La pratique des engagements de conservation de titres en matière de transmission d entreprise (art. 787 B du CGI)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La pratique des engagements de conservation de titres en matière de transmission d entreprise (art. 787 B du CGI)"

Transcription

1 La pratique des engagements de conservation de titres en matière de transmission d entreprise (art. 787 B du CGI) Alexandre NAVAUD Diplômé Notaire SCP DUPONT-CARIOT, DEPAQUIT & CLERMON Intervenant Université PARIS Dauphine et Université d Angers

2 Plan PARTIE 1 : Présentation du dispositif et difficultés pratiques PARTIE 2 : La problématique fiscale de la reprise par un seul enfant

3 1 ère partie : L ENGAGEMENT DE CONSERVATION DES TITRES : Les grands principes

4 I. Présentation du dispositif Loi Dutreil du 1er août 2003 (l'article 787 B du CGI) a conduit à l'adoption d'un mécanisme original consistant pour la taxation aux droits de mutation à titre gratuit, à réduire de 75 % la «valeur» de l'entreprise transmise, à la condition de s'engager à la conserver collectivement et individuellement, ainsi qu à la diriger pour assurer la stabilité du capital et favoriser sa pérennité. (Initialement l art. 789 A du CGI issu de la LF 2000 prévoyait un abattaement de 50% applicable uniquement en cas de succession).

5 I. Un dispositif régulièrement assoupli 2000 : réduction de 50% en cas de décès 2003 : extension aux donations d entreprise en pleine propriété 2005 : réduction portée à 75% et extension aux donations avec réserve d usufruit 2005 : apport à une société possible 2006 : engagement peut être réputé acquis 2007 : engagement individuel de 6 ans ramené à 4 ans 2009 : apport rémunéré par la prise en charge d une soulte 2011 : cession possible à des tiers pendant la phase collective + maintien de la réduction de droits de 50% (donation PP + donateur < 70 ans)

6 I. Un dispositif épargné par la réforme de la fiscalité de 2011 La première loi de finances rectificative pour 2011 a préservé les transmissions d'entreprises de l'alourdissement des droits de mutation à titre gratuit qu'elle a mis en place. La réduction de droits liée à l âge du donateur a été maintenue alors quelle disparaît pour toutes les autres donations.

7 I. Présentation du dispositif A. L engagement collectif de conservation

8 L engagement collectif Le donateur doit s'engager avec un ou plusieurs associés à conserver collectivement les droits sociaux de l'entreprise pendant une période d'au moins deux années. Cet engagement doit porter sur au moins 20% (société cotée) ou 34 % (société non cotée) des droits financiers et des droits de vote de la société. Parmi les membres de cet engagement collectif doit s'engager un mandataire social de l'entreprise.

9 I. Présentation du dispositif B. L engagement individuel de conservation des titres

10 Les engagements individuels Chaque donataire doit prendre l'engagement individuel de conserver les droits sociaux transmis pendant une durée de quatre années, à compter de l'expiration de l'engagement collectif. Un des signataires de l'engagement collectif ou un des bénéficiaires de la transmission doit être mandataire social de l'entreprise pendant une durée de trois années à compter de la transmission.

11 Schéma Exercice d une fonction de direction -pendant toute la période "collective" Exercice d une fonction de direction pendant 3 ans à compter de la transmission Transmission Engagement collectif (2 ans) Proro gatio n Engagements individuels (4 ans)

12 I. Présentation du dispositif C. Les cas particuliers

13 Les sociétés concernées La forme de la société ainsi que la nature de son activité conditionne l octroi d une exonération partielle. Les parts ou actions de sociétés visées par un engagement de conservation sont en principe les sociétés de personnes et de capitaux de droit français dont la transmission à titre gratuit est imposable en France. Les sociétés étrangères peuvent bénéficier de ce dispositif étant précisé que les conditions d'application sont dans ce cas identiques à celles exigées pour les transmissions de titres de sociétés françaises [ On peut s'interroger sur la possibilité d appliquer l'exonération partielle aux titres de sociétés unipersonnelles. En effet, l engagement ne peut par principe être formalisé, son caractère collectif faisant défaut. Les rédacteurs de l instruction initiale ont donc oublié de viser les Sociétés par Actions Simplifiées Unipersonnelles (SASU). Il ne s agit là que d un simple oubli ensuite corrigé.

14 L activité exercée Les biens susceptibles de bénéficier de l'exonération partielle de droits de mutation à titre gratuit prévue à l'article 787 B sont les parts ou les actions d'une société ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale. Quelques incertitudes demeurent : la location meublée, l activité hôtelière, les activités de marchands de biens? Les activités civiles sont donc à priori exclues du dispositif. L'activité financière des sociétés holding exclut normalement ces dernières du champ d'application de l'exonération partielle. (Remarque : arrêt du 21 juin 2011 Cour de cassation) Toutefois, les dispositions de l'article 787 B précité sont applicables aux transmissions à titre gratuit de parts ou actions de sociétés holdings animatrices de leur groupe de sociétés, toutes les autres conditions devant être par ailleurs remplies.

15 L actualité des sociétés holdings animatrices de groupe L'intérêt de pouvoir justifier du caractère animateur du holding F est de pouvoir bénéficier du dispositif d'exonération partielle de droits de donation en matière de transmission d'entreprise afin de bénéficier d'un abattement de 75% sur la valeur des titres transmis. La seule qualification de holding passive (par opposition à celle d'animatrice de groupe) ferait perdre le bénéfice l'abattement de 75% en matière de droits de donation sur la fraction de la valeur des titres de la HAG représentative des actifs qui ne seraient pas éligibles au dispositif (la fraction de la valeur des titres de la HAG représentative des liquidités de la société seraient par exemple intégralement taxables aux droits de donation). Dans les faits cette animation doit être caractérisée et documentée vis-à-vis de toutes les filiales. Il incombe à la société qui revendique le rôle de HAG d être en mesure de démontrer qu elle (i) définit effectivement la politique, (ii) assure le contrôle de la ou des sociétés constituant son groupe et (iii) exerce cette activité à titre principal.

16 L actualité des sociétés holdings animatrices de groupe S agissant de la «participation à la conduite de la politique du groupe» En pratique, les sociétés holdings revendiquant le rôle de «holding animatrice de groupe» doivent être en mesure de produire une documentation établissant l exercice effectif de cette fonction au niveau de leurs propres organes de direction, retraçant (i) des discussions sur la conduite de la stratégie du groupe en général et de chacune des filiales en particulier, et (ii) des prises de décision effectivement mises en œuvre par ces dernières aux différents stades de réalisation des opérations avec les tiers. La réalisation de prestation de services techniques au profit exclusivement des filiales ne constitue qu un critère secondaire qui en lui-même ne saurait caractériser l animation stratégique et le contrôle des sociétés du groupe (mais simplement son rôle actif qui en l espèce est insuffisant).

17 L actualité des sociétés holdings animatrices de groupe S agissant de la «participation au contrôle des filiales», La détention d un bloc de contrôle et la présidence des filiales (dès lors qu elle n est pas partagée avec d autres mandataires sociaux, la coanimation devant à tout prix être évitée) semble caractériser le contrôle. S agissant de l exercice à titre d activité principale Les critères d appréciation de la prépondérance doivent être respectés. Ces critères qui ont été énoncés dans l instruction précisant les conditions d'application de l'article 787 B du CGI et reprises au BOFIP prévoient : «Le caractère prépondérant de l activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale s apprécie au regard de deux critères cumulatifs que sont le chiffre d affaires procuré par cette activité (au moins 50 % du montant du chiffre d affaires total) et le montant de l actif brut immobilisé (au moins 50 % du montant total de l actif brut).» De nombreuses interrogations sur l appréciation de ces critères sont à formuler.

18 2 ème partie : La problématique fiscale de la reprise par un seul enfant

19 I. La fiscalité de la transmission d entreprise sans la prise en charge de la soulte par la société

20 I. La fiscalité de la transmission d entreprise avec la prise en charge de la soulte par le repreneur familial A. Une fiscalité défavorable pour le repreneur familial

21 Une fiscalité défavorable pour le repreneur familial Hypothèse: Donation-partage de droits sociaux avec attribution de l'ensemble de ceux-ci à l'enfant-repreneur, à charge pour lui d'indemniser ses frère et sœur, donataires copartagés, au moyen d'une soulte. Avantage : Exonération partielle profite à tous les donataires (CGI, art.748 al. 2 : le droit d enregistrement sera liquidé sur la valeur net de l actif partagé, déterminé sans déduction des soultes lorsque le partage intervient entre membre d une même famille). Problématique: Financement de la soulte.

22 Une fiscalité défavorable pour le repreneur familial Revenu permettant au repreneur de payer l'acquisition des droits sociaux est principalement constitué par le dividende servi par la société transmise. Principe: L'enfant-repreneur, personne physique, reprend l'entreprise. Les dividendes perçus sont soumis à l'impôt sur le revenu, au barème progressif (TMI à 45%), après application d'un abattement de 40 % (Loi de Finances pour 2013). Cet impôt est majoré des contributions sociales au taux de 15,5%. Problème de trésorerie

23 Bilan En l absence d apport avec prise en charge de la soulte, la distribution sera perçue par le donataire, attributaire des parts, après paiement de l impôt après paiement de l impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux afférents à la distribution, ce qui ampute singulièrement la distribution affectée au remboursement de la soulte.

24 Sécuriser et alléger le coût fiscal de la transmission I. La fiscalité de la transmission d entreprise sans la prise en charge de la soulte par la société B. Un avantage constant : le paiement différé et fractionné

25 Un avantage constant : le paiement différé et fractionné Paiement des droits de mutation à titre gratuit peut être différé (pendant cinq ans) et fractionné (pendant dix ans) lors de la transmission d une entreprise individuel ou sur les titres d une société non cotée (l article 397A du CGI Annexe 3). Paiement différé pendant cinq ans: le contribuable ne paie chaque année que les intérêts au taux légal, soit 0,00% en 2014 (0,04%/3). Paiement fractionné sur dix ans à raison de 1/20ème tous les six mois assorti d un intérêt exigible semestriellement.

26 Un avantage constant : le paiement différé et fractionné Le bénéficiaire du paiement différé et fractionné doit recueillir au moins 5% du capital. Le bénéficiaire doit conserver au moins les deux tiers des biens transmis pendant toute la durée du délai accordé. La cession, par donation, de plus du tiers des biens reçus par chaque bénéficiaire bénéficiant du paiement différé et fractionné, entraîne pour le cédant l'exigibilité immédiate des droits en suspens (article 404 GD du CGI). L apport à une société de ces biens n'entraîne pas l'exigibilité des droits lorsque le bénéficiaire prend dans l'acte d'apport l'engagement de conserver les titres reçus en contrepartie de son apport jusqu'à l'échéance du dernier terme du paiement fractionné.

27 Un avantage constant : le paiement différé et fractionné Le taux légal d intérêt est réduit des deux tiers: - quand chaque bénéficiaire reçoit plus de 10% de la valeur de l entreprise. - quand plus du tiers du capital social est transmis.

28 II. La fiscalité de la transmission d entreprise avec la prise en charge de la soulte par la société

29 II. La fiscalité de la transmission d entreprise avec la prise en charge de la soulte par la société A. L'efficacité absolue du premier dispositif de «LBO familial» par la loi de finances pour 2009

30 L efficacité absolue du premier dispositif de «LBO familial» Article 12 loi de finances pour 2009 : au premier alinéa du f de l'article 787 B du code général des impôts, les mots : «de l'apport» sont remplacés par les mots : «d'un apport partiellement rémunéré par la prise en charge d'une soulte consécutive à un partage ou d'un apport pur et simple».

31 L efficacité absolue du premier dispositif de «LBO familial» Objet: la sécurisation et l optimisation fiscale de la transmission d entreprise -SECURISE les opérations de reprise d une entreprise familiale par un seul des enfants, lorsque l entreprise représente la quasi-totalité du patrimoine familial. -OPTIMISE car permet à l'héritier ou au donataire copartagé attributaire des titres et redevable d une soulte, de «financer» cette dernière en l'apportant à une holding constituée à cet effet. Sa participation peut être restructurée au sein d'un nouveau groupe. La prise en charge de la soulte par la holding réalise un effet de levier financier puisque la holding remboursera l'emprunt souscrit au moyen des dividendes perçus de la société fille.

32 L efficacité absolue du premier dispositif de «LBO familial» Hypothèses: Un donataire, dans le cadre d un partage, se fait attribuer les titres de la société à charge pour lui de verser une soulte aux copartageants. Un apport à titre onéreux à une société holding, à hauteur de la soulte facilite le paiement de celle-ci. La soulte sera être payée par la société holding, à l aide des résultats d exploitation qui seront distribués à la holding.

33 L efficacité absolue du premier dispositif de «LBO familial» Option pour le régime dit «mère-fille» si le holding détient plus de 5% du capital de l'entreprise (droits financiers et droits de vote). NB 2 : Le cas échéant, il n y a pas de remise en cause de l engagement individuel de conservation des titres. Le régime «mère-fille» est applicable et permet la remontée des dividendes dans une quasi-neutralité fiscale (imposition de la seule quote-part de frais et charges à hauteur de 5%).

34 L efficacité absolue du premier dispositif de «LBO familial» Conditions: - Holding doit être soumis (de plein droit ou sur option) à l'impôt sur les sociétés. - Les titres doivent être conservés pendant au moins deux ans.

35 Principe: Un apport à titre onéreux implique constatation d'une plus-value. Exception: L efficacité absolue du premier dispositif de «LBO familial» Pas de plus-value taxable car l'enfant-repreneur ne réalise aucune plus-value puisque, par hypothèse, il vient de recevoir ces titres par donation ou acquisition, à leur valeur d'apport.

36 II. La fiscalité de la transmission d entreprise avec la prise en charge de la soulte par la société B. De nombreux atouts

37 De nombreux atouts La transmission égalitaire est gage de paix familiale ; L'ensemble des titres sociaux transmis bénéficie de l exonération partielle ; Les parents donateurs n ont pas à s'appauvrir d'autres biens que les titres sociaux ; La prospérité de l'entreprise profitera seulement à l'enfant repreneur ; L enfant repreneur pourra acquérir les autres titres sociaux par l'intermédiaire d'un holding de reprise dans le cadre d'un régime fiscal privilégié ; L'intégralité du patrimoine transmis bénéficie de l'exonération partielle.

38 II. La fiscalité de la transmission d entreprise avec la prise en charge de la soulte par la société C. Subsistance de quelques réserves

39 Restriction quant au moment de la durée Subsistance de quelques réserves L apport à une société holding ne peut se faire que pendant l engagement individuel de conservation. En cas de transmission avant la fin de l engagement collectif de conservation, les bénéficiaires doivent le poursuivre jusqu à son terme s ils veulent bénéficier du régime d exonération. Les bénéficiaires ne peuvent apporter les titres à une société holding pendant l engagement collectif. Ils doivent attendre la fin des deux ans de l engagement collectif pour ensuite être autorisés à prendre un engagement individuel pendant lequel ils pourront apporter leurs titres à un holding.

40 Subsistance de quelques réserves Contraintes corporate, capitalistiques et de direction Objet unique est la gestion de son propre patrimoine constitué exclusivement de participations dans une ou plusieurs sociétés du même groupe que la société dont les parts ou actions ont été transmises et ayant une activité, soit similaire, soit connexe et complémentaire. La société bénéficiaire de l'apport est détenue en totalité par les personnes physiques bénéficiaires de l'exonération. Le donateur peut toutefois détenir une participation directe dans le capital social de cette société, sans que cette participation puisse être majoritaire. Elle est dirigée directement par une ou plusieurs des personnes physiques bénéficiaires de l'exonération (le donateur est exclu).

41 Subsistance de quelques réserves Pas d apport à un holding des titres d une société interposée Dans ce cas, la société interposée (holding passive), détient des titres de la société d exploitation qui sont soumis à l engagement Dutreil. L engagement de conservation est signé par la holding sur les titres de la société d exploitation. L apport à titre onéreux avec prise en charge de la soulte n a pas lieu de s appliquer car aucun partage n est possible.

42 3 ème partie : Cas récapitulatif

43 Illustration Situation familiale : Parents mariés avec trois enfants. Régime matrimonial : la séparation de biens. Donateur : la mère Age du donateur : 50 ans. Forme de l entreprise : Société anonyme (SA) non cotée. Valeur de l entreprise : Associés (détenteurs des actions) : la mère (présidente de la société) et son fils (dispose d une action depuis la constitution). Hypothèse : un seul des trois enfants souhaite reprendre l entreprise.

44 I. Solution A

45 Solution A I. Le donateur procède à une donation-partage de l'ensemble des actions avec attribution à l'enfant-repreneur, à charge pour lui d'indemniser ses frère et sœur. Conclusion d un engagement collectif de conservation des titres. Prise en charge de la soulte par l enfant repreneur

46 Solution A II. Masse des biens donnés : Masse des biens donnés par enfant : La soulte à payer s'élève à :

47 Solution A Part taxable par enfant : / 4 Abattement légal par enfant : Droits après application du barème : /enfant Droits à payer par enfant après réduction spéciale : (arrondi à l euro le plus proche). D après l article 790 II du CGI, le donateur ayant moins de 70 ans, la réduction est de 50%. Droit à payer pour les trois enfants : (soit 1,95%) En l absence de dispositif Dutreil, le coût serait de (30,87%).

48 Solution A Emprunt contracté au nom du repreneur familial Emprunt : sur 10 ans à un taux de 4%. Annuité d emprunt :

49 Solution A Impôt de distribution : (soit diminués de l abattement de 40% x 45% + 15,5 %) dans le cas où l'enfant-repreneur contracte un emprunt ou rembourse la soulte en tant que personne physique (hors CEHR éventuelle). Dans ce cas, l'enfant-repreneur dispose donc de nets pour payer une annuité de Pour payer cet emprunt, l'entreprise devrait servir un dividende de l'ordre de

50 I. Solution B

51 Solution B Conclusion d un engagement collectif de conservation des titres sociaux dans les conditions requises par l article 787 B du CGI (soit 34%) entre la mère-donatrice et le fils-repreneur. La mère procède à une donation-partage de l'ensemble des actions avec attribution à l'enfantrepreneur, à charge pour lui d'indemniser ses frère et sœur. Apport partiellement rémunéré par la prise en charge d'une soulte consécutive à un partage.

52 Solution B Masse des biens donnés : Masse des biens donnés par enfant : La soulte à payer s'élève à :

53 Solution B Valeur retenue par enfant après application de l'abattement (75%) résultant de l'engagement de conservation : (soit x 0,25). Abattement légal par enfant : (pour 2012). Part taxable par enfant : Droits après application du barème : avant réduction de 50% (soit 20% en ligne directe),. Droits à payer par enfant après réduction spéciale : (D après l article 790 II du CGI, le donateur ayant moins de 70 ans, la réduction est de 50%). Droits à payer pour les trois enfants :

54 Solution B Apport des actions à une société holding avec la prise en charge de la soulte: Aucune plus-value n'est constatée puisque c'est à cette valeur qu'il a reçu les droits sociaux. Droits d enregistrement : 0,10% x car il s'agit d'actions (SA ou SAS) = 6.000

55 Solution B Une fois l'apport réalisé, la société holding s'endette pour un montant de sur une durée de dix années à un taux de 4 %. Elle paie directement la soulte aux frère et sœur. Annuité d'emprunt : (dont les intérêts sont de la première année).

56 Solution B Dividende distribué par l entreprise : Impôt de distribution : (arrondi à l euro le plus proche), soit ( %) 33,1/3 % = au titre du régime mère-fille. La société holding disposera donc de (soit ) pour payer l'annuité d'emprunt ( ).

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants?

Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants? Transmission d entreprise : comment optimiser les dispositifs existants? La transmission d entreprise bénéficie d un cadre fiscal favorable dans la mesure où sous réserve de la conclusion préalable d un

Plus en détail

PACTE DUTREIL ET DONATION PARTAGE AVEC SOULTE LES OUTILS INCONTOURNABLES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE

PACTE DUTREIL ET DONATION PARTAGE AVEC SOULTE LES OUTILS INCONTOURNABLES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Gisèle ATHIMON Expert et Finance PARIS Grégoire BUNOT Vilaine et associés Saint Herblain Dominique ALINE Expert et Finance RENNES Raphael GUERIN Expert et Finance NANTES Hervé Bertrand ALTONEO ANGERS Expert

Plus en détail

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500 31 Pacte fiscal Présentation du régime d exonération partielle... 2500 L engagement collectif de conservation Titres pouvant faire l objet d un pacte... 2501 Personnes physiques ou morales signataires

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

CRIDON Nord-Est. FORMATION Printemps 2010 Seconde session

CRIDON Nord-Est. FORMATION Printemps 2010 Seconde session CRIDON Nord-Est FORMATION Printemps 2010 Seconde session 1 1 ÈRE PARTIE : Engagements «DUTREIL» : Mise en œuvre et optimisation Par FRANÇOIS FRULEUX, CONSULTANT AU CRIDON NORD-EST, DOCTEUR EN DROIT, DIPLÔME

Plus en détail

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI Conférence PNI Mars 2014 Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 8 M-1-08 N 54 du 21 MAI 2008 PLUS-VALUES IMMOBILIERES DES PARTICULIERS. AMENAGEMENTS DES DISPOSITIONS APPLICABLES EN CAS DE PARTAGE

Plus en détail

MECENAT. Pour les Entreprises : Association PROMOZIK 174 rue Edouard Vaillant, 37000 TOURS Tél. : 02.47.44.93.25 / 06.11.76.53.21 www.promozik.

MECENAT. Pour les Entreprises : Association PROMOZIK 174 rue Edouard Vaillant, 37000 TOURS Tél. : 02.47.44.93.25 / 06.11.76.53.21 www.promozik. MECENAT La loi du 1er août 2003, relative au mécénat, aux associations et aux fondations, permet désormais d encourager plus systématiquement les initiatives privées, qu il s agisse de celles des entreprises

Plus en détail

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession et de

Plus en détail

P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie

P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie Intervenants Tania FOURNAISE Expert comptable, Commissaire aux comptes Vice-Présidente du Club Fiscal Henri HOVASSE Professeur à l Université du

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

LOI POUR L INITIATIVE ECONOMIQUE

LOI POUR L INITIATIVE ECONOMIQUE LOI POUR L INITIATIVE ECONOMIQUE Chères Clientes, Chers Clients, Vous trouverez ci-dessous un résumé des principales mesures de la Loi pour l Initiative Economique (LIE) votée par le Parlement le 21 juillet

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-7-06 N 126 du 27 JUILLET 2006 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS PASSIF ASSIETTE DU DROIT DE DONATION. (C.G.I., art. 776 bis et L.P.F., art.

Plus en détail

Veille Juridique et Fiscale. Mars 2012

Veille Juridique et Fiscale. Mars 2012 Veille Juridique et Fiscale Mars 2012 Sommaire Sommaire...2 1. Adoption de la Loi de Finances Rectificative pour 2012... 3 2. Une plus-value de cession de parts doit tenir compte de la plus-value exonérée

Plus en détail

transmission d entreprises

transmission d entreprises transmission d entreprises MEMO PRATIQUE un nombre important d entreprises changeront de main dans les dix ans à venir. La transmission d une entreprise est une opération délicate : elle nécessite une

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 DROITS DE DONATION : CHAMP D'APPLICATION ET CALCUL

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 DROITS DE DONATION : CHAMP D'APPLICATION ET CALCUL DROITS DE DONATION : CHAMP D'APPLICATION ET CALCUL Les droits de donation Introduction Une personne peut faire le choix d'organiser de son vivant les modalités de sa succession. En effet, elle peut le

Plus en détail

1 Préparation d une transmission

1 Préparation d une transmission 1 Préparation d une transmission Le diagnostic Devancer l événement... 1 Maîtriser le temps... 2 Choisir le bon moment... 3 Atteindre la maturité... 4 Maîtriser les différentes données 5 La radiographie

Plus en détail

La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal

La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal La transmission à titre onéreux d entreprises : Aspects de Droit Fiscal Xavier Rohmer, Avocat Associé, August & Debouzy 1) CGI, article 201,1. Lors de la clôture des Assises de l entrepreneuriat, le 29

Plus en détail

LE PACTE «DUTREIL» ISF

LE PACTE «DUTREIL» ISF LES NOTES TECHNIQUES POLE D EXPERTISE PATRIMONIALE DE CYRUS CONSEIL LE PACTE «DUTREIL» ISF La Loi «Initiative Economique» proposée par Renaud Dutreil, votée en août 2003 et codifiée à l article 885 I bis

Plus en détail

Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse

Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse Comment optimiser les droits de succession en France à la suite de la renégociation de la convention francosuisse en matière de droits de succession? Parole d'expert Publié le 24.01.2014 : http://www.agefiactifs.com/droit-et-fiscalite/article/comment-optimiser-lesdroits-de-succession-en-france

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA RÉPRESSION DES ABUS DE DROIT [DB 13L1534]

SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA RÉPRESSION DES ABUS DE DROIT [DB 13L1534] SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA Références du document 13L1534 Date du document 01/07/02 Madame R... a acquis de son frère, Monsieur T..., la moitié indivise de biens immobiliers recueillis

Plus en détail

Transmission d entreprise

Transmission d entreprise Formation métier Transmission d entreprise FVI Patrimoine & Entreprise Tour Polygone 265 avenue des Etats du Languedoc 34000 Montpellier www.fvi.fr Objectif : Vous saurez mettre en œuvre différentes stratégies

Plus en détail

Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille?

Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille? Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille? Animé par : Nicolas DUCROS, Journaliste - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Marc VASLIN Avocat SCOTTO & ASSOCIES

Plus en détail

Le Pacte Dutreil pour optimiser la transmission de l entreprise

Le Pacte Dutreil pour optimiser la transmission de l entreprise LA REVUE FISCALE NOTARIALE - REVUE MENSUELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - JUIN 2012 Le Pacte Dutreil pour optimiser la transmission de l entreprise Henry Royal. Directeur associé de Royal Formation, chargé

Plus en détail

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 1 LOI DE FINANCES POUR 2012 & LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR

Plus en détail

NUMERO SPECIAL LOI DE FINANCES 2006 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2005 FISCALITE DES ENTREPRISES

NUMERO SPECIAL LOI DE FINANCES 2006 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2005 FISCALITE DES ENTREPRISES NUMERO SPECIAL LOI DE FINANCES 2006 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2005 FISCALITE DES ENTREPRISES 1. Plus-values professionnelles Transmission d'entreprise - Exonération 2. Plus-values professionnelles

Plus en détail

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille

Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations en droit de la famille Plan I. Enjeux patrimoniaux et fiscaux des négociations familiales en amont (d un éventuel conflit) A. Exemple des familles recomposées

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 20 FEVRIER 2012 7 G-1-12 DROITS DE MUTATION A TITRE GRATUIT. DONATIONS-PARTAGES CONSENTIES A DES DESCENDANTS DE DEGRES DIFFERENTS (DONATIONS-PARTAGES

Plus en détail

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014).

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Démembrer c est bien anticiper c est mieux!!!! PARTIE 2

Démembrer c est bien anticiper c est mieux!!!! PARTIE 2 Démembrer c est bien anticiper c est mieux!!!! PARTIE 2 NEWSLETTER 14 214 du 26 AOUT 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Si vous n avez pas lu la première partie de cette newsletter publiée la semaine dernière,

Plus en détail

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR

ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR ENTREPRENEUR L ENTREPRENEUR www.notaires.paris-idf.fr L ENTREPRENEUR Le notaire a toujours été le conseil privilégié de l entrepreneur. Il apporte une aide à tous les stades de la vie de l entreprise :

Plus en détail

Immobilier d entreprise et modes de détention

Immobilier d entreprise et modes de détention Dossier spécial Patrimoine immobilier Immobilier d entreprise et modes de détention Il y a plusieurs façons de détenir l immobilier de l entreprise. Il peut être compris dans le patrimoine privé du chef

Plus en détail

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation

Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation Fiscalité contrat d assurance vie et Contrat de capitalisation France Souscripteur d un contrat d assurance vie ou de capitalisation auprès de notre Compagnie d assurance au Luxembourg, vous vous interrogez

Plus en détail

Pharmaciens investisseurs : comment tirer profit des SPFPL?

Pharmaciens investisseurs : comment tirer profit des SPFPL? CHAPITRE 3 Pharmaciens investisseurs : comment tirer profit des SPFPL? La dernière étude démographique de l'ordre des pharmaciens a révélé que 39 % des sociétés d'exercice libéral (SEL) comprennent un

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 La loi de finances pour 2013 et la loi de finances rectificative pour 2012 ont été définitivement

Plus en détail

ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION ALLEGEMENT DES DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Les droits de mutation à titre gratuit sont perçus en tenant compte de la situation personnelle du redevable et des liens de parenté qu il a avec le défunt

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 17 DU 8 FEVRIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 F-6-10 INSTRUCTION DU 28 JANVIER 2010 IMPOT SUR LE REVENU. TRAITEMENTS ET SALAIRES. DEPENSES PROFESSIONNELLES.

Plus en détail

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil et transmission d entreprise Aspect donation/succession ISF Novembre 2014 Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil Aspect transmission Relativement récent

Plus en détail

Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange

Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange Assurance vie, article 757 B du CGI et quasi-usufruit : Un mauvais mélange NEWSLETTER 15 270 du 16 MARS 2015 Analyse par STEPHANE PILLEYRE Le quasi-usufruit est souvent perçu par les professionnels de

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A TITRE ONEREUX

OPTIMISATION FISCALE DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A TITRE ONEREUX OPTIMISATION FISCALE DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE A TITRE ONEREUX Intervention dans le cadre des 8èmes rencontres nationales TRANSCOMMERCE/ TRANSARTISANAT 1 Plan Section 1 Du côté du cédant I. Anticiper

Plus en détail

Présentation. Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015

Présentation. Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015 Présentation Loi de Finances pour 2016 Loi de Finances Rectificative pour 2015 SAGASSER Avocats à la Cour Rechtsanwälte, Steuerberater 79 avenue Marceau 75116 Paris Principales mesures fiscales des lois

Plus en détail

CHAPITRE 4 OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D'ACHAT D'ACTIONS [DB 4N24]

CHAPITRE 4 OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D'ACHAT D'ACTIONS [DB 4N24] CHAPITRE 4 OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D'ACHAT D'ACTIONS [DB Références du document 4N24 Date du document 30/08/97 Annotations CHAPITRE 4 Lié au BOI 5F-1-09 OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D'ACHAT D'ACTIONS

Plus en détail

BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR

BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR - Mutations à titre gratuit - Donations - Taxe de publicité foncière 1 Les actes de donation portant sur des immeubles intervenant à compter du 1er juillet 2014 entrent

Plus en détail

L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

L'ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : ENR9401447DL DELIBERATION N 94-141 AT DU 2 DECEMBRE 1994 ------------------------------------------------------------ portant modification

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES

LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES N 93 FISCAL n 17 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES L essentiel : La loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances

Plus en détail

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL

DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT DE RETOUR LEGAL DES FRERES ET SŒURS- ARTICLE 757-3 DU CODE CIVIL DROIT PATRIMONIAL Depuis la loi du 3 décembre 2001, entrée en vigueur le 1er juillet 2002, le conjoint survivant prime les frères

Plus en détail

29 novembre 2012 La transmission d entreprises

29 novembre 2012 La transmission d entreprises 29 novembre 2012 La transmission d entreprises d 1 PME La transmission d entreprisesd UNE STRATEGIE PATRIMONIALE Eviter que transmission = destruction d emplois Transmission à titre gratuit : succession

Plus en détail

LA TAXE SUR LES SALAIRES

LA TAXE SUR LES SALAIRES SOURCES : Code Général des Impôts AVERTISSEMENT : Les renseignements contenus dans cette fiche ne constituent qu une simple information donnée à titre purement indicatif. Leur utilisation, à quelque titre

Plus en détail

Transmission d entreprise et optimisation

Transmission d entreprise et optimisation Transmission d entreprise et optimisation Intervenants: Damien Dreux Expert Comptable, Anne Lichtenstern Avocat, Alexandre Thurel Notaire, Myriam Constant Allianz. Sommaire Le Marché et les intervenants

Plus en détail

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO HABITATION 1 Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER RÉSIDENTIEL BBC EN CONTREPARTIE D UNE DURÉE DE CONSERVATION DES PARTS ÉGALE À LA DURÉE DE VIE

Plus en détail

Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises

Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises Edition 2014 Tableau comparatif des droits de succession et de mutations par décès régionaux en matière de transmission d entreprises auteur : André Culot, conseil fiscal RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE RÉGION

Plus en détail

TRANSMISSION DU FONCIER

TRANSMISSION DU FONCIER TRANSMISSION DU FONCIER AGRICOLE ET FORESTIER : QUELLES PERSPECTIVES? Etienne BEGUIN NTF 19 juin 2013 INTRODUCTION La transmission du patrimoine : Le patrimoine, c est l héritage du père (des parents).

Plus en détail

Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle

Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle Réexamen d une demande de remboursement d un crédit de TVA formulée par une entreprise allemande dans le cadre d opérations intracommunautaires.

Plus en détail

... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 :

... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 : ... Numéro consacré aux principales mesures de la loi de finances 2012 : Nouvelle réduction du montant du plafond global applicable à certains avantages fiscaux en matière d'impôt sur le revenu Prorogation

Plus en détail

Vendre et partir à la retraite. 21 juin 2012

Vendre et partir à la retraite. 21 juin 2012 Vendre et partir à la retraite 21 juin 2012 21 juin 2012 Animé par Arlette DARMON Notaire à PARIS, Présidente du GROUPE MONASSIER Xavier FROMENTIN Notaire à TREILLIERES, GROUPE MONASSIER Stéphan CHENDEROFF

Plus en détail

Rencontre des groupements français et suisse

Rencontre des groupements français et suisse Rencontre des groupements français et suisse Vendredi 29 et samedi 30 mai 2015 Maison de l Amérique Latine - Paris SESSION 1 Impôt sur le revenu / forfait fiscal et impôt sur la fortune PLAN DE LA PRESENTATION

Plus en détail

Transmettre au moindre coût fiscal

Transmettre au moindre coût fiscal Transmettre au moindre coût fiscal 1 Anticipation et Organisation seront les maître-mots Maître Stéphanie GAILLARD-SEROUGNE, Notaire à PARIS 2 SOMMAIRE I. Optimiser en anticipant : les donations et l assurance-vie

Plus en détail

Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014. Changements aux fragments de document. Le fragment Contenu a été modifié

Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014. Changements aux fragments de document. Le fragment Contenu a été modifié 1 sur 7 14/05/2014 10:43 Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014 Etat des différences Changements aux fragments de document premier Le fragment Contenu a été modifié

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 I-10-06 N 183 du 9 NOVEMBRE 2006 IMPOT SUR LE REVENU. IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE (ISF). CONSEQUENCES FISCALES DE L HARMONISATION DES

Plus en détail

Optimisation d acquisition d immobilier d Entreprise

Optimisation d acquisition d immobilier d Entreprise Optimisation d acquisition d immobilier d Entreprise Monsieur et Madame Etude réalisée le 27/09/2010, par Bernard DESCHAMPS FORCE DE VENTE INFORMATIQUE Tour Polygone 285 Avenue des Etats du Languedoc 34000

Plus en détail

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine

Rencontre des groupements français et suisse. Paris, les 29 & 30 mai 2015. Maison de l Amérique Latine Rencontre des groupements français et suisse Paris, les 29 & 30 mai 2015 Maison de l Amérique Latine SESSION 2 Fiscalité des successions PLAN I. Introduction II. III. IV. Les successions en France (aspects

Plus en détail

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts.

Heureusement, il reste des possibilités pour maîtriser ses impôts. Paris - Marseille - Toulon Dirigeant du Cabinet LEFEVRE & Associés Jean-Yves LEFEVRE Chargé de cours à l université Paris Dauphine Les impôts augmentent! L insécurité fiscale aussi avec 7 lois de finances

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

Précisions des modalités d'imposition en cas de transfert de siège ou d'établissement stable hors de France. I. Le droit existant en 2012 1

Précisions des modalités d'imposition en cas de transfert de siège ou d'établissement stable hors de France. I. Le droit existant en 2012 1 Précisions des modalités d'imposition en cas de transfert de siège ou d'établissement stable hors de France Sources rapports du sénat L article 30 vient utilement adapter la loi fiscale française applicable

Plus en détail

Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013

Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013 Mesures phares de la 3ème Loi de Finances Rectificative 2012 et de la Loi de Finances 2013 Madame, Monsieur, Nous souhaitons vous présenter les quelques mesures phares contenues dans la dernière Loi de

Plus en détail

Fiscalité des entreprises. à l impôt sur le revenu

Fiscalité des entreprises. à l impôt sur le revenu Fiscalité des entreprises à l impôt sur le revenu Décembre 2013 Henry Royal Tél. : 01 46 05 95 61 - contact@royalformation.com - www.royalformation.com 1 Société à l, société à l IS Imposition de l associé

Plus en détail

Les Webinaires Cortal Consors

Les Webinaires Cortal Consors Les Webinaires Cortal Consors Comprendre pour mieux décider des rendez-vous pédagogiques des échanges avec des experts des conférences en ligne LE REGIME JURIDIQUE Qu est ce que le contrat de capitalisation?

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA RÉPRESSION DES ABUS DE DROIT [DB 13L1534]

SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA RÉPRESSION DES ABUS DE DROIT [DB 13L1534] SOUS-SECTION 4 RAPPORT DU COMITÉ CONSULTATIF POUR LA Références du document 13L1534 Date du document 01/07/02 Le 24 juillet 1986, Mme G... a acquis par donation partage un immeuble à usage de commerce

Plus en détail

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants

La donation. Les renseignements contenus. dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants La donation du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations,

Plus en détail

Instruction du 29 Mai 1992 7 G-4-92. Droits d'enregistrement et de timbre - Taxe de publicité foncière. Mutations à titre gratuit. NOR : BUDF9210062J

Instruction du 29 Mai 1992 7 G-4-92. Droits d'enregistrement et de timbre - Taxe de publicité foncière. Mutations à titre gratuit. NOR : BUDF9210062J Instruction du 29 Mai 1992 7 G-4-92 Droits d'enregistrement et de timbre - Taxe de publicité foncière. Mutations à titre gratuit. NOR : BUDF9210062J Mutations à titre gratuit. Successions. Biens à déclarer.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 B-9-04 N 66 du 9 AVRIL 2004 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTION D IMPOT AU TITRE DES DONS AUX ŒUVRES VERSES PAR LES PARTICULIERS. COMMENTAIRE DE

Plus en détail

Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs

Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs Successions: organisation de la transmission au moment du décès Donations: transmissions entre vifs Les donations La donation est un acte de transfert gratuit de tout ou partie de la propriété d un bien.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation

NOTE JURIDIQUE. OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - Fiscalité / Succession - OBJET : Les droits de mutation à titre gratuit en cas de donation Base juridique

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information relative à la seconde offre au public a reçu le visa de l AMF n 12-12 en date du 01/06/2012 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée

Plus en détail

Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 :

Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 : Numéro 72 Janvier 2014 Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 : La loi de finances rectificative pour 2013 du 29 décembre 2013 a été publiée au Journal officiel du 30 décembre 2013 sous le numéro

Plus en détail

TRAVAUX D ECONOMIE D ENERGIE : L ECO-PRET A TAUX ZERO

TRAVAUX D ECONOMIE D ENERGIE : L ECO-PRET A TAUX ZERO UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER TRAVAUX D ECONOMIE D ENERGIE : L ECO-PRET A TAUX ZERO Financement des travaux d amélioration de la performance énergétique dans les logements anciens L article 99 de

Plus en détail

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - MAI 2014 ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Plusieurs régimes d'exonération,

Plus en détail

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003)

(Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) Flash fiscal et juridique n 755 page 1 LOI DE FINANCES POUR 2004 (Loi n 2003-1311 du 30 décembre 2003 parue au JO du 31/12/2003) 1. IMPOT SUR LE REVENU (Règles générales) Barème d imposition pour 2003

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Mission de Conseil Fiscal. Développez votre expertise avec Lexis Nexis D.O

Mission de Conseil Fiscal. Développez votre expertise avec Lexis Nexis D.O Mission de Conseil Fiscal. Développez votre expertise avec Lexis Nexis D.O TRANSMISSION D ENTREPRISES INDIVIDUELLES Régimes d imposition et d exonération des plus-values Robert El Sair Avocat honoraire

Plus en détail

FISCALITE / INTERET D EMPRUNT

FISCALITE / INTERET D EMPRUNT Agence Départementale pour l Information sur le Logement des Bouchesdu-Rhône 7, cours Jean Ballard 13001 Marseille 04 96 11 12 00 FLASH INFO LOGEMENT ADIL 13 FIL / 11-09 - 07 FISCALITE / INTERET D EMPRUNT

Plus en détail

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF

PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF PACTE DUTREIL TRANSMISSION ET ISF 1 1 PACTE DUTREIL TRANSMISSION 1. Le pacte Dutreil permet de transmettre une société en bénéficiant d une exonération de DMTG à concurrence de 75% sur la valeur des parts

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) avertissement... liste des Abréviations... dédicace... remerciements... préface... VII IX XI XIII XV partie I RÉDUIRE LES DROITS DE MUTATION

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Fiscalité / Succession -

NOTE JURIDIQUE. - Fiscalité / Succession - Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - Fiscalité / Succession - OBJET : L impact de la loi réformant le droit des successions sur les personnes

Plus en détail

Patrimmofi Magazine. Juin 2015 ACTUALITÉS PATRIMONIALES LA LMNP «CLASSIQUE», ASPECTS PRATIQUES D UN RÉGIME AVANTAGEUX BRÈVES

Patrimmofi Magazine. Juin 2015 ACTUALITÉS PATRIMONIALES LA LMNP «CLASSIQUE», ASPECTS PRATIQUES D UN RÉGIME AVANTAGEUX BRÈVES Nous avons le plaisir de vous proposer un nouveau numéro Patrimmofi Magazine Juin 2015 Rubrique réalisée par le service d Ingénierie Patrimoniale ACTUALITÉS PATRIMONIALES P2 LA LMNP «CLASSIQUE», ASPECTS

Plus en détail

Instruction du 29 mai 1992 (B.0.1. 7 G-4-92)

Instruction du 29 mai 1992 (B.0.1. 7 G-4-92) G MTG NOTES ASSURANCE VIE Instruction du 29 mai 1992 (B.0.1. 7 G-4-92) L'article 26-1 de la loi de finances rectificative pour 1991 (n 91-1323 du 30 décembre 1991JO du 31 décembre 1991 p 17283) institue

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

Atelier 2 Transmission familiale

Atelier 2 Transmission familiale Atelier 2 Transmission familiale A2 Transmission familiale PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANTS Jean Yves BRYON Conseiller en gestion de patrimoine indépendant 2 Sommaire I. PRÉAMBULE

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : DGFIP BIC - Plus-values et moins-values - Régimes particuliers - Plus et moins-values

Plus en détail

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don

Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Réduire son impôt de solidarité sur la fortune en faisant un don Rappel des principes en matière d ISF et des réductions d impôts envisageables Rappels sur l ISF La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES DIRIGEANTS SOCIAUX DONATION. 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049

CESSION DE PARTS SOCIALES DIRIGEANTS SOCIAUX DONATION. 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049 CESSION DE PARTS SOCIALES 1 ère AO2, 10 janvier 2006, RG 04/5049 Lors de la cession d une S.N.C, le remboursement aux cédants, par un acte séparé le jour même de la cession de parts sociales, de la totalité

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF UNE NOUVELLE SOLUTION DE FINANCEMENT. Samuel CHAVEY, Expert-comptable

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF UNE NOUVELLE SOLUTION DE FINANCEMENT. Samuel CHAVEY, Expert-comptable LE FINANCEMENT PARTICIPATIF UNE NOUVELLE SOLUTION DE FINANCEMENT Samuel CHAVEY, Expert-comptable 1 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Définitions Environnement juridique 2 En quoi consiste le crowdfunding? Le

Plus en détail

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale 2. FRANCE - Contentieux - Association sans but lucratif 3. UNION EUROPEENNE - Liberté d établissement

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

FLASH n 6/2015 LOI «MACRON»

FLASH n 6/2015 LOI «MACRON» DATE : 31/08/2015 FLASH n 6/2015 LOI «MACRON» Sont présentées ci-dessous les dispositions patrimoniales les plus significatives figurant dans la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances

Plus en détail