Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie."

Transcription

1 Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant de jugements portés a posteriori sur une action que l on regrette et qui se présentent comme une justification, voire une excuse en évoquant quelque chose qui échappe à la conscience. Mais peut-on vraiment s excuser en disant : «J ai agi inconsciemment»?

2 Il semble que la définition même du sujet moral et juridique repose sur son identité, qui subsiste à travers le temps, et que l idée d action inconsciente ne pourrait en rien permettre à l homme d échapper à ses responsabilités. Cependant, reconnaître sa faute révèle que même si les effets de l action sont moralement ou juridiquement désastreux, l intention qui la guidait n était pas malveillante et en ce sens sa moralité est peut-être préservée. Est-il alors possible de considérer l homme dans toute sa dignité morale tout en expliquant certaines de ses actions par l existence d un inconscient psychique? Autrement dit, peut-on concilier le déterminisme psychique et la liberté humaine qui préside à toute responsabilité morale? 1. L inconscient ne peut servir d excuse car l homme est un sujet moral toujours responsable A. L identité de la personne subsiste à travers le temps : le sujet responsable moralement et juridiquement L homme se définit en tant que sujet d un point de vue théorique et pratique, c est-à-dire qu il a à la fois un pouvoir de détermination des choses (sujet de la connaissance), et un pouvoir d autodétermination (sujet moral libre). Pour que le sujet puisse assumer toute sa responsabilité morale et juridique et répondre de ses actes (la responsabilité vient du latin respondeo, répondre), il faut nécessairement que ce soit la même personne qui ait agi qui se repente, s excuse ou que l on pardonne ou condamne. L idée d identité et plus particulièrement l ipséité (le fait d être toujours le même à travers le temps) est présupposée par celle de responsabilité. C est en ce sens que la justice continue de juger les gens même de nombreuses années après leurs crimes. Dire qu on a changé ne suffit pas à se dédouaner de ses fautes. Dès lors faire appel au poids des événements passés, qui seraient inscrits dans notre inconscient et nous pousseraient à agir à l encontre de notre volonté, serait affirmer que nous sommes déterminés dans nos actions par une force psychique qui échappe à notre contrôle. Ce déterminisme psychique ferait de l homme une sorte de marionnette portée par les événements, sans maîtrise de soi. En ce sens, l homme se présente plus comme un irresponsable. C est ce que tentent d établir les psychiatres dans des procès lorsqu on étudie le degré de responsabilité pour constituer une circonstance atténuante. Mais en évoquant ainsi la possibilité d agir sans être l auteur de son action mais un simple acteur, n est-on pas en train de nier sa qualité d homme, à savoir sa liberté?

3 B. Vouloir s excuser par le déterminisme psychologique serait de la mauvaise foi En ce sens, Sartre présente l invocation d un inconscient pour se justifier comme une fausse excuse. Un homme peut se sentir sincèrement en décalage avec ce qu il a fait, ce qui est généralement source d angoisse, mais il ne peut nier que c était «lui». Se servir de l idée de déterminations psychiques inconscientes (par exemple une enfance difficile qui amène à reproduire la maltraitance reçue sur ses propres enfants) comme acte déterminant, c est selon Sartre un acte de mauvaise foi car il consiste à nier la liberté qui est en soi pour se trouver des «excuses». Or selon l existentialisme, en l homme «l existence précède l essence». Cela signifie que l homme n est déterminé que par ses actions, et celles-ci peuvent constamment changer, donc il n existe pas d essence définitive ou de nature humaine. L homme est perpétuellement en train de se redéfinir par ses actions. Dire par exemple que l on est particulièrement susceptible pour justifier une réaction violente n est pas légitime car on «est» ainsi aussi longtemps qu on le décide. L homme est libre, il est même «condamné à être libre», ce qui l oblige à assumer ses responsabilités. Ainsi on ne peut légitimement affirmer que l on a agi inconsciemment pour s excuser car ce serait tout simplement refuser d assumer ses responsabilités, qui pourtant existent. Cependant, le fait de s excuser n est-il pas déjà une possibilité de se «racheter», sans pour autant nier une faute? N est-ce pas une manière d atténuer une sanction morale et juridique? Dans un procès, les criminels qui ne regrettent rien ne sont-ils pas regardés encore plus sévèrement? 2. Cependant, s excuser en invoquant l inconscience constitue une explication sur sa bonne intention A. La prise de conscience semble nécessaire au pardon Celui qui veut s excuser, demander pardon, reconnaît avoir commis une faute, ce qui est déjà la condition nécessaire pour espérer être pardonné. Mais comment expliquer qu une même personne à un moment de sa vie fasse un acte, puis à un autre moment le reconnaisse comme étant à ne pas faire? Selon Platon, «Nul n est méchant volontairement». En effet, un homme ne peut pas vouloir faire le mal car ce serait rejeter le Bien, et donc ce qui est bien pour lui aussi. Faire le mal, c est se tromper dans l échelle des valeurs et préférer un bien inférieur à un autre. Faire le mal c est donc non seulement faire une faute, mais aussi une erreur dans la mesure où cela résulte de l ignorance. On peut donc imaginer que celui qui s excuse en affirmant avoir agi inconsciemment, invoque son inconscience passée, montre qu il est moins ignorant et que s est opéré en lui une prise de conscience.

4 B. L homme n a pas la pleine maîtrise des effets de ses actions, or la moralité d une action, et par là même son caractère répréhensible, vient de l intention On peut alors présumer qu en s excusant ainsi, il montre qu il ne referait pas la même chose car s il s est trompé, il a fait une erreur qu il ne reproduirait plus en connaissance de cause. Sa bonne intention est préservée, et par là même sa moralité. Selon Kant, on ne mesure pas la moralité d une action à ses conséquences car il peut toujours y avoir des imprévus, mais à l intention qui y préside, même si cette intention n est pas connaissable. On peut avoir agi par aveuglement et prendre conscience d avoir mal agi. Le rachat est alors possible. Ainsi, dans le film L Aurore, de Murnau, un paysan vit paisiblement avec sa femme et son enfant qu il chérit lorsqu une «dame de la ville» le séduit et lui demande de tuer sa femme pour la suivre. Entraîné par la passion il organise le meurtre, mais au moment de passer à l acte, il retrouve l amour pour sa femme. Après avoir longuement tenté de la reconquérir, ils se retrouvent enfin dans un pardon et un amour puissant. Sa prise de conscience est irréversible : il n éprouvera plus qu aversion pour cette séductrice de la ville. On peut donc s excuser en disant qu on a agi inconsciemment, montrant ainsi que l on a pris conscience d une erreur passée. La justification consiste alors à montrer son ignorance ancienne, une passion aveuglante par exemple. Cependant, agir inconsciemment peut aussi signifier que l on a agi non pas par manque d attention ou par ignorance, mais sous l action d un inconscient psychique autonome. Mais alors, si une telle instance existe, comment la concilier avec l idée de responsabilité? 3. La reconnaissance de l existence d un inconscient n est pas en contradiction avec la morale, mais au contraire la condition de sa possibilité A. La thèse freudienne : «Le moi n est pas maître en sa demeure» La grande découverte de Freud est l existence d un inconscient psychique absolument distinct de la conscience, et dont les effets peuvent même s y opposer. Car la conscience ne peut rendre compte de certains éléments d origine psychique comme les rêves, les actes manqués ou certaines maladies L hypothèse d un inconscient psychique se montre nécessaire d un point de vue théorique. D un point de vue pratique, la psychanalyse semble pouvoir guérir certaines névroses. Mais cet inconscient, à la fois activité de refoulement et réceptacle de tous ces désirs refoulés, renvoie la conscience à sa propre impuissance : nous n avons pas le contrôle total de ce que nous sommes et de ce que nous faisons ; les oublis, les névroses, les rêves, etc., sont autant de manifestations cryptées, au quotidien, de l existence de

