties libérales de l époque, courent à l échec. 2.3 La conception dialectique du bien commun au centre de l éthique sociale chrétienne La définition du concept de Bien commun, comme vision sociale opératoire pour guider l organisation de la vie publique et tout particulièrement la vie économique à partir d une inspiration chrétienne ne s affirme vraiment qu après la seconde moitié du XX eme siècle. Celle-ci manifeste le double essor de la socialisation promue par un progrès économique inégalé dans les pays occidentaux et celui de la mondialisation issue de la libéralisation des échanges commerciaux qui transforme la planète en monde d interdépendance hiérarchisée entre pays développés et en développement. Avec Mater et Magistra et plus encore Pacem in Terris et Gaudium et Spes, la doctrine du Bien commun comme source d organisation politique, sociale et économique s affirme selon deux formulations réciproques : 1 La formulation descendante rappelle que la dignité et l épanouissement de chaque personne constituent l enjeu du Bien commun que doivent servir tant les régimes politiques que les institution sociales et économiques : «Les responsables politiques doivent avoir une claire notion du Bien commun, c est à-dire de l ensemble des conditions sociales permettant à la personne d atteindre mieux et plus facilement son plein épanouissement. «(Mater et Magistra 65).De là découle en particulier que l effort des pouvoirs publics doit tendre à servir les intérêts de tous sans favoritisme à l égard de tel particulier ou de telle classe de la société». (Pacem in terris 56). On voit alors, dans cette définition ascendante une parenté avec le concept politique d intérêt général. 2 La formulation ascendante met plutôt l accent sur le devoir de chacun, à la mesure de ses responsabilités, de concourir à ce que la communauté à laquelle il appartient soit en mesure de faire appliquer les dispositions nécessaires au Bien commun : «Tous les individus et tous les corps intermédiaires sont tenus de concourir, chacun dans sa sphère, au bien de l ensemble». (Pacem in Terris 53). Cette dernière formule de Pacem in terris met en lumière un acteur essentiel dans la pensée chrétienne, pour la réalisation du Bien commun, à savoir les «corps intermédiaires». Cette notion a été mise en avant systématiquement par l encyclique Rerum Novarum en 1891 sur la recommandation des chrétiens sociaux de base qui voyaient dans les syndicats patronaux et ouvriers la principale institution sociale susceptible à la fois d équilibrer les rapports sociaux dans le monde industriel et d éviter que les pouvoirs confiés à l Etat dans les sociétés complexes ne mettent en danger le primat de la personne humaine. Les corps intermédiaires ont désormais une définition beaucoup plus large, englobant tous les rassemblements volontaires de citoyens qui en démocratie s organisent pour faire entendre leur point de vue par les pouvoirs publics au-delà des

6 partis politiques. Dans une communauté politique, les «corps intermédiaires dimensions descendante et ascendante du Bien commun : incarnent ces deux 1 Ils contribuent à la réalisation ascendante du bien commun en ce qu ils permettent une libre expression des besoins essentiels et de la dignité de leurs mandants. Pour cette raison le Pape Léon XIII s était prononcé pour un syndicalise ouvrier autonome. 2 Ils manifestent la nature ascendante du Bien commun, en ce qu ils ont eux aussi pour vocation de contribuer à la formulation et à la mise en œuvre du Bien commun. Ils sont eux aussi au service du Bien commun, comme les pouvoirs politiques. En résumé, au risque d une immense simplification, nous dirons que le Bien Commun proposé par le Christianisme c est l intérêt général plus l obligation faite à chacun d y apporter toute sa contribution. Nous mesurons alors en quoi le Bien commun exprimé ainsi comme une conception générale de la vie personnelle en société et de la société comme communauté de personnes nous offre un fondement pour les biens communs au sens concrets. Les biens communs, ce sons ces biens qui appartiennent à tous, comme en effet la langue, les aménités naturelles ou le droit à un logement décent au travers desquels peut se réaliser le Bien commun. Les biens communs, ce sont les outils contingents, relatifs à une époque et à une société par lesquels s accomplit le Bien commun pour cette époque, pour cette société Un apôtre du Bien commun, le Père Louis Joseph Lebret Au stade très général où nous en sommes encore, il est utile de méditer sur l apport considérable encore aujourd hui d une très grande figure du christianisme social que fut le Dominicain, ancien officier de marine, breton, Louis Joseph Lebret. Le père Lebret d abord acquis une conscience aigüe de la dignité de la communauté humaine au contact des pauvres de la région maritime de Brest au service desquels il s était mis. Il constatait que ce qui préservait en définitive de la déchéance ces hommes et femmes démunis et humiliés, c était un esprit indestructible d entre aide et de fraternité, esprit où il décelait cette étincelle divine commune devenue visible chez ces personnes dénuées de tout. Les premiers ouvrages de ce penseur acteur du social sont donc imprégnés de cette dimension ascendante qui subordonne le bien de chacun au bien de la communauté : «Le bien commun est le bien d une communauté humaine. C est un bien commun à des frères qui communient en lui, le recherchant ensemble, le réalisant ensemble, le recevant ensemble. C est un bien que l on choisit et désire en commun, que l on se procure en commun, qui se reverse communément sur chacun. ««La réalisation du bien commun est affaire de vertu, affaire de la vertu de justice sociale." Mais il était aussi conscient qu une approche aussi communautariste pouvait conduire à l effacement de la liberté de la personne elle-même. Comment concilier cette obligation de parage et de fraternité avec sa finalité, celle de la dignité de chaque personne. Cette tension le conduit à apporter une dimension dynamique à la notion de dignité. Celle-ci se construit dans une relation à autrui. Son fondement, c est bien l amour que Dieu porte à chacun et qui fait de lui un être unique. Mais sa réalisation, son accomplissement, c est la recherche du bien d autrui, du prochain : «Mon enrichissement vrai, mon épanouissement, ma béatitude, c est l acquisition de mon bien, l établissement de ma vie d as le bien. Mais je suis incapable à moi seul de trouver mon bien. A chaque instant je dois être aidé». «La nature des hommes est d avoir besoin les uns des autres pour s exhausser, pour se parfaire. Chacun doit s achever en achevant autrui : c est un devoir qui répond au plan même du Créateur, à l intention divine sur l humanité.» Ou encore «Toute supériorité est pour le Bien commun. Le riche doit mettre de quelque manière sa richesse

7 au service de tous, le savant doit communiquer sa vérité, le génie aider ses frères et l on ne peut imaginer un saint qui soit resté égoïste.» A quoi l on pourrait ajouter que le pauvre lui-même n est pas si pauvre qu il n ait rien à apporter et que le Bien commun exige non seulement que le pauvre soit mis en situation de pouvoir faire cette contribution, mais aussi qu il s estime responsable de la donner. Avec le Père Lebret nous comprenons mieux la nature réciproque, dialectique de la proposition chrétienne du Bien commun. Cela tient à la définition que le christianisme donne concrètement de la dignité humaine : une définition relationnelle qui s accomplit dans la recherche du bien d autrui ; une définition dynamique qui postule le grandissement constant, toujours possible de l humain vers un plus, qui se réalise justement dans une ouverture toujours élargie à autrui. Le Père Lebret consacrera son existence à donner un contenu économique et politique à cette vision où le développement à partir des capacités des pauvres tient une place centrale («Manifeste pour une civilisation solidaire «) et qui deviendra l encyclique Populéum Progressio en Le Bien commun pilier central d une l éthique sociale La recherche du Père Lebret à partir du principe de bien commun va le conduire à poser les principes d une architecture mondiale du développement des peuples, architecture que l on retrouve dans l encyclique Caritas in veritate. Cependant, pour nous qui sommes à Corte, en Corse mais aussi en France, c est moins d architecture mondiale que nous avons besoin que de principes généraux d architecture pour nos communautés concrètes. Comment va-t-on passer avec une telle proposition à la conception et à la mise en œuvre du bien commun? C est ici que le Compendium de la doctrine sociale de l Eglise peut nous aider. En rassemblant dans un texte unique l ensemble des enseignements issus de la sagesse de l Eglise, il fait ressortir que le Principe de Bien commun est la matrice de quatre autres grands principes d éthique sociale concrète qui en sont en quelque sorte les applications : 1. Principe de destination universelle des biens et son corollaire, la préférence universelle pour les pauvres. 2. Principe de subsidiarité. 3. Principe de participation. 4. Principe de solidarité. Ces quatre principes vont nous aider à faire un diagnostic sur la situation des communautés où nous vivons : sont-elles bien inspirées, animées par le principe du Bien commun? Ou bien pourraient-elles progresser? Puisque le Bien Commun s appuie sur une conception relationnelle de la dignité des personnes, ces principes vont explorer la qualité des relations au sein de la communauté. La destination universelle des biens est le principe qui va caractériser les relations des personnes aux biens et aux richesses, en vue du Bien commun. Si la possibilité de s approprier personnellement un bien, d en être responsable en propre, fait bien partie des droits naturels de la personne, cette propriété ne peut être un obstacle à sa recherche du bien d autrui. Autrement dit, cette propriété et sa jouissance sont aussi orientées vers la recherche du bien d autrui. Le droit de propriété n est pas un droit absolu. Il est subordonné au souci, à la responsabilité des propriétaires que l usage qu ils font de ce bien contribue autant qu il est possible au bien d autrui. Autrement dit encore, si l appropriation du bien peut être privée, sa destination est universelle. Elle exclue l accaparement.

8 Mais quand y a-t-il présomption d accaparement dans une communauté donnée? C est lorsque la dignité élémentaire de certains de ses membres n est plus respectée, lorsqu ils sont dépourvus de biens essentiels à leur vie. Prenons un exemple simple, celui du logement. En France, il existe, malgré le service public du logement social des zones tendues, où une part importante des familles est logée dans des conditions indignes, voire sont à la rue. Ce bien pour tous qu est le droit à un logement décent n est pas applicable. Les propriétaires de logements qui restent inoccupés ou largement sous occupés doivent alors s interroger en conscience sur les conséquences pour eux du principe de destination universelle du logement (vacant) qu ils détiennent. Les responsables publics, selon le même principe, sont tenus de créer les incitations qui permettent aux propriétaires de prendre les risques de faire les investissements nécessaires à une occupation sociale de leur bien. Cet exemple nous rappelle que selon la proposition chrétienne, la boussole de la justice et donc du bien commun, ce sont les pauvres, les plus pauvres. Il nous montre aussi que cette boussole n est pas paupériste, car elle conduit à des solutions de portée universelle, bonnes pour tous. Les logements vacants à la longue se dégradent et plus on attend, plus les coûts s accroissent. Très souvent, ce qui améliore l accès effectif des plus pauvres aux biens essentiels est aussi une amélioration pour tous. En 1989, dans une déclaration faite à Puebla, le Pape Jean Paul II soulignera fortement cette boussole en parlant non pas de la destination universelle des biens, mais d option préférentielle pour les pauvres. Le principe de subsidiarité vient en droite ligne de Saint Thomas qui le tenait d Aristote. Il éclaire non plus les relations entre les personnes et les biens qu elles possèdent, mais les relations entre les communautés de personne. C est un principe qui transpose dans l ordre politique du gouvernement des hommes la dimension verticale descendante du principe de bien commun. Selon la subsidiarité, les communautés politiques de rang supérieur, celles qui ont autorité sur les règles qui s appliquent dans les communautés qui leur sont soumises, ne peuvent user de ce pouvoir qu au service de la dignité des communautés et des personnes subordonnées. Ce pouvoir doit donc s abstenir de légiférer dans les matières où les communautés de base sont capables de s administrer elles-mêmes. La complexité de ce principe est qu il s applique dans les deux sens. Il est le plus souvent invoqué pour justifier plus de décentralisation et condamner les abus d autorité. Ainsi l entend on beaucoup invoqué par les «souverainistes «français pour dénoncer les pouvoirs abusifs de l Union européenne, comme il est aussi utilisé par les séparatistes flamands pour demander leur autonomie et l éclatement de l Etat belge. Cependant ce même principe peut aussi être évoqué pour justifier au contraire l édification d'une communauté de rang supérieur et la dévolution de compétence. C est ce qu ont fait récemment les Evêques de l Etat de New York, après la chute de Lehman Brothers, en demandant que l Etat fédéral et la Banque centrale américaine reçoivent le pouvoir de réguler d avantage les marchés financier. Considérant la finance comme une communauté d emprunteurs et de préteurs, considérant particulièrement la vulnérabilité des petits préteurs et emprunteurs, ils ont estimé que cette communauté n était pas en mesure d assurer par elle-même le bien de tous. Là encore, il me semble que la conception chrétienne avec sa boussole du bien des plus vulnérables, devrait éclairer les débats d actualité, hautement politiques, sur l organisation des pouvoirs publics, y compris sur le bon degré d autonomie et de subordination. Le principe de participation est le symétrique du principe de subsidiarité. Il concerne lui aussi les relations entre les communautés, mais cette fois selon a logique ascendante du Bien commun. Chaque personne, chaque corps intermédiaire, chaque communauté politique est tenue de coopérer à la mesure de ses possibilités à la réalisation du bien de tous. D un point de vue de l organisation des démocraties, cela signifie qu il ne suffit pas que les lois soient légitimes. Encore faut-il que des médiations soient en place, des délibérations et des structures de

9 coopération qui permettent au point de vue des citoyens de se faire entendre, charge à ceux-ci, qu ils aient ou non été complètement entendu, de contribuer par eux-mêmes au bon accomplissement des règles qui établissent le bien d tous. Grâce sans doute aux questions clefs de l environnement, on voit revenir en force le principe de participation. Il ne sert à rien d établir des règles pour le recyclage des déchets, si les familles elles-mêmes ne s organisent pas pour faire réussir le tri. Plus largement, mes règles de modération seront sans doute très insuffisantes pour faire reculer l usage abusif de la nature et des biens communs si les consommateurs ne coopèrent pas par de attitudes responsables. L utilisation de l énergie, l organisation des transports publics et privés pour les déplacements obligatoires font bien ressortir que la recherche d un bien commun, la limitation des émissions de gaz à effet de serre, passe par la coopération de tous. Le dernier des quatre principes constitutifs du bien commun peut apparaître comme allant de soi. Il s agit du principe de solidarité. Il s agit en fait d un faux ami, car il ne parle pas de ce à quoi l on s attend généralement. Ce principe gouverne les relations entre les communautés, entre les personnes, mais cette fois sur un plan horizontal, là où il n ya pas de lien de subordination politique. Dans nombre de situations sociales en effet, on constate ce qu on nomme une interdépendance de fait. Sans l avoir choisi ou voulu, les personnes, les groupes, les peuples sont dépendants des actes commis par d autres, ou omis par d autres. L extension mondiale des interdépendances, la multiplication des liens d inter relation dans nos sociétés est devenue du fait des technologies, multiples et complexe. Le principe de solidarité invite chaque personne, chaque communauté, à ouvrir les yeux sur ces liens invisibles, à en prendre conscience, pour endosser la responsabilité qui lui incombe au nom du bien commun. De tous les principes que nous avons examinés, c est le plus créatif. C est celui qui incite à humaniser les relations à priori techniques, économiques ou naturelles, à mettre de l humain, où il n y en avait pas, même en l absence d une nécessité concrète de défendre des intérêts communs. Il s agit de se montrer solidaire, pas seulement à cause d une oppression ou d une adversité, mais sous l effet d une prise de conscience du bien de l autre. C est ce principe qui fut évoqué au cours des débuts de la 3eme république, mais aussi par Bismarck en Allemagne, par Beveridge en Angleterre, pour instituer une protection sociale universelle. C est à l état pur, ce principe de solidarité que pouvait évoquer Robert Schuman lorsqu il proposa la mise en commun des ressources nationales d acier et de charbon. C est encore ce principe qui permet d imaginer des constructions juridiques très originales pour la gestion de l eau entre les communes d un même bassin versant. C est lui qui devrait inspirer bien d avantage les négociations mondiales qui découlent du Protocole de Kyoto. 3. Actualité du principe de Bien commun Le principe chrétien du bien commun propose donc un fondement, une boussole et des principes concrets de mise en œuvre à tous ceux qui cherchent la justice et la paix au moyen de l accès de tous aux biens essentiels. J aimerais maintenant évoquer brièvement trois débats d actualité qui me semblent illustre la fécondité de la contribution chrétienne. 3.1 Jusqu où peut aller la primauté des droits individuels pour accomplir la dignité des personnes ou l égalité entre les personnes? Depuis une vingtaine d années, la question de l égale dignité de toutes les personnes, le droit à un traitement égal en opposition à toute forme de discrimination à priori, ont fait dans la conscience collective,

10 dans l opinion publique de grands progrès. On a cependant aussi le sentiment que l émancipation ainsi gagnée ouvre la porte à une société individualiste incapable de résoudre les problèmes qui résultent aussi de l interdépendance croissante. On se trouve devant une contradiction qui rend la société malheureuse : d un côté une demande de plus de droits, de plus de libertés, de plus de respect ; et de l autre moins de solidarité, plus de solitude, moins de capacité pour l Etat providence d honorer toutes ces demandes. La conception chrétienne du Bien commun aide à comprendre cette contradiction et aiguille vers de solutions. Cette conception nous enseigne qu au fondement des droits individuels, de l accès aux "biens pour tous", il y a d abord une communauté capable d honorer ces droits. La communauté existe avant les droits. C est du progrès de la communauté, de sa capacité à susciter le dévouement de tous comme disait le Père Lebret, que naît aussi la possibilité d honorer les requêtes de dignité. Pour susciter ce dévouement de tous au bien de tous, il faut miser sur l idée que chacun ne devient vraiment humain qu en s ouvrant à autrui. Les requêtes de liberté lorsqu'elles ne sont que des requêtes de s affranchir de tout lien social, tarissent la source de ce qui pourrait les satisfaire : la rencontre entre deux regards, entre deux libertés qui s accueillent. On constate d ailleurs que cette conception détachée de tout lien social n est pas la seule à émerger de nos débats sociaux. Une autre rigoureusement opposée est en train de voir le jour, celle du «prendre soin». C est cette sorte de message que le Bien commun au sens chrétien doit faire entendre à la requête du droit de mourir dans la dignité. Si l on devait attendre d'une Loi qu'elle décide de ce qu est une vie digne, on devrait le payer d une rupture très lourde du lien de responsabilité et de solidarité sociale qui unit les soignants et les souffrants. On devrait sans doute consentir à ce que de proche en proche, les membres d une société prononcent pour certains d entre eux une exclusion, une déchéance irrémédiable. La solidarité nationale se rétrécirait comme peau de chagrin car on trouverait sans cesses de nouvelles raisons d en réduire le cout. Un autre exemple de ces tensions modernes qui travaillent et rendent malheureuses nos démocratie, vient de l hétérogénéité de notre corps social. Cela vient avec la mondialisation, l accroissement des migrations, les conséquences aussi de notre histoire qui a conduit à ce que dans les années soixante, notre pays a eu recours massivement à un apport extérieur de populations venues notamment d Afrique du Nord. Cette nouvelle mixité démographique, culturelle et religieuse est souvent mal vécue dans un contexte de précarité et d incertitude. Les nouveaux venus ne menacent ils pas notre avenir, n abusent ils pas des largesses de notre Etat social qui va mal par ailleurs? La laïcité française est en difficulté pour bien répondre à ces tensions. Elle hésite entre une dévalorisation des différences identitaires et religieuses en s efforçant d en réduire au maximum la visibilité et la portée, et une autre attitude qui serait d avantage tolérante conformément à la volonté d ouverture et de non-discrimination. Sans doute la laïcité se prive-t-elle de ce qui pourrait aider à mieux gérer ces tensions et qui est de l ordre de la relation. Les différences ne sont plus des provocations ou des menaces si elles peuvent être vécues dans une relation de solidarité. Les communautés nécessaires pour nourrir une appartenance et une dignité personnelle ne deviennent des ghettos que si on ne les mobilise pas au service d u bien commun qui transcende les différences de race et de religion. Le bien commun vu par le christianisme fait par principe de la diversité une richesse, puisqu il postule qu au travers d un autre, on peut aussi mieux se connaître soi. Le bien commun chrétien invite à une laïcité de projets qui amène les diverses communautés à coopérer sur des biens communs : la protection des familles, l éducation des jeunes, la lutte contre la pauvreté. C est par cet exemple de la lutte contre la pauvreté que je terminerai. Je me bornerai à remarquer que malgré des efforts très substantiels de la collectivité publique et du monde associatif, la lutte contre la pauvreté marque le pas ou s affaiblit. Ici l approche par le bien commun postule que la lutte contre la pauvreté est l affaire de tous. Ce sont l ensemble des forces économiques, sociales, culturelles qui sont conviées à mettre en œuvre des biens communs dont la première vertu est d être accessible à ceux qui en ont le plus besoin. C est ce point de vue qui avait fait dire au Pape Benoit XVI dans l encyclique Caritas in Veritate que les économies sociales européennes étaient allées beaucoup trop loin dans la spécialisation des fonctions, le thème de la générosité

11 étant devenu l exclusivité du monde associatif. Je suis tout à fait convaincu que la bonne direction pour lutter contre la pauvreté et l exclusion en France et en Europe consiste à faire de la lutte contre la pauvreté une dimension générale qui concerne l ensemble de l économie. Conclusion La vision chrétienne du Bien commun offre un fondement (la recherche inlassable de l'unité), un moteur (l'attention privilégiée aux maillons faibles du tissu social), des principes de discernement (pour évaluer la qualité des relations aux richesses et entre les communautés) qui constituent une véritable ressource sociale et politique. Pour la partager, il faut commencer par en vivre, en éprouver la force dans un engagement au service du bien d'une communauté concrète. C'est pourquoi, je vous suggère d'accomplir pour vous-mêmes ou en petit groupe, l'exercice consistant à vous poser les questions suivantes : Quels sont aujourd'hui des biens pour tous dont l'accès et la disponibilité sont essentiels au développement de chacun comme à l'unité de la communauté? Que se passe-t-il du point de vue des "maillons faibles" de notre communauté pour l'accès à ces biens? Si quelque chose ne va pas, pourquoi? Cela peut-il s'expliquer au travers d'un défaut d'application des principes d'éthique sociale qui découlent de la recherche du Bien commun? Pouvons-nous partager avec des responsables ou avec d'autres membres de la communauté ce diagnostic? Jérôme Vignon Président des Semaines sociales de France

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

PÈLERINAGE INVITATION DES ÉVÊQUES DE FRANCE AUX SÉMINARISTES DES SÉMINAIRES DE FRANCE. «Avec Marie, Reine des Apôtres. Appelés à annoncer l Évangile»

PÈLERINAGE INVITATION DES ÉVÊQUES DE FRANCE AUX SÉMINARISTES DES SÉMINAIRES DE FRANCE. «Avec Marie, Reine des Apôtres. Appelés à annoncer l Évangile» LOURDES 8-10 NOVEMBRE 2014 PÈLERINAGE DES SÉMINAIRES DE FRANCE «Avec Marie, Reine des Apôtres. Appelés à annoncer l Évangile» INVITATION DES ÉVÊQUES DE FRANCE AUX SÉMINARISTES Chers amis séminaristes,

Plus en détail

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Chapitre 71 Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Il y a deux catégories de pauvres que nous aurons toujours parmi nous: ceux qui se ruinent eux-mêmes en faisant leur propre volonté et qui persévèrent

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN Il existe des périodes dans l histoire où les peuples sont appelés à faire des choix décisifs. Pour nous Européens, le début du XXI ème siècle en est une. Nous

Plus en détail

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable On entend par «aménagement raisonnable» les modifications et ajustements nécessaires et appropriés n imposant pas de charge disproportionnée ou indue apportés,

Plus en détail

Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC

Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC Ministères Personnels École du Sabbat FÉDÉRATION DU QUÉBEC Vaillant Youte Directeur UNE ÉGLISE CRÉÉE POUR LA MISSION DIVINE LA MISSION DIVINE A DONNÉ L EXISTENCE À L ÉGLISE DE JÉSUS- CHRIST. Matthieu 28:

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Je vous remercie de me permettre de m exprimer sur

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

l industrialisation?

l industrialisation? L AGE INDUSTRIEL Fiche d objectifs p105 à 115 Quels bouleversements l industrialisation du XIXe siècle a- t-elle entraîné? I- L INDUSTRIALISATION ET SES CONSEQUENCES ECONOMIQUES AU XIXè siècle.( p110/111)

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Normes Communes de Gestion (NCG)

Normes Communes de Gestion (NCG) Normes Communes de Gestion (NCG) Introduction Caritas est une expression de la Mission de l Église catholique, opérant dans le cadre établi par le droit canon et la législation nationale des pays où sont

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même»

«La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Louis GILL Économiste québécois, retraité de l UQAM 1989 «La solidarité serait une invention de Dieu lui-même» Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES 18 questions réponses Jacques BOUCHER Psychopédagogue Enseignant en psychologie du développement DEFINIR LES MISSIONS DE L ECOLE 1 - Quelles devraient être les valeurs de l école en N-C Les valeurs de

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière. pour l année 2015 JANVIER FEVRIER MARS AVRIL

Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière. pour l année 2015 JANVIER FEVRIER MARS AVRIL Intentions de prière du Saint Père confiées à l Apostolat de la Prière pour l année 2015 Universelle La promotion de la paix JANVIER Pour que ceux qui appartiennent aux différentes traditions religieuses

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET

GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET GUIDE POUR LA SÉQUENCE D ANIMATION SUR L ÉCRITURE DU PROJET «Horizon 2013: Expérimentons ensemble de nouveaux chemins pour l ACI» RAPPEL DES ENJEUX L enjeu de ce temps de travail est multiple Grâce au

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX e des matières CODE D ÉTHIQUE Table des matières JANVIER 2013 TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE 3 Pourquoi un code d éthique? 3 À qui s adresse le code d éthique? 3 LA

Plus en détail

Quand un homme est agressé en chemin

Quand un homme est agressé en chemin Point de Passage obligé 6 : Jésus, «notre salut» Quand un homme est agressé en chemin Intention théologique du module : Jésus, Dieu proche, invite les hommes à s «approcher» de leurs frères. Introduction

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale

Résumé. Mots-clés. Structure, famille, rôles, parenté, fonctions familiales, parentalité, bouleversements, filiation, société, reproduction sociale Table des matières Table des matières... 2 Résumé... 3 Mots-clés... 3 Introduction... 4 Comment définir la famille?... 4 Histoire(s) de famille(s)... 5 La désaffection du mariage... 6 L union libre...

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

L Économie de Communion : Instrument au service de l homme vers un monde unifié

L Économie de Communion : Instrument au service de l homme vers un monde unifié L Économie de Communion : Instrument au service de l homme vers un monde unifié Intervention de Maria Voce, Présidente du Mouvement des Focolari Caux, 14 août 2010 La mondialisation, provoquée par une

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon

Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon Discours de Monsieur Gérard COLLOMB Sénateur-Maire de Lyon A l occasion de la cérémonie au cours de laquelle le Pasteur Jacques Maury a remis les insignes de Chevalier de la Légion d Honneur au Pasteur

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

SÉMINAIRE DE PARIS. Devenir prêtre Pourquoi pas moi?

SÉMINAIRE DE PARIS. Devenir prêtre Pourquoi pas moi? SÉMINAIRE DE PARIS Devenir prêtre Pourquoi pas moi? Être prêtre du diocèse de Paris 571 C est le nombre de prêtres du diocèse de Paris en activité. 2 Quel est le rôle d un prêtre à Paris? Après son ordination,

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité"

Jean-Claude Kaufmann L'invention de soi - Une théorie de l'identité Séminaire de sociologie des migrations et des relations interethniques. Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité" Introduction Le collectif comme ressource L'identité fournit

Plus en détail

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Chapitre 35 Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Parmi ceux qui professent être enfants de Dieu, il y a des hommes et des femmes qui aiment le monde, et les choses du monde, et ces âmes sont corrompues par

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la protection sociale?

Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Introduction Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Le droit de la protection sociale est constitué de l ensemble des règles juridiques destinées à protéger les personnes contre la survenance

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

Quelques éléments d Histoire : de 1945 à nos jours

Quelques éléments d Histoire : de 1945 à nos jours PROJET ASSOCIATIF Quelques éléments d Histoire : de 1945 à nos jours Dans la France des années 1945 1950, le secteur social et sanitaire est marqué par l importance des "œuvres" dont la source est la charité,

Plus en détail

11. Dans les évangiles de l enfance on mentionne l âne et le boeuf

11. Dans les évangiles de l enfance on mentionne l âne et le boeuf Qu est-ce qui est vrai? Jeu-test VRAI FAUX 1. L eau bout à 100 2. J ai soif est une dernière parole de Jésus sur la croix 3. En Méditerranée, il n y a pas de marées 4. Faire ses malles, c est partir 5.

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Nations Unies Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Résolution adoptée par l Assemblée générale [sans

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

Je peux participer à l Ïuvre de Dieu

Je peux participer à l Ïuvre de Dieu Leçon 4 Je peux participer à l Ïuvre de Dieu A présent, Chang en sait davantage sur l Eglise et les différents ministères que Dieu a accordés à chacun de ses membres. Ceux-ci, il s en aperçoit bientôt,

Plus en détail

Évolution de la gouvernance des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale

Évolution de la gouvernance des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Évolution de la gouvernance des politiques de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale Participaient à la table ronde : Jérôme VIGNON, Président de l Observatoire national de la pauvreté et de l

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s Mariages forcés Information pour les professionnel-le-s De quoi parle-t-on? Mariage forcé de type A une personne subit des pressions pour accepter un mariage dont elle ne veut pas. Mariage forcé de type

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail