Introduction formation accompagnement Notre public

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction formation accompagnement Notre public"

Transcription

1 Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail de prévention des assuétudes avec une démarche artistique. Il s agit en effet d explorer en quoi l activité artistique peut-elle favoriser les capacités des jeunes à adopter des comportements positifs face à leur santé et leur bien-être, et à se protéger contre les conduites à risques. Prospective Jeunesse est une asbl fondée en 1978, nous sommes situés à Ixelles. Nous sommes un centre d étude et de formation actif dans le domaine de la prévention des risques liés aux usages de drogues, dans une optique de promotion de la santé. Nous proposons quatre services principaux : Un centre de doc ouvert à tous spécialisés sur les questions de la prévention, des assuétudes et de l adolescence en général. Un service de consultations psychologiques pour les familles et les individus qui souhaitent aborder la question des consommations en présence d un professionnel. Nous éditons une revue trimestrielle qui se veut un lieu d échange et de réflexion pour les professionnels des secteurs de la prévention, de l éducation, du social, des soins de santé, Et enfin, un service d intervention dont l objet est, d une part, la formation des adultes-relais autour de la problématique des assuétudes et de la prise de risques chez les jeunes et, d autre part, l accompagnement d équipes qui souhaitent mettre en place au sein de leur institution des activités de prévention des risques liés aux consommations. Notre public ce sont les adultes qui sont en contact avec des jeunes (enseignants, éducateurs, personnel pms et pse, parents, éducateurs de rue, gardien parc, etc).

2 Notre action s inscrit dans la cadre de la promotion de la santé. En promotion de la santé, la prévention des assuétudes vise non pas à empêcher les jeunes d entrer en contact avec les produits mais bien à aider les jeunes à renforcer les compétences qui leur permettront de prendre en main leur santé, leur bien-être et d éviter de développer des consommations problématiques. En milieu scolaire, notre objectif est d apporter des réponses aux équipes éducatives qui s interrogent sur la manière dont la question des consommations peut-être envisagée au sein de l école. Par consommations, il faut entendre aussi bien les consommations avec produits (alcool, tabac, cannabis) que les consommations sans produits (gsm, facebook, jeux vidéo, etc.). Mais comment en sommes-nous arrivés à combiner la pratique artistique et la prévention des assuétudes? Dans le cadre de nos interventions en milieu scolaire notre objectif a toujours été d encourager la mise en place de groupes de travail (sur le modèle des CBE) et d accompagner la réflexion sur la politique globale de l école en matière de bien-être et de consommations. Mais nous avons constaté que dans certains établissements ces objectifs étaient parfois trop abstraits ou trop lointains pour que les équipes éducatives puissent se les approprier de manière efficace. Le fait de ne pas répondre de manière suffisamment concrète à la demande d action immédiate a parfois comme conséquence que la dynamique du groupe de travail s essouffle avant qu une quelconque action concrète puisse voir le jour. La question qui se pose alors est la suivante : comment s assurer de l adhésion de l équipe éducative à une démarche de promotion de la santé à long terme au sein de l établissement, tout en répondant à leur besoin d action concrète immédiate et sans pour autant entrer dans les travers de l intervention ponctuelle et les solutions clé sur porte? En matière de participation des acteurs scolaire dans la mise en œuvre de projets de promotion de la santé, il y a deux questions qui se posent : d une part,

3 comment assurer la participation des adultes, de l équipe éducative et éventuellement des autres partenaires extérieurs à l école, et d autre part, comment s assurer de la participation des jeunes et faire en sorte que ces derniers soient réellement partie prenante de la démarche de prévention? Pour répondre à ces questions, nous avons tenté de nous mettre à la place des acteurs scolaires. Bien que notre objectif final ait toujours été de renforcer les compétences des adultes (enseignants, éducateurs), nous avons compris que beaucoup d entre eux se sentent mal à l aise avec la thématique des assuétudes et nous avons donc choisi de réaliser nous même, en leur présence, quelques animations en classe afin qu ils puissent prendre conscience qu il ne faut pas être experts en produits ou en neurobiologie pour faire passer les messages de promotion de la santé, mais que tout adulte est capable de faire passer un message de prévention sur des thématiques aussi générales que le bien-être, l équilibre, l abus, la diversification des sources de plaisir, etc. C est ainsi que nous en sommes venus à l idée d utiliser la pratique artistique pour aborder la question des consommations car cette démarche a plusieurs avantages : d une part, c est un moyen d ouvrir le débat avec les jeunes en évitant d aborder cette question de manière trop frontale. Mais surtout, cela permet d augmenter les chances de participation aussi bien du côté des jeunes que des adultes. En effet, en proposant de mettre en projet une ou plusieurs classes autour de la thématique des assuétudes nous répondons à la demande d une action concrète et rapide de la part de l école. Il ne s agit pas de nous substituer aux acteurs scolaires, au contraire il s agit de construire un partenariat solide entre les artistes, les enseignants et nous. Un partenariat qui soit au service des élèves. Par ailleurs, plusieurs enseignants qui ont participé à ce type de projets ont décrit des transformations importantes dans la dynamique de classe, même dans des classes réputées «difficiles». Il n est pas rare que des élèves qui se sentent mal

