Stratégie de la filière défense et sécurité en Bretagne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stratégie de la filière défense et sécurité en Bretagne"

Transcription

1

2 Stratégie de la filière défense et sécurité en Bretagne Préambule La filière dans le monde, en Europe, en France Europe et Monde France Etat des lieux de la filière Défense & Sécurité en Bretagne Structuration de la filière Les acteurs du domaine industriel : Formation, Recherche, Innovation : AFOM Vision Ambitions Enjeux pour le secteur Défense &sécurité Facteurs d évolution Enjeux Explication de la stratégie Objectifs stratégiques Actions principales Moyens Stratégie d alliance Gouvernance de la filière Clés de réussite

3 Préambule La souveraineté nationale, c est-à-dire l autonomie de décision et la liberté d action, repose sur la capacité d une nation à équiper ses forces en toute souveraineté, au niveau d autonomie et d efficacité souhaité. Parce que le marché des équipements de défense n est pas libre, un Etat pouvant refuser à son industrie d exporter, cette autonomie repose sur la disponibilité d une Base Industrielle et Technologie de Défense nationale (BITD), acquise et entretenue individuellement au niveau de chaque Etat, ou éventuellement en partenariat avec d autres nations, ce qui est par exemple le cas de la France et du Royaume Uni, dans le cadre du traité de Lancaster House signé en En France, hors programme d équipement spécifique, la puissance publique investit annuellement plus de 700 M en R&D dans la BITD à cette fin. Il est à noter que ces investissements et ces programmes d équipements permettent de voir émerger une industrie de pointe compétitive, qui participe significativement au niveau des exportations de notre pays. De même, nombre de ces études ont des retombées dans le domaine civil grâce à l application de technologies duales. Ainsi les investissements dans l aéronautique de défense ont-ils permis de voir émerger une industrie qui représente aujourd hui plus de 25 Md de chiffre d affaires majoritairement dans le civil, dont 20 Md à l export. De même, plus récemment, les investissements consentis de longue date dans le domaine naval permettent de voir émerger en France une industrie de premier plan dans le secteur des énergies marines renouvelables avec DCNS et son réseau de sous-traitants. La BITD est plus particulièrement représentée en Bretagne à travers deux filières. La filière navale et la filière électronique avec respectivement la DGA, DCNS et THALES comme maîtres d oeuvre. La part défense de la filière navale en Bretagne représente 2/3 du chiffre d affaire et 3/4 des emplois 55. L électronique de défense est très présente à Rennes, Brest et Lannion et concerne une part importante des emplois que génère la filière TIC en Bretagne. Autour de ces grands donneurs d ordres s'est tissé tout un ensemble de PME sous-traitantes, dont certaines sont largement tournées vers l export. Plus de 60 PME de très haute technologie ont déjà été identifiées par la DGA, elles sont bien souvent positionnées sur les domaines naval et/ou électronique, mais pas uniquement, comme par exemple certaines dans les technologies composites pour l aéronautique. En outre, en relation avec les grandes écoles militaires de la Région, l ENSTA Bretagne (ex- ENSIETA), l Ecole Navale et Saint-Cyr Coëtquidan, de nombreux centres de formation, d unités de recherche et de plateformes sont impliqués dans les technologies de défense. On peut citer par exemple l ENSSAT, TELECOM Bretagne, SUPELEC, l IETR, l IRMAR, l IRISA, Enfin, dans le cadre des restructurations de défense en cours, la Bretagne et plus particulièrement le bassin rennais, devient le pôle spécialisé en électronique du ministère. Il voit s y concentrer la majorité de l expertise de la DGA au sein de la division Maitrise de l Information (DGA/MI) qui regroupe les anciens CELAR et LRBA, une partie significative des effectifs de la Direction 55 Etude INSEE Bretagne

4 Interarmées des Réseaux d Infrastructure et de Système d Information de la Défense (DIRISI), ainsi que certaines unités de la guerre électronique (ETRS et 785 compagnie de guerre électronique). Afin de favoriser le développement de l industrie régionale intervenant sur les marchés civils et de défense, une convention entre le ministère de la défense et le Conseil Régional de Bretagne a été signée le 7 septembre Au-delà du rayonnement de la Région, cet accord vise à accroitre les compétences et la compétitivité des entreprises locales, notamment les PME et ETI, et à renforcer les pôles d excellence de recherche en Bretagne. La filière Défense & Sécurité ne se limite pas au secteur de l industrie de l armement. Elle intègre également d autres domaines comme ceux mentionés dans le livre blanc de la défense et de la sécurité nationale ou encore dans le cadre du programme «sécurité» du 7ème Programme cadre de recherche de l Union européenne ( ). Ceux-là concernent : la sécurité du citoyen qui recouvre la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité, le secours aux personnes, mais également la gestion de la preuve et la gestion de l identité ; la protection des infrastructures d importance vitale, des zones à régime restrictif et des réseaux ; la gestion de crise, quelle que soit son origine (malveillance, catastrophe d origine naturelle ou accidentelle) ; la surveillance des espaces maritimes, terrestres et aériens ou encore la cybersécurité. 138

5 1 La filière dans le monde, en Europe, en France 1.1- Europe et Monde Un marché mondial de première importance : En 2012, les dépenses militaires mondiales s élevaient à environ milliards d euros, en progression de plus de 50% depuis le début des années 90. Ces dépenses militaires augmentent régulièrement presque partout dans le monde, sauf en Europe occidentale et plus récemment aux Etats-Unis ; Le marché des matériels neufs est stimulé par la rapidité du progrès technologique, qui accélère l obsolescence des équipements, et par l évolution de la nature des conflits ; Les équipements «traditionnels» : avions, navires, blindés, missiles, représentent encore une part largement majoritaire de ce marché avec environ 80 % des dépenses, mais de nouveaux besoins sont en forte croissance (renseignement, cybersécurité, ). Un marché très spécifique : Les Etats ont un rôle central dans la stimulation de la demande et la régulation de l offre (planification de la R&D, contrôle à l export ). Le marché est principalement organisé sur la base de contrats noués avec les Etats ; La stratégie des entreprises est très dépendante de la situation géopolitique et des grandes orientations politiques internationales : budget défense, alliances militaires, anticipation des menaces Un protectionnisme est solidement installé dans les différentes aires géographiques du globe, mais l export est encouragé à destination des pays alliés ; Les différents acteurs de la supply chain sont fortement interdépendants dans la réalisation des contrats d armement : donneurs d ordre, systémiers, équipementiers. Les grands acteurs au niveau mondial : Forte domination américaine : 40% des dépenses, 47% des 100 plus grandes entreprises contractantes, une avance technologique incontestable et une première place à l exportation ; Des exportations dominées depuis longtemps par cinq pays, avec sur la période , la répartition suivante : Etats-Unis (48%), Russie (12%), Royaume-Uni (10,8%), France (8,6%), Israël (5%) ; En 2012, quatre grandes aires géographiques se partagent l essentiel des importations d armement : le Proche et Moyen-Orient (32,9%), l Asie (24,6%), l Europe (7,7%) et l Amérique du sud (2,8%). Sur la période , l Arabie Saoudite, l Inde et les Emirats arabes unis constituent le trio de tête des importateurs mondiaux. 139

6 Principales tendances du marché de la défense : Sous l effet de la crise économique et financière touchant principalement les pays développés, il est prévu en Europe et aux Etats Unis, une stagnation, voire une diminution des budgets de défense dans les prochaines années. Ce n est pas le cas des pays émergents, où l on attend une croissance des dépenses militaires, en particulier en Asie. A noter un effort particulier de la Russie pour moderniser ses forces armées, et rester l un des grands pays exportateurs ; On s attend à une focalisation sur des conflits locaux de faibles intensités, et une croissance des objectifs de sécurité intérieure. La croissance devrait donc se faire dans les domaines de dépense tel que les drones, la surveillance et le renseignement, le spatial, les forces d intervention ou la cybersécurité, à l inverse, les grands programmes classiques (avions, navires ou blindés) devraient stagner ; La tendance à la contraction des commandes domestiques dans les principaux pays occidentaux conduit à une concurrence plus vive sur le marché export. Les leaders du marché se montrent, en effet, particulièrement agressifs sur le plan commercial ; Dans la continuité des grandes opérations de concentrations industrielles qui ont eu lieu à la fin des années 1990, notamment aux Etats Unis, on peut s attendre à des acquisitions ou des fusions des acteurs de taille intermédiaire, notamment dans les domaines des hautes technologies et des TIC France L activité de défense a un rôle très important dans l économie nationale, que ce soit au niveau des emplois qu elle génère (estimé à ), ou de l outil l industriel qui lui est consacré. L Etat a un rôle essentiel dans ce secteur industriel, car il génère les 2/3 de la demande, et il consacre à la défense une part significative de son budget. Un cadrage clairement identifié par le livre Blanc : Le livre blanc fixe les priorités : protection du territoire et de nos concitoyens, dissuasion nucléaire, intervention extérieure, connaissance et anticipation (renseignement) et prévention ; L effort budgétaire est adapté aux objectifs, et le modèle des armées doit répondre aux besoins du pays : forces spéciales, terrestres, navales et aériennes ; Les effectifs seront ajustés au modèle des armées et l industrie de défense et de sécurité doit rester performante pour satisfaire les besoins domestiques, et conforter sa position à l export. Un secteur industriel performant qui exporte : L industrie nationale couvre l ensemble des secteurs nécessaires à la construction d un outil de défense cohérent : nucléaire, aéronautique, spatial, missile, naval, terrestre, électronique, optique et assure ainsi à la France la maîtrise de sa BITD (ce qui n empêche pas les coopérations ciblées avec d autres pays (UK)) ; 140

7 Un chiffre d affaires de 15 milliards d euros, qui emploie en France personnes dans 4000 entreprises dont de nombreuses PME et ETI emplois hautement qualifiés ; Un tiers de la production est exporté, ce qui place la France au 4 rang mondial derrière les Etats- Unis, la Russie et le Royaume-Uni. Ce niveau d exportation contribue ainsi positivement à la balance commerciale du pays et renforce les capacités d investissement et la compétitivité des industriels de la filière. Une action structurante de la Direction Générale de l Armement : Au sein du ministère de la défense, la DGA a pour mission d assurer la maitrise d ouvrage des grands programmes d armement, de préparer l avenir et de promouvoir les exportations d armement ; La DGA en quelques chiffres : personnes, 80 programmes d armement en cours, 6,3 milliards de commandes passées à l industrie en 2012, 706 millions d euros de contrats de recherche, une vingtaine d implantations en France et une présence internationale dans 20 pays ; En tant que premier acheteur public, la DGA a par ailleurs une responsabilité particulière dans l un des objectifs de l'etat, qui est de soutenir le développement des PME (mise en place du Pacte Défense PME). Des industriels leaders dans leur domaine, et des équipements de très haute technologie : EADS, THALES, DASSAULT, DCNS, SAFRAN, NEXTER, sont autant de grands industriels français leaders dans leur domaines et reconnus au niveau international ; Avion RAFALE, A400M, hélicoptères NH90 et Tigre, véhicules VBCI et CAESAR, sous-marin BARRACUDA, frégate FREMM et missile MDCN sont les principaux programmes d armement en cours. Ces grands programmes d armement constituent la base des équipements de l armée française et sont nos principaux vecteurs d exportation pour les prochaines années ; Dans le domaine de la sécurité, la France dispose de plusieurs champions sur le marché mondial : Cassidian, Thales, Oberturh, Gemalto, Keynetics, Morpho, Bull, Sources : Livre blanc de la défense 2013 Rapport au parlement sur les exportations d armement de la France (2013). Etude Xerfi, World Defence Contractors, Market Analysis Trends, september Rapport CIDEF Etat des lieux de la filière Défense & Sécurité en Bretagne 141

8 2.1 Structuration de la filière La filière défense & sécurité est plus particulièrement structurée en Bretagne autour de deux axes bien identifiés : le domaine naval et le domaine électronique. Ces deux domaines sont eux-mêmes pour une part structurés en bassin, autour de grands maîtres d oeuvre mais aussi sur l ensemble du territoire breton où l on dénombre de nombreuses PME innovantes. La présentation détaillée de la filière navale, et notamment de ses enjeux, est traitée dans la stratégie de filière Naval et Nautisme, mais les éléments généraux la concernant sont rappelés cidessous. La filière navale de défense & sécurité : La part défense de la filière navale en Bretagne représente 2/3 du chiffre d affaires et ¾ des emplois 56. Elle est organisée autour de la marine nationale, des grands industriels du secteur, des écoles et centres de formation et des services de la DGA. Cette filière est elle-même concentrée principalement autour des bassins d emplois de Brest et de Lorient, et est aussi présente sur d autres sites : Le pôle de Brest s appuie sur la présence de la marine nationale, chargée principalement de la FOST (avec les SNLE basés à l Ile Longue) et de la flotte de l Atlantique. La base, qui abrite la préfecture maritime, emploie plus de personnes. Elle est reliée à plusieurs structures d expertise ou de formation, tels le service hydrographique de la marine (SHOM) et l école navale de Lanvéoc ; Sur le même site de Brest, se situe l établissement de DCNS Brest avec près 3000 personnes, dont les fonctions sont historiquement liées aux missions locales de la marine : FOST et flotte de l atlantique. La DGA est aussi présente avec le DGA Technique naval (ex- GESMA), centre d expertise en acoustique sous-marine, ainsi que THALES avec une partie de sa division Systèmes de Mission de Défense (guerre des mines, guerre électronique, patrouille) et Surveillance Maritime (aéroportées, lutte sous la mer). Enfin, le bassin de Brest regroupe de nombreuses PME de hautes technologies spécialisées dans le domaine maritime, civil et militaire, ainsi qu une très forte concentration de centres de recherche et de formation tournés vers la mer ; Sur le pôle de Lorient, DCNS est très présente puisqu on y retrouve une grande partie de son bureau d études et l outil industriel de fabrication des navires de surface, frégates en particulier. Sur le même bassin, se situe la base aéronautique navale de Lann-Bihoué ou sont affectées plusieurs flottilles, et la base opérationnelle des fusiliers-marins et commandos de la marine. La filière électronique de défense : Elle est principalement organisée autour des services de la DGA et de THALES, et se concentre essentiellement dans les bassins de Rennes, Brest et Lannion. Le bassin de Rennes où toutes les activités sont représentées : entreprises, équipes de recherches, écoles militaires, établissements d enseignement supérieur, pôle de compétitivité, plateformes et centres d innovations technologiques. Le bassin rennais est appelé à devenir le pôle spécialisé en électronique du ministère de la défense : 56 Etude INSEE Bretagne,

9 concentration de la majorité de l expertise de la DGA au sein de sa division Maitrise de l Information (DGA/MI) soit 1200 personnes à terme, la majeure partie des effectifs de la DIRISI, ainsi qu un certain nombre d autres unités dans le domaine de la guerre électronique (ETRS et la 785 e compagnie de guerre électronique) ; Le bassin de Brest où le groupe THALES est installé depuis Outre les activités sousmarines déjà citées, on y retrouve les activités systèmes aéroportés et THALES services. A proximité de ce grand groupe, plusieurs PME sont présentes sur le marché militaire électronique, ainsi que de nombreux laboratoires et centres de recherche (TELECOM Bretagne, ENSTA Bretagne, IRENAV, ISEB par exemple). Le Pôle de Lannion, plus spécialisé dans le domaine de la photonique. Cette filière bretonne doit son émergence dans les années 80 à la présence de grands groupes télécoms (France Télécom et Alcatel) et un laboratoire CNRS (FOTON) implantés à Lannion et qui ont largement essaimé à partir des années 90 pour donner naissance à de nombreuses PME/ETI (ixblue, Keopsys, Quantel, 3S Photonics, Oxxius, Idil, Kerdry ) bien référencées dans le domaine de la défense et dont l activité ne se limite pas au secteur des télécommunications. 2.2 Les acteurs du domaine industriel : Cinquième région industrielle de France, la Bretagne a de tout temps représenté une place forte sur l échiquier maritime et militaire de la nation. Elle est aujourd hui une composante majeure des axes de développement d une filière défense & sécurité et regroupe plus de 500 acteurs ayant une activité totale ou partielle en lien avec le secteur de la défense : Marine Nationale, DGA, grandes entreprises, PME et ETI, centres de recherche et de formation, clusters et pôles de compétitivité. Les grands industriels et donneurs d ordres : DCNS : groupe international leader dans le domaine de l armement naval, DCNS existe sous sa forme actuelle depuis Le groupe, qui emploie personnes, dont 4000 en Bretagne principalement sur les sites de Brest et Lorient, est mondialement reconnu pour son savoir-faire dans la conception, la construction et l entretien des navires militaires, de surfaces ou sous-marins. En 2011, DCNS a réalisé un chiffre d affaires de 2,6 Mds, et a travaillé pour plus de 50 marines clientes à travers le monde ; THALES : référence mondiale du High-tech, THALES est présent dans 56 pays et se positionne sur des marchés de pointe : défense, sécurité, espace, aéronautique, technologie de l information. Au niveau mondial, THALES représentait un effectif de personnes fin 2011, pour un chiffre d affaires de 14 Mds, dont 60% sont assurés par les activités défense et sécurité. Le groupe est installé à Brest depuis 1963 avec un effectif de 1600 personnes dont 1000 ingénieurs et cadres, le groupe est présent par trois entités juridiques : systèmes aéroportés (TSA), systèmes sous-marins (TUS) et THALES Services ; La DGA : La Direction Générale de l Armement a pour mission d assurer la maîtrise d ouvrage des grands programmes d armement, de préparer l avenir et de promouvoir les exportations d armement. Elle est l un des plus grands donneurs d ordres français et, outre les commandes d équipements qu elle notifie en général aux grands industriels du secteur, elle engage plus de 700 M de contrats de R&D chaque année avec les grandes entreprises, mais aussi les ETI et PME et les centres de recherche. La DGA a deux 143

10 implantations en Bretagne, l une majeure à Rennes avec DGA MI qui regroupe les anciens CELAR et LRBA, et traite les sujets très complexes de télécom, sécurité des systèmes d information, composants électroniques, guerre électronique et optronique, utilisation du spectre des fréquences, systèmes de renseignement, navigation, systèmes de missiles et l autre à Brest avec DGA technique navale (ex-gesma), spécialisé dans l acoustique sousmarine et la guerre des mines. Un réseau de PME au service de la défense : 440 entreprises bretonnes sont liées de près ou de loin au secteur de la défense. Parmi elles, plus de la moitié a pour activité principale la production industrielle et se positionne principalement dans les domaines suivants : télécoms (19,1 %), défense (16,6%), aéronautique (8,6%), naval (6,8%), informatique (6,2%), électronique (5,5%), ou photonique/capteurs (4,3%) ; La force de ce réseau repose sur le caractère dynamique et innovant de ses applications. Ainsi, les entreprises bretonnes sont fortement présentes sur les technologies clés de demain, telles que identifiées par le Ministère de l industrie : transmission de données, systèmes complexes, matériaux composites, TIC, photonique et cybersécurité notamment. Des structures d accompagnement et de développement, partenaires de BDI : Bretagne Développement Innovation (BDI) élabore avec les structures partenaires les grandes orientations stragégiques de l innovation et du développement industriel de la Région et s appuie sur ces dernières pour la déclinaison opérationnelle de cette stratégie, en particulier : Les Pôles de compétitivité Images et Réseau et Mer Bretagne, tous les deux créés en 2005, ont permis de dynamiser leur secteur d activité en Bretagne. Regroupant de nombreux adhérents, PME, grands groupes, centres de recherche et structures de développement, ils ont su mettre en place des réseaux professionnels organisés et très actifs. Depuis 2005, de nombreux projets ont donné lieu à des travaux de recherche et développement, favorisant ainsi la conquête de nouveaux marchés ; Des structures orientées sur des filières industrielles : Bretagne Pôle Naval (BPN) pour le secteur naval et les énergies marines renouvelables, IEF AERO dans le secteur de l aérospatial sécurité défense, l E.D.E.N dans le domaine de la défense sécurité sûreté, la MEITO pour la filière ETIC et Photonics Bretagne dans domaine de la photonique et tout récemment IRT B-Com dans les secteurs mentionnés supra mais aussi dans celui du médical. Ces différentes structures ont pour ambition de favoriser collectivement le développement industriel dans ces secteurs. 2.3 Formation, Recherche, Innovation : Contexte : une recherche bretonne dynamique et diversifiée : La recherche, privée et publique, constitue une activité essentielle en Bretagne. 6e région française pour la création d entreprises innovantes et 4e région française pour les dépôts de brevets, elle se concentre principalement sur 4 pôles géographiques ainsi répartis : Rennes, Brest - Quimper - Roscoff, Lorient - Vannes, Saint-Brieuc - Lannion. Quatre domaines occupent une place privilégiée et reconnue au niveau international : 144

11 - Les sciences et technologies de l information et de la communication ; - Les sciences et technologies de la mer ; - L agriculture et l agroalimentaire ; - Les sciences et technologies de la santé. Les deux premiers domaines (TIC et Mer) concernent directement le secteur de la défense. Mais les synergies potentielles sont nombreuses dans les deux autres domaines (environnement sévère par exemple pour le premier ou encore l imagerie médicale pour le second). Des grandes écoles et une université de réputation mondiale. De grandes écoles militaires françaises sont localisées en Bretagne : L ENSTA Bretagne, école d ingénieur spécialisée dans les domaines de l industrie, l Ecole Navale qui assure la formation des officiers de la marine, et le groupe des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan dont dépend l Ecole Spéciale Militaire. L ENSTA et l Ecole Navale disposent chacune d un important centre de recherche, traitant en particulier des problématiques touchant la défense. L ETRS à Rennes a de son coté regroupé en 2009 les écoles de transmission du ministère de la défense ; SUPELEC, l ENS de Cachan/Bruz et l INSA à Rennes, Télécom Bretagne, l ENIB, et l ISEB à Brest, l ENSSAT à Lannion. Toutes ces grandes écoles d ingénieurs abordent des sujets liés à la défense, et en particulier les TIC. Elles disposent elles aussi de laboratoires de recherche performants et engagent souvent des contrats de recherche en coopération avec la DGA et les industriels de la défense ; Plusieurs instituts et laboratoires de recherche, membres de l Université Européenne de Bretagne (UEB) sont spécialisés dans le domaine des TIC. C est le cas en particulier à Rennes, Lannion et Brest, avec L IETR (Electronique et télécoms), l IRMAR (mathématique et cryptographie), l IRISA (informatique et traitement du signal), l IPR (matériaux et photonique), FOTON (photonique), EVC (verres), le LSOL (laser) ou le Lab-STICC (capteurs et traitement). Toutes ces entités renforcent la Bretagne dans le secteur de l électronique et la photonique ; Des plates-formes spécialisées, en lien avec des écoles d ingénieurs et des clusters industriels se sont développées en Bretagne. C est le cas de la plateforme technologique PERFOS à Lannion, en relation étroite avec PHOTONICS Bretagne et FOTON, ou de PERDYN à Brest, à proximité de TELECOM Bretagne et de l ENIB. Des entreprises bretonnes fortement présentes sur les technologies-clés de demain : Transmission des données (28% des entreprises) : réseaux haut débit, technologies sans fil, optoélectronique : Systèmes (27% des entreprises) : ingénierie de systèmes complexes, interface hommemachine, mécatronique ; Matériaux (8% des entreprises) : composites, nanomatériaux ; TIC (8% des entreprises) : logiciel embarqué. 3 - AFOM 145

12 ATOUTS FAIBLESSES FILIERE ELECTRONIQUE DE DEFENSE Une remarquable compétence photonique regroupée sur le site de Lannion, mais aussi présent sur le reste du territoire (en particulier Brest et Rennes), avec de nombreuses PME/ETI, écoles et laboratoires. Des donneurs d ordres localisés en Bretagne. Le poids des TIC dans l économie régionale, notamment à Rennes, Brest et Lannion, et des relations historiques et privilégiées avec la DGA dans ce domaine. Une véritable expertise dans les technologies clés des TIC et deux grands maître d oeuvre sur ce secteur : THALES et DGA/MI. Un réseau de PME structurées par IEF Aero en liaison avec le GIFAS/SPACE sur le secteur de l ASD (aéronautique, spacial, électronique de défense et de sécurité), et un grand donneur d ordre impliqué : THALES. Un vrai savoir-faire des PME régionales sur plusieurs secteurs recherchés par les grands industriels : aéronautique et spatial, environnement sévère, ETIC, Cyber, photonique Une base industrie/recherche/formation très pertinente (DGA, PME, laboratoires) dans le secteur prometteur de la cybersécurité et une volonté publique (Etat et Région) très propice. Un système de recherche et formation supérieure très développé en Bretagne. Nombreuses coopérations entre industries et laboratoires de recherche. Bonne dynamique des structures d accompagnement et des dispositifs de financement bien adaptés : FUI, RAPID, ASTRID. La volonté du MINDEF de favoriser l accès des marchés militaires aux PME : lancement du Pacte Défense PME, et mise en place de relais en Régions (PRED). Des PME bretonnes bien implantées sur les technologies de demain Des bases militaires et des écoles militaires de référence sur le territoire. FILIERE NAVALE DE DEFENSE Une leader industriel mondial, DCNS, largement implanté en Bretagne à Brest et Lorient, et un établissement de THALES à Brest. Une des principales bases de la marine nationale positionnée à Brest, avec notamment la présence de la FOST et de la Préfecture Maritime Atlantique. Une relative visibilité de l activité industrielle, grâce aux grands programmes d armement naval : entretien des SNLE et construction des frégates en particulier. Une forte capacité d innovation, assise sur un réseau d établissements d enseignement supérieur et de recherche, et un écosystème dynamique : Ecole Navale, ENSTA Bretagne, SHOM, GESMA, Pôle Mer, Un tissu de TPE, PME, ETI, souples et multidisciplinaires, ayant des savoir-faire sur l ensemble de la chaine de valeur et structuré au sein de Bretagne Pôle Naval FILIERE ELECTRONIQUE DE DEFENSE Compétence photonique trop limitée aux fibres, et un manque de moyen des acteurs du secteur : Perfos, PME. L absence en Bretagne d un intégrateur systémier optronique. Un cloisonnement civil / militaire encore trop présent dans certains domaines, notamment TIC et cybersécurité. Dans le secteur aéronautique & défense, beaucoup de petites PME limitées aux applications militaires, et pas assez mobilisées sur la R&D et l innovation. Peu de grands donneurs d ordres (hors DGA) sur le territoire dans le secteur de la cybersécurité, et potentiel régional pas assez structuré et reconnu. D autres Régions sur certains marchés en expansion : photonique et cybersécurité notamment. La Bretagne n est pas suffisamment identifiée comme une grande Région de défense au niveau national et les centres de décision sont souvent situés hors Région. Parfois, multiplicité et manque de coordination des structures d accompagnement. Manque de grands industriels intégrateurs (un seul, THALES). FILIERE NAVALE DE DEFENSE Une activité encore trop dépendante du marché intérieur et du budget de l Etat. On note cependant que Thales (à Brest) est le premier exportateur mondial en sonars trempés en Guerre des Mines en guerre Electronique navale et bien placé dans les activés de patrouille maritime ; Secteur pas suffisamment innovant au regard du potentiel de la recherche publique. Cloisonnement civil/militaire et manque de valorisation des travaux de recherche des laboratoires implantés sur le territoire. 146

13 OPPORTUNITES MENACES FILIERE ELECTRONIQUE DE DEFENSE Volonté nationale et régionale de développer la photonique, car c est une technologie clé. Un cluster dédié (Photonics Bretagne), deux pôles de compétitivités et l IRT B-com concernés par la photonique. Les TIC et la cyberdéfense sont des secteurs en croissance et placés en priorités dans le livre blanc de la défense et de la sécurité nationale. L Etat et la Bretagne ont décidé d aider les PME de ce secteur. Le marché de l aéronautique et de l espace est aussi en croissance, et les grands industriels recherchent des partenaires fiables. Par ailleurs, c est un secteur ou l électronique prend une part de plus en plus importante. Augmentation des exigences clients, correspondant aux compétences locales, en particulier dans le secteur de l environnement sévère. Mise en place d une convention de partenariat entre le Conseil Région de Bretagne et le Ministère de la Défense. Financement de la R&D par programmes adaptés (RAPID, FUI, ASTRID, article 90, ). Soutien confirmé du MINDEF aux PME (Pacte Défense PME et PRED). Export et nouvelles aires géographiques en expansion : Brésil, Inde, Chine, Russie FILIERE NAVALE DE DEFENSE Le potentiel à l export pour la vente de navires militaires dans différentes régions du globe : Europe, Moyen-Orient, Asie, Amérique du sud... y compris de petites unités. L accès à de nouveaux marchés, par la mise en place de coopérations entre industriels civils et militaires afin de renforcer la compétitivité des offres (partenariat DCNS / PIRIOU par exemple). FILIERE ELECTRONIQUE DE DEFENSE Concurrence sur certains marchés en expansion ciblés par la Bretagne, en particulier sur photonique et cybersécurité. Evolution rapide des besoins, des normes et des technologies, notamment dans le domaine de la cybersécurité. Cloisonnement civil/militaire. C est déjà une faiblesse, mais aussi une menace si cela devait perdurer. Dans le contexte de crise financière, risque général sur tous les budgets liés à la défense et instabilité des grands programmes d armement. Risque de délocalisation d activité de sous-traitance industrielle. Contraintes réglementaires (délai d obtention d une licence export). Protectionnisme dans les différentes régions du globe. Lenteur des cycles de vie par rapport au cycle financier de PME FILIERE NAVALE DE DEFENSE Etalement des programmes. Un renforcement de la compétition mondiale, avec notamment l accès des BRICS aux technologies permettant la construction de navires complexes et performants. Réorganisation des équipes dans le cadre des coopérations internationales, et/ou, risque de non aboutissement de certains programmes engagés avec des pays alliés. Le marché national et international des navires de souveraineté faiblement armés et construits aux normes civiles (police, gendarmerie, douane, etc.). L accroissement de l utilisation des drones dans le domaine naval et en particulier sous-marin, plusieurs acteurs brestois étant spécialisés sur ce secteur (TUS, ECA, IXBlue, DGA techniques navales (ex-gesma), ). Mise en œuvre de programmes de coopération avec d autres nations alliées (UK par exemple). 147

14 4 - Vision Ambitions L ambition pour la Bretagne est de «Faire de la Bretagne une région incontournable dans l élaboration d une base industrielle et technologique de défense et de sécurité européenne». Il est à noter cependant que toute initiative dans les relations avec les autres Etats Membres dans le domaine de l armement ne peut être prise, sans que cela s inclut dans une stratégie et un plan d actions du ministère de la défense. 5 - Enjeux pour le secteur Défense &sécurité Facteurs d évolution Les grandes évolutions au niveau national, mais aussi au niveau européen et mondial, sont notamment liées au risque de multiplication des conflits locaux, à la priorité donnée aux moyens de renseignement et à la cybersécurité, à la baisse des budgets de défense dans les pays occidentaux et à l accroissement de la compétition entre grands fournisseurs d armement. Tout cela va conduire à une recherche permanente de progrès technologiques et de réduction des coûts pour rester performant, tant sur le marché domestique qu à l exportation. Le marché de l export se caractérise ainsi par une concurrence toujours plus accrue. D une part, les budgets contraints des pays occidentaux poussent leurs industriels à se tourner vers d autres relais de croissance, d autre part, les BRICS commencent à être force de proposition compétitive sur certains secteurs de marché, pas forcément ceux de plus haute technologie mais bien au détriment des industriels des pays occidentaux. En outre, les fournitures d armement vers les puissances émergentes se font souvent dans le cadre du transfert de savoir-faire, ce qui nécessite d être particulièrement vigilant en se positionnant sur les technologies les moins accessibles avec la préoccupation de toujours innover. L augmentation du coût des systèmes d armes nécessite aussi une mutualisation entre pays alliés, tant pour financer les développements que pour réduire les prix récurrents par des séries plus importantes et par une action coordonnée à l export. Au sein de l union, le Royaume Uni et la France sont les deux nations qui investissent le plus en R&D, et un accord a été conclu en novembre 2010 pour renforcer la coopération entre ces deux pays. Cette relation n est pas excusive. En effet, c est principalement avec l Italie que la France a monté des programmes en coopération. L Allemagne n est pas en reste et il n est pas à exclure que des partenariats avec d autres Etats non membres de l union européenne voient le jour. Enfin, sous réserve de l accord des Etats, la coopération européenne peut aussi se faire directement au niveau des grands industriels, qui ont des structures largement internationalisées (c est le cas par exemple de EADS et de Thalès). Au niveau de la Région, le secteur naval, dont les objectifs et enjeux ne sont pas traités en détail dans cette fiche, devra certainement accroitre sa compétitivité pour gagner des parts de marché à l export. Le formidable potentiel de DCNS et de son réseau de partenaires et sous-traitants, devrait permettre de relever ce défi. Pour la filière électronique, la Région est particulièrement concernée par les évolutions en cours pour au moins deux raisons : 148

15 - Le contexte international renforce la demande de nouveaux moyens et équipements, précisément dans les domaines d excellence des acteurs de la Région : systèmes électroniques et informatiques, cybersécurité, photonique - La France, dans son dernier livre blanc, a confirmé ces nouvelles technologies en tête de ses priorités, et le ministère de la défense, qui a signé un accord de coopération avec la région, a décidé de regrouper, autant que cela peut se faire, son expertise électronique en Bretagne notamment dans le bassin rennais Enjeux Sur la base du potentiel de la Région, de l analyse des forces, faiblesses, opportunités, menaces, et de l évolution du marché de la défense, sept enjeux majeurs ont été identifiés dans les domaines duaux civil -militaire : 6- Photonique : Devenir un pôle photonique mondial d excellence sur les technologies fibres optiques spéciales, laser, capteurs et systèmes à fibres ; 7- ETIC : Faire de la Bretagne une région de référence dans le domaine du développement de sous-systèmes, de produits et de services ETIC duales civil militaire ; 8- Aéronautique et espace : Consolider le positionnement de la région Bretagne dans le domaine de l'aéronautique, de l'espace et de l électronique de défense ; 9- Cybersécurité : Positionner la région Bretagne dans le domaine de la cybersécurité au niveau européen ; 10- Environnement Sévère : Devenir une région de référence au niveau européen pour le développement des activités de conception et de réalisation d équipements et soussystèmes de hautes technologies, pour un emploi opérationnel contraint dans un environnement sévère ; 11- Systèmes interarmés : Consolider le positionnement de la région Bretagne sur les programmes de cohérences opérationnelles interarmées et interarmes. Les programmes de cohérences opérationnelle interarmées et interarmes ne se cantonnent pas au programmes liés au renseignement et aux Forces Spéciales, mais à beaucoup d autres domaines. Il s agit des programmes qui assurent le ciment entre les différentes composantes d armées dans une opération d envergure ou non (exemple évacuation de ressortissants en Tunisie, petite opération interarmées, Lybie, Mali, Grosse opération interarmées) ou encore les SIC. 12- Sécurité et sûreté maritime : faire de la Bretagne une région de référence pour la fourniture de solutions compétitives et innovantes permettant de protéger et sécuriser l ensemble des activités du domaine maritime. 6 - Explication de la stratégie Pour chaque enjeu identifié, un plan d action est proposé. Dans la suite du document, et pour faciliter sa lecture, l explication de la stratégie (objectifs, actions et alliances) est faite au niveau de chaque enjeu. 149

16 6.1 - Objectifs stratégiques Photonique : Devenir dans les sept ans, l un des pôles français de la photonique reconnus à l international ; Doubler les emplois de la filière au cours de cette période. ETIC : Etre un pôle d excellence ETIC & Défense, reconnu au niveau européen, à l instar de DGA MI, et capable d intégrer collectivement des programmes de R&D européens à finalité duale ; Mettre en place un réseaux d acteurs dans les principaux domaines. Le processus passe par le référencement des acteurs entre eux, l échange d informations (dans la limite du confidentiel défense), et la construction de projets éligibles aux financements RAPID, FUI ou européens ; Accroitre le nombre de brevets, et publications scientifiques ; Accroitre les parts de marché, en particulier à l export. Aéronautique et espace : Profiter du développement de ce secteur pour voir les entreprises bretonnes prendre des parts de marché supplémentaires ; Faire reconnaitre les PME de la Région Bretagne, pour leur fiabilité, leur compétitivité et leur capacité d innovation. Cybersécurité : Etre reconnu comme un pôle européen dans le domaine de la cybersécurité et plus généralement de la sécurité de système informatique (SSI) ; Etre un lieu d émergence et d accueil pour les start-up du domaine. Environnement sévère : Etre reconnu par les trois grands syndicats professionnels défense que sont le GIFAS, le GICAN et le GICAT, comme étant une région de cross fertilisation dans le domaine ; Favoriser les contacts entre entreprises utilisant différentes technologies, pour qu elles se connaissent et travaillent ensemble tant pour innover que pour prendre des marchés. Systèmes interarmés : Etre reconnue comme une région à «sourcer» pour les programmes liés à la cohérence opérationnelle interarmes et interarmés ; 150

17 Renforcer et mettre en ordre de bataille les équipes concernées, afin d offrir un spectre de compétences le plus large et complémentaire possible. Sécurité et sûreté maritime : Les principaux objectifs font l objet du programme fédérateur «Surveillance et intervention maritime» porté par le pôle mer Bretagne. Il cible les segments de marché suivant : la surveillance des sites sensibles, la surveillance côtière, la surveillance globale en haute mer. Cela concerne en particulier la lutte contre tout type de traffic, la lutte contre les pollutions volontaires ou non, la protection des ressources environnementales, le contrôle de la navigation et des zones de refuges, la prévention et la gestion des accidents et catastrophes, la sécurité des navires et de leur navigation, la surveillances des installation et des infrastructures maritimes, la surveillance des pêches, le risque maritime et la sauvegarde de la vie humaine en mer ; En outre, les compétences tant techniques qu opérationnelles développées en Bretagne doivent permettre de se positionner en tant qu acteur de référence et partenaire auprès de régions confrontées aux problèmes de sûreté et valoriser ainsi les savoir-faire bretons Actions principales Photonique : En s appuyant sur les compétences déjà existantes au sein de Perfos, et sous réserve des études de définition et de faisabilité, développer un centre R&D photonique performant et tourné vers l applicatif Défense/Sécurité et Santé/Vivant. Cette structure spécialisée sur le développement de démonstrateurs/prototypes de lasers, capteurs et systèmes à fibres optiques, contribuerait activement à renforcer le développement technologique et industriel de la filière défense en Bretagne ; En lien avec le levier 6A-photonique du domaine d innovation stratégique 6-Technologies de pointe pour les applications industrielles, accompagner les entreprises à innover pour prendre des parts de marché. Faciliter l accès aux financements du FUI via les pôles de compétitivités bretons, ou du dispositif RAPID. Mettre en place un groupe de travail Photonics pour favoriser les échanges avec les experts de la DGA dans le cadre de la convention entre le Ministère de la Défense et le Conseil Régional de Bretagne. Renforcer si possible les taux d aide aux projets voire lancer un AAP régional au profit des PME sur le sujet ; Mener des actions de marketing pour le positionnement de la Région au niveau européen en vue de partenariat. ETIC : Faire rayonner le savoir-faire des entreprises et laboratoire bretons par la mise en place d un plan marketing et par des actions de promotion et de valorisation sur des grands salons, nationaux et internationaux ; Organiser régulièrement des rencontres techniques avec les laboratoires, les PME et les experts de la DGA Mi dans le cadre de la convention avec le Ministère de la Défense. 151

18 S assurer de la bonne connaissance par les entreprises et laboratoires concernés des moyens d essais existants à DGA MI ; Faire émerger des projets duaux en travaillant sur l expression de besoins DGA et la promotion de l offre régionale. Accroitre le nombre de projets éligibles aux outils de financement appropriés : RAPID, ASTRID, FUI voire mettre en place un AAP régional TIC & Défense sur technologies duales, en lien avec le domaine d innovation stratégique 4- technologies pour la société numérique ; Accompagner les entreprises dans leur croissance y compris à l export en relation avec BCI, s assurer du bon accompagnement en fond propre des PME ; Favoriser le croisement des filières et le déploiement des solutions TIC vers de nouveaux marchés à fort potentiel. Aéronautique et Espace : Accompagner les entreprises dans le déployement de leur stratégie et l amélioration de leur performances ; Se faire reconnaitre dans les réseaux professionnels et chez les grands industriels du secteur : GIFAS, SPACE, Airbus, Dassault, Eurocopter, Thales, Safran et faciliter l accès aux donneurs d ordre et équipementiers du secteur (contacts techniques et achats) ; Mettre en place une action de marketing pour promouvoir les entreprises du territoire. Identifier les complémentarités entre les acteurs pour inciter la proposition de solutions globales, voire susciter des rapprochements ; Se rapprocher des régions où l actvité ASD est la plus développée (Ile de France, Aquitaine/Midi-Pyrénées, PACA) et développer des partenariats avec les pôles de compétitivité qui y sont implantés (Astech, Aerospace-Valley, Pégase) ; Augmenter la visibilité des entreprises bretonnes en les aidant à participer à des opérations commerciales (Salons/conventions d affaires). Cybersécurité : Structurer l offre régionale de formation initiale et continue, d enseignement et de recherche, dans le cadre du club des partenaires cyber ; Accompagner les entreprises à se structurer dans le cadre du programme TIC & Défense. Une attention toute particulière sera portée sur la mutualisation des besoins civils et militaires ; Se mettre en ordre de bataille pour aider les entreprises et les laboratoires à répondre aux différents AMI, AAP que ce soit au niveau national, de l UE ou d organisme spécifique. Accompagner l émergence de start up ; Etudier l opportunité de lancement d un AAP spécifique sur le sujet ; Mettre en place un plan marketing pour faire reconnaitre les compétences bretonnes ; Favoriser l émergence de projets innovants dans le cadre du levier 4F-cybersécurité du Domaine d innovation stratégique 4-Technologies pour la société numérique. 152

19 Environnement sévère : En lien avec les travaux du levier 6C-technologie en environnements sévères du Domaine d innovation stratégique 6-Technologies de pointe pour les applications industrielles : Recenser précisément les compétences de l offre sur le territoire, ainsi que le besoin que ressentent les entreprises identifiées : soutien de la R&D, formation, accompagnement de leur développement, accès au marché, En complément de la photonique, des TIC, de l ASD, et de la cybersécurité, investiguer les outils de sécurité «civile versus commando» ainsi que la robotique autonome ; Accompagner les entreprises à se positionner sur le marché export, dont OTAN ; Animer cette communauté à travers des évènements en concertation avec la DGA, les unités opérationnelles représentées sur le territoire ainsi que les grands maitres d oeuvre. Systèmes interarmés : Mettre en place un plan marketing comprenant en particulier l identification des salons auxquels il faut participer, puis, participer autant que cela est possible à ces manisfestations : Eurosatory, Salon forces spéciales, MILIPOL, Forum du Renseignement, Forum Entreprise Défense Préciser le rôle des différents acteurs de l ecosystème sur cet enjeu, et en particulier celui de l EDEN. Identifier et animer le réseau des entreprises travaillant sur ce secteur ; Mettre en place une cellule de suivi et de positionnement sur les appels d offre et organiser des rencontres avec les grands donneurs d ordres et les services techniques et achats. Sécurité et sûreté maritime : En complément des actions permettant d atteindre les objectifs du programme fédérateur «surveillance et intervention maritimes» défini dans la feuille de route du Pôle mer Bretagne, en particulier en terme d émergence de projet et d accompagnement de produits vers les marchés, on identifiera les territoires pouvant profiter du savoir faire breton pour leur besoin de sécurité ou de sûreté maritime. Pour chacun d entre eux, une démarche de partenariat gagnant gangnant leur sera proposé Moyens L affectation des moyens pour décliner cette stratégie repose sur deux principes que sont l optimisation et l agilité. L optimisation repose en particulier sur la recherche d une synergie toujours accrue entre les structures partenaires, synergie dont on peut déjà être collectivement fière. Cependant, cela ne doit pas sous estimer la nécessité de moyen pour l animation de ces dernières que ce soit pour voir les entreprises, les laboratoires ou des centres comme DGA MI et être en capacité de pouvoir jouer collectif, ne serait-ce qu en se connaissant mieux, et de se positionner hors de Bretagne. Cette animation doit aussi être garante d une bonne connaissance des dispositifs d intervention voire d un accompagnement pour y accéder (FUI, RAPID, ASTRID, AAP, fonds européens, ainsi que les dispositifs mis en place en particulier par les collectivités territoriales ou les chambres 153

20 consulaires). Il est à noter que ces moyens ne font sens que s il y a une forte implication des entreprises dans l animation de ces structures, garantes de la pertinance des actions. L agilité repose sur notre capacité à affecter dans les temps et seulement pour la durée nécessaire les moyens au regard des opportunités qualifiées et dont on ne maîtrise pas forcément le calendrier. C est un axe de progrès. Enfin, au-delà des besoins financiers pour la participation aux évènements incontournables (salon du Bourget, Euronaval, Eurosatory ), les actions de marketing ciblées voire des appels à projets spécifiques au profit des PME que l on pourrait juger nécessaires, deux postes principaux sont identifiés relatifs à la photonique et à la cybersécurité. Si les études de faisabilité et de définition en cours sont concluantes les investissements nécessaires seront de la catégorie des 10 M Stratégie d alliance Photonique : Il est impératif de trouver de bonnes synergies et complémentarités avec les autres pôles nationaux tout en se positionnant dans une stratégie d alliance européenne. ETIC : La stratégie d alliance a pour objectif de faire reconnaitre la Bretagne comme une région européenne incontournable dans le domaine TIC & Défense. Cela ne peut se faire sans cohérence avec la stratégie de coopération internationale de la DGA. Aéronautique et espace : Alliance et partenariat avec les organisations professionnelles telles que le GIFAS et SPACE ; Coordination avec les pôles de compétitivité, notamment ceux du domaine aéronautique : Aérospace-Valley, PEGASE, Astech et les régions concernées et tout particulièrement la région Aquitaine. Cybersécurité : La stratégie d alliance repose sur le souhait de trouver de bonnes synergies avec les autres pôles nationaux tout en se positionnant dans une stratégie d alliance européenne. Environnement sévère : Renforcer les relations avec les syndicats professionnels de l industrie de défense : GIFAS, GICAN, GICAT. Systèmes interarmés : Alliance avec EDEN national pour faire profiter les entreprises bretonnes de ce réseau national rayonnant à l international sur des champs complémentaires à ce qui est fait actuellement. 154

excellence rayonnement ouverture Formation liens coopération expertise cybersécurité coopération

excellence rayonnement ouverture Formation liens coopération expertise cybersécurité coopération coopération recherche protection excellence cybersécurité développement ouverture Formation coopération partenariat liens monde numérique ingénierie ouverture performance expertise international réseaux

Plus en détail

Note interne. Date : Emetteur : Destinataire(s) : Objet :

Note interne. Date : Emetteur : Destinataire(s) : Objet : Note interne Date : Emetteur : Destinataire(s) : Objet : Filière Défense & Sécurité Dossier de presse - Septembre 2012 Bretagne Développement Innovation Page 1 Sommaire COMMUNIQUE DE PRESSE POSITIONNEMENT

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. We Network : West Electronic & Applications Network. Contact presse

DOSSIER DE PRESSE. We Network : West Electronic & Applications Network. Contact presse DOSSIER DE PRESSE We Network : West Electronic & Applications Network Contact presse Isabelle Delatte Tél : 02 401 73 98 08 /02 44 Email : i.delatte@we-n.eu West Electronic & Applications Network (We Network),

Plus en détail

Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Meilleure copie Note : 16/20

Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Meilleure copie Note : 16/20 Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Concours interne 2 ème épreuve d admissibilité : Economie Meilleure copie Note : 16/20 Ministère

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

L innovation technologique

L innovation technologique Défense et sécurité L innovation technologique pour la défense et la sécurité Défense et Sécurité : Entreprises et structures bretonnes Défense & Sécurité, la Bretagne au premier plan Morlaix Lannion Saint-Malo

Plus en détail

Biotechnologies LA BRETAGNE, NATURELLEMENT BIOTECHNOLOGIQUE

Biotechnologies LA BRETAGNE, NATURELLEMENT BIOTECHNOLOGIQUE Biotechnologies LA BRETAGNE, NATURELLEMENT BIOTECHNOLOGIQUE UNE «BIORÉGION» UNIQUE En se hissant au 3 e rang des régions biotechnologiques françaises*, la Bretagne a atteint le statut d acteur majeur en

Plus en détail

CLUSTER AQUITAIN AETOS SERVICES ET SYSTÈMES DE DRONES

CLUSTER AQUITAIN AETOS SERVICES ET SYSTÈMES DE DRONES CLUSTER AQUITAIN AETOS SERVICES ET SYSTÈMES DE DRONES I. Présentation de l action La Région Aquitaine et l entreprise Thales ont conjointement lancé, en juillet 2010, le cluster Aetos (aigle en grec) «Services

Plus en détail

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE La chaleur renouvelable : c est quoi? Au sens de la directive européenne1

Plus en détail

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets NON PAPIER FRANCAIS Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets 1- Une économie de la connaissance en transformation profonde L économie de la propriété intellectuelle subit des modifications

Plus en détail

LA PLACE HAVRAISE : DES ACTEURS QUI SE MOBILISENT POUR UNE FILIERE INDUSTRIELLE D AVENIR

LA PLACE HAVRAISE : DES ACTEURS QUI SE MOBILISENT POUR UNE FILIERE INDUSTRIELLE D AVENIR LA PLACE HAVRAISE : DES ACTEURS QUI SE MOBILISENT POUR UNE FILIERE INDUSTRIELLE D AVENIR La Ville du Havre, la Communauté de l Agglomération havraise, le Grand Port Maritime du Havre, les Chambres de Commerce

Plus en détail

Plan industriel : Fibres Optiques Spéciales, Capteurs et Applications. 17Juin 2015

Plan industriel : Fibres Optiques Spéciales, Capteurs et Applications. 17Juin 2015 Plan industriel : Fibres Optiques Spéciales, Capteurs et Applications 17Juin 2015 Les acteurs & la méthode 2 2 Etat des lieux (+) Une recherche française reconnue internationalement Les fibres optiques

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

MAINTENANCE AERONAUTIQUE : ATOUT POUR L AQUITAINE

MAINTENANCE AERONAUTIQUE : ATOUT POUR L AQUITAINE CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Séance Plénière du 22 mai 1997 D'AQUITAINE --------- A V I S du CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL D AQUITAINE MAINTENANCE AERONAUTIQUE : ATOUT POUR L AQUITAINE Dans un contexte

Plus en détail

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE La région Haute-Normandie présente des atouts multiples et variés, qu ils soient d ordre sociodémographique, économique, géographique ou environnemental.

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL SEANCE DU 11 juillet 2014. N 21233 Commission(s) Attractivité économique, emploi et rayonnement métropolitain Finances

RAPPORT AU CONSEIL SEANCE DU 11 juillet 2014. N 21233 Commission(s) Attractivité économique, emploi et rayonnement métropolitain Finances RAPPORT AU CONSEIL SEANCE DU 11 juillet 2014 PÔLE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET RAYONNEMENT MÉTROPOLITAIN Direction des entreprises et de l'attractivité N 21233 Commission(s) Attractivité économique, emploi

Plus en détail

La R&D chez Thales et le CIR -

La R&D chez Thales et le CIR - La R&D chez Thales et le CIR - Crédit Impôt Recherche RENCONTRES ECONOMIQUES DE LA DEFENSE 5 novembre 2015 Christian BREANT Directeur des Etudes Amont www.thalesgroup.com Profil du Groupe Thales L intelligence

Plus en détail

Communiqué dé préssé

Communiqué dé préssé Communiqué dé préssé Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations,

Plus en détail

PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de

PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de développement de l industrie touristique, Tourisme Québec,

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

APPUYER LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES PORTEUSES DE VALEUR AJOUTÉE ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE

APPUYER LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES PORTEUSES DE VALEUR AJOUTÉE ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE NOTRE MISSION APPUYER LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES PORTEUSES DE VALEUR AJOUTÉE ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET ÉCOLOGIQUE Accompagner dans la durée les entreprises dans leur développement Attirer en Île-de-France

Plus en détail

L'innovation au coeur de la relance mondiale Situation française et mesures en faveur des PME innovantes

L'innovation au coeur de la relance mondiale Situation française et mesures en faveur des PME innovantes L'innovation au coeur de la relance mondiale Situation française et mesures en faveur des PME innovantes Centraliens entrepreneurs Jeudi 10 février 2011 Annie GEAY, directrice de l évaluation et des études

Plus en détail

www.export.midipyrenees.fr

www.export.midipyrenees.fr Note de presse www.export.midipyrenees.fr La plateforme numérique d accompagnement des entreprises de Midi-Pyrénées à l international Lancement officiel vendredi 22 février 2013 Toulouse Service de presse

Plus en détail

Après Clarté à Laval, une 2 ème Plateforme Régionale d Innovation sur la réalité virtuelle basée à Saint Nazaire

Après Clarté à Laval, une 2 ème Plateforme Régionale d Innovation sur la réalité virtuelle basée à Saint Nazaire Après Clarté à Laval, une 2 ème Plateforme Régionale d Innovation sur la réalité virtuelle basée à Saint Nazaire Le 21 octobre 2010 P.R.I. «Centre industriel de la réalité virtuelle» Site Airbus de Saint

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

ACCÉLÉRATEUR D INNOVATION AU SERVICE DE L INDUSTRIE

ACCÉLÉRATEUR D INNOVATION AU SERVICE DE L INDUSTRIE ACCÉLÉRATEUR D INNOVATION AU SERVICE DE L INDUSTRIE ÉDITO Construite sur l expérience réussie du LETI à Grenoble, CEA Tech est forte de 4500 collaborateurs chargés d innover au service de l industrie.

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

L'action de l'état en mer, 5. soutien de la politique maritime dans l'océan Indien

L'action de l'état en mer, 5. soutien de la politique maritime dans l'océan Indien L'action de l'état en mer, 5 soutien de la politique maritime dans l'océan Indien 74 75 La crédibilité d une politique maritime française dans le Sud de l océan Indien repose sur la capacité de l État

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe

Plus en détail

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Communiqué de presse 16 juin 2005 Fusion de Stock at Stake (membre du groupe Ethibel) et Vigeo : naissance du Groupe Vigeo, première agence européenne de mesure de

Plus en détail

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS Cahier des charges 1 Appel à projets L amélioration des perspectives de croissance et de compétitivité de l économie marocaine passe, notamment, par le soutien à l innovation

Plus en détail

Flexblue, Innovative Power

Flexblue, Innovative Power Flexblue, Innovative Power DCNS 2013 2007 - all rights reserved / todos los derechos reservados / tous droits réservés 1 Avril 2013 DCNS, innovateur dans l énergie Agenda DCNS Métier et stratégie ; l axe

Plus en détail

Commission «Recherche et innovation»

Commission «Recherche et innovation» Les propositions du MEDEF Commission «Recherche et innovation» Feuille de route 20 1 13 Comité TE/ME/ETI CONTEXTE : la France accuse un déficit d innovation et de leadership du secteur privé L innovation

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Systèmes informatiques complexes de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Lancée en 2000 par l Organisation des Nations Unies, le Pacte Mondial est une initiative destinée à rassembler les entreprises, les organismes

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 20 JANVIER 2016 ACCOMPAGNER LA CROISSANCE AU-DELÀ DU FINANCEMENT

DOSSIER DE PRESSE 20 JANVIER 2016 ACCOMPAGNER LA CROISSANCE AU-DELÀ DU FINANCEMENT DOSSIER DE PRESSE 20 JANVIER 2016 ACCOMPAGNER LA CROISSANCE AU-DELÀ DU FINANCEMENT ACCOMPAGNER LA CROISSANCE AU-DELÀ DU FINANCEMENT Le Consumer Electronics Show, qui s est déroulé à Las Vegas début janvier

Plus en détail

PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION

PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION I Soutien au développement économique 1) Connaissance et analyse du tissu économique Une mission de connaissance et d analyse du tissu économique

Plus en détail

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE et MINISTÈRE DE LA RECHERCHE00.47 NOVEMBRE En 1998, les États de la zone OCDE financent un tiers de la dépense intérieure de recherche et développement.

Plus en détail

Cnim Systèmes Industriels. La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel

Cnim Systèmes Industriels. La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel Cnim Systèmes Industriels La performance technologique au coeur de notre savoir-faire industriel le groupe CNIM Le Groupe CNIM développe et réalise des ensembles industriels clés en main à fort contenu

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance

Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance Etude sur la qualification et le recrutement par l alternance Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION POLE PASS Le Pôle de compétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente l industrie

Plus en détail

Analyse du marché et des acteurs de la filière industrielle française de sécurité

Analyse du marché et des acteurs de la filière industrielle française de sécurité Analyse du marché et des acteurs de la filière industrielle française de sécurité Synthèse En collaboration avec : DECISION 17 rue de l amiralhamelin 75116 Paris www.decision.eu DECISION - PAC 2 Sommaire

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Cahier des charges Prestation de consultant Action collective COMETES Collaboration et Organisation pour un Meilleure Entente Transverse des Entreprises du Spatial

Plus en détail

Recherche et enseignement supérieur

Recherche et enseignement supérieur MISSION INTERMINISTERIELLE Recherche et enseignement supérieur Autorisations d engagement : 24,56 milliards d euros Crédits de paiement : 24,16 milliards d euros Emplois de l État : 120 010 équivalents

Plus en détail

Septembre 2012. Définition

Septembre 2012. Définition Septembre 2012 LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE ET SPATIALE, UN DOMAINE D EXCELLENCE FRANCILIEN L industrie aéronautique et spatiale est l une spécialité de l économie francilienne. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

ECA GROUP FÊTE SES 80 ANS D EXISTENCE EN 2016

ECA GROUP FÊTE SES 80 ANS D EXISTENCE EN 2016 ECA GROUP FÊTE SES 80 ANS D EXISTENCE EN 2016 Une histoire riche en innovations et en partenariats depuis 1936. ECA a été fondée en 1936 par messieurs Rozycki et Gianoli, et fête donc ses 80 ans d existence

Plus en détail

L activité de Thales au 1 er trimestre 2007 :

L activité de Thales au 1 er trimestre 2007 : L activité de Thales au 1 er trimestre 2007 : Neuilly-sur-Seine, le 14 mai 2007 des revenus en croissance de 7% à 2,2 milliards o intégrant les activités Transport et Sécurité apportées par Alcatel-Lucent,

Plus en détail

Concepts Systèmes et Outils pour la Sécurité Globale ANNEXE 2

Concepts Systèmes et Outils pour la Sécurité Globale ANNEXE 2 OUVERTURE MUTUELLE DU PROGRAMME «CONCEPTS SYSTEMES ET OUTILS POUR LA SECURITE GLOBALE» DE L ANR ET DU PROGRAMME «SECURING THE SUPPLY CHAIN» DU BMBF A DES PARTENARIATS FRANCO-ALLEMANDS 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports Politique sur la vision pour 2030 de l enseignement supérieur Mars 2014 Préface L enseignement supérieur joue

Plus en détail

ICT LABS : UN PROJET EUROPÉEN AU SERVICE DE LA SOCIÉTÉ NUMÉRIQUE DE DEMAIN

ICT LABS : UN PROJET EUROPÉEN AU SERVICE DE LA SOCIÉTÉ NUMÉRIQUE DE DEMAIN ICT LABS : UN PROJET EUROPÉEN AU SERVICE DE LA SOCIÉTÉ NUMÉRIQUE DE DEMAIN L innovation est un facteur de relance et de compétitivité économique, une promesse de progrès social et de richesse culturelle.

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE Engagé dans une compétition internationale, Sanofi a fait le choix de la France pour y baser ses principales activités

Plus en détail

Evolution de la carte des formations maritimes La Région défend une filière d enseignement riche et solide, indispensable à sa croissance bleue

Evolution de la carte des formations maritimes La Région défend une filière d enseignement riche et solide, indispensable à sa croissance bleue Lundi 11 avril 2011 Evolution de la carte des formations maritimes La Région défend une filière d enseignement riche et solide, indispensable à sa croissance bleue Jean-Yves Le Drian, Président du Conseil

Plus en détail

réservoir LA BRETAGNE de croissance

réservoir LA BRETAGNE de croissance réservoir LA BRETAGNE Innovation et industrie nos piliers La Bretagne investit dans ses infrastructures pour faciliter l accès à vos marchés Région d excellence pour l industrie et l innovation : la Bretagne

Plus en détail

Le SPL horticole Var Méditerranée

Le SPL horticole Var Méditerranée Le SPL horticole Var Méditerranée Une démarche collective et solidaire Le SPL horticole est l ensemble des différents partenaires de l horticulture varoise, regroupés pour animer collectivement une démarche

Plus en détail

L AÉRO NAUTIQUE, EXCELLENCE FRANÇAISE L ESSENTIEL EN

L AÉRO NAUTIQUE, EXCELLENCE FRANÇAISE L ESSENTIEL EN L AÉRO NAUTIQUE, EXCELLENCE FRANÇAISE 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UN SECTEUR STRUCTURANT EN FRANCE 49 milliards d euros, le poids du secteur de l aéronautique et du spatial en France en 2014. Ce secteur

Plus en détail

SYNTHESE DE MISSION. Etude de marché Déchets - Eco construction - Energie DECEMBRE 2012. Conseil général du Val de Marne. TKM Copyright 2012 1

SYNTHESE DE MISSION. Etude de marché Déchets - Eco construction - Energie DECEMBRE 2012. Conseil général du Val de Marne. TKM Copyright 2012 1 SYNTHESE DE MISSION DECEMBRE 2012 Conseil général du Val de Marne Etude de marché Déchets - Eco construction - Energie TKM Copyright 2012 1 Les éco-industries sont des entreprises qui produisent des biens

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Analyse du secteur automobile marocain

Analyse du secteur automobile marocain Analyse du secteur automobile marocain Présentation du secteur L industrie automobile marocaine représente près de 5% du PIB industriel, assure 14% des Exportations industrielles et entraîne une grande

Plus en détail

La connaissance, la recherche et l innovation ainsi que l éducation et la formation aux métiers de la mer Inventaire des enjeux Enjeux.

La connaissance, la recherche et l innovation ainsi que l éducation et la formation aux métiers de la mer Inventaire des enjeux Enjeux. Mars 2014 La connaissance, la recherche et l innovation ainsi que l éducation et la formation aux métiers de la mer Inventaire des enjeux Enjeux Connaissance Rapport d état des lieux «Mer et littoral»

Plus en détail

Création de la Fédération Réseau Logistique Auvergne Rhône-Alpes

Création de la Fédération Réseau Logistique Auvergne Rhône-Alpes Communiqué de Presse Clermont-Ferrand, le mardi 8 décembre 2015 Création de la Fédération Réseau Logistique Auvergne Rhône-Alpes Dans le cadre de la fusion des Régions Auvergne et Rhône-Alpes, dans un

Plus en détail

Les Etats Généraux du Solaire Photovoltaïque

Les Etats Généraux du Solaire Photovoltaïque Les Etats Généraux du Solaire Photovoltaïque Les Etats Généraux du Solaire Photovoltaïque regroupent l ensemble des acteurs du solaire photovoltaïque en France, issus de trois types de structures : organisations

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 16 mai 2014 POLITIQUE A06 CONFORTER L'ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DURABLE DES YVELINES

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 16 mai 2014 POLITIQUE A06 CONFORTER L'ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DURABLE DES YVELINES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DES YVELINES Direction Générale des Services Direction de l'economie et de l'emploi DEE - Pôle gestion instruction et évaluation 2014-CP-5053 Affaire suivie par : V. CARIOU

Plus en détail

GROUPE DASSAULT AVIATION

GROUPE DASSAULT AVIATION GROUPE DASSAULT AVIATION Dassault Aviation : Concevoir, fabriquer et vendre 100 prototypes 8000 avions livrés dans 70 pays L expérience unique de près de 70 ans d efforts en R&D Dassault Aviation : Quelques

Plus en détail

Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne

Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne Département de l économie Rue Caroline 11 1014 Lausanne MISE EN ŒUVRE DE LA LOI FEDERALE DU 6 OCTOBRE 2006 SUR LA POLITIQUE REGIONALE (LPR) PROGRAMME INTERCANTONAL POUR DES ESPACES GEOGRAPHIQUES DE PROXIMITE

Plus en détail

Contacts Presse. T 01 76 77 14 70 T 01 76 77 14 55 brigitte.motola-guillet@comexposium.com elisabeth.meston@comexposium.com

Contacts Presse. T 01 76 77 14 70 T 01 76 77 14 55 brigitte.motola-guillet@comexposium.com elisabeth.meston@comexposium.com Dossier de presse Contacts Presse Brigitte Motola-Guillet Elizabeth Meston COMEXPOSIUM COMEXPOSIUM Directeur Communication-Presse Attachée de presse T 01 76 77 14 70 T 01 76 77 14 55 brigitte.motola-guillet@comexposium.com

Plus en détail

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME innovation oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6511-03 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME innovation oser pour gagner! Pour vous qui créez ou développez votre entreprise, faire

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

extraordinaire 5 janvier 2007 Palais Brongniart Paris

extraordinaire 5 janvier 2007 Palais Brongniart Paris Assemblée e générale g extraordinaire 5 janvier 2007 Palais Brongniart Paris Agenda de l AGE l du 5 janvier 2007 Présentation de l opl opération Présentation des résolutionsr Questions réponses Vote des

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Réinventer la France des services. Georges Vialle Partner responsable de la practice Services mondiale, Oliver Wyman

Réinventer la France des services. Georges Vialle Partner responsable de la practice Services mondiale, Oliver Wyman Entreprise Réinventer la France des services Georges Vialle Partner responsable de la practice Services mondiale, Oliver Wyman Bruno Despujol Partner en charge de l étude, Oliver Wyman Guillaume Thibault

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Les clusters labellisés «Grappes d entreprises»

Les clusters labellisés «Grappes d entreprises» Arnaud STRAPPE Tutrice académique : Corinne L Harmet-Odin Sommaire : Fiche Technique Les clusters labellisés «Grappes d entreprises» 1. Contexte / Introduction 2. Définition des «grappes d entreprises»

Plus en détail

Diagnostic et enjeux (1/11)

Diagnostic et enjeux (1/11) Diagnostic et enjeux (1/11) Région : Alsace / Franche - Comté Nom du groupe de travail : Automobile, transports et mobilité Participants à l atelier : voir liste des participant en annexe Rapporteur /

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Société de conseil et service international, notre entreprise a l ambition de servir de trait d union entre

Société de conseil et service international, notre entreprise a l ambition de servir de trait d union entre Société de conseil et service international, notre entreprise a l ambition de servir de trait d union entre nos clients (européens) et notre champ d activité international 33 avenue des Champs-Elysées,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT 2012-2014 ENTRE AEROSPACE VALLEY LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX (CUB)

CONVENTION DE PARTENARIAT 2012-2014 ENTRE AEROSPACE VALLEY LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX (CUB) CONVENTION DE PARTENARIAT 2012-2014 ENTRE AEROSPACE VALLEY ET LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX (CUB) Table des Matières PREAMBULE... 3 Article 1 : Objet de la convention de partenariat...... 5 Article

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 14 JUILLET 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION. visant à soutenir le développement du secteur des drones en Wallonie

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 14 JUILLET 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION. visant à soutenir le développement du secteur des drones en Wallonie 258 (2014-2015) N 1 258 (2014-2015) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 14 JUILLET 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION visant à soutenir le développement du secteur des drones en Wallonie déposée par Mme

Plus en détail

Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie

Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie Un programme pour l environnement, par le développement de la Filière Bois Construction & Rénovation en Région Basse-Normandie 2015 2020

Plus en détail

DIAGNOSTIC TERRITORIAL STRATEGIQUE PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020 REGION CORSE. Thème de la FICHE :

DIAGNOSTIC TERRITORIAL STRATEGIQUE PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020 REGION CORSE. Thème de la FICHE : DIAGNOSTIC TERRITORIAL STRATEGIQUE PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020 REGION CORSE Type de la fiche : fiche thématique territoriale (Corse) Thème de la FICHE : Fiche thématique n 11 correspondant à l objectif

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-1 : ACTIONS COLLECTIVES LA COMPETITIVITE DES PME. Version adoptée au CPR du 07/12/15 1

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-1 : ACTIONS COLLECTIVES LA COMPETITIVITE DES PME. Version adoptée au CPR du 07/12/15 1 AXE 3 AMELIORER LA COMPETITIVITE DES PME FICHE THEMATIQUE 3-1 : ACTIONS COLLECTIVES Version adoptée au CPR du 07/12/15 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT N 3b Développement et mise en œuvre de nouveaux modèles

Plus en détail

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE Marcel Risi, président et directeur général Centre québécois de valorisation de la biomasse, Sainte-Foy, Québec Introduction L expérience accumulée depuis huit

Plus en détail

La CCI Haute-Savoie de demain

La CCI Haute-Savoie de demain Dossier de presse La CCI Haute-Savoie de demain 25 juin 2015 www.haute-savoie.cci.fr La CCI de demain se construit aujourd hui Face aux sévères restrictions budgétaires imposées au réseau des CCI ces trois

Plus en détail

K ) S1 2014 S2 2014 FY 2014 S1

K ) S1 2014 S2 2014 FY 2014 S1 Communiqué de presse Lyon, 28 septembre 2015 1 er semestre 2015 : Carnet de commandes de 1,5 M au 30 juin Maîtrise des charges conformément aux objectifs Structure bilancielle solide avec 5,65 M de trésorerie

Plus en détail

STRATÉGIE DE L UNION EUROPÉENNE POUR LA RÉGION ALPINE (SUERA) Synthèse des éléments de restitution des ateliers

STRATÉGIE DE L UNION EUROPÉENNE POUR LA RÉGION ALPINE (SUERA) Synthèse des éléments de restitution des ateliers STRATÉGIE DE L UNION EUROPÉENNE POUR LA RÉGION ALPINE (SUERA) Forum interrégional de Consultation Jeudi 2 Octobre 2014, Lyon Synthèse des éléments de restitution des ateliers Enjeux pour la SUERA - Finaliser

Plus en détail

Union régionale des Scop d Aquitaine

Union régionale des Scop d Aquitaine Union régionale des Scop d Aquitaine DOSSIER DE PRESSE AVEC LE SOUTIEN DE NOS PARTENAIRES : Sommaire Page 3 1) Les Scop, les salariés co-entrepreneurs Page 4 2) Un modèle entrepreneurial d actualité Page

Plus en détail