Les limites du ratio Bâle II

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les limites du ratio Bâle II"

Transcription

1 Les limites du ratio Bâle II

2 Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II Pilier 1 : l exigence de fonds propres (ratio Mc Donough) Pilier 2 : la procédure de gestion des fonds propres Pilier 3 : la discipline des marchés (transparence de l information)... 7 III. Les limites du ratio Bâle II... 8 A. Une application à l unique échelle européenne... 8 B. Le principe de procyclicité... 9 C. L impact des normes IFRS D. L insuffisance du ratio Mc Donough IV. De Bâle II à Bâle III A. Récapitulatif des différents ratios «Bâle» B. Ce que Bâle III pourrait apporter comme modifications C. Difficultés intrinsèques au système bancaire et au ratio Bâle III V. Conclusion VI. Sources

3 I. Introduction La régulation du système bancaire international est un enjeu clé du maintien du système économique, bancaire et financier mondial. La récente actualité nous montre clairement que les politiques actuellement en œuvre sont insuffisantes, puisque aujourd hui certains parmi les plus pessimistes craignent l effondrement du système bancaire et la contamination à l économie réelle. Dès lors, il paraît intéressant de s interroger sur les limites du ratio de solvabilité actuel des banques, le ratio Bâle II. En effet, ce ratio qui est appliqué de manière intégrale depuis moins de 4 mois montre déjà des signes de défaillance. Après avoir expliqué le cheminement qui à amené à la création du ratio Bâle II et présenté ce dit ratio, nous en étudierons ses limites afin de réfléchir sur les éventuels axes de développement de son successeur : le ratio Bâle III. 3

4 II. De Bâle I à Bâle II A. Présentation du ratio Bâle I Le comité de Bâle a été créé par les gouverneurs des banques centrales du G 10 en 1974, avec pour objectif primaire l'amélioration de la stabilité du système bancaire international, lui-même garant de la stabilité d'un système financier de plus en plus internationalisé. Ce processus de stabilisation du marché bancaire s inscrit dans un contexte de mondialisation de l économie, augmentant de fait l importance de l impact d une faillite sur le système monétaire. S'agissant dans un premier temps de limiter le risque de faillite, le Comité se concentra sur le risque de crédit. Lorsqu'une banque subit des pertes sur les crédits accordés, elle ne peut couvrir ces pertes qu'en consommant son capital. Lorsque tout le capital est consommé, la banque commence à consommer les capitaux déposés ou qui lui ont été prêtés et est en état de faillite virtuelle. L'approche du Comité a donc été de fixer une grossière approximation (très conservatrice) du risque crédit global en pourcentage du portefeuille de crédit en général, et d'utiliser ce pourcentage pour fixer le minimum de fonds propres à adosser aux crédits. Concernant le risque crédit, le ratio Cooke fixe un ratio de solvabilité à 8% des capitaux propres. Autrement dit, la banque peut prêter jusqu'à ce que ses capitaux propres représentent 8% de la somme globale prêtée. Cependant, chaque type de prêt était soumis à une pondération en fonction du type de l emprunteur. La pondération était la suivante : Crédits garantis par hypothèque = 50% Crédit Etat non OCDE + contrepartie bancaire = 20% Etat OCDE = 0% 4

5 B. Les limites du ratio Bâle I Dans ce ratio, seul le risque crédit était pris en compte. Or l affaire Kerviel nous montre clairement que les risques opérationnels et de marché sont eux aussi très importants. De plus, le fait de limiter la capacité de prêt entraine les banques à devoir optimiser la rentabilité de leur portefeuille. Elles vont, pour ce faire, sortir de leur portefeuille de créances, les prêts ayant un faible taux de rentabilité ainsi qu un faible risque, de façon à ne garder en portefeuille que les créances au plus fort taux de rentabilité. Ainsi elles optimisent la rentabilité de leur capacité de prêt. Enfin, la pondération des crédits ne se faisait qu en fonction du type d acteur ou du type de garantie couvrant le prêt (cf. ci-dessus). Cette approche n était pas assez personnalisée pour réellement couvrir et surtout estimer les risques liés aux prêts. En effet, la notion de qualité de la signature de l emprunteur n était pas prise en compte (ou tout du moins de manière très simpliste) et ce n était pas les banques qui décidaient de la pondération de leurs lignes de crédit alors qu elles sont les plus à mêmes de qualifier la qualité de la créance et le risque qui s y attache. C. Le ratio Bâle II Le ratio Bâle II fût une réponse directe aux lacunes du ratio Bâle I. Sa mise en place se déroula en 5 étapes : 26 juin 2004 : Date à laquelle les recommandations de Bâle II ont été publiées. 1 janvier 2006 : Les banques ont commencé à calculer leur pondération de risque avec les deux ratios afin de pouvoir s adapter à ce nouveau ratio. 14 juin 2006 : Bâle 2 est adoptée par la commission Européenne (directive CRD). 1 janvier 2007 : entrée en vigueur du ratio Bâle II avec le système de pondération IRB (internal rating based) 1 janvier 2008 : Mise en place du système de pondération avancé AIRB (advance internal rating based) Ce ratio apporte un certain nombre de nouveautés afin de répondre aux attentes des acteurs du secteur. Son application est basée sur 3 piliers : 5

6 1. Pilier 1 : l exigence de fonds propres (ratio Mc Donough) Ce premier pilier concerne la gestion des risques bancaires. Il substitue au ratio Cooke le ratio Mc Donough. Ce ratio introduit la prise en compte de nouveaux risques. En effet, en plus du risque crédit, il comprend le risque opérationnel et le risque de marché. Définition du risque opérationnel :"risque de pertes provenant de processus internes inadéquats ou défaillants, de personnes et systèmes ou d'événements externes" Définition du risque de marché :"risque corrélé au marché. Il est dû à l'évolution de l'ensemble de l'économie, de la fiscalité, des taux d intérêts, de l'inflation... Il affecte plus ou moins tous les titres financiers. On l'appelle également risque systématique. Le taux du ratio Mc Donough reste de 8% des capitaux propres, cependant celui-ci doit couvrir deux risques supplémentaires réduisant l importance du risque crédit. Afin de contrebalancer la baisse de la prise en compte du risque crédit, la banque peuvent désormais pondérer leurs prêts en fonction de chaque client. Cela réduit le montant nécessaire pour couvrir le risque crédit. 6

7 2. Pilier 2 : la procédure de gestion des fonds propres Le pilier 2 introduit au sein des banques un processus de surveillance et d estimation des risques encourus par la banque. En effet, afin de pouvoir pondérer les différents risques, la banque doit mettre en place un processus de contrôle interne visant à estimer et quantifier chaque risque. Ce processus interne de contrôle est lui même contrôlé par l A.M.F. Le pilier 2 a pour but de renforcer le pilier 1 en assurant surant une bonne estimation et une bonne pondération des risques 3. Pilier 3 : la discipline des marchés (transparence de l information) Le pilier 3 vise à améliorer la transparence de l information. En effet, le but est que tous les analystes financiers puissent être à même de juger les actifs des banques, leurs appréciations des risques. De plus, tout comme pour les normes I.F.R.S., le but est d harmoniser l information financière dans le monde répondant aux besoins des investisseurs devenus aujourd hui mondiaux. 7

8 III. Les limites du ratio Bâle II Malgré son jeune âge, le ratio Bâle II présente déjà des signes de faiblesse. L actualité nous le montre, la gestion des risques bancaire est encore loin d être résolue. Appliqué dans son intégralité depuis le 1 janvier 2008, le ratio Bâle II présente de nombreuses faiblesses telles que : L application uniquement à l échelle européenne Le principe de procyclicité L impact des normes I.F.R.S. sur ce ratio Les différents problèmes d évaluation des risques L insuffisance du ratio Mc Donough pour la couverture des risques bancaires A. Une application à l unique échelle européenne Tout d abord, l application même de ce ratio est une limite à son bon fonctionnement. En effet, le ratio Bâle II n est actuellement appliqué qu en Union Européenne. Cette application restreinte nuit à son bon fonctionnement et va à l encontre du pilier 3. De plus, se pose un problème de coût de l évaluation des risques pour les banques européennes ayant des filiales aux Etats-Unis. Ces banques doivent effectuer une double évaluation, plus coûteuse et créatrice d erreur d appréciation. De plus, pour vraiment fonctionner et ainsi présenter de façon juste et égalitaire les établissements financiers mondiaux. Ce ratio dit être appliqué dans le monde entier. Concernant les Etats-Unis, le ratio Bâle II ne sera appliqué que dans 14 établissements financiers et son application risque de se faire attendre encore quelques années. 8

9 B. Le principe de procyclicité C est le principe qui amène au Credit Crunch. Ce principe consiste en le fait que les banques ayant la possibilité de pondérer elles-mêmes leur risque de crédit vont avoir tendance, en fonction de la conjoncture, à accentuer l effet de la conjoncture sur les politiques de crédit des banques. Voici deux schémas qui illustrent ce mécanisme en période de croissance et en période de récession : Prenons l exemple d une période de forte croissance. De part la croissance économique, les particuliers vont épargner et les entreprises vont investir. Ces investissements vont réclamer plus d obtention de crédits, crédits que les banques vont accorder. En effet, les projets des entreprises ont de l avenir et risquent de générer de fortes plus values pour l entreprise comme pour les banques. Les banques ayant de fortes chances de récupérer l argent prêté, étant donné l activité économique et l amélioration de la qualité de la signature des emprunteurs, vont sous- pondérer le risque crédit de chaque prêt. 9

10 Tout ceci va engendrer une diminution des capitaux propres nécessaires à la couverture du risque crédit. Les banques ne vont donc pas atteindre leur limite de crédit à accorder du fait de la sous-pondération du risque et vont pouvoir ainsi accorder de nouveaux crédits. L effet direct de l augmentation des crédits accordés va être un développement de l économie. Ainsi nous sommes en présence d un cercle vertueux. En période de récession le cercle vertueux devient un cercle vicieux et le processus s inverse. En effet, les banques ayant sous pondéré leur risque crédit vont se trouver en insuffisance de capitaux pour couvrir le risque crédit. Etant t en sous capitalisation elles sont alors confrontées à 2 choix : Augmenter leur capital Diminuer le nombre de crédits octroyés Une augmentation de capital étant onéreuse et difficile en période de récession économique, la banque va plutôt opter pour un raffermissement de ses politiques de crédits. Dans les pires cas, et c est le cas aujourd hui, les banques subissent de lourdes pertes et leurs garanties censées couvrir les prêts perdent de la valeur. Ainsi, les banques se retrouvent à cout de liquidité et perdent confiance entre elles. Le marché interbancaire se trouve directement affecté par cette crise de confiance, les banques se prêtent moins et accordent moins de crédit. Nous voilà en présence de ce que l on appelle un Credit Crunch, phénomène redouté et ayant un impact très néfaste sur l économie. Les banques ne prêtent 10

11 presque plus car elles sont à court de liquidité. Ce disfonctionnement du système bancaire entraine un disfonctionnement de l économie et donc une récession plus importante! C. L impact des normes IFRS Dans un contexte bancaire et financier tendu, il convient de s interroger sur l influence de l application des nouvelles normes comptables sur les acteurs du secteur bancaire, déjà soumis à l application des normes Bâle 2. Le principe général des normes IFRS est la valorisation à la «juste valeur» des postes du bilan, en remplacement du principe des «coûts historiques». En effet, la «juste valeur» est censée représenter la valeur de marché, en opposition à la valeur comptable des actifs (prix d acquisition initial amortissements valeur nominale des dettes). Il découle de ce principe une série de difficultés. Tout d abord, il est difficile d évaluer certains actifs, notamment les produits dérivés. En effet, il existe différentes méthodes de valorisation de ces titres complexes. De plus, afin de comptabiliser à la «fair value» les dettes et engagements financiers dans le bilan, il convient d actualiser les flux futurs mais il faut alors choisir le taux d actualisation à appliquer et il existe différents taux avec des performances allant du 4-5% pour le taux monétaire à 15-20% pour le taux de rentabilité des fonds propres, sans oublier le WACC. L autre grand principe des normes IFRS consiste à passer les variations des postes du bilan en produits et en charges. L impact sur le résultat peut être tel qu il peut fortement déformer la performance réelle de l établissement au cours de l exercice ainsi que sa rentabilité. L un des objectifs principaux de ces normes était d introduire un meilleur accès à l information financière pour les investisseurs afin que ceux-ci aient une meilleure appréciation des comptes. La réalisation de cet objectif s est traduite par un plus grand 11

12 volume d informations communiquées. En conséquence, l investisseur est noyé dans la masse d informations détaillées et n arrive plus à avoir une visibilité d ensemble. Enfin, le principe de «fair value» agit sur les bilans des établissements bancaires en les rendant instables. Cela peut fragiliser les banques, qui peuvent se retrouver en déficience de fonds propres à la suite d une dépréciation d actifs ou d une perte significative. Néanmoins il est possible de préciser qu un délai supplémentaire à été accordé aux établissements bancaires quant à l application de ce volet des normes IFRS afin de justement éviter une trop forte volatilité des fonds propres et des résultats. D. L insuffisance du ratio Mc Donough La crise des Subprime et l affaire Kerviel à la Société Générale ont mis en avant la défaillance du système bancaire et financier à couvrir les risques au sens large. La prise en compte des trois risques (crédit, marché et opérationnel) dans le ratio Mc Donough semble pertinente dans la mesure où les nouveaux enjeux du système financier comportent des risques à l échelle internationale ainsi que de nouveaux types de risques jusque-là non appréhendés. La contrainte réglementaire de 1,5% de fonds propres pour les risques opérationnels et de marché a d ores-et-déjà été prouvée inefficace. En effet dans l affaire de la Société Générale, les seuls agissements d un trader et son exposition sur les marchés ont largement montré l insuffisance de Bâle II pour ces deux types de risques. En ce qui concerne le risque de crédit, la contrainte réglementaire de 6,5% de fonds propres peut être interprétée de deux manières. En effet elle peut être considérée comme insuffisante au vu des massifs défauts de paiements des particuliers américains engagés sur les crédits hypothécaires à risque dits Subprimes. D un autre côté, l octroi massif de crédits Subprime sans analyse suffisante du risque de contrepartie de l emprunteur n a été possible qu avec le recours massif des banques à la titrisation et la revente des dérivés de crédit sur les marchés financiers. Ainsi il devient possible de s interroger si l exposition importante au 12

13 risque de crédit des banques n est en fait qu un problème de titrisation et non pas de ratio prudentiel! En outre, le problème majeur du choix de la méthode d évaluation des risques repose sur la complémentarité des dispositifs internes et externes à la banque. En effet, le dispositif avancé de Bâle II est un pas en avant vers une plus grande implication des banques ellesmêmes dans leur contrôle. Néanmoins ce système ne peut en aucun cas fonctionner sans le contrôle externe des autorités réglementaires comme l AMF en France. La défaillance de la Société Générale est un exemple précis de la non-efficacité de la gestion des risques en interne. En effet, malgré les nombreuses alertes, l ensemble de la structure n a pas su lutter en interne contre les défaillances commises. Est-il donc si pertinent de s orienter vers une plus grande manœuvre de liberté pour les banques quant à la gestion de leurs risques? 13

14 IV. De Bâle II à Bâle III A. Récapitulatif des différents ratios «Bâle» B. Ce que Bâle III pourrait apporter comme modifications Bâle III est une réforme nécessaire au système du risk management bancaire. En effet, nous avons pu voir, notamment avec la Société Générale, que les différents risques (marché et opérationnel principalement) n étaient pas tous bien couverts. Ainsi, plusieurs réformes, ajouts ou modifications commencent à se distinguer afin de prévenir le mieux possible les banques des différents risques. 14

15 L une des modifications qu apporterait le ratio Bâle III serait la mise en place d un système de notation pour toutes les créances de la banque, permettant ainsi une meilleure appréhension du risque. L un des autres points importants serait l augmentation du ratio de solvabilité. Il est actuellement calculé de la manière suivante : é é é é 8% Le risque de crédit doit représenter à lui seul 6,5% des réserves de fonds propres tandis que les risques de marché et opérationnel doivent représenter eux deux, 1,5%. Il semble donc nécessaire, aux vues des événements récents, d augmenter la réserve réglementaire de fonds propres aux environs de 10%, en gardant un risque de crédit à 6,5% mais avec une répartition plus importante pour le risque de marché et opérationnel (environ 2% chacun). Le calcul du capital économique des banques est une autre manière de limiter le risque de celles-ci. En effet, cela consiste en une exigence au niveau des fonds propres nécessaires en fonction du rendement. Un tel ajout permettrait une prise en compte plus spécifique sur la totalité du portefeuille. Il est également question de laisser aux banques le choix d utiliser leur propre modèle de gestion du risque crédit. Cela autoriserait les banques à une plus grande liberté d action et surtout à une plus grande facilité d implantation dans leur système actuel. Cependant, il faut, afin d éviter des situations comme celle des Subprimes où les banques n ont pas voulu se prémunir contre un risque important, que les banques prennent conscience des problèmes engendrés par une trop faible aversion au risque. Le régulateur ne servirait ici qu à valider le modèle proposer par la banque. 15

16 Pour résumer, il est essentiel que le ratio Bâle III pousse les banques à maitriser l exigence globale en fonds propres afin de s assurer de la stabilité du système bancaire. C. Difficultés intrinsèques au système bancaire et au ratio Bâle III La mise en place du ratio Bâle III pose déjà des problèmes d importances différentes. L Europe applique le ratio Bâle II depuis 2006 et, déjà, l on commence à entrevoir une nouvelle modification de celui-ci pour 2011 ou Les Etats-Unis ne vont, quant à eux, adopter le ratio Bâle II qu en 2010, soit un ou deux ans avant l arrivée de Bâle III en Europe. Il parait donc indispensable de coordonner l arrivée du ratio Bâle III en Europe et aux Etats- Unis au même moment afin d éviter une gestion des risques à deux vitesses. Alors que les Etats-Unis pensent adopter les normes internationales IAS-IFRS en remplacement des US-GAAP, une harmonisation totale des différentes normes serait véritablement bénéfique afin d assurer une certaine stabilité du système bancaire mondial. Se pose ensuite le problème de la procyclicité. Comme nous l avons expliqué, la procyclicité ne peut pas forcément être évitée ni contournée efficacement. Il faudra donc une attention particulière à cette variable afin de limiter les risques. L adoption du ratio Bâle III créerait un alourdissement des exigences vis-à-vis des banques puisque celles-ci devraient consacrer une plus grande partie de leurs fonds propres à la garantie des différents risques. Le ratio obligera intrinsèquement les banques à une surveillance accrue de leurs portefeuilles de risques corporate, souverains et interbancaires. La mise en place du choix du modèle de gestion des risques par les banques constitue une obligation pour les banques d être totalement transparente vis-à-vis des actionnaires, des salaries et du régulateur puisque c est ce dernier qui validera ou non le modèle. 16

17 Enfin, il faut préciser que certaines de ces mesures comme le système de notation des créances peuvent être assez complexes à mettre en place et nécessitent un certain nombre de modifications dans la gestion du risque au sein des banques. Ainsi, le ratio Bâle III apportera des règles très importantes afin de palier aux limites du ratio Bâle II. L une des règles les plus importantes nous parait être l augmentation du ratio de solvabilité de 8% à 10 ou 11%. Cela obligerait les banques à faire plus attention aux différents risques, sans négliger le risque crédit, mais en accordant une place plus importante que précédemment aux risques de marché et opérationnel qui, comme nous avons pu le voir dans l actualité de ces derniers mois, sont aujourd hui omniprésents. 17

18 V. Conclusion L étude des ratios de solvabilité bancaire nous a montré que même si le ratio Bâle II a complété les principales lacunes de son prédécesseur, celui-ci est loin d avoir complété sa tâche avec brio, puisqu à peine après avoir été lancé, il montre déjà des limites évidentes. Son incapacité à garantir la stabilité du système bancaire et financier a été illustrée par l actualité et la crise financière que nous traversons. Son inefficacité à garantir la couverture suffisante des risques de crédit, de marché et opérationnel engendre sa remise en cause. En effet, les 8% de capitaux exigés par le ratio Mc Donough sont d ores et déjà jugés insuffisants. De même, il ne fournit pas encore les clés nécessaires à une bonne évaluation des risques, tant, dans la mise en place de procédures de contrôle interne, que dans l efficacité du contrôle externe. Pire encore, le processus de titrisation de créances s est avéré être, sans doute, la faille majeure des normes prudentielles actuelles. Preuve en est de l utilisation massive de ce mécanisme financier afin de contourner toutes limitations d octroi de crédit. Du fait de toutes ces défaillances, il est nécessaire de s interroger sur les critères que devra posséder son successeur afin de tirer profit des divers enseignements de la crise financière actuelle et garantir une stabilité du système bancaire, économique et financier. Pourquoi, par exemple, ne pas prendre en compte des prévisions macro-économiques dans la pondération du risque crédit? En conclusion, le ratio Bâle II, ce mort-né, nous apparaît comme une courte étape vers la stabilité financière tant espérée. Désormais tous les regards se tournent de nouveau vers la commission de Bâle pour instaurer les nouvelles clés ouvrant les portes de la stabilité financière. 18

19 VI. Sources - Banque de France Revue de la stabilité financière : «Dispositif de Bâle II : rôle et mise en œuvre du pilier 2» 12/ Association d Economie Financière : «De Bâle II vers Bâle III : Les enjeux et les problèmes du nouvel accord» Michel Dietsch - Association d Economie Financière : «Bâle II et la procyclicité» F. Béranger & J. Teiletche - Bulletin de la Banque de France : «Le financement des PME et la réforme de Bâle II» 09/ Les Echos : «Normes IFRS : doutes et obscurités» 27/12/07 Alain Chaussard - Vernimmen - Financial Times : us.ft.com - BNP-Paribas : economic-research.bnpparibas.com - Cambiste Trading de devises : - L Agefi : - Fédération Bancaire Française : - Autorité des Marchés Financiers : - Wikipedia.org 19

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre de Bâle III Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original.

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris

Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt. Kerkour, Regouli, Baranes. Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Le filet européen de sécurité financière Réglementation, prêteur en dernier ressort et garantie de dépôt Kerkour, Regouli, Baranes Magistère d Economie Ecole d Economie de Paris Kerkour, Regouli, Baranes

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP

L Union bancaire européenne : un remède anti-crise. Les Rencontres de l IEFP L Union bancaire européenne : un remède anti-crise Les Rencontres de l IEFP Les principaux facteurs à l origine de la crise financière Un évènement déclencheur (les «subprimes») mais des origines multiples

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Introduction au reporting COREP

Introduction au reporting COREP Introduction au reporting COREP «Un chantier à part au sein du projet Bâle II» Réalisé par Matthias LAVALEE Consultant Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Avril 2006

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE Fouad MACHROUH CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE armattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : ORIGINES ET MODALITÉS DE RÉSOLUTION DES CRISES BANCAIRES 19 INTRODUCTION 21

Plus en détail

La réforme de l organisation prudentielle

La réforme de l organisation prudentielle Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie :

Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : Document monnaie, Droit première année La monnaie : On distingue trois fonctions à la monnaie : -Une fonction d unité de compte, elle permet de comparer la valeur des différents biens, -Une fonction de

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne

Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne Master en Gouvernance bancaire, contrôle et audit interne EVALUATION PRELEMINAIRE COURS SUR LE REGLEMENTATION PRUDENTIELLE ET SUPERVISION BANCAIRE Cours dirigé par Mme Nadia Gamha, Directrice Générale

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE»

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Table ronde 3 : Revue de la stabilité financière de la Banque de France «Financement de l économie

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER

L E PORTEFEUILLE IMMOBILIER TRADING UPDATE INFORMATION REGLEMENTEE EMBARGO 17 FÉVRIER 2009 17H40 DECLARATION INTERMEDIAIRE DU GERANT COUVRANT LA PERIODE DU 01.10.2008 AU 31.12.2008 Baisse limitée de la valeur du portefeuille ( 2,41%)

Plus en détail

De la consolidation des comptes à celle des risques

De la consolidation des comptes à celle des risques De la consolidation des comptes à celle des risques André Rolland 1 er juin 2006 Sommaire Introduction Les grands principes de la réforme réglementaire Notation Bâle II et consolidation des comptes Notion

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Introduction 3 2. ETF physiques 4 3. ETF synthétiques 5 Avantages et inconvénients

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail