MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées"

Transcription

1 MUSEES ET PATRIMOINE DU MINISTERE DE LA DEFENSE EN PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Jean-Louis Riccioli, conseiller pour les musées 83 Fréjus - vitrine du musée des Troupes de Marine Musée des Troupes de Marine Le ministère de la Défense, comme d autres ministères, conserve et fait vivre un certain nombre de collections patrimoniales, archives, musées. Comme pour le ministère des Affaires Etrangères il s agit d un héritage de l histoire. Aujourd hui et depuis plus de vingt ans, la Défense a entamé une véritable mutation de ses musées, au nombre de vingt et un parmi lesquels les trois établissements publics du musée de l Armée, de la Marine et l Air et de l Espace, en s appuyant sur une collaboration étroite avec le ministère de la Culture et de la Communication, sur la base du Protocole Défense Culture signé au début des années Outre les trois établissements publics cités plus haut on compte dix sept musées de tradition pour l armée de Terre, en majorité localisés dans des écoles d application et parmi lesquels cinq ont obtenu l appellation «musée de France», un musée du Service de santé des armées, installé dans l hôpital du Val de Grâce à Paris, lui aussi «musée de France». C est de la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) que dépendent les musées du ministère de la Défense. Elle est rattachée au Secrétariat général pour l administration (SGA) qui assure les relations interministérielles du ministère de la Défense (notamment avec le ministère de la Culture et de la Communication). La DMPA a trois grands domaines de compétence : l'immobilier et l'environnement ; la politique culturelle, éducative et de mémoire ; les archives et les bibliothèques. Au sein de cette Direction, c est la Délégation des patrimoines culturels qui conçoit et anime la politique culturelle, tout en assurant les missions de tutelles, d'inspection et de conseil confiées à la direction dans ce domaine. 1

2 Au sein de cette Délégation, c est le Bureau des actions culturelles et des musées (BACM) qui «impulse, coordonne et met en oeuvre, en liaison avec les armées et les services du SGA, la politique culturelle du ministère. Il prépare les actes de tutelle des musées de l'armée, de la Marine, de l'air et de l'espace. Il oeuvre pour la professionnalisation des autres musées, notamment des musées de tradition de l armée de terre. Il développe une politique de publication et instruit les demandes de soutien financier aux projets culturels relatifs à l histoire du XX e siècle et au patrimoine militaire». Les musées de la Défense en Provence-Alpes-Côte d Azur (PACA) sont un reflet de cette organisation, mais sont aussi les résultats d une évolution des musées de ce ministère encore en devenir. La région PACA, qui abrite l une des plus importante concentration d implantations militaires de l hexagone, compte 3 des 17 musées de l armée de Terre (Aubagne, Draguignan, Fréjus) une antenne du musée national de la Marine (Toulon), une collection appartenant au musée de l Armée mise en dépôt auprès d une collectivité territoriale (Salon de Provence) ainsi que plusieurs dépôts du musée National de la Marine auprès d autres collectivités. 1 Ces musées se concentrent sur deux départements : le Var et les Bouches du Rhône. Ainsi, cette région, qui possède déjà un important patrimoine militaire fortifié, se distingue également par une forte implantation de la Défense et de son patrimoine, à travers les établissements muséaux relevant de ce ministère ou en lien avec lui. Mais, pour mieux comprendre la nature réelle de ces collections un retour en arrière est nécessaire. 83 Fréjus - Musée des Troupes de Marine Musée des Troupes de Marine I. Un peu d histoire pour mieux comprendre La mutation en profondeur du son patrimoine muséal entamée depuis vingt ans par le ministère de la Défense a amené à la fois une plus grande professionnalisation et une ouverture élargie aux publics ne ressortissant pas de ce ministère. Pour comprendre l étendue de cette évolution il faut d abord effectuer un retour en arrière sur l origine et la destination première de ces collections avant de voir comment il s est effectué. 1 Camp de Canjuers, base de Toulon, écoles d application de l Artillerie et de l Infanterie, maison mère de la Légion Etrangère, Ecole d l Air, bases aériennes, etc. 2

3 Un héritage de la Revanche : Le général Georges Boulanger ( ) a marqué la vie politique française, mais l on sait moins qu il fut le créateur des musées militaires, au moins pour les musées de l armée de terre, les plus nombreux d entre eux. En effet, ministre de la Guerre des cabinets Freyssinet et Goblet ( ) celui que l on surnomme «général la Revanche» cherche à introduire l esprit de corps dans une armée qui redécouvre en même temps la République et la conscription. Il est inquiet de constater que l esprit de corps y fait défaut, face à une armée allemande, héritière des traditions prussiennes où, avec la discipline, il constitue le principal ciment de l armée. C est sur la base de ce constat qu il décide de créer, au sein de chaque régiment, une salle appelée «salle d honneur» qui doit être le lieu privilégié de la découverte et de la transmission de cet esprit de corps, qu en cette veillée d armes précédant le terrible premier conflit mondial il estime si nécessaire à la victoire des armes françaises. Pour ce faire, il s assure du concours du secrétariat d Etat aux Beaux-Arts, lequel passe commande et finance une série de tableaux, initialement un par régiment, illustrant un épisode particulièrement édifiant de son histoire. Les œuvres, financées par les Beaux-Arts, sont installées dans les salles d honneur régimentaires et commentées aux recrues par leurs officiers. Ces tableaux, dont le thème avait été soigneusement arrêté par une commission d officiers du Dépôt de la Guerre (ancêtre des archives du ministère de la Défense) devaient être le support d un enseignement devant amener les hommes à s identifier à l histoire de leur unité à travers un épisode particulièrement édifiant, à en tirer fierté, bref, à acquérir un esprit de corps. La Marine de guerre connut également ce type de démarche. Il serait trop long et hors de propos de s étendre sur les péripéties de ce que les historiens appelleront plus tard «la grande commande Boulanger», il suffit de dire que c est cette idée qui est à la racine des actuels musées de l armée de Terre. Enrichies progressivement de souvenirs d opérations, de batailles, d hommes et de chefs jugés exemplaires, les salles d honneur régimentaires ont perduré jusqu à nos jours sous diverses formes. A la même époque, c est dans ce même esprit que les écoles d application, primitivement destinées à enseigner leur métier aux officiers issus de Polytechnique, Saint- Cyr ou recrutés par le rang, se dotent, elles aussi de salles d honneur qui abriteront rapidement de véritables collections et sont à l origine des musées de l armée de Terre. Des musées en mutation, depuis 1980 Longtemps, ces «musées d armes», aussi appelés «musées de tradition» se sont cantonnés à la transmission de l histoire des techniques, des valeurs et des traditions propres à chaque arme (infanterie, cavalerie, artillerie, génie, etc.) réservant ces lieux aux seuls militaires. Ce n est qu après la fin des guerres de décolonisation que ces musées commencèrent à s ouvrir à la société civile, timidement d abord, puis plus largement, au début des années 1980, dans le cadre de ce qu il fut convenu d appeler le «lien Armée Nation». Mais c est au tournant des années 1990 que, vivant simultanément la fin de la conscription et le début de la professionnalisation, ils vivent leur mutation la plus profonde depuis leur création au XIX e siècle, mutation qui les conduit à se rapprocher de plus en plus des musées contrôlés par le ministère de la Culture, dont ils adoptent progressivement les techniques de muséologie, mais sans pour autant abandonner leur rôle premier de transmission de valeurs au sein de la société militaire. Même si, au cours des années 1970, nombre de ces musées avaient été rénovés et, à cette occasion, largement ouverts vers la société civile, c est le musée de l Armée, le grand musée de référence de l armée de Terre implanté au cœur de l'hôtel national des Invalides, créé en 1905 par la fusion du musée d'artillerie et du musée historique de l'armée, qui ouvre véritablement la voie à cette évolution. Au début des années 1990 il s engage dans un cycle de modernisation global qui le met aujourd hui sur le même pied que les grands musées de la capitale. C est dans le droit fil de cette logique de modernisation, de normalisation et d ouverture que, dès la deuxième moitié des années 1990, l Etat-major de l armée de Terre 3

4 envoya un premier groupe d officiers se former à l Ecole Nationale du Patrimoine tout en mettant sur pied une délégation au Patrimoine pour chaque armée, rattachée à l Etat-major, chargée de préparer le virage. Cette plongée dans le liquide amniotique culturel engendra chez ces officiers, comme chez les responsables d alors, une réflexion en profondeur sur la nature des collections, le rôle de ces musées de la Défense vis-à-vis de la société civile et sur leur devenir au sein de l institution, qui eut pour première conséquence de voir certains d entre eux demander et obtenir du ministère de la Culture l appellation «musée de France». 2 Engagés sur cette voie, les musées de la Défense sont désormais une partie intégrante du paysage culturel en général et muséal en particulier, comme en PACA par exemple, tout en restant, chacun dans leur domaine, des outils au service de l institution. Ce caractère dual fait leur originalité. 83 Fréjus salle d exposition du Musée des Troupes de Marine Musée des Troupes de Marine II. Les musées de la Défense en PACA : un paysage riche et varié En PACA, les musées relevant directement ou associés au ministère de la Défense se concentrent sur deux départements : le Var et les Bouches du Rhône. Le Var, le département dominant Ce n est pas un hasard si le département du Var, sur lequel se concentre l essentiel de la présence militaire en PACA est aussi celui qui présente le nombre le plus important de musées relevant de la Défense. 3 Ils se répartissent entre l Armée de Terre et la Marine. Cette dernière est présente par le biais de l antenne du musée National de la Marine à Toulon. 4 C est ici l occasion d aborder les musées dépendant de la Marine Nationale, qui n ont pas le même système de gestion que ceux de l armée de Terre évoqués précédemment. En effet, si l esprit des salles d honneur, créées au XIX e siècle pour les régiments se retrouve à 2 Les trois premiers musées de l armée de Terre à obtenir l appellation musée de France furent le musée de l artillerie (Draguignan), le musée des Troupes de Marine (Fréjus) et le musée du Service de Santé des Armées au Val de Grâce (Paris). 3 Le département du Var compte à lui seul le camp de Canjuers, l un des plus importants d Europe, les écoles d application de l Artillerie, de l Infanterie et de l Aviation légère de l Armée de Terre, la base navale de Toulon, la base aéronavale d Hyères, ainsi que plusieurs régiments. La marine nationale est le premier employeur du département. 4 Le musée national de la Marine, installé dans l aile Passy du Palais de Chaillot, au Trocadéro, est issu d une collection offerte au roi Louis XV en Voir sur le site officiel du musée les liens avec les autres musées de ports : 4

5 bord des bâtiments de guerre sous les espèces d œuvres ou d objets, les arsenaux de la Marine ont, depuis leurs créations, conservé sur place nombre de modèles de vaisseaux ou d objets qui ont été à la base d autant de collections. Intégrées dans les collections nationales du musée de la Marine de Paris elles sont à l origine des musées de la Marine installés dans les ports de guerre. Fonctionnant en réseau, ces musées sont autant d antennes du musée national de la Marine. C est le cas du musée de la Marine de Toulon qui est l une de ces quatre antennes avec Brest, Port-Louis et Rochefort et donc le seul de ce type en région PACA. Créé dès 1814 et très vite ouvert au public, il est installé à l entrée de la base navale, à côté de la porte monumentale du XVIII e siècle, l un des rares monuments toulonnais à avoir survécu aux terribles bombardements de la seconde guerre mondiale. Sur le territoire varois, deux musées de l armée de Terre complètent le paysage : le musée de l Artillerie et le musée des Troupes de Marine, tous deux «musées de France», héritiers des musées créés dans l armée de Terre à la fin du XIX e siècle. Ces deux musées sont les premiers de l armée de Terre, en dehors du musée de l Armée, à s être largement ouverts vers le grand public et vers le ministère de la Culture. 83 Draguignan - Future entrée du musée de l Artillerie Lieutenant-colonel P. Guyot, Musée de l Artillerie Installé à Draguignan, le musée de l Artillerie termine aujourd hui un programme de rénovation dans le cadre duquel une intervention de Rudy Ricciotti permettra de recevoir directement le public extérieur, par une extension, vaste et lumineuse, présentant les premiers modèles de canons, de la fin du Moyen- Âge jusqu au canon Gribeauval, celui des guerres de la Révolution et de l Empire. Arme dite «savante» (avec le Génie) l Artillerie a conçu son premier musée comme un conservatoire des matériels et des techniques, ce qu il est encore largement. Mais, depuis les années 2000, avec le processus qui a conduit à sa rénovation et à l appellation «musée de France», le musée de l Artillerie est devenu comme un musée classique, qui s inscrit profondément dans le paysage culturel local, sans pour autant sacrifier son rôle au sein de l institution. L éventail des pièces d artillerie présentées s étend du XV e au XX e siècle, englobant l évolution des munitions, des matériels et des techniques liés au tir (télémétrie, topographie, acquisition d objectifs, etc.). C est l une des raisons pour lesquelles les ateliers pédagogiques proposés par le musée combinent l histoire, les mathématiques, les arts plastiques, etc. Mais, au-delà de cet aspect le musée a mis l accent, depuis une vingtaine d années, sur le combattant et plus généralement sur l humain, tant à travers ses expositions temporaires qu à travers sa muséographie. Le second de ces établissements, le musée des Troupes de Marine, installé à Fréjus, est, quant à lui, un musée consacré dès le départ aux hommes, qu ils soient «défricheurs d empires» ou populations colonisées. Issues des troupes d infanterie embarquées sur les vaisseaux du roi à partir du XVII e siècle, les «troupes de la Marine» deviennent avec le XIX e siècle et le début de l expansion coloniale française, les «Troupes coloniales». En 1900 elles quittent le ministère de la Martine pour passer au ministère de la Guerre, c'est-à-dire à l armée 5

6 de Terre. Enfin, en 1967, englobant des unités d infanterie, de cavalerie, d artillerie et de parachutistes, elles deviennent l arme des Troupes de Marine. 83 Fréjus - Musée des Troupes de Marine Musée des Troupes de Marine L implantation de leur musée sur le site de Fréjus n est pas un hasard. Depuis la première guerre mondiale Fréjus a été l un des lieux de passage et de concentration des troupes venues des quatre coins de l empire colonial français ou en partance. Ainsi, à proximité du musée se trouve l une des plus anciennes mosquées de France (la mosquée de Missiri, inscrite au titre des monuments historiques depuis 1987), copie à l échelle réduite de la mosquée de Djenné, édifiée à l usage des troupes venues d Afrique noire pendant la Grande Guerre. De la même façon un temple bouddhiste et une pagode ont été construits à la même époque à l usage des troupes venues de l Indochine française. Les très riches collections du musée (uniformes et objets) évoquent les outremers français depuis le XVIII e siècle. Les Bouches du Rhône : armée de Terre et aviation Même si les Bouches du Rhône ne rivalisent pas avec le Var pour la densité des implantations militaires, ce département compte deux parmi les plus emblématiques des musées militaires en PACA : le musée de la Légion Etrangère et le musée de l Empéri. A Aubagne depuis 1962, le musée de la Légion Etrangère est le successeur du musée installé à Sidi-bel-Abbès au moment de l implantation des légionnaires en Afrique du Nord. 5 Consacré avant tout aux hommes, cavaliers, fantassins, parachutistes et plus récemment sapeurs, qui ont fait l histoire de la Légion, ce musée vient d obtenir l appellation «musée de France» avec l achèvement d un programme de rénovation. 6 Mais il rayonne bien au-delà : compte tenu du recrutement étranger de la Légion, son aura dépasse très largement le cadre régional, par le biais des anciens légionnaires répartis sur l ensemble de la planète nombreux à demeurer attachés à la Légion. Pour marquer son ouverture vers un public civil élargi, le musée rénové s ouvre par une salle traitant du mythe du légionnaire vu à travers les yeux du civil. Quant au musée de l Empéri il constitue un exemple de collection nationale mise en dépôt auprès d une collectivité territoriale, issue d une très riche collection privée rassemblée par Jean Brunon et son frère Raoul dès avant la première guerre mondiale et acquise par le musée de l Armée en C est à ce titre qu il occupe une place à part dans le paysage patrimonial militaire de la région. Ses collections embrassent trois siècles d histoire militaire, de Louis XV aux années 1980 et sont organisées autour de l homme combattant. Ainsi on y trouve préférentiellement des souvenirs liés à l infanterie, la cavalerie, l artillerie et, dans une moindre mesure, le génie et la médecine aux armées. Installée dans le château de l Empéri entre 1967 et 1988 cette collection de notoriété mondiale a, paradoxalement, une lisibilité moindre au niveau régional alors qu elle est le plus important musée d art et d histoire militaire en dehors de la capitale. Si, à juste titre, cette collection est avant tout connue pour sa partie napoléonienne, tout à fait exceptionnelle, elle Il a été symboliquement inauguré le 30 avril 2013, 150 e anniversaire du combat de Camerone, le combat emblématique et fondateur de l esprit de la Légion. 6

7 l est moins pour sa partie Second Empire et qui constituent pourtant deux autres éléments tout aussi exceptionnels. Son ampleur est telle qu il est également possible d illustrer, avec autant de richesse et de pertinence, les armées françaises dans l entre deux guerres, le second conflit mondial ou encore les guerres de décolonisation jusqu en Mais ces périodes n ont pu trouver place dans le monument historique qui l abrite, faute d avoir poursuivi le programme muséographique imaginé à l installation du musée. 7 Ce musée cherche aujourd hui un second souffle qui lui permettrait d occuper la place de premier plan qui lui revient dans le paysage des musées militaires français en dehors de la capitale. Le centième anniversaire du déclenchement du premier conflit mondial est l occasion de voir son espace 14-18, le seul de cette ampleur dans le grand Sud. 83 Draguignan - Collections du musée de l Artillerie Lieutenant-colonel P. Guyot, Musée de l Artillerie Sur l ensemble des musées évoqués, trois d entre eux, le musée de l Artillerie, celui des Troupes de Marine et celui de la Légion Etrangère, ont, nous l avons dit, une mission de transmission des traditions et de l esprit de corps. C est la raison pour laquelle chacun comporte un lieu particulièrement dédié à cette mission. Au musée de la Légion Etrangère, là où cette fonction revêt des aspects particulièrement solennels, c est une crypte, visible depuis le musée mais inaccessible au grand public, qui abrite un «reliquaire» contenant la main de bois du capitaine Danjou, le héros du combat de Camerone (Mexique, 1863), le mythe fondateur de «l esprit Légion». C est devant ce «reliquaire», sorti une fois l an au cours des cérémonies commémoratives de Camerone, que les légionnaires signent ou renouvellent, sans exception, leurs contrats d engagement. Sans atteindre ce niveau tous les autres musées évoqués ici ont, dans leurs murs, un lieu sacralisé, ayant la même destination. Le musée de l Artillerie en possède deux, l un pour l Artillerie et un autre pour l Infanterie, dont l école d application vient d être transférée de Montpellier, où elle se trouvait depuis 1967, à Draguignan. Quant au musée des troupes de Marine, il possède, en plus de sa «crypte», une série d ampoules de verre contenant chacune un peu de terre de 7 Le château de l Empéri (IX e XVII e siècle) classé au titre des monuments historiques, est l une des plus grandes forteresses médiévales de Provence encore debout. Inexplicablement, elle n a fait l objet d aucune étude archéologique ou architecturale sérieuse depuis les travaux de J. Formigé en Un programme de travaux sur les toitures est en cours. 7

8 chaque endroit où, depuis leur création, les Troupes de Marine ont été présentes de façon durable, occasionnelle ou marquante. C est ainsi que voisinent sur les étagères du sable de Polynésie, de la terre de Bazeilles ou de la terre de Dien Bien Phu. Comme on le voit, la modernisation et la mise aux normes de ces musées ne se sont pas faites au détriment du volet de transmission des valeurs, qui reste important dans leur démarche. Ce besoin est si important dans les armées que depuis le début des années 2000 a été mis en route un projet de musée dit «musée de tradition» à l Ecole de l Air de Salon de Provence qui en était dépourvue depuis son installation en Provence. 8 Quant au mouvement de normalisation et d ouverture il se poursuit patiemment. En 2014 sera examinée la demande d appellation musée de France du musée du Génie installé à Angers. Enfin, avec la disparition du service national, tel qu il se présentait jusque dans les années 2000, ces lieux deviennent des zones de contact privilégiées entre les citoyens et leur défense, les seuls pourraient-on dire en dehors des journées de préparation d appel à la Défense. Et l on pourrait compléter le propos en examinant la fréquentation de ces musées, qui est loin d être confidentielle, avec au moins trois d entre eux qui accueillent visiteurs par an, chiffre que pourraient envier certains musées de la région et qui confirme, si besoin était, l attractivité de ce patrimoine auprès des publics. 8 Créé au lendemain de la première guerre mondiale, ce musée est l un des plus anciens de ce type au monde. Il est s'installé dans l'aérogare du Bourget depuis

Portrait équestre de Napoléon III par Horace Vernet - Musée de Plombières-les-Bains.

Portrait équestre de Napoléon III par Horace Vernet - Musée de Plombières-les-Bains. Célébration de la commémoration du centenaire De la grande guerre de 1914-1918. Mémoire et Souvenir de mon grand-père maternel, le lieutenant-rené louis, professeur à l École de guerre, mort pour la France

Plus en détail

Archimages07 Entre l offre et la demande : l entreprise patrimoniale 22.23.24 octobre 2007

Archimages07 Entre l offre et la demande : l entreprise patrimoniale 22.23.24 octobre 2007 Archimages07 Entre l offre et la demande : l entreprise patrimoniale 22.23.24 octobre 2007 DE NOUVEAUX MODÈLES POUR DE NOUVEAUX USAGES Nouvelles pratiques, nouveaux accès, nouveaux usages au Forum des

Plus en détail

Les musées des armées, et tout particulièrement ceux de l Armée de terre, ont

Les musées des armées, et tout particulièrement ceux de l Armée de terre, ont Les musées des armées, armes de la culture TRIBUNE n 812 Coralie Felblinger Chef d escadron, a servi au 516 e Régiment du Train (RT) et à la Brigade franco-allemande (BFA). Brevetée de la 23 e promotion

Plus en détail

Du R.A.D. et la Wehrmacht au Corps Expéditionnaire Français en Italie

Du R.A.D. et la Wehrmacht au Corps Expéditionnaire Français en Italie Du R.A.D. et la Wehrmacht au Corps Expéditionnaire Français en Italie Charles FUSS est né le 26 décembre 1921, à Metz. A la déclaration de la guerre, comme beaucoup de familles habitant dans l Est de la

Plus en détail

COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FEUILLE DE ROUTE DU MINISTERE DU MINISTERE DE LA DEFENSE INTRODUCTION SYNTHETQUE Il s agit de

Plus en détail

CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE

CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE CHAPITRE 1 ÊTRE FONCTIONNAIRE Être fonctionnaire La catégorie de fonctionnaire de l État regroupe tous les agents publics titulaires qui travaillent : pour l administration centrale (les ministères, dont

Plus en détail

LOUIS, ÉMILE BERTIN CRÉATEUR DE LA MARINE MILITAIRE MODERNE DU JAPON.

LOUIS, ÉMILE BERTIN CRÉATEUR DE LA MARINE MILITAIRE MODERNE DU JAPON. Don à la bibliothèque des archives de l'école polytechnique de L'OUVRAGE inédit intitulé : "l'ingénieur général de 1ère classe du génie maritime louis, LOUIS, ÉMILE BERTIN CRÉATEUR DE LA MARINE MILITAIRE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 51 du 10 novembre PARTIE PERMANENTE Marine nationale. Texte 7

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 51 du 10 novembre PARTIE PERMANENTE Marine nationale. Texte 7 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 51 du 10 novembre 2016 PARTIE PERMANENTE Marine nationale Texte 7 INSTRUCTION N 0-19664-2016/DEF/DPMAR relative à l organisation de la fonction patrimoine

Plus en détail

Thème 1- La première guerre mondiale : vers une guerre totale ( )

Thème 1- La première guerre mondiale : vers une guerre totale ( ) https://college.clionautes.org/spip.php?article3273 Thème 1- La première guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918) par Gabrielle Morgane Mise en ligne : mardi 5 mai 2015 i Troisième - i 3ème

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

UNE RÉFLEXION ARCHITECTURALE FONDATRICE DU RENOUVEAU

UNE RÉFLEXION ARCHITECTURALE FONDATRICE DU RENOUVEAU Conception et photos : CAUE de la Meuse - Novembre 2007 UNE RÉFLEXION ARCHITECTURALE FONDATRICE DU RENOUVEAU Dès 1917, alors que la guerre n est pas terminée, un concours national est ouvert à tous les

Plus en détail

LA RESERVE DANS LA MARINE

LA RESERVE DANS LA MARINE LA RESERVE DANS LA MARINE ACTUALITE DES RESERVES CITOYENNE ET OPERATIONNELLE SEMINAIRE ACORAM LORIENT 06/11/2015 CV Nicolas Bezou Délégué aux réserves de la marine (DRES-M) 841 16 84872 09 88 68 48 72

Plus en détail

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales

Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales Enquête de satisfaction des usagers des missions locales en région Provence-Alpes-Côte d Azur Association régionale des missions locales 1 / Historique de la démarche, contexte et motivations Le but Première

Plus en détail

Association du Mémorial en hommage aux soldats du département du Rhône morts pendant la guerre d Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie

Association du Mémorial en hommage aux soldats du département du Rhône morts pendant la guerre d Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie Association du Mémorial en hommage aux soldats du département du Rhône morts pendant la guerre d Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie 2002-2007 199 J 1-12 Répertoire numérique détaillé établi

Plus en détail

ONACVG MISSION : MÉMOIRE CITOYENNE

ONACVG MISSION : MÉMOIRE CITOYENNE ONACVG MISSION : MÉMOIRE CITOYENNE C EST PAR LE SOUVENIR ET L EXEMPLE QUE NOUS PRENONS CONSCIENCE DES DEVOIRS INHÉRENTS À LA CITOYENNETÉ. MISSION : MÉMOIRE CITOYENNE La transmission de la mémoire des conflits

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mission «Jeanne d Arc» 2016 I 2

DOSSIER DE PRESSE Mission «Jeanne d Arc» 2016 I 2 DOSSIER DE PRESSE Mission «Jeanne d Arc» 2016 I 2 DOSSIER DE PRESSE Mission «Jeanne d Arc» 2016 I 3 SOMMAIRE LA MISSION «JEANNE D ARC» 2016 EN QUELQUES MOTS... 4 Partir loin, longtemps, en équipage...

Plus en détail

Projet de loi ratifiant l ordonnance n 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale

Projet de loi ratifiant l ordonnance n 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale Projet de loi ratifiant l ordonnance n 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale Etude d impact Avril 2010 Sommaire 1 Présentation de la situation : l'objet de l'ordonnance du 13 janvier

Plus en détail

«Pour un accès de tous les jeunes à l art et à la culture» Consultation nationale sur l éducation artistique et culturelle

«Pour un accès de tous les jeunes à l art et à la culture» Consultation nationale sur l éducation artistique et culturelle «Pour un accès de tous les jeunes à l art et à la culture» Consultation nationale sur l éducation artistique et culturelle Intervention de M. Gérard DESQUAND, Vice-Président de l Institut National des

Plus en détail

RÉNOVATION DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE DIJON PHASE 2

RÉNOVATION DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE DIJON PHASE 2 RÉUNION D INFORMATION lundi 14 mars 2016 sur le projet et le déroulement des travaux RÉNOVATION DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE DIJON PHASE 2 Avec le soutien exceptionnel de PENDANT LES TRAVAUX, LA VISITE CONTINUE!

Plus en détail

L Aigle et le feu, du 19 septembre au 31 décembre 2015 DOSSIER DE PRESSE. Musée des Émaux et Faïences de Longwy

L Aigle et le feu, du 19 septembre au 31 décembre 2015 DOSSIER DE PRESSE. Musée des Émaux et Faïences de Longwy DOSSIER DE PRESSE du 19 septembre au 31 décembre 2015 L Aigle et le feu, Napoléon et Longwy Musée des Émaux et Faïences de Longwy Porte de France Rue de la Manutention- 54400 Longwy L Aigle et le feu,

Plus en détail

CAPES interne d histoire et de géographie

CAPES interne d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Réhabiliter pour mettre en valeur Note d intentions

Réhabiliter pour mettre en valeur Note d intentions Réhabiliter pour mettre en valeur Note d intentions Brienne-le-Château : une ville dans l histoire A quelques encablures de l'abbaye fondée par Bernard de Clairvaux, à quelques lieues de Colombey-les-Deux-Eglises,

Plus en détail

FONDATION MARECHAL DE LATTRE

FONDATION MARECHAL DE LATTRE FONDATION MARECHAL DE LATTRE RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE (DÉCRET DU 7 MARS 1955) Le Comité d honneur est présidé par Monsieur le Président du Sénat FONDATION MARECHAL DE LATTRE L œuvre d un homme Jean

Plus en détail

9. «LE PARCOURS CITOYEN AU CŒUR DE LA RELATION ENTRE L'ÉCOLE, L'ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE ET LES TERRITOIRES».

9. «LE PARCOURS CITOYEN AU CŒUR DE LA RELATION ENTRE L'ÉCOLE, L'ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE ET LES TERRITOIRES». 9. «LE PARCOURS CITOYEN AU CŒUR DE LA RELATION ENTRE L'ÉCOLE, L'ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE ET LES TERRITOIRES». Des actions éducatives complémentaires co-construites,en dehors de l établissement briques du

Plus en détail

l'administration centrale

l'administration centrale l'administration centrale DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Frédéric MITTERRAND Ministre de la Culture et de la Communication CABINET DU MINISTRE Bureau du cabinet Département de l'information

Plus en détail

Les collections photographiques du Comité d histoire de la Deuxième Guerre mondiale

Les collections photographiques du Comité d histoire de la Deuxième Guerre mondiale Revue historique des armées 245 2006 Les sorties de guerre Les collections photographiques du Comité d histoire de la Deuxième Guerre mondiale Jean-Marie Linsolas Éditeur Service historique de la Défense

Plus en détail

La nouvelle CCNT 2010

La nouvelle CCNT 2010 La nouvelle CCNT 2010 Principales nouveautés (partie I) 1. Aperçu Le dossier ci-après présente des explications concernant la durée de travail hebdomadaire, les congés, la réglementation sur les heures

Plus en détail

DES MUSEES DE L'ARMEE DE TERRE

DES MUSEES DE L'ARMEE DE TERRE PROGRAMMATION CULTURELLE DES MUSEES DE L'ARMEE DE TERRE 2016 M I N I S T E R E D E L A D E F E N S E D I R E C T I O N D E L A M E M O I R E D U P A T R I M O I N E E T D E S A R C H I V E S MUSEE DE LA

Plus en détail

Dossier de presse. Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais

Dossier de presse. Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais Dossier de presse Centre de Conservation et d Etude Archéologiques du Pas-de-Calais Contacts presse : Direction régionale des affaires culturelles - Laurent Barrois - 03 28 36 62 35 / 06 87 39 95 56 laurent.barrois@culture.gouv.fr

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Campagne de mécénat participatif pour l acquisition de l ordre de bataille de Velez-Malaga. Service historique de la Défense (SHD)

DOSSIER DE PRESSE. Campagne de mécénat participatif pour l acquisition de l ordre de bataille de Velez-Malaga. Service historique de la Défense (SHD) DOSSIER DE PRESSE Campagne de mécénat participatif pour l acquisition de l ordre de bataille de Velez-Malaga Service historique de la Défense (SHD) Contacts presse : Secrétariat général pour l administration

Plus en détail

Histoire SECRÈTE MUR DE L ATLANTIQUE PAR LAURENT MOËNARD PREMIÈRE ÉDITION RENNES ÉDITIONS OUEST-FRANCE RUE DU BREIL, 13

Histoire SECRÈTE MUR DE L ATLANTIQUE PAR LAURENT MOËNARD PREMIÈRE ÉDITION RENNES ÉDITIONS OUEST-FRANCE RUE DU BREIL, 13 Histoire SECRÈTE DU MUR DE L ATLANTIQUE PAR LAURENT MOËNARD PREMIÈRE ÉDITION RENNES ÉDITIONS OUEST-FRANCE RUE DU BREIL, 13 2016 LE MUR AVANT LE MUR OU L «ENFANCE» DE L ART DU TOUT BÉTON Affiche de propagande

Plus en détail

être militaire dans l armée de terre

être militaire dans l armée de terre etre être militaire dans l armée de terre Sébastien Jakubowski / Claude Weber etre militaire dans l'armée de terre Chasseurs alpins en tenue de camouflage. BCH De LUCA David_27 e BCA. sommaire 8 Introduction

Plus en détail

Musée Curie A S V. à la découverte de l'ile de France. Jeudi 16 janvier 2014

Musée Curie A S V. à la découverte de l'ile de France. Jeudi 16 janvier 2014 A S V à la découverte de l'ile de France Jeudi 16 janvier 2014 Musée Curie Le musée Curie est situé au cœur du 5 e arrondissement de Paris, à deux pas du Panthéon où reposent Pierre et Marie Curie depuis

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 9 avril Signature d'une convention entre l État et la société des membres de la légion d'honneur

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 9 avril Signature d'une convention entre l État et la société des membres de la légion d'honneur DOSSIER DE PRESSE Jeudi 9 avril 2015 Signature d'une convention entre l État et la société des membres de la légion d'honneur 1 Présentation de Monsieur Hervé Gobillard, Président de la Société des membres

Plus en détail

La bataille de la crête de Vimy Ressources: Photos

La bataille de la crête de Vimy Ressources: Photos La crête de Vimy du haut des airs Cette photo aérienne montre les principales lignes de tranchées dans un secteur inconnu de la crête de Vimy. Les grands cratères, dont certains ont de 10 à 15 mètres de

Plus en détail

CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE

CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE I - CONTEXTE Les membres de l Eurorégion Pyrénées-Méditerranée souhaitent valoriser

Plus en détail

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique

Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique Cahier des charges Conception d une Charte graphique pour le Pays d Auge et d un mobilier de signalétique 1. OBJET DE LA MISE EN CONCURRENCE OBJET DU MARCHÉ Le présent marché concerne l assistance à maîtrise

Plus en détail

Ressources humaines DEUXIÈME ÉDITION

Ressources humaines DEUXIÈME ÉDITION Sous la direction de Dimitri WEISS Ressources humaines DEUXIÈME ÉDITION Éditions d Organisation, 1999, 2003 ISBN : 2-7081-2844-2 sommaire SOMMAIRE Avant-propos...1 PREMIÈRE PARTIE ASSISES ET SYNTHÈSES...3

Plus en détail

Présentation E2C Marseille

Présentation E2C Marseille 21 mai 2010 Présentation Marseille Les enjeux en France En France environ 150 000 jeunes quittent chaque année le système scolaire sans qualification ni diplôme (soit 17% d une classe d âge). Dans les

Plus en détail

Centenaire de l office national des combattants et victimes de guerre et remise de croix du combattant

Centenaire de l office national des combattants et victimes de guerre et remise de croix du combattant Centenaire de l office national des combattants et victimes de guerre et remise de croix du combattant Préfecture Salle Mayenne DOSSIER DE PRESSE 21 octobre 2016 Bureau du cabinet et de la communication

Plus en détail

ESCALE 3 : LA SECONDE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE D ANEANTISSEMENT ( )

ESCALE 3 : LA SECONDE GUERRE MONDIALE, UNE GUERRE D ANEANTISSEMENT ( ) 1. Situer Stalingrad. Stalingrad se trouve en Russie sur les bords de la Volga. 2. Quelles sont les armées en présence? La bataille de Stalingrad oppose l Armée allemande à l Armée russe. 3. Comment sont

Plus en détail

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire

[Diagnostic] Les musiques actuelles, une filière dynamique et structurée en Pays de la Loire DÉCLARATION COMMUNE D INTENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DES MUSIQUES ACTUELLES EN PAYS DE LA LOIRE ÉTAT - DRAC des Pays de la Loire, Région des Pays de la Loire, Centre National de la Chanson des Variétés

Plus en détail

Typique du Vexin français, le village de Théméricourt a peu

Typique du Vexin français, le village de Théméricourt a peu Une brochure proposant une balade découverte du village est disponible à l accueil du musée. Typique du Vexin français, le village de Théméricourt a peu changé au fil des siècles : le bâti et les rues

Plus en détail

Le réseau d archives en Pologne

Le réseau d archives en Pologne Le réseau d archives en Pologne Historique Les premières archives sur le territoire polonais datent du XIIème siécle. Aujourd hui nous pouvons dire qu'il s'agissait d'archives courantes. C etaient soi-disant

Plus en détail

Dénomination des départements et des offices

Dénomination des départements et des offices (Unités administratives de l administration fédérale, sans les commissions extra parlementaires) Assemblée fédérale Assemblée fédérale Services du Parlement Secrétariat des commissions des finances et

Plus en détail

1 MILLIARD D OBUS, DES MILLIONS D HOMMES

1 MILLIARD D OBUS, DES MILLIONS D HOMMES Exposition temporaire 2016 MUSÉE DE LA GRANDE GUERRE DU PAYS DE MEAUX 1 MILLIARD D OBUS, DES MILLIONS D HOMMES 21 mai > 5 décembre 2016 Par l utilisation massive de l artillerie, 1916 marque un tournant

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÈFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS

MINISTÈRE DE LA DÈFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS MINISTÈRE DE LA DÈFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS Brochure sur les cérémonies du Souvenir A l'attention des Municipalités des Yvelines DÉLÉGATION MILITAIRE DÉPARTEMENTALE DES YVELINES décembre 2011 décembre

Plus en détail

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL

ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL ACCORD D ALGER POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX, DE LA SECURITE ET DU DEVELOPPEMENT DANS LA REGION DE KIDAL Réaffirmant notre attachement à la troisième République du Mali ; Réaffirmant également notre

Plus en détail

ORGANISATION DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE EN FRANCE: LE ROLE DE LA DGA

ORGANISATION DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE EN FRANCE: LE ROLE DE LA DGA ORGANISATION DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE EN FRANCE: LE ROLE DE LA DGA Jean-Paul Panié Directeur adjoint des relations internationales, DGA, Paris 1. Organisation du ministère de la défense français

Plus en détail

LFI EXTRAIT DE LA MISSION : DÉFENSE

LFI EXTRAIT DE LA MISSION : DÉFENSE LFI 2016 - EXTRAIT DE LA MISSION : DÉFENSE Version du 09/02/2016 à 15:31:20 PROGRAMME 212 : SOUTIEN DE LA POLITIQUE DE LA DÉFENSE 2 LFI 2016 Programme n 212 PRÉSENTATION DES CRÉDITS ET DES EMPLOIS PRÉSENTATION

Plus en détail

La Délégation à l Information et à la Communication de la Défense

La Délégation à l Information et à la Communication de la Défense DÉLÉGATION A L INFORMATION ET A LA COMMUNICATION DE LA DÉFENSE La Délégation à l Information et à la Communication de la Défense (DICOD) a été créée par le décret n 98 641 du 27 juillet 1998. Ce nouvel

Plus en détail

Extraits du cahier de correspondances de l'amiral Henri rieunier datés du 22 octobre

Extraits du cahier de correspondances de l'amiral Henri rieunier datés du 22 octobre 1885, à bord du cuirassé "Turenne" en rade de Saigon, qui relate au ministre de la marine à paris l'exploit DE monsieur paul Émile réveillère du franchissement des rapides du Mékong réputés infranchissables.

Plus en détail

SALON DE PROVENCE. du samedi 07 décembre 2013

SALON DE PROVENCE. du samedi 07 décembre 2013 Sortie de découverte du patrimoine SALON DE PROVENCE du samedi 07 décembre 2013 Compte-rendu de Hubert François, mise en page et illustration de Michel Régniès Société Hyèroise d'histoire et d' Archéologie

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

L OUVRAGE DE RÉFÉRENCE. prix de lancement 25,50 au lieu de 30

L OUVRAGE DE RÉFÉRENCE. prix de lancement 25,50 au lieu de 30 L OUVRAGE DE RÉFÉRENCE prix de lancement 25,50 au lieu de 30 1 DÉFENDRE... Des prémices de l aviation civile, qui firent de Mont-de-Marsan une ville aéronautique dès 1911, à la «ville-base» immense, bruissante

Plus en détail

Les pompiers à Nîmes pendant la seconde guerre mondiale Documents extraits des Archives Ritter à propos du «Service Incendie Militaire Allemand»

Les pompiers à Nîmes pendant la seconde guerre mondiale Documents extraits des Archives Ritter à propos du «Service Incendie Militaire Allemand» Les pompiers à Nîmes pendant la seconde guerre mondiale Documents extraits des Archives Ritter à propos du «Service Incendie Militaire Allemand» de novembre 1942 à août 1944 Vue aérienne de la base de

Plus en détail

Avion Mauboussin M-200, moteur Régnier 4CV bat le record des mille kilomètres à 255km/h et piloté par J-J Lallemant le 7 mai 1939.

Avion Mauboussin M-200, moteur Régnier 4CV bat le record des mille kilomètres à 255km/h et piloté par J-J Lallemant le 7 mai 1939. Avion Mauboussin M-200, moteur Régnier 4CV bat le record des mille kilomètres à 255km/h et piloté par J-J Lallemant le 7 mai 1939. Certificat de record de Louis Massotte le 7 janvier 1934. 1 LES ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises A Abattement : L abattement correspond à une diminution forfaitaire de la matière imposable. La fraction représentative de cet abattement est ainsi exclue du calcul de l impôt. L exemple peut être donné

Plus en détail

Rédacteur territorial Rédacteur principal

Rédacteur territorial Rédacteur principal Concours Rédacteur territorial Rédacteur principal Concours externe, interne, 3 e voie et examens professionnels Bruno Rapatout Formateur au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT),

Plus en détail

Chapitre III. Les contrôles effectués sur l Etat employeur

Chapitre III. Les contrôles effectués sur l Etat employeur 69 Chapitre III Les contrôles effectués sur l Etat employeur LES CONTROLES EFFECTUES SUR L ETAT EMPLOYEUR 71 PRESENTATION L Etat employeur a versé en 2008 au régime général 5 331 M de cotisations maladie

Plus en détail

N o 20. Période de publication au Journal officiel du 16 au 31 octobre 2008

N o 20. Période de publication au Journal officiel du 16 au 31 octobre 2008 N o 20 10 novembre 2008 Période de publication au Journal officiel du 16 au 31 octobre 2008 AVIS AUX LECTEURS L ordonnance n 2004-164 du 20 février 2004, relative aux modalités et effets de la publication

Plus en détail

Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master

Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Formations et diplômes Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Diplôme national supérieur d expression plastique (DNSEP) option art Ecole supérieure d art et

Plus en détail

La mobilisation britannique

La mobilisation britannique La mobilisation britannique Les accords avec la France Dès la conclusion de l entente cordiale en 1904, l Angleterre et la France entament des conversations en vue d une coopération militaire en cas de

Plus en détail

VILLE DE TOULON DÉPARTEMENT DU VAR 1.PRESENTATION 2.OBJECTIFS, RECOMMENDATIONS, PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES 3.PLANS DE REFERENCE

VILLE DE TOULON DÉPARTEMENT DU VAR 1.PRESENTATION 2.OBJECTIFS, RECOMMENDATIONS, PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES 3.PLANS DE REFERENCE VILLE DE TOULON DÉPARTEMENT DU VAR ANALYSE ZPPAUP (MARS 2007) 1.PRESENTATION 2.OBJECTIFS, RECOMMENDATIONS, PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES 3.PLANS DE REFERENCE + ANNEXE COMPLEMENTAIRE ZPPAUP APPROUVÉE EN

Plus en détail

L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME TERRITORIAL UNE MUTATION RADICALE

L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME TERRITORIAL UNE MUTATION RADICALE SENS ET COHÉRENCES HUMAINES L'HUMANISME MÉTHODOLOGIQUE Roger NIFLE Panneau d'information - Accueil du site - Télécharger le texte au format PDF - Adobe Acrobat Reader CONCEPTION ET INGÉNIERIE DU TOURISME

Plus en détail

BILAN 2012 du projet de service de la SDBC (1/4) Opérations Réorganisation du BCAC, notamment des entités Air et Marine Transfert de la fonction décor

BILAN 2012 du projet de service de la SDBC (1/4) Opérations Réorganisation du BCAC, notamment des entités Air et Marine Transfert de la fonction décor Réunion de la Commission locale de restructuration du 26 novembre 2013 26/11/2013 Sous-direction des bureaux des cabinets 1 Ordre du jour POINT SUR LES OPERATIONS DE REORGANISATION LIEES AU PROJET DE SERVICE

Plus en détail

14-18 Bruxelles. à l heure allemande Présentation de l exposition

14-18 Bruxelles. à l heure allemande Présentation de l exposition Musée de la Ville de Bruxelles www.museedelavilledebruxelles.be 14-18 Bruxelles à l heure allemande Présentation de l exposition 21.08.2014 03.05.2015 Les réservistes le 29 juillet BRUXELLES DANS LA GRANDE

Plus en détail

Destination Fréjus Catalogue des

Destination Fréjus Catalogue des Destination Fréjus Catalogue des Excursions & séjours Pages de culture Fréjus Coeur d Azur À Fréjus, la culture se révèle, et s exprime au travers de l Histoire et l Art. Elle se dévoile au détour d une

Plus en détail

Table des matières. Première partie. Les compagnies des Indes. Jalons pour une histoire des Compagnies des Indes... 13

Table des matières. Première partie. Les compagnies des Indes. Jalons pour une histoire des Compagnies des Indes... 13 Table des matières Avant-propos..................................................................... 7 Première partie Les compagnies des Indes Chapitre I Les compagnies des Indes. Jalons pour une histoire

Plus en détail

Raconte-moi la Grande Guerre Les Canadiens français

Raconte-moi la Grande Guerre Les Canadiens français Raconte-moi la Grande Guerre Les Canadiens français MATIÈRE : Études sociales NIVEAU : Élémentaire OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES L élève devra utiliser le processus d enquête pour étudier la contribution des

Plus en détail

i o n École supérieure d art de l agglomeration d Annecy École d enseignement supérieur d art de Bordeaux École nationale supérieure d art de Bourges

i o n École supérieure d art de l agglomeration d Annecy École d enseignement supérieur d art de Bordeaux École nationale supérieure d art de Bourges École supérieure d'art d'avignon v i École supérieure d art d Aix-en-Provence École supérieure d art et de design d Amiens École supérieure d art de l agglomeration d Annecy École européenne supérieure

Plus en détail

Archives départementales de l Ain. édition juillet 2007

Archives départementales de l Ain. édition juillet 2007 Archives départementales de l Ain édition juillet 2007 Lieu de mémoire des pays d Ain Les Archives départementales ont été créées sous la Révolution, par la loi du 26 octobre 1796, pour accueillir les

Plus en détail

Le conflit israélo-arabe (de 1948 à nos jours)

Le conflit israélo-arabe (de 1948 à nos jours) ( Di Lella-Marconi- Moualkia) Le conflit israélo-arabe (de 1948 à nos jours) La première guerre israélo-arabe (1948) Depuis la fin du XIXe siècle, un mouvement appelé "sionisme" milite pour la création

Plus en détail

du 8 septembre au 28 novembre 2003

du 8 septembre au 28 novembre 2003 CENTRE D'ARCHIVES DE L'OUTAOUAIS RAPPORT DE STAGE du 8 septembre au 28 novembre 2003 Responsable de stage : Hélène Cadieux Courriel : helene.cadieux@mcc.gouv.qc.ca Céline Saudou 3 ème année HEG-ID Table

Plus en détail

Ce dispositif est à l initiative de la Région dans le cadre du Service Public Régional de Formation Permanente et d Apprentissage.

Ce dispositif est à l initiative de la Région dans le cadre du Service Public Régional de Formation Permanente et d Apprentissage. Les Espaces Territoriaux d Accès aux Premiers Savoirs (ETAPS) Objectifs Les E.T.A.P.S., Espaces Territoriaux d Accès aux Premiers Savoirs, mettent à disposition des jeunes mais aussi des adultes en contrat

Plus en détail

LA DÉFENSE Ses acteurs Ses missions. LES ARMÉES Leurs missions Leurs métiers et spécialités

LA DÉFENSE Ses acteurs Ses missions. LES ARMÉES Leurs missions Leurs métiers et spécialités Sommaire LA DÉFENSE Ses acteurs Ses missions LES ARMÉES Leurs missions Leurs métiers et spécialités LES OPPORTUNITÉS DANS LES ARMÉES Les parcours professionnels Le recrutement Les écoles et formations

Plus en détail

du 7 au 13 avril 2014

du 7 au 13 avril 2014 4 e édition du 7 au 13 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Résidence de l artiste Arnaud Vasseux au sein des Tuileries Monier de Marseille Semaine de l industrie du 7 au 13 avril 2014 Une initiative du Ministère

Plus en détail

«Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers une stratégie commune pour l Europe» DECLARATION DE NAMUR

«Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers une stratégie commune pour l Europe» DECLARATION DE NAMUR PRÉSIDENCE BELGE DU COMITÉ DES MINISTRES DU CONSEIL DE L EUROPE 6 ÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES DU PATRIMOINE CULTUREL (23-24 AVRIL 2015) «Le patrimoine culturel au 21 e s. pour mieux vivre ensemble. Vers

Plus en détail

DEROULE DETAILLE DEFILE AERIEN MOTORISE ET PEDESTRE MERCREDI 14 JUILLET 2010

DEROULE DETAILLE DEFILE AERIEN MOTORISE ET PEDESTRE MERCREDI 14 JUILLET 2010 DEROULE DETAILLE DEFILE AERIEN MOTORISE ET PEDESTRE MERCREDI 14 JUILLET 2010 Animation d'ouverture Défilé aérien d'ouverture Patrouille de France 9 Alphajet Ravitaillement en vol / projection de puissance

Plus en détail

Commune d Ormesson-sur-Marne EDEPOT/ORMESSON

Commune d Ormesson-sur-Marne EDEPOT/ORMESSON Commune d Ormesson-sur-Marne Archives déposées par la commune d Ormesson-sur-Marne. 1810-1997 EDEPOT/ORMESSON Délais de communicabilité : immédiat, 30 ans, 60 ans Gwladys LONGEARD, conservateur stagiaire

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Direction Générale de l Enseignement et de la Recherche Service de l'enseignement technique Sous-Direction des Politiques de Formation et d Éducation Sous-Direction des Établissements, des Dotations et

Plus en détail

Charte d engagement Val de Loire patrimoine mondial de l UNESCO

Charte d engagement Val de Loire patrimoine mondial de l UNESCO Charte d engagement Val de Loire patrimoine mondial de l UNESCO «Cette Charte constitue pour nous, Collectivités du Val de Loire Patrimoine mondial, un engagement solennel vis-à-vis de la Communauté internationale

Plus en détail

LFI EXTRAIT DE LA MISSION : DÉFENSE

LFI EXTRAIT DE LA MISSION : DÉFENSE LFI 2015 - EXTRAIT DE LA MISSION : DÉFENSE Version du 05/01/2015 à 12:06:23 PROGRAMME 212 : SOUTIEN DE LA POLITIQUE DE LA DÉFENSE TABLE DES MATIÈRES Présentation des crédits et des emplois du programme

Plus en détail

Les archives de la Grande Guerre : mise en ligne d un guide

Les archives de la Grande Guerre : mise en ligne d un guide Revue historique des armées 254 2009 Les conséquences militaires des traités de paix Les archives de la Grande Guerre : mise en ligne d un guide Agnès Chablat-Beylot et Amable Sablon du Corail Éditeur

Plus en détail

La place Pierre-Boucher et le parc du Platon. Trois-Rivières ICU 2014 MAG

La place Pierre-Boucher et le parc du Platon. Trois-Rivières ICU 2014 MAG La place Pierre-Boucher et le parc du Platon Trois-Rivières ICU 2014 INTRODUCTION Le projet de réaménagement de la place Pierre- Boucher * et du parc du Platon tient son origine d une vaste réflexion entamée

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Évaluation du diplôme de l École nationale supérieure d'art de la Villa Arson (Nice) DNSEP Option : Art

Section des Formations et des diplômes. Évaluation du diplôme de l École nationale supérieure d'art de la Villa Arson (Nice) DNSEP Option : Art Section des Formations et des diplômes Évaluation du diplôme de l École nationale supérieure d'art de la Villa Arson (Nice) DNSEP Option : Art Novembre 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique PARTIE PERMANENTE Administration Centrale ARRÊTÉ fixant, pour l'armée de terre, la liste des unités et le relevé des actions de feu et de combat à prendre

Plus en détail

Commission Nationale du Cambodge pour l'unesco

Commission Nationale du Cambodge pour l'unesco !"#" $!! Commission Nationale du Cambodge pour l'unesco 2 Résumé analytique Etat partie : Royaume du Cambodge Province : Preah Vihear Nom du bien : Le site sacré du temple de Preah Vihear Coordonnées géographiques

Plus en détail

Ces manifestations sont l occasion pour la France d affirmer le rôle clé

Ces manifestations sont l occasion pour la France d affirmer le rôle clé SALONS ET EXPOSITIONS DE MATÉRIELS Ces manifestations sont l occasion pour la France d affirmer le rôle clé qu elle entend jouer sur l échiquier international à travers l exportation de systèmes de Défense.

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE Direction régionale des affaires culturelles, Provence-Alpes Côte d Azur (DRAC PACA)

MINISTERE DE LA CULTURE Direction régionale des affaires culturelles, Provence-Alpes Côte d Azur (DRAC PACA) MINISTERE DE LA CULTURE Direction régionale des affaires culturelles, Provence-Alpes Côte d Azur (DRAC PACA) Formation des enseignants référents culture de l académie de Nice - 2 juin 2017 Le Nomade de

Plus en détail

Thème 2. Chapitre 1. La France en villes

Thème 2. Chapitre 1. La France en villes REPERES SPATIAUX ET CHRONOLOGIQUES CONNAISSANCES NOTIONS ET VOCABULAIRE Thème 2. Chapitre 1. La France en villes GEOGRAPHIE, THEME 2, CHAP.1. La France en ville. Lire le cours du manuel p. 104, 106, 108

Plus en détail

Jeudi 11 juin 2015 13h30-18h

Jeudi 11 juin 2015 13h30-18h Le Plan de Cohesion Sociale et le Service Emploi communal de Saint-Nicolas ainsi que son Echevine Mademoiselle Valérie Maes vous invitent à participer au 1er Salon de l Emploi et de la Formation à Saint-Nicolas

Plus en détail

LES ARCHISTORIENS Le Castillet, un bastion dans la ville

LES ARCHISTORIENS Le Castillet, un bastion dans la ville Musée catalan des arts et traditions populaires la Casa Pairal Joseph Deloncle Le Castillet Place de Verdun, 66000 Perpignan Tél : 04 68 51 50 46 courriel : deloncle.jacques@mairie-perpignan.com LES ARCHISTORIENS

Plus en détail

OPINION DE L ASSOCIATION DES ARCHITECTES PAYSAGISTE DU QUÉBEC SUR LE PROJET DE PLAN DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DU MONT ROYAL

OPINION DE L ASSOCIATION DES ARCHITECTES PAYSAGISTE DU QUÉBEC SUR LE PROJET DE PLAN DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DU MONT ROYAL OPINION DE L ASSOCIATION DES ARCHITECTES PAYSAGISTE DU QUÉBEC SUR LE PROJET DE PLAN DE PROTECTION ET DE MISE EN VALEUR DU MONT ROYAL Présenté à la consultation publique de l Office de la consultation publique

Plus en détail

CHAPITRE II LES ETATS UNIS D AMERIQUE UN NOUVEAU MONDE? 1. Les 13 colonies Problématique

CHAPITRE II LES ETATS UNIS D AMERIQUE UN NOUVEAU MONDE? 1. Les 13 colonies Problématique CHAPITRE II LES ETATS UNIS D AMERIQUE UN NOUVEAU MONDE? 1. Les 13 colonies Problématique Synthèse ( voir repères 114) Depuis le XVIIème siècle les colons européens se sont installés sur la côte Atlantique

Plus en détail

Communiqué de presse. Le parc hôtelier français a gagné 4 600 chambres en 2012. En résumé. Pauline Florentin. Contacts

Communiqué de presse. Le parc hôtelier français a gagné 4 600 chambres en 2012. En résumé. Pauline Florentin. Contacts Communiqué de presse Contacts Pauline Florentin Agence Rumeur Publique + 33 (0)1 55 74 52 10 pauline@rumeurpublique.fr Le parc hôtelier français a gagné 4 600 chambres en 2012 En résumé Début 2013, le

Plus en détail

Journal d un soldat de la Première Guerre mondiale 10 e année : Histoire du Canada depuis la Première Guerre mondiale

Journal d un soldat de la Première Guerre mondiale 10 e année : Histoire du Canada depuis la Première Guerre mondiale Journal d un soldat de la Première Guerre mondiale 10 e année : Histoire du Canada depuis la Première Guerre mondiale Vue d ensemble Tous les plans de leçons des Archives publiques de l Ontario comportent

Plus en détail

Sommaire du BOC n 54 du 10/12/2015

Sommaire du BOC n 54 du 10/12/2015 TEXTES SIGNALES Sommaire du BOC n 54 du 10/12/2015 Journal Officiel 2015. 6 novembre ARRÊTÉ fixant le contenu du dossier et les modalités de détermination de l usage futur d un terrain devant faire l objet

Plus en détail

Commission d étude sur la gestion de la forêt publique québécoise

Commission d étude sur la gestion de la forêt publique québécoise Document de propositions présenté à la Commission d étude sur la gestion de la forêt publique québécoise par le Présenté par le département de technologie forestière Juin 2004 Yvette Jean Bernier, ing.

Plus en détail

PLAN DE MODERNISATION ET DE DEVELOPPEMENT DE L INSPECTION DU TRAVAIL

PLAN DE MODERNISATION ET DE DEVELOPPEMENT DE L INSPECTION DU TRAVAIL Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère délégué à l emploi, au travail et à l insertion professionnelle des jeunes PLAN DE MODERNISATION ET DE DEVELOPPEMENT DE L INSPECTION

Plus en détail