RAPPORT D INFORMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D INFORMATION"

Transcription

1 N 864 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE Enregistré à la Présidence du Sénat le 26 septembre 2013 RAPPORT D INFORMATION FAIT au nom de la mission d évaluation et de contrôle de la sécurité sociale (1) et de la commission des affaires sociales (2) sur les médicaments génériques, Par M. Yves DAUDIGNY, Sénateur. (1) Cette mission est composée de : M. Yves Daudigny, président ; MM. Jacky Le Menn, Alain Milon, vice-présidents ; MM. Gilbert Barbier, Jean-Marie Vanlerenberghe, secrétaires ; Mme Jacqueline Alquier, M. Jean-Noël Cardoux, Mmes Annie David, Christiane Demontès, Catherine Deroche, MM. Jean Desessard, Jean-Pierre Godefroy, Ronan Kerdraon, Mme Isabelle Pasquet, M. René-Paul Savary. (2) Cette commission est composée de : Mme Annie David, présidente ; M. Yves Daudigny, rapporteur général ; M. Jacky Le Menn, Mme Catherine Génisson, MM. Jean-Pierre Godefroy, Claude Jeannerot, Alain Milon, Mme Isabelle Debré, MM. Jean-Marie Vanlerenberghe, Gilbert Barbier, Mme Catherine Deroche, vice-présidents ; Mmes Claire-Lise Campion, Aline Archimbaud, MM. Marc Laménie, Jean-Noël Cardoux, Mme Chantal Jouanno, secrétaires ; Mme Jacqueline Alquier, M. Jean-Paul Amoudry, Mmes Françoise Boog, Natacha Bouchart, Marie-Thérèse Bruguière, Caroline Cayeux, M. Bernard Cazeau, Mmes Karine Claireaux, Laurence Cohen, Christiane Demontès, MM. Gérard Dériot, Jean Desessard, Mme Muguette Dini, M. Claude Domeizel, Mme Anne Emery-Dumas, MM. Guy Fischer, Michel Fontaine, Bruno Gilles, Mmes Colette Giudicelli, Christiane Hummel, M. Jean-François Husson, Mme Christiane Kammermann, MM. Ronan Kerdraon, Georges Labazée, Jean-Claude Leroy, Gérard Longuet, Hervé Marseille, Mmes Michelle Meunier, Isabelle Pasquet, MM. Louis Pinton, Hervé Poher, Mmes Gisèle Printz, Catherine Procaccia, MM. Henri de Raincourt, Gérard Roche, René-Paul Savary, Mme Patricia Schillinger, MM. René Teulade, François Vendasi, Michel Vergoz, Dominique Watrin.

2

3 - 3 - SOMMAIRE Pages AVANT-PROPOS... 5 I. LES MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES : DES MÉDICAMENTS COMME LES AUTRES Une équivalence prouvée et des procédures d inspection et de contrôle identiques à celles des autres médicaments Certaines polémiques sur les génériques constituent en fait de vraies questions pour tous les médicaments... 8 a) Les excipients à effets notoires... 8 b) La qualité des matières premières... 8 II. LA PÉNÉTRATION LIMITÉE DES GÉNÉRIQUES EN FRANCE S EXPLIQUE PAR DIFFÉRENTS FACTEURS Etat des lieux des génériques en France : seulement 26 % du marché du médicament remboursable en volume et 14 % en valeur Les stratégies des laboratoires pour limiter le développement des génériques La question de la prescription a) Un cas d école : les statines b) Le choix français de la «substitution» : une fragilité, voire un péché originel c) La prescription hospitalière III. QUELQUES PROPOSITIONS RELATIVES À LA POLITIQUE FRANÇAISE DU MÉDICAMENT, NOTAMMENT GÉNÉRIQUE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES SOMMAIRES COMPTES RENDUS DES TABLES RONDES (mercredi 19 juin 2013) «PRINCEPS/GÉNÉRIQUE : QUELLE ÉQUIVALENCE?» : Pr Alain ASTIER, membre de l Académie nationale de pharmacie ; MM. Dominique MARANINCHI, directeur général et Philippe VELLA, directeur des médicaments génériques, homéopathiques, à base de plantes et des préparations de l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ; Pr Jean-Paul TILLEMENT et Pr Jean SASSARD, membres de l Académie nationale de médecine «EVALUATION DE LA POLITIQUE FRANÇAISE DU MÉDICAMENT GÉNÉRIQUE» : M. Claude BOUGE, directeur général adjoint du Leem les entreprises du médicament ; M. Pascal BRIÈRE, président du Gemme (générique, même médicament) - Association des professionnels du médicament générique ; M. Dominique GIORGI, président du Comité économique des produits de santé (Ceps) ; M. Sylvain PICARD, inspecteur général des affaires sociales, co-auteur du rapport de l Inspection générale des affaires sociales sur l évaluation de la politique française des médicaments génériques ; Mme Mathilde LIGNOT-LELOUP, directrice déléguée à la gestion et à l organisation des soins de la Caisse nationale d assurance maladie (Cnam)... 29

4 - 4 - MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES

5 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS Mesdames, Messieurs, Lors de l élaboration de son programme de travail pour et dans le prolongement des analyses faites chaque année, à l occasion des lois de financement, par votre rapporteur général sur le marché des médicaments, la mission d évaluation et de contrôle de la sécurité sociale (Mecss) du Sénat a souhaité aborder la question particulière des médicaments génériques, qui suscitent régulièrement des interrogations dans la presse et dans l opinion publique. Afin de permettre tout à la fois une présentation de différents points de vue et un débat contradictoire, la Mecss a organisé, le 19 juin 2013, deux tables rondes consécutives : - la première privilégiait l approche scientifique. Elle portait sur le thème «Princeps / Génériques : quelle équivalence?» et rassemblait des représentants de l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), de l Académie de médecine et de l Académie de pharmacie ; - la seconde, plutôt axée sur une problématique économique et sociologique, portait sur le thème «Evaluation de la politique française du médicament générique». Elle regroupait des représentants des laboratoires pharmaceutiques, du Comité économique des produits de santé (Ceps), de l assurance maladie (Cnam) et de l inspection générale des affaires sociales (Igas). Le présent rapport rend compte de ces deux tables rondes et présente, de manière synthétique, la problématique du médicament générique.

6 - 6 - MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES

7 - 7 - I. LES MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES : DES MÉDICAMENTS COMME LES AUTRES 1. Une équivalence prouvée et des procédures d inspection et de contrôle identiques à celles des autres médicaments Le médicament générique connaît aujourd hui un encadrement juridique très précis, tant au niveau communautaire que national. Selon l article L du code de la santé publique, un médicament générique «a la même composition qualitative et quantitative en principes actifs [que le médicament de référence] ainsi que la même forme pharmaceutique et [sa] bioéquivalence avec la spécialité de référence est démontrée par des études de biodisponibilité appropriées». Il s agit donc de la copie d un médicament original, qui peut présenter des différences avec lui tant qu elles n affectent pas la bioéquivalence, c est-à-dire l efficacité thérapeutique : ces différences ne doivent pas modifier la quantité et la vitesse auxquelles le principe actif est libéré dans l organisme. Phénomène relativement récent, la «générication» est la conséquence de la tombée dans le domaine public des brevets des nombreux et importants médicaments qui ont été commercialisés à partir des années En tenant compte de la protection du brevet d une durée de vingt ans à partir de son dépôt (soit souvent dix ans avant la commercialisation effective du produit en raison des délais d études et d autorisation) et de l éventuelle protection complémentaire de cinq ans que peuvent demander les titulaires du brevet, un médicament est protégé, en pratique, entre une dizaine et une quinzaine d années. Le dispositif français du générique est basé sur la notion de «répertoire» des groupes génériques : lorsqu une spécialité de référence, souvent appelée princeps, peut être «génériquée», elle est inscrite par les autorités dans un «groupe générique», qui regroupe la spécialité de référence et les spécialités qui en sont génériques. Au sein de ce groupe, l ensemble des médicaments sont jugés équivalents et peuvent donc être substitués entre eux. Dans plusieurs pays européens, par exemple en Allemagne, les groupes de références sont plus larges alors que la définition française du groupe générique, donc du répertoire, est très étroite puisque limitée à une molécule, avec un dosage et une forme pharmaceutique. Dans le respect du droit communautaire, un médicament générique ne peut être mis sur le marché qu après une autorisation (AMM), qui fait suite à une évaluation identique à celle des princeps à l exception des études pré-cliniques et cliniques qui ne sont pas exigées car elles sont, par définition, analogues à celles réalisées pour l obtention de l AMM du médicament princeps. Pour autant, une étude spécifique doit démontrer la «bioéquivalence», c est-à-dire le fait que les quantités de principe actif circulant dans le sang sont comparables entre princeps et générique.

8 - 8 - MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES 2. Certaines polémiques sur les génériques soulèvent en fait de vraies questions valables pour tous les médicaments a) Les excipients à effets notoires Outre sa substance active, un médicament est constitué d autres produits, appelés excipients, qui permettent de lui donner certaines particularités «esthétiques» (goût, couleur, saveur ) mais surtout sa forme, sa stabilité ou sa capacité de dissolution. L excipient participe donc pleinement de la capacité du médicament à agir. Les excipients utilisés dans les médicaments génériques peuvent varier par rapport à ceux de leur princeps de référence mais ils doivent permettre une même «bioéquivalence». Si pour tel ou tel médicament, les excipients peuvent différer, il n existe pas d excipient spécifique pour les génériques ; l industrie pharmaceutique utilise la même gamme d excipients pour tous les médicaments. Or, certains excipients, heureusement assez rares, peuvent produire des effets secondaires dits notoires, par exemple allergiques. Ces effets se produisent dans les mêmes proportions et conditions que le médicament soit un princeps ou un générique. b) La qualité des matières premières Les matières premières à usage pharmaceutique, qui entrent dans la composition des médicaments et doivent être conformes aux spécifications des dossiers d AMM, sont les mêmes que le médicament soit un princeps ou un générique. Là non plus, il n existe donc pas de situation particulière pour les génériques. L évolution économique entraîne, pour l ensemble des médicaments, des difficultés qu il sera nécessaire de prendre en compte attentivement. La production est de plus en plus mondialisée et fragmentée en étapes diverses, ce qui pose des problèmes de traçabilité, de capacités d inspection et de ruptures de stocks potentielles. Selon le rapport de l Igas cité en annexe, entre 60 % et 80 % des matières premières seraient fabriquées dans des pays hors Europe, principalement en Asie (Inde et Chine 1 ), et les inspections de sites de production, peu nombreuses, mettent en évidence de graves dysfonctionnements. 1 Parmi les pays non européens, l Inde représenterait environ 40 % de la production en valeur mais 22 % en volume, alors que la Chine connaîtrait une proportion inverse : 16 % de la production en valeur et 53 % en volume. En valeur, Israël et les Etats-Unis constituent les troisième et quatrième producteurs avec environ 10 % du marché chacun.

9 - 9 - II. LA PÉNÉTRATION LIMITÉE DES GÉNÉRIQUES EN FRANCE S EXPLIQUE PAR DIFFÉRENTS FACTEURS 1. Etat des lieux des génériques en France : seulement 26 % du marché du médicament remboursable en volume et 14 % en valeur En 2012, les génériques représentaient près de 14 % du marché des spécialités remboursables en valeur et plus de 26 % en quantités, soit un peu plus d une boîte sur quatre. Ces taux ont crû continûment depuis l introduction effective des génériques à la fin des années Cependant, on peut noter que la progression a été nettement plus importante en volume qu en valeur, ce qui révèle s il en était besoin l intérêt économique du développement des génériques pour les finances publiques. A cet égard, la Cnam évalue à 8,5 milliards d euros les économies réalisées entre 2002 et 2012 grâce aux génériques du seul fait de la substitution, montant auquel il faut ajouter environ 2 milliards d euros de baisses de prix des princeps concernés par la commercialisation des génériques. Evolution de la part des génériques dans le marché des spécialités remboursables Source : Mecss, d après données de l ANSM

10 MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES Le marché des génériques a particulièrement progressé en 2012 du fait de la réactivation de la mesure «Tiers-payant contre générique» par l assurance maladie et les pharmaciens : généralisé, ce dispositif constitue une forte incitation financière pour les patients, même si son application ne constitue aucunement un déremboursement. Aujourd hui, le taux de pénétration des génériques est particulièrement élevé lorsqu il est rapporté au seul répertoire (84 % à la fin de 2012). Pourtant, ces médicaments ne représentent que 26 % des volumes du marché total. Il existe donc encore de nombreux princeps qui ne sont pas «inscrits au répertoire», soit pour des raisons juridiques de propriété intellectuelle, soit pour des raisons d opportunité ; ils ne peuvent donc pas être «génériqués». En outre, les prescriptions «hors répertoire» sont également élevées (cf. infra). Même si les comparaisons internationales doivent être regardées avec circonspection en raison des champs d étude parfois différents, elles montrent toutes une marge de progression importante par rapport à la plupart des pays occidentaux. Ainsi, selon une étude citée par l ANSM, la part de marché des génériques dans celui des médicaments non protégés par un brevet s élève à 52 % en France contre 71 % au Royaume-Uni, 75 % en Allemagne, 81 % au Canada et 89 % aux Etats-Unis. Certes, les pays «latins» sont dans une situation inverse puisque ce taux de pénétration est proche de 40 % en Espagne et en Italie. 2. Les stratégies des laboratoires pour limiter le développement des génériques Longtemps, les laboratoires pharmaceutiques qui exploitent des princeps ont logiquement développé des stratégies pour protéger leurs ventes. Ces procédés ont diminué d ailleurs, de nombreuses entreprises ont créé des filiales dédiées à la production de médicaments génériques mais certaines perdurent. Les laboratoires déposent par exemple une multitude de brevets secondaires peu avant l expiration du brevet principal, ce qui rend plus complexe et moins sûr juridiquement le développement par un autre industriel du médicament générique correspondant. Des recours en justice, plus ou moins fondés sur des bases sérieuses, peuvent également retarder la mise sur le marché de génériques. Par ailleurs, les laboratoires peuvent parfois conclure des accords qui, directement ou indirectement, aboutissent à limiter la concurrence ou le développement des génériques. Surtout, une partie des ressources en recherche et développement de certains laboratoires a été utilisée pour créer des «mee-too» : ces produits, qui n ont pas tout à fait le même principe actif que le produit initial mais le même profil thérapeutique et qui en sont globalement très proches, sont commercialisés peu de temps avant l échéance du brevet précédent. Ainsi, ce

11 soi-disant nouveau produit est efficace et rend, par construction, le même service médical que le princeps initial mais il est inutile pour les patients et la collectivité, en n améliorant pas ce même service médical. Or, du fait des règles d admission au remboursement et de fixation des prix des médicaments en France, les «mee-too» ont souvent permis d empêcher en pratique le développement des génériques du premier princeps. Le comité économique des produits de santé (Ceps) prend en compte, depuis peu, cette particularité lors de la fixation du prix. La stratégie des «mee-too», qualifiée à juste titre par l Igas de «financement inutile par la collectivité de fausses innovations», n a pu fonctionner qu en raison de l appétence des prescripteurs pour la nouveauté. Or, celle-ci est particulièrement stimulée par le procédé des «visites médicales», part essentielle de la stratégie des laboratoires. Les visiteurs médicaux ne promeuvent auprès des médecins que des médicaments princeps, la communication des laboratoires de génériques s orientant principalement vers les pharmaciens. Au-delà de la visite médicale «classique», les laboratoires ont également développé une stratégie plus subtile mais très efficace vis-à-vis des «leaders d opinion» en santé. 3. La question de la prescription a) Un cas d école : les statines Dans son dernier rapport «charges et produits» cité en annexe, la Cnam met en avant la question de la prescription des statines, médicaments destinés à traiter l excès de cholestérol dans le sang, qui constituent l une des plus importantes classes thérapeutiques en France avec 6,4 millions de patients et 1,2 milliard d euros de remboursements annuels par l assurance maladie. Cinq molécules sont commercialisées en France, dont quatre sont inscrites au répertoire et sont «génériquées» (atorvastatine 1, simvastatine, pravastatine et fluvastatine) et une ne l est pas (rosuvastatine 2 ). Déjà en juillet , la Haute autorité de santé estimait que, «en termes comparatifs, aucune différence significative n a été démontrée entre les statines sur le critère de mortalité toutes causes.» En outre, «la hiérarchie des prix constatés n est pas strictement proportionnelle à la progression de l efficacité des différentes statines.» La HAS en conclut que, «compte tenu de l efficacité biologique moyenne des différentes statines en termes de baisse attendue de LDL-c et des prix français de ces molécules en septembre 2010, la prescription d une simvastatine générique est à envisager en priorité pour les hypercholestérolémies faibles à modérées, avec un dosage adapté à la valeur cible recherchée.» Elle estime que la délivrance de la rosuvastatine n est à «envisager en priorité» que dans un nombre très limité de cas. 1 Par exemple commercialisée par Pfizer sous le nom Tahor en France. 2 Commercialisée en France par Astrazeneca sous le nom Crestor. 3 «Efficacité et efficience des hypolipémiants - Une analyse centrée sur les statines».

12 MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES Entre 2010 et 2012, la Cnam a mené une vaste étude portant sur patients : elle ne montre pas non plus de différence significative d efficacité sur la morbimortalité entre la rosuvastatine 5 mg et la simvastatine 20 mg. Or, la rosuvastatine, seule spécialité non «génériquée», totalise 30 % des volumes prescrits contre 4 % au Royaume-Uni ou 0,5 % en Allemagne! Dans sept pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Italie, Finlande, Norvège et Espagne), cette molécule représente moins de 8 % des volumes. De ce fait, le coût moyen journalier des traitements par statine est deux fois plus élevé en France qu en moyenne dans ces pays, alors que l équivalence thérapeutique des statines est largement démontrée et sans que l on puisse avancer soit que la population française souffre d une affection qui nécessite une thérapie particulière par rapport aux autres Européens, soit qu elle est nettement mieux soignée ainsi... b) Le choix français de la «substitution» : une fragilité, voire un péché originel Les volumes de médicaments vendus en France ont moins progressé ces dernières années que dans les autres pays européens mais, partant d un niveau élevé de consommation, la France se situe encore dans le haut de la moyenne européenne : selon les comptes nationaux de santé pour 2012, la consommation française mesurée en unités standards par habitant reste 22 % supérieure à celle observée dans les pays voisins. Surtout, la structure des prescriptions reste orientée vers les molécules les plus onéreuses et est défavorable aux médicaments appartenant au répertoire des génériques. La Cnam a ainsi évalué que, pour un ensemble de huit classes thérapeutiques 1, la France connaît le coût moyen de traitement par habitant «de loin le plus élevé» parmi huit pays de comparaison 2. Cette situation provient largement du choix de ne pas agir dès la prescription du médicament mais au moment de sa délivrance par le pharmacien. La loi de financement de la sécurité sociale pour 1999 a accordé à ce dernier le droit, sous certaines conditions, de substituer au produit explicitement prescrit par le médecin l un de ses génériques. Un fort intéressement financier, à la fois au niveau de la marge et du prix d achat, a été décidé pour que les pharmaciens opèrent bien cette substitution ; cette décision ne rend que plus dépendants encore les pharmaciens du volume de boîtes vendues, ce qui n est guère satisfaisant. 1 Antibiotiques, antidiabétiques oraux, asthme et BPCO, hypocholestérolémiants dont statines, antihypertenseurs, antidépresseurs, anxiolytiques et antiulcéreux (IPP). 2 France, Italie, Espagne, Allemagne, Finlande, Norvège, Pays-Bas et Royaume-Uni.

13 La politique de «substitution» a bien permis le développement important du médicament générique, mais elle présente de redoutables inconvénients : sans accompagnement particulier, elle ne peut qu instiller un doute dans l esprit du patient, qui ne se voit pas délivrer le «bon médicament», tandis que le médecin, largement écarté de la procédure, n est guère incité à modifier ses prescriptions. Certes, les conventions médicales successives ont mis en place quelques dispositifs incitatifs pour améliorer la qualité de la prescription mais les résultats sont très lents. La plupart des autres pays ont adopté des politiques différentes, souvent plus directives vis-à-vis des médecins : par exemple, la prescription obligatoire en «dénomination commune internationale» (DCI), c est-à-dire avec le nom de la molécule et non le nom commercial du produit, permet de lever largement les doutes du patient sur le produit finalement délivré. Une politique basée sur la seule substitution ne peut qu entamer la confiance des médecins et des patients dans le médicament générique ; elle explique largement les prises de position de certains leaders d opinion, relayées par nombre de media, sur la qualité de ces médicaments, la France étant d ailleurs le seul pays à connaître ces polémiques récurrentes. c) La prescription hospitalière Si le marché du médicament se concentre dans les pharmacies de ville (23 milliards d euros de dépenses remboursées en 2011), les prescriptions par les médecins hospitaliers en constituent un déterminant essentiel. Ces derniers agissent en effet comme des «primo-prescripteurs» pour de nombreux traitements, dont les plus coûteux car concernant des pathologies lourdes ou des phases aiguës de la maladie, les médecins de ville procédant au renouvellement de la prescription. En outre, les médecins hospitaliers jouent plus généralement un rôle de «leader» d opinion en santé. Depuis plusieurs années, la croissance du marché est alimentée par les médicaments de spécialités destinés aux pathologies lourdes et graves (cancer, sida, hépatites, DMLA ), alors que les dépenses liées aux maladies chroniques ou saisonnières tendent à diminuer du fait du développement des génériques ou des baisses de prix décidées par les pouvoirs publics. La Cnam a ainsi estimé qu en 2009, 70 % de la croissance des dépenses de médicaments délivrés en officine provient en fait des prescriptions hospitalières. Or, alors que le prix des médicaments est «administré» pour la délivrance en pharmacie, les établissements de santé procèdent à des appels d offres et les entreprises consentent souvent des prix très bas, voire fournissent des médicaments quasi-gratuitement. Dans les classes très concurrentielles comme les statines, les niveaux de remise sont très élevés : le prix médian d une dose journalière est divisé par sept en CHU par rapport à celui en officine pour les inhibiteurs de l enzyme de conversion (IEC).

14 MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES Certains laboratoires ont d ailleurs pu, là aussi, mettre en place des stratégies agressives visant à limiter le développement des génériques. La société GlaxoSmithKline a par exemple été sanctionnée en mars 2007 par le Conseil de la concurrence, mais cette décision a été réformée par la Cour d appel de Paris, notamment au regard de la définition exacte du marché concerné, arrêt confirmé par la Cour de cassation 1. Dans son communiqué de presse, le Conseil de la concurrence utilisait des termes particulièrement sévères : «Le laboratoire Glaxo a vendu, en 1999 et 2000, un produit à un prix inférieur à ses coûts afin de dissuader les génériqueurs d entrer efficacement sur le marché hospitalier. [ ] Les prix proposés par Glaxo sur ce médicament [ont] eu un caractère prédateur. [ ] Un prix prédateur est un prix anormalement bas, c est-àdire inférieur aux coûts variables de l entreprise qui le pratique. Le mécanisme de prédation est le suivant : l entreprise offre dans un premier temps des prix très bas dans le but d évincer ou de décourager l arrivée de la concurrence sur un marché donné. Une fois la concurrence éliminée, l entreprise peut alors remonter ses prix et récupérer les pertes consenties pendant la première phase, au détriment du consommateur.» Finalement, établissements de santé et laboratoires trouvent chacun un intérêt au fonctionnement actuel : les premiers bénéficient de prix bas, y compris pour certains médicaments innovants et théoriquement coûteux, ce qui est bénéfique pour les finances publiques ; les seconds influencent un marché plus large par un mécanisme qui peut s apparenter à du «dumping» dans certaines situations, ce qui pénalise de ce point de vue les finances publiques. Ainsi, la Drees a récemment montré une corrélation significative entre les référencements de médicaments dans un CHU et leur poids dans les prescriptions des médecins libéraux exerçant dans son bassin d attraction : plus le CHU utilise un médicament donné, plus celui-ci est consommé dans cette zone. 1 Décision 07-D-09 du 14 mars 2007, puis arrêt de la Cour d appel de Paris du 8 avril 2008 et arrêt de la Cour de cassation du 17 mars 2009.

15 III. QUELQUES PROPOSITIONS RELATIVES À LA POLITIQUE FRANÇAISE DU MÉDICAMENT, NOTAMMENT GÉNÉRIQUE Depuis plus d une dizaine d années, le volume de médicaments consommés en France progresse chaque année mais de manière moins rapide exercice après exercice : + 9,7 % en 2000, + 6,5 % en 2006 et + 2,4 % en Dans le même temps, l outil principal de maîtrise de l Ondam a consisté à baisser les prix des médicaments, qui étaient globalement à un niveau élevé par rapport à la plupart des pays européens ; de ce fait et en raison du développement des génériques, les prix ont globalement diminué d un peu plus de 2 % par an. Au total, le marché du médicament a connu jusqu en 2011 une progression annuelle de moins en moins forte et, en 2012, il a baissé pour la première fois (- 0,9 %). Partant d une situation relativement atypique caractérisée par des niveaux élevés tant de volumes que de prix, le marché français du médicament tend aujourd hui à se rapprocher de celui des pays européens comparables : les volumes progressent moins vite que dans ces pays et les prix diminuent. Pour autant, cette évolution n apparaît pas nécessairement comme soutenable dans la durée car elle ne s appuie pas sur des changements structurels de consommation et, surtout, de mentalités. Votre rapporteur estime que les pouvoirs publics doivent mettre en œuvre une politique globale du médicament qui agisse le plus en amont possible sur la demande de la part des patients et sur les habitudes de prescription par les médecins. Propositions Lancer des campagnes de communication auprès du grand public et des professionnels pour diffuser des messages structurants sur la consommation de médicaments. Deux thèmes principaux pourraient être médiatisés : d une part, sur la quantité globale de médicaments que consomment les Français («une consultation médicale ne doit pas nécessairement déboucher sur une ordonnance») ; d autre part, sur la qualité des médicaments génériques («un médicament comme un autre»). Orienter en amont, dès la prescription, la consommation de médicaments vers les génériques ou, à tout le moins, les princeps qui sont génériqués. Plusieurs outils peuvent être développés concomitamment : prescription obligatoire en DCI, notamment grâce aux logiciels d aide à la prescription ; amplification décisive des dispositifs introduits dans les conventions médicales pour mieux prescrire ; lancer une mission spécifique pour résoudre la contradiction financière à l hôpital, c est-à-dire limiter le dumping des laboratoires sans aggraver le coût des médicaments pour l établissement.

16 MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES Faire évoluer la rémunération officinale pour passer d une logique unique de volume à un financement plus forfaitaire. Les négociations en cours entre l assurance maladie et les pharmaciens d officine tardent malheureusement à aboutir. Accentuer, notamment par une meilleure coordination européenne, les contrôles des matières premières pharmaceutiques qui sont les mêmes pour tous les médicaments. Améliorer le niveau de qualité requis ne peut qu être bénéfique pour les patients et pour la compétitivité de l industrie française. Enfin, votre rapporteur avait souligné, lors des débats du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, l importance de préparer l avenir et le passage des médicaments «chimiques» aux médicaments biologiques : la chimie a indéniablement constitué un moteur de développement et d amélioration des conditions de vie, notamment en matière de santé dans le traitement curatif, mais le siècle nouveau devrait plutôt voir l avènement des techniques liées à la biologie et à l humain. De manière plus immédiate, plusieurs brevets importants de médicaments biologiques vont arriver à échéance dans les prochaines années et les laboratoires pourront alors commercialiser des médicaments «biosimilaires», application du concept de générique à ce secteur. La logique de la substitution, qui présente déjà des défauts pour les médicaments classiques, est mal adaptée pour ce type de médicaments issus du vivant et doit être renouvelée. Ces évolutions doivent être anticipées pour éviter de subir les mêmes difficultés que celles rencontrées pour le développement des médicaments génériques. * * *

17 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES SOMMAIRES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES SOMMAIRES Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) : «Les médicaments génériques : des médicaments à part entière», décembre Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé : «Analyse des ventes de médicaments en France en 2012», juillet Inspection générale des affaires sociales (Igas) : «Evaluation de la politique française des médicaments génériques», Dorothée Imbaud, Alain Morin, Sylvain Picard et François Toujas, septembre Académie nationale de médecine : «Place des génériques dans la prescription», février Académie nationale de pharmacie : «Médicaments génériques», décembre Caisse nationale d assurance maladie (Cnam) : «Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l assurance maladie pour 2014», rapport au Gouvernement et au Parlement, juillet 2013.

18 MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES

19 COMPTES RENDUS DES TABLES RONDES (MERCREDI 19 JUIN 2013) COMPTES RENDUS DES TABLES RONDES (mercredi 19 juin 2013) «PRINCEPS/GÉNÉRIQUE : QUELLE ÉQUIVALENCE?» : Pr Alain ASTIER, membre de l Académie nationale de pharmacie ; MM. Dominique MARANINCHI, directeur général et Philippe VELLA, directeur des médicaments génériques, homéopathiques, à base de plantes et des préparations de l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ; Pr Jean-Paul TILLEMENT et Pr Jean SASSARD, membres de l Académie nationale de médecine M. Yves Daudigny, président. La Mecss a décidé, en décembre dernier, de s intéresser à la question des médicaments génériques, qui suscite régulièrement des interrogations. C est dans cet objectif que nous organisons, cet après-midi, deux tables rondes, la première portant sur «princeps/générique : quelle équivalence?», la seconde sur l évaluation de la politique française du médicament générique. Pour cette première table ronde, nous recevons le professeur Dominique Maraninchi, directeur général de l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, qui est accompagné de M. Philippe Vella, directeur des médicaments génériques, homéopathiques, à base de plantes et des préparations à l ANSM ; le professeur Alain Astier, membre de l Académie de pharmacie et les professeurs Jean-Paul Tillement et Jean Sassard, membres de l Académie nationale de médecine. L Académie de médecine a adopté, le 14 février 2012, un rapport sur la place des génériques dans la prescription, qui avait eu un écho médiatique certain. L Académie de pharmacie a adopté, le 5 décembre 2012, un rapport sur les médicaments génériques proprement dits, après avoir publié divers autres documents scientifiques sur ce sujet. Au-delà de l actualité récente qui reste assez mystérieuse et qui aurait pu concerner tout type de médicament, nous savons bien qu un certain nombre d inquiétudes se manifestent régulièrement en France à l égard des génériques, notamment en ce qui concerne l équivalence de leur efficacité avec le médicament princeps. C est sur ce thème que porte notre première table ronde.

20 MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES M. Dominique Maraninchi, directeur général de l Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). J ajoute à la liste des documents traitant du sujet qui nous occupe le rapport publié par l ANSM fin 2012, qui présente la situation des génériques en France et dans le monde. Si l on en revient aux définitions, un générique est un médicament dont la qualité, la sécurité et le principe actif sont les mêmes que ceux du médicament princeps car la forme pharmacologique, la biodisponibilité et la bioéquivalence sont les mêmes. Un médicament se caractérise par son principe actif, son efficacité, par sa capacité de distribution dans le corps. Du point de vue de la mise sur le marché, les médicaments génériques sont traités exactement comme les autres médicaments. Vous savez qu entre et substances actives sont autorisées en France et sont inscrites au répertoire des génériques pour environ spécialités. Les génériques sont donc bien représentés parmi les médicaments disponibles. Les médicaments génériques sont soumis comme les autres à une évaluation préalable à la commercialisation, l autorisation de mise sur le marché (AMM), qui est dans 80 % des cas, nationale. Ce travail constitue une part importante de l activité de l agence. Par nature, il n y a pas, dans un dossier d AMM de générique, d étude clinique démontrant la relation bénéfice risque pour une maladie spécifiée et dans une indication précise. Ce travail n a pas à être refait puisque le principe actif et la distribution dans l organisme sont les mêmes que ceux du médicament princeps. L AMM se fait donc principalement sur la base d un dossier pharmaceutique et d une évaluation de la bioéquivalence. Certains médecins disent que les génériques ne sont pas testés. Mais à partir du moment où les critères de bioéquivalence sont réunis, l effet thérapeutique est le même. A chaque fois, le même principe actif est utilisé dans les médicaments produits. Une fois les génériques autorisés, ils entrent, depuis 2004, dans un répertoire, ce qui est une spécificité française. C est cela qui permet à tous les acteurs de la prescription et de la distribution d opérer des substitutions en toute transparence. Les génériques par voie injectable, qui sont très peu nombreux, ne font pas l objet d une étude de bioéquivalence car on vérifie qu il s agit du même produit, à la même dose, dans une même ampoule. Une fois injecté dans l organisme, le médicament produira le même effet que le princeps car c est strictement le même produit. Certains le contestent, notamment dans le cas de la vancomycine colombienne ; une étude en Colombie montrerait qu elle est moins efficace que la vancomycine d origine. Nous avons contesté cette approche. Nos laboratoires de contrôle ont fait une étude in vivo chez l animal, qui a établi l équivalence entre les formes de vancomycine générique et le principe actif d origine. Il faut le maximum de transparence et d information pour que la population soit bien consciente que le générique n est pas un médicament au rabais. Ce n est pas parce qu ils sont moins chers qu ils sont de moins bonne qualité. Or, il est légitime qu ils soient moins chers puisque moins d études cliniques sont conduites pour leur mise sur le marché. L agence autorise, mais aussi interdit, des

SÉNAT PROPOSITION DE LOI TEXTE DE LA COMMISSION

SÉNAT PROPOSITION DE LOI TEXTE DE LA COMMISSION N 15 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 2 octobre 2013 PROPOSITION DE LOI visant à établir un contrôle des comptes des comités d entreprises, TEXTE DE LA COMMISSION

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?» Luxembourg, le 05.09.2014 Communiqué: Les ministres Lydia Mutsch et Romain Schneider présentent le prochain lancement de la politique de substitution des médicaments «Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

Plus en détail

Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes

Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes Consommation et dépenses de médicaments : Comparaison des pratiques françaises et européennes Point d information mensuel 19 octobre 2007 Pour comparer les pratiques françaises à celles de quatre autres

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Les médecins généralistes : Quel positionnement par rapport aux médicaments génériques?

Les médecins généralistes : Quel positionnement par rapport aux médicaments génériques? Les médecins généralistes : Quel positionnement par rapport aux médicaments génériques? Etude de Conférence de Presse 17 mars 2010 Paris, hôtel de Crillon GEMME = «Générique Même Médicament» L association

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

N 151 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 novembre 2012 AVIS PRÉSENTÉ

N 151 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 novembre 2012 AVIS PRÉSENTÉ N 151 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 novembre 2012 AVIS PRÉSENTÉ au nom de la commission des affaires sociales (1) sur le projet de loi de finances pour

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

25/03/2010. I DROIT DE SUBSTITUTION: CAS FRANCAIS 23 décembre 1998: tardif et bien encadré. Les médicaments génériques dans le monde (2006)

25/03/2010. I DROIT DE SUBSTITUTION: CAS FRANCAIS 23 décembre 1998: tardif et bien encadré. Les médicaments génériques dans le monde (2006) «L AVENEMENT DU MEDICAMENT GENERIQUE ET LES EVENTUELLES MESURES D ACCOMPAGNEMENT. QUELLES INCIDENCES POSSIBLES SUR LA VIABILITE SOCIO ECONOMIQUE DE LA PHARMACIE D OFFICINE? Abderrahim Derraji Rédacteur

Plus en détail

Princeps, copies, génériques : quelles différences?

Princeps, copies, génériques : quelles différences? Princeps, copies, génériques : quelles différences? Pr Odile CHAMBIN UFR Pharmacie Dijon 1 Introduction 1 ère définition des génériques en 1996. Développement des génériques depuis 1998 avec le droit de

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

2. Vote et hiérarchisation des leviers Chaque participant a en sa possession 6 gommettes, la question posée est :

2. Vote et hiérarchisation des leviers Chaque participant a en sa possession 6 gommettes, la question posée est : Les ateliers débat Groupe 3 Animation : Natacha Jacquin, OIEau Rapporteure : Gaëlle Nion, OIEau L atelier s est déroulé en 4 temps : - Présentation - Atelier «gommettes» et présentation des leviers identifiés

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier?

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? DIVERS Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? Alors que l industrie pharmaceutique connaît un mouvement important de concentration et une évolution sensible marquée par

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 201 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 décembre 2011 PROPOSITION DE LOI visant à permettre le don du sang pour les mineurs de plus de seize ans, PRÉSENTÉE

Plus en détail

FAQ pour les employés

FAQ pour les employés FAQ pour les employés Votre régime d assurance médicaments est un nouveau régime factuel qui est propulsé par Reformulary MC. Les changements qu il comporte sont innovateurs et différents des changements

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 14-A-15 du 9 octobre 2014 relatif à un projet de décret concernant l obligation de certification des logiciels d aide à la prescription médicale et des logiciels d aide à la

Plus en détail

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments 144 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 4 : Renforcer l efficience du système de soins et développer la maîtrise médicalisée des dépenses Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DU MEDICAMENT ET DE LA PHARMACIE. Pr A. AGOUMI avril 2009 1

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DU MEDICAMENT ET DE LA PHARMACIE. Pr A. AGOUMI avril 2009 1 ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DU MEDICAMENT ET DE LA PHARMACIE المملكة المغربية وزارة الصحة Pr A. AGOUMI avril 2009 1 Définition du générique C est une spécialité qui a la même composition

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Les Assises du Médicament MAI 2011

Les Assises du Médicament MAI 2011 Propositions Pour Les Assises du Médicament MAI 2011 1 OBJECTIFS Être force de proposition pour la consolidation du statut de Visiteur Médical (VM) Informer le grand public des missions du VM. 2 Visite

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale

Prescription, Dispensation et indications hors AMM. François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale Prescription, Dispensation et indications hors AMM François LOCHER UCBL- ISPB HCL-Pharmacie Centrale AMM Autorisation, nationale ou communautaire par laquelle l autoritécompétente donne son aval pour l

Plus en détail

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES Aspects réglementaires et pharmaceutiques DEMEB DQPh Unité génériques Anne DUNAND MEDEC 11 mars 2009 QUALITE - définition GARANTIR QUALITE EFFICACITE SECURITE 2 MISSIONS

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux Assises du Médicament GT 6 Sabine Bonnot Chargée de mission Politique des produits de santé 6 avril 2011 Sommaire: -

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011

N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Établissement d'enseignement Spécialisé et de Rééducation pour Handicapés Moteurs Maurice COUTROT 15/17 Avenue de Verdun - 93140 Bondy N d inscription:186 C.F.G. Session 2010/2011 Rédigé par Noman Sarfraz

Plus en détail

Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale

Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale Chapitre 8 Opinion pharmaceutique : expérience de mise en place au sein d une équipe officinale 1- Pourquoi? Qu est-ce que l opinion pharmaceutique? «L Opinion Pharmaceutique est un avis motivé (*) Dressé

Plus en détail

Renforcer l action du médecin du travail

Renforcer l action du médecin du travail 1 Réforme de la médecine du travail : l avis du Conseil Économique et social mars 2008, par serge cannasse Le Conseil économique et social a rendu son avis sur la médecine du travail. Son diagnostic est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse. Jeudi 20 octobre 2005, 11h00 à la Cpam de la Nièvre 50 rue Paul Vaillant Couturier 58 000 NEVERS

DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse. Jeudi 20 octobre 2005, 11h00 à la Cpam de la Nièvre 50 rue Paul Vaillant Couturier 58 000 NEVERS DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Jeudi 20 octobre 2005, 11h00 à la Cpam de la Nièvre 50 rue Paul Vaillant Couturier 58 000 NEVERS Les Français face au médicament Vers un changement des comportements?

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 821 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 1er août 2013 PROPOSITION DE LOI permettant aux maires d interdire la publicité par voie d affichage en faveur des

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

AVENANT N 5 A LA CONVENTION NATIONALE DU 4 AVRIL 2012 ORGANISANT LES RAPPORTS ENTRE LES PHARMACIENS TITULAIRES D'OFFICINE ET L'ASSURANCE MALADIE

AVENANT N 5 A LA CONVENTION NATIONALE DU 4 AVRIL 2012 ORGANISANT LES RAPPORTS ENTRE LES PHARMACIENS TITULAIRES D'OFFICINE ET L'ASSURANCE MALADIE 1 AVENANT N 5 A LA CONVENTION NATIONALE DU 4 AVRIL 2012 ORGANISANT LES RAPPORTS ENTRE LES PHARMACIENS TITULAIRES D'OFFICINE ET L'ASSURANCE MALADIE Vu le code de la sécurité sociale et notamment les articles

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions ASSURANCE COLLECTIVE Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions Pour une vue détaillée de l outil, consultez l aide-mémoire qui est accessible à partir de la section «Liens utiles» du simulateur.

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

CQP Vente et promotion de produits pharmaceutiques en officine. Référentiel d évaluation

CQP Vente et promotion de produits pharmaceutiques en officine. Référentiel d évaluation CQP Vente et promotion de produits pharmaceutiques en officine Référentiel d évaluation - 1 - Copyright CPNEIS juin 2007 La démarche CQP 1. Entretien de repérage préalable 2. Parcours de formation pour

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Fiche n 8 : le médicament

Fiche n 8 : le médicament mars 2004 Fiche n 8 : le médicament La France est le pays européen qui consomme le plus de médicaments; la dépense moyenne par habitant est égale à près de 1,5 fois celle de l Allemagne ou de l Espagne.

Plus en détail

La franchise médicale en pratique

La franchise médicale en pratique Information presse le 26 décembre 2007 La franchise médicale en pratique La franchise médicale s applique à partir du 1 er janvier 2008 sur les boîtes de médicaments, les actes paramédicaux et les transports

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Coûts à charge de l assurance maladie

Coûts à charge de l assurance maladie Hôpitaux Universitaires de Genève Que faut-il penser des génériques? Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour Colloque du vous mardi 28 juillet 2015 Coûts à charge de l assurance maladie

Plus en détail

BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique

BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique BREVETS, Stratégies de Protection d un produit pharmaceutique 1. Qu est-ce qu un brevet de produit? Un brevet de produit est un brevet qui donne une protection à un produit en tant que tel, comme par exemple

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

N 287 SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016. Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 janvier 2016 PROPOSITION DE LOI

N 287 SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016. Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 janvier 2016 PROPOSITION DE LOI N 287 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016 Enregistré à la Présidence du Sénat le 11 janvier 2016 PROPOSITION DE LOI tendant à introduire davantage d équité dans la répression des dépassements inférieurs

Plus en détail

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction politique des produits de santé et de la qualité des pratiques

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI PORTANT REFORME DE LA BIOLOGIE MEDICALE CONCLUSIONS DE LA CMP

PROPOSITION DE LOI PORTANT REFORME DE LA BIOLOGIE MEDICALE CONCLUSIONS DE LA CMP 25avril2013 PROPOSITION DE LOI PORTANT REFORME DE LA BIOLOGIE MEDICALE CONCLUSIONS DE LA CMP Rapport n 492 de M. Jacky LE MENN (SOC-AF/SOC) Texte de la commission mixte paritaire n 493 Examen des conclusions

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Visiteur médical de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Sous-total 718 Maîtrise médicalisée 345 Sous-total soins de ville 1 063 Liste en sus 7 TOTAL 1 070

Sous-total 718 Maîtrise médicalisée 345 Sous-total soins de ville 1 063 Liste en sus 7 TOTAL 1 070 1.1. Bilan 21 des mesures d économie dans le domaine du médicament Depuis 24 et la réforme de l assurance maladie, les médicaments font l objet chaque année de diverses mesures d économie. Celles-ci s

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Programme d action contre les prix excessifs

Programme d action contre les prix excessifs PDC suisse Programme d action contre les prix excessifs Résolution du PDC suisse, adoptée lors de l Assemblée du 15 septembre 2007 au Säntis Nous faisons couler l îlot de cherté : programme en 10 points

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

PREMIER BILAN DE LA NOUVELLE CONVENTION PHARMACEUTIQUE. Matinée thématique du CES 21 mars 2013. Direction de l Offre de Soins - CNAMTS

PREMIER BILAN DE LA NOUVELLE CONVENTION PHARMACEUTIQUE. Matinée thématique du CES 21 mars 2013. Direction de l Offre de Soins - CNAMTS PREMIER BILAN DE LA NOUVELLE CONVENTION PHARMACEUTIQUE Matinée thématique du CES 21 mars 2013 Philippe ULMANN Direction de l Offre de Soins - CNAMTS PLAN 1. Les principales mesures de la nouvelle convention

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Questions/Réponses. Médicaments génériques : lever l opacité

Questions/Réponses. Médicaments génériques : lever l opacité Questions/Réponses Médicaments génériques : lever l opacité 1. Pourquoi prescrire des médicaments génériques? 2. Pourquoi les médicaments génériques sont-ils décriés? 3. Alors qu est-ce qu un médicament

Plus en détail

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ ROCHE SAS Ordonnance du 21 septembre 2015 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure suivante : Par une requête

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

5. Prescription sous DCI et substitution

5. Prescription sous DCI et substitution 5. Prescription sous DCI et substitution INTRODUCTIon La prescription sous dénomination commune internationale (DCI) et la substitution font depuis de nombreuses années l objet de divergences entre médecins

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail