Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental"

Transcription

1 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en Languedoc-Roussillon Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-jeunes» (Janvier 2009) Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires Montpellier cedex 5 Direction régionale des affaires sanitaires et sociales du Languedoc-Roussillon 28 Parc-Club du Millénaire 1025, rue Henri Becquerel CS Montpellier cedex 2

2 2

3 Sommaire Introduction Méthode Cadre(s) de référence réglementaire Fiches synthétiques départementales Fiches synthétiques par type d organisme Mise en perspective de l état des lieux Naissance d un paradigme Concept et champ de la parentalité Quel réseau autour du soutien à la parentalité Qualification et formation des acteurs La place des parents Pistes de travail Liste des abréviations Bibliographie Annexes Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 3

4 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» Ce rapport d étude sur «les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en Languedoc-Roussillon» a été réalisé à l Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon, à la demande de la Drass, par : Véronique Gautier-Robergeon et Valérie Desmartin-Belarbi, chargées d études, sous la direction scientifique de Bernard Ledésert, médecin directeur, avec la participation de Catherine Casu, documentaliste et Jacqueline Belen qui a assuré la mise en page de l ensemble du rapport. Ce travail a été exécuté dans le cadre de la convention signée en 2008 entre la Drass et l ORS, sous la responsabilité technique de : Anne-Sophie Dormont, responsable du programme de santé publique «Enfants-Jeunes», Sylvia Maille, statisticienne régionale. 4

5 Nous remercions vivement l'ensemble des personnes interrogées, dans le cadre de ce travail qui ont eu l obligeance de bien vouloir répondre à nos questions et fournir les documents en leur possession venant étayer cette réflexion. ACSE : Djamila ANOUNE CAF 11 : Caroline GUIRAUD, Éric PEILHE et Marie-Josée FRESQUET - CALVETTO CAF 30 : Gaëlle BERARD, Serge VALENTIN CAF 34 : Bernard COMPAS, Rodolphe DAMOUR, Philippe CADIOT, Stéphane POITOUT CAF 48 : Christian TICHIT CAF 66 : Lucienne PINAT, Frédérique MAS Collège de Grazailles (Aude) : principal M. MAMET (association Educ Plus) Collège Georges Brassens (Narbonne) : principal André ROUX Conseil Général 11 : Anne-Claude LAMUR-BAUDREU Conseil Général 30 : Catherine FENECH, Hélène BLARD Conseil Général 34 : Monique LAURENT-VAUCLARE Conseil Général 48 : Rachel OLLIVIER (ASE) et Valérie CHAPTAL POUGET (PMI) Conseil Général 66 : Hélène GIMBAUD Ddass 11 : Anne PHILIPPE Ddass 30 : Françoise ARNOULT Ddass 34 : Isabelle KNOWLES et Chantal PASSAQUET Ddass 48 : Carmen VEYSSIERE Ddass 66 : Ève MARTUY et Éric DOAT Drass L-R : Christine BONNARD, Marie SAUZET et Patricia CASTAN-MAS Rectorat : Josiane CONSTANS et Geneviève LEMONNIER Reaap 11 : Nadia ATTALAH Reaap 30 : Amel COUVREUR Reaap 48 : Dominique SERUEL Reaap 66 : Alice PÉZÉ Ville de Perpignan : Philippe CARBASSE Familles rurales du Gard : Eric WENDELS Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 5

6 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 6

7 Introduction Près de 10 ans après la circulaire instaurant les réseaux d écoute, d aide et d accompagnement à la parentalité (Reaap), et alors que le soutien à la parentalité est un champ transversal retenu pour le plan régional de santé publique enfants-jeunes *, la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales du Languedoc-Roussillon (Drass), dans le cadre de ce programme, a souhaité engager une réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental. L Observatoire régional de la santé (ORS) a été chargé de réaliser un état des lieux des dispositifs existants sur le territoire régional auprès des structures porteuses soit institutionnelles (en conduisant des actions propres ou en les finançant), soit associatives. L objectif est de : 1. Recenser au niveau régional l'ensemble des structures conduisant une action dite d'appui parental. 2. Pour chaque institution, présenter la ou les définitions, la ou les représentations de l'appui parental. 3. Pour chaque institution, présenter les compétences relatives et décrire l'activité réelle sur ce champ. 4. Pour les porteurs d'actions recenser les actions menées et les décrire succinctement. Notons que les questions relatives à l appui et l accompagnement à la parentalité dans les dispositifs d éducation thérapeutique pour les parents d enfants malades ont été volontairement exclues du champ de cette étude. * Pour en savoir plus sur le contenu des programmes régionaux de santé publique, voir le site du Groupement régional de santé publique : Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 7

8 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 1. Méthode Dans le cadre de cette étude, le choix de travailler par entretiens semidirectifs individuels ou de groupe a été retenu. Cela a permis de rencontrer un maximum de représentants institutionnels concernés dans un calendrier assez court : les caisses d allocations familiales (Caf), les conseils généraux avec autant que faire se peut la Protection maternelle et infantile (PMI) et l Aide sociale à l'enfance (ASE), les Directions départementales des affaires sanitaires et sociales (Ddass), l Éducation nationale, un représentant d une mairie, l Agence pour la cohésion sociale et l égalité des chances (Acsé), les animateurs des Reaap, Les entretiens individuels ou collectifs ont été menés entre juin 2008 et décembre 2008, soit en vis-à-vis, soit par téléphone, en se basant sur une grille d'entretien semi-directif. Ces grilles ont été construites selon une trame commune pour les institutionnels et les réseaux Reaap (cf. annexes 1 et 2) en déclinant les thèmes suivants : L'existant (origine, implication ), la terminologie (définition, représentation, limites ), les projets (appel à projet, enjeux de territoire, analyse de besoin ), l'évaluation (ce qui marche, ce qui freine ), les outils développés. La durée des entretiens a varié entre 20 minutes et deux heures. Les entrevues ont été, avec l'accord des participants enregistrées puis retranscrites. Une synthèse de chaque entretien a été rédigée et envoyée pour validation à chacune des personnes interviewées. Ce rapport présente la synthèse de l'information collectée par territoires départementaux et par organismes. L'analyse a été faite de manière thématique, avec un caractère exploratoire (sans cadre pré-établi) mais de fait, en reprenant les principales catégories explorées dans la grille d'entretien. Très vite est apparue la limite méthodologique de consulter les porteurs de projet associatifs sur ce champ autrement que par une enquête postale par porteur de projet et par action, enquête lourde à mettre en place, bénéficiant d un calendrier défavorable (été 2008) et sans doute décevante du point de vue de la participation. Les Ddass ont par ailleurs mis en avant une enquête annuelle des actions financées en soutien à la parentalité dans le cadre du Reaap, adressée à la Délégation inter ministérielle à la famille (Dif) comme source statistique des actions financées. Seule l exploitation de l enquête 8

9 Reaap 2007 nous a permis de rendre compte de manière homogène de données quantitatives à l échelle des départements. L accès au dossier des porteurs déposé pour l appel à projet n a pas été possible et le calendrier ne nous a pas permis de rassembler les rapports d activité. Le choix de rechercher les représentations de l appui parental et les définitions qui en sont données par les institutions compétentes dans ce champ et de balayer avec elles les actions sur leur territoire a été retenu. Les freins et les leviers autour des Reaap ont fait l objet de cette recherche. Les thématiques émergentes ou peu investies sur les territoires ont été explorées dans cet état des lieux. Une illustration par le recueil d actions innovantes a été recherchée en complément auprès des animateurs de Reaap et des Comités départementaux d'éducation à la santé (Codes). Un travail de recensement des porteurs de projet en appui parental est engagé depuis peu par les animateurs de Reaap sur plusieurs départements de la région (Aude, Gard et Pyrénées-Orientales). Ces premiers éléments sont présentés en annexes à ce rapport. Le recensement des porteurs de projet parentalité de manière exhaustive est un problème partagé. En général, les associations sont repérées par leur demande de label ou de financement. Or certains porteurs de projet n'ont pas la perception que leur action relève de l'appui parental, et ne font donc aucune de ces deux démarches. De plus, et peu avant que nous commencions ce travail régional, la Ddass de l Hérault avait demandé à l École des parents et des éducateurs de l'hérault (EPE 34) d actualiser un diagnostic territorial partagé sur le soutien à la parentalité et les services aux familles réalisé sur le département en mai Nous avons donc, de manière concertée avec la Drass, orienté notre recherche sur les autres départements de la région, tout en intégrant des éléments de synthèse issus de la lecture du rapport de l EPE 34 remis en décembre 2008 à la Ddass 34. Le choix retenu pour présenter ces résultats est dicté par la commande de la Drass : cette réflexion technique doit être un outil d aide à la décision dans le cadre du PRSP enfants-adolescents et un outil technique pour les comités territoriaux de santé publique. La double entrée par territoire et par institution nous a paru pertinente de ce point de vue. Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 9

10 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» La dernière partie engage les auteurs de cette étude sur des pistes de réflexion, des préconisations nourries d une revue de la littérature nationale sur la question du soutien à la parentalité. Ainsi, la présentation des résultats de cette étude régionale et les enseignements qui peuvent en être tirés est organisée en 5 parties : la première partie présente le cadre de référence réglementaire, la deuxième partie présente une synthèse des informations par département, la troisième partie présente une synthèse par type d'institution ou d'organisme, la quatrième partie est consacrée à la mise en perspective de l'état des lieux, enfin, une dernière partie propose des pistes de travail. 10

11 2. Cadre(s) de référence réglementaire Les Réseaux d écoute, d appui et d accompagnement à la parentalité : Reaap Le réseau a pour objectif la mise en œuvre de mesures visant à soutenir et à accompagner toutes les familles confrontées à des difficultés dans leur rôle éducatif et dans l exercice de leurs responsabilités parentales. La circulaire interministérielle DIF/DAS/DIV/DPM n du 9 mars 1999 relative aux réseaux d écoute, d appui et d accompagnement des parents rappelle le rôle fondamental de la famille dans la cohésion sociale et fixe deux priorités aux Reaap : s adresser à toutes les familles ; s appuyer sur des initiatives qui existent déjà, tout en développant de nouvelles opérations avec le souci de mettre en réseau les différents intervenants, en respectant leur diversité et en s efforçant de construire une cohérence et une visibilité de cette action. Annexée à cette circulaire, une charte des initiatives pour l écoute, l appui et l accompagnement des parents décline les principes d action et d animation en 10 points : 1. Valoriser prioritairement les rôles et les compétences des parents : responsabilité et autorité, confiance en soi, transmission de l histoire familiale, élaboration de repères, protection et développement de l enfant. 2. Favoriser la relation entre les parents et dans cet objectif privilégier tous les supports où les parents sont présents, en particulier le cadre associatif. 3. Encourager les responsables des lieux et structures fréquentés par les parents à accueillir ou susciter de nouvelles initiatives. 4. Favoriser une meilleure conciliation des temps familiaux et professionnels. 5. Mettre en place des actions de sensibilisation et de formation à destination des intervenants bénévoles ou professionnels pour favoriser l émergence de nouvelles pratiques. Elles devront assurer un bon équilibre entre la participation des parents et l intervention des professionnels. Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 11

12 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 6. Garantir l ouverture de ces lieux à tous les parents, en recherchant la fréquentation de publics issus de milieux différents, de générations et de catégories socioprofessionnelles et culturelles différentes. 7. Prévoir un cadre éthique favorisant l équilibre des relations familiales et ouvert à toutes formes de familles. Il s appuiera sur les textes relatifs aux droits de l enfant et de la famille. 8. Inscrire les projets dans la durée, notamment par le biais d une convention pluriannuelle associant les différents partenaires. 9. Prendre appui sur un réseau mobilisable et compétent de parents, de bénévoles et de professionnels très divers qui partagent l engagement d accompagner les familles, dans le respect des personnes et de leur autonomie, et qui s appuient sur les connaissances disponibles. 10. Participer à la construction d un système d animation partagée qui permette une circulation des informations, l évaluation des actions, une capitalisation des savoir-faire, la transparence, la rigueur, la visibilité et un fort développement de ce mouvement. La circulaire interministérielle DIF/DGAS/DESCO/DIV/DPM n du 13 juillet 2004 inscrit la nécessité d un diagnostic territorial partagé concernant l offre de service référée aux besoins dans les départements en matière de soutien à la parentalité et de services aux familles. Les comités départementaux d animation sont désignés pour initier ce diagnostic qui doit permettre de constituer une base de données des services et des actions existants dans le champ ; de définir selon le territoire des axes d interventions prioritaires et de soutenir des actions répondant à des besoins non couverts. La circulaire précise le cahier des charges des Point info famille (PIF) et leurs missions. Les PIF seront destinataires des données actualisées grâce à ce diagnostic afin de faciliter la communication d informations fiables à destination des familles. 12

13 La circulaire DIF/DGAS/2B/DESCO/DIV/DPM 2006/65 du 13 février 2006 précise que les Reaap ont un champ d intervention généraliste de prévention et d appui qui concerne les parents d enfants jusqu à 18 ans. Trois thématiques sont mises en exergue : la sensibilisation des parents sur l importance de l assiduité scolaire dès la petite enfance, la sensibilisation des parents aux usages de l Internet, la sensibilisation des parents sur les aspects interculturels de la parentalité (histoire familiale, parcours migratoire ). La circulaire N DGAS/AVIE/2006/279 du 27 juin 2006 est relative au protocole de développement de la médiation familiale. La récente circulaire interministérielle DIF/DGAS/2B/DAIC/DESCO/DIV/2008/361 du 11 décembre 2008 réaffirme le rôle de l animation départementale garante de la mise en œuvre des principes et de l effectivité des REAAP en insistant sur la nécessaire synergie entre les différents dispositifs REAAP, CLAS et médiation familiale. Contrat local d accompagnement à la scolarité : CLAS L accompagnement scolaire, tel qu il est défini par la Charte nationale de l accompagnement à la scolarité, a pour objectif de proposer aux enfants et aux jeunes l appui et les ressources complémentaires dont ils ont besoin pour réussir à l école et qu ils ne trouvent pas toujours dans leur environnement familial et social. Ces actions sont centrées sur l aide aux devoirs et sur les apports culturels nécessaires à la réussite scolaire. Elles contribuent à l épanouissement de l élève, en permettant aux parents de s impliquer dans l accompagnement de la scolarité de leurs enfants. Loi N du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale. - participer au développement des actions d accompagnement qui contribuent à la réussite scolaire, - favoriser la constitution de réseaux locaux de solidarité (mobilisant notamment le tissu associatif) en faveur de la réussite scolaire, en liaison avec les enseignants et les familles, Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 13

14 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» - renforcer l exigence de qualité dans les projets mis en œuvre en diffusant largement les outils de l accompagnement à la scolarité et en favorisant de façon régulière la mutualisation, - veiller à ce que les actions fassent l objet d études, d évaluations et de recherches susceptibles de contribuer à l amélioration de leur efficacité. Circulaires interministérielles de 1998 et 2000 relatives à la mise en place d'un contrat éducatif local (CEL) ; circulaire n du 11 décembre 2006 relative à la définition de la mise en œuvre du volet éducatif des contrats urbains de cohésion sociale. Circulaire du 11 mai 2007 relative à la mise en œuvre de la politique d'accompagnement à la scolarité pour l'année scolaire Charte nationale de l'accompagnement à la scolarité de juin Programme Réussite éducative : PRE Ce programme a pour but d accompagner dès les premières années de l'école maternelle et jusqu'au terme de la scolarité, des enfants et des adolescents qui présentent des signes de fragilité, en prenant en compte la globalité de leur environnement et de leurs difficultés. Circulaire DIV du 13 juin 2005 sur le dispositif des équipes de réussite éducative. Circulaire du 13 février 2006 relative aux REAAP. La médiation familiale La médiation familiale intervient pour préserver des liens de qualité entre les parents et les enfants en cas de séparation du couple. Elle a pour objectif de favoriser le sens de la responsabilité commune. Circulaire DGAS/AVIE/2006/279 du 27 juin 2006 relative au protocole de développement de la médiation familiale. 14

15 Le conseil conjugal La convention signée entre l'état (Ddass) et les établissements intervenant dans le conseil conjugal doit prévoir la mise en œuvre d'au moins 3 des quatre missions ci-après, la mission de l'alinéa 3 étant obligatoire : 1 ) Accueil, information et orientation de la popul ation sur des questions relatives à la fécondité, la contraception, la sexualité et la prévention des maladies sexuellement transmissibles dont l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine. 2 ) Préparation des jeunes à leur vie de couple et à la fonction parentale notamment à travers une information individuelle et collective en milieu scolaire. 3 ) Entretiens préalables à l'interruption volontai re de grossesse et accompagnement des femmes ayant subi une interruption volontaire de grossesse. 4 ) Accueil et conseil aux personnes se trouvant da ns des situations difficiles liées à des dysfonctionnements familiaux ou victimes de violences. Décret n du 23 mars 1993 relatif aux établ issements d'information, de consultation ou de conseil familial. Les Points INFO FAMILLE : PIF Il s agit de lieux d accueil, d information et d orientation destinés aux familles (lieu d informations nationales et locales, pour des démarches administratives ou associatives). Ces lieux concernent tous les âges de la vie. Ils ont comme objectifs de : - Favoriser l'accès de toutes les familles à l'information. - Simplifier leurs démarches quotidiennes en leur proposant des points d'information accessibles, susceptibles de les orienter rapidement et efficacement vers les structures les plus à même d'apporter une réponse aux questions posées ou une solution aux situations rencontrées. Circulaire du 13 juillet 2004 relative aux REAAP Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 15

16 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» Les Points d accueil écoute jeunes : PAEJ Les PAEJ sont des structures de proximité qui accueillent les jeunes de 12 à 25 ans et leur famille. Ils leur proposent une écoute, un espace de parole, un soutien quel que soit le problème rencontré. Ils n ont pas vocation d assurer le suivi au long cours des jeunes qu ils reçoivent. En cas de besoin, ils réorientent vers des structures adaptées. 16

17 3. Fiches synthétiques départementales À partir des éléments recueillis par entretiens, nous proposons une vision synthétique de chaque département au moyen d'une fiche. Elle présente les caractéristiques principales du fonctionnement et de l articulation des dispositifs de soutien à la parentalité de chaque département. Ces caractéristiques sont regroupées par thème. Chacun de ces derniers est identifié par un pictogramme. En effet, le principal constat est que si la problématique de l appui parental est bien présente sur les 5 départements, son animation et son suivi diffèrent d'un département à l'autre. Les portes d entrée (dispositifs cités) de l'appui parental. Comment se fait l animation et la coordination autour de l appui parental. Bilan des actions du Reaap adressé par la Ddass à la DIF (en 2007). Les freins (-), les leviers (+), les attentes ( ) exprimés. Exemples d'actions mises en avant. Outils pratiques développés. Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 17

18 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» AUDE Fiche synthèse Un REAAP, des CLAS, 4 PIF, la médiation familiale, l aide à domicile. (Formation des TISF à l accompagnement à la parentalité). Les comités CLAS et Reaap sont regroupés. Les PIF : Castelnaudary ; Carcassonnais ; Massif de Mouthoumet ; Les Galinettes L aide à domicile : 3 associations travaillent au soutien à la fonction parentale avec une convention commune Conseil général et MSA (l'aafp à Castelnaudary, la SADAF et l'amf à Carcassonne) La médiation familiale : 3 associations sont porteuses (l'ima à Carcassonne, l'afcan (maison des parents) et le CEDIFF à Narbonne). Le secrétariat et l animation du Reaap sont portés par une association : la FAOL sur un financement du Conseil général, de la Caf, de la Ddass et de la MSA. Sont en place : un comité opérationnel composé d'une quinzaine de professionnels (aucun parent) et un comité des financeurs composé de la Ddass, de la Caf, du Conseil général et de la MSA. Une ligne téléphonique ALLO PARENTS couvre 5 demi-journées avec des écoutants ayant un profil psycho médico social. Les écoutants ont été formés par l'epe et une supervision de leur pratique est mise en place. Un blog Des petits-déjeuners parentalité : chaque mois, une association invite les autres porteurs de projets à venir se présenter et discuter. Le calendrier 2009 est en préparation. Des demi-journées thématiques (4 par an) pour mobiliser les parents «Parents : nous avons des choses à dire», organisées par les membres du réseau à destination des parents, en alternance avec une journée annuelle, qui est destinée aux professionnels ou bénévoles de l'appui parental. L'annuaire en ligne sur le site du conseil général recense par grandes rubriques les associations et les institutions œuvrant dans l appui parental : Mise en place en 2008/2009 de comités locaux d animation s appuyant sur les PIF. Bilan 2007 du REAAP : 21 actions réalisées dont 8 actions en territoire CUCS (1 791 parents bénéficiaires) ; des comités locaux d animation en création sur 2008 Coparentalité et aide aux parents en conflit : 14,3 % des actions Prévention appui aux familles fragiles : 9,5 % des actions Accueil petite enfance : 9,5 % Relation famille-école : 4,8 % Autres (sans précision) : 62,0%. 18

19 AUDE Fiche synthèse (suite) (+) Le portage salarial de l'animation du Reaap par une association permet de faire vivre le réseau et de se dégager du rôle ambigu d animateur-financeur. L'animateur n'est plus en posture de décideur par rapport aux membres du réseau. Un seul dossier de financement pour les porteurs de projet est un élément de simplification et de cohérence mis en avant. (-) Nécessité de faire la promotion du travail en réseau auprès des professionnels et des élus. Le suivi et les attentes des financeurs sont différents l'un de l'autre. Une interrogation demeure sur la place des parents dans le dispositif Reaap mais aussi dans le dispositif d'aide individualisée mis en place par l'éducation nationale. La nécessité de construire une évaluation des actions menées pour répondre aux exigences des financements publics même pour des petites sommes est un facteur dissuasif pour les petites associations. L appui à la parentalité induit des modifications de pratiques professionnelles : le travail social est encore très lié à du suivi individuel ; la mise en place d action collective nécessite une réflexion sur les postures professionnelles. ( ) Demande d'échanges et de mutualisation avec d'autres Reaap de la région. Le collège de Grazailles (11) et l'association Educ Plus : mise en place d un dispositif d écoute et de médiation psychologique au sein de l établissement vers les parents, professeurs, personnels d éducation et médico-sociaux et les élèves : "Mots pour Maux". Les parents sont à l origine de 69 % des demandes de rencontre avec le psychologue clinicien ; 58 % des demandes relèvent du soutien à la fonction parentale. De plus, le psychologue a participé à 4 séances d un groupe de réflexion sur la parentalité : un outil interactif (un jeu) en lien avec les parents est en cours d élaboration. Le collège Georges Brassens et la Maison des Potes (Narbonne) : projet "Le collège à la maison" où les responsables de collège (principal, enseignants, ) rencontrent les familles à leur domicile (quelques parents autour d une thématique liée à l école : par exemple «la sanction, pourquoi», comment lire un bulletin de notes, qu est-ce que l orientation. (cf annexe 3). La création d'une ligne téléphonique ALLO PARENTS pour l'écoute des parents par des professionnels sur le principe de l'anonymat, de la confidentialité et de la gratuité. La promotion de la ligne téléphonique a été faite en septembre La montée en charge des appels est à noter depuis la fin d'année En janvier 2009, on comptait 50 appels depuis l'ouverture de la ligne. L'annuaire en ligne Un blog Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» 19

20 Réflexion technique sur les stratégies d interventions et d actions sur la question de l appui parental en L-R (Janvier 2009) Contribution au programme régional de santé publique «Enfants-Jeunes» GARD Fiche synthèse Le REAAP, les CLAS, 2 PIF, les 5 PAEJ, un réseau de soutien à l allaitement. Hors champ du REAAP : le soutien scolaire (EN) et la médiation familiale. PIF dans le département : PIF de l amicale du CNL des locataires du Mas de Mingue à Nîmes ; PIF du centre social Calade à Sommières. PAEJ : mission locale (ML) Gard Rhodanien, ML Rhône Argence, ML d Alès et sa région, MLJ Petite Camargue, Service d accueil de jour des exclus (association le SAJE, Alès) Un réseau départemental d accompagnement à l allaitement (Conseil général et ville de Nîmes) : REGAAL Le secrétariat et l animation du Reaap sont portés par une association d éducation populaire : Samuel Vincent. Un comité des financeurs est en place composé de la Ddass, de la Caf, du Conseil général, du CUCS et de l'éducation Nationale. Le Reaap dispose d'un comité d'animation et de 4 comités locaux d'animation. Diagnostic de l'existant réalisé en 2007 (mise à jour en 2008 non disponible). Rencontre systématique des porteurs de projets labellisés Reaap par l animatrice sur le terrain. Un forum sur Yahoo et un site en préparation. Mise en place de permanences au secrétariat du Reaap le lundi et le vendredi. Annuaire des structures labellisées Reaap. Appui méthodologique et technique proposé aux porteurs de projets par le Reaap. Un partenariat engagé par le Reaap avec le CUCS, les CLAS et le PRE Le Conseil général a mis en place une convention de partenariat avec les établissements publics et privés du Gard (maternités, services de néonatologie et pédiatrie). 53 actions financées dans le cadre du réseau (3 678 bénéficiaires). La moitié des actions située en territoires CUCS. Prévention appui aux familles fragiles : 63,4 % des actions. Lieux ressources et informations : 19,2 %. Relation famille-école : 14,7 %. Accueil petite enfance : 2,7 %. 20

La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté

La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté 1 - RELATION AU CONTRAT CADRE Afin de préciser les actions qui seront mises en place jusqu en 2003, les partenaires du contrat de ville

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LES CONTRATS DE VILLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

LA LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS DANS LES CONTRATS DE VILLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PREFET DE LA REGION LANGUEDOC ROUSSILLON Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale Pôle Cohésion sociale Territoriale Montpellier, le 19 juin 2015 Dossier suivi par Rodolphe

Plus en détail

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4 Newsletter du Pôle Le Pôle, petit rappel page 2 Les formations du dernier trimestre page 4 Un accompagnement méthodologique page 6 Les activités du dernier trimestre Les activités documentaires page 7

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE ÉTAPE 1 Cerner le projet C est le premier temps du projet : il permet d identifier une situation-problème qui questionne et nécessite la mise en œuvre d une réponse. Le projet peut

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

Charte de Qualité. Accueil du Jeun e En fan t

Charte de Qualité. Accueil du Jeun e En fan t Charte de Qualité Accueil du Jeun e En fan t 01/2006 PREAMBULE Les évolutions des besoins des familles et de leurs enfants concernant l accueil collectif ou individuel ont conduit les partenaires institutionnels

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016

CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016 CONTRAT LOCAL D ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE CAHIER DES CHARGES 2015-2016 1- Définition Le contrat local d accompagnement à la scolarité (CLAS) regroupe l ensemble des actions visant à offrir, aux côtés

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

FICHE REDACTIONNELLE Fichier de préparation de candidature de l équipe à la Journée nationale de l innovation 2015

FICHE REDACTIONNELLE Fichier de préparation de candidature de l équipe à la Journée nationale de l innovation 2015 FICHE REDACTIONNELLE Fichier de préparation de candidature de l équipe à la Journée nationale de l innovation 2015 TITRE Créer un café des parents et un blog pour une co-construction d une communauté éducative

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

POUR PLUS D INFORMATIONS www.pole-education-sante-lr.fr

POUR PLUS D INFORMATIONS www.pole-education-sante-lr.fr POUR PLUS D INFORMATIONS CONTACT Siège : ARS LR Parc Club du Millénaire 1025 rue Henri Becquerel 34067 MONTPELLIER CEDEX 2 Tel : 07 82 01 26 58 Courriel : coordination@pole-education-sante-lr.fr ACCUEIL

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

CISPD Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance

CISPD Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance Livret d'information à destination des parents et professionnels de la jeunesse dispositifs de prevention et d'actions socio-educatives CISPD Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance

Plus en détail

Accusé de réception Ministère de l intérieur 54019390. Acte Certifié exécutoire le : 05/07/2012

Accusé de réception Ministère de l intérieur 54019390. Acte Certifié exécutoire le : 05/07/2012 SCHEMA DEPARTEMENTAL DU TRAVAIL FAMILIAL PREAMBULE L aide à domicile vise à renforcer le maintien de l autonomie des familles dont l équilibre est momentanément ou non affecté. En préservant et/ou en restaurant

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Personne chargée

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

La Maison de l Enfant et de la Famille

La Maison de l Enfant et de la Famille Maison de l Enfant et de la Famille Rue Robert Fabre La Pergola 34080 Montpellier (bus N 6 arrêt Pergola et bus N 15 arrêt Petit Bard) Tél. 04 67 16 39 30 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire. Le conseil pour les droits et les devoirs des familles * * * Qu est-ce qu un C.D.D.F? Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire. Le conseil pour les droits et les devoirs des familles * * * Qu est-ce qu un C.D.D.F? Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS

Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé. Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Présentation du réseau documentaire régional en éducation pour la santé Jeudi 4 juin 2009 BLOIS Programme de la journée 10h30 10h50 11h30 12h00 12h30 Etat des lieux 2008 des centres de ressources en éducation

Plus en détail

Le service social en faveur des personnels

Le service social en faveur des personnels Le service social en faveur des personnels Service généraliste et de proximité. Des interventions soumises au respect du secret professionnel. Loi L 411-3 du code de l'action sociale et des familles. (CASF)

Plus en détail

I MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIERS CONSEILLERS TECHNIQUES. 1 Au niveau académique 2 Au niveau départemental

I MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIERS CONSEILLERS TECHNIQUES. 1 Au niveau académique 2 Au niveau départemental I MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIERS CONSEILLERS TECHNIQUES 1 Au niveau académique 2 Au niveau départemental II FONCTIONS DES INFIRMIERS DANS LES ECOLES ET LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES 1 Accueillir et

Plus en détail

"Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute.

Allô Parents Marseille Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. "Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. " Mieux faire connaître ce

Plus en détail

Les métiers et formations du secteur social et médico-social. Jeudi 20 mai 2010 IRTS/ERREFOM

Les métiers et formations du secteur social et médico-social. Jeudi 20 mai 2010 IRTS/ERREFOM Les métiers et formations du secteur social et médico-social Jeudi 20 mai 2010 IRTS/ERREFOM 1 SOMMAIRE Le secteur social et médico-social en France - Les chiffres clés - Les établissements et services

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

L attestation de compétences est une démarche qui vise à expliciter, formaliser et valoriser l expérience.

L attestation de compétences est une démarche qui vise à expliciter, formaliser et valoriser l expérience. 1 L attestation de compétences est une démarche qui vise à expliciter, formaliser et valoriser l expérience. Elle constitue un cadre utile pour : la construction d un projet professionnel l accès aux dispositifs

Plus en détail

- une caisse d allocations familiales.

- une caisse d allocations familiales. Référentiel national de financement partenarial des services de médiation familiale Pour être éligible au conventionnement et au financement partenarial, le service de médiation familiale doit obligatoirement

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES

MODALITÉS ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES 5 - Modalités et conditions d'attribution des aides de la Caf au titre de l'action sociale à la Guyane Parallèlement au versement des prestations familiales, la Caisse d'allocations Familiales a pour mission

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Repères. Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère

Repères. Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère Repères Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère Une Caisse Unique......pour un Département Unique Créée en 2009, la Caisse Commune de Sécurité Sociale de la Lozère est un organisme multi branches

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime

Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE REFERENTIEL «ACCOMPAGNEMENT A L INTEGRATION ET A L ACCES AU DROIT COMMUN DES RESIDENTS» Sur les Foyers et Résidences Sociales de Seine-Maritime 1 Sommaire

Plus en détail

Base de données documentaires [financement ACSE]

Base de données documentaires [financement ACSE] Réseau Ressources pour l Égalité des Chances et l Intégration (RECI) Rapport d activité 2010 Le programme de travail 2010 s est décliné autour de quatre types d actions : des outils, de la production de

Plus en détail

LABEL ORIENTATION POUR TOUS

LABEL ORIENTATION POUR TOUS REGION AUVERGNE LABEL ORIENTATION POUR TOUS Raison sociale et adresse des organismes partenaires : Nom et coordonnées du responsable de la coordination : Date d'envoi du dossier : SERVICE PUBLIC DE L ORIENTATION

Plus en détail

Grille d évaluation action Parentalité (dispositif Reaap) Année 2015 1

Grille d évaluation action Parentalité (dispositif Reaap) Année 2015 1 Grille d évaluation de l action Parentalité (dispositif Reaap) Année 2015 1 grille d évaluation par action Nom de la structure : Intitulé du projet, de l action : Personne référente de l action : Grille

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

plan Psychiatrie et santé mentale

plan Psychiatrie et santé mentale N 1 La Lettre du plan Psychiatrie et santé mentale Rappel des principaux points du plan Les bases du plan et les moyens d agir sont en place Les investissements Le tutorat La circulaire budgétaire commune

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Novembre 2013 1. Qu est-ce qu une AEF? Une action éducative familiale est une action menée avec des adultes qui sont aussi parents et pour

Plus en détail

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève «La citoyenneté active et participative» Des repères pour le chef d établissement novembre 2009 L espace cadre, votre service de proximité http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=espace-cadres La sélection,

Plus en détail

CONVENTION. La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie

CONVENTION. La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie CONVENTION La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie La Caisse Nationale d Assurance Vieillesse (CNAV) Et La Caisse Centrale de

Plus en détail

Gard. Synthèse. développe les solidarités. Damien ALARY. «Accueillir, écouter, informer et accompagner, nous sommes chaque jour à vos côtés.

Gard. Synthèse. développe les solidarités. Damien ALARY. «Accueillir, écouter, informer et accompagner, nous sommes chaque jour à vos côtés. Gard développe les solidarités Le www.gard.fr «Accueillir, écouter, informer et accompagner, nous sommes chaque jour à vos côtés.» Damien ALARY Schéma départemental de la petite enfance, de l enfance et

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

«L'avancée e en âge des personnes handicapées

«L'avancée e en âge des personnes handicapées Création d un d pôle p d information d et d orientation d Retraités s et futurs retraités s ESAT Présentation du projet Journée e thématique CREAI «L'avancée e en âge des personnes handicapées» Pontivy

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON Etape E : recueil du positionnement des partenaires institutionnels Vincent BAUDOT Septembre 2014 Société

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Animateur Territorial principal de 2 ème classe

Animateur Territorial principal de 2 ème classe Filière Animation Edition Novembre 2012 Animateur Territorial principal de 2 ème classe Catégorie B Services concours Centres de gestion Languedoc Roussillon www.cdg-lr.fr Sommaire Références : - Décret

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

IRTS Le 21/04/2001. 09/10/11 Sylvie Taccoen et Philippe Poret

IRTS Le 21/04/2001. 09/10/11 Sylvie Taccoen et Philippe Poret IRTS Le 21/04/2001 Education Spécialisée Prévention P.M.I (Protection maternelle infantile) Service d Action Préventive des quartiers (S.A.P) Circonscription Protection Judiciaire de la jeunesse M.D.P.H

Plus en détail

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations?

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations? APPEL A COMMUNICATIONS 7 ème édition Rencontres territoriales de la santé publique CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles

Plus en détail

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet Date de

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

L'EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS

L'EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS L'EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L'INTERVENTION L'éducateur de jeunes enfants exerce une fonction d'accueil des jeunes

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

Une liste des priorités de services. Un phasage pluriannuel des actions

Une liste des priorités de services. Un phasage pluriannuel des actions Jeudi 11 septembre 2008 FREHEL Kévin GABOREAU Mélina GENELOT Emilie LACLERGUE Alexia TOURNIS Sophie XIAO Peng Présenter: Pour: Une stratégie Une liste des priorités de services Un phasage pluriannuel des

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES

CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES CONVENTION DE MODERNISATION DES SERVICES D AIDE A DOMICILE EN FAVEUR DES PERSONNES AGEES PREAMBULE Le Conseil Général des Landes souhaite donner un nouvel élan à la politique en faveur des personnes âgées

Plus en détail

Mots clés : psychiatrie, santé mentale, planification, concertation, allocation de ressources, handicap psychique.

Mots clés : psychiatrie, santé mentale, planification, concertation, allocation de ressources, handicap psychique. Ministère de la Santé et des Solidarité Direction des établissements et services médico-sociaux DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de l organisation du système

Plus en détail

Groupe d appui àla protection de l enfance. Des dispositifs de soutien à la parentalité dans le cadre de la prévention

Groupe d appui àla protection de l enfance. Des dispositifs de soutien à la parentalité dans le cadre de la prévention Groupe d appui àla protection de l enfance Des dispositifs de soutien à la parentalité dans le cadre de la prévention Septembre 2011 Créé à l initiative de la Convention Nationale des Associations de Protection

Plus en détail

Schéma Départemental Enfance Famille de la Côte-d Or Schéma partenarial Etat - Conseil Général (2010-2014)

Schéma Départemental Enfance Famille de la Côte-d Or Schéma partenarial Etat - Conseil Général (2010-2014) Schéma Départemental Enfance Famille de la Côte-d Or Schéma partenarial Etat - Conseil Général (2010-2014) 4 Schéma Enfance et Famille du Département de la Côte-d Or (2010 2014) Architecture des axes constitutifs

Plus en détail

LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT

LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT AXE 1 DÉVELOPPER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DU LYCÉE Informer sur l'offre de formation de notre établissement Favoriser les rencontres dans les collèges des chefs

Plus en détail

APPEL A RÉFÉRENCEMENT RÉGIONAL DES PRESTATAIRES, DANS LE CADRE DU DISPOSITIF LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT (DLA) EN CHAMPAGNE-ARDENNE

APPEL A RÉFÉRENCEMENT RÉGIONAL DES PRESTATAIRES, DANS LE CADRE DU DISPOSITIF LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT (DLA) EN CHAMPAGNE-ARDENNE APPEL A RÉFÉRENCEMENT RÉGIONAL DES PRESTATAIRES, DANS LE CADRE DU DISPOSITIF LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT (DLA) EN CHAMPAGNE-ARDENNE 2014 DLA Régional Champagne-Ardenne Structure porteuse : Chambre Régionale

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne

Appel à projets. Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Appel à projets Portage et animation des «Forums Citoyens» Contrat de Ville de Narbonne Date limite : mercredi 25 février 2015 à 12h 1. Contexte La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine

Plus en détail

ORIENTATIONS STRATEGIQUES

ORIENTATIONS STRATEGIQUES MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Service des personnels ingénieurs, administratifs, techniques,

Plus en détail

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA.

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. Projet ITEP La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. I. LE CADRE JURIDIQUE Les Instituts Thérapeutiques,

Plus en détail

Charte de partenariat «Du sport dès l'école»

Charte de partenariat «Du sport dès l'école» Charte de partenariat «Du sport dès l'école» Etablie entre les soussignés Monsieur Denis Toupry Directeur Académique des services de l Education nationale ou son représentant Monsieur David Thiberge Maire

Plus en détail

Permanences accueil, écoute, orientation, revues de presse, consultations Du lundi au vendredi de 9h à 12h et 13h à 17h30.

Permanences accueil, écoute, orientation, revues de presse, consultations Du lundi au vendredi de 9h à 12h et 13h à 17h30. Bulletin bibliographique du Janvier 2014 n 46 Le de l'udaf de l'isère vous propose son bulletin bibliographique. Les articles sélectionnés sont consultables à l'udaf ou envoyés selon la demande. N'hésitez

Plus en détail

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi)

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Diagnostic local de santé de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Contexte et méthode Les inégalités, y compris de santé, entre les quartiers prioritaires et les autres quartiers

Plus en détail

APPEL À PROJETS 2014 MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE GRAND SUD

APPEL À PROJETS 2014 MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE GRAND SUD APPEL À PROJETS 2014 MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE GRAND SUD La Mutualité Sociale Agricole (MSA), lance un appel à projets sur les départements de l Aude et des Pyrénées Orientales dans le cadre des objectifs

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail