DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?"

Transcription

1 DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notamment celles figurant dans le dossier ; - de rédiger en utilisant le vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la question, en organisant le développement sous la forme d'un plan cohérent qui ménage l'équilibre des parties. Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DOCUMENT 1 Les effets attendus d'une relance budgétaire Création d emplois publics Hausse des prestations sociales Hausse de la FBCF publique Aide à la FBCF privée Hausse de la consommation Relance de l activité Hausse de l investissement Accroissement des revenus Création d emplois Baisse des coûts fixes unitaires Augmentation des rentrées fiscales Réduction des déficits publics DOCUMENT 2 Taux directeurs des banques centrales des Etats-Unis (Fed), de la zone euro (Repo), de l Angleterre (BoE) et du Japon (BoJ) (en %)

2 DOCUMENT 3 Perspectives de l économie des pays de l OCDE après la crise de DOCUMENT 4 (Source : OCDE 2012) Déficit public Nouveaux emprunts Hausse du stock de la dette Hausse de la charge de la dette Hausse du taux d intérêt Effet d éviction Hausse de l épargne Hausse des dépenses publiques Baisse de l investissement Baisse de la consommation Baisse de la croissance et des recettes fiscales

3 POLITIQUE DE RELANCE ET CHOC DE DEMANDE NEGATIF Introduction : Amorce = En 2008, les Etats-Unis ont fait face à une crise financière sans précédent depuis la crise de 1929 : la crise des subprimes. Le krach boursier et immobilier et la faillite de grandes banques vont provoquer une crise de confiance se répercutant dans la sphère réelle et alimenter une récession dans la plupart des pays développés. Les principaux déterminants de la demande sont en baisse que ce soit la consommation des ménages, l investissement des entreprises ou le commerce extérieur. Cette crise financière fait l effet d un choc de demande négatif, c est-à-dire une modification imprévue du niveau de la demande agrégée. En réaction au ralentissement de la croissance du PIB et au développement rapide du chômage, les Etats du G20 vont mener ensemble des politiques de relance contra-cycliques. Problématique = Ces politiques de relance de la croissance d inspiration keynésienne, qui consistent à accroître les dépenses publiques et le déficit budgétaire de l Etat, ont-elles encore une influence positive sur les grands équilibres macroéconomiques qui dépendent de plus en plus de la situation de l'économie mondiale? Quelles sont les contraintes rencontrées? A quelles conditions ces plans de relance peuvent-ils réussir? Annonce du plan = Après avoir analysé les effets positifs attendus d une politique de relance, nous montrerons que ses effets dépendent de la situation économique des pays. 1 Les effets positifs attendus d une politique de relance face à un choc de demande négatif A Les outils de la politique de relance Phrase introductive = La récession de a conduit le taux de chômage dans les pays développés à un niveau record depuis la seconde guerre mondiale. Après la crise de 1929, Keynes a montré que le marché n était pas capable de revenir spontanément à un équilibre de plein-emploi. Seul l Etat a les moyens de relancer l activité économique à l aide de la politique budgétaire et de la politique monétaire. Une politique budgétaire expansive consiste à augmenter les dépenses publiques ou à diminuer les impôts de telle façon que le solde budgétaire (recettes fiscales dépenses publiques) devienne négatif. En général, lors d une récession les recettes fiscales diminuent (moins de TVA due à la baisse des ventes ) et les dépenses sociales augmentent (aides aux chômeurs, aux entreprises en difficulté ) ce qui fait jouer les stabilisateurs automatiques. Mais, lorsque la récession est profonde, l Etat doit aller plus loin en utilisant deux canaux de transmission : La relance de la consommation des ménages qui ont une forte propension marginale à consommer. En augmentant le montant des aides sociales ou en augmentant le niveau du Smic, l Etat est sûr que les ménages modestes vont utiliser en quasi-totalité cette augmentation de revenus pour accroître leur consommation. Les entreprises qui vont recevoir ces nouvelles commandes vont à leur tour distribuer des revenus à leurs salariés et embaucher pour faire face à la demande. Le multiplicateur de dépense est enclenché. Il est d autant plus fort que la propension marginale (calculée sur l augmentation du revenu) est forte (Doc 1). La relance des investissements privés et publics est un canal plus long à mettre en place mais tout aussi efficace. L Etat peut subventionner ou exonérer d impôt les entreprises qui investissent ou lancer une politique de grands travaux favorisant les infrastructures publiques. Là encore le multiplicateur d investissement va provoquer une hausse des dépenses plus que proportionnelle à la dépense initiale de l Etat (Doc 1). Si l augmentation de la demande ne peut être satisfaite par le stock de capital fixe existant, les entreprises seront contraintes de faire des investissements de capacité qui accélèreront la croissance et la création d emploi. Une politique monétaire extensive consiste, pour la Banque centrale, à injecter des liquidités dans l économie et à diminuer le taux d intérêt directeur, c est-à-dire le prix de la monnaie centrale. Pour Keynes, la monnaie n est pas neutre. Elle a un rôle actif à jouer dans l économie. En achetant des titres aux banques ou en diminuant le taux d intérêt qu elle demande aux banques pour leur refinancement, elle leur fournit les moyens de relancer le crédit. En effet, les banques vont répercuter la baisse du taux directeur sur leurs propres taux ce qui devrait inciter les entreprises et les consommateurs à recourir davantage aux crédits pour consommer et investir (Doc 2). Phrase de transition = La politique de relance consiste donc, par le bais de dépenses publiques supplémentaires et par le biais d une hausse des crédits, à gonfler la demande de telle façon que le niveau de production permette le plein-emploi de la maind œuvre. Ainsi, s il manque 100 milliards d euros de demande pour atteindre le plein emploi et si le multiplicateur est de 4, l Etat n aura qu à injecter 25 milliards d euros pour éliminer le chômage. Quels ont été les effets des plans de relance initiés en 2008? B ont permis d éviter que la récession ne dégénère en dépression Phrase introductive = La relance concertée des pays du G20 n impliquait pas l utilisation de moyens communs pour faire face à la récession mais des politiques budgétaires et monétaires expansives nationales concomitantes. La relance a été beaucoup plus forte aux Etats-Unis, en Chine ou au Japon que dans la zone euro. Quel a été le résultat de cette politique de relance mise en place au niveau mondial? Le déficit budgétaire des pays de l OCDE s est fortement creusé : il a progressé de 5 points entre le déficit moyen d avant la crise, qui représentait en moyenne 2,8% du PIB, et le déficit de 2010 qui est passé à 7,7% du PIB. La croissance des dépenses publiques a eu un effet bénéfique puisqu on constate, en 2010, une reprise de l activité qui profite plus au Japon (le PIB a augmenté de 4,5% soit 4 points de plus que dans la période précédente) et aux Etats-Unis (la croissance atteint 3% soit 1,3 point de mieux) qu à la zone euro (la croissance atteint 2,4% soit 0,7 point de mieux). Cette reprise a permis une stabilisation du taux de chômage mais pas une baisse : 8% des actifs sont au chômage dans les pays de l OCDE de 2010 à 2012 avec de grosses différences entre les pays de la zone euro (Doc 3).

4 Les taux directeurs des banques centrales ont également diminué rapidement et fortement : celui de la Fed baisse de 5% à 0,5% entre 2008 et 2009 et celui de la BCE de 4% à 1%, soit à des niveaux très faibles (Doc 2). Les banques centrales ont même adopté des mesures non conventionnelles consistant à acheter massivement des titres pour injecter des liquidités ce qui revient à imprimer massivement des billets, comme au Japon, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Ceci n'est pas sans danger. Les économistes pointent le risque de bulles spéculatives, ou d'un retour de l'inflation si l'économie revient au pleinemploi. Cependant, cette injection de liquidités était nécessaire si on voulait éviter le «credit crunch» c est-à-dire le rationnement du crédit qui aurait paralysé toutes les activités économiques. Conclusion partielle = Les politiques de relance menées en 2008 étaient indispensables pour éviter que la récession se transforme en une crise de grande ampleur. Les gouvernements ont retenu la leçon de la crise de Cependant, les résultats n ont pas été à la hauteur des effets attendus par la théorie. Comment peut-on expliquer cette insuffisance? 2 Se sont heurtés à un certain nombre de contraintes économiques et institutionnelles A La contrainte budgétaire Phrase introductive = La reprise a été insuffisante pour retrouver le plein-emploi. En effet, la croissance effective est restée inférieure à la croissance potentielle : le PIB effectif est inférieur de près de 3% au PIB potentiel ce qui explique le niveau de chômage élevé puisqu on ne mobilise pas tous les travailleurs disponibles (Doc 3). Comment expliquer ce relatif insuccès? Les déficits publics ont aggravés considérablement l endettement public. En théorie, la relance devrait mettre fin au déficit initial car la reprise de la croissance fournit de nouvelles ressources fiscales (plus de TVA à suite de l augmentation de la consommation, plus d impôt sur le revenu et le bénéfice à la suite de l enrichissement des agents économiques) et diminue les dépenses sociales (moins de chômeurs et moins de pauvres à prendre en charge) (Doc 1). En réalité, les pays étaient déjà endettés depuis des dizaines d années et les déficits publics liés à la relance ont ajouté de la dette à la dette (Doc 4). Keynes considérait que le déficit budgétaire n était qu une mesure à court terme et prenait fin dès le retour au plein emploi. Or, les déficits sont devenus structurels et non plus conjoncturels. Les agents économiques ont anticipé les difficultés des Etats les plus fragiles. Les agents financiers, qui prêtent aux Etats en achetant les titres des emprunts publics (bons du trésor, obligations d Etat), ont exigé des taux d intérêt prohibitifs aux Etats des pays les plus vulnérables (Grèce, Espagne, Portugal, Irlande ) ce qui a eu pour effet d empêcher les entreprises de ces pays d emprunter pour investir (effet d éviction). Les ménages anticipent une augmentation des impôts nécessaires pour réduire le déficit et l endettement publics. Ils vont donc épargner au lieu de consommer ce qui va ralentir la croissance. Enfin, les entreprises anticipant un ralentissement vont freiner leurs projets d investissement (Doc 4). Dès 2011, on observe une baisse de la croissance dans les pays de l OCDE et même une récession en 2012 dans la zone euro (Doc 3). A cela s ajoute les contraintes budgétaires propres à la zone euro. Elle s'est construite à partir d'un pacte de stabilité contraignant. Pour éviter toute relance de l'inflation, qui aurait remise en cause la stabilité des taux de changes, les pays européens se sont engagés à Maastricht (1992) puis à Amsterdam (1997) à avoir un déficit public inférieur à 3% du PIB, à atteindre l'équilibre budgétaire en période de forte croissance et à réduire leur endettement public en dessous de 60% du PIB. Ceci a été réaffirmé par le «traité budgétaire européen» et la «règle d or». Une telle contrainte empêche toute politique volontaire de relance au niveau des États lorsque l Etat est déjà déficitaire. En conséquence, les Etats de la zone euro se sont lancés dans des politiques d austérité en réduisant drastiquement leurs déficits budgétaires pour réduire la charge de la dette (Doc 4) ce qui a enclenché un multiplicateur négatif entretenant la récession et la hausse du chômage (Doc 3). B La contrainte extérieure Phrase introductive = Dans une économie mondialisée, toute relance dans un seul pays se traduit par un déficit extérieur pour ce dernier car une partie des dépenses nouvelles se porte sur des biens importés. C est ce qui s est passé pour la relance Chirac en 1975 et la relance Mauroy en Cette contrainte extérieure aurait dû être évitée par la relance conjointe. Pourtant, ce n est pas ce qui s est passé. Pour quelles raisons? Tous les pays ne sont pas compétitifs. L Allemagne, la Chine, les pays nordiques ont su profiter de la relance en augmentant leurs exportations plus rapidement que leurs importations parce que leurs biens étaient compétitifs soit au niveau des prix (Les produits chinois), soit au niveau de la qualité ou de la bonne adaptation à la demande (l Allemagne). Ces pays ont pu sortir plus rapidement de la récession de et diminuer leur taux de chômage au détriment des autres pays de la Zone Euro (la France, l Europe du Sud) qui ont vu leur solde extérieur se dégrader et devenir négatif parce qu ils n étaient pas compétitifs. En conséquence, dans une économie mondialisée, seuls les pays qui ont un excédent budgétaire et un excédent extérieur peuvent lancer un plan de relance avec succès. L Allemagne aurait pu jouer ce rôle dans la zone euro mais, pour des raisons historiques (l Allemagne a encore le souvenir de l hyperinflation des années 1920) et des raisons idéologiques (les dirigeants allemands adhèrent à la théorie libérale), elle n a pas voulu jouer ce rôle dans la zone euro. En revanche, la Chine n a pas hésité en 2012 à jouer de la relance pour dynamiser sa croissance. Enfin, les Etats ont adopté des politiques de change différentes. Le dollar, sous l influence des fortes émissions monétaires et de la baisse des taux d intérêt directeurs a vu sa valeur baisser vis-à-vis de l euro, du yen et du yuan ce qui a favorisé les exportations américaines. Les japonais viennent, en 2013, de faire baisser le cours du yen pour rendre leurs produits plus compétitifs Seule la zone euro n a pas de politique de change et laisse sa monnaie fluctuer sur le marché des changes au gré de l offre et de la demande. Conclusion : Rappel de la démonstration = Les plans de relance menés par les Etat du G20 suite à la crise de 2008 n ont pas obtenu les effets attendus. Certes, ils ont atténué les effets de la crise mais ils ont développé des difficultés financières auxquelles les Etats ont du mal à faire face aujourd hui et qui risquent de peser encore longtemps dans la gestion des finances publiques. Ouverture = Les politiques de relance sont adaptées pour le chômage conjoncturel. Quelles politiques doit-on adopter pour lutter contre le chômage structurel?

5

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

L endettement public est-il un frein à la croissance économique?

L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Marine Maréchal conférence de méthode n 7 Groupe3 finances publiques-années 90. L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Introduction : Aujourd hui l endettement public de la France

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier FICHE PAYS ITALIE : UNE LUEUR AU BOUT DU TUNNEL? Département analyse et prévision Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier trimestre de 2013 apporte une lueur d espoir à l Italie.

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Analyses Économiques 19 Nov. 2003

Analyses Économiques 19 Nov. 2003 DP N Analyses Économiques 19 Nov. 2003 Le policy-mix dans la zone euro et aux États-Unis : évolution et impact depuis 2001 1 Depuis le ralentissement de l'activité mondiale intervenu en 2001, l'économie

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

La politique monétaire

La politique monétaire Conclusion : Le problème de la neutralité monétaire La politique monétaire Introduction : qui conduit la politique monétaire? I) La dynamique de la création monétaire 1 La notion de masse monétaire 2 Comment

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

Attijariwafa bank Weekly Forex

Attijariwafa bank Weekly Forex Du 5 au 9 janvier 2009 Attijariwafa bank Weekly Forex Sommaire I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 5 janvier 2009 La zone euro est officiellement entrée en récession. 300 milliards de dollars

Plus en détail

Actualité de la dette publique dans les pays du Nord

Actualité de la dette publique dans les pays du Nord Actualité de la dette publique dans les pays du Nord D après un document d ONG (CADTM) qui se veut porteuse d un point de vue citoyen sur l endettement du sud et du nord présentation 1. La crise n est

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif

Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif Le jeudi 10 mars 2016, le Conseil des Gouverneurs de la BCE à francfort/main (ALL) sous la présidence de l italien Mario Draghi a pris

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE

4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE 4 LE CHÔMAGE SOMMAIRE Chronologie................................................. 15 Introduction................................................. 19 1. La crise la plus grave depuis 1929.............................

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

L avenir de la dette publique

L avenir de la dette publique L avenir de la dette publique Radu Nechita, de l Université de Cluj (Roumanie) est chercheur associé à l IREF. Il commente une étude sur l avenir de la dette publique présentée (en anglais) sous l égide

Plus en détail

Pourquoi le Policy-mix?

Pourquoi le Policy-mix? Lucile Brethes Céline Biarrotte Elodie Bertaud TD n 8 : Question de synthèse Pourquoi le Policy-mix? Introduction : Dans la zone Euro, depuis quelques mois et surtout depuis l appréciation de l euro par

Plus en détail

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions»

Etats Unis : «La crise économique actuelle : causes, conséquences et solutions» Introduction : Dans tous les pays capitalistes, c'est-à-dire presque tous les pays du monde car nous sommes dans société mondialisée, nous pouvons constater que l activité économique n est pas régulière,

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine

Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine Retour à la croissance des secteurs industriels et financiers, consommation à la traine Le tableau de bord de la reprise de Fidelity reflète le scénario d une amélioration de la croissance ciblée, avec

Plus en détail

Pourquoi est-il essentiel d investir?

Pourquoi est-il essentiel d investir? Pourquoi est-il essentiel d investir? L actualité économique de ces derniers mois renvoie sans cesse à l insuffisance voire l absence de croissance économique et d investissements dans les pays de la zone

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE?

FLASH ÉCONOMIE. Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE? ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE septembre 1 N 7 Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE? Le canal de transmission «normal» de la

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière

NOTRE SCENARIO. Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre. juin 2015. Conjoncture économique Conjoncture financière NOTRE SCENARIO Les dividendes de la baisse des prix pétroliers se font attendre Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2015 Philippe Brossard David Hennequin Synthèse Les dividendes de la baisse

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL

BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL BILLET D HUMEUR BOURSIERE PAR JEAN-MARC DIEHL LES PERFORMANCES L année 2013 va sans doute s achever par une performance boursière de l indice CAC 40 d environ 17,90% après un plus haut à 4356,28 pts et

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Les coupes budgétaires au Mexique

Les coupes budgétaires au Mexique Les coupes budgétaires au Mexique Le Ministère des Finances a annoncé le 31 janvier 2015 des coupes budgétaires à hauteur de 8,6 Mds USD pour l exercice 2015, soit 2,66% de la dépense publique nette prévue

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie TP d actualité économique Prof.: M. Dewatripont - C. Soil - C. Fuss Solvay Brussels School of Economics & Management ULB Année académique 2012-2013

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

MODULE 1I: MACROECONOMIE THEME II: L INTERVENTION DES POUVOIRS PUBLICS

MODULE 1I: MACROECONOMIE THEME II: L INTERVENTION DES POUVOIRS PUBLICS MODULE 1I: MACROECONOMIE THEME II: L INTERVENTION DES POUVOIRS PUBLICS INTRODUCTION Définitions Les 3 fonctions de l Etat selon R.Musgraves 1. Les 3 fonctions de l Etat I - L'ETAT REGULATEUR ECONOMIQUE

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE MARS 2015

NOTES DE CONJONCTURE MARS 2015 CONTRAT SOCIAL 31/03/2015 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE MARS 2015 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : stabilité relative Aucun événement n est venu récemment modifier de manière significative les prévisions

Plus en détail

La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires

La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires La valeur de l euro par rapport au dollar et les marchés d actifs financiers et monétaires Gilbert Koenig. L évolution de la valeur de l euro par rapport au dollar depuis 1999 semble déconnectée des «fondamentaux»

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire

avril 2011 conjoncture internationale Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer Remontée de l emploi intérimaire avril 2011 N 314 la vie économique et sociale des infrastructures dévastées, Kesennuma, 25 mars 2011 conjoncture Succession de chocs conjoncture française Se comparer pour s améliorer emploi Remontée de

Plus en détail

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014

TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Février 2015 INFORMATION La Lettre TVK FINANCE Les enseignements de la conjoncture en 2014 Dans les pays développés, la conjoncture a semblé se normaliser avec une affirmation de la croissance aux Etats-Unis

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 La compétitivité française hypothéquée par la fiscalité Dans le transport, on a coutume de dire que la fiscalité spécifique se situe dans la moyenne européenne

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

Mais pas la fin des turbulences

Mais pas la fin des turbulences Point conjoncturel d avril d 2009 Le creux de la récession r semble proche Mais pas la fin des turbulences Conférence de presse Wavre, le 22 avril 2009 1 Point conjoncturel avril 2009 Messages-cl clé Wallonie

Plus en détail

43 LES LIMITES DE L ACTION DE L'ETAT

43 LES LIMITES DE L ACTION DE L'ETAT 43 LES LIMITES DE L ACTION DE L'ETAT Introduction : 1. L intervention de l État trouve l une de ses justifications principales dans l insuffisance des mécanismes d autorégulation, ce que l on désigne souvent

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

I. Conjoncture, budget et politique budgétaire (5 + 8 + 7 = 20 pts)

I. Conjoncture, budget et politique budgétaire (5 + 8 + 7 = 20 pts) ÉPREUVE ÉCRITE Ministère de l Éducation nationale et de la Formation professionnelle EXAMEN DE FIN D ÉTUDES SECONDAIRES TECHNIQUES Division administrative et commerciale Section : CG / CC BRANCHE : ECONOMIE

Plus en détail

Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves. Jean François Goux. www.monnaie- finance.com

Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves. Jean François Goux. www.monnaie- finance.com Les difficultés de la zone euro : bilan 2012 et perspec8ves Jean François Goux www.monnaie- finance.com I Quelques repères pour situer la crise en Europe : les symptômes Les faits : Novembre 2009 mai

Plus en détail

Evaluation de l'impact réel de la crise financière

Evaluation de l'impact réel de la crise financière Evaluation de l'impact réel de la crise financière Jacques SAPIR Directeur d Études à l EHESS I. Les racines réelles de la crise financière Une crise qui vient de loin L endettement des ménages américains

Plus en détail

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 19 avril 2010 N 1 LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE Le Centre Sud a publié un rapport qui analyse les faiblesses et les

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes)

BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE. DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) BACCALAUREAT EUROPEEN 2009 ECONOMIE DATE: 9 Juin 2009 (après-midi) DUREE DE L EXAMEN : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE: Une calculette non-programmable et non graphique. REMARQUE IMPORTANTE :

Plus en détail

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E

R E V U E D E S T A B I L I T E F I N A N C I E R E Avant-propos Au cours de l année écoulée, de nombreux points de réforme fondamentaux ont abouti au sein de l Union européenne. Ces mesures, en plus de celles mises en place au niveau national, ont contribué

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession www.elections.ch FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE CONJONCTURELLE faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession Quel est le rôle de l Etat en phase de ralentissement conjoncturel? Lorsque

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*)

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les Journées de l Economie Lyon, 12-13 novembre 2009 «Comment sortir du dopage monétaire et budgétaire?» (*) les vues exprimées

Plus en détail

I. Conjoncture économique et situation de l industrie

I. Conjoncture économique et situation de l industrie I. Conjoncture économique et situation de l industrie 1. Economie : inquiétant retard français dans une économie mondiale toujours fragile Conjoncture mondiale : funambulisme monétaire et géopolitique

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 D.G.G.D.C.F Juin 2009 Table des matières 1- Environnement International et National 1.1 Environnement International

Plus en détail