«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine"

Transcription

1 «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour, mesdames et messieurs. (Suite de l intervention en chinois. Les propos du Pr. Wang Gao sont ensuite traduits par le Pr. Li Fei). Pr. Li Fei, Directeur de la School of Economics and Management, Université Qing Hua En collaboration avec M. Wang Gao, j ai réalisé une thèse concernant la croissance externe de la distribution chinoise. Le centre d études et de recherche a été créé en 2004 et se trouve situé au sein de l université Qing Hua de Pékin. Ce dernier a été financé avec l aide du groupe Wal-Mart en Chine. Ce centre est chargé des enquêtes de satisfaction pour les grands magasins ainsi que les filiales des grands groupes internationaux tels que Wal-Mart ou Carrefour. Il travaille en coordination avec les centres d études et de recherche américains et français en développant un travail de projets de recherche pour la distribution chinoise. En préambule, je souhaiterais tout d abord apporter des précisions sur ma méthodologie de recherche. Cette étude s appuie sur le recensement de 75 cas ou exemples de fusion d entreprises de distribution en Chine. En termes de période d observation, elle s est étendue de 2001 à La méthode utilisée est celle de la description analytique. Dans un second temps, je me propose de vous présenter les différentes caractéristiques de la croissance de la distribution chinoise. En ce qui concerne la vitesse de développement de la croissance externe, après l année 2004, le nombre de fusions et d absorptions entre firmes internationales et firmes nationales a nettement augmenté. Entre 2001 et 2004, seuls 19 cas de fusions ont pu avoir lieu. Or, pendant les neuf premiers mois de l année 2007, le nombre de fusions et d absorptions a été vingt fois supérieur à celui enregistré au cours des cinq années précédentes. Si l on s intéresse à l entreprise initiatrice de la croissance externe et à l entreprise cible, on constate que l objectif patrimonial est le premier moteur du développement de la distribution chinoise. Dans ce contexte, la majeure partie de la croissance externe est enregistrée sur des fusions et absorptions entre firmes internationales et nationales. Les chiffres que vous voyez ici correspondent aux entreprises nationales ; sous la catégorie «outre-mer», on trouve Taiwan et Hong Kong.

2 On s aperçoit dans cet exemple que la croissance externe des firmes nationales a concerné 53 cas pendant la période étudiée, contre 4 pour les firmes internationales. Ce sont les deux pourcentages qui vous sont présentés. Aujourd hui en Chine, ce sont donc les cas de fusions absorptions entre firmes nationales qui dominent le marché. On constate également que l entreprise initiatrice de la croissance externe se concentre essentiellement sur des cibles de la GMS, les grands magasins et la GSS, les grandes surfaces spécialisées. La GMS représente par exemple 40 % des cas recensés. Troisièmement, si l on s intéresse aux entreprises cibles absorbées au cours de la période, on constate qu il s agit majoritairement d entreprises nationales, qui ont été fusionnées à d autres ou absorbées par d autres. Ce phénomène est d ailleurs devenu une priorité ces dernières années, pour répondre à l objectif patrimonial. 45,33 % des cas de fusion se sont produits entre firmes nationales. Les entreprises cibles se concentrent principalement dans les secteurs de la GMS, les grands magasins et les grandes surfaces spécialisées. Dans l optique du développement de la taille de l entreprise, qui est l un des objectifs de la croissance externe, la majorité des opérations de fusion et d absorption est également enregistrée sur la GMS et les grands magasins spécialisés. Sur 29 grands magasins fusionnés, on dénombre une seule opération ayant porté sur un unique magasin et non sur une grande chaîne d établissements Je vous propose à présent d examiner de quelle manière sont menées les actions de fusion ou d absorption. La première méthode est celle de l absorption, où une entreprise en absorbe entièrement une autre. L autre méthode est celle de l apport partiel d actifs. L absorption concerne 52 % des cas contre 37,38 % pour l apport partiel d actifs, où une entreprise cède une partie de ses actifs à une autre entreprise. On trouve ensuite la fusion, où une entreprise A fusionne avec une entreprise B pour créer une nouvelle société. On utilise la méthode d analyse croisée dans le but d analyser la fusion entre l entreprise initiatrice et l entreprise cible. A travers ces tableaux, on constate aisément que les fusions ou absorptions entre deux firmes nationales représentent 62,67 % des cas, les cas d entreprises internationales absorbant ou fusionnant avec une firme nationale ne pesant que 24,33 % du total. Le tableau récapitulatif montre qu une firme nationale absorbe ou fusionne avec une autre firme nationale dans 60,33 % des cas alors qu une firme internationale n achète ou ne fusionne avec une firme nationale que dans 13,33 % des cas. En termes de secteurs d activité, on constate que les fusions ou absorptions s effectuent au sein du même secteur GMS contre GMS ou grands magasins contre grands magasins, ou encore GSS contre GSS. Les fusions ou absorptions «GMS contre GMS» représentent 30 % des cas. Celles des grands magasins entre eux représentent 24 % des cas. Les fusions ou absorptions entre GSS représentent 17 % des cas.

3 Je souhaiterais à présent revenir sur les quelques bonnes raisons qui expliquent la croissance externe dans la distribution chinoise. Premièrement, pourquoi une firme nationale rachète-t-elle une autre firme nationale? Deuxièmement, pourquoi une firme internationale souhaiterait-elle racheter une firme nationale chinoise? Premièrement, donc, pourquoi y a-t-il une croissance des fusions entre firmes nationales? Il y a d abord une nécessité liée au changement de modèle de rentabilité des firmes nationales. Deuxièmement, il s agit d une question de possibilités. Pourquoi est-il possible de mener des opérations de croissance externe entre firmes nationales? Notamment grâce aux soutiens gouvernementaux. Cela encourage l évolution des firmes nationales. En effet, le modèle de rentabilité se base sur la taille de l entreprise. Il existe en Chine différents formats, différents modèles de rentabilité. Les grands magasins ont tendance à opter pour des stratégies d alliance. Dans le cas des franchises, une commission sur le chiffre d affaires est versée par les franchisés en échange de l accès à la gamme des produits, qui est la même dans tous les points de vente. Le grand magasin passe des contrats avec différents fabricants ou différents grossistes sur un niveau de vente minimum. Si ce seuil de chiffre d affaires n est pas atteint, il y a certaines contraintes pour le fabricant. Le modèle de rentabilité d un grand magasin en Chine aujourd hui n est donc pas le même qu en Europe. Plutôt qu en acteur de la distribution, il se place davantage en acteur de l immobilier commercial. Il n achète pas les produits mais offre des espaces de vente aux différentes marques, qui organisent elles-mêmes leurs propres ventes. Elles payent en contrepartie un montant minimum, une sorte de loyer. Les marques qui travaillent dans les grands magasins doivent payer à ces magasins une quote-part de leur chiffre d affaires mais ils ont un «droit d entrée» minimum à respecter. Au-dessus, ils payent seulement en proportion du chiffre d affaires réalisé mais s ils n atteignent pas le seuil convenu, la somme contractuelle est tout de même due. Imaginons que le droit minimum fixé au départ soit par exemple de et que le fabricant ne réalise que Dans ce cas, il doit quand même payer les prévus au contrat. S il réalise au contraire de chiffre d affaires, seuls 10 % des au-delà du seuil sont à verser au magasin, en plus des initiaux. Les magasins spécialisés, par exemple d électroménager, ont tendance à choisir le système de vente de la GMS. Ils achètent en totalité des marchandises qu ils mettent en rayon en point de vente et vendent aux consommateurs. Ensuite, en fin d année, on détermine un pourcentage de remises en fonction du chiffre d affaires. En ce qui concerne cette forme de vente type GMS, où la totalité des marchandises sont achetées chez le fabricant, le principe est le même que pour les marges arrières en France. On demande aux fabricants d investir dans certaines formes d opérations commerciales, têtes de gondole ou autres, pour lesquelles ils doivent payer, comme en France. Pour les supermarchés comme pour les magasins d électroménager qui fonctionnent selon le modèle de la GMS, la différence entre le prix de vente et le prix d achat, c est-à-dire la marge brute, ne couvre pas l intégralité des coûts. Il est donc obligatoire de demander des remises et des droits d entrée aux fournisseurs. C est un système comparable à ce qui se passe en France.

4 Les différentes formes d intéressement du distributeur qu il s agisse de remises ou de marges arrières dépendent de la taille de l entreprise. C est la raison pour laquelle les acteurs du secteur cherchent à gagner en taille. En ce qui concerne les différents soutiens gouvernementaux, le gouvernement chinois a offert différentes possibilités aux entreprises nationales afin qu elles réalisent des opérations de croissance externe. Un certain nombre de mesures ont été mises en place pour faire face à la concurrence internationale. L actualité est donc à une double concentration. Les 8 premières GMS chinoises représentent 44,1 % de la distribution totale en Chine. C est pour cela que les autorités souhaitent mettre en place un certain nombre de mesures pour soutenir les 20 premières entreprises de GMS chinoises, afin qu elles puissent devenir leaders du marché. Or, parmi ces 20 leaders de la grande distribution chinoise, on trouve principalement des cadres chinois. Concrètement, ces mesures se traduisent par le fait que l on accorde à ces entreprises un crédit suffisant afin qu elles puissent se développer. C est la raison pour laquelle la croissance externe entre les firmes nationales augmente depuis ces dernières années. A contrario, le fait que la croissance externe entre les firmes internationales soit plus lente s explique par deux raisons. La première raison est liée à la nécessité de pénétrer de manière efficace le marché chinois. La seconde est liée à la possibilité que le gouvernement chinois encourage la croissance externe des firmes internationales, pas nécessairement pour les mêmes raisons qui le poussent à encourager la croissance externe de la distribution chinoise. Le chiffre d affaires de la distribution augmente en moyenne de 10 % par an. Une firme internationale peut donc couvrir le marché chinois de manière efficace tout en rachetant un petit magasin chinois local ou une petite firme nationale. Pour bien s implanter en Chine, il faut donc aussi racheter de petites ou moyennes entreprises chinoises. La croissance externe est un moyen efficace pour partir à la conquête des marchés chinois. A partir de l entrée de la Chine dans l OMC, le gouvernement chinois s est montré ouvert à la possibilité, pour des entreprises internationales, de racheter des firmes chinoises. Ce qui fait qu une entreprise internationale d une certaine capacité peut se développer en Chine. En 2001, le gouvernement chinois a libéralisé la contrainte régionale, provinciale, supprimé l obligation de la détention d actifs minimum ainsi que la quantité d ouvertures de magasins. Une firme internationale peut donc créer son magasin dans n importe quelle province et détenir 50 %, 60 % ou 100 des actifs. Elle peut également créer une franchise. En 2006, l assemblée chinoise a voté une loi qui vise à encadrer la fusion entre une firme internationale et une firme nationale. Il s agit donc bien de la volonté de réglementer la croissance externe entre une entreprise étrangère, française par exemple, et une entreprise chinoise. En 2007 vient d être votée la loi dite «anti monopole», dans le but de combattre l abus de position dominante. Jusqu à aujourd hui, la loi fixe la taille limite des entreprises dans n importe quel secteur. Mais elle fixe également la limite opposée de taille dominante. Par exemple, si Carrefour contrôle à la fois le prix de vente et le prix d achat, il y a abus. Mais il est de plus en plus «faisable» pour une entreprise internationale de racheter une firme chinoise. Quelles sont les perspectives d évolution de la distribution chinoise dans les années qui viennent?

5 De manière générale, la conjoncture est de plus en plus favorable. Le gouvernement est de plus en plus ouvert à ce genre d opérations. Ceci étant, il restera quand même des limites aux fusions et aux absorptions. Si des entreprises internationales bénéficiant de solides positions concurrentielles rachètent tout, cela posera des problèmes aux entreprises chinoises. Il est donc évident que le gouvernement chinois restera attentif aux conditions de la croissance. En termes de développement structurel, la croissance externe est un phénomène de plus en plus fréquent et le nombre de cas ne cesse d augmenter. Les GMS chinoises qui tirent leur avantage de leur part de marché ou de leur position concurrentielle ont tendance à s allier avec d autres entreprises qui bénéficient du même type de positionnement. Or les GMS internationales comme Carrefour ont tendance à acheter pour les absorber de petits magasins locaux, de manière autonome. En ce qui concerne la croissance des GMS chinoises et notamment les grands magasins, les grandes firmes internationales ont tendance à se développer dans les secteurs où elles estiment avoir la meilleure visibilité potentielle. En termes de performance, les surfaces de vente et le chiffre d affaires global ont tendance à augmenter mais on s aperçoit que la rentabilité au mètre carré a tendance à diminuer. L économie d échelle se situe donc dans les fusions absorptions. Le chiffre d affaires et le profit sont totalisés mais, en revanche, l efficacité diminue.

Global Retail CIO Survey 2010

Global Retail CIO Survey 2010 10 2010 : Adapter la supply chain au service du consommateur Les Sponsors Recherche conduite par 10 Aperçu général Aldata et IBM vous présentent la deuxième édition de leur étude sur la grande distribution

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2015

RESULTATS ANNUELS 2015 Paris, le 15 mars 2016, 8h00 RESULTATS ANNUELS 2015 Résultat net part du groupe en nette progression à 5,4 M Impact significatif des acquisitions récentes (Immeubles de Gentilly et de Levallois) Poursuite

Plus en détail

FOOTFALL: COMPTEZ-LES. ATTIREZ-LES. CONVERTISSEZ-LES.

FOOTFALL: COMPTEZ-LES. ATTIREZ-LES. CONVERTISSEZ-LES. www.footfall.com + 33 1 55 12 10 00 FOOTFALL: COMPTEZ-LES. ATTIREZ-LES. CONVERTISSEZ-LES. Vous ne pouvez pas augmenter votre rentabilité sans connaîtrevos clients sur le bout des doigts Comptez-les Attirez-les.

Plus en détail

Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise. Chapitre V La mise en œuvre des stratégies. Les deux types de croissance

Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise. Chapitre V La mise en œuvre des stratégies. Les deux types de croissance Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de de

Plus en détail

PARTIE I : LA GESTION DES VENTES AU DETAIL...

PARTIE I : LA GESTION DES VENTES AU DETAIL... TABLE DES MATIERES Introduction générale... 5 PARTIE I : LA GESTION DES VENTES AU DETAIL... 11 Chapitre 1. Les formes de vente au détail... 13 Section I. Les typologies des formes de vente au détail...

Plus en détail

I Diagnostic de la situation de l entreprise Amazon

I Diagnostic de la situation de l entreprise Amazon Cas Amazon Notre démarche va consister en deux grandes étapes dans l analyse de l entreprise Amazone. Il s agit dans un premier temps de réaliser un diagnostic, à la fois sur le secteur d activité et l

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE MARKETING. Le marché du commerce de détail en quincaillerie

RAPPORT D ETUDE MARKETING. Le marché du commerce de détail en quincaillerie RAPPORT D ETUDE MARKETING Le marché du commerce de détail en quincaillerie Novembre-Décembre 2008 INTRODUCTION 1. Présentation de la société Entreprise Visse à vie 2 Analyse de marché Entreprise Visse

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE. Quelles démarches?

ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE. Quelles démarches? ETUDE DE MARCHÉ & POLITIQUE COMMERCIALE Quelles démarches? DÉFINITION Une étude de marché est un travail de collecte et d analyse d informations ayant pour but d identifier les caractéristiques d un marché.

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 14 juin 2006 AXA ANNONCE L ACQUISITION DE WINTERTHUR POUR UN MONTANT DE 12,3 MILLIARDS DE FRANCS SUISSES (7,9 MILLIARDS D EUROS) RENFORCEMENT DE LA POSITION DE LEADER D AXA

Plus en détail

Formulaire de candidature 2017

Formulaire de candidature 2017 Formulaire de candidature 2017 Nom: Prénom: Partie III : Présentation de l entreprise 3.1 Mission de l entreprise (raison d être) En 1 000 caractères au maximum, précisez la mission de l entreprise 3.2

Plus en détail

III- Politique Distribution

III- Politique Distribution III- Politique Distribution Une entreprise qui fabrique un produit, le vend rarement de manière directe aux consommateurs, car elle passe par des intermédiaires plus ou moins nombreux pour mettre le produit

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

VENDRE A DES COMMERCANTS

VENDRE A DES COMMERCANTS VENDRE A DES COMMERCANTS Un distributeur achète pour revendre avec profit (Code du commerce) Mais il doit satisfaire sa clientèle Avoir un magasin attrayant Et gagner de l argent 1 Les attentes d un distributeur

Plus en détail

Les salaires dans la fonction RH

Les salaires dans la fonction RH Entreprise & Carrières Les salaires dans la fonction RH Le 8 novembre 2012 Entreprise & Carrières i Table des matières Section 1 : Approche retenue...1 Section 2 : Méthodologie de l étude...1 Section

Plus en détail

Cas n IV/M.946 - INTERMARCHÉ / SPAR. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.946 - INTERMARCHÉ / SPAR. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.946 - INTERMARCHÉ / SPAR Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 16-DCC-11 du 26 janvier 2016 relative à la prise de contrôle exclusif par la société FPLPH (groupe Casino) de deux magasins de commerce de détail à dominante alimentaire

Plus en détail

Lait pour la croissance

Lait pour la croissance Lait pour la croissance Guide du programme DM#331151v9 1 Octobre 2015 1. Contexte et but du programme Le programme Lait pour la croissance (LPC) garantit un approvisionnement en lait (entier ou écrémé)

Plus en détail

Décision n 10-DCC-113 du 13 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Fnac Eveil & Jeux par la société ID Group

Décision n 10-DCC-113 du 13 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Fnac Eveil & Jeux par la société ID Group RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-113 du 13 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Fnac Eveil & Jeux par la société ID Group L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Gestion marketing et financière

Gestion marketing et financière Gestion marketing et financière I. INTRODUCTION GÉNÉRALE REMARQUE IMPORTANTE POUR LA SUITE : Le bilan et le compte de résultat sont les documents de base de la comptabilité. Economie (grec : oikonomia)

Plus en détail

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise SYNTHÈSE Entre 2005 et 2014, les évolutions de chiffre d affaires des Très Petites Entreprises (TPE) constatées

Plus en détail

LE MANAGEMENT DES ACHATS

LE MANAGEMENT DES ACHATS LE MANAGEMENT DES ACHATS Isabelle Soubré EDC 2 ème Semestre 2008 1 PREMIERE PARTIE : LA FONCTION ACHAT I LA FONCTION ACHAT ET SON ROLE STRATEGIQUE 1 La création de la fonction Achat 2 Le rôle stratégique

Plus en détail

De nouveaux débouchés dans un vaste marché

De nouveaux débouchés dans un vaste marché u Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international Department of Foreign Affairs and International Trade De nouveaux débouchés dans un vaste marché L E LA C ANADA, C HINE ET L OMC UN ACCÈS

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-166 du 11 décembre 2015 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Corsaire et Trottel distribution par la société Carrefour France L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION La fonction de distribution se situe entre la fonction de production et la fonction de consommation. La distribution couvre l ensemble

Plus en détail

Comment se décline stratégiquement et opérationnellement la stratégie de lutte concurrentielle?

Comment se décline stratégiquement et opérationnellement la stratégie de lutte concurrentielle? En situation 2, les clients des concurrents sont exclusifs à une marque concurrente donnée. Lorsqu ils achètent, ils n achètent que la marque B, C, D ou E. Le marché est clairement partagé, les barrières

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 09 DECEMBRE 2014

RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 09 DECEMBRE 2014 ADVITAM PARTICIPATIONS Société Anonyme au capital de 32 180 160 euros Siège social : 1, rue Marcel Leblanc 62223 ST LAURENT BLANGY 347.501.413 RCS ARRAS RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS

Plus en détail

Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP. Calculer et maîtriser ses charges

Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP. Calculer et maîtriser ses charges Plateforme d appui aux entreprises et à la formation technique du BTP Calculer et maîtriser ses charges Calculer et maîtriser ses charges Cette fiche sert à l entrepreneur à calculer les charges de son

Plus en détail

ERP - Métiers du négoce La gestion des achats

ERP - Métiers du négoce La gestion des achats ERP - Métiers du négoce La gestion des achats Les entreprises de négoce (détaillants, négociants, grossistes et distributeurs) doivent se concentrer avant tout sur l optimisation de leurs marges et la

Plus en détail

PROFIL DE SECTEUR : L INDUSTRIE

PROFIL DE SECTEUR : L INDUSTRIE PROFIL DE SECTEUR : L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET MÉDICALE Description Au Canada, l industrie pharmaceutique et médicale se compose : Bibliothèque du Parlement de l industrie de la fabrication : les fabricants

Plus en détail

La rentabilité d une action de formation

La rentabilité d une action de formation TutoFOP : la formation de formateurs à la carte RC_Budget_Rentabilite_Marges_FP1 La rentabilité d une action de formation Les produits Au sens strict les produits sont les flux sortant de l entreprise

Plus en détail

Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir dans la région de Jaïpur en Inde

Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir dans la région de Jaïpur en Inde Études de cas Market assessment of BDS amongst leather artisans in the Jaïpur region in India, Ashok Kumar, 2003. Étude du marché des BDS chez les artisans du cuir dans la région de Jaïpur en Inde Un marché

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

Décision n 10-DCC-159 du 12 novembre 2010 relative à la prise de contrôle de la société Comptoir Français de la Mode par la société Du Pareil au Même

Décision n 10-DCC-159 du 12 novembre 2010 relative à la prise de contrôle de la société Comptoir Français de la Mode par la société Du Pareil au Même RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-159 du 12 novembre 2010 relative à la prise de contrôle de la société Comptoir Français de la Mode par la société Du Pareil au Même L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

La puissance d Ariba au service des clients SAP. Les avantages du commerce collaboratif

La puissance d Ariba au service des clients SAP. Les avantages du commerce collaboratif La puissance d Ariba au service des clients SAP Les avantages du commerce collaboratif Sommaire 4 9 10 12 14 18 20 22 24 Promouvoir l entreprise en réseau Une alliance solide Le commerce collaboratif avec

Plus en détail

ANALYSE STRATEGIQUE I

ANALYSE STRATEGIQUE I ANALYSE STRATEGIQUE I NOTION DE DECISION STRATEGIQUE Typologie des décisions Caractéristiques de la décision stratégique Le pouvoir de décision stratégique LES STRATEGIES DE POSITIONNEMENT Les stratégies

Plus en détail

une rationalisation d ampleur inédite

une rationalisation d ampleur inédite Conférence de presse 20 octobre 2015 Dossier de presse Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : une rationalisation d ampleur inédite Didier Gosuin Ministre bruxellois de l Economie

Plus en détail

C 3 La marge et le compte de résultat différentiel

C 3 La marge et le compte de résultat différentiel C 3 La marge et le compte de résultat différentiel S 2 Les concepts de coût variable et de marge sur coût variable La requalification des charges en charges fixes et charges variables permet d identifier

Plus en détail

Foire aux questions 1 er trimestre de 2006

Foire aux questions 1 er trimestre de 2006 Foire aux questions 1 er trimestre de 2006 1. Y a-t-il eu des éléments exceptionnels ou des éléments non récurrents dans vos résultats du 1 er trimestre? Non. Les bons résultats du 1 er trimestre sont

Plus en détail

Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria»

Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria» Journée d'information portant sur la thématique "Consommons Algérien" Thème : Intégration du marketing social dans les programmes de promotion du produit «Made in Alegria» Présentation : M. Kamal KHEFFACHE,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-77 du 4 juillet 2013 relative à l acquisition des sociétés Financière Riu, Riu-Aublet et Compagnie et Jacqueline Riu Polska par la Société Immobilière et Mobilière

Plus en détail

PARFUMERIE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

PARFUMERIE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 PARFUMERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PARFUMERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PARFUMERIE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PARFUMERIE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PARFUMERIE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

Le bien-être des animaux : une préoccupation sociale et éthique croissante? Freins et valorisations pour les acteurs de la filière distribution

Le bien-être des animaux : une préoccupation sociale et éthique croissante? Freins et valorisations pour les acteurs de la filière distribution Le bien-être des animaux : une préoccupation sociale et éthique croissante? Freins et valorisations pour les acteurs de la filière distribution Christine CESAR et Henry BULLER Programme de Recherche Welfare

Plus en détail

Notions de base en matière d exportation et de développement export

Notions de base en matière d exportation et de développement export Notions de base en matière d exportation et de développement export 1 Le marché international est en constante mutation mais certains produits français arrivent à rester sur la scène internationale. Pour

Plus en détail

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Nestlé, Vevey Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises EE TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

KITCHENER-WATERLOO 29 janvier 2015. #ExporterAvecSuccès

KITCHENER-WATERLOO 29 janvier 2015. #ExporterAvecSuccès KITCHENER-WATERLOO 29 janvier 2015 #ExporterAvecSuccès Restez connectés: suivez-nous sur les médias sociaux et participez à la conversation! DES OUTILS D AIDE À L EXPORTATION À VOTRE PORTÉE ÉTUDE DE CAS

Plus en détail

DOSSIER PROJET INNOVANT

DOSSIER PROJET INNOVANT N DOSSIER (à remplir par le Pôle) ACRONYME (12 lettres max) TITRE DU PROJET (3 lignes max) PORTEUR DE PROJET Entreprise / Organisme :.. Nom et Prénom : Service / Unité :.. Fonction : Adresse :..... Tél

Plus en détail

COSMÉTIQUE ACTIVE VICHY LA ROCHE-POSAY INNÉOV SKINCEUTICALS

COSMÉTIQUE ACTIVE VICHY LA ROCHE-POSAY INNÉOV SKINCEUTICALS VICHY LA ROCHE-POSAY INNÉOV SKINCEUTICALS ENJEUX ET STRATÉGIE BRIGITTE LIBERMAN, DIRECTRICE GÉNÉRALE Le développement de Cosmétique Active s appuie sur trois axes stratégiques majeurs: -l accélération

Plus en détail

LES PRIORITÉS DU SECTEUR AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE CANADIEN EN MATIÈRE D ACCÈS AUX MARCHÉS INTERNATIONAUX

LES PRIORITÉS DU SECTEUR AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE CANADIEN EN MATIÈRE D ACCÈS AUX MARCHÉS INTERNATIONAUX LES PRIORITÉS DU SECTEUR AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE CANADIEN EN MATIÈRE D ACCÈS AUX MARCHÉS INTERNATIONAUX PRÉSENTATION AU COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DE L AGRICULTURE ET DES FORÊTS M. Yves Leduc M. Bruno

Plus en détail

Plan d'actions État / Région dans le cadre de la Stratégie Régionale de l'innovation

Plan d'actions État / Région dans le cadre de la Stratégie Régionale de l'innovation Plan d'actions État / Région dans le cadre de la Stratégie Régionale de l'innovation >> 22 février 2010 Stratégie régionale de l innovation Poitou-Charentes - 2010 Oser l innovation En Poitou-Charentes

Plus en détail

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Premières estimations : 16 janvier 2013 Les chaînes de valeur mondiales (CVM) jouent aujourd hui un rôle de premier plan dans l économie de l

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PORTEUR DE PROJET PROJET. Nom : Prénom : Adresse : Tel : Activité principale: Nom commercial de l entreprise : Domiciliation :

PLAN D AFFAIRE PORTEUR DE PROJET PROJET. Nom : Prénom : Adresse : Tel : Activité principale: Nom commercial de l entreprise : Domiciliation : PLAN D AFFAIRE Nom : PORTEUR DE PROJET Prénom : Adresse : Tel : Activité principale: PROJET Nom commercial de l entreprise : Domiciliation : Date prévue de démarrage : Structure juridique : 1/10 SOMMAIRE

Plus en détail

ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES?

ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES? ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES? Synthèse En France, la compétitivité des PME, reconnues comme essentielles à la prospérité du pays,

Plus en détail

Appui aux filières : les approches des bailleurs de fonds

Appui aux filières : les approches des bailleurs de fonds Idées, concepts et politiques Appui aux filières : les approches des bailleurs de fonds Donor approaches to supporting pro-poor value chains, The Donor Committee for Enterprise Development, janvier 2007

Plus en détail

I/ Les dimensions de la gamme. II/ Les niveaux de gamme. III/ L analyse des produits d une gamme

I/ Les dimensions de la gamme. II/ Les niveaux de gamme. III/ L analyse des produits d une gamme 1 Notion de gamme I/ Les dimensions de la gamme a- Les gammes, les lignes de produits b- Les dimensions d une gamme II/ Les niveaux de gamme Bas de gamme Moyen de gamme Haut de gamme III/ L analyse des

Plus en détail

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 5 L'ACTIVITÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS...

Plus en détail

VENDRE A DES COMMERCANTS

VENDRE A DES COMMERCANTS VENDRE A DES COMMERCANTS Un distributeur achète pour revendre avec profit (Code du commerce) Mais il doit satisfaire sa clientèle Avoir un magasin attrayant Et gagner de l argent 1 Les attentes d un distributeur

Plus en détail

Les bassins d emploi de Saint-Lô et de Coutances. Territoire

Les bassins d emploi de Saint-Lô et de Coutances. Territoire 2 Les bassins d emploi de Saint-Lô et de Coutances Territoire L après-guerre riche en constructions A u sein du territoire de Saint-Lô- Coutances, l habitat pavillonnaire rassemble plus de huit logements

Plus en détail

Interview de François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. Europe 1 13 janvier 2016

Interview de François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. Europe 1 13 janvier 2016 Interview de François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France «C est le moment d avoir une mobilisation générale pour la croissance et pour l emploi» Europe 1 13 janvier 2016 THOMAS SOTTO

Plus en détail

FIP DIRECTION FRANCE N 1

FIP DIRECTION FRANCE N 1 P O FIP DIRECTION FRANCE N 1 I C ISIN A : FR0013050986 France :1 ère destination touristique, 4 ème pour les revenus tirés du tourisme*... [La] part [du tourisme] dans l économie - en France, 7% du PIB

Plus en détail

Consultation prébudgétaire de 2016

Consultation prébudgétaire de 2016 Consultation prébudgétaire de 2016 Priorités de l Association canadienne de l immeuble pour le budget fédéral de 2016 Monsieur le Ministre, L Association canadienne de l immeuble (ACI), qui représente

Plus en détail

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 Rencontre avec Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie du Québec, 24 janvier 2014 Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 REPRÉSENTATION POLITIQUE / INFORMATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Fiches sectorielles. Commerce

Fiches sectorielles. Commerce Fiches sectorielles 8.1 Chiffres clés du commerce En 214, le commerce rassemble 82 entreprises, qui réalisent un chiffre d affaires (CA) de 1 393 milliards d euros et dégagent une valeur ajoutée (VA) de

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Prix DEFINITION DU PRIX. Le prix correspond à la somme d argent :

MARKETING MIX. Politique Prix DEFINITION DU PRIX. Le prix correspond à la somme d argent : MARKETING MIX POLITIQUE PRIX Sandrine Monfort Politique Prix Concept et définitions Définition du prix Unité de mesure du prix Définition de la politique prix Influence des prix sur les volumes des ventes,

Plus en détail

SOMMAIRE LES AGENTS BRITANNIQUES SPECIALISES DANS LE PRET-A-PORTER FEMININ 35

SOMMAIRE LES AGENTS BRITANNIQUES SPECIALISES DANS LE PRET-A-PORTER FEMININ 35 Page 9 SOMMAIRE SYNTHESE 11 1. Introduction 11 1.1 Définition du champ sectoriel 11 1.2 Contexte économique 11 1.3 Evolution du marché de l habillement féminin 12 1.4 Evolution des prix 13 1.5 Perspectives

Plus en détail

Sommaire. L externalisation commerciale...page 3. Pourquoi externaliser sa force de vente?...page 4

Sommaire. L externalisation commerciale...page 3. Pourquoi externaliser sa force de vente?...page 4 Sommaire L externalisation commerciale...page 3 Pourquoi externaliser sa force de vente?...page 4 Quelles sont les entreprises qui externalisent?...page 5 Les atouts d UP SELL...page 6 Portrait...page

Plus en détail

LE MARCHÉ DES MACHINES D USINAGE ET DE FORMAGE EN FRANCE

LE MARCHÉ DES MACHINES D USINAGE ET DE FORMAGE EN FRANCE LE MARCHÉ DES MACHINES D USINAGE ET DE FORMAGE EN FRANCE Résultats 2013-2014 Cette étude a pu être menée grâce à la collaboration de 57 sociétés. À toutes un grand merci. Cette étude a été réalisée par

Plus en détail

L amélioration de l accès aux marchés intérieurs et extérieurs pour les produits alimentaires du Québec

L amélioration de l accès aux marchés intérieurs et extérieurs pour les produits alimentaires du Québec L amélioration de l accès aux marchés intérieurs et extérieurs pour les produits alimentaires du Québec Sommet sur l alimentation Développement du potentiel de l industrie alimentaire québécoise sur les

Plus en détail

Chiffre d affaires de 2 648 millions d euros +4% par rapport à 2008

Chiffre d affaires de 2 648 millions d euros +4% par rapport à 2008 Bureau Veritas annonce pour l exercice 2009, un chiffre d affaires de 2,6 milliards d euros et une estimation de résultat opérationnel ajusté en forte croissance de 2 648 millions d euros +4% par rapport

Plus en détail

RÉSULTATS DU PREMIER SEMESTRE ET PERSPECTIVES DE L EXERCICE 2017

RÉSULTATS DU PREMIER SEMESTRE ET PERSPECTIVES DE L EXERCICE 2017 COMMUNIQUÉ DE PRESSE RÉSULTATS DU PREMIER SEMESTRE ET PERSPECTIVES DE L EXERCICE à fin juin Variations Chiffre d affaires 643,5 587,5 +9,5% Excédent brut d exploitation (EBITDA) 129,5 133,4 3,0% Résultat

Plus en détail

Mieux vendre votre bien immobilier

Mieux vendre votre bien immobilier Mieux vendre votre bien immobilier Fort de notre expérience de plus de 20 ans dans la transaction immobilière et de plus de 10 ans dans l accompagnement des particuliers, vous trouverez dans ce guide tous

Plus en détail

FABRICATION DE VÊTEMENTS

FABRICATION DE VÊTEMENTS FABRICATION DE VÊTEMENTS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FABRICATION DE VÊTEMENTS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FABRICATION DE VÊTEMENTS... 4 L'ACTIVITÉ DE LA FABRICATION DE VÊTEMENTS... 6 LES POINTS DE VIGILANCE

Plus en détail

FISEA FONDS D INVESTISSEMENT ET DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES EN AFRIQUE

FISEA FONDS D INVESTISSEMENT ET DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES EN AFRIQUE FISEA FONDS D INVESTISSEMENT ET DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES EN AFRIQUE PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L EMPLOI EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Créé en 2009, le Fonds d investissement et de soutien aux entreprises

Plus en détail

Croître par acquisition : deux modèles disruptifs

Croître par acquisition : deux modèles disruptifs Croître par acquisition : deux modèles disruptifs Par Jean Berg Vice President, Estin & Co Pour créer de la valeur à long terme, il faut croître. De plus en plus, les acquisitions font partie intégrante

Plus en détail

Prochaine publication. Portrait de l emploi des technologies de l information au sein du gouvernement québécois. Prochain bulletin S@voir.

Prochaine publication. Portrait de l emploi des technologies de l information au sein du gouvernement québécois. Prochain bulletin S@voir. Septembre 2006 Volume 6, numéro 4 Prochaine publication Un rapport d analyse de données de l Enquête sur la population active portant sur les ressources humaines en science et technologie paraîtra au cours

Plus en détail

Fusion UPS TNT Express

Fusion UPS TNT Express Fusion UPS TNT Express Hasnaâ SEFRIOUI MORCHID M272 Ingénierie Financière 12/31/2012 Etat de la situation à étudier : United Parcel Service, Inc. ( UPS ) est le leader mondial du transport de colis. Le

Plus en détail

Jouets SAJOU, le réseau de magasins de WDK Groupe Partner

Jouets SAJOU, le réseau de magasins de WDK Groupe Partner Jouets SAJOU, le réseau de magasins de WDK Groupe Partner En 1988, WDK Groupe Partner crée le réseau Jouets SAJOU. Issu d un groupement de détaillants indépendants, il se compose aujourd hui de 45 magasins

Plus en détail

fourniront ensuite les produits alimentaires de Terranova aux magasins et supermarchés.

fourniront ensuite les produits alimentaires de Terranova aux magasins et supermarchés. Cas pratique de synthèse 1 Organisation d une entreprise et placement des produits Ce cas pratique de synthèse vous propose différentes activités touchant à l organisation d une entreprise et à la commercialisation

Plus en détail

TAATOO SOMMAIRE HISTORIQUE LE CONCEPT. Le cocktail de votre réussite. Que vous apporte notre enseigne?

TAATOO SOMMAIRE HISTORIQUE LE CONCEPT. Le cocktail de votre réussite. Que vous apporte notre enseigne? TAATOO LA DEGRIFFE DE MARQUES HOMME FEMME ENFANT LINGERIE SOMMAIRE HISTORIQUE LE CONCEPT Le cocktail de votre réussite Que vous apporte notre enseigne? LES DONNEES FINANCIERES (magasin type de 100 m 2

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

HOMMES OU FEMMES SALARIÉ OU SANS EMPLOI

HOMMES OU FEMMES SALARIÉ OU SANS EMPLOI UNE OPPORTUNITÉ QUI S ADRESSE À TOUS HOMMES OU FEMMES JEUNES OU MOINS JEUNES SALARIÉ OU SANS EMPLOI TEMPS CHOISI OU TEMPS PLEIN AVEC OU SANS EXPÉRIENCE FREDERIC M : UNE ENTREPRISE HORS DU COMMUN 1983 DEUX

Plus en détail

La Chine sera-t-elle la superpuissance économique du 21 siècle?

La Chine sera-t-elle la superpuissance économique du 21 siècle? La Chine sera-t-elle la superpuissance économique du 21 siècle? Francois Gipouloux Directeur de recherche au CNRS. Université Tsinghua, School of Public Policy & Management, Center for China Studies Email:

Plus en détail

LES HAUTS ET LES BAS DE LA BALANCE COMMERCIALE CHINOISE

LES HAUTS ET LES BAS DE LA BALANCE COMMERCIALE CHINOISE LES HAUTS ET LES BAS DE LA BALANCE COMMERCIALE CHINOISE Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Séminaire Fourgeaud, 10 octobre 2012. 1 1. Depuis 2007 la Chine a réduit son excédent commercial global 2. Mais

Plus en détail

Mettre ensemble tous les acteurs

Mettre ensemble tous les acteurs Mettre ensemble tous les acteurs Réponse à l Examen du soutien fédéral de la recherche-développement Ingénieurs Canada* Février 2011 *Ingénieurs Canada est le nom commercial utilisé par le Conseil canadien

Plus en détail

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young I. Le formidable enjeu économique de la couverture du risque climatique Comment peut-on

Plus en détail

Économie d Entreprise SOMMAIRE

Économie d Entreprise SOMMAIRE Économie d Entreprise SOMMAIRE Définition de l entreprise Structure de l entreprise Les Fonctions de l entreprise Les Politiques et Stratégies 08/12/07 Présenté par : Patrice LEPISSIER 1 Définition de

Plus en détail

En étant une société de conseil, nous faisons bien plus que des conseils

En étant une société de conseil, nous faisons bien plus que des conseils Viaduc Chine est une société de service spécialisée dans les échanges commerciaux entre l Europe et la Chine. Nous travaillons essentiellement dans le secteur agroalimentaire. Créée en 2013, avec une équipe

Plus en détail

devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation.

devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. Jeudi 08 juin 2017 } Dans le cadre de votre stratégie internationale, vous devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. } La politique prix est une décision essentielle, complexe et technique

Plus en détail

DU GROUPE LA POSTE EN 2012

DU GROUPE LA POSTE EN 2012 DU GROUPE LA POSTE EN 2012 Le Groupe La Poste, c est une grande entreprise publique qui bénéficie de la confiance des Français La Loi Postale du 9 février 2010 réaffirme les quatre missions de service

Plus en détail

Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de

Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients Complément d information exclusif pour le site Internet de Expansion PME Montérégie Est 17 août 2015 Le meilleur moyen

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 16-DCC-40 du 10 mars 2016 relative à la prise de contrôle exclusif par le groupe Carrefour de quatre magasins de commerce de détail à dominante alimentaire L Autorité de

Plus en détail

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT D UNE COOPÉRATIVE DE SERVICES À LA PERSONNE SPÉCIALISÉE DANS L INFORMATIQUE. Initiative

Plus en détail

SALAIRES DES CADRES. Moins de 4 cadres sur 10 pensent obtenir une augmentation en 2012

SALAIRES DES CADRES. Moins de 4 cadres sur 10 pensent obtenir une augmentation en 2012 1 SALAIRES DES CADRES Moins de 4 cadres sur 10 pensent obtenir une augmentation en 2012 Augmentations des salaires des cadres en 2012 : un tiers des entreprises encore incertaines La proportion d entreprises

Plus en détail

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation»

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» RECOMMANDATIONS SUR LA REDACTION DU DOCUMENT Le présent document a pour but d aider et d accompagner

Plus en détail

Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada

Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada Collaboration de l industrie et du gouvernement en vue d élaborer un SNTSA au Canada Susie Miller, Directrice Generale Agriculture et Agroalimentaire Canada Winnipeg (Manitoba) Le 2 juin 2009 1 Contenu

Plus en détail

Le segment le plus dynamique du commerce international COMMERCE DES SERVICES

Le segment le plus dynamique du commerce international COMMERCE DES SERVICES Le segment le plus dynamique du commerce international COMMERCE DES SERVICES Le saviez vous? Au cours des 20 dernières années, le commerce des services est devenu le segment le plus dynamique du commerce

Plus en détail

Les caractéristiques de la mondialisation

Les caractéristiques de la mondialisation Les caractéristiques de la mondialisation Le terme est fréquemment utilisé pour mesurer l internalisation croissante des marchés de biens et services du système financier des entreprises et des secteurs

Plus en détail

Dossier de presse. 10 décembre 2015. Présentation de l offre solaire eec pour les particuliers. En partenariat avec : Innover pour mieux vous servir

Dossier de presse. 10 décembre 2015. Présentation de l offre solaire eec pour les particuliers. En partenariat avec : Innover pour mieux vous servir Dossier de presse 10 décembre 2015 Présentation de l offre solaire eec pour les particuliers. En partenariat avec : Innover pour mieux vous servir EEC lance une offre solaire pour les particuliers En date

Plus en détail

Plan stratégique 2013-2015

Plan stratégique 2013-2015 Plan stratégique 2013-2015 «nous désirons que les Québécois prennent goût à nos conseils et nous souhaitons également qu ils y prennent plaisir. Chaque rencontre en succursale est un rendezvous avec la

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION FINANCIÈRE

RÉUNION D INFORMATION FINANCIÈRE L ORÉAL RÉUNION D INFORMATION FINANCIÈRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2001 Clichy - Mardi 4 septembre 2001 INTRODUCTION M. Michel SOMNOLET - Mesdames, Messieurs, bonjour, bienvenue à L ORÉAL pour cette présentation

Plus en détail

Communiqué de Presse RESULTATS ANNUELS Une année de consolidation Progression de 30,6 % du Résultat Opérationnel Courant

Communiqué de Presse RESULTATS ANNUELS Une année de consolidation Progression de 30,6 % du Résultat Opérationnel Courant Communiqué de Presse RESULTATS ANNUELS 2010 Une année de consolidation Progression de 30,6 % du Résultat Opérationnel Courant REIMS, le 31 mars 2011 Le Conseil d Administration de Vranken-Pommery Monopole

Plus en détail