Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih"

Transcription

1 Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih

2 Biomarqueurs : Intérêt dans les infections chroniques PrP-res GAPDH VIH CD4 CVp CVc etc.

3 Infection par le VIH : 3 phases 2 versants Infection Séroconversion Phase asymptomatique ARC/SIDA Décès Lymphocytes T CD4+ ARN VIH Virologique Anticorps anti-env CTL Immunologique Anticorps anti-p semaines 2-12 ans 2-3 ans

4 Infection par le VIH : 3 phases 2 versants Virologique Immunologique 2 types différents de biomarqueurs

5 Biomarqueurs virologiques Antigénémie p24 (Préhistoire) Culture/coculture et isolement du virus (Préhistoire) CV plasmatique 1996 CV cellulaire

6 Biomarqueurs Immunologiques -microglobuline (Préhistoire) CRP Taux lymphocytes T CD4+ circulants

7 Thérapeutique anti-vih CCR5 Antagonist/Entry Inhibitor NRTI, Nucleoside reverse transcriptase inhibitor NNRTI, Non-nucleoside reverse transcriptase inhibitor Integrase Inhibitor PI, protease inhibitor Darunavir Enfuvirtide Atazanavir Emtricitabine Fosamprenavir Tipranavir Maraviroc Raltegravir Etravirine Saquinavir Ritonavir Indinavir Nevirapine Nelfinavir Delavirdine Tenofovir Lopinavir/r Amprenavir Efavirenz Abacavir 3TC AZT ddl ddc d4t CVp

8 Thérapeutique anti-vih Virus libre CCR5 Antagonist/Entry Inhibitor Fusion Binding NRTI, Nucleoside reverse transcriptase inhibitor NNRTI, Non-nucleoside reverse transcriptase inhibitor Transcription inverse Integrase Inhibitor Integration Synthèse protéique et assemblage Bourgeonnement PI, protease inhibitor Maturation

9 Thérapeutique anti-vih Décès 70 à 80 % des patients Charge virale cellulaire Lymphocytes T CD4+ Utilisation d IP Charge virale plasmatique Temps Baisse de la charge virale plasmatique Remontée du nombre de lymphocytes T CD4+ Maintien ou diminution très lente de la charge virale cellulaire

10 Thérapeutique anti-vih 3 ème biomarqueur ou «biomarqueur thérapeutique»

11 Taux, plasmatique et intracellulaire, des anti-vih

12 Taux, plasmatique et intracellulaire, des anti-vih Back et al., 2000 Une concentration insuffisante de molécule conduit à une réplication virale, à l émergence de résistances, et un rebond viral

13 Taux, plasmatique et intracellulaire, des anti-vih Comme un sur-dosage est susceptible d engendrer des effets indésirables Drug concentration TOXICITY EFFICACY (with clinically acceptable toxicity) C trough C trough MEC LACK OF EFFICACY dosing interval C trough time Back et al., 2007

14 Rôle des CYP450 et transporteurs Back et al., 2005 Lee et al., 1998 Métabolisme joue un rôle majeur dans les concentrations circulantes des molécules anti-vih et donc leur efficacité

15 Rôle des CYP450 et transporteurs Rapport Delfraissy

16 Rôle des CYP450 et transporteurs Anticancéreux AZT SAPK/JNK ERO TNF- UV Médicaments Choc thermique Différenciation Facteurs stimulant la voie des MAPK Cascade de Signaux régulés par l EGF UV Médicaments Choc thermique Différenciation fos/jun PKC Cascade MAPK Cytokines type IL-6 AP-1 NF- B NF-IL6 Cytokines type IL-6 Voie de transduction Sp-1 NF-Y à à Influence des molécules anti-vih sur l expression de ces enzymes ou transporteurs

17 Fonctionnalité des lymphocytes T CD4+? Cas particulier des patients en dissociation immuno-virologique 5 25% des patients ne remontent pas leur taux de LT CD4+ alors que leur CVp reste indétectable Persistance de la CV cellulaire Capacité des LT à répondre à un Ag (PPD, TT, CMV) et à se multiplier en réponse à cette activation _ Réponse proliférative ex vivo Régénération des LT CD4+ «naïfs» et «mémoire» et leur niveau d activation (CD45RO/RA, HLA-DR) _ Cytométrie en flux Rôle de la mort apoptotique (CD95, Annexin V) Déplétion centrale (Migrants thymiques via TREC _ PCR) Activation anormale du système immunitaire (Expression des cytokines et Récepteurs solubles aux cytokines)

18 Génotypage Mise en évidence des mutations par séquençages des gènes codant les cibles de la thérapeutique anti-vih actuelle i.e. TI protéase du VIH, gp120/gp41 Trousses commercialisées ou selon recommandations de groupe ANRS AC11 Interprétation à l aide d algorithmes, densifiés au fur et à mesure Distinguer mutations dites de «polymorphisme» souvent sans conséquence et les mutations de résistance Gain de temps / phénotypage, compatible avec un changement rapide de traitement Analyse des résultats délicates

19 Phénotypage (Phénotypage virtuel) Tester la sensibilité de l isolat viral en déterminant la CI50 vis-à-vis des différentes molécules anti-vih actuelles Equipement spécialisé (dont laboratoire de haute sécurité de niveau L3) nécessitant centralisation des échantillons et des tests Frein à la dissémination de ce type de tests Phénotypage virtuel (Virco) = Interprétation phénotypique du génotype via large base de données

20 Biomarqueurs dans l infection par le VIH : Synthèse CVp CVc CD4 Tx plasm. Tx intracell. CYP/Tr. ABC Genot. Phenot. Autres Collaboration étroite entre cliniciens, virologues et pharmacologues Est-ce que que llamélioration de de la la thérapeutique anti-vih passe par par une une suivi biologique & pharmacologique personnalisé plus plus que que par par llidentification de de nouvelles cibles et/ou molécules à visée antirétrovirale?

21 Biomarqueurs communs avec les hépatites virales et les cancers Physiopathologie et mécanismes moléculaires les gouvernant différents En revanche, certaines molécules e.g. dérivés nucléosidiques, structurellement et mécanistiquement identiques Rôle des enzymes du métabolisme sur l échec des thérapeutiques anti-cancéreuses i.e. GST-pi Taux plasmatique des molécules et intracellulaire de leur métabolite actif triphosphorylé dans les cellules (tumeurs non-solides)

22 This document was created with Win2PDF available at The unregistered version of Win2PDF is for evaluation or non-commercial use only. This page will not be added after purchasing Win2PDF.

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance Pr Diane Descamps Laboratoire de Virologie Hôpital Bichat-Claude Bernard EA 4409 Université Paris 7 en virologie Plan Généralités Les

Plus en détail

Bases moléculaires de la chimiothérapie antivirale 1 ère Partie

Bases moléculaires de la chimiothérapie antivirale 1 ère Partie Cours du 07/11/09 Dr. Bénédicte Roquebert Pr. Diane Descamps RT : Sébastien Nguyen (I-III) RT : Charlotte Calvo (IV-V) Bases moléculaires de la chimiothérapie antivirale 1 ère Partie Ce cours a été fait

Plus en détail

Marie-Christine MAZERON

Marie-Christine MAZERON Place des tests virologiques et immunologiques dans la surveillance des infections à CMV des receveurs de greffe d organe et de cellules souches hématopoïétiques Marie-Christine MAZERON Cytomégalovirus

Plus en détail

Hépatites virales Hépatites virales Hépatite A Hépatite A Hépatite E Hépatite G Hépatite D ou agent delta VHB Généralités - Virus de l hépatite B. Famille des Hepadnaviridae. Genre des Othohepadnavirus

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses.

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses. CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses Leila née le 17.11.96, infectée par le VIH suite à une transmission materno-foetale ATCDS Fx: - Père était infecté par

Plus en détail

Médicaments Antirétroviraux (ARV)

Médicaments Antirétroviraux (ARV) Médicaments Antirétroviraux (ARV) Classification et caractéristiques Ministre de la Santé Publique et de la Population 1 Médicaments antirétroviraux (ARV) Que sont les antirétroviraux? Ce sont des médicaments

Plus en détail

LA REPLICATION VIRALE

LA REPLICATION VIRALE LA REPLICATION VIRALE I Généralités! Virus = parasite intracellulaire obligatoire!virus détourne le métabolisme et la machinerie de la cellule pour se multiplier 1 Virus «n» Virions Infection = rencontre

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés

Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés Cas résiduels de contaminations maternofœtales pour le VIH: facteurs associés Traitement antiviral chez la femme enceinte Rapport DORMONT 1996-1997 Etude ACTG 076/ANRS 024:1994 AZT à partir de 14 SA Diminution

Plus en détail

FICHE D'EVALUATION EN ENTREPRISE EP1 PRODUCTION DE PREPARATIONS FROIDES ET DE PREPARATIONS CHAUDES

FICHE D'EVALUATION EN ENTREPRISE EP1 PRODUCTION DE PREPARATIONS FROIDES ET DE PREPARATIONS CHAUDES EP1 PRODUCTION DE PREPARATIONS FROIDES ET DE PREPARATIONS CHAUDES Nom et prénom du candidat : Préparer, assurer la production, contribuer à la qualité des produits Note obtenue sur 20 + + - les matières

Plus en détail

Les antirétroviraux. Matthieu Roustit

Les antirétroviraux. Matthieu Roustit Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de Formation en Soins

Plus en détail

Infection par le VIH. DU d addictologie Janvier DU Addictologie. Dr C. Arvieux, Pôles médecines spécialisées, CHU de Rennes

Infection par le VIH. DU d addictologie Janvier DU Addictologie. Dr C. Arvieux, Pôles médecines spécialisées, CHU de Rennes Infection par le VIH DU Addictologie DU d addictologie Janvier 2013 Dr C. Arvieux, Pôles médecines spécialisées, CHU de Rennes Certaines diapositives sont issues du diaporama «Les incontournables du VIH»

Plus en détail

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2?

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Pierre-Marie Roger Service d Infectiologie, Nice Journées Nationales d Infectiologie 2005 Le pronostic dépend du statut immunitaire

Plus en détail

VIH : Virus de l'immunodéficience Humaine

VIH : Virus de l'immunodéficience Humaine Fiche technique: Epidémiologie : Monde : VIH : Virus de l'immunodéficience Humaine Famille : Retroviridae, sous-famille : Orthoretrovirinae, genre : Lentivirus Mode de transmission: Voie sexuelle : liquide

Plus en détail

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE

CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE CHAP 11 : L'IMUNITE ADAPTATIVE I/ La réponse adaptative humorale La contamination de l organisme par un agent infectieux (ou une molécule étrangère) entraîne l apparition d anticorps dans le sérum : on

Plus en détail

Pharmacologie des antirétroviraux

Pharmacologie des antirétroviraux Pharmacologie des antirétroviraux Paramètres pharmacocinétiques des antirétroviraux (1/2) INTI INNTI (1) F : biodisponibilité ; Tmax : temps d obtention du pic plasmatique ; Fp : fixation aux protéines

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV

Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV Virus de l Immunodéficience Humaine et SIDA HTLV marie-edith.lafon@u-bordeaux.fr 2014-2015 Les rétrovirus Particularité de réplication : transcription inverse ARN génomique ADN proviral intégré ARN génomique

Plus en détail

L origine du Cancer. Docteur Jean-Philippe SPANO

L origine du Cancer. Docteur Jean-Philippe SPANO L origine du Cancer Docteur Jean-Philippe SPANO La Cancérogénèse Un tissu sain est le résultat de la juxtaposition d un grand nombre de cellules identiques A chaque instant, le nombre de cellules qui naissent

Plus en détail

1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE

1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE 1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE 1-1- Indications : 1-1-1- Au cours de la primo-infection Le traitement de la primo-infection est discuté car il doit être initié dès les premiers jours ou les

Plus en détail

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie 2013 Dr Ann-Claire GOURINAT agourinat@pasteur.nc Laboratoire de Référence pour le VIH pour la Nouvelle-Calédonie Institut Pasteur

Plus en détail

Oeil et vision. Environ la moitié du cortex visuel chez l humain est destinée à l analyse visuelle

Oeil et vision. Environ la moitié du cortex visuel chez l humain est destinée à l analyse visuelle Oeil et vision Introduction Environ la moitié du cortex visuel chez l humain est destinée à l analyse visuelle Système visuel débute avec la rétine qui détecte des différences d intensité lumineuse Projections

Plus en détail

Résistances aux antiviraux Les méthodes virologiques d'analyse de la sensibilité des souches virales

Résistances aux antiviraux Les méthodes virologiques d'analyse de la sensibilité des souches virales Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 47 - juillet-août 96 Résistances aux antiviraux Les méthodes virologiques d'analyse de la sensibilité des

Plus en détail

Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Immunité et infection VIH : Des bases théoriques aux implications thérapeutiques MIF Novembre 2009 Objectif général: *Connaître la physiopathologie de l infection pour maîtriser le diagnostic et la thérapeutique

Plus en détail

Outil méthode 8 Le dossier Etudier sa région

Outil méthode 8 Le dossier Etudier sa région Elèves Régions 1 Ile de France 2 Haute-Normandie 3 Basse-Normandie 4 Picardie 5 Nord Pas de Calais 6 Champagne-Ardenne 7 Lorraine 8 Alsace 9 Franche-Comté 10 Bourgogne 11 Rhône-Alpes 12 Provence Alpes

Plus en détail

Le SIDA : une affection. du système immunitaire

Le SIDA : une affection. du système immunitaire Le SIDA : une affection du système immunitaire Particularités structurales du VIH Le VIH a une enveloppe virale formée de protéines gp 120 et gp 41. D autres protéines forment les capsides : p17 et p24.

Plus en détail

Traitements antirétroviraux

Traitements antirétroviraux Les antirétroviraux Traitements antirétroviraux Action pharmacologique sur une cible virale ou cellulaire Blocage ou inhibition de la cible Pression de sélection sur la population virale Interruption

Plus en détail

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH On sait aujourd hui que le VIH est transmis par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l enfant au cours de la grossesse : il se propage donc par

Plus en détail

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus.

Le virus. Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en Il appartient à la famille des rétrovirus. Le virus Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) a été découvert en 1983. Il appartient à la famille des rétrovirus. On distingue le VIH de type 1 dont la répartition est mondiale et le VIH2 plus

Plus en détail

Fiche technique N 3. Utilisation des antirétroviraux

Fiche technique N 3. Utilisation des antirétroviraux Fiche technique N 3 Utilisation des antirétroviraux 1. Préalables indispensables à la prescription d antirétroviraux (ARV) Il est indispensable de s'assurer de : - la confirmation du diagnostic de l'infection

Plus en détail

Antirétroviraux : Stratégies thérapeutiques

Antirétroviraux : Stratégies thérapeutiques Antirétroviraux : Stratégies thérapeutiques Dr Wissem HACHFI Sce de Médecine Interne et Maladies infectieuses Virus de l'immunodéficience Humaine (VIH) Infection à VIH, 1981 Pandémie: 33 millions de personnes

Plus en détail

Les bases de la résistance du VIH aux antirétroviraux

Les bases de la résistance du VIH aux antirétroviraux Les bases de la résistance du VIH aux antirétroviraux Dr Bernard Masquelier Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux et EA2968 Université Victor Segalen Bordeaux 2 Cibles des antirétroviraux Inhibiteurs

Plus en détail

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES?

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? QUELQUE DÉFINITION Seuil de détectabilité: selon technique Seuil d échec: selon recommandations entre 50 copies (EU) et 1000 copies

Plus en détail

Antirétroviraux : Classification, Mécanisme d action

Antirétroviraux : Classification, Mécanisme d action Antirétroviraux : Classification, Mécanisme d action Dr L. Ammari Service de maladies infectieuses, Hôpital La Rabta Tunis le 09 Janvier 2013 Transformation de l infection par le virus de l immunodéficience

Plus en détail

Les anti-rétroviraux, mécanismes d action et mécanismes de résistance virale

Les anti-rétroviraux, mécanismes d action et mécanismes de résistance virale Les anti-rétroviraux, mécanismes d action et mécanismes de résistance virale Professeur Patrice ANDRE Laboratoire de Virologie Nord, Hospices Civils de Lyon. INSERM unité U1111, CIRI «Biologie cellulaire

Plus en détail

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille Echec : Définitions Recommandations Françaises(1 ) Non

Plus en détail

Organisation du Système Nerveux. Volume Bear et al. Chapitre 7, pages 170-187 et pages 197-207.

Organisation du Système Nerveux. Volume Bear et al. Chapitre 7, pages 170-187 et pages 197-207. Organisation du Système Nerveux Volume Bear et al. Chapitre 7, pages 170-187 et pages 197-207. 1 2 Des structures situées du même côté de la ligne médiane sont dites IPSILATÉRALES ex: oreille droite œil

Plus en détail

Réactualisation 2014 du rapport Morlat: place des nouvelles thérapeutiques antirétrovirales. Journée d actualisation 2015

Réactualisation 2014 du rapport Morlat: place des nouvelles thérapeutiques antirétrovirales. Journée d actualisation 2015 Réactualisation 2014 du rapport Morlat: place des nouvelles thérapeutiques antirétrovirales Journée d actualisation 2015 Introduction En 2014, la modification des schémas thérapeutiques recommandés de

Plus en détail

L infection par le VIH en 2007

L infection par le VIH en 2007 L infection par le VIH en 2007 L épidémie a 25 ans 1981 : les premiers malades Découverte en 1984 du VIH1, et en 1986 du VIH2 1987: le 1 er médicament AZT 1996 2006 Trithérapie, longue maladie 1981-2007

Plus en détail

RÔLE DES MICRONUTRIMENTS DANS LE CONTRÔLE IMMUNO- VIROLOGIQUE DU VIH

RÔLE DES MICRONUTRIMENTS DANS LE CONTRÔLE IMMUNO- VIROLOGIQUE DU VIH RÔLE DES MICRONUTRIMENTS DANS LE CONTRÔLE IMMUNO- VIROLOGIQUE DU VIH Docteur Hugues Melliez Service Universitaire des Maladies Infectieuses CHTourcoing 1 octobre 2013 JRPI Conflits d intérêt Honoraires

Plus en détail

La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin

La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen. 16 es JNI, Nancy, du 10 au 12 juin La primo-infection VIH : toujours une situation d urgence? Thomas MOUREZ Virologie CHU de Rouen 1 Parce que c en était une depuis toujours? Question jamais clairement tranchée Dépend : De l accès à des

Plus en détail

DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral

DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral ANRS 12 235 Abou Abdallah Malick DIOUARA UCAD(ED-SEV) Sénégal & UM1 (CSB2) Montpellier - France Contact:

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX

LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX Service d Immuno- Hématologie Clinique Centre d Information et de Soins de l Immunodéficience Humaine et des Hépatites Virales LES TRAITEMENTS ANTIRÉTROVIRAUX Sylvie BREGIGEON Praticien Hospitalier Hôpital

Plus en détail

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010 Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte Recommandations 2010 Pourquoi de nouvelles recommandations? Etudes de cohorte (When to Start Consortium, NA Accord, HIV Causal

Plus en détail

EVALUATION DE LA SENSIBILITE AUX ANTIVIRAUX

EVALUATION DE LA SENSIBILITE AUX ANTIVIRAUX BURNICHON Nelly MARCILLY Alexandre DES bactériologie / virologie Semestre été 2003 Exposé du 11 juillet 2003 EVALUATION DE LA SENSIBILITE AUX ANTIVIRAUX Page 1 sur 24 I. GENERALITES : CYCLES DE REPLICATION

Plus en détail

Prise en charge des AES avec patient source à charge virale indétectable. Élisabeth BOUVET GERES Hôpital Bichat ( Paris)

Prise en charge des AES avec patient source à charge virale indétectable. Élisabeth BOUVET GERES Hôpital Bichat ( Paris) Prise en charge des AES avec patient source à charge virale indétectable Élisabeth BOUVET GERES Hôpital Bichat ( Paris) Faut il prescrire un traitement post exposition en cas d AES avec un patient source

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Janvier 2012 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE Laboratoire de Virologie Professeur FLEURY isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33

INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33 1 INFECTION HIV, MANIFESTATIONS CLINIQUES ET ASPECTS THERAPEUTIQUES Présenté par: DR K.CHARAOUI 1. Introduction: Problème majeur de santé publique 33 millions de personnes infectées dans le monde /25 millions

Plus en détail

Cours n 27 : ANTIVIRAUX, MÉCANISMES D ACTION, MÉCANISMES DE RÉSISTANCE

Cours n 27 : ANTIVIRAUX, MÉCANISMES D ACTION, MÉCANISMES DE RÉSISTANCE UE9 Agents infectieux Lundi 25 février 2013 15h 30 16h 30 Pr. Descamps RT : SEBBAG Clara RL : MAAREK Laura Cours n 27 : ANTIVIRAUX, MÉCANISMES D ACTION, MÉCANISMES DE RÉSISTANCE 1 SOMMAIRE : I. Développement

Plus en détail

Femme et VIH. Prise en charge de la femme pendant la grossesse. P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard

Femme et VIH. Prise en charge de la femme pendant la grossesse. P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard Université Lille II, Faculté de Médecine, 23 octobre 2007 Femme et VIH Prise en charge de la femme pendant la grossesse P r Sophie Matheron Hôpital Bichat Claude Bernard Grossesse et infection par VIH

Plus en détail

Physiopathologie de l infection par le VIH Modèles Animaux

Physiopathologie de l infection par le VIH Modèles Animaux Physiopathologie de l infection par le VIH Modèles Animaux Dr E.Lazaro 5 Avril 2011 Généralités Introduction Le VIH : Lentivirus, famille des rétrovirus Constitué enveloppe externe (spicules) nucléocapside

Plus en détail

Le SIDA. Activité proposée :

Le SIDA. Activité proposée : Le SIDA Le syndrome d immunodéficience acquise (SIDA) est une maladie due à un rétrovirus, le VIH (virus de l immunodéficience humaine). Celui-ci infecte aujourd hui plus de 35 millions de personnes dans

Plus en détail

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE I. RESTITUTIONS DES CONNAISSANCES 1. Schémas à titrer et à légender Schéma 1 : Surface d un lymphocyte T4 On observe des particules du virus VIH bourgeonnant à la surface

Plus en détail

VIH ET ANTIRÉTROVIRAUX. Audrey LEHMANN Pharmacien Pôle Pharmacie - CHU de Grenoble Equipe ThEMAS, TIMC/IMAG, UMR CNRS 5525

VIH ET ANTIRÉTROVIRAUX. Audrey LEHMANN Pharmacien Pôle Pharmacie - CHU de Grenoble Equipe ThEMAS, TIMC/IMAG, UMR CNRS 5525 VIH ET ANTIRÉTROVIRAUX Audrey LEHMANN Pharmacien Pôle Pharmacie - CHU de Grenoble Equipe ThEMAS, TIMC/IMAG, UMR CNRS 5525 Colloque médical du Jeudi 16 octobre 2014 Epidémiologie mondiale Estimation globale

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007

Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007 Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) BMC 403 Interface Immunologie-Microbiologie-Environnement février 2007 Durée de l épreuve : 2 heures Vous devez obligatoirement traiter les sujets I et II sur

Plus en détail

Les Anti-rétroviraux HAART ARV 2.11 S3 / O.HEINIS 2015

Les Anti-rétroviraux HAART ARV 2.11 S3 / O.HEINIS 2015 Les Anti-rétroviraux HAART ARV 2.11 S3 / O.HEINIS 2015 1 Introduction Le VIH (Virus de l immunodéficience Humaine) est un rétrovirus qui affaiblit les défenses du corps contre des infections et des cancers.

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Idées-clef sur l activation lymphocytaire

Idées-clef sur l activation lymphocytaire Idées-clef sur l activation lymphocytaire L activation du S.I. est basée sur de multiples coopérations cellulaires biou tripartite entre le chef d orchestre (LTH), les CPA et les autres lymphocytes futurs

Plus en détail

Les virus et les bactéries

Les virus et les bactéries Les virus et les bactéries Les bactéries sont des procaryotes. Une cellule procaryote est plus petite et plus simple qu une cellule eucaryote. Les virus sont encore plus petits et plus rudimentaires. Les

Plus en détail

Éducation thérapeutique chez le patient VIH. Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Danielle MARCHE Infirmière

Éducation thérapeutique chez le patient VIH. Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Danielle MARCHE Infirmière Éducation thérapeutique chez le patient VIH Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Danielle MARCHE Infirmière re Historique de la maladie Découverte de la maladie en 1981 Premiers traitements

Plus en détail

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre 3A3 Le phénotype immunitaire au cours de la vie Quelques données sur la rougeole La rougeole est une maladie très contagieuse causée par un virus. Au cours des 150 dernières années, elle a touché

Plus en détail

Epreuve : SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Section : 4 ème Sciences expérimentales Date : le 07 / 05 / 2015 Durée : 3 H

Epreuve : SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Section : 4 ème Sciences expérimentales Date : le 07 / 05 / 2015 Durée : 3 H Commissariat régionale de L éducation de Ben Arous CORRECTION DE DEVOIR DE SYNTHESE Epreuve : SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Section : 4 ème Sciences expérimentales Date : le 07 / 05 / 2015 Durée :

Plus en détail

L'interaction de CD40/CD40L joue un rôle co-stimulateur essentiel dans la réponse immune. Plusieurs types

L'interaction de CD40/CD40L joue un rôle co-stimulateur essentiel dans la réponse immune. Plusieurs types L'interaction de CD40/CD40L joue un rôle co-stimulateur essentiel dans la réponse immune. Plusieurs types de cellules immunes expriment CD40 et/ou son ligand. La stimulation de CD40 induit différents signaux

Plus en détail

Les nouveaux enjeux du dépistage de l infection VIH

Les nouveaux enjeux du dépistage de l infection VIH Les nouveaux enjeux du dépistage de l infection VIH Table ronde animée par le Dr Michel AMIEL Vice-Président du Conseil général Maire des Pennes Mirabeau Le dépistage VIH : Dr Chantal Vernay-Vaïsse (CG

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

Rétrovirologie : le HIV

Rétrovirologie : le HIV Rétrovirologie : le HIV Etienne Decroly Etienne.decroly@afmb.univ-mrs.fr Tel : 04 91 82 86 47 Famille des rétroviridae :! Caractéristique des rétrovirus!! Virus à ARN (simple brin +, non segmenté)!! Virus

Plus en détail

Compétences des infirmiers dans la prise en charge du VIH (adulte et enfant)

Compétences des infirmiers dans la prise en charge du VIH (adulte et enfant) Notes Compétences des infirmiers dans la prise en charge du VIH (adulte et enfant) Compétences des infirmiers dans la prise en charge du VIH (adulte et enfant) La conception de ce guide de formation a

Plus en détail

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Conflits d intérêt Honoraires de conférencier : ViiV Participation

Plus en détail

TAM Receptors Are Pleiotropic Inhibitors of the Innate Immune Response. Rothlin et al.

TAM Receptors Are Pleiotropic Inhibitors of the Innate Immune Response. Rothlin et al. TAM Receptors Are Pleiotropic Inhibitors of the Innate Immune Response Rothlin et al. Koubi Myriam Macchi Magali Réponse immunitaire innée et TLRs Première ligne de défense contre les agents infectieux

Plus en détail

EDURANT MC Infection par le VIH Traitement de première intention

EDURANT MC Infection par le VIH Traitement de première intention EDURANT MC Infection par le VIH Traitement de première intention FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Edurant Dénomination commune : Rilpivirine Fabricant : Janss. Inc Forme : Comprimé Teneur : 25 mg Ajout

Plus en détail

AVIS. 19 octobre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 28 juin 2000 (JO du 7 juillet 2000)

AVIS. 19 octobre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par arrêté du 28 juin 2000 (JO du 7 juillet 2000) AVIS 19 octobre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pr une durée de 5 ans par arrêté du 28 juin 2000 (JO du 7 juillet 2000) VIDEX 125 mg, gélule gastro-résistante plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

VIH. et résistance aux traitements antirétroviraux (ARV)

VIH. et résistance aux traitements antirétroviraux (ARV) VIH et résistance aux traitements antirétroviraux (ARV) Aujourd hui, la majorité des patients sous traitement ARV sont en succès virologique (charge virale indétectable, inférieure à 50 copies/ml) et le

Plus en détail

Procédure de clôture d un exercice Deluxe Gestcom

Procédure de clôture d un exercice Deluxe Gestcom Procédure de clôture d un exercice Deluxe Gestcom Tous d abord l équipe de Deluxe Informatique vous souhaite une bonne et heureuse année. Pour entamer une nouvelle année avec Deluxe Gestcom vous devez

Plus en détail

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier Intérêt de l épreuve d effort musculaire dans le dépistage de la cytopathie mitochondriale chez des patients traités par inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH: étude pilote de 43

Plus en détail

Le succès du traitement : l observance

Le succès du traitement : l observance Le succès du traitement : l observance Si un traitement n est pas entrepris en temps voulu, l infection par le VIH risque d évoluer vers la maladie sida. La multiplication du virus (suivie par la mesure

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013 Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009

Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009 Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009 TME Identifiée dès les années 80 Taux de TME du VIH-1 variable selon les zones géographiques Afrique: 30 % (50%)

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 2 Sciences et techniques Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction

Plus en détail

Guide des associations d inhibiteurs de protéase. Stratégies anti-vih

Guide des associations d inhibiteurs de protéase. Stratégies anti-vih Guide des associations d inhibiteurs de protéase Stratégies anti-vih Guide des associations d inhibiteurs de protéase Stratégies anti-vih Jean-Michel Dariosecq, Xavier Rey-Coquais, Christine Etchepare,

Plus en détail

AVL Liban 2011 VIH. Retrovirus. Pourquoi étudier les virus? Qu est-ce qu un Virus? Terminologie. Egypte Ancienne et Virus AVL 2011 VIH

AVL Liban 2011 VIH. Retrovirus. Pourquoi étudier les virus? Qu est-ce qu un Virus? Terminologie. Egypte Ancienne et Virus AVL 2011 VIH AVL Liban 2011 Sami Khuri Department of Computer Science San José State University San José, California, USA sami.khuri@csjsu.edu www.cs.sjsu.edu/faculty/khuri Retrovirus Parasites intracellulaires Gènes:

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

Primo-infection par le VIH

Primo-infection par le VIH Primo-infection par le VIH Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre Épidémiologie des infections récentes en France Estimation

Plus en détail

Communication intercellulaire Les cytokines. Martine Cohen-Solal

Communication intercellulaire Les cytokines. Martine Cohen-Solal Communication intercellulaire Les cytokines Martine Cohen-Solal Les cytokines Facteurs solubles de communication intercellulaire Sont les médiateurs des grands mécanismes pathologiques: réactions inflammatoires

Plus en détail

Corrigé exercices de Biologie

Corrigé exercices de Biologie Corrigé exercices de Biologie I. RESTITUTIONS DES CONNAISSANCES 1. Schémas à titrer et à légender. Schéma 1 : Surface d un lymphocyte T4 On observe des particules du virus VIH bourgeonnant à la surface

Plus en détail

1983 : découverte du rétrovirus responsable: LAV (Lymphadenopathy Associated Virus), HTLV3 (Human T-Lymphotropic Virus), puis finalement appelé VIH

1983 : découverte du rétrovirus responsable: LAV (Lymphadenopathy Associated Virus), HTLV3 (Human T-Lymphotropic Virus), puis finalement appelé VIH 1981 : mise en évidence d une nouvelle maladie caractérisée par un déficit immunitaire acquis, touchant les lymphocytes CD4 chez certaines catégories de personnes (hémophiles, toxicomanes, homosexuels

Plus en détail

Prise en charge des situations

Prise en charge des situations Prise en charge des situations d échec virologique GESTION DES SITUATIONS D ÉCHEC VIROLOGIQUE (1/4) L objectif, quelle que soit la ligne de traitement, est d obtenir et de maintenir une CV < 50 copies/ml

Plus en détail

Expérimenter dans les travaux d analyse demandés Comprendre la méthodologie et les étapes de construction d une analyse Apprendre à rédiger analyse

Expérimenter dans les travaux d analyse demandés Comprendre la méthodologie et les étapes de construction d une analyse Apprendre à rédiger analyse 2016-2019 MFB-CQH A partir des situations professionnelles vécues : Adopter une posture réflexive Conceptualiser à partir de la pratique Expliquer les liens entre théorie et pratique Faire les liens entre

Plus en détail

Ana Canestri Service de Maladies Infectieuses et Tropicales de la Pitié-Salpêtrière

Ana Canestri Service de Maladies Infectieuses et Tropicales de la Pitié-Salpêtrière Diffusion des antirétroviraux dans le Liquide Céphalorachidien et corrélation avec la présence d une méningite ou d une charge virale détectable dans le LCR Ana Canestri Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Mise au point de vecteurs permettant une expression fiable de gènes codant pour les ARN interférents et des microarn 2005-2009

Mise au point de vecteurs permettant une expression fiable de gènes codant pour les ARN interférents et des microarn 2005-2009 Mise au point de vecteurs permettant une expression fiable de gènes codant pour les ARN interférents et des microarn 2005-2009 Coordinateur-Equipe 1: Fabienne LE PROVOST, GABI Equipe 2: Geneviève JOLIVET,

Plus en détail

L Hypersensibilité de type IV ou Hypersensibilité retardée

L Hypersensibilité de type IV ou Hypersensibilité retardée L Hypersensibilité de type IV ou Hypersensibilité retardée Définition: Exacerbation de la réponse à médiation cellulaire (Th-1) Antigènes responsables: -Bactéries intracellulaires: Brucella, Mycobactéries,

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

«Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010

«Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010 «Plasmacytoid dendritic cells sense skin injury and promote wound healing through type I interferons» Josh Gregorio et al., 2010 Plan détaillée de la présentation I- Introduction aux cellules dendritiques

Plus en détail

IMMUNITE ANTI-VIRALE POUVOIR PATHOGÈNE. Pathogénie de l infection virale. Immunité anti-virale

IMMUNITE ANTI-VIRALE POUVOIR PATHOGÈNE. Pathogénie de l infection virale. Immunité anti-virale POUVOIR PATHOGÈNE IMMUNITE ANTI-VIRALE Espèce Race Age Réceptivité (Hôte normal) Individu Maladie infectieuse Mode de pénétration Immunodéficiences acquises Infections intercurrentes (synergie entre microorganismes)

Plus en détail

Infections par le VIH

Infections par le VIH CBP Infections par le VIH 1.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE ANNE.GOFFARD@UNIV-LILLE2.FR 2012 Table des matières Objectifs 5

Plus en détail

INTERRUPTION THERAPEUTIQUE APRES IMMUNISATION PAR LIPOPEPTIDE VIH-1 1 CHEZ LES PATIENTS INFECTES PAR LE VIH:SUIVI A 2 ANS

INTERRUPTION THERAPEUTIQUE APRES IMMUNISATION PAR LIPOPEPTIDE VIH-1 1 CHEZ LES PATIENTS INFECTES PAR LE VIH:SUIVI A 2 ANS INTERRUPTION THERAPEUTIQUE APRES IMMUNISATION PAR LIPOPEPTIDE VIH-1 1 CHEZ LES PATIENTS INFECTES PAR LE VIH:SUIVI A 2 ANS Pialoux G 1, Quercia R 1, Chakvetadze E 1, Gahery-Segard H 2, Salmon D 2, Rozenbaum

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Toll-Dependant Control Mechanisms of CD4 T Cell Activation

Toll-Dependant Control Mechanisms of CD4 T Cell Activation Toll-Dependant Control Mechanisms of CD4 T Cell Activation Pasare et al. 2004 Dard Amélie Degos Clara M1Di Toll-Dependant Control Mechanisms of CD4 T Cell Activation Introduction : TLRs, DC, Lymphocytes

Plus en détail