PLAN DIRECTEUR DE LA SADC SUR LE DÉVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES DANS LE SECTEUR DES TIC : Juillet 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DIRECTEUR DE LA SADC SUR LE DÉVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES DANS LE SECTEUR DES TIC : Juillet 2012"

Transcription

1 PLAN DIRECTEUR DE LA SADC SUR LE DÉVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES DANS LE SECTEUR DES TIC : Juillet

2 Table des matières Liste de tableaux... 4 Liste de figures... 5 Liste d'annexes... 6 Abréviations...7 Définitions...11 Résumé analytique Introduction Buts et objectifs du secteur Cadre politique et législatif accompagnant le secteur des TIC Le Plan indicatif régional de développement stratégique Protocoles et autres documents et statuts Analyse de situation Situation actuelle du secteur Téléphonie vocale Accès Internet et au large bande Infrastructures à fibre optique Infrastructures de communication terrestres Fournisseurs privés d'infrastructures de télécommunications Échange de trafic Internet au niveau national et régional Infrastructures postales Communication, services et applications en ligne Coûts / tarifs des TIC Recherche, innovation, formation, et développement de contenu et de l'industrie Environnement favorable et dispositions institutionnelles Niveau international / continental Coopération régionale (politiques, stratégies et projets) Dynamique au niveau des États membres Projections et tendances pour Besoins en matière d'infrastructure Infrastructures de base Secteur postal Besoins supplémentaires en matière d'infrastructure Évaluation de l'écart entre la situation actuelle et les exigences pour Infrastructures Fiabilité et sécurité des réseaux et des services Services et applications en ligne, renforcement des capacités et développement de contenu Recherche, innovation et développement de l'industrie Environnement politique et règlementaire favorable Écarts propres aux services postaux Lacunes transversales Cadre stratégique

3 3.1 Stratégie pour combler les lacunes et résultats attendus d'ici Importance du secteur et objectifs prioritaires Cadre politique et règlementaire Dispositions institutionnelles Projets et interventions Corrélation et intégration avec d'autres secteurs d'infrastructure Hyphothèses et risques Hyphothèses Risques et mesures d'atténuation potentielles Préparation aux tendances futures du secteur (au- delà de 2027) Stratégie de mise en oeuvre Plan de mise en oeuvre Liste prioritaire des projets et des besoins en ressources Modalités de mise en oeuvre Facteurs essentiels pour une mise en œuvre réussie

4 Liste de tableaux Tableau 1 : Situation concernant l octroi de licences de télécommunications dans les États membres de la SADC Tableau 2 : Taux de pénétration du large bande dans les États membres de la SADC Tableau 3 : Liaisons sous- marines à fibre optique des États membres de la SADC avec le reste du monde Tableau 4 : Matrice d interconnexion transfrontalière Tableau 5 : Sommaire de l interconnectivité en SADC continentale Tableau 6 : Liste des opérateurs qui s échangent directement du trafic dans la région continentale de la SADC Tableau 7 : État de l infrastructure informatique des opérateurs de services postaux de la SADC Tableau 8 : Bureaux de poste, boîtes postales et adressage de codes postaux au sein de la SADC Tableau 9 : Panier de prix des TIC pour la région de la SADC Tableau 10 : Stratégies nationales en matière de TIC Tableau 11 : Prévision des exigences nationales et internationales en capacité pour les États membres de la SADC d ici à Tableau 12 : Bureaux de poste requis pour donner suite aux recommandations de l UPU, qui visent un bureau de poste pour habitants en Tableau 13 : État d avancement et besoins engendrés par les réseaux d interconnexion transfrontières Tableau 14 : Liens avec d autres secteurs d infrastructure Tableau 15 : Sommaire des plans directeurs régionaux des TIC et de leurs besoins en ressources

5 Liste de figures Figure 1 : Cadre de la SADC numérique Figure 2 : Croissance du nombre d abonnés mobiles dans la région de la SADC Figure 3 : Tendances de la densité d abonnés mobiles dans la région de la SADC Figure 4 : Taux moyen de pénétration de la téléphonie mobile dans le monde entier par rapport à la région de la SADC Figure 5 : Tendances de l accès aux lignes fixes dans la région de la SADC Figure 6 : Tendances du taux moyen de pénétration des lignes fixes dans la région de la SADC Figure 7 : Nombre d opérateurs mobiles par pays Figure 8 : Tendances du taux de pénétration d Internet dans la région de la SADC Figure 9 : Tendances du taux de pénétration moyen d Internet dans la région de la SADC Figure 10 : Déploiements du WiMax en Afrique australe Figure 11 : Tendances de pénétration du haut débit fixe dans la région de la SADC Figure 12 : Tendances de la téléphonie fixe et mobile à large bande dans le monde entier Figure 13 : Tendances d utilisation de la capacité de la bande passante internationale au sein de la SADC Figure 14 : Câbles sous- marins en Afrique Figure 15 : Infrastructures de télécommunications à fibre optique et par micro- ondes dans la région de la SADC d ici 2012 / 13 Figure 16 : Le Réseau SAPP Figure 17 : Réseau de Liquid Telecommunications et réseau dorsal régional prévu Figure 18 : Les ASN dans les États membres de la SADC Figure 19 : Nombre de bureaux de poste dans la région de la SADC Figure 20 : Nombre de boîtes postales dans la région de la SADC, à l exception de l Afrique du Sud Figure 21 : Adresses IP (protocole Internet) par habitant dans la région de la SADC Figure 22 : Nombre de noms de domaine enregistrés dans les États membres de la SADC Figure 23 : Taux de pénétration de Facebook dans les États membres de la SADC Figure 24 : Tarifs des appels fixes internationaux par minute dans les États membres de la SADC Figure 25 : Tarifs des appels entrants internationaux des mobiles par minute dans les États membres de la SADC 5

6 Liste d annexes Annexe 1 Sommaire et échéancier des stratégies de mise en oeuvre des projets Annexe 2 Jalons et objectifs de performance Annexe 3 Les projets TIC en détail Annexe 4 Détails budgétaires des projets... Error! Bookmark not defined.45 Annexe 5 Activités de la SADC existantes et en cours... Error! Bookmark not defined. Annexe 6 Recommandations du PIDA sur les infrastructures des TIC... Error! Bookmark not defined. 6

7 Abréviations ACDI AFD AIP AISI AMS- IX ARICEA ARN ARPU ARTAO ASCCI ASN ATM BAD BEI BFWA BGP BID BM BOS BP bps BRICS CDN CEA CEC CEDEAO CEEAC CER CERT CMR CNS CNUCED COD CoE COMESA CRASA CRDI CUA DAES DBSA DfID DID DNS DRM DSA DVB DWDM EAC EACO EAIF EASSy Agence canadienne de développement international Agence française de développement Tarification administrative incitative Initiative Société africaine à l ère de l information Point d échange Internet à Amsterdam Association des régulateurs de l information et de la communication de l Afrique orientale et australe Autorité règlementaire nationale Revenu moyen par utilisateur Association des régulateurs des télécommunications de l Afrique de l Ouest Association des chambres de commerce et d industrie de la SADC Numéro de système autonome Guichet automatique Banque africaine de developpement Banque européenne d investissement Accès hertzien fixe à large bande Border Gateway Protocol Banque islamique de développement Banque mondiale Botswana Standards bande publique Bit par seconde Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud Réseau de distribution de contenu Commission économique des Nations unies pour l Afrique Copperbelt Energy Corporation Communauté économique des États de l Afrique de l Ouest Communauté économique des États de l Afrique centrale Communauté économique régionale Équipe d intervention en cas d urgence informatique Conférence mondiale des radiocommunications Corridor Nord- Sud Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement Paiement à la livraison Centre d excellence Marché commun de l Afrique orientale et australe Association des organismes de contrôle des communications de l Afrique australe Centre de recherche pour le développement international Commission de l Union africaine Département des affaires économiques et sociales des Nations unies Banque de développement de l Afrique australe Département pour le développement international du Royaume- Uni Sélection directe à l arrivée Système de noms de domaine Digital Radio Mondiale Indemnité journalière de subsistance Diffusion vidéo numérique Multiplexage par répartition dense en longueurs d onde Communauté Est- africaine Organisation des communications en Afrique de l Est Fonds de développement des infrastructures de l Afrique émergente Système de câble sous- marin d Afrique de l Est 7

8 EIE EXIM FAP Gbit/s GIZ GMS GPRS GPS GSR gtld HF HIPSSA HOS IASP IFD IGAD IICD IMT IP IPP IPPP IPS IRU IS ISOC ISP IXP IXP/N IXP/R LINX LION LTE Mbit/s MEO MoU NEPAD NGN NICI NICTBB NorAID NPCA NREN NSO O3B OGP OMC OMD OMPI ONG ONUDI OPGW OSISA OSS Étude d impact environnemental Export Import Plan d attribution des fréquences en matière de spectre radioélectrique Gigabit par seconde Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit Système de contrôle mondial Général Packet Radio Service (service de commutation par paquets) Système de positionnement mondial Colloque mondial des régulateurs Domaine générique de premier niveau Haute fréquence Harmonisation des politiques des TIC en Afrique sub- saharienne Chefs d État Réseau mondial des parcs scientifiques Institution financière de développement Autorité intergouvernementale pour le gouvernement Institut international pour la communication et le développement Telecommunication mobile internationale Protocole Internet Producteur indépendant d électricité Politiques des producteurs indépendants d électricité International Postal System Droits irrévocables d usage Internet Solutions Internet Society Fournisseur de services et d accès Internet Point d échange Internet Point d échange internet national Point d échange Internet régional Point d échange Internet de Londres Lower Indian Ocean Network (câble sous- marin de l océan Indien) Évolution à long terme Mégabits par seconde Orbite terrestre moyenne Protocole d accord Nouveau partenariat pour le développement de l Afrique Réseau de nouvelle génération Plans nationaux de développement de l infrastructure dans le domaine de l information et des communications Réseau dorsal national TIC à large bande Comité d aide nord- irlandais Organe de planification et de coordination du NEPAD Réseau national de la recherche et de l enseignement Office national de la statistique Other Three Billion Partenariat pour un gouvernement transparent Organisation mondiale du commerce Objectifs du Millénaire pour le développement Organisation mondiale de la propriété intellectuelle Organisation non gouvernementale Organisation des Nations unies pour le développement industriel Fil de terre pour lignes électriques aériennes Initiative pour une société ouverte en Afrique australe Guichet unique 8

9 OUA PFGU PIB PIDA PIM PKI PME POI POP PPDF PPDR PPIU PPP PSM PSTN PTO QdS R&D RATT RCA RDC REN RIA RICTSP RIDMP RIO RIR RISDP RNB ROI ROW RSDI RTN SABA SADC SAFE SAPOA SAPP SAPRA SARUA SATA SFI SIDA SIM SLA SPV SRD SRII TCM TCS/PIP T- DAB TI TIC TLD Organisation de l Unité africaine Poste frontière à guichet unique Produit intérieur brut Programme pour le développement des infrastructures en Afrique Mémorandum d information sur les projets Infrastructure à clé publique Petites et moyennes entreprises Point d interconnexion Point de présence Mécanisme de préparation et d élaboration de projets Protection civile et secours en cas de catastrophe Unité de préparation et de mise en œuvre des projets Partenariat public/privé Puissance significative sur le marché Réseau téléphonique public commuté Opérateur public de télécommunications Qualité de service Recherche et développement Équipe de travail de l Alliance régionale République centrafricaine République démocratique du Congo Réseau de recherche et d éducation Application Internet riche Programme régional d appui aux TIC Plan directeur régional de développement des infrastructures Offre d interconnexion de référence Registre Internet régional Plan indicatif régional de développement stratégique Revenu national brut Retour sur investissement Reste du monde, ou Droits de passage Initiative régionale développement spatial Réseau de transport routier Association de radiodiffusion de l Afrique australe Communauté de développement de l Afrique australe Câble sous- marin Southern Africa- Far East- West Africa Association des opérateurs postaux d Afrique australe Pool énergétique de l Afrique australe Association des régulateurs postaux d Afrique australe Association des universités régionales d Afrique australe Association des télécommunications d Afrique australe Société financière internationale Agence suédoise de coopération internationale au développement Module d identité d abonné Contrat de niveau de service Entité ad hoc Dispositif à courte portée Infrastructures régionales de l information de la SADC Transport, Communication et Météorologie (Protocole) Politiques pour les transports et les communications / Plan prioritaire d investissements Radiodiffusion audionumérique de terre Technologies de l information Technologies de l information et de la communication Domaine de premier niveau 9

10 TNT TTA TV UA UAT UCP UE UIT UNCSTD UNESCO UPAP UPU USA USAID USF VoIP WACS WAN WiFi WiMax WSIS Televinion numérique terrestre Fonds d affectation spéciale de la Tripartite Télévision Union africaine Union africaine des télécommunications Unité de coordination des projets Union européenne Union internationale des télécommunications Commission des Nations unies de la science et de la technique au service du développement Organisation des Nations unies pour l éducation, la science et la culture Union panafricaine des postes Union postale universelle Etats- Unis d Amérique Agence des États- Unis pour le développement international Fonds de service universel Téléphonie vocale sur protocole Internet Système de câble ouest- africain Réseau étendu Fidélité sans fil Interopérabilité mondiale des accès d hyperfréquences Sommet mondial sur la société de l'information 10

11 Définitions 4G Appairage ASN Bande passante BGP Bps DNS DSL DWDM FAP Gbit/s Gigabit Internet IP IPS IRU La 4G est la dernière technologie à large bande pour les réseaux de téléphonie mobile Les technologies LTE- Advanced et WirelessMAN- Advanced sont officiellement désignées «IMT- évoluées» par l'uit - la nouvelle norme pour les réseaux sans fil 4G. L appairage, aussi appelé «l émetteur garde tout» ou «Bill and Keep», est un régime de compensation au taux zéro selon lequel les opérateurs de réseaux conviennent d'échanger du trafic sans frais. Cet accord est commun lorsque les réseaux ont à peu près les mêmes caractéristiques et les mêmes volumes de trafic, de telle sorte que la charge financière nette du flux de trafic entre ces réseaux est susceptible d'être faible. Le processus par lequel un réseau se qualifie pour l appairage se négocie généralement de gré à gré sur la base de la couverture du réseau, du volume de trafic, et de la fiabilité du réseau. L appairage est l alternative au «transit» où l ISP paie pour que ses paquets soient délivrés au réseau distant. L appairage et le transit se font souvent de manière plus efficace aux IXP, mais les liaisons physiques bilatérales directes entre les différents opérateurs de réseaux sont également communes. Numéro de système autonome - Des ASN uniques sont attribués à des opérateurs Internet par les registres Internet régionaux (RIR) pour être utilisés dans les systèmes de routage multivoies et sont un élément clé des réseaux indépendants, y compris le protocole BGP, pour s'assurer qu'ils soient connectés aussi directement que possible au plus grand nombre d'opérateurs de réseaux lorsque cela est économiquement et techniquement réalisable (voir Transit et Appairage). La taille ou la capacité d'une voie de télécommunications pour transférer des données, généralement mesurée par la vitesse du transfert des données, en bits par seconde (bps), bien qu elle soit souvent indiquée également dans la gamme de fréquences attribuée à la voie, mesurée en Hertz (Hz). Border Gateway Protocol. Le protocole standard utilisé pour s'assurer qu'il y ait plus d'une voie vers le réseau fournisseur d'accès Internet (voir ASN) Bits par seconde. Le nombre de bits qui passent par un point donné chaque seconde. La vitesse de transmission de l'information numérique, c'est à dire une mesure de la vitesse à laquelle des données peuvent être envoyées ou reçues. Souvent exprimé en Mbit/s, pour mégabits par seconde ou Gbit/s (gigabits par paillettes) pour des liaisons à fibre optique ou à large bande. Système de noms de domaine. Le DNS fait correspondre des noms lisibles/plus mémorables par l'utilisateur avec les adresses IP requises pour acheminer le trafic. Le DNS utilise une structure arborescente, qui divise l'internet en une structure hiérarchique de domaines et de sous- domaines. Les domaines de premier niveau (TLD) comprennent les domaines génériques tels que.com,.edu et.org, et les domaines correspondant aux codes de pays - cctld tels que.uk,.za,.gh ou.ke... Les administrateurs de chaque TLD peuvent créer autant de sous- domaines qu'ils le désirent. Un réseau international de serveurs DNS maintient à jour des informations sur chaque nom de domaine correspondant à chaque adresse IP ; des changements peuvent être effectués sur n importe quel serveur et ceux- ci sont rapidement diffusés à travers le réseau. Ligne d abonné numérique une technologie à large bande câblée qui utilise généralement le réseau de l'opérateur historique Multiplexage par répartition dense en longueurs d onde la norme actuelle pour la transmission des données via un câble à fibre optique. Plan d attribution des fréquences en matière de spectre radioélectrique. Gigabits par seconde Un milliard de bits Toile mondiale de réseaux informatiques qui utilisent le même protocole de communication appelé TCP/IP. Les réseaux dorsaux nationaux et internationaux de l'internet sont des lignes interurbaines à fibre optique de très haut débit appartenant à des sociétés de télécommunications. Les prestataires de services du National Tier- 1 rassemblent le trafic de données et les acheminent sur le réseau dorsal. Ils travaillent avec des prestataires de services locaux qui se connectent à leurs clients via des liaisons numériques ou des modems. Protocole Internet la norme d échange de données à commutation de paquets sur laquelle est fondée l Internet, de plus en plus utilisée pour le trafic vocal (VoIP). International Postal System un système international de gestion des postes élaboré par l UPU, qui comprend diverses fonctions comme le suivi et la localisation, entre autres. Droits irrévocables d usage une méthode commune d'achat d infrastructure à fibre optique, à long terme (généralement ans), en fonction de la capacité (Mbit/s ou STM- x) ou en tant que longueur d'onde ou de fibre noire. Mode préféré des grands opérateurs en tant que dépense unique d équipement. 11

12 ISP/Fournisseur Terme générique pour les organisations fournissant des services Internet tels que l hébergement de de services et sites Web et l accès Internet. Les fournisseurs de services et d accès Internet achètent de la bande d accès Internet passante auprès d'autres entreprises qui ont des liens directs vers l'internet. Les fournisseurs de services et d accès Internet vendent, à leur tour, de la bande passante aux consommateurs et aux entreprises en plus petits paquets. Par exemple, un ISP peut prendre la bande passante d'une connexion 45Mbit/s et la vendre à deux milliers d'utilisateurs du large bande à 256kbit/s, à un taux de contention de 10:1 IXP Point d échange Internet. Un endroit où de nombreux fournisseurs d'accès Internet se rencontrent pour échanger du trafic. Comme l'internet devient plus dense, les IXP doivent aussi se répandre davantage pour faire en sorte que le trafic local reste local. Les IXP régionaux sont des plateformes connectées à de nombreux câbles à fibre optique, où les fournisseurs de services Internet échangent du trafic. Large bande Une connexion ultra rapide (en plusieurs millions de bits) capable d assurer la lecture de multiples connexions vidéo en streaming. Libre accès Lorsqu'on se réfère à l'infrastructure, les modèles de prestation de services à libre accès veillent à ce que tous les opérateurs jouissent de conditions d'utilisation égales, le plus souvent pour l'accès aux câbles à fibre optique sur la base d une capacité (Mbit/s), d une longueur d'onde ou de fibres noires ; souvent vendues comme droits irrévocables d usage s étendant sur ans. Ligne louée Un circuit de télécommunications loué auprès d un opérateur de télécommunications pour relier deux ou plusieurs endroits. LTE Évolution à long terme. Les normes LTE- Advanced et WirelessMAN- Advanced portent désormais l appellation officielle «IMT évoluées» la nouvelle norme pour les réseaux sans fil 4G. Mbit/s Mégabits par seconde. Une unité de trafic ou de mesure de capacité. Mégabit Un million de bits. NGN Réseau de nouvelle génération un réseau entièrement IP pour transporter de la voix et des données O3B Other 3 Billion Un système de communication par satellite en orbite terrestre moyenne est en cours de lancement. Il offre des délais d attente bien inférieurs à ceux des liaisons satellite géostationnaires traditionnelles. OFC Câble à fibre optique. Technologie utilisant la fibre de verre pour la transmission de données. Le signal est imposé sur la fibre par l'intermédiaire d'impulsions (modulation) de lumière à partir d un laser ou d une diode électroluminescente (LED). En raison de sa bande passante élevée et de son manque de sensibilité aux interférences, un câble à fibre optique est utilisé dans des applications à forte capacité, à long parcours ou bruyants. Avec les progrès de la technologie de modulation, les câbles à fibre optique internationaux sont désormais généralement déployés avec une capacité de transmission en térabits. OPGW Fil de terre pour lignes électriques aériennes un endroit pour le câblage à fibre optique sur des lignes électriques - colonnes et pylônes à haute tension. Passerelle internationale Techniquement, il s'agit d'une installation destinée à consolider et partager le coût des liaisons internationales et des points de terminaison. En pratique, la passerelle internationale est une période de licence utilisée par de nombreux gouvernements des pays en voie de développement qui permettent à l opérateur en situation de monopole d acheminer du trafic international. Dans certains pays, un ou deux opérateurs supplémentaires de passerelles internationales ont été autorisés. Il s agit souvent d opérateurs de téléphonie mobile. Pétabit Mille térabits PKI Infrastructure à clé publique - un ensemble de documents, de programmes, de personnes, de politiques et de procédures nécessaires pour créer, gérer, distribuer, utiliser, stocker et révoquer des certificats numériques. PSTN Réseau téléphonique public commuté - Le système téléphonique vocal traditionnel, basé sur des protocoles de réseau commutés (plutôt que par paquets). PTO Opérateur public de télécommunications - se réfère généralement à l'opérateur historique qui appartient à l'état, bien que techniquement, la distinction entre la ligne fixe, les opérateurs de téléphonie mobile et les ISP soit de plus en plus floue. Redondance Redondance des connexions voie alternative, normalement sur une deuxième liaison physique. Réseaux dorsaux Les grands axes d'un réseau utilisés comme voies pour acheminer le trafic entre divers réseaux. Les réseaux dorsaux peuvent être une infrastructure physique des télécommunications ou des circuits Internet établis par un opérateur Internet. RIR Registre Internet régional. Les cinq organisations responsables de l'attribution des adresses IP aux opérateurs de réseaux dans leurs régions respectives - Afrique, États- Unis, Asie- Pacifique, Amérique latine et Europe - AfriNIC, ARIN, APNIC, LACNIC et RIPE NCC. SDA Sélection directe à l arrivée numéros de téléphone liés aux passerelles VoIP. PSM Puissance significative sur le marché. Définition utilisée par les régulateurs pour aider à assurer un pied d'égalité en présence d'un opérateur dominant sur le marché et qui est donc en mesure de pratiquer des prix compétitifs (en général, le monopole de l opérateur historique appartenant à l'état). La 12

13 SRD Térabit TNT Transit VoIP VPN WACS WiFi WiMax WirelessMan- Advanced WLL WSIS détermination de la PSM permettra au régulateur de fixer les tarifs pratiqués et d imposer d autres conditions à l'opérateur. Dispositif à courte portée Mille gigabits Télévision numérique terrestre La nouvelle norme pour la radiodiffusion télévisuelle à laquelle la plupart des pays se sont engagés à des délais fermes pour faire migrer leurs services de télévision à l'écart des bandes de fréquences analogiques, en particulier dans la bande du 700Mhz, qui sera libérée pour une utilisation du large bande à laquelle seront attribuées des fréquences du dividende numérique. Le transit est un arrangement selon lequel les réseaux vendent l'accès à leurs clients, habituellement d'autres réseaux. Les frais de transit sont fixés par négociation et ne sont souvent pas divulgués publiquement. Les accords de transit donnent habituellement accès à un ensemble de réseaux qui ne se limitent pas à un seul pays. Dans de nombreux cas, un arrangement de transit Internet avec un grand réseau peut accorder l accès à un petit réseau à distance au reste du monde (ROW). Téléphonie vocale sur protocole Internet Réseau privé virtuel Un réseau sécurisé par cryptage, qui utilise habituellement une partie de l Internet public, et qui est utilisé principalement par les entreprises et les pouvoirs publics. Système de câble ouest- africain Un câble à fibre optique sous- marin qui relie un nombre de pays membres de la SADC à d autres pays de la côte ouest de l Afrique et à l Europe. Fidélité sans fil le protocole de données à spectre étalé le plus commun, utilisé dans les zones cliquables pour partager ou répartir une liaison à large bande Interopérabilité mondiale des accès d hyperfréquences une norme d'échange de données élaborée avec le soutien d'intel, à laquelle se substituent maintenant les technologies LTE- Advanced et WirelessMAN- Advanced. L'une des deux normes officielles de l'uit pour le 4G à large bande. Boucle locale sans fil une liaison de voix ou de données, établie par micro- ondes et sans fil avec l'utilisateur final, au Sommet mondial sur la société de l'information. 13

14 Résumé analytique Les technologies de l information et de la communication (TIC) sont devenues l âme de l'économie du savoir ou, comme certains l ont fait reconnaître, l'électricité du 21 e siècle. Dans les deux cas, l accès abordable aux TIC constitue un droit de l homme et contribue de manière importante à la croissance économique et au bien- être social. Le chapitre des TIC du Plan directeur a pour but de décrire les mesures requises pour veiller à ce que chaque État membre de la SADC ait pleinement accès aux infrastructures et aux services TIC. De manière plus concrète, la vision pour la réalisation d une «SADC numérique» d ici 2027 s inspire de certains principaux avantages attendus d une société axée sur le savoir, notamment : La prise de décisions rapide et bien éclairée gouvernance efficace et transparente, industries compétitives à l échelle mondiale, public bien informé ; L apprentissage à vie accès instantané à la connaissance et à de meilleurs emplois ; L inclusion sociale et culturelle la fin de l isolement et de la discrimination ; Plus de possibilités en matière de création de richesse, de moyens de subsistance, et d emplois ; Des déplacements transfrontaliers efficaces et des marchés homogènes pour les biens et les services ; Une production agricole accrue et des marchés de produits agricoles plus efficients ; L accessibilité des services gouvernementaux, commerciaux et financiers, et la mise à disposition du patrimoine culturel et du savoir autochtone ; et Une population plus heureuse et en meilleure santé. Ces avantages sont fondés sur la promesse d'une connectivité à large bande illimitée et abordable, d un contenu riche, d applications utiles, de dispositifs d'accès et de systèmes postaux faciles à utiliser. La réalisation de ces objectifs d ici 2027 exigera des efforts rapides et concertés de tous. Cela commencerait idéalement au niveau des chefs d'état, en répartissant clairement les rôles et les responsabilités et en se fondant sur une approche systématique pour éliminer les goulets d'étranglement et identifier les meilleures méthodes pour aller de l'avant. Le cadre d une «SADC numérique» peut être décrit comme quatre piliers fondés sur une plateforme regroupant l Harmonisation politique et règlementaire des TIC, et la Fiabilité et la sécurité des réseaux et des services, comme l indique le schéma ci- dessous. Piliers : Infrastructure ; Services & applications en ligne ; Recherche, innovation et développement de l industrie ; et Renforcement des capacités & développement de contenu. Plateformes : Fiabilité et sécurité des réseaux et des services ; et Harmonisation politique et règlementaire. 14

15 PLAN DIRECTEUR DE LA SADC SUR LE DÉVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES DANS LE SECTEUR DES TIC : Juillet 2012 Figure 1 : SADC numérique 2027 L identification et la priorisation des projets qui soutiennent les plateformes et les piliers de ce cadre sont le produit essentiel de ce chapitre. Selon l analyse de la situation actuelle des TIC dans la région, l'une des principales difficultés réside dans le fait que, bien que la plupart des infrastructures sous- jacentes soient déjà en place, elles ne sont pas utilisées efficacement. Les États membres enclavés de la SADC continuent de payer plus pour voyager vers la côte ou dans le reste de l'afrique qu'ils ne le font pour se déplacer de la côte vers l'europe, les États- Unis ou en Asie. Dans de nombreux États membres de la SADC, les réseaux dorsaux nationaux à fibre optique requièrent une meilleure gestion, modernisation et extension ainsi que des prix plus abordables pour couvrir une plus grande partie de la population. De plus, en raison du développement limité des points d'échange de trafic Internet, un volume conséquent de trafic domestique et régional est échangé à l'étranger, aboutissant à une faible performance des réseaux et à des millions de dollars en taxes de transit versés chaque année aux opérateurs étrangers. Par conséquent, des coûts d'accès élevés prévalent dans la Région, ce qui limite sérieusement l'utilisation, en particulier celle des services à large bande auprès du grand public. En retour, il en résulte une demande latente pour le développement d applications et de services locaux, et les procédés manuels peu efficaces se poursuivent. Conjugué aux maigres capacités humaines, aux faibles niveaux de recherche et de développement, à l immaturité du matériel de commerce électronique qui ne disposent ni de systèmes de règlement ni de livraison physique, cela conduit à une faible masse critique d innovateurs, d investisseurs, d employeurs, de travailleurs qualifiés et d utilisateurs dans le domaine des TIC. Ces questions revêtent une importance encore plus grande dans les populations rurales, les régions éloignées et les groupes défavorisés, où les coûts et la demande non satisfaite de l'accès aux TIC sont beaucoup plus élevés et où les possibilités d'utiliser les technologies de l information pour accélérer leur développement sont peut- être plus nombreuses. Pour traiter ces questions qui touchent tous les pays du monde, des plans nationaux en matière de large bande sont mis en œuvre pour veiller à ce que tout le monde, y compris les habitants des zones rurales, ait accès à des services Internet rapides et abordables. Au cœur des solutions à ces problématiques se trouvent la modernisation et l harmonisation des politiques et des règlements, qui prendront en compte les dernières avancées technologiques, s'assureront que les meilleures 15

16 pratiques soient répandues dans toute la région, créeront des économies d'échelle et des possibilités de mutualisation des coûts, et tireront meilleur parti du potentiel des TIC pour appuyer l'intégration régionale. La création d un environnement dans lequel prospèreront les TIC fait partie d'un cadre stratégique qui poursuit des objectifs à court et à long terme. Dans le court terme, l'objectif principal est d'aider les États membres à mutualiser les coûts requis pour veiller à ce que les piliers essentiels soient mis en place - une connectivité sécurisée et abordable et des dispositifs d'accès, des applications utiles, des contenus riches, et des capacités humaines suffisantes - afin d exploiter au maximum leur potentiel. Cela établirait les bases d'un marché dynamique des TIC dans lequel l offre et la demande seraient bien équilibrées, permettant à chaque État membre de répondre à ses objectifs politiques à plus long terme pour s'assurer que n importe qui, quel que soit son niveau de revenu ou sa situation géographique, puisse profiter pleinement des avantages. Dépendant du pays, les priorités comprendraient probablement l'extension des réseaux aux zones les plus reculées, la réduction des coûts d'accès à des niveaux qui incluraient même les plus démunis, une fiabilité assurée des réseaux en mettant en œuvre des routes de secours, et le renforcement des infrastructures d appui - notamment les systèmes postaux et l'approvisionnement énergétique. Mais d'abord, les principaux goulets d'étranglement stratégiques dans chaque État membre doivent être traités afin de s'assurer que le programme complet des TIC puisse progresser aussi rapidement et de la manière la plus rentable possible. Grâce à une méthodologie d'évaluation rapide visant à obtenir des résultats rapides, les principales contraintes politiques et réglementaires de chaque pays seront identifiées pour être traitées en priorité et à court terme (moins de 12 mois). Cela permettra des gains rapides à bas coûts, qui amélioreront sensiblement l environnement dans ce secteur dans un délai très court. L'évaluation portera sur les questions actuellement considérées comme étant les plus importantes : L'accès au spectre radioélectrique à large bande et l'utilisation de l espace blanc du spectre TV pour le haut débit - réduire le coût élevé des licences d utilisation du spectre des radiofréquences et assurer la disponibilité des fréquences optimales pour le haut débit ; L'accès aux réseaux dorsaux nationaux et aux infrastructures à fibre optique des opérateurs de réseaux à des taux établis en fonction du marché - étendre la couverture nationale du réseau et plusieurs voies transfrontalières/internationales ; et Les marchés ouverts et une approche technologiquement neutre en termes d 'octroi de licences pour les nouveaux opérateurs des infrastructures des TIC - accroître la concurrence et encourager de nouveaux investissements dans le réseau «moyenne distance» et le réseau «dernier kilomètre» pour assurer des services plus efficaces. Parallèlement à l'évaluation rapide, le projet de créer un environnement politique et règlementaire favorable instaurerait également un appui à plus long terme pour les examens nationaux intégrés en matière de TIC pour chaque État membre, avec pour but d évaluer l'état global de la réforme du secteur des TIC et de la libéralisation des marchés, et d appuyer les stratégies nationales de développement de la technologie à large bande. Ce processus est déjà en cours dans certains États membres. Avec l assise solide que procure l'environnement politique et réglementaire au Cadre de la SADC numérique 2027, les autres activités du programme d appui du Cadre sont décrites ci- dessous. Celles- ci ont été organisées comme suit, à des fins de cohérence et d'efficacité : a) Assurer la fiabilité et la sécurité des réseaux et des services : Rendre fiables et sûrs les réseaux de communication au sein de la région et des États membres, en créant des Équipes 16

17 d intervention en cas d urgence informatique et en établissant des normes pour les topologies et la pose de câbles à fibre optique afin de réduire au minimum les temps d'arrêt ; b) Infrastructures : i) Consolider les infrastructures dorsales de communication régionales : Faire en sorte que la région soit pleinement interconnectée aux échelles nationale, régionale, interrégionale et mondiale, à travers des liaisons à fibre optique fiables et abordables. Chaque capitale dans la région est liée à tous ses voisins par l'intermédiaire d'au moins deux voies, et à au moins deux réseaux sous- marins transcontinentaux. Les systèmes postaux y sont omniprésents et une connectivité par satellite à prix abordable est disponible pour les régions éloignées situées à l écart de l'infrastructure à fibre optique ; ii) Infrastructure large bande intégrée de la SADC, au niveau régional et national : Faire en sorte que la region SADC dispose d'une infrastructure à haut débit totalement intégrée, redondante, autoréparable et résistante, même dans les zones rurales ou mal desservies. Cela aboutira à un réseau à large bande fiable, robuste, complet et intégré qui contribuera à l'intégration régionale et pemettra de satisfaire tant les demandes actuelles que les besoins futurs. Une telle infrastructure repondra aux exigencies regionals en matiere d interconnexion en offrant plusieurs routes et un acces à toutes les regions de la SADC d'un point de vue global ; iii) Renforcer le secteur postal : Mettre en œuvre les systèmes de code postal et d'adressage, étendre les réseaux des services postaux et de sécurité, revitaliser et améliorer la gamme de services postaux, en particulier le développement de services financiers dans le cadre de l'intégration des réseaux physiques et électroniques ; c) Renforcer les capacités et développer le contenu : Optimiser les capacités humaines pour tirer parti des TIC grâce au partage régional des coûts de : a) la sensibilisation des stratégies de développement appuyées par les TIC, des innovations sur le plan de la gouvernance et des opportunités commerciales, b) l'élaboration de normes de certification régionales pour la maîtrise de l information, c) la création de centres TIC, de centres d'excellence (CoE) et de référentiels de matériel d apprentissage en ligne ; d) Services et applications en ligne régionaux : Partager les coûts pour le développement d applications à travers la région, améliorer l'efficacité dans la prestation des services publics et le commerce, faciliter l'administration des flux régionaux de personnes, de biens et de services, et fournir un accès ouvert aux données publiques ; e) Recherche, innovation et développement de l'industrie des TIC : Renforcer les institutions de recherche et les PME exerçant dans le secteur des TIC, promouvoir la collaboration institutionnelle nationale et régionale, l'innovation et le développement de l'industrie locale de fabrication des TIC. Minimiser les effets négatifs des TIC sur l'environnement et utiliser les TIC pour d'atténuer les effets des changements climatiques ; et f) Suivre les progrès vers la réalisation d une SADC numérique 2027 : Assurer la disponibilité d informations actualisées sur l'utilisation des TIC dans chaque État membre et dans la région, appuyer la prise de décision stratégique et mesurer les progrès vers l atteinte des objectifs En termes de financement requis pour appuyer ces objectifs, estimé à environ 436 millions USD, il convient de noter que le retour sur investissement des projets TIC peut être relativement élevé par rapport aux autres secteurs des infrastructures, qu il s agisse des profits ou des gains d'efficacité. Dans le même temps, les coûts d'investissement sont relativement faibles alors que leur impact transcende pratiquement tous les autres secteurs. Par suite, une fois que les cadres politiques et réglementaires 17

18 seront mis en place de manière plus uniforme, la plupart des coûts de mise en œuvre seront assumés par le secteur privé ou par le biais de partenariats public- privé. En conséquence, le Plan directeur du secteur des TIC met impérativement l'accent sur les projets subventionnés dans le cadre du renforcement des capacités et de la mise en place d un environnement favorable pour fournir un meilleur accès aux infrastructures existantes et attirer davantage d'investissements dans de nouvelles infrastructures. Enfin, le chapitre des TIC du RIDMP prend également compte des composantes TIC des initiatives plus larges actuellement en cours dans le cadre du développement des infrastructures en Afrique, notamment à l'échelle du continent, grâce au Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA). Au niveau régional, le RIDMP fera également partie des contributions au Plan directeur interrégional en matière d infrastructures, proposé dans le cadre de la Tripartite COMESA- EAC- SADC, et devrait également prendre en compte les initiatives qui ont lieu dans la région de la CEEAC, à laquelle appartiennent aussi l'angola et la RDC. 18

19 1. Introduction Le chapitre des TIC du Plan directeur repose sur un examen détaillé de l'état actuel et des projets d infrastructures des TIC dans la région de la SADC et sur une évaluation de leur efficacité à satisfaire les besoins prévus à l'an Les principales institutions qui seraient impliquées dans le RIDMP et son développement seraient la Direction chargée de l infrastructure et des services de la SADC, la CRASA, la SATA, la SAPOA, les autorités réglementaires nationales, les ministères des TIC, et les institutions connexes comités de sélection, commissions et tribunaux, partenaires de développement et, idéalement, le bureau du chef d'état dans chaque pays membre. Sur un plan géographique plus large, une liaison permanente avec une série d'initiatives connexes devra être établie pour tirer profit des synergies et réduire au minimum les chevauchements. Ces initiatives comprennent le Plan directeur interrégional tripartite de l infrastructure, le TCS/PIP du COMESA et le PIDA, ainsi que les programmes de la CEEAC (en raison de l appartenance de la RDC et de l'angola à cette CER et, en particulier, le projet du Corridor Nord- Sud qui reliera les deux pays). 1.1 Buts et objectifs du secteur Les technologies de l'information et de la communication (TIC) comprennent un large éventail de technologies électroniques - informatique, télécommunications, Internet et radiodiffusion - ainsi que des programmes et des ressources connexes telles que les cartes numériques et le spectre radio, et l'infrastructure physique des dispositifs d'accès, les conduits pour les câbles à fibre optique, les pylônes et les antennes pour transmettre les signaux radioélectriques, ainsi que des réseaux physiques et financiers fournis par les banques et les services postaux. Ensemble, ces éléments sont reconnus comme des moteurs du développement social et économique, dont l'impact traverse pratiquement tous les autres secteurs. L'objectif de la section TIC du RIDMP vise donc à faire en sorte que ces technologies soient accessibles et abordables à tout citoyen dans la région de la SADC, et que les TIC soient pleinement en mesure de soutenir les programmes et les politiques nationaux de développement des États membres, et ceux de la région dans son ensemble. Cela comprend l'accélération de l'intégration régionale, l'inclusion des populations rurales et isolées, le renforcement de la concurrence, l optimisation du développement économique, la réalisation des OMD, l élimination des contraintes pesant sur l'offre et la réduction du coût de la conduite des affaires dans la région. De même, en fournissant un accès plus universel à la communication et aux TIC, la Région sera plus en mesure de répondre à son objectif global visant à réduire la pauvreté. Pour soutenir les services universels requis en matière de large bande, des améliorations majeures de la qualité des infrastructures des TIC dans la région seront nécessaires, notamment dans la perspective de rendre l'accès plus abordable et étendre la couverture dans les zones rurales. Hormis le fait de répondre aux contraintes du côté de l offre, d accroître l omniprésence et de réduire le coût de l'infrastructure sous- jacente, le Plan sectoriel des TIC vise également à stimuler la demande en améliorant, par exemple, la production du contenu et les services en ligne. Dans l'ensemble, les principaux domaines d'intervention nécessaires pour atteindre ces objectifs sont les suivants : Améliorer la politique des TIC et l'environnement réglementaire permettant de faire un usage plus efficace des infrastructures existantes, de réduire ses coûts d'utilisation, et d encourager les investissements dans de nouvelles infrastructures ; 19

20 Faciliter l'interconnexion au sein et parmi les États membres de la SADC, et parmi ceux de la Tripartite, en établissant des liaisons de communication à faible coût et de grande capacité en utilisant les liaisons terrestres à fibre optique entre les États membres voisins de la SADC et les régions avoisinantes ; Améliorer la couverture, la fiabilité et la sécurité des infrastructures des TIC ; Accroître l'étendue des compétences et des ressources humaines dans le domaine des TIC, l'investissement dans la recherche et le développement des TIC, et la collaboration du secteur privé pour le développement du secteur ; Accélérer l'adoption des TIC au sein du gouvernement, des organismes paraétatiques, du secteur privé et du public en général afin d'accroître les niveaux de prestation, l'efficacité, la rentabilité et la transparence, ce qui attirera de nouveaux investissements privés dans le secteur ; Utiliser les TIC pour aider à réduire l'empreinte carbone dans la région et minimiser les autres impacts sur l'environnement en utilisant des systèmes de surveillance intelligents, des dispositifs de télédétection et l approvisionnement par la foule ; et Utiliser des marqueurs de progrès pertinents pour mesurer les niveaux d utilisation des TIC et identifier les goulets d'étranglement. Ainsi, il en ressort que la majorité des activités proposées pour le Plan directeur du secteur des TIC sont des projets «souples», sans retour direct sur investissement, visant à mettre en place les capacités humaines nécessaires, des cadres institutionnels et des environnements politiques favorables. Dès que ces projets seront établis, il est prévu que le secteur privé sera désireux de mettre en œuvre la plupart des projets «audacieux». À cet égard, le secteur des TIC diffère quelque peu de la plupart des autres secteurs d'infrastructure couverts par le RIDMP, au sens que les coûts d investissement sont relativement faibles et le retour sur investissement risque d'être plus élevé. Et bien que l'ampleur du financement public nécessaire pour les projets souples ne soit pas négligeable, il y aura finalement de grandes retombées indirectes sur l'investissement grâce aux niveaux d efficacité et de transparence accrus, et aux recettes fiscales plus élevées résultant de la richesse créée par le «pétrole» de la révolution des TIC, qui s'infiltrent davantage dans tous les autres secteurs commerciaux. 1.2 Cadre politique et législatif accompagnant le secteur des TIC Les politiques et les cadres clés suivants se situent dans le contexte des objectifs plus larges du RIDMP, lesquels sont tous directement ou indirectement liés aux TIC, en raison de la nature transversale de la technologie : Le Protocole commercial de la SADC (1996) ; Le Protocole de la SADC sur la facilitation de la circulation des personnes (2006) ; Le cadre proposé pour la Zone de libre- échange COMESA- EAC- SADC (2010) ; Le Plan stratégique indicatif de développement régional de la SADC (RISDP) 2005 ; Le Protocole de la SADC sur les transports, la météorologie et les communications (1996) ; Les orientations stratégiques de la SADC sur les télécommunications (1998) ; La Déclaration de la SADC sur les TIC par les chefs d'état (2001) ; La Stratégie e- SADC (2010) ; et Le PIDA de l'union africaine (2012). Le Plan sectoriel se fonde également sur des cadres mondiaux et continentaux, sur des initiatives telles que le SMSI, le PIDA, le TCS/PIP du COMESA, l Initiative Connecter l Afrique, l Initiative Société africaine à l ère de l information (AISI), et sur les meilleures pratiques dans les politiques nationales des TIC, plus particulièrement celles relatives au haut débit. S'appuyant sur ces objectifs, ces politiques et ces plans bien établis, le Plan sectoriel des TIC est un 20

Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications

Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications Les synergies à développer dans les TIC Infrastructures régionales de communications Par Karim ATTOUMANI MOHAMED, @attoukarim, attoukarim[at]gmail.com 25 Octobre 2014 à Moroni - Union des Comores Quelques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE.

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. SOLUTIONS D AFFAIRES ROGERS En optant pour Solutions d affaires Rogers, vous profitez d une collaboration continue avec notre

Plus en détail

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale

NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale Réunion Ad hoc NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous-Régional pour l Afrique Centrale F Distr. : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.HLTIC/13/Inf.1 Février : 2013 Original : Français Ad Hoc

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

L opérateur satellitaire au service de la transition numérique en Afrique

L opérateur satellitaire au service de la transition numérique en Afrique L opérateur satellitaire au service de la transition numérique en Afrique 10 décembre 2013 CIRCAF Niamey - Astrid Bonté Responsable des Affaires Internationales - EUTELSAT Le rôle du satellite Il répond

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Introduction aux concepts et aux acteurs de l interconnexion Internet

Introduction aux concepts et aux acteurs de l interconnexion Internet L Internet est pour tous Introduction aux concepts et aux acteurs de l interconnexion Internet Document d information Introduction aux concepts et aux acteurs de l interconnexion Internet Introduction

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Novembre 2009

7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Novembre 2009 Le portage d infrastructuresd Les meilleures pratiques 7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Makhtar FALL makhtar.fall@itu.int RME/POL/BDT Union Internationale des Télécommunications International

Plus en détail

L Internet est pour tout le monde. Les points d échange Internet (IXP) Document d information

L Internet est pour tout le monde. Les points d échange Internet (IXP) Document d information L Internet est pour tout le monde Les points d échange Internet (IXP) Document d information Les points d échange Internet (IXP) Vue d ensemble Internet est devenu un outil essentiel pour la communication,

Plus en détail

Développement effectif de la large bande en Afrique

Développement effectif de la large bande en Afrique AGENDA Développement effectif de la Introduction à la large bande. Convergence et large bande. Initiatives pour le développement de la large bande INTRODUCTION A LA LARGE BANDE Définition de la large bande

Plus en détail

P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R

P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R 1. Pourquoi stimuler le commerce

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL Rapport du Consultant (Document de Travail) 20 CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL IV RAPPORT DU

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles RESEAUX ET SERVICES TELECOM PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles PROGRAMME TOTAL : 279 h Sur 6 mois ½ environ En Alternance Présentiel,

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL.

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL. COMMISSION DE L UNION AFRICAINE REPUBLIQUE DU SENEGAL ---------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TABLE RONDE DES

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Eutelsat: 30 ans de croissance ininterrompue

Eutelsat: 30 ans de croissance ininterrompue Eutelsat: 30 ans de croissance ininterrompue Dans la société numérique d aujourd hui, les satellites constituent une source privilégiée de bande passante, offrant une couverture de tous les territoires,

Plus en détail

LA TRANSMISSION SANS FIL HAUTE PERFORMANCE POUR LA DIFFUSION AUDIO & VIDEO

LA TRANSMISSION SANS FIL HAUTE PERFORMANCE POUR LA DIFFUSION AUDIO & VIDEO LA TRANSMISSION SANS FIL HAUTE PERFORMANCE POUR LA DIFFUSION AUDIO & VIDEO No wire, no compromise. BESOIN DE SOLUTIONS FLEXIBLES, FIABLES ET PERFORMANTES? VOTRE TEMPS EST PRÉCIEUX Placer les micros, installer

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE DJIBOUTI : HUB REGIONAL Pour LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Mars 2012 DRAFT PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE INTERNET REGIONALE A DJIBOUTI Mars 2012

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Fonds Panafricain de développement des Infrastructures Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Plan de la présentation La justification du Fonds La vue d'ensemble du Fonds La structure

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

ITC Corporate Connect

ITC Corporate Connect IT orporate onnect PRÉSENE LOALE PORTÉE GLOBALE IT orporate onnect IT orporate onnect A P E R Ç U D E L E N T R E P R I S E Pendant plus de dix ans, la société IT, et ses antécédents fournit les services

Plus en détail

INTERCONNECTION CHALLENGES

INTERCONNECTION CHALLENGES INTERCONNECTION CHALLENGES PLAN Interconnexion: évolution Interaction entre développement de l Internet et interconnexion Marché Internet au Maroc et dans la région INTERCONNEXION TELECOMS: ÉVOLUTION Avant

Plus en détail

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/

ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ ASSOCIATION BULGARE DE L INDUSTRIE METALLURGIQUE /АBIM/ Carte routière de restucturation dans le secteur métallurgique - gestion de la restructuration, inclusion active des partenaire sociaux, diffusion

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

# MWC15MP. Stimuler l innovation pour une société entièrement connectée. A Propos du Programme Ministériel

# MWC15MP. Stimuler l innovation pour une société entièrement connectée. A Propos du Programme Ministériel Programme Ministériel 2015 1 Stimuler l innovation pour une société entièrement connectée En 2015, le Programme Ministériel mettra l accent sur les valeurs fondamentales d innovation du secteur de la téléphonie

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

EFFETS D UN CHIFFRAGE DES DONNEES SUR

EFFETS D UN CHIFFRAGE DES DONNEES SUR EFFETS D UN CHIFFRAGE DES DONNEES SUR LA QUALITE DE SERVICES SUR LES RESEAUX VSAT (RESEAUX GOUVERNEMENTAUX) Bruno VO VAN, Mise à jour : Juin 2006 Page 1 de 6 SOMMAIRE 1 PRÉAMBULE...3 2 CRITÈRES TECHNOLOGIQUES

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Migration de l analogique au numérique en Afrique

Migration de l analogique au numérique en Afrique Union africaine des télécommunications Migration de l analogique au numérique en Afrique CIRCAF, Niamey 10-12 décembre 2013 Abdoulkarim SOUMAILA Secrétaire Général sg@atu-uat.org www.atu-uat.org Décembre

Plus en détail

Désignation d organismes intergouvernementaux aux fins de l article 76 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organismes intergouvernementaux aux fins de l article 76 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 16 avril 2013 Français Original: anglais TD/B/EX(57)/R.4 Conseil du commerce et du développement Cinquante-septième

Plus en détail

Eutelsat Communications

Eutelsat Communications Eutelsat Communications Réunion Actionnaires à Aix les Bains Le 17 juin 2013 Lisa Finas Relations Investisseurs Agenda Eutelsat et le monde du satellite L activité du Groupe Eutelsat Une performance financière

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Comment investir dans les télécommunications

Comment investir dans les télécommunications Comment investir dans les télécommunications La loi-cadre sur les télécommunications prévoit trois régimes d exploitation distincts s appliquant à des services et des activités également distincts : -

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

Perspectives et stratégies sur le transport aérien

Perspectives et stratégies sur le transport aérien Perspectives et stratégies sur le transport aérien Présenté par Ravoniharoson Voahangy, Directeur des affaires juridiques et économiques de l Aviation civile de Madagascar Commission de l Océan Indien

Plus en détail

COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR

COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR Regio Basiliensis et ARFE COOPÉRATION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE SANTÉ - VALEUR AJOUTEE POUR LES POPULATIONS, L ECONOMIE ET LES REGIONS II. Forum ARFE du 22 février 2008 en coopération avec la Regio Basiliensis

Plus en détail

Qui sommes nous? L équipe chargée de la gestion. Last Mile Keeper

Qui sommes nous? L équipe chargée de la gestion. Last Mile Keeper Last Mile Keeper Last Mile Keeper Qui sommes nous? Nous sommes une société de service global s occupant de technologie de l information (IT), au sens le plus large, et cherchant à développer des technologies

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles RESEAUX ET SERVICES TELECOM PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles PROGRAMME TOTAL : 29 h Sur 6 mois ½ environ En Alternance Présentiel,

Plus en détail

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO NOTE CONCEPTUELLE FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO 1 INTRODUCTION Le Centre pour les Energies Renouvelables et l'efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) a lancé en 2013 un programme phare

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Séminaire - Tarification des réseaux haute tension Tunis 4-5 nov. 2008 Cadres Réglementaires

Séminaire - Tarification des réseaux haute tension Tunis 4-5 nov. 2008 Cadres Réglementaires Intégration Progressive des Marchés de l'electricité de l'algérie, du Maroc et de la Tunisie dans le Marché intérieur de l'electricité de l'union Européenne Séminaire - Tarification des réseaux haute tension

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Enjeux de la collecte et de la mutualisation pour la migration vers le haut débit

Enjeux de la collecte et de la mutualisation pour la migration vers le haut débit 10 ème réunion annuelle l accès haut débit fixe et mobile Lomé 22 et 23 octobre 2012 Table ronde 1 Quel accès à quels réseaux pour un aménagement numérique du territoire efficace? Enjeux de la collecte

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Les autoroutes de l information

Les autoroutes de l information Les autoroutes de l information 1 ère partie Architecture des réseaux. Reproduction interdite. Sommaire Sommaire...3 Un bref historique...3 Les autoroutes de l information...4 Les types de routes...5 Le

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Document de séance 10.4.2015 B8-0000/2015 PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION déposé à la suite de la question avec demande de réponse orale B8-0000/2015 conformément à l'article

Plus en détail

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE A la conférence ministérielle africaine sur l économie verte Oran, Algérie 22 février 2014 Votre Excellence,

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Introduction. Monsieur, Madame

Introduction. Monsieur, Madame Étude portant sur l application de la Convention de l UNESCO de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles à l ère du numérique Monsieur, Madame Introduction Dans

Plus en détail

Document de consultation sur le cadre pour les négociants fiables

Document de consultation sur le cadre pour les négociants fiables Document de consultation sur le cadre pour les négociants fiables Réunion du Comité consultatif sur les activités commerciales à la frontière (CCACF) Le 1 février 2011 Ottawa 1 Introduction Les programmes

Plus en détail

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Institut de formation et de coopération technique STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Stratégie d apprentissage progressif de l OMC

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail