PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS"

Transcription

1 PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS C est avec beaucoup de plaisir, monsieur le Bâtonnier FOUQUET, que j ai reçu, comme vous, monsieur le Premier Président, la nouvelle de ce que cette année, les jeunes avocats issus de l Ecole de Poitiers étaient appelés à prêter le serment d avocat devant cette Cour. Avec plaisir, et aussi avec fierté ; fierté que notre Cour ait été choisie pour être le témoin de ce moment, si important pour les jeunes femmes et les jeunes gens, et ceux aussi qui seraient un peu moins jeunes, présents parmi nous cet après-midi, qui nous font partager, un peu comme si nous appartenions à une même famille, cet instant fondateur de leur vie qu est l entrée dans une profession. Une profession, certes, mais aussi bien plus que cela puisque c est de celle d avocat qu il est ici question. Une famille, disais-je ; une famille, en effet! Nous sommes ici, cet après-midi, en quelque sorte, dans une réunion de famille, la famille judiciaire. C est que, si vous me passez l expression, nos ADN judiciaires communs sont nombreux! Vous, avocats, exercez, comme nous, magistrats, non pas une profession mais une fonction ; c est dire la dimension sociale de votre activité qui va bien au-delà de celle d une profession. Ce terme de fonction figure dans votre serment comme il est mentionné, aussi, dans le serment que prêtent les magistrats. Dans les deux serments, l on retrouve, également, le même terme de dignité pour marquer l exigence qui s attache aux modalités d exercice des deux fonctions, de magistrat d une part, et d avocat, d autre part. D ailleurs, voulez-vous que je vous dise? Rien ne me paraîtrait s opposer à ce que les termes de votre serment soient repris dans le notre, tant nos fonctions respectives obéissent à des exigences communes. Est-il paradoxal, que le magistrat du ministère public que je suis insiste, à ce point, sur ce qui nous rapproche, et fait de nous, en réalité, des très proches? 1 Ma réponse, à cette question que je vous pose et qu en même

2 temps, je me pose moi-même, est assurément négative. Le paradoxe n est, en effet, qu apparent. C est que le magistrat du ministère public qui s adresse à vous, en cet instant, ne se réduit pas à ce que certains, beaucoup trop nombreux, voudraient qu il soit : un accusateur. En ce sens, je ne suis pas votre adversaire. Nous avons, en effet, partie liée. C est ce qui m autorise à vous parler, et, je l espère, à nous entendre. Nous sommes tous, avocats, magistrats, du siège mais aussi du parquet, des artisans de justice, les ouvriers indispensables de cet édifice fait tout entier d équilibres qu est la justice. Comme les bâtisseurs de cathédrales mettaient en oeuvre des talents différents selon la corporation à laquelle ils appartenaient, si nos missions, nos outils peuvent se différencier, nous avons, vous et nous, un objectif commun : construire la justice. Et puisque les édifices religieux servent mon inspiration, je poursuis en disant que comme l équilibre d une voûte de cathédrale est obtenue par des poussées contraires d égale intensité, la justice naît de la diversité des expressions, voire de leur contrariété parfois. Cette affirmation s applique au contentieux civil comme au contentieux pénal. Que l avocat vienne à manquer, ou à faiblir, et c est tout l édifice justice qui est fragilisé. La justice a besoin d un double regard et celui de l avocat est l un d eux. C est un membre du ministère public qui vous le dit ; c est une défense forte qui fait une justice forte. Mais la joute judiciaire n est pas un duel ; l enceinte judiciaire n est pas une arène ; et, à y bien regarder, le glaive de la justice n est pas tout à fait une épée. Ce n est pas à dire que le débat judiciaire soit toujours un long fleuve tranquille. Sans doute vous arrivera-t-il, en certaines occasions, de nourrir quelque grief envers le juge auquel vous reprocherez le fond de sa décision, ou la forme de son intervention. LOISEL, dans le "dialogue des avocats" de 1602 rapportait déjà, ainsi, la plainte exprimée dans les termes suivants par un jeune avocat à son père, luimême avocat : 2 "Où est le temps de la faveur que messieurs les Présidents portaient

3 aux jeunes avocats de votre temps, les écoutant doucement, supportant et excusant leurs fautes, et leur donnant courage de mieux faire ; au lieu que maintenant, il semble à quelques uns que nous soyions d autre bois ou étoffe qu eux, et quasi des gens du néant, nous interrompant et nous rabrouant à tout bout de champs...". Même si, d aventure il vous arrive, à certains moments, d avoir vous-mêmes pareilles pensées, vous devez être persuadés que pour le magistrat, l avocat est bien plus qu indispensable à l exercice de la justice, il lui est consubstantiel. Il suffit, d ailleurs, d observer que la profession d avocat existe de tous temps comme en témoignent les auteurs les plus anciens de l histoire des hommes ; Et de se rappeler, avec vous monsieur le Bâtonnier, que supprimés à la Révolution et remplacés par des défenseurs officieux, les avocats ont été rapidement rétablis par l Empire, même si ce rétablissement n est pas allé sans ambiguïté comme cela ressort de la lecture de l exposé des motifs du décret du 14 décembre 1810 que je cite : "Nous aurons ainsi garanti la liberté et la noblesse de la profession d avocat en posant les bornes qui doivent la séparer de la licence et de l insubordination". Ce rétablissement de la profession d avocat témoigne, en tout cas, de la justesse du propos que j ai tenu il y a un instant, lorsque j ai avancé que l avocat était un auxiliaire indispensable au bon fonctionnement de la justice. Auxiliaire de justice. l expression peut-elle formaliser? "Notre serment n est plus celui d un auxiliaire de justice mais celui d un chevalier du droit et de la justice" a écrit, il y a quelques années, un membre du Conseil de l Ordre de Paris. Il peut être, cependant, utilement relevé que l alinéa 2 de l article 3 de la loi du 31 décembre 1971 modifiée qui cite les termes du serment de l avocat, est précédé d un alinéa premier qui dispose que les avocats sont des auxiliaires de justice. Aussi, m apparaît-il juste de soutenir, avec Jean-Michel BRAUNSCHWEIG, éminent avocat du barreau de Paris, que "l avocat est d abord un auxiliaire de justice, qu il participe donc au service public de la justice et appartient à une profession réglementée". Et puis, après tout, on peut-être, à la fois, auxiliaire de justice et chevalier du droit et de la justice, cela n en donne que plus de panache à la justice! Ce n est que parce que l avocat est auxiliaire de justice, que l Etat est légitime, par la loi, les décrets, et les règlements à fixer les termes du serment et les règles déontologiques de l avocat. 3

4 L expression auxiliaire de justice ne rapetisse pas celui auquel elle s applique ; elle le grandit. Vous avez compris que je la revendique moimême, ma fonction, comme la votre étant de servir la justice. Parce que vous allez exercer une profession, celle d avocat, vous avez acquis de la compétence et de la science et vous allez continuer à en acquérir. Parce que vous allez exercer une fonction, celle d avocat, votre activité va s exercer en référence à des valeurs créatrices pour vous d obligations. Parce que l avocat n est pas seulement un juriste, son activité doit s alimenter à d autres sources que la seule science juridique parmi lesquelles les exigences éthiques contenues tant dans le serment, que vous allez prêter dans quelques instants, que dans ce qu il est convenu d appeler les principes essentiels de votre profession et votre déontologie ne sont pas les moins importantes. Nos sociétés complexes ont besoin de droit. Le droit est une source d activité pour de nombreux professionnels. Mais la place des principes fondamentaux ainsi que de la déontologie dans la fonction d avocat place ce dernier dans une situation privilégiée. Si la profession d avocat est une, les métiers d avocats sont divers et ont parfois peu de points communs entre eux. L activité de conseil et celle de contentieux sont très différentes. Le vécu professionnel d un avocat spécialisé en corporate et celui de son confrère familier du droit de la famille sont distincts. Et pourtant, ils partagent les mêmes valeurs, les mêmes repères, les mêmes limites. Parce que le monde change, que le métier d avocat est en pleine évolution même si les changements sont anciens - fusion avocats / agrées de commerce, avoués de première instance, conseils juridiques, et bientôt avoués de Cour d appel,- que les contraintes économiques se font fortes - les valeurs fondamentales sont nécessaires. Vous en disposez. Elles vous obligent, mais elles vous guident aussi ; elles constituent un socle sur lequel vous pouvez vous appuyer. 4 Armand Gaston CAMUS, ancien avocat, membre de l Institut, dans

5 ses lettres sur la profession d avocat", publiées à la fin du 18 ème siècle écrivait : "l exercice de la profession d avocat doit mener à l honneur et non à la fortune". Je vous souhaite de recueillir l honneur. Mais parce que nous sommes en 2010 et que l honneur peut s accommoder de la fortune, je vous souhaite aussi d atteindre la fortune. Je requiers qu il soit procédé à la réception, par cette Cour, du serment d avocat, des nouveaux avocats admis à le prêter par décision du Conseil de l Ordre des Avocats du Barreau d ANGERS en date du 28 octobre Qu il me soit donné acte de mes réquisitions et qu il en soit donné procès-verbal pour être classé au rang des actes importants de cette Cour. 5

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes. Discours prononcé par M. Gilles Johanet. Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015

Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes. Discours prononcé par M. Gilles Johanet. Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015 Audience solennelle de rentrée de la Cour des comptes Discours prononcé par M. Gilles Johanet Procureur général ------------ Jeudi 15 janvier 2015 Monsieur le Président du Sénat Monsieur le Président de

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel «Le Conseil constitutionnel et les droits de la défense» Monsieur le

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux

que vous êtes devenu avocat et que vous avez consacré votre vie à la justice. Discours pour Maître Roux Discours pour Maître Roux Maître Roux, Cher François Mesdames et Messieurs, Chers amis, Nous sommes réunis ce soir pour rendre hommage à la personne exceptionnelle que vous êtes, exceptionnelle par votre

Plus en détail

La Première Dame, Mme Dominique Ouattara, à ses sœurs Béninoises : «La préoccupation de toutes les femmes doit être de se prendre en charge»

La Première Dame, Mme Dominique Ouattara, à ses sœurs Béninoises : «La préoccupation de toutes les femmes doit être de se prendre en charge» La Première Dame, Mme Dominique Ouattara, à ses sœurs Béninoises : «La préoccupation de toutes les femmes doit être de se prendre en charge» «Vous êtes pour nous des exemples à suivre» «M inspirant de

Plus en détail

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Préambule L essence même de la profession

Plus en détail

REQUÊTE CONTRE UN ARRETE DE RECONDUITE A LA FRONTIERE

REQUÊTE CONTRE UN ARRETE DE RECONDUITE A LA FRONTIERE A Madame ou Monsieur le Juge Délégué du tribunal administratif de REQUÊTE CONTRE UN ARRETE DE RECONDUITE A LA FRONTIERE (Si l arrêté de reconduite à la frontière a été pris à la suite d un refus de séjour

Plus en détail

DECISION DCC 14 208 DU 11 DECEMBRE 2014

DECISION DCC 14 208 DU 11 DECEMBRE 2014 DECISION DCC 14 208 DU 11 DECEMBRE 2014 Date : 11 Décembre 2014 Requérant : Codjo Joseph TOÏ Contrôle de conformité Conflit de travail Traitement discriminatoire Application de l article 26 alinéa 1er

Plus en détail

Association Régionale pour le Fleurissement et l Embellissement du Cadre de Vie

Association Régionale pour le Fleurissement et l Embellissement du Cadre de Vie Association Régionale pour le Fleurissement et l Embellissement du Cadre de Vie Provence Alpes Côte d Azur «Notre Provence est une terre qui se mérite et qui s'entretient chaque jour avec la passion et

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Paris le 14 avril 2008 Egalité sociale, égalité politique Intervention

Plus en détail

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles

Mardi 22 novembre 2005, Bruxelles DISCOURS DE M. LE VICE PRÉSIDENT FRATTINI, À L OCCASION DU SÉMINAIRE DE TRAVAIL DES MEMBRES DU RÉSEAU DES PRÉSIDENTS DES COURS SUPRÊMES DE L UNION EUROPÉENNE AVEC LES REPRÉSENTANTS DES INSTITUTIONS DE

Plus en détail

Observations sur l avant projet de circulaire relative au rôle de l institution judiciaire en matière de protection de l enfance.

Observations sur l avant projet de circulaire relative au rôle de l institution judiciaire en matière de protection de l enfance. Observations sur l avant projet de circulaire relative au rôle de l institution judiciaire en matière de protection de l enfance. 1- Un oubli: le rôle central du juge des enfants dans la protection judiciaire

Plus en détail

QUELQUES AVIS DE LA COMMISSION DEONTOLOGIE. 1- Le partage d informations entre assistants sociaux d un même service

QUELQUES AVIS DE LA COMMISSION DEONTOLOGIE. 1- Le partage d informations entre assistants sociaux d un même service QUELQUES AVIS DE LA COMMISSION DEONTOLOGIE 1- Le partage d informations entre assistants sociaux d un même service Question : Je souhaiterais obtenir des références sur «le partage entre Assistantes sociales

Plus en détail

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE CABINET DE FREDERIK BERNARD MAIRE DE POISSY Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE Fête du personnel - 31 mai 2013 Hôtel de ville 1 Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010

Discours d ouverture du 2ème Forum international. des Travailleurs Sociaux de Rue. 26 octobre 2010 Discours d ouverture du 2ème Forum international des Travailleurs Sociaux de Rue 26 octobre 2010 Jan Jařab, Représentant régional de la Haut-Commissaire de l ONU pour les Droits de l Homme Mesdames et

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LE POINT DE VUE DES MILIEUX DU TRAVAIL Me Claudine Roy Contrairement aux autres conférenciers qui, jusqu à présent, vous ont

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES UNETICA

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES UNETICA UNION SYNDICALE DES MAGISTRATS 33, rue du Four 75006 PARIS Tél. : 01 43 54 21 26 Fax : 01 43 29 96 20 E-mail : usmagistrats@club-internet.fr Site:www.union-syndicale-magistrats.org DIXIEME FORUM INTERNATIONAL

Plus en détail

Il y a en France une répugnance à saisir le juge dans le dessein bien précis de faire avancer tel ou tel droit, telle ou telle cause.

Il y a en France une répugnance à saisir le juge dans le dessein bien précis de faire avancer tel ou tel droit, telle ou telle cause. Je remercie les organisateurs de cette conférence de m avoir inviter pour évoquer avec vous les stratégies procédurales mise en place pour obtenir une égalité de traitement pour les lesbienne et les gays

Plus en détail

Réunion du Bureau de l Assemblée parlementaire de la Francophonie Phnom Penh (Cambodge) 8 février 2012

Réunion du Bureau de l Assemblée parlementaire de la Francophonie Phnom Penh (Cambodge) 8 février 2012 Réunion du Bureau de l Assemblée parlementaire de la Francophonie Phnom Penh (Cambodge) 8 février 2012 Communication de Madame Anissa BARRAK Directrice régionale de l Organisation internationale de la

Plus en détail

Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise

Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise Discours de Son Excellence Monsieur Ali BONGO ONDIMBA Président de la République Gabonaise A l Occasion du Forum des Dirigeants 36 e Conférence Générale de l UNESCO Comment l UNESCO contribue t elle à

Plus en détail

MONSIEUR LE PROCUREUR GENERAL. Propos introductifs. «La place de l autorité judiciaire dans les institutions» Assemblée Nationale - Hôtel de Lassay

MONSIEUR LE PROCUREUR GENERAL. Propos introductifs. «La place de l autorité judiciaire dans les institutions» Assemblée Nationale - Hôtel de Lassay MONSIEUR LE PROCUREUR GENERAL Propos introductifs «La place de l autorité judiciaire dans les institutions» Assemblée Nationale - Hôtel de Lassay Mercredi 25 mai 2016 à 8H45 Monsieur le Président de l

Plus en détail

Rapport de Monsieur Aziz SMIRES, Président d honneur de l Association Taïmate Séminaire préparatoire de Khénifra Du 1 er au 5 novembre 2007

Rapport de Monsieur Aziz SMIRES, Président d honneur de l Association Taïmate Séminaire préparatoire de Khénifra Du 1 er au 5 novembre 2007 Rapport de Monsieur Aziz SMIRES, Président d honneur de l Association Taïmate Séminaire préparatoire de Khénifra Du 1 er au 5 novembre 2007 «Initiatives locales et développement participatif au service

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

CONCOURS INTERNATIONAL D ARBITRAGE FRANCOPHONE DE MONTPELLIER CONCOURS SERGE LAZAREFF

CONCOURS INTERNATIONAL D ARBITRAGE FRANCOPHONE DE MONTPELLIER CONCOURS SERGE LAZAREFF CONCOURS INTERNATIONAL D ARBITRAGE FRANCOPHONE DE MONTPELLIER CONCOURS SERGE LAZAREFF Droit des affaires, droit des contrats Concours 2015-2016(17 ème session) Organisé par L Équipe de Droit de la Consommation

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION Patrick de SAINTE-LORETTE Jo MARZÉ LA LETTRE DE MOTIVATION Troisième édition Éditions d'organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2860-4 Chapitre 2 LA MÉTHODE DES POINTS FORTS 1. Les différentes catégories de points

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public!

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public! CONSIGNES GENERALES : 1. c est gratuit (par lettre simple : coût d un timbre postal), sans avocat, et cela ne me causera aucun risque; 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut

Plus en détail

N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS

N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS (Rapporteur au nom de la Commission de Législation : M Pierre Lorenzi) Le

Plus en détail

L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire

L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire SPEECH/10/196 Michel Barnier Membre de la Commission européenne chargé du Marché intérieur et des services L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire

Plus en détail

DECISION DCC 14-092 DU 15 MAI 2014

DECISION DCC 14-092 DU 15 MAI 2014 DECISION DCC 14-092 DU 15 MAI 2014 Date : 15 Mai 2014 Requérante : Toïbatou A. YESSOUFOU épouse SOUMANOU Contrôle de conformité Loi Fondamentale (violation article 3) Droits fondamentaux de la personne

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES : 3. c est gratuit (juste un timbre si envoi par courrier, mais envoi par mail ou fax possible)

CONSIGNES GENERALES : 3. c est gratuit (juste un timbre si envoi par courrier, mais envoi par mail ou fax possible) CONSIGNES GENERALES : 1. Il faut être maire ou adjoint 2. Je signe à la dernière page 3. c est gratuit (juste un timbre si envoi par courrier, mais envoi par mail ou fax possible) 4. c est simple : pas

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

Le mémento du référé précontractuel

Le mémento du référé précontractuel Aldo Sevino Le mémento du référé précontractuel Procédure, moyens et jurisprudence Éditions Eyrolles, 2008, ISBN 978-2-212-12260-2 ANNEXE 1 MODÈLES D ACTES 1 Exemple de demande de renseignements à la collectivité

Plus en détail

La justice se rend publiquement et il est dès lors bien naturel que les magistrats soient ainsi présentés au ressort dans lequel ils vont exercer ;

La justice se rend publiquement et il est dès lors bien naturel que les magistrats soient ainsi présentés au ressort dans lequel ils vont exercer ; Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames,Messieurs, Il est des traditions, modernes, ainsi l audience solennelle d installation de magistrats nouvellement nommés au Tribunal

Plus en détail

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Sarahta K. BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités

Plus en détail

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * *

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * * 30.7.2012 N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal SOMMAIRE: page Amendements adoptés par la Commission

Plus en détail

COUR D APPEL DE PARIS

COUR D APPEL DE PARIS (7 mai 2010) COUR D APPEL DE PARIS DOSSIER DE CANDIDATURE À L INSCRIPTION INITIALE SUR LA LISTE DES ENQUÊTEURS SOCIAUX Madame, Monsieur, Vous avez exprimé le souhait d être inscrit sur la liste des enquêteurs

Plus en détail

TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE PERPIGNAN CITATION A PREVENU DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL

TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE PERPIGNAN CITATION A PREVENU DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL 1 TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE PERPIGNAN CITATION A PREVENU DEVANT LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL L AN DEUX MILLE QUATORZE ET LE A la demande de : Monsieur Jean-Pierre CEVAER-VISONNEAU, Avocat au Barreau des Pyrénées-Orientales,

Plus en détail

cia-ica.ca / cia-ica.ca

cia-ica.ca / cia-ica.ca Le 7 mars 2014 Monsieur Frank C. Kraemer, c.r. Avocat principal et directeur général Administration judiciaire Magistrature des cours supérieures de la Colombie-Britannique Les palais de justice 800, rue

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

UN MOT DEUX PASSES. Mireille Scemama. Toulouse, décembre 2005.

UN MOT DEUX PASSES. Mireille Scemama. Toulouse, décembre 2005. UN MOT DEUX PASSES Mireille Scemama Toulouse, décembre 2005. Freud et Lacan sont morts. La psychanalyse, elle, reste. La psychanalyse se transmet. Mais seule la pratique ne suffit pas à justifier son existence.

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s )

I. Lignes directrices relatives à la notion «d effet sur le commerce» Sur le B. La notion de «commerce entre Etats membres» (pts 19 et s ) Laurence Idot Professeur Agrégé à l Université Paris I-Panthéon/Sorbonne vice-présidente de l Association Francaise d Etude de la Concurrence (AFEC) 12, place du Panthéon 75 005 Paris Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité»

«Je jure comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, confiance, indépendance, probité et humanité» OIJJ LONDRES 7.11.12 LES JEUNES, LA CRIMINALITE ET LA SOLIDARITE : LES IMPLICATIONS POUR LE CHANGEMENT par Madame Dominique ATTIAS Pour pouvoir exercer, le futur avocat se présente en robe devant le Premier

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Maltraitance et Negligence des Enfants

Maltraitance et Negligence des Enfants Maltraitance et Negligence des Enfants Hotline: (212) 343-1122 www.liftonline.org Ce guide explique ce qui se passe si vous êtes poursuivi, en anglais «prosecuted» (PROSS-e-kyu-ted) en justice pour maltraitance,

Plus en détail

Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses

Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses PREMIER MINISTRE SERVICE DE PRESSE Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses Hôtel de Matignon, mercredi 5

Plus en détail

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1

Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Milieu résidentiel, milieu ouvert, deux manières différentes de concevoir l éducation? VINCENT Claude 1 Tout au long de ce récit, je vais essayer de vous faire part de quelques réflexions émanant de ma

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS REUNION AVEC LES BATONNIERS ETRANGERS Rentrée du barreau de Paris 4 décembre 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

Révision par l ombudsman de Radio-Canada d une plainte à propos d un reportage diffusé au Téléjournal Grand Montréal, le 5 août 2015.

Révision par l ombudsman de Radio-Canada d une plainte à propos d un reportage diffusé au Téléjournal Grand Montréal, le 5 août 2015. 1 Révision par l ombudsman de Radio-Canada d une plainte à propos d un reportage diffusé au Téléjournal Grand Montréal, le 5 août 2015. LA PLAINTE Le plaignant, M. Nicolas Landry, est policier enquêteur

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

A renvoyer dans les meilleurs délais et, dans tous les cas, au plus tard le 15 septembre de chaque année. par voie postale à :

A renvoyer dans les meilleurs délais et, dans tous les cas, au plus tard le 15 septembre de chaque année. par voie postale à : Demande d inscription initiale au tableau annuel des experts établi auprès des cours administratives d'appel de Paris et de Versailles et des tribunaux administratifs du ressort de ces deux cours 1 (Article

Plus en détail

les cahiers de l UNAPEI

les cahiers de l UNAPEI les cahiers de l UNAPEI 01 handicaps guide pratique de la communication aidée pour faciliter l accès à l information et à la communication au service de la participation des personnes handicapées intellectuelles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX00650 Inédit au recueil Lebon M. LEDUCQ, président Mme Evelyne BALZAMO, rapporteur M. ZUPAN, commissaire du gouvernement SCP CHARREL ET ASSOCIÉS, avocat(s)

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 40191/02 présentée par Patrick

Plus en détail

La lettre de la S.C.B.

La lettre de la S.C.B. Octobre 2015 Nume ro 5 Les conséquences des décrets «Magendie» sur la responsabilité civile professionnelle des avocats Introduction La lettre de la S.C.B. Les décrets Magendie, depuis leur entrée en vigueur

Plus en détail

JEU DE RÔLE. FICHE PERSONNAGE DU JUGE DES ENFANTS (M. OU Mme MAGIS)

JEU DE RÔLE. FICHE PERSONNAGE DU JUGE DES ENFANTS (M. OU Mme MAGIS) LIBERTÉS ET JUSTICE CITOYENNETÉ FERROVIAIRE Activités élève JEU DE RÔLE Vous allez interpréter un jeu de rôle composé de 7 personnages appelés à s exprimer à l occasion d un procès. En vous mettant dans

Plus en détail

AVOCAT ETRANGER PIECES A FOURNIR. courrier de demande adressé à Monsieur le Bâtonnier. copie du protocole de réciprocité (traduction en français)

AVOCAT ETRANGER PIECES A FOURNIR. courrier de demande adressé à Monsieur le Bâtonnier. copie du protocole de réciprocité (traduction en français) AVOCAT ETRANGER PIECES A FOURNIR courrier de demande adressé à Monsieur le Bâtonnier formulaires de demande d autorisation d'exercice et demande de carte professionnelle dûment complétés (la carte sera

Plus en détail

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE L An Deux Mille DIX et le A la demande de : Monsieur Christian NOGUES, né le né le 3 mai 1956 à Chambéry (73), de nationalité française, demeurant

Plus en détail

4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français

4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français 4 ème Congrès de l Association des Cours constitutionnelles ayant en partage l usage du français Allocution de Son Excellence Monsieur Abdou DIOUF Secrétaire général de la Francophonie Paris, le 13 novembre

Plus en détail

ENAP vendredi 19 septembre 2014

ENAP vendredi 19 septembre 2014 Discours de Mme Isabelle Gorce, directrice de l administration pénitentiaire, à l occasion de la cérémonie de clôture de la 6 ème promotion d élèves directeurs pénitentiaire d insertion et de probation

Plus en détail

Objet : code de déontologie/ doctrine n 08 Nos. Réf. : Jur/G.ORS/n 01/10.02.10 Paris, le 10 février 2010

Objet : code de déontologie/ doctrine n 08 Nos. Réf. : Jur/G.ORS/n 01/10.02.10 Paris, le 10 février 2010 CNO 120/122 rue Réaumur 75002 PARIS Conseil national Alain POIRIER Président de la Commission de déontologie Gérald ORS Responsable du Pôle juridique Objet : code de déontologie/ doctrine n 08 Nos. Réf.

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012. EURL David Ramirez. (Mandat et discipline des juges consulaires)

Commentaire. Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012. EURL David Ramirez. (Mandat et discipline des juges consulaires) Commentaire Décision n 2012-241 QPC du 4 mai 2012 EURL David Ramirez (Mandat et discipline des juges consulaires) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 6 mars 2012 (chambre commerciale,

Plus en détail

Compte-rendu de la journée d information professionnelle

Compte-rendu de la journée d information professionnelle 32 rue Yves Toudic 75010 Paris tel : 01 53 34 64 15 tram-idf@wanadoo.fr www.tram-idf.fr Compte-rendu de la journée d information professionnelle Contrats et rémunérations : pratiques et usages dans les

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

L entretien de réprimande Définition, But et objectif

L entretien de réprimande Définition, But et objectif L entretien de réprimande ème année SIGF 4 Réalisé par : HASSOU Salma LACHGAR Amina Année universitaire : 2012/2013 INTRODUCTION Vous est-il déjà arrivé de faire prendre conscience à l un de vos proches

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des. femmes. Ouverture du colloque 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Ouverture du colloque «Observance, autonomie, responsabilité» Lundi 1 er juin 2015 Seul le prononcé

Plus en détail

SARL CONSTRUCTIONS DU BRASSENX

SARL CONSTRUCTIONS DU BRASSENX Monsieur le Premier Président, Cour d Appel de Pau Affaire : Constructions du Brassenx /URSSAF Le 30 03 2011 Audience : 04 01 2011 à 13h45 OBJET : Récusation du Tribunal de Commerce de Pau Monsieur le

Plus en détail

FONDS DE DOTATION DU BARREAU DE LYON

FONDS DE DOTATION DU BARREAU DE LYON FONDS DE DOTATION DU BARREAU DE LYON Promouvoir & Protéger les Droits de l Homme et l Etat de Droit B a r r e a u d e L y o n 4 2 r u e d e B o n n e l 6 9 4 8 4 L y o n C e d e x 0 3 T é l é p h o n e

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

Allocution de M. François Weil, recteur d académie, chancelier des universités de Paris Remise du prix Seligmann contre le racisme 5 février 2014

Allocution de M. François Weil, recteur d académie, chancelier des universités de Paris Remise du prix Seligmann contre le racisme 5 février 2014 Allocution de M. François Weil, recteur d académie, chancelier des universités de Paris Remise du prix Seligmann contre le racisme 5 février 2014 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les membres

Plus en détail

Association des professeurs de philosophie de l enseignement public Régionale de Rouen

Association des professeurs de philosophie de l enseignement public Régionale de Rouen Association des professeurs de philosophie de l enseignement public Régionale de Rouen Une lettre du Recteur de l Académie de ROUEN bien inquiétante : Le 16.10.2001, le Recteur de l Académie de Rouen a

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale La direction de la police judiciaire et son contrôle par les autorités judiciaires au Sénégal Textes de référence :! loi n 65-61 du 21juillet1965 (Code de procédure pénale).! loi n 85-25 du 25 février

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. VERTISSEMENT e texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com e texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation de

Plus en détail

Marché public. Déclaration du candidat

Marché public. Déclaration du candidat Marché public Déclaration du candidat Le présent document de 8 pages (page de garde incluse) est conforme aux exigences des articles 43 et suivants du code des marchés publics et suffit à lui seul à répondre

Plus en détail

Aujourd hui, notre pays est confronté à une adversité que nous n avions pas connue depuis des décennies.

Aujourd hui, notre pays est confronté à une adversité que nous n avions pas connue depuis des décennies. RENTRÉE DU BARREAU DE PARIS ET DE LA CONFÉRENCE DISCOURS DU VICE-BÂTONNIER LAURENT MARTINET 1 re chambre de la cour d appel de Paris Vendredi 11 décembre 2015 Madame la Ministre - Madame la Garde des Sceaux,

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

Règlement sur les modalités d élection au Conseil d administration de l Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec

Règlement sur les modalités d élection au Conseil d administration de l Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec Ce document n a pas de valeur officielle. Les textes ayant force de loi sont ceux parus dans la Gazette officielle du Québec. Règlement sur les modalités d élection au Conseil d administration de l Ordre

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA POLYNESIE FRANCAISE M. EDOUARD FRITCH. 26 juin 2015 20 ANS DE VINI

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA POLYNESIE FRANCAISE M. EDOUARD FRITCH. 26 juin 2015 20 ANS DE VINI DISCOURS DU PRESIDENT DE LA POLYNESIE FRANCAISE Monsieur le Vice-président, Messieurs les ministres, M. EDOUARD FRITCH 26 juin 2015 20 ANS DE VINI Mesdames et messieurs les administrateurs de l Office

Plus en détail

L adolescent et le patrimoine

L adolescent et le patrimoine Intervention de Jean-Claude QUENTEL dans le cadre de la journée Coup de jeune sur la patrimoine organisée le vendredi 15 novembre 2013 aux Champs Libres, à Rennes, par le Conseil régional de Bretagne.

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail