Générique d antibiotique : info ou intox! Le point de vue de la pharmacovigilance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Générique d antibiotique : info ou intox! Le point de vue de la pharmacovigilance"

Transcription

1 Générique d antibiotique : info ou intox! Le point de vue de la pharmacovigilance Journée régionale OMEDIT Arlin Auvergne / CAI du CHU Mardi 31 Mars 2015 Dr Marie Zenut Centre régional de pharmacovigilance CHU Clermont-Ferrand Pas de conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

2 Le médicament générique (G) : le contexte Intérêt des génériques 1. Economique Prix de la spécialité de référence (P) de 20% dès la commercialisa#on du G Décote de 40% entre le prix initial du P et celui de ses G des coûts de santé : 1,4 milliard d euros en 2011 en France 2. Faciliter l accès aux traitements dans les pays en voie de développement (VIH..) La défiance... Le refus des génériques L effet nocebo( effet blouse blanche...) du risque d erreur car galénique différente... Pharmacovigilance plus compliquée... La résistance aux antibiotiques La mondialisation de la fabrication... En 2013, les génériques d antibiotiques ont représenté 82,5% de la consommation d antibiotiques enville.

3 Qu est-ce qu un générique? Toutmédicamentprincepsdontlebrevet(duréede20ans)tombe dans le domaine public peut être génériqué. ArticleL e ducodedelasantépublique:laspécialitégénérique d une spécialité de référence(princeps) même composition qualitative et quantitative en principe(s) actif(s) même forme pharmaceutique bioéquivalence avec la spécialité de référence démontrée par des études de biodisponibilité appropriées Lenom:DCI+nomdulaboratoireounomdefantaisie+Gé

4 Pour être plus précis... Les différentes formes pharmaceutiques orales à libération immédiate sont considérées comme une même forme pharmaceutique. Exemple: ZYLORIC 100 mgcomprimé ALLOPURINOL RATIOPHARM 100 mgcapsule Les différents sels, esters, éthers, isomères, mélanges d'isomères dérivés d'un principe actif sont regardés comme ayant la même composition qualitative en principe actif. Exemple: Hydrogénosulfatedeclopidogrel PLAVIX 75 mg BésilatedeclopidogreL CLOPIDOGREL ACTIVIS 75 mg Chlorhydrate de clopidogrel CLOPIDOGREL MYLAN 75 mg Les excipients peuvent être différents(liste des excipients à effet notoire site ANSM) Excipient : mise en forme du médicament, rôle dans l absorption et la stabilité, conditionne l aspect, la couleur et le goût. sauf s'ils présentent des propriétés sensiblement différentes au regard de la sécurité ou de l'efficacité.

5 Types de génériques TYPES DE GENERIQUES même substance active mêmes excipients même forme pharmaceutique Strictement identique (même laboratoire) OUI OUI OUI Copie conforme OUI OUI OUI Essentiellement similaires OUI NON OUI Apparentés aux essentiellement similaires OUI NON NON

6 Un dossier d AMM allégé Module 1: Renseignements d ordre administratif Module 2 : Résumé du dossier (qualité, étude(s) de bioéquivalence, données supplémentaires ) Module 3 : Qualité (données chimiques et pharmaceutiques) de la substance active et du produit fini dont contrôles des matières premières, des excipients, caractérisation des impuretés de synthèse et de dégradation..., stabilité... Module 4: Rapports non cliniques(données toxicologiques) Sécurité EXONERATION Module 5: Etudes cliniques Efficacité thérapeutique BIOEQUIVALENCE

7 Module 5 : Etudes de biodisponibilité «Guideline on the investigation of bioequivalence, EMA Janvier 2010»: un lot représentatif, par rapport à la spécialité de référencefrançaise ou européenne Une seule étude de bioéquivalence en général (Cmax, SSC) dose unique, cross-over, groupe homogène de sujets sains (au minimum 12 sujets), âgésde 18 à 55 ans (d un seul sexe), sans traitement concomitant, qui sont de taille et de poids normaux (IMC entre 18,5 et 30 kg/m 2 ), et qui sont maintenus dans des conditions alimentaires contrôlées. (importance +++ qualité et fiabilité des résultats) Exonérations: fabrication par le même laboratoire, injectable IV

8 Donc un générique ce n est pas tout à fait pareil que le médicament de référence!! 1. Les critères des études de bioéquivalences sont-ils suffisants? a. Les intervalles de confiance : voir présentation précédente Concentration plasmatique d un G bioéquivalent = Concentration plasmatique du P ± 5-7% = variabilité entre plusieurs lots d un même princeps Etude rétrospective de la FDA (Davit, Ann pharmacother, 2009) études de bioéquivalence ( ). La différence entre le G et P pour la SSCet Cmax est de 3,56%(± 2,85%) et 4,35% (±3,54%)

9 Donc un générique ce n est pas tout à fait pareil que le médicament de référence!! 1. Les critères des études de bioéquivalences sont-ils suffisants? b. Problème du nombre restreint de sujets inclus dans l étude de bioéquivalence car variabilité inter-individuelle ex : difficulté à faire un générique du métoprolol La FDA répertorie les essais et songe à analyser les bases de données de pharmacovigilance : étude difficile notamment en raison des co-prescriptions...

10 Donc un générique ce n est pas tout à fait pareil que le médicament de référence!! 1. Les critères des études de bioéquivalences sont-ils suffisants? c sujets jeunes : quid des sujets âgés, enfants, des femmes**, co-morbidités, traitements chroniques? Parité d inclusion dans les essais cliniques car profil Pk entre les 2 sexes **Clayton, Nature 2014 d. Les critères de bioéquivalence ne prennent pas en compte ni la Tmax ni la Cmin D où insuffisance de données pour les médicaments pour lesquels on monitore la Cmin Ex. aminosides et toxicité

11 Donc un générique ce n est pas tout à fait pareil que le médicament de référence!! 1. Les critères des études de bioéquivalences sont-ils suffisants? e. Un seul lot de médicament est testé f. Evolution de la bioéquivalence tout au long du processus industriel ( G et P)? g. Que dire des énantiomères?. MoachonL., P2T,2010 : hématotoxicité ésoméprazole > oméprazole due à un métabolite sulfoné issu d un métabolisme stéréospécifique. Garcia-Arieta, AAPS Jounal2012 : Nouvelles directives européennes : les études chirales sont nécessaires lorsque :. les énantiomères ont une Pk, Pd différentes. l ASC est modifiée par le % d absorption. Or l activité de l oméprazole = activité ésoméprazole Qu en est-il du risque?

12 Donc un générique ce n est pas tout à fait pareil que le médicament de référence!! 2. Les excipients ZYLORIC comprimé PA Allopurinol Excipients lactose povidone stéarate de Mg amidon de maïs Risques d allergie aux parabens ALLOPURINOL Bayer capsule Allopurinol cire d abeille huile de soja huile d arachide huiles végétales lécithine de soja polysorbate 80 Capsule gélatine anidrisorb 85/70 parahydroxybenzoates sorbitol dioxyde de titane oxyde de fer jaune

13 Donc un générique ce n est pas tout à fait pareil que le médicament de référence!! 3. Les impuretés. (Acta Neurol Scand, 2008). syndrome d hypersensibilité chez une patiente traitée depuis plusieurs années à la lamotrigine 8 semaines après un switch vers un G à la même dose (800 mg/j).. Présence objectivée d une impureté dans le générique. Réaction d hypersensibilité à la chondroïtinesulfate dans les héparines chinoises

14 Donc un générique ce n est pas tout à fait pareil que le médicament de référence!! 4. Pas d études de bioéquivalence entre génériques En pratique, il est demandé au pharmacien de vendre toujours le même générique et au patient d être fidèle à son pharmacien!!

15 Qu en est-il pour les médicaments à index thérapeutique étroit? L exemple des antiépileptiques (AE) :. du nombre de no#fica#ons d EIM aux CRPV avec les G d AE convulsions, recrudescence de crises, inefficacité. Ligue Française contre l Epilepsie : contre la substitution P/G Enquête nationale de pharmacovigilance :. Plus de recrudescence de crise avec les G d acide valproïque et de lamotrigine. Certains pays ont resserré les bornes d équivalence [90%-111,1%] et d autres ont interdit ou encadré la substitution Conclusion de l AFSSaPSen Mars 2008 :. Pas de remise en cause de l efficacité et la sécurité des G d AE. Préconise un dialogue avec le patient si l on envisage la substitution. Mention non substituable possible pour un P et un G. L excès d EIM est non lié au médicament mais à l anxiété anticipatoire

16 Qu en est-il pour les médicaments à index thérapeutique étroit? L exemple des antiépileptiques (AE).16 essais ( 9 randomisés, 7 non randomisée) (phénytoïne, carbamazépine, acide valproïque) :. Pas de différence d épilepsie non contrôlée entre les patients sous P et G. Limites : peu de patients, suivi à court terme, études hétérogènes

17 2011 ANNALS of Neurology Analyse des données de bioéquivalence des G approuvés par la FDA. AUC très proches entre G et P. Cmax: variations de 15-25% dans 10% des études fortes variations en fonction de l état de jeûne surtout pour l oxcarbazépine. Variations non négligeables entre G et G oxcarbazépine: différence d AUC de 25-30% sur 6/21 paires de G. Mais pas de critères cliniques

18 Qu en est-il pour les médicaments à index thérapeutique étroit? L exemple de la lévothyroxine. Confirmation d une différence de teneur en LT4 entre P et G.. Différence significative de la teneur en LT4 pour les lots en fin de durée de vie.. Explication possible à la survenue de certains cas de déséquilibre thyroïdien. Maîtrise de la variabilité de teneur en LT4 : spécifications de teneur en PA resserrées à % pour toutes les spécialités. Harmonisation des AMM entre P et G en terme de teneur en LT4. Non substitution autorisée

19 Quid de la bioéquivalence pour les antibiotiques injectables : naissance d une controverse Le générique a une Pk et une activité in vitro identique mais est moins bactéricide que le princeps sur un modèle d infection de cuisse de souris neutropénique Le G induit plus de résistance dans certaines sous-populations

20 Quid de la bioéquivalence pour les antibiotiques injectables : naissance d une controverse Les constats:. Pas de nécessité d avoir des études d équivalence thérapeutique puisqu il s agit de génériques injectables sensés être identiques vis-à-vis des compositionset des caractéristiques physico-chimiques. La vancomycineest obtenue par voie de fermentation : Reproductibilité?. Idem pour la teicoplaninequi de plus possède plusieurs sous-composants D où un possible différentiel d activité antibactérienne

21 Réponse de l ANSM en Mars 2012/ article de l équipe de Vesga. Les génériques testés n existent pas en France. Pas d information sur les données de qualité pharmaceutique d où difficulté à interpréter le signal Analyse de la base nationale de pharmacovigilance et d Eudravigilancepour la vancomycine et la teicoplanine. pas de signal d inefficacité mais il faut prendre en compte. la classique sous-notification des effets indésirables. la sous-sous notification des inefficacités thérapeutiques. la difficulté d identifier avec certitude la spécialité utilisée Mise en place d une étude sur modèle expérimental/ vancomycine: résultats toujours en attente Teicoplanine: demande d avis scientifique à l EMA révision de la Pharmacopée européenne Difficulté de faire une étude clinique

22 Jusqu à juin 2013 : 37 études «génériques» et «antibactériens, céphalosporines, macrolides...» 73 % des publications entre : 15 béta-lactames, 10 glycopeptides, 12 autres Design des études :. Analyse chimique ( n = 9) : dosage du PA et des impuretés. Etudes in-vitro ( n = 14) : CMI, CMB, courbes de time-kill, analyse de population. Etudes expérimentales chez l animal (n = 6) dont 5 études de modèles de souris neutropéniques. Etudes cliniques chez l homme (n =15) : PK (n = 7), études d observances et/ou de goût ( n =4), cohortes rétrospectives, études quasi-expérimentales, cas rapportés

23 . Origines des études : Asie (9), Amérique du Sud(8), Europe (7), Amérique du nord (6), intercontinentale s(7). 14/37 études ( 38%) suggèrent une infériorité G/P:. pureté (2),. activité in-vitro (3),. efficacité in vivo sur des modèles expérimentaux (4),. efficacité clinique (2),. goût (2),. observance-acceptabilité/enfant(1). Béta-lactamines(oxacilline, pipéracilline-tazobactam, ceftriaxone, céfuroxime, amox-acide clavulanique: 7/15 études suggèrent que le G est < au P dont 2/6 études cliniques. Glycopeptides(vancomycine) : 3/10 G<P mais pas d études cliniques

24 données limitées et hétérogènes d où impossibilité de généraliser les résultats Conclusions discordantes : β-lactamines et glycopeptides. niveau de preuve des études cliniques insuffisant pour affirmer une d efficacité. Biais de publications d études en défaveur du générique. 4 études chez l animal ( même équipe, G pas en europe, études complexes.. de longue durée, stabilité du P?... ) suspectent cette différence mais modèle animal non validé alors qu un autre modèle ne met pas en évidence cette différence d efficacité. Suspicion d efficacité différente car trop d impuretés or 2 études américaines montrent une bonne qualité des G de vancomycine( Nambiar, 2012; Hadwiger, 2013) mais soulignent une quan#té d impuretés et de produits de dégrada#on Donc pas de données solides suspectant une infériorité du G/P February 2014 Volume 58 Number 2 Tests in vitro, Pk souris P = G Mais efficacité modèle animal Hypothèse :. différence structurale entre P et G. hydrolyse avec inhibiteur de DHP I. stabilité à température ambiante

25 Les génériques d antibiotiques par voie orale. Différence en terme d excipients. Notamment des formes pédiatriques : mauvais goût. Problème de mise en suspension problème de l observance nouvelles guidelines européennes vis à vis de l acceptabilité des génériques en général

26 L inspection des laboratoires par les autorités de santé

27 Contexte général/la production pharmaceutique Dispersion planétaire des chaînes de production et de distribution. Production des matières premières hors Europe notamment CHINE et INDE : 8O% des principes actifs / 5O% des princeps La qualité des produits devient plus difficile à assurer. médicaments produits hors Europe les BPF n existent pas dans tous les pays et ne sont pas harmonisées Organisation des inspections plus complexe sur le plan technique, logistique Organisation par les autorités compétentes et internationales de réseaux opérationnels d évaluation, d inspection ou de contrôle 27

28 Inspection du système de pharmacovigilance des industriels ANSM entre 2007 et 2011 a initié. 42 inspections suite d un signal alertant sur des défaillances avérées ou potentielles d un système de pharmacovigilance dans des établissements exploitant une majorité de spécialités génériques. A priori pas de différence entre les systèmes de pharmacovigilance des «exploitants des génériques» et des «exploitants des princeps»

29 Inspection des essais de bioéquivalence Site des essais de bioéquivalence : France <...<<< Amérique du Nord, Afrique du Sud <<<<<< Inde. Inspection- ANSM : :131 missions d inspections, dont 90 en Inde. Stratégie d inspection centrée sur les sites les plus à risque. Formation et accompagnement des inspecteurs travaillant à l étranger. Anomalies d enregistrement des ECG donc non respect des BPC d où doute sur la fiabilité des données de bio-équivalence

30 La pharmacovigilance a pour objet la surveillance, l évaluation, la prévention et la gestion du risque d effet indésirable résultant de l utilisation des médicaments ayant une AMM, ATU ou RTU. Signal évaluation Difficulté d évaluer un signal concernant un générique. impossibilité de connaitre exactement l incidence d un EI d un G/P,. Inefficacité rarement déclarée et problème de résistance (antibiotique*). Problème de la sous-notification potentiellement différente entre P et G (patients, firmes). difficulté de connaître la spécialité utilisée. pas d essais cliniques comparatifs. difficulté d évaluation dans la vraie vie avec possibles changements de protocoles de la population traitée * Jensen, J Antimicrobchemother2010: introduction de G sur le marché consommation et résistance

31 . Pas de données suffisantes pour affirmer la différence d efficacité et de sécurité des G/P. Possible différence entre G et P pour certains médicaments nécessitant des études complémentaires. Revoir le niveau d exigences du dossier d AMM d un générique. Intérêt d études cliniques comparatives G/P. Réel problème de la substitution entre génériques? pour toutes les spécialités?. Mondialisation des chaines de fabrication : optimiser la surveillance. Problème des ruptures d approvisionnement pour les G et les P. Nécessité d être vigilant et de stimuler la déclaration d effet indésirable et d inefficacité médicamenteuse mais le dossier doit être très informatif Intérêt économique des génériques Conclusion

Princeps, copies, génériques : quelles différences?

Princeps, copies, génériques : quelles différences? Princeps, copies, génériques : quelles différences? Pr Odile CHAMBIN UFR Pharmacie Dijon 1 Introduction 1 ère définition des génériques en 1996. Développement des génériques depuis 1998 avec le droit de

Plus en détail

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES Aspects réglementaires et pharmaceutiques DEMEB DQPh Unité génériques Anne DUNAND MEDEC 11 mars 2009 QUALITE - définition GARANTIR QUALITE EFFICACITE SECURITE 2 MISSIONS

Plus en détail

Comparaison avec une spécialité de référence Même composition qualitative et quantitative en principe(s) actif(s) Même forme pharmaceutique

Comparaison avec une spécialité de référence Même composition qualitative et quantitative en principe(s) actif(s) Même forme pharmaceutique Cas des Génériques : Leur Spécificité Philippe Maincent Faculté de Pharmacie, Nancy 1 Définition: Article L5121-1 1 du Code de la Santé Publique Comparaison avec une spécialité de référence Même composition

Plus en détail

Questions/Réponses. Médicaments génériques : lever l opacité

Questions/Réponses. Médicaments génériques : lever l opacité Questions/Réponses Médicaments génériques : lever l opacité 1. Pourquoi prescrire des médicaments génériques? 2. Pourquoi les médicaments génériques sont-ils décriés? 3. Alors qu est-ce qu un médicament

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DU MEDICAMENT ET DE LA PHARMACIE. Pr A. AGOUMI avril 2009 1

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DU MEDICAMENT ET DE LA PHARMACIE. Pr A. AGOUMI avril 2009 1 ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DU MEDICAMENT ET DE LA PHARMACIE المملكة المغربية وزارة الصحة Pr A. AGOUMI avril 2009 1 Définition du générique C est une spécialité qui a la même composition

Plus en détail

La Substitution Générique Présente-t-elle un Danger Chez le Patient Greffé?

La Substitution Générique Présente-t-elle un Danger Chez le Patient Greffé? Forum des médicaments innovateurs 20 septembre 2011 La Substitution Générique Présente-t-elle un Danger Chez le Patient Greffé? Christian Coursol, pharmacien B.Pharm, M.Sc Hôpital Royal-Victoria Centre

Plus en détail

Les médicaments génériques

Les médicaments génériques Les médicaments génériques DU PRINCEPS AU MEDICAMENT GENERIQUE DEFINITION DU MEDICAMENT GENERIQUE (DIRECTIVE 2004/27/CE) (art L. 5121-1 5 du CSP) Même composition qualitative et quantitative en principe

Plus en détail

GENERIQUES EN TUNISIE

GENERIQUES EN TUNISIE GENERIQUES EN TUNISIE Situation comparaison avec biosimilaires et problèmes de substitution Pr A.TOUMI 04 novembre 2011 Loi n 2008-32 du 13 mai 2008, modifiant et complétant la loi n 73-55 du 3 Août 1973

Plus en détail

Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB

Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB Pharmacocinétique et Suivi Thérapeutique Pharmacologique des ATB DIU Le 14 Janvier 2010 O. Tribut, Laboratoire de Pharmacologie PK betalactamines DCI Spécialités demi vie liaison Benzylpénicilline Pénicilline

Plus en détail

Académie nationale de Pharmacie

Académie nationale de Pharmacie Académie nationale de Pharmacie RAPPORT de l Académie nationale de Pharmacie «Médicaments génériques» Rapport adopté par le Conseil de l Académie nationale de Pharmacie (24 octobre 2012) Présentation en

Plus en détail

Les médicaments génériques

Les médicaments génériques Les médicaments génériques ou Copies ou Médicaments essentiellement similaires Dr. Pascal Bonnabry, PD Pharmacien-chef Février 2002 Aspects pharmacologiques et pharmaceutiques Les génériques Pharmacocinétique

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR NORIT 250 mg comprimés NORIT 200 mg gélules Charbon activé Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE.

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. I) Définition du médicament. «On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou

Plus en détail

Vincent BOUDY. Praticien hospitalier maître de Conférence Universitaire PHARMACIEN RESPONSABLE Etablissement pharmaceutique des hôpitaux de l AP-HP

Vincent BOUDY. Praticien hospitalier maître de Conférence Universitaire PHARMACIEN RESPONSABLE Etablissement pharmaceutique des hôpitaux de l AP-HP Vincent BOUDY Praticien hospitalier maître de Conférence Universitaire PHARMACIEN RESPONSABLE Etablissement pharmaceutique des hôpitaux de l AP-HP Agence générale des équipements & produits de santé -

Plus en détail

NOTICE. SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE MAYOLY SPINDLER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol

NOTICE. SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE MAYOLY SPINDLER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol NOTICE ANSM Mis à jour le : 30/05/2014 Dénomination du médicament Encadré SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE MAYOLY SPINDLER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol Veuillez lire attentivement cette notice avant d

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

1.des missions et des compétences élargies

1.des missions et des compétences élargies 1.des missions et des compétences élargies 2. une gouvernance modernisée 3.une évolution de l organisation 4. des moyens renforcés et priorisés Mise en perspective Une Agence de sécurité sanitaire Des

Plus en détail

Le médicament générique, un médicament comme un autre

Le médicament générique, un médicament comme un autre Le médicament générique, un médicament comme un autre DOSSIER DE PRESSE - MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES : DISTINGUER LE VRAI DU FAUX - AVRIL 2012 10 idées reçues à propos des médicaments génériques Les génériques

Plus en détail

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa éminaire pour les onsultants Francophones - estion des Approvisionments et des Stocks pour VIH, la TB et le Paludisme Assurance Qualité des Médicament s Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006 Dr Joël Keravec MSH/RPM

Plus en détail

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Anne-Sophie Gandubert LP - Métiers de la recherche clinique Hôpital Saint-Antoine Paris le 09 mars 2015 Plan Obligations du

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT PLACE DES GÉNÉRIQUES DANS LA PRESCRIPTION Charles Joël Menkès (au nom de la Commission

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la " QP Discretion " en Europe

La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la  QP Discretion  en Europe La Personne Qualifiée Européenne (EU QP), variabilité de ses responsabilités et de l application de la " QP Discretion " en Europe Celine Massotte PharmD, MSc. Senior Quality Director, Global Quality Assurance

Plus en détail

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide

Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Lubentyl, gelée orale en pot cire paraffinique, paraffine liquide, paraffine solide Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient

Plus en détail

Médicaments: Ruptures de Stocks Rupture d Approvisionnement. Complexité de la chaine d approvisionnement pharmaceutique

Médicaments: Ruptures de Stocks Rupture d Approvisionnement. Complexité de la chaine d approvisionnement pharmaceutique Médicaments: Ruptures de Stocks Rupture d Approvisionnement Complexité de la chaine d approvisionnement pharmaceutique Supply Chain une activité très réglementée Dossier enregistrement Fabricants de Principes

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice

ANNEXE III. Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice ANNEXE III Modifications apportées aux rubriques pertinentes du résumé des caractéristiques du produit, de l étiquetage et de la notice 20 RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT Ce médicament fait l objet

Plus en détail

03/10/2013 de *: 14:00 à *: 17:30. DM-EVAL Pharmaceutique Antoine SAWAYA. Programme de séance. Initiales évaluateur

03/10/2013 de *: 14:00 à *: 17:30. DM-EVAL Pharmaceutique Antoine SAWAYA. Programme de séance. Initiales évaluateur Numéro document * : Date document * : N Enregistrement Audio * : Responsable du groupe de travail ou commission : GT20201331 16/09/2013 GT20201334 GT20 Médicaments génériques et sur la qualité pharmaceutique

Plus en détail

2/1/2014 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=68269288&typedoc=n&ref=n0201658.htm NOTICE. TARDYFERON 80 mg, comprimé enrobé.

2/1/2014 agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=68269288&typedoc=n&ref=n0201658.htm NOTICE. TARDYFERON 80 mg, comprimé enrobé. NOTICE ANSM - Mis à jour le : 16/11/2011 Dénomination du médicament Encadré TARDYFERON 80 mg, comprimé enrobé Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des

Plus en détail

Médicaments sur ordonnance Pourquoi payer plus que nécessaire?

Médicaments sur ordonnance Pourquoi payer plus que nécessaire? Médicaments sur ordonnance Pourquoi payer plus que nécessaire? Pourquoi payer plus que nécessaire pour vos médicaments sur ordonnance? pavot cornu, employé dans la fabrication de la glaucine comme antitussif

Plus en détail

Rapport public d évaluation. VENLAFAXINE RATIOPHARM LP 75 mg, gélule à libération prolongée

Rapport public d évaluation. VENLAFAXINE RATIOPHARM LP 75 mg, gélule à libération prolongée Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation VENLAFAXINE RATIOPHARM LP 75 mg, gélule à libération prolongée VENLAFAXINE (CHLORHYDRATE DE) Titulaire

Plus en détail

Génériques et bioéquivalence

Génériques et bioéquivalence Génériques et bioéquivalence Généralités AMM : Principes règlementaires AMM délivrée : par la Commission européenne (AMM communautaire, procédure centralisée) ou par les autorités nationales. France :

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament TIBERAL comprimé Ornidazole Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM ANNEXE 14 Exemples de modifications substantielles et non substantielles pour l ANSM NB Cette fiche aborde les attentes de l ANSM et n a pas trait aux attentes des comités de protection des personnes ().

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Besançon 25 novembre 2004 Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Début de l essai Procédure

Plus en détail

Gestion de crise en Pharmacovigilance

Gestion de crise en Pharmacovigilance Cours DIU FIEC 16 octobre 2008 Véronique LAMARQUE PFIZER Senior Directeur Évaluation de Santé, Sécurité et Gestion de Risque Une définition... parmi d autres Une crise est un événement qui survient quand

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Traitement

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

NOTICE. SARGENOR SANS SUCRE 1 g, comprimé à croquer édulcoré à la saccharine sodique et au cyclamate de sodium Aspartate d'arginine

NOTICE. SARGENOR SANS SUCRE 1 g, comprimé à croquer édulcoré à la saccharine sodique et au cyclamate de sodium Aspartate d'arginine NOTICE ANSM - Mis à jour le : 19/05/2014 Dénomination du médicament SARGENOR SANS SUCRE 1 g, comprimé à croquer édulcoré à la saccharine sodique et au cyclamate de sodium Aspartate d'arginine Encadré Veuillez

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Octobre 2012 2 Sommaire Préambule 3 Identification du

Plus en détail

pharmaceutique Clavulanic acid 10 mg Posologie standard de 10 mg d amoxicilline/2,5 mg d acide clavulanique /kg de poids corporel République tchèque

pharmaceutique Clavulanic acid 10 mg Posologie standard de 10 mg d amoxicilline/2,5 mg d acide clavulanique /kg de poids corporel République tchèque Annexe I Liste reprenant les noms, la forme pharmaceutique, le dosage du médicament vétérinaire, les espèces animales, la voie d administration, le demandeur/titulaire de l autorisation de dans les État

Plus en détail

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3

Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Narcotiques utilisés pour le traitement de la douleur Version 4.3 Stratégie visant à limiter les tailles et les types de conditionnement disponibles dans les pharmacies publiques. 1. Introduction Le document

Plus en détail

LES GÉNÉRIQUES. Dr. Guy ROUGIER Professeur Guy BALANSARD. Laboratoire de Pharmacognosie

LES GÉNÉRIQUES. Dr. Guy ROUGIER Professeur Guy BALANSARD. Laboratoire de Pharmacognosie LES GÉNÉRIQUES Dr. Guy ROUGIER Professeur Guy BALANSARD Laboratoire de Pharmacognosie Les génériques = le princeps? Dossier princeps Dossier générique Dossier pharmaceutique Dossier pharmacotoxicologique

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES MANDELAMINE*

RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES MANDELAMINE* RENSEIGNEMENTS THÉRAPEUTIQUES MANDELAMINE* (comprimés de mandélate de méthénamine, USP) 500 mg Antibiotique urinaire DATE DE RÉDACTION : 16-Aug-2005 8250 Décarie Blvd, suite 110 Montréal, QC Canada, H4P

Plus en détail

ASSURANCE QUALITE ET CONFORMITE REGLEMENTAIRE (Merck Santé Technical Operation Lyon)

ASSURANCE QUALITE ET CONFORMITE REGLEMENTAIRE (Merck Santé Technical Operation Lyon) ASSURANCE QUALITE ET CONFORMITE REGLEMENTAIRE (Merck Santé Technical Operation Lyon) MISSIONS DU SERVICE COMPLIANCE PRODUITS QUALITE PRODUITS COMPLIANCE DES ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES COMPLIANCE PRODUITS

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Rapport public d évaluation. COPRIMVAR 80 mg/12,5 mg, comprimé pelliculé. Titulaire d AMM : NUCLEUS ehf

Rapport public d évaluation. COPRIMVAR 80 mg/12,5 mg, comprimé pelliculé. Titulaire d AMM : NUCLEUS ehf Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation COPRIMVAR 80 mg/12,5 mg, comprimé pelliculé VALSARTAN + HYDROCHLOROTHIAZIDE Titulaire d AMM : NUCLEUS ehf

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

Médicaments génériques : Rôle et actions de l ANSM

Médicaments génériques : Rôle et actions de l ANSM Médicaments génériques : Rôle et actions de l ANSM Philippe Vella Directeur Direction des médicaments génériques, homéopathiques, à base de plantes et des préparations 19 décembre 2012 Rôle de l ANSM Médicaments

Plus en détail

Gluconate de cuivre, or colloïdal, gluconate d argent

Gluconate de cuivre, or colloïdal, gluconate d argent Gluconate de cuivre, or colloïdal, gluconate d argent Indications thérapeutiques : Utilisé comme modificateur du terrain en particulier au cours de la phase de convalescence de maladies infectieuses, d

Plus en détail

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?» Luxembourg, le 05.09.2014 Communiqué: Les ministres Lydia Mutsch et Romain Schneider présentent le prochain lancement de la politique de substitution des médicaments «Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Rapport public d évaluation. OMEPRAZOLE IPRAD 20 mg, gélule gastro-résistante

Rapport public d évaluation. OMEPRAZOLE IPRAD 20 mg, gélule gastro-résistante Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation OMEPRAZOLE IPRAD 20 mg, gélule gastro-résistante OMEPRAZOLE Titulaire d AMM : LABORATOIRES IPRAD Date du

Plus en détail

. Le règlement pédiatrique européen. Guideline européenne «éthique et essais cliniques en pédiatrie»

. Le règlement pédiatrique européen. Guideline européenne «éthique et essais cliniques en pédiatrie» . Le règlement pédiatrique européen. Guideline européenne «éthique et essais cliniques en pédiatrie» C. Bélorgey Chef du Département de l Evaluation des Médicaments à Statut Particulier et des Essais Cliniques

Plus en détail

Méthodes thérapeutiques

Méthodes thérapeutiques Méthodes thérapeutiques Dr AKA ANY-GRAH Sandrine Pharmacotechnie armelleci@yahoo.fr 1 Plan INTRODUCTION I. L Allopathie II. L homéopathie CONCLUSION 2 Objectifs Objectif principal :Connaitre les bases

Plus en détail

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux Assises du Médicament GT 6 Sabine Bonnot Chargée de mission Politique des produits de santé 6 avril 2011 Sommaire: -

Plus en détail

Le rôle du pharmacien dans l insuffisance cardiaque. Claire FILLOUX, pharmacien ICARLIM

Le rôle du pharmacien dans l insuffisance cardiaque. Claire FILLOUX, pharmacien ICARLIM Le rôle du pharmacien dans l insuffisance cardiaque 1 Sommaire 1. Eléments de législation 2. Génériques 3. Surveillance de l observance 4. Modes d emploi 5. Précautions en cas d automédication 6. Problème

Plus en détail

Chapitre 2 : Principe actif, formulation, identification

Chapitre 2 : Principe actif, formulation, identification Chapitre 2 : Principe actif, formulation, identification Introduction Pour soigner la fièvre et les douleurs, de nombreux médicaments sont vendus en pharmacie. Comment choisir un médicament à l aide de

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

GUIDE D INFORMATION DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament OPSUMIT de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

Session 4 : Assurer la qualité des produits sur toute la chaîne logistique

Session 4 : Assurer la qualité des produits sur toute la chaîne logistique Session 4 : Assurer la qualité des produits sur toute la chaîne logistique Points de contrôle potentiels de l Assurance Qualité tout au long de la chaîne logistique 1. Matières premières / composants 2.

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Les médecins généralistes : Quel positionnement par rapport aux médicaments génériques?

Les médecins généralistes : Quel positionnement par rapport aux médicaments génériques? Les médecins généralistes : Quel positionnement par rapport aux médicaments génériques? Etude de Conférence de Presse 17 mars 2010 Paris, hôtel de Crillon GEMME = «Générique Même Médicament» L association

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT DENOMINATION DU MEDICAMENT Omeprazol Apotex 10 mg gélules gastro-résistantes Omeprazol Apotex 20 mg gélules gastro-résistantes Omeprazol Apotex 40 mg gélules gastro-résistantes

Plus en détail

Les différentes phases en recherche clinique

Les différentes phases en recherche clinique Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

FLUODONTYL 1350 mg, pâte dentifrice

FLUODONTYL 1350 mg, pâte dentifrice FLUODONTYL 1350 mg, pâte dentifrice Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. Si vous avez d'autres

Plus en détail

Rapport public d évaluation. VENLAFAXINE PHARMATHEN LP 75 mg, gélule à libération prolongée

Rapport public d évaluation. VENLAFAXINE PHARMATHEN LP 75 mg, gélule à libération prolongée Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation VENLAFAXINE PHARMATHEN LP 75 mg, gélule à libération prolongée VENLAFAXINE (CHORHYDRATE DE) Titulaire d

Plus en détail

CLASSEMENT DES MEDICAMENTS

CLASSEMENT DES MEDICAMENTS CLASSEMENT DES MEDICAMENTS Médicaments = P.A. + excipient Classement en fonction : de leur P.A. Le P.A. est-il d origine naturelle ou scientifique? Il existe des P.A. qui peuvent induire des réactions.

Plus en détail

Rapport public d évaluation. PRAMIPEXOLE MITHRIDATUM 0,18 mg, comprimé sécable

Rapport public d évaluation. PRAMIPEXOLE MITHRIDATUM 0,18 mg, comprimé sécable Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation PRAMIPEXOLE MITHRIDATUM 0,18 mg, comprimé sécable PRAMIPEXOLE (DICHLORHYDRATE DE) MONOHYDRATE Titulaire

Plus en détail

Rapport public d évaluation. SIMVASTATINE ZYDUS FRANCE 40 mg, comprimé pelliculé. Titulaire d AMM : ZYDUS FRANCE

Rapport public d évaluation. SIMVASTATINE ZYDUS FRANCE 40 mg, comprimé pelliculé. Titulaire d AMM : ZYDUS FRANCE Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Rapport public d évaluation SIMVASTATINE ZYDUS FRANCE 40 mg, comprimé pelliculé SIMVASTATINE Titulaire d AMM : ZYDUS FRANCE Date du

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament Encadré NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR CLASTOBAN 800 mg, comprimé pelliculé Clodronate disodique Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre

Plus en détail

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014 Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique 1 Recommandation Temporaire d Utilisation (RTU) Baclofène Analogue structural de l acide gamma-aminobutyrique (GABA) Contrôle des pulsions, indifférence aux signaux

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

Posologie : La dose prophylactique optimale est de 0,05 mg de fluor/kg/jour tous apports fluorés confondus, sans dépasser 1 mg/j.

Posologie : La dose prophylactique optimale est de 0,05 mg de fluor/kg/jour tous apports fluorés confondus, sans dépasser 1 mg/j. TP ch 9b comprendre Préparer une solution à la bonne concentration Objectifs du T.P. : Pratiquer une démarche d investigation Savoir extraire de la notice d un médicament les informations essentielles

Plus en détail

NOTICE. HEPATOUM, solution buvable Macéré hydroalcoolique d'anémone pulsatilla et de Curcume longa/citrate d'alvérine

NOTICE. HEPATOUM, solution buvable Macéré hydroalcoolique d'anémone pulsatilla et de Curcume longa/citrate d'alvérine 1 sur 5 10/11/2013 15:42 NOTICE ANSM - Mis à jour le : 17/06/2011 Dénomination du médicament Encadré HEPATOUM, solution buvable Macéré hydroalcoolique d'anémone pulsatilla et de Curcume longa/citrate d'alvérine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique Pharmacien Responsable Rôle et Attributions Version approuvée ( médicaments à usage humain ) en novembre 2010 Seul le Code de la Santé Publique s applique Plus qu une personne qualifiée En France, le Pharmacien

Plus en détail

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s)

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) 8/10/2015 (v2) La présente procédure a été rédigée à l initiative des représentants de l industrie (pharma.be,

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR Dr. Pascal BONNABRY, PD Pharmacie des HUG Genève PRESSIONS D EVOLUTION Externes Situation économique Besoin de rentabilité Concurrence Législation

Plus en détail

EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM

EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM EXCIPIENTS ET IMPURETES : Structures d alerte et relation entre les parties pharmaceutiques et toxicologiques du dossier d AMM Pr. Jean-Paul Fournier Faculté de Pharmacie de Paris Excipients et Impuretés

Plus en détail