REVUE SCIENCES NATURELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REVUE SCIENCES NATURELLES"

Transcription

1 ISSN REVUE de la Fédération Française des Sociétés de SCIENCES NATURELLES 5ème Série, Tome 38, N 82,

2 REVUE de la Fédération Française des Sociétés de SCIENCES NATURELLES COTISATIONS ET ABONNEMENT : 2011/2012 Société adhérente moins de 100 adhérents à 500 adhérents 33 plus de 500 adhérents 42 Abonnement individuel (France) 20 Abonnement individuel (Étranger) 23 SIÈGE SOCIAL 57 rue Cuvier PARIS CEDEX 05 ADRESSE POSTALE : FFSSN : B.P PARIS CEDEX 05 FAUNE DE FRANCE : Résidence Parc des Arceaux, Bât. A8, 206 rue Fabri de Peiresc Montpellier SITES INTERNET FFSSN : FAUNE DE FRANCE : RÉDACTION DE LA REVUE : L. Chesnoy, J. Lorenz, J.-C. Monnet, J. Tabouelle, J.-F. Voisin ADMINISTRATION DE LA FÉDÉRATION POUR 2011 Président d honneur : M. J. Lescure, Société Herpétologique de France BUREAU : Président M. J. Tabouelle, Sté d Etude des Sciences Naturelles d Elbeuf Vice-Présidentes : Mme J. Lorenz, Association des Géologues du Bassin de Paris : Mme L. Chesnoy, Naturalistes Parisiens : Mme M.-B. Remaud, Sté d Etude des Sciences Nat. du Mantois & du Vexin Secrétaire général : M. L. Lamotte, Association Apnees-nature Trésorier : M. J.-C. Monnet, Société des Amis du Muséum Directeur Faune de France M. J. C. Streito AUTRES MEMBRES DU CONSEIL : Mme L. Allorge Société Botanique de France M. Ph. Bruneau de Miré Association des Naturalistes de la Vallée du Loing M. J. P. Cancela da Fonseca Société Française d Ecologie M. C. Chauvelier Association des Coléoptéristes ACOREP M. A. Foucart Société Linnéenne de Lyon M. P. Haffner Société Française pour l Etude et la Protection des Mammifères M. P. Magnien Société Entomologique de France M. P. Nicolau-Guillaumet Société d Etudes Ornithologiques de France M. R. Tremblier Société Amicale des Géologues Amateurs M. J.-F. Voisin Association des Amis du Musée et des Sciences de Rouen CONTRÔLEURS AUX COMPTES : M. H. Bouyon Expert-comptable Membre fondateur de L UICN Union Mondiale pour la Nature 2

3 SOMMAIRE Cotisations et abonnement, siège social, conseil d administration 2 Sommaire 3 Le mot du président, par Jérôme Tabouelle. 4 Rencontres Naturalistes In memoriam : Jean PÉRICART ( ) 9 Assemblée générale de la FFSSN. du 25 mars Rapport de gestion de l exercice Rapport du contrôleur aux comptes 20 Bilan, compte de résultats Faune de France - Catalogue des ouvrages disponibles (août 2011) 23 Bon de commande 25 Parution prochaine de la Faune de France n Sommaires des périodiques de nos sociétés (année 2010) 30 Dossiers : Comité français de l UICN 135 Présentation de nos sociétés 138 Annonces 141 3

4 LE MOT DU PRÉSIDENT A u tout début de l histoire humaine, la notion de patrimoine était limitée aux biens familiaux, c est-à-dire aux biens, quels qu ils fussent, qui étaient transmis directement de père en fils. Peu à peu cette notion, jusque là limitée au noyau familial, s est étendue pour recouvrir un concept plus collectif, celui d une entité tribale ou sociale. Il faut attendre la Révolution Française pour que le concept soit quelque peu modifié et pour que se constitue la notion de patrimoine national qui comprenait le patrimoine architectural, artistique et culturel. Mais, l élargissement de la notion patrimoniale n a modifié finalement que peu sa signification d origine. La notion restrictive d origine du patrimoine familial s est tout simplement élargie à la famille «nationale» et ce, dans l espace (le pays) et dans le temps. En devenant progressivement moins anthropocentriques, les sociétés occidentales se sont aperçues par la suite et, hélas, très récemment, que l espace dans lequel l homme occupe une certaine place, la planète, avait sa propre identité, et que cet espace était vital pour l homme et nécessitait une protection. Ainsi, les sociétés humaines ont, enfin, commencé à parler d un autre type de patrimoine : le patrimoine naturel, le patrimoine environnemental. Aujourd hui le développement de notre société génère un besoin croissant de matières premières; les ressources du sol et du sous-sol sont largement exploitées et ce, avec tous les avantages et inconvénients que cela peut engendrer. Nous pouvons nous référer au concept de terroir. Ce concept, largement utilisé dans la langue française, n'a pas d'équivalent dans d'autres langues. Dans ce concept, différentes notions sont liées comme l'histoire d'une communauté, ses traditions, qui se traduisent par ses savoir-faire, ses usages, et ses productions spécifiques, qui constituent des biens publics et produisent des agréments pour un large ensemble de parties concernées. Un terroir est donc une entité territoriale dont les valeurs patrimoniales sont les fruits de relations complexes et de longue durée entre des caractéristiques culturelles, sociales, écologiques et économiques. Considérés d'un point de vue mondial, les terroirs préservent la biodiversité, les diversités sociales et culturelles, en conformité avec les objectifs de développement durable. Les objets culturels historiques et les espaces naturels exceptionnels doivent être protégés et leurs usages encadrés pour éviter de les détruire, car ils ne peuvent pas être reproduits, même si on peut les restaurer partiellement. Le public doit pouvoir bénéficier pleinement de la présence de ce patrimoine près de chez lui, et cela sous-entend la mise en valeur de ce patrimoine. Pour cela la création, là où elle n existe pas, d une structure active est nécessaire. Un musée, une association peuvent être un lieu de rencontre privilégié entre amateurs éclairés et professionnels où chaque communauté apprend à se connaître et à travailler ensemble, pour le gain du public. Il va de soi qu une activité de recherche doit y être associée pour garantir son dynamisme. Que faire pour sensibiliser chacun au patrimoine naturel? Si l enseignement académique veut d abord accroître les connaissances, puis structurer la pensée, l interprétation, en suscitant l émotion, cherche à provoquer la réflexion et une ouverture sur le monde. L interprétation offre la possibilité de différentes lectures d un même objet, d une œuvre d art ou de l ensemble des éléments d un paysage. Cette notion est très liée à celle d éducation. La diffusion de cette notion s est faite tardivement avec le développement d une politique de création d espaces naturels protégés et de l écomuséologie. L interprétation est une activité éducative qui veut dévoiler la signification des choses et leurs relations par l utilisation des objets d origine, par l expérience personnelle et des exemples plutôt que par la seule communication de renseignements concrets. Les théories en Sciences de la Vie et de la Terre se fondent sur des observations. Des observations naissent le plus souvent les questions. Ainsi, lors d une manifestation, d une conférence ou d une exposition, même si le visiteur n est pas directement confronté à l observation des paysages, des sites connus et à leur interprétation, il va percevoir de façon sensorielle le message car celui-ci le concerne directement. 4

5 L interprétation suscitée par la simple curiosité va développer celle-ci pour enrichir l esprit et les connaissances. Un certain nombre de connaissances relatives aux Sciences de la Vie et de la Terre aideraient chacun à se situer sur la terre, entre espace et temps, entre phénomènes naturels et enjeux économiques. Il semble d ailleurs que les publics recherchent de plus en plus des structures et institutions de synthèse et d explication. En effet, au moment où la formation est de plus en plus spécialisée et le travail encore basé sur la parcellisation des tâches, la société a besoin de lieux favorisant, d une part, une vision globale et intégrée des connaissances et, d autre part, un ressourcement continuel et un besoin d identité. Mais aujourd hui, alors que les associations et sociétés savantes pouvaient jouer ce rôle de «médiateur», d interprète, de pédagogue, de lien entre terrain et professionnels, nous nous voyons écartés des débats sur l environnement. Que faire lorsque nous sommes prévenus qu une association de moins de 2000 adhérents ne pourra pas participer ni donner son avis? Mais où allons-nous? Ainsi, quand la biodiversité est mise en avant, la FFSSN, votre Fédération, est consciente des pertes de biodiversité occasionnée par les activités humaines, indépendamment de celles qu entraîne le réchauffement climatique et que de telles pertes pourraient être évitées au moins en partie par une meilleure connaissance du milieu naturel et des êtres vivants qui le composent. Nous nous inquiétons de même de la disparition de l enseignement de la systématique dans les Institutions qui normalement devraient en assurer la charge, ainsi que de la dévalorisation des travaux visant à améliorer les connaissances dans le domaine de la diversité du vivant. Force est de constater, et cela avec regret, que les instances de protection reposent par voie de conséquence le plus souvent sur des intervenants n ayant qu une connaissance incomplète des constituants du milieu, particulièrement des invertébrés. Ainsi les Universités, les Centres de Recherche, comme le Muséum National d Histoire Naturelle devraient se doter des moyens d assumer à nouveau un enseignement qui a su garantir dans le passé le rayonnement de la recherche française. En mars 2011 a eu lieu l Assemblée Générale de la FFSSN à Montpellier. Afin de pouvoir relancer un travail commun entre les différentes associations membres de la FFSSN ainsi qu une réflexion commune en ce qui concerne les Sciences de la Vie et de la Terre, il nous est paru très important que chaque association soit représentée lors de cette Assemblée Générale ; c est pour cette raison que vous y avez été conviés. Nous avons pu nous réunir lors d une table ronde afin d organiser des rencontres naturalistes en 2012, journées dédiées à Jean Péricart ( ). Il en est ressorti qu en 2012, l Assemblée Générale et un congrès de la FFSSN auront lieu à Elbeuf (76) en partenariat avec le Musée d Elbeuf et la Société de Sciences Naturelles d Elbeuf. Différents thèmes ont été décidés : - la diffusion des connaissances naturalistes. - échanges, collaborations et travaux des sociétés membres de la FFSSN ; le rôle des amateurs - Patrimoine naturel et Patrimoine culturel. - les collections de Sciences de la Vie et de la Terre. - la dénomination scientifique et vernaculaire aujourd hui des espèces. - taxonomie et législation. Rendez-vous à Elbeuf en 2012! Le Président Jérôme Tabouelle Si vous voulez participer aux Rencontres Naturalistes 2012, merci de bien vouloir réexpédier le bulletin d inscription joint à la Revue avant le 15 novembre

6 6

7 7

8 8

9 IN MEMORIAM : Jean PÉRICART in Histoire des Entomologistes Français de J. Gouillard, p 139 et Hémiptères Anthocorides (1972) Jean Péricart, né à Lagny (Seine et Marne) le , est décédé à St Malo (Ille-et-Vilaine) le Ainsi que l a exprimé de façon émouvante son frère cadet Guy lors des obsèques, la vie de Jean Péricart fut «dense, droite et responsable Tu as su mener de front une activité d ingénieur de haut rang, une vie familiale de père de famille nombreuse et une tâche fantastique d entomologiste de niveau professionnel» Reçu en 1950 ingénieur diplômé (4 ème sur 200) à l École Supérieure d Électricité (section Électrotechnique), il accomplit de 1951 à 1989 toute sa carrière à la Direction des Études et Recherches d Électricité de France, ingénieur au Service des Études de Réseaux de 1951 à 1959, au Département des Techniques Nouvelles de Production à partir de 1960, Chef de la Division Magnétohydrodynamique en 1964 puis du même Département en En 1970, il suit le cours de Génie Atomique du CEA en auditeur libre puis est nommé Secrétaire de la Commission Scientifique et Technique d EDF de 1971 à Il exerce dans le même temps des activités d enseignement en qualité de Chargé de «Petites Classes» à l École Supérieure d Électricité de 1954 à 1959, puis de professeur d Électronique au Centre de formation des Jeunes Cadres d EDF de 1956 à 1959, enfin de Professeur d Électricité théorique à la Section Ingénieurs de l École d Électricité Industrielle de Paris où il est également professeur de mathématiques appliquées (Algèbre matricielle, calcul de réseaux). Nous ne pouvons citer ici toutes ses activités annexes ; notons cependant qu il assura la représentation de la France au Comité 25 de la CEI «Grandeurs et Unités électriques et magnétiques» depuis Il fut membre du Conseil Scientifique de l Association pour le Développement des Sciences et Techniques de l Environnement (A.S.T.E.) Ses contributions et publications dans le domaine de la recherche appliquée sont nombreuses, notamment sur l étude des réseaux électriques ( ) et les études de la conversion directe de l énergie thermique en énergie électrique ( ) et de «l aventure de la magnétohydrodynamique». Il a également participé au Comité et Conseil Scientifique de Radioprotection, au Comité des Études Médicales E.D.F.-G.D.F., au suivi du dossier «Fusion thermonucléaire», et ainsi de suite Il a reçu en 1972 le Grand Prix des Ingénieurs civils de France pour ses travaux Magnétohydrodynamique et a été fait en 1982 Chevalier de l Ordre National du Mérite (Ministère de l Industrie). Durant ces 40 années d activités professionnelles extrêmement fécondes, Jean Péricart a été, en fait, un «double personnage», ainsi que l a rappelé avec sympathie Maurice Magnien, Directeur de la Recherche d E.D.F. le 27/09/1989 lors de la cérémonie de mise à la retraite retraçant la carrière de l intéressé : il fut aussi un naturaliste estimé, grâce à ses nombreuses recherches et publications entomologiques. Il n y eut jamais aucune antinomie entre ces deux activités majeures Dans cette seconde face, J. Péricart fut membre du conseil ( ), Président (1975, 1985), Secrétaire Général ( ) de la prestigieuse Société Entomologique de France (1). Laissons donc Jean Péricart évoquer, lors de son premier discours de Président de la SEF (2) ses débuts entomologiques : 9

10 Cliché communiqué par Sandrine Péricart Mon goût, tant pour la collecte que pour l étude des insectes, se manifesta dès l âge de 14 ans, sous l influence d un dynamique instituteur, de cette génération d enseignants à laquelle notre pays doit tant. C est ensuite un ami de mon père, Lucien Daillé, ardent collecteur de Carabidae des année 30, homme de soin et de méthode dont je vénère la mémoire, qui m apporta les premiers conseils initiaux sans lesquels tant de vocations potentielles avortent. Le troisième appui que je rencontrai fut celui d Alphonse Hustache, l éminent spécialiste de Curculionidae, qui était professeur de mathématiques au collège de Lagny, ma ville natale». (Cf. un sympathique portrait d Hustache dans Les Entomologistes Français de J. Lhoste) (3). Péricart explique qu il n a pu, après l obtention de son diplôme d ingénieur, poursuivre de nouvelles études consacrées aux sciences de la Nature «Je suis ainsi demeuré un entomologiste amateur. «Choisir, c est exclure», écrit Henri Bergson. J ai voulu esquiver ce choix, tentant d équilibrer ma vie laborieuse entre deux activités dévorantes, l une rétribuée, l autre coûteuse, la première en principe diurne, et la seconde plus fréquemment nocturne. Mes goûts de systématicien et d entomologiste de terrain se sont orientés vers deux groupes d insectes, les Coléoptères Curculionides et les Hémiptères» Ses articles et ouvrages sont nombreux et ininterrompus. Dès 1952, il publie dans l Entomologiste un article sur Anthonomus amygdali Rust et A. alpinus et l on retrouve dans le dernier sommaire de la Revue française d entomologie sa signature sous l article «Revue des Podopinae des Muséums de Paris et de Budapest et établissement de trois nouvelles synonymies (Heteroptera, Pentatomidae)». Dans un hommage rendu à l occasion du 80 ème anniversaire de Jean Péricart, la Nouvelle Revue d Entomologie (4) rappelle qu une bibliographie exhaustive à la date de parution de l article a été publiée en allemand par E. Heiss. (5) Jean Péricart laisse une œuvre extrêmement importante pour la communauté naturaliste et scientifique, constituée, outre ses articles, d une quinzaine d ouvrages de synthèse, des Faunes et des catalogues dont la liste établie par Jean Péricart lui-même en 2010 figure en annexe de cet article. Trois ouvrages ont été gratifiés de prix par la SEF : Le prix Constant (1979) pour l ensemble de ses travaux sur les Hémiptères (Hétéroptères); le prix Gadeau de Kerville, en 1983, pour Hémiptères Tingidae euro-méditerranéens (1983), «œuvre importante par son volume, son abondante illustration et surtout sa valeur monographique». Enfin, le prix Réaumur, pour l ouvrage Hémiptères Lygaeidae euro-méditerranéens en 3 volumes, tome 84 de la Faune de France. Claude Dupuis (6) est enthousiaste : «Son premier sommet est celui de la richesse des informations réunies grâce aux puissants outils des collections et de la bibliographie. Expert ès collections, Péricart a su tirer parti de celles du Muséum, de la sienne propre et de celles de ses nombreux correspondants, mais aussi des irremplaçables trésors qu il est allé scruter dans les Musées d un bout à l autre de l Europe.. Quant à la bibliographie, il a exploité plus de 1500 travaux en 26 langues, échelonnés de 1758 à Leur liste de 72 pages se signale par la scrupuleuse exactitude des titres et des paginations. Un autre sommet est celui de l unité de présentation des données relatives aux quelques 600 espèces étudiées. Pour chacune de celles-ci, on trouvera une synonymie, une description complète - et souvent sur pièces - de l imago, de l œuf et des larves. L abondante iconographie représente des adultes - saisis avec talent par l auteur en personne, des œufs, des larves ou des détails morphologiques utiles aux déterminations. La cartographie reflète synoptiquement les distributions d environ 200 espèces. 10

11 Un troisième sommet est celui de la vigilance de Péricart à guider les utilisateurs de son travail. Dans un souci didactique, il s attache, en 70 pages de généralités, à montrer les aspects essentiels sur les Lygaeides : morphologie, taxinomie, répartition -ce qui est classique - mais aussi : stades de développement, écologie, cycles phénologiques, trophologie, ce qui a trop rarement la faveur des ouvrages de détermination. Le sommet sans doute le plus attirant est celui où Péricart nous découvre un panorama vivant des Lygaeides. Entre ses pages enthousiastes, on croit presque voir courir l agile petit peuple portraicturé avec art dans ses figures. On y perçoit mezza vocce le concert des Hétéroptéristes, des plus grands aux plus modestes, qui, par delà les générations et les nations, se sont lus, ont échangé des matériaux ou des informations.n en disons pas plus. Avec cet ouvrage qui restera un recours indispensable durant des décennies et, pour tout entomologiste, un modèle à égaler, Péricart a bien mérité de l Histoire naturelle», conclut Claude Dupuis. Cette analyse reflète avec une grande justesse les qualités de l œuvre de Jean Péricart. Nous pourrions simplement y ajouter que ses faunes ne seraient pas aussi complètes et exactes si Jean Péricart n avait pas arpenté la moindre colline de France et de Navarre à la recherche des espèces qu il étudiait. Il était un excellent naturaliste de terrain, inégalable lorsqu il s agissait de dénicher et de faire choir quelques Tingides cramponnés à une insignifiante Lamiée. Quand au retour d une collecte fructueuse on se plonge dans ses ouvrages pour identifier et en savoir plus sur une espèce rare que l on vient de découvrir, il est frappant de constater que Jean Péricart l avait déjà capturée quelques années avant dans la même localité! Le fruit essentiel pour la FFSSN de la dichotomie de Péricart entre ses fonctions d ingénieur de recherche EDF et ses activités de naturaliste-entomologiste est la renaissance de la collection Faune de France. De 1921 à 1966, 68 ouvrages de haute tenue avaient été publiés (de 1 à 3 par an), où l on relevait, entre autres, les signatures de Koehler, Chopard, Séguy, Berland, Goetghebuer, Paulian, Jeannel, Hoffmann, Balachowsky et bien d autres aussi réputées. Puis la collection s est arrêtée, faute de financement, jusqu à la parution en 1983 du n 69 Hémiptères Tingidae euroméditerranéens de Péricart, suivie en1984 d Hémiptères Berytidae et en 1987 d Hémiptères Nabidae d Europe occidentale et du Maghreb du même auteur. Entre-temps, grâce à ses fonctions à EDF et au désir de son employeur de montrer son souci de protection de la nature, la FFSSN avait obtenu la signature d une convention n 1 C 5578/B01 U 17 du 18 septembre 1985 avec l Électricité de France, Direction des Études et Recherches (M. Cullieyrier) qui financera durant 5 ans l édition des nouveaux ouvrages de la Faune de France et le stock. C est ainsi que la FFSSN a reçu d EDF en 10 versements de 1985 à 1990 un total de francs TTC qui reconstituera la trésorerie de Faune de France en lui permettant d assurer les éditions futures grâce aux ventes d ouvrages en stock. L examen du catalogue de Faune de France (reproduit en fin d article) montre que, depuis la reprise de 1983, 25 ouvrages nouveaux ont été édités, dont une dizaine portent la signature de Jean Péricart, sans compter la réédition d ouvrages anciens. Ces nouvelles fonctions de Directeur de Faune de France, entièrement bénévoles, étaient assez astreignantes pour J. Péricart. Serge Doguet, actuel Secrétaire Général de la SEF (qui a eu l amabilité de nous transmettre divers documents sur J. Péricart), lui-même auteur dans la collection Faune de France en 1994 de Coléoptères Chrysomélidae, «fruit de 10 ans de travail» de 694 pages (7), rappelle que Péricart n hésitait pas à relancer les auteurs pour qu ils achèvent leur travail. Pour l ouvrage sur les Hémiptères Pentatomoidea (paru en 2005) (8), Péricart n avait pas hésité en 2001 à préfinancer les déplacements du co-auteur Derjanski de Moldavie à St Pétersbourg et lui faire obtenir de la Communauté Economique Européenne une bourse pour un séjour de 6 mois au Muséum National d Histoire Naturelle en 2001/2002. Pour l aider, Péricart avait fait appel à Roger Vincent (dont on relève toujours avec intérêt la signature dans diverses revues entomologiques). R. Vincent écrit : «Jean Péricart était un ami fidèle dont la disparition nous attriste particulièrement. Paradoxalement, je l ai connu dans le cadre de mes activités professionnelles. J étais ingénieur dans l industrie électrique et mon patron d alors m avait poussé à participer à un très important projet d E.D.F. visant à écrire dans le détail l histoire de l Électricité en France. Dans ce but, il me présenta au Directeur de la recherche, Maurice Magnien en vue de définir le cadre de mes recherches orientées sur les appareils de mesures électriques. C est au cours d une conversation autour d une table que M. Magnien, découvrant mon hobby entomologique, me conseilla de voir aux Renardières Jean Péricart. C était dans les années Nos relations alternativement professionnelles et entomologiques furent le ciment de notre amitié, 11

12 concrétisée par des chasses communes et repas en famille. Lorsqu il relança la Faune de France en 1983, il me demanda de gérer les stocks et promouvoir les ventes, en associant bénévolement mon épouse pour la gestion de la correspondance, la diffusion et l envoi des ouvrages vendus. Nous l avons fait avec plaisir et dévouement de 1983 jusqu à l arrivée de M. Gruvel, compte tenu de mon départ en retraite à Igé en Saône et Loire en J avoue que rétrospectivement, il y avait de quoi s inquiéter lorsque ma femme descendait seule dans le réduit des stocks du petit pavillon, à l escalier sombre, local poussiéreux et dangereux dans l utilisation des échelles et la manipulation des livres. Si un accident lui était arrivé, personne ne pouvait l entendre et la secourir» Jean Gruvel ( ) vint renforcer l équipe Faune de France de 1995 à 2004, puis une nouvelle équipe basée à Montpellier, actuellement composée de J.C. Streito et A. Foucart, donna une nouvelle impulsion à Faune de France. Les stocks d ouvrages sont désormais hébergés en sécurité dans des locaux de la Société d Horticulture et d Histoire naturelle de l Hérault, les nouvelles éditions se succèdent normalement et un site internet a été créé, où une quarantaine d ouvrages anciens de Faune de France, numérisés grâce à l aide financière de la Fondation Nature et Découvertes, sont mis à la disposition de la communauté scientifique et des amateurs éclairés. Ainsi, l action inestimable de Jean Péricart pour la renaissance de Faune de France produitelle des résultats pérennes et durables et son héritage est-il sauvegardé. Il faut maintenant évoquer la troisième face de cet «homme dual», comme il aimait se définir. Il rappelait le 27/03/1989 lors de son départ à la retraite : «il est évident qu un ingénieur qui gère le soir un passe-temps envahissant ne peut faire surface que si lui sont épargnés les tracas de la vie domestique. Sans ma chère épouse et son dévouement à la maison et à l éducation des enfants, peu des choses eussent été possibles». Aussi dans son dernier hommage à son frère, Guy Péricart évoque-t-il «l image d une famille unie, qui a su garder l essentiel des valeurs de notre génération tout en restant ouverte à d autres ; une famille où enfants et petits-enfants savent entourer les plus âgés de leur tendresse et de leurs attentions» A Monique Péricart, son épouse, à son frère Guy, à Isabelle, François, Pascal, Catherine, Véronique, Sandrine, ses enfants, à ses nombreux petits enfants et son arrière petite-fille, la FFSSN et le Comité de la Faune de France adressent toute leur sympathie et leurs regrets, avec le témoignage de leur admiration pour l œuvre accomplie par Jean Péricart. Références bibliographiques citées 1 Gouillard,2004 Histoire des Entomologistes Français, Boubée 2. Péricart, Bulletin de la Société Entomologique de France, Tome 80, nov-dec 1975, p Lhoste, 1987, Histoire des Entomologistes Français, INRA-OPIE 4. Nouvelle Revue d Entomologie, juil-sept Heiss, 2007, Ein lebel für die Entomologie. Jean Péricart ist 80. Beitrage zur Entomofaunistik 8 : Dupuis, Bulletin de la S.E.F., 2000, Tome 105, p Doguet, 1994, Faune de France Coléoptères Chrysomelidae, Vol 2, 694 p. 8. Derjanski et Péricart, 2005, Faune de France n 90, Hemiptères Pentatomoidea, Vol 1 cliché Roger Vincent, à l occasion d une visite à Igé le 18 mai 2004 (visite des anciennes carrières romaines et mérovingiennes dites de la Lie à la Roche Vineuse) 12

13 Jean Péricart avec son filet fauchoir A. Matocq et J. Péricart avec leurs filets fauchoir B.Nusillard, J. Péricart, A. Matocq et M. Bergeal autour des récoltes faites au DVAC par B. Nusillard Photos J.-C. Streito prises le 19 juin 2000 à Montoulieu (Hérault) lors de la sortie SEF 13

14 Liste des ouvrages de la série Faune de France publiés grâce aux subventions obtenues par J. Péricart. Les volumes 69 à 89 ont été publiés sous la direction de J. Péricart. n 69 - Péricart J. - Hémiptères Tingidae euro-méditerranéens. 1983, 618 p. n 70 - Péricart J. - Hémiptères Berytidae euro-méditerranéens. 1984, 172 p. n 71 - Péricart J. - Hémiptères Nabidae d'europe occidentale et du Maghreb. 1987, 186 p. n 72 - Vala J.C. - Diptères Sciomyzidae euro-méditerranéens. 1989, 300 p. n 73 - Délia Giustina W. - Homoptères Cicadellidae, supplément. 1989, 350 p. n 74 - Tempère G. & Péricart J. - Coléoptères Curculionidae. 4 ème partie. 1989, 534 p. n 75 - Caussanel Cl. & Albouy V. - Dermaptères (Perce-oreilles). 1990, 245 p. n 76 - Beaucournu J.C. & Launay H.- Siphonaptères. 1990, 548 p. n 77 - Péricart J. - Hémiptères Leptopodidae et Saldidae. 1990, 238 p. n 78 - Baraud J. - Coléoptères Scarabaeoidea d'europe (réimpression), 856 p. n 79 - Bitsch J. & Leclercq J. - Hyménoptères Sphecidae. Vol , 325 p. n 80 - Doguet S. - Coléoptères Chrysomelidae. Vol. 2. : Alticinae, 1994, 694 p. n 81 - Moulet P. - Hémiptères Coreoidea euro-méditerranéens. 1995, 336 p. n 82 - Bitsch J. et al. - Hyménoptères Sphecidae. Vol , 429 p. n 83 - Lienhard Ch. - Psocoptères euro-méditerranéens. 1998, 517 p. n 84a - Péricart J. - Hémiptères Lygaeidae euro-méditerranéens, vol , 468 p. n 84b - Péricart J. - Hémiptères Lygaeidae euro-méditerranéens, vol , 453 p. n 84c - Péricart J. - Hémiptères Lygaeidae euro-méditerranéens, vol , 487 p. n 85 - Bordy B. - Coléoptères Chrysomelidae. Vol. 3, 2000 (réédition), 270 p. n 86 - Bitsch J. et al. - Hyménoptères Sphecidae. Vol (réédition 2007), 479 p. n 87 - Semeria Y. - Tardigrades continentaux. 2003, 300 p. n 88 - Robineau D. - Phoques de France. 2004, 196 p. n 89 - Robineau D. - Cétacés de France. 2005, 646 p. n 90 - Derjanschi V. & Péricart J. - Hémiptères Pentatomoidea, Vol , 498 p. n 91 - Heiss E. & Péricart J. - Aradidae, Piesmatidae et Dipsocoromorphes. 2007, 509 p. n 92 - Putshkov P.V. & Moulet P. - Réduves d'europe occidentale, 2009, 668 p. n 93 - Péricart J. -Hémiptères Pentatomoidea euro-méditerranéens vol.3, 2010, 291 p. (non compris les rééditions d ouvrages anciens) Cliché communiqué par S. Doguet 14

15 15

16 16

17 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS DE SCIENCES NATURELLES DU 26 MARS 2011 Cette année l Assemblée générale de la FFSSN s est tenue à Montpellier, dans les locaux de la Société d Horticulture et d Histoire Naturelle de l Hérault, Parc à Ballons, rue du Moulin de Sémalen. Trente-quatre personnes étaient présentes ou représentées. Excusés : Mme J. Lorenz, MM. Ph. Magnien, J.P. Cancela da Fonseca, R. Tremblier. De plus, Mme C. Voisin, venue en observateur, prit part aux débats mais non aux votes. M. J.-F. Voisin était secrétaire de séance. Le Président J. Tabouelle ouvre la séance à 10 heures 20 par quelques mots de bienvenue aux personnes présentes, et adresse ses vifs remerciements à la Société d Horticulture et d Histoire naturelle de l Hérault pour son accueil, et plus particulièrement au Professeur Rioux et à tous ceux qui se sont occupés de l organisation de cette rencontre. M. D. Mousain, président de la SHHNH répond chaleureusement. M. J. Tabouelle présente ensuite le rapport moral de la FFSSN pour l année Nous avons tenu deux conseils d Administration. Le 22 janvier dernier, Mme J. Lorenz et lui ont représenté la Fédération au Comité des Travaux Historique et Scientifiques, qui est une émanation du Ministère de l éducation nationale, rue de Grenelle, à Paris. Nous y sommes désormais membres de la septième section. Un étudiant ayant envoyé une demande de stage à la Fédération, une discussion brève mais animée s engage alors. Il en ressort que, si la Fédération ne peut prendre de stagiaires, son rôle est néanmoins de les aiguiller vers des organismes compétents. Il faut en effet beaucoup de temps pour encadrer un stagiaire, et, comme le fait remarquer Mme M.B. Remaud, employer un stagiaire suppose des aspects administratifs (rémunération ) que nous ne possédons pas. En ce qui concerne notre site internet, M. Lionel Allorge, fils de Mme L. Allorge, a réservé un site pour 80 euros. Il en a monté l architecture et y a mis les éléments que M. J.-C. Monnet lui a fournis. Maintenant c est à la FFSSN de l alimenter, de le faire évoluer, bref, de le faire vivre, condition indispensable à ce qu il reste attractif. M. Lionel Allorge est tout-à-fait disposé à conseiller quelqu un pour mettre ce travail en route. C est un travail constant. Il faudrait que les sociétés membres s y mettent, par exemple en présentant leurs activités, car, par définition, ce site est aussi le leur. L adresse de ce site est : Il faut au début présenter la Fédération, en montrant clairement quel en est le but, afin de la faire mieux connaître. M. J.-C. Monnet indique que M. Lionel Allorge a installé sur le site le logiciel SPIP qui lui paraît le plus approprié pour être édité par plusieurs personnes et par des utilisateurs qui ne seront pas des spécialistes d informatique et fournit des mises en page toutes prêtes en cas de besoin. L. Allorge précise que SPIP propose deux types d utilisateurs : les administrateurs qui ont tous pouvoirs et les rédacteurs qui peuvent proposer des articles mais ceux-ci n apparaissent sur le site qu après validation par un administrateur. Il faudra donc définir qui administre le site et qui peut y participer. Une suggestion de Mlle L. Chesnoy et de M. C. Chauvelier est d y faire figurer les dispositions légales, disponibles sur le site Légifrance, concernant la protection des espèces et des milieux. Cette proposition recueille l approbation de toute l assemblée. Une autre chose, sur laquelle insiste entre autres Monsieur Ph. Bruneau de Miré, sera de bien nous démarquer de l Association France-Nature-Environnement, l expérience montrant que la confusion est fréquente. La FNE est exclusivement une association de protection de l Environnement, alors que nous sommes, en plus, une association de recherche et de diffusion des connaissances en Sciences naturelles. Mais, comme l indique M. J. Tabouelle, pour protéger il faut connaître, et il est curieux que la Fédération soit ignorée, voire snobée comme elle l est actuellement. M. L. Lamotte insiste sur le fait que la préservation de l environnement ne se limite pas à la protection de l environnement immédiat de l homme, mais que c est un problème global, à régler globalement. Ceci nous amène à une réunion que l UICN a organisée à Fontainebleau le 20 janvier 2010, sans y inviter la Fédération, qui en est pourtant membre fondateur. Notre ancien Président, J. 17

18 Lescure, a même été trésorier de la section française de l UICN dans les années 70. M. J.-C. Monnet a envoyé une lettre de protestation auprès de l UICN. La discussion passe ensuite au fait que les amateurs sont bien souvent exploités tant par des instances officielles (banques de données, enquêtes ) que par des bureaux d étude, qui, eux, tirent pécuniairement profit de leur travail bénévole. M. C. Chauvelier insiste sur le fait que, surtout dans ce dernier cas, il ne faut pas hésiter à demander à être payé. Le «portage salarial» est, entre autres, une procédure parfaitement efficace et légale. Selon l expression de M. Tabouelle, «les amateurs sont les yeux de la Science». Mlle L. Chesnoy et M. Ph. Bruneau de Miré indiquent ensuite que M. F. Hallé, réalisateur du film «la marche de l Empereur» a commencé la réalisation d un film sur les forêts tropicales humides. Il voudrait par ce moyen éveiller l attention du grand public sur ces écosystèmes encore largement ignorés, un peu comme le film de J. Cousteau «le Monde du Silence» l avait fait pour la mer. Il se pose maintenant l éternel problème du financement, et on pourrait demander une petite contribution volontaire aux membres des sociétés savantes. Nous ne pouvons pas leur décerner le Label de la FFSSN, car ce projet, par essence commercial, ne tombe pas dans le cadre de ce dernier. M. Tabouelle passe ensuite la parole à M. J.-C. Streito pour le rapport de Faune de France. Notre collègue indique que 2010 fut l une des meilleures années pour la série, avec 805 livres vendus, dont environ la moitié à l étranger. Ce sont, comme d habitude, les ouvrages les plus récents qui sont le plus demandés, mais les anciens ne sont pas délaissés pour autant. L essentiel des ventes se fait par internet, et le site de Faune de France a reçu plus de visites en Le volume le mieux vendu est celui sur les Scarabaeoidea, maintenant épuisé. 200 volumes sur les Réduvides ont été vendus, ainsi que plus de 100 du numéro 3 des Pentatomoidea, pourtant seulement paru en janvier. Le prochain volume à paraître sera celui, en deux tomes, des compléments aux Carabiques de Jeannel, il est prêt à envoyer à l imprimeur. Les volumes suivants (sur les Homoptères Delphacidés, les Acridiens, ainsi que le numéro 2 des Pentatomides) progressent. Le volume 5 des Pentatomides semble cependant en perdition, ainsi que celui sur les Tabanides, dont l auteur est décédé. Le Professeur B. Massa, de l université de Catane, nous a proposé d en écrire un sur les Pamphagides ouest-paléarctiques, qui sera certainement intéressant. M. J.-C. Streito pose le problème des volumes épuisés. Il faudrait refaire celui sur les Scarabéides, et notre collègue O. Montreuil est d accord pour ce travail, en collaboration avec un autre spécialiste. Les autres volumes épuisés seront mis en ligne, sauf toutefois celui sur les Mirides, le premier sur les Pentatomides, et le second sur les Hyménoptères Sphécidés, trop récents, et qui forment un tout avec d autres volumes, surtout les deux derniers. Pour scanner les ouvrages destinés à être mis en ligne, nous pourrons demander encore une fois une subvention à Nature et Découverte. MM. J.-C. Streito et A. Foucart se chargeront du dossier, qui doit être prêt pour le mois de juillet. Nous faisons une remise de 20 % aux sociétés-membres à jour de leur cotisation, de 30 % aux libraires (mais 33 % à notre vieux client Bédi-Thomas) et 30 % aux membres du Conseil. Monsieur J.-C. Monnet présente ensuite le compte-rendu financier, et rappelle que les comptes détaillés des trois derniers exercices (2008 à 2010) peuvent être intégralement consultés sur le site internet Il donne ensuite lecture du rapport du contrôleur aux comptes du 4 mars 2011, rédigé par M. Hervé Bouyon, qui n avait pu être présenté au dernier conseil d administration et ajoute quelques commentaires au rapport de gestion de l exercice 2010 annexé aux comptes. Le budget de la FFSSN reste extrêmement modique puisque, déduction faite de la provision pour dépréciation des titres qui n est qu une écriture statistique destinée à constater la dépréciation virtuelle du portefeuille en fin d exercice, les dépenses réelles ont atteint en 2008, 3845 en 2009 et en Cette progression en 2010 résulte de ce que deux numéros de la Revue ont été édités. Cela a permis de résorber le retard chronologique dans l édition des sommaires des revues adhérentes, puisque tous les sommaires de l année 2009 parvenus ont pu être édités en La Revue reste un élément de contact appréciable avec les sociétés adhérentes et l on peut espérer que le prochain site de la FFSSN permettra d en assurer une meilleure diffusion et utilisation. Les cotisations marquent un léger progrès par rapport à l exercice précédent et celles de l exercice 2011 encaissées au 25/03/11 laissent espérer un résultat légèrement supérieur en

19 En ce qui concerne la Faune de France, en complément au rapport de JC Streito, le trésorier rappelle que les ventes annuelles évoluent en fonction des éditions : Ventes d ouvrages frais d impression frais d envoi Le stock d ouvrage augmente de en 2009 à en 2010 en raison des nouvelles éditions, mais les ouvrages anciens édités de 1920 à 1966 ne représentent plus que (déduction faite d une provision de dépréciation de 50 %) contre pour les nouveautés et réimpressions depuis le redémarrage des éditions en 1986 grâce aux subventions obtenues à l époque d EDF par Jean Péricart. La dépréciation du portefeuille titres de Faune de France, qui atteignait près de 40 % en 2008 a été ramenée à environ 15 % en 2010 et le disponible en trésorerie permet le financement des éditions futures. Pour terminer, après avoir approuvé à l unanimité le rapport moral du Président, le rapport de Faune de France et le rapport financier, l Assemblée passe aux élections du Conseil, qui est réélu à l unanimité, sauf trois abstentions, ainsi que Mme M.B. Remaud, nouvelle candidate. Le Président lève l Assemblée générale à 12 heures 25. Nos amis de Faune de France faisant bien les choses, un excellent petit buffet régala ensuite les participants à l Assemblée générale. L après-midi fut occupé, sous la présidence de M. J. Tabouelle, à une table ronde chargée de définir le thème et les sous-thèmes du congrès que nous projetons de faire l an prochain à Elbeuf. Le compte-rendu en sera fait par M. L. Lamotte. Le lendemain 27 mars 2011, que nous espérions beau et ensoleillé, devait être consacré à une excursion dans les marais côtiers de la Méditerranée du côté de Palavas et Maguelonne. Las, le vent marin et la pluie nous firent vite déchanter et le pique-nique se transforma en un repas bien au sec, au restaurant, où l ambiance fut tout aussi chaleureuse. Nous avons pu néanmoins visiter l abbaye de Maguelonne et avoir un aperçu de l avifaune des lagunes, avec des Tadornes de Belon, des Avocettes, des grèbes huppés, etc, à côté des inévitables Aigrettes garzettes et Flamants roses, ainsi qu'un passage d'hirondelles rustiques en ordre dispersé sur un large front. Le Secrétaire de séance Jean François Voisin -o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o- FFSSN FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS DE SCIENCES NATURELLES B.P PARIS Cedex rue Cuvier Paris cedex 05 Association régie par la loi du 1 er juillet 1901, fondée en 1919, reconnue d utilité publique en 1926 Membre fondateur de l UICN Union Mondiale pour la Nature RAPPORT DE GESTION DE L EXERCICE 2010 Avec un budget toujours aussi étriqué, faute de subventions ou dons, les dépenses progressent fortement, par suite de l édition de deux numéros de la Revue en 2010 (sommaires des revues des sociétés adhérentes de 2008 et de 2009). On obtient ainsi une information plus rapprochée dans le temps sur les publications parvenues à la Fédération. Cette double édition se répercute sur les frais d envoi de la Revue. Les autres frais, comme les exercices précédents, concernent la mise à jour du petit site sur les comptes financiers, les cotisations à l UICN, la contrepartie versée à la SAGA pour la médaille habituellement jointe au label qui n a pu être obtenue à la Monnaie de Paris ainsi qu un repas à l issue de l assemblée générale. Une écriture constate l augmentation de la dépréciation latente d une Sicav de La Banque Postale En recettes, un léger progrès est enregistré sur le nombre de cotisations encaissées (72 contre 59 en 2009) sans rattraper le retard par rapport à 2008 (84 cotisations). Les faibles produits financiers ne concernent que deux Sicav, le manque de souplesse des procédures de la Banque Postale n a pas permis, jusqu à présent, de développer ce poste. 19

20 Le déficit d exercice correspond sensiblement aux frais d édition et d envoi du numéro supplémentaire. FAUNE DE FRANCE Les dépenses progressent de , essentiellement en raison des frais d édition en 2010 des deux nouveaux ouvrages 92 et 93 (alors que l exercice 2009 n avait vu que la réédition du volume 85), soit N 92 Hémiptères reduviidae : imprimerie LouisJean N 93 Hémiptères pentatomoïdea : cartes informatiques, JF Impression & Michel Vitou Les frais d expédition facturés avec les ventes d ouvrage, augmentent en relation avec les ventes. Enfin, une moins-value latente de 1767 sur les titres du nouveau compte Oddo non géré est largement compensée par la reprise globale de sur provision dépréciation titres. En recettes, les de ventes d ouvrages (en forte progression par rapport à 2009) représentent un total de de ventes brutes desquelles il faut déduire de remises aux libraires et adhérents et ajouter de facturations de frais d expédition. Ces ventes représentent l émission par nos amis Streito et Foucart de 239 factures et l envoi de 805 ouvrages, soit un travail administratif assez lourd qui s ajoute au temps passé pour la préparation et la supervision des éditions, ainsi qu à la participation à diverses expositions-ventes. On note l intérêt des pays européens pour les publications de Faune de France puisqu aux 148 facturations en métropole s ajoutent 91 à l étranger : Facturations à l étranger Allemagne 20 Espagne 14 Moldavie 1 Autriche 1 Grande Bretagne 14 Pays-Bas 7 Belgique 15 Grèce 2 Suisse 3 Danemark 2 Italie 7 Rep. Tchèque 3 USA 2 Les produits financiers restent à un bon niveau, les titres étant mieux diversifiés et plus nombreux qu à la FFSSN. Toutefois, dans le cadre de son mandat de gestion, Oddo a cru devoir vendre les titres Alcatel et Thales, constatant une forte moins-value, ce qui a fait disparaître les produits financiers sur le compte géré par Oddo, tout en réduisant d autant la provision pour dépréciation de titres. Compte tenu de la baisse des taux sur livret CNE, une somme de a été virée en mai sur un nouveau compte chez Oddo (sans mandat de gestion) qui a permis d enregistrer sur 9 mois un rendement moyen de 6 %, déduction faite de la moins-value latente. Enfin, il convient de remercier l association Alcide d Orbigny qui a bien voulu accorder une nouvelle subvention de pour le financement des activités de Faune de France. -o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS DE SCIENCES NATURELLES 57, rue Cuvier PARIS RAPPORT DU CONTRÔLEUR AUX COMPTES SUR L'EXERCICE 2010 Mesdames, Messieurs, En exécution de la mission qui m'a été confiée par l'assemblée Générale de la Fédération, j'ai procédé à l'examen des comptes de l'exercice Il m'est particulièrement agréable de remercier le trésorier, monsieur Jean-Claude Monnet, pour son accueil et l'efficacité avec laquelle il a mis à ma disposition les documents nécessaires à l'exécution de mes contrôles. Mes contrôles ont porté sur les Comptes Annuels de la FFSSN ainsi que sur ceux de la Faune de France. Ceux-ci ont été effectués par voie de sondage sur pièces et de contrôle de cohérence par rapport aux comptes des exercices précédents. La clarté et la sincérité des comptes n'appellent aucune remarque de ma part. Paris le 4 mars 2011 Hervé BOUYON 20

REVUE SCIENCES NATURELLES

REVUE SCIENCES NATURELLES ISSN 0014.9365 REVUE de la Fédération Française des Sociétés de SCIENCES NATURELLES 5ème Série, Tome 38, N 82, 2011 1 REVUE de la Fédération Française des Sociétés de SCIENCES NATURELLES COTISATIONS ET

Plus en détail

Règlement intérieur. Sommaire

Règlement intérieur. Sommaire Règlement intérieur Sommaire Règlement intérieur... 1 TITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 2 1. Objet du règlement intérieur... 2 2. Procédure de modification du règlement intérieur de l association...

Plus en détail

Mairie d erquy Dossier de demande de subvention 2015

Mairie d erquy Dossier de demande de subvention 2015 Mairie d erquy Dossier de demande de subvention 2015 Date limite de dépôt : jeudi 15 janvier 2015, aucune demande ne sera prise en compte après cette date. ATTENTION : ne seront prises en compte que les

Plus en détail

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris

Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Réalisation - Edition AXE PARTNER SANTE 134 Avenue de Villiers 75 017 Paris Paris le 15 avril 2008 AGIR MAGAZINE fêtera son deuxième anniversaire en juillet 2008. Il est né de la volonté d améliorer la

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides ÉTAIENT PRÉSENTS : PROCÈS-VERBAL Procès-verbal de la deuxième séance du conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides, mercredi 2 février 2011, au chalet Notre-Dame-des-Laurentides, 55, rue Moïse-Verret.

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS

Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS Enquête de lectorat Bulletin INFO SANTÉ ENVIRONNEMENT INTÉRIEUR, 2007 RESULTATS INTRODUCTION, OBJECTIFS L enquête de lectorat du bulletin Info Santé Environnement Intérieur a été demandée en 2005 par la

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Evolution de la jurisprudence dans le domaine du «In-House». Maitre Jean-Marc Wolter du Cabinet Exelia Cf fichier powerpoint en annexe

Evolution de la jurisprudence dans le domaine du «In-House». Maitre Jean-Marc Wolter du Cabinet Exelia Cf fichier powerpoint en annexe Procès-verbal de la réunion d installation du Groupe de Travail et d Information Marchés publics des 19 communes de Bruxelles-Capitale (GTI MP BXL) - 22 mars 2010 Introduction Les représentantes du service

Plus en détail

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er :

Association de loi 1901 «groove line» STATUTS. I-L association : Article 1 er : Association de loi 1901 «groove line» STATUTS I-L association : Article 1 er : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts, une association, régie par la loi du 01/07/1901 et le décret du 16/08/1901

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009

Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009 Statuts de l Association «Humanium» au 24 février 2009 Sommaire : Art. 1 : Personnalité Art. 2 : Siège et durée Art. 3 : Buts Art. 4 : Etendue géographique et fonctionnement Art. 5 : Les Membres Art. 6

Plus en détail

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés Formation 5 jours Méditerranée : 74 rue Paradis 13006 Marseille CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de plus de 300 salariés La formation Pour agir sur le travail et la santé en vue d une amélioration

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

Commune de Bussigny-près-Lausanne

Commune de Bussigny-près-Lausanne Municipalité T. 021 706 11 20 F. 021 706 11 39 greffe@bussigny.ch N/réf : CW/fc AU CONSEIL COMMUNAL 1030 BUSSIGNY-PRES-LAUSANNE Bussigny-près-Lausanne, le 18 août 2010 Préavis municipal N 10 /2010 relatif

Plus en détail

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05

STATUTS. L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 12, place du Panthéon 75 231 Paris Cedex 05 STATUTS Article 1 DENOMINATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour dénomination : l Association

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 4 JUIN 2015 PROCES VERBAL

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 4 JUIN 2015 PROCES VERBAL ANADAV Association Nationale Agricole pour le Développement de l Assurance Vie Association à but non lucratif régie par la loi du 1er juillet 1901 Siège : 4 Square de l Opéra Louis Jouvet 75009 PARIS L

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 7 JUIN 2006

ASSEMBLEE GENERALE DU 7 JUIN 2006 association pour la défense et la promotion de l oeuvre de Victor Vasarely déclarée à la sous-préfecture d Aix-en-Provence le 27 janvier 2004 crédit du nord : IBAN FR76 3007 6022 3228 4172 0020 090 publication

Plus en détail

Dossier de demande de subvention Année 2016

Dossier de demande de subvention Année 2016 Cadre réservé à l administration N du dossier : Date d arrivée : Service instructeur : Dossier à retourner : avant le 3 novembre 2015 Au service Financier Nom de l association : -----------------------------------------------

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION VILLE DE CAVEIRAC COMMISSION MUNICIPALE DES ASSOCIATIONS ET DES SPORTS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Dossier à retourner rempli et signé à l adresse suivante : Mairie de CAVEIRAC Service des associations

Plus en détail

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Le Conseil municipal, régulièrement convoqué, s est réuni en Mairie en séance publique, mercredi 16 mai 2012 à 21h sous la présidence

Plus en détail

4- LISTE DES MEMBRES DU BUREAU ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION 5- LETTRE DE CONVOCATION A UNE ASSEMBLEE GENERALE

4- LISTE DES MEMBRES DU BUREAU ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION 5- LETTRE DE CONVOCATION A UNE ASSEMBLEE GENERALE 1- BULLETIN D ADHESION 2- APPEL A COTISATION 3- DECLARATION DE CONSTITUTION D UNE ASSOCIATION 4- LISTE DES MEMBRES DU BUREAU ET DU CONSEIL D ADMINISTRATION 5- LETTRE DE CONVOCATION A UNE ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

UFC Que Choisir Vallée de Montmorency PV de l AG 2010 (17 mars 2011)

UFC Que Choisir Vallée de Montmorency PV de l AG 2010 (17 mars 2011) UFC Que Choisir Vallée de Montmorency PV de l AG 2010 (17 mars 2011) Début de l AG Monsieur Cima, ouvre la séance à 20h10 Mme Dargnat fait le décompte des présents et représentés : 17 présents et 74 pouvoirs

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 À retourner pour le dimanche 10 janvier 2016 IMPERATIVEMENT (Aucune demande ne sera traitée après cette date)

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 À retourner pour le dimanche 10 janvier 2016 IMPERATIVEMENT (Aucune demande ne sera traitée après cette date) MAIRIE DE SAUTRON Service Vie Associative, Culture et Evénements Tél. 02 51 77 86 98 ou vieassociative@sautron.fr DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 À retourner pour le dimanche 10 janvier 2016 IMPERATIVEMENT

Plus en détail

Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts

Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts HOUDEVILLE Gwendoline 3èmeA Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 INTRODUCTION...3 PRÉSENTATION ET ORGANISATION DE L'ENTREPRISE...4 1. Localisation

Plus en détail

REMARQUES IMPORTANTES

REMARQUES IMPORTANTES ANNEE 2016 -------- DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT ORDINAIRE Dénomination de l Association : Écrire le titre en entier et en lettres capitales Référence à rappeler : Les demandes de

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Société Suisse de Pédagogie Musicale Section genevoise. Statuts

Société Suisse de Pédagogie Musicale Section genevoise. Statuts Société Suisse de Pédagogie Musicale Section genevoise Statuts 1. Siège et buts de la Société Art. 1 La section genevoise (S.G.) de la Société suisse de pédagogie musicale (S.S.P.M), créée le 29 novembre

Plus en détail

Votre association a-t-elle déjà adressé une demande de subvention à la Mairie de Figeac?

Votre association a-t-elle déjà adressé une demande de subvention à la Mairie de Figeac? Nom de l association : Adresse : Votre association a-t-elle déjà adressé une demande de subvention à la Mairie de Figeac? Oui Non Votre association a-t-elle déjà reçu une subvention de la Mairie de Figeac?

Plus en détail

NUMÉRO DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE

NUMÉRO DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE NUMÉRO 86 AOÛT 2012 DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE M le Hommage anonyme des Maîtres de Chiens Guides Même si le chien guide est une aide précieuse et efficace pour nos déplacements,

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

Guide des correspondances

Guide des correspondances Aidons les enfants à rendre le monde meilleur! Guide des correspondances Contact : Service Parrainage Tel. 09 52 50 33 25 Email : parrainage@coeuretconscience.org www.coeuretconscience.org 1 Correspondre

Plus en détail

Nom de l association... ... APE... Attention : Retrait des dossiers à compter du 02/11/2015 Et dépôt avant le 01/12/2015 délai de rigueur

Nom de l association... ... APE... Attention : Retrait des dossiers à compter du 02/11/2015 Et dépôt avant le 01/12/2015 délai de rigueur t Nom de l association.... Sigle Numéro SIRET Si existant (14 chiffres)....... APE... Si existant MAIRIE DE CARCASSONNE Dossier Demande de subvention 2016 Dossier à renvoyer à : Service des FINANCES Division

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014 Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova Moscou 26 ami 2014 Discours de M. Jean-Maurice Ripert Ambassadeur de France en Russie Chère Elena

Plus en détail

- ASSOCIATIONS - L ANNEE 2016

- ASSOCIATIONS - L ANNEE 2016 Septembre 2015 Ville d EMBRUN - ASSOCIATIONS - DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR L ANNEE 2016 A REMETTRE EN MAIRIE AVANT LE 15 NOVEMBRE 2015 Composition du dossier : 1. Préambule page 2 2. Présentation

Plus en détail

Rapport de fin de séjour à Bruxelles

Rapport de fin de séjour à Bruxelles Rapport de fin de séjour à Bruxelles Introduction Durant l année de mon master 2 Histoire-Histoire de l art à l Université Pierre Mendes France de Grenoble je devais réaliser un stage de 2 mois minimum.

Plus en détail

«La brouette et le panier»

«La brouette et le panier» «La brouette et le panier» Association intercommunale pour la mise en place et le maintien de systèmes alimentaires locaux, autonomes et de qualité respectant l Environnement et les Hommes STATUTS I PRESENTATION

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année :.

DEMANDE DE SUBVENTION Année :. Cadre réservé au service référent DEMANDE DE SUBVENTION Année :. 1 - Service interlocuteur (Le nom du service référent est communiqué à l association lors de son immatriculation) o Action Associative et

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION «LES MINI-POUSSES DE BERNIS»

REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION «LES MINI-POUSSES DE BERNIS» REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION «LES MINI-POUSSES DE BERNIS» Il s'adresse à tous les adhérents de l'association. Il est rédigé et modifié par le conseil d'administration. Préambule Il a été constitué

Plus en détail

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009

Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine. Mercredi 01 avril 2009 Allocution de M. Eric BESSON Ministre de l Immigration, de l Intégration, de l Identité nationale et du développement solidaire Signature des conventions «Egalité des chances» Université de Paris-Dauphine

Plus en détail

FONDATION UNIVERSITAIRE

FONDATION UNIVERSITAIRE FONDATION UNIVERSITAIRE Fondation Paris-Sud Université Le meilleur pour tous Statuts Préambule Vu le code de l éducation, et notamment son article L.719-12: «les établissements publics à caractère scientifique,

Plus en détail

Dossier à retourner avant le 23 septembre 2014

Dossier à retourner avant le 23 septembre 2014 DEMANDE DE SUBVENTION 2015 Dossier à retourner avant le 23 septembre 2014 NOM DE L ASSOCIATION : Cadre réservé aux services municipaux Date d'arrivée: 2014 Dossier complet Oui Non Nombre d'adhérents :

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Année 2016 Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Pour les subventions de fonctionnement : date limite de dépôt : 31 Octobre 2015 Pour les subventions exceptionnelles :

Plus en détail

VILLE DE LOOS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ASSOCIATIONS DIVERSES ANNEE 2015. Association:

VILLE DE LOOS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ASSOCIATIONS DIVERSES ANNEE 2015. Association: VILLE DE LOOS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ASSOCIATIONS DIVERSES ANNEE 2015 Association: Montant de la subvention demandée :.. Les dossiers de demande de subventions sont à compléter et à retourner

Plus en détail

Rapport d évaluation Approlys pour l année 2014

Rapport d évaluation Approlys pour l année 2014 ANNEXE 1 AU RAPPORT 14-006 Rapport d évaluation Approlys pour l année 2014 Présentation du projet Historique Les départements du Loiret, du Loir-et-Cher et de l Eure-et-Loir ont proposé en juin 2013 la

Plus en détail

VILLE DE SAINT SATURNIN LES AVIGNON

VILLE DE SAINT SATURNIN LES AVIGNON VILLE DE SAINT SATURNIN LES AVIGNON DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION OU DE PRÊT DE SALLE - ANNÉE 2015 Date limite de dépôt du dossier : Date de réception du dossier : 31 janvier 2015 ASSOCIATION (nom officiel)

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Année:. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Nom de l association:.. Cadre réservé à l administration Date d arrivée du dossier à la Communauté de Communes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ]

REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ] REGLEMENT INTERIEUR UNION SPORTIVE FISMOISE MIS A JOUR LE [ ] Préambule : Les statuts de l U.S. Fismoise adoptés par l Assemblée Générale du [ ] permettent de réaliser un règlement intérieur destiné à

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

Règlement du conseil syndical de la résidence des «CEVENNES» Montpellier (France)

Règlement du conseil syndical de la résidence des «CEVENNES» Montpellier (France) Règlement du conseil syndical de la résidence des «CEVENNES» Montpellier (France) Proposition à faire adopter par l assemblée générale à la majorité relative de L.art.24 (art.22 décret du 17.03.67.) La

Plus en détail

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE 89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE Séance du 27 juin 2013 Personnel - Délégation de service public pour l'exploitation du restaurant administratif de la Chauvinière - Désignation de l'exploitant Direction Ressources

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

Assemblée Générale du 26 Avril 2015, à Ste - Menehould ==================================

Assemblée Générale du 26 Avril 2015, à Ste - Menehould ================================== Assemblée Générale du 26 Avril 2015, à Ste - Menehould ========== Voir Ordre du jour : 1) - Le Rapport Moral. 2) - Le Rapport Financier. 3) - Le Renouvellement du Bureau. 4) - Questions Diverses. ====================

Plus en détail

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES STATUTS DE L ASSOCIATION EBENE Titre I Formation et but de l association Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème Collège Jean MONNET 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr Le STAGE en 3ème Livret à destination des élèves Quel stage puis je faire? J hésite : vente,

Plus en détail

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Le 1 janvier 2013, il est fondé entre les adhérents par les présents statuts une association, régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f

CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f Annexe 3 CHARTE VOYAGES SCOLAIRES e f La présente charte donne les principes généraux relatifs à l organisation des voyages et sorties scolaires. I PROGRAMMATION DES VOYAGES & SORTIES Cette programmation

Plus en détail

Arts Plastiques et visuels

Arts Plastiques et visuels Royaume du Maroc Ministère de la Culture Appel à projets culturels Arts Plastiques et visuels 2015 Arts plastiques et visuels 1 2 Arts plastiques et visuels Appel à projets culturels Arts Plastiques et

Plus en détail

MODELE D'ATTESTATION D'HEBERGEMENT

MODELE D'ATTESTATION D'HEBERGEMENT MODELE D'ATTESTATION D'HEBERGEMENT Je soussigné(e) (nom et prénom du responsable légal du local), demeurant à (adresse postale précise), en ma qualité de (choisir entre : propriétaire / locataire / responsable)

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION DE PROJET A LA VILLE DE SAINT JEAN DE VEDAS

DEMANDE DE SUBVENTION DE PROJET A LA VILLE DE SAINT JEAN DE VEDAS DEMANDE DE SUBVENTION DE PROJET A LA VILLE DE SAINT JEAN DE VEDAS NOM DE L ASSOCIATION : INTITULE DU PROJET POUR LESQUEL LE DOSSIER EST DEPOSE : DATE D ENREGISTREMENT A LA MAISON DES ASSOCIATIONS (partie

Plus en détail

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Les femmes du troisième millénaire STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Titre I : Dénomination - Siège - Objet Article 1. Dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

KIT FORMATION FACTURATION RAPIDE

KIT FORMATION FACTURATION RAPIDE M O D E D E M P L O I KIT FORMATION FACTURATION RAPIDE Communaute des experts en gestion Par RCA sommaire ASPECTS CONTRACTUELS : EXPLOITATION DU... page 1 INTRODUCTION : L EDITION DE FACTURES N EST PAS

Plus en détail

SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A.

SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A. Union Nationale des Accueils des Villes Françaises Site Internet : http://www.avf.asso.fr SERVICE AU NOUVEL ARRIVANT S.N.A. SOMMAIRE Page Définitions propres aux AVF 2 et 3 Le SNA. 4 et 5 Organigramme.

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention ASSOCIATION Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention Veuillez cochez la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement d une demande

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE

LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE LABELLISATION DES PROJETS DE PORTEE REGIONALE OU NATIONALE NOM DE LA STRUCTURE : Fondation d entreprise Bouygues Telecom ADRESSE : 82, rue H. Farman 92130 Issy-les-Moulineaux TITRE DE L EVENEMENT : Les

Plus en détail

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 CAISSE LE SALUT Janvier 2013 RAPPORT DE STAGE Faire des pauvres de vrais partenaires de développement Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 Sommaire REMERCIEMENT... 1 INTRODUCTION... 2 DEVELOPPEMENT...

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Version non validée par la CLE

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Version non validée par la CLE Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2010 Version non validée par la CLE 1 Structure porteuse du SAGE Partenaire financier 2 SOMMAIRE L avancement de l élaboration du SAGE

Plus en détail

ÉCOLE DES BEAUX ARTS DEMANDE D ADMISSIBILITÉ POUR L ANNÉE 2015/2016

ÉCOLE DES BEAUX ARTS DEMANDE D ADMISSIBILITÉ POUR L ANNÉE 2015/2016 ÉCOLE DES BEAUX ARTS DEMANDE D ADMISSIBILITÉ POUR L ANNÉE 2015/2016 Session 1 Concours du 13 au 14 avril 2015 Session 2 Concours du 16 au 17 avril 2015 Session 3 Concours du 29 au 30 juin 2015 Session

Plus en détail

Rapport de stage d initiation

Rapport de stage d initiation Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de SILIANA Département Technologies de l

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

1 Le Trésorier du Club. 2 Exemple de comptabilité d un club

1 Le Trésorier du Club. 2 Exemple de comptabilité d un club ASSEMBLEE DE DISTRICT du 14 Avril 2012 L ATELIER des TRESORIERS 1 Le Trésorier du Club Les points essentiels - Réponses aux questions 2 Exemple de comptabilité d un club Un outil à votre disposition sur

Plus en détail

Master International en Sciences Vintage Etudiant Européen

Master International en Sciences Vintage Etudiant Européen Master International en Sciences Vintage Etudiant Européen photo DOSSIER D ADMISSION 2009 INFORMATIONS PERSONNELLES (en MAJUSCULES) Nom Nom de jeune fille Prénom Date de naissance / / Lieu de naissance

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

Dossier de candidature Session nationale : cycle 2014-2015 Religions et enjeux contemporains

Dossier de candidature Session nationale : cycle 2014-2015 Religions et enjeux contemporains Dossier de candidature Session nationale : cycle 2014-2015 Religions et enjeux contemporains Clôture des dépôts de dossiers de candidature : 15 septembre 2014 Processus d admissibilité et d inscription

Plus en détail

FORMATION DU COMMERCE DE DETAIL SUISSE (FCS) BILDUNG DETAILHANDEL SCHWEIZ (BDS) FORMAZIONE NEL COMMERCIO AL DETTAGLIO IN SVIZZERA (FCS)

FORMATION DU COMMERCE DE DETAIL SUISSE (FCS) BILDUNG DETAILHANDEL SCHWEIZ (BDS) FORMAZIONE NEL COMMERCIO AL DETTAGLIO IN SVIZZERA (FCS) FORMATION DU COMMERCE DE DETAIL SUISSE (FCS) BILDUNG DETAILHANDEL SCHWEIZ (BDS) FORMAZIONE NEL COMMERCIO AL DETTAGLIO IN SVIZZERA (FCS) ORGANISATION FAÎTIERE DES EMPLOYEURS ET DES ORGANISATIONS PATRONALES

Plus en détail

Règlement financier de la FFTA

Règlement financier de la FFTA Règlement financier de la FFTA Préambule : Le règlement financier de la Fédération Française de Tir à l Arc (FFTA) s inscrit dans l ensemble des dispositions législatives et réglementaires s appliquant

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE PROFESSIONNELLE

RAPPORT D ACTIVITE PROFESSIONNELLE CENTRE :... RAPPORT D ACTIVITE PROFESSIONNELLE LICENCE Sciences Technologies Santé (STS) Mention Sciences pour l ingénieur en Chimie Alimentation Santé (CAS) Parcours (à cocher) 1 : Chimie 2 : Agro-industries

Plus en détail

STATUTS. Association Evasion et Loisirs pour Tous Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 14.12.2007

STATUTS. Association Evasion et Loisirs pour Tous Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 14.12.2007 STATUTS Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 14.12.2007 Modifiés par l assemblée générale ordinaire du 29.09.2012 Article 1 Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON DELEGATION DE M. Jean Charles BRON 338 D -20080325 Soutien au développement du commerce, de l artisanat et des services de la Ville de Bordeaux. Action de promotion et de prospection d enseignes présentée

Plus en détail

Relevant du livre II SIREN 776 950 677

Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement intérieur MUTAMI page 1/5 suite à l Assemblée

Plus en détail

Assemblée Générale Extraordinaire (mise en conformité des Statuts) Assemblée Générale Ordinaire. Visite commentée du Musée - Galeries & Expositions

Assemblée Générale Extraordinaire (mise en conformité des Statuts) Assemblée Générale Ordinaire. Visite commentée du Musée - Galeries & Expositions Rennes, le 14 Octobre 2013 Chère Consœur, Cher Confrère, La DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques) a récemment réalisé l audit triennal de l ARAPL Grand Ouest, du 18 mars au 22 mars 2013. Dans

Plus en détail

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair

Association. Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair Association Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention 2016 Ville d Hérouville Saint Clair NOM DE L ASSOCIATION : Veuillez cocher la case correspondant

Plus en détail

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Pourquoi un stage? Sensibiliser les élèves au monde du travail : Aimer le monde du travail. Souvent, nos enfants n ont qu une idée très partielle de ce

Plus en détail

CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL

CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL Notre métier, c est votre garantie Le conseil syndical

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail