UNIVERSITÉ MONTPELLIER III PAUL VALERY. Arts et Lettres, Langues et Sciences Humaines et Sociales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITÉ MONTPELLIER III PAUL VALERY. Arts et Lettres, Langues et Sciences Humaines et Sociales"

Transcription

1 UNIVERSITÉ MONTPELLIER III PAUL VALERY Arts et Lettres, Langues et Sciences Humaines et Sociales UFR IV Sciences Economiques, Mathématiques et Sociales Département d Administration Economique et Sociale. L impact des réseaux professionnels des femmes sur l entrepreneuriat féminin: De la reconnaissance à la lutte contre l isolement dans des clubs des créatrices de Montpellier et ses alentours Présenté pour l obtention du Master Professionnel Intermédiation et Développement Social 1 ère année Par ORTIZ-DIAZ Sara Sous la direction de Madame Sophia Belghiti-Mahut Juin 2013

2 REMERCIEMENTS Dans un premier temps, je voudrais remercier Madame Martine Viguier, pour m avoir accompagnée dans la réalisation de ce mémoire, pour m avoir guidée pendant mon stage et surtout pour m avoir fait confiance. Son soutien et ses enseignements ont été fondamentaux pour ma formation professionnelle, et m ont permis de me reconnaître personnellement en tant que féministe et en tant qu actrice sociale. Je tiens également à remercier toutes les femmes créatrices et entrepreneuses pour avoir partagé avec moi leurs expériences, leurs réussites et leurs difficultés. Elles ont pris du temps pour me parler de leurs parcours et m ont ouvert les portes des clubs de créatrices pendant près de 9 mois. Je remercie également Madame Sofia Belghiti-Mahut, qui m a guidée dans la construction de ce mémoire et m a aidée dans l avancement de mon étude! Merci aussi aux camarades de ma promotion à l université Paul Valéry qui ont fait de cette année une expérience très enrichissante. Leurs encouragements et leur présence m ont été d une aide précieuse au niveau académique et personnel. Je remercie Serge Caze pour son soutien moral et la confiance qu il m a accordée. Enfin, un grand merci à ma famille qui, malgré la distance, est toujours à mes côtés pour me soutenir, pour m écouter et me donner des conseils quand je croyais que je n avais plus la force de continuer. Merci à toutes et tous. 2

3 Table des matières REMERCIEMENTS... 2 INTRODUCTION... 6 METHODOLOGIE DE RECHERCHE... 9 PARTIE I. APPROCHE THÉORIQUE SUR L ENTREPRENEURIAT FEMININ ET LES DISPOSITIFS DE RÉSEAUTAGE FEMININ AUTOUR DE CETTE DEMARCHE CHAPITRE 1. L ENTREPRENEURIAT FÉMININ COMME MECANISME DE PARTICIPATION SOCIO- ÉCONOMIQUE ET SES SPÉCIFICITÉS Les spécificités des projets de création chez les femmes créatrices et entrepreneuses : une dynamique propre ou une reproduction des stéréotypes? La caractérisation de la démarche entrepreneuriale Les motivations des entrepreneuses pour créer leur entreprise Les difficultés rencontrées par les créatrices et entrepreneuses La promotion de l entrepreneuriat féminin et les dispositifs à son égard Le contexte de l entrepreneuriat féminin à Montpellier et ses alentours CHAPITRE 2. LES RÉSEAUX PROFESSIONNELS FEMININS ET LEUR CAPACITÉ A MOBILISER LE CAPITAL SOCIAL DES CRÉATRICES ET DES ENTREPRENEUSES L analyse de réseaux sous la loupe du capital social La notion de capital social et le rôle inhérent des réseaux dans sa mobilisation Les réseaux comme leviers de création et de développement des entreprises Les réseaux professionnels féminins favorisant la création et développement d entreprises par les femmes Le développement des réseaux des femmes créatrices et entrepreneuses Les particularités des réseaux professionnels des femmes créatrices et entrepreneuses

4 II. APPROCHE PRATIQUE DE L ENTREPRENEURIAT FÉMININ AU SEIN DES CLUBS DES CRÉATRICES DE MONTPELLIER ET SES ALENTOURS CHAPITRE 3. LA DEMARCHE ENTREPRENEURIALE DES FEMMES ADHERENTES AUX CLUBS DES CREATRICES DE MONTPELLIER ET SES ALENTOURS Le public accueilli : Une photographie de l hétérogénéité dans le parcours de la création Les spécificités de la démarche entrepreneuriale des femmes participant aux clubs des créatrices de Montpellier et ses alentours Les caractéristiques d entreprises portées par les femmes Les particularités et les obstacles dans le processus de création et de développement d entreprises par des femmes participant aux clubs des créatrices CHAPITRE 4. LA DYNAMIQUE DES CLUBS DES CREATRICES VIS-A-VIS DE L ENTREPRENEURIAT FEMININ A MONTPELLIER ET SES ALENTOURS Les raisons poussant les femmes à intégrer et participer à un club des créatrices L utilité des clubs des créatrices : des résultats spécifiques favorables à la création et au développement de l entrepreneuriat féminin Les particularités des clubs des créatrices face aux réseaux mixtes ou masculins : un moyen d être plus fortes pour aller vers la mixité Focus sur le capital social décerné par les clubs des créatrices de Montpellier et ses alentours Les limites et les risques d instrumentalisation des réseaux professionnels: éléments contraignants pour le développement du capital social à l intérieur de clubs des créatrices CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE Annexe 1 : Dispositifs d aide à la création d entreprises par les femmes Annexe 2 : Réseaux Professionnels Féminins favorisant l entrepreneuriat féminin à Montpellier et ses alentours

5 Annexe 3 : Guide d entretien Table des tableaux et graphiques Graphique 1: Part des femmes dans la création d entreprises individuelles en Tableau 1: Répartition des créateurs selon la taille en Tableau 2 : Répartition des créateurs selon les moyens au démarrage Tableau 3 : Principales raisons ayant poussé à créer une entreprise en 2010 en % Tableau 4 : Distribution des créatrices et entrepreneuses selon secteur d activité

6 «Tu veux avancer dans ton projet ou ton activité...alors sors de ton cocon, car à la rencontre des autres, on y voit plus clair, on partage ses difficultés et réussites, on renforce sa dynamique et on avance mieux... solution déjà testée et approuvée par celles qui réussissent!!! Je t invite à partager ce moment d échanges et d expériences riches de vécus et de savoir-faire validés par le terrain, pour savoir mieux : préparer, tenir et valoriser un rdv professionnel : en atelier, ensemble.» Martine Viguier INTRODUCTION Ce mémoire veut rendre compte d un stage avec un double objectif : d un côté, l accompagnement des femmes, de manière collective et dynamique, pendant la période pré et post création de leur activité ou entreprise ; et de l autre côté, la promotion des clubs des créatrices à Montpellier et ses alentours. Ces dispositifs agissent comme leviers de l entrepreneuriat féminin, en même temps qu ils permettent la promotion et le soutien des entreprises créées par les femmes dans le département, les activités de formation et de réseautage d entrepreneuses, ainsi que la diffusion d informations. Ce sont des lieux pour échanger les pratiques et savoir faire, rencontrer des consultants, bénéficier de l expérience des autres et partager les projets de création. Pendant cette période nous avons participé et observé plusieurs réseaux féminins formels accessibles aux travailleuses indépendantes, aux créatrices, aux associées et dirigeantes des entreprises, aux entrepreneuses-salariées en portage ou en couveuse, et aux repreneuses d activités et d entreprises implantés à Montpellier et ses alentours, dont l objectif essentiel est 6

7 d aider les femmes à créer leurs entreprises et de les accompagner dans leurs développements. La participation à ces réseaux féminins a généré toute une série de questionnements non seulement sur les rôles des femmes dans la société, mais aussi sur la méconnaissance du processus entrepreneurial féminin et les dynamiques socioéconomiques autour de cette démarche si entravée par des stéréotypes liés au genre. Hormis certaines études récentes, l entrepreneuriat féminin reste un domaine insuffisamment valorisé, voire marginalisé dans les recherches. Cela a amené à prendre en compte l entrepreneuriat féminin comme objet de recherche, impulsé aussi sur deux autres motivations : D un côté, l importance de consolider un lien entre le développement économique et le développement social. En effet, la création d entreprises par les femmes constitue un double enjeu : celui de la situation des femmes dans la société et le rôle de l entrepreneuriat dans cette même société (OCDE, 2004). En effet, l entrepreneuriat féminin contribue au développement économique via la création d emploi, la croissance économique et la valorisation de toutes les compétences d un territoire ; il contribue au développement social en tant que mécanisme de participation, voire d insertion sociale, il est également un moyen qui permet évoluer vers l égalité entre les femmes et les hommes. De l autre côté, une démarche personnelle pour revendiquer la position active des femmes dans la société. Aujourd hui, il existe encore des différences entre les hommes et les femmes sur le plan familial et de travail qu il faut essayer de réduire. De même, la contribution des femmes sur le développement économique et social est sous-évaluée. Cela implique de dépasser les stéréotypes et représentations sexuées concernant les rôles des femmes dans la société, ainsi que leur propre positionnement en tant que femmes créatrices et entrepreneuses. Il faut tenir compte du fait que cette société est le résultat d un processus de construction, avec une dynamique et des caractéristiques propres qui vont ainsi affecter l entrepreneuriat, son 7

8 évolution et sa pérennisation. C est pourquoi rendre l entrepreneuriat féminin visible et lisible est, d après Martine Viguier, un moyen de valoriser tout le capital humain d un territoire mais aussi ré-humaniser le monde économique et lui donner un meilleur équilibre. Dans cette logique, les réseaux professionnels féminins constituent un cadre d observation pertinent, voire idéal. Ils seraient le point de convergence des forces individuelles que chaque femme créatrice et entrepreneuse mobilisent pour atteindre ses objectifs professionnels et personnels, en consolidant, au fur et à mesure des rencontres, une force sociale immatérielle qui va au-delà des intérêts particuliers. Tel que B. Duchéneaut le signale : «les réseaux constituent une force de lobbying, reliée par le sentiment d appartenance à une même communauté, partageant les mêmes désirs et difficultés»(duchéneut et Orham, 2000, p.340). Étant décidé le cœur de notre étude, la problématique consiste à comprendre quel impact ont les réseaux professionnels des femmes sur l entrepreneuriat féminin. Cela implique d analyser les enjeux de cette «force sociale immatérielle» et de répondre aux questionnements : Est-ce que les réseaux des femmes créatrices et entrepreneuses influencent positivement le développement de l entrepreneuriat féminin? Et si c est le cas, de quelle manière? Qu est-ce qu ils apportent? Dans cette perspective, il faut observer les particularités dans les réseaux féminins : leur constitution, la nature et la forme des échanges, les contenus qu ils mobilisent, la façon dont les relations et les contacts ont lieu, enfin, tout élément révélateur d une dynamique spécifique. Dans un premier temps, nous allons aborder l entrepreneuriat féminin et les réseaux des femmes entrepreneuses, d un point de vue théorique. Les définitions sont appuyées sur différentes lectures et analyses des travaux académiques publiés ces dernières années et répondent à un intérêt croissant des organismes internationaux et de l opinion publique sur ces 8

9 sujets. Ensuite, elles sont enrichies par des statistiques nationales et régionales, les observations des experts et leurs conclusions. La deuxième partie présente les aspects pratiques mobilisés pendant la période de stage pour réaliser cette étude et l analyse des résultats dans les clubs des créatrices de Montpellier et ses alentours. METHODOLOGIE DE RECHERCHE Pour mener à bien cette recherche qualitative exploratoire, nous avons choisi de mobiliser plusieurs outils, appuyés sur des sources primaires et secondaires, qui enrichissent l analyse de contenus et le processus d observation de différents clubs de créatrices à Montpellier et ses alentours. Une première étape d observation nous a permis de comprendre la dynamique des clubs des créatrices. En tant que stagiaire, la participation aux clubs des créatrices nous a permis de nous rendre compte de ce qui se passe dans les réunions, de rencontrer des femmes créatrices et entrepreneuses et de nous y intégrer. Parlant de ce processus, les échanges d informations et le partage d expériences, avec et entre les créatrices et entrepreneuses, se sont établis sur une relation de confiance, de respect et de liberté d expression. Nous avons également participé aux conférences sur les réseaux féminins à Montpellier et ses alentours, aux colloques sur la condition des femmes dans la société, et à différentes manifestations socio-économiques. Cela nous a permis de recueillir des informations, de repérer le contexte et vérifier des données qualitatives et quantitatives. Dans un deuxième temps, huit entretiens semi-directifs auprès des femmes porteuses de projet, créatrices et entrepreneuses ont été conduites, ayant pour objectif d identifier l importance des réseaux dans le processus entrepreneurial des femmes, comprendre la 9

10 dynamique d un réseau féminin et comment elles s en servent pour développer leur projet professionnel, voire personnel. Toutefois, cela ne constitue pas un échantillon représentatif sinon une photographie d une réalité à un moment donné. En plus, ces entretiens vont fournir des outils d analyse pour évaluer si dans ce tissu relationnel quelque peu hétérogène, nous pouvons parler de l existence ou pas d une force sociale immatérielle. Puis, si c est le cas, observer sa nature, sa création et son évolution. Ceci dit, nous ne sommes pas dans une démarche quantitative ni comparative, bien que le terme impact nous renvoie à une notion de mesure. D un autre côté, ces entretiens seront accompagnés des témoignages, des interventions de créatrices au sein des clubs, des conclusions faites lors des conférences sur l entrepreneuriat féminin, et de colloques et séminaires liés à ce sujet. L analyse de contenus sera appuyée également sur des données secondaires telles que des rapports d activités, des articles de presse, des informations issues des sites internet, des statistiques officielles et produites par des organismes nationaux et internationaux. Ces techniques permettront de décrire et de comprendre les pratiques des femmes créatrices et entrepreneuses au sein d un réseau professionnel, la nature des échanges, la façon dont elles mobilisent ce capital relationnel, voire social, et situer l importance de la participation au sein des réseaux dans le processus entrepreneurial. 10

11 PARTIE I. APPROCHE THÉORIQUE SUR L ENTREPRENEURIAT FEMININ ET LES DISPOSITIFS DE RÉSEAUTAGE FEMININ AUTOUR DE CETTE DEMARCHE. CHAPITRE 1. L ENTREPRENEURIAT FÉMININ COMME MECANISME DE PARTICIPATION SOCIO-ÉCONOMIQUE ET SES SPÉCIFICITÉS «La création d entreprise est un projet professionnel qui se propose un triple objectif, l intégration socio-économique du créateur, l intégration de l entreprise dans son environnement économique et l harmonisation des dynamiques qui caractérisent l individu et son projet qui devient entreprise»(brasseur, 2010, p.283). Si on part du fait que les entrepreneurs sont des personnes qui détiennent la totalité ou une part significative de la propriété d'une entreprise, et exercent de ce fait un contrôle direct sur ses activités, l entrepreneuriat féminin est donc le processus de création, de gestion et de croissance des entreprises développées par les femmes, y compris la catégorie de travailleuses indépendantes, les créatrices, les associées et dirigeantes des entreprises, les entrepreneusessalariées en portage ou en couveuse, et les repreneuses d activités et d entreprises. Cela constitue non seulement un mode d insertion professionnelle et d affirmation de soi, mais aussi un moyen de transformation et d appropriation du territoire, ayant une incidence sur la croissance économique et la génération d emplois. En effet, l OCDE dispose de certaines études qui estiment l impact économique de l entrepreneuriat féminin notamment dans sa capacité à créer des emplois pour elles-mêmes et pour d autres (OCDE, 2004). Bien qu il y ait eu quelques progrès, la contribution des femmes et leur importance pour le développement économique et social restent inconnues, voire dévalorisées par l ensemble de la société. Nous constatons ainsi un manque de reconnaissance de l entrepreneuriat féminin et d une insuffisance de mesures capables de prendre en compte la force de cette ressource. En 11

12 effet, hors certaines études, les données statistiques sexuées et les études sur le sujet restent rares et parcellaires (Bel ; 2009). Nous sommes ainsi face à une structure sociale génératrice de nouvelles formes d inégalités envers les femmes. En France, d après les données de l INSEE, les femmes représentent en moyenne 47,8% de la population active en Par contre, seulement un créateur d entreprise sur trois est une femme. En effet, 38% des entreprises créées en 2012 l ont été par des femmes, pourtant elles ont tout autant l envie de créer que les hommes (Filatriau et Batto, 2012). Les femmes restent ainsi moins nombreuses parmi les non-salariées 1 et doivent faire face à plusieurs obstacles pour créer/reprendre leur entreprise. De plus, l écart de rémunération entre hommes et femmes travailleurs et travailleuses indépendantes est de 40%. Cet écart pourrait s expliquer pour certains facteurs tels que le secteur d activité, l ancienneté comme non-salariée, l âge, la taille de l entreprise, la pluriactivité et la durée du travail plus faible pour les femmes que pour les hommes (Favre, 2009). Martine Viguier, consultante en entrepreneuriat féminin, y ajoute l impact de l éducation chargée de stéréotypes, la structuration patriarcale, patrilinéaire et patrimoniale de la société et la disparité de répartition des tâches domestiques et familiales. D après elle, la plus haute barrière à franchir se trouve dans la tête des femmes et des hommes, ainsi que dans leur représentation du monde économique où les femmes sont (ou se sentent) dans l invisibilité, même si les médias commencent à en parler. Malgré ces barrières, ce qui est clair c est que les femmes sont de plus en plus nombreuses à vouloir entreprendre et la façon dont elles s impliquent pour leur création répond à un besoin de légitimité et de reconnaissance de leur métier. Selon le sondage mené par OpinionWay (2012) l appétence des femmes pour la création d entreprise est une réalité : près d une femme 1 Les travailleurs non salariés sont des créateurs d entreprise (Eurl), des gérants majoritaires d une Sarl, des travailleurs individuels indépendants (commerçant, artisan, professionnel libéral) 12

13 sur cinq (18%) se dit prête ou est en train- de créer ou reprendre sa propre entreprise, soit près de 5 millions d entrepreneuses potentielles au sein de la population française. Face à cette réalité, il est important d analyser les parcours des femmes dans la création et gestion de leur entreprise, en particulier, leurs déterminantes spécifiques, leurs motivations et leurs obstacles qui constituent leur expérience entrepreneuriale Les spécificités des projets de création chez les femmes créatrices et entrepreneuses : une dynamique propre ou une reproduction des stéréotypes? Les études liées à l entrepreneuriat féminin en France et dans le monde constatent certaines tendances dans le processus entrepreneurial féminin. Comprendre ces tendances permettra d expliquer, d une certaine façon, le potentiel économique de l entrepreneuriat féminin, et d envisager des stratégies de croissance et de consolidation à son égard. Cependant, il faut garder une position critique par rapport à ces résultats et éviter de tomber dans une définition sexuée des métiers, voire des préjugés sur les capacités des hommes et des femmes ; car cela soulève la question de la reproduction de stéréotypes et le risque de banalisation des métiers La caractérisation de la démarche entrepreneuriale En premier lieu, on retrouve la plupart des femmes non-salariées dans les activités de commerce de détail, les services aux personnes (coiffure, soins de beauté, pressing, etc.), l industrie textile, la santé (service paramédical, dentiste, infirmière, kinésithérapeute), les services aux entreprises (dont conseils, formations, assistance et services opérationnels), la restauration, les activités récréatives et culturelles. Par contre, elles sont moins nombreuses dans le secteur de transport dont le commerce et la réparation d automobile, le secteur de 13

14 l information, de la communication, des finances, de la construction et de l industrie (Hagege, Masson ; 2012). D après la DGCIS, la proportion des femmes en profession libérale 2 est de 42,8% en 2011 dont 65% dans le secteur juridique et médical. Graphique 1 Part des femmes dans la création d entreprises individuelles en 2012 Lecture : dans le secteur de l enseignement, de la santé humaine et de l action sociale, la part des femmes dans les créations d entreprises individuelles s élève à 60,5 % en 2012 après 56,8 % en Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles. Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements (Sirene). En 2012, la part des femmes qui ont crée leurs entreprises individuelles dans le secteur de l enseignement, la santé humaine et l action sociale est 60,5%, et à 57% dans les services aux ménages. Quant aux hommes créateurs, ils sont très présents dans l information et la communication (83%) et dans la construction (97%)(Hagege, Masson ; 2012). Malgré l évolution, on retrouve ces attributions stéréotypées : aux femmes la sollicitude, l éducatif, la santé, autrement dit les services et le «care», et aux hommes la technique, la 2 La définition des professions libérales à été introduite par l article 29 de la loi : «Les professions libérales groupent les personnes exerçant à titre habituel, de manière indépendante et sous leur responsabilité, une activité de nature généralement civile ayant pour objet d'assurer, dans l'intérêt du client ou du public, des prestations principalement intellectuelles, techniques ou de soins mises en œuvre au moyen de qualifications professionnelles appropriées et dans le respect de principes éthiques ou d'une déontologie professionnelle, sans préjudice des dispositions législatives applicables aux autres formes de travail indépendant» (DGCIS, 2012). 14

15 construction, l innovation, autrement dit l industrie (Fédération Nationale Des Caisses D Épargne ; 2012). D ailleurs, Dominique de la Garanderie, première femme élue bâtonnière en 1998, constate dans le domaine juridique cette division stéréotypée : «Aux femmes, le droit de la famille, celui des étrangers et, éventuellement, le droit social. Aux hommes, le droit pénal des affaires, qui mêle argent et pouvoir». D un autre côté, les femmes entrepreneuses créent d avantage des PME et des TPE, notamment pour créer leur propre emploi. Ceci s explique en partie par le tissu économique français qui compte une majorité d entreprises sans salariés. D après l INSEE, en 2011, la proportion des créations d entreprise sans salarié est élevée, que l on considère toutes les entreprises (94%) ou uniquement celles ne relevant pas du régime de l auto-entreprise (88%). Nombre de salariés Tableau 1 Répartition des créateurs selon la taille en 2011 Créations totales dont hors auto-entreprises 0 salarié (ou non déterminé) 94,3 87,9 1 à 2 salariés 4,2 8,8 3 à 9 salariés 1,1 2,4 10 salariés ou plus 0,4 0,9 Ensemble (en nombre) Champ : France, activités marchandes hors agriculture. Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene). Selon la direction du commerce, de l artisanat, des services et des professions libérales les femmes ont 4 fois moins de chances que les hommes de diriger une entreprise comptant de 1 à 3 salariés, et de 7 et 33 moins de chances de diriger une entreprise comptant de 4 à 9 salariés et de 10 salariés ou plus, plutôt qu une entreprise sans salarié (DCASPL; 2008). Le ministère du redressement productif estime aujourd hui à le nombre d entreprises de moins de 10 salariés dirigées par des femmes en France. 15

16 Depuis 2009, les créateurs d entreprise sur le régime auto-entrepreneur 3 forment une composante de la population non-salariée dont sont des femmes. Elles représentent la moitié des nouveaux auto-entrepreneurs dans l enseignement, la santé et l action sociale, dans les services aux ménages et dans l industrie (fabrication des vêtements, d articles de bijouterie fantaisie). En 2012, parmi l ensemble de demandes de créations, 56% des nouvelles immatriculations le font sous ce régime, de plus elles représentent 79% des seules créations d entreprise individuelle (Filatriau et Batto, 2013). Nous pouvons constater que les femmes ont moins le goût du risque ou le prennent moins : les femmes entrepreneuses ont tendance à emprunter moins que les hommes et démarrent plus souvent avec moins de capitaux qu eux. En 2010, 46,4% des femmes ont réuni moins de 8000 euros de capitaux initiaux dont 34,1% ont réuni moins de 4000 euros. De l autre côté, 21,1% ont réuni euros ou plus pour démarrer leur activité, étant presque aussi nombreuses que les hommes (22.9% des hommes ont réuni euros ou plus) (INSEE; 2010b). Tableau 2 Répartition des créateurs selon les moyens au démarrage Entreprises Moyens nécessaires créées en 2010 F H Moins de 4000 euros 34,1 27,9 De 4000 euros à moins de 8000 euros 12,3 14,2 De 8000 euros à moins de euros 15,4 17,5 De euros à moins de euros 17,1 17, euros ou plus 21,1 22,9 Ensemble 100,0 100,0 Champ : France, entreprises créées (hors reprises) au cours du 1er semestre 2010, actives en septembre 2010 et exerçant des activités marchandes non agricoles. Source : Insee, enquête Sine première interrogation (2010). 3 Le statut d auto-entrepreneur vise à faciliter la création de petites entreprises. Pour bénéficier de ce régime d'entrepreneur individuel, le chiffre d'affaires doit être inférieur à certains montants selon l'activité. Ce statut est cumulable avec un salaire, une pension retraite ou des allocations chômage. L'auto-entrepreneur doit contribuer à l'impôt à proportion de son chiffre d'affaires, selon un choix d'imposition qui lui est proposé. L'auto-entrepreneur peut monter une petite entreprise dans sa résidence principale et cette, même s'il n'est que simple locataire, sous réserve de ne pas nuire à son voisinage. Le créateur peut, par simple déclaration devant un notaire, rendre sa résidence principale insaisissable, et également ses biens fonciers bâtis ou non-bâtis non affectés à l'usage professionnel (Les Echos, 16

17 Les femmes qui se lancent dans la création d entreprise sont plus diplômées que les hommes et légèrement plus âgées 4 : 58% des femmes entrepreneures sont diplômées de l enseignement supérieur contre 47% des hommes. Le domaine dans lequel elles ont étudié correspond, dans la majorité des cas, au secteur d activité de leur entreprise. Cela explique l importante présence féminine dans des activités réglementées comme les activités de la santé ou les activités de conseils et d assistance. Cependant elles sont moins expérimentées car souvent elles sont employées, au chômage ou inactives avant de créer leur(s) entreprise(s) : 15,8% des créatrices étaient sans activité avant la création. (Fédération Nationale Des Caisses D Épargne ; 2012) D ailleurs, les femmes se sont davantage lancées seules dans la création d entreprise : 56% des femmes ont créé leur société seule et par la suite, la majorité a fait le choix de rester indépendante. Cependant, elles affichent le besoin d être accompagnées en matière de gestion/finance, lors du montage de projet, dans leurs démarches par des organismes spécialisés dans la création d entreprise (Laboratoire de l égalité, 2012). Un autre point sur lequel les femmes sont en disparité est en lien avec le niveau de développement à l international. L étude OSEO (2012) signale la dimension nationale des projets portés par des femmes : 60% des créations féminines s adressent à des marchés uniquement français, contre seulement 40% pour les hommes. En général, l entrepreneuriat féminin en France est toujours influencé par les représentations des rôles que la société attribue aux hommes et aux femmes. Pourtant, nous ne pouvons pas définir un seul type de femme créatrice et entrepreneuse car chacune d entre elles a ses propres motivations, que nous reprendrons ci-dessous, mais aussi son propre parcours professionnel et sa propre démarche de création avec ses difficultés et réussites. Nous parlerons ainsi d une hétérogénéité de l entrepreneuriat féminin qui contribue au 4 D après l INSEE, l âge moyen des créateurs d entreprises individuelles est de 38 ans. 17

18 développement du pays (dans une approche économique) et à la reconnaissance des femmes dans la société Les motivations des entrepreneuses pour créer leur entreprise Les motivations des femmes sont proches de celles des hommes. Cependant, d après Viviane de Beaufort, la stagnation de carrière et l opportunité de briser le plafond de verre 5 et de s affranchir d une hiérarchie qui ne leur offre pas de perspectives, peuvent aussi les inciter à se tourner vers l entrepreneuriat (BEL; 2009). Selon l enquête de l INSEE, voici les principales raisons ayant poussé les entrepreneures à créer leur entreprise en 2010: L indépendance financière: Pour 61% des femmes le désir d indépendance est la première des raisons car elle répond à cette recherche d autonomie et de flexibilité dont elles ont besoin. Le goût d entreprendre et le désir d affronter de nouveaux défis : 41,3% des femmes cherchent la réalisation de soi, voire l affirmation de leurs valeurs et leurs croyances, à travers leurs projets de création. La création de leur propre entreprise peut donc constituer une étape importante de leur parcours professionnel. Assurer un emploi, par défaut d un emploi salarié : l objectif de 20,4% des entrepreneuses est d assurer leur propre emploi, se constituant ainsi une condition de survie financière. Cela fait de l entrepreneuriat une alternative aux formes d emplois traditionnels. Une opportunité de création ou une passion transformée en création: 25,4% ont saisi l opportunité qui s est présentée. 5 Le phénomène du plafond de verre désigne les barrières invisibles, créées par des préjugés comportementaux et organisationnels, qui empêchent les femmes d accéder aux postes de direction (OIT ; 1997) 18

19 Tableau 3 Principales raisons ayant poussé à créer une entreprise en 2010 en % Hommes Femmes Ensemble Etre indépendant e 60,5 61,3 60,7 Goût d entreprendre et désir d affronter de nouveaux défis 45,4 41,3 44,2 Perspective d augmenter des revenus 27,3 24,7 26,6 Opportunité de création 21,5 25,4 22,6 Idée nouvelle de produit, de service ou de marché 14,7 13,4 14,3 Exemples réussis d entrepreneurs dans l entourage 8,4 9,1 8,6 Sans emploi, a choisi de créer son entreprise 19,8 20,4 20,0 Sans emploi, y a été contraint 4,2 3,6 4,0 Seule possibilité pour exercer sa profession 6,8 10,6 7,8 Note : les créateurs d entreprise pouvaient indiquer jusqu à trois raisons différentes. La somme des pourcentages pour les hommes et pour les femmes dépassent ainsi 100% Source : Insee, enquête 2010 première interrogation (2010) L'aspiration à une meilleure qualité de vie est également une motivation des femmes créatrices. Selon le sondage «Les femmes et la création d entreprise en France», 61% des femmes estiment que l activité professionnelle idéale doit, avant tout, leur permettre de s épanouir pleinement dans leur travail, et pour 69% des femmes la création d entreprise constituerait une voie plus épanouissante que le salariat. En outre, l autonomie, voire la flexibilité d organiser leur temps, est très valorisée car cela leur permet de gérer leurs multiples responsabilités. Un chiffre d'autant plus fort que 60 % estiment que l'activité professionnelle idéale doit permettre d'équilibrer vie professionnelle et vie personnelle, et près de la moitié d'entre elles (46%) pensent que la fonction de chef d'entreprise peut permettre d'atteindre cet équilibre (APCE; 2012) Les difficultés rencontrées par les créatrices et entrepreneuses Selon une enquête commandée par le Laboratoire de l Egalité, les principaux problèmes rencontrés par les entrepreneuses concernent «le manque de soutien» et la «difficulté à trouver des fonds pour financer le projet». Les femmes jugent également «l inégalité dans la répartition des taches familiales» comme un frein dans leur processus d émancipation et 19

20 d autonomie professionnelle car elles auraient moins de temps pour le développement de leur projet, ainsi que la difficulté de concilier la vie professionnelle et personnelle. D après les chiffres-clés de l égalité entre les femmes et les hommes en 2011, les femmes assurent encore 80% des tâches domestiques, ce qui démontre une dissymétrie importante entre les femmes et les hommes concernant le partage des tâches familiales. De plus, beaucoup de femmes n ont pas une culture d entreprise et se sentent moins à l aise dans un monde professionnel «traditionnellement masculin» primé par la prise de risque économique et financière. Le sondage mené pour l APCE, CER France et le Salon des Entrepreneurs en 2012 montre que 35% des femmes ont le sentiment d avoir un manque de compétences nécessaires à la fonction de chef d entreprise, notamment dans le domaine gestion/finance. Cela est accentué par des cursus de formation générale, l existence d un «plafond de verre» qui les auraient privées d expérience de direction et un manque d information sur les solutions spécifiques dont elles peuvent bénéficier. Dans la même étude, les femmes expriment la difficulté à convaincre leur entourage du bien fondé de leur démarche comme un frein très lourd à soulever: 56% avancent «le manque de crédibilité» tandis que 42% des femmes expriment de la «difficulté à convaincre les banquiers ou investisseurs». Plusieurs travaux indiquent aussi l absence d un réseau professionnel dont bénéficie le créateur en amont (contacts clients ou fournisseurs) grâce notamment à ses expériences professionnelles antérieures. Le Centre d Analyse Stratégique constate que les femmes sont plus isolées que les hommes : parmi les repreneuses d entreprises, 65% déclarent n avoir bénéficié d aucune aide de l entourage pour leur création, dont 58% parmi les créatrices d entreprises. Cependant, l obstacle plus contraignant est le manque de confiance en elles, renforcé par l acceptation des stéréotypes qui les conduisent à se méprendre sur leurs propres compétences 20

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans - 1 - Les statistiques en bref La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans Données de cadrage socio-démographique sur les jeunes en France 24 % des Français de 18 ans et plus sont âgés de

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

La création d entreprises individuelles (hors auto-entreprises)

La création d entreprises individuelles (hors auto-entreprises) - 1 - Les statistiques en bref La création d entreprises (hors auto-entreprises) Données de cadrage sur les entreprises hors autoentrepreneurs La majorité des entreprises se créent sous le régime de l

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 230 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 565 entreprises et 39 538 emplois créés ou maintenus en 2013 Communiqué de Presse Lancement

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Mission Droits des femmes et égalité DDCSPP28 1 L'entrepreneuriat par les femmes La Mission départementale aux

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin»

Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin» CAHIER DES CHARGES Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin» Initiative Doubs Territoire de Belfort Juin 2015 Philippe VOGNE Directeur

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

la création D ENTREPRISES au FÉMinin

la création D ENTREPRISES au FÉMinin la création D ENTREPRISES au FÉMinin QUELLES SPÉCIFICITÉS?... En France on peut mieux faire L environnement entrepreneurial français est un des plus favorables pour la création d entreprises féminine à

Plus en détail

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet»

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet» 1 Thématique 2 «Je finance mon projet» 3 2 Thématique 2 «Je finance mon projet» Le réseau Créo Vaucluse c est qui c est quoi? 30 structures spécialistes de l accompagnement des entrepreneurs (création,

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Les femmes et la création d entreprise

Les femmes et la création d entreprise Les femmes et la création d entreprise Un sondage exclusif mené par OpinionWay pour 30/01/12 - Sondage «Les femmes & la création d entreprise» mené par pour l APCE, CERFRANCE et le Salon des Entrepreneurs

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les dirigeants.

Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société, entre pérennité et changement Contact : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin DOSSIER DE PRESSE Entreprendre au féminin Un dispositif géré par : SOMMAIRE FGIF : un fond de garantie destiné aux femmes p. 3 Evolution du dispositif p. 4 Profils des bénéficiaires en 2010 p. 5 Caractéristiques

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR Les fondamentaux du prêt d honneur FIR 1. Les finalités du prêt d honneur FIR Par rapport au créateur : Le prêt d honneur constitue un coup de pouce à la création/reprise

Plus en détail

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires RAPPORT D ACTIVITE 2012 Le mot du Président Depuis 2005, nous accompagnons et finançons des personnes à la recherche d un emploi, qui créent leur propre entreprise, et des entreprises solidaires qui créent

Plus en détail

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années

Taux de pérennité annuel entre le premier et le troisième anniversaire des entreprises créées en 2002 Ages. 2002 2003 2004 2005 Années Taux de pérennité à 3 ans des créations pures de la génération 2002 Le taux de pérennité à trois ans des entreprises créées (créations pures) en 2002 est de 66 %. Autrement dit, pour 100 entreprises créées

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 8 mars 2010 Journée des femmes. Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique

DOSSIER DE PRESSE. 8 mars 2010 Journée des femmes. Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique DOSSIER DE PRESSE 8 mars 2010 Journée des femmes Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique Un dispositif géré par ; UN FONDS DE GARANTIE DESTINÉ AUX FEMMES Grace au FGIF plus

Plus en détail

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Septembre 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage OpinionWay pour l Union des Auto-Entrepreneurs

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 3 Inégalités professionnelles ÉCARTS DE SALAIRES Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes traduisent pour partie les inégalités

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS DOSSIER DE PRESSE Vendredi 24 juillet 2015 Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS Le Grand Narbonne a fait du développement économique et de l emploi la priorité N 1 de ses

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors. Un engagement

Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors. Un engagement Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors Un engagement BÉNÉVOLE Aux côtés des créateurs S ENGAGER Notre rôle : permettre aux créateurs et aux repreneurs

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise»

Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise» Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise» Source : Fabien Reix, à partir des données INSEE de l enquête SINE, 2006. Presses de Sciences Po

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER 09-11 AOUT 2011 27/10/2011 1 27/10/2011 2 Introduction

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

ENGAGEMENTS POUR AMÉLIORER L ACCOMPAGNEMENT DES CRÉATRICES D ENTREPRISE

ENGAGEMENTS POUR AMÉLIORER L ACCOMPAGNEMENT DES CRÉATRICES D ENTREPRISE Ministère des droits des femmes Plan de développement de la création d entreprises par les femmes ENGAGEMENTS POUR AMÉLIORER L ACCOMPAGNEMENT DES CRÉATRICES D ENTREPRISE EN PARTENARIAT avec 2 Des créatrices

Plus en détail

LES JEUNES ET L INTENTION ENTREPRENEURIALE

LES JEUNES ET L INTENTION ENTREPRENEURIALE LES JEUNES ET L INTENTION ENTREPRENEURIALE Ce document a été réalisé à partir d un sondage mené par Opinion-Way pour l APCE, CER France et le CODICE à l occasion du 17 e Salon des entrepreneurs de Paris

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise?

Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise? Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise? Une étude réalisée par OpinionWay àl occasion du 6 ème Salon des Entrepreneurs Lyon Rhône-Alpes (17 & 18 juin 2009 - Palais des Congrès

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

La création d entreprises dans le Centre en 2009

La création d entreprises dans le Centre en 2009 La création d entreprises dans le Centre en 2009 17 655 créations d entreprises en 2009 dans la région Centre Comme dans l ensemble des régions de France, le Centre a enregistré un nombre record de créations

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Trois ans après leur création : les facteurs de pérennité des jeunes entreprises

Trois ans après leur création : les facteurs de pérennité des jeunes entreprises Trois ans après leur création : les facteurs de pérennité des jeunes entreprises Les principaux points à retenir Le taux de pérennité à trois ans des entreprises est de 66 %. "Cessation d activité" n est

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

ENTREPRENDRE AU FÉMININ

ENTREPRENDRE AU FÉMININ Journée nationale des femmes entrepreneures ENTREPRENDRE AU FÉMININ Un an d action pour le développement de l entreprenariat féminin DOSSIER DE PRESSE 1 er octobre 2014 UNE POLITIQUE POUR L EMPLOI ET L

Plus en détail

Le système européen de compétences et les besoins professionnels locaux

Le système européen de compétences et les besoins professionnels locaux Le système européen de compétences et les besoins professionnels locaux XXVII Seminario Europa CIOFS-FP Milano 23,24 septembre 2015 Eve SAINT-GERMES Maître de Conférences en Sciences de Gestion Université

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

«Quand utilité sociale rime avec performance économique»

«Quand utilité sociale rime avec performance économique» L entrepreneuriat social en Lorraine : un projet pour vous «Quand utilité sociale rime avec performance économique» «Les entreprises sociales partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PRESENTATION DU FAFCEA... 3 II. L ACTIVITE EN 2013... 5 FORMATION... 6 1) LE BUDGET DU FAFCEA... 6 Les dépenses de formation par secteur en 2013... 8 A.

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2014 Agglopole Provence Initiative

RAPPORT D ACTIVITE 2014 Agglopole Provence Initiative RAPPORT D ACTIVITE 2014 Agglopole Provence Initiative Le mot du président API : «Un outil au service de la création d entreprise, des territoires et de l emploi» API a conforté sa position d acteur économique

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Développer l entrepreneuriat féminin. Un plan d action en marche

DOSSIER DE PRESSE. Développer l entrepreneuriat féminin. Un plan d action en marche DOSSIER DE PRESSE Développer l entrepreneuriat féminin Un plan d action en marche Jeudi 6 février 2014 SOMMAIRE Déroulé du déplacement de la ministre au Salon des entrepreneur s... 2 Retour sur le plan

Plus en détail

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Gérant : Laurent BONNET Directeur : Thierry SARKISSIAN Coordonnées : cde-sap@orange.fr - 04.91.93.54.75 Siège social

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014)

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Réalisé par l Union des Chambres de Commerce d Industrie et d Agriculture de l Union des Comores Avec la Conférence Permanente des Chambres

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Êtes-vous prêt à entreprendre?

Êtes-vous prêt à entreprendre? Êtes-vous prêt à entreprendre? 1 La CCI Oise : qui sommes nous? 20 000 entreprises Etablissement public au service des entreprises Sous la responsabilité des chefs d entreprises Proximité : 3 implantations

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon

Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Distribution : management et gestion de rayon Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs Note conceptuelle de la conférence PQIP/DCTP de Kigali sur «Encourager l investissement des pays dans l acquisition des compétences des formateurs et entrepreneurs» Introduction La conférence de Kigali

Plus en détail

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 Le séminaire pré-conférence à l intention des femmes leaders élues dans les collectivités locales

Plus en détail

2 e édition. Etude réalisée en partenariat avec

2 e édition. Etude réalisée en partenariat avec 2 e édition M A R S 2 0 0 9 Etude réalisée en partenariat avec En 2008, Ciel, N 1 français des logiciels de gestion pour petites entreprises, innovait en créant le Baromètre Ciel de l Informatisation des

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives 4 ème édition Paris, le 27 janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives Les points clés Le régime de l auto-entrepreneur, un potentiel énorme de croissance

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail