Université Pierre et Marie Curie. Pharmacologie. Niveau DCEM Service de pharmacologie Pr. Philippe Lechat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Pierre et Marie Curie. Pharmacologie. Niveau DCEM1 2006-2007. Service de pharmacologie Pr. Philippe Lechat"

Transcription

1 Université Pierre et Marie Curie Pharmacologie Niveau DCEM Service de pharmacologie Pr. Philippe Lechat Mise à jour : 18 octobre 2006

2 2/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

3 Table des matières Table des matières 3 Table des matières 13 Informations générales 15 Introduction 15 1 Objectifs du cours de Pharmacologie 16 2 Ce qu il faut apprendre pour l examen en pharmacologie en DCEM Connaître Comprendre 16 3 Qu est-ce que la pharmacologie? 19 Chapitre 1 : Le développement du médicament 31 Chapitre 2 : Méthodologie des essais de médicaments 55 Chapitre 3 : L ordonnance et les règles de prescription des médicaments L ordonnance Le classement des médicaments Les médicaments non listés Les médicaments listés Les médicaments à prescription restreinte Le droit de substitution Prescription en DCI Types d ordonnances 63 Chapitre 4 : Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments Introduction : définition et buts Absorption d un médicament Modalités d absorption Evaluation de l absorption : la biodisponibilité Distribution Fixation aux protéines plasmatiques Diffusion tissulaire Volume apparent de distribution Facteurs modifiant la distribution Métabolisme et élimination des médicaments Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 3/349

4 Table des matières Biotransformations Elimination Quantification du métabolisme et de l élimination Demi-vie d un médicament Influences physiologiques et physiopathologiques sur la pharmacocinétique des médicaments 83 Chapitre 5 : Médicaments génériques Définition et contexte Principe de bioéquivalence Cadre légal Acceptation et conséquences de l appellation générique Principes de substitution Identifier le médicament générique Exemple de génériques 87 Chapitre 6 : Mécanisme d action des médicaments. Interactions médicaments - récepteurs. Relations doses, concentration, récepteurs, effets Mécanismes d actions des médicaments Type substitutif = Remplacement d une substance nécessaire à l organisme Interaction avec le métabolisme d une substance endogène Interaction avec les cibles des substances endogènes Interaction avec les canaux membranaires ou des systèmes de transport ionique trans-membranaire Interaction avec bactéries/virus parasites/champignons Les récepteurs des médicaments Récepteurs couplés à des protéines G Récepteurs-enzymes Récepteurs canaux Récepteurs de structures diverses Relations doses-concentrations / récepteurs / effets Etude des relations ligand - récepteur (Méthodes de liaison : Binding) Etude de la relation dose (ou concentration) - effet des agonistes Etudes des antagonistes : caractérisation de la relation antagoniste - récepteurs - effet Relations dose / effet / temps ; notion de marge thérapeutique 99 Chapitre 7 : La iatrogènie induite par le médicament Réflexion sur la pathologie induite par les médicaments Mécanisme de survenue Nocebo 4/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

5 Table des matières Toxique Idiosyncrasique Immuno-allergique La gravité d un effet indésirable, selon le contexte La prévention des effets indésirables Le choix du traitement Le choix de la dose La détection précoce des effets indésirables Les modalités de l arrêt du traitement Le suivi ou l observance du traitement Prescrire ce qu on connaît, et savoir comment se renseigner Les limites des connaissances, dans le domaine du risque Contribuer à l amélioration des connaissances : la pharmacovigilance Le repérage et le diagnostic d un effet indésirable, l imputabilité Les effets les plus fréquemment observés actuellement Les interactions médicamenteuses Une autre façon de regarder, à la recherche d une meilleure prévention 109 Chapitre 8 : Prescription dans des populations particulières Introduction Le devenir dans l organisme diffère Une sensibilité particulière à certains effets Quelques exemples L insuffisant rénal La femme enceinte L enfant Les personnes âgées 115 Chapitre 9 : Pharmacologie cardio-vasculaire Introduction et données générales Les diurétiques Introduction et généralités Mécanisme d action Propriétés pharmacologiques des différentes classes de diurétiques Les inhibiteurs de l enzyme de conversion et antagonistes des récepteurs de l angiotensine II Inhibiteurs de l enzyme de conversion de l angiotensine (IEC) Antagonistes des récepteurs de l angiotensine II Vasodilatateurs Les antagonistes calciques Dérivés nitrés Médicaments inotropes positifs Agonistes beta-adrénergiques Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 5/349

6 Table des matières Inhibiteurs des phosphodiéstérases Digitaliques Anti-arythmiques Mécanismes et classification des troubles du rythme Anti arythmiques de classe I Anti arythmiques de classe II Anti arythmiques de Classe III Anti-arythmiques de classe IV : les antagonistes calciques Hypolipémiants Résines échangeuses d ions Acide nicotinique Fibrates Inhibiteurs de l HMG Co A reductase (statines) Autres médicaments utilisés au cours des traitements des hyperlipidémies Médicaments de l hémostase Anti-coagulants : héparines Anti-coagulants : anti-vitamines K Anti-agrégants plaquettaires Inhibiteurs de la cyclo-oxygenase plaquettaire Inhibiteurs de la voie de l ADP Inhibiteurs des récepteurs GPIIbIIIa du fibrinogène sur les plaquettes Thrombolytiques 157 Chapitre 10 : Système nerveux autonome Les médicaments qui agissent sur le système sympathique Introduction Structure, rôle physiologique Les récepteurs adrénergiques, agonistes et antagonistes La transmission cholinergique, les médicaments qui agissent sur le parasympathique Où y a-t-il des synapses cholinergiques? La synapse cholinergique : rappel Les récepteurs Les parasympathomimétiques Les parasympatholytiques (pσ-) Autres médicaments ayant des effets anticholinergiques L exemple de l oeil 185 Chapitre 11 : Les antalgiques centraux ou opioïdes Mécanismes d action Réglementation La morphine Propriétés pharmacocinétiques 6/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

7 Table des matières Propriétés pharmacologiques Principaux effets indésirables L utilisation Autres agonistes entiers En liste I Inscrits sur la liste des stupéfiants Agonistes partiels Antagonistes (non analgésiques) 195 Chapitre 12 : Les antalgiques périphériques purs Le paracétamol Propriétés pharmacocinétiques Propriétés pharmacologiques Effets indésirables Posologie Surdosage Formes disponibles Autres antalgiques (peu ou pas anti-inflammatoires) Les anti-inflamatoires non stétoïdiens et l aspirine 199 Chapitre 13 : Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Les effets des PG, et, en conséquence, les effets des AINS Les effets connus des AINS et les précautions ou contre-indications qui en découlent Interactions par addition ou antagonisme d effets (= pharmacodynamiques) Autres effets indésirables, peu prévisibles Classements des différents anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) 205 Chapitre 14 : Corticostéroides Propriétés pharmacodynamiques Relation structure-activité Propriétés anti-inflammatoire et immunosuppressive Autres propriétés Mécanismes d action Récepteur aux glucocorticoïdes Régulation transcriptionnelle Effets non génomiques Pharmacocinétique Absorption Fixation protéique Métabolisme : mal connu Elimination Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 7/349

8 Table des matières Interactions médicamenteuses Pharmacodynamiques Pharmacocinétiques Indications Effets indésirables Effets prévisibles+++, liés aux propriétés pharmacologiques Effets imprévisibles plus rares Modalités d utilisation par voie générale Les posologies sont variables d une indication à l autre et en fonction du terrain Rythme des prises Cas particulier : injections IV de très fortes doses de glucocorticoïdes = bolus, assaut, pulse, flash Mesures adjuvantes préventives des principaux effets indésirables (traitement prolongé) Décroissance du traitement Surveillance d une corticothérapie générale Autres voies d administration Corticoïdes inhalés : traitement de fond de l asthme Dermocorticoïdes Ne pas oublier les autres voies d administration 223 Chapitre 15 : Neurologie - Psychiatrie Antimigraineux Généralités Traitement de la crise Traitement de fond Conduite du traitement de fond Céphalées induites par les antimigraineux Anti-parkinsoniens Anticholinergiques Les médicaments dopaminergiques IMAO type B selegiline (Déprenyl, Otrasel ) Inhibiteurs de la COMT Stratégies thérapeutiques à la phase initiale Anti-épileptiques Généralités Les barbituriques Les hydantoïnes Valproate de sodium = dépakine Carbamazépine tégrétol Benzodiapépines Succinimides Autres anti-épileptiques ; nouveaux anti-épileptiques Autres antiepileptiques 8/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

9 Table des matières En cours d étude actuellement Maladie d Alzheimer Inhibiteurs des cholinestérasiques Antagoniste glutamaergique Anti-vertigineux Anticholinergiques Médicaments agissant sur l histamine Inhibiteurs calciques Neuroleptiques Autres Antidépresseurs Les imipraminiques Les IMAO Les inhibiteurs du recaptage de la sérotonine (IRS) Les inhibiteurs de recapture de la sérotinine et de la noradrénaline Autres antidépresseurs Généralités, conclusions Antipsychotiques - Neuroleptiques Généralités Propriétés pharmacologiques Les antipsychotiques-neuroleptiques conventionnels Les antipsychotiques-neuroleptiques atypiques Anxiolytiques Généralités Les médicaments Normothymiques - Lithium Effets pharmacologiques et mécanisme d action Pharmacocinétique et surdosage Effets secondaires Autres thymorégulateurs 275 Chapitre 16 : Endocrinologie - Métabolisme Médicaments utilisés en endocrinologie-métablisme Obésité Les médicaments du diabète Les médicaments de la thyroïde Les androgènes Médicaments du système gastrointestinal Médicaments de la maladie ulcéreuse gastroinstestinale Médicaments de la motricité digestive 293 Chapitre 17 : Contraception hormonale Rappel Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 9/349

10 Table des matières Les 3 niveaux d action des contraceptifs hormonaux Classification des contraceptifs oraux 299 Chapitre 18 : Pharmacologie des anti-viraux Introduction : méthodes d étude pré-clinique des antiviraux Virus herpès (HSV-1, HSV-2, VZV, CMV, EBV, HHV-6, HHV-7, HHV-8...) Acyclovir et valacyclovir Penciclovir et Famciclovir Ganciclovir (DHPG) et valgancyclovir Foscarnet Cidofovir Virus des hépatites B et C Ribavirine Interféron alpha-2b Lamivudine Virus de la grippe Amantadine (rimantadine) Zanamivir 307 Chapitre 19 : Antibactériens Introduction Un peu de vocabulaire Les différentes familles d antibactériens Condition d une efficacité Comment un antibiotique peut-il agir sur les bactéries Parvenir au site d action L absorption La distribution Les transformations La relation concentration-effet recherché Ce qui peut empêcher l antibiotique de parvenir à son site d action Une inactivation reste possible Les effets indésirables des antibiotiques Au plan individuel Au plan collectif : l émergence de résistances Modalités d administration Comment mener un traitement antibiotique? Choisir la(les) bonne(s) molécule(s) En fonction des caractéristiques particulières du malade Surveiller Adapter 10/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

11 Table des matières 321 Chapitre 20 : Antinéoplasiques - immunomodulateurs Résumé du chapitre Chimiothérapie anticancéreuse Agents alkylants et produits apparentés Antimétabolites Antibiotiques cytotoxiques Dérivés de plantes La chimiothérapie anticancéreuse Généralités Mode d action des cytotoxiques antinéoplasiques Médicaments utilisés en chimiothérapie anticancéreuse Produits immunomodulateurs, immunosuppresseurs et immunostimulants Généralités Immuno-pharmaco : immunosuppression Immuno-phaarmaco : immuno-stimulant Interleukine II (proleukine) Les interférons α, β, γ 341 Chapitre 21 : Anti-rétroviraux Présentation des rétrovirus Définition Cycle de l'intégration et de la reproduction du rétrovirus VIH Conséquences de l'infection rétrovirale à VIH Objectif du traitement anti-rétroviral Inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) Mécanisme d'action Principales caractéristiques des médicaments disponibles Populations particulières & Adaptation Stratégies d'utilisation Inhibiteur nucléotidique de la transcriptase inverse Inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse Mécanisme d'action Principales caractéristiques des médicaments disponibles Inhibiteurs de protéases (IP) Mécanisme d'action Principales caractéristiques des IP Stratégie thérapeutique Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 11/349

12 Table des matières 12/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

13 Informations générales Informations générales Service de pharmacologie : Pr. Philippe Lechat Enseignants : Dr Gilbert Bensimon, Dr Ivan Berlin, Dr Jean-Sébastien Hulot, Dr Lucette Lacomblez, Dr. Bénédicte Lebrun-Vignes, Pr. Philippe Lechat, Dr Dominique Warot. Service Universitaire de Pharmacologie Secrétariat Faculté de médecine Pitié-Salpêtrière 4 ème étage, 91 Bd de l Hôpital, 75013, Paris Mme Valérie Cornillault, tel : Service Hospitalier de Pharmacologie Hôpital de la Salpêtrière Bâtiment de la force Division Vincent de Paul Secrétariat : Mme Sandrine Cohen : (matin) Centre de pharmacovigilance : Tel : Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 13/349

14 Informations générales 14/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

15 Introduction Introduction 1 Objectifs du cours de Pharmacologie Enseignement en DCEM1, année , CHU Pitié-Salpêtrière Les objectifs de l enseignement de la pharmacologie au sein des facultés de médecine sont de fournir aux futurs praticiens les bases rationnelles pharmacologiques de la thérapeutique par les médicaments. C est donc, tout le monde en conviendra, un domaine essentiel de l enseignement médical, gage d une médecine de qualité. La réalisation de cet ambitieux objectif se heurte cependant à plusieurs difficultés : le domaine du médicament est très vaste car il concerne toutes les disciplines médicales sans exception et doit s adapter en permanence aux progrès des connaissances médicales ainsi qu au développement permanent des nouveaux médicaments. Il est donc impossible d envisager de fournir un enseignement exhaustif des connaissances acquises sur les médicaments aux étudiants de DCEM1, étudiants qui n ont pas encore acquis les connaissances suffisantes dans les différentes spécialités médicales. Les objectifs de l enseignement de la pharmacologie en DCEM1 sont donc centrés sur l acquisition d une part des connaissances indispensables au sujet des principales classes de médicament et d autre part sur l acquisition du raisonnement pharmacologique autour du médicament (principe de l évaluation des effets y compris des effets indésirables, des règles de prescription, des précautions à prendre en fonctions de certains risques prévisibles ou populations particulières, etc). Vaste programme qui à l évidence ne peut être assimilé uniquement en DCEM1. L enseignement de la pharmacologie pour l année universitaire au sein de la Faculté de médecine de la Pitié Salpêtrière s effectue actuellement principalement en DCEM1. Il se fait sous forme de cours et d enseignements dirigés qui portent sur les notions essentielles qui sont reprises et détaillées dans le polycopié. Quelques cours supplémentaires centrés sur la neuro-pharmacologie et la pharmacologie cardiovasculaire sont effectués au cours des enseignements par pôles. Un enseignement complémentaire sur les principes du développement, sur la méthodologie d évaluation des effets des médicaments et la détection des effets indésirables est repris au cours des enseignements par modules en fin de 2 ème cycle. Les différents membres de l équipe du Service de pharmacologie de la faculté de médecine Pitié Salpêtrière se tiennent à votre disposition pour toutes les informations complémentaires que vous souhaiteriez. Pr. Ph. Lechat Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 15/349

16 Introduction 2 Ce qu il faut apprendre pour l examen en pharmacologie en DCEM1 2.1 Connaître Les principales propriétés pharmacocinétiques et les effets pharmacologiques des différentes classes de médicaments et les potentialités thérapeutiques qui en découlent. NB : Il n est pas nécessaire de connaître les noms chimiques. La dénomination commune internationale «DCI» ou les noms commerciaux des différents médicaments ne sont pas à connaître tous en DCEM1 (il le faudra bien par la suite cependant...). Au moins, il convient de connaître la DCI de l un des plus importants représentants d une classe donnée de médicament. 2.2 Comprendre 1. Les principales données concernant la pharmacocinétique et le devenir des médicaments dans l organisme 2. Les principes généraux de pharmacodynamie (relations dose-effet, mécanismes d action) 3. Les principaux risque inhérents à la prescription des médicaments d une classe donnée 4. Les précautions à prendre lorsque un médicament est administré à une population dite «à risque». Les notions importantes sont données en cours et en travaux dirigés Parmi les ouvrages de pharmacologie utiles à consulter dans le cadre de l enseignement du DCEM 1, on peut citer : Goodman et Gilman : Les bases pharmacologiques de la thérapeutique M Moulin : Abrégé de pharmacologie, Editions Masson BG Katzung : Pharmacologie fondamentale et clinique DR Laurence : Clinical Pharmacology 3 Qu est-ce que la pharmacologie? Qu est ce que la Pharmacologie? Quels sont les enjeux autour du médicament? C est la science des effets et du devenir dans l organisme des médicaments. Elle se différencie de la pharmacie qui fabrique et dispense le médicament. Les enjeux en relation avec le médicament sont à la fois scientifiques, économiques et de santé publique. Etudier les mécanismes d action et les effets des différents médicaments permet d avancer 16/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

17 Introduction dans la connaissance des processus biologiques et des mécanismes physio-pathologiques mis en jeu dans la genèse et le développement des différentes maladies. C est un enjeu de santé publique car les objectifs thérapeutiques ne se cantonnent pas à l amélioration fonctionnelle des patients mais à la prévention des événements morbides conditionnant le pronostic d une maladie. Ainsi, on exige toujours plus des nouvelles moélcules mises sur le marché. En même temps, les exigences se font pressantes sur la sécurité d emploi des médicaments. L évaluation du bénéfice et du risque est ainsi au centre de l évaluation des effets des médicaments et du processus conduisant à sa mise sur le marché et à son utilisation à grande échelle. Les récentes controverses au sujet du bénéfice et du risque de l utilisation des traitements hormonaux substitutifs de la ménopause ou encore le retrait récent du marché de la cérivastatine, médicament hypolipémiant sont des illustrations de cette problématique du bénéfice - risque inhérente à la pharmacologie et à ses applications thérapeutiques. Les exigences concernant la qualité des médicaments innovants mis sur le marché augmentent leur coût de développement (augmentation du nombre et de la qualité des études requises) aboutissant à l augmentation de leur prix. Ceci participe ainsi à l augmentation observée des coûts de santé publique. Celle ci est d abord la conséquence de l augmentation de la durée de vie qui s est accrue de plus d une dizaine d année en moins d un siècle dans les pays développés comme en France, phénomène absolument unique au cours de l histoire. Ce vieillissement de la population entraîne inéluctablement la survenue simultanément chez un même patient de plusieurs pathologies et donc la multiplicité des médicaments associés, source d interactions potentielles et de difficultés d adaptations thérapeutiques. L histoire du développement et de l efficacité thérapeutique des différents médicaments a abouti à la pratique d une médecine basée sur les preuves. On exige ainsi d un médicament qu il fasse la preuve de son efficacité. Elémentaire mon cher Watson... pas si simple en pratique!!! En effet la démonstration d efficacité thérapeutique d un médicament quel qu il soit passe par la réalisation d essais cliniques de méthodologie rigoureuse permettant de répondre clairement aux objectifs définis au départ (et pas après!!). L expérience nous a appris que ce n est pas parce qu un médicament présente telle ou telle propriété pharmacologique qu il entraîne forcément tel ou tel bénéfice dans telle ou telle pathologie. Il a fallu ainsi attendre 1997 pour connaître le bénéfice en termes de morbi - mortalité de la digoxine chez les patients insuffisants cardiaques. L hypothèse de départ était que le renforcement de la force des contractions cardiaques ne pouvait qu être bénéfique sur le pronostic des insuffisants cardiaques. Ceci ne s est pas révélé exact sur la mortalité alors que ce traitement est utilisé depuis plus de deux siècles dans cette indication!!! Supprimer les troubles du rythme cardiaque après un infarctus du myocarde par les anti-arythmiques ne s est pas avéré plus brillant!! Quoi de plus logique que d émettre l hypothèse que les troubles du rythme cardiaque graves peuvent entraîner une mort subite et que donc les supprimer ne peut être que bénéfique!! C est juste oublier que ces traitements anti-arythmiques eux mêmes peuvent induire des troubles du rythme (effet arythmogène)! La politique du médicament en France est actuellement inspirée par la volonté d exercer une médecine basée sur les preuves exigeant l optimisation de la connaissance du bénéfice et des risques, la réduction des coûts et la valorisation de l innovation. Ainsi la démonstration d efficacité pour les anciens médicaments déjà mis sur le marché depuis longtemps est recherchée mais parallèlement le prix des médicaments innovants reste élevé, permettant d assurer le financement de la recherche et du développement de nouveaux médicaments. Ainsi, une politique de généralisation de Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 17/349

18 Introduction l utilisation des génériques a été entreprise. Qu est ce qu un médicament? L article L 115 du Code de Santé Publique définit un médicament comme toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés préventives ou curatives à l égard des maladies humaines ou animales. Il s agit aussi de tout produit pouvant être administré à l homme ou l animal en vue d établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leur fonctions organiques. Quelles sont les classes de médicament? On distingue les différentes classes thérapeutiques et à l intérieur de celles ci différentes classes en fonction de leur propriétés pharmacologiques. Classes thérapeutiques telles qu elles sont présentées dans le Vidal : Antalgiques, Anti-inflammatoires, Cancérologie, Cardiologie et angiologie, Dermatologie, Diagnostic, Endocrinologie, Gastro-entérologie-hépatologie, Gynécologie, Hématologie et hémostase, Immunologie, Infectiologie, Métabolisme et nutrition, Neurologie - psychiatrie, Ophtalmologie, Oto-Rhino-Laryngologie, Pneumologie, Psychiatrie, Rhumatologie, Stomatologie, Toxicologie, Urologie - Néphrologie. A l intérieur de chaque classe thérapeutique, plusieurs classes pharmacologiques : par exemple parmi les anti-infectieux, on distingue les antibiotiques, les anti-parasitaires, les anti-fongiques, les anti-viraux, les antiseptiques. Dénomination des médicaments On distingue plusieurs noms pour un médicament : Le nom chimique qui correspond à la formule chimique ; exemple : acide acetyl salicylique La dénomination commune internationale : aspirine Les noms commerciaux : Aspegic*, Kardegic*, etc 18/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

19 Le développement du médicament Chapitre 1 Le développement du médicament Ce chapitre est uniquement constitué d un diaporama Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 19/349

20 Le développement du médicament 20/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

21 Le développement du médicament Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 21/349

22 Le développement du médicament 22/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

23 Le développement du médicament Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 23/349

24 Le développement du médicament 24/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

25 Le développement du médicament Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 25/349

26 Le développement du médicament 26/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

27 Le développement du médicament Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 27/349

28 Le développement du médicament 28/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

29 Le développement du médicament Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 29/349

30 Le développement du médicament 30/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

31 Méthodologie des essais de médicaments Chapitre 2 Méthodologie des essais de médicaments Ce chapitre est uniquement constitué d un diaporama Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 31/349

32 Méthodologie des essais de médicaments 32/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

33 Méthodologie des essais de médicaments Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 33/349

34 Méthodologie des essais de médicaments 34/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

35 Méthodologie des essais de médicaments Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 35/349

36 Méthodologie des essais de médicaments 36/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

37 Méthodologie des essais de médicaments Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 37/349

38 Méthodologie des essais de médicaments 38/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

39 Méthodologie des essais de médicaments Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 39/349

40 Méthodologie des essais de médicaments 40/349 Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat)

41 Méthodologie des essais de médicaments Pharmacologie - Service de pharmacologie clinique (Ph. Lechat) 41/349

GENERIQUES EN TUNISIE

GENERIQUES EN TUNISIE GENERIQUES EN TUNISIE Situation comparaison avec biosimilaires et problèmes de substitution Pr A.TOUMI 04 novembre 2011 Loi n 2008-32 du 13 mai 2008, modifiant et complétant la loi n 73-55 du 3 Août 1973

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011

Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011 Mars 2013 Hospitalisations liées aux réactions indésirables aux médicaments chez les personnes âgées, de 2006 à 2011 Types de soins Introduction Selon la définition de l Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

DELEGUE PHARMACEUTIQUE MEDICO PHARMACEUTIQUE TECHNICO-COMMERCIAL SECTEUR SANTE

DELEGUE PHARMACEUTIQUE MEDICO PHARMACEUTIQUE TECHNICO-COMMERCIAL SECTEUR SANTE DELEGUE PHARMACEUTIQUE MEDICO PHARMACEUTIQUE TECHNICO-COMMERCIAL SECTEUR SANTE Titre enregistré par le Ministre au Répertoire National des Certifications Professionnelles par arrêté publié au journal officiel

Plus en détail

PROCEDURE. Plan canicule

PROCEDURE. Plan canicule PROCEDURE Plan canicule Codification : QGR-RISK-PRC-03 Date d application : 30/06/2015 Date de modification : Version : 1.0 Nombre de pages : 7 Objet : - Prévenir les risques liés à l exposition de la

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Introduction à la pharmacocinétique

Introduction à la pharmacocinétique Introduction à la pharmacocinétique Disponible sur le site http://physiologie.envt.fr/spip/spip.php?article117 Céline Laffont c.rousset@envt.fr Fév. 2011 Essais cliniques classiques Boîte noire Effets

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION d annales Semaine du

TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION d annales Semaine du TUTORAT UE 6 2014-2015 Initiation à la connaissance du médicament CORRECTION d annales Semaine du Concours PACES 2013-2014 Semaine du 27/04/2015 QCM n 1 : B, D, E A. Faux. Le monde animal et minéral a

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Dépenses en médicaments prescrits au Canada 2012 : regard sur les régimes publics d assurance-médicaments

Dépenses en médicaments prescrits au Canada 2012 : regard sur les régimes publics d assurance-médicaments Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre mandat Exercer le leadership visant l élaboration et le maintien

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

RELPAX. hydrobromure d élétriptan

RELPAX. hydrobromure d élétriptan RELPAX hydrobromure d élétriptan * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques * Conclusion * Pharmacocinétique * Toxicologie * Formulation galénique * Essais cliniques *

Plus en détail

Normolipémiants. Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement

Normolipémiants. Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement Normolipémiants Les raisons de leur prescription - Risque lipidique (épidémiologie) - Baisse du cholestérol (LDL) - Efficacité du traitement Avant le traitement : que faire? - Détermination des facteurs

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 VII

TABLE DES MATIÈRES. Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 VII TABLE DES MATIÈRES COLLABORATEURS... PRÉFACE... VII Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 Les antalgiques... 3 Principes et règles de prescription... 3 Aspects généraux de la douleur... 3

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE BAXTER_CLINIMIX N9G15 E et N12G20E_Avis CT_14-02-2007.pdf BAXTER_CLINIMIX N9G15E N12G20E N14G30 N17G35_Avis CT_12-12-2001.pdf BAXTER_CLINIMIX changement

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat Etapes de développement d un médicament en oncologie Essais pré-cliniques (activité,

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Métabolisme interspécifique et applications

Métabolisme interspécifique et applications Métabolisme interspécifique et applications 2 Sommaire a. A l échelle du système b. A l échelle enzymatique c. Variations à l échelle de la race / de l individu II. Et en pratique 1 3 Introduction Définition

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010 Les opioïdes Aude Ferran Avril 2010 Introduction Analgésiques centraux = diminuent ou suppriment la douleur par un effet au niveau du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) Introduction Opioïdes

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Le médicament générique, un médicament comme un autre

Le médicament générique, un médicament comme un autre Le médicament générique, un médicament comme un autre DOSSIER DE PRESSE - MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES : DISTINGUER LE VRAI DU FAUX - AVRIL 2012 10 idées reçues à propos des médicaments génériques Les génériques

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé.

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT. Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl par comprimé enrobé. RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. Dé nomination du mé dicame nt Bisolax 5 mg comprimés enrobés. 2. Composition qualitative e t quantitative Bisolax 5 mg comprimés enrobés contient 5 mg de bisacodyl

Plus en détail

MIGRAINE - TRAITEMENT

MIGRAINE - TRAITEMENT MIGRAINE - TRAITEMENT Restauration d une bonne qualité de vie Adapté à chaque patient Reposant sur trois axes : éviction des facteurs déclenchants traitement de crise traitement prophylactique ANAES 2002

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v.

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. 250 mg French Version Aciclovir Labatec i.v. Composition Principe actif: Aciclovirum ut Acicloviri natricum (Praeparatio cryodesiccata). Excipients:

Plus en détail

Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada

Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada Médicaments en vente libre : Considérations pour la pratique de la thérapie physique au Canada Contexte L utilisation de médicaments par un professionnel de la santé n étant pas médecin évolue et dépend

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail