Cela suppose déjà le respect mutuel entre tous les acteurs du procès. L éthique doit demeurer, au sein du palais, la valeur la mieux partagée.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cela suppose déjà le respect mutuel entre tous les acteurs du procès. L éthique doit demeurer, au sein du palais, la valeur la mieux partagée."

Transcription

1 Audience solennelle de rentrée de la cour d appel de Paris Discours de Monsieur Jean-Claude Magendie, premier président vendredi 9 janvier 2009 à 11 heures Les Français n ont pas confiance dans leur justice. C est ce que confirme le sondage réalisé en 2007 à la demande du Conseil Supérieur de la Magistrature. Nous, les magistrats, ne saurions nous contenter d en prendre acte tout en le déplorant, ni d en tirer seulement dépit ou découragement. La seule attitude adaptée ne consiste-t-elle pas, de notre part, à remettre en cause tout ce que nos pratiques conservent d archaïsme pour nous mettre dans la situation de rendre des comptes au peuple français au nom duquel nous rendons la justice, afin d en être mieux compris? Renforcer la légitimité et l efficacité de la justice en la mettant davantage au service des citoyens passe par la restauration de la confiance qu elle leur inspire. Cela suppose déjà le respect mutuel entre tous les acteurs du procès. L éthique doit demeurer, au sein du palais, la valeur la mieux partagée. Cela suppose aussi que la justice et le politique, rompant avec une longue tradition historique, cessent de s observer, de se mesurer et de prétendre exercer une autorité sans partage. Il nous faut passer de la défiance au dialogue, pour construire ensemble une démocratie respectueuse des libertés. Nous devons revisiter, chacun à la place qui est la nôtre, les droits fondamentaux dont nous sommes les garants et - s agissant du juge - le rempart. Nous ne pouvons faire l économie d'une redéfinition de l identité professionnelle du juge, ni d une réflexion sur son rôle. Sa place dans la société et sa légitimité professionnelle se recomposent aujourd hui en intégrant des principes d'action autrefois étrangers à sa culture : l'attention portée non seulement à la qualité de la décision rendue, mais aussi au fonctionnement global de l'institution judiciaire et la sensibilité aux attentes des justiciables.

2 La perception par le magistrat de son rôle est en train de changer par la prise de conscience du fait que l institution judiciaire fonctionne comme un système. Acteur parmi d'autres dans l élaboration des décisions judiciaires, il doit agir en tenant compte des interdépendances entre son activité et celle des autres acteurs, ainsi que de la demande sociale qui s'adresse à lui. L'efficacité et l'efficience, comme le passage à une logique de résultats, constituent d'importants moyens de légitimation du travail du juge, dans la mesure où les défaillances de l'institution et sa lenteur contribuent au manque de confiance dans la justice. L indépendance juridictionnelle ne s en trouve nullement atteinte, dès lors que l administration des juridictions relève de magistrats qui bénéficient des mêmes garanties que leurs collègues, partagent les mêmes valeurs et qui, parce qu ils continuent à rendre la justice, en ont une connaissance intime. Contester ce rôle aux chefs de juridictions présenterait le risque d ouvrir la voie à une administration autonome de type technocratique, avec les dangers considérables qu un tel choix emporterait pour l indépendance au regard du lien étroit entre organisation et fonctionnement. L institution judiciaire ne peut s exclure de la réforme de l État ; il lui faut adapter ses structures et moderniser ses procédures. l'europe. Mais la confiance nécessite aussi son ouverture sur notre société et sur C'est autour de ces trois impératifs que j ai souhaité expliquer les orientations de la cour en 2008 et ses projets pour L adaptation des structures, d abord. L'introduction de logiques gestionnaires transforme la rationalité classique de notre institution et vient bouleverser les habitudes des professionnels du droit. Les réformes de l'administration et de la justice répondent à des préoccupations communes : optimisation de l'allocation des moyens, réduction des délais dans le traitement des dossiers, maîtrise des coûts, responsabilisation des gestionnaires, etc. Une telle révolution de la culture judiciaire ne va pas sans susciter des résistances au changement. D inévitables tensions en résultent. 2

3 À la crainte d'une exigence de productivisme exacerbé s'ajoute la peur d'une banalisation et d'une désacralisation de la justice. La gestion des ressources humaines est parfois considérée comme attentatoire à l indépendance des magistrats conçue comme intégrant l inamovibilité dans leurs fonctions ; conception erronée de l indépendance, sauf à considérer qu il existerait une hiérarchie dans la noblesse entre les divers contentieux traités, ce qui serait gravement injurieux pour les justiciables : certains d entre eux seraient-ils donc plus intéressants que les autres, au regard de la nature juridique du contentieux qui les concerne? En vérité, les grands principes européens comme le droit de chaque justiciable à être jugé dans dans un délai raisonnable sont porteurs d une dimension managériale. La prise en compte de cette réalité m a conduit à réfléchir à une rénovation complète des structures de la cour pour lui permettre de mieux répondre à ses missions. Force est de constater que le découpage des chambres finissait par ne plus présenter de véritable cohérence. Des compétences étaient venues s ajouter ou se surajouter, telles des sédiments, au fil des besoins et des ans, provoquant un émiettement du contentieux et la création de frontières dans les attributions des différentes formations de jugement. Ces structures, devenues obsolètes, constituaient un obstacle à la bonne articulation de la cour avec les juridictions du ressort ; elles favorisaient l isolement du juge alors même que la complexité des questions qui leur sont soumises impose que les magistrats appelés à traiter de contentieux de même nature se rencontrent pour en débattre ensemble. Passer d'une logique individualiste à une approche collective des contentieux, n est-ce pas précisément ce que propose, dans son dernier rapport d activité, le Conseil Supérieur de la Magistrature, en déplorant que bien des décisions de justice d importance restent trop souvent rendues par une personne isolée, sans concertation ni réflexion préalable en commun? L organisation précédente se caractérisait par un cloisonnement trop rigide entre les magistrats d un côté, les greffiers et fonctionnaires de l autre ; elle constituait un obstacle à un véritable travail d équipe. Il s agit maintenant, par la mutualisation des moyens de certaines chambres regroupées autour de compétences complémentaires, de passer d'une logique de dossiers à une logique de flux, d assurer la cohérence de la jurisprudence et par là une meilleure sécurité juridique. 3

4 Il s agit aussi, par une plus grande fluidité de l'emploi des ressources, de favoriser l égalité de tous devant la charge de travail et de parvenir à une efficacité accrue en conciliant la nécessaire spécialisation des magistrats avec une ouverture à des disciplines voisines ou complémentaires de leur spécialité. La nouvelle organisation entrera pleinement en vigueur le 30 mars prochain. Un audit du projet permettra d ici là d apporter les modifications qui s avéreraient nécessaires. La Chancellerie a bien voulu dégager des moyens en greffiers et fonctionnaires pour permettre à cette transition de se dérouler dans les meilleures conditions ; je l en remercie vivement. La cour sera alors constituée de huit pôles de compétence : - le pôle procédure et droit international privé, - le pôle personnes, - le pôle famille, - le pôle biens, immobilier, environnement et consommation, - le pôle de la vie économique, - le pôle social, - le pôle des chambres de l instruction, - le pôle de la grande criminalité organisée. Le chantier, ouvert au printemps dernier, s est révélé d'une ampleur inédite ; les débats, parfois passionnés, ont été à la hauteur des enjeux. Le dialogue, notamment au sein des instances représentatives, a permis de faire évoluer considérablement le projet initial. La nouvelle organisation que j ai - dans le cadre de mes responsabilités - arrêtée au terme d une concertation de près de six mois, permettra - j en suis sûr - à chacun d acquérir le sentiment d appartenir à une véritable communauté de travail. La réforme des structures est en outre de nature à renouveler profondément le dialogue social. Ce lien étroit a été mis en lumière par Monsieur Serge Vallemont. Ce grand serviteur de l État avait remis au Garde des sceaux un rapport remarqué sur le renouveau du dialogue social dans les juridictions. Il a bien voulu, à la demande de Monsieur le Procureur Général et de moi-même, étudier pendant six mois - et, je tiens à le dire, de manière parfaitement désintéressée - les relations professionnelles et humaines. 4

5 Son constat est celui de l isolement, de la parcellisation des tâches, de l absence de communication, sources de mal-être, d incompréhension et de relative inefficacité. Ses propositions sont fondées sur un changement de logique managériale, par le passage à la notion de services ou de pôles, permettant les évolutions nécessaires des pratiques et des relations professionnelles au sein de la cour. Les nombreuses préconisations du Rapport Vallemont, largement discutées à l occasion d une assemblée plénière de la cour, seront mises en place tout au long de l année L'indispensable modernisation des procédures, ensuite. Les justiciables ont droit à un procès équitable qui implique que leur soient offertes les garanties procédurales de publicité, de contradiction, de célérité, de loyauté, d égalité des armes. Toutes les démocraties connaissent ce mouvement de procéduralisation de la justice : l essentiel du procès réside tout autant dans les formes procéduralement utilisables que dans le droit substantiel ; ce processus valorise l autonomie des sujets et impose une recomposition du rôle du juge et une redéfinition de l intervention des parties. L appel civil est considéré comme participant des droits de la défense ; il contribue à la qualité de la justice. Son exercice doit être dès lors être préservé, mais en veillant à ce qu il ne soit pas détourné de son but à des fins dilatoires, ni à ce que la procédure suivie génère des délais non conformes au procès équitable. Moderniser l appel en veillant à ce qu il ne constitue pas une seconde première instance correspond à une démarche entreprise par nos plus proches voisins : l Allemagne, l Angleterre et l Espagne, chacun avec son génie propre. Madame le Garde des sceaux m avait fait l honneur de me confier la mission de réfléchir aux modifications susceptibles d améliorer la procédure d appel en matière civile. Elle a exprimé sa volonté de mettre en oeuvre la plupart des préconisations retenues dans le rapport que je lui ai remis en juin Il ne saurait être question de les développer ici ; je souhaite seulement souligner qu elles ont fait l objet d un très large consensus au sein de la Mission composée de magistrats, de professeurs de droit, d avoués, d avocats et de greffiers. Sans attendre, en novembre dernier, la cour a signé avec le président de la compagnie des avoués et la directrice de greffe, un protocole de procédure prévoyant notamment une meilleure structuration des écritures des parties et une communication des pièces plus performante. Cela représente un pas de plus vers un procès de qualité. 5

6 Il importe maintenant que la communication électronique structurée puisse être totalement mise en place. J ai également souhaité engager une réflexion sur la procédure devant les chambres sociales, dont le contentieux représente une part importante de l activité de la cour et que la situation économique présente rend plus stratégique encore. Le traitement des affaires prud homales apparaît problématique lorsque l on sait que le stock d affaires est de l ordre de et les délais moyens de traitement de dix-huit mois dans un domaine qui requiert, au regard des intérêts en question, une grande célérité. Malgré un travail sans relâche des magistrats et du greffe, les améliorations obtenues risquent d être perpétuellement remises en cause si la procédure d appel reste inchangée. Le caractère oral de celle-ci ne permet pas de respecter, à la cour, comme il conviendrait, le principe de contradiction ; l oralité génère de nombreux renvois, source d allongement des délais. Un groupe de travail mis en place au sein de la cour réunit autour de moi des magistrats - dont le Doyen Philippe Waquet que je remercie de son engagement -, un professeur de droit et un ancien bâtonnier de Paris. Ces connaisseurs du droit du travail et de la procédure font des propositions de réformes très précises que je soumettrai prochainement à la Chancellerie et qui seraient de nature, j en suis sûr, à réduire considérablement les délais de jugement qui deviennent insupportables au regard des situations humaines qui sont en jeu et sont de nature à engager la responsabilité de l État pour non respect du délai raisonnable. Le domaine du droit du travail devrait être de nature à permettre une diversification des réponses judiciaires. La médiation participe de cet enrichissement de la justice à travers un mode alternatif de règlement des conflits qui responsabilise les parties, lesquelles, sous l égide d un médiateur, vont progressivement renouer le dialogue et dégager elles-mêmes une solution à leur litige. Parce qu elle pacifie les relations humaines, parce qu elle retisse le lien social rompu par un individualisme effréné, la médiation doit être favorisée dans tous les domaines où sa logique a sa place. La cour a organisé une réflexion approfondie avec tous ceux qui, en France, se sont investis dans la mise en oeuvre de ce processus. Un rapport suivi d un important colloque a présenté les préconisations qui seront mises en oeuvre en 2009 à la cour et dans les juridictions du ressort, l ambition étant de permettre à ce mode alternatif de règlement des litiges de prendre progressivement sa place dans l univers judiciaire. C est avec plaisir que j ai constaté que plusieurs tribunaux du ressort se sont déjà engagés dans cette voie. 6

7 La modernisation du fonctionnement de la justice passe aussi par une réflexion sur l expertise. L enjeu est considérable tant il apparaît que la confiance dans la justice passe par la confiance dans l expertise. Des progrès significatifs ont déjà été accomplis, grâce aux décrets de 2004 et de 2005 et à divers protocoles passés avec le barreau et les experts au stade de la première instance. Il reste cependant des marges importantes d améliorations possibles, notamment dans la phase conclusive. C est la raison pour laquelle il m a semblé opportun de lancer une réflexion sur cette question avec les experts, les magistrats, mais aussi les avocats et les greffiers. Les recommandations du groupe de travail, qui vont prochainement faire l objet de protocoles entre les juridictions et les compagnies d experts, ont pour ambition de rendre plus féconde la discussion technique et de conférer davantage d efficacité au rapport. L une des préconisations phares vise à permettre que ce soit d abord et avant tout devant l expert que les parties débattent des questions techniques soumises à l arbitrage du juge. L'ouverture de la justice, enfin. Les modifications que je viens de brosser à grands traits représentent les conditions nécessaires mais non suffisantes de la confiance des justiciables. Ayons le goût de nous ouvrir sur la société et sur l Europe! Des groupes de travail justice entreprise et justice médias ont été constitués voici un an. La qualité de la réflexion qui s est instaurée permet d attendre beaucoup des colloques qui, cette année, en feront la synthèse. Mais, dès à présent, nous pouvons nous réjouir que des juges, des avocats, des chefs d entreprise, des syndicalistes et des journalistes aient ainsi pris l habitude de discuter ensemble sur des thèmes tels que la responsabilité de l entreprise ou le secret des sources des journalistes. Cette ouverture favorise la transparence d une institution à laquelle il appartient de faire comprendre sa logique et de rendre compte de son action. Dans ce même souci de renforcer le dialogue au sein de la juridiction, un cycle de conférences a été organisé à la cour autour des grandes questions d actualité en matière politique, économique et sociale. 7

8 La première rencontre nous a procuré le plaisir d accueillir Monsieur Antoine Sfeir, journaliste et écrivain, éminent spécialiste du Proche Orient, qui a évoqué la question de l Islam et de l islamisme en France aujourd hui. Le souci d atteindre le niveau de professionnalisme requis d une cour comme celle de Paris m a conduit à organiser des formations destinées aux magistrats qui s intéressent au droit de la concurrence et au droit boursier. La chaire de régulation économique de Sciences Po, dirigée par Madame le professeur Marie-Anne Frison-Roche, accueille ainsi régulièrement une trentaine d entre nous à des formations validées par l ENM. Des formations en droit international privé et en droit de l arbitrage vont débuter dans les prochaines semaines. Je remercie le Président de la compagnie des avoués, Maître Jacques Pellerin, d avoir répondu à mon initiative. Il s agit de permettre à la cour de jouer pleinement le rôle qui est le sien dans l élaboration du droit français de l arbitrage pour qu il continue à rivaliser avec les places de Londres et de Genève. La présidence française de l Union Européenne assurée par la France au deuxième semestre de 2008 a offert à la cour d appel de Paris l occasion de créer un réseau européen de cours capitales en organisant, au mois d octobre, une rencontre inaugurale avec les vingt-six autres cours d appel capitales de l Union européenne. Ensemble, nous avons réfléchi, à travers la procédure d appel, à la qualité de la justice, et nous sommes convenus de donner suite à cette initiative. Rendez-vous a été pris pour nous retrouver à Rome en 2009, dans le souci de favoriser l entraide judiciaire, pour développer l accès au droit et la protection des victimes et pour accroître l effectivité de la décision de justice sur le territoire européen. Vous l avez compris : la justice, comme toutes les institutions, doit inspirer confiance pour que la République soit forte dans un monde en pleine mutation. La magistrature s efforce - je pense l avoir démontré - de trouver en ellemême l énergie de cette ambition. Son indépendance, qui ne doit pas être appréhendée comme un privilège du juge mais comme un droit des citoyens, n en sera que mieux comprise et défendue comme un pilier de notre démocratie. 8

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN Le citoyen au coeur du service public de la Justice 15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN citoyen au coeur du service public de la Justice UNE JUSTICE PLUS PROCHE UNE JUSTICE PLUS EFFICACE UNE JUSTICE

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

COUR PENALE INTERNATIONALE

COUR PENALE INTERNATIONALE ICC-01/04-01/06-917 30-05-2007 1/10 EO PT COUR PENALE INTERNATIONALE Original : Français No : Date de dépôt : 29 mai 2007 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE 1 Composée comme suit : M. le Juge Claude Jorda Mme la

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON La cour d appel de Lyon représentée par son premier président et son procureur

Plus en détail

Discours de Rémi CHAINE, Bâtonnier de l Ordre des avocats au Barreau de Lyon Rentrée solennelle du 18 décembre 2009

Discours de Rémi CHAINE, Bâtonnier de l Ordre des avocats au Barreau de Lyon Rentrée solennelle du 18 décembre 2009 1 Discours de Rémi CHAINE, Bâtonnier de l Ordre des avocats au Barreau de Lyon Rentrée solennelle du 18 décembre 2009 «Plus que le passé, disait Albert Einstein, c est l avenir qui m intéresse car je vais

Plus en détail

PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS

PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS UNE JUSTICE PLUS PROCHE UNE JUSTICE PLUS EFFICACE UNE JUSTICE PLUS PROTECTRICE J.21 La justice du 21 ème siècle se vit au quotidien www.justice.gouv.fr/j21 #J21 UNE JUSTICE

Plus en détail

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - DOSSIER DE PRESSE 8 juin 2010 Contacts presse : Stéphanie DUPERIE, assistante des relations presse / stephanie.duperie@justice.fr 05 56 00 10 38 Claire KELLER, Chef

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Résumé des débats Adoption du Procès Verbal de l Assemblée Générale du 17 novembre 2009 le Procès Verbal est adopté à l unanimité

Résumé des débats Adoption du Procès Verbal de l Assemblée Générale du 17 novembre 2009 le Procès Verbal est adopté à l unanimité Rappel de l ordre du jour de l Assemblée Générale Ordinaire Lecture et adoption du Procès Verbal de l Assemblée Générale du 17 novembre 2009. Rapport moral du Président, Monsieur Michel Grangeré. Rapport

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

PROPOSITION DE REFORME DE L EXPERTISE MEDICALE JUDICIAIRE

PROPOSITION DE REFORME DE L EXPERTISE MEDICALE JUDICIAIRE 8/07/2009 Les propositions de réforme du Médiateur concernent tous les stades du processus d expertise : sélection et désignation des experts / formation initiale et continue des experts / garanties de

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ)

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)15 COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) LIGNES DIRECTRICES VISANT A AMELIORER LA MISE EN ŒUVRE DE LA RECOMMANDATION SUR LES MODES ALTERNATIFS

Plus en détail

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER Sandra Huissière de justice (Actihuis) «Je ne savais pas ce que je voulais faire. Enfin si, je savais que je ne voulais pas faire de Droit car j en avais une image trop rigide. Après mon Bac ES (ex B),

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 & DES CAISSES DES REGLEMENTS PECUNAIRES DES AVOCATS (CARPA) GESTION DES FONDS DE TIERS, DES SEQUESTRES

Plus en détail

L expérience pilote de la cour d appel de Paris

L expérience pilote de la cour d appel de Paris L expérience pilote de la cour d appel de Paris Par Fabrice Vert, conseiller à la Cour d'appel de Paris Résumé Bien avant 1995, lorsque la loi sur la médiation judiciaire fut adoptée, certains faisaient

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR YVES TOURNOIS ROME CASSA NAZIONALE DI PREVIDENZA E DI ASSISTENZA FORENSE SAMEDI 3 NOVEMBRE 2001

DISCOURS DE MONSIEUR YVES TOURNOIS ROME CASSA NAZIONALE DI PREVIDENZA E DI ASSISTENZA FORENSE SAMEDI 3 NOVEMBRE 2001 DISCOURS DE MONSIEUR YVES TOURNOIS - PRESIDENT ROME CASSA NAZIONALE DI PREVIDENZA E DI ASSISTENZA FORENSE SAMEDI 3 NOVEMBRE 2001 Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Responsables des Hautes

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 20 mars 2015 de présentation du décret n 2015-282 du 11 mars 2015 relatif à la simplification de la procédure civile, à la communication électronique et à la résolution amiable des différends

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

AUDIENCE SOLENNELLE DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NÎMES

AUDIENCE SOLENNELLE DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NÎMES AUDIENCE SOLENNELLE DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NÎMES 3 OCTOBRE 2014 Monsieur le Préfet du Gard, Madame et Messieurs les Députés, Monsieur le Sénateur, Maire de Nîmes, Monsieur le Premier Président de

Plus en détail

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après.

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après. Contribution écrite du Comité d Action Juridique (CAJ) Rhône-Alpes Au groupe de travail sur «les juridictions du XXI èmes siècle» 14 octobre 2013 Le Comité d Action Juridique est une association loi 1901

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS 3ème Chambre Commerciale ARRÊT N 131 R.G : 13/03708 COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ : Monsieur Alain

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel 1 ère partie : le cadre A) Le système institutionnel : La constitution La France est dotée d une constitution portant

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * *

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * * CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Commission thématique de la modernisation du parlement Secrétariat général du Grand Conseil Place du Château 6 1014 Lausanne Réf. : PM/15007041 Lausanne, le

Plus en détail

CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES

CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES COMMISSION DES TEXTES CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES Depuis le 1er janvier 2013, la conclusion de conventions d honoraires est devenue obligatoire en matière de divorce, par application

Plus en détail

LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE

LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE Notes La loi n 2007-210 du 19 février 2007 portant réforme de l assurance de protection juridique a été publiée au Journal Officiel le 21 février 2007. Elle est d

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Juridictions spécialisées du domaine social et organismes de Protection sociale : constats et enjeux

Juridictions spécialisées du domaine social et organismes de Protection sociale : constats et enjeux Juridictions spécialisées du domaine social et organismes de Protection sociale : constats et enjeux Par Raymonde TAILLEUR, Ancienne Directrice de projet à la Direction de la Sécurité sociale. T raditionnellement,

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Lettre recommandée avec AR : N 1A 091 493 8417 0. Adresse Mail : sec.pg.ca-toulouse@justice.fr

Lettre recommandée avec AR : N 1A 091 493 8417 0. Adresse Mail : sec.pg.ca-toulouse@justice.fr Monsieur LABORIE André Le 11 février 2014 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens Courrier transfert Tél : 06-14-29-21-74. Tél : 06-16-15-23-45. Mail : laboriandr@yahoo.fr http://www.lamafiajudiciaire.org

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Contenu Contenu Contenu Introduction I. Tribunaux et juges A Sur le plan cantonal 1 Tribunaux civils a L autorité

Plus en détail

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Introduction : La déesse grecque de la justice se nomme Thémis, elle aurait reçu de Zeus un glaive et une balance afin de peser le pour et le contre,

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Vous êtes marié avec un conjoint de

Vous êtes marié avec un conjoint de Divorce et résidence à l étranger Quel tribunal peut-on saisir? Les époux peuvent-ils choisir la loi applicable à leur divorce? Sous quelle forme? À défaut, quelle sera la loi applicable au divorce? Quels

Plus en détail

PREMIER MINISTRE. Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17 juin 2013

PREMIER MINISTRE. Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17 juin 2013 PREMIER MINISTRE Pôle Stratégie, Médias et Communication Hôtel de Matignon, le 17 juin 2013 Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Les conditions de candidature et de recrutement des sages-femmes sur la liste d'experts

Plus en détail

L INFORMATIQUE ET LA COMMUNICATION ÉLECTRONIQUE AU SERVICE DE LA QUALITÉ DE LA JUSTICE

L INFORMATIQUE ET LA COMMUNICATION ÉLECTRONIQUE AU SERVICE DE LA QUALITÉ DE LA JUSTICE L INFORMATIQUE ET LA COMMUNICATION ÉLECTRONIQUE AU SERVICE DE LA QUALITÉ DE LA JUSTICE Paris 29 septembre 2005 Mettre les procédures judiciaires et les process technologiques au service d une Justice de

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

Comité du service public de la diffusion du droit par l internet. Rapport d activité 2007

Comité du service public de la diffusion du droit par l internet. Rapport d activité 2007 Comité du service public de la diffusion du droit par l internet Rapport d activité 2007 FEVRIER 2008 1 Rapport annuel d activité du comité du service public de la diffusion du droit par l internet 2007

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

«Le juge du 21ème siècle» Un citoyen acteur, une équipe de justice

«Le juge du 21ème siècle» Un citoyen acteur, une équipe de justice Décembre 2013 Rapport à Mme la garde des sceaux, ministre de la justice «Le juge du 21ème siècle» Un citoyen acteur, une équipe de justice Pierre Delmas-Goyon Conseiller à la Cour de Cassation Sommaire

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014 United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux ALLOCUTION (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non officiel.)

Plus en détail

COMPTE RENDU N 3 Rencontre avec Madame Nathalie BILLINGTON du 20 MAI 2014 PRESIDENTE DE LA CHAMBRE DE LA FAMILLE

COMPTE RENDU N 3 Rencontre avec Madame Nathalie BILLINGTON du 20 MAI 2014 PRESIDENTE DE LA CHAMBRE DE LA FAMILLE COMPTE RENDU N 3 Rencontre avec Madame Nathalie BILLINGTON du 20 MAI 2014 PRESIDENTE DE LA CHAMBRE DE LA FAMILLE Le 20 mai 2014, j ai rencontré Madame Nathalie BILLINGTON, Présidente de la Chambre de la

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com L indemnisation des risques liés au travail Colloque Sinistres du 10 Mars 2011 Le 10 Mars 2011, à l initiative

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Avant-propos. bruylant

Avant-propos. bruylant Avant-propos Éric Savaux Professeur à la Faculté de droit et des sciences sociales de l Université de Poitiers, Directeur de l équipe de recherche en droit privé Les 13 et 14 décembre 2013, s est tenu,

Plus en détail