4 à l aise dans le cadre scolaire classique se découvrent des talents insoupçonnés qui les valorisent aux yeux de leurs pairs et des enseignants. Financement Pour financer ces projets, nous nous sommes tournés vers les dispositifs mis en place par la Cocof et la FWB, notamment La Culture a de la classe (anciennement Anim action) et le Décret Culture-Ecole. Ce sont deux dispositifs qui permettent de financer des projets culturels au sens large (artistique, santé, citoyenneté, interculturel), qui doivent être réalisés sur le temps scolaire et doivent être le fruit d une collaboration durable entre une école et une association extérieure. Cette année nous menons cinq projets de front, dont trois en milieu scolaire (un projet vidéo en collaboration avec la Cinématek dans une école à Anderlecht, un autre projet vidéo sur la question des réseaux sociaux dans une école à Schaerbeek et dans une troisième école, toujours sur Schaerbeek, un projet musique rap/slam et théâtre). Par ailleurs, nous participons également à deux autres projets vidéo avec des groupes de jeunes en collaboration avec des services communaux. Nous pouvons d ores et déjà affirmer que les résultats en termes de participation, aussi bien du côté des adultes que des jeunes, sont remarquables. A l avenir, nous espérons pouvoir compter sur des budgets issus du secteur de la santé et ne plus être uniquement tributaire de budgets «culturels». Un exemple de projet Le projet que nous accompagnons dans cette école à Anderlecht est un projet vidéo qui implique trois classes de troisième et trois enseignants, une enseignante de morale, un enseignant de français et un enseignant de sciences. La direction à également joué un rôle très important en permettant un certain nombre d aménagements horaires pour le projet. C est une vidéaste

5 professionnelle de la Cinématek qui animera les ateliers vidéo dans les classes qui s étalent sur toute l année. L objectif du projet est de réaliser trois petits films autour de la question des consommations. Le sujet précis de ces capsules vidéo sera déterminé par les élèves eux-mêmes dans le cadre de leur travail dans les ateliers. Le point de départ du projet a été la représentation de la pièce de théâtre-forum Nancy au pays des merveilles jouée par la compagnie Alvéole et qui traite de la question des assuétudes. Le théâtre-forum ou théâtre-action est une forme de théâtre inspiré par le théâtre de l opprimé mis au point par le brésilien Augusto Boal dans les années 60. C est avant tout un instrument de débat qui permet à des publics très diversifiés de prendre la parole sur des questions politiques et sociales qui les concernent directement. Le principe est simple, la pièce est jouée une première fois, l histoire termine, en général relativement mal, ensuite le public est invité à monter sur les planches et à rejouer certaines scènes pour tenter d influencer le cours de l histoire. En termes de participation, c est un outil très puissant qui fait émerger énormément de questions et de réflexion chez les jeunes qui assistent au spectacle. Ce sont toutes ces questions et réflexions qui vont nourrir la suite du projet et qui vont servir de terreau pour construire le travail de mise en images dans les ateliers vidéo. Le rôle de Prospective Jeunesse est d une part de donner l impulsion de départ au projet et de mettre les différents acteurs en contact, mais surtout de garantir que les principes de la promotion de la santé soient respectés. Il s agit d une part de garantir la participation des acteurs tout au long du projet, mais également de les familiariser avec les principes de la promotion de la santé et de la prévention des assuétudes. Artistes, enseignants et jeunes reçoivent donc une formation par nos soins. Les adultes sont ensuite accompagnés dans la construction d une série

6 d animations autour de la question des consommations. Ces animations sont celles qui permettront de faire émerger les représentations des jeunes autour des questions de consommations, dépendance, bien-être, etc. et vont constituer les axes du travail artistique. Pourquoi nous sommes nous tournés vers ce type de projets? Nous pensons que ce type de projets permet aux écoles de répondre aux objectifs de la prévention des assuétudes et de la promotion de la santé. En effet, ces projets doivent répondent à un certain nombre de critères qui correspondent également aux critères que respectent les projets en promotion de la santé. Long terme : Entre 30 et 60 heures de cours doivent être dégagés sur les temps scolaire pour leur réalisation, ce qui correspond à un semestre ou à une année scolaire et laisse le temps à la dynamique de groupe de se mettre en place. Collectif : Il s agit en général de deux ou trois classes dans une même école, mais le projet implique l aval de la direction (notamment pour les aménagements d horaires) et la participation d un ou plusieurs enseignants ou éducateurs. Participatif : La dimension de la participation et de la responsabilisation des acteurs jeunes et adultes est centrale dans la réalisation du projet. Créatif : Le processus créatif permet également aux jeunes de faire appel à toute une série de ressources, notamment en termes d estime de soi, d expression de soi, de travail en groupe, etc. qui sont pour nous des ressources essentielles en promotion de la santé. Les avantages en termes de prévention des assuétudes de la mise en place de ce type de projet autour de la question des consommations sont multiples. D une part, cela permet de placer les jeunes en position d acteurs dans le processus de réalisation du projet, mais aussi dans l élaboration du message de prévention. Ensuite, du point de vue institutionnel, cela permet d impliquer la direction et plusieurs enseignants ou éducateurs dans un processus d action collective et transversale autour de la thématique des assuétudes.

7 Mais, encore plus que le fait d approfondir une thématique comme l alcool, le cannabis ou Facebook, c est le processus du projet lui-même qui fera office de prévention. Pour mener à bien un projet de ce type, les jeunes devront faire appel à un grand nombre de ressources comme la créativité, le sens de l humour, la patience, la persévérance, la communication, la coopération, etc. En d autres termes, la participation à un projet artistique va augmenter la chance de développer chez les jeunes l estime de soi, la confiance en soi, la capacité de s affirmer dans un groupe, de savoir dire non, de maîtriser ses émotions, de gérer les conflits, etc., qui sont autant de ressources, ces fameuses compétences psychosociales comme on dit dans le jargon, qui permettront aux jeunes de faire face aux difficultés de la vie, en ce compris les comportements à risque et les consommations éventuelles. Participation Dans la Charte d Ottawa, l OMS défini la promotion de la santé comme «le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé et d améliorer celle-ci». La prévention dans une optique de promotion de la santé implique de renforcer les compétences qui permettront aux jeunes de consolider leur autonomie et de développer leur pouvoir d action sur leur environnement. La participation est en effet une des clés de la santé, y compris en ce qui concerne la maîtrise des consommations éventuelles. En milieu scolaire, le décret «Missions» fonde également comme mission essentielle de l enseignement le développement la confiance en soi des jeunes ainsi que leur participation à la vie économique, sociale et culturelle. D après une enquête menée par l Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse en 2008, les jeunes eux-mêmes affirment que la participation et le fait d être écouté sont des déterminants fondamentaux de leur bien-être.

8 L école, à côté de la famille et des amis, constitue une influence importante dans la manière dont les jeunes vont construire leur identité, y compris en ce qui concerne l adoption de conduites à risques. En effet, comme vous l a expliqué mon collègue Julien Nève ce matin, plus les jeunes apprécieront leur situation scolaire, moins ils auront de chance de développer des conduites à risques. C est de cette manière que le monde scolaire peut influencer le développement des conduites à risque chez les jeunes : en améliorant la satisfaction des jeunes à l égard de l école. Plus spécifiquement, en offrant aux jeunes les moyens de participer à la vie de l école, en leur proposant des responsabilités au sein des classes et en dehors des classes, en garantissant de bonnes relations entre élèves et enseignants, etc. Cependant, force est de constater que rares sont les établissements qui se donnent les moyens de développer la participation des élèves dans les différentes sphères de la vie de l école. Ce qui est compréhensible du point de vue des adultes, puisque pour faire participer les jeunes, il faut nécessairement abandonner un certain pouvoir à leur profit, ce qui peut avoir des conséquences imprévisibles. Les projets «art et prévention» que nous tentons de développer avec le milieu scolaire sont des projets qui par leur nature élargissent la cadre scolaire. La relation de classe y est renversée : il n y aucune démarche évaluatrice et les enseignant se retrouvent dans le rôle de conseillers techniques au service des jeunes qui savent très bien où ils veulent aller dans le cadre de la réalisation d un film, d une pièce de théâtre ou autre Alors, qu en règle générale, l école ne valorise que le bon comportement et les bons points, ces projets visent à valoriser les personnes. Des projets comme ceux-ci sont susceptibles de révolutionner certaines dynamiques de classe et avoir un véritable impact en termes de promotion de la santé des jeunes.

RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19. au CONSEIL GÉNÉRAL. Séance du 25/06/2012

RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19. au CONSEIL GÉNÉRAL. Séance du 25/06/2012 Direction de l'action sociale Service insertion RAPPORT N 2012-3 3. 1. 19 au CONSEIL GÉNÉRAL Séance du 25/06/2012 Plan stratégique départemental d'insertion 2012-2014. Vingt ans après l instauration du

Plus en détail

Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563)

Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563) Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563) Mai 2011 1 SYNTHÈSE DE L ÉVALUATION PÉRIODIQUE DE LA MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (3763 ET 3563) L évaluation du programme

Plus en détail

CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN

CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN MILIEU SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE, (CONVENTION DE PARTENARIAT) 1. PRESENTATION DU RESEAU VERVIETOIS ET DE SES OBJECTIFS Le réseau Verviétois

Plus en détail

People First : notre priorité!

People First : notre priorité! People First : notre priorité! Notre mission est d apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Un sourire venant du cœur des collaborateurs Bel qui se réalisent

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ACM 11-14 ANS Janvier 2015

PROJET PEDAGOGIQUE ACM 11-14 ANS Janvier 2015 PROJET PEDAGOGIQUE ACM 11-14 ANS Janvier 2015 Les pré-ados que nous allons appeler «Jeunes» dans ce document sont au centre de plusieurs enjeux éducatifs (citoyenneté, ), territoriaux (mobilité des jeunes,

Plus en détail

Terre des Hommes: Termes de référence

Terre des Hommes: Termes de référence Terre des Hommes: Termes de référence 1. Présentation de l association et du contexte Terre des Hommes France est une association de solidarité internationale qui fait partie de Terre des Hommes - International

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF LOCAL ans

LE PROJET EDUCATIF LOCAL ans LE PROJET EDUCATIF LOCAL 3-18 ans PROJET EDUCATIF DE LA VILLE Une priorité La réduction des inégalités L étude diagnostique réalisée en 1999/2000 sur les actions éducatives proposées dans les temps péri

Plus en détail

Pédagogie, politique, démocratie participative

Pédagogie, politique, démocratie participative Pédagogie, politique, démocratie participative Raymond Millot La désaffection politique mine le corps social. L idée de démocratie participative apparaît comme un antidote. Sa mise en œuvre nécessite l

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Educateur de Jeunes Enfants 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles Références : - Référentiel des compétences professionnelles des métiers du

Plus en détail

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Rapport pour le conseil régional MARS 2016 Présenté par Valerie Pécresse Présidente du conseil régional d'ile-de-france POLITIQUE REGIONALE EN FAVEUR DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE NOUVEAU

Plus en détail

Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole»

Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole» Synthèse des réunions interassociations «Cadre pratique et déontologique des groupes de parole» Nombre de réunions en 2009 : 4 3 (13 février, 10 avril, 22 septembre 2009) + 1 dérivée : «mutualisation des

Plus en détail

Table des matières. 1. Introduction Pourquoi organiser des élections dans les écoles? 2. Les étapes. 3. Documents utiles

Table des matières. 1. Introduction Pourquoi organiser des élections dans les écoles? 2. Les étapes. 3. Documents utiles Des fausses élections dans ton école : L avenir nous appartient! 1 Table des matières 1. Introduction Pourquoi organiser des élections dans les écoles? a. Si tu ne t'occupes pas de la politique, la politique

Plus en détail

Charte de l Association Aurore

Charte de l Association Aurore Charte de l Association Aurore Introduction : Des valeurs et des principes directeurs Fondée en 1871, reconnue d utilité publique en 1875, l association Aurore a pour objet «la réadaptation sociale et

Plus en détail

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire Consultation Santé Jeunes Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire «La dépendance, elle ne me semble pas réelle. Elle n est qu illusion. Chaque homme est

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

Formation pour les professionnels de l humain

Formation pour les professionnels de l humain Formation pour les professionnels de l humain P r é s e n t a t ion des interventions d u S e r v ice RE - S o u r c e s d e l a s b l Tr e m p o line Nos formations Travailler avec des personnes ayant

Plus en détail

Vers une «bourse aux compétences DD» Agenda 21. en Gironde. Comité Régional des Agenda 21 locaux 18 janvier 2012

Vers une «bourse aux compétences DD» Agenda 21. en Gironde. Comité Régional des Agenda 21 locaux 18 janvier 2012 Vers une «bourse aux compétences DD» Agenda 21 en Gironde Comité Régional des Agenda 21 locaux 18 janvier 2012 CDC Villandraut Conseil Départemental des Agenda 21 Locaux 64 collectivités et les partenaires

Plus en détail

Capsule pédagogique La discipline un jeu d enfants!

Capsule pédagogique La discipline un jeu d enfants! Capsule pédagogique La discipline un jeu d enfants! Pour vivre en harmonie avec les enfants, il est primordial d'établir avec eux de solide lien d'attachement et de confiance. Afin d offrir un milieu de

Plus en détail

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Adopté à la séance du Conseil d administration Septembre 2006 Tables des matières PRÉAMBULE 1 INTRODUCTION 2 Les définitions 3 Les valeurs fondamentales 3 Les

Plus en détail

VER N. de prévention des conduites addictives et d intervention précoce. Niveau collège, lycée et université

VER N. de prévention des conduites addictives et d intervention précoce. Niveau collège, lycée et université Programme de prévention des conduites addictives et d intervention précoce Niveau collège, lycée et université Association pour la Recherche et la Promotion des Approches Expérientielles 10 rue de la chaussée

Plus en détail

Les mille et un contes de Méditerranée

Les mille et un contes de Méditerranée Dossier de présentation Les mille et un contes de Méditerranée Organiser des animations sur le thème du conte dans trois villes marocaines Développer un festival interculturel du conte à Marrakech Un Marathon

Plus en détail

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation AVIS AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver SOMMAIRE AOÛT 2014 Conseil supérieur de l éducation

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC : UNE NOUVELLE DISCIPLINE LE CONTEXTE : Le management public est avant tout un objet d'études : la

Plus en détail

Théâtre Management &COmmunication

Théâtre Management &COmmunication Théâtre Management &COmmunication Le théâtre au service de l entreprise conception scenarisation mise en scène interprétation TM& co Conseil, Accompagnement et Formation en entreprise par le théâtre Contact

Plus en détail

Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin 2014 - juin 2017

Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin 2014 - juin 2017 1. Introduction Plan d activité d AvenirSocial Travail social Suisse Juin 2014 - juin 2017 Conformément aux statuts (art. 21), l Assemblée des délégué-e-s (AD) d AvenirSocial est chargée d adopter le plan

Plus en détail

L idée d une école de foot

L idée d une école de foot L idée d une école de foot Une école de foot est une cellule éducative et sociale. Son rôle est d assurer une formation morale, éducative, sociale et physique par la pratique du football. Cette structure

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC Rencontre thématique Contribution de la Fédération des cégeps Le 30 novembre 2012 LES CÉGEPS PARTICIPENT À LA CONSTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR Au Québec,

Plus en détail

Le Comptoir des Ressources Créatives

Le Comptoir des Ressources Créatives Le Comptoir des Ressources Créatives Présente... 23 FÉVRIER 2016 6 PROJETS 7 MINUTES PAR PROJET @ le Ventre de la Baleine ÉDITION #5 Le Comptoir des Ressources Créatives présente... La cinquième édition

Plus en détail

Objectifs «santé des jeunes : ans» - Programme CONSEIL REGIONAL

Objectifs «santé des jeunes : ans» - Programme CONSEIL REGIONAL Objectifs «santé des jeunes : 15 25 ans» - Programme CONSEIL REGIONAL Le programme santé des jeunes du Conseil Régional vise à réduire les inégalités sociales d accès à la prévention et aux soins. Il comprend

Plus en détail

Doctorat HEC. Formation à la pédagogie d adultes. Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY

Doctorat HEC. Formation à la pédagogie d adultes. Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY Doctorat HEC Formation à la pédagogie d adultes Gilles AMADO, Michel FIOL, Michèle GABAY Septembre 2006 2 1. Présentation générale 1.1. Principes de base d une formation des doctorants à la pédagogie d

Plus en détail

Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE

Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE Guide pratique pour les projets entrepreneuriaux en milieu scolaire PRIMAIRE 2014-2015 Définitions L entrepreneuriat en général et l esprit d entreprendre en particulier sont reliés à l action. En effet,

Plus en détail

Services d aide à l intégration de l AWIPH : quel plus pour la scolarité des élèves à besoins spéécifiques?

Services d aide à l intégration de l AWIPH : quel plus pour la scolarité des élèves à besoins spéécifiques? Services d aide à l intégration de l AW WIPH : quel plus pour la scolarité des élèves à besoin ns spécifiques? Alice Pierard Analyse UFAPEC Novembre 2015 N 24.15 Résumé : Aux côtés et avec l aide de l

Plus en détail

Le bénévolat aujourd hui

Le bénévolat aujourd hui Le bénévolat aujourd hui Enjeux individuels et collectifs Juin 2015 Cécile BAZIN Marie DUROS - Jacques MALET Recherches & Solidarités Un réseau associatif d experts et d universitaires : Sans but lucratif,

Plus en détail

Unplugged, un programme de prévention efficace : son application dans le Nord des Hauts-de-Seine

Unplugged, un programme de prévention efficace : son application dans le Nord des Hauts-de-Seine Unplugged, un programme de prévention efficace : son application dans le Nord des Hauts-de-Seine Laëtitia Usubelli CSAPA Victor Segalen laetitia.usubelli@victor-segalen.fr Découvrir Unplugged L équipe

Plus en détail

«Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers une stratégie commune pour l Europe» DECLARATION DE NAMUR

«Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers une stratégie commune pour l Europe» DECLARATION DE NAMUR PRÉSIDENCE BELGE DU COMITÉ DES MINISTRES DU CONSEIL DE L EUROPE 6 ÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES DU PATRIMOINE CULTUREL (23-24 AVRIL 2015) «Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers

Plus en détail

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Cécile Delesalle (Vérès Consultants) et Gérard Marquié (Institut national de la jeunesse et de l éducation populaire).

Plus en détail

Présentation de l'équipe ELVEOR

Présentation de l'équipe ELVEOR Présentation de l'équipe ELVEOR COACHING INDIVIDUEL COACHING D EQUIPE FORMATION/ACTION CODEVELOPPEMENT PROFESSIONNEL WORLD CAFE/FORUM OUVERT LEADERSHIP AU FEMININ Plus de 25 ans en accompagnement du développement

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC DIRECTION DE LA FORMATION, DE LA DOCUMENTATION ET DE LA COMMUNICATION PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE DES AGENTS DU TRESOR PUBLIC Présentation : Monsieur KASSI N GUESSAN N Jacques DIRECTEUR DE LA FORMATION,

Plus en détail

Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école

Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école Le «Quoi de Neuf?» est un des outils de la vie coopérative de la classe qui permet la construction d une histoire commune au «groupe de vie».

Plus en détail

Socle commun de Connaissances, de compétences et de culture / Programme de français / Compétences travaillées

Socle commun de Connaissances, de compétences et de culture / Programme de français / Compétences travaillées Socle commun de Connaissances, de compétences et de culture / Programme de français / Compétences travaillées Comprendre et s exprimer à l oral Domaines du socle : 1, 2, 3 Lire Domaines du socle : 1, 5

Plus en détail

Les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC) Réseau Maillage Le Havre - 24 mai 2016 Cynthia Benkhoucha

Les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC) Réseau Maillage Le Havre - 24 mai 2016 Cynthia Benkhoucha Les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC) Réseau Maillage Le Havre - 24 mai 2016 Cynthia Benkhoucha c.benkhoucha@federationaddiction.fr Expérimentation des produits chez les collégiens (enquête HBSC

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014

DOSSIER DE PRESSE. Belfort, le 03 juin 2014 DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 03 juin 2014 La Maison départementale des personnes handicapées mise à l honneur par un plaidoyer «Un collectif d associations de personnes en situation de handicap reconnait

Plus en détail

Projet pédagogique de Jeunesse & Santé

Projet pédagogique de Jeunesse & Santé Projet pédagogique de Jeunesse & Santé 1. Options fondamentales: finalités Jeunesse & Santé veut prendre part à la construction d une société juste et solidaire. J&S promeut dans ses activités un esprit

Plus en détail

1. Description générale du programme

1. Description générale du programme Plan d étude Master of Arts in Family, Children and Youth Studies Master of Arts en Études sur la famille, l enfance et la jeunesse Master of Arts in Familien-, Kinder- und Jugendstudien 1. Description

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2015-2016 Alexandra CURT - Claire EMERIT - Estelle GARCIA Formatrices Sylvie CLARY - Directrice L équipe

Plus en détail

Comment rédiger une introduction et une conclusion pour un devoir argumenté

Comment rédiger une introduction et une conclusion pour un devoir argumenté Comment rédiger une introduction et une conclusion pour un devoir argumenté Une fois le plan établi, vous devez introduire votre discours et formuler une conclusion qui est l aboutissement logique de votre

Plus en détail

Programme services-conseils (PSC)

Programme services-conseils (PSC) Programme services-conseils (PSC) Dans le présent document, l emploi du masculin pour désigner des personnes n a d autres fins que celle d alléger le texte. Des mesures d aide décrites dans ce programme

Plus en détail

CATALOGUE des actions

CATALOGUE des actions CATALOGUE des actions programmes groupes 2014 / 2015 Bureau Information Jeunesse de Loir et Cher 15, avenue de Vendôme 41000 Blois Le BUREAU INFORMATION JEUNESSE, c est quoi? Le Bureau Information Jeunesse

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE

CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE I - CONTEXTE Les membres de l Eurorégion Pyrénées-Méditerranée souhaitent valoriser

Plus en détail

UE 7 Management Le programme

UE 7 Management Le programme UE 7 Management Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction au management

Plus en détail

PROJET D'EVEIL SONORE

PROJET D'EVEIL SONORE PROJET D'EVEIL SONORE et MUSICAL PETITE ENFANCE Parce que la ville de Metz considère que l'accès aux loisirs, aux arts et à la culture représente un fondement du développement et du bien-être de l'enfant,

Plus en détail

Bonnes = pratiques en matière de développement durable. Concept

Bonnes = pratiques en matière de développement durable. Concept Bonnes pratiques en matière de développement durable Bonnes pratiques en matière de développement durable Impressum Editeur Office fédéral du développement territorial (ARE) Textes et rédaction Anne DuPasquier,

Plus en détail

Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria»

Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria» Journée d'information portant sur la thématique "Consommons Algérien" Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria» Présentation : M. Kamal KHEFFACHE,

Plus en détail

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise Point 3 (a) (i) de l ordre du jour provisoire E/CN.6/2010/1 pour la cinquantequatrième session de la Commission de la condition de la femme, du 1 er au 12 mars 2010 : Révision de la mise en œuvre de la

Plus en détail

KARTA BRETAGNE. Des projets pour grandir!

KARTA BRETAGNE. Des projets pour grandir! KARTA BRETAGNE Des projets pour grandir! Enseignante en lycée professionnel pendant plus de 20 ans, j ai observé que les situations de souffrance et donc de violence se sont développées au fil des ans.

Plus en détail

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=-

COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- COHESION SOCIALE LE PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE -=-=-=- I BASES REGLEMENTAIRES Le plan de cohésion sociale (programmes 15 et 16) et la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion

Plus en détail

OFFICE INTERNATIONAL

OFFICE INTERNATIONAL OFFICE INTERNATIONAL du Coin de Terre et des Jardins Familiaux association sans but lucratif Regroupement des fédérations européennes des jardins familiaux Statut participatif auprès du Conseil de l Europe

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie

Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie Le Marketing social dans la lutte contre l obésité et les modes de vie L exemple d EPODE Ensemble Prévenons l Obésité des Enfants* Sandrine Raffin, Présidente de LinkUp Ref. N Henley,S Raffin, EPODE (

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Ville de Bécancour Décembre 2013 Ville de Bécancour 1295, Nicolas-Perrot Bécancour (Québec), G9N 1A1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. DÉVELOPPEMENT DURABLE...

Plus en détail

Formation de gestion positive des conflits et médiation par les pairs

Formation de gestion positive des conflits et médiation par les pairs Association agréée par l Education Nationale Formation de gestion positive des conflits et médiation par les pairs Renforcer l estime de soi Apprendre à s écouter Prévenir la violence Des jeunes luttent

Plus en détail

«Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire»

«Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire» RCCFC Projet PRECEPT-F «Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire» Rapport final Collège communautaire du Nouveau-Brunswick - Campus de la Péninsule

Plus en détail

Sommaire. Une littérature de jeunesse à partager avec les très jeunes enfants (0/3 ans)

Sommaire. Une littérature de jeunesse à partager avec les très jeunes enfants (0/3 ans) FORMATIONS Dans une optique d ouverture culturelle et de plaisir, L.I.R.E. à Paris propose aux tout-petits accompagnés de leurs parents ou de professionnels référents, un éveil aux livres. L association

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques

RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques 1 RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques La section lecture de l IFLA a le plaisir de présenter quelques suggestions pratiques

Plus en détail

Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse

Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse Appel à Projet pour l animation et la gestion d un «atelier solidaire» dans le quartier d Empalot à Toulouse 1. Présentation du projet d atelier solidaire 1.1. Contexte : La Communauté Urbaine et la Ville

Plus en détail

POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES L INTERCULTURALITÉ ELEMENTS DE CADRAGE

POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES L INTERCULTURALITÉ ELEMENTS DE CADRAGE POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES DISCRIMINATIONS SEPTEMBRE 2009 Par cette contribution, les membres du réseau RECI (ARIFOR Champagne Ardenne - CID

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Le modèle social français face au numérique Thème de la journée contributive

Plus en détail

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30

Page 1. Juin 2015. RADDHO, Mermoz x Pyrotechnie, Villa N 11 Email: raddho@orange.sn, Tél : 33 865 00 30 Organisation Non Gouvernementale ayant Statut spécial à l ECOSOC aux Nations Unies, membre observateur à la Commission Africaine des Droits de l Homme et des Peuples (CADHP) de l Union Africaine Juin 2015

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

Nous vous proposons ici quelques pistes de réfléxions afin de faire de votre projet de mise en place de Google Apps For Work un succès.

Nous vous proposons ici quelques pistes de réfléxions afin de faire de votre projet de mise en place de Google Apps For Work un succès. Dans ce guide Déplacer vos applications dans le Cloud vous offre des bénéfices désormais largement éprouvés : optimisera l efficacité et la performance de votre organisation, en augmentant sa réactivité

Plus en détail

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer!

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer! PRÉSENTATION Un «grand collège» qui continue de se développer! Voilà le titre qui chapeautait la présentation du plan stratégique 2010 2015 que le conseil d administration avait adopté en juin 2010. Deux

Plus en détail

Ateliers de développement professionnel. Format «Lunch & Learn»

Ateliers de développement professionnel. Format «Lunch & Learn» Ateliers de développement professionnel Format «Lunch & Learn» Qui sommes-nous? 2 coachs professionnelles très expérimentées, ex-cadres dirigeantes dans des sociétés leaders, intervenantes reconnues dans

Plus en détail

travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité au

travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité au PROMOTION DE LA SANTE EN MILIEU DE TRAVAIL «La prévention du diabète» Promouvoir la santé globale des travailleurs au cours de l exercice de la médecine du travail S.FEHRI Institut de santé et de sécurité

Plus en détail

Evaluation «globale» des 10 projets tabac du conseil provincial des jeunes 2013

Evaluation «globale» des 10 projets tabac du conseil provincial des jeunes 2013 Evaluation «globale» des 10 projets tabac du conseil provincial des jeunes 2013 1. Eléments facilitants le déroulement du projet 2. Projet en 3 parties : les + et les moins 3. Eléments qui permette un

Plus en détail

EHPAD Magneville - Projet d Etablissement 2012/2016 EHPAD JOURDAN. Le Ferrage 50 260 MAGNEVILLE. Tel : 02.33.52.26.80 Fax : 02.33.52.55.

EHPAD Magneville - Projet d Etablissement 2012/2016 EHPAD JOURDAN. Le Ferrage 50 260 MAGNEVILLE. Tel : 02.33.52.26.80 Fax : 02.33.52.55. EHPAD JOURDAN Le Ferrage 50 260 MAGNEVILLE Tel : 02.33.52.26.80 Fax : 02.33.52.55.13 1 EHPAD JOURDAN Le Ferrage 50 260 MAGNEVILLE Tel : 02.33.52.26.80 Fax : 02.33.52.55.13 LE PROJET D ETABLISSEMENT Adopté

Plus en détail

Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer

Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer Présentation du FORIM Le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM)

Plus en détail

REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social

REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social ANNEXE 1 REFERENTIEL METIER : Directeur de Centre Social FINALITES DE LA FONCTION - Etre le garant de la conception, du pilotage, de la mise en œuvre et de l évaluation du projet social de la structure

Plus en détail

SAISIR LE MOMENT. PLAN QUINQUENNAL DE L INSTITUT PÉRIMÈTRE 2013-2018 Résumé

SAISIR LE MOMENT. PLAN QUINQUENNAL DE L INSTITUT PÉRIMÈTRE 2013-2018 Résumé SAISIR LE MOMENT PLAN QUINQUENNAL DE L INSTITUT PÉRIMÈTRE 2013-2018 Résumé Ébauche, mai 2013 VISION Créer le principal centre mondial de physique théorique fondamentale, en conjuguant les initiatives de

Plus en détail

Eco-exemplarité dans les communes wallonnes Salon des Mandataires 2015. Espace Environnement

Eco-exemplarité dans les communes wallonnes Salon des Mandataires 2015. Espace Environnement Eco-exemplarité dans les communes wallonnes Salon des Mandataires 2015 Espace Environnement Déroulé Contexte de la mission de soutien de l écoexemplarité des Pouvoirs publics Activités et services disponibles

Plus en détail

Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue

Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue 2016 Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue Vous formez des apprenti-e-s en entreprise? Vous exercez la fonction de commissaire? Vous êtes expert-e aux examens? Cette

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur Appel à projet 2016 1. Un contrat de ville nouvelle génération La loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014 a fixé les principes suivants pour le nouveau contrat de ville

Plus en détail

Formation 2013/2014. Plaquette Formation.indd 1 02/05/2014 13:22:20

Formation 2013/2014. Plaquette Formation.indd 1 02/05/2014 13:22:20 Formation 2013/2014 Plaquette Formation.indd 1 02/05/2014 13:22:20 Sommaire Les formateurs ARETAF P2 L Approche Systémique P3 Utiliser l Approche Systémique dans sa pratique professionnelle P4 Clarifier

Plus en détail

Baromètre Défis RH 2015 : quels enjeux à saisir?

Baromètre Défis RH 2015 : quels enjeux à saisir? Baromètre Défis RH 2015 : quels enjeux à saisir? Luc Vidal DGA Groupe Obea Pôle Opinion interne Inergie lvidal@inergie.com Tél. : 06 60 80 15 28 26 RUE VAUQUELIN 75005 PARIS - TÉL. : 01 40 53 47 00 - FAX

Plus en détail

«Voyage en Italie» Aller à la rencontre de l autre lors de notre participation à un festival de théâtre pour enfants

«Voyage en Italie» Aller à la rencontre de l autre lors de notre participation à un festival de théâtre pour enfants «Voyage en Italie» Aller à la rencontre de l autre lors de notre participation à un festival de théâtre pour enfants Auteurs Fabiana CRESCENTINI, enseignante LCO italienne Marianne PROVOST, enseignante

Plus en détail

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec

Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble Chez soi, dans sa communauté, au Québec Vieillir et vivre ensemble une vision d avenir La société québécoise vit des changements démographiques importants. Le rythme accéléré

Plus en détail

Guide des achats publics à base de bois Être un acteur responsable

Guide des achats publics à base de bois Être un acteur responsable CRÉDIT PHOTO : GETTYIMAGES - FÉVRIER 2008-07102 - Ce document est imprimé sur papier certifié PEFC. 10-31-1143 Guide des achats publics à base de bois Être un acteur responsable Édition de février 2008

Plus en détail

Vers le pacifique : La résolution de conflits au préscolaire 4 ans. Présentation du programme

Vers le pacifique : La résolution de conflits au préscolaire 4 ans. Présentation du programme Vers le pacifique : La résolution de conflits au préscolaire 4 ans Présentation du programme L INSTITUT PACIFIQUE EN QUELQUES MOTS L Institut Pacifique est un organisme de bienfaisance voué au développement,

Plus en détail

Charte de l'association la découverte 22 mai 2016

Charte de l'association la découverte 22 mai 2016 Charte de l'association la découverte 22 mai 2016 Association respectueuse de l'homme et de son environnement Centre de ressources sur la bienveillance éducative Sommaire I L association...3 II Notre définition

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

Promotion de la santé et travail

Promotion de la santé et travail Promotion de la santé et travail Françoise Jabot, département SHS Laurent Madec, DSET Journées Santé Travail, 21 octobre 2014 1 Points abordés 1. Promotion de la santé - de quoi parle-t-on? 2. Promotion

Plus en détail

Ressources pédagogiques. Politique d intégration scolaire des élèves non francophones, d éducation interculturelle et d éducation à la citoyenneté

Ressources pédagogiques. Politique d intégration scolaire des élèves non francophones, d éducation interculturelle et d éducation à la citoyenneté Ressources pédagogiques Politique d intégration scolaire des élèves non francophones, d éducation interculturelle et d éducation à la citoyenneté 7 juin 1999 TABLE DES MATIÈRES Préambule.. 2 1. Objectifs

Plus en détail

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR Les ateliers d Éducaloi Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR conflit, notre 3e secondaire Guide de l'enseignant La présentation de l atelier Ce qu il faut savoir En résumé : La voie des tribunaux

Plus en détail

Positionnement des villes CH

Positionnement des villes CH Positionnement des villes CH De l échange d expériences à la plate-forme urbaine Situation de départ Thèses sur l avenir des villes Mesures pour une politique de développement urbain Une contribution des

Plus en détail

Expérience de formation collégiale à l éducation pour la santé des. Écoles Maternelles

Expérience de formation collégiale à l éducation pour la santé des. Écoles Maternelles Expérience de formation collégiale à l éducation pour la santé des Agents Spécialisés des Écoles Maternelles Jean-Christophe AZORIN Enseignant - Epidaure CRLC Delphine LE GONIDEC Diététicienne i Ville

Plus en détail

LE PLAN DE COHÉSION SOCIALE : SIMPLIFIER LES PROCÉDURES POUR MIEUX RÉPONDRE AUX BESOINS ET AUX ATTENTES DES CITOYENS

LE PLAN DE COHÉSION SOCIALE : SIMPLIFIER LES PROCÉDURES POUR MIEUX RÉPONDRE AUX BESOINS ET AUX ATTENTES DES CITOYENS LE PLAN DE COHÉSION SOCIALE 2014-2019 : SIMPLIFIER LES PROCÉDURES POUR MIEUX RÉPONDRE AUX BESOINS ET AUX ATTENTES DES CITOYENS Direction interdépartementale de la Cohésion sociale La Direction interdépartementale

Plus en détail

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire DÉCLARATION COMMUNE D INTENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DES MUSIQUES ACTUELLES EN PAYS DE LA LOIRE ÉTAT - DRAC des Pays de la Loire, Région des Pays de la Loire, Centre National de la Chanson des Variétés

Plus en détail

DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT (H/F) du Service général du Pilotage et de la Coordination des Politiques transversales

DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT (H/F) du Service général du Pilotage et de la Coordination des Politiques transversales DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT (H/F) du Service général du Pilotage et de la Coordination des 1.1. Missions de l Entité 1. CADRE/CONTEXTE 1.1.1. Mission générale du mandataire Le mandataire est chargé d assurer

Plus en détail