Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne"

Transcription

1 Université de Lyon Université Lyon 2 Institut d'études Politiques de Lyon Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne EICHHOLTZER Marie Mémoire de séminaire : La croisée des chemins dans la construction européenne. Quelles orientations entre approfondissement et élargissement? Sous la direction de Laurent GUIHERY Soutenu le :2 septembre 2010 Membres du jury : Laurent GUIHERY et Stéphanie SOUCHE

2

3 Table des matières Remerciements.. Introduction.. Partie 1 : Légitimité et confiance au cœur du processus de gouvernance européenne.. 1. Les sources de légitimation européenne.. a. Les typologies.. b. Comment l'europe aborde la légitimité? Une stratégie controversée.. 2. Le rôle de la confiance institutionnelle.. a. Peut-on faire confiance aux institutions?.. b. Les dispositifs de confiance.. 3. Quand la transparence apparaît comme une stratégie de l'union européenne... a. Définition et historique.. b. Quand la transparence devient un mythe.. Partie 2 : La transparence, vice ou vertu des démocraties? La transparence au service de l'europe.. a. Transparence et légitimité.. b. Transparence et confiance.. 2. Le côté obscur de la transparence.. a. La nouvelle culture d'accountability est-elle la panacée aux problèmes de légitimité?.. b. La confiance peut-elle émerger dans un monde transparent?.. Partie 3 : Rendre visible, l'invisible.. 1. Des mutations à l'œuvre dans nos sociétés.. a. L'impact du libéralisme sur nos sociétés.. b. La fin de la médiatisation par les médias.. 2. Vers une meilleure gouvernance européenne.. a. Institutionnaliser la méfiance.. b. Repenser le fonctionnement de la gouvernance européenne.. Conclusion.. Bibliographie.. Ouvrages.. Périodiques.. Webographie.. Discours.. Émissions radiophoniques.. Traités.. Annexes.. Annexe 1 : Extraits Eurobaromètre 72.. Annexe 1.1 :.. Annexe 1.2 :.. Annexe 1.3 :

4 Annexe 1.4 :.. Annexe 2 : Extraits Étude CEVIPOF.. Annexe 2.1 :.. Annexe 2.2 :.. Annexe 2.3 :.. Annexe 2.4 :.. Annexe 2.5 :.. Résumé

5 Remerciements Remerciements Un grand merci à M. Guihéry. Il m'a aidée à cerner ma problématique. Je le remercie pour son enthousiasme communicatif. Je remercie également M. Rosanvallon, qui malgré un emploi du temps très chargé a bien voulu m'accorder quelques conseils très utiles à l'élaboration de mon travail. Enfin, je remercie mes parents pour leurs précieux conseils et leur soutien tout au long de l'élaboration de mon travail. 5

6 Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne Introduction En chaque début d'année, la Lake Superior State University dans le Michigan sélectionne une «liste de mots à bannir de la langue anglaise car galvaudés, employés à tort et à travers 1 ou inutiles». Le nom «transparence» et l'adjectif «transparent» ont eu l'honneur de figurer dans la collection En effet, il semblerait qu'à l'heure actuelle notre société soit irrésistiblement attirée par cette envie de pureté que sous-tend la transparence. La lumière devrait être faite sur toute chose, sans qu'aucune place ne soit laissée à l'ombre, au secret. Les rayons du soleil seraient ainsi le meilleur désinfectant disponible pour guérir les maux de notre société. L'Union européenne n'échappe pas à ce phénomène. En quête d'identité en raison de son caractère sui generis, elle a du mal aujourd'hui à se faire reconnaître des populations européennes. La question classique de son «déficit démocratique» a été remplacée par la problématique du «déficit de légitimité». Ainsi, depuis les années 2000, une idée s'est développée au sein de l'administration européenne : l'accès à la transparence pourrait être la clef qui permettrait de restaurer la confiance des citoyens dans l'union et retrouver une légitimité. On retrouve cette volonté dans les discours émis par la Commission européenne sur la question de la confiance et de la légitimité dans la gouvernance européenne. La stratégie recommandée pour restaurer le lien entre les citoyens et l'union est principalement orientée vers des politiques de transparence. Au moment du lancement de l'initiative européenne en matière de transparence, c'est notamment le commissaire chargé des affaires administratives, d'audit et de la lutte anti-fraude en 2005, Siim Kallas qui a développé officiellement ce slogan. Dans un discours du 20 octobre 2005 prononcé devant le CEPS (Centre for European Policy Studies) à Bruxelles, on peut relever les extraits suivants : «L'Union européenne est confrontée à une crise de légitimité politique à un moment de changement planétaire majeur. [...] Selon le dernier sondage Eurobaromètre, la confiance des citoyens dans les institutions européennes a baissé de manière significative durant la première moitié de 2005, à l'un des plus bas niveaux enregistrés depuis [...] Comment faire pour restaurer la confiance dans l'union européenne? Ma réponse est simple: augmenter le niveau de transparence. [...] La transparence doit faire la lumière et permettre aux gens 2 de voir ce qui se passe» Ce discours montre que l'instauration de la transparence dans les mécanismes de décision et de fonctionnement de l'union européenne est vue par l'administration européenne comme la réponse simple et efficace à la crise de confiance et de légitimité. Par la suite, Siim Kallas énumère les trois objectifs que vise l'instauration de la transparence : 1 Lake Superior State University 2010 Banished Words List. [page consultée le 13 juin 2010]. <http://www.lssu.edu/banished/ current.php> 2 KALLAS, Siim, (2005). Transparency restores confidence in Europe. Speech to the European Policy Institutes Network, at the Centre of European Policy Studies, prononcé le 20 octobre 2005, p

7 Introduction «1. La transparence est nécessaire pour assurer un bon fonctionnement du processus décisionnel. [...] 2. La transparence est nécessaire pour gagner la confiance du public. [...] La légitimité n'est assurée que si les institutions politiques sont exposées à la transparence, quand les gens savent que ce qu'ils voient est ce qu'ils obtiennent. 3. La transparence protège les décideurs contre 3 eux-mêmes». Non seulement la transparence serait à même de restaurer la confiance des citoyens dans l'union, mais également d'améliorer le fonctionnement du processus de décision et de lutter efficacement contre la fraude et la corruption. Enfin, le but ultime de la mise en place des mécanismes de transparence, est de couper l'herbe sous les pieds des détracteurs de l'union européenne, qui accusent l'organisation supranationale d'opacité et de corruption. Renforcer la crédibilité des institutions européennes accélérerait le rapprochement entre les citoyens européens et l'union : «La transparence peut "estomper le brouillard" et supprimer les mythes qui peuvent exister, et réduire la distance entre le public et l'administration à son service. [...] La transparence renforce donc l'intégration européenne en améliorant la 4 crédibilité des institutions européennes». Les traités et leurs modifications, ont peu à peu intégré l'idée que la transparence doit faire partie intégrante des processus de délibération et de prise de décision au niveau européen. La parution du Livre Blanc sur la gouvernance européenne de 2001 a accéléré le processus. Ce Livre Blanc fait office de plan de réforme pour les dix prochaines années. Ainsi en novembre 2005, la commission européenne lance l'initiative sur la transparence pour permettre un meilleur accès aux documents concernant les bénéficiaires des fonds communautaires, pour lutter contre la fraude, renforcer l'éthique et la responsabilité du personnel européen et améliorer la transparence du lobbying. Depuis cette année, les premiers rapports d'évaluation sur ces mécanismes mis en place commencent à paraître, notamment ceux concernant le registre des lobbies. Pourquoi le débat européen se focalise-t-il aujourd'hui sur la question de la confiance et de la légitimité? Car certains constats sont devenus alarmants. Tout d'abord le rejet référendaire du projet de Constitution européenne par la France et les Pays-Bas a été un véritable choc, mettant en "pause" pour un certain temps le projet européen. En outre, les sondages ont révélé que le nombre de personnes qui ne font pas confiance à l'union européenne est plus important que ceux qui font confiance. Néanmoins, en comparant ces données avec celles recueillies auprès des États membres, l'on s'aperçoit que la supposée crise de confiance ne serait pas une exclusivité des institutions européennes. En effet 5 comme l'indiquent les résultats du sondage TNS Sofres réalisé pour le CEVIPOF, ce sont les institutions décentralisées et locales qui jouissent du plus fort taux de confiance. A l'inverse, la part de la population qui fait confiance à l'union européenne et aux institutions centrales est inférieure à 50%. Toutes les institutions étatiques centrales souffrent aujourd'hui d'une perte de confiance de la part des citoyens. Le désenchantement vis à vis du politique semble chronique et généralisé dans toutes les sociétés modernes. Pourquoi alors reprocher exclusivement à l'union européenne des maux, dont tous les États membres souffrent également? Comme 3 4 Ibid., p. 2 WALLSTRÖM, KALLAS, HÜBNER et al. Proposing the launch of a European transparency initiative. Memorandum to the commission, 9 novembre 2005, p. 4 5 Voir Annexe 2.1 et Annexe 2.2 7

8 Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne le souligne Yves Meny, «les États ne méritent pas cet excès d'honneur et l'europe cet 6 excès d'indignité». Toutes les démocraties sont imparfaites, les États-nations ne sont pas en position de donner des leçons à l'europe. En effet, loin d'être le point d'orgue des dysfonctionnements de la démocratie, il faudrait plutôt voir les problèmes auxquels doit faire face l'europe comme un aperçu des défis que devront relever nos États nations. Le fait est que la question des mécanismes de confiance ne se pose que depuis qu'il paraît évident que la confiance est en profond déclin. Il en est de même pour la question de la légitimité. Un moment historique paraît être néanmoins le point de départ de cette "rupture" : la chute du mur de Berlin et l'effondrement du régime soviétique. En effet, jusqu'alors la construction européenne se justifiait principalement de manière téléologique : être uni contre l'empire communiste. La peur de devenir un satellite du géant russe était réelle et l'instauration de la paix sur le territoire européen était donc un gage suffisant pour fonder la légitimité du projet européen. Cette raison d'être ayant disparu, l'adhésion des citoyens à l'union doit se faire par d'autres moyens, d'où le besoin à présent existentiel de refonder l'union sur la confiance des citoyens et sur une légitimité non remise en doute. La question se pose d'autant plus aujourd'hui que certains États membres aimeraient voir évoluer l'union européenne vers une Union dont les considérations seraient plus politiques qu'économiques. Problématique : Le but de ce mémoire est de mieux appréhender un aspect de la stratégie européenne actuelle. Cette stratégie de transparence est-elle efficace pour réinstaurer la confiance dans les institutions européennes et relégitimer l'union européenne? Est-elle la seule voie possible aujourd'hui? Présentation du plan : L'analyse des discours émis par la Commission européenne m'a interpellée. La transparence est aujourd'hui vue comme la panacée de l'union européenne, une vertu suprême qui par sa pureté permettrait de résoudre tous les maux et dysfonctionnements actuels de la démocratie européenne. Dans un premier temps, les concepts de confiance et de légitimité seront analysés. Lors de mes recherches, ces principes se sont révélés difficiles à cerner et à définir. Ce sont des concepts "fourre-tout" souvent utilisés de manière simplificatrice. Dans un deuxième temps, j'analyserai les effets positifs et négatifs de la transparence sur les questions de la confiance et de la légitimité. La transparence est-elle toujours un instrument vertueux, au service des démocraties ou peut-elle revêtir un côté plus obscur, plus incertain? La transparence a été d'une grande importance dans l'histoire des démocraties. C'est un principe fondamental qui a permis à nos sociétés de sortir de l'obscurantisme. Elle favorise notamment la participation des citoyens, la meilleure compréhension entre gouvernants et gouvernés et permet d'éloigner le spectre du secret, de la corruption et de la manipulation. Néanmoins, j'apporterai des nuances à ce tableau : la transparence peut être à l'origine de dysfonctionnements, mais également de manipulation. Elle peut même être l'un des moteurs de la perte de confiance des citoyens dans l'union européenne. 6 8 Enfin, dans un troisième temps, le débat sera élargi. La stratégie européenne de transparence semble être trop réductrice. Il est surprenant que les dirigeants européens se soient montrés naïfs au point de croire qu'améliorer la transparence serait suffisante pour faire face aux problèmes structurels de l'union européenne. La confiance et la légitimité sont des concepts à géométrie variables. Il est donc évident qu'une réponse aussi simple MENY, Y. (2002). Constituer l'europe. Le Monde, 2002/02/28

9 Introduction ne peut être efficace à l'égard de sujets aussi compliqués. Ces dernières années, des évolutions ont transformé notre société : l'individualisme a progressé, le rôle des médias et de la communication politique en ont été affectés. Mais surtout la méfiance à l'égard de nos institutions est devenue chronique. Ces changements obligent notre société à s'adapter et repenser notamment les questions de la participation, de la responsabilité et du contrôle. La transparence a toute sa place dans cette réflexion. 9

10 Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne Partie 1 : Légitimité et confiance au cœur du processus de gouvernance européenne La légitimité et la confiance sont deux «institutions invisibles» dans le sens que leur donne 7 Kenneth Arrow. Elles permettent de nouer des liens solides entre les citoyens européens et leurs institutions. «Si la légitimité est au sens général du terme un simple économiseur de coercition, sa variante démocratique a pour fonction plus exigeante de tisser des liens 8 constructifs entre le pouvoir et la société». La confiance quant à elle agit comme un 9 «réducteur de la complexité sociale» selon Niklas Luhmann. Elle facilite l'échange, la participation, et l'engagement citoyen. Pour pouvoir comprendre l'impact de la stratégie visant à tout miser sur la transparence pour mettre un terme aux problèmes de confiance et de légitimité auxquels l'union européenne doit faire face, il est primordial de comprendre l'importance que peut revêtir ces deux notions dans la gouvernance européenne. 1. Les sources de légitimation européenne En raison de son caractère propre, l'union européenne a toujours été à la recherche de son identité. Trop longtemps, on a voulu appliquer des grilles de lecture traditionnelles à cette nouvelle organisation qui était inédite à tout point de vue. Quelle est cette/ces légitimité(s) perdue(s) que visent les discours de M. Kallas? C'est un terme qui est souvent, à tort, confondu, superposé, assimilé à la notion de confiance. Deirdre Curtin et Albert Jacob Meijer estiment que «dans le débat contemporain, la légitimité 10 est plus souvent invoquée que décrite, et plus souvent décrite que définie». a. Les typologies La légitimité n'est pas un concept simple. Il y a différentes manières de l'aborder. Elle est définie par le Petit Larousse comme «la qualité de ce qui est fondé en droit, en justice, ou en équité». Ainsi, la légitimité revêt plusieurs facettes, et pas uniquement l'aspect juridique qui est incarné par le droit. Il est aussi question de justice, et notamment de justice sociale. Un régime ne peut être totalement légitime s'il est fondamentalement inégalitaire. Ainsi, il ne faut pas se représenter la question de la légitimité de manière manichéenne, soit le régime ARROW, K. J. (1974). The Limits of Organization. New York : Norton. 86 p. ROSANVALLON, P. (2008). La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité. Paris : Seuil. p. 21 LUHMANN, N. (2006). La confiance : un mécanisme de réduction de la complexité sociale. Paris : Economica, 123 p CURTIN, D., MEIJER, A.J. (2006). Does transparency strengthen legitimacy?. Information polity, IOS Press, 2006/11, p. 111

11 Partie 1 : Légitimité et confiance au cœur du processus de gouvernance européenne est légitime soit il ne l'est pas, mais plutôt visualiser la légitimité comme un axe allant d'un soutien inconditionnel à un rejet total du régime politique. A l'inverse d'un régime se basant sur la coercition, un régime démocratique doit se baser sur le consentement libre de sa population. Au départ, la légitimité européenne était d'origine indirecte, le mode de légitimation s'apparentait en effet à celui des politiques étrangères. C'était les États membres qui bénéficiaient d'une légitimité à agir au niveau international. Il n'y avait pas de légitimité propre à l'union européenne. Depuis qu'elle est devenue une organisation supranationale, elle a donc du construire sa légitimité à partir de ses prestations, mais également de la manière dont elle permet aux citoyens de participer à la prise de décision. Comme l'explique Paul Magnette, «la légitimité fonctionnelle de la technocratie devait prendre le relais de la 11 légitimité diplomatique». Une première typologie, la plus courante, fait une distinction entre la légitimité formelle et la légitimité sociale. Comme son nom l'indique, la légitimité formelle est celle qui découle du bon respect des règles et des procédures. C'est l'aspect légal de la légitimité d'une organisation politique. Dans le cas de l'union européenne, jamais la validité de ses traités constitutifs n'a été remise en cause. La légitimité sociale est plus complexe. En effet, il ne suffit pas de donner des compétences légales à une institution pour voir émerger un soutien inconditionnel de la population au nouveau système. La légitimité sociale se présente comme le lien affectif, la loyauté qui relient les citoyens à leurs institutions sur la base d'une identité collective forte et d'intérêts communs. C'est sur ce versant de la légitimité que l'union européenne a le plus à travailler. Une autre typologie, spécialement conçue pour le cas européen par Fritz Scharpf, propose de différencier la légitimité par les procédures (input legitimacy) et la légitimité 12 par les résultats ou prestations (output legitimacy). Pour reprendre la célèbre maxime de Lincoln, la première se réfère à la notion de gouvernement par les peuples, la seconde à celle de gouvernement pour les peuples. Dans la légitimité par les procédures, l'accent est mis à l'entrée du système. L'acceptation sociale se réalise lorsque les citoyens peuvent influer sur les prises de décision. Scharpf indique que «les arguments liés aux inputs reposent souvent de manière 13 simultanée sur la rhétorique de la " participation " et du "consensus"». Les mécanismes mis en œuvre permettent de faire en sorte que chaque personne concernée puisse prendre part à la procédure de délibération : le but est de trouver une solution où tous se sentent gagnants, et où l'approbation de tous soit acquise. A l'inverse, la légitimité par les résultats part du constat que si les citoyens acceptent l'intervention de telle ou telle institution, c'est en raison des bénéfices qu'ils peuvent en tirer. L'adhésion est donc dénuée de tout lien affectif, et se concentre sur la théorie d'un agent rationnel qui maximiserait ses intérêts. C'est la question de la compétence qui est au fondement de cette légitimité. En outre, une distinction supplémentaire dans la manière d'aborder cette légitimité peut être faite. Elle recouvre en effet des éléments objectifs qui rejoignent la notion d'efficacité : est ce que les résultats sont effectifs? Ont-ils réglé le problème du départ? Mais il y a également des éléments subjectifs, reposant sur MAGNETTE, P. (2000). L'Europe, l'état et la démocratie. Bruxelles : Complexe. p. 176 SCHARPF, F. (2000). Chapitre 1 : Démocratie et capitalisme. In : Gouverner l'europe. Paris : Presses de sciences-po, 238 p. SCHARPF, F. (2000). Gouverner l'europe. Paris : Presses de sciences-po, p

12 Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne l'efficience : est ce que les citoyens sont satisfaits du résultat et de la manière dont il a été obtenu? Selon Scharpf, ces deux légitimités peuvent être dissociées, c'est à dire que l'une peut exister en l'absence de l'autre. En effet, pour lui cette dissociation est nécessaire, la légitimité par les procédures ne pouvant être réellement efficace que dans des communautés de taille restreinte. La loi de la majorité dans nos démocraties actuelles annihile en effet la rhétorique consensuelle. Le gouvernement par le peuple se réfère selon lui à des individus, et non à une collectivité. b. Comment l'europe aborde la légitimité? Une stratégie controversée Depuis le départ, à l'instant même où les européens décidaient de réduire le projet européen à une communauté économique et de laisser le politique à des évolutions futures en se basant sur la théorie fonctionnaliste prônée par Jean Monnet, la légitimité par les procédures a été délaissée au profit de la légitimité par les résultats. La légitimité par les procédures nécessite une forte identité collective. Au sortir de la dernière guerre, cette identité n'était pas une évidence pour les européens. L'histoire conflictuelle du continent européen n'était pas compatible avec l'émergence d'intérêts communs qui fondent la légitimité par les procédures. A cette difficulté s'ajoutait celles de la diversité des langues, des cultures, et des pratiques politiques. Très vite, tous les efforts se sont donc portés sur les résultats, les avantages que l'union européenne pouvait apporter à ses citoyens. Durant les premières années de la construction européenne, le climat économique étant extrêmement favorable, les retombées bénéficiaient directement aux européens. La communauté était donc vue comme un progrès indéniable, assurant ainsi sa légitimité. Les principales raisons avancées pour expliquer les limites d'une politique fondée sur la légitimité par les procédures sont de trois ordres comme l'explique Vernon Bogdanor dans 14 son rapport sur la légitimité, la responsabilité et la démocratie dans l'union européenne. La première, la critique maximaliste (maximalist critic) met en avant que l'amélioration des processus en Europe est vouée à l'échec car l'union ne jouit pas d'un peuple homogène possédant une identité collective forte. Il n'y a pas de demos européen. La seconde, appelée critique du «chaînon manquant» (missing link critic) met en avant le fait qu'il n'y a pas de réelle compétition pour le pouvoir. L'absence de réelle confrontation partisane au niveau européen et d'un discours politique commun seraient un obstacle trop difficile à surmonter pour améliorer la légitimité par les procédures. Enfin, la critique du lien indirect (indirect link critic) avance que les institutions européennes sont trop technocratiques, trop éloignées des citoyens européens pour leur rendre des comptes et permettre un véritable contrôle démocratique. Selon Scharpf, la marge de manœuvre étant limitée du côté des inputs, l'intérêt de l'union Européenne est de se concentrer sur l'amélioration des outputs. En effet, il est peu probable qu'une identité collective forte se développe. 15 D'autres auteurs comme François Foret, mettent en garde contre le fait de tout miser sur la légitimité par les résultats. «Tout régime qui prétend fonder sa légitimité sur sa 14 BOGDANOR, V. (2007). Legitimacy, accountability and democracy in the European union. A federal trust report, janvier 2007, 20 p. 15 FORET, F. (2008). Chapitre 1 : Fonctionnalisme et constitution. Le mariage raté. In : Légitimer l'europe : Pouvoir et symbolique à l'ère de la gouvernance. Paris : Presses de Sciences Po. p

13 Partie 1 : Légitimité et confiance au cœur du processus de gouvernance européenne 16 seule action est condamné à la précarité» souligne également Paul Magnette. Pour être démocratique, l'union européenne doit fournir des moyens aux citoyens de vérifier qu'elle agit bien dans leur intérêt et pour le bien commun. Assurer la paix et la prospérité ne suffit pas à asseoir la légitimité démocratique de l'europe. En effet, au moindre revers de la situation économique, c'est l'adhésion de toute la population qui peut être ébranlée. La situation serait d'autant plus grave, qu'une perte de soutien à un régime durant une période de crise ne ferait que l'empirer. En outre, des mesures principalement orientées vers la réussite économique de l'union peuvent faire naître un sentiment de crainte chez les citoyens européens. En effet, elles pourraient remettre en cause l'existence de l'état providence qui est une valeur profondément ancrée dans les démocraties européennes. Il ne faut pas privilégier les outputs économiques au détriment des outputs sociaux. De surcroît, l'indépendance des deux notions, légitimité par les inputs et légitimité par 17 les outputs est également remise en cause par Sverker Gustavsson. Penser que l'on peut compenser le manque de légitimité par les processus en concentrant tous ses efforts pour développer la légitimité par les résultats relève de l'utopie. La substance ne peut remplacer la procédure, un gouvernement pour le peuple ne peut se substituer à un gouvernement par le peuple. En effet, le résultat d'une politique publique ne peut être efficient que si les attentes des citoyens ont été satisfaites. Or, si la légitimité par les procédures n'est pas améliorée, il y a peu de chance que l'union européenne puisse déterminer ces attentes de la meilleure manière qu'il soit. La légitimité par les outputs et la légitimité par les inputs sont interdépendantes. Obtenir le soutien de la population est donc primordial pour l'union européenne. Ce besoin de légitimation est vital pour son avenir. Toute évolution sera bloquée si l'adhésion des citoyens n'est pas au rendez-vous, s'ils rejettent l'idée même qu'une instance supranationale puisse faire autorité. Mais ce souci de légitimité n'est pas le seul auquel doit faire face l'union. Le problème de la confiance que lui accordent les citoyens est aussi important. La confiance est un élément fondamental à l'origine de l'adhésion de la population à ses institutions. Une défiance généralisée serait un frein à l'évolution de l'union européenne et mettrait à mal la réalisation de toutes ses politiques. Lorsque légitimité et confiance sont couplées, on parle d'état de grâce : la légitimité offerte par une large victoire électorale et un bon bilan, sont associés à un fort sentiment de confiance dans le fonctionnement des institutions. 2. Le rôle de la confiance institutionnelle Comme souvent, c'est quand elle vient à manquer, que l'on s'intéresse à elle. La confiance est aussi une notion complexe, paradoxalement étudiée depuis peu de temps alors qu'elle revêt une importance primordiale pour le bon fonctionnement de nos sociétés. Selon le petit Larousse, la confiance serait un «s entiment de quelqu'un qui se fie entièrement à quelqu'un d'autre, à quelque chose». Mais pour ce qui concerne la question de la confiance dans MAGNETTE, P. (2006). Contrôler l'europe, Pouvoirs et Responsabilité dans l'union européenne. Paris : L'Harmattan. p. 8 GUSTAVSSON, S. (2009). 4. Putting limits on accountability avoidance. In : The Illusion of Accountability in the European Union. London : Routledge. p

14 Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne les institutions, nous verrons que la confiance n'est pas seulement un sentiment mais aussi une question d'engagement. Légitimité et confiance sont deux notions intimement liées et pourtant bien distinctes. Un régime peut être légitime malgré un manque total de confiance de la part de la population en ses institutions. Mais pour des raisons pratiques, il est vrai que la recherche de confiance parmi la population a toujours été une priorité pour les gouvernements démocratiques. Une population confiante est plus à même d'accepter les changements et les réformes, sans demander beaucoup de justifications. Traditionnellement, c'est la légitimité par les résultats qui a été considérée la plus à même d'influer sur la confiance que les citoyens peuvent porter à leurs institutions. Mais est-ce vraiment le cas? Comment la confiance se crée-telle? Comment la restaurer lorsqu'elle a été perdue? Nous ne pouvons être sûrs que d'une 18 chose, «la confiance (trust) ne peut être exigée, elle ne peut qu'être offerte et acceptée». La confiance est actuellement au cœur d'un débat pour définir sa nature. En effet, sociologues, économistes et psychologues apportent différentes contributions à sa compréhension. La confiance est abordée dans des champs différents. De ce fait la conception de la confiance est souvent parcellaire. Généralement, c'est la nature cognitive 19 de la confiance qui est le plus souvent abordée. Mais selon Louis Quéré, aucune de ces descriptions n'est réellement satisfaisante et ce pour plusieurs raisons : tout d'abord, l'approche purement cognitiviste ne prend pas bien en compte la distinction établie par 20 Rom Harré entre les «discours de la confiance» et les «pratiques de la confiance». Souvent, on entend des personnes affirmer qu'elles n'ont pas confiance dans la police pour reprendre l'exemple de Louis Quéré, mais en réalité lorsque ces mêmes personnes se font agresser dans la rue, leur premier réflexe sera de composer le numéro de la police. Il y a donc une différence entre le discours et la pratique de la confiance. Deuxièmement, la confiance institutionnelle est souvent interprétée comme une simple extrapolation du concept de confiance interpersonnelle, ce qui serait réducteur. La confiance interpersonnelle intervient lorsqu'une relation s'établit entre deux personnes. Généralement, ce type de relation suppose une connaissance des qualités et du comportement d'autrui, ce qui n'est certainement pas le cas du rapport entre gouvernés et gouvernants. Enfin, cette vision laisse trop de place à la rationalité, les dimensions qui ne font pas partie de la dualité connaissance/ignorance seraient ainsi injustement écartées. L'analyse suivante a donc pour but d'expliquer les aspects de la question de la confiance dans les institutions. a. Peut-on faire confiance aux institutions? Nos sociétés modernes reposent sur des systèmes démocratiques. Selon l'encyclopaedia Universalis, «la spécificité d'un système démocratique est que les gouvernés sont censés être en même temps des gouvernants, associés aux principales décisions engageant la vie de la cité. Et c'est parce que le peuple est à la fois sujet (c'est-à LUHMANN, N. (1979). Trust and Power. New York : John Wiley and Sons. p QUERE, L. (2001). La structure cognitive et normative de la confiance. Réseaux, 2001/4, no. 108, p. 127 HARRE, R. (1999). Trust and its surrogates : psychological foundations of political process. In Warren M. (éd.), Democracy and Trust. Cambridge : Cambridge University Press. p

15 Partie 1 : Légitimité et confiance au cœur du processus de gouvernance européenne dire soumis au pouvoir politique) et souverain (détenteur de ce pouvoir) que les 21 systèmes démocratiques sont supposés agir dans l'intérêt du peuple.» Il paraît humainement difficile de créer une véritable démocratie aujourd'hui. Chaque citoyen ne peut concrètement être associé à toutes les prises de décision de façon systématique : il s'agirait d'une entreprise titanesque. La participation citoyenne a des limites. Il est dès lors nécessaire que les citoyens délèguent leurs devoirs de contrôle et de participation démocratique à une personne tierce : là réside toute l'importance de la confiance. Déléguer un tel pouvoir ne peut se faire que dans un lien de confiance. Il s'agit d'accepter de se soumettre à l'autorité d'une institution que l'on juge compétente pour faire des choix à notre place. Avant le développement des démocraties modernes, la question de la confiance ne se posait pas. L'autorité inspirée par le despote ou le souverain était suffisante pour que la population se soumette. Les sujets lui faisaient ainsi une confiance aveugle, absolue pour qu'il mène à bien les projets d'intérêt général. Mais aujourd'hui, l'éveil citoyen de la population a transformé ce lien de confiance qui peut exister entre gouvernés et gouvernants. Louis Quéré explique que les contrôles, les vérifications et la participation exercés par de tierces personnes fonctionnent comme des «dispositifs de confiance», c'est à dire qu'ils réduisent «l'incertitude sur les comportements des institutions et de leurs agents, et en dissolvant l'opacité de l'exercice des pouvoirs, ils créent les conditions d'une 22 relative confiance dans les institutions sociales et politiques». Il convient de préciser ce que recouvre cette notion de confiance dans les institutions. Tous les théoriciens ne sont pas d'accord. Deux aspects seront étudiés dans cette partie : la nature de la confiance dans les institutions, ainsi que les origines de la formation de la confiance dans les institutions. La nature de la confiance dans les institutions : Beaucoup d'économistes, de psychologues et de sociologues abordent la question de la confiance sous l'angle cognitiviste, la confiance étant considérée comme engagement. C'est notamment le cas du politologue Russell Hardin qui a écrit de nombreux ouvrages en collaboration avec la Russell Sage Foundation sur la question de la confiance. Selon lui, le principe de confiance dans des institutions n'est pas une évidence. Il est dubitatif quant au fait que le lien qui relie les gouvernés aux gouvernants soit d'une nature spéciale, d'une nature différente de ce que l'on nomme couramment la confiance interpersonnelle. Il se place ainsi dans le courant théorique du Choix Rationnel pour examiner la question de la confiance dans les institutions. La confiance se base ici sur une connaissance : c'est un raisonnement fondé sur un savoir, une observation. Hardin explique cela à travers le concept d'«intérêts encapsulés», c'est-à-dire que les personnes font confiance aux gouvernements car elles savent que les intérêts des gouvernants rejoignent les leurs. Il n'y a donc pas de dimension morale de la confiance, mais uniquement un choix rationnel. Ainsi, il n'y aurait pas de lien de confiance spécifique aux institutions. Ce que l'on nomme confiance dans les institutions ne serait qu'un aspect de la confiance interpersonnelle. C'est la connaissance des motivations et des intérêts des gouvernants qui porte les personnes à accepter une relation de confiance. Ils choisissent donc d'agir en fonction du niveau de confiance qu'ils accordent à l'institution, la confiance n'étant en elle-même pas un choix. Le choix se porte en effet sur l'action d'agir ou non en fonction des informations recueillies. En outre, dans la théorie d'hardin, la question du manque de confiance n'est pas primordiale, ce n'est pas ce 21 GAXIE, D. «Démocratie», dans 22 Encyclopaedia Universalis en ligne QUERE, L. (2005). Les «dispositifs de confiance» dans l'espace public. Réseaux, 2005/4, no. 132, p

16 Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne problème qui peut entraver l'action de l'état. Pour lui, c'est plutôt la méfiance ou la défiance active qui pourrait être à l'origine de dysfonctionnements. Toujours d'un point de vue cognitiviste, la question de la confiance dans les institutions peut aussi être abordée comme une croyance : la croyance dans la fiabilité de l'institution. C'est Claus Offe qui considère que «la confiance est la croyance concernant l'action qui est 23 à attendre des autres». C'est la plausibilité que l'institution agisse d'une certaine manière et non d'une autre. Comme toute croyance, cette dernière peut être erronée. C'est là que l'on retrouve une caractéristique principale de la confiance : la possibilité du risque. La confiance se crée en somme, lorsque toutes les autres raisons de la remettre en doute ont été écartées. Enfin, la question de la confiance peut être traitée à travers la notion assez proche de la précédente qui est celle de l'hypothèse. C'est notamment George Simmel qui défend cette vision. Lorsque l'on fait confiance, l'on fait une hypothèse sur le futur. Le manque d'information sur le futur devrait pousser une personne complètement rationnelle à s'abstenir d'agir. Mais en réalité ce n'est pas ce que l'on observe, car pour parer à ce défaut de renseignement, on va faire confiance. C'est-à-dire, que l'on suppose que le peu d'informations dont on dispose est suffisant pour que l'on agisse tout de même. Tous les auteurs cités considèrent donc la confiance comme un engagement, c'est à dire qu'ils se placent dans un rapport à la confiance qui s'assimile à la confiance interpersonnelle. Dans ce cadre, le sujet de la fiabilité entre en œuvre : les gouvernés jugent les gouvernants dignes de confiance ou non. Pour Hardin, la question de la fiabilité (trustworthiness) est capitale dans la question de la confiance dans les institutions. La fiabilité se mesure en fonction du fait que les gouvernants honorent ou non leurs promesses. Les citoyens ne font pas «confiance» aux institutions au sens strict du terme, c'est davantage une appréciation de leurs qualités, une «quasi-confiance» selon Hardin. On juge les gouvernants dignes de confiance en fonction de critères fondés sur l'expérience, définis par la loi, en fonction de l'existence ou non d'incitations à la performance, et enfin en fonction de l'intérêt de l'institution à se montrer digne de confiance. De ce fait, lorsque l'on parle de confiance dans les institutions, c'est plutôt une «généralisation inductive». On juge les institutions fiables d'accomplir le travail qu'on leur a délégué. Pourtant, il apparaît évident que dans la vie de tous les jours, nous n'engageons pas de rapport de confiance personnelle avec les dirigeants de l'union européenne. Nous, citoyens lambdas, ne possédons pas en effet les moyens de déterminer leur fiabilité. Cela veut-il pour autant dire que la confiance dans les institutions n'existe pas? A partir du moment, où l'on parle de crise ou de perte de confiance, et que ce sujet devient un véritable débat de société, cela veut dire qu'il doit bien y avoir une spécificité dans la notion de confiance en ce qui concerne le rapport que nous entretenons avec ces institutions. Louis Quéré comme nous l'avons déjà indiqué propose d'étudier la confiance dans les institutions sous un autre angle et de la considérer comme une attitude, plutôt qu'un engagement. En effet, les explications des auteurs précédents ne sont pas convaincantes pour expliquer le cas spécifique de la confiance dans les institutions. «Certes, l'attitude comporte aussi une part d'engagement, dont est corrélative une forme de vulnérabilité : l'idée de relâcher sa volonté de savoir, son besoin 23 OFFE, C. (1999). How can we trust our fellow citizens? In : Warren M. (éd.), Democracy and Trust. Cambridge : Cambridge University Press. p

17 Partie 1 : Légitimité et confiance au cœur du processus de gouvernance européenne d'information ou son désir de certitude et de contrôle, est inhérente au sens de 24 l'expression " se fier à "». A travers cette vision, Louis Quéré ôte la composante de la délégation de pouvoir à autrui qu'implique la notion d'engagement. Avec cette définition plus large, on obtient donc bien un concept de confiance spécifique aux institutions. En effet, lorsque je me rends dans un bureau de vote, je n'accorde pas spécifiquement ma confiance aux personnes qui tiennent le bureau de vote pour que ma voix soit effectivement comptabilisée. J'agis dans une attitude de confiance générale considérant qu'a priori chaque bulletin de vote mis dans l'urne sera dé-comptabilisé. Je n'ai aucune raison de croire le contraire, au moins dans des pays démocratiques comme les Etats-membres européens. Plus précisément, Louis Quéré 25 nomme ce concept «une attitude générale d'adhésion». Cette vision de la confiance rejoint le concept de confiance assurée (confidence) 26 développé par Niklas Luhmann qui s'oppose à la confiance décidée (trust). La confiance pour Luhmann agit comme un réducteur de la complexité sociale en permettant de ne pas prendre en compte intentionnellement un certain nombre d'éventualités pour le futur. Ces deux formes comportent donc le risque d'être déçu. Leurs particularités résident dans le degré de risque que chacune comporte. La confiance assurée est la plus répandue : des attentes qui risquent peu d'être déçues sont formulées vis-à-vis du futur. Par exemple, je peux être confiant dans le fait que l'allemagne ne quittera pas l'union européenne du jour au lendemain. Si les citoyens ne possèdent pas un tel type de confiance assurée, ils seraient rongés par l'incertitude de sorte que cela les empêcherait d'agir. Dans la confiance assurée, les personnes font confiance car elles n'ont pas vraiment d'autre choix et la probabilité d'être déçu est rare. La confiance décidée (trust) rejoint la vision de la confiance comme engagement. Il y a présence d'un réel risque mais également l'existence d'avantages non négligeables si il y a engagement. C'est donc un choix risques/avantages. Mais, ici ce n'est pas une question de choix rationnel puisque le risque peut être largement supérieur aux avantages. La différence réside donc dans la question de l'alternative : si je ne conçois pas d'alternative, je suis dans un cas de confiance assurée. A l'inverse, si j'ai des possibilités autres, je suis dans un cas de confiance décidée. «La distinction ne fait pas référence à des questions de probabilité ou d'improbabilité. Le problème est de savoir si oui ou non la 27 possibilité de déception dépend de notre propre conduite préalable». Appliqué au domaine de la confiance dans les institutions, le rapport entre confiance assurée et confiance décidée peut devenir plus complexe. Une relation de confiance assurée peut ainsi muter et se transformer en cas de relation de confiance décidée s'il devient possible de se soustraire à cette relation. «Ainsi, des élections peuvent-elles dans une certaine mesure transformer une confiance politique du premier type en confiance politique du second type, tout au moins si votre parti gagne. A l'inverse, la confiance décidée peut revenir à une simple confiance assurée quand l'opinion se répand que vous ne pouvez pas 28 influencer réellement le comportement politique à travers le vote» QUERE, L. (2001). La structure cognitive et normative de la confiance, op. cit., p. 141 Ibid., p LUHMANN, N. (1979). Trust and Power, op. cit. LUHMANN, N. (2001). Confiance et familiarité. Problèmes et alternatives. Réseaux, 2001/4, no. 108, p. 22 Ibid., p.23 17

18 Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne Faire cette distinction est extrêmement important puisqu'elle permet de comprendre les évolutions récentes liées au libéralisme. Les institutions et notamment l'union européenne ont besoin de ces deux types de confiance. Si la confiance assurée venait à manquer, ce serait un sentiment de désaffection qui s'emparerait des citoyens européens. Si c'est la confiance décidée qui venait à diminuer, il y aurait modification de la manière dont les citoyens prennent des décisions qui comportent un risque. Comme l'explique Luhmann, un manque de confiance assurée doublé d'une insatisfaction de confiance décidée peut faire tomber le système dans un cercle vicieux : «Un système, qu'il soit économique, légal ou politique, requiert la confiance décidée comme condition input. Sans cette confiance, il ne peut pas stimuler des activités de soutien (supportive activities) dans des situations d'incertitude ou de risque. En même temps, les propriétés structurales et opérationnelles d'un tel système peuvent éroder la confiance assurée et par là détruire une des 29 conditions essentielles de la confiance décidée». En résumé, dans un système politique, le manque de confiance assurée amène à un rejet du système, et le besoin non satisfait de confiance décidée pousse les citoyens à s'abstenir d'agir. Il va s'en dire qu'il serait problématique pour un système démocratique d'en arriver à de telles extrémités. Les origines de la formation de la confiance dans les institutions Après avoir abordé la nature de la confiance dans les institutions, ce sont les sources de cette confiance qui vont être analysées. Claus Offe décrit le phénomène de la manière suivante : chaque institution aurait à l'origine une «idée normative» constitutrice. Cette idée normative est composée de valeurs, de normes, de règles, de significations partagées. C'est l'adhésion et l'obéissance à cette idée normative qui va engendrer la confiance à la fois dans l'institution et entre les citoyens. Faire confiance dans une institution c'est accepter et considérer comme valides ses normes et ses valeurs directrices. Louis Quéré va plus loin, en dépassant le concept de confiance dans les institutions comme une émanation de la confiance interpersonnelle. En effet, c'est parce que nous partageons des significations communes, des valeurs identiques que nous pouvons nous faire confiance. La confiance dans l'institution s'installe lorsque les normes communes établies sont respectées. L'idée même de confiance interpersonnelle n'a pas de sens dans ce contexte: nous ne connaissons pas personnellement les gouvernants, nous ne pouvons les juger dignes de confiance ou non en fonction de leurs qualités propres. L'engagement repose donc bien sur d'autres critères, notamment celui de la fiabilité des institutions. Cette dernière s'établit lorsque l'institution respecte l'idée normative, les valeurs et les symboles qui la constituent et qui sont partagés par ses citoyens. «A quoi s'en remet-on dans le cas de la confiance dans une institution? A sa volonté et à sa capacité de parler et d'agir au nom d'une idée normative et de standards impersonnels, qui revendiquent notre allégeance et à l'autorité desquels nous acceptons de nous soumettre. Elle n'est pas elle-même l'agent qui crée et définit cette idée et ces standards (ceux du vrai et du faux, du juste et de l'injuste, du correct et de l'incorrect, de ce qui est conforme ou pas au Ibid., p.30

19 Partie 1 : Légitimité et confiance au cœur du processus de gouvernance européenne bien public, etc.). Ceux-ci sont posés comme existant indépendamment d'elle et 30 comme s'imposant à elle». Aujourd'hui, l'on peut dire que les deux concepts qui font le plus largement sens en tant qu'idées normatives sont ceux de la vérité et de la justice. Les politiques mises en place pour restaurer la confiance dans les institutions vont donc tout naturellement se porter vers l'amélioration de ces deux notions. Cela est particulièrement observable au niveau européen, où les politiques de transparence visent aussi à faire émerger la vérité et combattre la dissimulation. En l'absence d'idée normative et de standards indépendants, la confiance n'est pas possible dans une institution, c'est la crise. Ainsi pour Mark Warren, «faire confiance à une institution signifie que celui qui fait confiance connaît l'idée normative de l'institution, et se repose sur la fiabilité des sanctions qui fournissent une motivation supplémentaire aux 31 agents à se conduire conformément à cette idée». b. Les dispositifs de confiance Pour que la confiance s'établisse, nous venons de voir qu'il est nécessaire que les citoyens bénéficient de moyens efficaces pour déterminer la fiabilité des informations et la crédibilité des engagements des institutions, ainsi que la conformité des comportements de ses agents à son idée normative. En effet, il est impossible que chaque citoyen exerce un contrôle directe sur l'institution, en l'occurrence l'union européenne. Il faut donc s'en remettre à des institutions ou organisations tierces. Mais pour que ces dernières puissent être à même d'effectuer le travail qu'on leur a délégué, c'est à dire contrôler, surveiller et participer, il faut que les institutions se rendent observables. Nous aborderons ici trois points : la nature des dispositifs de confiance, l'importance du principe de publicité, et enfin ses modalités de mise en œuvre. La nature des dispositifs de confiance Dans une démocratie, il est nécessaire de faire appel à des institutions qui agissent en tant que «dispositifs de confiance». Ces dispositifs veillent au respect des principes démocratiques dans notre société. Ils réduisent «l'incertitude sur les comportements des institutions et de leurs agents, et en dissolvant l'opacité de l'exercice des pouvoirs, ils créent 32 les conditions d'une relative confiance dans les institutions sociales et politiques». Ils sont le moyen d'institutionnaliser la méfiance afin d'assurer la crédibilité des engagements des dirigeants. En effet, une société n'est véritablement démocratique que si la limitation des pouvoirs et la possibilité de surveiller le pouvoir sont assurées. Ce contrôle a pour mission de vérifier la conformité des actes et des comportements au sein de l'institution par rapport à son idée normative. Le but des dispositifs de confiance est de lutter contre les abus, la manipulation et les mensonges. Paradoxalement, il n'y a pas d' incompatibilité entre la notion de confiance et de contrôle. La confiance constitue en effet un renoncement au jugement en même temps que l'on accepte de se soumettre à une autorité sur les bases de sa compétence. Louis Quéré explique ce phénomène déroutant par le fait qu'une «sorte d'équilibre [...] doit être atteint, 30 QUERE, L. (2005). Les «dispositifs de confiance» dans l'espace public, op. cit., p WARREN, M. (1999). Conclusion. In : Democracy and Trust. Cambridge : Cambridge University Press. p. 349 QUERE, L. (2005). Les «dispositifs de confiance» dans l'espace public, op. cit., p

20 Transparence, Légitimité et Confiance dans la gouvernance européenne dans la confiance, entre la délégation et le renoncement à interférer, d'un côté, le contrôle et la vigilance, de l'autre» 33. Selon Lucien Karpik, on peut distinguer deux types de dispositifs de confiance : les 34 dispositifs de jugements et les dispositifs de promesses. Les premiers servent à réduire l'incertitude sur la qualité des outputs de l'institution, par le biais par exemple de rapports rédigés par des agences indépendantes, par l'établissement de standards de qualité, etc. Les seconds servent à prévenir contre l'opportunisme des agents afin de garantir leur fiabilité. On obtient ce second résultat grâce à des mécanismes d'autorégulation ou par des exigences morales. Le code de bonne conduite administrative est par exemple un de ces mécanismes utilisé au niveau européen. Néanmoins, ces dispositifs de confiance ne peuvent fonctionner efficacement que s'ils jouissent eux-mêmes d'une relative confiance de la part de la population. L'importance du principe de publicité Kant a été le premier grand auteur à aborder la question de la publicité et de son rôle pour les institutions. Il déclare ainsi dans que la publicité «écarte toute méfiance à l'égard 35 des maximes» de la politique. La publicité est la base même d'une société juste et d'un État de droit. Kant ajoutait que toute action qui ne pourrait être «avouée publiquement 36 [...] n'est pas de droit». Le principe de publicité a pour but de rendre contestables les décisions publiques, et donne ainsi la possibilité aux citoyens de s'opposer à des projets jugés dangereux pour la protection de la démocratie et des droits de chacun. Néanmoins, il convient de bien différencier le principe de publicité de celui de transparence. En effet, là où il y a transparence totale, la confiance est accessoire comme le rappelle George Simmel : «Celui qui sait tout n'a pas besoin de faire confiance, celui qui 37 ne sait rien ne peut raisonnablement même pas faire confiance». La confiance est ainsi 38 «un état intermédiaire entre le savoir et le non-savoir». Les modalités de mise en œuvre Louis Quéré explique enfin qu'il y a «dans la confiance une dimension irréductible de délégation et de déférence, qui est antinomique de l'interférence et du contrôle continu» 39. En effet, si l'on fait confiance, c'est que l'on a accepté volontairement de se soumettre à une autorité (délégation) que l'on a jugé compétente et fiable (déférence). Néanmoins, la déférence n'empêche pas que l'on puisse instaurer des mécanismes d'accountability, c'est à dire demander des comptes aux institutions sur leurs actions et comportements. Pour pouvoir procéder à cette accountability, il est nécessaire pour l'institution de se rendre KANT, E. (1991). Vers la paix perpétuelle et autres textes. Paris : GF-Flammarion. p KARPIK, L. (1996). Dispositifs de confiance et engagements crédibles. Sociologie du travail, no. 4/96, p KANT, E. (1991). Vers la paix perpétuelle et autres textes. Paris : GF-Flammarion. p Ibid., p. 190 SIMMEL, G. (1999).Sociologie. Études sur les formes de la socialisation. Paris : PUF. p. 355 Ibid., p. 356 QUERE, L. (2005). Les «dispositifs de confiance» dans l'espace public, op. cit., p. 205

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer?

Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer? Centrale des crédits aux entreprises : les organismes de microcrédit devraientils y participer? Des recommandations au sujet de la Centrale des crédits aux particuliers ont déjà été formulées par le Réseau

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

LE PARRAINAGE D ENFANTS.

LE PARRAINAGE D ENFANTS. LE PARRAINAGE D ENFANTS. 1. Le sens de la démarche de parrainage? Le parrainage consiste en un lien durable créé par un accueil bénévole, ponctuel et régulier (certains WE, temps de vacances et éventuellement

Plus en détail

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ

LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ LE PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ Dans le cadre des compétences non exclusives de l'union, le principe de subsidiarité, inscrit dans le traité sur l'union européenne, définit les conditions dans lesquelles l'union

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière. entre. l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers.

Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière. entre. l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers. Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière entre l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers et la Banque Nationale Suisse 1. Préambule 1 Le présent Memorandum

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Rôle. Responsabilités

Rôle. Responsabilités Position RH/UER: Directeur de l'administration et des finances (CFAO : Chief Finance and Administration Officer) Secteur professionnel: Services de support Rapporte à: Directrice générale Mission Le domaine

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Introduction Ce document est une introduction aux huit principes de management sur lesquels sont fondées les normes relatives au système de management de la série

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE L 82/56 2.6.204 RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE LE CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Etape 6: utiliser les constats

Etape 6: utiliser les constats Etape 6: utiliser les constats Les constats tirés peuvent servir à approfondir la connaissance au sein d'une organisation, à Apprendre pour l'avenir, à Diriger les activités de l'organisation vers une

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS DÉCISION DU BUREAU DU 15 AVRIL 2013 Chapitres: 1. Cadeaux reçus à

Plus en détail

Elections simultanées du 25 mai 2014 - Circulaire concernant la désignation des membres de bureaux électoraux.

Elections simultanées du 25 mai 2014 - Circulaire concernant la désignation des membres de bureaux électoraux. Service public fédéral Intérieur Direction générale Institutions et Population Service Elections Madame, Monsieur le Président du Bureau Principal de Canton, Madame, Monsieur le Bourgmestre, Votre correspondant

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg

Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg TNS ILRES Sondage pour le Ministère de la Famille et de l Intégration Opinion publique par rapport à l accueil des réfugiés au Luxembourg conférence de presse du 27 octobre 2015 octobre 2015 Fiche technique

Plus en détail

Que dois-je faire si j ai un problème? Ou comment résoudre un conflit de manière efficace

Que dois-je faire si j ai un problème? Ou comment résoudre un conflit de manière efficace N 1365/Corr. 25 janvier 2007 Que dois-je faire si j ai un problème? Ou comment résoudre un conflit de manière efficace Les conflits sont le propre des êtres humains et les problèmes sont le quotidien de

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION PUMA NOTE DE SYNTHÈSE GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION L'intérêt accordé aux résultats est un élément central des réformes récemment engagées dans le secteur public des pays de

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Amos DUROSIER Professeur Sciences Economiques Visite in situ CICC (OEA) Avril 2014

Amos DUROSIER Professeur Sciences Economiques Visite in situ CICC (OEA) Avril 2014 Amos DUROSIER Professeur Sciences Economiques Visite in situ CICC (OEA) Avril 2014 Propos d introduction Conflit d intérêt, corruption et bonne gouvernance Etat des lieux des occasions de conflits d intérêt

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite)

Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite) Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite) À l Association des responsables de la gestion des plaintes du gouvernement du Québec Montréal, 26 octobre 2015 Un rappel des fondements historiques,

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE URL d origine du document : http://talcod.net/?q=node/59 Juillet 2011 - version 1.0 Licence Creative Commons BY-SA

Plus en détail

Monsieur Pascal Broulis Conseiller d Etat Chef du Département des finances Rue de la Paix 6 1014 Lausanne

Monsieur Pascal Broulis Conseiller d Etat Chef du Département des finances Rue de la Paix 6 1014 Lausanne Monsieur Pascal Broulis Conseiller d Etat Chef du Département des finances Rue de la Paix 6 1014 Lausanne Lausanne, le 21 septembre 2006 S:\COMMUN\POLITIQUE\Position\2006\POL0643.doc NOL Avant-projet de

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 09-18 DU 15 DECEMBRE 2009 PORTANT RECOMMANDATION RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DE DISPOSITIFS DESTINES A GEOLOCALISER LES VEHICULES PROFESSIONNELS UTILISES PAR LES EMPLOYES D'UN ORGANISME

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11259-A Date de dépôt : 8 octobre 2013 Rapport de la Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat

Plus en détail

CHAPITRE I : PORTEE. Article 1er

CHAPITRE I : PORTEE. Article 1er Avertissement L acte que vous allez consulter a été retranscrit, éventuellement coordonné, et mis en ligne par une entité privée. Il ne s agit pas d un document officiel ; seul un document officiel fait

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Accord tripartite. entre la Banque européenne d investissement, la Commission européenne et la Cour des comptes

Accord tripartite. entre la Banque européenne d investissement, la Commission européenne et la Cour des comptes Accord tripartite entre la Banque européenne d investissement, la Commission européenne et la Cour des comptes 1. Le présent accord a pour objet le renouvellement de l accord conclu le 19 mars 1999. relatjf

Plus en détail