«Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles"

Transcription

1 «Social Freezing ovocytaire» 25/09/15 D. Murillo CHU St Pierre Bruxelles

2 Plan Définition Historique Technique Modalités pratiques Mise en perspective Conclusions

3 Social freezing: Définition Congélation de gamète ( ) Préservation de la fertilité Raison médicale (cancer, irradiation, chimiothérapie, insuff. ovarienne ) Raison non médicale («sociale») Cryopréservation ovocytaire comme prévention de l infertilité liée à l âge

4 Évolution de l âge moyen à l accouchement, par rang de naissance de l enfant Source : Insee, statistiques d état civil et estimations de population. Rangs de naissance redressés à partir des recensements 1968 à 2008 et de l enquête annuelle de recensement 2011.

5

6

7 Contexte sociétal: Tendance générale à faire ses enfants plus tard 1 parturientes sur 6 a entre 35 et 39 ans (50% sont primipare) 5 % des parturientes ont plus de 40 ans (33% sont des primipares)

8 Mais: La fertilité diminue avec l âge

9 Recours aux techniques de PMA résultats décevants. Déplétion ovarienne Qualité ovocytaire

10 Recours au Don d ovocyte

11

12 Don d ovocytes: difficultés. Disponibilité des ovocytes: rare (se fait à frais.) Synchronisation des donneuses-receveuses. Organisation compliquée dans le don d une donneuse pour plusieurs receveuses. Difficultés d appariement Questions de sécurité dans les transmissions de maladies infectieuses (pas de quarantaine) BANQUE D OVOCYTES!

13 Banque d ovocytes-banque de sperme, même combat? La technique existe désormais pour l ovocyte. Difficulté du don (FIV) Inocuité de la technique? Futures banques: shift du social freezing?

14 Social freezing

15

16 Social oocyte freezing Task force Ethics &Law HR, 2012 Prévention de l infertilité liée à l age Oui Arguments «contre» non convaincants. Pas de jugement sur les motifs d une femme à de postposer la maternité ds une crypréservation.

17

18 Cryo préservation ovocytaire: Technique

19 En pratique Consultation fertilité Consultation psy Discussion /décision d équipe Consentement éclairé

20 Age maximum 40 ans max Exceptions: patientes>40 ans demandeuses (après infos adaptées sur taux succès ) uniquement si AMH et FSH normales

21 Nombre ovocytes congelés On vise 20 ovocytes /pte MAIS garder à l esprit que: 5-6 % de grossesse/ovocyte à ans 4 % de grossesse/ovocyte à 37 ans 0.7 % de grossesse/ovocyte à 43 ans

22 Prix 1800 euros pour 20 ovocytes et 2 OPU prix ne concerne que les frais de labo FIV Ajouter: Monitoring cycle + OPU (écho-ps et à la ponction one day) Médicaments (1000 /cycle)

23 Prix Si besoin OPU suppl: 100 euros/opu Si >20 ovocytes: 100 euros en plus/2 ovocytes Frais conservation: 100 euros/an àpd 2 ème année

24 Informations fournies aux patientes Séance information mensuelle Site internet ( Consentement éclairé Taux de réussite Risques (OPU+ stim+ descendance) Délai de cryo-préservation 10 ans (Max 47) Destination des ovocytes non utilisés. Destruction des ovocytes: si décès ou incapacité permanente

25 cyro-préservation d ovocyte

26 Outil de l Emancipation féminine? Exacerbation de la Pression sociale pour différer la maternité Pour avoir des enfant plus tôt mais dans de moins bonnes conditions psycho-sociales Droit de la femme ou médicalisation excessive d un processus naturel? Institut Européen de Bioéthique

27 Fin du sexisme de la société? Pause de l horloge biologique? Message ambigü: «Faites des enfants quand vous le voulez»(le plus tard possible ) et qu il est désormais pareil de faire des enfants à 25 qu à 55ans! Egalité des sexes au travail? et entre femmes (qui acceptent /qui refusent)? Risque d instrumentalisation du corps de la femme? Poules pondeuses? (Acte individuel vs promu par les entreprises?)

28 Réponse technologique à un problème de société? La femme doit elle se plier à l organisation productiviste du travail? L organisation du travail ne doit elle pas se plier à la physiologie de la reproduction à moindre risque (25-35 ans)? Quels rapports coûts-efficacité des 2 solutions? La technologie ne résoudra pas le vrai problème des inégalités: il est culturel et économique

29 Vers une nouvelle sousspécialité: la géronto-obstétrique? La reproduction est un droit fondamental (DDH, OMS). Une limite pour les femmes post ménopausées?

30 Grossesse âge avancé et Risque Obstétrical? Après 45 ans: augmentation substancielle de la morbidité maternelle JAMA. 2002;288(18): Pre-E modéré: 25%; sévère: 10%, Diabète gestationnel: 20%, Césariennes: 67%. Mais aussi plus de praevia, MAP... Augmentation de la mortalité Maternelle après 40 ans: 12 à 60/100,000.

31 Grossesse âge avancé et Risque foetal? Augmentation Prématurité MFIU RCIU Maladies autosomales dominantes (sperme agé)

32 Grossesse âge avancé et Risque médical? Mortalité: reste rare même chez ces patientes L augmentation de cesariennes chez ces ptes n a pas augmenté la mortalité. Risques acceptables et controlés pour des ptes en bonne santé, sélectionnées informées avec un suivi obstétrical adéquat. (GHR)

33 Maternité différée: Où mettre la limite?

34 Autonomie du patient Droit à la reproduction Parcours de vies (carrière, perte enfant, 2é famille, f. seule) Droit à la liberté individuelle. Amélioration de la qualité de vie et longévité. Evolution de la société et des structures familiales.

35 Ethique médicale. Primum non nocere? Risque d une discrimination par l âge? Aller à l encontre de la nature? Maîtrise des risques médicaux? Sécurité de la technique? Clause de conscience individuelle?

36 Intérêt de l enfant parents agés, les moins: Risque plus élevé d être orphelin Diminution capacités physiques et psychologiques parentales Parents malades: enfants vite parentalisés Perception négative des enfants issus de parents vieux: stigmatisation, rejet, dépression, isolement) Génération gap (pas de grands parents)

37 Intérêt de l enfant parents agés: les plus Plus de ressources financières Plus de temps à consacrer Plus d implication, de motivation.

38 Responsabilité sociétale Droit pour tous ou démarche individuelle? Légiférer? Financement? Remboursement? Coût d une maternité différée et/ou agée? Santé publique: conséquences à long terme (nouveaux nés, morbi mortalité maternelle, oncologique)?

39 Cryopréservation ovocytaire comme prévention de l infertilité liée à l âge Conclusions 1 Technique récente disponible, fiable. Alternative au don d ovocyte Médicalement et éthiquement fondée. Efficacité fonction de l âge à la cryo. Données insuffisantes sur les effets à long terme Dérives potentielles

40 Cryopréservation ovocytaire comme prévention de l infertilité liée à l âge Conclusions 2 Information patientes à améliorer. Médicalement le mieux c est d avoir ses enfants naturellement avant 35 ans. Effet essentiel de l âge sur la fertilité et sur le succès de toutes les techniques de PMA. On congèle des GAMETES pas la fertilité Une grossesse après 40 ans est plus risquée tant pour la mère que pour l enfant.

41 Cryopréservation ovocytaire comme prévention de l infertilité liée à l âge Conclusions 3 Si grossesse tardive envisagée: Après 45 ans on recommande un bilan de santé approfondi avant d envisager une grossesse. En Belgique, la législation interdit toute PMA à partir de 47 ans (2003)

LA CONGELATION D OVOCYTES MATURES, IMMATURES ET D EMBRYONS

LA CONGELATION D OVOCYTES MATURES, IMMATURES ET D EMBRYONS LA CONGELATION D OVOCYTES MATURES, IMMATURES ET D EMBRYONS 1ére journée régionale en préservation de la fertilité 25 janvier 2014 C JIMENEZ Service Biologie de la reproduction CECOS Pôle O.R.G Centre Aliénor

Plus en détail

10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique

10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique 10 ème rencontre régionale de cancérologie gynécologique NIORT 3 Mars 2016 CAS CLINIQUE n 3 Préservation de la Fertilité Intervenant: Dr POUDOU & Dr MOREAU POLE FEMME MERE ENFANT SERVICE DE GYNECOLOGIE

Plus en détail

Anomalies génétiques DPI ou DPN?

Anomalies génétiques DPI ou DPN? Anomalies génétiques DPI ou DPN? Alexandra Benachi, Frédéric Lamazou, Muriel Flis-Trèves, Nelly Frydman, Julie Steffann Hôpital Antoine Béclère, Hôpital Necker-Enfants Malades Diagnostic prénatal Le DPN

Plus en détail

BIOTECHNOLOGIES DE LA REPRODUCTION CHEZ LES BOVINS LAITIERS

BIOTECHNOLOGIES DE LA REPRODUCTION CHEZ LES BOVINS LAITIERS BIOTECHNOLOGIES DE LA REPRODUCTION CHEZ LES BOVINS LAITIERS Depuis 40 ans, l insémination artificielle est le vecteur de l amélioration génétique des bovins laitiers, et prouve son efficacité. Plus récemment,

Plus en détail

Préservation de la fertilité en cas de traitement stérilisant

Préservation de la fertilité en cas de traitement stérilisant Recommandations pour la pratique clinique Prise en charge du couple infertile Préservation de la fertilité en cas de traitement stérilisant Sophie Bringer-Deutsch Joelle Belaisch-Allart, Annick Delvigne

Plus en détail

La gestation pour autrui en Belgique

La gestation pour autrui en Belgique La gestation pour autrui en Belgique CHU Saint-Pierre, Bruxelles Dr Marie-Laure GUSTIN (psychiatre) Dr Candice AUTIN (gynéco-obstétricienne) Colloque CLARA Paris, 13 novembre 2010 - Française de 27 ans

Plus en détail

La vitrification des ovocytes à but social: l approche espagnole. Valérie Vernaeve, MD PhD Clínica EUGIN, Barcelone

La vitrification des ovocytes à but social: l approche espagnole. Valérie Vernaeve, MD PhD Clínica EUGIN, Barcelone La vitrification des ovocytes à but social: l approche espagnole Valérie Vernaeve, MD PhD Clínica EUGIN, Barcelone vvernaeve@eugin.es Plan de la présentation Aspects sociodémographiques Expérience et situation

Plus en détail

Problèmes éthiques posés par l Assistance Médicale à la Procréation. Dominique LE LANNOU Biologie Reproduction -CECOS

Problèmes éthiques posés par l Assistance Médicale à la Procréation. Dominique LE LANNOU Biologie Reproduction -CECOS Problèmes éthiques posés par l Assistance Médicale à la Procréation Dominique LE LANNOU Biologie Reproduction -CECOS Avril 2011 Procréation impossible 15% des couples consultent pour stérilité 5% auront

Plus en détail

PACES - Année 2014-2015

PACES - Année 2014-2015 PACES - Année 2014-2015 UE 7 : Santé Société Humanité Concours blanc du 13 avril 2015 Durée de l épreuve : 2 heures Nom : Prénom : Numéro d anonymat : Vous disposez de deux documents : Ce fascicule comportant

Plus en détail

GENESIS. L autoconservation ovocytaire devrait être autorisée

GENESIS. L autoconservation ovocytaire devrait être autorisée GENESIS L autoconservation ovocytaire devrait être autorisée Chef du service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction à Sèvres depuis juillet 1992 puis, depuis mars 2015, du Centre hospitalier

Plus en détail

Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque (sauf si GEU isolée)

Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque (sauf si GEU isolée) A compléter lors de chaque grossesse FICHE GROSSESSE Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque Identification N DU CENTRE CLINIQUE

Plus en détail

Loi du 6 juillet 2007sur la PMA et la destination des embryons surnuméraires

Loi du 6 juillet 2007sur la PMA et la destination des embryons surnuméraires Loi du 6 juillet 2007sur la PMA et la destination des embryons surnuméraires Présentation (+ commentaires de G. Genicot J.T.n 6336-janv. 2009) Par J. Massion- Cebhf- 11.02.09 Introduction de G.Genicot

Plus en détail

LES SITUATIONS A RISQUE EN PEDIATRIE. Dr Anne Notz-Carrère Dr Vanessa Vautier CHU Bordeaux

LES SITUATIONS A RISQUE EN PEDIATRIE. Dr Anne Notz-Carrère Dr Vanessa Vautier CHU Bordeaux LES SITUATIONS A RISQUE EN PEDIATRIE Dr Anne Notz-Carrère Dr Vanessa Vautier CHU Bordeaux «A RISQUE»car : Prise en charge médicale susceptible d altérer la fertilité : Hémato-cancérologie Fertilité qui

Plus en détail

INTRODUCTION. Gonadotoxicité des traitements systémiques Obligation légale : Décret décembre 2006

INTRODUCTION. Gonadotoxicité des traitements systémiques Obligation légale : Décret décembre 2006 Etude PRESAGE : Etude pilote de faisabilité de PRéservation de la fertilité par Stimulation ovarienne associée à du tamoxifène et congelation ovocytaire ou embryonnaire avant chimiothérapie pour cancer

Plus en détail

Assistance Médicale à la Procréation (AMP) : Aspects Médicaux et Ethiques.

Assistance Médicale à la Procréation (AMP) : Aspects Médicaux et Ethiques. Assistance Médicale à la Procréation (AMP) : Aspects Médicaux et Ethiques. Docteurs Marie-Laure Camp (biologiste), Anastasie Lymperopoulou (gynécologue- obstétricienne), Définition : et Marie-Dominique

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

L AMP et l adoption. Analogies et différences Controverses. Agence française de l adoption - 10 décembre 2009

L AMP et l adoption. Analogies et différences Controverses. Agence française de l adoption - 10 décembre 2009 L AMP et l adoption Analogies et différences Controverses Agence française de l adoption - 10 décembre 2009 L AMP Le cadre juridique La loi du 6 août 2004 relative à la bioéthique - mise en place de l

Plus en détail

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV)

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV) Comité de Protection des Personnes Catégorie de recherche : REGION I.. Numèro CPP de la recherche : Un protocole du promoteur x adresse., présenté par le Dr, Service de.., CHU de. N identification : 2015-..

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN OBSTETRIQUE

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN OBSTETRIQUE ANTIBIOPROPHYLAXIE EN OBSTETRIQUE Les accouchements par voie basse Docteur AM DUMAS Docteur C BATTIE Centre hospitalier Lyon Sud Prévalence des infections? Prescription d antibiotiques dans 17 à 41% des

Plus en détail

20 octobre 1983 à Marseille Docteurs Sacha Geller, Roland Dajoux et Maître Gilbert Collard

20 octobre 1983 à Marseille Docteurs Sacha Geller, Roland Dajoux et Maître Gilbert Collard GESTATION POUR AUTRUI LA LOI EN ISRAEL mars 1996 Docteur Roland DAJOUX Gynécologue. Etti SAMAMA Ministère de la Santé. Jérusalem 20 octobre 1983 à Marseille Docteurs Sacha Geller, Roland Dajoux et Maître

Plus en détail

L accueil d embryons. Les aspects organisationnels Françoise MERLET

L accueil d embryons. Les aspects organisationnels Françoise MERLET L accueil d embryons Les aspects organisationnels Françoise MERLET 1 Qu est-ce que l accueil d embryons? Une AMP à part entière comportant 2 volets Le don d embryons L accueil d embryons Concernant les

Plus en détail

La fertilité du couple

La fertilité du couple 28/04/2016 LANDRY Marie D1 CR : BOUACHBA Amine Hormonologie & Reproduction Pr Jean-Marie GRILLO 10 pages HORMONOLOGIE REPRODUCTION La fertilité du couple Plan La fertilité du couple A. Quelques définitions

Plus en détail

Rupture Prématurée des Membranes. Lucie Bresson Mars 2010

Rupture Prématurée des Membranes. Lucie Bresson Mars 2010 Rupture Prématurée des Membranes Lucie Bresson Mars 2010 Définition Toute rupture des membranes avant le début du travail. A terme Avant terme: De 34 à 35+6 SA De 24 à 33+6 SA avant 24 SA. Avant 37 SA

Plus en détail

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France Composition des ménages et des familles, modes de garde des enfants Modes de cohabitation > Huit jeunes Parisiens sur dix de 15-19 ans vivent chez leurs parents. > Deux Parisiennes sur cinq de 20-34 ans

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation

Assistance médicale à la procréation Assistance médicale à la procréation Principaux aspects biologiques, médicaux et éthiques Session IDE2 Septembre 2009 Boudarias Lionnel (Int.GO) Le langage courant utilise certains termes à tort et à travers

Plus en détail

Etude. Tabac, Grossesse, Vulnérabilité. données préliminaires du CHU de Limoges. Pr. Yves Aubard

Etude. Tabac, Grossesse, Vulnérabilité. données préliminaires du CHU de Limoges. Pr. Yves Aubard Etude Tabac, Grossesse, Vulnérabilité données préliminaires du CHU de Limoges Pr. Yves Aubard Objectifs de TGV Objectif principal : Démontrer que l arrêt du tabac chez la femme fumeuse en cours de grossesse

Plus en détail

DFMS / DFMSA. Chef de service Service de gynécologieobstétrique

DFMS / DFMSA. Chef de service Service de gynécologieobstétrique DFMS / DFMSA Estelle Wafo Daniel Rotten Chef de service Service de gynécologieobstétrique Centre Hospitalier de Marne-la-Vallée (77) Secrétaire générale, CEGORIF Ancien chef de service Service de gynécologie-obstétrique

Plus en détail

Quelques définitions

Quelques définitions L AMP Introduction 14% des couples Le délai nécessaire àconcevoir est pathologique s il est sup à 2 ans Parmi les causes d infertilité: 30% sont d origine féminine 20% sont d origine masculine 40% des

Plus en détail

DISCORDANCE DES POIDS DE NAISSANCE DES JUMEAUX BICHORIAUX : Diagnostic, Pronostic Obstétrical et Néonatal.

DISCORDANCE DES POIDS DE NAISSANCE DES JUMEAUX BICHORIAUX : Diagnostic, Pronostic Obstétrical et Néonatal. DISCORDANCE DES POIDS DE NAISSANCE DES JUMEAUX BICHORIAUX : Diagnostic, Pronostic Obstétrical et Néonatal. N. Mottet, M. Guillaume, A. Martin, R. Ramanah, D. Riethmuller SMFC 27 Juin 2013 L échographie

Plus en détail

L AMP Assistance médicale à la procréation

L AMP Assistance médicale à la procréation L AMP Assistance médicale à la procréation Introduction 14% des couples Le délai nécessaire à concevoir est pathologique s il est sup à 2 ans Parmi les causes d infertilité: 30% sont d origine féminine

Plus en détail

L Agence de la Biomédecine

L Agence de la Biomédecine L Agence de la Biomédecine Organisation, missions et AMP Françoise MERLET Agence de la biomédecine francoise.merlet@biomedecine.fr Loi de bioéthique du 06 août 2004 l Agence de la biomédecine Une nouvelle

Plus en détail

Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT. Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr

Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT. Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr Etat des lieux Age de la première grossesse le plus souvent retardé Parfois

Plus en détail

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2012, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Une brève mise en contexte 2. Les orientations qui ont guidé la réflexion du Conseil du statut de la femme (CSF) 3. Quelques grandes conclusions des études empiriques sur la

Plus en détail

La vitrification changera nos pratiques

La vitrification changera nos pratiques La vitrification changera nos pratiques La question de l origine Obsession de l humanité Reliée à la question de la mort L origine fonctionne comme un fantasme Liée au langage Quête commune avec les monothéismes

Plus en détail

Une solution aux problèmes éthiques liés à la pénurie de donneuses? S.Bonne, J.Ohl, I.Koscinski service d AMP, hôpital de Strasbourg

Une solution aux problèmes éthiques liés à la pénurie de donneuses? S.Bonne, J.Ohl, I.Koscinski service d AMP, hôpital de Strasbourg Une solution aux problèmes éthiques liés à la pénurie de donneuses? S.Bonne, J.Ohl, I.Koscinski service d AMP, hôpital de Strasbourg Le don d ovocytes pour qui? Patientes en insuffisance ovarienne totale

Plus en détail

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2012, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

~ 98 ~ ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION ET DIAGNOSTIC PRENATAL

~ 98 ~ ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION ET DIAGNOSTIC PRENATAL ~ 98 ~ ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION ET DIAGNOSTIC PRENATAL ~ 99 ~ 4.5 Assistance médicale à la procréation (AMP) et diagnostic prénatal (DPN) 4.5.1 Assistance Médicale à la Procréation (AMP) L

Plus en détail

Baisse de fertilité des bovins laitiers : mécanismes biologiques impliqués

Baisse de fertilité des bovins laitiers : mécanismes biologiques impliqués Baisse de fertilité des bovins laitiers : mécanismes biologiques impliqués Marie Saint-Dizier AgroParisTech UFR Génétique, Elevage et Reproduction INRA / ENVA UMR Biologie du Développement et Reproduction

Plus en détail

Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque (sauf si GEU isolée)

Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque (sauf si GEU isolée) Fiche Grossesse Cette fiche doit être remplie pour toute grossesse débutante diagnostiquée à l échographie avec activité cardiaque (sauf si GEU isolée) I. Généralités Dans cette fiche, certaines informations

Plus en détail

Evaluation de la réserve ovarienne en échographie dans le cadre de la procréation médicale assistée

Evaluation de la réserve ovarienne en échographie dans le cadre de la procréation médicale assistée Evaluation de la réserve ovarienne en échographie dans le cadre de la procréation médicale assistée ¹ ¹Service d imagerie médicale ²Service de PMA Qu est ce que la réserve ovarienne (RO) C est la capacité

Plus en détail

Le travailleur social dans le processus d adoption

Le travailleur social dans le processus d adoption Institut du Bien-Etre Social et de Recherches Bureau du Directeur Général Madame Arielle Jeanty Villedrouin Le travailleur social dans le processus d adoption Dans le cadre de la vulgarisation de la nouvelle

Plus en détail

AFRIQUE DU SUD loi sur la Gestation pour autrui -

AFRIQUE DU SUD loi sur la Gestation pour autrui - AFRIQUE DU SUD loi sur la Gestation pour autrui - Ce document est une traduction faite en collaboration avec l association Maia, et donc perfectible. Le texte original en anglais est disponible sur le

Plus en détail

Évolution du taux de césarienne en France. Thierry Harvey Maternité des Diaconesses Paris

Évolution du taux de césarienne en France. Thierry Harvey Maternité des Diaconesses Paris Évolution du taux de césarienne en France Thierry Harvey Maternité des Diaconesses Paris Épidémie de Césariennes dans le monde Europe Islande 15,2%, Italie 36,2%, France 20,8% en 2013 USA 32,5% OMS recommande

Plus en détail

Pathologies et environnement de la grossesse

Pathologies et environnement de la grossesse Pathologies de la grossesse, accouchement et post partum Pathologies et environnement de la grossesse > Des pathologies et des hospitalisations plus nombreuses chez les femmes aux âges extrêmes de la maternité.

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission «Emploi, qualification et revenus du travail» Réunion du 16 octobre 2009 -------------------------- Demandes d accès à des données au titre de l article 7 bis de la loi n 51-711 du 7 juin 1951

Plus en détail

CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE

CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE Site Besançon Centre d Etude et de Conservation des Œufs et du Sperme humains. Dr Oxana Blagosklononov Service de Génétique biologique- Histologie-Biologie du Développement

Plus en détail

Epifane Etude épidémiologique en France sur l alimentation et l état nutritionnel des enfants pendant leur première année de vie

Epifane Etude épidémiologique en France sur l alimentation et l état nutritionnel des enfants pendant leur première année de vie Epifane Etude épidémiologique en France sur l alimentation et l état nutritionnel des enfants pendant leur première année de vie Les facteurs associés à l arrêt de l allaitement maternel à un mois Catherine

Plus en détail

Procréation par don de spermatozoïdes: Indications et Résultats

Procréation par don de spermatozoïdes: Indications et Résultats Procréation par don de spermatozoïdes: Indications et Résultats Création du premier CECOS : Professeur G. DAVID = CECOS Bicêtre en 1973 L objectif était double : - aider les couples stériles qui le choisissaient

Plus en détail

Vitro. Accord CNIL. Biologie Gynécologie obstétrique

Vitro. Accord CNIL. Biologie Gynécologie obstétrique FIV-ABM - Registre national des tentatives de Fécondation In Vitro Responsable(s) : Royère Dominique, Direction Procréation Embryologie Génétique humaine Pessione Fabienne, Direction Procréation Embryologie

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES SOSSOU Comlan Hervé Dissertation originale présentée en vue de l obtention du grade de docteur

Plus en détail

Accompagnement des mères et des enfants à la sortie de la Maternité de Saint Denis

Accompagnement des mères et des enfants à la sortie de la Maternité de Saint Denis Accompagnement des mères et des enfants à la sortie de la Maternité de Saint Denis Hélène Decroix, médecin coordinatrice du réseau périnatal Seine- Saint-Denis Ouest Évelyne Doan Van, puéricultrice de

Plus en détail

Cas clinique interactif

Cas clinique interactif Cas clinique interactif XVIII ème Journées de sénologie interactive Sylvie BONFILS Centre des Maladies du Sein Hôpital St Louis Madame A!. 30 ans!! Consulte pour renouvellement de contraception progestative

Plus en détail

Aurore HERIN-MARSAIS Sage-femme diplômée d état Faculté de médecine d Angers Juin 2012

Aurore HERIN-MARSAIS Sage-femme diplômée d état Faculté de médecine d Angers Juin 2012 Aurore HERIN-MARSAIS Sage-femme diplômée d état Faculté de médecine d Angers Juin 2012 Précarité = «ensemble de facteurs de risque et d incertitude sur l emploi et les ressources qui conduirait à la pauvreté»

Plus en détail

prolongées, le désir de faire carrière, l instabilité du marché du travail, l hostilité des

prolongées, le désir de faire carrière, l instabilité du marché du travail, l hostilité des Désir d enfant après 38 ans et spécificité des grossesses tardives Joëlle BELAISCH-ALLART Centre hospitalier des Quatre Villes, site de SEVRES 141 grande rue 92318 SEVRES cedex jbelaisch@promptomail.com

Plus en détail

Drépanocytose et grossesse. B. Haddad, F. Galacteros, Et toute l équipe de Créteil

Drépanocytose et grossesse. B. Haddad, F. Galacteros, Et toute l équipe de Créteil Drépanocytose et grossesse B. Haddad, F. Galacteros, Et toute l équipe de Créteil Hypothèse Anémie chronique + CVO Infarctus placentaire Altération de la nutrition fœtale RCIU MFIU Activation de l'endothélium

Plus en détail

MINICA. Assurance-maladie obligatoire pour soins de base GALENOS

MINICA. Assurance-maladie obligatoire pour soins de base GALENOS MINICA Assurance-maladie obligatoire pour soins de base (selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie du 18 mars 1994, LAMal) Les dénominations personnelles et fonctionnelles contenues dans le présent

Plus en détail

Approches politiques du diagnostic préimplantoire

Approches politiques du diagnostic préimplantoire Colloque Pro Infirmis - Vaud 30 août 2011 Josiane Aubert, conseillère nationale, membre commission science éducation culture Approches politiques du diagnostic préimplantoire Historique des décisions politiques

Plus en détail

La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009.

La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009. La sédation pour détresse en phase terminale et dans les situations spécifiques et complexes. (Recommandations de la SFAP de juin 2009.) Martine HERRSCHER EMSPCA Octobre 2011 Définition : La sédation pour

Plus en détail

Césarienne protection périnéale

Césarienne protection périnéale Césarienne protection périnéale Indications raisonnées Brigitte Fatton Maternité Hôtel Dieu CHU Clermont-Ferrand Césarienne en France: état des lieux Rapport récent de la fédération hospitalière 20,1%

Plus en détail

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE Ref : cf infra Créé le : 30 / 05 / 2015 Version du : 12/06/15 Rédacteur : R. RONIN Vérificateurs : JL. VOLUMENIE F. NAJIOULLAH Approbateurs

Plus en détail

Culture et transfert de blastocystes

Culture et transfert de blastocystes Culture et transfert de blastocystes Françoise Urner Centre de Procréation Médicalement Assistée & Fondation F.A.B.E.R. Lausanne, Suisse Contexte helvétique Limite de 3 embryons en culture Congélation

Plus en détail

Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées

Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées Dr Anne Bachelot Dr Isabelle Flechtner Au nom de l ensemble des médecins participants HOPITAUX UNIVERSITAIRES LA PITIE

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS NOTE D'INFORMATION N 134 À substituer à la note d information n 119 LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement

Plus en détail

SOLIPAM Réseau de périnatalité et d accès aux soins pour les femmes enceintes en situation précaire à Paris

SOLIPAM Réseau de périnatalité et d accès aux soins pour les femmes enceintes en situation précaire à Paris SOLIPAM Réseau de périnatalité et d accès aux soins pour les femmes enceintes en situation précaire à Paris 25 Octobre 2007 1 Présentation SOLIPAM Le contexte La problématique Le réseau : dispositif, identité,

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail

Implications pour la transmission mèreenfant chez les femmes contrôlées sur le plan virologique en fin de grossesse. du mode d accouchement

Implications pour la transmission mèreenfant chez les femmes contrôlées sur le plan virologique en fin de grossesse. du mode d accouchement 11 Mai 2012 AG EPF Implications pour la transmission mèreenfant chez les femmes contrôlées sur le plan virologique en fin de grossesse du mode d accouchement Contexte Recommandations : La césarienne programmée

Plus en détail

Le retour précoce: focus sur le post-partum à domicile

Le retour précoce: focus sur le post-partum à domicile Le retour précoce: focus sur le post-partum à domicile Oiry E. sage-femme coordinatrice sortie précoce Deblaer S. sage-femme coordinatrice sortie précoce Berrefas L. sage-femme coordinatrice IHAB Paemelaere

Plus en détail

CONVENTION. Conclue entre :

CONVENTION. Conclue entre : CONVENTION de financement et de partenariat entre la Caisse Primaire d'assurance Maladie et le Département pour assurer la prise en charge, par l Assurance Maladie, des actes médicaux réalisés par le service

Plus en détail

Antoine Payot directeur de l unité d éthique clinique mère-enfant Suzanne Plante coordonnatrice de l unité d éthique clinique i Chu Sainte Justinen

Antoine Payot directeur de l unité d éthique clinique mère-enfant Suzanne Plante coordonnatrice de l unité d éthique clinique i Chu Sainte Justinen Un CHU pour les mères et les enfants Antoine Payot directeur de l unité d éthique clinique mère-enfant Suzanne Plante coordonnatrice de l unité d éthique clinique i Chu Sainte Justinen CHU Sainte Justine

Plus en détail

Cas clinique: préservation de la fertilité dans les tumeurs borderline de l ovaire

Cas clinique: préservation de la fertilité dans les tumeurs borderline de l ovaire Cas clinique: préservation de la fertilité dans les tumeurs borderline de l ovaire Dr Pauline Bottin Pôle Femmes-Parents-Enfants, AP-HM Gynécologue, CECOS Marseille Plateforme régionale Cancer & Fertilité

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

Organisation d une filière à bas risque En maternité

Organisation d une filière à bas risque En maternité Organisation d une filière à bas risque En maternité Jacques Lepercq Centre périnatal Port-Royal Hélène Péjoan Centre hospitalier Courbevoie-Neuilly Contexte Filière à bas risque Absence de facteurs de

Plus en détail

MESURES DE PROTECTION MESURES DE PROTECTION. Généralités. Généralités. Ethique médicale

MESURES DE PROTECTION MESURES DE PROTECTION. Généralités. Généralités. Ethique médicale Ethique médicale Item 8 Ethique médicale Item 8 Objectifs Décrire les principes éthiques et l'argumentation d'une décision d'interruption volontaire ou médicale de grossesse (IVG / IMG) ; les questions

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV Activité 2012-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV Activité 2012- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2012- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00. Les Séniors et le VIH

OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00. Les Séniors et le VIH OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Les Séniors et le VIH Méthodologie Cible Mode de recueil Durée du questionnaire Zone géographique de recueil Période d enquête Echantillons

Plus en détail

Programme de prise en charge du tabagisme et consultation VIH: Tabacologie en Service de Maladies Infectieuses (TASMI)

Programme de prise en charge du tabagisme et consultation VIH: Tabacologie en Service de Maladies Infectieuses (TASMI) Programme de prise en charge du tabagisme et consultation VIH: Tabacologie en Service de Maladies Infectieuses (TASMI) Béatrice Le Maître, Philippe Féret, Jean-Jacques Parienti, Renaud Verdon, et tout

Plus en détail

L entreprise PME: quelques repères. Zohra GALLARD

L entreprise PME: quelques repères. Zohra GALLARD L entreprise PME: quelques repères Zohra GALLARD Nombre d entreprises en France : 2,6 Millions ( hors agriculture, services financiers et administration ) source INSEE 2006 Dont : 5 000 entreprises de

Plus en détail

PLAN DE L EXPOSE. 1.Présentation. 2.Motivation. 3.Objectifs.

PLAN DE L EXPOSE. 1.Présentation. 2.Motivation. 3.Objectifs. PLAN DE L EXPOSE. 1.Présentation. 2.Motivation. 3.Objectifs. 4. Méthodologie. 4.1. Analyse théorique. 4.2. Analyse pratique. - Mise en évidence des moyens de prévention dans chaque pays. - Ce qui se fait

Plus en détail

Avis n 67 du 12 septembre 2016 relatif à la réception d ovocytes issus de la partenaire au sein d un couple lesbien en vue d une fécondation in vitro

Avis n 67 du 12 septembre 2016 relatif à la réception d ovocytes issus de la partenaire au sein d un couple lesbien en vue d une fécondation in vitro Avis n 67 du 12 septembre 2016 relatif à la réception d ovocytes issus de la partenaire au sein d un couple lesbien en vue d une fécondation in vitro (ROPA = Reception of Oocytes from Partner) DEMANDE

Plus en détail

CANCER ET PRESERVATION DE FERTILITE FEMININE O.GERVEREAU BIOLOGIE ET MEDECINE DE LA REPRODUCTION

CANCER ET PRESERVATION DE FERTILITE FEMININE O.GERVEREAU BIOLOGIE ET MEDECINE DE LA REPRODUCTION CANCER ET PRESERVATION DE FERTILITE FEMININE O.GERVEREAU BIOLOGIE ET MEDECINE DE LA REPRODUCTION DISPARITES HOMME / FEMME Étude suédoise 8O % hommes / 48 % femmes ont été informés 54 % congélation spermatique

Plus en détail

CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE SITE BESANÇON CENTRE D ETUDE ET DE CONSERVATION DES ŒUFS ET DU SPERME HUMAINS.

CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE SITE BESANÇON CENTRE D ETUDE ET DE CONSERVATION DES ŒUFS ET DU SPERME HUMAINS. CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE SITE BESANÇON CENTRE D ETUDE ET DE CONSERVATION DES ŒUFS ET DU SPERME HUMAINS. Dr Oxana Blagosklononov Service de Génétique biologique-histologie-biologie du Développement

Plus en détail

Entretien du 4ème mois

Entretien du 4ème mois Décodage du vécu des ATCD gynéco-obstétricaux personnels et familiaux Entretien du 4ème mois CPAV Versailles 18 et 25 novembre 2006 Jean-Pierre BERNARD Ulrike METZGER Gynécologue-Obstétriciens Échographistes

Plus en détail

Bilan d activité AMP CMCO 2012

Bilan d activité AMP CMCO 2012 Bilan d activité AMP CMCO 2012 La 8ème journée d Infertilité d Alsace 20 septembre 2013 Laetitia Ladureau-Fritsch Nathalie Guyomard C M C O Bilan général 2012 Nombre de tentatives Les inséminations intra-utérines

Plus en détail

Mères porteuses : réflexions sur des enjeux actuels

Mères porteuses : réflexions sur des enjeux actuels Conseil du statut de la Mères porteuses : réflexions sur des enjeux actuels L avis du Conseil du statut de la femme en huit questions Au printemps 2014, la couverture, par le Programme québécois de procréation

Plus en détail

ENQUETE SUR L ALLAITEMENT MATERNEL A L HOPITAL AVENZOAR (MARRAKECH) Mounir Bourrous & Mohammed Bouskraoui CHU Mohammed VI

ENQUETE SUR L ALLAITEMENT MATERNEL A L HOPITAL AVENZOAR (MARRAKECH) Mounir Bourrous & Mohammed Bouskraoui CHU Mohammed VI ENQUETE SUR L ALLAITEMENT MATERNEL A L HOPITAL AVENZOAR (MARRAKECH) Mounir Bourrous & Mohammed Bouskraoui CHU Mohammed VI INTRODUCTION Avantages documentés de l allaitement maternel (AM) Recommandations

Plus en détail

Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk

Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk PMA au Royaume-Uni Le don et la GPA Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk 1 Techniques PMA au Royaume-Uni Don d ovules Donneuses connues Donneuses anonymes Dons de sperme Connu Anonyme Gestation

Plus en détail

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel

Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel U N I V E R S I T É L I B R E D E B R U X E L L E S, U N I V E R S I T É D ' E U R O P E Protection de la vie privée des étudiants à l égard des traitements de données à caractère personnel Texte approuvé

Plus en détail

LA FECONDATION IN VITRO (FIV)

LA FECONDATION IN VITRO (FIV) LA FECONDATION IN VITRO (FIV) Le site du Docteur Jean-Jacques BENSAID Gynécologue-Obstétricien Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-jacques-bensaid Il s agit là encore d une PMA, qui comme les techniques

Plus en détail

AMH basses et fertilité

AMH basses et fertilité AMH basses et fertilité Paul COHEN-BACRIE Andre HAZOUT Jacques de MOUZON Stéphanie BELLOC Alain DALLEAC Martine COHEN-BACRIE Laboratoire d Eylau Unilabs Paris Neuilly Unité Inserm reproduction Hôpital

Plus en détail

CES ADOLESCENTES AU VENTRE ROND*

CES ADOLESCENTES AU VENTRE ROND* CES ADOLESCENTES AU VENTRE ROND* *P Bensousson, L Ecole des parents et des éducateurs 1992 «Etre enfant et maman à la fois» G. Hatem-Gantzer/ A. Ben Amor Grossesse chez l adolescente Ca existe encore malgré

Plus en détail

L accueil d embryons. K. Bettahar-Lebugle. Centre d AMP, CMCO-SIHCUS Strasbourg-Schiltigheim

L accueil d embryons. K. Bettahar-Lebugle. Centre d AMP, CMCO-SIHCUS Strasbourg-Schiltigheim L accueil d embryons K. Bettahar-Lebugle Centre d AMP, CMCO-SIHCUS Strasbourg-Schiltigheim Introduction o Les couples doivent décider, à distance du prélèvement ovocytaire, du devenir de leurs embryons:

Plus en détail

Dépistage non invasif de la trisomie 21 par analyse de l ADN fœtal circulant

Dépistage non invasif de la trisomie 21 par analyse de l ADN fœtal circulant Dépistage non invasif de la trisomie 21 par analyse de l ADN fœtal circulant Contacts: Jean-Marc Costa, jmcosta@lab-cerba.com Pascale Kleinfinger, pkleinfinger@lab-cerba.com Laurence Lohmann, llohmann@lab-cerba.com

Plus en détail

PROJET «NOUYGAL» : SUIVI DES FEMMES ENCEINTES INFECTÉES PAR LE VIH ET DE LEURS ENFANTS A L HÔPITAL GABRIEL TOURÉ DE BAMAKO. Hôpital Gabriel Touré

PROJET «NOUYGAL» : SUIVI DES FEMMES ENCEINTES INFECTÉES PAR LE VIH ET DE LEURS ENFANTS A L HÔPITAL GABRIEL TOURÉ DE BAMAKO. Hôpital Gabriel Touré PROJET «NOUYGAL» : SUIVI DES FEMMES ENCEINTES INFECTÉES PAR LE VIH ET DE LEURS ENFANTS A L HÔPITAL GABRIEL TOURÉ DE BAMAKO. Hôpital de la Pitié Salpêtrière Hôpital Gabriel Touré Les personnes ayant participé

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

Observatoire des Services Clients 2015

Observatoire des Services Clients 2015 Observatoire des Services Clients 2015 Septembre 2015 Contact BVA : Marie-Laure SOUBILS - marie-laure.soubils@bva.fr 06 20 26 22 50 Contact Viséo Conseil : Ludovic NODIER lnodier@viseoconseil.com 00 33

Plus en détail

Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées à la grossesse chez les femmes obèses?

Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées à la grossesse chez les femmes obèses? Obésité et grossesse Immersion en communauté juin 2012 Scapuso J., Dosso M. et Rapin A. Etudiantes Heds 2BSc, filière Nutrition et Diététique Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées

Plus en détail

GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT CHEZ LA DREPANOCYTAIRE : A PROPOS DE 62 CAS COLLIGES A LA MATERNITE DU C.H.U DE BOUAKE

GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT CHEZ LA DREPANOCYTAIRE : A PROPOS DE 62 CAS COLLIGES A LA MATERNITE DU C.H.U DE BOUAKE 1 GROSSESSE ET ACCOUCHEMENT CHEZ LA DREPANOCYTAIRE : A PROPOS DE 62 CAS COLLIGES A LA MATERNITE DU C.H.U DE BOUAKE Doumbia Y¹, Djanhan L¹, Menin M¹, Samake Y¹, Kouyate F I¹, Traoré M¹ 1:service de gynécologie

Plus en détail