Plateformes obligataires secondaires centralisées Quels impacts sur les pratiques de marché?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plateformes obligataires secondaires centralisées Quels impacts sur les pratiques de marché?"

Transcription

1 Plateformes obligataires secondaires centralisées Quels impacts sur les pratiques de marché? Fany Declerck Toulouse School of Economics Séminaire EIFR Paris jeudi 17 mars 2011

2 Plan Un marché dirigé par les ordres est-il plus performant qu un marché dirigé par les prix? La liquidité; La vitesse d incorporation de l information dans les prix. Marché centralisé vs marché fragmenté. Transparence, concurrence et part de marché.

3 Plan Un marché dirigé par les ordres est-il plus performant qu un marché dirigé par les prix? La liquidité; La vitesse d incorporation de l information dans les prix. Marché centralisé vs marché fragmenté. Transparence, concurrence et part de marché.

4 Marché dirigé par les prix Les teneurs de marché affichent des prix offerts et demandés auxquels ils sont prêts à échanger immédiatement. Les teneurs de marché absorbent les déséquilibres temporaires et sont donc amenés à prendre des positions risquées (Ho et Stoll 1981 et 1983, Biais 1993). L exécution est donc immédiate et certaine.

5 Marché dirigé par les ordres L offre de liquidité se fait en fonction des conditions de marché et notamment en fonction de la demande de liquité. La continuité de l offre de liquidité est souvent remise en question en période de forte volatilité. Les limites de l offre de liquidité : Malédiction du vainqueur, Sélection adverse, Risque de non-exécution. En contrepartie de ces coûts, l agent qui place un ordre à cours limité obtient un meilleur prix d exécution.

6 Comparaison des deux structures L automatisation de l exécution des ordres a un impact direct sur les coûts de transaction des investisseurs (Domowitz et Steil, 1999). Hamilton (1976, 1978), Pagano et Roell (1991) et Neal (1992) montrent également que la fourchette de prix est plus petite dans les marchés gouvernés par les ordres.

7 Danger! Les différences institutionnelles entre marchés dirigés par les ordres et marchés dirigés par les prix modifient : La nature des stratégies d offre de liquidité, Mais également la qualité de l information. La modélisation pour étudier les carnets d ordres est donc fondamentalement différente de celle pour étudier les marchés de contreparties.

8 La nature de l enchère Processus de négociation : Les prix sont négociés au téléphone, L investisseur annonce la quantité qu il souhaite acheter ou vendre, Chaque dealer annonce son prix pour la quantité, Enfin l investisseur décide s il traite et avec quel(s) dealer(s). Notons V le prix de réserve (Biais, Foucault et Salanie, 98) : Ce prix est convexe puisque les ventes de quantités importantes induisent des inventaires déséquilibrés ce qui rend réticent à vendre davantage. Sur un marché dirigé par les ordres, V doit obligatoirement être convexe (priorité prix). Mais pas nécessairement sur un marché dirigé par les prix.

9 Quantity discounts Ce process laisse une grande marge de flexibilité aux dealers qui peuvent ainsi recourir aux «take it or leave it» ou au «quantity discounts» (Reiss et Werner, 1995). Market maker 1 : Vente d un titre à 12 ou vente de 4 titres à Market maker 2 : Vente de trois titres à 15 ou vente de 4 titres à Conséquence : les marchés dirigés par les prix sont moins attractifs pour les petites quantités.

10 Marché dirigé par les prix : Equilibre et undercutting Plusieurs équilibres sont possibles donc les dealers font face à un trade-off entre l efficience du partage du risque et le spread. Supposons qu un liquidity trader veut acheter et que l équilibre est efficient. Si un dealer A baisse son prix alors cette déviation diminue l efficience de l allocation des risques entre les participants en augmentant le risque supporté par le dealer A. Cela réduit la concurrence entre les dealers, augmente la probabilité de tacite collusion et conduit à des spreads plus larges que le spread d équilibre concurrentiel.

11 Equilibre et undercutting Marché dirigé par les ordres : Il existe un équilibre de Nash unique qui permet la concurrence par les prix avec une allocation efficiente des risques. Cette concurrence par les prix fait que chaque investisseur améliore les prix en carnet jusqu à ce qu il traite à son prix marginal. Ce comportement d undercutting est rendu possible puisque les investisseurs définissent la quantité maximale qu ils sont prêts à échanger à ce prix.

12 Plan Un marché dirigé par les ordres est-il plus performant qu un marché dirigé par les prix? La liquidité; La vitesse d incorporation de l information dans les prix. Marché centralisé vs marché fragmenté. Transparence, concurrence et part de marché.

13 L information sur la demande de liquidité Biais (1993) suggère que les marchés dirigés par les prix sont des marchés fragmentés puisque les dealers n observent qu une fraction du flux d ordres. La centralisation des transactions sur les marchés dirigés par les ordres (Pagano et Roell, 1996) : améliore la transparence ex post du marché. Cette plus grande transparence de la demande de liquidité améliore en moyenne la liquidité pour les non-informés. Si la taille de l ordre est fixe alors les coûts de transaction sont plus faibles dans un carnet que sur le marché dirigé par les prix.

14 L information sur la demande de liquidité Impact de l anonymat sur la demande de liquidité : Marchés dirigés par les prix : une plus grande transparence améliore l offre de liquidité, en permettant aux offreurs de liquidité de mieux distinguer les informés des non-informés (Seppi 90, Forster et Georges 92, Benveniste et al 92, Madhavan et Cheng 97, Garfinkel et Nimalendran 03, Desgranges et Foucault 05 et Theissen 03). Marchés dirigés par les ordres : comme les offreurs de liquidité doivent soumettre leurs ordres avant l arrivée de la demande de liquidité, il n est pas possible de filtrer les informés et les non-informés avant l exécution des ordres.

15 L information sur l offre de liquidité Une meilleure visibilité de l offre de liquidité sur les marchés dirigés par les ordres permet aux demandeurs de liquidité de ne pas subir les coûts liés à la recherche du meilleur prix (Flood et al 99).

16 Plan Un marché dirigé par les ordres est-il plus performant qu un marché dirigé par les prix? La liquidité; La vitesse d incorporation de l information dans les prix. Marché centralisé vs marché fragmenté. Transparence, concurrence et part de marché.

17 Evolution historique Jusqu en 1946 il existait sur le NYSE un compartiment de marché dirigé par les ordres très actifs pour traiter les corporate bonds (carnet d ordres sans spécialiste). L impact des transactions sur le prix ne dépendait pas de la quantité échangée. Les coûts de transaction étaient aussi faibles voire plus faibles qu aujourd hui pour le retail trade. Le volume échangé a diminué drastiquement à la fin des années 40 pour basculer sur un marché OTC (Biais et Green, 07).

18

19 Pourquoi la liquidité s est-elle asséchée? Le financement par dette a augmenté sur la période. Pas de corrélation avec le nombre d obligations listées sur le marché.

20

21 Externalité positive Externalité positive de la liquidité (Admati et Pfleiderer 88 et Pagano 89) : En cas de fragmentation les investisseurs préfèrent router leurs ordres là où ils pensent que les autres investisseurs vont envoyer leurs ordres. Ces complémentarités aboutissent à des équilibres multiples. Chacun de ces équilibres est stable mais cette situation peut être remise en cause en présence d un choc ou en cas de changement dans la répartition des types d investisseurs.

22 Externalité positive Sur la période montée en puissance des investisseurs institutionnels au dépend du retail trade. Sur le marché centralisé les commissions étaient régulées par la Constitution of the Exchange alors que sur le marché OTC elles sont négociées à chaque transaction.

23 Les avantages de la fragmentation Si les offreurs de liquidité possèdent un pouvoir de marché alors l existence d une seconde place de cotation peut induire une plus forte concurrence sur le marché central. Battalio, Greene et Jennings (1997) étudient l impact de l autorisation pour les brokers d exécuter le flux d ordres de leurs clients à Boston et Cincinnati sans respecter la priorité temps avec le NYSE. Ils obtiennent une réduction du spread sur le marché central après la mise en place de cette réforme.

24 Les avantages de la fragmentation Biais, Bisière et Spatt (2009) montrent que la concurrence entre deux plateformes (Island et le Nasdaq) est un complément nécessaire à la concurrence au sein de chacune des plateformes. Lescourret et Moinas (2010) établissent également que si les investisseurs ont des inventaires comparables alors la fragmentation augmente la concurrence. Il est cependant nécessaire d implémenter une priorité temps et prix pour éliminer les coûts de la fragmentation.

25 Plan Un marché dirigé par les ordres est-il plus performant qu un marché dirigé par les prix? La liquidité; La vitesse d incorporation de l information dans les prix. Marché centralisé vs marché fragmenté. Transparence, concurrence et part de marché.

26 L expérience américaine 2002 : la régulation TRACE impose la transparence post trade. Première phase : pour les obligations liquides. Seconde phase : extension à toutes les obligations. Exception : pour les obligations (high yield) avec moins d une transaction par jour il y a un délai de report allant de 2 à 4 heures. Edwards, Harris et Piwowar (2005) : pour les obligations avec des spread importants, TRACE permet de réduire les spreads de 5 à 10 cents. Goldstein, Hotchkiss et Sirri (2005) : une étude empirique naturelle confirme les résultats de Edwards et al. Les spread augmentent avec la maturité et le risque de défaut (cohérent avec la théorie) et le niveau de complexité des obligations. Mais le spread décroit avec la taille de transaction (en opposition avec les résultats connus sur le marché des actions).

27 Nos données Caractéristiques générales : De janvier 2003 à septembre 2005 Rating : AAA, AA, A et BBB Plain Vanilla Suppression des obligations pour lesquelles il manque les données pour (au moins) 15% des jours (surtout en 2003). International Index Company (ICC) > 600 bonds et > 500 bonds Prix acheteur et vendeur de clôture (moyenne des prix de 10 dealers) Trax (sous échantillon de ICC) > 300 bonds et > 300 bonds Prix, quantité, heure et identité du dealer Uniquement les transactions avec les professionnels Après suppression des données aberrantes : observations

28 Transaction NB médian de transactions par jour, All bonds AAA AA A BBB Le nombre journalier de transaction par obligation : 3 pour les et 2 pour les. Plus d activité que sur TRACE : Pour les plain vanilla avec une notation BBB, Goldstein observe 1 transaction par jour. Et nous n avons pas les retail trades.

29 Comparaison avec les résultats américains Echantillon européen Echantillon TRACE Goldstein, Hotchkiss & Sirri (2007) Euro Sterling Avant la transparence post-trade Après la transparence post-trade < $10, [$10,000 ; $20,000] ($20,000 ; $50,000] ($50,000 ; $100,000] ($100,000 ; $250,000] ($250,000 ; $1,000,000] > $1,000, Une fois contrôlé pour la période et le rating, le spread effectif est plus faible pour les obligations émises en que sur le marché américain!

30 Pourquoi le marché anglais est-il moins liquide que l eurozone? Nombre limité d investisseurs qui sont souvent sur des stratégies de buy and hold. Les investisseurs étrangers investissent plus sur la zone : plus grande variété d émission. Les investisseurs anglais : assurance ou fonds de pension (qui ne peuvent pas investir sur les devises étrangères) avec une orientation buy and hold. Une demande de liquidité faible. Une offre de liquidité faible (peu de market makers).

31 Concurrence dans l offre de liquidité Les résultats et les itw avec les participants du marché suggèrent que la concurrence dans l offre de liquidité est plus forte sur la zone que sur la zone. Nous avons donc calculé : Le nombre de dealer avec au moins une transaction La part de marché (en volume) des N dealers les plus actifs. Les statistiques sont calculées pour chaque obligations. Nous reportons la moyenne par groupe d obligations.

32 Le nb de dealer actif est plus important pour les obligations en (25 en moyenne) que pour les (17 en moyenne)

33 Part de marché des N dealers les plus actifs 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% %

34 Contenu informationnel des transactions Est-ce qu il y a de l asymétrie d information sur les marchés obligataires? Non si pas de risque de défaut mais dès lors que le risque de défaut est positif les transactions peuvent être un signal informationnel (DeMarzo & Duffie, 1999, Biais et Mariotti, 2005). Approche empirique : de combien augmente le milieu de fourchette après l achat d un investisseur? De combien baisse-til après une vente? Si les achats comportent un signal positif sur la valeur fondamentale des obligations alors :

35 Contenu informationnel des transactions 0,07% 0,06% 0,05% 0,04% 0,03% 0,02% 0,01% 0,00% AAA AA A BBB t t+1 t+2 t+3 t+4 t+5

36 Conclusions En opposition avec un marché dirigé par les prix, sur un carnet d ordres l équilibre est unique. Le partage des risques et la concurrence par les prix sont meilleurs sur un carnet d ordres. La fragmentation peut permettre d augmenter la compétition entre les offreurs de liquidité. La transparence permet de réduire les coûts de transaction. Quid du high frequency trading sur le marché obligataire et de son impact sur les délais de diffusion des prix de transaction?

2- Microstructure des marchés financiers

2- Microstructure des marchés financiers 2- Microstructure des marchés financiers Principes d'organisation des marchés modes de cotation modes de transmission et d'exécution des ordres rôle des intermédiaires informations disponibles aux agents

Plus en détail

MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS

MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS EVOLUTIONS ACTUELLES DE LA REFLEXION EN FINANCE MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS MASTER 2 FINANCE ET DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES 2014-2015 Présenté par : Aldjia AMARA Mirela BIRSAN Ngoné G. NDIOUR

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

Point de Vue - la validation des inputs, le cas du marché obligataire et des spreads de crédit. 2012-05. Auteur: Simon Rosenblatt, Valnext

Point de Vue - la validation des inputs, le cas du marché obligataire et des spreads de crédit. 2012-05. Auteur: Simon Rosenblatt, Valnext Groupe de Travail Valorisation des Instruments Complexes Point de Vue - la validation des inputs, le cas du marché obligataire et des spreads de crédit. 2012-05 Auteur: Simon Rosenblatt, Valnext Avec le

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Dossier de synthèse Janvier 2011

Dossier de synthèse Janvier 2011 Dossier de synthèse Janvier 2011 La structure, la réglementation et la transparence des marchés de valeurs mobilières européens dans le cadre de Directive MiF Ce dossier de synthèse décrit l effet de la

Plus en détail

Chaire FBF - IDEI «Chaine de Valeur Marchés Financiers et Banque d Investissement» Mardi 29 avril 2014

Chaire FBF - IDEI «Chaine de Valeur Marchés Financiers et Banque d Investissement» Mardi 29 avril 2014 Chaire FBF - IDEI «Chaine de Valeur Marchés Financiers et Banque d Investissement» Mardi 29 avril 2014 Objectifs Contacts praticiens - chercheurs Recherche d excellence sur la banque d investissement et

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Introduction à la Microstructure des marchés financiers

Introduction à la Microstructure des marchés financiers Introduction à la Microstructure des marchés financiers Cumhur EKINCI Mars 2004 Université d Aix-Marseille III CETFI Objectif de la microstructure Expliquer la formation des prix, surtout à court terme,

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

Politique d exécution optimale des transactions en instruments financiers

Politique d exécution optimale des transactions en instruments financiers Belfius Banque a mis en place la présente politique d exécution des ordres de ses Clients afin de répondre aux exigences de la Directive européenne concernant les marchés d Instruments Financiers. Cette

Plus en détail

Le fonctionnement des marchés

Le fonctionnement des marchés Le fonctionnement des marchés Gunther CAPELLE-BLANCARD PLAN 1. Typologie des marchés 2. Euronext 3. Les ordres de bourse 4. La cotation en continu et les seuils de réservation 1 Lectures Manuels : Minguet

Plus en détail

Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA

Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA Les introductions en bourse (IPO) Isabelle Martinez Master 2 CCA Les cycles d introduction Van Bommel et al. (2000) : vagues d IPO En France : [1985-1987] et [1998-2000] Évolution du secteur des services

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

180-200 710. Indice UK France Germany Espagne. OTC/Total 26% 27% 25.5% 26.3%

180-200 710. Indice UK France Germany Espagne. OTC/Total 26% 27% 25.5% 26.3% The Transaction Auditing Group Club Asset Management L expérience Américaine 10 ans au service de la Best Execution TAG mesure la qualité de vos exécutions Evolution du marché Mif introduit la notion de

Plus en détail

Le Carnet d Ordres : une revue de littérature. 1

Le Carnet d Ordres : une revue de littérature. 1 Le Carnet d Ordres : une revue de littérature. 1 Sophie Moinas 2 Toulouse School of Economics (Université Toulouse 1-IAE) Septembre 2007 1 Je remercie Thierry Foucault, Laurence Lescourret, Carole Gresse

Plus en détail

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier Les produits dérivd rivés s : des instruments incontournables du paysage financier Léon Bitton Vice-président, R&D Bourse de Montréal Inc. CONGRÈS DE L'ASDEQ 19 mai 2005 1 Produits dérivd rivés s : Outils

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

d ETF : Sept règles à suivre

d ETF : Sept règles à suivre The Les buck meilleures stops pratiques here: Vanguard en matière money de négociation market funds d ETF : Sept règles à suivre Etude de Vanguard Décembre 2014 Joel M. Dickson, PhD ; James J. Rowley Jr.,

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Produits financiers dérivés. Octobre 2007

Produits financiers dérivés. Octobre 2007 Produits financiers dérivés Octobre 2007 Plan Généralités sur les produits dérivés Les contrats Forward Les contrats Futures Les swaps Les options «plain vanilla» Les options exotiques Page 2 Généralités

Plus en détail

Cours débutants Partie 1 : LES BASES DU FOREX

Cours débutants Partie 1 : LES BASES DU FOREX Définition du FOREX : FOREX est l abréviation de Foreign Exchange market et désigne le marché sur lequel sont échangées les devises l une contre l autre. C est un des marchés les plus liquides qui soient.

Plus en détail

Rational Expectations

Rational Expectations Rational Expectations Vives (2008) Information and Learning in Markets Chapitre 4 Partie 2 Les informés bougent en premier Ce modèle est tiré de Vives (1995) et Medrano (1996). Un titre avec les mêmes

Plus en détail

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009

SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 SEMINAIRE DE FORMATION LES BOURSES DE L ELECTRICITE ALGER 4 & 5 MAI 2009 Nous reprenons dans ce document les principaux messages délivrés lors du séminaire de formation sur les bourses de l électricité

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Quantitative Trading Fund - 1 -

Quantitative Trading Fund - 1 - Quantitative Trading Fund - 1 - Quantitative Trading Fund Compartiment du AISM Global Opportunities Fund FCP aux normes UCITS IV Horizon d investissement de 3 ans et plus Objectifs du fonds : Performance

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse?

Qu est-ce que la Bourse? Qu est-ce que la Bourse? Une bourse est un marché sur lequel se négocient des valeurs mobilières. Les émetteurs y offrent des titres que les investisseurs achètent ; ces derniers financent alors les agents

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008 Décembre 2008 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers

Plus en détail

GUIDE DU DAY TRADER. WH SELFINVEST S.A. - www.whexpert.com

GUIDE DU DAY TRADER. WH SELFINVEST S.A. - www.whexpert.com Remarque : ce guide est purement informatif et ne peut en aucun cas être interprété comme une proposition de conseil d achat ou de vente d actions. Ce type d investissement actif n est pas sans risques.

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux :

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux : Cours de gestion financière (M) Séance (7) du 3 novembre 205 Choix d investissement (compléments) Choix d investissement (compléments) Investissements simples, investissements renouvelés Unicité du TRI

Plus en détail

Négociation de titres cotés canadiens sur plusieurs marchés

Négociation de titres cotés canadiens sur plusieurs marchés Négociation de titres cotés canadiens sur plusieurs marchés Placements directs TD, Conseils de placement privés, Gestion de patrimoine TD et Valeurs Mobilières TD («nous», «notre» et «nos») ont pris l

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS. Comportements stratégiques Production de liquidité

MICROSTRUCTURE DES MARCHES FINANCIERS. Comportements stratégiques Production de liquidité MCROSTRUCTURE DES MARCHES FNANCERS Comportements stratégiques Production de liquidité Plan du cours Préambule : Comportements stratégiques et modèles de stock Le modèle de Ho et Stoll Le modèle de Kyle

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Nouvelles réglementations des dérivés OTC

Nouvelles réglementations des dérivés OTC Nouvelles réglementations des dérivés OTC Impacts pour le buy-side David Douay Département Projets d Amundi 9 Octobre 2012 Introduction Pas une mais des réformes : Dodd-Frank aux Etats-Unis, EMIR en Europe,

Plus en détail

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées Les Swaps 1 Définition Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées 2 Définitions Il y a deux types de swaps de taux : Les swaps de taux

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen Attribution des permis de pollution par enchères Michel Mougeot Florence Naegelen Bien que les économistes aient toujours recommandé les enchères, elles sont peu utilisées en pratique pour l attribution

Plus en détail

produits non garantis en capital Négocier en direct vos Warrants, Turbos et Certificats

produits non garantis en capital Négocier en direct vos Warrants, Turbos et Certificats Nouveau Négocier en direct vos Warrants, Turbos et Certificats négocier en direct vos Warrants, Turbos et Certificats Pour la première fois en France, il est possible de négocier en direct les Warrants,

Plus en détail

Trading haute fréquence: un mal nécessaire?

Trading haute fréquence: un mal nécessaire? Trading haute fréquence: un mal nécessaire? Chaire de finance quantitative École Centrale Paris 26 Mars 2012 Une activité de repli pour les institutions financières depuis la crise Le market making se

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Crédit Investment Grade «financières» versus «industrielles» du point de vue des assureurs européens

Crédit Investment Grade «financières» versus «industrielles» du point de vue des assureurs européens Crédit Investment Grade «financières» versus «industrielles» du point de vue des assureurs européens 1 Introduction Pour assurer des taux de rendement compétitifs sur leurs actifs, les assureurs ont, ces

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR

Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR Conférence EIFR Marchés financiers-mifid 2/MIFIR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Fonds de placement. Plus de flexibilité pour vos investissements

Fonds de placement. Plus de flexibilité pour vos investissements Fonds de placement Plus de flexibilité pour vos investissements Les fonds de placement permettent de diversifier facilement les risques, même avec des sommes modestes. Le choix du produit dépend des prévisions

Plus en détail

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT

PHILEAS L/S EUROPE. Part I EUR Code ISIN : FR0011023910 OPCVM de droit français géré par PHILEAS ASSET MANAGEMENT INFORMATIONS CLES POUR L INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Règle 4-604 Responsabilités des teneurs de marché (modifié)

Règle 4-604 Responsabilités des teneurs de marché (modifié) PARTIE 1 - INTERPRÉTATION Règle 1-101 Définitions (modifié) (1) Sauf indication contraire du contexte, les termes employés dans une exigence de la Bourse et a) définis ou interprétés à l article 1 de la

Plus en détail

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland

OPCI 2013. Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland 8 e Conférence Annuelle OPCI 2013 Le Marché de l OPCI face à la crise et suite à la disparition du 210E Dii conférences Dominique BONIN Directeur Général Cleaveland Paris, 22 janvier 2013 Dii Conférences

Plus en détail

I. ASPECTS TECHNIQUES ET OPERATIONELS DE LA COTATION EN CONTINU

I. ASPECTS TECHNIQUES ET OPERATIONELS DE LA COTATION EN CONTINU NOTE DE SYNTHESE PASSAGE A LA COTATION EN CONTINU CONTEXTE GENERAL Dans le cadre de la mise en œuvre des orientations stratégiques visant à améliorer sa liquidité et son développement, la BRVM passera

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement db Best Strategy Notes Le meilleur scénario pour votre investissement Garantie de la meilleure stratégie Investissement diversifié Coupon de maximum 25% brut* à l échéance Courte durée : 2 ans et demi

Plus en détail

SAINT-HONORE SIGNATURES PLUS

SAINT-HONORE SIGNATURES PLUS PROSPECTUS SIMPLIFIE FONDS COMMUN DE PLACEMENT CONFORME AUX NORMES EUROPEENNES 23 avril 2007 MB/MaM Conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

MIF II Les principales évolutions réglementaires

MIF II Les principales évolutions réglementaires MIF II Les principales évolutions réglementaires Service de la Régulation, de l Intermédiation et des infrastructures de marché Direction de la Régulation et des Affaires Internationales Sommaire ORGANISATION

Plus en détail

Découvrez les avantages du trading électronique sur le marché obligataire

Découvrez les avantages du trading électronique sur le marché obligataire Découvrez les avantages du trading électronique sur le marché obligataire Un point d accès unique pour le marché obligataire L activité des marchés a été récemment confrontée à une croissance des émissions

Plus en détail

Différences de microstructure entre les marchés d actions et les marchés de titres d État multicourtiers*

Différences de microstructure entre les marchés d actions et les marchés de titres d État multicourtiers* Différences de microstructure entre les marchés d actions et les marchés de titres d État multicourtiers* Toni Gravelle Jusqu à une date récente, les recherches relatives à la microstructure des marchés

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 2 I LES DIFFÉRENTS ORDRES DE BOURSE 1. Les caractéristiques d un ordre de bourse

Plus en détail

Le marché obligataire secondaire

Le marché obligataire secondaire Le marché obligataire secondaire 16 décembre 2009 Le marché obligataire secondaire Introduction/ Méthodologie Lors de sa séance du 14 mai le Collège de l AMF a chargé Messieurs Hoenn et Pinatton de faire

Plus en détail

Robeco Monétaire Quantiplus

Robeco Monétaire Quantiplus Robeco Monétaire Quantiplus Sommaire Présentation de Robeco Robeco Monétaire Quantiplus Contrôle des risques Conclusion 2 Présentation de Robeco Robeco, un multi-expert de la gestion d actifs Société de

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Introduction aux Produits Structurés

Introduction aux Produits Structurés QUATRIEME PARTIE Introduction aux Produits Structurés Mai 2012 Sommaire Sect 1 Le concept de Produit Structuré Définition Historique Les clients et leur problématique d investissement Sect 2 Introduction

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

IdR Trading et Microstructure CA Cheuvreux. Charles-Albert Lehalle

IdR Trading et Microstructure CA Cheuvreux. Charles-Albert Lehalle IdR Trading et Microstructure CA Cheuvreux Charles-Albert Lehalle 2010-2014 Crédit Agricole Cheuvreux Kepler Cheuvreux L objectif de cette IdR «trading et microstructure des marchés» est de stimuler la

Plus en détail

LES ORDRES DE BOURSE

LES ORDRES DE BOURSE LES ORDRES DE BOURSE Comment introduire un ordre en Bourse? L introduction d un ordre acheteur ou vendeur en Bourse passe impérativement par le biais d un Intermédiaire en Opérations de Bourse agréé. L

Plus en détail

BARX pour Entreprises

BARX pour Entreprises BARX pour Entreprises Un savoir-faire inégalé et global dans l exécution des opérations de change Barclays Capital est la division de banque d investissement de Barclays Bank PLC. Son modèle d activité

Plus en détail

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative

Plateforme Lyxor. Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Plateforme Lyxor Un accès simple et sécurisé à la gestion alternative Gestion alternative Une classe d actifs attractive Avec plus de 7,600 hedge funds à travers le monde (source HFR Industry Report Q4

Plus en détail

Le fi nancement de l économie

Le fi nancement de l économie Le fi nancement de l économie Fiche 1 Objectif Prérequis Mots-clefs comprendre les mécanismes des marchés dans le financement de l économie. définition de la monnaie et de l économie monétaire. besoin

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

Microstructure et marché financier2008-2009

Microstructure et marché financier2008-2009 INTRODUCTION La bourse est un lieu où se fait l'échange des titres (actions et obligations) entre deux types d'intervenants : acheteurs et vendeurs. Ce marché, qui est un lieu de financement à long terme

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉS FINANCIERS DYNAMIQUE. ABIL Amina. Master spécialisé : ECONOMIES ET STRATEGIE DES INSTITUTIONS FINANCIERES

LES DIFFÉRENTS TYPES DE MARCHÉS FINANCIERS DYNAMIQUE. ABIL Amina. Master spécialisé : ECONOMIES ET STRATEGIE DES INSTITUTIONS FINANCIERES Université Moulay Ismail Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales de Meknès Master spécialisé : ECONOMIES ET STRATEGIE DES INSTITUTIONS FINANCIERES DYNAMIQUE DES MARCHÉS FINANCIERS LES DIFFÉRENTS

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille I. Notions de rentabilité et de risque II. Diversification de portefeuille III. Optimisation de Markowitz III.1. Portefeuilles composés d actifs risqués

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

Un guide du trading des Options Binaires, étape par étape. www.cedarfinance.com

Un guide du trading des Options Binaires, étape par étape. www.cedarfinance.com Un guide du trading des Options Binaires, étape par étape www.cedarfinance.com Index 3 Les meilleures raisons pour commencer le trading d Options Binaires 4 Les Options Binaires: Histoire 5 Comment réaliser

Plus en détail

Les marchés financiers sont-ils rationnels?

Les marchés financiers sont-ils rationnels? Les marchés financiers sont-ils rationnels? Une expérience de marché financier Céline Jullien, docteur Bernard Ruffieux, professeur à l Université Pierre Mendès France et à l ENSGI, Grenoble. Une expérience

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un fonds à formule? Document non contractuel

Qu'est-ce qu'un fonds à formule? Document non contractuel Qu'est-ce qu'un fonds à formule? THESAURUS 2013 Tous droits de CONFIDENTIEL reproduction réservés Obligation Options 100% Capital garanti Performance 1- Qu est-ce qu un fonds à formule «Un fonds à formule

Plus en détail

Examen de Gestion des Risques Financiers

Examen de Gestion des Risques Financiers Examen de Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 4 janvier 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 Les réglementations Bâle II et Bâle III 1. Quelles sont les principales différences

Plus en détail

Invesco Euro Equity. 2 novembre 2009. Informations. Classification. Objectif de gestion. Indicateur de référence

Invesco Euro Equity. 2 novembre 2009. Informations. Classification. Objectif de gestion. Indicateur de référence PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Informations Dénomination : Structure juridique : Société de gestion : Gestionnaire financier par délégation : Gestionnaire comptable par délégation : Durée d existence

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

Étude de l OCRCVM sur l incidence des modifications apportées aux

Étude de l OCRCVM sur l incidence des modifications apportées aux Avis administratif Généralités RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : Victoria Pinnington Vice-présidente

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012 18 Bd Montmartre 75009 Paris - Tél : 01 42 68 86 00 SINFONI Optima Fonds diversifié de droit français 1er juin 2012 «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François

Plus en détail

Table de matière. Règlement de gestion des fonds d investissement internes Allianz Invest V908 FR Ed. 06/15 2

Table de matière. Règlement de gestion des fonds d investissement internes Allianz Invest V908 FR Ed. 06/15 2 Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DES FONDS D INVESTISSEMENT INTERNES. 3 1. AI Europe... 3 2. AI Court Terme... 3 3. AI Patrimoine... 4 4. AI Emergents... 5 5. AI Strategy Neutral... 6

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

Politique d Exécution Covéa Finance

Politique d Exécution Covéa Finance Politique d Exécution Covéa Finance 1. Cadre règlementaire et périmètre d application En application de la directive des Marchés d Instruments Financiers (MIF), il est demandé à Covéa Finance de prendre

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail