Pathologie de la transplantation. Françoise Berger mai 2008

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pathologie de la transplantation. Françoise Berger mai 2008"

Transcription

1 Pathologie de la transplantation Françoise Berger mai 2008

2 Pathologie de la transplantation Généralités Progrès immunologie et utilisation immunosuppresseurs + progrès de la chirurgie et de la réanimation nombre croissant de transplantations. Limitation = nombre des greffons La plupart transplantations d'organes sont allogéniques: = donneur et receveur de la même espèce, mais génétiquement différents. La survie à 1 an varie actuellement de 70 à 9O% des cas.

3 Pathologie de la transplantation Rappels 1/. Transplantation implantation d un organe, avec rétablissement continuité vasculaire Ex: rein, coeur, foie, poumon, coeur-poumons. Greffe: implantation d un tissu sans anastomose vasculaire Ex: moëlle osseuse, peau, cornée 2/. autogreffe: le donneur et le receveur sont le même individu. greffe syngénique: individus génétiquement identiques (jumeaux monozygotes). allogreffe: individus de la même espèce, génétiquement différents. xénogreffe: espèces animales différentes (foie de porc...)

4 Pathologie de la transplantation Les principales complications qui demeurent :. rejet du greffon. complications dues au traitement immunosuppresseur, - infectieuses: infections virales: cytomégalovirus... mycoses - tumeurs: carcinomes, lymphomes, Kaposi

5 I. LE REJET DU GREFFON conséquence de la réponse immune du receveur contre les Ag de transplantation propres au donneur, portés par le greffon essentiellement, Ag du complexe majeur d histocompatibilité (chez l homme, système HLA): reconnus par. Ag de classe I (A, B, C) lymphocytes T CD8 cytotoxiques. Ag de classe II (DR, DQ, DP) lymphocytes T CD4 auxiliaires. rarement, contre les Ag de groupes sanguins du système ABO : il existe habituellement compatibilité ABO entre donneur et receveur, sauf: - dans certaines transplantations hépatiques effectuées en urgence - en cas d'immunisation préalable du receveur: transfusions, grossesses

6 LE REJET DU GREFFON Les mécanismes du rejet du greffon sont complexes, encore imparfaitement connus. Ils font intervenir l'immunité cellulaire et humorale, avec une importance respective variable selon les cas différents types de rejet Les lésions du greffon sont dûes à:. production de cytokines. cellules T cytotoxiques alloréactives. allo-anticorps.

7 1. CYTOKINES LE REJET DU GREFFON cell CD4+ cell CD8+ stimulées par Ag HLA cl II Ag HLA cl I cell endoth greffon cell dendritiques IL1, IFNγ, TNFα stimulation production IL2, TNF, IL6, IL8 perméabilité vasculaire infiltration cell inflammatoires

8 LE REJET DU GREFFON 2. CELLULES T CYTOTOXIQUES ALLORÉACTIVES activées par Ag HLA cl I (ou parfois cl II) du greffon destruction cellulaire / adhérence, synthèse perforine, lyse mb ou induction apoptose +/- intervention cell tueuses non spécifiques: NK, LAK, monocytes, polynuléaires neutro ou éosinophiles. 3. ALLO-ANTICORPS (préformés chez le receveur) fixation sur Ag greffon de l endothélium des Vx activation du complément réaction d Arthus: accumulation PN, plaquettes thrombose, infarctus rejet suraigu rejet aigu humoral

9 LE REJET DU GREFFON LES CELLULES CIBLES DE LA RÉPONSE IMMUNE de nature variable: cellules endothéliales: expriment à l'état normal Ag HLA cl I et II cible privilégiée, dans tous les greffons vascularisés (rein, foie, poumon...) cellules parenchymateuses du greffon probablement atteintes secondairement, avec atteinte initiale préférentielle de certaines cellules: Ex: dans le foie, les cell épithéliales des canaux biliaires expriment à l'état normal les Ag HLA de classe I, alors que les hépatocytes ne les expriment pas. Au cours du rejet et dans d autres pathologies, augmentation de l'expression des antigènes HLA de classe I par toutes les cellules cibles apparition anormale de leur expression par certaines cellules (ex: hépatocytes)

10 LE REJET DU GREFFON Foie normal hépatocytes Cx biliaires cell Kupffer cell endoth HLA cl I HLA cl II ABO 0 0/+ 0 + Foie pathologique infect virales + cl I + cl II + cl II cholestase + cl I + cl II Rejet aigu + cl I ++ cl II ++ cl II

11 LE REJET DU GREFFON Différents types de rejet des organes allogéniques. 3 types: suraigu, aigu, chronique mécanismes différents définition non chronologique Ex: rejet chronique précoce rejet aigu tardif Classiquement, mécanisme Rejet suraigu humoral rare aigu cellulaire T 70% cas chronique vasculaire 5-15% cas

12 LE REJET DU GREFFON 1. Rejet suraigu ( de type humoral). lié présence d'anticorps préformés chez receveur (après transfusions ou grossesse). survient immédiatement après revascularisation du greffon, essentiellement transplantation rénale: le greffon devient violacé.. Destruction cellules endothéliales, attraction polynucléaires, libération d'enzymes lysosomales, dépôt fibrine et plaquettes, puis thrombose et nécrose hémorragique = infarctus Dépôts massifs Ig et complément dans paroi des vaisseaux. Evité par pratique systématique du cross-match lymphocytaire, pour sélection receveurs: test de lymphotoxicité lymphocytes T donneur + sérum recev: détecte anti-ag HLA préformés Dg différentiel: Non-fonction primaire du greffon (un peu plus tardive) ischémie: thrombose, choc, foie septique, mauvaise conservation greffon stéatose > 50% Rejet aigu accéléré

13 LE REJET DU GREFFON 2. Rejet aigu (classiquement à médiation cellulaire T) le plus fréquent. ex: 40%à 50% greffes de foie. habituellement entre 5e et 15e jour après la greffe, jusqu'à 2 mois, parfois plus tardif (insuffisance du traitement immunosuppresseur) ou précoce (2e-4e jour): rejet aigu accéléré (retransplantation) favorisé par lésions de conservation (ischémie expression Ag HLA). réaction immune de cytotoxicité à médiation cellulaire. clinique: augmentation taille du greffon (oedème...) avec troubles de ses fonctions fièvre

14 LE REJET DU GREFFON 2. Rejet aigu (à médiation cellulaire T) Histologie: infiltration cellulaire (lymphocytes + macrophages, éosinophiles), débutant au niveau et autour des vaisseaux. parfois lésions cellules endothéliales = endothélite. lésions parenchymateuses de gravité variable, touchant préférentiellement certaines cellules cibles (canaux biliaires, tubes rénaux, bronchioles) +/- nécrose tissulaire dans les rejets sévères.

15 Rejet aigu cellulaire: lésions portales

16 Rejet aigu cellulaire: lésions centro-lobulaires Endothélite centrolobulaire

17 LE REJET DU GREFFON 2. Rejet aigu (à médiation cellulaire T) Gravité du rejet cellulaire appréciée par histologie (grading), couplée à clinique et à biologie. conditionne le traitement = urgence ImmSuppr (ciclosporine ou autre) +/- corticoides, OKT3 le plus souvent, rétrocession rapide Ex: Grading Schéma de Banff 1997 Rejet aigu greffon hépatique - Inflammation portale - Lésions canaux biliaires - Endothélite veinules portes +/- centrolobulaires - Inflammation centrolobulaire & nécrose hépatocytaire

18 LE REJET DU GREFFON Notion de rejet humoral aigu d allogreffe: par allo-anticorps et complément Considéré auparavant comme négligeable, serait actuellement en cause dans 2 à 8%rejets aigus en transplantation rénale. Causes :. définition lésions histologiques. meilleure détection des allo-ac anti-donneur. retransplantations. transplant ABO ou HLA incompatibles (manque greffons) Dg (rein): signes histo d agression tissulaire : nécrose tubulaire aigüe, cell mononucléées ou PN dans lumière des capillaires ou thromboses capillaires ou artérite avec nécrose fibrinoïde mise en évidence fixation C4d au niveau des capillaires péri-tubul/ IF (témoin de l intervention d anticorps dans l agression tissulaire) détection anticorps circulants anti-hla ou autre Ag donneur Parfois association rejet humoral et rejet aigu cellulaire.

19 Rejet humoral aigu par allo-anticorps et complément Dépôts C4d

20 LE REJET DU GREFFON Rejet humoral aigu d allogreffe Existe aussi en transplantation cardiaque et pulmonaire, mais pas en transplantation hépatique (environnement immunologique différent), sauf en cas d incompatibilité ABO. Dg composante humorale rejet aigu traitement différent incluant quadruple immunosuppression plasmaphérèses, Rituximab( Ac anti-cd20) splénectomie pour production auto-ac (pré-op: transpl hépatique ABO incompatible) Dépôts C4d

21 LE REJET DU GREFFON 2. Rejet aigu: Dg différentiel:. état septique. obstacle biliaire. ischémie. lésions de conservation du greffon. infection virale: CMV, réactivation VHC, VHB habituellement + tardive. toxicité médicamenteuse aidé par investigations complémentaires:. taux ciclosporine ou FK virologie, bactériologie. échographie. doppler, artériographie. Cholangiographie Parfois association 2 pathologies: Ex: rejet aigu + récidive hépatite C

22 Rejet du greffon: diagnostic différentiel Lésions conservation greffon Hépatite à CMV Récidive hépatite C sur greffon

23 LE REJET DU GREFFON 3. Rejet chronique ( de type vasculaire ou artériopathique) assez rare: 5 à 15% des greffes de foie 10 à 30% des survivants à long terme après greffe rénale Perte progressive et irréversible fonctions normales du greffon après plusieurs mois ou années, quelquefois plus précoce. Mécanismes mal connus: facteurs immunologiques : notion récente rôle rejet humoral/alloac (dépôt de C4d au niveau des capillaires) + facteurs viraux (cytomégalovirus?) + facteurs ischémiques? (troubles de la vascularisation du greffon) lésion endothéliale (dépôts fibrine et plaquettes) activation activation lymphocytes T et macrophages production cytokines activation cell musculaires lisses média, migration dans l intima, prolifération, synthèse collagène... fibrose response to injury identique athérogenèse et resténose après angioplastie.

24 LE REJET DU GREFFON 3. Rejet chronique ( de type vasculaire ou artériopathique) Histologie: Lésions artérielles : Lésions identiques retrouvées dans rejet chronique du rein, du coeur, du foie, du poumon, du pancréas Artériosclérose (artères petit calibre) + athérosclérose (artères gros et moyen calibre) = artérite spumeuse oblitérante.. Artériosclérose: intima épaissie renfermant macrophages et lymphocytes T prolif cell musculaires lisses et collagène sténose ischémie.. Athérosclérose: macrophages phagocytant lipides libérés par plaquettes plaques avec lipides entourés d un tissu fibreux sténose +/- thrombose Lésions parenchymateuses: Fibrose. fibrose interstitielle greffon rénal. disparition canaux biliaires du foie greffé, puis fibrose et cirrhose. bronchiolite oblitérante et fibrose interstitielle pulmonaire. Le rejet chronique ne peut être traité que par une retransplantation.

25 Rejet chronique ( de type vasculaire ou artériopathique)

26 Dg histo: chronologie lésions du greffon (foie) Temps Dg Exemples zéro Lésions pré-exist donneur stéatose Dg Extemporané: 30%? hémosidérose Lésions conservation/reperf 1er mois Rejet Lésions conservation/reperf peu visibles hyperaigu (très rare) aigu (fréquent) Ischémie 1-12 mois Rejet aigu chronique Complications biliaires Sténose VBP Infections opportunistes Hépatite CMV Récidive maladie initi ale Hépatite C clarification/nécrose centrolob > 12 mois Récidive maladie initiale Hépatite C >80%, hépatite B <10% CBP & cholangite scléros I 20-30% Hépatite auto-immune 20-30% Alcool 10-30%, Tumeurs... Maladie hépatique nouvelle Hépatite auto-immune Complications biliaires Sténose VBP Rejet aigu ou chronique

27 II- MALADIE DU GREFFON CONTRE L HOTE GVH: graft versus host disease Des lymphocytes T présents dans le greffon reconnaissent les Ag d histocompatibilité réaction immune du greffon contre l hôte. S'observe dans les conditions suivantes:. présence cellules immunocompétentes(lymphocytes T) dans greffon. différences d'histocompatibilité entre donneur et receveur (antigènes HLA mais aussi antigènes mineurs d'histocompatibilité). incapacité de l'hôte à rejeter le greffon (déficit immunitaire primaire ou immunosuppression) Il s'agit d'une complication:. essentiellement greffes de moëlle allogéniques (le receveur subit avant la greffe une irradiation à dose léthale). plus rarement, transfusions de produits sanguins frais, chez les immunodéprimés (chimiothérapie...). rarement, greffes de moëlle autologues et syngéniques (jumeaux) ou greffes d'intestin (renfermant de nombreux lymphocytes).

28 MALADIE DU GREFFON CONTRE L HOTE- GVH 2 formes de GVH: GVH aigüe et GVH chronique GVH aigüe: avant le 100e jour touche essentiellt: peau, tube digestif et foie clinique: fièvre, rash, érythrodermie, diarrhée, cholestase histologie: apoptose épithéliale de gravité variable infiltrat lymphocytaire modéré: cell T CD4+, CD8+ et NK expression Ag HLA cl II par cell épithéliales. 4 grades sévérité (I à IV) cliniques et histologiques généralement réversible/ corticothérapie massive

29 MALADIE DU GREFFON CONTRE L HOTE- GVH GVH chronique: habituellement après le 100e jour touche de nombreux organes: peau (lésions lichénoïdes ou sclérodermiformes) foie, tube digestif, glandes salivaires, glandes lacrymales, poumon Immunité cell T + lésions auto-immunes (auto-ac par activation polyclonale T-dépendante lymphocytes B) clinique rappelant certaines maladies auto-immunes: sclérodermie, cirrhose biliaire primitive (cholestase+++), syndrome de Sjogren (sécheresse des muqueuses). histologie: fibrose et atrophie. GVH aigüe GVH chronique

30 III- COMPLICATIONS LIEES AU DEFICIT IMMUNITAIRE induit par le traitement immunosuppresseur 1- Infections opportunistes: dues à germes qui deviennent pathogènes en raison du déficit des moyens de défense de l'hôte. surtout germes intra-cellulaires: tuberculose, mycobactéries atypiques candidoses, cryptococcoses, toxoplasmose, cryptosporidiose, pneumocystis carinii virus du groupe Herpès: herpès, zona, cytomégalovirus infections graves: pulmonaires, cérébrales, disséminées nephropathie due au BKvirus, maladie émergente du greffon rénal. polyomavirus par ailleurs responsable de cystite hémorragique, sténose urétérale, rétinite, pneumonie, encéphalite

31 III- COMPLICATIONS LIEES AU DEFICIT IMMUNITAIRE induit par le traitement immunosuppresseur 2- Tumeurs de types particuliers liées à l'action de virus oncogènes, en raison de perte du contrôle des mécanismes de défense de l'hôte HHV8 (human herpes virus 8): Kaposi cutané ou muqueux HPV: verrues, cancers cutanés, papillomes et cancer du col, de l anus lymphoproliférations souvent B et associés à EBV (virus d'epstein Barr) parfois associées HHV8 parfois lymphomes T

Aspects anatomo-pathologiques des greffes d organes

Aspects anatomo-pathologiques des greffes d organes Campan Anne-sophie Gélébart Clémentine 01/03/12 EC immunodepression aspect anatomo pathologique des greffes d organes, Dr. N. Rioux-Leclercq Le diaporama sera disponible sur le réseau pédagogique Aspects

Plus en détail

Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009

Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009 Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009 Néphropathie Chronique d Allogreffe Chapman et al. J Am Soc Nephrol 2005;16(10):3015-3026.

Plus en détail

Cholangiopathies du greffon. Pr Dominique Wendum Service d Anatomie Pathologique Hôpital St Antoine

Cholangiopathies du greffon. Pr Dominique Wendum Service d Anatomie Pathologique Hôpital St Antoine Cholangiopathies du greffon Pr Dominique Wendum Service d Anatomie Pathologique Hôpital St Antoine juin 2014 Greffes du foie en France 2010: 1092 2011: 1164 Période 1993-2010 : Survie à 1 an 84% Survie

Plus en détail

Maladies auto-immunes (MAI)

Maladies auto-immunes (MAI) 23.09.2013 CLAUDE Marjorie L3 Immunopathologie et Immunointervention Dr DESPLAT-JEGO 6 pages Maladies auto-immunes (MAI) Plan A. Notions de base I. Le soi, le non-soi II. La réaction immunitaire III. Antigènes

Plus en détail

Marie-Christine MAZERON

Marie-Christine MAZERON Place des tests virologiques et immunologiques dans la surveillance des infections à CMV des receveurs de greffe d organe et de cellules souches hématopoïétiques Marie-Christine MAZERON Cytomégalovirus

Plus en détail

Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016

Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016 Les immunosuppresseurs Réunion des associations 2016 L immunité L immunité est définie comme l ensemble des mécanismes biologiques permettant à un organisme d assurer son intégrité en éliminant ses propres

Plus en détail

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Types d immunodépression Innée Déficits immunitaires héréditaires (>150 décrits) Acquise Liée à une maladie

Plus en détail

Transplantation Rénale

Transplantation Rénale Transplantation Rénale Maïté JAUREGUY 20/11/2013 Transplantation rénale Avantages * Moins de contraintes -Temps - Régime, restriction hydrique * Restauration fonction endocrine (possibilité de grossesse)

Plus en détail

Appendicite Aigüe B A. Appendice Normal. A : Mésothélium B : Sous séreuse. 1 : Muqueuse 2 : Sous muqueuse 3 : Musculeuse 4 : Nodule lymphocytaire

Appendicite Aigüe B A. Appendice Normal. A : Mésothélium B : Sous séreuse. 1 : Muqueuse 2 : Sous muqueuse 3 : Musculeuse 4 : Nodule lymphocytaire Appendicite Aigüe A : Mésothélium B : Sous séreuse Appendice Normal B A Glande de Liberkuhn Sous un épithélium cylindrique Invagination sous la surface tapissée de cellules entérocytaires et caliciformes

Plus en détail

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon

Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon Rappel immunologie Immunité anti-infectieuse D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 09.10.2015 Le Le système immunitaire est est composé de de plusieurs éléments Cellules immunitaires -cell.phagocytaires

Plus en détail

Sémiologie pancréatique

Sémiologie pancréatique Sémiologie pancréatique Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Pancréas Sémiologie Examens complémentaires:

Plus en détail

Vieillissement immunitaire

Vieillissement immunitaire Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr Michèle Becker-Schneider 24 Mai 2012 CHU Besançon 1 Vieillissement immunitaire Fréquence et gravité accrue des infections Réponse faible aux vaccinations

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr Michèle Becker-Schneider CHU Besançon 25 Février 2010 1 Vieillissement immunitaire Fréquence et gravité accrue des infections Réponse faible aux vaccinations

Plus en détail

Maladies Autoimmunes du foie

Maladies Autoimmunes du foie Maladies Autoimmunes du foie Rupture de la tolérance du «soi» Réaction inflammatoire chronique et prolongée contre un auto-antigène Destruction de la structure cellulaire normale qui porte l auto-antigène

Plus en détail

- Les antigènes de transplantation et le lymphocyte T répondeur - Quelles sont les cellules présentant efficacement l antigène?

- Les antigènes de transplantation et le lymphocyte T répondeur - Quelles sont les cellules présentant efficacement l antigène? Mécanismes du rejet - Les antigènes de transplantation et le lymphocyte T répondeur - Quelles sont les cellules présentant efficacement l antigène? - Les cellules présentant l antigène proviennent elles

Plus en détail

Pneumopathies médicamenteuses

Pneumopathies médicamenteuses Pneumopathies médicamenteuses Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale Bordeaux, Mars 2009 3 % des pneumopathies interstitielles Fréquence variable 1/100.000 pour la Nitrofurantoine 1-2% Amiodarone >

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases. Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009

Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases. Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009 Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009 Quel est votre premier réflexe face à une majoration des transaminases?

Plus en détail

Pathologie du Rein. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Rein. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Rein Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le rein normal 1700 l de sang > 1 l d urine Homéostasie du milieu liquide Rôle endocrine: Erythropoïétine

Plus en détail

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus I.Généralités: Il existe 3 sous familles d herpès virus : Sous famille Espèce Alpha-herpesvirinae Herpès simplex type 1 HHV1 Herpès simplex type 2 Varicelle-Zona

Plus en détail

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux

Le Bilan pré-transplantation Rénale. Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Le Bilan pré-transplantation Rénale Lionel Couzi Unité de Transplantation Rénale Département de Néphrologie C.H.U de Bordeaux Consultation initiale Au cours d une consultation Information orale et écrite

Plus en détail

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Hématopoïèse Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie Résumé : Les leucémies aiguës sont des affections

Plus en détail

Immunologie de la transplantation et des greffes

Immunologie de la transplantation et des greffes DELAMARE Chloé G.Thibault NORMAND Amélie Immunologie le 22/03/11 Immunologie de la transplantation et des greffes I-Introduction Les premières greffes et transplantations (années 40-50) nécessitaient une

Plus en détail

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES Tuberculose, VIH, autres immunodéprimés Dr Nathalie De Castro Maladies Infectieuses Cas 1 VIH, 40 CD4 : mise sous ARV au

Plus en détail

Transplantation Aspects éthiques et légaux

Transplantation Aspects éthiques et légaux Transplantation Aspects éthiques et légaux Historique Greffes tissulaires : XIXe siècle Greffes d organe : XXe siècle En 1952, Dausset : système HLA En 1954, greffe réussie entre 2 vrais jumeaux En 1956,

Plus en détail

Canalicule Cholangiole = ductule Artère hépatique Canal Biliaire Interlobulaire Veine porte Ponction biopsie hépatique Nombre de canaux biliaires interlobulaires Foie normal Absence de canal biliaire interlobulaire

Plus en détail

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Allogreffes de CSH et transfusion Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Recommandations HAS novembre 2014 PSL irradiés: à partir de 7 jours avant un prélèvement de cellules souches hématopoïétiques. Si greffe:

Plus en détail

La lymphangite chronique chez le cheval. lundi 11 juin 12

La lymphangite chronique chez le cheval. lundi 11 juin 12 La lymphangite chronique chez le cheval I. LA LYMPHANGITE CHRONIQUE CHEZ LE CHEVAL 1.1. Rappel sur le système lymphatique : Structures / Fonctions 1.2. Diagnostique différentiel des lymphangites 1.3. Le

Plus en détail

«Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010

«Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010 «Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010 Plan détaillée de la présentation I- Introduction aux cellules dendritiques

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM Date : 24/07/90 - les MEDECINS CONSEILS REGIONAUX - le MEDECIN CHEF de la REUNION Origine

Plus en détail

Techniques de désensibilisation. Gwenaelle Roussey, CHU Nantes

Techniques de désensibilisation. Gwenaelle Roussey, CHU Nantes Techniques de désensibilisation Gwenaelle Roussey, CHU Nantes APNP, Paris 2015 Introduction Désensibilisation = épurer des anticorps toxiques pour une greffe Quels anticorps? antia/ antib: pour une greffe

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

Hépatites Autoimmunes (HAI)

Hépatites Autoimmunes (HAI) Hépatites Autoimmunes (HAI) Groupe (sans doute hétérogène) de maladies de cause(s) inconnue(s), caractérisées par des lésions hépatocytaires nécrotico-inflammatoires, la présence d'autoanticorps particuliers

Plus en détail

Transplantation cardiaque : rôle du pathologiste

Transplantation cardiaque : rôle du pathologiste Transplantation cardiaque : rôle du pathologiste Diagnostic de rejet Diagnostic des complications : Infectieuses Tumorales Insuffisance rénale : toxicité rénale des immunosuppresseurs Pathologie de la

Plus en détail

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon CREPUSCULE DES VIEUX vieillissement cérébral vieillissement artériel VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE VIEILLISSEMENT

Plus en détail

Défense de l organisme

Défense de l organisme Module 1 Défense de l organisme Soit par Soit par Système de défense non spécifique Système de défense spécifique Première ligne -Barrières naturelles Deuxième ligne -Défenses cellulaires et chimiques

Plus en détail

Anatomie Pathologique

Anatomie Pathologique Anatomie Pathologique 5 cours magistraux Œsophage estomac Intestin grêle et colon Foie Voies biliaires et pancréas Tumeurs digestives 1 ED 2h à préparer : 5 observations, en ligne 3 semaines avant Répondre

Plus en détail

L Hypersensibilité de type IV ou Hypersensibilité retardée

L Hypersensibilité de type IV ou Hypersensibilité retardée L Hypersensibilité de type IV ou Hypersensibilité retardée Définition: Exacerbation de la réponse à médiation cellulaire (Th-1) Antigènes responsables: -Bactéries intracellulaires: Brucella, Mycobactéries,

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. L antigène sera identifié par le site anticorps et / ou le récepteur lymphocytaire. L haptène est une partie de l antigène.

IMMUNOLOGIE. L antigène sera identifié par le site anticorps et / ou le récepteur lymphocytaire. L haptène est une partie de l antigène. IMMUNOLOGIE I- LES PARTENAIRES DE LA REPONSE IMMUNOLOGIQUE Une réponse immune apparait quand l organisme détecte l existence d un signal anormal, la plupart du temps une protéine appelée immunogène. Une

Plus en détail

Sophie HILLAIRE. Maladies des vaisseaux du foie en dehors des thromboses des gros vaisseaux

Sophie HILLAIRE. Maladies des vaisseaux du foie en dehors des thromboses des gros vaisseaux Sophie HILLAIRE Maladies des vaisseaux du foie en dehors des thromboses des gros vaisseaux Savoir évoquer une maladie vasculaire du foie. Savoir le prouver. Connaître les implications thérapeutiques et

Plus en détail

Chapitre II : Mécanismes de l'immunité

Chapitre II : Mécanismes de l'immunité Chapitre II : Mécanismes de l'immunité Introduction Lors d une infection, l organisme réagit de différentes manières pour éliminer l agent pathogène : Une réaction immunitaire innée non spécifique qui

Plus en détail

Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE

Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE Le Système Immunitaire (SI) Innée Dr Ahmed HODROGE ahmed.hodroge@u-picardie.fr Pôle Santé - UFR de Médecine Laboratoire d Immunologie EA4666 - LNPC 18 FEVRIER 2014 Les différentes immunités Cellules (Mφ,

Plus en détail

[CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE

[CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE 3éme ANNEE FACULTE DE MEDECINE D ALGER.DEPARTEMENT DE MEDECINE.CYCLE GRADUE. COMITE PEDAGOGIQUE IMMUNOLOGIE [CAHIER MODULE IMMUNOLOGIE] Dans ce cahier vous trouverez les informations relatives au module

Plus en détail

LE SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SYSTEME IMMUNITAIRE LE SYSTEME IMMUNITAIRE I/ Définition Mécanismes physiologique ; défendre l'organisme contre : certains agents pathogènes les substances étrangères ou anormales (micro organismes = bactérie, parasite, virus,...)

Plus en détail

Partie 4: IMMUNOTHERAPIE : LES GREFFES

Partie 4: IMMUNOTHERAPIE : LES GREFFES Partie 4: IMMUNOTHERAPIE : LES GREFFES Les greffes existent depuis très longtemps, mais leur essor date de 1940 (=1ère greffe de peau chez les aviateurs brûlés pendant la guerre). 1956 : 1ère transplantation

Plus en détail

Les principes du fonctionnement du système immunitaire

Les principes du fonctionnement du système immunitaire Les principes du fonctionnement du système immunitaire Pierre Aucouturier pierre.aucouturier@inserm.fr S102CYCLEVIE.16PA Vendredi 22 mars 2013, 15h-17h Les fonctions du système immunitaire Protéger des

Plus en détail

Les étapes de la réaction inflammatoire

Les étapes de la réaction inflammatoire Réaction inflammatoire 2. Détection par les cellules sentinelles PRR Motif moléculaire Agent (bactérie) Phagocytose des agents Macrophage Leucocyte (cellule dendritique) 3. Libération de messages chimiques

Plus en détail

Depuis décembre 2007: plusieurs consultations aux urgences et une hospitalisation au service Porte

Depuis décembre 2007: plusieurs consultations aux urgences et une hospitalisation au service Porte Dossier 1 A. Khalil MF Carette Homme de 44 ans Asthme depuis 2001 Depuis décembre 2007: plusieurs consultations aux urgences et une hospitalisation au service Porte Le 01/06/2008, consultation aux urgences

Plus en détail

Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales

Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales Retentissement hormonal de l infection à VIH et des thérapeutiques antirétrovirales Hervé Lefebvre Service d Endocrinologie, INSERM U982, IRIB, CHU et Université de Rouen, France Situation du sujet Les

Plus en détail

Pourquoi faut-il prendre des immunosuppresseurs après une transplantation?

Pourquoi faut-il prendre des immunosuppresseurs après une transplantation? Pourquoi faut-il prendre des immunosuppresseurs après une transplantation? Dr John-David Aubert Service de pneumologie et Centre de transplantation, CHUV - Lausanne Berne 13 mars 2010 Le miracle de St

Plus en détail

Véritable atteinte auto-immune spécifique

Véritable atteinte auto-immune spécifique ophtalmopathie dysthyroïdienne 246 - OPHTALMOPATHIE DYSTHYROÏDIENNE Ce qu il faut savoir 1. Savoir évoquer une exophtalmie basedowienne sur ses caractéristiques cliniques, 2. Connaître les complications

Plus en détail

Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie du foie... 3 2. Généralités... 3 2.1. Ponction biopsie (PBH) et hépatites

Plus en détail

Hépatites virales Hépatites virales Hépatite A Hépatite A Hépatite E Hépatite G Hépatite D ou agent delta VHB Généralités - Virus de l hépatite B. Famille des Hepadnaviridae. Genre des Othohepadnavirus

Plus en détail

Réponse allogénique et transplantation d'organes

Réponse allogénique et transplantation d'organes 26/11/2015 GUELORGET Alice L2 CR : CHEMLI Nyl TSSIBS Pr Olive 10 pages Réponse allogénique et transplantation d'organes Plan A. Historique B. Mécanisme immunologique de la greffe I. Différents types de

Plus en détail

Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi

Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination

La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination Conflits d intérêt : Invitation à un congrès, missions d expertise (GSK) AT & IBV Invitation à un congrès, réunion scientifique (SPMSD)

Plus en détail

Cholestase Démarche Diagnostique

Cholestase Démarche Diagnostique Cholestase Démarche Diagnostique Imagerie du foie et des voies biliaires (échographie scanner) Obstacle sur les voies biliaires? oui non Diagnostic (tumeurs, calculs, ) Diagnostic? Cholestase - Mécanismes

Plus en détail

Réponse Immunitaire à médiation cellulaire

Réponse Immunitaire à médiation cellulaire - Faculté de Médecine de Mostaganem 28/11/2015 - Cours d immunologie fondamentale Réponse Immunitaire à médiation cellulaire Dr M.Messatfa. m_immuno@yahoo.fr Copyright F. Hoffmann-La Roche Ltd PHASE 1

Plus en détail

CMH I / CMH II. Les complexes majeurs d histocompatibilité

CMH I / CMH II. Les complexes majeurs d histocompatibilité CMH I / CMH II Les complexes majeurs d histocompatibilité Réponse immunitaire immunité innée : non-spécifique Cellules NK Granulocytes Macrophages Cellules dendritiques Inflammation locale Phagocytose

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail

La réponse immunitaire. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon

La réponse immunitaire. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon La réponse immunitaire D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 15.10.2015 Nomenclature Rôle et implications du système immunitaire Composition du système immunitaire Fonction de chaque constituant

Plus en détail

La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui

La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui La transplantation rénale: un tableau global d hier à aujourd hui Professeur Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique CHU de Nantes La transplantation rénale La transplantation rénale

Plus en détail

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente.

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente. DIVERSITE DES INFECTIONS VIRALES Dr Rafik HARRATH Laboratoire de Virologie, Faculté de Pharmacie de Monastir Les infections virales Infection transformante Infection aiguë lytique Infection latente Cellule

Plus en détail

Immunité Spécifique Acquise & Immunité Non Spécifique Acquise

Immunité Spécifique Acquise & Immunité Non Spécifique Acquise Immunité Spécifique Acquise & Immunité Non Spécifique Acquise Présentée par : Dr. AMARA. S Introduction : I- Les Facteurs tissulaires 1. La peau 2. Les muqueuses II- Les Facteurs Cellulaires 1. les cellules

Plus en détail

Suivi après Transplantation rénale chez l enfant

Suivi après Transplantation rénale chez l enfant Suivi après Transplantation rénale chez l enfant bruno.ranchin@chu-lyon.fr APNP Toulouse 20-21 Octobre 2007 Epidémiologie France 2006 Malades greffés en France 2006 (inscrits < 16 ans) n = 84 3,1 % du

Plus en détail

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION

COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION COMPATIBILITE TISSULAIRE EN TRANSPLANTATION jonathan.visentin@chu-bordeaux.fr J. VISENTIN Laboratoire d Immunologie et Immunogénétique, Hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux CNRS UMR 5164, Université de Bordeaux

Plus en détail

Complexe Majeur d Histocompatibilité

Complexe Majeur d Histocompatibilité Complexe Majeur d Histocompatibilité Hélène Moins-Teisserenc Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, INSERM U662 Hôpital Saint-Louis helene.moins@univ-paris-diderot.fr Reconnaissance antigénique

Plus en détail

AFFECTIONS CUTANEO- MUQUEUSES AU COURS DE L INFECTION L VIH/SIDA. Dr LANDO Marie Jeannette, Dermato-Vénérologue, HDJ/HCY

AFFECTIONS CUTANEO- MUQUEUSES AU COURS DE L INFECTION L VIH/SIDA. Dr LANDO Marie Jeannette, Dermato-Vénérologue, HDJ/HCY AFFECTIONS CUTANEO- MUQUEUSES AU COURS DE L INFECTION L A VIH/SIDA 1 PROGRAMME DE FORMATION WAF/ECS/ESTHER/CNLS Formation du personnel paramédical et associatif en prise en charge globale des PVVS 2 INTRODUCTION

Plus en détail

PATHOLOGIE DIGESTIVE PEDIATRIQUE

PATHOLOGIE DIGESTIVE PEDIATRIQUE Cours DES ACP- JANVIER 2006 PATHOLOGIE DIGESTIVE PEDIATRIQUE Dr S COLLARDEAU-FRACHON Dr R BOUVIER la maladie cœliaque Anticorps Anti-endomysium Anti-transglutaminases Anti-gliadines Fréquence Clinique

Plus en détail

RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE CELLULAIRE

RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE CELLULAIRE FACULTE DE MEDECINE DE BLIDA RÉPONSE IMMUNITAIRE SPÉCIFIQUE CELLULAIRE Dr BOUDJELLA M.L Cours d immunologie ANNEE 2011-2012 I- INTRODUCTION : -Ce terme s applique dans les réactions immunitaires dans lesquelles

Plus en détail

Le 10/07. Stéphanie.BRAVETTI (IHN)

Le 10/07. Stéphanie.BRAVETTI (IHN) Patiente de 41 ans à J d une greffe rein-pancréas, complications vasculaires : thrombose de l'artère puis de la veine du transplant, syndrome fébrile à 39, confusion et agitation Le 10/07 quels items radiologiques

Plus en détail

Hypersensibilité de type II

Hypersensibilité de type II Cours d immunologie Hypersensibilité de type II ANNEE 2011-2012 1 I- CLASSIFICATION DE GELL ET COOMBS: 2 I- CLASSIFICATION DE GELL ET COOMBS: Les réactions d hypersensibilité ont été réparties en quatre

Plus en détail

Petits rappels: Merci de vérifier le contenu de vos boîtes; Merci de ranger vos lames au bon emplacement (cfr liste au recto du couvercle); N oubliez

Petits rappels: Merci de vérifier le contenu de vos boîtes; Merci de ranger vos lames au bon emplacement (cfr liste au recto du couvercle); N oubliez T.P. Anatomie Pathologique : SEANCE 3 Le Foie : 3 e partie Autres lésions Semaine du 11 au 14/10/2010 Petits rappels: Merci de vérifier le contenu de vos boîtes; Merci de ranger vos lames au bon emplacement

Plus en détail

Démarche diagnostique devant une lymphopénie Mouna ZAHLANE

Démarche diagnostique devant une lymphopénie Mouna ZAHLANE Démarche diagnostique devant une lymphopénie Mouna ZAHLANE INTRODUCTION LB et LT Lc NK acteurs de l immunité adaptative. n expriment pas de récepteur à l antigène. Taux entre 1500 et 4000 elts/mm 3 = production

Plus en détail

Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie

Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie Méningites et Méningo-encéphalites virales physiopathologie et pathogénie H. Karray-Hakim Laboratoire Microbiologie - Sfax Congrès de la STPI. Tunis le 22-24 avril 2010 Méningo-encéphalite Encéphalite

Plus en détail

Faculté de Médecine de Mostaganem Cours immunologie fondamentale 22/11/2015. Le Système HLA. Dr M.Messatfa

Faculté de Médecine de Mostaganem Cours immunologie fondamentale 22/11/2015. Le Système HLA. Dr M.Messatfa Faculté de Médecine de Mostaganem Cours immunologie fondamentale 22/11/2015 Le Système HLA Dr M.Messatfa m_immuno@yahoo.fr Introduction Les corps étrangers reconnus par le système immunitaire sont appelés

Plus en détail

Les différents produits sanguins et leurs principales indications

Les différents produits sanguins et leurs principales indications Les différents produits sanguins et leurs principales indications Dr Frédéric JOYE Comité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance (CSTH) Produits Sanguins thérapeutiques Produits sanguins thérapeutiques

Plus en détail

Transplantation d organes. Quelles voies de recherche?

Transplantation d organes. Quelles voies de recherche? Transplantation d organes Quelles voies de recherche? Transplantation d organes - Quelles voies de recherche? ISBN 978-2-85598-873-X Les éditions Inserm, 2009 101 rue de Tolbiac, 75013 Paris Dans la même

Plus en détail

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE

DIAGNOSTIC IMMUNOLOGIQUE DE LA MALADIE COELIAQUE La maladie coeliaque (MC) est une entéropathie auto-immune due à une intolérance au gluten chez des sujets génétiquement prédisposés. C est une maladie multigénique associée en particulier aux molécules

Plus en détail

Manifestations pulmonaires des maladies systémiques

Manifestations pulmonaires des maladies systémiques Manifestations pulmonaires des maladies systémiques Mr M M agé de 83 ans ATCDS: HTA sous lopril25 Non tabagique Adressé de l hopital régional de medenine pour prise en charge d une thrombopénie sévère

Plus en détail

HHV6,HHV7- faut-il diagnostiquer ces infections?

HHV6,HHV7- faut-il diagnostiquer ces infections? HHV6,HHV7- faut-il diagnostiquer ces infections? HHV6 - HHV7 HHV6 HHV7 ADN 160-170 Kb 140-160 Kb Homologie Variants 46-85% HHV6 A B 95-99% 41-75% CMV Tropisme cell mononucléées du sang lymphocytes CD4

Plus en détail

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2?

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Pierre-Marie Roger Service d Infectiologie, Nice Journées Nationales d Infectiologie 2005 Le pronostic dépend du statut immunitaire

Plus en détail

Indications de transplantation

Indications de transplantation Indications de transplantation Indications de transplantation hépatique: Beaujon 2000-10 13% 16% 17% Cirrhose alcool Cirrhose VHC Cirrhose VHB Biliaires CHC Fulminantes 34% 5% 4% 11% Autres Survie post-transplantation

Plus en détail

Sommaire. L épidémie. La lutte contre l épidémie

Sommaire. L épidémie. La lutte contre l épidémie Sommaire L épidémie Une nouvelle maladie Repères chronologiques Le virus de l immunodéficience humaine Le sida L épidémie dans le monde Cas de sida déclarés Estimation du nombre de personnes atteintes

Plus en détail

Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités. Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes

Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités. Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes Greffes de cellules souches hématopoïétiques : généralités Pr Jacques-Olivier BAY Service de Thérapie Cellulaire et Hématologie Clinique Adultes 1 Conception théorique des traitements GREFFE DE CSH nombre

Plus en détail

Les conditionnements pré-allogreffe de cellules hématopoïétiques. 3 ème journées de l AFITCH-OR 2012

Les conditionnements pré-allogreffe de cellules hématopoïétiques. 3 ème journées de l AFITCH-OR 2012 Les conditionnements pré-allogreffe de cellules hématopoïétiques 3 ème journées de l AFITCH-OR 2012 Comment soigner/greffer sans toxicité? Un paramètre pour évaluer la toxicité : la TRM TRM = Transplanted

Plus en détail

Candida glabrata positif évolution favorable, lente et progressive, sous traitement spécifique

Candida glabrata positif évolution favorable, lente et progressive, sous traitement spécifique Femme de 54 ans, insuffisance respiratoire aiguë dans un contexte d allogreffe pour myélodysplasie en 2010 suivie de GVH chronique hépatique et muqueuse digestive haute, traitée par corticoïdes, CELLCEPT

Plus en détail

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes préparé par F. Van Bambeke Antiherpétiques - année 2006 1 Propriétes du foscarnet inhibiteur de l AD polymérase

Plus en détail

Objectifs. Connaître les moyens et mécanismes de l immunité naturelle.

Objectifs. Connaître les moyens et mécanismes de l immunité naturelle. Objectifs Immunité anti-infectieuse Connaître les moyens et mécanismes de l immunité naturelle. Connaître les structures antigéniques des MO responsables de l activation des cellules immunes. Connaître

Plus en détail

La structure générale du système immunitaire. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 26.09.2014

La structure générale du système immunitaire. D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 26.09.2014 La structure générale du système immunitaire D. Lakomy Laboratoire d Immunologie CHU Dijon 26.09.2014 Nomenclature Rôle et implications du système immunitaire Composition du système immunitaire Fonction

Plus en détail

CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN

CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN Claire Laresche CHU Besançon, Pr Humbert Nancy, 28/10/2010 Mr M., 44ans Antécédents: Rectocolite hémorragique (RCH), diagnostiquée en 2002: Corticothérapie Ciclosporine

Plus en détail

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE I/ La réponse adaptative humorale La contamination de l organisme par un agent infectieux (ou une molécule étrangère) entraîne l apparition d anticorps dans le sérum : on

Plus en détail

HÉPATITE AUTO-IMMUNE

HÉPATITE AUTO-IMMUNE HÉPATITE AUTO-IMMUNE (HAI) Les recommandations EASL* de 2015 * European Association of Study of Liver disease, J Hepatol 2015, 63 : 971-1004. Claude EUGENE 1 L HAI, qu est-ce que c est? Une maladie hépatique

Plus en détail

INFLAMMATION CHRONIQUE

INFLAMMATION CHRONIQUE INFLAMMATION CHRONIQUE Table des matières Table des matières 3 I - Définition 7 II - Etiologies 9 III - Aspect histologique 11 IV - Exemples d'inflamations chroniques 13 V - Auto évaluation 15 A.QCM 1...15

Plus en détail

Par cette présentation nous allons commenter les différentes atteintes hépatiques décrites dans la littérature, et compléter par les résultats de

Par cette présentation nous allons commenter les différentes atteintes hépatiques décrites dans la littérature, et compléter par les résultats de Par cette présentation nous allons commenter les différentes atteintes hépatiques décrites dans la littérature, et compléter par les résultats de notre étude rétrospective faite sur des patients suivis

Plus en détail

Les formules sanguines et vous

Les formules sanguines et vous Les formules sanguines et vous Programme-clientèle d oncologie Madame, Monsieur, dès votre admission au 5 e CD, une analyse de votre sang sera effectuée et cette technique se répètera très fréquemment

Plus en détail

IMMUNITE SPECIFIQUE ANTI-VIRALE

IMMUNITE SPECIFIQUE ANTI-VIRALE IMMUNITE SPECIFIQUE ANTI-VIRALE Cas Clinique # 1 Yves, 14 ans, souffre de verrues peri-ungéales depuis 5 ans, malgré plusieurs tentatives de traitement radical (herbe à verrue, poils de queue de castors,

Plus en détail

Glossaire. Cahier de travail dans son intégralité. Sujet. Les élèves inscrivent en titre les termes qui se rapportent aux brèves explications.

Glossaire. Cahier de travail dans son intégralité. Sujet. Les élèves inscrivent en titre les termes qui se rapportent aux brèves explications. Niveau 2 06 / Le sang Information pour l enseignant 1/7 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves inscrivent en titre les termes qui se rapportent aux brèves explications. Matériel

Plus en détail