5 désirs qui tendent à se réaliser et qui pourtant ne peuvent le faire au grand jour de la conscience. Le «moi», c est-à-dire la conscience de soi, n est plus «maître en sa demeure», autrement dit la conscience ne se confond pas avec le psychisme, et l on peut vouloir faire quelque chose et faire autre chose dans la mesure où des désirs inconscients influent sur l action. B. La psychanalyse comme condition d une éthique retrouvée Mais suffit-il alors par exemple d évoquer une pulsion meurtrière inconsciente pour échapper à sa responsabilité dans un crime? Certes non, car d abord ce jugement relève d un diagnostic psychiatrique que l on ne peut faire soi-même, et d autre part la psychanalyse ne prétend pas faire de l homme un être exclusivement dominé par ses désirs. En effet, l objectif d une psychanalyse n est pas tant de mettre au grand jour des désirs «honteux» pour pouvoir les réaliser, que de mieux se comprendre pour pouvoir concilier le principe de plaisir avec le principe de réalité. Aussi, le fait de prendre conscience de l action de l inconscient permet de se libérer de certains désirs contradictoires. Paul Ricœur décrit en ce sens l action de la psychanalyse comme une maïeutique de la liberté. Or, retrouver sa liberté est la condition même pour pouvoir agir moralement. Dire que l on a agi inconsciemment signifie qu un travail psychanalytique s est fait et que les choses ont été analysées comme étant névrotiques. S excuser est alors un acte d humilité qui encourage le pardon sans nécessairement le forcer. Conclusion La question de savoir si l on peut s excuser en disant que l on a agi inconsciemment souligne la difficulté de penser le sujet humain dans sa temporalité, dans la mesure où il peut rétrospectivement réaliser que son action n était pas bonne soit parce qu il était dépassé par des désirs inconscients, soit par ignorance. Les enjeux sont donc à la fois psychologiques, moraux et juridiques car il s agit de penser en un même homme sa responsabilité, qui subsiste à travers le temps, donc le fait de rester toujours l auteur de ses actions, et l existence d un inconscient psychique, c est-à-dire d une instance dont l activité échappe et peut faire perdre le contrôle de soi. Seule une conception de la psychanalyse comme possibilité de mettre à jour ce qui pousse à mal agir (mal dans un sens à la fois moral et qui s oppose au bonheur) permet au sujet de retrouver une maîtrise de soi, non pas par une conscience qui contrôle tout mais par la mise à jour de certaines activités inconscientes.

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html Page 1 sur 5 PHILOCOURS.COM Accueil Cours Corriges Methode Dossiers Liens Aide Perso Fiches Bac Newsletter Contact Programmes Accueil > Les Fiches du Bac > Autrui page 1 2 3 4 Autrui page créée le 01/01/2003

Plus en détail

Homosexualité féminine

Homosexualité féminine Homosexualité féminine Notre thèse n a pas pour but d aborder la question de la ménopause chez les femmes qui se déclarent homosexuelles ou qui ont pour partenaire sexuel d autres femmes. Non pas que la

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses Elucidation des lois générales qui déterminent globalement la nature des choses en tant que celle-ci est soumise au principe

Plus en détail

Ministère de la Préparation de l Epouse Glorieuse de Christ (éphesiens5 :27) ; Contact : epousedechrist@ymail.com. La Repentance :

Ministère de la Préparation de l Epouse Glorieuse de Christ (éphesiens5 :27) ; Contact : epousedechrist@ymail.com. La Repentance : La Repentance : La repentance c est se repentir, c est changer radicalement de direction sans plus revenir en arrière. C est abandonner quelque chose pour toujours. Dans la bible, nous avons une multitude

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

L interprétation du droit fiscal (cours)

L interprétation du droit fiscal (cours) L interprétation du droit fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I L interprétation du droit fiscal par le juge... 4 L absence de techniques impératives d interprétation...

Plus en détail

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga Conférence de Swami Sai Shivananda Colloque FFY 2013 De L ingénieur au maître spirituel Comme vous le savez je suis docteur

Plus en détail

Fiche sur la justice et le droit

Fiche sur la justice et le droit CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Fiche sur la justice et le droit Introduction Première piste (non traitée ici) : on associe régulièrement la justice à l égalité. Etre juste, c est donc en un sens

Plus en détail

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Le 17 octobre 2007. LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Michel ROSENFELDT Emergence du phénomène en regard des évolutions sociétales Si aujourd hui, nos sociétés considèrent la vieillesse

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents»

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» «Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» Intervention de Monsieur Gilbert Jeanvion, ancien enseignant spécialisé et psychologue scolaire, animateur au sein de l «Association des Groupes

Plus en détail

COURS DE PHILOSOPHIE. Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013

COURS DE PHILOSOPHIE. Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013 COURS DE PHILOSOPHIE Damien Theillier, Terminales S et ES Synthèse des connaissance 1 er trimestre 2013 La philosophie Le sujet Le désir La culture L histoire La raison et le réel La démonstration La vérité

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament...

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament... Table des matières Préface à l édition française... 5 1. Quelle importance?... 7 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11 3. Le canon du Nouveau Testament... 23 4. Les Évangiles...

Plus en détail

«Les marqueurs de relation»

«Les marqueurs de relation» «Les marqueurs de relation» www.colvir.net/prof/michel.durand On appelle "marqueurs de relation" ou "charnières du discours" tous les mots ou expressions auxquels on peut avoir recours pour indiquer les

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre?

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Management L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Dominique GUY Descriptif : Dans le contexte actuel de recherche d optimisation

Plus en détail

La dépendance amoureuse est universelle

La dépendance amoureuse est universelle Chapitre 1 La dépendance amoureuse est universelle Une définition de la dépendance amoureuse «Dire que j ai gâché des années de ma vie, que j ai voulu mourir, que j ai eu mon plus grand amour, pour une

Plus en détail

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service 1 Leçon 7 Aimer Dieu par l'adoration et le service Introduction Lecture : Apocalypse 4.2-11; 5.11-14 Lorsque nous disons que nous aimons quelqu un, que ce soit notre époux, un membre de la famille ou un

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 jeudi 5 septembre 2013 Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 Mme X. / Vacances Carrefour DISCUSSION Sur le moyen unique Attendu, selon l arrêt attaqué (Versailles, 8 septembre 2011),

Plus en détail

Jeudi, vendredi et samedi 19, 20 et 21 février 2015 L Auberge de la Cholotte

Jeudi, vendredi et samedi 19, 20 et 21 février 2015 L Auberge de la Cholotte Jeudi, vendredi et samedi 19, 20 et 21 février 2015 L Auberge de la Cholotte vous propose de participer aux Journées du Bonheur et de l Abondance Les journées de la Bienveillance et de la gentillesse organisées

Plus en détail

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage»

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Pour en savoir davantage : Bruno, E., Chaliès S., Euzet, J.P., Méard, J. (2007). Les règles de métier à l épreuve de la pratique de classe, l exemple

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. 1- Faire la lecture dans le livre des pages 232 à 243.

Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. 1- Faire la lecture dans le livre des pages 232 à 243. École secondaire catholique Renaissance Sophie Ouellet Les jeunes contrevenants Comprendre le droit canadien CLU3M Attentes : expliquer comment le droit criminel s applique aux jeunes. Consignes : 1- Faire

Plus en détail

L agence Style Révélation Centre de formation et Conseil en Image sur la métropole Lilloise DOSSIER DE PRESSE. Octobre 2012

L agence Style Révélation Centre de formation et Conseil en Image sur la métropole Lilloise DOSSIER DE PRESSE. Octobre 2012 L agence Style Révélation Centre de formation et Conseil en Image sur la métropole Lilloise DOSSIER DE PRESSE Octobre 2012 En résumé Stefania, directrice de l agence Style révélation décide après 17 ans

Plus en détail

SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS. Texte de Colossiens à lire. Sujets de prière pour la semaine

SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS. Texte de Colossiens à lire. Sujets de prière pour la semaine GUIDE PROTÉINÉ SEMAINE 1 23 FÉVRIER AU 1 MARS Texte de Colossiens à lire Colossiens 1.111 (Lisez ce passage chaque jour de la semaine, c est la meilleure manière de l apprendre par cœur) Sujets de prière

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence 1. Remarques introductives 1.1. Il est indéniable que, depuis Freud, des progrès ont été accomplis dans la compréhension du narcissisme de

Plus en détail

Théorie de la personnalité 20/10/03

Théorie de la personnalité 20/10/03 Théorie de la personnalité 20/10/03 Modèle théorique de la réalité psychique de Freud (subjectivité à travers des relations d intersubjectivité. Une des mauvaises qualités de cette relation est de na pas

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

cfemmes@ducotedesfemmes.asso.fr :www.ducotedesfemmes.asso.fr

cfemmes@ducotedesfemmes.asso.fr :www.ducotedesfemmes.asso.fr cfemmes@ducotedesfemmes.asso.fr :www.ducotedesfemmes.asso.fr 1 L association «Du Côté Des Femmes» de Cergy était partie civile mi-novembre aux côtés de la famille, au procès d un homme meurtrier de sa

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le

Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le Livre Blanc de la Commission européenne sur les actions en dommages et intérêts pour infraction aux règles communautaires sur les ententes

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation Table des matières Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation IX XI XII PREMIÈRE PARTIE ZOOTHÉRAPIE, MÉDIATION PAR L ANIMAL : AFFAIRE DE PROFESSIONNELS

Plus en détail

«Handicap et Emploi : Quelle est l utilité de la discrimination positive?» Café débat - mercredi 10 octobre 2012 à 20h - la Chaouée

«Handicap et Emploi : Quelle est l utilité de la discrimination positive?» Café débat - mercredi 10 octobre 2012 à 20h - la Chaouée «Handicap et Emploi : Quelle est l utilité de la discrimination positive?» Café débat - mercredi 10 octobre 2012 à 20h - la Chaouée L intitulé de la rencontre appelle à une définition des termes. Les échanges

Plus en détail

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale.

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. CODE DE DEONTOLOGIE Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. Il a pour but de fixer des points de référence éthiques et déontologiques, spécifiques à la pratique professionnelle

Plus en détail

Découvrez le secret des SMS à succès

Découvrez le secret des SMS à succès Marre de la routine et d un SMS romantique qu on envoi par automatisme? Découvrez le secret des SMS à succès Transformez votre portable en machine à séduire et augmentez votre pouvoir de séduction Dans

Plus en détail

LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi?

LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi? LA CRISE ADOLESCENTE, UNE NÉCESSITÉ DE STRUCTURE? Des signifiants qui veulent dire quoi? C est un lieu commun de nos jours que d associer adolescence et crise, comme allant presque de soi, tout naturellement,

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

Les psychologues dans les médias Une vision double, par Isabelle Kottelat, journaliste RP et psychologue du travail

Les psychologues dans les médias Une vision double, par Isabelle Kottelat, journaliste RP et psychologue du travail Assemblée générale de l AVP - Lundi 22 juin 2009 Les psychologues dans les médias Une vision double, par Isabelle Kottelat, journaliste RP et psychologue du travail Quelle visibilité ont aujourd hui les

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à :

Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à : Corpus : Allégories & Métaphore Travail présenté à : LIT455G-40 Stéphane Leclerc L opposition entre les deux personnages principaux dans Seven de David Fincher par Simon Dor Travail dû le 9 mai 2005 UQÀM

Plus en détail

Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent

Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Extrait de la publication Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Extrait de la publication Actualité des troubles

Plus en détail

Ethique du point de vue philosophique. Janette Friedrich (Université de Genève)

Ethique du point de vue philosophique. Janette Friedrich (Université de Genève) Ethique du point de vue philosophique Janette Friedrich (Université de Genève) 1. Lesquelles de nos actions ont-elles (lesquels de nos jugements ont-ils) un caractère moral? 2. La quête de justification

Plus en détail

Les limites de la liberté d'expression (diffamations, injures) dans les rapports de copropriété

Les limites de la liberté d'expression (diffamations, injures) dans les rapports de copropriété Les limites de la liberté d'expression (diffamations, injures) dans les rapports de copropriété Article juridique publié le 28/08/2015, vu 1931 fois, Auteur : Maître Valéry Montourcy Qui n a jamais connu

Plus en détail

Sujet 1 : Peut-on prouver une hypothèse scientifique?

Sujet 1 : Peut-on prouver une hypothèse scientifique? Sujet 1 : Peut-on prouver une hypothèse scientifique? Remarques sur l énoncé : Un sujet difficile car, dans cette série (L) les candidats sont souvent «fâchés» avec la science et ne disposent pas d une

Plus en détail

Présentation de PHOTOS

Présentation de PHOTOS Mesures de Contraintes Pour me présenter, je suis Alban LANGLOIS, je suis infirmier, je viens des soins somatiques (et ceci a son importance, à mes yeux, pour l expression de mon ressenti) et je suis membre

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

Animations pour adolescent-e-s et adultes

Animations pour adolescent-e-s et adultes Modalités pratiques A qui s adressent les animations? A tous-tes. Quel Prix? Gratuit. Combien de temps prévoir pour les animations? Plus ou moins 2h. Le nombre de personnes est-il limité? Non mais il est

Plus en détail

Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination

Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination Stigmatisation : stéréotype, préjugé, discrimination Marie Absil philosophe, animatrice au Centre Franco Basaglia Résumé : On parle souvent de la stigmatisation dont sont victimes les personnes qui connaissent

Plus en détail

pour la prévention de la violence

pour la prévention de la violence Réunion du réseau des centres cantonaux et communaux pour la prévention de la violence Helga Berchtold Violence des jeunes : comment épauler les parents dans leur rôle d éducateurs? 1 Généralités Nous

Plus en détail

La maltraitance des personnes âgées et/ou handicapées vue par le droit Comment le droit appréhende-t- il la maltraitance? Point important: la maltraitance ne constitue pas une notion juridique C est un

Plus en détail

Rencontres. Migrer d une langue à l'autre? Délégation générale à la langue française et aux langues de France

Rencontres. Migrer d une langue à l'autre? Délégation générale à la langue française et aux langues de France Rencontres 25.09.13 Migrer d une langue à l'autre? Délégation générale à la langue française et aux langues de France Entretien de avec À l'occasion de la Journée d'étude du 25 septembre 2013 Cité nationale

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/678 Présidente : Mme FONTAINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 20 Août 2008 PARTIES DEVANT

Plus en détail

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers. Numéro du rôle : 4723 Arrêt n 8/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. Psychologie clinique - psychopathologie

INTRODUCTION. 1. Psychologie clinique - psychopathologie INTRODUCTION «Parano», «hystérique», «mégalo», «maniaque», «pervers», «maso», «sado-maso» sont des termes utilisés dans le langage courant, souvent connotés négativement. Or, ces termes désignent en psychopathologie

Plus en détail

Quatrième Groupe O.P.L.F. Paris le 3 février 2006 19 Boulevard Montmartre 75002 Paris

Quatrième Groupe O.P.L.F. Paris le 3 février 2006 19 Boulevard Montmartre 75002 Paris Quatrième Groupe O.P.L.F. Paris le 3 février 2006 19 Boulevard Montmartre 75002 Paris à Monsieur le docteur Basset Sous-directeur de la D.G.S. Monsieur le docteur Basset, Comme l ensemble des Sociétés

Plus en détail

«L'Homme et l'argent»

«L'Homme et l'argent» Extraits choisis du livre : «L'Homme et l'argent» De Jacques Elul La fuite de l'homme dans le système pour éviter la question personnele Concernant l'argent tout se passe comme si chacun n'avait absolument

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 SOMMAIRE Avant-propos... 15 Introduction générale. Présentation de la méthode de «causalité»... 19 PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 CHAPITRE I Nous

Plus en détail

Une éducation à l orientation identique pour les filles et les garçons?

Une éducation à l orientation identique pour les filles et les garçons? Une éducation à l orientation identique pour les filles et les garçons? Séquence de français en classe de seconde, et séquence d accompagnement personnalisé dans cette même classe. Ce document vient en

Plus en détail

Soirée de la Coopération

Soirée de la Coopération APAP Soiée de la coopération Juin 2013 Soirée de la Coopération Une expérience unique de rencontre, d échange et de débat En quelques mots Un thème La coopération Une date Juin 2013 Un lieu La maison des

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

1 Les centres: centres d intelligence pour nous relier au monde extérieur:

1 Les centres: centres d intelligence pour nous relier au monde extérieur: Généralités Le mot "Ennéagramme" vient de deux mots grecs signifiant neuf (ennea) et points (grammos). En effet, l'ennéagramme est à l'origine un symbole, constitué de neuf points également répartis sur

Plus en détail

INTERPRÉTER L ENFANT

INTERPRÉTER L ENFANT INTERPRÉTER L ENFANT par Jacques-Alain Miller Quel titre donner à la prochaine Journée de l Institut de l Enfant qui se tiendra en 2015*? Ce qui m a guidé, c est une chose très simple. Ayant passé beaucoup

Plus en détail

CHRETIEN FACE A L ARGENT

CHRETIEN FACE A L ARGENT Vendredi 17 janvier 2003 Saint-Philippe du Roule CHRETIEN FACE A L ARGENT François VILLEROY de GALHAU Administrateur des Semaines Sociale de France François Villeroy de Galhau 1 a introduit sa conférence

Plus en détail

Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel...

Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel... Comment articuler «accompagnement spirituel» et «sciences humaines»? Un livre de Christine Aulenbacher et Robert Moldo Ni coach, ni thérapeute, ni gourou! L accompagnateur spirituel, un guide fraternel...

Plus en détail

C est quoi les T.C.A??

C est quoi les T.C.A?? C est quoi les T.C.A?? Par T.C.A : Trouble du Comportement Alimentaire ou Trouble de la Conduite Alimentaire, on désigne l Anorexie, la Boulimie et l Hyperphagie. Ils parlent d une histoire difficile avec

Plus en détail

Les Ateliers Saussure de Bœspflug & Associés Jeudi 15 décembre 2011 «Comment l argent et les biens structurent-ils nos relations?»

Les Ateliers Saussure de Bœspflug & Associés Jeudi 15 décembre 2011 «Comment l argent et les biens structurent-ils nos relations?» Bœspflug & Associés Conseils opérationnels 71-73, rue de Saussure, 75017 Paris Tél : 01 56 79 08 00 Fax : 01 56 79 08 01 Les Ateliers Saussure de Bœspflug & Associés Jeudi 15 décembre 2011 «Comment l argent

Plus en détail

L Europe contre la gauche

L Europe contre la gauche GEORGES SARRE Référendum L Europe contre la gauche, 2005 ISBN : 2-7081-3322-5 Introduction DIRE LA VÉRITÉ! Disons-le clairement : la nation française est menacée en tant que projet politique. Les considérations

Plus en détail

Exercice supplémentaire A TEXTE et QUESTIONNAIRE

Exercice supplémentaire A TEXTE et QUESTIONNAIRE FRANÇAIS FRA-1032 COMPRÉHENSION EN LECTURE DOMINANTE EXPRESSIVE Exercice supplémentaire A TEXTE et QUESTIONNAIRE NE PAS ÉCRIRE SUR CE DOCUMENT Version de janvier 2005 Rédigé par Claudine Bellefleur Centre

Plus en détail

La lettre de la S.C.B.

La lettre de la S.C.B. Octobre 2015 Nume ro 5 Les conséquences des décrets «Magendie» sur la responsabilité civile professionnelle des avocats Introduction La lettre de la S.C.B. Les décrets Magendie, depuis leur entrée en vigueur

Plus en détail

Réflexion sur votre identité culturelle

Réflexion sur votre identité culturelle Réflexion sur votre identité culturelle Objectifs : Comprendre les idées principales d un texte sur l interculturel ; approfondir la notion d identité. Thème : L identité culturelle Durée de l activité

Plus en détail

L entretien de réprimande Définition, But et objectif

L entretien de réprimande Définition, But et objectif L entretien de réprimande ème année SIGF 4 Réalisé par : HASSOU Salma LACHGAR Amina Année universitaire : 2012/2013 INTRODUCTION Vous est-il déjà arrivé de faire prendre conscience à l un de vos proches

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE N 1100754 Mme Marie-Line A... M. Sauton Rapporteur M. Porcher Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Basse-Terre

Plus en détail

Les marques refl ètent-elles qui nous sommes ou qui nous voudrions être? Tentent-elles de nous séduire ou de nous aider?

Les marques refl ètent-elles qui nous sommes ou qui nous voudrions être? Tentent-elles de nous séduire ou de nous aider? Introduction Ces marques qui vous gouvernent a pour objectif de vous aider à comprendre ce qui déclenche véritablement l envie d acheter : pour quelle raison inconsciente une publicité, un slogan ou un

Plus en détail

Olivier BELLOC. Intervention Entraîneur Fédéral

Olivier BELLOC. Intervention Entraîneur Fédéral Olivier BELLOC Intervention Entraîneur Fédéral COMMENTAIRE Une des premières version du document d Olivier avait été présenté dans le numéro 23 de 4H. Mais comme tout bon formateur, l auteur fait quelquefois

Plus en détail

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison?

2. La police peut-elle m arrêter et m interroger sans raison? Chapitre 2 : La police Partie 1: Contact avec la police 1. Quand puis-je être en contact avec la police? La police pourrait entrer en contact avec toi si elle a des motifs raisonnables de croire que tu

Plus en détail

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle EXPOSE : La Communication Interpersonnelle Introduction : Tout activité humaine est communication, elle est partout, elle est inévitable. Elle a lieu avec des individus, des groupes, des objets ; à l occasion

Plus en détail

Introduction. De la Gestalt à la Gestalt-thérapie

Introduction. De la Gestalt à la Gestalt-thérapie Introduction De la Gestalt à la Gestalt-thérapie QUI DIT PSYCHOTHÉRAPIE pense à une cure, un traitement, un soin. Mais si la Gestalt-thérapie s occupe de soigner, que soignet-elle? Elle s intéresse à la

Plus en détail

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond.

Intime : L intime se définit comme ce qui est contenu au plus profond d un être ou comme ce qui lie étroitement par ce qu il y a de plus profond. Présentation du travail fait par le comité éthique de l Association La Compassion sur «protection de l intimité et respect de l expression de la sexualité des Résidants» Mme Mérieau D., directrice adjointe

Plus en détail

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec

L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR. Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec L A DÉFINITION DE LA BEAUTÉ U NE RELECTURE DE L HIPPIAS M AJEUR EN COMPAGNIE D ARISTOTE Louis Brunet, professeur Cégep de Sainte-Foy Québec QUELLE EST LA DÉFINITION DE LA BEAUTÉ, pour Aristote? À parcourir

Plus en détail

Pardonner l impardonnable?

Pardonner l impardonnable? Pardonner l impardonnable? Jean-René Moret 1 er novembre 2015 Je vais aborder ce thème en 3 parties : une réflexion sur le pardon et la notion de l impardonnable, sur le plan humain. Ensuite, comme chrétien

Plus en détail

Témoignage d'une personne du territoire ayant vécu la maladie

Témoignage d'une personne du territoire ayant vécu la maladie Témoignage d'une personne du territoire ayant vécu la maladie Voici deux ans que je suis à la retraite, mon mari va prendre sa retraite en septembre prochain, nous allons pouvoir en profiter à deux ; tout

Plus en détail

Par le frère Karim Zentici diplomé de l'université islamique de Médine

Par le frère Karim Zentici diplomé de l'université islamique de Médine 1 Par le frère Karim Zentici diplomé de l'université islamique de Médine 2 Sha bân Ô Allah! Bénis-nous les mois de Rajab et de Sha bân et fais-nous parvenir au mois du Ramadhan! Louange à Allah! Que les

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 POLITIQUE Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 Adoptée par le conseil d administration le 24 novembre 2011 En vigueur le 24-11-2011 Note : Dans ce document, le générique

Plus en détail

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 2013 Rédigé par : France Riel RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 Conférencier : Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. Lieu : Hôtel DeVille, Salle Osisko Page 2 I l faut voir, pour le croire. Ceci est une

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1 Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 Introduction Introduction : les requêtes spirituelles de Paul 1. Fortifier l homme intérieur, 2. Christ

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS C est avec beaucoup de plaisir, monsieur le Bâtonnier FOUQUET, que j ai reçu, comme vous, monsieur le Premier Président, la nouvelle de ce que cette année, les jeunes

Plus en détail

Adolescence et diabète

Adolescence et diabète Adolescence et diabète te Dr Christine CANSELIET Pédopsychiatre Maison des Adolescents «Kaz ados ados» Adolescence S est modifiée selon les époques et les lieu. En France : débute vers 11-13 ans et se

Plus en détail

Le mémento du référé précontractuel

Le mémento du référé précontractuel Aldo Sevino Le mémento du référé précontractuel Procédure, moyens et jurisprudence Éditions Eyrolles, 2008, ISBN 978-2-212-12260-2 ANNEXE 1 MODÈLES D ACTES 1 Exemple de demande de renseignements à la collectivité

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Annexe I : Hiérarchie des remèdes et hiérarchie des causes..26

TABLE DES MATIERES. Annexe I : Hiérarchie des remèdes et hiérarchie des causes..26 TABLE DES MATIERES Mini-Préface..... 7 Avant-propos un peu inconfortable...9 INTRODUCTION : La Pyramide de la Guérison Peut-on guérir d exister? 21 Dessin Pyramide de la Guérison..25 Annexe I : Hiérarchie

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail