Le site et ses installations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le site et ses installations"

Transcription

1 CARTE D IDENTITE CSA Centre de stockage de l Aube pour les déchets de faible et moyenne activité à vie courte Actualisée au 15/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Le CSA (Centre de stockage de l Aube, pour les déchets de faible et moyenne activité à vie courte) est implanté dans le département de l Aube sur les communes de Soulaines-Dhuys, Epothémont et Ville-aux- Bois situées à une cinquantaine de kilomètres à l Est de Troyes. Etendu sur 95 hectares, dont 30 hectares réservés au stockage des déchets radioactifs, ce Centre est autorisé à accueillir 1 million de m3 de colis de déchets de faible et moyenne activité majoritairement à vie courte. Le Centre emploie 80 agents Andra et une centaine de personnes travaillant pour le compte d entreprises extérieures. Activités du site Le CSA est exploité par l Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) depuis le 13 janvier Il est le 2ème centre de stockage de surface pour les déchets radioactifs construit en France. Il a pris le relais du Centre de stockage de la Manche qui a reçu des colis de déchets radioactifs de 1969 à Après sa phase d exploitation, le site continuera d être surveillé pendant au moins 300 ans, jusqu à ce que l impact du stockage soit comparable à celui de la radioactivité naturelle. Le concept de stockage du CSA repose sur un ensemble de barrières garantissant le confinement de la radioactivité contenue dans les déchets, le temps que cette radioactivité ait suffisamment décru et ne présente plus de risque pour l homme et l environnement. Ces barrières de confinement sont : les colis à enveloppe béton ou métallique contenant les déchets toujours sous forme solide ;

2 les ouvrages de stockage en béton armé dans lesquels sont disposés les colis de déchets, complétés des réseaux de collecte des eaux superficielles et d infiltration. Cette barrière sera renforcée à terme par une couverture définitive qui viendra recouvrir l ensemble des ouvrages de stockage ; le milieu géologique, situé au droit du centre et à son aval hydraulique, composé d une couche de sable drainant et d une couche d argile protégeant les nappes phréatiques sous-jacentes. INB du site : l INB n 149 i Obtenir des informations sur le cadre législatif et réglementaire des INB (à venir) Le Centre est principalement équipé : d une zone de stockage de 30 hectares sur laquelle sont construits par tranche les ouvrages en béton accueillant les colis de déchets radioactifs. d un atelier de conditionnement des déchets composé : o d une unité de compactage destinée à compresser des fûts métalliques de 200 litres contenant des déchets compactables (plastiques, chiffons...) afin de réduire leur volume et de permettre leur stockage ; o d une unité d injection permettant de bloquer dans un mortier des déchets volumineux et lourds (tubes, ferrailles...) présents dans des caissons métalliques de 5 m3 et 10 m3, afin de garantir la résistance mécanique des colis. d une salle de conduite permettant le pilotage de l unité de compactage et une supervision de l ensemble du Centre. d un laboratoire radiologique réalisant la quasi-totalité des analyses radiologiques définies dans le plan de surveillance du CSFMA. d un bâtiment de transit assurant l entreposage temporaire des colis de déchets afin de : o réguler les flux de colis à traiter (ACD) ou stocker ; o mettre en attente des colis sélectionnés pour subir des contrôles de second niveau complémentaires aux contrôles effectués à la réception ; o mettre en attente des colis pour lesquels des compléments d information sont attendus du producteur. d une structure expérimentale de couverture (SEC) pour étudier un concept de couverture qui sera installée au-dessus des ouvrages de stockage après leur exploitation et devra assurer l étanchéité de la zone de stockage à long terme. d un bassin d orage recueillant toutes les eaux pluviales tombant sur le site. Une fois contrôlées, ces eaux sont rejetées dans le ruisseau Les Noues d Amance. Le bassin d orage sert également de réserve d eau en cas d incendie. Le CSA est placé sous l autorité de contrôle de l ASN pour la sûreté, avec l appui technique de l IRSN. L Andra publie chaque année un rapport d activité spécifique en vertu des articles L et L du code de l environnement (ex article 21 de la loi Transparence et sécurité en matière nucléaire - TSN).

3 Repères, évolution du site 1986 : choix du site 1989 : décret d autorisation de création de l installation nucléaire de base 1992 : début de l exploitation 1993 : Mise en service de l unité de compactage 2000 : réception du e m3 de colis de déchets 2001 : obtention de la double certification ISO 9001 et ISO pour tous les sites de l Andra 2004 : réception des premiers couvercles de cuves 2006 : arrêté fixant de nouvelles limites pour les rejets d effluents liquides et gazeux 2007 : réception du e m3 de colis de déchets : réalisation du plus gros chantier de construction d ouvrages de stockage Pour en savoir plus sur l actualité du site Prévention des risques Démarche de prévention des risques i Obtenir des informations sur la démarche de prévention des risques (à venir) Les installations du CSA ont été conçues pour résister à tous les risques qu ils soient d origine naturelle (séisme, inondation) ou humaine (incendie, chute d avion par ex.). Risque sismique : Situé dans le Bassin Parisien, le CSA est dans une zone où la sismicité naturelle est très faible. Le centre a toutefois été conçu pour résister à des séismes 5 fois plus puissants que ceux observés dans la région. Risque inondation : Le CSA est implanté hors zone inondable par les crues des rivières proches et la base des ouvrages de stockage est construite au-dessus du plus haut niveau de la nappe historiquement observé. Risque aérien : Ce risque a été pris en compte dans la conception du Centre afin que la robustesse des ouvrages de stockage permette de réduire au maximum la pénétration éventuelle d un avion dans l ouvrage et de limiter l endommagement des colis. Les ouvrages de stockage sont ainsi remplis de gravier ou de béton entre les colis et sont recouverts d une dalle de béton de plusieurs dizaines de centimètres d épaisseur. Risque incendie : Tout déchet inflammable ou explosif est interdit en stockage. Les déchets sont froids, inertes et stabilisés avant d être stockés. En cas d incendie accidentel pendant l exploitation du Centre, des équipes de secours sont en permanence sur le site pour intervenir le plus rapidement possible. Organisation Les exploitants nucléaires sont dotés d une organisation qui leur permet de gérer des situations d urgence. Des permanences pour motif de sécurité sont mises en place y compris en dehors des heures normales de

4 travail. Des exercices de vérification de l efficacité de ces dispositifs sont régulièrement menés en interne et en externe en collaboration avec les services de l Etat chargés de la sécurité civile et les autorités de sûreté. Situation d urgence/information PPI i Obtenir des informations sur les situations d urgence (à venir) L organisation est définie par le Plan d Urgence Interne (PUI), applicable à l intérieur du site et mis en œuvre par le directeur du Centre dès lors qu une situation incidentelle ou accidentelle nécessite l intervention de secours extérieurs. Des exercices de sécurité, appelés «EMILIE» (exercice de mise en œuvre des moyens d intervention et de liaisons extérieurs) sont réalisés au moins une fois par an afin de tester l efficacité des secours internes et la coordination avec les secours extérieurs. Gestion des rejets du site et surveillance de l environnement Plan de surveillance i Obtenir des informations sur la surveillance de la radioactivité dans l environnement (à venir) Le plan de surveillance du Centre est validé par l Autorité de sûreté nucléaire. Chaque année, plus de analyses radiologiques sont effectuées sur des échantillons prélevés sur et aux alentours du site. Ces prélèvements sont réalisés à fréquences régulières dans l air, les eaux souterraines, de pluie et des ruisseaux, les sédiments, la chaîne alimentaire... L impact environnemental du CSA, évalué sur un groupe hypothétique vivant en autarcie à proximité du Centre, est plus de fois inférieur à la limite réglementaire (qui est de 1 millisievert par an) et à la radioactivité naturelle (2.4mSv/an en moyenne en France). La Commission locale d information (Cli) du CSA peut également réaliser des campagnes de prélèvements pour analyses dans et autour du Centre en faisant appel à un laboratoire indépendant. Dans ce cas, des échantillons des prélèvements sont analysés par le laboratoire mandaté par la Cli et d autres par le laboratoire de l Andra afin de comparer les résultats. Lien contacts CLI du CSA

5 Rejets : autorisations Rejets liquides Rejets gazeux Résultats des mesures, impact des rejets sur l environnement et les populations Les résultats réglementaires des mesures de la surveillance de l environnement du CSA sont accessibles : Sur le site du Réseau national de mesures de la radioactivité de l environnement (RNM) sur lequel l Andra publie chaque mois les résultats de 350 mesures environ :

6 Dans les rapports annuels du CSA publiés dans le cadre de l article 21 de la loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire. Lien vers le rapport TSN 2011 Evénements liés aux activités du site Evénements classés sur l échelle INES i Obtenir des informations sur l échelle INES (à venir) Evénements au niveau 2 et supérieurs Aucun événement de niveau 2 et supérieur n est survenu au CSA. Evénements au niveau 1 dans l échelle INES Aucun accident, incident ou anomalie, selon l échelle INES, n est survenu sur le CSA depuis Lien vers la liste des avis d incidents et la liste des lettres de suite / site de l ASN Gestion des déchets du site i Obtenir des informations sur la gestion des déchets des INB (à venir) La gestion des déchets dans les installations nucléaires de base est principalement réglementée par un arrêté du 31 décembre Cet arrêté prévoit que chaque exploitant d INB doit, dans le cadre d une «étude déchets», identifier, à l intérieur du site, les lieux ou zones qui génèrent des déchets radioactifs et ceux produisant des déchets conventionnels, conformément à la démarche mise en place en France à l initiative de l Autorité de sûreté nucléaire. Lien vers fiche inventaire 2012 ANDRA

DANS LE CADRE DE L ARTICLE 21 DE LA LOI TSN. Centre de stockage de déchets radioactifs de faible et moyenne activité de

DANS LE CADRE DE L ARTICLE 21 DE LA LOI TSN. Centre de stockage de déchets radioactifs de faible et moyenne activité de RAPPORT ANNUEL DANS LE CADRE DE L ARTICLE 21 DE LA LOI TSN l Aube 2007 Centre de stockage de déchets radioactifs de faible et moyenne activité de les activités de l Andra L Agence nationale pour la gestion

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Gravelines Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Le centre nucléaire de production d électricité (CNPE) de Gravelines est situé

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Fessenheim Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique La centrale de Fessenheim est située sur la commune de Fessenheim dans le

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Nogent-sur sur-seine Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Les installations nucléaires de base du site de Nogent-sur-Seine

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Pouzauges Actualisée au 10/12/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique L installation nucléaire de base n 146 se situe à Pouzauges, dans le haut bocage

Plus en détail

Code l environnement, notamment les articles L.596-1 et suivants

Code l environnement, notamment les articles L.596-1 et suivants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2014-001331 Lyon, le 13/01/2015 Madame la directrice EDF Site de Creys-Malville BP 63 38510 MORESTEL Objet : Contrôle des installations nucléaires

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Dampierre-en en-burly Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Les installations nucléaires de base du site de Dampierre-en-Burly

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Cattenom Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Les installations nucléaires de base du site de Cattenom sont situées sur la

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Penly Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Les installations nucléaires de base du Centre Nucléaire de Production d Electricité

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site de Flamanville Actualisée au 13/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Sur la côte Ouest du Cotentin dans le département de la Manche, à 30 km de

Plus en détail

ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D'AUTRES INSTALLATIONS ET PROJETS CONNUS

ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D'AUTRES INSTALLATIONS ET PROJETS CONNUS Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 8 Page 1 sur 8 8 ANALYSE DES EFFETS CUMULES DU PROJET AVEC D'AUTRES INSTALLATIONS ET PROJETS CONNUS Cires Tome 2 - Pièce 4 Chapitre 8 Page 2 sur 8 SOMMAIRE 1 INSTALLATIONS

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site CEA de Grenoble Actualisée au 02/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Situé au voisinage immédiat de Grenoble, le site occupe une superficie de

Plus en détail

Synthèse de l inspection

Synthèse de l inspection Référence : CODEP-DJN-2014-030922 Médecine nucléaire 70 2 rue Heymès 70000 VESOUL Dijon, le 11 juillet 2014 Objet : Inspection de la radioprotection INSNP-DJN-2014-0951 du 27 juin 2014 Médecine nucléaire

Plus en détail

radioactifs? Que fait-on des déchets Pourquoi le stockage? 90 % des Trois types de stockages déchets radioactifs

radioactifs? Que fait-on des déchets Pourquoi le stockage? 90 % des Trois types de stockages déchets radioactifs 2012 INVENTAIRE NATIONAL des matières et déchets radioactifs Que fait-on des déchets radioactifs? La gestion des déchets radioactifs a évolué au cours du temps. Depuis plus de 40 ans, la France a fait

Plus en détail

Rapport d'information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du Centre de stockage de l'aube

Rapport d'information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du Centre de stockage de l'aube Rapport d'information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du Centre de stockage de l'aube 2012 Rapport annuel dans le cadre de l'article 21 de la loi relative à la transparence et à la sécurité

Plus en détail

Les déchets radioactifs et leur gestion

Les déchets radioactifs et leur gestion Les déchets radioactifs et leur gestion novembre 2013 Andra L origine des déchets radioactifs Plus de 1 000 producteurs de déchets radioactifs en France Estimation de la répartition des déchets radioactifs

Plus en détail

Madame la Directrice Générale Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble CS 10217 38043 GRENOBLE CEDEX 09

Madame la Directrice Générale Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble CS 10217 38043 GRENOBLE CEDEX 09 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-002340 Lyon, le 20 Janvier 2015 Madame la Directrice Générale Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble CS 10217 38043 GRENOBLE CEDEX 09

Plus en détail

L Autorité de sûreté nucléaire et le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en Nord-Pas-de-Calais

L Autorité de sûreté nucléaire et le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en Nord-Pas-de-Calais RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE L Autorité de sûreté nucléaire et le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en Nord-Pas-de-Calais Bilan 2014 et point d actualité 2015 DOSSIER DE

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site du GANIL Grand accélérateur national d ions lourds Actualisée au 09/07/2012 Le site et ses installations Situation géographique et économique Le Grand Accélérateur national d ions

Plus en détail

CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER

CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER Etape 1 : calcul de la pluie de projet La pluie de projet utilisée pour les calculs est donnée par la formule de Montana : t : durée de l évènement

Plus en détail

PREFECTURE DES ALPES MARITIMES

PREFECTURE DES ALPES MARITIMES PREFECTURE DES ALPES MARITIMES Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Provence Alpes Côte d'azur Unité territoriale Alpes Maritimes Nice Leader Tour Hermès 64/66 route

Plus en détail

Démarche d implantation du projet de centre de stockage géologique profond

Démarche d implantation du projet de centre de stockage géologique profond Démarche d implantation du projet de centre de stockage géologique profond Proposition de scénarios d implantation Présentation à l Assemblée Générale du CLIS du 29 juin 2009 C.TR.ADP.09-0019/A Sommaire

Plus en détail

Rapport annuel dans le cadre de l'article 21 de la loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire

Rapport annuel dans le cadre de l'article 21 de la loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire Rapport d'information sur la sûreté nucléaire et la radioprotection du Centre de stockage des déchets radioactifs de faible et moyenne activité de l'aube 2011 Rapport annuel dans le cadre de l'article

Plus en détail

Le site et ses installations

Le site et ses installations CARTE D IDENTITE Site AREVA de La Hague Actualisée au 09/09/2013 Le site et ses installations Situation géographique et économique Le site AREVA la Hague est implanté à la pointe nord-ouest de la presqu

Plus en détail

Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité

Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité Prévenir les accidents liés aux entreprises extérieures: une nécessité Sur 100 victimes d accidents mortels, 15 appartiennent à des entreprises effectuant des travaux dans des entreprises utilisatrices

Plus en détail

CENTRE DE STOCKAGE DE L AUBE RAPPORT D INFORMATION SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION 2014 RAPPORT ANNUEL

CENTRE DE STOCKAGE DE L AUBE RAPPORT D INFORMATION SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION 2014 RAPPORT ANNUEL RAPPORT D INFORMATION SUR LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET LA RADIOPROTECTION 2014 RAPPORT ANNUEL 2014 PRÉAMBULE SOMMAIRE Ce rapport 2014 est établi au titre des articles L. 125-15 et L. 125-16 du Code de l environnement

Plus en détail

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage Sommaire L Andra dans l Aube : un exploitant industriel exemplaire Le Centre industriel de regroupement, d entreposage et de stockage

Plus en détail

DIVISION DE BORDEAUX Bordeaux, le 26 novembre 2013. Inspection n INSSN-BDX-2013-0028 du 06/11/2013 Inopinée Prélèvements

DIVISION DE BORDEAUX Bordeaux, le 26 novembre 2013. Inspection n INSSN-BDX-2013-0028 du 06/11/2013 Inopinée Prélèvements DIVISION DE BORDEAUX Bordeaux, le 26 novembre 2013 Référence courrier : CODEP-BDX-2013-063678 Référence affaire : INSSN-BDX-2013-0028 Monsieur le directeur du CNPE du Blayais BP 27 Braud-et-Saint-Louis

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COMMUNE de : DOSSIER de Mme / Mr : FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME Pour tous renseignements

Plus en détail

La présente note dresse un état des lieux de la surveillance opérée par l IRSN dans cette zone.

La présente note dresse un état des lieux de la surveillance opérée par l IRSN dans cette zone. 13 mars 2017 Note d information Présence de radionucléides artificiels au nordouest de l établissement Areva NC de La Hague (mars 2017) Synthèse des données de la surveillance radiologique réalisée par

Plus en détail

Bilan 2015 & Perspectives 2016

Bilan 2015 & Perspectives 2016 & Production Des objectifs de production dépassés, des arrêts programmés de maintenance maîtrisés 1 205 tonnes de combustibles usés traitées (dont 25 tonnes néerlandaises) Pour 1 205 tonnes prévues 1117

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets radioactifs

La gestion à long terme des déchets radioactifs La gestion à long terme des déchets radioactifs Michèle TALLEC 29 septembre 2014 DMR/IP/14-0329 L Andra DMR/IP/14-0329 29 septembre 2014 2 L Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs EPIC

Plus en détail

INB 160 / CENTRACO Création d un nouveau local d entreposage de déchets Réf. : Saisine ASN CODEP-MRS du 18 janvier 2016

INB 160 / CENTRACO Création d un nouveau local d entreposage de déchets Réf. : Saisine ASN CODEP-MRS du 18 janvier 2016 Fontenay-aux-Roses, le 4 avril 2016 Monsieur le Président de l Autorité de sûreté nucléaire Avis IRSN N 2016-00100 Objet : SOCODEI INB 160 / CENTRACO Création d un nouveau local d entreposage de déchets

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT DE PLAINE COMMUNE. Assainissement collectif

REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT DE PLAINE COMMUNE. Assainissement collectif REGLEMENT DU SERVICE D ASSAINISSEMENT DE PLAINE COMMUNE Assainissement collectif NOVEMBRE 2013 SOMMAIRE Préambule... 5 CHAPITRE I Dispositions générales... 6 Article 1 Objet du règlement... 6 Article 2

Plus en détail

FORMATION. Gestion des déchets. Animée par les animateurs du cabinet: OJN Consulting. DELLAOU Othman BELKERCHA Nabil MARIAYE Johann V1.

FORMATION. Gestion des déchets. Animée par les animateurs du cabinet: OJN Consulting. DELLAOU Othman BELKERCHA Nabil MARIAYE Johann V1. FORMATION Gestion des déchets Animée par les animateurs du cabinet: OJN Consulting DELLAOU Othman BELKERCHA Nabil MARIAYE Johann V1.0 1 Sommaire Objectif de la formation Définition d un déchet Principe

Plus en détail

7 avant-propos 9 le domaine d application du guide Choix des produits Définition de l installation

7 avant-propos 9 le domaine d application du guide Choix des produits Définition de l installation SOMMAIRE 7 Avant-propos 9 Le domaine d application du guide 11 Choix des produits 11 1. Marquage CE des dispositifs d épuration (mise sur le marché européen des produits) 13 2. Documents complémentaires

Plus en détail

CENTRALE DU BUGEY Réunion publique CLI 11 octobre 2016

CENTRALE DU BUGEY Réunion publique CLI 11 octobre 2016 CENTRALE DU BUGEY Réunion publique CLI 11 octobre 2016 LE CENTRE NUCLÉAIRE DE PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ DU BUGEY Tours aéroréfrigérantes de Bugey 4 et 5 Centre d Information du Public Centre de formation

Plus en détail

Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille

Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille Dossier de presse Visite du Président Guy Teissier au poste de contrôle des eaux pluviales de Marseille Lundi 12 octobre 2015 Retrouvez toute l actualité de MPM, les communiqués et les dossiers de presse

Plus en détail

Présentation du CNPE de Saint Alban/Saint Maurice

Présentation du CNPE de Saint Alban/Saint Maurice Présentation du CNPE de Saint Alban/Saint Maurice PRESENTATION DU SITE 2 LE CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Pyramide réglementaire Application aux INB Loi Parlement Ex-Loi TSN Code de l environnement Domaine contraignant.

Plus en détail

Réacteur OSIRIS: exemples de chantiers nucléaires dans un environnement complexe

Réacteur OSIRIS: exemples de chantiers nucléaires dans un environnement complexe Réacteur OSIRIS: exemples de chantiers nucléaires dans un environnement complexe Formation enseignants BTS EN DEN/DRSN/SEROS Bruno CEBILLE www-instn.cea.fr Avril 2013 CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 Le réacteur

Plus en détail

Les inventaires des centres de stockage en exploitation

Les inventaires des centres de stockage en exploitation Les inventaires des centres de stockage en exploitation Situation actuelle et perspectives La capacité d un stockage (en volume, en activités) Un besoin de prise en charge Une démonstration de sûreté Une

Plus en détail

Montrouge, le 18 novembre Madame la Directrice générale de l Andra Parc de la Croix Blanche 1-7, rue Jean Monnet CHATENAY MALABRY Cedex

Montrouge, le 18 novembre Madame la Directrice générale de l Andra Parc de la Croix Blanche 1-7, rue Jean Monnet CHATENAY MALABRY Cedex REPUBLIQUE FRANCAISE Direction des déchets, des installations de recherche et du cycle Montrouge, le 18 novembre 2013 N/Réf. : CODEP-DRC-2013-033414 Madame la Directrice générale de l Andra Parc de la

Plus en détail

VILLE DES MUREAUX ARRETE

VILLE DES MUREAUX ARRETE VILLE DES MUREAUX ARRETE REGLEMENTANT LA COORDINATION ET LA SECURITE DES TRAVAUX «VOIRIE RESEAUX DIVERS» SUR LES VOIES OUVERTES A LA CIRCULATION PUBLIQUE - 1 - - SOMMAIRE - CHAPITRE I ARTICLE 1 ARTICLE

Plus en détail

GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS

GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS GRILLE DE RÉFÉRENCE DE L ORDRE DES AGRONOMES DU QUÉBEC (OAQ) CONCERNANT LES ACTES AGRONOMIQUES POSÉS EN CONSERVATION ET EN AMÉNAGEMENT DES SOLS Le savoir pour nourrir le monde 1 0 0 1, r u e S h e r b

Plus en détail

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS

LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS LA GESTION DES EAUX PLUVIALES EN DROIT FRANCAIS Laurie VAYSON Chargée des affaires juridiques et foncières 1 LA GESTION DES EAUX PLUVIALES - Les eaux pluviales et le droit privé. - Les eaux pluviales et

Plus en détail

PRESENTATION SISP COMMISSION DE SUIVI DE SITE JUIN 2015

PRESENTATION SISP COMMISSION DE SUIVI DE SITE JUIN 2015 PRESENTATION SISP COMMISSION DE SUIVI DE SITE JUIN 2015 Réception, Stockage et chargement de produits liquides en vrac 290 000 tonnes Trafic annuel 60 navires / an Transit par pipelines vers 6 dépôts dont

Plus en détail

KITdecommunicationàchaud. Un incident survient sur site : quelles sont les démarches pour communiquer? L'AVENIR COMME EXIGENCE

KITdecommunicationàchaud. Un incident survient sur site : quelles sont les démarches pour communiquer? L'AVENIR COMME EXIGENCE KITdecommunicationàchaud Un incident survient sur site : quelles sont les démarches pour communiquer? L'AVENIR COMME EXIGENCE KITdecommunicationàchaud Sommaire Principes & mode d emploi Communiqué type

Plus en détail

Jeudi 21 OCTOBRE 2010

Jeudi 21 OCTOBRE 2010 Sécurité des travaux à proximité des réseaux «Tous concernés!» Jeudi 21 OCTOBRE 2010 Introduction de la journée M. Mallet, Président de la Commission Sécurité de la FRTP M. Lemanceau, Vice-président de

Plus en détail

Aménagement du Champs de Manœuvre à Nantes Nantes Métropole Aménagement

Aménagement du Champs de Manœuvre à Nantes Nantes Métropole Aménagement Aménagement du Champs de Manœuvre à Nantes Nantes Métropole Aménagement Erdre La Loire et ses petits affluents Bureau de la CLE du 8 mars 2016 Aménagement du Champs de Manœuvre à Nantes Nantes Métropole

Plus en détail

INB N 94 : ATELIER DES MATERIAUX IRRADIES - SITE DE CHINON DOSSIER DE DEMANDE D'AUTORISATION DE MISE A L'ARRET DEFINITIF ET DE DEMANTELEMENT

INB N 94 : ATELIER DES MATERIAUX IRRADIES - SITE DE CHINON DOSSIER DE DEMANDE D'AUTORISATION DE MISE A L'ARRET DEFINITIF ET DE DEMANTELEMENT SOMMAIRE Chapitre 3 3 ANALYSE DU RETOUR D EXPERIENCE D INSTALLATIONS ANALOGUES... 3 3.1 RETOUR D EXPERIENCE DE L EXPLOITATION DE L AMI ET DES SITES EDF EN COURS DE DEMANTELEMENT... 3 3.2 RETOUR D EXPERIENCE

Plus en détail

L état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en Basse-Normandie en 2012

L état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en Basse-Normandie en 2012 L état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en Basse-Normandie en 2012 Simon HUFFETEAU, chef de la division de Caen de l Autorité de sûreté nucléaire 22 mai 2013 Conférence de presse de la division

Plus en détail

LE «DOSSIER 2009» DE L ANDRA FOCUS SUR LES RISQUES EN PHASE D EXPLOITATION

LE «DOSSIER 2009» DE L ANDRA FOCUS SUR LES RISQUES EN PHASE D EXPLOITATION Dialogue technique HA et MAVL Séminaire Vos déchets radioactifs : quelles solutions? LE «DOSSIER 2009» DE L ANDRA FOCUS SUR LES RISQUES EN PHASE D EXPLOITATION Michael TICHAUER IRSN 9 avril 2013 Principaux

Plus en détail

Séminaire «Vos déchets radioactifs : quelles solutions?»

Séminaire «Vos déchets radioactifs : quelles solutions?» 1 Séminaire «Vos déchets radioactifs : quelles solutions?» L ENTREPOSAGE DES DECHETS SUR SITE Monique Sené 2 ENTREPOSAGE Loi du 28 juin 2006 => l entreposage des matières ou des déchets radioactifs défini

Plus en détail

C est dans ce contexte que la société ISNARD a effectué sa demande de bénéfice des droits acquis par courrier du 30/11/2015.

C est dans ce contexte que la société ISNARD a effectué sa demande de bénéfice des droits acquis par courrier du 30/11/2015. PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 17 mars 2016 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette

Nombre de m 2 / colis. Nombre de colis/ palette FIREROCK Panneau rigide mono densité revêtu d une feuille d aluminium. le + produit : protection des murs d adossement, résistance à la température et sécurisation de la cheminée. CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Plus en détail

Le Plan National de Gestion des Matières et des Déchets Radioactifs. Edition

Le Plan National de Gestion des Matières et des Déchets Radioactifs. Edition Le Plan National de Gestion des Matières et des Déchets Radioactifs Edition 2010-2012 L origine du PNGMDR L article 6 de la loi «déchets» prévoit la réalisation d un «Plan national de gestion des matières

Plus en détail

Bilan annuel 2013 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 28 novembre 2013

Bilan annuel 2013 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 28 novembre 2013 Bilan annuel 2013 Dépôt Pétrolier de Lespinasse CSS Nord de TOULOUSE 28 novembre 2013 Présentation du dépôt Commune de Lespinasse Approvisionnement par wagons citernes 10 réservoirs de stockages Produits:

Plus en détail

Gestion des Déchets à Radioactivité Naturelle Renforcée (déchets RNR) Etat des lieux et actions en cours

Gestion des Déchets à Radioactivité Naturelle Renforcée (déchets RNR) Etat des lieux et actions en cours S3PI Artois 29 Novembre 2011 1 Gestion des Déchets à Radioactivité Naturelle Renforcée (déchets RNR) Etat des lieux et actions en cours S3PI Artois 29 Novembre 2011 2 Contexte d élaboration du bilan ASN

Plus en détail

Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives

Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives Fiche n 2 - Signalements «particules de verre dans les injectables» Eléments d investigation à prendre en compte et mesures préventives La présente fiche résulte du groupe de travail mis en place à l Afssaps

Plus en détail

ECS AREVA Tricastin. Frédéric DE AGOSTINI Directeur AREVA Tricastin. CLIGEET du 28 juin Direction AREVA Tricastin

ECS AREVA Tricastin. Frédéric DE AGOSTINI Directeur AREVA Tricastin. CLIGEET du 28 juin Direction AREVA Tricastin ECS AREVA Tricastin Frédéric DE AGOSTINI Directeur AREVA Tricastin CLIGEET du 28 juin 2013 Direction AREVA Tricastin Evaluation Complémentaire de Sûreté F. De Agostini CLIGEET du 28 juin 2013-1 Les risques

Plus en détail

SYNTHESE DE L INSPECTION

SYNTHESE DE L INSPECTION REPUBLIQUE FRANCAISE DIVISION DE BORDEAUX Bordeaux, le 29/06/16 N/Réf. : CODEP-BDX-2016-019210 Polyclinique Marzet Madame la Directrice générale 40 bd Alsace Lorraine 64000 PAU Objet : Inspection de la

Plus en détail

Un impact de foudre Une installation de. Emission de. d électricité. production. l exploitant. aspiré et. en 36 kv. pendant. en cas. nécessaire.

Un impact de foudre Une installation de. Emission de. d électricité. production. l exploitant. aspiré et. en 36 kv. pendant. en cas. nécessaire. Emission de chlore suite à une coupure d électricité Un impact de foudre sur une ligne haute tension a été à l origine d une coupuree totale en électricité dans un établissement Seveso. Une installation

Plus en détail

Guide Risques Majeurs

Guide Risques Majeurs Guide Risques Majeurs Sennecéles-Mâcon St Jean-le-Priche Mâcon Loché Connaitre les risques, s inondation industriel transport intempérie Document à conserver! Rédaction : Service Hygiène Santé Conception-Réalisation

Plus en détail

2. État initial de la zone et des milieux susceptibles d être affectés par le projet. 3. Analyse des effets du projet sur l environnement

2. État initial de la zone et des milieux susceptibles d être affectés par le projet. 3. Analyse des effets du projet sur l environnement PIÈCE 6 INB 116. PIÈCE 6 0. Introduction 2. État initial de la zone et des milieux susceptibles d être affectés par le projet 3. Analyse des effets du projet sur l environnement 4. Analyse des effets cumulés

Plus en détail

CLINIQUE AMBROISE PARE

CLINIQUE AMBROISE PARE 1 COORDONNEES DE L ETABLISSEMENT Raison sociale SA CLINIQUE AMBOISE PARE Adresse 387, route de Saint-Simon Code postal 31082 Commune Toulouse cedex 1 N FINESS 310 780 382 N SIRET 300 379 765 00021 Représentant

Plus en détail

Loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte (loi TECV)

Loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte (loi TECV) Loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte (loi TECV) Principales dispositions liées aux INB 1 SOMMAIRE Renforcement de la transparence et de l information du public Confortement

Plus en détail

Nos Réf. : CODEP-DTS-2015-050317 MIRION TECHNOLOGIES Route d Eyguières 13113 LAMANON

Nos Réf. : CODEP-DTS-2015-050317 MIRION TECHNOLOGIES Route d Eyguières 13113 LAMANON RÉPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DU TRANSPORT ET DES SOURCES Montrouge, le 29 Décembre 2015 Nos Réf. : CODEP-DTS-2015-050317 MIRION TECHNOLOGIES Route d Eyguières 13113 LAMANON Objet : Suite d une inspection

Plus en détail

Planification de l évacuation des eaux pluviales : Solution technique

Planification de l évacuation des eaux pluviales : Solution technique Planification de l évacuation des eaux pluviales : Solution technique Préambule : L infiltration ou la rétention Comme mentionné dans la directive «Evacuation des eaux pluviales» du VSA, une planification

Plus en détail

Irradiateur de Pouzauges

Irradiateur de Pouzauges Irradiateur de Pouzauges Commission Locale d Information Octobre 27, 2016 Christoph Herkens (Directeur Industriel) Christophe Jeanty (Responsable d Exploitation du site de Pouzauges) 1 Ordre du Jour Rapport

Plus en détail

Déversement d hydrocarbures lors d une opération de transfert 17 juillet 2010 Speyer Allemagne

Déversement d hydrocarbures lors d une opération de transfert 17 juillet 2010 Speyer Allemagne Déversement d hydrocarbures lors d une opération de transfert 17 juillet 2010 Speyer Allemagne Raffinerie Hydrocarbures Déchargement Tuyauterie Fuite Dépollution Procédures LES INSTALLATIONS CONCERNÉES

Plus en détail

Surveillance de l environnement par l IRSN

Surveillance de l environnement par l IRSN Surveillance de l environnement par l IRSN Christelle ANTONELLI (christelle.antonelli@irsn.fr) Pôle Radioprotection Environnement Service d Etude et de SUrveillance de la Radioactivité dans l Environnement

Plus en détail

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) des centrales de

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) des centrales de Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) des centrales de Paluel et Penly CLIN Paluel/Penly 28/09/2011 1. La prévention des risques dès la conception Dès la conception des centrales de Paluel &

Plus en détail

ACCORD DU 13 JUIN 2012

ACCORD DU 13 JUIN 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3212 Accords nationaux ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE Personnels intérimaires

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

Enquête publique. Demande d autorisation de création de l Installation Nucléaire de Base ECRIN

Enquête publique. Demande d autorisation de création de l Installation Nucléaire de Base ECRIN Enquête publique Demande d autorisation de création de l Installation Nucléaire de Base ECRIN Une enquête publique est organisée lors de la réalisation de nombreux aménagements publics ou privés d envergure

Plus en détail

Fin des années 90 début des années 2000, EDF a réalisé des cartographies de la radioactivité des sols autour de ses centrales nucléaires. Ces cartogra

Fin des années 90 début des années 2000, EDF a réalisé des cartographies de la radioactivité des sols autour de ses centrales nucléaires. Ces cartogra 1/21 Fin des années 90 début des années 2000, EDF a réalisé des cartographies de la radioactivité des sols autour de ses centrales nucléaires. Ces cartographies ont été réalisées avec un spectromètre gamma

Plus en détail

les observations de l exploitant en date du 2 juillet 2015 ; les résultats de la consultation du public effectuée du 25 mai au 9 juin 2015 ;

les observations de l exploitant en date du 2 juillet 2015 ; les résultats de la consultation du public effectuée du 25 mai au 9 juin 2015 ; REPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 2015-DC-0518 de l Autorité de sûreté nucléaire du 20 août 2015 fixant des prescriptions relatives à la maîtrise des risques liés au terminal méthanier de Dunkerque et aux

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA

LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA LIGNES DIRECTRICES DE LA FEFAC POUR LES APPROVISIONNE MENTS EN SOJA 1 Principes, critères essentiels (en bleu) et critères désirés/recommandés (bleu clair). PRINCIPE 1 : Respect de la législation Critère

Plus en détail

Assainissement définitif de la décharge industrielle de Bonfol

Assainissement définitif de la décharge industrielle de Bonfol Assainissement définitif de la décharge industrielle de Bonfol Leica, Yverdon, 16 mars 2010 Michael Fischer, directeur bci Betriebs-AG Folio: 1 Assainissement de la décharge industrielle de Bonfol Table

Plus en détail

LA GESTION DES DÉCHETS NUCLÉAIRES EN FRANCE CAS DU PROCESSUS DÉCISIONNEL ASSOCIÉ À L EXPLOITATION D UN STOCKAGE GÉOLOGIQUE DE DÉCHETS RADIOACTIFS

LA GESTION DES DÉCHETS NUCLÉAIRES EN FRANCE CAS DU PROCESSUS DÉCISIONNEL ASSOCIÉ À L EXPLOITATION D UN STOCKAGE GÉOLOGIQUE DE DÉCHETS RADIOACTIFS Le Risque Nucléaire et la Décision Publique SESSION 3 La gestion des déchets nucléaires LA GESTION DES DÉCHETS NUCLÉAIRES EN FRANCE CAS DU PROCESSUS DÉCISIONNEL ASSOCIÉ À L EXPLOITATION D UN STOCKAGE GÉOLOGIQUE

Plus en détail

Suivi du démantèlement de la centrale de Brennilis

Suivi du démantèlement de la centrale de Brennilis Suivi du démantèlement de la centrale de Brennilis Retour d expériences sur l accompagnement technique de la CLI des monts d Arrée Date Séminaire ANCCLI-IRSN LES ENJEUX DU DEMANTELEMENT 16 juin 2014 La

Plus en détail

CADARACHE : Trois projets récents d installations relatives à la gestion des déchets radioactifs

CADARACHE : Trois projets récents d installations relatives à la gestion des déchets radioactifs CADARACHE : Trois projets récents d installations relatives à la gestion des déchets radioactifs CEDRA (Conditionnement et entreposage de déchets radioactifs de faible et moyenne activité) l INB 164. -

Plus en détail

CENTRE AU DE STOCKAGE

CENTRE AU DE STOCKAGE Collection Les Essentielles LES COLIS DE DECHETS RADIOACTIFS STOCKÉS CENTRE AU DE STOCKAGE FMA DE L AUBE un stockage sélectif et maîtrisé Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs Le principe

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Coiffure Coiffure à domicile Si vous réalisez aussi des soins du visage, du corps, des UV, reportez-vous à la fiche «Institut de beauté». L environnement dans l Artisanat Les déchets Vos déchets peuvent

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

CRITERES DE PLANIFICATION A LONG TERME DES RESEAUX ELECTRIQUES A HAUTE TENSION. Janvier 2014 (version finale)

CRITERES DE PLANIFICATION A LONG TERME DES RESEAUX ELECTRIQUES A HAUTE TENSION. Janvier 2014 (version finale) CRITERES DE PLANIFICATION A LONG TERME DES RESEAUX ELECTRIQUES A HAUTE TENSION Janvier 2014 (version finale) SOMMAIRE 1 Introduction... 4 2 Définitions et objectifs de la planification des réseaux... 5

Plus en détail

ITECH REGLEMENT INTERIEUR

ITECH REGLEMENT INTERIEUR - 1 - ITECH REGLEMENT INTERIEUR Septembre 2008 - 2 - I. PREAMBULE Conformément à la loi (Code du travail, art. L.122 33), le présent règlement et ses annexes précisent pour le bon fonctionnement de l ITECH,

Plus en détail

LE GUIDE DE L ASSAINISSEMENT À CRÉTEIL

LE GUIDE DE L ASSAINISSEMENT À CRÉTEIL LE GUIDE DE L ASSAINISSEMENT À CRÉTEIL RÈGLEMENT e règlement d assainissement communal permet de préciser les modalités de déversements d effluents* dans les réseaux d assainissement communaux. Ce règlement

Plus en détail

Campagne de distribution de comprimés d iode

Campagne de distribution de comprimés d iode PREFECTURE DE L ESSONNE PLAN PARTICULIER D INTERVENTION (PPI) DU CEA SACLAY Campagne de distribution de comprimés d iode 25 janvier 2010 SIDPC 91 Le PPI du CEA SACLAY L exploitant est le premier responsable

Plus en détail

Exercice de sécurité civile. PCAS Bourgoin-Jallieu. Jeudi 25 novembre 2010

Exercice de sécurité civile. PCAS Bourgoin-Jallieu. Jeudi 25 novembre 2010 Bourgoin-Jallieu Contacts presse : Préfecture de l Isère : Sarah BARBIERI - 04-76-60-48-07 : Pascal GUERRINI - 04-74-93-63-33 Ville de Bourgoin-Jallieu : Stéphane TRINCHERO - 04-74-93-00-54 SOMMAIRE LE

Plus en détail

Référence : Code de l environnement, notamment ses articles L et suivants

Référence : Code de l environnement, notamment ses articles L et suivants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-022116 Lyon, le 09/06/2015 Monsieur le Directeur CNPE de Saint-Alban/Saint-Maurice BP 31 38 550 SAINT-MAURICE-L EXIL Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Elle n est pas classée Seveso

Elle n est pas classée Seveso ACCIDENT MAJEUR à la SMURFIT KAPPA L usine de papier kraft Smurfit Kappa Cellulose du pin est une ICPE= installation classée pour l environnement Elle est règlementée par l arrêté Préfectoral du 11 février

Plus en détail

LES SITUATIONS D URGENCE NUCLÉAIRE. Anticiper et gérer un accident nucléaire FICHE D INFORMATION N 6

LES SITUATIONS D URGENCE NUCLÉAIRE. Anticiper et gérer un accident nucléaire FICHE D INFORMATION N 6 LES SITUATIONS D URGENCE NUCLÉAIRE Anticiper et gérer un accident nucléaire FICHE D INFORMATION N 6 Si toutes les dispositions sont prises pour éviter un accident nucléaire, ce risque ne doit pas être

Plus en détail

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D'AMENAGEMENT

GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D'AMENAGEMENT PREFECTURE D'INDRE-ET-LOIRE GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS LES PROJETS D'AMENAGEMENT CONCEPTION DES PROJETS ET CONSTITUTION DES DOSSIERS D'AUTORISATION ET DE DECLARATION AU TITRE DE LA POLICE DE L'EAU

Plus en détail

L IRSN a expertisé la sûreté et la radioprotection de la Station de Traitement, d Assainissement et de Reconditionnement (STAR) du CEA/Cadarache

L IRSN a expertisé la sûreté et la radioprotection de la Station de Traitement, d Assainissement et de Reconditionnement (STAR) du CEA/Cadarache 24 juin 2009 L IRSN a expertisé la sûreté et la radioprotection de la Station de Traitement, d Assainissement et de Reconditionnement (STAR) du CEA/Cadarache Le commissariat à l énergie atomique (CEA)

Plus en détail

GESTION DES DECHETS DE LABORATOIRE. Pascale LHOEST, Conseillère en prévention, Fédération Wallonie Bruxelles pascale.lhoest@cfwb.

GESTION DES DECHETS DE LABORATOIRE. Pascale LHOEST, Conseillère en prévention, Fédération Wallonie Bruxelles pascale.lhoest@cfwb. GESTION DES DECHETS DE LABORATOIRE Pascale LHOEST, Conseillère en prévention, Fédération Wallonie Bruxelles pascale.lhoest@cfwb.be 0486/09 04 25 Namur, le 26 novembre 2015 1 DECHETS DANGEREUX Type de déchets

Plus en détail

SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149)

SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149) SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149) Spécifications particulières Spécification technique d acceptation des colis de déchets radioactifs conditionnés

Plus en détail

La démarche «industrielle» de réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du bassin de la Loire

La démarche «industrielle» de réduction de la vulnérabilité aux inondations des activités économiques du bassin de la Loire La démarche «industrielle» Une contribution à la compétitivité économique des territoires ÉVOLUTION DU CONTEXTE D INTERVENTION Rôle croissant joué par le changement climatique comme révélateur des vulnérabilités

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1. Généralités 1.1. Toute vente des produits du vendeur est soumise aux présentes conditions générales de vente qui constituent le socle de la négociation commerciale, conformément

Plus en détail

DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS

DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS R A P P O R T D E S Y N T H È S E 2 0 1 5 C H A P I T R E 5 - L E S D O S S I E R S T H É M AT I Q U E S - D O S S I E R 2 DOSSIER 2 TRAITEMENT ET CONDITIONNEMENT DES DÉCHETS INVENTAIRE NATIONAL DES MATIÈRES

Plus en détail