Sciences Economiques. Pascal MICHELENA. Valérie LANDA Laurent TIXIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sciences Economiques. Pascal MICHELENA. Valérie LANDA Laurent TIXIER"

Transcription

1 Sciences Economiques Pascal MICHELENA Valérie LANDA Laurent TIXIER Master Administration des Entreprises-Manager 25 janvier 2008

2 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX LA SITUATION EN FRANCE Le vieillissement de la population seniors : Qui êtes-vous? LE TAUX D EMPLOI DES SENIORS EN FRANCE COMPARAISON EUROPEENNE UNE PROBLEMATIQUE DIFFERENTE EN FONCTION DE LA SITUATION Emploi et non-emploi LE CHEMINEMENT VERS LA RETRAITE Les préretraites publiques et les dispositifs de dispense de recherche d emploi Quelles sont les entreprises qui recrutent des seniors? LES OBJECTIFS EUROPEENS DES SOLUTIONS OU DU MOINS DES PISTES POUR NOS SENIORS EN ENTREPRISE LA FORMATION CONTINUE : UNE PRIORITE AMELIORER LES CONDITIONS DE TRAVAIL UNE SOUPLESSE DE TRANSITION VERS UNE PERIODE D INACTIVITE : AMENAGER LES FINS DE CARRIERE CHANGER LE REGARD SUR LES SENIORS OFFRIR DES PERSPECTIVES PROFESSIONNELLES ET UN NOUVEAU ROLE A NOS SENIORS GESTION INDIVIDUALISEE DES CARRIERES, DES COMPETENCES ET DES RECRUTEMENTS IMPLIQUER TOUS LES ACTEURS POUR UNE RESPONSABILITE PARTAGEE CONCLUSION ANNEXES BIBLIOGRAPHIE RESSOURCES INTERNET RESSOURCES AUDIOVISUELLES GLOSSAIRE /60 V.Landa et L.Tixier

3 INTRODUCTION Le débat des retraites bat son plein, régime particulier et général sont ou seront au cœur de l actualité pour plusieurs mois. Le gouvernement envisage un système de «bonus-malus» pour les entreprises en fonction de leur gestion de l emploi des plus de 50 ans 1. Derrière ce contexte, l emploi des seniors est une priorité de premier plan pour nos institutions, plus généralement pour l ensemble des acteurs économiques et sociaux en France. En quoi est-ce une priorité? Cette priorité ne peut être la même en fonction de son positionnement : les priorités institutionnelles diffèrent de celles des acteurs sociaux et économiques. Les organismes et les partenaires sociaux, les institutions gouvernementales, les entreprises et les salariés, jeunes ou seniors ne portent pas le même regard sur le sujet. Un état des lieux est nécessaire pour cerner l ampleur de la question. Partant d un constat démographique, nous nous demanderons qui sont vraiment ces seniors dont on nous parle tant. Connaître la situation statistique des seniors face à l emploi en France n est pas suffisant. Il faut aussi l analyser en comparaison avec nos partenaires européens et dans le monde. Les paramètres économiques, sociaux et humains sont fondamentaux pour comprendre la situation complexe de nos aînés face à l emploi. Ils vont nous permettre d établir un diagnostic plus complet. Les objectifs institutionnels ambitieux auxquels la France a adhéré posent enfin la problématique avec des échéances pour Il convient donc de trouver rapidement des remèdes. Faut-il chercher des placebos ou de vrais remèdes, comme nos principaux partenaires économiques, du côté de la formation, de l aménagement des fins de carrière, d un changement réel des mentalités, de l amélioration des conditions de travail, d une refonte et de l individualisation de la gestion des carrières ou d un nouveau rôle à proposer à nos seniors? Y a-t-il des spécificités françaises pour traiter cette question de l emploi des seniors ou au contraire peut-on trouver des solutions communes avec l ensemble de nos partenaires européens? Au regard des différences culturelles avec les pays 1 Les offres de courrier cadre N 56, 20 au 26 décembre 2007, page 3. 3/60 V.Landa et L.Tixier

4 du nord de l Europe, peut-on s inspirer de leur réussite en la matière et transposer leurs solutions? C est au travers des solutions que nous tenterons de répondre à ces questions. La multiplicité des acteurs et la complexité des paramètres de l environnement économique et social ne facilitent pas la prescription. Les remèdes à court terme ne sont pas forcément les plus efficaces pour l équilibre à long terme. A l inverse, des solutions à long terme ne peuvent avoir d effet immédiat. C est pourquoi une articulation entre des remèdes à court, moyen et long terme doit être trouvée pour une meilleure efficacité. Nous allons découvrir que l enjeu n est peut-être pas seulement la question d emploi des seniors, mais davantage l équilibre des générations vis-à-vis de l emploi au cœur de notre société. 4/60 V.Landa et L.Tixier

5 1 Etat des lieux 1.1 La situation en France Le vieillissement de la population Le vieillissement de la population est un fait constaté en France comme en Europe et ce phénomène continue de s accélérer : la population française vieillit. En 2040, il y aura sept retraités pour dix actifs et une personne sur trois aura plus de 60 ans. Depuis 2006, personnes environ atteignent l âge de soixante ans, âge de référence minimum pour prétendre à la retraite. Un déséquilibre va donc automatiquement se créer entre le nombre d actifs et les inactifs et s accentuer dans les trente prochaines années. Non seulement le nombre de personnes arrivant en âge de retraite augmente mais l écart vient à se creuser avec la diminution du nombre de personnes entrant dans la vie active. L augmentation du nombre de personnes de plus de 50 ans dans la population active se fait surtout sentir depuis 1996 et jusqu en 2002 puisqu elle passe de 16% à 20% de la population active 2. Une accalmie devrait se faire sentir mais pas avant 2010, le temps nécessaire pour remplacer le nombre important de personnes sortantes du marché du travail. D après les statisticiens, cette baisse de la population active n aura quasiment pas d incidence sur le taux d emploi des seniors. Avec une population plus âgée, il serait logique que les seniors représentent une grande part de la population active, or, le taux d emploi est particulièrement faible pour les personnes de 55 à 65 ans comme elle l est pour les jeunes de 18 à 25 ans. La question de l emploi des seniors en France est primordiale, ne serait-ce que pour un juste équilibre entre actifs et inactifs. Alors pourquoi les seniors travaillent-ils peu? S agit-il d une inactivité voulue ou forcée? Quelles sont les raisons de ce faible taux d emploi des seniors? Avant de répondre à ces questions, il est nécessaire de faire un rappel de la situation française et ainsi de mieux comprendre les enjeux économiques pour notre Nation. 2 «Les entreprises face au vieillissement de leurs effectifs», Economie et statistique, N 368, Minni C et Topiol A 5/60 V.Landa et L.Tixier

6 1.1.2 seniors : Qui êtes-vous? Qui sont les seniors? S agit-il d une personne de 50 ans, 60 ans ou plus? Le senior actuel est-il le même que celui des années 1970? Les documents officiels et les ouvrages traitant des seniors considèrent une personne sénior dès l âge de 55 ans, voire 50 ans. Nous verrons que l on peut regrouper les seniors en différentes tranches d âge. Cependant, la notion de «seniors» est subjective, dans la mesure où elle dépend étroitement du secteur d activité, en fonction des contraintes qui sont plus importantes d un secteur à un autre. Lors d une enquête réalisée par IFOP en mars 2007 auprès de 600 chefs d entreprises, 28% considèrent qu on est âgé dès 45 ans, 22% dès 51 ans et 34% à partir de 55 ans. Cette diversité de point de vue se retrouve à tous les échelons de notre société, ce qui n aide à pas à établir des solutions «types». 1.2 Le taux d emploi des seniors en France Les chiffres parlent d eux-mêmes puisque le taux d emploi des seniors est un des plus faibles d Europe avec 37,8% contre 42,5% en Europe. La question de l emploi chez les seniors est inévitablement liée à l âge de la retraite qui a d ailleurs été traitée dans la réforme des retraites de Les personnes de moins de 55 ans ne sont pas réellement touchées par le faible taux d emploi qui concerne davantage les seniors de 55 à 65 ans. En 2003 en France, le taux d emploi des ans est de 13% alors que celui des ans passe à 54%. Le premier chiffre peut facilement se justifier par rapport à l âge de notre retraite en France fixé à 60 ans pour la plupart des personnes. Le pourcentage chez les ans est plus complexe à expliquer entre départ en retraite anticipée et les dispositifs de dispense de recherche d emploi mis au point par l Etat. Quel constat peut-on tirer de ce faible taux d emploi? Ce phénomène est loin d être nouveau mais la simple prise de conscience ne suffit plus à résoudre les problèmes qui en découlent. 6/60 V.Landa et L.Tixier

7 Figure 1 : Taux d'emploi par groupe d'âge, France, 2003 Figure 2 : Evolution de la participation à l'emploi des hommes et des femmes de ans depuis 1975 : taux d'emploi moyen* et taux d'emploi non pondéré** Notes : Enquête annuelle réalisée en mars, enquête en continu (moyenne annuelle), l'emploi est défini au sens du BIT, âge atteint à la date de l'enquête, concept d âge privilégié pour le calcul d un taux d emploi instantané car indiquant l âge exact de l enquêté. * Nombre de personnes en emploi rapporté à la population totale de la classe d âge. ** Moyenne non pondérée des taux d emploi de chaque âge détaillé. Dans ce calcul, chaque âge a le même poids quels que soient ses effectifs. Cet indicateur permet d éliminer l effet de déformation de la structure par âge détaillé de la classe d âge considérée. Lecture : en 2005, les ans représentent 10,7 % de l emploi total. Parmi les ans 37,8 % occupent un emploi, indicateur qui est de 33,2 % en donnant le même poids à chacun des 10 âges qui composent cette grande classe d âge. Sources : Insee, enquêtes Emploi (annuelle , en continu ) ; calculs Dares. 7/60 V.Landa et L.Tixier

8 Dans les années 1970 (voir figure ci-dessus), le taux d emploi des ans est stable, puis il baisse de 10 points au début des années 1980, c'est-à-dire précisément quand l âge légal de la retraite passe à 60 ans. A cela s ajoute la volonté des pouvoirs publics d encourager massivement les départs anticipés à la retraite des personnes de plus de 50 ans comme réponse à la raréfaction de l emploi. La baisse du taux d emploi des ans se fait automatiquement sentir et passe de 70% en 1970 à 28% à la fin des années Le taux d emploi des seniors augmente à partir de 2001 jusqu en 2006 avec l arrivée des générations de Baby-boom à l âge de 55 ans. Aussi le taux d emploi des ans en 2005 correspond à celui des ans au milieu des années Figure 3 : Evolution de la participation à l'emploi des hommes et des femmes de ans depuis 1975 : Taux d'emploi moyen* et taux d'emploi non pondéré** La tranche d âge des ans a connu très peu d évolution dans les années On note tout au plus une très légère augmentation du taux d emploi chez les femmes. 8/60 V.Landa et L.Tixier

9 1.3 Comparaison européenne Une chose est sûre : le nombre de seniors en emploi reste plus faible en France que dans la majorité des pays européens. Plutôt que de s attacher aux chiffres annoncés précédemment, essayons de mieux cerner l ampleur du phénomène en étudiant les évolutions qui se sont succédées. Dans la figure 4, on voit nettement que la France est un des pays européens dont le taux d emploi est le plus faible chez les ans avec 37,3%. A l opposé, on trouve les pays du nord de l Europe dont la Suède avec 69,1% et le Danemark avec 60,3%. En réalité, six états membres se situent au-dessus des 50% comme taux d emploi pour les actifs âgés de 55 ans à 64 ans : La Suède et le Danemark en tête, auxquels s ajoutent le Royaume-Uni, la Finlande, le Portugal et l Estonie. La distinction se fait surtout dans la politique engagée par les Etats, d un côté, ceux comme la France ou l Allemagne, qui ont engagé des programmes de préretraite et qui ont vu leur taux d emploi des seniors diminuer considérablement, de l autre, les Etats qui ont préféré une politique de maintien dans l emploi des seniors et d incitation à l embauche. Figure 4 : Population active et taux d'emploi dans l'union européenne en 2005, en % Population active Taux d'emploi Effectifs Part des ans (en ans femmes Hommes Femmes Ensemble milliers) Allemagne ,4 70,8 59,2 65,0 41,8 Autriche ,2 74,9 60,7 67,8 28,8 Belgique ,7 67,9 52,6 60,3 30,0 Chypre ,1 79,8 58,7 68,9 49,9 Danemark ,8 79,7 71,6 75,7 60,3 Espagne ,9 73,8 48,3 61,1 41,3 Estonie ,4 66,4 60,0 63,0 52,4 Finlande ,1 69,7 65,6 67,6 50,9 France ,5 69,0 57,4 63,1 37,3 Grèce ,7 73,7 45,2 59,4 39,4 Hongrie ,7 63,1 50,7 56,8 31,1 Irlande ,9 75,9 56,5 66,3 49,5 Italie ,3 70,1 45,2 57,6 30,5 Lettonie ,7 66,4 58,5 62,3 47,9 Lituanie ,2 64,7 57,8 61,2 47,1 Luxembourg ,9 72,8 51,9 62,5 30,4 Malte ,6 75,1 32,7 54,0 31,5 Pays-Bas ,5 80,2 65,8 73,1 45,2 Pologne ,7 57,2 46,2 51,7 26,2 Portugal ,1 74,2 61,7 67,8 50,3 9/60 V.Landa et L.Tixier

10 République tchèque ,3 72,3 56,0 64,2 42,7 Royaume-Uni ,0 77,8 65,6 71,6 56,2 Slovaquie ,6 63,2 50,9 57,0 26,8 Slovénie ,8 70,0 60,5 65,3 29,0 Suède ,8 73,6 70,5 72,1 69,1 Union européenne à ,6 70,9 55,7 63,3 41,0 Champ : personnes de 15 à 64 ans vivant dans les ménages privés. Source : Eurostat, enquêtes sur les forces de travail. Déjà dans les années 1970, on constate une première conséquence d une retraite qui est ramenée à 60 ans avec un taux d activité qui chute à 54% en Dans la tranche des ans, un homme sur cinq n a pas d emploi à cette époque. Cependant, il ne s agit pas directement de l incidence des préretraites qui verront le jour dans les années 80. Quant aux femmes quinquagénaires, elles voient leur taux d emploi augmenter grâce à l émancipation de la femme ainsi qu une volonté d indépendance et de liberté très forte qui règne à cette époque. La France est loin d être une exception puisque l ensemble des pays industrialisés ont vu le taux d emploi des hommes âgés augmenter entre 1975 et Notons tout de même deux exceptions importantes que sont le Japon et les Etats-Unis sur lesquels nous reviendrons plus tard. Figure 5 : Taux d'emploi des seniors (55-64 ans) de 2000 à 2005 par pays 10/60 V.Landa et L.Tixier

11 L augmentation se poursuit (Voir figure 5) à partir de 2000, il passe de 36,6% en 2000 à 42,5% en 2005 dans l ensemble de l U.E.-25. Il faut tout de même noter une disparité entre les hommes dont le taux d emploi atteint 51,8% en 2005 alors qu il atteint 33,7% pour les femmes. Le trait horizontal rouge permet de matérialiser l objectif de Lisbonne à 50% et de mettre en évidence les pays situés au dessus de ce seuil et ceux en dessous. La figure ci-dessus met en évidence la diminution du taux d emploi avec le vieillissement : Plus on vieillit, plus le taux d emploi est faible, et ce, quelque soit le sexe. On note tout de même une diminution plus nette à partir de 60 ans, un âge charnière dans le taux d emploi. Le taux d emploi des femmes est supérieur en France comparé aux autres pays européens même si la baisse est très nette pour les deux sexes dès 65 ans. Les femmes travaillent au-delà de 60 ans, âge légal de la retraite car leur cotisation n est pas suffisante pour y prétendre. Elles ont tendance à prendre leur retraire vers 65 ans, 5 ans plus tard que les hommes. Cela s explique notamment par le fait que les femmes connaissent dans leur vie des interruptions plus nombreuses notamment pour concevoir et élever les enfants. Cependant, malgré l augmentation du taux d emploi en Europe depuis 2000, les hommes s arrêtent de travailler au même âge qu en Les chiffres sont faussés par les femmes qui restent très actives plus longtemps, et une partie de la population arrivant à cinquante ans issue de la première génération du baby-boom. Les mesures en faveur des travailleurs âgés ont surtout concerné la tranche d âge entre 60 et 64 ans (avec les préretraites) sans se soucier des seniors entre 50 et 59 ans. On préfère alors penser que les difficultés rencontrées par les plus de 59 ans dans leur travail sont liées à une forme d inemployabilité résultante de leur âge. Plutôt que de régler les problèmes, ces départs massifs en retraite ont eut des conséquences pour la tranche des ans. De plus cette classe d âge a été touchée par la dégradation du marché du travail. 11/60 V.Landa et L.Tixier

12 Figure 6 : Taux d'emploi des seniors par âge et sexe en 2000 et 2005, U.E-25 (en%) Une répartition différente en fonction des secteurs d activité On estime à 20% la part des seniors qui travaillent parmi les actifs recensés en France tout secteur confondu. Les écarts sont importants en fonction des secteurs puisque la «Restauration rapide» compte seulement 6% de seniors et «les services domestiques» 32%. 12/60 V.Landa et L.Tixier

13 Figure 7 : Répartition des actifs ayant un emploi par âge et secteur d'activité économique 15 à 29 ans 30 à 49 ans 50 ans et plus En 2005, en % Ensemble Secteur d'activité économique Agriculture, sylviculture et pêche 2,5 3,5 5,6 3,8 Industrie 14,5 17,6 16,0 16,6 dont : Industries agricoles et alimentaires 3,1 2,8 2,3 2,7 Industries des biens de consommation 2,3 3,0 2,6 2,8 Industrie automobile 1,2 1,3 1,5 1,3 Industries des biens d'équipement 3,1 3,5 3,0 3,3 Industries des biens intermédiaires 4,2 6,0 5,6 5,6 Energie 0,6 1,0 1,0 0,9 Construction 7,6 6,2 6,0 6,4 Tertiaire 75,0 72,5 72,1 72,8 dont : Commerce et réparations 17,1 13,1 10,5 13,2 Transports 3,6 4,9 3,7 4,3 Activités financières 2,8 2,8 3,3 2,9 Activités immobilières 1,1 1,3 1,8 1,4 Services aux entreprises 17,0 12,8 10,0 12,9 Services aux particuliers 10,9 7,9 8,1 8,5 Education, santé, action sociale 14,1 19,2 21,9 18,9 Administrations 8,4 10,5 12,8 10,7 Activité indéterminée 0,3 0,2 0,3 0,3 Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 Champ : France métropolitaine, actifs occupés de 15 ans ou plus. Note : résultats en moyenne annuelle. Source : Insee, enquête emploi de Comme on le voit dans le tableau ci-dessus, en 2005, les plus de 50 ans sont plus nombreux dans le secteur tertiaire avec 72,1% comparé à l industrie. L éducation, la santé et l action sociale représentent à eux seuls 21,9% des plus de 50 ans. Leur nombre est notamment très important chez les cadres et dans la fonction publique. A l opposé, ils sont peu représentés dans les activités de l hôtellerie et la restauration ou encore les métiers de l informatique. Aucune différence n est à constater entre le secteur privé et public jusqu à la fin des années Avec l apparition du système des préretraites au début des années 1980 et le chômage, les salariés de plus de 50 ans sont moins nombreux dans le secteur privé. La légère progression au milieu des années 1990 des effectifs dans le privé ne suffit pas à combler les écarts : Alors qu on trouve en % des plus de 50 ans dans le secteur public, seulement 18% pour le privé. On constate donc une augmentation proportionnelle de la part des seniors entre 1993 et 2002 dans la plupart des secteurs. 13/60 V.Landa et L.Tixier

14 1.4 Une problématique différente en fonction de la situation Nous avons vu précédemment que l âge et le sexe sont des facteurs déterminants dans le taux d emploi. Le fait d être en activité ou non après 50 ans influe aussi nettement sur la notion de taux d emploi. La situation d un sénior en activité n est pas la même que celle d un sénior ne travaillant pas. Parmi les seniors qui partent à la retraite, tous n occupent pas un emploi. Quatre sur dix seulement occuperaient un emploi au moment du passage à la retraite Emploi et non-emploi Le non-emploi ne doit pas forcément avoir pour seul issu le chômage. Ce serait une erreur de ne pas le prendre en compte dans la mesure où il touche un nombre important de personnes de plus de 50 ans. Les seniors sont moins confrontés que les autres tranches d âge au chômage mais il est par contre plus difficile de sortir de cette situation pour deux raisons essentielles : D une part les offres disponibles sur le marché du travail ne sont pas toujours en corrélation avec leurs compétences et leur expérience ; d autre part, l âge reste un critère discriminatoire à l embauche. A la fin de l année 2004, on compte 15,2% de demandeurs d emploi seniors. Les embauches en 1991 ne concernent que 5% des quinquagénaires. Les embauches augmentent légèrement entre 1996 et 2002 du fait du vieillissement de la population active. Figure 8 : Probabilité de transition par âge entre l'emploi et le non-emploi en France de , les hommes Le constat est évident : Les chômeurs âgés ont davantage de difficulté à retrouver un emploi comparé aux autres tranches d âges. Parmi les demandeurs 14/60 V.Landa et L.Tixier

15 d emploi de longue durée (d une durée supérieure à un an), on retrouve une grande proportion de personnes de plus de 50 ans. La difficulté s accroît avec l âge. «En 2003, parmi les chômeurs de 50 ans à 65 ans, 62% le sont depuis au moins un an (contre 44% des chômeurs de 25 ans à 49 ans) et 20% depuis au moins deux ans» 3. Les raisons du chômage : 1 senior sur 2 se retrouve au chômage suite à un licenciement et 1/3 suite à la fin d un contrat précaire. Figure 9 : Répartition des motifs d'inscription (hors motifs "autres cas") Dans la figure ci-contre il ne faut pas oublier de prendre en compte les personnes dont le motif d inscription au chômage est inconnu et qui représentent tout de même 30%. Figure 10 : Probabilité de transition par âge entre l'emploi et le non-emploi en France de , 3 «Les mutations de l emploi en France», Editions La découverte, Collection Repères, Ires, /60 V.Landa et L.Tixier

16 Selon des enquêtes réalisées par Aubert, Blanchet et Blau en , on peut tirer la conclusion suivante : Une personne âgée de plus de 55 ans sans emploi aura peu de chance de retrouver un emploi un jour. Excepté les ruptures d emploi à 55 et 60 ans dans le taux d emploi, le risque de transiter d une situation d emploi à celle de non-emploi augmente de 5% à 15% entre 54 et 55 ans, puis à nouveau à partir de 60 ans. Ce passage délicat de la soixantaine se ressent un peu moins chez les femmes qui prolongent en général plus longtemps leur activité professionnelle, et combler ainsi les ruptures survenues pendant leur carrière. A l opposé de cette augmentation, la transition de l emploi vers le non-emploi se caractérise par une probabilité quasi nulle de reprise d activité après 57 ans. Lorsqu un senior retrouve un emploi suite à un arrêt maladie ou une période de chômage, il s agit souvent de contrat en CDD, à temps partiel ou intermittent. Ces contrats précaires touchent davantage les seniors que les autres catégories d âge. En 1995, alors que 3,9% des plus de 50 ans occupaient un emploi intérimaire, on en compte 5,8% en La figure ci-dessous montre que la proportion de contrats aidés et de temps partiels sont plus importants chez les personnes de plus de 50 ans, comparé à la tranche ans. Figure 11 : Nature des emplois repris selon l'âge 4 La documentation française, «en France» p19. 16/60 V.Landa et L.Tixier

17 Les plus de 50 ans font partis des publics prioritaires pour les aides de l Etat, et c est notamment ce qui justifie leur embauche. La situation se complique lorsque l on sait qu un des premiers critères de discrimination à l embauche est justement l âge! Nous sommes face à un paradoxe. Un employeur sur deux affirme ne pas vouloir embaucher plus de personnes de plus de 50 ans, pourtant ils reconnaissent par ailleurs que les seniors sont plus compétents et professionnels que d autres tranches d âges. Alors pourquoi ne pas embaucher davantage de personnes de plus de 50 ans? 1.5 Le cheminement vers la retraite Figure 12 : Taux de chômage par âge Le chômage n explique pas le faible taux d emploi des seniors. Si on compare les différentes tranches d âges, on s aperçoit que le taux d emploi des plus âgés est inférieur à celui des ans à partir de 1988 environ, puis continue à diminuer progressivement. L absence d activité des seniors se caractérise tout simplement par le retrait du marché du travail. Quelles sont les caractéristiques des sorties vers l inactivité? Elles sont différentes si l on se place du point de vue du secteur public et du secteur privé, même si on constate un âge identique pour le passage à l inactivité. Le privé se caractérise par la mise en place de dispositifs de préretraites qui permettent d anticiper le passage vers la retraite, alors que le secteur public bénéficie de l existence de régimes de retraite spéciaux (cf. figure 13). 17/60 V.Landa et L.Tixier

18 Figure 13 : Age de cessation d'emploi et de liquidation de la retraite en France On peut dire qu au-delà de 60 ans, l inactivité des seniors est due au passage à la retraite ou préretraite pour les personnes de 55 ans. L inactivité est donc un statut intermédiaire entre l emploi et la retraite. La part des préretraites est importante surtout dans le secteur bancaire, des assurances, des industries pharmaceutiques et pétrolières. Une réforme datant de 2003 a fortement incité les employeurs à proposer le système des préretraites par des contributions spécifiques à la charge de l employeur. La retraite est perçue par les personnes concernées comme un acquis, un droit acquis dont on veut faire usage. Dans l esprit des bénéficiaires, il s agit bien de repos après une carrière parfois difficile et laborieuse. D ailleurs, à un sondage 18/60 V.Landa et L.Tixier

19 CSA- La Croix début , lorsqu on demande aux personnes interrogées jusqu à quel âge il serait prêt à travailler pour avoir une bonne retraite, la grande majorité (43%) annonce 60 ans et 12% 55 ans. On peut alors se demander si les français sont prêts pour partir en retraite plus tardivement! On peut en douter d autant plus que les seniors se considèrent parfois eux-mêmes trop vieux pour continuer à exercer une activité professionnelle. Quant à ceux qui restent en activité, on remarque une fragilisation de leur statut en entreprise qui se traduit par un manque d intérêt de la part des responsables vis-àvis des plus de 50 ans. Il est alors logique que, se sentant moins impliqués, les seniors se désinvestissent et se tournent vers la sortie. C est justement l une des explications avancée dans les différents rapports traitant du sujet pour justifier le grand nombre de retrait(e)s anticipé(e)s des seniors. Certes une personne de 55 ans fait plus difficilement certaines tâches qu à 30 ans et la lassitude peut s installer mais est-ce une raison suffisante pour se satisfaire de ce faible taux d emploi des seniors en France? Figure 14 : Proportion de salariés recrutés depuis moins d'un an dans le secteur privé* * Proportion de recrutés depuis moins d un an parmi les personnes en emploi. Les emplois sont dénombrés au sens du Bureau International du Travail. Lecture : fin du premier trimestre 2005 ; 4,7 % des seniors en emploi ont été recrutés depuis moins d un an, contre 10% pour les ans. Remarque : Le passage en 2002 d une enquête Emploi annuelle en mars à une enquête en continu sur l année introduit une rupture dans les séries. Source : Insee, calculs Dares. (1) enquêtes Emploi annuelles, réalisées en mars, jusqu en 2002, (2) enquêtes Emploi en continu, réalisées au premier semestre, à partir de La Croix, 29 mars /60 V.Landa et L.Tixier

20 La figure 14 permet de constater une évolution du recrutement pour l ensemble des tranches d âges et pas seulement pour les seniors. Cette amélioration trouve l une de ses réponses dans les turn-over plus fréquents qu auparavant. On note aussi un nombre plus important de contrats temporaires et précaires (CDD, CIE) chez les seniors. Figure 15 : Part des principaux motifs de départs des entreprises par classes d'âge en 2005 Source : EMMO/DMMO (DARES) ; calculs DARES. La fin de CDD est le motif d arrêt de travail le plus élevé pour la tranche ans (58,6%) en 2005 mais guère plus élevé que les chez ans. La cessation définitive d activité (44%) est la raison principale de l arrêt de l activité des 55 ans et plus Les préretraites publiques et les dispositifs de dispense de recherche d emploi Vous trouverez les détails de ces dispositifs en annexe de notre dossier. Nous n avons pas jugé bon de détailler ces systèmes complexes qui alourdiraient notre réflexion sur le sujet. Ce point s éloigne quelque peu de notre problématique, mais il est important d en dresser un bref tableau pour comprendre que l emploi, ou le non-emploi des seniors sont intrinsèquement liés aux dispositifs mis en place pour accompagner les seniors vers la retraite. La préretraite est une des étapes possibles avant la retraite. On distingue deux types de préretraites : «les préretraites publiques» qui sont des dispositifs spécifiques. Le D.R.E., Dispositif de dispense de Recherche d Emploi, qui est le plus courant. L ensemble des dispositifs de préretraites publiques font appel à des conditions particulières et ne font quasiment plus partis des possibilités actuelles si l on regarde le nombre d entrants de bénéficiaires seulement en La documentation française, «en France» p27. 20/60 V.Landa et L.Tixier

21 En quoi consiste le D.R.E? Les personnes âgées en situation d emploi sont dispensées de rechercher un emploi en échange d un revenu de remplacement. Ce dispositif a été mis au point à partir de La demande peut se faire à partir de 55 ans sous conditions et à partir de 57 ans et demi sans condition particulière. Même si la terminologie est différente, le D.R.E. est ni plus ni moins une préretraite qui prendra fin lorsque le taux plein de retraite sera atteint. Le nombre de personnes en inactivité qui bénéficient d une aide de l Etat est toujours aussi important qu auparavant. Finalement, les seniors qui passent directement d une situation d emploi à la retraite sont peu nombreux comparés à ceux qui transitent par une phase intermédiaire, dont la préretraite fait partie. Comme l illustre le tableau ci-dessous, seuls 45,3% des hommes et 41,8% des femmes en 2000 sont en situation d emploi au moment d entamer leur retraite, ce qui est assez peu. Par contre le passage par une préretraite est courant puisqu il concerne tout de même 32% des hommes et 21,2% des femmes. Figure 16 : Situation professionnelle des individus avant le départ à la retraite Quelles sont les conditions nécessaires pour améliorer l emploi des seniors? Même si chaque pays a ses particularités, le constat reste européen. La première question à se poser est d établir comment nous allons allonger la durée de la vie professionnelle? Peut-on harmoniser les solutions au niveau européen, malgré les différences existantes? Le sommet européen de Barcelone en 2002 semble le prouver. Nous verrons dans le second chapitre les solutions envisagées, 21/60 V.Landa et L.Tixier

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI. Décembre 2010

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI. Décembre 2010 TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL ACTIVITE DES SENIORS ET POLITIQUES D EMPLOI Décembre 2010 SOMMAIRE Tableau de synthèse PAGE 3 1. PARTIE CONJONCTURELLE PAGE 5 ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DES TAUX D EMPLOI DES 55-64

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé?

Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Auteures : Colette FRANCIOSI : Sonia HACQUEMAND : c.franciosi@groupe-alpha.com s.hacquemand@groupe-alpha.com Le vieillissement des salariés : faux problème ou problème mal posé? Résultats d enquêtes auprès

Plus en détail

Le point sur la situation d emploi des seniors en Europe : analyse comparative des 27 Etats membres de l Union européenne

Le point sur la situation d emploi des seniors en Europe : analyse comparative des 27 Etats membres de l Union européenne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 décembre 2011 à 9 h 30 «Emploi et retraite en Europe : étude de cas» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le point sur la

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les Toutes les Générations www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle du Val d Oise PLAN ÉGALITÉ ACCÈS À L EMPLOI ET DANS

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

Sommaire. Aménager, dynamiser et stimuler les fins de carrières

Sommaire. Aménager, dynamiser et stimuler les fins de carrières Fiche 8 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Aménager, dynamiser et stimuler les fins de carrières Aménager,

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Propositions pour un séminaire sur le vieillissement actif. Note du Secrétariat Général

Propositions pour un séminaire sur le vieillissement actif. Note du Secrétariat Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 20 octobre 2004 «Présentation des scénarios économiques et discussion sur les variantes dans le cadre des travaux engagés par le Conseil» Document

Plus en détail

La problématique des Seniors. www.quinquascitoyens.net 1

La problématique des Seniors. www.quinquascitoyens.net 1 La problématique des Seniors www.quinquascitoyens.net 1 www.quinquascitoyens.net 2 Nous remercions chaleureusement Chimulus pour le don de son dessin contact@chimulus.com www.quinquascitoyens.net 3 Devinettes

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES CHIFFRES-CLÉS Édition 2014 ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES THÈME 3 Inégalités professionnelles ÉCARTS DE SALAIRES Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes traduisent pour partie les inégalités

Plus en détail

Sujet : les seniors et l emploi en France. Liste des documents

Sujet : les seniors et l emploi en France. Liste des documents Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Julien Grenet et Élise Huillery Sujet : les seniors et l emploi en France Liste des documents Document 1 : Taux d emploi de la population

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs expérimentés de 55 ans et plus Novembre 2011 Introduction

Plus en détail

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ;

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ; Page 1 sur 6 Proposition de résolution visant à lier étroitement politiques de pension et d emploi, et à encourager le relèvement du taux d emploi des 55-64 ans par des mesures incitatives qualitatives.

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Les clés de la mixité

Les clés de la mixité Women Matter 2012: Making the Breakthrough Les clés de la mixité Focus sur les entreprises françaises 2 McKinsey conduit depuis de nombreuses années des travaux de recherche sur le rôle des femmes au sein

Plus en détail

Emploi et Seniors: Quels Freins? Déterminants individuels et Rôle des institutions

Emploi et Seniors: Quels Freins? Déterminants individuels et Rôle des institutions Emploi et Seniors: Quels Freins? Déterminants individuels et Rôle des institutions Thierry Debrand (IRDES) 35 e Congrès de l ASDEQ Politiques gagnantes pour répondre à la rareté de main-d œuvre qualifiée

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013

Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013 Pauvreté : état des lieux et plan gouvernemental Mis en ligne en février 2013 En 2010, le nombre des situations de pauvreté a augmenté et s'est diversifié. Selon l'enquête Revenus fiscaux et sociaux (Insee),

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi Avril 2014 FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois 1. Introduction : contexte et tendances générales Depuis maintenant

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE Lancement de la publication Paris, 30 janvier 2014 VIEILLISSEMENT ET POLITIQUES DE L EMPLOI MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE RAPPORT DE L OCDE SUR LA FRANCE Stefano Scarpetta, Directeur Anne Sonnet, Responsable

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

résultats Âge de cessation d emploi et de liquidation d un droit à la retraite Le cas de la génération 1938 N 688 mai 2009

résultats Âge de cessation d emploi et de liquidation d un droit à la retraite Le cas de la génération 1938 N 688 mai 2009 études résultats et N 688 mai 2009 Âge de cessation d emploi et de liquidation d un droit à la retraite Le cas de la génération 1938 L âge auquel les personnes cessent définitivement d être en emploi et

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Demande du complément de libre choix du mode de garde (association ou entreprise habilitée) Prestation d accueil du jeune enfant

Demande du complément de libre choix du mode de garde (association ou entreprise habilitée) Prestation d accueil du jeune enfant Demande du complément de libre choix du mode de garde (association ou entreprise habilitée) Prestation d accueil du jeune enfant 12399*01 Merci de compléter également un formulaire de déclaration de situation.

Plus en détail

Vous faites garder votre enfant à votre domicile

Vous faites garder votre enfant à votre domicile d emprisonnement quiconque se rend (y compris conjoint collaborateur) (y compris conjoint collaborateur) Pour ce trimestre civil : si vous êtes salarié(e), joignez la photocopie de vos bulletins de salaire

Plus en détail

Le Luxembourg face au vieillissement de sa population active : des politiques publiques aux politiques d entreprises

Le Luxembourg face au vieillissement de sa population active : des politiques publiques aux politiques d entreprises LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi Le Luxembourg face au vieillissement de sa population active : des politiques publiques aux politiques d entreprises Kristell LEDUC 6 68 24 59 3 % % % 5

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Eclairages européens Eclairages européens 1. Les conceptions Les systèmes d indemnisation du

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Aménager, dynamiser et stimuler les fins de carrières

Aménager, dynamiser et stimuler les fins de carrières Aménager, dynamiser et stimuler les fins de carrières Fiche 8 Enjeux Au regard du contexte économique et démographique actuel, l augmentation du taux d emploi des seniors revêt un enjeu important. Dans

Plus en détail

Santé et travail des seniors: une vision européenne

Santé et travail des seniors: une vision européenne Santé et travail des seniors: une vision européenne Les colloques du COR Vendredi 29 novembre 2007 Thierry Debrand (Irdes) Contact: debrand@irdes.fr Introduction et contexte Les pays industrialisés font

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Profil au 31 décembre 2012 des bénéficiaires de la retraite au titre. de la pénibilité créée par la loi du 9 novembre 2010

Profil au 31 décembre 2012 des bénéficiaires de la retraite au titre. de la pénibilité créée par la loi du 9 novembre 2010 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 14 Document de travail, n engage pas le Conseil Profil

Plus en détail

... Briefing note. Garantie jeunes...

... Briefing note. Garantie jeunes... ... Briefing note Garantie jeunes... Le défi Jeunes Les jeunes sont davantage exposés au chômage que les autres groupes d âge. Depuis le début de la crise, le chômage des jeunes a connu une très forte

Plus en détail

Demande du complément de libre choix du mode de garde (association, entreprise habilitée ou micro-crèche) Prestation d accueil du jeune enfant

Demande du complément de libre choix du mode de garde (association, entreprise habilitée ou micro-crèche) Prestation d accueil du jeune enfant Demande du complément de libre choix du mode de garde (association, entreprise habilitée ou micro-crèche) Prestation d accueil du jeune enfant 12399*02 Merci de compléter également un formulaire de déclaration

Plus en détail

Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE

Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE Formation professionnelle en France : une perspective de l OCDE Assurer une formation professionnelle de qualité est déterminant pour bien préparer les jeunes au monde du travail et améliorer les compétences

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE Emploi Rappel des dernières données disponibles Données clefs ILE-DE-FRANCE FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % Evolution annuelle

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets G R E F Bretagne INSERTION PROFESSIONNELLE des bénéficiaires d un CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) IROISE PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région 8 bénéficiaires

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail