Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 1"

Transcription

1 Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 1

2 INTRODUCTION Vous avez en permanence le besoin de vous sentir soutenu(e), reconnu(e), encouragé(e), aimé(e) par votre conjoint et vos amis? La peur de l'abandon et de la séparation régente votre vie? Tels sont les symptômes de la dépendance et de la carence affective. Carence affective Pour comprendre le schéma de la dépendance affective, il faut commencer par la carence affective. Imaginez un enfant heureux de vivre sa vie d'enfant. Il joue, chante, court, saute. Il va se blottir contre sa mère quand il en a envie. Puis il repart plein de vie. Mais un jour, le voilà réprimandé parce qu'il bouge et crie, le voilà jugé inconvenant ou détestable quand il manifeste ses opinions et ses sentiments. Le voilà seul quand il appelle. Il n'a plus la possibilité de laisser sa vie se manifester spontanément. Il est en colère, triste, perdu et cela provoque des émotions. L'émotion est le trouble intense de l affectivité, une réaction immédiate, le plus souvent incontrôlée. L'émotion a un impact direct sur un individu. Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 2

3 A savoir que l'émotion se construit selon trois axes qui seront : La valence avec la notion de positif ou agréable, négatif ou désagréable. L'alerte aboutissant chez un individu à une tension ou bien le calme. Le contrôle dont la caractéristique essentielle étant la possibilité ou l'impossibilité de réagir confrontée à une frayeur importante. En réalité une certaines théories de l'émotion, plus récentes, font intervenir deux autres structures qui semblent jouer un rôle de premier plan, il s'agit de l'amygdala et du cortex orbitofrontal Bases neurobiologiques des émotions De nombreuses structures du cerveau participent à la physiologie des émotions. Je vais surtout parler du système limbique et des structures de voisinage. Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 3

4 Pour certains auteurs, l'hypothalamus, enfin, serait à l'origine d'un stockage concernant la mémoire émotionnelle. Le cortex préfrontale est en relation directe avec le système limbique il est également en relation avec le thalamus et l'hypothalamus. Le cortex préfrontale serait une zone située entre les émotions et la cognition. On Nomme «carences affectives» les absences de soins et de chaleur humaine dont peu souffrir un être humain. Les carences affectives vécues dans la prime enfance et ou dans l enfance peuvent avoir des conséquences sévères pour le développement intellectuel, psychomoteur et psycho affectif de l enfant. Cette incapacité à sécuriser l enfant provient le plus souvent de la problématique du (ou des) parent(s) qui a lui-même pu être victime de carences affectives voire de mauvais traitements pour ensuite les reproduire. Les carences affectives, à l âge adulte, provoquent des états de souffrances variables pouvant amener à des dépressions dans les cas les plus marqués. EN RESUME Les carences affectives peuvent avoir des conséquences plus ou moins graves selon le degré de développement de l'individu. La privation prolongée du contact avec la mère ou avec un substitut maternel entraîne chez le nourrisson une inhibition anxieuse, un Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 4

5 désintérêt pour le monde extérieur (dépression anaclitique) qui s'accompagne d'anorexie, d'insomnie, d'agitation, de retard psychomoteur et de troubles psychosomatiques. C'est ce qu'on appelle le syndrome d'hospitalisme. Si la carence se poursuit audelà de 3 ou 4 mois, l'enfant risque de souffrir de dommages physiques et psychiques irréversibles. Par extension, on parle de carence affective lorsqu'un enfant n'a pas bénéficié de relations affectives suffisantes, en fonction du milieu culturel et social, dans les cinq premières années de sa vie : il risque d'en résulter un retard psychomoteur et des troubles du caractère. A savoir que l enfant est souvent un objet réparateur chez une personne carencé affectivement. L adulte est dans la répétition d expériences puisque il y a des brisures L enfant réparateur devient enfant persécuteur. Chez l'adulte, des situations vitales contraignantes (deuil, infirmité, émigration) peuvent amplifier certaines tendances à la paranoïa, à l'introversion, aux troubles du caractère ou de la personnalité qui enferment l'individu dans la solitude et risquent, en réaction, de déclencher des troubles psychiatriques aigus. Chez les femmes elles sont moins sujettes à ne pas sombrer comme les hommes. Dans les échanges affectifs, on donne plus que l on reçoit. Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 5

6 Chez le sujet âgé, le manque d'échanges affectifs précipite parfois le processus de vieillissement pathologique et peut même déclencher des réactions de détresse allant jusqu'au suicide. N oubliez pas que ; SOUS LES PAVES IL Y A LA PLAGE Dans le carencé ce qui manque est perdu Le propre d une carence est d entraîner des frustrations ayant comme conséquences comme : Timidité Manque de confiance en soi Ne pas savoir dire non La colère Dépression cachée Addictions Troubles du comportement Sentiments d abandon, de rejet, d injustice, trahison, humiliation, la non reconnaissance et la maltraitance Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 6

7 LA DEPENDANCE AFFECTIVE Dans le choix de nos partenaires, nous sommes, pour la plupart, conditionnés par nos expériences affectives de l enfance et nous construisons nos liens en fonction des modèles parentaux qui serviront de support à nos croyances. Nous pouvons soit les reproduire à l identique, soit les idéaliser, les fantasmer, ou encore, à défaut de références suffisamment satisfaisantes, nous inventer une nouvelle stratégie relationnelle, à l opposé de celle connue. Il nous faut, dans ce contexte, dépenser une grande énergie créative et psychique pour innover et nous construire nos propres modèles. Si dans l enfance, nous avons manqué d attention ou de tendresse, nous chercherons à combler les béances, croyant à tort que l amour sera la solution à tout. Certains, pour se remplir de mots ou de gestes d attention qui ont manqué, d autres pour perpétuer une relation hyperprotectrice, se servent d un compagnon, d un ami, ou encore d un enfant. Face à l intensité de leurs propres besoins à combler, ils se nourrissent d autrui, persuadés que l amour donné ou la reconnaissance demandée apaisera leurs manques. La relation doit à tout prix être fusionnelle, l autre être identique à soi, épouser nos pensées, nos désirs, être une projection de soi. Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 7

8 Si l autre devient l unique objet de sécurité auquel on se raccroche, la relation devient très vite étouffante, voire aliénante, l envahissement affectif trop prégnant, surtout si l on cherche à se fondre dans le désir de l autre, à épouser sa personnalité, de peur d être abandonné. Tout changement risque alors d être vécu sur un mode anxiogène avec des troubles divers où la nourriture, entre autres dépendances, agira comme un réconfortant. De nombreux couples, toujours dépendant de leurs expériences affectives de l enfance, restent prisonniers de situations douloureuses. Ils accumulent échecs et expériences relationnelles qui les conduisent à une impasse, comme s il y avait une nécessité à répéter le processus. Il arrive que la dépendance affective soit dissimulée sous des comportements d indépendance affichée où pointe, en filigrane, la peur d être englouti par l amour, la peur qu il cesse et la crainte de ressentir à nouveau l angoisse du vide affectif de l enfance. Alors on préfère fuir. Il s agit là d une peur phobique du lien, de l amour partagé. Les symptômes de la personnalité dépendante 1. D'abord, l'identité personnelle de la personne dépendante est perturbée de diverses manières : La personne a du mal à prendre des décisions personnelles. Son Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 8

9 insécurité la fait hésiter, tergiverser, revenir souvent sur ses décisions. Les décisions à prendre l'angoissent. La personne a du mal à assumer ses responsabilités. En raison de ses peurs, elle voudrait que d'autres interviennent à sa place. Elle tend ainsi à faire peser ses responsabilités sur les autres. La personne n'a pas le courage de ses opinions et de ses convictions. Pour ne pas perdre l'affection ou l'approbation d'autrui, elle pense comme lui. Finalement, elle n'a plus d'opinions propres, ni de certitudes personnelles. La personne ne se préoccupe que du regard des autres : la réaction des autres - réelle ou imaginée - devant ce qu'elle est et devant ce qu'elle fait détermine sa conduite. C'est ainsi qu'elle tendra à projeter une belle image d'elle-même, qui la rehaussera aux yeux des autres. La personne manque de confiance en elle-même : elle souffre d'un complexe d'infériorité. Ce manque de confiance influence sa pensée, son jugement et la paralyse dans ses activités. La personne a peur d'être abandonnée, laissée seule, c'est-à-dire à elle-même. Elle craint la solitude, la privant du soutien et de l'appui d'autrui. 2. Au plan émotif, la personne dépendante est instable. Elle est dominée par ses émotions, qui la font souvent passer d'un extrême à l'autre, sans raison apparente. Elle a par la suite beaucoup de peine à avoir un comportement et des réactions modérées; elle est donc excessive, tantôt en joie, tantôt en tristesse, Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 9

10 tantôt en douceur, tantôt en colère. La personne souffre particulièrement d'instabilité affective. La joie affective qu'elle peut parfois ressentir est toujours menacée. Son.bonheur est fragile, car il dépend essentiellement d'autrui. Lorsqu'elle est en manque d'affection, elle ressent une profonde angoisse au point d'en être paniquée. Se sentant souvent mal aimée, et même rejetée, par rapport à d'autres personnes qui lui semblent choyées et heureuses, elle éprouve alors des sentiments de jalousie et de colère, comme si l'amour des autres lui était dû en justice, et que les autres étaient responsables de sa souffrance; que leur bonheur était une injure à son état de privation, jugé comme un malheur intolérable. La personne éprouve, très fréquemment, un douloureux sentiment de vide et d'ennui. Cette profonde tristesse peut l'engager à fuir, à se fuir elle-même, dans toutes sortes d'activités extérieures. 3. Au plan des relations interpersonnelles La personne dépendante se laisse manipuler et abuser, et elle aussi manipule les autres. Parce qu'elle veut obtenir à tout prix ce qu'elle désire, elle ne discerne pas la vérité du mensonge dans les histoires qu'on lui raconte : elle se fait donc tromper. Et de son côté, parce qu'elle se débat dans un mensonge intérieur concernant l'actualisation de son désir de bonheur, elle manipule les autres. La personne dépendante est portée à des colères intenses et inappropriées ayant diverses causes. Ce peut être pour se protéger elle-même d'agressions réelles, mais le plus souvent d'agressions qu'elle vit ou revit intérieurement. Ce peut être parce qu'elle est fâchée contre autrui, qui l'empêche d'être elle-même. Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 10

11 Derrière le masque de la dépendance, il y a le plus souvent la peur de sa trop grande solitude intérieure. C est précisément parce que notre vie intérieure manque de consistance, de sécurité, que nous nous accrochons désespérément à quelqu un d autre. Bon nombre de personnes se montrent incapables de vivre cette solitude. Souvent, elles se persuadent que le fait de passer quelques heures en solitaire est une part de soi qu elles enlèvent à autrui avec l obligation de devoir constamment donner, se donner ; la plupart du temps, c est moins le goût des autres que la peur d être délaissées, oubliées, qui les anime. La peur de la solitude crée l attachement, la possessivité, le besoin de manipuler l autre et de tout contrôler. On devient tour à tour bourreau, victime, sauveur ou jouet, un engrenage qui risque de devenir destructeur. Toutes les dépendances ont la même source : le sentiment de solitude évité. La condition préalable à toute relation intime, c est d être prêt à vivre d abord l intimité avec soi-même. Affronter sa solitude, c est oser aborder ses propres peurs. Tant qu on reste accroché aux autres, en recherchant leur tutelle, on se maintient dans ses peurs. Il ne s agit pas de se replier sur soi, mais d utiliser ce temps de silence pour se mettre au service de la compréhension de soimême et réfléchir à la manière de sortir de l impasse de nos contradictions. Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 11

12 Cette analyse en toute lucidité nous permettra de faire évoluer la relation. La vraie sécurité affective passe par cette rencontre avec soi et cette écoute intérieure. Ce temps d écoute est l état qui ouvre le mieux aux questions que l on se pose : Que demandons-nous à l Autre, aux autres? Quelles peurs nous animent? Pourquoi cette faim éperdue d amour? Quelles blessures par rapport à notre histoire, à notre enfance, cachent tant d attentes vis à vis des autres ou de notre partenaire? Accepter d être responsable de sa vie nous engage véritablement dans ce processus de solitude assumée où nous sommes capable de savoir ce qui est bon pour nous, c est-à-dire d être notre père ou notre mère intérieur(s), capables aussi d entendre quels sont nos désirs et nos besoins réels et surtout s autoriser à y répondre. Cette modification nécessite pour certains quelques aménagements et une grande vigilance pour l installation de compétences nouvelles. Mais il n est jamais trop tard pour modifier ses schémas et à réinventer sa vie. Travaillér en thérapie, la dépendance affective mène paradoxalement sur le chemin de l autonomie. Laisser l autre être autre Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 12

13 Le défi que propose toute vie de couple consiste précisément à vivre ensemble tout en étant deux personnes distinctes. Pour éviter de se dissoudre dans un attachement excessif, et ne plus confondre aimer et avoir besoin, une distance affective est nécessaire Il semble indispensable que chacun puisse disposer de moments uniquement à soi pour pouvoir s isoler. Conserver par exemple ses propres centres d intérêts est souvent salutaire pour le couple et rend la vie à deux plus enrichissante. C est précisément un peu de distance entre deux êtres amoureux qui entretient le mystère, le désir et le plaisir de se retrouver. «Il faut se réserver une arrière-boutique toute nôtre, toute fraîche en laquelle nous établissons notre vraie liberté et principale retraite et solitude, parce que la plus grande chose au monde, c est de savoir être soi.» De ce temps de silence naît une autre présence, celle intime, intérieure à laquelle nous avons libre accès. Devenir soi, c est lâcher le recours permanent au regard de l autre. CONCLUSION Qu'elles que soient vos difficultés (problèmes de santé, troubles relationnels, difficultés professionnelles..), elles sont le plus souvent la conséquence directe ou indirecte de votre passé et en particulier de votre enfance. Judy TAIANA, Dr en Psychologie Clinique, Psychanalyste 13

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

Ces enfants ont des besoins spécifiques

Ces enfants ont des besoins spécifiques L Enfant Qui? Par Adoptons-Nous association neuchâteloise de familles adoptantes Les enfants adoptés sont des enfants comme les autres. C est leur histoire qui fait d eux des enfants ayant des besoins

Plus en détail

C est quoi les T.C.A??

C est quoi les T.C.A?? C est quoi les T.C.A?? Par T.C.A : Trouble du Comportement Alimentaire ou Trouble de la Conduite Alimentaire, on désigne l Anorexie, la Boulimie et l Hyperphagie. Ils parlent d une histoire difficile avec

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Ne vous découragez pas, le temps allège la tristesse.

Ne vous découragez pas, le temps allège la tristesse. La fin d'une relation amoureuse entraîne toute une gamme d'émotions chez les deux personnes concernées, et ce, indépendamment de qui a pris la décision d'y mettre fin. Cependant, le types d'émotions ressenties

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010

«PERSONNALITES» ADDICTIVES. Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 «PERSONNALITES» ADDICTIVES Dr C. BOY, Pr L. SCHMITT CSAPA Maurice DIDE, Hôpital La Grave Journée du CLUD 22/10/2010 Le concept d addiction Plan L histoire naturelle des addictions La construction des traits

Plus en détail

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Dr Reich Michel Équipe de Psycho-Oncologie Centre Oscar Lambret (Lille) Congrès AFSOS, Paris 17 septembre 2010 Introduction Dans

Plus en détail

Formation Coaching N 5

Formation Coaching N 5 Formation Coaching N 5 Jouir de sa Vie Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Bilan 1 er mois Reprendre et réévaluer les notes coaching 1 Pourquoi? Célébrer les victoires Augmenter confiance en

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Sémiologie Psychiatrique

Sémiologie Psychiatrique Sémiologie Psychiatrique Troubles de personnalité Source principale: Collège national des enseignants de Psychiatrie Personnalité Définition: Résultat, chez un sujet donné, de l intégration dynamique de

Plus en détail

L estime de soi. A) La différence entre confiance et estime

L estime de soi. A) La différence entre confiance et estime L estime de soi La période des études universitaires coïncide souvent avec une période de changements et de remises en question très intenses où l estime de soi peut être particulièrement mise à l épreuve.

Plus en détail

L estime de soi. Conférencier : Éric Lefebvre, psychologue monpsy@sec.cableamos.com

L estime de soi. Conférencier : Éric Lefebvre, psychologue monpsy@sec.cableamos.com L estime de soi Cet ingrédient essentiel à l épanouissement de nos jeunes Conférencier : Éric Lefebvre, psychologue monpsy@sec.cableamos.com D abord, la pyramide des besoins de Maslow Estime de soi ou

Plus en détail

Conférence Les deuils situationnels

Conférence Les deuils situationnels Conférence Les deuils situationnels Sylvie Dufresne, psychothérapeute Les étapes de résolution du deuil Choc Négation déni Expression des émotions Prise en charge des tâches liées au deuil Découverte d

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

La dépendance amoureuse est universelle

La dépendance amoureuse est universelle Chapitre 1 La dépendance amoureuse est universelle Une définition de la dépendance amoureuse «Dire que j ai gâché des années de ma vie, que j ai voulu mourir, que j ai eu mon plus grand amour, pour une

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE

NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE Une approche innovante pour développer un leadership efficace et une véritable empathie grâce aux neurosciences. Nous sommes nombreux à désirer développer des relations

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

RX OD IDLP GH O DXWUH

RX OD IDLP GH O DXWUH Dans le choix de nos partenaires, nous sommes, pour la plupart, conditionnés par nos expériences affectives de l enfance et nous construisons nos liens en fonction des modèles parentaux qui serviront de

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

Formation Coaching N 4

Formation Coaching N 4 Formation Coaching N 4 JOUIR DE SA VIE Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Aparté personnelle Il n y a pas de délai dans ce Coaching Chacun est libre de juger ce qui est bon pour lui Vous êtes

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression

Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Au bout du rouleau: Comprendre le burnout et la dépression Camillo Zacchia, Ph.D. Psychologue Conseiller principal Bureau d éducation en santé mentale Institut Douglas 6 décembre, 2011 À l agenda C est

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale

Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Du rêve d être parent à la réalité parentale: le défi des personnes vivant ou ayant vécu un problème de santé mentale Martine Danjou et Chantal Roy 31 octobre 2012 Colloque de l AQRP PARENTS- ESPOIR Soutenir

Plus en détail

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES Pourquoi dire non? Savoir dire non est indispensable pour me protéger, poser mes limites face aux autres et éviter de me laisser envahir par des demandes abusives. Quand les autres envahissent mon territoire

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Psychothérapie intégrative et modes d attachement

Psychothérapie intégrative et modes d attachement MICHEL GIROUX PSYCHOLOGUE ET AUTEUR Québec 418.529.5041 www.michelgiroux.net Psychothérapie intégrative et modes d attachement Nous changeons plus facilement de partenaire que nous changeons de mode d

Plus en détail

PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches

PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches PRIS AU JEU? Information et conseils pour les proches 1. Qu est-ce que le jeu problématique? Lorsque le jeu occasionnel et récréatif devient plus qu un simple divertissement, on parle de jeu problématique.

Plus en détail

Guide d'évaluation de votre vie

Guide d'évaluation de votre vie Guide d'évaluation de votre vie Vous êtes une femme extraordinaire! Pour créer une vie qui soit à la hauteur de vos rêves, pour vivre une vie épanouie et sereine, vous avez besoin d'être en équilibre dans

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Illustration : Olivier Prime Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-073858-8 Avant- propos Dunod - Toute reproduction non

Plus en détail

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

Le haut potentiel intellectuel. Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart

Le haut potentiel intellectuel. Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart Le haut potentiel intellectuel Entre idées reçues et réalité, parfois le grand écart Un DIAGNOSTIC EMBARRASSANT «C est pendant les années lycée que j ai vraiment pris conscience que j étais à côté de tout.

Plus en détail

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 La maltraitance, qu est-ce que c est pour vous? Formation Maltraitance. 19/10/13. Intervenante : Claire Singer, Psychologue & Ph.D La maltraitance, qu est-ce

Plus en détail

Quelques mécanismes de défense

Quelques mécanismes de défense Quelques mécanismes de défense Le déni Se protéger d'une réalité désagréable en refusant d'en admettre l'existence. Agir comme si les symptômes de la maladie n'existaient pas. L'évitement Se cacher la

Plus en détail

4.1. Exercice pour mieux se connaître

4.1. Exercice pour mieux se connaître Fiche de travail 4.1 4.1. Exercice pour mieux se connaître Objectif: Trouver ou retrouver qui vous êtes. Identifier ce que vous aimez chez vous. 1 ère étape Compléter les phrases suivantes: 1. Ce que j'aime

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

12 principes de ce que l'amour n'est pas et ainsi vivre une relation amoureuse durable

12 principes de ce que l'amour n'est pas et ainsi vivre une relation amoureuse durable 12 principes de ce que l'amour n'est pas et ainsi vivre une relation amoureuse durable Sommaire Avant-propos De quelle façon êtes-vous tombé en amour? Les 12 principes ce que l'amour n'est pas Qu'est-ce

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

PHOBIES. La peur représente un signal d'alarme destiné à facilité notre vigilance face aux dangers et à augmenter nos chances de survie.

PHOBIES. La peur représente un signal d'alarme destiné à facilité notre vigilance face aux dangers et à augmenter nos chances de survie. PHOBIES Définition : La peur représente un signal d'alarme destiné à facilité notre vigilance face aux dangers et à augmenter nos chances de survie. La peur est une émotion fondamentale, universelle et

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Comment Dompter votre Peur et votre Phobie?

Comment Dompter votre Peur et votre Phobie? Comment Dompter votre Peur et votre Phobie? Apprenez à la combattre jusqu à l oublier complètement Conseils d un ex-phobique traitement-phobie.com Traitement-phobie.com 1 Qu est ce qu une phobie? Le terme

Plus en détail

ETRE PARENT D UN ENFANT DYSPHASIQUE. Le rôle de parent La fratrie et l entourage Le ressenti des parents Conseils aux familles Rôle de l association

ETRE PARENT D UN ENFANT DYSPHASIQUE. Le rôle de parent La fratrie et l entourage Le ressenti des parents Conseils aux familles Rôle de l association ETRE PARENT D UN ENFANT DYSPHASIQUE Le rôle de parent La fratrie et l entourage Le ressenti des parents Conseils aux familles Rôle de l association Un enfant dysphasique est avant tout un enfant, le rôle

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

EMPREINTE FORMATIONS

EMPREINTE FORMATIONS EMPREINTE FORMATIONS Formation de Conseillers en Relation d Aide Empreinte Formations est une association protestante qui met au service des personnes et des associations son expérience dans le domaine

Plus en détail

Amorcer la réconciliation

Amorcer la réconciliation AMORCER LA RÉCONCILIATION PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le cinquième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement? Oui En

Plus en détail

L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie

L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie Caroline Berthiaume, Ph.D. Psychologue clinicienne Coordonnatrice clinique Introduction Domaine d étude relativement

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013 L observatoire de la révolution de l âge Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans Juillet 2013 La vieillesse : un nouveau monde? Ampleur des enjeux financiers

Plus en détail

Carl Rogers et la Relation d Aide 1

Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Il ne paraît guère possible quand il est fait référence à la «juste distance» de ne pas évoquer la «relation d aide», cadre dans lequel cette question s est posée et

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Le TEST pour le surpoids :

Le TEST pour le surpoids : Le TEST pour le surpoids : Ce test initial va permettre de repérer les phrases qui vous concernent, et qui sont liées à un conflit spécifique. Ainsi on pourra retrouver rapidement et facilement les conflits

Plus en détail

Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux!

Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux! Capsule 9 Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux! QUE FAIRE? Joyce ne sait plus quoi faire. Son coordonnateur, Luc, a une drôle d attitude envers elle. Il vient la voir inutilement

Plus en détail