CENTRE AFRICAIN D'ETUDES SUPERIEURES EN GESTION (CESAG) MASTER EN BANQUE ET FINANCE Option :Marchés financiers et Finance d'entreprise MBF THEME:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE AFRICAIN D'ETUDES SUPERIEURES EN GESTION (CESAG) MASTER EN BANQUE ET FINANCE Option :Marchés financiers et Finance d'entreprise MBF THEME:"

Transcription

1 CENTRE AFRICAIN D'ETUDES SUPERIEURES EN GESTION (CESAG) MASTER EN BANQUE ET FINANCE Option :Marchés financiers et Finance d'entreprise MBF THEME: ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES: APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH FISHER AU CAS DE ECO BANK SENEGAL Réalisé par : Désiré Bossou Directeur de mémoire : Monsieur Gilles Morisson Responsable du pôle Afrique Subsaharienne et Océanie de L'Institut Bancaire et Financier International de la B11nque de France M0168MB i 1

2 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH FISHER AU CAS DE ECO BANK SENEGAL REMERCIEMENTS A mes parents, mes frères et sœurs, dont le soutien et l'amour, m'ont été très précieux tout au long de la réalisation de ce mémoire. A Gilles MORISSON La spontanéité avec laquelle vous avez accepté de diriger ce mémoire ainsi que votre entière disponibilité en dépit de vos multiples occupations, vos précieux conseils et remarques nous ont permis de mener à bien ce travail de recherche. Trouver ici l'expression de notre profonde gratitude. Au Professeurs du CESAG en général et du PROGRAMME DE MASTER EN BANQUE ET FINANCE en particulier, qui par leur enseignement ont contribué efficacement à notre formation et à notre succès. Nos sincères gratitudes. Notre profonde reconnaissance : A Monsieur Julien KOFFI, Directeur du département de la Trésorerie et des Institutions Financières de ECOBANK SENEGAL; A Monsieur El hadji Mamadou FAYE, Chef service au département de la Trésorerie et des Institutions Financières de ECOBANK SENEGAL; A Monsieur Diawadou BAH, Responsable des ventes au département de la Trésorerie et des Institutions Financières de ECOBANK SENEGAL; Au Professeur Boubacar BAIDARI, Chef du PROJET MASTER BANQUE ET FINANCE du CESAG; A Monsieur Aboudou OUATTARA, Enseignant en FINANCE au PROGRAMME DE MASTER EN BANQUE ET FINANCE du CESAG; A Monsieur Mamadou LEYE ; A Madame Chantal OUEDRAOGO. Désiré BOSSOU 6ième Promotion Master Banque Finance- CESAG DAKAR- 2007

3 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES :APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH LISTES DES SIGLES ET ABREVIATIONS APT :Arbitrage Pricing The01-y CAD : Dollar canadien CESAG :Centre Africain d'etudes Supérieures en Gestion CF A : Communauté Financière Africaine CHF : Franc suisse EFP : Exigence de Fonds Propres ETI : Ecobank Transnational Incorporated GBP : Livre sterling MEDAF: Modèle d'evaluation Des Actifs Financiers. ONG : Organisation Non Gouvernementale PDF : Probability Density Fonction PME : Petites et Moyenne Entreprises PMI : Petites et Moyenne Industries SEC : Securities and Exchange Commission USD : Dollar américain VaR : Value at Risk LISTE DES TABLEAUX, GRAPHIQUES ET ENCADRES Figure 1: Différentes approches pour la détermination de la VaR Figure 2: Evolution du cours dollar canadien contre le franc CFA Figure 3: Evolution du cour du franc Suisse contre le franc CF A Figure 4: Evolution du cours de la livre sterling contre le franc CF A Figure 5: Evolution du cour du dollar américain contre le franc CFA Tableau 1 : Interprétation du Skewness et du Kurtosis Tableau 2: Comparaison des principales méthodes de calcul de la VaR Tableau 3: moyenne des positions de change dans diverses devises Tableau4 :Distribution des rendements des principales devises du portefeuille d'ecobank Sénégal Tableau 5: Caractéristiques de l'évolution des devises Tableau 6 :Calcul des VaR Tableau 7:Calcul des VaR et détermination des exigences de fonds propres Encadré 1 : Distribution de la loi normale Encadré 2: Test de la normalité des rendements d'une devises Désiré BOSSOU - 6'ème Promotion Master Banque Finance CESAG DAKAR- 2007

4 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH FISHER AU CAS DE ECO BANK SENEGAL SOMMAIRE Introduction... 1 Première partie: La Value at Risk, une mesure du risque pour les banques L'approche Value at Risk et ses caractéristiques L'utilisation des modèles VaR et leurs limites Deuxième partie : Mesure de 1' exposition au risque de change de ECO BANK Sénégal : Application de 1' approche V ar Il L'enjeu de la mesure du risque de change pour ECO BANK Sénégal Détermination de la VaR d'un portefeuille de devises d'ecobank Conclusion Bibliographie Table des matières Désiré BOSSOU- 6tème Promotion- Master Banque Finance- CESAG DAKAR- 2007

5 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH INTRODUCTION Depuis le milieu du 20ième siècle plusieurs méthodes de mesures du risque ont été développées par les chercheurs en gestion de portefeuille depuis la théorie de la diversification de portefeuille de Markowitz jusqu'à la méthode de la Value at Risk développée par la banque américaine JP Morgan. Jusqu'à la fin des années 1980, les méthodes utilisées pour mesurer et gérer les risques de marché n'étaient adaptées qu'à des produits spécifiques. Il était alors impossible de faire une analyse comparative des risques dans une même salle de trading. En effet, L'accroissement de la volatilité des marchés financiers, le développement spectaculaire des produits dérivés et, surtout, une série de désastres, dont les plus connus sont ceux de la banque Baring, de Metallgesellschaft, de la banque Daiwa et du Comté d'orange aux Etats-Unis, ont poussé les institutions financières à rechercher un indicateur global et synthétique des risques financiers. Naturellement présentes sur les marchés de fonds prêtables et de change, les banques le sont aussi sur les marchés de matières premières où les risques de prix sur les produits de base sont plus complexes et plus volatils que ceux sur les devises et les taux d'intérêt. En effet, les marchés des matières premières sont moins liquides que ceux des devises, des taux d'intérêt et des actions. Par conséquent toute variation de l'offre et de la demande peut avoir des effets importants sur les prix et leur volatilité. C'est pourquoi, les risques liés à la détention de produits de base et à la prise de positions sur les produits de base par les banques doivent être couverts par des fonds propres. Les produits de base ( commodities) sont des produits physiques qui sont, ou peuvent être, négociés sur un marché secondaire international. Il était donc devenu primordial que de nouvelles techniques de gestion globale des risques voient le jour face à une volatilité de plus en plus forte des marchés financiers, à une complexité et un volume croissant des produits financiers négociés. En avril 1993, le Comité de Bâle pour le contrôle bancaire a diffusé un document intitulé «Traitement prudentiel des risques de marché» en invitant les banques et autres participants des marchés des capitaux à lui faire part de leurs commentaires. Ce document exposait un dispositif destiné au calcul des exigences de fonds propres correspondant aux risques de marché encourus par les banques, définis comme risques de pertes, sur les positions de bilan et de hors bilan, consécutive aux fluctuations des taux, cours et prix du marche. a Les risques pris en compte par le dispositif proposé étaient les suivants: a) risques liés, dans le portefeuille de négociation, à la détention de titres de créance, titres de propriété et contrats de hors bilan liés à ces deux catégories de titres; b) risque de change. Le Comité a maintenant décidé d'y ajouter le risque sur produits de base. Désiré BOSSOU- 6ième Promotion Master Banque Finance CESAG DAKAR- 2007

6 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES : APPLICA Tl ON DE L'EXPANSION DE CORNISH Les propositions publiées en avril 1993 envisageaient de mettre en place une méthodologie standardisée de mesure des risques de marché déterminant des exigences de fonds propres au regard des positions ouvertes. Les commentaires reçus des banques et des intervenants ont souligné certains aspects qui méritaient, selon le Comité, d'être examinés avec beaucoup de soin. Pour résumer: les propositions n'incitaient pas suffisamment à améliorer les systèmes de gestion des risques parce qu'elles n'admettaient pas les techniques les plus précises de mesure la méthodologie avancée ne prenait pas assez en compte les corrélations et effets de portefeuille entre instruments et marchés; en général, elle faisait trop peu de cas des avantages de la diversification des risques le dispositif n'était pas suffisamment compatible avec les systèmes de mesure mis au point par les banques. En examinant les commentaires, le Comité a tenu compte du fait que les pratiques bancaires de gestion des risques ont notablement évolué depuis les premières propositions, au début des années 90. Il est notamment conscient qu'il est nécessaire de s'assurer que les réglementations prudentielles ne freinent pas le développement de saines techniques de gestion en créant des incitations perverses. De nombreuses banques ont fait valoir que leurs propres modèles permettaient une mesure bien plus précise des risques de marché et ont en outre souligné que l'obligation d'un double calcul serait pour elles la source de chevauchements coûteux. C'est pourquoi, en juillet 1993, le Groupe des 30, constitué de représentants de l'industrie financière et des autorités de surveillance recommandait de quantifier les risques par une mesure uniforme appelée Value-at-Risk (VaR). Cette recommandation a été très largement suivie puisque la V ar est devenue, en quelques années, un standard pour l'évaluation des risques financiers. En Afrique, les nouvelles exigences réglementaires découlant de Bâle lib, la législation contre le blanchiment de l'argent et la lutte contre le terrorisme, sont autant de contraintes b Ces normes ou accords de Bâle Il, qui se réfère à l'ensemble des normes internationales visant à améliorer la qualité du système bancaire, remplacent ceux énoncés par le Comité de Bâle (Bâle I) de la Banque des règlements internationaux en Bâle I a en effet établi les exigences minimales en matière de fonds propres afin de mieux encadrer le risque de crédit à l'intention des autorités de réglementation nationales et des banques exerçant des activités à l'échelle internationale. Aux termes des nouveaux accords, le comité de Bâle II ajoute un nouvel ensemble de recommandations relatives à la prise en compte des risques de marché et à une mesure plus pertinente du risque de crédit, avec en particulier la prise en compte de la qualité de l'emprunteur, par l'intermédiaire d'un système de notation interne propre à chaque institution financière. Les recommandations de Bâle Il s'appuient sur trois types d'obligations ou piliers: l'exigence de fonds propres; la procédure de surveillance de la gestion des fonds propres et la discipline du marché (transparence dans la communication des banques) Désiré BOSSOU- 6ième Promotion- Master Banque Finance- CESAG DAKAR- 2007

7 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES : APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH FISHER AU CAS DE ECO BANK SENEGAL ou de pressions qui s'exercent particulièrement sur les banques et institutions financières. L'ensemble de ces réglementations nouvelles a sans nul doute une grande influence sur l'exercice du métier de la banque et de la finance en Afrique. Les banques africaines ne sont pas toujours outillées pour faire face à ces défis et pressions réglementaires. Mieux, elles doivent désormais intégrer dans 1' exercice du métier une nouvelle culture du risque, ce qui nécessitera la compréhension des concepts mathématiques et statistiques sousjacents auxquels la profession n'était pas habituée. D'où le besoin non seulement de formation dans ces domaines, mais aussi et surtout d'études pratiques utilisant ces outils en adéquation avec les nouvelles normes de Baie II. L'objectif général de cette étude est d'appréhender et d'analyser l'exposition au risque de change de ECOBANK- SENEGAL en mettant en relief, la perte maximale que la banque peut encourir sur chaque devise. Pour cela, nous définirons les objectifs spécifiques ci après : Analyser l'évolution des taux de change en FCFA des principales devises du portefeuille Caractériser la nature de la distribution des rendements du cours des devises. Déterminer la Value at Risk (VaR) de chaque devise selon l'hypothèse de normalité et celle d'une distribution corrigée. Fournir aux autorités de ECOBANK SENEGAL une mesure, aux normes internationales, du niveau de risque encouru par leur portefeuille de devises ainsi que 1' exigence en fonds propre pour la couvrir. A ces objectifs spécifiques nous allons associés les hypothèses ci-dessous : Les devises principales en portefeuille d'ecobank (le dollar américain, le dollar canadien, le franc suisse, la livre sterling) ont une évolution, non constante sur la période de 2004 à La distribution des rendements du cours des devises ne suit pas la loi normale L'écart entre la Value at Risk des devises pris individuellement et celle du portefeuille est significative. Le niveau de risque encouru par le portefeuille de devises de ECOBANK SENEGAL est négligeable par rapport au fonds propres pour la couvrir Désiré BOS SOU- 6'ème Promotion- Master Banque Finance- CESAG DAKAR- 2007

8 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES : APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH Dans ce travail qui s'articulera essentiellement autour de deux parties, nous nous intéresserons exclusivement au risque de taux de change à travers la méthode de la Value at Risk (V ar). Dans la première partie nous présenterons à travers une revue de littérature, l'approche V ar du point de vue théorique en exposant les méthodes de calculs de cette dernière. Ensuite nous mettrons l'accent sur les domaines d'utilisation de la VaR ainsi que sur les précautions qu'il faut prendre lors de son utilisation et les avantages et les inconvénients de cette approche. Puis enfin nous aborderons l'analyse de la VaR dans le cas où les rendements du portefeuille ne sont pas normalement distribués à travers le phénomène des "queues épaisses." Dans la deuxième partie nous procéderons à 1 'estimation de la Value at Risk à travers la constitution d'un portefeuille de devises composé de devises dans lesquelles ECOBANK - SENEGAL fait le plus de transactions. Ce portefeuille fera l'objet d'étude tout au long du reste de notre travail. En effet, il s'agira non seulement, d'étudier les rendements de chacune des devises composant ce portefeuille à fin de connaître ses caractéristiques et de déterminer la méthode la plus adéquate pour procéder à l'estimation de la Value at Risk, compte tenue de nos objectifs et de nos contraintes, mais aussi, d'analyser les résultats et de procéder à leurs interprétations afin de faire des recommandations pour une meilleure gestion du risque de change à ECO BANK - SENEGAL Désiré BOS SOU 6ième Promotion Master Banque Finance CESAG DAKAR- 2007

9 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES. APPLICATION DEL 'EXPANSION DE CORNISH PREMIERE PARTIE LA VALUE AT RISK, UNE MESURE DU RISQUE POUR LES BANQUES Désiré BOSSOU- 6'eme Promotion Master Banque Finance CESAG DAKAR

10 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES : APPLICA Tl ON DE L'EXPANSION DE CORNISH 11 L'approche Value at Risk et ses caractéristiques Aperçu historique de l'approche Value at Risk Aperçu historique des méthodes de calcul du risque d'un portefeuille Les mesures du risque ont bien évolué depuis que Markowitz a avancé sa célèbre théorie de la diversification de portefeuille à la fin des années 1950, qui a révolutionné la gestion de portefeuille. L'écart type était alors la mesure du risque d'un titre individuel. Mais pour un portefeuille, cette mesure n'est pas appropriée. En effet, dans le cas d'un portefeuille, le risque prend compte la covariance de chaque titre avec celui des autres titres qui constituent un portefeuille bien diversifié. L'écart type du rendement d'un titre comprend les risques diversifiable et non diversifiable. Mais, Seul le risque non diversifiable est rémunéré par le marché et ce risque est représenté par la covariance entre les rendements des titres qui constituent le portefeuille. Les théories du risque qui ont emboîté le pas à celle de Markowitz se sont attachées, non seulement, aux facteurs qui déterminent le risque d'un titre, mais aussi à l'équilibre des marchés financiers. Durant les années 1960, Sharpe a proposé le modèle d'évaluation des actifs fmanciers, MEDAF ou le CAPM en anglais. Ce modèle est mono factoriel en ce sens qu'il ne distingue qu'un seul facteur explicatif du risque d'un titre. C'est ce qu'on appelle le risque systématique ou encore risque de marché du titre, catégorie du risque qui n'est pas diversifiable. Au milieu des années 1970 est apparu un autre modèle du risque basé sur l'absence d'arbitrage : l'apt, acronyme de l'expression : Arbitrage Pricing Theory. Ce modèle reconnaît que le risque est un phénomène multidimensionnel qui s'explique par plusieurs facteurs. Le modèle APT est donc multifactoriel. Mais, l'une des faiblesses de ce modèle est qu'il reste muet quant à 1' identité des facteurs qui déterminent les rendements des titres. Récemment une mesure absolue du risque était proposée : la VaR Cet acronyme, Value at Risk désigne une mesure qui s'implante de plus en plus dans la gestion des institutions financières. Qui plus est, cette mesure permet d'évaluer les risques de type asymétrique, comme celui qui est associé aux options qui permettent par exemple de limiter la perte à laquelle l'on est exposé quand le sous jacent évolue à la baisse et d'avoir un gain illimité quand le sous jacent évolue à la hausse. Désiré BOSSOU- 6ième Promotion- Master Banque Finance CESAG DAKAR

11 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES :APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH Aperçu historique de la méthode VaR Selon Paul Glasserman, trois événements ont concouru à l'adoption généralisée de la VaR par le secteur financier et un autre a favorisé son développement dans les entreprises américaines. Le premier événement date de Réunis en comité à la Banque des règlements internationaux à Bâle, les représentants des banques centrales de dix grandes économies ont proposé de nouvelles règles (amendant l'accord de Bâle de 1988), imposant aux établissements financiers un niveau de fonds propres proportionnel aux risques résultant de leurs engagements. Officiellement adoptée en 1996, cette proposition a incité les banques à développer des systèmes internes sophistiqués pour calculer leurs VaR. En effet, elles pouvaient ainsi espérer une diminution des fonds propres qu'elles devraient détenir par rapport aux banques qui se fondaient sur les normes édictées par les autorités de tutelle pour déterminer leurs besoins. Ainsi, dès le départ, la recherche d'un allègement des obligations réglementaires a été un important facteur de croissance de la VaR. Le deuxième événement s'est produit sur Internet. En 1994, la banque américaine JP Morgan a mis gratuitement son système RiskMetrics à la disposition de tous sur Internet. RiskMetrics, repris depuis par une société commune avec Reuters, le groupe d'information financière, fournissait les données financières et la méthodologie nécessaire au calcul de la VaR d'un portefeuille. Les autres établissements fmanciers et les entreprises pouvaient utiliser le calculateur de VaR de RiskMetrics ou télécharger les données sur leurs propres systèmes de gestion des risques. Très vite sont apparus de nouveaux fournisseurs de programmes de gestion des risques exploitant RiskMetrics, transformant cette méthodologie en référence incontournable. Le troisième événement a probablement eu moins d'impact à ce jour, mais c'est l'un des grands facteurs d'expansion de la VaR parmi les entreprises américaines. En 1997 aux Etats-Unis, la Securities and Exchange Commission (SEC), préoccupée des risques cachés derrière les instruments hors bilan, a émis des règles de communication relatives aux produits dérivés employés par les entreprises. Ces règles ont des solutions pour faire état des risques associés aux instruments dérivés, notamment le tableau des valeurs de marché, la mesure de sensibilité ou VaR. C'est entre autres, la raison pour laquelle les rapports annuels de Microsoft, de Philip Morris et de bien d'autres grandes sociétés présentent maintenant des calculs de la V ar Notion de VaR La Value-at-Risk ou la Valeur en Risque ou Valeur Exposée au Risque est un concept récent apparu aux Etats-Unis dans les années 1980 et qui est devenu très rapidement le modèle de référence de la mesure et du contrôle des risques de marché pour les banques. Désiré BOSSOU- 6ième Promotion- Master Banque Finance CESAG DAKAR

12 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES :APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH Selon Engle et Manganelli (2001), la Value-at-Risk est définie comme la perte maximale potentielle qui ne devrait être atteinte qu'avec une probabilité donnée sur un horizon temporel donné. Cette définition très simple, constitue l'un des principaux attraits de la Value-at-Risk. Il est en effet très facile de communiquer sur la VaR et ainsi d'en proposer une mesure homogène et générale (quelque soit la nature de l'actif, la composition du portefeuille etc.) de l'exposition au risque. Ainsi, la Value-at-Risk est devenue, en moins d'une dizaine d'années, une mesure de référence du risque sur les marchés financiers, consacrée notamment par la réglementation prudentielle définie dans le cadre des accords de Bâle II. Au début des années 1990, la banque américaine JP Morgan a mis au point une méthode d'estimation de la VaR. Le principe consiste à résumer le risque affectant un portefeuille en une mesure unique et directement interprétable. Plus précisément, la VaR vise à quantifier, dans un intervalle de confiance pré spécifié, qui est habituellement 95% ou 99%, la perte potentielle que peut subir une banque sur une position donnée, un portefeuille, ou sur l'ensemble de ses activités, sur une courte période de temps qui est habituellement cinq ou dix jours ouvrés dans des conditions de marché dites«normales». D'après A.Louis Calvet [2000], la VaR d'un portefeuille d'actifs financiers correspond au montant de pertes maximum sur un horizon de temps donné, si l'on exclut un ensemble d'évènements défavorables (worst case scénarios) ayant une faible probabilité de se produire. Berdin et Hyde [200 1] apporte une définition plus exhaustive du concept de la V ar. En effet, Berdin et Hyde définissent la VaR comme étant la mesure qui fourni une estimation de la perte potentielle sur un actif ou un portefeuille qui peut survenir avec une probabilité donnée suite à des mouvements de prix ou de taux relativement adverses, sous l'hypothèse que pendant une période de temps (l'horizon de la VaR) la composition du portefeuille reste inchangée. A 1' aide du concept VaR, on peut ainsi exprimer en un seul chiffre la «valeur en risque» d'un portefeuille, même si celui-ci est composé de plusieurs classes d'actifs (actions, obligations, options, devises). En fonction du chiffre obtenu, de la valeur du portefeuille et de l'aversion au risque de l'investisseur, on peut dire si le portefeuille est trop risqué ou non risqué. A cet effet, pour déterminer le risque d'un portefeuille, il faut : Des données de base: il s'agit des Variables de marché, qui constituent les facteurs de risque ayant une incidence sur la valeur des différentes positions du portefeuille. Les facteurs de risque sont généralement divisés en grandes catégories notamment le taux d'intérêt, le cours de change, le prix des actions et produits de base, la volatilité des options correspondantes Désiré BOSSOU- 6ième Promotion- Master Banque Finance CESAG DAKAR

13 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES : APPLICA Tl ON DE L'EXPANSION DE CORNISH Ensuite des paramètres de mesure, notamment, la période de détention au cours de laquelle la valeur des positions peut changer; la période d'observation, qui est l'horizon temporel pendant lequel les variables à risque ont été observées; et de l'intervalle de confiance définissant le niveau de protection jugé prudent. Contrairement aux données relatives aux positions et aux variables, qui sont en principe exogènes, ces paramètres ont un caractère discrétionnaire, puisqu'ils peuvent dépendre, par exemple, du niveau de protection défini dans le modèle. Enfin, le traitement des données : A partir des données (position de change par exemple), le modèle VaR calcule, la variation potentielle de valeur découlant de fluctuations définies des facteurs de risque qui y sont liés. Les modifications de valeur sont ensuite agrégées en tenant compte des corrélations observées par le passé, à des degrés divers, entre les différents facteurs de risque soit au niveau d'un portefeuille délimité, soit sur 1' ensemble des activités de négociation de 1' établissement. Les évolutions des facteurs de risque et leurs corrélations sont mesurées sur la période d'observation définie par la banque pour saisir au mieux, en fonction de sa stratégie globale, les conditions du marché L'étape critique dans la détermination de la VaR est l'obtention de la distribution des changements de valeur du portefeuille, c'est-à-dire des gains et des pertes potentiels. Cette distribution peut être obtenue de trois façons : Une première approche dite «matrice variance-covariance» 1 consiste à supposer que les variables financières suivent des distributions normales. Le calcul de la V ar se trouve alors simplifié car il dépend uniquement des valeurs espérées et de la matrice variance covariance des facteurs de risque. Une deuxième méthode d'estimation dite méthode Monte-Carlo, utilise une modélisation aléatoire des facteurs de risque et simule un grand nombre de trajectoires possibles de ces facteurs. Le portefeuille est ensuite réévalué chaque fois et une distribution des gains et des pertes est obtenue. La troisième technique utilise la simulation historique, qui consiste à réévaluer le portefeuille à l'aide de scénarios passés du marché. Ces trois méthodes seront amplement étudiées dans les sections à venir de ce chapitre. 1 L'approche de la matrice variance-covariance est celle qu'a adoptée RiskMetrics pour calculer la VaR. Désiré BOS SOU- 6ième Promotion- Master Banque Finance CESAG DAKAR

14 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES. APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH FISHER AU CAS DE ECO BANK SENEGAL Les différentes approches pour la détermination de la VaR Il existe deux méthodes ou deux a~proches pour obtenir la VaR à partir des distributions des probabilités ou des rendements d'un portefeuille d'actifs : Approche générale ou non paramétrique La première approche est qualifiée de générale ou non paramétrique. Elle est fondée sur la connaissance la distribution empirique des rendements du portefeuille. Dans ce cas on peut obtenir la VaR à partir du percentile (zq) correspondant à la probabilité et à la loi de distribution des rendements. L'approche générale regroupe deux méthodes d'estimation de la VaR : la méthode de simulation historique, et la méthode de simulation Monté Carlo. Approche paramétrique La deuxième approche est 1' approche paramétrique, dans laquelle on ne connaît pas la distribution empirique des rendements, mais plutôt, une distribution paramétrique qui s'ajuste le plus possible aux données. Cette approche inclus la méthode analytique de matrice variance covariance pour calculer la Value at Risk. La caractéristique essentielle de l'approche paramétrique est la supposition ou l'hypothèse faite concernant la fonction de densité des probabilités des rendements (PDF\ En pratique, la plus facile et la plus fréquente hypothèse est que cette fonction correspond à une distribution normale. Cette hypothèse simplifie considérablement J'estimation de la VaR. Approche paramétrique: Cas d'une distribution normale des rendements Pour mieux comprendre le concept de la VaR, faisons l'hypothèse simplificatrice d'un portefeuille composé d'un seul actif quelconque A, on peut définir la perte de cet actif sur la période [0, t] comme étant : Po. 1 A o- A 1 Selon Esch, Kieffer et Lapez [1997] et Jorion [2000], la VaR de l'actif en considération, pour une durée t et un niveau de probabilité q se définit comme le montant de perte attendue de façon que ce montant, pendant la période [0, t], ne devrait pas être plus important que la VaR qu'avec une probabilité de (1-q). 2 En pratique, les chercheurs travaillent avec les rendements au lieu des prix parce qu'ils présentent des propriétés statistiques plus attractives (voir Longerstaey et Al p46) 3 Probability Density Function Désiré BOSSOU 6ième Promotion- Master Banque Finance CES AG DAKAR

15 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES. APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH Autrement dit: Pr [Pt> VaR]= 1-q ou alternativement: Pr [Pt5: VaR} q Faisons aussi l'hypothèse que la distribution des cours de l'actif A suit une loi normale, entièrement caractérisée donc par sa moyenne (rendement espéré) et son écart type (volatilité du titre A). Il est important à fin de cerner le concept d'exposition au Risk et de mieux comprendre la méthode VaR, de comprendre le concept de distribution normale que nous nous permettant de rappeler si dessous : Encadré 1 : Distribution de la loi normale. ;;... Un petit rapoel technique : Cette distribution est aussi appelée loi de Laplace-Gauss. On dit qu'une distribution suit la loi Nornmle, quand elle a J'niJure d'une court>e en cloche. En statistique. on admet souvent qu'une bonne partie des systèn11es cotnplexes obéissent plus ou n10ins à cette loi. et c'est pnrticulièrernent vrai pour les systèmes vivants pour autant qu'une perturbation significative n'y soit pas introduite. La supposition la plus sinlplifkattice que l'on puisse faire est de considérer cette distribution nonnole co1nme centrée-réduite, à savoir avec une moyenne de 0 et un écart-type de J. Cette loi. connnunément appelé NCO; J ), peut êtn! représentée de la manière suivante, considération faite d't n seuil de confiance de 9!'1% ; ~~ Z 1 = -~ ~ ~-u ~ [)e cette illustration, nous pouvons comprendre que si nous admettons être en présence d'une distribution nonnale centrée-réduite sylnétrique, nous avons 2.5% de "chance" d'obtenir un tirage supérieur à 1.96 ou infé ieur à Inversetnent. si nous souhaitons considérer l'intervalle assinù.lable à ce niveau de probabilité, nous trouverons par inversion (-1.96 ; 1.96]. Nous avons précédemment définit la V ar comme étant mathématiquement : Pr [ P, '!S. VaR} = q Pt étant la perte sur le titre à 1 'instant t. Le centrage et la réduction de cette relation nous donnent : P,- E(P,} VaRq-E(P,)] h s =q ( a(p,) a(p,j On peut défmir donc: VaRq-E( P,) a ( P, j D'où nous pouvons calculer la VaR comme étant: Désiré BOSSOU - 6ième Promotion Master Banque Finance CESAG DAKAR

16 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES : APPLICA Tl ON DE L'EXPANSION DE CORNISH VaR q = E ( P, ) + Zq a ( P, ) Plus généralement et pour un horizon t supérieur à une journée on peut définir la VaR comme étant: VaR= valeur du marché de la pas ilion x volatilité dufacreur de risque x v'r Pour deux actifs, il faut tenir compte de la corrélation entre risques. Considérons deux actifs corrélés : VaRl =valeur en risque de l'actif 1 VaR2= valeur en risque de l'actif2 P12 =coefficient de corrélation entre 1' instrument 1 et instrument 2 Dans le cas notre étude, nous avons quatre actifs. On a donc : V arp VaR?+ VaR/+ VaR3 2 + VaR?+ 2 PizVaRIVaRz + 2 p13varivar3 + 2 PI4VaR,VaRt + 2 Pz3VaRzVaR3 + 2 Pz4VaRzVaRt + 2 P34VaR3VaRt Approche paramétrique : Cas d'une distribution des rendements autre que celle suivant la loi la normale : problème des queues épaisses (fat tails) Dans la réalité il est très rare que la distribution des rendements d'un portefeuille de titres soit une distribution normale, l'utilisation de la distribution normale dans les sections précédentes avait essentiellement pour objectif de simplifier les calculs et de mieux comprendre le concept, mais dans la réalité il en est autrement. Ainsi, deux paramètres de la distribution des rendements sont de toute première importance pour calculer la VaR. Le premier paramètre est le coefficient d'asymétrie ou le Skewness et il mesure le degré d'asymétrie de la distribution. Il se définit comme suit : ( Jij/ cl)= E {(X-ji) J 11 (V(:t)) 112 = E { ( ;t;-j.i) 3 11 (a 2 } 312 Désiré BOSSOU- 6ième Promotion- Master Banque Finance- CESAG DAKAR

17 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES: APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH FISHER AU CAS DE ECO BANK SENEGAL où E (.)est l'espérance et V(.) la variance. E, dans les petits échantillons, est estimée par les moyennes arithmétiques des réalisations de la variable aléatoire : Où Il est estimé par x et Test le nombre d'observations. Par ailleurs, on estime cr 2 par : 1\. ce qui nous donne le Skewness : s = ( JnJ r.l r xt-.;: 1 1 rcll'2 1 De façon simplifiée, posons : On a: Il?, = Efx- E(x)] 3 L:(xt- xi!t3 ==--=-- T D'où: s = L:Cxt- xy a 3 T J,t3 correspondant au moment centré d'ordre 3 cr, correspondant à l'écart type x les rendements T, le nombre d'observations. Le deuxième paramètre d'une distribution que l'on doit connaître est le coefficient d'aplatissement ou le Kurtosis (k). Comme son nom l'indique, le coefficient d'aplatissement d'une distribution mesure son degré d'aplatissement. Il est associé à l'épaisseur des queues (tails) de la distribution. On le définit comme suit: p.4l d 1 = E [ (x- fj / f 1 ( V(x Jl = E [( x-fj ) 4 J 1 ( if / Désiré BOSSOU- 6'ème Promotion Master Banque Finance- CESAG DAKAR

18 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH Dans la pratique on estime ce coefficient de la façon suivante: l'espérance E est estimée par la moyenne de l'échantillon, c'est à dire: E [ (x- p. t 1 = L (x,-~ r' 1 T =,U 4 Ainsi, le Kurtosis est: K = (1 1 T) [ L (x,-; l 1 (if/ 1 De façon simplifiée, posons : K=l-4 <l On a: K = E[x-- E(r)] (o-1i 1\ Efx- E(x)! == =L:=-(_x.t_-_X)_ T D'où: J.L4 correspondant au moment centré d'ordre 4 a, correspondant à l'écart type x les rendements T, le nombre d'observations. L'interprétation des coefficients ci-dessus exposés se résume dans le tableau ci-dessous : Désiré BOS SOU- 6ième Promotion- Master Banque Finance- CESAG DAKAR

19 ESTIMATION DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES : APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH Tableau 1 : Interprétation du Skewness et du Kurtosas. 1 Interprétations du coefficient Interprétations du coefficient _ d'asymétrie de Fisher (S) d'applatissement (K) Si K = 3, il n'y a pas de biais Si S = 0, alors la distribution est ' leptocurtique. On dit alors que la symétrique, à 1' instar de la distribution normale distribution est mésocurtique comme c'est le cas pour la distribution normale qui sert de point de référence. Si S > 0, alors la densité de la distribution s'étale vers la droite et on a une asymétrie positive: Si K > 3, on est confronté au cas d'une distribution leptocurtique. Plus communément, on dit qu'une telle distribution présente des queues épaisses (fat tai!.~), cela toujours en rapport avec les extrémités d'une distribution normale, comme présenté sur la figure suivante: /"\ ~.-: / i ~r~~-- Si S < 0, alors la densité de la distribution s'étale vers la gauche et on est en présence d'asymétrie négative: Si K < 3, on parle de distribution platicurtique. Plus communément on dit qu'une telle distribution présente des queues minces (thin tails). Cela toujours en rapport avec les extrémités d'une distribution normale, comme on peut le voir sur la figure qui suit : annal< Pt... ( qu ] Si les coefficients estimés d'asymétrie et d'aplatissement sont respectivement près de 0 et de 3 pour une distribution donnée, on peut conclure qu'on est en présence d'une loi normale. 1 Source : Désiré BOSSOU- 6ieme Promotion - Master Banque Finance- CES AG DAKAR

20 ESTIMATiON DE LA VALUE AT RISK D'UN PORTEFEUILLE DE DEVISES : APPLICATION DE L'EXPANSION DE CORNISH FISHER AU CAS DE ECOBANK SENEGAl L'on retrouve couramment dans la littérature financière, notamment pour modéliser le prix d'une action, la distribution lognormale. Sa fonction de densité se définit comme suit f( x)::::. ( 1 1-J 2ir()X ). exp [- (J/2){(ln X-f.-l)l a] 1 ] H faut noter que si une variable suit une distribution lognormale, alors le logarithme de cette variable obéit à une loi normale. Le coefficient d'asymétrie de la distribution lognormale est positif. Mais, la simple observation du graphique ne suffit pas pour mesurer les déviations de ces coefficients par rapport à la normale. Il faut développer un test pour juger du caractère significatif de ces déviations. Le test de Jarque et Be ra ( 1981) est conçue à cette fin. Ce test est défini sur la somme des coefficients d'asymétrie (Skewness) et d'aplatissement (kurtosis) élevés au carré. Plus précisément, le test de Jarque et Bera (JB) est basé sur la statistique suivante : JB = (TS 2!6)+[T(K-3/124]- X 2 (2) Ainsi dans le test de normalité des distributions obéit à la démarche décrite dans 1 'encadré ci-dessous. Encadré 2: Test de la normalité des rendements Nous calculerons dans un premier temps le Skewness pour chiffrer l'écart de symétrie constatée entre la loi normale et la distribution de notre portefeuine. Dans un deuxième temps, nous calculerons le Kurtosis pour vérifier si la distribution du portefeuille est plus ou moins tassée par rapport à la loi normale. Enfin, nous effectuerons le test de normalité de Jarque et Bera ( 1981 ). Le test d'hypothèses est le suivant : HO : la distribution est normale Hl : la distribution n' est pas normale La règle consiste à rejeter HO si la statistique JB est plus grande que x 2 avec deux degrés de liberté au seuil de signification habituel de 5%. Désiré BOSSOU - 6 ième Promotion- Master Banque Finance - CESAG DAKAR

Value at Risk - étude de cas

Value at Risk - étude de cas Value at Risk - étude de cas Daniel Herlemont 17 juin 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 La Value at Risk 1 2.1 La VaR historique................................. 2 2.2 La VaR normale..................................

Plus en détail

LA VALUE-AT-RISK HISTORIQUE

LA VALUE-AT-RISK HISTORIQUE Université Paris Ouest Nanterre La Défense Master 2 Gestion des Actifs 2014-2015 Exposé d Evaluation des risques LA VALUE-AT-RISK HISTORIQUE Carine ENG Nguyen Hoai Phuong DINH Jérôme MENDOZA ALBA Denise

Plus en détail

Gestion du risque de marché Apprentissage en-ligne

Gestion du risque de marché Apprentissage en-ligne Gestion du risque de marché Apprentissage en-ligne Gestion du Risque de Marché Aperçu du programme d apprentissage La gestion du risque - un actif stratégique Établissement de la plateforme Fondement 2

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Note de service À : De : INTRODUCTION Conformément à la sous-section 2360 des normes de pratique : Étalonnage des modèles.

Note de service À : De : INTRODUCTION Conformément à la sous-section 2360 des normes de pratique : Étalonnage des modèles. À : De : Note de service Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées A. David Pelletier, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES

CIRCULAIRE CPA-2006-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES Contrôle prudentiel des entreprises d'assurances Bruxelles, le 19 septembre 26 CIRCULAIRE CPA-26-2-CPA AUX ENTREPRISES D ASSURANCES OBJET : DISPENSE DE CONSTITUTION DE LA PROVISION COMPLÉMENTAIRE VISÉE

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Variations sur les Techniques de Calcul et d Implémentation de la Value at Risk

Variations sur les Techniques de Calcul et d Implémentation de la Value at Risk Méthodes Quantitatives en Finance Variations sur les Techniques de Calcul et d Implémentation de la Value at Risk Mohammed Mraoua Ingénieur financier, actuaire Administrateur SI Décisionnels Financiers

Plus en détail

Examen Gestion de portefeuille

Examen Gestion de portefeuille ESC Toulouse 2005 D. Herlemont Mastère BIF Examen Gestion de portefeuille Durée : 2 heures Les documents ne sont pas autorisés. Pour les questions à choix multiples, une ou plusieurs réponses peuvent être

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché:

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: En général, le calcul de la prime d'un produit tel qu'une action se calcule par la formule du modèle Black-Sholes.

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché»

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» Exercice du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» La réglementation bancaire impose aux banques de maintenir un niveau de capital minimum pour absorber les pertes dues

Plus en détail

Examen Mesures de Risque de Marché

Examen Mesures de Risque de Marché ESILV 2012 D. Herlemont Mesures de Risque de Marché I Examen Mesures de Risque de Marché Durée: 2 heures. Documents non autorisés et calculatrices simples autorisées. 2 pt 1. On se propose d effectuer

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Juillet 2013 Aperçu En mai 2013, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES

Cours (7) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012 LES STATISTIQUES INFERENTIELLES LES STATISTIQUES INFERENTIELLES (test de Student) L inférence statistique est la partie des statistiques qui, contrairement à la statistique descriptive, ne se contente pas de décrire des observations,

Plus en détail

TP 14 DE FINANCE & RISK MANAGEMENT

TP 14 DE FINANCE & RISK MANAGEMENT Roger HUEBER TP 14 DE FINANCE & RISK MANAGEMENT - 1 - VALUE-AT-RISK 1. ANALYSE DU RISK MANAGEMENT DE ABN AMRO BANK BASÉE SUR LE RAPPORT ANNUEL 2004 http://www.abnamro.com/com/about/ar2004en.pdf Le risque

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA

SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE. Fethi NEJI & Mounir GRAJA SONDAGE DANS LA MISSION D AUDIT UNITE MONETAIRE Le sondage est une sélection d'éléments que l'auditeur décide d'examiner afin de tirer, en fonction des résultats obtenus, une conclusion sur les caractéristiques

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen N.B. : Il faut toujours justifier sa réponse. 1. Qu'est-ce que l'axiomatique de Von Neumann et Morgenstern? La représentation des préférences des investisseurs

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Suite à la publication du 1 er juin 2015 relative au repositionnement

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Formation Personne-ressource : Carmen Crépin Vice-présidente

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification.

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification. Table des Matières Information Personnelle Hypothèses de Planification Actifs et Passifs Profil de Risque Connaître Votre Client Objectifs du Portefeuille Questionnaire Personnel Confidentiel Préparé pour

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Veuillez lire attentivement les indications suivantes relatives aux risques associés à l'achat de titres financés par des fonds empruntés :

Veuillez lire attentivement les indications suivantes relatives aux risques associés à l'achat de titres financés par des fonds empruntés : COPIE POUR LA BANQUE p. 1/3 Demande d'utilisation des services IW ENTRE : Le(s) client(s), et IW Bank, établissement de crédit de droit italien, exerçant ses activités en France en libre prestation de

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Introduction 3 2. ETF physiques 4 3. ETF synthétiques 5 Avantages et inconvénients

Plus en détail

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Trading system : Trend following Breakout Janvier 1996 - Janvier 2009 Etude de la performance du système Le

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS Avant d utiliser un contrat à terme (produits dérivés, contrat à terme ferme ou contrat d option) le client (l investisseur) doit apprécier les risques liés a l utilisation de contrats à terme. Il doit

Plus en détail

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE I - DE LA CONVENTION DE LA PERMANENCE DES METHODES La convention de la permanence des méthodes exige que

Plus en détail

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise

Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA-BoS-14/178 FR Orientations sur les paramètres propres à l'entreprise EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008 Circulaire _2008_06 du 11 mars 2008 Application de l'article 15bis, 3, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurances: acceptation par la de la prise en considération de

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne 31.3.2015 FR L 86/13 RÈGLEMENT (UE) 2015/534 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 17 mars 2015 concernant la déclaration d'informations financières prudentielles (BCE/2015/13) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT SEANCE 2 COUVERTURE DU BESOIN DE FINANCEMENT CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE

I. EVALUATION DE LA PRODUCTION DES UNITES DE STOCKAGE Département des Etudes Economiques et de la Monnaie Direction de la Recherche et de la Statistique S i d l S i i OBSERVATIONS SUR LES RECOMMANDATIONS DU GROUPE D'EXPERTS DES COMPTES NATIONAUX (GECN) DANS

Plus en détail

Le budget des ventes (méthodes de prévision)

Le budget des ventes (méthodes de prévision) ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 3 ème année MGT Groupe : 2 Année Académique : 2011/2012 Module : Gestion Budgétaire Enseignant : KHERRI Abdenacer Site web : www.gb-ehec.jimdo.com Plan du

Plus en détail

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Université Paris1, Licence 00-003, Mme Pradel : Principales lois de Probabilité 1 DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Notations Si la variable aléatoire X suit la loi L, onnoterax

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL Préavis no 10-2011 Fixation de plafonds en matière d endettement et de risques pour cautionnements pour la législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames,

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des placements» Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des placements» Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des placements» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 26 février 2010 Consultation sur le projet de «Ligne directrice

Plus en détail

NaviPlan. DOCUMENT FONCTIONNEL Aperçu de la répartition de l'actif dans NaviPlan. Logiciel de planification financière

NaviPlan. DOCUMENT FONCTIONNEL Aperçu de la répartition de l'actif dans NaviPlan. Logiciel de planification financière DANS CE DOCUMENT, IL S'AGIT DE : Quels profils de placement sont disponibles? Quelles catégories d actif sont disponibles? Quel est l effet de l'horizon temporel sur le portefeuille de mes clients? Quelles

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. concernant

GUIDE PRATIQUE. But. concernant GUIDE PRATIQUE concernant les confirmations des sociétés d audit à l intention de la FINMA,les demandes d autorisation en qualité de banque, négociant en valeurs mobilières, succursale d une banque étrangère

Plus en détail

BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire

BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire _ FR PRIVATE BANKING BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire Nous avons les mêmes intérêts. Les vôtres. Private Banking BIL Harmony BIL Harmony est destiné aux investisseurs désirant

Plus en détail

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1)

THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1) 3-203-99 Gestion de portefeuille THÉORIES MODERNES DE PORTEFEUILLE Exercices d'application (Série 1) Note: Cette série d'exercices constitue un supplément aux exercices du manuel de cours. Les réponses

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Méthodologies et Glossaire

Méthodologies et Glossaire Caractéristiques Précisions Calculs de performance 1.Performance 2.Performance relative 1.Volatilité 2.Tracking error 3.Ratio d'information 4.Bêta 5.Alpha 6.Ratio de Sharpe 7.Sensibilité Indicateurs de

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

Les principes généraux de la Comptabilité

Les principes généraux de la Comptabilité Les principes généraux de la Comptabilité présentés par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net 1. Introduction Il est toujours nécessaire, voire indispensable, de connaître les principes

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120 Tableau 41.70 - COMPOSITION DES FONDS PROPRES SUR BASE SOCIALE (Art. 14 et 15 du règlement) 1. Fonds propres sensu stricto (art. 14, 1er, 1 ) Valeur comptable Code 05 11. Capital libéré et primes d'émission

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 7 : Risque de liquidité Objectif Selon les Principes

Plus en détail

Cycle de vie, Portefeuille et Simulations. Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas

Cycle de vie, Portefeuille et Simulations. Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas Cycle de vie, Portefeuille et Simulations Ph. Bernard & N. El Mekkaoui de Freitas http://www.master272.com/vba/vba_cycledevie.html Les procédures ont été réalisées pour le cours cycle de vie et gestion

Plus en détail