Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance"

Transcription

1 Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM 1

2 Plan de la présentation 1. Introduction : Une responsabilité réaffirmée 2. Lien de confiance 3. Communication bidirectionnelle 4. Collaboration parent-éducatrice 5. Un cadre de référence 2

3 1- Il y a dix ans Mise en place du réseau de sgé Qu est-ce qui était prévu quant à la relation parent-éducatrice? 3

4 Programme éducatif des CPE (MFE,1997) Intervention du personnel éducateur auprès des enfants et des parents La collaboration entre le personnel éducateur et les parents contribue au développement harmonieux de l enfant Le développement de l enfant est un processus global et intégré L enfant est le premier agent de son développement Chaque enfant est unique L enfant apprend par le jeu Structuration des lieux Structuration des activités Les principes de base et leur domaine d application 4

5 Programme éducatif des services de garde du Québec (MFE,2007) La collaboration entre le personnel éducateur ou la responsable d un service de garde en milieu familial et les parents est essentielle, elle contribue au développement harmonieux de l enfant. Le développement de l enfant est un processus global et intégré L enfant est le premier agent de son développement Chaque enfant est unique L enfant apprend par le jeu 5

6 Transformation des mentalités L image projetée par les milieux de garde s est considérablement modifiée au cours des dernières décennies. Deux types de perceptions sont évoquées Pour certains, ils sont de plus en plus perçus comme des systèmes de soutien parental (Powell, 1998) Pour d autres, il serait plus juste de parler d une relation Consommateur-Professionnel (Sphancer, 1999) 6

7 Une responsabilité réaffirmée Il revient aux milieux de garde, au personnel éducateur, de mettre en place les conditions favorables pour l établissement de liens de confiance, d une communication bidirectionnelle et des collaborations 7

8 Dans le milieu de la recherche deux consensus se dégagent La qualité d un service de garde est associée à la qualité de la relation parent-éducatrice (Bredekamp & Copple, 1997; Elicker et al., 1997; Kuhn, 2001) Une relation parent-éducatrice de qualité est souvent difficile à mettre en place (Galinsky, 1990; Powell, 1998) 8

9 Liens entre la qualité de la relation et la qualité du milieu de garde Le Parent-Caregiver Relationship Scale (PCRS) a été expérimenté en installation et en milieu familial. La qualité de la relation parent-éducatrice s associe à divers autres indices reconnus de la qualité du service. (Elicker et al., 1997) Lien positif entre une communication bidirectionnelle parentéducatrice plus fréquente et la qualité globale du service offert. (Ghazvini et Readdick, 1994) Lien positif entre l engagement du parent et trois dimensions de la qualité. (Endsley et al., 1993) 9

10 État des connaissances relatives à la relation parentéducatrice Quelques données sont disponibles Il demeure plusieurs points à éclaircir 10

11 Parents satisfaits de leur milieu de garde Satisfaction des parents à l égard des services de garde Satisfaction indépendante de la qualité objective du milieu (Shpancer, 1998) Parents satisfaits même si l éducatrice nourrit une perception négative des compétences du parent (Kontos et Dunn, 1989) Parents satisfaits mais la moitié d entre eux choisiraient une autre milieu de garde (Galinsky, 1990) Pistes à explorer : difficulté du parent à évaluer la qualité des soins, présence d un effet de conditionnement, absence de choix réels, impacts de cette ambivalence dans la relation 11

12 2- Lien de confiance Point de départ de toute relation Nécessaire pour confier son enfant mais aussi pour s ouvrir à l autre 12

13 La confiance communication entre parent-éducatrice et Le point de vue des éducatrices La confiance est un thème majeur dans les propos des éducatrices ou accueillantes : «Elles vivent très mal tout réticence (des parents) à ce sujet.»(bosse-platière, 2004) Les critiques de certains parents font mal La confiance se construit avec le temps 13

14 La confiance communication entre parent-éducatrice et Le point de vue de futures éducatrices De futures éducatrices parlent souvent de la nécessité que les parents leur fassent confiance Par contre, elles ne semblent pas considérer témoigner de la confiance envers les capacités du parent Elles ont de la difficulté à reconnaître les compétences des parents (Cantin, 2006) Que se passe-t-il si on ne fait pas confiance au parent? Est-il indispensable de savoir reconnaître les forces des parents? 14

15 La confiance communication entre parent-éducatrice et Le point de vue d éducatrices débutantes Les éducatrices en début de carrière sont tout particulièrement préoccupées d obtenir la confiance des parents; Cette confiance est perçue comme une reconnaissance professionnelle (et personnelle); Parmi les stratégies employées pour obtenir cette confiance: Aller au devant et se faire connaître du parent; Démontrer au parent son intérêt pour l enfant; Démontrer ses qualités professionnelles (observation, planification) La recherche de la confiance des parents entraîne parfois des dilemmes pédagogiques : activités fermées vs activités ouvertes (Cantin, non publié) 15

16 La confiance communication entre parent-éducatrice et Le point de vue de parents Les parents vont recherche avant tout une personne qui sera affectueuse avec leur enfant Le secret professionnel un gage de confiance Où commence le secret professionnel? Comment éviter de trahir le secret professionnel? 16

17 3- Communication parent-éducatrice Parents et éducatrices s accordent pour identifier la communication comme une composante essentielle de la qualité des services de garde (Kontos, Howes, Shinn, & Galinsky, 1995; Ghazvini & Readdick, 1994) 17

18 La La communication parent-éducatrice Durée des échanges 13,7 minutes par semaine (Hughes, 1985) durée moyenne d'une communication 27 secondes (Endsley & Minish, 1991) Disponibilités les parents plus disponibles en fin de journée, alors que les éducatrices responsables ont quitté (Endsley & Minish, 1991) Conditions matérielles peu propices à la confidentialité (Bélanger et al., 1994) 18

19 La communication parent-éducatrice Attentes différentes en matière de communication Parents plus satisfaits de la communication que les éducatrices en milieu familial (Coutu et al, 2003) Éducatrices souhaitent plus d échanges (Ghazvini & Readdick, 1994; Powell, 1998) Parents de jeunes enfants communiquent plus longtemps (Endsley et Minish,1991) Parents réticents à aborder la situation vécue à la maison (Fraser & Caddell, 1999; Shpancer, 1999) Futures éducatrices semblent privilégier une communication unilatérale (Cantin, 2006) 19

20 La communication parent-éducatrice Association entre communication bilatérale et de meilleures interactions avec l enfant Lorsque parent et éducatrice rapportent plus d échanges (seeking and sharing information about the child): Interactions de l éducatrice à l égard de l enfant sont d une meilleure qualité (sensibilité, soutien et stimulation) Interactions du parent à l égard de son enfant sont d une meilleure qualité (respect de l enfant, stimulation cognitive ) (Owen, Ware et Barfoot, 2005) N.B. Liens de causalité demeurent à démontrer 20

21 La communication parent-éducatrice Quels messages sont transmis aux parents? Les familles sont bienvenues dans le milieu de garde Le milieu accueille toutes les familles Tous les membres des familles sont respectés par le personnel éducateur et les employés du service de garde Dans ce milieu, les familles peuvent être fières de ce qu elles sont Le personnel reconnaît que les familles connaissent bien leur enfant Les parents sont considérés comme compétents, à la fois comme individus et comme parents Le personnel cherche à apprendre avec les parents et est ouvert à leurs idées Les familles sont invitées à travailler en partenariat Il y a des familles qui ne sont pas à leur place dans ce milieu de garde Nous n avons pas de temps pour écouter les parents car nous sommes trop occupés avec les enfants Ce milieu a plusieurs règles que les parents doivent apprendre à respecter Les parents doivent agir comme nous, sinon, ils ne sont pas bien vus dans le milieu Pour être de bons parents, il faut intervenir de la même manière que les éducatrices Les éducatrices en savent plus sur les enfants que les parents

22 La La communication parent-éducatrice Des moyens à retenir Une attitude proactive est bénéfique : importance de prendre l initiative; Favoriser une communication bidirectionnelle et diversifiée: verbaux, écrits, formels et informels, synchrones et asynchrones; 22

23 La La communication parent-éducatrice Des moyens à retenir Les éducatrices satisfaites de leur communication parent-éducatrice ont tendance à Parler de la communication avec les parents: Expliquer les buts de la communication (pour elles, pour l enfant); Préciser les règles de la confidentialité; Rassurer le parent; Prendre des ententes sur les thèmes privilégiés, les moyens de communication,... 23

24 La La communication parent-éducatrice Un moment clé de la communication La communication est compromise parfois lorsqu on communique de mauvaises nouvelles aux parents: Plusieurs éducatrices considèrent qu il est indispensable d informer les parents des comportements dérangeants de l enfant; Elles ont plus de difficultés à expliquer pourquoi il importe de communiquer ces informations (et le parent risque de se demander ce que l on attend de lui). 24

25 La La communication parent-éducatrice Un moment clé de la communication Les mauvaises nouvelles: Préciser les faits de manière objective; Informations communiquées par écrit mais aussi verbalement; Communiquer la difficulté sous forme d objectif à atteindre : «il a de la difficulté à attendre son tour. On va travailler cela ensemble»; Miser sur les forces de l enfant; Vérifier comment l information est reçu par le parent Si la situation se répète souvent, mettre en place une collaboration formelle (rencontre). 25

26 La communication parent-éducatrice Des pistes à explorer : Pourquoi les parents sont-ils réticents à communiquer ce qui se passe à la maison? Manque de temps et/ou moyens inappropriés Désir de confidentialité Manque de confiance Méconnaissance quant à l utilité de communiquer à propos de l enfant Hypothèse de l effet tampon (Shpancer, 1999) Éducatrice ne fait pas partie du réseau social des parents : réseau social constitué de parents et amis vs réseau professionnel qui est consulté seulement dans des circonstances spécifiques 26

27 Assurer une communication ouverte et constructive Quelques exemples (McBride, 1999) Prendre plus de temps pour écouter les parents et moins poser de questions ou donner des avis Échanger fréquemment avec les parents (par écrit et verbalement) Adapter, individualiser les moyens de communication aux besoins, capacités et préoccupations des familles Utiliser un langage approprié et compréhensible Afficher sa disponibilité (porte ouverte)

28 Assurer une communication ouverte et constructive Quelques exemples (McBride, 1999) Demander aux parents ce qu ils souhaitent avant de leur dire ce que le service de garde offre Répondre positivement et dans des délais raisonnables aux suggestions, aux demandes spéciales des familles Utiliser des techniques de résolution de problèmes pour prendre des décisions avec les familles au sujet de leur enfant et d eux-mêmes

29 4- Collaboration parent-éducatrice «Parents et éducatrices peuvent devenir de bons collaborateurs capables de prendre des ententes éducatives» (Falardeau et Cloutier, 1986, p.97) 29

30 Les relations sur un continuum (Cantin, 2006) 30

31 La La collaboration parent-éducatrice Futures éducatrices favorables à la collaboration 11. Selon vous, pour un éducateur ou une éducatrice en milieu de garde, la collaboration avec les parents est Fréquence % Valide Essentielle ,4 Très importante 57 13,3 Importante 4,9 Peu importante 1,2 Inutile 0 0 Total ,8 Manquante 0 5 1,2 Total ,0 31 (Cantin, 2006)

32 Qualité de l interaction Dans Grandir en qualité, la dimension de la qualité obtenant les meilleurs résultats est celle des interactions de l éducatrice avec les parents Score CPE poupons CPE présco CPE- MF Garderie poupons Garderie présco GLOBAL 3,05 2,93 2,75 2,62 2,58 1 Structuration lieux 2,91 2,89 2,65 2,33 2,47 2 Structuration activités 3,02 3,02 2,78 2,66 2,69 3 Relations avec les enfants 3,12 2,85 2,78 2,76 2,54 4 Relations avec les parents 3,38 3,18 2,97 2,96 2,83 Bigras,

33 Qualité de l interaction Données difficiles à interpréter : peu d items traitant de la relation parentéducatrice dans l échelle de la qualité (4/111) ; observations indirectes provenant d entrevues effectuées auprès des éducatrices. 33

34 La La collaboration parent-éducatrice Relations parents-éducatrices satisfaisantes dans l ensemble (Coutu et al., 2003) Cependant Présences de perceptions négatives des compétences parentales (Kontos et al, 83; Kontos et Dunn, 89) Jugements plus sévères des éducatrices à l égard de certains parents : divorcés, milieu socio-économiquement faibles (Kontos et Well, 86) Jugements positifs plus fréquents et relations souvent amicales : parents scolarisés, meilleurs revenus (Galinsky, 90) Jugements sévères à l égard de certains parents (Coutu et al, 2003) 34

35 La La collaboration parent-éducatrice Des prédicteurs de l engagement parental (1131 parents) dans le programme Head Start (Castro et al, 2004) Le travail des parents : parent sans emploi plus présents La qualité observée dans le local L expérience de l éducatrice (présences plus longues et plus fréquentes des parents) 35

36 Les types d activités de collaboration selon Epstein (2001) Types d activités Fonction parentale Communication Bénévolat Apprentissage à domicile Prise de décisions Collaboration avec la communauté Objectif poursuivi Soutien aux parents dans leur rôle d éducateur Communication ouverte, bi-directionnelle pour mieux comprendre l expérience de l enfant Participation du parent aux activités du milieu éducatif Poursuite de l apprentissage à la maison Participation de la famille aux décisions (appropriation) Intégration à la communauté, au milieu social

37 La La collaboration parent-éducatrice Des pistes à explorer : Pourquoi la collaboration est-elle peu développée concrètement? Manque de temps Absence de modèles de référence, de pratiques précises (approche centrée sur l enfant vs approche centrée sur la famille) Buts peu précis Confusion des rôles (conseiller, soutien, ami, évaluateur, ) Représentations : futures éducatrices ont des difficultés à identifier des compétences parentales et disposent d un répertoire restreint d activités de collaboration (Cantin, 2006) 37

38 La La collaboration parent-éducatrice Des pistes à explorer : Pourquoi la collaboration est-elle parfois difficile? Ressentiments à l égard de certains parents Peu de communication, peu de reconnaissance réciproque Attitude pro-active vs attitude passive Éducatrices ne possèdent pas un répertoire élargi de moyens pour travailler à la résolution de conflits avec le parent Milieux peu outillés pour soutenir parent et éducatrice dans les situations de conflits 38

39 La mesure de l engagement parental dans le milieu de garde (Zellman et Perlman, 2006) Conclusion des auteurs L engagement du parent dans le milieu de garde est un bon indicateur de la qualité du milieu. Deux hypothèses demeurant à être vérifiées : De bons parents choisissent de bons milieux de garde vs De bonnes éducatrices informent et influencent les parents. Ces adultes parviennent à travailler ensemble pour mettre en place les conditions favorables au développement de l enfant 39

40 5- Un cadre de référence 40

41 Approche centrée sur la famille Principes de base Reconnaître et respecter les connaissances et l expertise de l autre Partager l information à travers une communication bidirectionnelle Partager le pouvoir et la prise de décision Accepter et respecter la diversité Créer des réseaux de soutien naturel (Keyser, 2006) 41

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Comment évaluer des initiatives web 2.0 visant le changement des normes sociales? JASP, Hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth, 27 novembre 2012

Comment évaluer des initiatives web 2.0 visant le changement des normes sociales? JASP, Hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth, 27 novembre 2012 Comment évaluer des initiatives web 2.0 visant le changement des normes sociales? JASP, Hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth, 27 novembre 2012 Judith Gaudet, Ph.D., chercheuse Comsanté, UQAM Consultante en

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

Quand les enfants apprennent plus d une langue

Quand les enfants apprennent plus d une langue Quand les enfants apprennent plus d une langue En tant que parent d un enfant qui apprendra deux langues ou plus, vous avez peut-être des questions. Cette brochure basée sur des recherches récentes vous

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente FORMATIONS COMMERCIALES MANAGEMENT Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter I - Techniques de vente «Basic» - 6 modules II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon

Plus en détail

La clé de la fidélité de la clientèle

La clé de la fidélité de la clientèle Reynolds et Reynolds La clé de la fidélité de la clientèle Premièrement, transgressez toutes les règles... Voici comment s y prendre Kasi Westendorf, Vice-présidente du Marketing Reynolds et Reynolds La

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT

OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT OUTIL DIAGNOSTIQUE DE L ACTION EN PARTENARIAT Angèle Bilodeau, Ph.D. 1, 2 Marilène Galarneau, M.Sc. 2 Michel Fournier, M.Sc. 1 Louise Potvin, Ph.D. 2 Gilles Sénécal, Ph.D. 2, 3 Jocelyne Bernier, M.Sc.

Plus en détail

Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s

Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s Un livret, pour qui? Ce livret est destiné aux parents et futurs parents qui souhaitent trouver un mode de garde

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Numéro : 1. Objet général La présente politique vise à établir les règles applicables

Plus en détail

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Écrit par Jocelyn Théoret, directeur en gestion de l expérience client, Groupe-conseil en stratégie et performance de Raymond Chabot Grant Thornton, en collaboration avec

Plus en détail

Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs

Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs Les défis de l intégration sécuritaire et compétente des nouveaux travailleurs Elise Ledoux Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail Colloque 2013 Santé et sécurité du travail

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS - Sondage de l'institut CSA - N 0501353 Novembre 22, rue du 4 Septembre BP 6571 75065 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44

Plus en détail

FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct RÉSUMÉ LONDRES, AOÛT 2008 RÉSUMÉ

FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct RÉSUMÉ LONDRES, AOÛT 2008 RÉSUMÉ FAISABILITÉ D UN ORGANISME EUROPÉEN Supporters Direct LONDRES, AOÛT 2008 RÉALISÉ POUR L UEFA PAR Supporters Direct Reconnaissons les supporters comme un élément essentiel de l identité des clubs. Michel

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

»»»» CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? DÉFINITION

»»»» CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? DÉFINITION 5 Fiche de sensibilisation CONCILIATION FAMILLE-TRAVAIL OU COMMENT RÉCONCILIER LES DEUX MONDES DANS LESQUELS NOUS ÉVOLUONS? Il nous arrive fréquemment de nous interroger sur notre façon de faire les choses

Plus en détail

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet.

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet. Signaux de vente... En 2010, les commerciaux continuent de batailler sur tous les fronts. En suivant cette idée, Krauthammer, avec l'aide du Groupe ESC Clermont, a réalisé trois rapports d étude de «l'état

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES. www.juliehabart.com - Julie Habart - 514-531-7487

OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES. www.juliehabart.com - Julie Habart - 514-531-7487 OFFRE DE SERVICES ACTIVITÉS ET FORMATIONS DISPONIBLES En entreprise Optimiser la pensée, démultiplier les talents Activités axées entreprises En équipe et en individuel Chaque individu a en lui une immense

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Évaluation de la Grille d identification des risques psychosociaux en entreprise : l importance des déterminants individuels et organisationnelles. Michel Vézina Carole Chénard JASP 27 novembre 2013 Plan

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Client: entreprise du secteur privé et public Population: top management - 160 cadres dirigeants répartis en France

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Allocution de Option consommateurs. Le 17 octobre 2011. Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication

Allocution de Option consommateurs. Le 17 octobre 2011. Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication Allocution de Option consommateurs Le 17 octobre 2011 Office de consultation publique de Montréal Réglementation des antennes de télécommunication Monsieur le président, madame la commissaire, monsieur

Plus en détail

L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS

L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS L ADOPTION OUVERTE, SEMI-OUVERTE OU FERMÉE DE NOUVEAU-NÉS CANADIENS GUIDE D EXPLORATION POUR LE PARENT BIOLOGIQUE Adoption Vivere inc. 15, rue Principale Nord, Montcerf-Lytton (Qc) J0W 1N0 Sans frais :

Plus en détail

Programme d entraide à l allaitement maternel : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement

Programme d entraide à l allaitement maternel : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement Allaitement maternel en Ontario Programme d entraide à l allaitement maternel : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement Par le passé, les femmes

Plus en détail

Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN

Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN Neuchâtel, 17.01.2014 Introduction Vote populaire de 1993 sur les

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Regard sur l accueil du jeune enfant au Québec, rencontre avec les amis...

Regard sur l accueil du jeune enfant au Québec, rencontre avec les amis... Regard sur l accueil du jeune enfant au Québec, rencontre avec les amis... Par Danielle Pommier Danielle Pommier est étudiante à l école d Éducatrice de Jeunes Enfants de Lyon, en France. Elle a effectué

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Exprimer sa reconnaissance

Exprimer sa reconnaissance Atelier - le 30 juin 2010 dans le management au quotidien :, consultante RH Une rencontre organisée par Les principaux besoins par rapport au travail 1 TABLEAU RÉCAPITULATIF SUR LES SIGNES DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

Le retour au travail après une absence prolongée en

Le retour au travail après une absence prolongée en Le retour au travail après une absence prolongée en raison de trouble mental transitoire: des pistes d'encadrement de la démarche. Marie-José Durand, PhD, Professeure titulaire, Directrice du CAPRIT Les

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

L effet WOW en négociation gagnant-gagnant!

L effet WOW en négociation gagnant-gagnant! L effet WOW en négociation gagnant-gagnant! Jasmin Bergeron, MBA, Ph.D. Conférencier et professeur Directeur d un programme de MBA Université du Québec à Montréal T: 514 514-978-0795 info@jasminbergeron.com

Plus en détail

MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes

MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes MENTORING à l intention de doctorantes et d étudiantes May MORRIS, Directrice de Recherche CNRS, biologiste - biochimiste Claudine HERMANN, Professeure honoraire Ecole polytechnique, physicienne Evelyne

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION

L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION L AUTO-ÉVALUATION HAP : KIT METHODOLOGIQUE PARTIE 2 : OUTILS D AUTO-ÉVALUATION À L USAGE DES ORGANISATIONS HUMANITAIRES ET DE DEVELOPPEMENT REALISANT UNE AUTO-EVALUATION SUR LA BASE DE LA NORME HAP 2010

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail