Quelle contribution les chrétiens peuvent-ils apporter à la construction d une société qui soit digne de l Homme?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelle contribution les chrétiens peuvent-ils apporter à la construction d une société qui soit digne de l Homme?"

Transcription

1 Conférence donnée à Ajaccio au cours d une journée de formation sur le bien commun «Le bien de tous» Jérôme Vignon Introduction Quelle contribution les chrétiens peuvent-ils apporter à la construction d une société qui soit digne de l Homme? Dans cette phrase, mise en exergue de l ensemble des trois journées de formation organisée par le diocèse d Ajaccio se trouve contenu le cadre de mon propos. C est une sorte de feuille de route, à laquelle je tenterai de répondre au final de mon exposé. Notons les trois dimensions de cette feuille de route : 1. Contribution ou proposition des chrétiens. Il ne s agit pas d imposer un point de vue. Cependant, il y a l ambition de dire quelque chose qui puisse être entendu et apprécié de personnes de bonne volonté. Le propos est d une certaine façon missionnaire. 2. Pour construire une société. On sent que cette ambition se situe au niveau de la collectivité. Elle est donc d ordre politique au sens le plus général du terme. Des responsables politiques, syndicaux, associatifs doivent recevoir que quelque chose d inspirant de ces propositions. 3. Digne de l homme. C est l idée que l on se fait de la dignité humaine, de ce qui est vraiment humain qui donne la mesure qui justifie les propositions. Cette troisième dimension contient un parti e de la réponse. La métrique des propositions chrétienne en matière politique, c est une certaine idée de l homme. Mais justement, laquelle? C est là que l on repèrera l originalité des propositions Un mot sur les trois thèmes abordés par les conférences : bien de tous ; économie ; violence. Si les deux derniers thèmes sont assez évocateurs des questions actuelles, le premier l est moins. Il semble abstrait et vague. C est parce qu il englobe les deux autres. Si nous avons une meilleure idée de ce qui correspond au Bien de tous, cela peut bien sûr orienter l organisation des relations économiques. De même, si le Bien de tous est négligé, si certains en sont privés, on voit poindre une source d injustice qui peut conduire à la violence. La violence pourrait n être qu un symptôme de ce que l organisation de la société est éloignée de ce qui assure le bien de tous.

2 Le plan que je suivrai consistera à : 1. Par des exemples, montrer les questions que pose aujourd hui concrètement la notion de «biens pour tous» même lorsque cette notion semble assez intuitive, correspondre à une réalité sociale. Je parlerai alors plutôt des «biens pour tous» que d un Bien pour tous. 2. Aborder au fond la proposition chrétienne qui consiste à fonder et définir les biens pour tous en référence au Bien pour tous. Comme ce sera une partie centrale de mon exposé, je la décomposerai en plusieurs étapes : je donnerai d abord le fondement théologique de la notion de bien de tous au sens chrétien. Je développerai ensuite la manière dont ce fondement a été rendu opérationnel dans le cadre de la doctrine sociale de l Eglise Catholique. 3. En troisième lieu, je chercherai par des exemples à montrer ce qu apporte la vision chrétienne d un Bien pour tous, d un Bien commun, pour répondre à quelques grandes questions contemporaines Puis je donnerai aussi des exemples tirés de notre actualité où la conception chrétienne du Bien de tous peut s illustrer. 1 Questions posées par les «biens pour tous». Les biens pour tous, ce sont à priori des biens qui peuvent être partagés entre tous les membres d une même communauté, celle-ci pouvant être très large y compris mondiale. Mais ce sont aussi fondamentalement des biens dont l utilisation ou le bénéfice procure un mieux-être à chacun, voire sont essentiels à chacun pour vivre. Je suis sûr que vous viennent déjà à l esprit de tels biens. Je vous propose de réfléchir un instant et de tenter d en identifier deux. Pour ce qui me concerne, j ai choisi deux biens pour tous : la langue que nous utilisons pour entrer en communication avec nos voisins ; l air que nous respirons. On voit par ces exemples que les biens en question peuvent être naturels ou culturels. Aujourd hui, avec les problèmes d environnement, on prend conscience de l importance des biens pour tous de caractère naturel. Mais ils ne sont pas les seuls. La langue, la culture, la musique et l ensemble des biens culturels propres à une communauté constituent effectivement un bien pour tous les membres de cette communauté. Ils peuvent sous certaines conditions d apprentissage, être partagés avec des nouveaux membres qui grâce à ces biens culturels peuvent non seulement communiquer, mais aussi se sentir un peu membres de la communauté. A travers cet exemple, on voit que les biens pour tous produisent deux effets : un effet de développement personnel, de qualité de vie ; mais aussi un effet pour l ensemble des communautés : ils l aident à se constituer, à se reconnaître, à s identifier comme originale. Ainsi de la langue Corse qui est un des biens communs partagés par les Corses. Quant à l air que nous respirons, sa qualité de bien pour tous est aussi indéniable. Il est vraiment indispensable, où que nous soyons et qui que nous soyons, à une vie de bien-être. On voit moins bien cependant comment l air contribue à souder une communauté. On voit très bien qu il peut contribuer à la déconstruire lorsqu il devient pollué. C est l expérience que font les Pékinois. Pour rester soudés, pouvoir travailler et vivre ensemble sur ce lieu, ils sont obligés de veiller ensemble à la qualité de l air y compris au prix de très grandes contraintes qu ils acceptent de s imposer. Ainsi les deux biens de tous que sont la langue et l air produisent-ils bien une relation entre nous. Si elle n est pas directe, elle est indirecte. La préservation ou la promotion de ce bien pour tous est indispensable à la vie de chacun. Mais elle requiert l effort, la solidarité de tous. Les deux biens pour tous sont facteurs d unification de la communauté. A tout le moins, ils obligent à penser et à vouloir l unité de la communauté. Promouvoir ou préserver les biens communs, c est donc à la fois travailler au bien et au développement de

3 chacun et travailler au développement et à l unité de la communauté. On voit qu il y a là des enjeux collectifs très forts qui ont à voir avec les sujets des conférences à venir : économie et violence. Cependant, il y a 100 ans, qui aurait posé la question de l air comme bien commun puisque ce bien ne semblait en aucune façon menacée? D une façon générale, les biens naturels n étaient pas l enjeu économique et politique qu ils sont devenus aujourd hui. Les biens pour tous ne sont donc pas faciles à définir de façon absolue. Quant à la langue, il n est pas sûr qu elle serve seulement à assurer l unification de la communauté. Sans remonter à la Tour de Babel, on sait que les frontières linguistiques servent aussi à alimenter des rivalités symboliques entre des communautés. En Belgique, les langues servent souvent à confirmer la division de la nation Belge. De la même façon les rivalités autour des biens environnementaux peuvent devenir le prétexte de guerres et de violence. L existence de biens pour tous ne garantit aucunement l harmonie entre et dans les communautés. La notion de biens pour tous s'avère à la fois essentielle et fragile. On pressent que leur identification est un enjeu pour constituer une communauté sociale apaisée. Mais alors quels sont les critères qui peuvent guider la ou les communautés en question? C est la question proprement politique liée aux biens communs. Mais cette question a-t-elle encore une réponse lorsque l on considère des communautés très hétérogènes sous l angle de leurs cultures et de leurs intérêts? Autrement dit, en dehors des biens naturels, existe-t-il des biens pour tous véritablement universels? Cette question philosophique nous renvoie à cet aspect du cadrage quand nous parlions de ce qui «est digne de l homme», nous pensions de façon universelle. Quelles est la contribution chrétienne à ces questions philosophiques et politiques? 2. Le «Bien commune» réponse chrétienne aux questions sur «les biens pour tous» ou les «biens communs» Peut-il y avoir un Bien de tous, à partir duquel répondre aux interrogations sur les biens pour tous? Dans ce qui suit désormais, plutôt que de parler de Bien de tous, je parlerai de Bien commun, car c est le langage habituellement utilisé par la tradition chrétienne. Ce sera une commodité pour ne pas m embrouiller en permanence. Mais nous admettrons que cela vise la même chose. 2.1 Fondement théologique du «Bien commun». La tradition chrétienne s est construite dans une expérience historique de très longue haleine. Elle traverse les époques dès avant la naissance du Christ et en ce sens elle n est pas attachée à des biens communs précis. Mais elle va peu à peu mettre en lumière au fondement des biens communs l existence d un Bien commun qui permet de les relier les uns aux autres et d aider à les identifier. Pour exprimer ce fondement, je fais appel à vos convictions élémentaires de croyants nourris de la prière et de la connaissance des écritures. Je propose ce résumé en quatre points 1. L humanité chemine dans une histoire dont nous ne connaissons ni les commencements ni le terme. mais nous sommes assurés que la vocation, la finalité ultime de cette histoire est l unification, l unité du genre humain qui sera récapitulé en quelque sorte dans la personne du Christ. Nous sommes animés, face à toutes les divisions et les fragmentations, de l espérance d une Unité finale accomplie dans un état de fraternité. Cette unité fraternelle est en quelque sorte le Bien commun promis et recherché par l humanité. Cette perspective correspond à l état originel de l humanité avant que le péché ne la fissure. Elle est donc à reconstruire et cette reconstruction s accomplira. 2. Nous percevons aussi dans les Ecritures et particulièrement dans la vie du Christ le moteur de cette unité, ce qui en assure le progrès, ce dont le défaut est aussi l indice d un manque de Bien commun. Ce moteur, c est la justice conçue non de manière relative (la suppression des inégalités), mais de

4 manière absolue. La justice progresse et avec elle la marche vers l unité si les maillons faibles de la communauté reçoivent ce qui leur est dû pour vivre dignement. Dans la Bible, les figures emblématiques de la justice sont l orphelin, l étranger, la veuve. Nous avons aussi que c est à Dieu lui-même que justice est rendue lorsque ces figures sont respectées. 3. Il y ainsi un lien étroit entre Bien commun au sens chrétien et dignité fondamentale de chaque personne. Dire que même les plus faibles portent une étincelle divine, c est dire aussi que chaque être humain la porte. La notion chrétienne de Bien commun établit un lien étroit entre ce qui est d ordre collectif: l unité, la justice et ce qui est d ordre individuel ; l épanouissement et la dignité de chaque personne. On dira que c est une conception personnaliste. Elle est sociale car elle donne de la dignité une définition sociale, liée à l existence de liens de fraternité entre les hommes. Le Père de Lubac disait déjà que la notion de catholicisme social est redondante : nous sommes sociaux parce que nous sommes catholiques, disait-il. 4. Cette harmonie qui fait du Bien commun une conséquence de l harmonie entre amour de Dieu pour l humanité et devenir unifié de cette humanité, ne s accomplit pas de soi. L espérance chrétienne ne s apparente pas à une sorte de fatalité historique. Elle est au contraire incarnation volontaire, fruit d une volonté de coopération humaine avec le projet divin d unification. On peut dire aussi que la recherche du Bien commun est un acte politique qui n a rien de naturel, mais résulte d un choix libre, volontaire, fruit d une conscience sociale. Cette conscience collective, politique éclairée, s appuie sur ces notions de justice et de dignité personnelle. Retenons de la contribution chrétienne, dans son fondement théologique qu elle affirme l existence et la possibilité d un Bien commun. Déjà ce point est loin d être partagé, notamment par les philosophies exclusivement individualistes ou rigoureusement rationaliste positiviste. Retenons quelle donne aussi un guide pour l identification des biens communs au travers de ce qu est juste pour les pauvres et les faibles, au travers du concept fondamental d égale dignité. Ce guide n est arrêté par aucune frontière linguistique ou géographique. C est là un point déjà commun avec les philosophies des Lumières comme celle de Montesquieu. Retenons enfin l aspect personnaliste de ce bien commun. Son critère c est l accomplissement de la dignité de tous. En même temps la recherche de cet accomplissement incombe à tous puisque tous sont tenus au devoir de justice, tous sont invités comme disciple du Christ à faire œuvre de fraternité. Dans la recherche chrétienne du Bien commun, dans la mise en œuvre DS Biens communs, on va trouver un équilibre entre des droits et des devoirs. 2.2 Avec Saint Thomas d Aquin le Bien Commun devient une boussole pour la vie publique Comment s assurer, au-delà de préceptes moraux d usage individuel, qu une société va vers son bien commun? Quelles structures sociales sont favorables à cette recherche? Mais, question encore plus ardue, la Bible et les Ecritures suffisent-elles à donner les recettes sociales du Bien commun? Faut-il mieux vivre en Royauté ou en Démocratie? Peut-on faire confiance à la monnaie pour permettre un développement des échanges conformes à la justice? Longtemps ces questions ne se sont pas posées, tant que l ordre économique et social restait immuable. Dans cette immobilité on pouvait lire une nature sociale aussi imposée que l était la nature physique. Le Bien commun était celui qui résultait d une chaine d autorité entre Dieu, le roi et le père de famille. C est à la fin du Moyen âge, alors que l esprit humain, le commerce, la médecine ; les sciences naturelles ou physiques donnaient à voir des signes multiples d inventivité et d émancipation qu est née la vision thomiste. Elle a permis de réconcilier le dynamisme de l intelligence et de la liberté avec la source divine du Bien commun: d une part en posant l existence d une loi naturelle fondatrice, antérieure au péché ; d autre part en manifestant une confiance dans la capacité de l intelligence, fruit de la création divine, d explorer les voies

5 concrètes pour se rapprocher de cette loi naturelle. Ainsi St Thomas a-t-il posé les fondements de ce qui deviendra beaucoup plus tard la doctrine sociale de l Eglise. C est lui qui instaure véritablement le Bien commun au centre des principes d éthique sociale. Ce faisant, il prend largement appui sur les apports de la philosophie grecque aristotélicienne qui avait déjà commencé d explorer les conditions d une société juste. Jusqu au XIXe siècle, la pensée thomiste est reléguée à l arrière-plan. La crainte en effet était d ouvrir trop grand la porte à des avancées non maîtrisées des sciences sociales en lieu et place de la théologie directement inspirée des Ecritures. La capacité de l Eglise catholique à se saisir des questions politiques et sociales en a été très amoindrie et on peut dire que la révolution industrielle, culturelle et sociale du XIX Emme siècle a d abord pris l Eglise au dépourvu. Imprégnée de principes thomistes la première encyclique sociale Rerum Novarum constitue de ce point de vue une innovation doctrinale dans le monde catholique. L ordre de la morale et de la justice ne s y limite plus aux attitudes individuelles ni à la question de la préséance entre ordre politique et religieux. Le Pape montre en réalité que sans la lumière religieuse qui doit ordonner et réguler l ordre social, l ordre politique, en particulier les démocraties libérales de l époque, courent à l échec. 2.3 La conception dialectique du bien commun au centre de l éthique sociale chrétienne La définition du concept de Bien commun, comme vision sociale opératoire pour guider l organisation de la vie publique et tout particulièrement la vie économique à partir d une inspiration chrétienne ne s affirme vraiment qu après la seconde moitié du XX eme siècle. Celle-ci manifeste le double essor de la socialisation promue par un progrès économique inégalé dans les pays occidentaux et celui de la mondialisation issue de la libéralisation des échanges commerciaux qui transforme la planète en monde d interdépendance hiérarchisée entre pays développés et en développement. Avec Mater et Magistra et plus encore Pacem in Terris et Gaudium et Spes, la doctrine du Bien commun comme source d organisation politique, sociale et économique s affirme selon deux formulations réciproques : 1 La formulation descendante rappelle que la dignité et l épanouissement de chaque personne constituent l enjeu du Bien commun que doivent servir tant les régimes politiques que les institution sociales et économiques : «Les responsables politiques doivent avoir une claire notion du Bien commun, c est à-dire de l ensemble des conditions sociales permettant à la personne d atteindre mieux et plus facilement son plein épanouissement. «(Mater et Magistra 65).De là découle en particulier que l effort des pouvoirs publics doit tendre à servir les intérêts de tous sans favoritisme à l égard de tel particulier ou de telle classe de la société». (Pacem in terris 56). On voit alors, dans cette définition ascendante une parenté avec le concept politique d intérêt général. 2 La formulation ascendante met plutôt l accent sur le devoir de chacun, à la mesure de ses responsabilités, de concourir à ce que la communauté à laquelle il appartient soit en mesure de faire appliquer les dispositions nécessaires au Bien commun : «Tous les individus et tous les corps intermédiaires sont tenus de concourir, chacun dans sa sphère, au bien de l ensemble». (Pacem in Terris 53). Cette dernière formule de Pacem in terris met en lumière un acteur essentiel dans la pensée chrétienne, pour la réalisation du Bien commun, à savoir les «corps intermédiaires». Cette notion a été mise en avant systématiquement par l encyclique Rerum Novarum en 1891 sur la recommandation des chrétiens sociaux de base qui voyaient dans les syndicats patronaux et ouvriers la principale institution sociale susceptible à la fois d équilibrer les rapports sociaux dans le monde industriel et d éviter que les pouvoirs confiés à l Etat dans les sociétés complexes ne mettent en danger le primat de la personne humaine. Les corps intermédiaires ont désormais une définition beaucoup plus large, englobant tous les rassemblements volontaires de citoyens qui en démocratie s organisent pour faire entendre leur point de vue par les pouvoirs publics au-delà des

6 partis politiques. Dans une communauté politique, les «corps intermédiaires dimensions descendante et ascendante du Bien commun : incarnent ces deux 1 Ils contribuent à la réalisation ascendante du bien commun en ce qu ils permettent une libre expression des besoins essentiels et de la dignité de leurs mandants. Pour cette raison le Pape Léon XIII s était prononcé pour un syndicalise ouvrier autonome. 2 Ils manifestent la nature ascendante du Bien commun, en ce qu ils ont eux aussi pour vocation de contribuer à la formulation et à la mise en œuvre du Bien commun. Ils sont eux aussi au service du Bien commun, comme les pouvoirs politiques. En résumé, au risque d une immense simplification, nous dirons que le Bien Commun proposé par le Christianisme c est l intérêt général plus l obligation faite à chacun d y apporter toute sa contribution. Nous mesurons alors en quoi le Bien commun exprimé ainsi comme une conception générale de la vie personnelle en société et de la société comme communauté de personnes nous offre un fondement pour les biens communs au sens concrets. Les biens communs, ce sons ces biens qui appartiennent à tous, comme en effet la langue, les aménités naturelles ou le droit à un logement décent au travers desquels peut se réaliser le Bien commun. Les biens communs, ce sont les outils contingents, relatifs à une époque et à une société par lesquels s accomplit le Bien commun pour cette époque, pour cette société Un apôtre du Bien commun, le Père Louis Joseph Lebret Au stade très général où nous en sommes encore, il est utile de méditer sur l apport considérable encore aujourd hui d une très grande figure du christianisme social que fut le Dominicain, ancien officier de marine, breton, Louis Joseph Lebret. Le père Lebret d abord acquis une conscience aigüe de la dignité de la communauté humaine au contact des pauvres de la région maritime de Brest au service desquels il s était mis. Il constatait que ce qui préservait en définitive de la déchéance ces hommes et femmes démunis et humiliés, c était un esprit indestructible d entre aide et de fraternité, esprit où il décelait cette étincelle divine commune devenue visible chez ces personnes dénuées de tout. Les premiers ouvrages de ce penseur acteur du social sont donc imprégnés de cette dimension ascendante qui subordonne le bien de chacun au bien de la communauté : «Le bien commun est le bien d une communauté humaine. C est un bien commun à des frères qui communient en lui, le recherchant ensemble, le réalisant ensemble, le recevant ensemble. C est un bien que l on choisit et désire en commun, que l on se procure en commun, qui se reverse communément sur chacun. ««La réalisation du bien commun est affaire de vertu, affaire de la vertu de justice sociale." Mais il était aussi conscient qu une approche aussi communautariste pouvait conduire à l effacement de la liberté de la personne elle-même. Comment concilier cette obligation de parage et de fraternité avec sa finalité, celle de la dignité de chaque personne. Cette tension le conduit à apporter une dimension dynamique à la notion de dignité. Celle-ci se construit dans une relation à autrui. Son fondement, c est bien l amour que Dieu porte à chacun et qui fait de lui un être unique. Mais sa réalisation, son accomplissement, c est la recherche du bien d autrui, du prochain : «Mon enrichissement vrai, mon épanouissement, ma béatitude, c est l acquisition de mon bien, l établissement de ma vie d as le bien. Mais je suis incapable à moi seul de trouver mon bien. A chaque instant je dois être aidé». «La nature des hommes est d avoir besoin les uns des autres pour s exhausser, pour se parfaire. Chacun doit s achever en achevant autrui : c est un devoir qui répond au plan même du Créateur, à l intention divine sur l humanité.» Ou encore «Toute supériorité est pour le Bien commun. Le riche doit mettre de quelque manière sa richesse

7 au service de tous, le savant doit communiquer sa vérité, le génie aider ses frères et l on ne peut imaginer un saint qui soit resté égoïste.» A quoi l on pourrait ajouter que le pauvre lui-même n est pas si pauvre qu il n ait rien à apporter et que le Bien commun exige non seulement que le pauvre soit mis en situation de pouvoir faire cette contribution, mais aussi qu il s estime responsable de la donner. Avec le Père Lebret nous comprenons mieux la nature réciproque, dialectique de la proposition chrétienne du Bien commun. Cela tient à la définition que le christianisme donne concrètement de la dignité humaine : une définition relationnelle qui s accomplit dans la recherche du bien d autrui ; une définition dynamique qui postule le grandissement constant, toujours possible de l humain vers un plus, qui se réalise justement dans une ouverture toujours élargie à autrui. Le Père Lebret consacrera son existence à donner un contenu économique et politique à cette vision où le développement à partir des capacités des pauvres tient une place centrale («Manifeste pour une civilisation solidaire «) et qui deviendra l encyclique Populéum Progressio en Le Bien commun pilier central d une l éthique sociale La recherche du Père Lebret à partir du principe de bien commun va le conduire à poser les principes d une architecture mondiale du développement des peuples, architecture que l on retrouve dans l encyclique Caritas in veritate. Cependant, pour nous qui sommes à Corte, en Corse mais aussi en France, c est moins d architecture mondiale que nous avons besoin que de principes généraux d architecture pour nos communautés concrètes. Comment va-t-on passer avec une telle proposition à la conception et à la mise en œuvre du bien commun? C est ici que le Compendium de la doctrine sociale de l Eglise peut nous aider. En rassemblant dans un texte unique l ensemble des enseignements issus de la sagesse de l Eglise, il fait ressortir que le Principe de Bien commun est la matrice de quatre autres grands principes d éthique sociale concrète qui en sont en quelque sorte les applications : 1. Principe de destination universelle des biens et son corollaire, la préférence universelle pour les pauvres. 2. Principe de subsidiarité. 3. Principe de participation. 4. Principe de solidarité. Ces quatre principes vont nous aider à faire un diagnostic sur la situation des communautés où nous vivons : sont-elles bien inspirées, animées par le principe du Bien commun? Ou bien pourraient-elles progresser? Puisque le Bien Commun s appuie sur une conception relationnelle de la dignité des personnes, ces principes vont explorer la qualité des relations au sein de la communauté. La destination universelle des biens est le principe qui va caractériser les relations des personnes aux biens et aux richesses, en vue du Bien commun. Si la possibilité de s approprier personnellement un bien, d en être responsable en propre, fait bien partie des droits naturels de la personne, cette propriété ne peut être un obstacle à sa recherche du bien d autrui. Autrement dit, cette propriété et sa jouissance sont aussi orientées vers la recherche du bien d autrui. Le droit de propriété n est pas un droit absolu. Il est subordonné au souci, à la responsabilité des propriétaires que l usage qu ils font de ce bien contribue autant qu il est possible au bien d autrui. Autrement dit encore, si l appropriation du bien peut être privée, sa destination est universelle. Elle exclue l accaparement.

8 Mais quand y a-t-il présomption d accaparement dans une communauté donnée? C est lorsque la dignité élémentaire de certains de ses membres n est plus respectée, lorsqu ils sont dépourvus de biens essentiels à leur vie. Prenons un exemple simple, celui du logement. En France, il existe, malgré le service public du logement social des zones tendues, où une part importante des familles est logée dans des conditions indignes, voire sont à la rue. Ce bien pour tous qu est le droit à un logement décent n est pas applicable. Les propriétaires de logements qui restent inoccupés ou largement sous occupés doivent alors s interroger en conscience sur les conséquences pour eux du principe de destination universelle du logement (vacant) qu ils détiennent. Les responsables publics, selon le même principe, sont tenus de créer les incitations qui permettent aux propriétaires de prendre les risques de faire les investissements nécessaires à une occupation sociale de leur bien. Cet exemple nous rappelle que selon la proposition chrétienne, la boussole de la justice et donc du bien commun, ce sont les pauvres, les plus pauvres. Il nous montre aussi que cette boussole n est pas paupériste, car elle conduit à des solutions de portée universelle, bonnes pour tous. Les logements vacants à la longue se dégradent et plus on attend, plus les coûts s accroissent. Très souvent, ce qui améliore l accès effectif des plus pauvres aux biens essentiels est aussi une amélioration pour tous. En 1989, dans une déclaration faite à Puebla, le Pape Jean Paul II soulignera fortement cette boussole en parlant non pas de la destination universelle des biens, mais d option préférentielle pour les pauvres. Le principe de subsidiarité vient en droite ligne de Saint Thomas qui le tenait d Aristote. Il éclaire non plus les relations entre les personnes et les biens qu elles possèdent, mais les relations entre les communautés de personne. C est un principe qui transpose dans l ordre politique du gouvernement des hommes la dimension verticale descendante du principe de bien commun. Selon la subsidiarité, les communautés politiques de rang supérieur, celles qui ont autorité sur les règles qui s appliquent dans les communautés qui leur sont soumises, ne peuvent user de ce pouvoir qu au service de la dignité des communautés et des personnes subordonnées. Ce pouvoir doit donc s abstenir de légiférer dans les matières où les communautés de base sont capables de s administrer elles-mêmes. La complexité de ce principe est qu il s applique dans les deux sens. Il est le plus souvent invoqué pour justifier plus de décentralisation et condamner les abus d autorité. Ainsi l entend on beaucoup invoqué par les «souverainistes «français pour dénoncer les pouvoirs abusifs de l Union européenne, comme il est aussi utilisé par les séparatistes flamands pour demander leur autonomie et l éclatement de l Etat belge. Cependant ce même principe peut aussi être évoqué pour justifier au contraire l édification d'une communauté de rang supérieur et la dévolution de compétence. C est ce qu ont fait récemment les Evêques de l Etat de New York, après la chute de Lehman Brothers, en demandant que l Etat fédéral et la Banque centrale américaine reçoivent le pouvoir de réguler d avantage les marchés financier. Considérant la finance comme une communauté d emprunteurs et de préteurs, considérant particulièrement la vulnérabilité des petits préteurs et emprunteurs, ils ont estimé que cette communauté n était pas en mesure d assurer par elle-même le bien de tous. Là encore, il me semble que la conception chrétienne avec sa boussole du bien des plus vulnérables, devrait éclairer les débats d actualité, hautement politiques, sur l organisation des pouvoirs publics, y compris sur le bon degré d autonomie et de subordination. Le principe de participation est le symétrique du principe de subsidiarité. Il concerne lui aussi les relations entre les communautés, mais cette fois selon a logique ascendante du Bien commun. Chaque personne, chaque corps intermédiaire, chaque communauté politique est tenue de coopérer à la mesure de ses possibilités à la réalisation du bien de tous. D un point de vue de l organisation des démocraties, cela signifie qu il ne suffit pas que les lois soient légitimes. Encore faut-il que des médiations soient en place, des délibérations et des structures de

9 coopération qui permettent au point de vue des citoyens de se faire entendre, charge à ceux-ci, qu ils aient ou non été complètement entendu, de contribuer par eux-mêmes au bon accomplissement des règles qui établissent le bien d tous. Grâce sans doute aux questions clefs de l environnement, on voit revenir en force le principe de participation. Il ne sert à rien d établir des règles pour le recyclage des déchets, si les familles elles-mêmes ne s organisent pas pour faire réussir le tri. Plus largement, mes règles de modération seront sans doute très insuffisantes pour faire reculer l usage abusif de la nature et des biens communs si les consommateurs ne coopèrent pas par de attitudes responsables. L utilisation de l énergie, l organisation des transports publics et privés pour les déplacements obligatoires font bien ressortir que la recherche d un bien commun, la limitation des émissions de gaz à effet de serre, passe par la coopération de tous. Le dernier des quatre principes constitutifs du bien commun peut apparaître comme allant de soi. Il s agit du principe de solidarité. Il s agit en fait d un faux ami, car il ne parle pas de ce à quoi l on s attend généralement. Ce principe gouverne les relations entre les communautés, entre les personnes, mais cette fois sur un plan horizontal, là où il n ya pas de lien de subordination politique. Dans nombre de situations sociales en effet, on constate ce qu on nomme une interdépendance de fait. Sans l avoir choisi ou voulu, les personnes, les groupes, les peuples sont dépendants des actes commis par d autres, ou omis par d autres. L extension mondiale des interdépendances, la multiplication des liens d inter relation dans nos sociétés est devenue du fait des technologies, multiples et complexe. Le principe de solidarité invite chaque personne, chaque communauté, à ouvrir les yeux sur ces liens invisibles, à en prendre conscience, pour endosser la responsabilité qui lui incombe au nom du bien commun. De tous les principes que nous avons examinés, c est le plus créatif. C est celui qui incite à humaniser les relations à priori techniques, économiques ou naturelles, à mettre de l humain, où il n y en avait pas, même en l absence d une nécessité concrète de défendre des intérêts communs. Il s agit de se montrer solidaire, pas seulement à cause d une oppression ou d une adversité, mais sous l effet d une prise de conscience du bien de l autre. C est ce principe qui fut évoqué au cours des débuts de la 3eme république, mais aussi par Bismarck en Allemagne, par Beveridge en Angleterre, pour instituer une protection sociale universelle. C est à l état pur, ce principe de solidarité que pouvait évoquer Robert Schuman lorsqu il proposa la mise en commun des ressources nationales d acier et de charbon. C est encore ce principe qui permet d imaginer des constructions juridiques très originales pour la gestion de l eau entre les communes d un même bassin versant. C est lui qui devrait inspirer bien d avantage les négociations mondiales qui découlent du Protocole de Kyoto. 3. Actualité du principe de Bien commun Le principe chrétien du bien commun propose donc un fondement, une boussole et des principes concrets de mise en œuvre à tous ceux qui cherchent la justice et la paix au moyen de l accès de tous aux biens essentiels. J aimerais maintenant évoquer brièvement trois débats d actualité qui me semblent illustre la fécondité de la contribution chrétienne. 3.1 Jusqu où peut aller la primauté des droits individuels pour accomplir la dignité des personnes ou l égalité entre les personnes? Depuis une vingtaine d années, la question de l égale dignité de toutes les personnes, le droit à un traitement égal en opposition à toute forme de discrimination à priori, ont fait dans la conscience collective,

10 dans l opinion publique de grands progrès. On a cependant aussi le sentiment que l émancipation ainsi gagnée ouvre la porte à une société individualiste incapable de résoudre les problèmes qui résultent aussi de l interdépendance croissante. On se trouve devant une contradiction qui rend la société malheureuse : d un côté une demande de plus de droits, de plus de libertés, de plus de respect ; et de l autre moins de solidarité, plus de solitude, moins de capacité pour l Etat providence d honorer toutes ces demandes. La conception chrétienne du Bien commun aide à comprendre cette contradiction et aiguille vers de solutions. Cette conception nous enseigne qu au fondement des droits individuels, de l accès aux "biens pour tous", il y a d abord une communauté capable d honorer ces droits. La communauté existe avant les droits. C est du progrès de la communauté, de sa capacité à susciter le dévouement de tous comme disait le Père Lebret, que naît aussi la possibilité d honorer les requêtes de dignité. Pour susciter ce dévouement de tous au bien de tous, il faut miser sur l idée que chacun ne devient vraiment humain qu en s ouvrant à autrui. Les requêtes de liberté lorsqu'elles ne sont que des requêtes de s affranchir de tout lien social, tarissent la source de ce qui pourrait les satisfaire : la rencontre entre deux regards, entre deux libertés qui s accueillent. On constate d ailleurs que cette conception détachée de tout lien social n est pas la seule à émerger de nos débats sociaux. Une autre rigoureusement opposée est en train de voir le jour, celle du «prendre soin». C est cette sorte de message que le Bien commun au sens chrétien doit faire entendre à la requête du droit de mourir dans la dignité. Si l on devait attendre d'une Loi qu'elle décide de ce qu est une vie digne, on devrait le payer d une rupture très lourde du lien de responsabilité et de solidarité sociale qui unit les soignants et les souffrants. On devrait sans doute consentir à ce que de proche en proche, les membres d une société prononcent pour certains d entre eux une exclusion, une déchéance irrémédiable. La solidarité nationale se rétrécirait comme peau de chagrin car on trouverait sans cesses de nouvelles raisons d en réduire le cout. Un autre exemple de ces tensions modernes qui travaillent et rendent malheureuses nos démocratie, vient de l hétérogénéité de notre corps social. Cela vient avec la mondialisation, l accroissement des migrations, les conséquences aussi de notre histoire qui a conduit à ce que dans les années soixante, notre pays a eu recours massivement à un apport extérieur de populations venues notamment d Afrique du Nord. Cette nouvelle mixité démographique, culturelle et religieuse est souvent mal vécue dans un contexte de précarité et d incertitude. Les nouveaux venus ne menacent ils pas notre avenir, n abusent ils pas des largesses de notre Etat social qui va mal par ailleurs? La laïcité française est en difficulté pour bien répondre à ces tensions. Elle hésite entre une dévalorisation des différences identitaires et religieuses en s efforçant d en réduire au maximum la visibilité et la portée, et une autre attitude qui serait d avantage tolérante conformément à la volonté d ouverture et de non-discrimination. Sans doute la laïcité se prive-t-elle de ce qui pourrait aider à mieux gérer ces tensions et qui est de l ordre de la relation. Les différences ne sont plus des provocations ou des menaces si elles peuvent être vécues dans une relation de solidarité. Les communautés nécessaires pour nourrir une appartenance et une dignité personnelle ne deviennent des ghettos que si on ne les mobilise pas au service d u bien commun qui transcende les différences de race et de religion. Le bien commun vu par le christianisme fait par principe de la diversité une richesse, puisqu il postule qu au travers d un autre, on peut aussi mieux se connaître soi. Le bien commun chrétien invite à une laïcité de projets qui amène les diverses communautés à coopérer sur des biens communs : la protection des familles, l éducation des jeunes, la lutte contre la pauvreté. C est par cet exemple de la lutte contre la pauvreté que je terminerai. Je me bornerai à remarquer que malgré des efforts très substantiels de la collectivité publique et du monde associatif, la lutte contre la pauvreté marque le pas ou s affaiblit. Ici l approche par le bien commun postule que la lutte contre la pauvreté est l affaire de tous. Ce sont l ensemble des forces économiques, sociales, culturelles qui sont conviées à mettre en œuvre des biens communs dont la première vertu est d être accessible à ceux qui en ont le plus besoin. C est ce point de vue qui avait fait dire au Pape Benoit XVI dans l encyclique Caritas in Veritate que les économies sociales européennes étaient allées beaucoup trop loin dans la spécialisation des fonctions, le thème de la générosité

11 étant devenu l exclusivité du monde associatif. Je suis tout à fait convaincu que la bonne direction pour lutter contre la pauvreté et l exclusion en France et en Europe consiste à faire de la lutte contre la pauvreté une dimension générale qui concerne l ensemble de l économie. Conclusion La vision chrétienne du Bien commun offre un fondement (la recherche inlassable de l'unité), un moteur (l'attention privilégiée aux maillons faibles du tissu social), des principes de discernement (pour évaluer la qualité des relations aux richesses et entre les communautés) qui constituent une véritable ressource sociale et politique. Pour la partager, il faut commencer par en vivre, en éprouver la force dans un engagement au service du bien d'une communauté concrète. C'est pourquoi, je vous suggère d'accomplir pour vous-mêmes ou en petit groupe, l'exercice consistant à vous poser les questions suivantes : Quels sont aujourd'hui des biens pour tous dont l'accès et la disponibilité sont essentiels au développement de chacun comme à l'unité de la communauté? Que se passe-t-il du point de vue des "maillons faibles" de notre communauté pour l'accès à ces biens? Si quelque chose ne va pas, pourquoi? Cela peut-il s'expliquer au travers d'un défaut d'application des principes d'éthique sociale qui découlent de la recherche du Bien commun? Pouvons-nous partager avec des responsables ou avec d'autres membres de la communauté ce diagnostic? Jérôme Vignon Président des Semaines sociales de France

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Conseil suisse des religions Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Prise de position du Conseil suisse des religions concernant l initiative populaire «Contre la construction de minarets»

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République.

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République. éduscol LA CHARTE COMMENTÉE Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales notions et

Plus en détail

Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise

Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise A l Occasion du Forum des Dirigeants 36 e Conférence Générale de l UNESCO Comment l UNESCO contribue t elle à

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Un partenaire qui avance avec le monde ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Mama, S/P Ouragahio, le 15 novembre 2008

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Guide du responsable de communauté locale

Guide du responsable de communauté locale COMMUNAUTE DE VIE CHRETIENNE FRANCE 47 rue de la Roquette 75011 PARIS Tél : 33 (0)1 53 36 02 25 Fax : 33 (0)1 53 36 02 45 E-mail: contact@cvxfrance.com web : http://www.cvxfrance.com Guide du responsable

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles DISCOURS DE M. LE VICE PRÉSIDENT FRATTINI, À L OCCASION DU SÉMINAIRE DE TRAVAIL DES MEMBRES DU RÉSEAU DES PRÉSIDENTS DES COURS SUPRÊMES DE L UNION EUROPÉENNE AVEC LES REPRÉSENTANTS DES INSTITUTIONS DE

Plus en détail

Progresser par la foi

Progresser par la foi Chapitre 54 Progresser par la foi Il n est pas toujours sage, en effet, de ne rien entreprendre qui entraîne de fortes dépenses sans avoir au préalable l argent nécessaire. Le Seigneur n épargne pas toujours

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014 17 eme : Dimanche 27 juillet 2014 Au service du Royaume déjà là! Comme un négociant qui recherche des perles fines. Réf. Biblique : 1 ère lecture : Rois (1 R 3,5.7-12) 5 A Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité"

Jean-Claude Kaufmann L'invention de soi - Une théorie de l'identité Séminaire de sociologie des migrations et des relations interethniques. Jean-Claude Kaufmann "L'invention de soi - Une théorie de l'identité" Introduction Le collectif comme ressource L'identité fournit

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne

Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne 8 Assemblée des délégués des 2 et 3 novembre 2015 à Berne Respect de la Constitution et du droit international, motion de l Eglise évangélique réformée du canton de Bâle-Campagne et de cosignataires :

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN

COMPETENCES SOCIO-ECONOMIQUES DEVELOPPEMENT PERSONNEL ET CITOYEN MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION COMPETENCES

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Chapitre 35 Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Parmi ceux qui professent être enfants de Dieu, il y a des hommes et des femmes qui aiment le monde, et les choses du monde, et ces âmes sont corrompues par

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses Elucidation des lois générales qui déterminent globalement la nature des choses en tant que celle-ci est soumise au principe

Plus en détail

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ Nous, responsables des forces du Centre, présidents du MoDem (Mouvement démocrate) et de l UDI (Union des Démocrates et Indépendants), proposons à nos formations de se rassembler. L URGENCE L état réel

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE RELATIONS ET APPARTENANCE Aperçu de l année L élève de la première année explorera les liens et les relations qui existent au sein des groupes et des communautés.

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Compte rendu par atelier : forum de la transition

Compte rendu par atelier : forum de la transition Compte rendu par atelier : forum de la transition Chaque restitution est détaillée de façon à respecter la fiche cadre remplie lors de la journée. L intérêt de ce compte rendu est de permettre à tous les

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L HOMME Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme (Adopté par l Assemblée plénière du 2 mars 2000) Le 1 er février 2000, le

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 Objet : semaine d éducation au développement durable «Mon assiette» du 10 au 18 novembre 2005 Réseaux : Tous Niveaux et services : SECONDAIRE et PRIMAIRE Période : Année

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

CHRETIEN FACE A L ARGENT

CHRETIEN FACE A L ARGENT Vendredi 17 janvier 2003 Saint-Philippe du Roule CHRETIEN FACE A L ARGENT François VILLEROY de GALHAU Administrateur des Semaines Sociale de France François Villeroy de Galhau 1 a introduit sa conférence

Plus en détail