L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?"

Transcription

1 L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine Limoges

2 La question de la liaison entre alimentation et mémoire passe par un problème majeur de santé publique : la démence d Alzheimer Démence = Troubles : - de la mémoire, - du langage, - pour prendre les objets de l environnement, - de la compréhension, - du comportement, etc Suffisamment importants pour retentir sur la vie quotidienne Qui durent depuis au moins 6 mois HAS 2011

3 Au moins personnes en France Augmentation régulière Risque à l âge de 85 ans : -10% des hommes -15% des femmes Démence : risque de mortalité risque d entrée en maison de retraite Survie : 8.3 ans si diagnostic à 65 ans 3,4 ans si diagnostic à 90 ans Paquid Revue Ger 2009 ; Alves Frontiers in Neurology 2012

4 Fréquence de maladie d Alzheimer selon les zones géographiques (Delphi Study 2005)

5 L alimentation peut-elle agir sur la survenue d une maladie d Alzheimer?

6 Facteurs aggravants Risque de maladie d Alzheimer

7 Facteurs aggravants Risque de maladie d Alzheimer Facteurs protecteurs Risque de maladie d Alzheimer

8 Stress oxydatif Agression et oxydation de notre organisme due à un excès de molécules nocives appellées les radicaux libres Facteurs aggravants Lésions des cellules : la «rouille» de l organisme

9 Stress oxydatif Facteurs aggravants Agression et oxydation de notre organisme due à un excès de molécules nocives appellées les radicaux libres Anti-oxydants Lésions des cellules : la «rouille» de l organisme

10

11 Âge +++ (risque x 2 tous les 5 ans entre 65 et 85 ans) Déterminants génétiques (gène ApoE4/E3 forme tardive) Facteurs vasculaires HTA Hypercholest Maladies cardio-vasculaires Insuffisance vasc cérébrale Risque Graisses animales Tabagisme Surpoids et obésité chez l adulte Diabète Excès d alcool Alves Frontiers in Neurology 2012

12 Âge +++ (risque x 2 tous les 5 ans entre 65 et 85 ans) Alves Frontiers in Neurology 2012

13 Graisses animales Porc, mouton, bovins.. Lard, charcuterie, fromage Inflammation Défenses Lésions des vaisseaux Tabac Excès de poids Lésions des vaisseaux Atteintes du cerveau Diabète graisses dans le sang Inflammation Lésions des vaisseaux Diabète Lésions des vaisseaux Excès d alcool (> 2 v/j?) Lésions des vaisseaux Atteintes du cerveau Hooijmans Eur J Pharmacol 2008 ; Ramesh J Alzheimers Dis 2010 ; Panza JAMA 2008

14 Facteurs protecteurs Risque de maladie d Alzheimer

15 Des hypothèses Possible effet des oméga 3 : poissons gras, huile de colza et de noix Faible consommation d alcool 1 à 6 verres / semaine Activité physique Activité intellectuelle? Velho S Clin Nutr 2008; Alves Frontiers in Neurology 2012 ; Gu Neurology 2012 ; Scarmeas Ann Neurol 2006

16 Curcuma, myrtilles, thé vert, huile d olive, vin rouge Polyphénols Antioxydants, effets toxiques du fer, anti-inflammatoires Effets protecteurs Hegde J Alzheimers Dis.2009

17 Régime méditerranéen fruits légumes végétaux huile olive graisses animales poisson fromage viande / volaille Peu d alcool (vin) durant les repas Antioxydants, vitamine E et vitamine C Effets protecteurs Scarmeas Arch Neurol 2006 ; Scarmeas Arch Int Med 2008

18 Bon suivi Faible risque Mauvais suivi Fort risque Risque de survenue de maladie d Alzheimer selon le respect du régime méditerranéen Scarmeas Ann Neurol 2006

19 D autres hypothèses Vitamine E Vitamine C Vitamine B12 et folates Vitamine D Antioxydants Lésions des vaisseaux Récepteurs cérébraux Mais des résultats insuffisants Mizrahi J Nutr Health Aging 2003 ; Fusco Clin Interv Aging 2007 ; Balion Neurology 2012

20 AU TOTAL. Pas de recommandation de régime. Équilibre alimentaire. Les repères du PNNS - Manger-bouger - 5 fruits et légumes par jour. Pas de tabac. Alcool limité ++

21 L alimentation peut-elle agir sur l évolution d une maladie d Alzheimer?

22 L existence d une dénutrition : - dégrade l état général des patients - aggrave la maladie

23 La dénutrition, présente dans 20 à 50% des cas, est définie par : - une perte de poids de 5% ou + en 1 mois - une perte de poids de 10% ou + en 6 mois Ou bien : - un Indice de Masse Corporelle (IMC = poids (kg) / taille² (m²) ) < 21 si âge >= 70 ans ; < 18,5 si < 70 ans

24 Les causes de la dénutrition lors de la MA Pas assez d apports alimentaires Incapacité à réaliser des actes quotidiens : - les courses - préparer le repas Difficultés pour l aidant : - défaut d information - épuisement - négligence

25 Les causes de la dénutrition lors de la MA Pas assez d apports alimentaires Incapacité à réaliser des actes quotidiens : - les courses - préparer le repas Aide ménagère Portage des repas Difficultés pour l aidant : - défaut d information - épuisement - négligence Aide psychologique Formations

26 Les causes de la dénutrition lors de la MA Pas assez d apports alimentaires Tr. du comportement alimentaire : - refus sélectifs - refus de l aide - jeu avec la nourriture - repas avec les doigts - perte de coordination de la déglutition (FR)

27 Les causes de la dénutrition lors de la MA Pas assez d apports alimentaires Tr. du comportement alimentaire : - refus sélectifs - refus de l aide. Changer de régime - jeu avec la nourriture. Aider à l initiation du - repas avec les doigts repas - perte de coordination. Enrichir de la déglutition (FR) l alimentation. Modifier les textures. Alimenter par sonde

28 Recommandations lors de la maladie d Alzheimer. Proposer une prise en charge nutritionnelle orale à toutes les personnes âgées atteintes de la maladie d Alzheimer qui présentent une perte de poids. Adapter cette prise en charge aux éventuels troubles du comportement alimentaire, troubles praxiques, ou troubles de la déglutition HAS. Nutr Clin Metabol 2007

29 . En cas de maladie d Alzheimer légère ou modérée, en cas de perte de poids brutale, il est recommandé de proposer une prise en charge nutritionnelle par la bouche. Si échec, une nutrition artificielle par une sonde digestive peut être proposée. En cas de maladie d Alzheimer sévère il n est pas recommandé de proposer une nutrition artificielle

30 CHU Limoges, Réseau LINUT, Nutricia France

31 Conseils diététiques et enrichissement les apports caloriques et en protéines : - calories cachées : sucres, graisses, féculents - protéines : œufs, poisson, laitages, fromages Modifier les goûts : - assaisonnement : sel, sucre Modifier la texture : - hachés, mixés, crème fraîche, liquides..

32 Conseils diététiques et enrichissement Modifier la température : - Selon tolérance Travailler sur les rythmes : - grignotage - boissons répétées, en petite quantité Autres conseils : - consommer selon les envies - varier les repas ++ - respecter les horaires de repas

33 Compléments nutritionnels oraux (CNO) Produits très variés Textures très variées Quand les prendre? Qu y a-t-il à payer?

34

35 Compléments nutritionnels oraux (CNO) volumes énergie protéines ml kcal 8-20 g eaux gélifiées poudres avec protéines, fibres prise en charge = oui

36 Compléments nutritionnels oraux (CNO) Modalités - >=2 unités/j - ne remplacent pas le repas - à distance ou en fin de repas - +/- frais / chaud

37 Modalités Compléments nutritionnels oraux (CNO) - durée d utilisation : 2 h (temp ambiante) 24 h (frigo) - varier goûts et textures +++ NB : forme neutre possible (ajout) - vérifier la consommation réelle

38 L alimentation peut jouer sur la survenue d une maladie d Alzheimer, donc sur la mémoire

39 L alimentation peut jouer sur la survenue d une maladie d Alzheimer, donc sur la mémoire EQUILIBRE ALIMENTAIRE

40 L alimentation peut jouer sur la survenue d une maladie d Alzheimer, donc sur la mémoire EQUILIBRE ALIMENTAIRE Elle a également un rôle majeur chez un patient dont la maladie est déclarée

41 L alimentation peut jouer sur la survenue d une maladie d Alzheimer, donc sur la mémoire EQUILIBRE ALIMENTAIRE Elle a également un rôle majeur chez un patient dont la maladie est déclarée MANGER SUFFISAMMENT

Nutrition et cognition : constats et pistes

Nutrition et cognition : constats et pistes U 1073 Nutrition et cognition : constats et pistes Pr Pierre DECHELOTTE Département Nutrition Clinique UMR INSERM 1073 pierre.dechelotte@chu-rouen.fr Nutrition et cognition Nutrition du cerveau Troubles

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

Prévenir... l excès de cholestérol

Prévenir... l excès de cholestérol Prévenir... l excès de cholestérol 11 Apprenons à connaître cet ennemi : le cholestérol... Qu est-ce que c est? C est une graisse naturelle, indispensable à l organisme. En particulier, c est un constituant

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent

Plus en détail

L eau : la seule boisson indispensable

L eau : la seule boisson indispensable L eau : la seule boisson indispensable Pourquoi faut-il boire de l eau? EAU = CONSTITUANT N 1 DU CORPS Pourquoi faut-il boire de l eau? EAU = CONSTITUANT N 1 DU CORPS Nourrisson : 75 % Adulte : 60 % Adulte

Plus en détail

Guide nutrition pour concilier plaisir & équilibre

Guide nutrition pour concilier plaisir & équilibre Guide nutrition pour concilier plaisir & équilibre Votre alimentation, c est votre santé! L évolution des comportements alimentaires en France fait de la nutrition un enjeu national et une priorité de

Plus en détail

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030.

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030. «AUTONOMIE : QUELLE NUTRITION?» Introduction : L alimentation permet de couvrir nos différents besoins qualitatifs et quantitatifs en nutriments, mais aussi de développer des liens sociaux et affectifs.

Plus en détail

CŒUR ET VOS ARTÈRES NÉCESSITE DU BON SENS ET LA CONNAISSANCE DE QUELQUES RÈGLES DIÉTÉTIQUES.

CŒUR ET VOS ARTÈRES NÉCESSITE DU BON SENS ET LA CONNAISSANCE DE QUELQUES RÈGLES DIÉTÉTIQUES. Mangez de «Bon Cœur» ADOPTER UNE ALIMENTATION ÉQUILIBRÉE ET SAINE POUR PROTÉGER VOTRE CŒUR ET VOS ARTÈRES NÉCESSITE DU BON SENS ET LA CONNAISSANCE DE QUELQUES RÈGLES DIÉTÉTIQUES. Variez les aliments On

Plus en détail

Etude de l état nutritionnel de 1550 personnes âgées hébergées dans 67 maisons de retraite en France métropolitaine

Etude de l état nutritionnel de 1550 personnes âgées hébergées dans 67 maisons de retraite en France métropolitaine Etude de l état nutritionnel de 1550 personnes âgées hébergées dans 67 maisons de retraite en France métropolitaine Desport JC, Zazzo JF, Bonnabeau H, Lesourd B, Dorigny B, Mazon V, Gibel L, Hébuterne

Plus en détail

- Votre lettre d information n 24 - Juillet 2014 Caisse primaire d Assurance Maladie de l Allier

- Votre lettre d information n 24 - Juillet 2014 Caisse primaire d Assurance Maladie de l Allier AM@llier - Votre lettre d information n 24 - Juillet 2014 Caisse primaire d Assurance Maladie de l Allier U ne alimentation variée et équilibrée, associée à une activité physique régulière, aide à rester

Plus en détail

Nutrition et Cancer du sein

Nutrition et Cancer du sein Nutrition et Cancer du sein Anne-Sophie KEMPF Diététicienne - Centre Léon Bérard Lyon Département cancer et environnement Interventions au sein du Centre Léon Bérard : Mise en place d un programme de prise

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 43 SOMMAIRE Le contrôle de poids Les chiffres clés Les principes du contrôle de poids Les objectifs Les habitudes alimentaires à adopter Le contrôle de poids

Plus en détail

http://www.herbajovis.com/informations-cles-nutritionnelles-de-la-menopause-pxl-14_18.html Clés nutritionnelles de la ménopause

http://www.herbajovis.com/informations-cles-nutritionnelles-de-la-menopause-pxl-14_18.html Clés nutritionnelles de la ménopause http://www.herbajovis.com/informations-cles-nutritionnelles-de-la-menopause-pxl-14_18.html Clés nutritionnelles de la ménopause Clés nutritionnelles de la ménopause La nutrition est un des éléments du

Plus en détail

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour.

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour. I OUI! Riz, pâtes, pommes de terre, pain, légumes secs, les féculents sont la base de notre alimentation et sont nécessaires à chaque repas, en quantités adaptées à l âge et de l appétit de chacun des

Plus en détail

Nutrition : L équilibre alimentaire

Nutrition : L équilibre alimentaire Nutrition : L équilibre alimentaire Module 1 Sources : dossier «Cap sciences 2004» http : //www.nutrition-sante.com http : //www.inpes.santé.fr http : //www.mangerbouger.fr/pnns 1 Nutrition et équilibre

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

«La Suggestion Equilibre du jour»

«La Suggestion Equilibre du jour» «La Suggestion Equilibre du jour» L équilibre alimentaire Les principes de base Ce document est conforme au Mise à jour Février 2008 www.sodexho.com www.sodexo.com SOMMAIRE 1 La composition des aliments

Plus en détail

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS LES ENFANTS QUI FONT DU SPORT ET SONT EN PÉRIODE DE CROISSANCE ONT-ILS DES BESOINS NUTRITIONNELS PARTICULIERS? Croissance + Sport = Besoins énergétiques Besoins en

Plus en détail

Qu est-ce que l équilibre alimentaire?

Qu est-ce que l équilibre alimentaire? Je m'informe sur l'équilibre alimentaire Notre bonne santé est en grande partie liée à notre alimentation. Il est donc essentiel d avoir une alimentation équilibrée, même lorsqu on ne souffre d aucune

Plus en détail

lyondellbasell.com Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé

lyondellbasell.com Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé Manger ceci Pas cela Pour une Meilleure Santé Changer Ses Choix; Changer Sa Vie Cette présentation est destinée à aider à prendre de meilleures décisions en matière de nutrition afin d'améliorer sa santé.

Plus en détail

Partie I : DESCRIPTIF DE L'ETABLISSEMENT

Partie I : DESCRIPTIF DE L'ETABLISSEMENT ETAT DES LIEUX DES 'REGIMES' DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE / EHPAD. Le questionnaire s'intéresse aux 'régimes' figurant dans un répertoire papier ou informatisé mis à disposition des soignants. Le recours

Plus en détail

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée Par Eva MILESI Diététicienne DE Janvier 2011 Pourquoi cette prise en charge

Plus en détail

NUTRITION ET DEMENCES. Corinne Capet - 12 juin 2008

NUTRITION ET DEMENCES. Corinne Capet - 12 juin 2008 NUTRITION ET DEMENCES Corinne Capet - 12 juin 2008 NUTRITION ET DEMENCES I. Facteurs de risque nutritionnels de déclin cognitif II. Perte de poids et maladie d Alzheimer Facteurs de risque nutritionnels

Plus en détail

Prise de poids progressive (+10kg) depuis l arrêt du tabac il y a 5 ans. Pas de complications

Prise de poids progressive (+10kg) depuis l arrêt du tabac il y a 5 ans. Pas de complications Etude de cas pour le devoir sur table Patient diabétique de type2 Homme de 49 ans, marié, 2 enfants, DNID diagnostiqué il y a 2 ans traité par metformine, travail de bureau avec repas d affaire et sédentaire.

Plus en détail

Prévenir... par une alimentation équilibrée

Prévenir... par une alimentation équilibrée Prévenir... par une alimentation équilibrée 12 L alimentation, la meilleure alliée pour notre santé Notre alimentation joue un rôle essentiel pour construire notre santé. En revanche, une «alimentation

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer 1 Maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative du tissu cérébral qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales. C est la

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 POURQUOI Prévalence élevée des MCV en Lorraine et notamment en Moselle est Surmortalité en Lorraine de

Plus en détail

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator

Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Les Maladies Non Transmissibles (Île Maurice) Dr M. R. Aumeerally Medecine d Urgence Santé Publique et Épidémiologie ( Bordeaux) NCD Coordinator Vers une mode de vie plus saine Adopting A Healthy Lifestyle

Plus en détail

PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA. CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016

PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA. CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016 PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016 PLAN MESURES HYGIENO-DIETETIQUES Le sport L alimentation Tabac et alcool ELEMENTS DE

Plus en détail

ASPECTS NUTRITIONNELS

ASPECTS NUTRITIONNELS ASPECTS NUTRITIONNELS L équilibre énergétique Substrats + O 2 = énergie + Eau + C0 2 Substrats: glucides, lipides, protides Énergie: métabolisme basal, APS, thermorégulation De cet équilibre dépend le

Plus en détail

Prévenir... par une alimentation équilibrée

Prévenir... par une alimentation équilibrée Prévenir... par une alimentation équilibrée 12 Qu est-ce que l équilibre alimentaire? Un apport suffisant en nutriments Les aliments apportent à l organisme diverses substances dénommées nutriments (glucides,

Plus en détail

L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE

L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE Comment? *Diminution des graisses *Contrôle des sucres et féculents *Au moins 3 repas par jour *Faire un vrai petit-déjeuner *Augmenter l'activité physique! Dans quels

Plus en détail

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE Eliminer toute source d inconfort (douleurs, besoins impérieux ) Prévoir un temps suffisant pour le repas: 45 mn environ en évitant toute sollicitation intempestive è gain de 25% des apports alimentaires

Plus en détail

Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION

Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION Dominique Delafond, Diététicienne Centre hospitalier de la côte basque Ingrid Lescarret, Gériatre Centre hospitalier de la côte basque

Plus en détail

Au Luxembourg, plus d une personne sur deux ignore qu elle souffre d hypertension artérielle!

Au Luxembourg, plus d une personne sur deux ignore qu elle souffre d hypertension artérielle! Au Luxembourg, plus d une personne sur deux ignore qu elle souffre d hypertension artérielle! FR stress >50 ans Non diagnostiquée, l hypertension artérielle peut être mortelle. Faites-vous dépister! L

Plus en détail

Au moins 5 par jour. A chaque repas selon l appétit. 3 par jour. 1 à 2 fois par jour

Au moins 5 par jour. A chaque repas selon l appétit. 3 par jour. 1 à 2 fois par jour UNE ALIMENTATION EQUILIBREE ET DIVERSIFIEE POUR LES INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES DEFINITI ION Une alimentation équilibrée consiste à privilégier les aliments permettant de couvrir les besoins nutritionnels

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

tique et Diabète de type 2

tique et Diabète de type 2 Diététique tique et Diabète de type 2 Démarche éducative au RSND41 DU Education pour la santé / Education thérapeutique SALHI Latifa Diététicienne Réseau Santé Nutrition Diabète 41 Réseau Santé Nutrition

Plus en détail

coeur Quiz aux vrai pourquoi? comment? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR

coeur Quiz aux vrai pourquoi? comment? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR ? TOUT SAVOIR POUR PRENDRE SOIN DE SON COEUR coeur Quiz aux vrai? pourquoi? comment? Avec 180 000 décès par an, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en France. Les différentes

Plus en détail

Ce carnet personnel t a été remis par ton médecin. Tu trouveras notamment : des informations utiles sur l alimentation, le rôle de l eau dans l

Ce carnet personnel t a été remis par ton médecin. Tu trouveras notamment : des informations utiles sur l alimentation, le rôle de l eau dans l Carnet personnel 2 Ce carnet personnel t a été remis par ton médecin. Tu trouveras notamment : des informations utiles sur l alimentation, le rôle de l eau dans l organisme et des reins pour comprendre

Plus en détail

Alimentation et santé cardiovasculaire. Brochure informative. Centre Hospitalier Regional de Verviers

Alimentation et santé cardiovasculaire. Brochure informative. Centre Hospitalier Regional de Verviers Alimentation et santé cardiovasculaire Brochure informative Centre Hospitalier Regional de Verviers Conseils généraux : REDUIRE LA CONSOMMATION D ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE AUGMENTER LA CONSOMMATION D

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007 Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Juin 2007 Prévalence de la dénutrition chez les personnes âgées A domicile : 4-10 % En institution : 15-38

Plus en détail

UNE ALIMENTATION SAINE. Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine

UNE ALIMENTATION SAINE. Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine UNE ALIMENTATION SAINE Mireille Moreau DtP, MSc Nutrition Humaine RECOMMANDATIONS ALIMENTAIRES Manger 3 repas/jour à des heures régulières Mangez lentement et choisissez des aliments nutritifs! Ne pas

Plus en détail

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante»

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Le rôle du diététicien Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Virginie DUBOIS Diététicienne-nutritionniste (Paris) Observations et Rôles du diététicien Interrogations et remarques de patients

Plus en détail

Epigénétique, cancer et alimentation Questions brûlantes, réponses tièdes

Epigénétique, cancer et alimentation Questions brûlantes, réponses tièdes Rencontres Scientifiques des Grands Causses 2015 Epigénétique, cancer et alimentation Questions brûlantes, réponses tièdes Christophe LAVELLE Muséum National d Histoire Naturelle / CNRS / INSERM Paris,

Plus en détail

Prise en charge diététique des facteurs de risque de la maladie Cardiovasculaire. Centre d éducation Cardio-vasculaire EDUCOEUR DINARD

Prise en charge diététique des facteurs de risque de la maladie Cardiovasculaire. Centre d éducation Cardio-vasculaire EDUCOEUR DINARD Prise en charge diététique des facteurs de risque de la maladie Cardiovasculaire Centre d éducation Cardio-vasculaire EDUCOEUR DINARD Diététique et facteurs de risque Les 4 règles d or de la prévention

Plus en détail

Alimentation, le petit déjeuner

Alimentation, le petit déjeuner Alimentation, le petit déjeuner Action d éducation et de prévention Séance avec les Secondes SEN Groupe EIE et ASI Généralités sur l alimentation I-LES NUTRIMENTS Les Protéines ==> Nutriments qui composent

Plus en détail

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander?

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander? BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD

Plus en détail

Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin

Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin Evaluation initiale par un réseau de nutrition des patients atteints de SLA en région Limousin Pierre Jésus 1, Aude Massoulard 2, Olivier Laplagne 2, Benoît Marin 3,5, Marie Nicol 4, Philippe Couratier

Plus en détail

SOMMAIRE. Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE. Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE NIVEAU 1

SOMMAIRE. Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE. Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE NIVEAU 1 AJOUT CATALOGUE SOMMAIRE SANTE ET TRAVAIL Page 3 ÉTUDE DIAGNOSTIC DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Page 4 PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX - CONFERENCE Page 5 LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LE DOCUMENT UNIQUE

Plus en détail

Les habitudes alimentaires dans Constances perceptions subjectives et adéquation aux recommandations nutritionnelles

Les habitudes alimentaires dans Constances perceptions subjectives et adéquation aux recommandations nutritionnelles Les habitudes alimentaires dans Constances perceptions subjectives et adéquation aux recommandations nutritionnelles Marie PLESSZ INRA Aliss, UMS 011 Cohortes en population INSERM/UVSQ En collaboration

Plus en détail

A3 Tu prends soin de ton corps

A3 Tu prends soin de ton corps A3 Tu prends soin de ton corps Tu trouves dans cette partie des informations sur l alimentation et sur les étirements. A3.1 L équilibre nutritionnel On parle de ce que l on mange de deux manières différentes

Plus en détail

Cette exposition est proposée par le Service Santé Enfance et la Direction Petite Enfance de la Ville de Rennes. Les illustrations ont été réalisées

Cette exposition est proposée par le Service Santé Enfance et la Direction Petite Enfance de la Ville de Rennes. Les illustrations ont été réalisées Cette exposition est proposée par le Service Santé Enfance et la Direction Petite Enfance de la Ville de Rennes. Les illustrations ont été réalisées par Emmanuelle Houssais. Le choix du lait maternel ou

Plus en détail

Nutrition et Ostéoporose

Nutrition et Ostéoporose Objectifs Nutrition et Ostéoporose Que faut-il savoir? Savoir conseiller une alimentation adéquate pour prévenir l ostéoporose Identifier les patients à risque Intégrer à une consultation au cabinet une

Plus en détail

Epidémiologie et facteurs de risque de maladie alcoolique du foie

Epidémiologie et facteurs de risque de maladie alcoolique du foie Epidémiologie et facteurs de risque de maladie alcoolique du foie Professeur Sylvie Naveau Hôpital Antoine Béclère SEMINAIRE des DES d HGE 14/1/2006 EPIDEMIOLOGIE En France, la prévalence des malades atteints

Plus en détail

Équilibre alimentaire et. Dr jm Lagarde octobre santé

Équilibre alimentaire et. Dr jm Lagarde octobre santé 2015 Équilibre alimentaire et Dr jm Lagarde octobre 2015 santé POURQUOI CET EXPOSE CHANGEMENT ALIMENTATION DIMINUTION DES DEPENSES CALORIQUES MODIFICATION DES ALIMENTS INTOLERANCE LAIT GLUTEN PERTE DES

Plus en détail

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua I. INTRODUCTION (1) L OMS définit le diabète sucré comme étant un état d hyperglycémie chronique en rapport avec des facteurs, les

Plus en détail

FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS

FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS 1 FAO A. BESOINS NUTRITIONNELS Energétique alimentaire : Le corps humain a besoin d énergie pour accomplir toutes ses fonctions physiologiques, y compris le travail et autres activités, le maintien de

Plus en détail

L équilibre alimentaire

L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire Les apports nutritionnels conseillés (ANC) Exemples d équivalences alimentaires La Pyramide alimentaire et les différents groupes d aliments Les recommandations

Plus en détail

Les 3 axes du challenge de contrôle de poids. Session 12

Les 3 axes du challenge de contrôle de poids. Session 12 Les 3 axes du challenge de contrôle de poids Session 12 Challenge de la semaine Faisons le point sur notre semaine Challenge12sem-S12-les3axes-Dec2012 2 Comment contrôler son poids? 3 axes Place de l alimentation

Plus en détail

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile!

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Notre corps a besoin: de lipides qui apportent de l énergie et permettent la croissance des cellules, de glucides qui donnent de l'énergie,

Plus en détail

Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route.

Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route. Des fruits et légumes à l effet santé des polyphénols: l une longue route. Claire DUFOUR Unité Sécurité et Qualité des Produits d Origine Végétale INRA PACA Avignon 9 octobre 2015 FRUITS & LÉGUMES (F&L):

Plus en détail

Quelle(s) prévention(s) pour un vieillissement en santé. Professeur A. GENTRIC CHU Brest JE 2535 Octobre 2011

Quelle(s) prévention(s) pour un vieillissement en santé. Professeur A. GENTRIC CHU Brest JE 2535 Octobre 2011 Quelle(s) prévention(s) pour un vieillissement en santé Professeur A. GENTRIC CHU Brest JE 2535 Octobre 2011 Vieillissement Définition : Tous les changements» Physiologiques» Cellulaires» Sociaux» Culturels»

Plus en détail

L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF. le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1

L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF. le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1 L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1 PLAN LES NUTRIMENTS MACRONUTRIMENTS MICRONUTRIMENTS HYDRATATION LA JOURNEE ALIMENTAIRE DU JEUNE SPORTIF DEPISTAGE DES TCA

Plus en détail

Proposées par. Crème biscuitée et délice de dattes. Crème persane

Proposées par. Crème biscuitée et délice de dattes. Crème persane Proposées par Crème biscuitée et délice de dattes Crème persane Mousse à la cannelle sur lit de pommes Mousse au chocolat à la noix de coco Mousse au citron Riz au lait au chocolat Riz au lait aux abricots

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

Comment améliorer son Bien être et Contrôler son Poids?

Comment améliorer son Bien être et Contrôler son Poids? Comment améliorer son Bien être et Contrôler son Poids? 1 Comment choisit on ce que l on mange? Que regardez vous avant d acheter un produit alimentaire? 2 Est ce que vous regardez ce qui est vraiment

Plus en détail

INFOS PATIENTS. Dénutrition & troubles du goût

INFOS PATIENTS. Dénutrition & troubles du goût INFOS PATIENTS Dénutrition & troubles du goût C EST QUOI LA DÉNUTRITION? DÉNUTRITION : QU EST-CE QUE C EST? La dénutrition est un mauvais état nutritionnel favorisé par une perte d appétit, des difficultés

Plus en détail

La Nutrition. Les aliments et leurs fonctions

La Nutrition. Les aliments et leurs fonctions La Nutrition Les aliments et leurs fonctions Les aliments Les constituants alimentaires Les besoins alimentaires La valeur énergétique des aliments La valeur nutritive des aliments Les constituants aliments

Plus en détail

DIABETE ET ALIMENTATION. Amiel Christine Antoni Hadrien Asri Latifa Aygret Caroline

DIABETE ET ALIMENTATION. Amiel Christine Antoni Hadrien Asri Latifa Aygret Caroline DIABETE ET ALIMENTATION Amiel Christine Antoni Hadrien Asri Latifa Aygret Caroline 1 PLAN I.INTRODUCTION II.DIABETE ET ALIMENTATION 1.Généralités sur l alimentation 2.Définition du diabète 3.Les régimes

Plus en détail

Prévention après cancer

Prévention après cancer Prévention après cancer dispositif de fin de traitement Dr Florence BURGAUD Département d anticipation et de suivi du cancer Déclaration de liens d intérêt :aucun En 30 ans nombre de cancers : + 100% Mortalité

Plus en détail

LA DENSITE CALORIQUE. Damien GALTIER, diététicien

LA DENSITE CALORIQUE. Damien GALTIER, diététicien LA DENSITE CALORIQUE LA DENSITE CALORIQUE 1. Diététique et équilibre alimentaire 2. Balance calorique et régulation pondérale 3. Manger plus pour contrôler son poids 4. La régulation de la prise alimentaire

Plus en détail

Alimentation du sportif

Alimentation du sportif Alimentation du sportif Séverine Chédel, diététicienne diplômée HES, Neuchâtel www.espace-nutrition.ch Fédération suisse de ski nautique et wakeboard Macolin, 5 avril 2014 Ma formation et mes expériences

Plus en détail

Mon guide nutritionnel pour un cœur en santé. La formation et la recherche pour

Mon guide nutritionnel pour un cœur en santé. La formation et la recherche pour pour un cœur en santé La formation et la recherche pour Pour un cœur en santé 02 Mon plan de soins nutritionnels pour améliorer : Mes stratégies gagnantes sont : pages Ma boîte à outils : 25 Stratégies

Plus en détail

L ALIMENTATION DU FOOTBALLEUR. Docteur Stéphane CASCUA Médecine et Nutrition du sport

L ALIMENTATION DU FOOTBALLEUR. Docteur Stéphane CASCUA Médecine et Nutrition du sport L ALIMENTATION DU FOOTBALLEUR Docteur Stéphane CASCUA Médecine et Nutrition du sport LA PYRAMIDE ALIMENTAIRE LES FECULENTS Pour courir plus vite, mangez des «vrais sucres lents» Pourquoi «lents»? Pourquoi

Plus en détail

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline PLAN Besoins nutritionnels. Apports alimentaires. Dénutrition. Régime sans sel. Régime diabétique.

Plus en détail

2-Vrai ou faux? 9. Il faut boire de l eau réparti pendant toute la journée. 10. C est bien de manger du fromage tous les jours.

2-Vrai ou faux? 9. Il faut boire de l eau réparti pendant toute la journée. 10. C est bien de manger du fromage tous les jours. 1-Écoutez cette émission télé qui vous propose dix conseils de bien-être, puis répondez aux questions cidessous. 2-Vrai ou faux? VRAI FAUX 1. Il ne faut pas varier les fruits. 2. Il faut manger des produits

Plus en détail

Evolution de la consommation de matières grasses mesurée par les bilans d approvisionnement

Evolution de la consommation de matières grasses mesurée par les bilans d approvisionnement Evolution de la consommation de matières grasses mesurée par les bilans d approvisionnement P. Casagrande Ministère de l Alimentation, de l Agriculture et de la Pêche Service de la Statistique et de la

Plus en détail

Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans

Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans Alimentation : des besoins qui évoluent au fil des ans Bien vieillir Le corps se transforme De quoi s'agit-il? Au fil des ans, la composition corporelle change ; la masse musculaire se réduit au profit

Plus en détail

Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers

Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers Brigitte Coudray diététicienne nutritionniste, Les groupes d aliments Groupes d aliments Produits

Plus en détail

L'alimentation des seniors

L'alimentation des seniors L'alimentation des seniors Et le bien vieillir Mercredi 27 novembre 2013 Relation à long-terme entre l alimentation globale et les performances cognitives : Résultats de l étude SU.VI.MAX Dr Monique Ferry

Plus en détail

LE SEL : IL EN FAUT UN PEU MAIS PAS TROP

LE SEL : IL EN FAUT UN PEU MAIS PAS TROP LE SEL : IL EN FAUT UN PEU MAIS PAS TROP CE QUE LE SEL NOUS APPORTE. Le sodium qu il contient (la formule chimique du sel de cuisine est NaCl = Chlorure de sodium) joue un rôle important pour notre organisme

Plus en détail

PNNS : quatre lettres pour être bien dans son corps

PNNS : quatre lettres pour être bien dans son corps Bien se nourrir Pour faire face à l'obésité et aux risques pour la santé qui en résultent, les pouvoirs publics ont lancé le PNNS : le Programme National Nutrition Santé Toutes les études scientifiques

Plus en détail

LA NUTRITION LES ADOS

LA NUTRITION LES ADOS BRIGITTE LASTRADE Brigitte Lastrade a été, de 1988 à 2000, membre de l équipe canadienne de judo. Elle est détentrice de 9 titres canadiens dont 6 en senior dans 3 catégories de poids différentes. Athlète

Plus en détail

Hygiène de vie pour le maintien d une bonne circulation sanguine

Hygiène de vie pour le maintien d une bonne circulation sanguine Hygiène de vie pour le maintien d une bonne circulation sanguine Les troubles de la circulation sont divers : Artérite, Angor, Athérosclérose, jambes sans repos, couperose, rosacée, hémorroïdes, phlébite,

Plus en détail

Une alimentation équilibrée:

Une alimentation équilibrée: Grandes Conférences de l ULg à Verviers 2016 2017 Espace Duesberg Une alimentation équilibrée: Est-ce utile? Est-ce possible? Pr Nicolas PAQUOT Département de Médecine Interne Service de Diabétologie,

Plus en détail

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes

COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes COMMENT RENUTRIR UNE PERSONNE AGÉE EN INSTITUTION? Expérience du Centre Hospitalier du Mont Dore Melles Fabre Marion et Coste Mélanie diététiciennes Melles Fabre Marion et Coste Mélanie, diététiciennes,

Plus en détail

Une saine alimentation dans son assiette!

Une saine alimentation dans son assiette! Une saine alimentation dans son assiette! Pour grandir en forme et en santé, ton assiette doit être composée d aliments des 4 groupes alimentaires et en quantité suffisante. Pour débuter la journée du

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 47 SOMMAIRE Les femmes actives Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des femmes Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments Herbalife

Plus en détail

Alimentation saine pour vous et votre famille : Mythes et pistes de solution!

Alimentation saine pour vous et votre famille : Mythes et pistes de solution! Projet: Santé communautaire globale région Saint-John s, TNL Alimentation saine pour vous et votre famille : Mythes et pistes de solution! Natasha McLaughlin, BSc. (Nutr.) Dt. P. Le 20 janvier 2011 ~AU

Plus en détail

Lifestyle Balanced Solutions

Lifestyle Balanced Solutions Lifestyle Balanced Solutions Un programme proposé par Amway Connaissances générales et informations détaillées Dr. Claudia Osterkamp Parcours professionnel : Diplômée de l Université de Munich en Nutrition

Plus en détail

Nutrition et cancer colorectal. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003

Nutrition et cancer colorectal. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003 Nutrition et cancer colorectal Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003 Nutrition et cancer colo rectal Le cancer colorectal continue à être un problème

Plus en détail

Les produits spécifiques pour sportifs Pertinence de leur utilisation?

Les produits spécifiques pour sportifs Pertinence de leur utilisation? Les produits spécifiques pour sportifs Pertinence de leur utilisation? RRMES Vevey 3 mars 2016 Ressort Sport d élite - Nutrition du Sport L alimentation du sportif Gammes, offre, marché ENORME! 2 Patrouille

Plus en détail

Bilan du mois de Juillet

Bilan du mois de Juillet Alimentation-Nutrition-Santé Hygiène-Assainissement-Education Prévenir, soigner et soutenir pour une Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle durable Radio Océan Fm Emission : La casserole du chef Fréquence

Plus en détail

Lifestyle Balanced Solutions

Lifestyle Balanced Solutions Programme Amway Lifestyle Balanced Solutions Informations de fond Dr. Claudia Osterkamp Parcours professionnel : Diplômée de l Université de Munich en Nutrition et Science de l Alimentation. Nutritionniste

Plus en détail

Nutrition et insuffisance cardiaque. Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges

Nutrition et insuffisance cardiaque. Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges Nutrition et insuffisance cardiaque Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges nutrition@unilim.fr Le pronostic de l insuffisance cardiaque décompensée reste

Plus en détail

Vous vivez seul? Vous appréciez les conditionnements individuels de ces produits.

Vous vivez seul? Vous appréciez les conditionnements individuels de ces produits. A court d idées pour savoir que faire à manger? Vous achetez des plats préparés Vous vivez seul? Vous appréciez les conditionnements individuels de ces produits. Vous ne savez pas, vous n aimez pas ou

Plus en détail