LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA"

Transcription

1 LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA 1

2 Principes, critères essentiels (en bleu) et critères désirés/recommandés (bleu clair). PRINCIPE 1 : Respect de la législation Critère 1.1 Le producteur connaît et respecte la législation applicable. 1. Capacité à démontrer que les responsabilités en application de la législation en vigueur sont connues. 2. Respect de la législation en vigueur. PRINCIPE 2 : Des conditions de travail responsables Critère 2.1 Pas de recours ni de soutien au travail des enfants, au travail forcé, aux discriminations ou au harcèlement. 3. Aucun recours à du travail forcé ou obligatoire, ou au travail de personnes réduites en esclavage ou victimes de la traite, ou à toute sorte de travail contraint à d l h î d d 4. Pas de travail de production par des enfants de moins de 15 ans (ou plus âgés si la législation nationale l interdit). Pas de travail dangereux susceptible de compromettre la santé et le bien-être des jeunes salariés (de 15 à 18 ans). 5. Pas de recours ou de soutien à toute forme de discrimination, ni aucune tolérance pour celle-ci. 6. Pas de châtiments corporels, d oppression ou de contrainte mentale ou physique, de violence verbale ou physique, de harcèlement sexuel, ni d intimidation sous toutes ses formes envers les salariés. 7. Aucun travailleur quel qu il soit n est tenu de confier ses papiers d identité à qui que ce soit, sauf obligation légale. 8. Une durée hebdomadaire du travail conforme à la législation locale et nationale, correspondant aux normes locales de l industrie, et n excédant pas de façon habituelle un maximum de 48 heures par semaine (hors heures supplémentaires). 9. Des heures supplémentaires toujours volontairement acceptées et payées conformément à la législation locale ou nationale ou aux conventions collectives. 10. Un horaire supplémentaire de plus de 12 heures par semaine autorisé uniquement pendant des périodes limitées, dans des situations extraordinaires où des contraintes de temps ou des risques de pertes financières existent, et si les conditions relatives à plus de 12 heures supplémentaires par semaine ont été convenues entre les salariés et la direction. 7

3 11. La même rémunération pour tous les salariés effectuant le même travail, le même droit à la formation et aux avantages sociaux, et les mêmes opportunités de promotion et d accès à tous les postes à pourvoir. Critère 2.2 Un lieu de travail sûr et sain pour tous les salariés. 12. Un lieu de travail offrant de bonnes conditions de sécurité et d hygiène à tous les salariés, ce qui signifie au minimum l accès à de l eau potable, à des installations sanitaires de base et à des équipements de protection. 13. Les tâches potentiellement dangereuses ne sont confiées qu à des personnes capables et compétentes, formées pour réaliser ces tâches en toute sécurité. 14. Des équipements et des vêtements de protection convenables sont fournis et utilisés pour toutes les opérations potentiellement dangereuses. 15. Les premiers secours et les soins médicaux sont apportés sans retard, et il y a des trousses de secours dans tous les sites permanents et à proximité des lieux de travail extérieurs. 16. Les producteurs et leurs salariés peuvent démontrer leur connaissance et leur compréhension des questions de santé et de sécurité. Les risques pertinents en matière de santé et de sécurité sont identifiés, les employeurs élaborent des procédures pour gérer ces risques, et ces procédures font l objet d un suivi. 17. Il existe un système d avertissements, suivis des sanctions autorisées par la législation, pour les salariés qui ne respectent pas les obligations de sécurité. 18. Des procédures sont prévues en cas d accident ou d urgence, et tous les salariés comprennent bien ces instructions. Critère 2.3 Tous les salariés disposent de la liberté d association et du droit à des négociations collectives. 19. Tous les salariés ont le droit de créer une organisation syndicale et d adhérer à l organisation syndicale de leur choix. 20. Tous les salariés ont le droit de mener des négociations collectives. 21. Le fonctionnement effectif de telles organisations de salariés ne doit pas être entravé. Leurs représentants ne doivent faire l objet d aucune discrimination, et doivent pouvoir à leur demande s adresser à leurs membres sur le lieu de travail. Critère 2.4 Tous les salariés employés directement ou indirectement sur l exploitation reçoivent une rémunération d au moins le minimum prévu par la législation nationale et les accords de branche. 22. Les salaires bruts sont conformes à la législation nationale et aux accords de branche. 8

4 23. Tous les salariés disposent d un contrat écrit rédigé dans une langue qu ils comprennent. Dans les pays où il n existe pas d obligation de convention formelle de travail entre salariés et employeurs, un document alternatif pour justifier de la relation de travail est nécessaire. 24. Un suivi des heures de travail et des heures supplémentaires existe. 25. Aucune retenue n est effectuée sur les salaires pour des motifs disciplinaires, sauf cas prévu par la législation. L employeur comptabilise les salaires versés. PRINCIPE 3 : Responsabilité environnementale Critère 3.1 L extension de la culture du soja se fait de manière responsable. 26. L agriculteur respecte la législation relative à l extension de la production de soja (par exemple propriété du sol, législation relative à la biodiversité, législation forestière, politiques d aménagement foncier). 27. Les zones constituées en réserves foncières, en conservatoires naturels ou autrement protégées par la législation doivent être respectées. En cas d altération ces zones doivent être remises en état, ou bien des actions de compensations conformes à la législation doivent être réalisées. 28. Aucun soja n est produit sur une terre déboisée de façon illégale après une certaine date limite, fixée par la législation nationale (par exemple 2008 au Brésil, 2008 aux États-Unis, etc.). 29. Un niveau de biodiversité important doit être entretenu et protégé sur l exploitation. 30. Les zones de végétation naturelle autour des plans d eau, sur les versants en forte pente et les collines, et en d autres endroits sensibles de l écosystème doivent être conservées ou remises en état. Critère 3.2 Les déchets de production sont gérés de façon responsable. 31. Les carburants, les batteries, les pneus, les lubrifiants, les eaux usées et les autres déchets sont correctement entreposés et éliminés, conformément à la législation nationale. 32. Il est interdit, sur toute l exploitation, de faire brûler des résidus de culture ou des déchets, ou de pratiquer le brûlis pour le défrichage de la végétation, sauf si le séchage des récoltes l exige ou si la législation nationale l impose comme mesure sanitaire. 33. Des mesures sont prises afin de limiter ou de recycler autant que possible les déchets. Critère 3.3 Des efforts sont faits pour réduire l utilisation de combustibles fossiles. 34. L utilisation de combustibles fossiles est suivie. 35. Des efforts sont faits pour réduire l utilisation de combustibles fossiles. 9

5 PRINCIPE 4 : De bonnes pratiques agricoles Critère 4.1 L accès aux eaux superficielles et souterraines et leur qualité sont conservés ou améliorés. 36. Des bonnes pratiques agricoles* sont mises en œuvre afin de minimiser les impacts diffus et localisés des résidus chimiques, des engrais, de l érosion ou d autres facteurs sur la qualité des eaux superficielles et souterraines. * par exemple conserver une zone tampon autour des plans d eau, traiter les eaux usées, agriculture de précision, etc. 37. Toute constatation directe d une pollution localisée des eaux superficielles et souterraines est signalée aux autorités locales, et suivie en collaboration avec elles. 38. En cas d irrigation, la législation à ce sujet est respectée, et des mesures sont prises pour minimiser la consommation d eau. 39. Un contrôle, adapté à l échelle de l exploitation, existe afin de s assurer que les pratiques destinées à protéger la qualité de l eau sont efficaces. Critère 4.2 La qualité des sols est conservée ou améliorée et des mesures sont prises pour éviter l érosion. 40. L agriculteur connaît les techniques* permettant de conserver et de contrôler la qualité (physique, chimique et biologique) des sols, et les techniques pertinentes sont mises en œuvre. * par exemple agriculture de précision, gestion des résidus, rotation des cultures, absence de labour, labour suivant les courbes de niveau, herbe, canaux, terrasses, plantes fixant l azote, engrais verts et techniques d agroforesterie. 41. L agriculteur connaît les techniques* permettant de prévenir l érosion des sols et les techniques pertinentes sont mises en œuvre. * par exemple préparation des sols en suivant les courbes de niveau, utilisation de terrasses, utilisation de cultures de couverture, réduction du labour et plantation de haies pour couper le vent. 42. Un contrôle, adapté à l échelle de l exploitation, existe afin de s assurer que les pratiques destinées à protéger la qualité des sols et à prévenir l érosion des sols sont efficaces Critère 4.3 Pas d utilisation des produits agrochimiques figurant sur les listes des Conventions de Stockholm et de Rotterdam et emploi de produits agrochimiques uniquement en accord avec les meilleures pratiques. 43. Pas d utilisation des produits agrochimiques figurant sur les listes des Conventions de Stockholm et de Rotterdam. 44. L épandage de produits agrochimiques (produits phytosanitaires et engrais) est documenté. La manipulation, le stockage, la collecte et l élimination des déchets et des récipients vides de produits agrochimiques sont suivis en totalité. L utilisation, le stockage et l élimination des déchets de produits agrochimiques respectent les recommandations professionnelles et la législation applicable. 10

6 45. Aucun épandage de pesticides à moins de 30 mètres (ou plus lorsque la législation nationale le prescrit) de toute zone habitée ou d un plan d eau, et prise de toutes les précautions nécessaires afin que personne ne pénètre dans les zones pulvérisées depuis peu de temps. 46. Les produits agrochimiques doivent être employés en utilisant des méthodes minimisant leur impact négatif pour la santé, la faune, la biodiversité végétale, et la qualité de l eau et de l air. 47. L épandage aérien de pesticides est effectué de façon à ne pas impacter les zones habitées et les plans d eau. Tout épandage aérien de pesticides est précédé d un préavis avertissant les personnes résidant à moins de 500 m (ou plus lorsque la législation nationale le prescrit) de l épandage prévu. Aucun épandage aérien de pesticides des Classes Ia, Ib et II de l OMS à moins de 500 m (ou plus lorsque la législation nationale le prescrit) des zones habitées ou des plans d eau. Critère 4.4 L impact négatif des produits phytosanitaires sur l environnement et la santé est réduit par la mise en œuvre de techniques de gestion des cultures intégrées systématiques et reconnues. 48. L utilisation de produits phytosanitaires respecte les obligations légales (et les recommandations professionnelles) dans le pays d origine, et des mesures doivent être prises pour prévenir les résistances. 49. Des mesures systématiques sont programmées et mises en œuvre pour suivre, contrôler et minimiser la diffusion d espèces invasives introduites et de nouveaux ravageurs. 50. Des mesures appropriées sont mises en œuvre pour permettre la coexistence de différents systèmes de production. 51. Un programme de gestion intégrée des cultures est élaboré et mis en œuvre, comprenant un suivi adapté et continu de la santé des cultures, l emploi de moyens de contrôle non chimiques et chimiques, et des mesures pour améliorer la résistance des cultures. Ce programme doit comprendre des objectifs de réduction dans le temps des produits phytosanitaires potentiellement dangereux. PRINCIPE 5 : Respect de l usage légal de la terre et des droits fonciers Critère 5.1 Les droits d usage légal de la terre sont bien définis et peuvent être démontrés. 52. Les documents justificatifs des droits d usage de la terre (par exemple titre de propriété, contrat de bail, décision de justice, etc.) existent. Critère 5.2 Dans les régions où sont présents des utilisateurs traditionnels de la terre, les conflits d usage de la terre sont évités ou réglés. 11

7 53. Lorsque les utilisateurs traditionnels de la terre ont renoncé à leurs droits, des justificatifs existent certifiant que les communautés concernées ont donné leur consentement libre, préalable, éclairé et documenté, contre compensation. 54. Pas de conversion de la terre en cas de litige non réglé relatif à l usage de la terre par les utilisateurs traditionnels de la terre, et de procédure pendante, sans l accord de toutes les parties. 55. En cas de litige relatif aux droits d usage de la terre, une évaluation complète, participative et documentée des droits de la communauté est effectuée. Principe 6 Protection des relations avec la population et les collectivités. 56. Les réclamations sont convenablement traitées. Les pièces justificatives des réclamations et doléances reçues sont conservées. 57. Si l autorité compétente impose à l exploitant agricole de réagir d une certaine façon à une réclamation ou doléance, il doit s exécuter dans un délai convenable. 58. Le mécanisme de réclamation (par exemple formulaire de réclamation accessible par , téléphone ou courrier) est transparent, a été communiqué, et est à disposition des communautés locales et des utilisateurs traditionnels de la terre. Critère 6.2 Des canaux existent pour la communication et le dialogue avec la communauté locale pour les questions se rapportant aux activités propres à la culture du soja et à leurs conséquences. 59. Des canaux de communication (panneau ou site web indiquant les renseignements suivants : , téléphone mobile, boîte aux lettres) existent et permettent une communication adéquate entre le producteur et la communauté. Les communautés locales ont été informées des canaux de communication. VÉRIFICATION Objectif L objectif de la check-list de la FEFAC est de permettre de contrôler si les différents types de programme de durabilité pour le soja respectent les exigences de vérification des lignes directrices de la FEFAC. Définitions Système de vérification : ensemble des procédures utilisées dans un système pour contrôler qu un produit respecte les exigences et les spécifications du schéma ou du programme et qu il répond au but visé. Vérification de 1er niveau : Le contrôle de la conformité est réalisé par la personne ou l entreprise qui fournit le produit (par exemple le producteur ou l entreprise productrice). Il ou elle rend compte de sa conformité à l aide d un ensemble de critères ou d un schéma prédéfinis. 12

8 La vérification de 1er niveau comprend : - Les auto-déclarations des producteurs - L audit de groupe des producteurs (petits exploitants). Vérification de 2ème niveau : Le contrôle de la conformité est réalisé par une personne ou une entreprise ayant un intérêt pour le produit (par exemple négociants, industries agroalimentaires, distributeurs) ou dont l intérêt consiste à atteindre un certain objectif public (par exemple l administration). La certification de 2 ème niveau comprend : - Codes de Conduite - Exigences relatives aux achats d une entreprise - Exigences nationales relatives à la durabilité contrôlées par un organisme gouvernemental Vérification tierce partie: Une partie indépendante réalise les contrôles et délivre des attestations certifiant qu un produit ou un processus respecte un ensemble de critères ou un standard prédéfinis. La vérification tierce partie comprend : - Les audits par un organisme agréé de certification ou d inspection pour contrôler la conformité avec un schéma ou un programme de durabilité. Principes directeurs Effectivité : Les schémas ou programmes traitent les impacts les plus importants en termes de durabilité et comprennent des exigences participant à la réalisation de ces objectifs Efficacité : Les schémas ou programmes définissent un ensemble de critères de durabilité cohérents et applicables par les exploitants agricoles de façon pratique Impartialité : Les schémas ou programmes identifient et limitent les conflits d intérêt dans le déroulement de leurs opérations, en particulier lors de la procédure de certification Transparence : Les schémas ou les programmes donnent accès librement aux informations pertinentes concernant leur contenu et la façon dont le système est piloté Prise en compte du risque : Les modèles de certification basés sur le risque fournissent un mécanisme assurant que le niveau de garantie est adapté aux situations individuelles. Rigueur : Les schémas ou programmes sont établis à un niveau de performance qui permet de progresser en vue de la réalisation de leurs objectifs de durabilité. 13

9 VEUILLEZ RÉPONDRE AUX QUESTIONS DE L ARBRE DE DECISION DE LA PAGE SUIVANTE POUR SAVOIR SI VOTRE SCHEMA OU PROGRAMME RESPECTE LES EXIGENCES DE VÉRIFICATION. 14

10 1 Le schéma ou le programme comprennent-ils un système de vérification? 2 Le schéma ou le programme permet-il l autoévaluation et/ou le contrôle de 2ème niveau? 3 Le schéma ou le programme comprend-il un système de contrôle interne solide, avec des procédures et des exigences administratives garantissant que tous les producteurs individuellement respectent les critères? 4 Le système de contrôle interne comprendil au minimum tous les éléments suivants? une procédure écrite claire pour l échantillonnage de groupe, fondée sur l évaluation du risque. des procédures claires pour traiter les nonconformités un mécanisme de réclamation accessible une documentation relative aux procédures de vérification accessible aux parties externes des procédures pour la transmission des résultats des actions de vérification à l opérateur contrôlé 5 Existe-t-il une partie tierce indépendante agréée qui vérifie et certifie la robustesse du système de contrôle interne, tous les deux ans au moins? 7 Le schéma ou le programme comprend-il la vérification par une tierce partie au niveau de l exploitant agricole? 8 Le système de vérification comprend-il tous les éléments suivants : une procédure écrite claire pour l échantillonnage et la fréquence des audits (au moins tous les trois ans) fondée sur l évaluation du risque? des procédures claires pour traiter les non-conformités (par exemple les critères devant être respectés d ici un an) un mécanisme de réclamation accessible une documentation relative aux procédures de vérification accessible aux parties externes des procédures pour la transmission des résultats des actions de vérification à l opérateur contrôlé 6 Une vérification annuelle par une partie tierce d un échantillon d agriculteurs pour contrôler les auto-évaluations et/ou le contrôle de 2 e niveau est-elle prévue? 9 La tierce partie concernée est-elle capable de remplir sa mission? La tierce partie est considérée comme capable lorsque : La tierce partie est agréée suivant la norme ISO et/ou la norme ISO La tierce partie est agréée par un organisme d accréditation national affilié au Forum International d Accréditation (IAF) ou conformément à la norme ISO 17011:

Charte Internationale des Achats Responsables

Charte Internationale des Achats Responsables Charte Internationale des Achats Responsables 2015 Nourrir & Epanouir La mission de notre société est de développer, produire et vendre des produits offrant santé et naturalité tout en respectant les principes

Plus en détail

PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3

PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3 PLAN DE TRANSITION ESR Passage de la version 2 à la version 3 A partir du 15 Juin 2013 les audits ESR se feront selon la nouvelle version du référentiel ESR. Les clients déjà attestés à cette date bénéficient

Plus en détail

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Normes RSE dans l espace francophone Marrakech 13-14-15/12/05 1 Les normes marocaines Sommaire Bases de la norme Marocaine

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité Fiche VRE.32 Équipements de travail et de protection individuelle Code du Travail Articles R4323-1 à R4323-28 Code du Travail R4323-91 à R4323-106 Arrêté du 22 octobre 2009

Plus en détail

Réunion d information sur l agriculture l

Réunion d information sur l agriculture l Réunion d information d sur l agriculture l biologique Mercredi du Développement D Durable Limoges MétropoleM 3 mars 2010 GABLIM GABLIM (Groupement des Agrobiologistes du Limousin) est une association

Plus en détail

Principes éthiques pour les fournisseurs de la coopérative Felleskjøpet Rogaland Agder

Principes éthiques pour les fournisseurs de la coopérative Felleskjøpet Rogaland Agder Principes éthiques pour les fournisseurs de la coopérative Felleskjøpet Rogaland Agder Ratifiés par la réunion de direction de la FKRA du 11.09.2013 1. Travail forcé ou obligatoire (conventions de l Organisation

Plus en détail

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel Autorité fédérale de surveillance en matière de révision ASR Circulaire 1/2010 concernant le reporting des entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat à l intention de l Autorité de surveillance

Plus en détail

Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais

Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais Préfet de la région Nord-Pas-de-Calais ARRÊTÉ établissant le programme d actions régional en vue de la protection des eaux contre la pollution par les nitrates d origine agricole pour la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Politique de Responsabilité Humaine en Production

Politique de Responsabilité Humaine en Production Politique de Responsabilité Humaine en Production OXYLANE Oxylane développe son activité dans le monde entier. La mission d Oxylane est de rendre accessible au plus grand nombre le plaisir du sport. Charte

Plus en détail

Politique sur la santé et la sécurité au travail

Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique adoptée au conseil administration le 6 avril 2016 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 1 2. SIGLES ET DÉFINITIONS... 1 3. OBJECTIFS... 2 4. CHAMP

Plus en détail

1 ère entreprise certifiée RSPO en Côte d Ivoire L AGRO-INDUSTRIE DURABLE SOUS TOUTES SES FORMES

1 ère entreprise certifiée RSPO en Côte d Ivoire L AGRO-INDUSTRIE DURABLE SOUS TOUTES SES FORMES 1 ère entreprise certifiée RSPO en Côte d Ivoire L AGRO-INDUSTRIE DURABLE SOUS TOUTES SES FORMES SOMMAIRE L ENTREPRISE L ENGAGEMENT RSPO LES ACQUIS DE LA CERTIFICATION RSPO L ACCOMPAGNEMENT DES COOPÉRATIVES

Plus en détail

FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE

FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE FORMATIONS CONSEIL AUDIT QUALITE SANTE SECURITE ENVIRONNEMENT QVT ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comité d'hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) Organisme agrée Formation initiale des membres

Plus en détail

Dialogue social et exercice du droit syndical. Instances consultatives et Droit syndical. MARS 2015 Dialogue social et exercice du droit syndical 2

Dialogue social et exercice du droit syndical. Instances consultatives et Droit syndical. MARS 2015 Dialogue social et exercice du droit syndical 2 Dialogue social et exercice du droit syndical Instances consultatives et Droit syndical MARS 2015 Dialogue social et exercice du droit syndical 2 1 PROGRAMME Introduction sur la place du «dialogue social»

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 16 FÉVRIER 2015 Politique sur la protection de la vie privée (adoptée 2015-02) Page 1 de 14 TABLE DES MATIÈRES TABLE

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2014 Pacte Mondial

Communication sur le Progrès 2014 Pacte Mondial Communication sur le Progrès 2014 Pacte Mondial Communication sur le Progrès 2014 / Sequana / 1 Présentation du Global Compact ou Pacte Mondial En adhérant au Pacte Mondial, les entreprises s engagent

Plus en détail

UN AN APRÈS, OÙ EN SONT LES DISTRIBUTEURS?

UN AN APRÈS, OÙ EN SONT LES DISTRIBUTEURS? LA COURSE ZÉRO PESTICIDE UN AN APRÈS, OÙ EN SONT LES DISTRIBUTEURS? #LeclercObscur GREENPEACE CLASSE LES ENSEIGNES DE LA GRANDE DISTRIBUTION SELON TROIS CRIT ÈRES : Les efforts pour éliminer les pesticides

Plus en détail

Programme services-conseils (PSC)

Programme services-conseils (PSC) Programme services-conseils (PSC) Dans le présent document, l emploi du masculin pour désigner des personnes n a d autres fins que celle d alléger le texte. Des mesures d aide décrites dans ce programme

Plus en détail

Communiquer sur un produit éco-conçu

Communiquer sur un produit éco-conçu 1 Communiquer sur un produit éco-conçu Principes généraux d une communication environnementale Labels du secteur agroalimentaire, Autodéclarations environnementales Eco-profil environnemental & Affichage

Plus en détail

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA S Ces normes et les exigences qui s y rattachent servent de cadre aux collèges de l Ontario en vue d évaluer le degré de conformité de leurs mécanismes d assurance de la qualité. Ces normes et ces exigences

Plus en détail

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG)

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

Notre promesse en matière de respect de la vie privée

Notre promesse en matière de respect de la vie privée Notre promesse en matière de respect de la vie privée Le Code de TELUS sur la protection de la vie privée contient les dix principes du code type sur la protection des renseignements personnels de l Association

Plus en détail

SMC-S6. Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008. Pr. M. Mekkaoui. Pr. M. Mekkaoui

SMC-S6. Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008. Pr. M. Mekkaoui. Pr. M. Mekkaoui SMC-S6 Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008 Pr. M. Mekkaoui Pr. M. Mekkaoui La famille ISO 9000 La famille des normes relatives au Système de Management de la Qualité (SMQ) comprend

Plus en détail

Tout (ou presque) ce qu il faut savoir sur le bio et ses principes

Tout (ou presque) ce qu il faut savoir sur le bio et ses principes Tout (ou presque) ce qu il faut savoir sur le bio et ses principes LE BIO EN QUELQUES MOTS L agriculture biologique est un mode d agriculture alternatif qui se veut respectueux des équilibres écologiques.

Plus en détail

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau

OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Centre National de Formation aux Métiers de l Eau Développer les compétences pour mieux gérer l eau OFFICE INTERNATIONAL DE L'EAU Développer les compétences pour mieux gérer l eau Novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE LES JOURNEES DE L OIEau EN 2011 «Les Journées de l OIEau» visent à apporter un éclairage

Plus en détail

People First : notre priorité!

People First : notre priorité! People First : notre priorité! Notre mission est d apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Un sourire venant du cœur des collaborateurs Bel qui se réalisent

Plus en détail

La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise

La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise La formation au risque d incendie, un enjeu d entreprise t. +33 (0) 1 47 17 63 03 39 rue Louis Blanc 92038 PARIS LA DEFENSE Cedex ffmi@ffmi.asso.fr www.ffmi.asso.fr Sommaire de l intervention La FFMI,

Plus en détail

DOMAINE «ENVIRONNEMENT, CHANGEMENT CLIMATIQUE ET BONNES CONDITIONS AGRICOLES DES TERRES» SOUS-DOMAINE «BCAE» Fiche I

DOMAINE «ENVIRONNEMENT, CHANGEMENT CLIMATIQUE ET BONNES CONDITIONS AGRICOLES DES TERRES» SOUS-DOMAINE «BCAE» Fiche I Fiche I BANDE TAMPON LE LONG DES COURS D EAU Les bandes tampons localisées le long des cours d eau protègent les sols des risques érosifs, améliorent leur structure et contribuent à la protection des eaux

Plus en détail

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE CONVENTION DE SUBVENTION DU CER ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités de surveillance concernant l intégrité de l information financière

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS DE LOBLAW

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS DE LOBLAW CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS DE LOBLAW 1.0 Introduction Chez Loblaw («Loblaw» ou «nous»), l «intégrité en matière d approvisionnement» est un principe essentiel qui guide nos affaires. Nous exigeons

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

Service des ressources humaines. Politique de santé et de sécurité du travail

Service des ressources humaines. Politique de santé et de sécurité du travail Service des ressources humaines Politique de santé et de sécurité du travail Approuvé par la résolution : Date d entrée en vigueur : Révisé le : CC13/14-05-155 Le 7 mai 2014 Préambule Par la présente politique,

Plus en détail

Sur le recours de la commune, la cour d appel de Poitiers a, par arrêt du 1 er juin 2010, confirmé le jugement pour l essentiel.

Sur le recours de la commune, la cour d appel de Poitiers a, par arrêt du 1 er juin 2010, confirmé le jugement pour l essentiel. Tribunal des Conflits N 3873 Conflit sur renvoi de la Cour de cassation Commune de Saint-Clément-des-Baleines C/ M. B. Séance du 15 octobre 2012 Rapporteur : M. Schwartz Commissaire du gouvernement : M.

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels AVERTISSEMENT

Evaluation des risques professionnels AVERTISSEMENT AVERTISSEMENT Le présent document a été élaboré dans l objectif de répondre aux obligations des entreprises de se mettre en conformité avec la règlementation et la législation sur la tenue d un document

Plus en détail

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION

RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL GUIDE DE L'EVALUATION DES BESOINS DE FORMATION Convention Collective Nationale de l Expédition- Exportation de fruits et légumes (CCN N 3233) 1. MANAGEMENT Animer et gérer les ressources

Plus en détail

Norme d exercice sur le développement professionnel continu

Norme d exercice sur le développement professionnel continu Bilan de sa pratique (Améliorer, maintenir, actualiser) Norme d exercice sur le développement professionnel continu Bilan de sa pratique (Améliorer, maintenir, actualiser) Période de référence du 1 er

Plus en détail

GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS

GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS Le savoir pour nourrir le monde 1 0 0 1, r u e S h e r b

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2006-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Définition du cadre, des orientations, et des modalités des

Plus en détail

Guide de réalisation des inventaires et des prévisions des émissions de gaz à effet de serre dans les municipalités

Guide de réalisation des inventaires et des prévisions des émissions de gaz à effet de serre dans les municipalités Guide de réalisation des inventaires et des prévisions des émissions de gaz à effet de serre dans les municipalités manitobaines Introduction Le présent guide aidera les administrations municipales du

Plus en détail

ACCORD DU 13 JUIN 2012

ACCORD DU 13 JUIN 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3212 Accords nationaux ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE Personnels intérimaires

Plus en détail

Téléréseau de Bussivision

Téléréseau de Bussivision Commune de Bussigny Téléréseau T. 021 706 12 20 F. 021 706 11 89 telereseau@bussigny.ch Conditions générales pour le raccordement et l utilisation du Téléréseau de Bussivision Rue St-Germain 1 Case postale

Plus en détail

cykabore@yahoo.fr Novembre 2003 à septembre 2007

cykabore@yahoo.fr Novembre 2003 à septembre 2007 PREMIER RAPPORT NATIONAL REGULIER SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROTOCOLE DE CARTAGENA SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES BIOTECHNOLOGIQUES Partie Personne à contacter pour le rapport Nom et titre de la personne

Plus en détail

Projet : Manuel SST du Dirigeant - version finale. Projet. Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST)

Projet : Manuel SST du Dirigeant - version finale. Projet. Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Projet Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel SST du Dirigeant Version finale Version : 00.2 Révision : 18.04.05 page 1 de 27 Table des matières Glossaire...4 0.

Plus en détail

L'affichage obligatoire :

L'affichage obligatoire : L'affichage obligatoire : Outre les affichages obligatoires qui existaient préalablement, 2008: obligations d affichage issues de la loi n 2008-496 du 27 mai 2008, du décret n 2008-1347 du 17 décembre

Plus en détail

Programme de recouvrement des coûts de la CCSN

Programme de recouvrement des coûts de la CCSN Programme de recouvrement des coûts de la CCSN Programme de recouvrement des coûts de la Commission canadienne de sûreté nucléaire Publié par la Commission canadienne de sûreté nucléaire Also published

Plus en détail

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS DOSSIER DE PRESSE TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS 2 avril 2012 Ce lundi 2 avril, à l Hôtel du Département à Privas, Pascal

Plus en détail

Règlementation. Articles de référence, extraits du code du travail

Règlementation. Articles de référence, extraits du code du travail Articles de référence, extraits du code du travail n I. SÉCURITÉ Responsabilités du chef d établissement : obligations de moyens et de formation en matière de sécurité Article L4121-1 L employeur prend

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 EAU POTABLE. Aides financières Rhône Méditerranée Corse. Établissements publics de coopération intercommunale PROGRAMME D ACTION 2013-2018 Aides financières Rhône Méditerranée Corse EAU POTABLE Collectivités locales Établissements publics de coopération intercommunale PROTECTION DES CAPTAGES D EAU POTABLE Mettre

Plus en détail

Règlement Intérieur du Conseil d Administration

Règlement Intérieur du Conseil d Administration Règlement Intérieur du Conseil d Administration Préambule Le Conseil d Administration de U10, lors de sa séance du 28 mars 2013, a modifié son Règlement Intérieur adopté en Conseil d Administration du

Plus en détail

SIVU SPANC du CLUNISOIS SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

SIVU SPANC du CLUNISOIS SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SIVU SPANC du CLUNISOIS SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF R E G L E M E N T DE SERVICE Communes : Bergesserin, Bourgvilain, Buffières, Bussières, Château, Chérizet, Chevagny-sur-Guye, Clermain,

Plus en détail

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décret n 2002-335 du 14 Février 2002, fixant le seuil duquel la consommation des eaux est soumise à un diagnostic technique, périodique et obligatoire des équipements,

Plus en détail

A/CN.9/WG.III/XXXII/CRP.3

A/CN.9/WG.III/XXXII/CRP.3 30 novembre 2015 Français Original: anglais Commission des Nations Unies pour le droit commercial international Groupe de travail III (Règlement des litiges en ligne) Trente-deuxième session Vienne, 30

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 198 19 octobre 2015. S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 198 19 octobre 2015. S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4525 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 198 19 octobre 2015 S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE Règlement

Plus en détail

Sécurité et qualité sanitaires de l alimentation

Sécurité et qualité sanitaires de l alimentation 316 Sécurité et qualité sanitaires de l alimentation Le domaine fonctionnel Sécurité et qualité sanitaires de l alimentation regroupe les emplois qui concourent à la protection des populations par des

Plus en détail

MANUEL HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENT

MANUEL HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENT MANUEL HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENT Nom du document SON-HSE-MA-001 Révision : 02 Statut : Applicable Type de document : HSE Date : 10/03/2017 Type de diffusion : DIFFUSION INTERNE ET EXTERNE Nombre de

Plus en détail

: PHOTO : Fotolia / Getty / J. Delpire / Juin 2013

: PHOTO : Fotolia / Getty / J. Delpire / Juin 2013 : +33 1 82 53 60 60 PHOTO : Fotolia / Getty / J. Delpire / Juin 2013 PEFC s adapte aux exigences du RBUE LA chaîne de contrôle PEFC UNE RéPONSE EFFICACE AU Règlement sur le Bois de l Union européenne Retrouvez

Plus en détail

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT UNSA-territoriaux 21, rue Jules Ferry 93 177 Bagnolet Cedex elections@unsa-territoriaux.org 06 17 43 57 96 Circulaire électorale n 9 Le CHSCT Nous avons moins de trois semaines pour faire en sorte que

Plus en détail

TUNISIAN ACCREDITATION COUNCIL TUNAC

TUNISIAN ACCREDITATION COUNCIL TUNAC TUNISIAN ACCREDITATION COUNCIL TUNAC Plan de la présentation Chaîne de l évaluation de la conformité Présentation du TUNAC - Missions - Valeurs - Reconnaissance internationale Processus de certification

Plus en détail

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE

IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL. Du / / / / / / / / / Au / / / / / / / / / IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE Modèle n ADP010F-14E DR/DIP/DP de : Subdivision :... Secteur : IMPOT SUR LE REVENU DECLARATION DU REVENU GLOBAL Du Au IDENTIFICATION DU CONTRIBUABLE Nom et Prénom(s) :. Adresse actuelle du domicile fiscal

Plus en détail

«Plante Bleue» Le label éco-responsable

«Plante Bleue» Le label éco-responsable La certification horticole française «Plante Bleue» Le label éco-responsable Le label «Plante Bleue», facilement identifiable grâce à son logo, garantit des pratiques de production de plantes d ornement

Plus en détail

Bilan 2015 & Perspectives 2016

Bilan 2015 & Perspectives 2016 & Production Des objectifs de production dépassés, des arrêts programmés de maintenance maîtrisés 1 205 tonnes de combustibles usés traitées (dont 25 tonnes néerlandaises) Pour 1 205 tonnes prévues 1117

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1 Adoption : 5 avril 2012 (résolution CA50-2012.04.05-R363) Loi sur le ministère du Conseil exécutif

Plus en détail

Guidelines relatives au Livre XVI «Règlement extrajudiciaire des litiges de consommation» : Traitement des plaintes par les entreprises

Guidelines relatives au Livre XVI «Règlement extrajudiciaire des litiges de consommation» : Traitement des plaintes par les entreprises Guidelines relatives au Livre XVI «Règlement extrajudiciaire des litiges de consommation» : Traitement des plaintes par les entreprises Afin d encourager le règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

CHARTE ACHATS GROUPE PIERRE FABRE

CHARTE ACHATS GROUPE PIERRE FABRE Pour une relation client - fournisseur profitable et responsable - Mars 2015 - SOMMAIRE Le groupe Pierre Fabre en bref... P3 1. Objectifs et contexte de la Charte Achats... P4 2. Objectifs généraux de

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT LA REMUNERATION DE L ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) Textes de Références légales :

INFORMATION CONCERNANT LA REMUNERATION DE L ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) Textes de Références légales : Thonon-les-Bains, le 14 janvier 2016 INFORMATION CONCERNANT LA REMUNERATION DE L ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) Textes de Références légales : Convention Collective Nationale de travail des Assistants Maternels

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

Ensemble de politiques sur la gestion de l information

Ensemble de politiques sur la gestion de l information Ensemble de politiques sur la gestion de l information TABLE DES MATIÈRES 1. Avant-propos... 1 1.1. Application...1 1.2. Structure de l Ensemble de politiques... 1 1.3. Principes directeurs... 2 1.4. Exceptions...2

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS DE DOLLARAMA

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS DE DOLLARAMA DE DOLLARAMA Approuvé par le conseil d administration de Dollarama le 3 décembre 2014 A. INTRODUCTION Dollarama S.E.C. ( Dollarama ) s est engagée à exercer ses activités de manière éthique et socialement

Plus en détail

DPEA Management des projets urbains durables 2015/2016

DPEA Management des projets urbains durables 2015/2016 STAGES Année universitaire 2015-2016 CONVENTION DE STAGE DPEA Management des projets urbains durables 2015/2016 ENTRE D UNE PART : L ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D ARCHITECTURE DE MONTPELLIER REPRÉSENTÉE

Plus en détail

2009-2010. Bien cordialement. Alain Mercier Président de la Fredon Ile de France

2009-2010. Bien cordialement. Alain Mercier Président de la Fredon Ile de France EDITO Particulièrement sensible aux questions environnementales et plus spécialement à la santé du végétal et des pratiques qui lui sont liées, notre expertise, cœur de notre métier, est un plus incontestable

Plus en détail

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt de Mayotte APPEL A PROJETS

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt de Mayotte APPEL A PROJETS Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt de Mayotte APPEL A PROJETS Références réglementaires : La loi n 2014-1170 du 13 octobre 2014 d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et

Plus en détail

LE PROCESSUS DE MISE EN ROUTE DANS LE DOMAINE DU TRAITEMENT DEs EAUx

LE PROCESSUS DE MISE EN ROUTE DANS LE DOMAINE DU TRAITEMENT DEs EAUx LE PROCESSUS DE MISE EN ROUTE DANS LE DOMAINE DU TRAITEMENT DEs EAUx 1 re édition - juin 2012 n Les traiteurs d eau et les sociétés d ingénierie constatent, à l appui d expériences passées, que les textes

Plus en détail

Concours Jeunes Agriculteurs d Élite du Canada. Section Québec

Concours Jeunes Agriculteurs d Élite du Canada. Section Québec Concours des Jeunes Agriculteurs d Élite du Canada, Section Québec Mission : fournir une tribune positive pour célébrer et reconnaître le progrès et l excellence en agriculture au Québec et au Canada.

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE DEROGATION AU REPOS DOMINICAL

FORMULAIRE DE DEMANDE DE DEROGATION AU REPOS DOMINICAL DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES LIBERTES PUBLIQUES 1 er Bureau 12 Rue Jean Sans Peur 59039 LILLE CEDEX FORMULAIRE DE DEMANDE DE DEROGATION AU REPOS DOMINICAL Le demandeur qui sollicite, en application

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DIRECTION GENERALE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET L INSERTION PROFESSIONNELLE BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR METIERS DES SERVICES A L ENVIRONNEMENT 1 Mai 2012 SOMMAIRE Annexe I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNELLE 0,70%TA SALARIES CADRES. Date d effet : 01/01/2014

NOTICE D INFORMATION REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNELLE 0,70%TA SALARIES CADRES. Date d effet : 01/01/2014 NOTICE D INFORMATION REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNELLE 0,70%TA SALARIES CADRES Date d effet : 01/01/2014 Cette notice d information résume, conformément à l article 932-6 du code de la Sécurité sociale,

Plus en détail

La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l.

La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. La Loi sur la qualité de l Environnement, des origines à nos jours Jean Piette Associé principal Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 5 février 2015 Colloque du réseau de l environnement (Hôtel

Plus en détail

Développement de logiciels et les services informatiques

Développement de logiciels et les services informatiques N o 63-255-X au catalogue. Bulletin de service Développement de logiciels et les services informatiques 2012. Faits saillants Les revenus générés par les entreprises de l industrie du développement de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR POUR LES STAGIAIRES EN FORMATION

REGLEMENT INTERIEUR POUR LES STAGIAIRES EN FORMATION REGLEMENT INTERIEUR POUR LES STAGIAIRES EN FORMATION Article 1 : Préambule TRANSFER est un organisme de formation indépendant déclaré sous le n d existence n 11-75-09545-75 Son siège social est situé 20

Plus en détail

Conditions particulières

Conditions particulières Conditions particulières relatives au comptage et au rachat par les Services industriels de Lausanne (SiL) de l énergie électrique refoulée par des installations de production raccordées au réseau de distribution

Plus en détail

EDITORIAL. AGRICOMPOST Bulletin d information Juillet 2014 SOMMAIRE. Editorial. 1

EDITORIAL. AGRICOMPOST Bulletin d information Juillet 2014 SOMMAIRE. Editorial. 1 AGRICOMPOST Bulletin d information Juillet 2014 SOMMAIRE Editorial. 1 News 2 Gamme de produits 2014 5 L agriculture écologiquement intensive ou comment produire plus et mieux avec moins.... 7 Foire agricole

Plus en détail

Ecole de Formation Usui Reiki Do

Ecole de Formation Usui Reiki Do Ecole de Formation Usui Reiki Do 171, rue Manon Cormier - 33000 Bordeaux Tél. 05 56 90 07 16 - Gsm. 06 87 02 06 28 Courriel. info@usuireikido.com Site Internet. ww.usuirekido.com Organisme de formation

Plus en détail

Identifi cation et formalisation Fiche des besoins en emploi. de l entreprise

Identifi cation et formalisation Fiche des besoins en emploi. de l entreprise Identifi cation et formalisation Fiche des besoins en emploi 1 de l entreprise I. Le contexte de l emploi II. Les missions III. Les compétences requises IV. L environnement de travail V. Les évolutions

Plus en détail

PROJET DE DÉCRET. relatif aux obligations de transparence des entreprises en matière sociale et environnementale

PROJET DE DÉCRET. relatif aux obligations de transparence des entreprises en matière sociale et environnementale NOR : JUSC1023113D PROJET DE DÉCRET relatif aux obligations de transparence des entreprises en matière sociale et environnementale Le Premier ministre, Sur rapport du garde des sceaux, ministre de la justice

Plus en détail

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise Point 3 (a) (i) de l ordre du jour provisoire E/CN.6/2010/1 pour la cinquantequatrième session de la Commission de la condition de la femme, du 1 er au 12 mars 2010 : Révision de la mise en œuvre de la

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE CSA Centre de stockage de l Aube pour les déchets de faible et moyenne activité à vie courte Actualisée au 15/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique

Plus en détail

L entretien des lignes téléphoniques aériennes Un enjeu pour assurer la continuité du service universel de téléphonie

L entretien des lignes téléphoniques aériennes Un enjeu pour assurer la continuité du service universel de téléphonie L entretien des lignes téléphoniques aériennes Un enjeu pour assurer la continuité du service universel de téléphonie L objectif de ce document est de partager les références légales et des éléments de

Plus en détail

AVENANT N 3 A L ACCORD RELATIF A L AMENAGEMENT ET A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL

AVENANT N 3 A L ACCORD RELATIF A L AMENAGEMENT ET A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AVENANT N 3 A L ACCORD RELATIF A L AMENAGEMENT ET A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL Entre, La Société ALTEN SIR immatriculée au R.C.S NANTERRE sous le n B. 400 357 886 dont le siège social est situé 130-136

Plus en détail

le télétravail chez econocom

le télétravail chez econocom le télétravail chez econocom avril 2013 Définition et contexte La loi définit le télétravail comme un travail à distance qui s effectue pour un employeur à l aide de l informatique et des télécommunications,

Plus en détail

(Ordonnance sur l accréditation et la désignation, OAccD) Objet; but de l accréditation et de la désignation

(Ordonnance sur l accréditation et la désignation, OAccD) Objet; but de l accréditation et de la désignation Ordonnance sur le système suisse d accréditation et la désignation de laboratoires d essais et d organismes d évaluation de la conformité, d enregistrement et d homologation (Ordonnance sur l accréditation

Plus en détail

L ENTREPOSAGE AVEC UN RISQUE ACCEPTABLE

L ENTREPOSAGE AVEC UN RISQUE ACCEPTABLE L ENTREPOSAGE AVEC UN RISQUE ACCEPTABLE VOTRE PARTENAIRE COMMERCIAL COMPÉTENT POUR LES INSPECTIONS, VÉRIFICATIONS ET ESSAIS L entreposage de grandes quantités de substances dangereuses est une pratique

Plus en détail

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES

ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ASSOCIATION INTERNATIONALE DES HAUTES JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES XIIe Congrès Istanbul du 03 au 07 mai 2016 LES MODES ALTERNATIFS DE REGLEMENT DES DIFFERENDS EN MATIERE ADMINISTRATIVE Les procédures

Plus en détail

Accord sur les incivilités et les violences à l occasion des relations commerciales avec la clientèle du 23.04.13

Accord sur les incivilités et les violences à l occasion des relations commerciales avec la clientèle du 23.04.13 Accord sur les incivilités et les violences à l occasion des relations commerciales avec la clientèle du 23.04.13 Préambule La généralisation des incivilités et violences affecte désormais la relation

Plus en détail

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation

Plus en détail

Nom de l établissement :... Adresse :... Code Postal :... Ville :... Nom et prénom :... Fonction :... M./Mme/Melle Nom et prénom :...

Nom de l établissement :... Adresse :... Code Postal :... Ville :... Nom et prénom :... Fonction :... M./Mme/Melle Nom et prénom :... MINIMUM REQUIS CONVENTION DE STAGE ERASMUS 2010-2011 Programme d éducation et de formation tout au long de la vie Convention de stage conclue entre : L établissement d envoi : Nom de l établissement :...

Plus en détail

AUJOURD HUI ON MANGE BIO

AUJOURD HUI ON MANGE BIO AUJOURD HUI ON MANGE BIO EDITO Tout le monde connaît l adage «bien manger c est le début du bonheur». En choisissant d introduire des aliments bio dans les menus proposés aux écoliers, les villes de Stains

Plus en détail