Le marché suisse de l immobilier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché suisse de l immobilier"

Transcription

1 Outlook 2H15 Le marché suisse de l immobilier L immigration s essouffle. La baisse des investissements dans le domaine du bâtiment limite cependant le risque d offre excédentaire dans le secteur résidentiel.

2 Environnement macroéconimique Du fait d une forte valorisation du franc, l économie suisse a enregistré un ralentissement de sa dynamique. La poursuite du rétablissement de la conjoncture au niveau mondial et au sein de la zone euro devrait toutefois permettre d éviter pour l heure une récession. Au cours du premier semestre, la conjoncture suisse a été marquée par un franc fort. Le produit intérieur brut réel de la Suisse a reculé de -0,2% au 1 er trimestre 2015 par rapport au trimestre précédent, l économie suisse se trouvant ainsi exposée à un risque de récession. Au 2 e trimestre de cette année, le pays a enregistré toutefois une légère croissance de +0,2%. La solidité de la conjoncture suisse et la stabilité de la consommation ont contribué positivement à ce résultat, le commerce extérieur et le secteur de la restauration et de l hôtellerie connaissant, pour leur part, une évolution négative. L évolution du cycle conjoncturel est fortement liée à celle du cours de change CHF/EUR. Une nouvelle dépréciation du franc devrait s avérer positive pour le tourisme et les secteurs tournés vers l exportation, qui pâtissent d un franc fort. Dans le même temps, la reprise progressive de l économie mondiale, et notamment de la zone euro, devrait soutenir la croissance de l économie nationale. Certaines incertitudes demeurent cependant au sujet de la Grèce ou de la Chine, susceptibles d entraîner à court terme une nouvelle modification du climat économique, accompagnée de turbulences sur les marchés. Désormais moins volatiles, les prévisions conjoncturelles tablent pour l année en cours sur une croissance du PIB de 0,7% d après les prévisions consensuelles du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l ETH. Le renchérissement annuel se situait à -1,4% en août. La diminution des prix des biens d importation est à l origine de cette tendance, en plus de la baisse des prix de l énergie. L inflation sous-jacente (qui ne prend pas en compte, notamment, le prix des carburants et de l énergie) affiche également un résultat négatif (-0,7%). En revanche, sur un an, les prix des produits nationaux sont restés inchangés. Au cours de l année, le rendement des obligations de la Confédération à 10 ans tend vers des niveaux historiquement faibles, proches de zéro, les durées résiduelles à court et moyen termes demeurant globalement dans une zone négative. La BNS juge la situation de la politique monétaire inchangée et considère que le franc est encore surévalué ; les taux négatifs devraient, de ce fait, perdurer au cours des prochains mois. Dans un tel contexte, les investissements immobiliers demeurent attractifs. En effet, la différence entre le taux sans risque et les rendements immobiliers reste, dans tous les secteurs, au-dessus des 200 points de base, soit un niveau supérieur au niveau annuel de 150 points de base. Cela explique l intérêt marqué qu accordent aux placements immobiliers les investisseurs qui, en dépit de prix de transactions élevés et de rendements d acquisition en baisse, sont présents sur le marché. La croissance de l emploi est restée stable au cours de l année. Au 1 er semestre 2015, le volume de l emploi a augmenté de près de postes (+0,3%), les créations d emplois se concentrant majoritairement dans le secteur des services, et notamment de l action sociale. Dans l industrie, en revanche, du fait de l évolution des cours de change, les entreprises choisissent le plus souvent de délocaliser à l étranger leurs sites de production et leurs emplois. Au mois d août, le taux de chômage s établissait à 3,2%. Le SECO table sur une moyenne annuelle de 3,4% pour l année en cours et de 3,6% en Une faiblesse des taux toujours attendue P 16P Rendement Obligations de la Confédération à 10 ans Prévisions Automne 2015 Prix de l'immobilier (échelle de droite) Source : BNS ; Oxford Economics ; IAZI Investment Real Estate Price Index, septembre 2015 ; UBS Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland (10) 2

3 Taux de vacance Evolution annuelleloyers proposés Immeubles résidentiels de rendement Le tassement du mouvement migratoire devrait permettre une légère détente de la demande de logements. Une faible saturation du marché est perceptible ces trois dernières années dans la location de logements neufs. Du fait de perspectives conjoncturelles moroses, l immigration s est ralentie au premier semestre L immigration nette atteint près de personnes, en recul de 5,4% par rapport à l année précédente. Au cours de cette période, l immigration en provenance des États-membres de l UE (l UE-28 1 ) représentait à peine personnes. Cela correspond à une baisse de 13,5%, qui s explique notamment par de meilleures perspectives de croissance au sein de la zone euro. Le 1 er juin 2015, jour du dénombrement des logements vacants, la Suisse affichait une augmentation du nombre des logements inoccupés. Au total, logements étaient vacants ( logements par rapport à 2014). Le taux de logements vacants s établit désormais à 1,19% (2013: 1,08%). En dépit de cette hausse, les zones urbaines continuent malgré tout d afficher une pénurie de logements, la tendance à l augmentation du nombre de logements vacants étant plus marquée dans les régions périphériques. Dans les villes de plus de habitants, le taux de vacance est compris entre 0,14% à Lausanne et 0,58% à Winterthour 2. Au cours des dernières années, la part des nouveaux logements vacants a augmenté, s établissant au-dessus de 15% pour les trois dernières années. Dans un tel contexte, le risque d offre excédentaire devrait être pratiquement inexistant dans les zones urbaines. Cette légère détente se fait également sentir sur les délais d absorption des marchés locatifs. Comme l indiquent les statistiques fournies par SVIT Suisse, les annonces immobilières de logements sont restées présentes sur Internet en moyenne 27 jours au cours du semestre d hiver (octobre 2014-mars 2015). Cette durée n était que de 24 jours pendant la période précédente. La faiblesse du taux d intérêt de référence à 1,75% limite le potentiel d augmentation des loyers pour les baux existants. Pour autant, les prix d achat sur le marché des transactions pour les immeubles résidentiels de rendement restent élevés, les investisseurs étant séduits par la différence actuelle de 210 points de base du rendement des obligations de la Confédération à long terme par rapport à la valeur moyenne annuelle. On devrait ainsi assister à une situation dans laquelle, du fait du renchérissement, les loyers sont susceptibles d augmenter à long terme. Parallèlement à la stabilité du rendement des revenus, les investisseurs doivent tenir compte d une baisse des rendements d acquisition pour les biens résidentiels. Dans la ville de Zurich, le recul des rendements nets de premier ordre a atteint 2,1% (2 e trimestre 2015) soit 30 points de base environ. Genève présente actuellement des rendements nets maximum de 2,7 %, soit un recul de 10 points de base par rapport au trimestre de l année précédente. Indice des prix de l offre et taux de logements vacants 2.0% 1.8% 1.6% 1.4% 1.2% 1.0% 0.8% 0.6% 0.4% 0.2% 0.0% Taux de vacance Indice de prix de l'offre Source : OFS ; Wüest und Partner ; UBS Asset Management Global Real Estate Research & Strategy Switzerland, septembre % 6% 4% 2% 0% -2% -4% -6% -8% -10% -12% 1 EU-28/AELE = ensemble de l UE et de l AELE (y compris la Croatie). 2 Zurich 0,22%; Bâle 0,31%; Berne 0,41%; Genève 0,50% 3

4 Immeubles commerciaux L offre de surfaces sur le marché de l immobilier de bureau reste fortement excédentaire. En raison des inquiétudes liées à la conjoncture économique, les loyers du marché sont sous pression. Du fait de taux de vacance élevés sur le marché des surfaces de bureaux, les loyers restent sous pression. Ainsi, lors de la renégociation des loyers, la marge de manœuvre est supérieure, se traduisant bien souvent par une baisse des loyers. Cette situation se vérifie notamment pour les surfaces proposées dans les régions périphériques situées en dehors des zones principales, le marché des surfaces commerciales dans les emplacements Core continuant de générer des rendements de revenus stables. Au 2 e trimestre 2015, la part des surfaces en portefeuille proposées était de 5,2% à Zurich. A Genève, ce taux atteignait 4,9%. Le marché des transactions a malgré tout été soutenu par la faiblesse des taux, les investisseurs tirant profit de la flexibilité en principe plus importante qu offre l immobilier commercial en termes de destination. D une part, un nombre accru de surfaces vacantes ont été retirées du marché en vue d engager des travaux de rénovation et de procéder aux réaménagements nécessaires pour répondre aux attentes spécifiques de la demande. D autre part, certaines surfaces de bureaux bénéficient de programmes de modernisation, afin d être prêtes à répondre à la reprise économique attendue pour le début de 2017 et dépasser ainsi le creux du cycle. En 2014, le commerce de détail a enregistré un faible redressement, affichant des chiffres d affaires en légère progression. Depuis, ce secteur subit néanmoins l impact du franc fort. Cette situation fait porter une pression sur les marges et encourage un tourisme de consommation. Afin de pouvoir s affranchir d un tel contexte, de nouvelles initiatives sont mises en place et les gains de change répercutés à la clientèle. Les bénéfices des entreprises s en trouvent néanmoins réduits, limitant par là même le potentiel d augmentation des loyers. Par ailleurs, le commerce en ligne et la vente par correspondance ont continué à gagner des parts de marché (2014: +10%). Pour autant, les entreprises en ligne représentent également une chance pour le secteur immobilier car elles ouvrent un nombre croissant de magasins physiques dans des emplacements stratégiques. Les loyers proposés dans le commerce de détail ont enregistré une baisse de 0,5% au 2 e trimestre 2015 par rapport à ceux de 2013 sur l ensemble du territoire suisse. Alors qu une nette correction des loyers proposés de l ordre de -14% s est opérée à Zurich, le marché s est rétabli à Bâle avec un taux de +12%. Si, dans le cadre des transactions, le marché des surfaces commerciales bénéficie d un contexte morose marqué par l absence d autres opportunités de placement, la location de surfaces dans les emplacements B reste difficile. Des opportunités existent, pour les surfaces périphériques, dans le secteur des hautes technologies, qui recherchent des sites décentralisés bénéficiant d excellentes infrastructures. Dans le contexte actuel, ces régions offrent, avec un profil risque/rendement ajusté, de belles opportunités d investissement. Concernant le marché du travail et la demande de surfaces qui s y rattachent, les principaux risques résident, en marge des évolutions conjoncturelles, dans les initiatives réglementaires et politiques, susceptibles de porter atteinte à l attractivité d un emplacement ou aux emplois. C est le cas notamment de la troisième réforme fiscale des entreprises. Ce projet entend abroger les privilèges fiscaux dont bénéficient les entreprises sous différentes formes juridiques. Dans le marché actuel, une telle suppression pourrait pousser les entreprises à se délocaliser et affecter ainsi négativement la demande de surfaces commerciales. Légère tendance à la hausse des loyers Loyers nets pour les surfaces de bureau (Indice 2008 = 100) Bâle Région lémanique Zurich Suisse Source : Fahrländer, UBS Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland, septembre

5 Perspectives evolution des rendements Le développement diamétralement opposé des performances s accentue sur le marché suisse des placements directs. En effet, alors que le secteur résidentiel présente une nouvelle fois un potentiel renforcé, les augmentations de valeur dans le secteur commercial ne devraient être que très limitées. Au regard des autres catégories de placement, le secteur immobilier continue de rester globalement attractif et offre aux investisseurs un niveau de rendement relativement élevé. Malgré des primes de risques plus faibles par rapport au secteur commercial, l immobilier de rendement dans le domaine des logements continue d enregistrer une demande plus importante. Cela se reflète également dans nos prévisions. A moyen terme, les prix des transactions devraient connaître une tendance à la stagnation et les immeubles en portefeuille afficher un potentiel en progression. Le contexte demeure stable, en termes de demande, et les taux devraient rester faibles à moyen terme. Les investisseurs devraient privilégier à court terme les portefeuilles comportant une forte part de logements, car ceux-ci tiennent compte de la pression à la hausse dans l immobilier résidentiel. Dans le secteur des surfaces commerciales, le rendement total reste sous pression en termes absolus. En dépit de perspectives légèrement négatives, ce secteur devrait néanmoins rester attractif pour les investisseurs par rapport aux autres catégories de placement. Sur le marché suisse de l immobilier résidentiel, les taux d actualisation continuent de plomber les valorisations. Les loyers devraient enregistrer une croissance modérée, voire nulle. Du fait de la baisse des valeurs DCF, les composants d augmentation de la valorisation constituent à moyen terme les principaux moteurs du marché des logements, alors que les rendements de revenus enregistrent une légère tendance au repli, du fait d un taux d intérêt de référence bas et d un faible potentiel pour les locations nouvelles. Dans le domaine de l immobilier de bureau, des opportunités d investissement devraient apparaître à moyen terme, l évolution négative des loyers étant déjà partiellement prise en compte dans le prix. Pour le portefeuille existant d immeubles de bureau, nous escomptons une performance de -0,2% en 2014 et de -0,4% en 2016, soit un rendement global de 4,5 et 4,0%. Dans le cas des commerces de détail nous tablons, en termes d ajustement de la valeur, sur des performances positives de 0,7 et 0,5% pour 2015 et 2016, le rendement global se situant à 4,9 et 4,7% respectivement. Le secteur du logement affiche, pour sa part, une croissance plus forte des composants de valorisation, à 1,6% en 2015 et 2,2% en Il en découle un rendement global de 5,7% (2015) et de 6,2% (2016). Les rendements de revenus enregistrent néanmoins un léger repli, la faiblesse des taux pour ce segment se traduisant également par un faible potentiel d augmentation des loyers. Un potentiel d évaluation à la hausse Base 2000 = Indice des prix immobiliers SWX IAZI Investment Real Estate (basé sur les transactions) IPD Capital Growth (basé sur l'évolution de la totalité des biens) Source : IPD. IAZI; UBS Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland, septembre

6 Contact Pour plus d informations, consultez UBS Asset Management; Global Real Estate Michael Böniger Research & Strategy Switzerland Cette présentation ne saurait être considérée comme une offre d'achat ou de vente des titres ou autres instruments financiers émis par UBS AG ou ses filiales en Suisse, aux Etats Unis ou toute autre juridiction. Toute utilisation, copie, reproduction, redistribution ou republication de toute partie de la présente publication sans l accord écrit d UBS Asset Management sont interdites. Les informations collectées et les avis émis dans le présent document reposent sur des données dignes de confiance issues de sources fiables et de bonne foi, mais aucune responsabilité d UBS Asset Management n est engagée en cas d erreurs ou omissions. Informations et les avis émis peuvent changer à tout moment, sans notification préalable. Veuillez noter que les performances passées ne préfigurent pas des performances futures. Avec l investissement dans le secteur de l immobilier (par investissement direct, fonds à capital fixe ou variable) les actifs sous-jacents sont illiquides, et l évaluation dépend du jugement de l expert. La valeur des investissements et des revenus qui en découlent peut fluctuer à la hausse comme à la baisse et les investisseurs peuvent perdre le montant investi initialement. Ce document est une communication marketing. Les opinions exprimées sur le marché ou les investissements ne sont pas destinées à des fins de recherche en investissement. Le document n a pas été établi conformément aux exigences d une juridiction visant à promouvoir l indépendance de la recherche en investissements et n est soumis à aucune interdiction d effectuer des transactions avant la diffusion de la recherche en investissement. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas un appel à l épargne, et elles ne doivent pas être considérées comme une recommandation d achat ou de vente d aucun titre ou fonds en particulier. Un certain nombre d observations dans ce document sont considérées comme des énoncés prospectifs. Les résultats futurs réels, cependant, peuvent varier considérablement. Les opinions exprimées sont un reflet du meilleur des connaissances d UBS Asset Management au moment de la rédaction de ce document, et les rédacteurs déclinent toute obligation de mettre à jour ou modifier les énoncés prospectifs en raison de nouvelles informations, d événements futurs ou autres. Par ailleurs, ces opinions ne sont pas destinées à prédire ou garantir les performances futures d un quelconque titre particulier, d une catégorie d actifs ou des marchés en général, et ne sont pas destinées non plus à prédire les performances futures d un compte, portefeuille ou fonds d UBS Asset Management. La source de toutes les données/tous les graphiques dont la source n est pas indiquée est: UBS Asset Management. Toutes les informations ont été recueillies au septembre Les opinions exprimées datent novembre 2015 et représentent une orientation générale sur les opinions d UBS Asset Management. Validé pour une utilisation à l échelle mondiale. UBS Le symbole des clés et le nom «UBS» sont des marques déposées et non déposées d UBS. Tous droits réservés. 6

Marché immobilier suisse

Marché immobilier suisse Réservé aux investisseurs qualifiés Marché immobilier suisse Dans un contexte de faibles taux d'intérêt, l'immobilier affiche un niveau de rendement attrayant et le rendement total devrait continuer à

Plus en détail

Marché immobilier suisse

Marché immobilier suisse Asset Management Real estate research & strategy Novembre 2014 Marché immobilier suisse UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland Novembre 2014 Certains segments du

Plus en détail

Restructuration continue

Restructuration continue DTZ Research PROPERTY TIMES Restructuration continue Genève Bureaux 215 15 Avril 215 Sommaire Demande placée & Loyer prime 2 Offre immédiate 4 Taux de vacance 5 Projets de développement 5 Définitions 6

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Contexte économique :

Contexte économique : Analyse de Marché Dec 2012 Contexte économique : Au cours des dernières années, la Suisse a remarquablement résisté à la dégradation économique globale et aux effets du franc fort qui pèse sur les exportations.

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

Immobilier et durabilité: Un potentiel de rendement à venir

Immobilier et durabilité: Un potentiel de rendement à venir Asset management Real estate research & strategy Novembre 2014 Immobilier et durabilité: Un potentiel de rendement à venir UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2015/2016

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2015/2016 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2015/2016 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation, immeubles commerciaux 4 Modification du règlement de

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Property Times Le marché des bureaux à Genève T3 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains

Property Times Le marché des bureaux à Genève T3 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains Property Times Le marché des bureaux à Genève 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains Novembre 2011 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2 Les bureaux 3 Demande placée 3 Loyer prime

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 juin 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015 Aperçu de

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Chiffre d affaires au 31 décembre 2008

Chiffre d affaires au 31 décembre 2008 Chiffre d affaires au Chiffre d affaires au en retrait de 3,0% à périmètre et taux Solide performance, notamment dans l activité Ciment, compte tenu de la forte dégradation du contexte macroéconomique.

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement CHARTE GRAPHIQUE Réflexion sur les opportunités d investissement AVRIL 2016 L actif «sans risque» entre en hibernation 2 A l introduction de la LPP en 1985, les portefeuilles des caisses de pensions se

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Edition Suisse. Fonds immobiliers UBS Suisse Agios faibles rendements attrayants

Edition Suisse. Fonds immobiliers UBS Suisse Agios faibles rendements attrayants Edition Suisse Fonds immobiliers UBS Suisse Agios faibles rendements attrayants Octobre 2008 Les présentes informations sont fournies par UBS à titre commercial et indicatif. Fonds immobilier UBS de droit

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION

Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION Rapport sur les marchés de l habitation régionaux Services économiques TD PERSPECTIVES DES MARCHÉS DE L HABITATION RÉGIONAUX AU CANADA : La puissance des faibles taux d intérêt Faits saillants Les marchés

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Tendances conjoncturelles

Tendances conjoncturelles Tendances conjoncturelles Réseau économique régional de la BNS Rapport des délégués aux relations avec l économie régionale destiné à la Direction générale de la BNS pour l examen trimestriel de la situation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation

L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation à l heure de la mondialisation L industrie suisse des biens de consommation subit, ces dernières années, une concurrence de plus en plus forte sur les marchés

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

L énigme des titres à revenu fixe Que faire?

L énigme des titres à revenu fixe Que faire? Que faire? La faiblesse des rendements en revenu étant devenue une réalité dans le marché obligataire depuis un certain temps, de nombreux investisseurs parlent d une «nouvelle norme» qui se révèle à la

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Faits saillants - Région du Québec

Faits saillants - Région du Québec L e m a r c h É d e l h a b i t a t i o n PERSPECTIVES DU MARCHÉ DE L HABITATION Faits saillants - Région du S o c i é t é c a n a d i e n n e d h y p o t h è q u e s e t d e l o g e m e n t Date de diffusion

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX

Prix Evolution générale 2010 2014 L évolution année par année PRIX Prix Panorama Evolution générale 2010 2014 De 2010 à 2014, l indice suisse des prix à la consommation (IPC) a reculé de 0,7%. Du côté des producteurs et importateurs, l indice des prix de l offre totale

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE Conférence de presse du 22 juillet 2010 SUR LA SITUATION ECONOMIQUE En vue de faire le point sur la conjoncture de l année 2010 et les tendances de 2011. Avant-propos Comme chacun sait, après plusieurs

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Mais pas la fin des turbulences

Mais pas la fin des turbulences Point conjoncturel d avril d 2009 Le creux de la récession r semble proche Mais pas la fin des turbulences Conférence de presse Wavre, le 22 avril 2009 1 Point conjoncturel avril 2009 Messages-cl clé Wallonie

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus

ECO France. Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Direction des Études Économiques Trimestriel N 11 Janvier 2007 Perspectives 2007 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Contexte macro-économique : croissance au potentiel, sans plus Après un premier semestre exceptionnel,

Plus en détail

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Ivry, le 17 février 2016 Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Stabilité du chiffre d affaires consolidé en 2015 Poursuite de la croissance

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Solide dynamique

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Contexte économique :

Contexte économique : Analyse de Marché Mai 2013 Contexte économique : En ce début d année, l économie suisse est stimulée par des nouvelles favorables des marchés financiers internationaux et par le regain de dynamisme, qui

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

L INDUSTRIE EUROPÉENNE DU PARQUET EN 2011

L INDUSTRIE EUROPÉENNE DU PARQUET EN 2011 European Federation of the Parquet Industry Fédération Européenne de l Industrie du Parquet Föderation der Europäischen Parkett-Industrie Address: Rue Montoyer 24/box 20, BE-1000 Brussels TP: +32 2 556.25.87

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Mai 2014 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale, il

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Genève Bureaux T2 2013. Regain d activité et ajustement des prix. Eté 2013. Sommaire. Auteur, contact 100'000 80'000

DTZ Research. Property Times Genève Bureaux T2 2013. Regain d activité et ajustement des prix. Eté 2013. Sommaire. Auteur, contact 100'000 80'000 Property Times Genève Bureaux T2 2013 Regain d activité et ajustement des prix Eté 2013 Sommaire Contexte économique Demande placée Loyer prime Taux de vacance Production neuve Projets en développement

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Pour diffusion immédiate

Pour diffusion immédiate Pour diffusion immédiate Selon RE/MAX, la plupart des marchés de l habitation au Canada retrouveront des conditions équilibrées en 2012, tandis que le prix des propriétés résidentielles devrait fracasser

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014

La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Ivry, le 27 février 2015 La Fnac accélère sa transformation Forte progression des résultats en 2014 Accélération de la dynamique des ventes en 2014 Chiffre d affaires consolidé en croissance de +0,9% au

Plus en détail

SITUATION ET PRÉVISIONS CHIMIE/INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

SITUATION ET PRÉVISIONS CHIMIE/INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE SITUATION ET PRÉVISIONS CHIMIE/INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE Juillet 2013 Traduction de l étude «Lage und Prognosen Chemie/ Pharma» réalisée par BAKBASEL Traduction faite par Anne Fritsch, Verbanet, et Virginie

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

septembre 2015 L Indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research

septembre 2015 L Indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research septembre 2015 L Indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Sommaire page 3 Méthodologie page 4 Évolution de l Indice page 5 Capital-transmission vs acquéreurs stratégiques

Plus en détail

TendancÉco. Veille et analyse économique territoriale. Baromètre des affaires Bilan et perspectives Bulletin N 14. Chiffres Clés 3 ème trimestre 2015

TendancÉco. Veille et analyse économique territoriale. Baromètre des affaires Bilan et perspectives Bulletin N 14. Chiffres Clés 3 ème trimestre 2015 #1 - janvier 216 TendancÉco Veille et analyse économique territoriale Baromètre des affaires Bilan et perspectives Bulletin N 14 Une reprise modérée de l activité Au 3 ème trimestre 215, la croissance

Plus en détail

Les Web Conférences Cortal Consors

Les Web Conférences Cortal Consors Les Web Conférences Cortal Consors Des formations gratuites! Échangez en direct avec des experts un large choix de formations accessibles et interactives tout au long de l'année Comment diversifier ses

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain Pictet-Timber Meilleure visibilité sur l immobilier américain Frédéric Rollin Août 2014 L activité immobilière américaine reprend fortement et devrait accélérer en 2015. Dès lors, les prix du bois de construction

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

2013 Créa KOF UBS BAK Seco CS Créa UBS BAK Seco KOF CS. Seco BAK Créa KOF CS UBS CS Seco KOF BAK Créa UBS

2013 Créa KOF UBS BAK Seco CS Créa UBS BAK Seco KOF CS. Seco BAK Créa KOF CS UBS CS Seco KOF BAK Créa UBS Méta-Analyse immobilière Tr1 2012 - L indice homegate du marché des loyers a augmenté de 0, au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédent. - Au quatrième trimestre, IAZI a observé une augmentation

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2006

CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2006 CONSOMMATION ETAT DE LA BRANCHE 2006 I. La consommation en Suisse en 2006 1) Contribution accrue de la consommation privée des ménages à la croissance économique Le produit intérieur brut (PIB) 2006 s

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 4 EME EDITION MARS 2016

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 4 EME EDITION MARS 2016 OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES > 4 EME EDITION MARS 2016 EDITO Cette quatrième édition de l observatoire de la valeur des moyennes entreprises (ETI françaises ayant des fonds propres

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail