PRISE EN CHARGE BUCCO-DENTAIRE DES ENFANTS HANDICAPES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRISE EN CHARGE BUCCO-DENTAIRE DES ENFANTS HANDICAPES"

Transcription

1 1

2 2 UNIVERSITE MONTPELLIER I UFR D ODONTOLOGIE 2009 THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN CHIRURGIE DENTAIRE Présentée et soutenue publiquement le 29 mai 2009 Par BRUN Laure PRISE EN CHARGE BUCCO-DENTAIRE DES ENFANTS HANDICAPES JURY Monsieur le Professeur MARGERIT Madame le Docteur MOULIS Monsieur le Docteur VALCARCEL Madame le Docteur ESCUDERO Monsieur le Docteur DECOURT Président Assesseur Assesseur Assesseur Membre invité

3 3 ACADEMIE DE MONTPELLIER UNIVERSITE MONTPELLIER I U. F. R. D ODONTOLOGIE LA PRESIDENTE DE L'UNIVERSITE MONTPELLIER I LE DIRECTEUR DE L U.F.R. LES DIRECTEURS ADJOINTS Ph. AUGE J. VALCARCEL G. GALINIER F. JAME B. PELISSIER LE CHEF DES SERVICES ADMINISTRATIFS B. BEGON L'Université Montpellier I déclare que les opinions émises dans les dissertations qui lui sont présentées doivent être considérées comme propres à leur auteur ; qu'elle n'entend leur donner ni approbation, ni improbation.

4 4 LISTE DES ENSEIGNANTS HOSPITALO-UNIVERSITAIRES DE L UFR D ODONTOLOGIE DE MONTPELLIER (Mars 2009) PROFESSEURS DES UNIVERSITES PRATICIENS HOSPITALIERS 56 ème SECTION : DEVELOPPEMENT, CROISSANCE ET PREVENTION - 1 ère sous-section : Pédodontie Pr. GOLDSMITH Marie-Christine - 2 ème sous-section : Orthopédie Dento-Faciale Pr. CANAL Pierre 57 ème SECTION : SCIENCES BIOLOGIQUES, MEDECINE ET CHIRURGIE BUCCALES - 1 ère sous-section : Parodontologie Pr. GIBERT Philippe - 2 ème sous-section : Chirurgie Buccale, Pathologie Pr. TORRES Jacques-Henri et Thérapeutique, Anesthésiologie et Réanimation - 3 ème sous-section : Sciences Biologiques (biochimie, Pr. CUISINIER Frédéric immunologie, histologie, embryologie génétique, anatomie Pr. ZIMANYI Laszlo pathologique, bactériologie, pharmacologie) (Professeur Associé) 58 ème SECTION : SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIOLOGIES, ENDODONTIQUES ET PROTHETIQUES - 2 ème sous-section : Prothèses (prothèse conjointe, Pr. MARGERIT Jacques prothèse adjointe partielle, prothèse complète, prothèse maxillo-faciale) - 3 ème sous-section : Sciences Anatomiques Pr. DEVILLE de PERIERE Dominique et Physiologiques, Occlusodontiques, Biomatériaux, Biophysique, Radiologie. PROFESSEUR 1ER GRADE 57 ème SECTION : SCIENCES BIOLOGIQUES, MEDECINE ET CHIRURGIE BUCCALES - 1 ère sous-section : Parodontologie Pr. JAME Francis

5 5 MAITRES DE CONFERENCES DES UNIVERSITES PRATICIENS HOSPITALIERS 56 ème SECTION : DEVELOPPEMENT, CROISSANCE ET PREVENTION - 1 ère sous-section : Pédodontie Dr. MOULIS Estelle - 2 ème sous-section : Orthopédie Dento-Faciale Dr. AUGE Francis Dr. CHOUVIN Monique Dr. FRAPIER Laure - 3 ème sous-section : Prévention, Epidémiologie, Dr. PERRIN Claudie Economie de la Santé, Odontologie Légale Dr. TRAMINI Paul Dr. VALCARCEL Jean 57 ème SECTION : SCIENCES BIOLOGIQUES, MEDECINE ET CHIRURGIE BUCCALES - 1 ère sous-section : Parodontologie Dr. BOUSQUET Philippe Dr. ORTI Valérie - 2 ème sous-section : Chirurgie Buccale, Pathologie et Dr. FAVRE de THIERRENS Carle Thérapeutique, Anesthésiologie et Réanimation Dr. JACQUEMART Pierre - 3 ème sous-section : Sciences Biologiques (biochimie, immunologie, histologie, embryologie génétique, anatomie pathologique, bactériologie, pharmacologie) Dr. MICHAILESCO Pierre 58 ème SECTION : SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIOLOGIES, ENDODONTIQUES ET PROTHETIQUES - 1 ère sous-section : Odontologie Conservatrice, Dr. CHAZEL Jean-Christophe Endodontie Dr. LEVALLOIS Bernard Dr. PARAHY Eric Dr. PELISSIER Bruno - 2 ème sous-section : Prothèses (Prothèse conjointe, Dr. GALINIER Georges prothèse adjointe partielle, Prothèse complète, Dr. JOULLIE Karine prothèse maxillo-faciale) Dr. MONTAL Sylvie Dr. NUBLAT Cyrille Dr. POURREYRON Laurence - 3 ème sous-section : Sciences Anatomiques et Physiologiques, Dr BONAFE Isabelle Occlusodontiques, Biomatériaux, Biophysique, Dr EGEA Jean-Christophe Radiologie. Dr. JACQUOT Bruno

6 6 ASSISTANTS HOSPITALIERS UNIVERSITAIRES 56 ème SECTION : DEVELOPPEMENT, CROISSANCE ET PREVENTION - 1 ère sous-section : Pédodontie Dr CHABADEL Olivier Développement, Croissance et Prévention Dr. PAPOT Nathalie - 2 ème sous-section : Orthopédie Dento-Faciale Dr. ARTZ-FONTES Christèle Dr. SAMADET Virginie Dr SANTONI-CHALEIL Anne-Marie Dr MASSIF Laurent - 3 ème sous-section : Prévention, Epidémiologie Dr VINAY Nicolas Economie de la Santé, Odontologie Légale 57 ème SECTION : SCIENCES BIOLOGIQUES, MEDECINE ET CHIRURGIE BUCCALES - 1 ère sous-section : Parodontologie Dr. CALAS-BENNASAR Isabelle Dr. ROMESTAND Blandine 2 ème sous-section : Chirurgie buccale, Pathologie et Dr. FAUROUX Marie-Alix Thérapeutique, Anesthésiologie et Réanimation Dr MAS Catherine - 3 ème sous-section : Sciences Biologiques (Biochimie, Dr. COLLART-DUTILLEUL Pierre-Yves Immunologie, histologie, embryologie génétique, Dr ROQUETA Jean-Michel Anatomie pathologique, bactériologie, pharmacologie) 58 ème SECTION : SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIOLOGIES, ENDODONTIQUES ET PROTHETIQUES - 1 ère sous-section : Odontologie Conservatrice, Dr. BERTRAND Camille Endodontie Dr. CHAVE Rémi Dr. PANAYOTOV Yvan Dr PARAHY Frédéric Dr. ROMIEU Guilhem Dr. VINTAN Paula Dr. MARTIN FERNANDEZ M. (Assistante H.U. associée) - 2 ème sous-section : Prothèses, Prothèse conjointe, Dr. CHALANCON Pierre prothèse adjointe partielle, Prothèse complète, Dr. DESPESSE Stéphane prothèse maxillo-faciale Dr. FAGES Michel Dr. JULIA Mathieu Dr. LETHUILLIER Josselin Dr. OUSSAID Mohamed - 3 ème sous-section : Sciences Anatomiques et Physiologiques, Dr. MARGUET-GAUDIN P. Occlusodontiques, Biomatériaux, Biophysique, radiologie

7 7 PROFESSEURS AGREGES SECOND DEGRE Anglais Mme GINESTET Gaëlle Biochimie, Génie biologique Mlle MIDREUIL Fabienne Mathématiques, Informatique Mr. BOUTIN François E.P.S. PROFESSEUR CERTIFIE SECOND DEGRE Mme DELAPLACE Chantal

8 8 PRESTATION DE SERMENT "Primum non nocere - D'abord ne pas nuire" "En présence des Maîtres de cette Faculté, de mes chers condisciples, Dans le respect de l'esprit du Serment d'hippocrate, Médecin Grec né en 460 avant Jésus Christ dans l'île de Cos, Père de la Médecine et des Sciences Médicales, Auteur du Corpus Hippocraticum, Je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité Dans l'exercice de la Médecine et de la Chirurgie Dentaire, Conformément aux règles prescrites par le Code de Déontologie Et de la Santé Publique, Dictant les Lois de l'éthique, de la morale et de la dignité de la personne humaine. Admis dans l'intimité des maisons, des familles et des personnes, Mes yeux n'y verront pas ce qui s'y passe; Ma langue taira les secrets qui me seront confiés Et mon état ne servira pas à corrompre les mœurs ni à favoriser le crime. Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres, Je rendrai à leurs enfants l'instruction que j'ai reçue de leurs pères. Que les hommes m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses. Que je sois couvert d'opprobre et méprisé de mes confrères si j'y manque."

9 9 Remerciements

10 10 Je remercie infiniment le professeur Jacques Margerit qui m a fait l honneur de présider mon jury de thèse. Qu il trouve ici l expression de ma sincère considération et de ma profonde gratitude.

11 11 Je tiens à remercier le Docteur Estelle Moulis pour avoir accepté de siéger au jury de ma thèse. Qu elle trouve ici l expression de ma respectueuse reconnaissance pour la qualité de son enseignement tout au long de mon cursus universitaire.

12 12 Je tiens également à remercier Monsieur le Doyen, le Docteur Jean Valcarcel, de m avoir accordé du temps lors mes recherches, et de m avoir fait partager ses connaissances dans ce domaine.

13 13 Je tiens à remercier très chaleureusement le docteur Nathalie Escudéro-Papot, d avoir accepté d encadrer la rédaction de cette thèse. Je lui suis également reconnaissante pour sa gentillesse, sa disponibilité et la qualité des conseils qu elle m a prodigués.

14 14 Un grand merci au Docteur Jacques Decourt d avoir accepté de juger mon travail. Je lui suis également reconnaissante de m avoir fait partager ses connaissances, son grand savoir-faire, son enthousiasme pour la profession et cela toujours avec beaucoup de gentillesse. Qu il soit assuré de ma gratitude pour la bienveillance dont il a toujours fait preuve à mon égard pendant ces années d étude.

15 15 A mes parents, mes frères et sœurs,

16 16 Je remercie infiniment mes grands parents, mes oncles et tantes, mes cousins et cousines, ainsi que tout le reste de ma famille pour tout ce qu ils m ont apporté au cours de ces années. Je leur exprime toute ma gratitude. J ai une pensée toute particulière pour ceux qui ne pourront partager ce moment

17 17 Je voudrais également témoigner toute mon affection à mes amis : A mes plus vielles amies : Sophie, Camille et Camille. Malgré la distance, vous avez joué un rôle important tout au long de ces dernières années. «Viva Philipe Carles!» A mes amis de médecine : Linda et Mathieu. Vos sourires et votre simplicité m ont permis de voir la vie autrement. «Ne t inquiète pas ma tortue, on aura une maison dans la même ville et on aura des enfants en même temps!» A mes amis dentistes : en souvenir de tous ces bons moments passés ensemble, et tous les bons à venir... Merci d avoir toujours été là pour moi. Myriam (ma plus courageuse), Jennifer (ma danseuse préférée), Cécile (ma colocataire adorée), Sarah (ma petite night-clubeuse), Marie-Laure (ma ), Anaïs B. (notre boulette), Emilie (notre future belle mariée), Anaïs D. (notre jolie maman). Sans oublier, bien sur, Marc (merci d avoir toujours été là), Romain, Bader, Cyril, Charles, Damien, Clémence, Pierre, Nicolas, Jérôme Et un grand merci à Yann de m accompagner en ce jour

18 18 Tables de matières Tables de matières I. Les enfants Handicapés : Définitions du Handicap : a) Origine du terme : b) Définition générique : c) Définition de l Organisation Mondiale de la Santé : (2005) d) Définition par la loi: Définition de «l enfant handicapé» : Définitions Supplémentaires : Etiologies du Handicap : a) Causes anténatales : b) Causes périnatales : c) Causes post-natales : Classification du handicap : a) Le modèle médical: (1) Handicap mental : Déficience intellectuelle: Déficience psychique : (2) Handicap physique : Déficience motrice : Déficience visuelle : Déficience auditive : b) Le modèle environnemental : (1) La classification internationale du handicap (CIH 1) :... 36

19 19 (2) Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé (CIH 2 OU CIF) : (3) CIF- EA (enfant et adolescent) : Epidémiologie du handicap : Structure d accueil pour handicapé : II. Conséquences et prévention Bucco-dentaires : A. Conséquences bucco-dentaires du handicap : Pathologies infectieuses : a) Pathologies carieuses : (1) L indice CAO : (2) Facteurs de risque carieux liés au handicap : b) Maladies parodontales : (1) L indice CPITN : (2) Facteurs de risque des affections parodontales : c) Etude de la CNAMTS: Pathologies traumatiques : a) Lésions des muqueuses : b) Traumatismes dentaires : c) Les para-fonctions : d) Etude de la CNAMTS: Pathologies fonctionnelles : a) Respiration : b) Mastication : c) Développement du massif facial : d) Répercussions de ces pathologies fonctionnelles : e) Etude de la CNAMTS: Les anomalies dentaires : a) Anomalies de nombre :... 74

20 20 (1) Diminution : Hypodontie (a) Différentes situations possibles : (b) Syndromes s accompagnant d hypodontie : (2) Augmentation : Hyperdontie b) Anomalies de morphologie : (1) Anomalies de conformation : (2) Anomalies de volume : c) Anomalies de structure : (1) Anomalie de l émail : (2) Anomalie de la dentine : d) Anomalies de l éruption : (1) Anomalies chronologiques de l éruption : (2) Anomalies topographiques de l éruption : Evolution des pathologies dentaires pour les personnes handicapées : B. Les projets thérapeutiques et préventifs: C. Les moyens de prévention bucco-dentaire chez les personnes handicapées : Schéma de Keyes : Moyens de prévention : a) Le fluor : (1) Mécanisme d action du fluor : (2) Utilisation du Fluor b) Hygiène quotidienne : c) L hygiène alimentaire : d) Consultation régulière chez le dentiste : III. Prise en charge bucco-dentaire des enfants handicapés : A. Quelle prise en charge envisager : B. Au cabinet dentaire: A l état vigile :

21 21 a) Les acteurs : b) Le lieu : (1) Accessibilité au cabinet : (2) Adaptation au fauteuil : c) Les instruments : d) Les soins : (1) L abord de l enfant, premier contact, les différentes approches : (a) La technique de la voix contrôlée : (b) La communication non verbale : (c) La méthode de préexposition : (d) La méthode «expliquer, demander, agir»: (e) Les techniques de distraction: (f) Le renforcement positif : (g) La relaxation : (h) L hypnose: (2) La première consultation : (3) Les soins réalisés: Sous prémédication sédative : a) Définitions : b) Indications : c) Contre indications : d) Exemples : (1) Benzodiazépine : (2) Hydroxyzine: (3) Alimémazine: C. En milieu Hospitalier : Sous Protoxyde d azote : a) Définition : b) Modalités d administration : c) Avantages :

22 22 d) Inconvénients : e) Indications : f) Contre-indications : g) Soins réalisés: h) Exemples de prise en charge : Par dizanalgésie vigile ambulatoire : a) Définition : b) Conditions d application : c) Avantages : d) Effets indésirables : e) Indication de la technique : Sous Anesthésie Générale : a) Indications : b) Contre-indications : c) Avantages: d) Inconvénients : e) Répartition des âges : f) AG ou AG ambulatoire : g) Soins réalisées : h) Exemples: D. Problème éthique : IV. Les perspectives d avenir : A. Créations de Réseaux : B. Réalisation et aménagement de cabinet dentaire ergonomique permettant de prendre ne charge l ensemble des patients handicapés et dépendants : C. Formation des praticiens : D. Mise en place de mesure compensatoire intégrant l acte classique d une part et d autre part, les moyens supplémentaires mis en œuvre pour traiter les patients E. Création d Unités Fonctionnelles pour Soins Spécifiques (U.F.S.S.) :

23 23 F. Développement de la technique de sédation par inhalation de MEOPA pour la prise en charge de patients présentant des troubles comportementaux : G. Mise en place, dans chaque établissement accueillant des patients déficients ou dépendants lourds, d une visite annuelle de dépistage de pathologies bucco-dentaires associée à une sensibilisation du personnel d encadrement à la mise en place d une hygiène dentaire adaptée

24 24 Introduction Les questions liées au handicap et à la dépendance, prennent dans notre société, une place de plus en plus importante du fait du progrès médical. Ces avancées médicales permettent de maintenir en vie des nouveau-nés ou des enfants sans toutefois les préserver toujours d éventuelles incapacités. Ces questions forment un enjeu de société considérable. Les handicaps sont variables, de même que leur expression pour chaque enfant. Soigner un enfant présentant un trouble physique (infirmité motricité cérébrale, myopathie...) n aura rien à voir avec le soin d un petit trisomique. La prise en charge de ces enfants dépend de la déficience elle-même, du (des) traitement(s) administré(s) ainsi que de la difficulté à intégrer les soins dentaires dans le cursus médical du patient. Tout particulièrement, la prévention bucco-dentaire est difficile à mettre en place et cela pour de multiples raisons : difficulté d accès, absence de coopération chez certains enfants porteurs de handicap, absence de formation du personnel soignant, y compris dans les centres spécialisés, temps et personnel insuffisants dans les centres pour assurer cette tache. Ces patients sont davantage sujets à l infection, car à l issue d un parcours médical long et compliqué, dans l incapacité de mettre des mots sur leur douleur ou leur ressenti, de localiser leur douleur, ils ne veulent plus coopérer aux soins. Le handicap crée une hiérarchie dans les priorités des traitements : de nombreuses pathologies intercurrentes se déclarent ; de sorte que les soins dentaires sont souvent négligés par rapport à des pathologies plus lourdes ou mettant en jeu le pronostic vital. «Il a suffisamment subi de soins pour ne pas l embêter avec ça» diront certains parents. Devant ces difficultés de prise en charge, sont apparus les réseaux de santé, leur but étant de coordonner une série d avis de spécialistes puis de les partager à l ensemble de la profession.

25 25 Nous aborderons donc dans un premier temps, la définition et les différentes classifications du handicap, nous traiterons ensuite des conséquences et de la prévention bucco-dentaire chez l enfant handicapé, puis nous verrons les différentes possibilités de prises en charge selon la situation du handicapé, et enfin, dans un dernier temps, nous détaillerons différentes propositions qui permettraient de faciliter cette prise en charge.

26 26 I. Les enfants Handicapés : 1. Définitions du Handicap : a) Origine du terme : Le terme handicap, créé en 1827, prend son origine dans le domaine des courses de chevaux sur pelouse en Irlande («turf»). Décomposé, handicap signifie "hand in cap" (la main dans le chapeau) pour désigner une méthode alors destinée à choisir les positions au départ des courses par tirage au sort. Cette technique permettait l attribution de la "pole position" la plus avantageuse puisque la distance à parcourir est moindre et permet de prendre la tête plus facilement. Pour annuler cet avantage et rendre les courses équitables en égalisant les chances entre concurrents, le commissaire «handicapeur» ajoutait sous la selle, des plaques de fonte de 2.2 kilos (5 livres) suivant la position du cheval sur la ligne de départ. De même, au golf, un handicap est attribué aux joueurs relativement moins expérimentés, ce qui permet de soustraire un certain nombre de coups de leur carte. Initialement, un handicap est donc une surcharge ou un désavantage imposé à un concurrent mieux placé afin que les chances se retrouvent égales au départ de la compétition. Vers 1950, un nouveau sens est attribué au terme handicap qui évacue le désavantage imposé au concurrent supérieur ou naturellement avantagé. C est donc une véritable inversion du sens originel. Le mot handicap devient alors synonyme d un "désavantage, d une infériorité qu on doit supporter". Au fil du temps, le handicap est ainsi devenu une caractéristique individuelle dévalorisante découlant automatiquement d une incapacité ou d une déficience. Dans ce glissement de sens, la contribution de ceux ayant la chance de n avoir ni déficience ni incapacité est complètement évacuée. Il ne leurs est plus demandé d accepter une surcharge pour équilibrer les chances de réussite de tous

27 27 Si le mot handicap avait gardé son sens initial propre, nous nous trouverions devant la situation suivante : les personnes handicapées seraient non pas celles qui sont déficientes, mais celles qui ne le sont pas. Ce sont les personnes normales qui supporteraient alors le handicap du poids même de leur supériorité. Ce sont elles qui porteraient les incapacités ou les inaptitudes des autres! b) Définition générique : Dans le dictionnaire Larousse, le terme «handicap» est défini comme étant un désavantage quelconque ; une infirmité ou déficience, congénitale ou acquise. Dans le dictionnaire médical, celui-ci est défini comme une déficience ou incapacité mentale, physique ou sensorielle, partielle ou totale, temporaire ou définitive, causée par une altération des structures ou des fonctions psychologiques, physiologiques ou anatomiques et constituant un désavantage social. De nombreux termes ont été utilisés tout au long de l histoire récente pour désigner «les personnes avec handicap» : aliénés, accidentés de la vie, anormaux, arriérés, bancals, boiteux, bossus, chroniques, débiles, déficients, désavantagés sociaux, déviants, difformes, diminués, estropiés, handicapés, idiots, impotents, inadaptés, incurables, infirmes, incapables, invalides, malformés, mutilés, paralysés, paralytiques, personnes à mobilité réduite, personnes dépendantes, personnes en situation de handicap, etc. L évolution de ces termes ne traduit pas seulement l image du handicap, plus ou moins négative, mais également les différentes voies de connaissance du handicap ainsi que l organisation sociale des réponses qui sont proposées : infirme, boiteux ou bossu sont des mots «stigmates» (désignant l apparence la plus grossière de la personne) ; chronique ou incurable s attachent au caractère durable et le plus souvent définitif des atteintes ; impotent, incapable ou personne à mobilité réduite, ne désignent pas la personne mais ses (im)possibilités ; mutilé et paralysé désignent quant à eux l origine médicale du handicap ; inadapté enfin caractérise la place de la personne dans le corps social.

28 28 La caractéristique commune de presque toutes ces terminologies est de décrire la personne par un seul de ses aspects, le plus souvent ses manques : un polio, un infirme, un handicapé. A une époque, à Lourdes, on désignait les personnes en fauteuil roulant par le terme «mécanique». Ce catalogue ne serait pas complet s il n était suivi d une catégorisation en bonne et due forme : infirme physique, handicapé mental, sensoriel ou moteur, etc., regroupements prenants naissance à la fois autour de préoccupations et d accompagnements spécifiques et du fait de la connaissance des affections invalidantes. La nécessité de mettre un peu d ordre dans les termes employés, de clarifier des catégories inévitablement utilisées, s imposait donc : comment parler des personnes sans évoquer leurs difficultés, décrire ce dont elles sont victimes sans le nommer, parler des besoins spécifiques, par exemple, des personnes en situation de handicap moteur, sans définir ce qui fait cette spécificité? c) Définition de l Organisation Mondiale de la Santé : (2005) Ce sont ces difficultés conceptuelles et ce souci de ne pas réduire le handicap à un diagnostic qui ont conduit à l élaboration de la Classification internationale du handicap (CIH). A travers la classification internationale du handicap, en 2005, l OMS définit le handicap comme étant une déficience, une limitation d activité et une restriction de participation. Pour bien comprendre cette définition, il est important de définir les 3 termes : Déficience : absence ou altération d une structure ou fonction psychologique, physiologique ou anatomique Activité : exécution d une tache ou d une action par une personne Participation : implication d une personne dans une situation de la vie réelle.

29 29 Ces termes remplacent les termes «désavantages et incapacités», auparavant utilisés, mais jugés trop péjoratifs. d) Définition par la loi: Deux lois ont permis l évolution des droits des personnes handicapés : Tout d abord, une première loi en 1975, dite «d orientation en faveur de personnes handicapées» est en réalité une loi d intégration. Celle-ci, ne définit pas le handicap, volontairement, par peur de figer toute définition dans des définitions rapidement inadéquates ou dépassées. Cette position était explicitement assumée par les représentants du gouvernement de l époque et réaffirmée comme telle par Simone Veil, ministre de la santé, devant les parlementaires. Celle-ci ajoutait : «sera désormais considérée comme handicapée toute personne reconnue comme telle par les commissions départementales. La notion doit rester, si l on veut éviter des exclusions dans l avenir, très évolutive et s adapter aux situations qui pourraient se présenter ultérieurement.» (Intervention au sénat, 3 avril 1975). Elle a permis ainsi un passage évident d une notion d assistance à une notion de solidarité face à l handicap. Cette loi a ensuite été réformée en C est la loi Numéro Elle est présentée dans le cadre de la loi sur «l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté» (votée le 11 février 2005). Elle rappelle dans ces premières lignes les droits fondamentaux des handicapés et définit ainsi le terme d Handicap : «Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à la vie en société, subie dans son environnement par une personne en raison d une altération substantielle, durable ou définitive, d une ou plusieurs fonctions physiques, mentales, cognitives ou psychiques, d un polyhandicap ou d un trouble de santé invalidant.»

30 30 Elle traite ensuite principalement de l accueil des personnes handicapées, du droit à la compensation, des ressources, de la scolarité, de l emploi, de l accessibilité, de la citoyenneté et de la participation à la vie sociale, et de divers autres sujets. Elle a permis ainsi de définir de nombreux critères d installations nécessaires aux cabinets dentaires pour pouvoir accueillir des personnes handicapées. (cf. III). 2. Définition de «l enfant handicapé» : Le nom enfant vient du latin (infans, -anti), «qui ne parle pas encore». Il est défini dans le dictionnaire Larousse comme étant un garçon ou une fille avant l adolescence. Il n est donc pas précisé d âge, mais plutôt un moment particulier de la croissance de l individu. Dans notre exposé, nous ne nous appuierons pas sur cette définition, mais sur celle utilisée pour la convention des Nations-Unies (par exemple, la Convention des Nations-Unies pour les droits de l enfant, 1989) : «un enfant s entend de tout être humain âgé de moins dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt, en vertu de la législation qui lui est applicable.» Un enfant est donc tout individu n ayant pas encore atteint la majorité. 3. Définitions Supplémentaires : Surhandicap : association d une déficience intellectuelle et d une déficience psychique de même degré. Plurihandicap : association d une déficience intellectuelle et d une déficience sensorielle, motrice, ou autre de même degré, ne permettant pas d en désigner une des deux comme principale.

31 31 Polyhandicap : association d une déficience intellectuelle sévère et d une déficience motrice grave, auxquelles se surajoutent ou non d autres déficiences, le tout réalisant un tableau de restriction extrême de l autonomie. Etat végétatif chronique : Etat durable associant l absence de réponse motrice orientée, l absence ou la quasi absence de communication, l absence d émission d une parole compréhensible ou de réponse aux ordres simples. Situation, après un coma, marquée par la récupération d une alternance de cycles veille/sommeil sans récupération de la conscience associée à des fonctions vitales stables. 4. Etiologies du Handicap : Plusieurs causes sont possibles, selon le moment d apparition de ces dernières. a) Causes anténatales : Le trouble apparait avant la 22 ème semaine d aménorrhée. Elles représentent 32 % des cas de handicap. Elles correspondent à : - une aberration chromosomique (dans 10 % ; qui provoque par exemple la trisomie 21)) - une anomalie génétique (autre qu une aberration chromosomique) - un accident immun chez fœtus et nouveau né: incompatibilité entre sang du fœtus et maternel - un syndrome de l alcoolisme fœtal - un accident vasculaire cérébral prénatal - une prise de certains médicaments lors de la grossesse

32 32 - sida, maladie génétique b) Causes périnatales : Par définition, le trouble apparait entre la 22 ème semaine de grossesse et le 28 ème jour après l accouchement. Elles représentent 61 % des cas. Elles peuvent correspondre à une: - souffrance fœtale du nouveau né - infection néo-natale (ictère néo-natal) - prématurité (considéré comme prématuré jusqu à semaines après la conception) - accouchement difficile c) Causes post-natales : Le trouble apparait au delà de 1 mois après l accouchement. Elles représentent 7% des cas. Elles peuvent correspondre à : - Mauvais traitement du nouveau-né - Traumatisme crânien, accident - Maladies tumorales, infectieuses (tumeur, méningite, rubéole, toxoplasmose ) - Causes inconnues (dans plus de 30 % des cas pour les patients polyhandicapés).

33 33 «Connaître l origine du handicap et sa période de survenue permet d envisager des mesures de prévention susceptibles d être prises ou développées et d appréhender leur évolution» Classification du handicap : Faire une classification du handicap sur laquelle tout le monde s accorde, semble impossible ; de plus définir et classifier les différents types d handicap peut avoir pour certains, une connotation négative et péjorative... Le but ultime de ces classifications est de proposer un langage uniformisé, standardisé et normalisé ainsi qu un cadre de travail pour la description d un état de santé de l enfant. Deux types de classifications ont été proposées: le modèle médical et le modèle environnemental. Dans le modèle médical, le handicap est perçu comme un problème de la personne, conséquence directe d une maladie, ou d un traumatisme ou d un autre problème de santé qui nécessite des soins médicaux fournis sous forme de traitement individuel par des professionnels. Le traitement du handicap vise la guérison ou l adaptation de l individu ou le changement de son comportement. Les soins médicaux sont perçus comme étant la principale question et, au niveau de la politique, la principale réponse est de modifier ou de réformer les politiques de santé. Dans le modèle social par contre, le handicap est perçu comme étant principalement un problème créé par la société et pour une question d intégration complète des individus dans la société. Le handicap n est pas un attribut de la personne, mais plutôt un ensemble complexe de situations, dont bon nombre sont crées par l environnement social. Ainsi la solution exige-t-elle que des mesures soient prises en terme d action sociale, et c est la responsabilité collective de la société dans son ensemble que d apporter des changements environnementaux nécessaires pour permettre aux personnes handicapées de participer pleinement à tous les aspects de la vie sociale. La question est donc de l ordre des attitudes ou de l idéologie ; elle nécessite un changement social, ce qui, au niveau politique se traduit en termes de droits de la personne humaine. Selon ce modèle, le handicap est une question politique.

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

L enfant handicapé : orientation et prise en charge

L enfant handicapé : orientation et prise en charge 1 ère partie : modules transdisciplinaires - Module 4 : Handicap. Incapacité. Dépendance - Objectif 51 : L enfant handicapé : orientation et prise en charge Rédaction : C Aussilloux, A Baghdadli - Actualisation

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP

MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP MIEUX COMPRENDRE LE HANDICAP CONTEXTE Selon la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées «Art. L. 114. - Constitue un

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS

LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS LE(s) HANDICAP(s) : MOTS & CONCEPTS 1 Le Concept du handicap Une personne est handicapée quand : souffrant d'une déficience pérenne, et devant affronter un environnement inadapté, elle ne peut satisfaire

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Guide Reconnaissance par la SSO du statut de praticien généraliste Le certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Plus en détail

Pour vos intentions de participation à cette journée, merci de vous pré inscrire de préférence via Internet à l adresse suivante :

Pour vos intentions de participation à cette journée, merci de vous pré inscrire de préférence via Internet à l adresse suivante : La prise en charge de la santé bucco-dentaire des personnes en situation de handicap constitue une préoccupation majeure de notre profession. Toutefois, elle ne peut se concevoir sans le soutien et la

Plus en détail

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Réunion C.T.B. CNRS «Les 10èmes rencontres» Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Des chiffres clé sur l emploi dans le milieu ordinaire du travail Dans le secteur privé assujetti

Plus en détail

Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS

Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS Management de la qualité et Gestion des risques dans la Santé Vendredi 29 Mai 2009 à Strasbourg SCP Drs OLLU et

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés 2012 Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos La scolarisation des élèves handicapés constitue une priorité nationale. Dans ce domaine, des progrès considérables ont

Plus en détail

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE 3ème cycle de médecine générale 02.40.41.11.29 nadine.charron@univnantes.fr laurence.retiere@univnantes.fr FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Vous

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE

DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE DIPLOME DE CHIRURGIE ORALE ORGANIGRAMME DES SEMINAIRES Promotion 2013 FORMATION COMPLEMENTAIRE EN MEDECINE POUR LES MEDECINS Pour les enseignants, ces enseignements seront à faire tous les 2 ans 1 - Module

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

INTRODUCTION 2/12. Les pathologies parodontales atteignent la majorité de la population adulte, dont 15% sévèrement.

INTRODUCTION 2/12. Les pathologies parodontales atteignent la majorité de la population adulte, dont 15% sévèrement. SYNTHÈSE INTRODUCTION La santé bucco-dentaire, souvent délaissée par une partie de la population qui considère qu elle n a pas de caractère de gravité ou d urgence et ne fait pas le lien avec l état de

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Notre engagement Notre entreprise s efforce en tout temps de dispenser ses services d une manière respectueuse de la dignité et de

Plus en détail

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe ANNEXE NOMENCLATURE DES PREJUDICES RESULTANT D UNE ATTEINTE A LA PERSONNE A - Nomenclature des préjudices de la victime directe 1 ) Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Objectif AOI Accompagner une amélioration de la santé dentaire de populations démunies Pays en développement France AOI - France - Val de Marne Faciliter

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne AOI - France - Val de Marne Faciliter l accès à la santé bucco-dentaire d un public précaire en renoncement aux soins Médiation entre les secteurs sociaux

Plus en détail

Syndicat National des Internes en Odontologie

Syndicat National des Internes en Odontologie Syndicat National des Internes en Odontologie Président en charge du Présents : Compte-rendu de la réunon du 19 mars 2014 avec les coordonnateurs des DES Mr le Professeur Robert GARCIA (Président de la

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Qu est-ce que le handicap?

Qu est-ce que le handicap? Qu est-ce que le handicap? Définition de la situation de handicap 85 % des déficiences sont acquises après 15 ans Le handicap reste aujourd hui encore une notion très subjective, souvent mal utilisée et

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Dossier Administratif du Patient

Dossier Administratif du Patient Handident Franche-Comté CHBM - service ORL (Docteur LEGER) Cadre réservé Handident FC N adhérent au réseau Handident FC 2, rue du Docteur Flamand 25209 MONTBELIARD Cedex Dossier Administratif du Patient

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur N 854 - JUIN 2002 Prix : 2,20 Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur Aline Désesquelles, Institut National d Études Démographiques et le groupe de projet HID-prisons Plus de trois personnes

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Diplôme de Docteur en chirurgie dentaire ORGANISATION DES ENSEIGNEMENTS 2015-2016

Diplôme de Docteur en chirurgie dentaire ORGANISATION DES ENSEIGNEMENTS 2015-2016 FACULTE D ODONTOLOGIE UNIVERSITE de MONTPELLIER Diplôme de Docteur en chirurgie dentaire ORGANISATION DES ENSEIGNEMENTS 05-06 Pour avoir le diplôme de Docteur en chirurgie dentaire, il faut suivre le cursus

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER I UFR de PHARMACIE

UNIVERSITE MONTPELLIER I UFR de PHARMACIE UNIVERSITE MONTPELLIER I UFR de PHARMACIE DOPAGE «DE L ANALYSE A LA PREVENTION» EN PARTENARIAT AVEC DOPAGE : de l analyse à la prévention PORTEURS DU PROJET RESPONSABLES S Michel AUDRAN Professeur de pharmacie

Plus en détail

LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012. C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1

LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012. C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1 [ LES SOINS BUCCO-DENTAIRES DANS LE CADRE DE LA PRISE EN CHARGE 10 congrès de l ANP3SM Le 20 juin 2012 ] C. Coquaz / Dr F. Denis /ANP3SM/20 juin 2012 1 FOCUS SUR LA SANTE BUCCO DENTAIRE DES PATIENTS HOSPITALISES

Plus en détail

"L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES"

L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES "L ACCES AUX SOINS DENTAIRES DES PERSONNES DEMUNIES" LE RAPPORTEUR : LE PRESIDENT : LES VICE-PRESIDENTS : M. BRUNO HUSS M. ANDRE DESCAMPS M. BERNARD HOLASSIAN M. GILBERT CHAUVET LE JEUDI 19 JANVIER 2012

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Guide de bonnes pratiques. Pour les médecins conseils experts

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Guide de bonnes pratiques. Pour les médecins conseils experts ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Guide de bonnes pratiques Pour les médecins conseils experts 2011 SOM MAIRE Avant l expertise p. 4 - la mission d expertise et acceptation de la mission p. 4 - la lettre

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Docteur Bruno Meymandi-Nejad, Chirurgien Dentiste LA CARIE DU PETIT ENFANT PRISE EN CHARGE PREVENTION

Docteur Bruno Meymandi-Nejad, Chirurgien Dentiste LA CARIE DU PETIT ENFANT PRISE EN CHARGE PREVENTION Docteur Bruno Meymandi-Nejad, Chirurgien Dentiste LA CARIE DU PETIT ENFANT PRISE EN CHARGE PREVENTION LA CARIE DU BIBERON SCHEMA DE KEYES Carie Alimentation LES en DENTS Incisives de 6 à 16 mois Premières

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Les certificats médicaux

Les certificats médicaux Les certificats médicaux Dr BOUDRIES COURS DROIT MEDICAL (BEJAIA) 2013 I - généralités Les certificats médicaux sont de plus en plus demandés par les malades et les non malades pour répondre aux attentes

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

Les Cahiers du DESS MRH

Les Cahiers du DESS MRH DESS Management des Ressources Humaines http://www.dessmrh.org ➎ Les Cahiers du DESS MRH Les travailleurs handicapés dans L entreprise 6 - L accompagnement du travailleur handicapé http://www.e-rh.org

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

V. GUILLERMINET, E. EUVRARD, C. MEYER Service de Chirurgie Maxillo-Faciale et Stomatologie CHRU Jean Minjoz, Besançon

V. GUILLERMINET, E. EUVRARD, C. MEYER Service de Chirurgie Maxillo-Faciale et Stomatologie CHRU Jean Minjoz, Besançon V. GUILLERMINET, E. EUVRARD, C. MEYER Service de Chirurgie Maxillo-Faciale et Stomatologie CHRU Jean Minjoz, Besançon 1 Définition : Santé bucco-dentaire (OMS Avril 2012) Essentielle pour l état général

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Santé bucco-dentaire (principales données)

Santé bucco-dentaire (principales données) Santé bucco-dentaire (principales données) La grande fréquence des affections bucco-dentaires, leur retentissement sur l état général et sur la qualité de vie, ainsi que leur répartition très inégale dans

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

Formation initiale des bénévoles

Formation initiale des bénévoles Formation initiale des bénévoles Le vieillissement normal et pathologique Les bénévoles vont découvrir / renforcer leurs connaissances liées au vieillissement des personnes en situation normale (manifestations

Plus en détail

Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial

Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial Vivre à domicile ou en institution : effets d âge, de santé, mais aussi d entourage familial Gérard Bouvier, Liliane Lincot, Chantal Rebiscoul* En 2009, un peu plus de 600 000 personnes sont hébergées

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Régime d assurance collective conçu à l intention des membres de l Association chiropratique canadienne

Régime d assurance collective conçu à l intention des membres de l Association chiropratique canadienne Régime d assurance collective conçu à l intention des membres de l Association chiropratique canadienne Assurance médicaments et assurance soins de santé Assurance vie du membre & des personnes à charge

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Infirmité motrice cérébrale FICHE D INFORMATION. Cette fiche fait partie du Guide de CBM sur la prévention de l infirmité motrice cérébrale

Infirmité motrice cérébrale FICHE D INFORMATION. Cette fiche fait partie du Guide de CBM sur la prévention de l infirmité motrice cérébrale Infirmité motrice cérébrale FICHE D INFORMATION Cette fiche fait partie du Guide de CBM sur la prévention de l infirmité motrice cérébrale April 2012 2 L infirmité motrice cérébrale: programme de prévention

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE

CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE CENTRE D EDUCATION ET DE SOINS SPECIALISES POUR ENFANTS POLYHANDICAPES «LE RIVAGE» LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE 12 rue aux raisins - 62600 BERCK SUR MER 03.21.89.44.01 - Fax : 03.21.89.44.82 Le mot d

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

MSA GIRONDE. DU d évaluation des traumatisés crâniens Intervention du 18 avril 2008 à PELLEGRIN

MSA GIRONDE. DU d évaluation des traumatisés crâniens Intervention du 18 avril 2008 à PELLEGRIN TRAUMATISÉS CRANIENS MSA GIRONDE DU d évaluation des traumatisés crâniens Intervention du 18 avril 2008 à PELLEGRIN INCIDENCES MEDICO-ECONOMIQUES REPERCUSSIONS MEDICO-SOCIALES ASPECTS MEDICO-LEGAUX - Incidences

Plus en détail

PRESENTATION DE LA MDPH

PRESENTATION DE LA MDPH PRESENTATION DE LA MDPH 1) LA LOI HANDICAP DU 11/02/2005 La loi handicap de 2005 (la précédente remonte à 1975) a révolutionné tant les institutions dans leur fonctionnement, que l accueil des élèves dans

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

L expertise médicale pour évaluer les préjudices

L expertise médicale pour évaluer les préjudices PARTIE 1 L expertise médicale pour évaluer les préjudices Rôle cadré de l expert médical Il faut distinguer : L évaluation médicale du dommage corporel : Atteinte à l intégrité physique et psychique Données

Plus en détail

Séminaire d information pour les particuliers. Renseignements relatifs aux personnes handicapées

Séminaire d information pour les particuliers. Renseignements relatifs aux personnes handicapées Séminaire d information pour les particuliers Renseignements relatifs aux personnes handicapées Objectifs Cette présentation vise à: Présenter les déductions et les crédits applicables aux personnes handicapées

Plus en détail

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves :

quel plan pour qui? Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : Répondre aux besoins éducatifs particuliers des élèves : quel plan pour qui? _ Le projet d accueil individualisé (PAI) _ Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) _ Le plan d accompagnement personnalisé

Plus en détail

Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres. En vigueur au 1 er mai 2015

Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres. En vigueur au 1 er mai 2015 Régime d assurance collective conçu exclusivement à l intention des membres En vigueur au 1 er mai 2015 Assurance médicaments, soins de santé et voyage FKQ ASSURANCE Une gamme de protections complètes

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

questions/réponses sur les DYS

questions/réponses sur les DYS D Y S L E X I E, D Y S P H A S I E, D Y S P R A X I E, Les DYS, un handicap émergeant? La Dysphasie trouble du langage oral? La Dyspraxie, trouble de la coordination du geste? La Dyslexie, trouble du langage

Plus en détail

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Ce questionnaire s inscrit dans le cadre d une démarche de travail collectif des services de la ville en charge de l accueil

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger

PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private Care Edition de juillet 2007 (version 2013) Table

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE DEAVS CORRIGÉES ANNALES. session 2014. 3 e édition. Monique Forn Marie Rolland

AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE DEAVS CORRIGÉES ANNALES. session 2014. 3 e édition. Monique Forn Marie Rolland AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CORRIGÉES ANNALES DEAVS session 2014 3 e édition Monique Forn Marie Rolland AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CORRIGÉES ANNALES DEAVS session 2014 3 e édition Monique Forn Assistante

Plus en détail